Navigation – Plan du site
Las Siete Partidas : une codification normative pour un nouveau monde

Propos liminaires

Stéphane Boissellier et Charles Garcia

Texte intégral

1Comme ce colloque est le deuxième d’un cycle, je vais me permettre de le replacer dans un contexte plus large et de reprendre pour ce faire les conclusions auxquelles nous étions parvenus lors du colloque précédent, qui portait sur un objet assez différent (les « Assises » du royaume latin de Jérusalem) mais avec des approches identiques à celle qui sont les nôtres aujourd’hui. Je suis d’autant plus tenté de le faire que j’ai été successivement chargé de conclure la première rencontre et d’introduire celle-ci ! Mes remarques n’iront pas sans une certaine naïveté, puisque l’objet qui nous rassemble ne m’est pas familier, et parce que mes compétences de juriste et de linguiste sont des plus limitées. Mais c’est certainement au début des débats qu’un candide est le plus acceptable, sinon le plus utile...

2Le propos général est d’examiner les grands monuments normatifs que nous a légués le Moyen Âge européen —je dis européen, mais il serait tentant d’élargir le cadre au monde arabo-musulman. Ces objets sont fascinants, car ils témoignent du projet politique totalitaire d’encadrer l’ensemble des rapports sociaux et donc de donner du sens à la vie des hommes ; à cet effet, les compilateurs doivent récapituler toute la culture éthique et normative d’une région donnée —et même bien au-delà, car les normes circulent loin à travers l’espace et le temps. Je parle à dessein de dynamique totalitaire —même pour les plus anciens codes, plus cumulatifs que systématiques (les Assises de Terre Sainte ou les Usatges de Barcelone). Certes, toute norme, qu’elle soit imposée ou intériorisée, a pour fonction politique (au-delà de la pure éthique) d’uniformiser les comportements et donc de simplifier le réel, afin d’harmoniser les relations sociales et de permettre la domination de vastes groupes par une élite dirigeante. Dans des principautés où l’essentiel de l’existence s’organise et donc se régule dans des microsociétés locales, le besoin de faire « concorder les canons discordants » est d’abord plus intellectuel que politique ; la codification des normes, qui est une nouvelle phase de simplification du réel, devient ensuite un puissant instrument d’uniformisation sociale, à laquelle, d’ailleurs, adhèrent et collaborent les sujets eux-mêmes. Si l’on a déjà souligné le rôle capital de la systématisation du droit dans la naissance de « l’État moderne », il faut signaler que le simple objectif d’embrasser toute la vie sociale impose une efficacité technique, laquelle conduit à l’absolutisme et à la hiérarchie. Ainsi voit-on justifier et restaurer dans les grands codes publics tardo-médiévaux l’usage de la torture, le servage, le principe patriarcal ou l’autocratie royale, qui réduisent et rigidifient l’ubiquité du lien social ; que le droit romain ait souvent fourni ces institutions n’explique pas leur renaissance à un moment donné.

3Afin de comprendre ces problèmes, Jérôme Devard a eu l’idée novatrice de convoquer des juristes, des historiens et des spécialistes de littérature médiévale. A priori, l’interdisciplinarité n’est plus un scoop ; pourtant une telle synergie est rarement mise en œuvre de façon aussi pertinente, car les démarches des différents spécialistes sont ici d’une complémentarité extrême. Les juristes sont à la charnière de l’enquête : pour eux, un matériau spécifiquement normatif, quelle que soit par ailleurs sa qualité littéraire, est une terre familière, qu’ils vont parcourir aussi bien pour y identifier des formulations précises, impliquant une tradition, que pour y déceler des figures juridiques et un esprit des lois. Les littéraires seront plutôt du côté de la première de ces approches juridiques, analysant des méthodes d’écriture et un imaginaire normatif. Quand je parle des littéraires, il s’agit bien sûr de ceux, trop peu nombreux, qui ne se limitent pas aux chroniques, à la poésie et à la littérature de fiction et qui s’intéressent à d’autres registres de langue —à cet égard, il faut rendre hommage à Jean Roudil.

4Les historiens, pour leur part, pratiquent plutôt l’exploitation du contenu sémantique des textes. Ce sont peut-être eux, d’ailleurs ici en minorité, qui sont le plus réticents à attaquer pour lui-même un tel monument juridique, qu’ils estiment être une construction intellectuelle abstraite, susceptible d’éclairer un imaginaire politique plus qu’une « réalité » sociale. Moi-même, en tant qu’historien des paysans portugais, j’ai l’impression de retrouver mes acteurs mieux incarnés dans les coutumiers et les règlementations municipales que dans les compilations d’ordonnances royales. Mais l’historien qui ne se contente pas de juxtaposer des comportements individuels repérés dans les chartes sait que la référence est essentielle pour dégager des tendances sociologiques au-delà de la contingence des actions particulières. Or, quelle meilleure référence que la norme issue de l’autorité ?

5Dans le cas des Siete Partidas, qui va désormais nous préoccuper, l’historien des faits sociaux et culturels —et le droit est à l’intersection des deux— doit non seulement envisager son matériau comme un corpus rassemblant commodément un grand nombre de normes, dont beaucoup nous resteraient inconnues ou difficilement identifiables sans l’effort d’objectivation réalisé par les légistes d’Alphonse X, mais il doit aussi élargir l’enquête pour observer dans quelle mesure ces normes ont vu leur rôle dans la vie sociale être accru, voire initié, par leur codification et leur publication. Cela passe par l’étude de la diffusion des manuscrits, qui sont loin d’être tous identifiés malgré l’énorme travail réalisé dans ce domaine, et plus encore par la recherche des mentions des Partidas dans les actes de la pratique.

6En partant des pratiques disciplinaires, comment peut-on définir une œuvre telle que Las Siete Partidas ? Étant donné l’importance, dans les sociétés anciennes, de la négociation, des relations interpersonnelles et de la tradition, autrement dit la plasticité du lien social et la légitimation par l’épaisseur temporelle, les origines des codes juridiques peuvent être variées. Comme les acteurs eux-mêmes (je veux parler des juristes médiévaux), les historiens médiévistes pensent immédiatement à l’autorité suprême, c’est-à-dire à la loi, quand il s’agit d’ériger un monument prestigieux et majestueux —et à partir du XIIe siècle, les codifications antiques du droit romain et celles, plus récentes, du droit canon sont là pour en fournir l’exemple à suivre. De ce fait, on peut se demander si Las Siete Partidas constituent plutôt une traduction, une œuvre linguistique, ou un exercice de créativité juridique ; autrement dit, en termes encore plus simplistes et provocants, et pour reprendre le problème de l’interdisciplinarité déjà esquissé plus haut, appartiennent-elles plus aux linguistes ou aux historiens du droit ? Évidemment, je répondrai qu’elles n’appartiennent à personne, et que toutes les compétences sont nécessaires pour les rendre intelligibles. L’argument, à mon sens dénué de fondement, selon lequel le « contenu » des Siete Partidas est parfois plus philosophique que normatif montre la nécessité de prendre en compte à la fois la logique du discours et la problématique politique : que des juristes de haut vol truffent un véritable projet de société de références conceptuelles reprises de Boèce ou d’Aristote n’a rien que de très normal et ne signifie pas que leur compilation ait un caractère purement doctrinal. Une contribution à notre dossier entend montrer que le lexique aristotélicien nourrit une réflexion politique dynamique, au-delà des cercles érudits.

7Dans l’histoire juridique, il faut prendre fortement en compte la recomposition qui s’opère au XIIIe siècle entre la juridiction cléricale et celle des princes laïcs. Le prince, prétendant à la souveraineté, se heurte à la dynamique théocratique de l’Église, en œuvre depuis la révolution grégorienne ; il ne récuse pas la dimension sacrée de son autorité, qui lui est bien utile, mais il entend utiliser les clercs plus que les servir. Il faut donc être très attentif à la façon dont les lettrés composant Las Siete Partidas dosent et articulent les canons et les lois civiles ; au sein d’un même titre, sont-ils juxtaposés, jusqu’à la contradiction, ou sont-ils réécrits pour les harmoniser ? Dans le domaine matrimonial, par exemple, que les clercs considèrent comme une chasse gardée, il semble que les légistes ibériques réalisent un véritable modus vivendi : la constitution du couple reste définie par l’Église (principe consensualiste, qui est de toute façon aisément contournable dans la pratique), dans un contexte où les clercs font tous leurs efforts pour imposer l’union conjugale comme un sacrement, tandis que le volet patrimonial du mariage relève du droit romain, dans une optique patriarcale, en favorisant des pratiques telles que l’exclusion des filles dotées de l’héritage.

8Malgré l’idée, cultivée par les juristes antiques et par les canonistes et reprise par les légistes tardo-médiévaux, selon laquelle le droit ne peut avoir de cohérence qu’en partant de la volonté des dirigeants suprêmes, il n’est pas encore possible, jusqu’à la fin du Moyen Âge, d’exclure la coutume et la jurisprudence de codes qui prétendent compiler et harmoniser tout le droit en vigueur à l’échelle d’une principauté ; ces normes « extravagantes » (pour reprendre le lexique canonique) sont rarement enregistrées en tant que telles dans une codification savante, mais elles s’insèrent dans la résolution des problèmes qui se sont posés aussi bien aux paysans du Latium romain et aux évêques paléochrétiens qu’à leurs lointains successeurs. Du point de vue formel, en revanche, la patte des jurisperiti se fait sentir dans toutes les codifications à visée générale et à portée politique —autrement dit celles qui ne sont pas de simples compilations « privées » à usage professionnel.

9Osera-t-on alors qualifier Las Siete Partidas de « coutumier » ? Plus que dans les sources du droit auxquelles il s’abreuve, ce code prend son sens dans les objectifs de ses concepteurs et dans ses usages effectifs. Mais, vu qu’il est sorti de l’atelier d’Alphonse X, sa dimension intellectuelle ne doit pas être sous-estimée ; ce n’est pas une simple compilation de lois et de coutumes plus ou moins harmonisées, c’est un discours sur l’ordre du monde, et ce doit être un instrument au service de l’autorité princière, soit concrètement, dans les tribunaux, soit dans une stratégie plus globale d’accaparement de la sphère normative.

10Le problème des fonctions de ce texte est capital. En l’état des recherches, il reste difficile de se prononcer. Certaines données, qui ont été abondamment discutées, ne sont guère utiles dans ce débat, tel le degré de participation du roi Alphonse X à la rédaction. En revanche, il est important de déterminer les objectifs des concepteurs et des usagers médiévaux de l’œuvre. Comme cela sera fait par de plus savants que moi, je n’entre pas ici dans l’analyse des versions successives de Las Siete Partidas, mais je note que leurs concepteurs ont pu hésiter, dès l’origine —au moins pour la Primera Partida— et dans les décennies suivantes, entre une logique culturelle, de récapitulation, et une logique politique, de promotion de la souveraineté; transposée en termes juridiques, cette alternative est une opposition entre la vocation doctrinale et la fonction législative. Depuis A. García-Gallo, on n’hésite même pas à envisager l’ensemble des œuvres juridiques patronnées par le roi Savant comme une construction progressive. Il semble difficile de sortir de ces débats par des arguments proprement juridiques ; comme l’ont fait les spécialistes de littérature, qui aident à dater les différentes versions par l’étude de la langue, les historiens pourraient intervenir à leur tour dans la réflexion, qui a été menée principalement par les juristes, en éclairant le rapport entre le traitement juridique et les tendances sociologiques à l’œuvre dans la Castille des XIIIe et XIVe siècles. Ainsi, quand on avance que Las Siete Partidas ne visent pas un public ibérique, parce que les circonscriptions territoriales castillanes en sont absentes, il faut montrer, comme cela sera fait dans notre dossier, qu’un code normatif systématisé se place de toute façon à un autre niveau, en mettant en œuvre la notion d’appartenance territoriale, particulièrement nécessaire pour structurer l’empire ibéro-andalou qu’est devenue la Castille.

11Les études réalisées sur Las Siete Partidas jusqu’à nos jours sont très nombreuses ; je ne prétends pas les connaître toutes, mais, à partir d’un sondage, imparfait mais méthodique, qui est la base de données en ligne International Medieval Bibliography (Brepols), on peut cerner quelques tendances historiographiques. On retrouve évidemment les trois champs académiques déjà mentionnés, histoire, droit et lettres.

12Les recherches menées par les juristes portent sur la procédure judiciaire (le duel, la torture) mais aussi sur des notions politiques comme la souveraineté, l’onction royale, l’étendue spatiale de la juridiction ; l’approche institutionnelle reste donc privilégiée, logiquement sur un tel matériau. Les spécialistes de la littérature réalisent des travaux d’intérêt heuristique, tout d’abord : recherche de manuscrits, édition, traduction ; bien sûr, une part importante de leurs travaux sont consacrés à des aspects philologiques (le champ sémantique de la lèpre, par exemple). C’est chez les historiens que les sujets sont les plus diversifiés : la guerre maritime, les femmes, les minorités religieuses, l’université, les minorités religieuses ; mais ces objets sociaux sont fortement associés à l’exercice du pouvoir souverain, ce qui rapproche les recherches des historiens de celles des juristes, à l’image de l’étude de J. F. O’Callaghan sur la reine. On peut noter que, même si les travaux espagnols sont les plus nombreux, Las Siete Partidas ont fortement attiré l’attention des médiévistes nord-américains, non seulement à cause de la commodité d’un texte édité, mais aussi parce que le droit castillan a inspiré certaines normes utilisées aux États-Unis, notamment les lois de la frontière du Far West, selon R. I. Burns.

13Un problème, commun à tous ces travaux mais qui affecte particulièrement les études des historiens, est l’usage de données glanées çà et là au sein d’une information il est vrai océanique (2683 lois regroupées en 182 titres !) ; je veux dire que la logique de l’ensemble de l’œuvre est souvent perdue de vue, au profit de son utilisation comme un catalogue. Certes, la structure thématique et dialectique donnée par les légistes d’Alphonse X eux-mêmes nous incite à envisager chaque Partida séparément et à y puiser des informations judicieusement regroupées par les compilateurs eux-mêmes ; c’est tout l’intérêt des sources « synthétiques » (chroniques, codes, traités) de présenter un matériau déjà ordonné et parfois exhaustif, par rapport aux sources qui doivent être croisées et mises en séries. Mais, même quand le sujet nous semble bien circonscrit dans la source elle-même, il ne faut pas oublier qu’il a été passé à la moulinette des catégories juridiques, notamment les distinctions entre droits pénal et civil et public et privé, si trompeuses pour qui étudie les sociétés féodales et postféodales.

14Si nous prenons le sommaire de ce dossier, il semble que les problèmes de la formation et des usages, espérés et effectifs, du texte occupent une bonne part des contributions ici rassemblées. Qu’il s’agisse de la tradition manuscrite, y compris celle qui a servi de base aux éditions glosées du XVIe siècle, ou des rapports entre Las Siete Partidas et les autres œuvres de l’atelier alphonsin, notamment la littérature sapientielle (les Bocados de Oro, de tradition arabe) ou les diverses pièces contenues dans le ms. 431 de la BN de Madrid, le monument qui nous occupe est une œuvre monde, aussi bien par son contenu intellectuel que par son processus de formation. Mais le questionnement le plus important, abordé ou au moins sous-tendu par de nombreuses contributions, est celui de la formation et de la circulation des normes ; au-delà de leur regroupement dans un système (mais toujours en rapport avec celui-ci), les lois énoncées dans Las Siete Partidas ont circulé en amont et en aval. Ce sont évidemment les « sources » de ce droit qui ont focalisé pendant longtemps les juristes, obsédés comme tous les historiens par « l’idole des origines ». On pourrait penser que le considérable travail des juristes historiens aurait épuisé le sujet, mais on en est loin, dans la mesure où la circulation des normes ne préserve pas toujours leur énoncé : on entre dans les domaines complexes de l’inspiration, de l’emprunt, de l’appropriation, surtout si l’on navigue entre les différents types d’écrit —comme c’est le cas, à propos de la « naturalité », entre notre compilation castillane et la chanson de geste française de Girart de Roussillon...

15On atteint là la problématique de la diffusion des données culturelles. Même quand il s’agit de passer à un royaume limitrophe comme le Portugal, et uniquement dans le milieu des juristes, gens sérieux qui respectent la lettre des textes, il reste difficile d’identifier les voies et les processus de circulation. De même, est-ce par l’intermédiaire des fueros de Cuenca que le droit frontalier, prestigieux puisque attribué à Charlemagne, est intégré dans Las Siete Partidas ? A fortiori, quand il s’agit d’évaluer l’apport de Las Siete Partidas à la mythologie de l’antijudaïsme, l’enquête doit être menée à l’échelle de l’Europe —pour le moins. Malgré son ampleur, ou plutôt à cause d’elle, la première systématisation castillane du droit gagne donc à être étudiée en la comparant à d’autres textes, soit d’une autre nature, soit d’une autre culture.

  • 1 Cf. infra.

16Même si mon collègue Charles Garcia en parle plus savamment que moi1, je voudrais dire quelques mots au sujet de la langue. Étant historien, donc considérant la langue comme un véhicule plus que comme un objet en soi, je ne suis pas capable d’en commenter les qualités intrinsèques, mais elle pose un problème socio-politique passionnant. Dans un univers normatif écrit qui reste fondamentalement latin, surtout avec la renaissance du droit romain, le choix de la langue vulgaire pour énoncer le droit a été interprété de diverses manières, soit comme une stratégie de communication (rendre la norme accessible au plus grand nombre), soit comme le moyen de créer une communauté culturelle pour tous les sujets. C’est bien, en effet, l’usage du castillan qui constitue le trait commun à l’œuvre culturelle foisonnante patronnée par le roi Savant.

  • 2 Si la codification du droit a une perspective impériale (ou au moins une dynamique impérialiste), c (...)

17Il n’est pas indifférent que la promotion par la monarchie des parlers communs comme langue « officielle » suive de près la principale vague de conquête aux dépens d’al-Andalus, intégrant dans les royaumes de Castille, du Portugal et dans la Couronne aragonaise des régions profondément arabisées —c’est aussi dans ce sens que l’on peut interpréter la mention d’un « nouveau monde » dans le titre de notre dossier. Et il est tout à fait logique que le projet audacieux d’uniformiser le droit à l’échelle de tout le royaume prenne comme moyen d’expression la langue servant à la majorité des sujets à communiquer entre eux. Cet argument linguistique est, à mon sens, d’un grand poids pour écarter la thèse qui voudrait faire de Las Siete Partidas un programme « impérial », articulé avec la candidature d’Alphonse X au trône germanique et privilégiant donc le droit « commun », c’est-à-dire romain et canonique ; l’usage du castillan n’aurait pas grand sens dans cette perspective2. On comprend particulièrement bien le caractère politique du choix d’une langue commune, donc vernaculaire, à l’échelle du royaume, quand on compare les traductions portugaises de Las Siete Partidas avec l’original castillan : il saute aux yeux que la traduction est linguistiquement inutile, tant la proximité des deux langues est marquée dans le registre technique —il en irait autrement en poésie. C’est la volonté du roi Denis de doter son royaume d’un code normatif étendu et cohérent qui le conduit à s’approprier l’œuvre de son grand-père, mais dans une version qui marque l’identité culturelle dudit royaume —outre les nombreuses adaptations du texte au droit portugais, qui en font un véritable instrument pratique, bien au-delà d’une pure transposition linguistique.

  • 3 Il est vrai que les langues romanes tardo-médiévales conservent une souplesse syntaxique (place du (...)

18Mais, pour passer du latin au castillan, les problèmes techniques sont redoutables : plus que pour les œuvres littéraires, qui sont d’un registre linguistique sophistiqué mais qui peuvent tout de même s’abreuver au trésor de la langue parlée, il s’agit dans les textes normatifs d’une langue technique, artificielle, pleine de néologismes abscons et d’archaïsmes, sans pour autant que cette langue soit dépourvue de créativité. En effet, la grammaire latine est particulièrement adaptée au droit, qui exige de décrire la complexité du réel dans une même unité sémantique, par sa capacité à multiplier et emboîter les propositions (usage de l’ablatif absolu, de la proposition infinitive, flexibilité de la place des mots permettant de rapprocher signifiant et signifié), alors que les langues romanes sont moins riches à cet égard, faute de déclinaisons libérant l’ordre des mots ; or, les juristes veulent rester fidèles à la phrase latine3. Mais l’intégration politique et culturelle vaut bien d’exprimer le droit dans un vernaculaire pompeux et obscur.

  • 4 Certes, la construction d’une autorité supérieure n’est certainement pas étrangère à Ferdinand III, (...)

19Si l’on se fie au nombre des manuscrits conservés, dans diverses versions linguistiques, le projet d’Alphonse X a été couronné de succès. Mais si l’on considère, contre J. Le Goff, que l’immense majorité des écrits médiévaux sont plus des instruments que des monuments, on est en droit de se demander quelle a été la nature de ce succès. Auprès des jurisperiti et parmi les officiers royaux, il est indéniable. En revanche, pour ceux qui exercent des juridictions seigneuriales de type féodal et pour la masse des sujets, ce droit, oublieux des coutumes locales pour mieux servir l’autorité princière, est une menace. Ferdinand III, essayant d’unifier le droit par l’octroi de fueros identiques aux communautés nouvellement constituées, est plus habile et plus réaliste que la tentative d’uniformisation « par le haut », par une loi royale qui vient d’être forgée de toutes pièces4.

20De toute manière, au sortir d’une période de grande diversité normative —on ne parle plus, Dieu merci, d’anarchie féodale—, le projet de systématisation est grandiose mais irréaliste et prématuré également pour des raisons techniques ; avec les moyens probables dont dispose la commission de rédaction, les coutumes locales et les décisions des cours féodales sont impossibles à recenser et encore moins à harmoniser, et il faut donc recourir, pour produire un véritable code, à des œuvres assez étrangères à l’esprit de la société et du pouvoir castillans, à l’exception de certaines lois des anciens rois nationaux —je veux parler du code Justinien et du droit canonique unifié, qui restent d’ailleurs des sources de droit « subsidiaires », selon le mot des juristes. Certes, dans l’esprit des légistes, imbus du principe d’autorité, et dans l’esprit des clercs, pour qui le vrai et le bien ne peuvent venir que de Dieu, les normes émanent toujours de l’extérieur du corps social. Mais ce dernier n’est pas forcément prêt à accepter cela. Plus précisément, les sujets n’ont pas eu à se prononcer ; c’est donc de l’acceptation et de la compétence des officiers, des juges et des notaires que dépend l’infusion progressive dans la population des principes et des formulations contenus dans Las Siete Partidas. Comme toujours, c’est sur les praticiens du droit que repose la vie sociale de la norme. Or, eux-mêmes ne sont ni savants ni trop ambitieux dans le titre qu’ils donnent au nouvel instrument juridique : pour eux, il s’agit tout simplement d’un libro de los fueros... La promulgation tardive de Las Siete Partidas comme loi officielle du royaume par Alphonse XI, par l’ordonnance d’Alcalá de 1348, semble donc dictée par l’état de la société, plus que par les machinations de Sanche IV pour occulter l’œuvre juridique de son père après avoir détrôné celui-ci.

Stéphane Boissellier

   

21Du point de vue linguistique, Las Siete Partidas sont, une tentative évidente de réguler la langue avec laquelle on fait les lois. Concrètement, cela veut dire qu’en dehors de la fixation et de l’énumération des articles législatifs, Las Siete Partidas sont aussi une réflexion sur le langage juridique en lien avec la société de son temps, un aspect qui intéresse tout autant le philologue que l’historien, ou le juriste, dans le cadre interdisciplinaire que l’on a souhaité donner à cette rencontre. Il est aisé d’illustrer ce propos en reprenant le titre IV de la Deuxième Partie qui déclare : « comment doit être le roi dans ses paroles ». Ce titre est, comme on le voit, très évocateur puisqu’il signale que le roi, comme la loi, ne doit pas dire des paroles « défaillantes » (menguadas) (IV, 3) ; c’est dire l’importance qui est accordée dans le corpus à l’énonciation. Dans ce code hispanique médiéval, les mots de la loi et les paroles du roi sont justes et précis, et tout ajout, forcément inutile, était considéré par les concepteurs comme source d’injustices, d’erreurs ou de mauvaises interprétations. Mais quels sont ces mots et quel rôle politique ont-ils joué, pour autant qu’ils aient réellement irrigué le corps social ?

22Pour les lecteurs du XXIe siècle, Las Siete Partidas sont un discours sur l’organisation et le fonctionnement de la société médiévale, en même temps qu’un instrument au service de la monarchie. Dans quelle mesure les études littéraires et philosophiques peuvent-elles nous aider à comprendre ces deux aspects ? C’est l’un des principaux enjeux de ce colloque ; tout comme celui de la question de l’usage généralisé du castillan comme langue législative. Cela fait de nombreuses années que les philologues se penchent en effet sur les nombreuses variantes du texte et sur la grande quantité de copies qui nous sont parvenues. Dans cette optique, il ne fait pas de doute que les nouvelles technologies numériques annoncées dans plusieurs communications du programme ouvrent d’ores et déjà de nouvelles pistes de recherche, notamment celles ayant trait aux différentes versions des lois et sur la chronologie d’un aussi vaste corpus.

23Un constat directement observable dès la première lecture du texte est la constante préoccupation chez Alphonse X de définir les termes qu’il emploie, le souci de les gloser et d’en donner l’origine. Il s’agit de l’intérêt médiéval non démenti pour l’étymologie, qu’elle fût réelle ou fantaisiste, et de la volonté de nommer les choses, c’est-à-dire de donner aux noms un contenu précis (la razón de los nombres). Le procédé n’était pas nouveau pour l’époque — le XIIIe siècle. Il trouve son origine dans le dialogue que Platon expose dans son Cratyle. Si l’essence des choses se trouve dans les mots, leur dévoilement implique inévitablement une relation intrinsèque avec ce qu’ils représentent car ils ne sont pas des signes arbitraires. Selon cette lecture platonicienne, on pourrait considérer Las Siete Partidas comme une sorte de quête d’accès à la vérité du monde, à la fois naturelle et juridique. C’est donc par la langue, ou plus exactement par les mots, que les membres du scriptorium alphonsin pensaient pouvoir accéder aux realia. D’après ce qui a tout l’air d’être une véritable méthode de connaissance pour ses concepteurs, le monde réel se trouve dans les mots et les expliquer revient à connaître la réalité même.

24Toutefois, pour être efficace, un bon code devait être rédigé dans un langage clair dans le but d’éviter les malentendus. Or cet impératif est singulièrement présent dans le texte de Las Siete Partidas qui avait pour objectif d’intégrer l’essentiel du Droit romain et les fors locaux de la couronne castillane, d’où l’importance des gloses et la création des néologismes qu’il fallait expliquer avec force simplicité pour les intégrer à la langue vernaculaire en gestation. Ces nouveaux termes, qui renvoient forcément à un nouveau système de valeurs, devaient non seulement être intelligibles, mais ils devaient également être source de savoirs comparables à ceux du latin. C’est surtout dans ce domaine que se manifeste la volonté d’intellectualiser le castillan, c’est-à-dire la capacité de cette langue de capter avec ses propres vocables les concepts juridiques ou matériels : dire en somme les mots qui faisaient la loi dans le cadre d’une herméneutique juridique. Car en plus d’être un code législatif « monumental », Las Siete Partidas sont aussi un discours sur les lois ; une véritable théorie du droit qui régule la langue : « el saber de las leyes non es tan solamente en aprender e decorar las letras dellas, mas el verdadero entendimiento dellas » (1P, 1, 13) ; un aspect aisément observable dans lequel se détache le rôle dévolu au roi.

25Il est indéniable que le rôle d’Alphonse X fut déterminant sur la question liée à la conception médiévale de la royauté. Se voyant lui-même comme le représentant de Dieu sur la Terre —son vicaire—, le roi réunissait en sa personne les savoirs que le Créateur lui avait transmis, et qui dit savoir dit langue, en l’occurrence le castillan, et la définition des vocables qui la composent. Or nul autre mieux que le monarque connaissait les liens cachés qui existaient entre les mots et la nature des choses, d’où son autorité politique et sa position hiérarchique au-dessus des autres hommes. Dans le texte de Las Siete Partidas où le savoir et le pouvoir se trouvent parfaitement imbriqués, la connaissance émane du roi qui a une prise sur le réel à travers le langage car la langue génère une représentation qui agit sur la réalité des choses, dont celle, au premier chef, de l’imaginaire sur la royauté. En ce sens Las Siete Partidas sont bien un instrument de contrôle social au service du prince.

26Sur le thème spécifique du savoir, les textes anciens compilés et intégrés au corpus, cas par exemple du Secreto secretorum ou des Bocados de oro, constituent un lien entre le code juridique et son expression littéraire. Cette véritable compilation de sentences reflète le modèle de l’organisation politique voulue par Alphonse X. Lus en tant que document littéraire doctrinal, les Bocados affirment que le savoir permet de connaître les dangers du monde et de gouverner en connaissance de cause, ce qui constitue l’une des principales bases de Las Siete Partidas, dont celle qui préconise de cerner la nature humaine telle que les anciens l’avaient décrite, principalement Aristote, pour bien gouverner : « Estas leyes son establecimientos, porque los omes sepan biuir bien e ordenadamente segund el placer de Dios; e otrosi segund conuiene a la uida de este mundo » (1P).

27Émergence manifeste d’une prose technique en castillan, on a longtemps associé cette démarche à l’ambition impériale —extérieure— d’Alphonse X. Or, à rebours de cette interprétation traditionnelle, Stéphane Boissellier propose dans son introduction une nouvelle et intéressante lecture de Las Siete Partidas mise en contexte : celle de la conquête de la vallée du Guadalquivir et de l’intégration des populations arabophones au moyen d’un code, écrit en castillan, appelé à devenir la lingua franca de la Péninsule pour mieux intégrer et contrôler l’ensemble des sujets, qu’ils fussent anciens ou nouveaux. S’il est impensable de détacher le projet politique du code législatif de son contexte historique, il en va de même pour l’écriture, elle aussi historicisée au cœur du XIIIe siècle à travers les moyens dont elle dispose pour s’exprimer comme on peut le constater à travers les moyens linguistiques qu’elle utilise et les modes de pensée d’une période particulière. En ce sens, il aurait été tout aussi pertinent de parler de réécriture tant la nouveauté du code est fondée sur la récupération des traditions législatives antérieures, une pratique caractéristique du Moyen Âge qui visait à reprendre la même matière pour lui appliquer les interrogations du moment.

28Nous caressons pour terminer l’idée que la curiosité du savoir qui structure l’œuvre d’Alphonse X sera aussi la nôtre lors de ces journées madrilènes tant il est vrai que : « los homes naturalmente cobdician oir et saber, et ver cosas nuevas » (1P, 1, 19).

Charles Garcia

Haut de page

Notes

1 Cf. infra.

2 Si la codification du droit a une perspective impériale (ou au moins une dynamique impérialiste), c’est plutôt à l’échelle de la Péninsule, dans la tradition néogothique de l’imperium Hispaniae des rois léonais, dont l’apogée se situe sous Alphonse VI ; cet impérialisme culturel est d’ailleurs couronné de succès puisque les Partidas seront traduites en portugais et en catalan.

3 Il est vrai que les langues romanes tardo-médiévales conservent une souplesse syntaxique (place du verbe, par exemple) qui permet la construction de longues périodes, utiles à l’écriture du droit à la manière latine, que ce soit dans les chartes ou dans l’énoncé des normes.

4 Certes, la construction d’une autorité supérieure n’est certainement pas étrangère à Ferdinand III, qui fait traduire en 1241 le Liber judiciorum wisigothique —un texte à l’échelle du royaume— sous le nom de Fuero juzgo, et qui fait peut-être ébaucher le Setenario préparatoire aux Siete Partidas —mais ce point est maintenant discuté, voire récusé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Boissellier et Charles Garcia, « Propos liminaires », e-Spania [En ligne], 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.35032

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals