Navigation – Plan du site
Traduire pour convaincre dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or
I) Stratégies de persuasion et enjeux culturels et politiques dans les traductions médiévales

La translation du Libro del Tesoro de Brunet Latin au cœur des enjeux culturels et politiques sous Sanche IV

Sylvie Robert

Résumés

Rédigé à Paris entre 1260 et 1267 par Brunet Latin, le Libro del Tesoro est une œuvre à caractère encyclopédique qui traite de l’homme, de Dieu, ou de l’histoire des peuples, mais elle ne peut se résumer à une simple compilation. Le prologue annonce que les trois livres qui constituent le Libro del Tesoro suivent les différentes parties de la philosophie, et le deuxième se centre sur l’Éthique à Nicomaque d’Aristote. Cet ouvrage entend dresser le portrait d’un monarque idéal, juste, savant et sage à travers l’exposition des vices et des vertus. Enfin, le Tesoro réaffirme l’importance du lien à Dieu promu par Sanche IV. On peut donc considérer l’œuvre de Latin comme un véritable manuel de comportement royal, rappelant ainsi la volonté du roi Sanche : asseoir une monarchie forte et chrétienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les termes « guelfe » et « gibelin » apparaissent dans les sources italiennes dans les années 1240- (...)
  • 2 Le premier à le signaler fut Jorge AMADOR DE LOS RÍOS, Historia y crítica de la literatura española(...)
  • 3 Brunet Latin, dans le prologue du Tesoro, cite assez explicitement le Libro de las Leys, faisant ai (...)

1Cette œuvre du florentin Brunet Latin a été rédigée entre 1260 et 1267 à Paris. En effet, Brunet Latin était exilé en France à cause de l’opposition entre les guelfes et les gibelins1 dans la Florence du milieu du XIIIe siècle. Afin d’obtenir de l’aide pour son camp, Brunet Latin s’était déplacé en Castille en 1260 afin de rencontrer Alphonse X. Cette ambassade diplomatique fut aussi sans doute culturelle2, et de nombreux chercheurs estiment que le florentin connaissait, au moins en partie, l’œuvre d’Alphonse X3. Une fois le conflit résolu, Latin revint à Florence où il reprit ses activités politiques, culturelles et pédagogiques.

  • 4 Libro del Tesoro, Estudio y Edición de María Nieves Sánchez-González de Herrero, Editorial Academia (...)
  • 5 Concepción SALINAS ESPINOSA, « La clasificación y selección de las ciencias en el “Libro del Tesoro (...)

2Le Tesoro4 est une œuvre à caractère encyclopédique5 compte tenu du nombre et de la variété des thèmes traités, cherchant à expliquer ce qui a trait à l’homme et à Dieu, tout en intégrant un thème de grand intérêt pour le public, l’histoire des peuples. De plus, cet ouvrage s’adresse à des lecteurs savants, mais d’un genre nouveau, car ce sont des laïcs appartenant à la bourgeoisie commerciale florentine. Cependant, le Tesoro ne peut être considéré comme une simple compilation ; bien au contraire, dès le prologue, Brunet Latin revendique le fait de sélectionner le savoir qu’il va proposer à la lecture soulignant ainsi sa pleine implication dans cette entreprise :

  • 6 Tesoro, prologue, p. 12.

[…] bien assí este libro es complido de sabencia, assí como aquel que es sacado de todos los miembros de filosofía en una muy pequeña suma6.

  • 7 Loc. cit. Il s’agit de références à la classification d’Aristote.

3Cette œuvre se compose de trois livres, de longueur inégale et chacun est précédé d’un prologue écrit par l’auteur ; il y explique la composition de l’ouvrage qui suit les parties de la philosophie7. La première, composée de 193 chapitres, est consacrée à la théorétique, c’est-à-dire au savoir, et parle de la création du monde et de l’Histoire, mêlant les éléments et le mouvement des planètes, l’astronomie, l’agriculture en passant par la description des poissons, reptiles et autres animaux dans la tradition du bestiaire médiéval. En outre, et comme dans les autres encyclopédies contemporaines du Tesoro, Brunet Latin traite sur un même plan des éléments imaginaires, légendaires voire fantastiques et des notions géographiques ou historiques. La deuxième partie, de 126 chapitres, s’organise en deux temps : le premier, traite des vertus et reprend l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, tandis que le second est tourné vers l’expression du bien et du mal, de la morale et de la bienséance. Ce sont ces bonnes mœurs et les vertus qui en découlent qui doivent régir la vie de l’homme. Cette partie correspond à ce que l’auteur nomme « philosophie pratique et logique ». La troisième partie enfin, scindée elle aussi et considérée par le compilateur comme l’aboutissement de sa production, s’attache à parler de rhétorique et de politique. Brunet Latin insiste sur la nécessité pour le monarque de bien parler et propose des exemples concrets ou des leçons au service du souverain. Le second volet prend une tournure plus personnelle puisque l’auteur expose comment doit gouverner le prince au prisme de l’histoire de l’Italie tout en mentionnant aussi des événements de l’histoire française.

  • 8 Li Livres dou Tresor par Brunetto Latini. Édition de Polycarpe Chabaille, Paris, Imprimerie Impéria (...)
  • 9 Francis J. CARMODY, Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini. Édition critique, Berkeley : Universit (...)
  • 10 Libro del Tesoro. Versión castellana de Li Livres dou Tresor. Édition de Spurgeon Baldwin, Madison, (...)
  • 11 Spurgeon BALDWIN, The Medieval Castilian Bestiary from Brunetto Latini’s Tresor. Exeter University, (...)

4Le succès du Tesoro a été très important si l’on en juge par le nombre de manuscrits complets ou fragmentaires qui ont été répertoriés : on en compte jusqu’à 140 versions en français, une en aragonais, huit en catalan et quarante-quatre en italien. Brunet Latin en a, lui-même, écrit deux versions, l’une en français pendant son exil en France, et l’autre en italien, en 1268 après son retour dans son pays. Les manuscrits castillans complets sont au nombre de quinze et tous ont été copiés aux XIVe et XVe siècles. Seul un exemplaire date du tout début du XVIIIe siècle (1704). Il existe deux éditions modernes en français, l’une de Polycarpe Chabaille8, et l’autre de Francis Carmody9. On doit à Spurgeon Baldwin la première version castillane au XXsiècle du Trésor10 ainsi qu’une version partielle en anglais11. Pour ma part, j’ai travaillé avec l’édition la plus récente du texte, parue en 2008, et qui a été préparée par María Nieves Sánchez-González de Herrero à partir des trois manuscrits les plus anciens conservés à la Bibliothèque Universitaire de Salamanque.

  • 12 María Nieves SÁNCHEZ-GONZÁLEZ DE HERRERO, Tesoro, Estudio y edición, Vigo : Editorial Academia del (...)
  • 13 Ana MONTERO, « La castellanización de Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini en la corte de Sancho (...)

5Le Libro del Tesoro a été traduit en castillan par Alphonse de Paredes et Pascal Gómez à la demande du roi Sanche IV, à partir de sa version française. L’ouvrage, imposant non seulement par son volume mais aussi par la quantité de matière traitée, peut être considéré, comme l’écrit María Nieves Sánchez-González de Herrero, comme « un tratado enciclopédico filosófico en el que se contiene una ambiciosa síntesis del pensamiento humano medieval. »12, et sa traduction en castillan sous l’égide du roi Sanche révèle l’intérêt du monarque pour les savoirs exposés et la vision politique de Brunet Latin13.

6Avant de procéder à une étude croisée du contenu de la version sancienne, je voudrais exposer quelques remarques sur une comparaison rapide entre les versions française et castillane.

7Si l’on pose le postulat selon lequel chaque texte se nourrit de textes antérieurs, le cas du Tesoro est exemplaire à cet égard. Cet ouvrage est d’abord une traduction d’un livre écrit en français ainsi que la sur-traduction de l’Éthique à Nicomaque, ce que souligne Ana Montero :

  • 14 Ibid. p. 940.

el ‘Libro del tesoro’, obra clave en el desarrollo de la filosofía moral en Castilla […] facilitó la entrada de una primera versión, abreviada y en castellano, de la ‘Ética a Nicómaco’ de Aristóteles. […] la traducción de ‘Li Livres dou tresor’ del francés al castellano […] marca el camino de vuelta de esos saberes a la corte castellana14.

  • 15 Brunet LATIN, Li Livres dou Tresor, édition de Polycarpe Chabaille.

8Au Moyen Âge, les traducteurs procédaient à des ré-écritures du texte-source afin de l’enrichir et de l’adapter au public auquel il était destiné. Si nous comparons le texte du Livres dou Tresor15 à sa traduction en castillan, nous constatons, pour cette deuxième partie qui comprend l’Éthique à Nicomaque, que la version française comporte quarante-six chapitres alors que la version castillane en possède deux de moins. Le chapitre XV de l’édition française compte une deuxième partie qui est intégrée, dans la version espagnole, au chapitre XVI. Une sous-partie a donc été déplacée en tête de chapitre dans la version traduite sous Sanche IV. Le thème des vertus se déplace vers celui du bien et du mal ; ce déplacement n’altère pas le sens du passage. Enfin, les deux textes sont identiques, même si les phrases ne sont pas de même longueur, ou si l’un ou l’autre texte procède à des incises ou des inversions de membres de phrases. De la même façon, le chapitre XXIII, « De ire et de mansuetude » de la version française est intégré au chapitre XXII de la version castillane afin de donner un exemple d’un comportement convenable, mesuré, qui ne verse ni dans la colère ni dans une trop grande mansuétude. Si l’on compare la table des matières de la traduction en castillan à celle de la version française, on se rend compte qu’il existe un décalage dans la numérotation des chapitres. Cette différence provient soit de l’insertion d’un chapitre comme paragraphe soit, au contraire, le traducteur utilise une partie afin de créer un chapitre. Ce changement n’altère pas le sens du texte castillan qui reste fidèle au modèle français.

  • 16 Il s’agit de l’histoire des villes italiennes et des conflits entre Lombards et Allemands, ainsi qu (...)

9La version française du Tresor présente l’ouvrage en livres et en parties, alors que, dans la version castillane, il n’est plus question d’indiquer les parties. Peut-être que le traducteur a souhaité imprimer une plus grande fluidité entre les différents chapitres afin que la lecture ne soit pas entravée par des ruptures successives. La seule différence majeure entre les deux versions est la coupure de six chapitres entre les chapitres XCI (91) et XCII (92) de la version castillane. Il s’agit de décrire l’histoire de l’Italie et de ses relations avec la France et l’Allemagne. Le chapitre XCII de notre édition reprend le chapitre XCIX (99) de la version française consultée en le résumant. Les pages supprimées ne sont pas essentielles dans le projet du roi Sanche dans la mesure où la période historique décrite16 n’a pas eu d’influence particulière dans la péninsule Ibérique. Dans un article sur la traduction, Corinne Mencé-Caster confirme cette nécessité inhérente à toute translation :

  • 17 Corinne MENCÉ-CASTER, « Traduction et ethos royal dans les textes alphonsins », C.E.H.M., n° 33, 20 (...)

Le transfert linguistique n’est que la dimension la plus visible d’une procédure bien plus complexe visant à rendre dicible ou lisible dans une culture donnée ce qui l’était déjà, sous une certaine forme et selon certaines modalités, dans une autre culture. En ce sens, la traduction peut être perçue comme une opération de « reterritorialisation » d’un texte source qui voit ses coordonnées historiques sociales et culturelles être sensiblement modifiées pour répondre aux besoins d’intelligibilité d’un lectorat cible, par le filtre d’un traducteur collectif ou individuel17.

10Ces rapides comparaisons entre le texte-source et sa traduction en castillan mettent en évidence la fidélité du texte traduit à l’œuvre de Latin : les traducteurs en respectent l’originalité et l’autorité.

11Encyclopédie présentant un savoir qui se veut le plus complet possible, le Tesoro peut également être considéré comme un Miroir du prince, notamment par la traduction de l’Éthique à Nicomaque. Un examen rapide nous permet de constater que le Tesoro comporte de nombreuses références aux vices et aux vertus. Être donc à même de construire une vie digne passe par l’acquisition des vertus grâce à l’enseignement des sages, ce qui permet d’obtenir la vie éternelle :

  • 18 Tesoro, Livre II, chapitre I, p. 150.

[…]  que deve seer de las piedras preciosas, que se entiende por los enseñamientos de los sabios que son para la buena vida de los omnes. […] E este enseñamiento será segunt las cuatro virtudes principales, onde es la primera prudencia […]. La segunda es temprancia […]. La tercera es fuerça […]. La cuarta virtud es justicia […]. E estas son las cuatro piedras principales del tesoro, comoquier que sea lleno de otras piedras que an alguna virtud, segunt podrá entender aquel que fuere de buen entendimiento que pare bien en esto mientes18.

12Le lien établi avec les pierres précieuses et les vertus permet d’en souligner l’importance, la valeur qui leur est accordée. De plus, chaque pierre a un langage, une signification ; les vertus évoquées par le texte du Tesoro sont donc complétées par la symbolique associée à la pierre précieuse. Cependant, au-delà de ces vertus que tout homme peut atteindre par une attitude rigoureuse, les rois doivent présenter d’autres vertus que l’on peut considérer comme des devoirs inhérents à leur fonction. En effet, le Tesoro expose, dans la deuxième partie, les vertus royales :

  • 19 Ibid., Livre II, chapitre LXXXI, p. 241-242.

[…] deven los seňores tener los tres mandamientos de Platón. El uno es que guarden el provecho a los cibdadanos, en que ganan aquello que fazen, e estonce non contienden a su misma pro, e piensan que ayan abondamiento de vianda e de las cosas que son menester a la cibdat e a la vida de las gentes. El otro mandamiento, que sean curiossos de tod el cuerpo de la cibdat e que guarden las cosas de común; e esto al pro de todos e non d’algún amigo privado. El tercero mandamiento es que tenga justicia entre sus subjectos e que dé a cada uno lo que debe ser suyo e que guarde la una partida del otra en tal manera que non dé alas al una contra el otra, ca aquellos que ayudan los unos contra los otros aduzen en la cibdat guardar que non cayan contiendas entr’ellos […]. E eso es peligro mortal19.

  • 20 Ibid., chapitre CXV, p. 287 : « Los criminales pecados son siete: sobervia, embidia, ira, luxuria, (...)
  • 21 Ibid., Livre II, chapitre LXVIIII, p. 223.

13Les devoirs royaux sont donc considérés comme des vertus, au sens propre du terme, et sont le fondement d’une mission divine dévolue au prince. Atteindre la perfection dans son comportement ne peut donc se concevoir sans l’éducation et sans une lutte de tous les instants contre les péchés et autres tentations. Le Tesoro présente donc, en contrepoint à ces vertus, toutes sortes de vices. Ceux que l’auteur expose sont l’avarice, la colère, la luxure, le mensonge et la traitrise, l’orgueil, la vanité. L’orgueil est, pour Latin, le premier de tous les vices car il est, en quelque sorte, la racine de tous les maux20. Cependant, le Tesoro développe le thème de la luxure, et on peut voir une sorte de crescendo dans l’exposition des conséquences de ce vice. En effet, on peut lire : « Sabencia non será ya fallada en la tierra de aquellos que biven en la tierra delectosamiente »21. Le savoir, et par là même la sagesse, est impossible à trouver pour celui qui s’adonne au plaisir sexuel. Celui-ci renvoie l’homme à l’état animal :

  • 22 Ibid., chapitre LXXIII, p. 229.

Conviene siempre al omne fuerte e sabio saber cuánto sobrepuja la natura del omne a la de las bestias, ca ellas non aman sinon deleite, en aquello ponen todo su esfuerço, mas el coraçon del omne entiende a otra cosa, que es a pensar e aprender22.

14La force de l’homme de bien réside donc dans sa capacité à contrôler ses pulsions afin de ne pas tourner le dos à toute forme de vertu :

  • 23 Ibid.

E por ende nos devemos guardar que deleite non aya señorío sobre nós, ca faz al omne salir de carrera de virtud23.

  • 24 Ibid.

15Quelques lignes plus bas, un degré est franchi avec la mention de la luxure : « Luxuria e vino confonden el saber del omne e métenlo en yerro de la fe »24 ; associé à la boisson, la luxure induit à l’erreur dans la foi, c’est-à-dire que plus l’homme se complaît dans les plaisirs, plus il s’éloigne de Dieu. Cette idée semble confirmée par un dernier exemple qui présente l’homme sous la domination de la femme :

  • 25 Ibid., chapitre CII, p. 264.

[…] mas abandona el cuerpo e el coraçón a una muger e assí pierde su sesso e es ciego, assí como fizo Adam por su muger, de que tod el humanal linage es en periglo e será sienpre25.

16Cette citation permet de confirmer que la luxure et les plaisirs charnels impliquent la perte de tout discernement et sont synonyme d’aveuglement. La comparaison de l’homme en général avec Adam reprend l’idée selon laquelle il s’est laissé influencer par la femme ; or, ce glissement met en évidence la faute. La luxure est donc à la racine du péché originel, impliquant la sortie du paradis et la colère de Dieu. L’humanité reste donc à jamais entachée par cette faute ; elle est une proie facile pour les vices et tentations. Pour retrouver la confiance de Dieu, l’homme doit sans cesse essayer de racheter ses péchés par une dévotion sans faille et un comportement irréprochable.

17Ces remarques sur le traitement des vices et les vertus mettent en lumière un être humain très fragile, sans cesse confronté à de multiples tentations qui l’éloignent de la raison et de Dieu. Les hommes ont par conséquent besoin de guides pour suivre le droit chemin et pallier leurs faiblesses ; le Tesoro se définit justement comme tel :

  • 26 Ibid., prologue, p. 12-13.

E peró que este tesoro non deve seer dado sinon a omne que deve aver en sí grant riqueza, por esso la daré yo a vós, que sodes mi buen amigo, ca vós sodes digno de la aver segunt mi juizio26.

18Cette dédicace du Tesoro, si elle ne fait pas état des maux et de la nécessité absolue d’instruire les hommes, offre le contenu de l’ouvrage, considéré comme un trésor, à une personne dont la richesse intérieure est déjà certaine et qui saura en faire bon usage. En fin de compte, à travers le traitement des vices et des vertus, le but de l’auteur est de dessiner l’image exemplaire du prince.

19Dans le dernier quart du XIIIe siècle, le conflit entre l’orthodoxie chrétienne et la philosophie naturelle d’inspiration aristotélicienne affecte tout l’Occident chrétien. Malgré la condamnation prononcée par l’évêque Étienne Tempier à Paris, dans les années 1270, la philosophie aristotélicienne se diffuse jusqu’en Castille, notamment grâce au Tesoro qui reprend l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.

20La place dévolue au divin, dans le Tesoro est très importante, rendant compte, sans doute, de la forte dévotion de Sanche IV, qui semble entretenir avec Dieu une relation particulière et forte, faite de crainte, de respect et d’amour. Cette piété va conduire le souverain à proposer une vision personnelle du monde, qui semble déterminer son projet culturel et politique.

  • 27 Ibid., chapitres V à XV, p. 18-25.
  • 28 Ibid., chapitre XVI, p. 26.
  • 29 Ibid., chapitre XVII, p. 26.

21On trouve, dans le Tesoro, des références à la création du monde et par conséquent à la grandeur du Créateur. Cet ouvrage consacre dix chapitres27 à cet événement fondateur qu’est la création, détaillant chaque étape de l’œuvre divine, dans un souci de précision et d’exhaustivité. Brunet Latin rappelle également que Dieu donne les lois aux hommes28 à travers Moïse et l’Ancien Testament. Cependant, le texte met en avant le Nouveau Testament, condamnant ainsi « la vieille loi » qui est « celle des faibles »29. Contrairement à ce passage, les Castigos, le Lucidario, œuvres revendiquées par Sanche IV, et plus généralement les ouvrages sapientiaux, font référence au Nouveau et à l’Ancien Testament. Peut-être peut-on lire, dans ce choix effectué par le Tesoro, notamment à travers la mention des Évangiles et le rappel des enseignements du Christ, l’influence des franciscains dans l’Occident médiéval et particulièrement dans l’entourage de Sanche IV ?

22Après avoir rappelé les bases de la grandeur divine, le Tesoro reprend une des idées majeures du christianisme : l’omnipotence de Dieu. Sa puissance est en effet sans limite sur tout ce qui existe et qui n’existe que par lui. Le Tesoro en donne un exemple qui met en avant la relation père/fils/Dieu, dans laquelle l’amour pour Dieu doit être supérieur à l’amour ressenti pour le père :

  • 30 Ibid., Livre II, chapitre XLII, p. 186.

El amor que omne á a Dios e el que á a su padre es de una natura e el un amor e el otro son de una remembrança, que es el bien que recibieron por don de gracia, peró que el amor de Dios debe pasar el amor del padre, porque los bienes que d’él vienen son más grandes e más nobles30.

23La grandeur divine est ici la promesse d’obtenir des biens plus grands et plus nobles que ceux que peut apporter le père. Cette relation ne se situe pas sur le même registre ; la parenté spirituelle l’emporte sur la parenté biologique, plus triviale parce qu’exclusivement terrestre. Cette conception de l’existence humaine est un moyen de montrer la supériorité de la théologie sur la science naturelle, c’est-à-dire de Dieu sur le monde dont le pouvoir réside aussi dans le caractère éternel :

  • 31 Ibid., Livre I, chapitre VIII, p. 19.

La eternidat de Dios es delante todos los tiempos e en Él non á departimiento del tiempo pasado o del que es o del que á de ser, mas todas las cosas son presentes en Él así como si agora fuesen, porque Él las tiene en sí todas por la eternidat, que es que Él fue siempre e es e será; mas estos tres tiempos son en nós31.

  • 32 Ibid., Livre II, chapitre LXXXVII, p. 247.
  • 33 Hugo Óscar BIZZARRI, Castigos del rey don Sancho IV, Madrid : Iberoamericana, 2001, p. 90-91 {12- 1 (...)

24Dieu est donc immuable, n’a ni commencement ni fin et existe de toute éternité. Dieu peut considérer le monde dans son intégralité spatio-temporelle ce qui le place au-dessus des êtres humains qui n’ont pas cette capacité. Les hommes doivent donc aspirer à mener une vie vertueuse afin de Le rencontrer. La religion semble, une fois de plus, être un régulateur spirituel de la vie sur terre, ce que confirme Brunet Latin : « El omne justo es aparejado pora alcançar la vida perdurable »32, ce à quoi aspire Sanche IV, en roi très pieux, et dont il fait état dans les Castigos33.

25Les conditions pour gagner le ciel sont ici clairement exposées : il faut être bon chrétien et servir Dieu, rejeter les richesses et les honneurs de ce (bas) monde ; il faut aussi être capable de contrôler ses pulsions en se montrant bon. Cette aspiration, très prégnante chez Sanche IV, est un des éléments qui va contribuer à organiser sa vie d’homme mais aussi de roi en fonction de cette nécessité : avoir une vie exemplaire afin de sauver son âme des tourments de l’enfer. Cette volonté personnelle ne peut qu’avoir des répercussions sur son comportement de souverain et par conséquent influencer sa façon de régner.

  • 34 Salustiano MORETA VELAYOS, « Notas sobre el franciscanismo y el dominicanismo de Sancho IV y María (...)
  • 35 Antonio GARCÍA MARTÍNEZ, Crónica de los reyes de Castilla Fernando III, Alfonso X, Sancho IV y Fern (...)
  • 36 G. ORDUÑA, art. cit., p. 53 : « […] la presencia de un foco o elite intelectual que floreció en tie (...)
  • 37 Ibid., p. 56 : « En el reinado de Sancho IV, García Gudiel es arzobispo de Toledo y por tal, cancil (...)
  • 38 ISIDORE DE SÉVILLE, Etimologías, José Oroz Reta et Manuel A. Marcos Casquero, (éd.), Madrid : B.A.C (...)

26La religiosité de Sanche IV peut trouver son origine dans la fréquentation des ordres mendiants, franciscains et dominicains. En effet, le précepteur de Sanche IV est Fray Juan Gil de Zamora, un franciscain, choisi par son père le roi Alphonse X. Sanche a une grande proximité avec son maître dont l’influence sur le futur roi est attestée : « […] varios autores coincidían en afirmar la devoción del rey a San Francisco de Asis »34. La religiosité du roi s’exprime tout au long de sa vie au point qu’il demande à être inhumé dans l’habit de saint François : « […] habiendo tomado antes de morir el hábito de la orden del bienaventurado Francisco »35. De plus, de nombreux prélats font partie de l’entourage de Sanche IV à Tolède, notamment Gonzalo García Gudiel qui en est l’archevêque36. Celui-ci joue un grand rôle dans la vie de Sanche IV et de Marie de Molina puisqu’il procède à leur mariage, à leur couronnement et aux funérailles du souverain. Cet ecclésiastique, aidé d’un groupe de prélats, est un des membres les plus influents de l’administration de la Castille sous Sanche IV, comme le souligne Germán Orduña37. De plus, dans la société médiévale, la tâche du roi est particulièrement complexe car elle se décline sur plusieurs niveaux de compétences : la connaissance de soi, la connaissance des autres et enfin la capacité à gouverner son royaume38.

  • 39 Tesoro, prologue, p. 12.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., p. 13.

27Le Tesoro explique, dès le prologue, que l’acquisition des vertus spécifiques est une étape indispensable : « La segunda partida es que fabla de las maldades e de las bondades, […], que quiere dezir cuáles cosas deve omne fazer e cuáles non »39. Une fois ces qualités acquises, l’homme de bien est en mesure de gouverner son royaume : « Otrossí es la ciencia de bien fablar e de governar sus yentes más noble que ninguna arte del mundo »40. Le texte fait également référence à l’autorité de Boèce et à son œuvre, la Consolation de philosophie, afin de définir la philosophie en tant que science et de montrer l’importance qu’elle revêt : « Filosofía es raíz de que crecen todas las ciencias que omne puede saber »41. De même dans les Castigos, Sanche IV explique à son fils que cette connaissance de soi et des autres est un point de départ indispensable pour celui qui est amené à diriger les hommes :

  • 42 Castigos, chapitre XIII, p. 160 {5}.

El primero conosçer a Dios, que es tu sennor e tu criador e tu mantenedor. El segundo conosçer a ti mesmo quién eres, e de qué lugar vienes, e en qué lugar te puso Dios, e quántos son los bienes que te fizo. El terçero conosçer a tus eguales para saberlos aber, e guardar, e saberlos mantener a tu pro e a tu honrra, e tirarlos de tu dapnno. El quarto conosçimiento es de conosçer aquellos que son puestos so el tu poder e so el tu mandamiento42.

28Le savoir nécessaire à l’élévation de l’homme et à la gouvernance du roi est très présent dans le Tesoro mais certaines connaissances, plutôt que d’autres, sont mises en avant. Le prologue présente, comme s’il s’agissait d’un programme, les contenus scientifiques développés par la suite. Le thème de la politique et de la gouvernance y est amplement développé.

  • 43 C. SALINAS ESPINOSA, art. cit., p. 502 note 7 : « E porque filosofía es raíz de que crecen todas la (...)

29Brunet Latin a recours aux autorités les plus anciennes afin de montrer qu’il s’inspire des plus grands auteurs classiques, son but étant de construire un socle solide pour cette compilation43. L’image de la source vers laquelle se pressent les hommes qui ont soif de connaissances est significative : elle est la preuve d’un réel besoin d’apprendre et de savoir, sans doute pour mieux se gouverner dans une société urbaine qui connaît en cette seconde moitié du XIIIe siècle un essor certain, tant économique que culturel.

30Cependant, le texte ne suit pas exactement le plan annoncé dans le prologue. Il parle bien de théorétique dans la première partie, mais dans les deux autres, il aborde l’éthique et l’économique puis, la rhétorique et la politique, ces deux dernières disciplines étant, pour lui, le nec plus ultra du savoir :

  • 44 Ibid., p. 506.

Nótese cómo Brunetto Latini realiza una determinada selección de las ciencias, ya que no tiene ningún reparo en eliminar la tercera parte de la Filosofía, la Lógica, pero en cambio considera que ‘serie una obra retajada si non vos dixiesse la tercera sçiençia, que es política’. De este modo comprobamos que nuestro autor està más interesado en unas ciencias que en otras y que además no pretende hablar de todas ellas, sino de ‘las mas preçiadas’44.

31De plus, l’ouvrage est dédié à un destinataire bien précis, Charles d’Anjou, auquel il souhaite donner des connaissances qui doivent lui être utiles. Le texte opère forcément une sélection des savoirs, ce qui est la marque d’une évolution dans la mesure où on note la volonté ne pas faire entrer dans cette encyclopédie tous les savoirs connus, car sinon, le livre serait sans fin :

  • 45 Tesoro, Livre I, chapitre CXCIIII, p. 148-149.

E cuenta brevemiente la natura de cada una d’estas cosas, ca, si quisiere más complidamiente contar por qué e cómo acaecen, serié el libro tan grant que non avrié fin45.

32Ce regard réflexif sur le contenu de l’œuvre semble plus pragmatique et donc davantage en lien avec les évolutions de la période. Il se produit donc une sorte de spécialisation des savoirs correspondant aux goûts des lecteurs et à l’émergence de fonctions nouvelles au sein de la société, comme celles occupées par les letrados.

  • 46 La bibliographie sur le monde animal au Moyen Âge est immense. Néanmoins, on peut citer : Robert DE (...)
  • 47 Thibaud BOUARD, « Le Trésor de Brunetto Latini : Éduquer les Laïcs », Position de thèse, École des (...)

33Outre ces considérations morales dont le but est d’induire un comportement ad hoc, les ouvrages de cette fin du XIIIe siècle proposent également des connaissances scientifiques afin d’ouvrir les lecteurs sur le monde qui les entoure, ce monde issu de la création divine. Le Tesoro présente des thèmes communs qui ont trait à l’astronomie, à la cosmographie ou aux sciences naturelles, notamment à travers des enseignements sur les animaux. Cet ouvrage propose un bestiaire46 et donne des informations sur des animaux très divers. Le Tesoro consacre soixante-dix chapitres d’importance plus ou moins grande aux questions de zoologie. Le bestiaire du Tesoro présente une certaine originalité dans la mesure où il réserve quelques chapitres aux oiseaux de proie, ce qui est inhabituel dans ce type de textes47.

  • 48 Tesoro, Livre II, chapitre LIIII, p. 205 : « ca sin sapiencia e sin saber non puede ninguno bien be (...)
  • 49 Ibid., chapitre LVIII, p. 210 : « […] non quieras saber sabiencia desmesurada nin quieras saber más (...)
  • 50 Georges MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », Atalaya 5, 1994, p. 153-178.
  • 51 Julio VALDEÓN, Alfonso X el Sabio, Valladolid : Junta de Castilla y León, Colección Villalar, 1986, (...)

34Si le Tesoro fait l’éloge du savoir parce qu’il est à la fois un moyen de ne pas faire d’erreur et d’atteindre Dieu48, surtout quand il est accompagné de la sagesse qui procure le discernement, il insiste néanmoins sur le fait que ce savoir doit être mesuré49. La traduction du Tesoro s’insère donc dans un projet didactique plus ample. En effet, Sanche IV, tout en voulant construire, comme son père Alphonse X, une œuvre littéraire, souhaite s’en démarquer, matérialisant ainsi la rupture avec celui qui l’a maudit50. En s’opposant à Alphonse X, défini comme ami des sciences51, le monarque condamne une curiosité inappropriée dans la mesure où elle outrepasse le cadre de la croyance et du dogme, mettant en danger l’orthodoxie religieuse.

35La traduction du Tesoro s’inscrit dans cette ambition qui consiste à faire connaître des textes écrits ailleurs pour d’autres lecteurs. Outre une ouverture sur le monde, cette pratique peut répondre à la nécessité de faire assimiler, par ses lecteurs, des idées nouvelles ou différentes à travers des œuvres nouvelles, elles aussi. Si cette pratique rappelle celle de son père Alphonse X, elle en diffère par des choix idéologiques en lien avec la stricte orthodoxie que s’est fixée Sanche IV. L’intérêt du Tesoro réside, ici, dans le traité des vices et des vertus issu de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote ainsi que dans les développements sur la politique. Ce traité constitue un véritable manuel de comportement. Inciter ses sujets à adopter certaines pratiques, revient à les influencer, notamment par l’ascendant naturel que peut représenter la figure royale, et ce faisant, permet, en canalisant certains comportements, d’instaurer une certaine paix sociale, qui doit contribuer au rayonnement du roi et de son pouvoir.

  • 52 Richard P. KINKADE, Los « Lucidarios » españoles, Madrid : Gredos, 1968, prologue, p. 77- 78.
  • 53 A. M. MONTERO, art. cit., p. 944. L’alliance entre la Castille et la France à laquelle Ana Montero (...)

36Sanche IV veut réorienter le savoir en insufflant une nouvelle façon de penser le monde et le rapport à Dieu, tournant de fait le dos à toute la littérature d’origine arabe et aux notions d’astrologie mises en avant sous Alphonse X, orientations qu’il juge idéologiquement dangereuses52. Pour le roi, le savoir doit être subordonné à la foi. Cette attitude dénote une volonté de s’émanciper des pratiques antérieures et de marquer une rupture claire avec son père, tout en mettant en avant sa propre aptitude à construire et mener à bien un projet culturel. De plus, si l’on regarde l’histoire de la période, ce choix des sources, notamment françaises, avec la traduction du Tesoro, peut être la marque d’un nécessaire rapprochement avec la France53.

  • 54 ALPHONSE X, Segunda Partida, Tit. 5, Loi 16.

37En jetant les bases d’une création artistique, Sanche se présente, au même titre que son père, comme un roi savant et cultivé. Cette nécessité, d’ailleurs exprimée par le roi Alphonse : « Acucioso debe el rey ser en aprender los saberes »54, lui permet de bien gouverner son royaume, de garder ses secrets (car il sait lire et écrire) et de connaître Dieu puisque c’est de Dieu que sont issus tous les savoirs. À travers les œuvres qu’il promeut, Sanche IV va inciter ses lecteurs à adopter ses propres conceptions. Cette entreprise culturelle n’est pas exclusivement mue par une volonté de diffuser du savoir, mais également, par une volonté d’illustrer et donc de défendre sa conception de la royauté. Ces œuvres sont donc à la fois des manifestes littéraires et des vecteurs de propagande politique.

38D’Alphonse X à Sanche IV, on assiste certes à un déplacement de l’idéologie du savoir, et de sa recherche, vers le conseil, conférant sans doute une dimension moins grandiose au projet culturel sancien. Néanmoins, dans sa volonté de construire un pouvoir royal fort et univoque, Sanche IV ne s’éloigne pas fondamentalement de son père qui a entrepris d’organiser la gouvernance du royaume grâce, lui aussi, à son œuvre écrite. Là réside un paradoxe intéressant : Sanche IV a passé sa vie à vouloir être roi malgré son père et contre son père, malgré cela son programme politique est similaire : asseoir une monarchie chrétienne forte et lettrée. La version castillane du Tesoro, œuvre qui s’apparente aux textes alphonsins, peut être alors considérée comme une transition ou, plus exactement, comme un pont culturel entre le père et le fils.

Haut de page

Notes

1 Les termes « guelfe » et « gibelin » apparaissent dans les sources italiennes dans les années 1240-1250, sous le règne de l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen (1220/1250). L’origine de cette opposition est lointaine et prend sa source dans la crise de succession de l’empereur Henri V, décédé sans héritier (1125). Plus largement, il s’agit d’une crise née de l’affrontement entre deux clans, l’un soutenant la papauté, les guelfes, l’autre l’Empire, les gibelins. Ce conflit s’est concrétisé dans la politique locale des villes telles que Florence et Gênes. Deux batailles seront décisives au XIIIe siècle : celle de Montaperti en 1260 qui voit la défaite des guelfes et celle de Bénévent en 1266 qui leur permet, après la mort de Manfred, de revenir durablement au pouvoir. Brunet Latin, qui appartenait au clan des guelfes, se rendit auprès d’Alphonse X de Castille afin d’obtenir de l’aide pour son camp.

2 Le premier à le signaler fut Jorge AMADOR DE LOS RÍOS, Historia y crítica de la literatura española, Madrid : Cancela, 1863, p. 36.

3 Brunet Latin, dans le prologue du Tesoro, cite assez explicitement le Libro de las Leys, faisant ainsi référence à la production juridique du roi, sans que l’on sache exactement à quelle œuvre, le Setenario ou les Partidas, il fait allusion.

4 Libro del Tesoro, Estudio y Edición de María Nieves Sánchez-González de Herrero, Editorial Academia del Hispanismo, Vigo, 2008.

5 Concepción SALINAS ESPINOSA, « La clasificación y selección de las ciencias en el “Libro del Tesoro” de Brunetto Latini », La Literatura en la época de Sancho IV, p. 501-510, et en particulier, p. 508-509.

6 Tesoro, prologue, p. 12.

7 Loc. cit. Il s’agit de références à la classification d’Aristote.

8 Li Livres dou Tresor par Brunetto Latini. Édition de Polycarpe Chabaille, Paris, Imprimerie Impériale, 1863, consultable sur le site de la BNF. URL : http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-29286&M=tdm ou www.lexilogos.com/latini_tresor.htm.

9 Francis J. CARMODY, Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini. Édition critique, Berkeley : University of California Press, 1948. Réimpression : Genève, Slatkine Reprints, 1998.

10 Libro del Tesoro. Versión castellana de Li Livres dou Tresor. Édition de Spurgeon Baldwin, Madison, 1989.

11 Spurgeon BALDWIN, The Medieval Castilian Bestiary from Brunetto Latini’s Tresor. Exeter University, 1982.

12 María Nieves SÁNCHEZ-GONZÁLEZ DE HERRERO, Tesoro, Estudio y edición, Vigo : Editorial Academia del Hispanismo, 2008, Introduction p. 23.

13 Ana MONTERO, « La castellanización de Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini en la corte de Sancho IV (1284-1295) : algunas notas sobre la recepción de la ética aristotélica », Anuario de Estudios Medievales, 40/2, julio-diciembre de 2010, p. 937-954, et en particulier p. 944 et 945.

14 Ibid. p. 940.

15 Brunet LATIN, Li Livres dou Tresor, édition de Polycarpe Chabaille.

16 Il s’agit de l’histoire des villes italiennes et des conflits entre Lombards et Allemands, ainsi que de la lutte entre guelfes et gibelins.

17 Corinne MENCÉ-CASTER, « Traduction et ethos royal dans les textes alphonsins », C.E.H.M., n° 33, 2010, p. 17.

18 Tesoro, Livre II, chapitre I, p. 150.

19 Ibid., Livre II, chapitre LXXXI, p. 241-242.

20 Ibid., chapitre CXV, p. 287 : « Los criminales pecados son siete: sobervia, embidia, ira, luxuria, cobdicia, descreecia, avaricia. […] Mas de todos pecados, sobervia es la madre e raíz de que todos nacen, porque cada uno d’estos siete engendra otros pecados ».

21 Ibid., Livre II, chapitre LXVIIII, p. 223.

22 Ibid., chapitre LXXIII, p. 229.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid., chapitre CII, p. 264.

26 Ibid., prologue, p. 12-13.

27 Ibid., chapitres V à XV, p. 18-25.

28 Ibid., chapitre XVI, p. 26.

29 Ibid., chapitre XVII, p. 26.

30 Ibid., Livre II, chapitre XLII, p. 186.

31 Ibid., Livre I, chapitre VIII, p. 19.

32 Ibid., Livre II, chapitre LXXXVII, p. 247.

33 Hugo Óscar BIZZARRI, Castigos del rey don Sancho IV, Madrid : Iberoamericana, 2001, p. 90-91 {12- 14} : « E por eso han saluaçión las almas de los santos christianos e sieruos de Dios despreciando lo déste mundo, que es vanidat e nada, e quebrantan las sus uoluntades e las sus obras de los sabores déste mundo. E por eso les da Dios la su gloria perdurable de paraíso que dura e durará para siempre ».

34 Salustiano MORETA VELAYOS, « Notas sobre el franciscanismo y el dominicanismo de Sancho IV y María de Molina », in : José Ignacio de la IGLESIA DUARTE, Javier GARCÍA TURZA, José Ángel GARCÍA de CÓRTAZAR et Ruiz de AGUIRRE (coord.), Actas de la VI semana de Estudios Medievales de Nájera, 31 de julio al 4 de agosto de 1995, 1996, p. 171-184, et en particulier p. 171.

35 Antonio GARCÍA MARTÍNEZ, Crónica de los reyes de Castilla Fernando III, Alfonso X, Sancho IV y Fernando IV (1248-1305), Traduction espagnole, Murcia : Patronato de Cultura de la Exma. Diputación, 1961, p. 47.

36 G. ORDUÑA, art. cit., p. 53 : « […] la presencia de un foco o elite intelectual que floreció en tiempos de Sancho IV, en la escuela catedralicia de Toledo, en torno a la figura del arzobispo Gonzalo García Gudiel ».

37 Ibid., p. 56 : « En el reinado de Sancho IV, García Gudiel es arzobispo de Toledo y por tal, canciller de Castilla ; el título era nominal y el prelado solía designar un notario ; pero es de señalar que en 1291 los documentos lo mencionan como “chanceller mayor en nuestros rregnos” y por los mismos años el ya arcediano Ferrán Martínez es “corrector” o visador último de los documentos de la cancillería ; los libros de contaduría de 1293 y 1294 lo mencionan como “el que tiene el sello de la Poridat”, es decir, el sello de lacre que cerraba el pliego. Podemos decir que don Gonzalo y su círculo de clérigos dominaban la administración del reino ».

38 ISIDORE DE SÉVILLE, Etimologías, José Oroz Reta et Manuel A. Marcos Casquero, (éd.), Madrid : B.A.C., 2009, Livre IX, 3-4, p. 754.

39 Tesoro, prologue, p. 12.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 13.

42 Castigos, chapitre XIII, p. 160 {5}.

43 C. SALINAS ESPINOSA, art. cit., p. 502 note 7 : « E porque filosofía es raíz de que crecen todas las ciencias que omne puede saber, bien assí como una fuente onde salen muchos arroyos e corren acá e allá e que los unos beven del uno e los otros del otro, peró que esto sea en diversas maneras, ca los unos beven más e los otros menos sin agotar la fuente ».

44 Ibid., p. 506.

45 Tesoro, Livre I, chapitre CXCIIII, p. 148-149.

46 La bibliographie sur le monde animal au Moyen Âge est immense. Néanmoins, on peut citer : Robert DELORT, Les animaux ont une histoire, Paris : Seuil, 1993 ; Jacques BERLIOZ et Marie Anne POLO DE BEAULIEU, L’Animal exemplaire au Moyen-Âge, Ve-XVe siècles, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 1999 ; Vinciane DESPRET, Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris : Les empêcheurs de tourner en rond, 2002 ; Gaston DUCHET-SUCHAUX et Michel PASTOUREAU, Le bestiaire médiéval. Dictionnaire historique et bibliographique, Paris : Le Léopard d’Or, 2002 ; Baudouin Van Den ABEELE (éd.), Bestiaires médiévaux. Nouvelles perspectives sur les manuscrits et les traditions textuelles. Communications présentées au XVe colloque de la Société internationale renardienne (Louvain-la-Neuve, 19-22.08.2003), Louvain-la-Neuve : Publications de l'Institut d'études médiévales de l'Université catholique de Louvain (Textes, études, congrès, 21), 2005 ; Christian HECK et Rémy CORDONNIER, Le bestiaire médiéval, Citadelles et Mazenod, Paris, 2011.

47 Thibaud BOUARD, « Le Trésor de Brunetto Latini : Éduquer les Laïcs », Position de thèse, École des Chartes, Thèses 2007, p. 1-9, et notamment, p. 4. URL : http://theses.enc.sorbonne.fr/2007/bouard - Consulté le 04/12/2012.

48 Tesoro, Livre II, chapitre LIIII, p. 205 : « ca sin sapiencia e sin saber non puede ninguno bien bevir nin a Dios nin al mundo”.

49 Ibid., chapitre LVIII, p. 210 : « […] non quieras saber sabiencia desmesurada nin quieras saber más que non conviene” ou “E la otra maldat es meter grant estudio en cosas escuras o graves; e esta maldat es llamada curiosidat, e esto es cuando omne pone todo su entendimiento en aquello que non á pro, otrossí como tú dexas la ciencia de las buenas costumbres e metes grant cuidado en astronomía e en algorismo ».

50 Georges MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », Atalaya 5, 1994, p. 153-178.

51 Julio VALDEÓN, Alfonso X el Sabio, Valladolid : Junta de Castilla y León, Colección Villalar, 1986, p. 41 et p. 48. Julio Valdeón explique à ce propos : « Aquí se pone de relieve la preocupación de Alfonso X por todo tipo de saberes, sin establecer límite alguno » ou « Siempre desque fue en este mundo amó e allegó a sí las sciencias, siendo escodriñador de sciencias, requeridor de doctrinas e de enseñamientos ».

52 Richard P. KINKADE, Los « Lucidarios » españoles, Madrid : Gredos, 1968, prologue, p. 77- 78.

53 A. M. MONTERO, art. cit., p. 944. L’alliance entre la Castille et la France à laquelle Ana Montero fait allusion est celle qui fut signée entre Sanche IV et Philippe IV Le Bel à Bayonne le 5 avril 1290. Pour de plus amples informations, voir José Manuel NIETO SORIA, Sancho IV (1284-1295), Palencia : Editorial La Olmeda S. L., 1994, p. 104-105 et Mercedes GAIBROIS DE BALLESTEROS, Historia del reinado de Sancho IV, Madrid : Ediciones Voluntad, 3 vols, 1922-1928, Tome II, p. 39-49.

54 ALPHONSE X, Segunda Partida, Tit. 5, Loi 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Robert, « La translation du Libro del Tesoro de Brunet Latin au cœur des enjeux culturels et politiques sous Sanche IV », e-Spania [En ligne], 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35596 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.35596

Haut de page

Auteur

Sylvie Robert

Université Bordeaux Montaigne – AMERIBER – EREMM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals