Navigation – Plan du site
Traduire pour convaincre dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or

Traduire pour convaincre dans l’Espagne du Moyen-Âge et du Siècle d’Or

Traducir para convencer en la España de la Edad Media y del Siglo de Oro
Elvezio Canonica

Texte intégral

1Les travaux présentés dans ce dossier sont le fruit d’un colloque qui s’est tenu à Bordeaux le 3 avril 2019, organisé par l’EREMM (Equipe de Recherche sur l’Espagne Médiévale et Moderne), composante de l’équipe d’accueil AMERIBER (EA 3656). Dans le prolongement des travaux de l’EREMM autour de l’argumentation et des stratégies d’écriture, nous avons souhaité réfléchir sur la problématique de la traduction en tant que vecteur de persuasion, en prenant comme domaine d’exploration la circulation des textes en Espagne, au Moyen-Âge et au Siècle d’Or.

  • 1 Cf. R. Barthes, « L’ancienne rhétorique », Communications, 16 (1970), p. 172-229.
  • 2 Cf. M. Proust, A la recherche du temps perdu, Ed. Pléiade, III, p. 890.

2L’association de ces deux verbes, traduire et convaincre, peut paraître un peu étrange, à première vue. En effet, le travail du traducteur n’est-il pas de restituer la pensée d’un auteur dans une autre langue le plus fidèlement possible ? Vu sous cet angle, l’acte de la traduction ne ferait que reproduire une volonté de persuasion par personne interposée, par procuration pourrait-on dire. Il faut, bien sûr, nous entendre sur la notion de « persuasion », qui semble pointer des textes bien précis, notamment à contenu non spécifiquement littéraire. En effet, le champ littéraire n’est-il pas celui de la « fiction » et, partant, de la liberté créatrice dont le seul devoir est celui de « convaincre » le lecteur en le faisant adhérer au pacte de lecture qui repose sur une vérité poétique immanente au texte ? Pour le dire avec les mots de Roland Barthes, la rhétorique s’occupe de la « parole simulée », c’est-dire de l’art verbal comme instrument de persuasion, alors que la poétique s’occupe en premier lieu de la « parole fictive », la fiction étant le propre de la littérature1. On peut penser que la volonté d’emporter l’adhésion est un aspect plus spécifique des textes à caractère historique ou idéologique, dont la gamme s’étend de la chronique au pamphlet, en passant par le discours politique ou religieux. Or, dans l’acte de traduire se joue un double discours, que la célèbre paronomase italienne du « traduttore-traditore » résume bien. Est-ce que la traduction est une façon d’affirmer, par le travestissement linguistique, la volonté de persuasion contenue dans le texte original, ou bien, au contraire, s’agit-il d’une démarche toujours vouée, volens nolens, à en pervertir le sens? En d’autres mots : est-ce que l’effet de persuasion recherché par l’ars rhetorica du texte-source se retrouve-t-il nié ou affirmé dans le texte-cible, avec toutes les nuances qui sont contenues entre ces deux extrêmes ? Le cas des traductions des textes « inspirés », comme la Bible, est évidemment un peu différent. Est-ce que le statut de ces textes et, partant, de leur traductions, n’est-il pas assimilable à ce que Proust, en réfléchissant sur son propre travail d’écrivain, nommait « le livre essentiel », celui que « l’écrivain n’a pas à inventer, car le devoir et la tâche d’un écrivain  sont ceux d’un traducteur»2 ?

3En partant de cette base méthodologique, nous avons construit un parcours en huit étapes qui s’articulent autour de trois axes principaux, en suivant une progression chronologique. Les trois premières contributions se consacrent à l’étude de traductions médiévales ; les quatre suivantes, abordent cette problématique au début de l’époque moderne (le XVI siècle) en se focalisant sur la traduction de la Bible. Pour finir, une autre contribution permet d’élargir l’horizon à d’autres coordonnés culturelles et linguistiques, en s’intéressant aux premiers contacts entre l’Espagne et la Chine.

4Le premier groupe de trois travaux concerne l’époque médiévale, et explore les stratégies de persuasion et les enjeux culturels et politiques de la traduction.

5Sylvie Robert se penche sur la traduction castillane, rédigée sous le règne de Sanche IV, d’une des premières « encyclopédies » médiévale, Li livres dou Tresor, une œuvre composée en français par l’italien Brunetto Latini entre 1260 et 1267. Pour le roi Sanche, traduire cette œuvre, qui entend dresser le portrait d’un monarque idéal, juste, savant et sage à travers l’exposition des vices et des vertus, est une manière de réaffirmer l’importance du lien à Dieu promu par Sanche IV. On peut donc considérer l’œuvre de Latin comme un véritable manuel de comportement royal, rappelant ainsi la volonté du roi Sanche : asseoir une monarchie forte et chrétienne.

6Les deux contributions suivantes abordent une même problématique, à caractère plus littéraire, et qui tourne autour de la traduction-adaptation des fables animalières de la tradition greco-latine (Esope et Phèdre), et ce dans deux univers culturels et littéraires : dans le Libro de buen amor et dans le Ysopete historiado.

7Dans le premier cas, après une introduction à caractère théorique qui fixe le cadre méthodologique des rapports entre « traduire » et « convaincre », à la lumière de l’approche pragmatique de la traduction, Corinne Mencé-Caster, en se fondant sur la distinction heuristique entre « sens » et « signification », analyse la manière dont le traducteur-réenonciateur, qu’est souvent le scripteur médiéval, s’y prend pour inscrire dans le texte source les marques de son propre projet d’écriture, afin de convaincre son lecteur de la pertinence de sa lecture et de la nécessaire actualisation de sa source. La fable du coq et du saphir du Libro de buen amor constitue le corpus de base et est analysée à partir des connecteurs.

8Dans le deuxième cas, Sophie Coussmacker examine les arguments avancés pour justifier la traduction en langue vernaculaire des fables, dans le prologue de l’Ysopete historiado castillan, présent dans plusieurs éditions (1482 à 1496). On y découvre que ce prologue est en fait une reprise du prologue inventé par le traducteur allemand des fables ésopiques, Heinrich Steinhöwel, dont le traducteur castillan reprend les principaux arguments en y ajoutant une justification par le lectorat : les fables ne doivent pas être réservées aux seuls princes lettrés, mais doivent servir à éduquer tout un chacun.

9Le deuxième axe étudié concerne essentiellement le XVIe siècle, et présente une forte cohérence thématique. En effet, les quatre contributions s’intéressent à un même objet d’étude : la Bible et ses traductions dans les langues vernaculaires. Cette question, qui a fait l’objet d’un grand nombre d’études, est revisitée à travers le prisme des stratégies discursives mises en œuvre pour obtenir l’adhésion du lectorat et ce, par le biais de différentes genres littéraires : le dialogue (Elvezio Canonica), la poésie (Valentín Núñez Rivera) et l’activité traductrice à proprement parler, en prenant l’exemple de deux traductions célèbres, l’une pour un lectorat de religion juive (Sergio Fernández López) et l’autre pour un public de confession réformée (Vincent Parello).

10La controverse autour de la légitimité  de la traduction de la Bible dans les langues vernaculaires est au centre de deux interventions : la première prend comme objet d’étude le dialogue Bononia, sive de libris sacris in vernaculam linguam convertendis œuvre composée en latin par l’humaniste valencien Fadrique Furió Ceriol, et publiée en 1556, dont Elvezio Canonica cherche à démontrer que la principale stratégie discursive pour obtenir la persuasion se situe dans la dispositio de l’argumentation. En effet, en optant pour un dialogue à distance, en deux livres, dans lesquels chaque interlocuteur conduit sa demonstratio sans être interrompu, Furió parvient à faire triompher son point de vue en choisissant l’ordre de son intervention et en endossant le rôle de contradicteur, ce qui lui permet de répéter, à sa guise, les arguments de son détracteur et mener à bien sa réfutation en suivant, pas à pas, l’ordre imposé par son adversaire.

11Dans la deuxième contribution, Vincent Parello propose également une réflexion sur la traduction de la Bible en langue vernaculaire à travers l’examen des postulats de base et des choix opérés par Cipriano de Valera, un moine hiéronymite de Séville qui avait adhéré aux thèses réformées, dans sa traduction de la Bible en espagnol, qui reprend est améliore celle de Casiodoro de la Reina (1569) et qu’il publie en 1602.

12Sergio Fernández López, pour sa part, examine un autre cas de traduction de la Bible, celle de Ferrare (1553) qui s’adresse aux communautés séfarades et aux noyaux crypto-juifs qui avaient oublié l'hébreu, mais qui conservaient leur ancienne religion. Cette traduction utilise de nombreuses stratégies de persuasion – en commençant par le frontispice – et offre une exégèse qui s'écarte des interprétations christologiques, mariologiques ou prophétiques caractéristiques du christianisme.

13Finalement, la traduction de la Bible est observée aussi à travers les versions poétiques qu’en donnèrent les humanistes espagnols, en particulier sévillans, de la deuxième moitié du XVIe siècle : c’est le domaine exploré par Valentín Núñez Rivera, qui étudie en particulier le poème de Arias Montano, Paráfrasis del Cantar de los Cantares en modo pastoril, à la lumière des commentaires de Fray Luis de León dans son Exposición de 1561, en faisant ressortir les stratégies de persuasion qui s’appliquent à l’énonciation du poème, à la disposition des exhortations des époux, ou à l’inclusion d’une nouvelle fin, totalement opposée au texte original.

14Un troisième axe peut être dégagé, bien qu’il soit formé d’une seule contribution, celle de Victoria Béguelin-Argimón qui nous propose une réflexion originale autour de l’intense activité traductrice qui se développe suite aux premiers contacts entre Espagnols et Chinois entre 1565 et 1600. La nature de ces échanges, les textes traduits (religieux, administratifs, lettres) ainsi que les distorsions dont ils font l’objet s’expliquent par les objectifs opposés : la recherche des voies pour la conquête et pour l’évangélisation de l’Empire Céleste, pour les premiers ; la protection de leur territoire d’incursions étrangères, pour les deuxièmes.

Haut de page

Notes

1 Cf. R. Barthes, « L’ancienne rhétorique », Communications, 16 (1970), p. 172-229.

2 Cf. M. Proust, A la recherche du temps perdu, Ed. Pléiade, III, p. 890.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elvezio Canonica, « Traduire pour convaincre dans l’Espagne du Moyen-Âge et du Siècle d’Or », e-Spania [En ligne], 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals