Navigation – Plan du site
Traduire pour convaincre dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or
I) Stratégies de persuasion et enjeux culturels et politiques dans les traductions médiévales

Traduire pour quoi faire ? Arguments justifiant l’utilité de la traduction dans le prologue de l’Ysopete historiado

Sophie Coussemacker

Résumés

La communication examine les arguments avancés pour justifier la traduction en langue vernaculaire des fables, dans le prologue de l’Ysopete historiado castillan, présent dans plusieurs éditions (1482 à 1496). Il s’agit en fait d’une reprise du prologue inventé par le traducteur allemand des fables ésopiques, Heinrich Steinhöwel. Pour justifier ces traductions, ce dernier évoque la longue filiation de traductions de fables du grec au latin, puis aux langues vernaculaires. Il y ajoute aussi une justification par le lectorat : les fables ne doivent pas être réservées aux seuls princes lettrés, mais doivent servir à éduquer tout un chacun. Cette justification s’inscrit dans un débat qui anima le milieu humaniste, notamment italien, qui n’était pas en soi hostile aux fables, mais à leurs versions vernaculaires « populaires ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction. L’Espagne médiévale et les fables

  • 1 Les auteurs à lire dans les écoles de grammaire étaient appelés par des diminutifs indiquant qu’ils (...)

1Bien avant la fin du XVe siècle, la Castille médiévale possédait déjà un riche corpus de contes, notamment depuis la double traduction, en 1251 et 1253, de deux œuvres d’origine orientale, le Calila et Dimna et le Sendebar, l’une pour l’infant Alphonse, futur roi Alphonse X, l’autre pour son frère Fadrique. Les lecteurs ibériques cultivés n’ignoraient pas non plus les fables venues de deux autres traditions : l’une, gréco-latine, celle des fables attribuées au mythique Ésope ; celles-ci étaient passées en Espagne par les écoles, sans doute, puisqu’on y étudiait ces fables pour leur valeur pédagogique dans l’apprentissage du latin1. L’autre tradition, c’est l’ensemble de la geste « renardienne », c’est-à-dire les fables en français des diverses branches du Roman de Renart ; leur connaissance en Espagne est bien avérée par la traduction en catalan qu’en fait Raymond Lulle dans le Livre des Bêtes.

  • 2 Sur la tradition ésopique dans les fables de Juan Ruiz, je renvoie à la bibliographie d’Hugo O. Biz (...)
  • 3 L’itinéraire de l’Isopete castillan a été largement analysé par María Jesús Lacarra Ducay, « La for (...)
  • 4 Odo de Cheriton, Fabulae, Narrationes o Parabolae, première moitié du XIIIe siècle. La traduction c (...)

2Les fables d’Ésope (ou plutôt, des textes de même inspiration), étaient sans aucun doute connues des médiévaux espagnols : elles sont la source d’inspiration de récits dans le Conde Lucanor, le Libro del cavallero Zifar, et le Libro de Buen Amor, où Juan Ruiz précise même que l’une de ses fables est de Isopete sacada (v. 96d)2. Juan Manuel et ses contemporains n’ont cependant connu ces fables que dans leur version latine (ou peut-être une traduction française ?), car les fables ésopiques n’ont pas fait l’objet, en Espagne, d’une traduction intégrale ou même partielle avant la fin du XVe siècle3. Même le Libro de los Gatos, recueil de fables du milieu du siècle, n’est qu’une traduction au castillan des fables d’Eudes de Chériton, certes elles-mêmes inspirées des fables ésopiques, mais il ne s’agit pas d’une compilation de ces dernières, à proprement parler4. C’est l’implantation d’ateliers d’imprimeurs, pour la plupart allemands, qui fut le vecteur de ces traductions renouvelant la tradition « fabulaire » dans la péninsule.

  • 5 La première mention de cet incunable est due à Don José Goñi Gaztambide [archiviste et bibliothécai (...)
  • 6 Harriet Goldberg et Victoria A. Burrus, Esopete ystoriado (Toulouse 1488). Edición, studio y notas, (...)
  • 7 Incunable conservé à l’Escorial (INC 32-I-13). Fábulas de Esopo. Reproducción en facsímile de la Pr (...)

3En 1482, paraît à Saragosse un premier Isopete historiado. Longtemps méconnue, cette première version n’est conservée que dans un seul témoin, à Pampelune5. Elle est suivie, avant la fin du siècle, en Espagne ou sur ses « marges », par trois autres éditions incunables en castillan (Toulouse 14886, Saragosse 14897, Burgos 1496), puis par de nombreuses autres éditions dans les premières années du XVIe siècle (une cinquantaine de versions imprimées, tant en castillan qu’en catalan).

  • 8 Le travail de Steinhöwel était déjà connu d’Hermann Knust, « Steinhöwel’s Aesop », Zeitschrift für (...)
  • 9 La filiation entre les incunables castillans et la compilation de Steinhöwel a été analysée par V.  (...)

4Cet énorme travail éditorial n’est pas une création ibérique à proprement parler : les imprimeurs de Saragosse, Toulouse et Burgos se sont fondés sur une compilation élaborée très peu de temps auparavant par le traducteur allemand Heinrich Steinhöwel (1412-1482)8. Sa version des fables d’Ésope, aussi connue sous le nom d’Ulmer Æsop, fut publiée trois fois de suite au moins, à Ulm et Augsbourg entre 1476 et 1480, chez l’imprimeur Johan Zainer pour la première mouture. L’édition était bilingue, latin-allemand, chaque fable latine en vers étant accompagnée de sa traduction en allemand, en prose, et ornée de 205 xylographies qui firent son succès. Steinhöwel ajouta aux fables une Vie d’Ésope, en latin, dont il n’est pas lui-même l’auteur. Sa seule véritable création est un long prologue dédicatoire et explicatif de son propos, qu’il ne donne qu’en allemand. Ce prologue est traduit en castillan dans les quatre incunables, avec des variantes et des erreurs qui font sens9.

  • 10 Sur la traduction en Espagne, en général, l’ouvrage majeur reste celui de Peter Russell, Traduccion (...)
  • 11 Faute de place, je n’analyserai pas ici la construction même de la compilation-traduction et les va (...)

5Steinhöwel était loin d’être le premier traducteur à proposer une version vernaculaire des fables antiques : depuis le XIIe siècle au moins, circulaient en Occident de nombreuses versions, notamment en français. L’itinéraire des fables ésopiques offre un rapport particulièrement complexe entre texte et traduction10 : des textes grecs antiques aux textes latins, puis des textes latins aux versions vernaculaires. Les échelons de ces transferts ont été bien étudiés, et je me concentrerai pour cette présentation sur les derniers intermédiaires, le passage de l’édition de l’Ulmer Æsop aux isopets castillans, et plus particulièrement sur le paratexte, c’est-à-dire les prologues de la Vie d’Ésope. On présentera donc d’abord l’itinéraire des traductions des fables, puis les « expériences éditoriales » allemandes et ibériques de la fin du XVe siècle11, avant de nous concentrer sur la question de l’utilité même de la traduction : à quoi sert de traduire, et pour qui, surtout ?

L’itinéraire de la traduction selon les prologues allemands et castillans

  • 12 Pour l’histoire de la fable antique et médiévale, on peut consulter en espagnol : Francisco RodrÍgu (...)
  • 13 Léopold Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du Moyen Âge, Par (...)

6Reconstruire le schéma de l’itinéraire des fables d’origine grecque est un travail de longue haleine, auquel bien des spécialistes se sont déjà affrontés depuis longtemps12. Dès le XIXe siècle, Léopold Hervieux a réalisé un énorme travail de publication de toutes les versions latines connues à son époque13. La numérisation des cinq volumes de son travail facilite aujourd’hui beaucoup la tâche des chercheurs. Mais partons des prologues.

Steinhöwel

Burgos 1496

Das leben des hochberümten fabeldischters Esopi uß krichischer zungen im latin durch Rimicium gemachet an den hochwirdgen vatter, herren Antonium des titels sancti Chrysogoni priestern cardinaln ; und fürbas das selb leben Esopi mit synen fabeln, die etwan Romulus von Athenis synem sun Thiberino uß kriechischer zungen in latin gebracht, hatt gesendet, und mer ettlich der fabel Aviani, auch Doligami, Aldefonsi und schimpfreden Poggii und anderer, ietliche mit ierem titel ob verstentlich, uß latin von doctore Hainrico Stainhöwel schlecht und verstentlich getütschet, nit wort uß wort, sunder sin uß sin, um merer lütrung wegen des textes oft mit wenig zugelegten oder abgebrochnen worten gezogen…

Aqui comiença la vida del Ysopo muy claro e acutissimo fabulador sacada e vulgarizada clara e abiertamente de latin en lengua castellana ; la qual fue trasladada de griego en latin por Remicio para el muy reuerendo señor Antonio cardenal del titulo de Sant Grisogono, con sus fabulas las quales en otro tiempo Romulo de Athenas sacadas de griego en latin, embio a su fijo Tiberino. E assi mesmo algunas fabulas de Auiano e Doligamo. E de Alfonso e otras ; cada fabula con su titulo assignado ; non que sean sacadas de verbo ad verbum, mas cogiendo el seso real segun comun estilo de interpretes por mas claro e mas euidente discussion e clarificacion del dexto (sic, pour texto) ; e avn algunas palabras añadidas e otras reiectas e exclusas en muchas partes por mayor ornato e eloquencia mas honesta e prouechosa.

7Le début du prologue, tant dans la version allemande que dans la traduction castillane, offre seulement quelques-unes des étapes de ce très long itinéraire textuel, lui-même double : d’une part, la « Vie » d’Ésope, d’autre part, les fables mêmes. Ni Steinhöwel, ni son imitateur castillan, ne prétendent d’ailleurs traduire Ésope, ni même Phèdre. Le premier jalon offert est « Romulus d’Athènes », qui aurait traduit les fables du grec au latin. Steinhöwel mentionne aussi Avianus, mais en le « mélangeant » avec d’autres auteurs ou compilations bien plus tardives (Le Doligamus, Alphonse, i.e. la Disciplina Clericalis de Pierre Alphonse, et Le Pogge). Il est indispensable de rétablir un tant soit peu la chronologie.

Les fables antiques, substrat de l’Isopet médiéval

  • 14 C. Alvar Ezquerra, et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », stemma p. 236.

8Le riche article de Carlos Alvar fournissant un stemma très complet de la transmission des fables14, on ne rappellera ici que les éléments éclairant le prologue.

  • 15 Il n’y a que de vagues références à la vie d’Ésope chez Hérodote (Histoire, 2, 134 : il en fait un (...)

9Pour les hommes du Moyen Âge, Ésope est une vague référence, qui donne son nom aux Ysopets, recueils de fables. Peut-être vécut-il au VIIe-VIe siècle avant notre ère, mais tout le reste est conjectures15. Ses œuvres en grec n’étaient pas accessibles à la grande majorité des médiévaux, et ses textes s’étaient plus ou moins perdus dans leur forme première. Il n’est même pas certain qu’il n’ait jamais écrit la moindre fable, et leur transmission fut avant tout orale.

  • 16 H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 66-67 cite Isidore, mai (...)
  • 17 Mentionné par Aristote, Diogène Laërce, et Plutarque, il aurait vécu à la fin du VIe siècle avant n (...)

10Un peu plus loin dans le prologue, le traducteur castillan affirme que l’inventeur du genre de la fable ne fut même pas Ésope : « E el primero hallador (1489) / inuentor (1496) de las fabulas fue Alemocra couiense (1489) / maestre Alemo Cracouiense (1496) ». L’hésitation sur le nom de cet auteur en dit long sur l’incapacité du traducteur à retracer la piste. Il semble en fait qu’ici, le traducteur ne suive pas le texte allemand de Steinhöwel, mais les Étymologies d’Isidore16, qui déclarait : Has primus invenisse traditur Alcmeon Crotoniensis, appelatumque Aesopiae, quia is apud Phrygas in hac re polluit (Livre I, chap. 40-44). Alcméon de Crotone (en Grande Grèce, sur la mer Ionienne) est un personnage moins mythique qu’Ésope17. Mais qu’il ait travaillé sur la physiologie des animaux n’en fait pas un fabuliste, et on peut s’étonner à la fois de la mention d’Isidore de Séville (qui en fait un autre nom d’Ésope !), et de son encore plus surprenante reprise dans le prologue castillan de l’Isopet, qui en fait cette fois un polonais de Cracovie !

  • 18 Démétrios de Phalère (360-282 av. J.-C.), orateur et philosophe athénien, réalisa une première coll (...)
  • 19 Phèdre (Caius Iulius Phaedrus, 14 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.), d’origine thrace est un affranchi d’A (...)
  • 20 Leur mention apparaît brièvement à la suite de « maître Alemo de Cracovie » dans le prologue castil (...)
  • 21 On raconte que Socrate consacra ses derniers moments en prison à mettre en vers des fables d’Ésope. (...)
  • 22 Babrius est un fabuliste latin, mais écrivant en grec, qui versifia les fables d’Esope sans doute à (...)

11D’Ésope, Steinhöwel comme le traducteur castillan passent directement à Romulus et Avianus, en sautant les échelons intermédiaires, notamment Démétrios de Phalère18, et même Phèdre19 ; pourtant Phèdre a non seulement traduit mais surtout versifié les fables ésopiques, et il a aussi incorporé dans chacun des cinq livres de courts prologues expliquant la façon dont il concevait son métier de fabuliste. Puis, si Steinhöwel et le traducteur castillan évoquent brièvement les apports de Térence et de Plaute au monde des fables20, ils ignorent Socrate21, ou encore la versification qu’en fit Babrius22. Leurs connaissances ou plutôt leurs ignorances correspondent au peu que savent les lecteurs du Moyen Âge sur les fables antiques, qui sont surtout connues par des traducteurs adaptateurs plus tardifs.

  • 23 Du titre de la lettre dédicatoire qui apparaît dans certains manuscrits (ce Rufus serait le grec Xa (...)
  • 24 Flavius Ambrosius Macrobius Theodosius, i.e. le poète Macrobe, cite lui-même un certain Avienus dan (...)
  • 25  Les principales sont, au Xe siècle l’Ésope de Wissembourg, une version anonyme du Romulus ; puis a (...)
  • 26 La traduction du Romulus anglo-latin fut longtemps attribuée au roi Henri Ier Beauclerc lui-même. I (...)
  • 27 Le Romulus de Vincent de Beauvais qui a adapté dans sa Poétique et dans deux de ses Miroirs, une tr (...)
  • 28 La principale est l’Ésope moralisé, recueil anonyme de la seconde moitié du XIIe siècle, attribué à (...)

12Le premier est celui qui prétend s’appeler Romulus imperator, ou Romulus augustus, auteur situé au IVe siècle ; il dit avoir traduit les fables d’Ésope pour son fils Tiberinus, ce que reprennent les prologues ; en fait, il s’inspire de celles de Phèdre, ou plutôt d’une compilation perdue que l’on appelle l’Aesopus ad Rufum23. La collection comportait entre 84 et 98 fables latines en prose, la plupart venant de Phèdre, avec 32 fables d’autres origines. Peu après (fin IVe – début Ve s.), Flavius Avianus écrit 42 fables en vers distiques élégiaques, imitées d’Ésope et dédiées à « Theodosius »24. Ce sont donc les fables de Romulus et d’Avianus qui sous-tendent la plupart des compilations médiévales de fables, appelées plutôt Romuli pour leurs versions latines, et Ysopets ou Avionnets quand il s’agit d’adaptations en langue vernaculaire. Pour les Romuli, on a au moins une dizaine de compilations différentes, de divers auteurs anonymes réunis sous le nom générique de Romulus25. On a aussi un Romulus anglo-latin, utilisé par Marie de France pour composer, entre 1167 et 1189, la première adaptation de ces fables en français26. S’y ajoutent au XIIIe s. des versions abrégées27, et des adaptations en vers28.

  • 29 Un seul ex., le recueil de l’Isopet I de Paris est un mixte entre 58 fables provenant de la compila (...)
  • 30 Hervieux estime que les fables ont été composées vers 1220. Selon les manuscrits, il n’y a pas tout (...)

13Les Avionnets sont des traductions ou adaptations de l’Avianus à proprement parler, souvent incluses dans les mêmes compilations29. Il y a aussi des compilations moins directement rattachables à la filiation Romulus ou Avianus, comme la compilation du Cistercien anglais Eudes de Chériton (1185-1246/47)30. Ces fables médiévales se rattachent clairement à la tradition antique, mais elles se démarquent un peu des fabulistes latins par la dramatisation du récit, l’humanisation encore plus anthropomorphique des animaux, et surtout un souci des réalités sociales, une forme d’actualisation de la matière.

Les créations proprement médiévales. De Pierre Alphonse aux humanistes

Pierre Alphonse et la Disciplina clericalis

  • 31 Médecin, astronome, mathématicien, cosmographe, mais aussi théologien, Pierre Alphonse (1062-v. 114 (...)
  • 32 On y trouve toutes les modalités énonciatives possibles, typiques de la littérature sapientielle ib (...)

14Bien que l’auteur cité par Steinhöwel comme « Aldefonsi » (« Alfonso » dans la traduction castillane) apparaisse dans sa recension après « Doligamo », il s’agit en fait d’un texte antérieur de près de deux siècles, la Disciplina clericalis de Pierre Alphonse31. Le prologue seul ne pourrait suffire à l’affirmer, mais les textes inclus dans la compilation de Steinhöwel témoignent bien qu’il s’agit de ce traité, composé sans doute au début du XIIe siècle. La Disciplina clericalis est conservée dans deux témoins manuscrits du début du XIIIe siècle, l’un en normand et l’autre en anglo-normand. Elle comporte une trentaine de récits brefs, de type exemplaire, entrelardés de sentences morales et de passages didactiques en forme de dialogue entre père/fils, le père dispensant son savoir sous la forme de ces contes moraux32.

  • 33 Le cas le plus connu est le fameux conte du demi-ami (ex. VII, 1 dans la DC) qui explique qu’il vau (...)
  • 34 En France on en réalise deux traductions au moins : la Discipline du Clergé (XIVe s.), proche du te (...)

15La Disciplina clericalis a rencontré un grand succès en Occident (63 manuscrits conservés) et ses récits brefs ont été largement repris par les exemplaires occidentaux, comme le traité d’Étienne de Bourbon et bien d’autres, tandis que les récits grivois devenaient la base de nombre de fabliaux. En revanche, on ne conserve en Espagne aucun manuscrit complet de la Disciplina Clericalis, en latin ou en castillan. Pourtant, certains de ses contes semblent avoir été connus assez tôt en Castille33, tandis que d’autres sont inclus dans des recueils exemplaires plus tardifs du XVe siècle, mais ils ne sont parvenus à l’Espagne que par le biais de traductions intermédiaires en français, anglais ou en allemand34.

Le Doligamus de Vienne

  • 35 L’édition la plus récente est : Adolfo di ViennaDoligamus, gli inganni delle donne [les tromperie (...)

16Doligamus est en fait un titre et non un nom d’auteur35. Il s’agit des fables d’Adolphe de Vienne (Adolfus Viennensis), écolâtre de cette ville au XIVe siècle. On ne sait sur lui que le nom qu’il fournit dans le prologue sous la forme d’un acrostiche (ADOLFUS ME FECIT). L’œuvre, écrite en latin, en distiques élégiaques, vers 1315, est dédiée dans les derniers vers à Ulrich von St. Stephan, qui semble avoir été le maître de l’auteur dans l’école épiscopale de Vienne. Il s’agit d’un court recueil (691 vers, essentiellement des distiques), concernant avant tout l’infidélité et la trahison des femmes. La première partie (v. 1-482) comporte un prologue et neuf fabulae sur l’adultère particulièrement misogynes ; la seconde partie est une diatribe satirique contre les femmes. Il n’en reste qu’une dizaine de témoins manuscrits complets, essentiellement dans les pays germaniques ou pragois et quatre extraits dans des florilèges, là encore germaniques. Tous ces manuscrits datent des XIVe et XVe siècles.

La Vie d’Ésope par Maxime Planude et sa traduction par Rinuccio d’Arezzo

  • 36 Maxime Planude (en latin Maximus Planudes, en grec Μάξιμος Πλανούδης) fut très lié au Palais impéri (...)
  • 37 Si les éditions de Maxime Planude sont très étudiées, peu de travaux sur sa vie d’Ésope même, en de (...)
  • 38 C. Alvar Ezquerra, et al., « El retrato de Esopo en los Isopetes incunables… », p. 237-238. Un manu (...)
  • 39 Ahiqar est un sage assyrien, chancelier du roi Assarhaddon (680-669 av. J.-C.), héros d’un roman d’ (...)

17Citons de nouveau le prologue castillan : « Aqui comiença la vida del Ysopo […] sacada e vulgarizada clara e abiertamente de latin en lengua castellana ; la qual fue trasladada de griego en latin por Remicio [Rimicium chez Steinhöwel] para el muy reuerendo señor Antonio cardenal del titulo de Sant Grisogono ». Si le prologue ne cite que le traducteur, il s’agit en fait d’une vie – fictionnelle – du fabuliste, dont l’auteur est étonnamment passé sous silence par Steinhöwel : il s’agit pourtant d’un célèbre moine byzantin, Maxime Planude (v. 1255/60-v. 1310/30), grammairien, philologue et théologien, contemporain des empereurs Michel VIII et Andronic II36. Parmi ses nombreux travaux « éditoriaux », il a donné (vers 1300 ?) une version commentée des fables d’Ésope, accompagnée d’une pseudo-vie de l’auteur. On en conserve une quinzaine de manuscrits37. Lui-même ne créa pas de rien cette vie d’Ésope, mais il serait parti d’un texte alexandrin du Ier siècle de notre ère, et/ou d’une biographie voisine de celle comprise dans la collection Augustana38. D’autres évoquent une transposition du récit de la vie d’Ahiqar, roman araméen du VIIe siècle avant notre ère, qui présente de troublantes ressemblances avec la vie légendaire d’Ésope39. Sur ces minces fondements, et sans doute avec beaucoup d’imagination, le savant moine byzantin reconstruit une pseudo-vie qui est surtout l’occasion d’associer et d’enchaîner des contes, afin d’expliquer comment Ésope, pauvre enfant bossu et contrefait, vendu comme esclave, devint le grand créateur de fables, notamment au cours de son affrontement avec son maître, le sage philosophe grec Xanthos.

  • 40 Dès 1415, Rinuccio d’Arezzo s’intéresse à la langue grecque qu’il apprend en Crète auprès de Giovan (...)

18Le récit haut en couleur de Maxime Planude attira l’attention d’un humaniste italien du milieu du XVe siècle, Rinuccio d’Arezzo ou de Castiglione (1395-1457), membre de la curie des papes Eugène IV (1431-1447) et Nicolas V (1447-1455), proche du Pogge et surtout brillant helléniste40. Parmi ses nombreuses traductions de textes grecs, il adapte les fables d’Ésope, mais aussi cette vie. Comme le signale le prologue, en évoquant le dédicataire de l’œuvre, Antonio cardenal del titulo de Sant Grisogono (Chrysogoni chez Steinhöwel), ce travail lui aurait été suggéré par un membre de la curie pontificale, le majorquin Antonio Cerdá y Lloscos, ou Antonio della Cerda (1390-1459), alors archevêque de Messine. Rinuccio achève la traduction entre 1447 et 1455, sans doute après 1448, date à laquelle Antonio est nommé cardinal du titre de Saint-Chrysogone, mais peut-être avant 1449, car Rinuccio ne lui donne pas son titre d’évêque de Lérida, qui lui fut conféré en 1449. Le cardinalat est aussi le seul titre qui apparaisse dans la dédicace de la traduction. Le cardinal fut lui-même un humaniste, fort intéressé par l’éducation, puisqu’il est l’auteur d’un miroir du prince intitulé : De educatione principum. C’est peut-être à ce titre qu’il commanda à Rinuccio d’Arezzo la traduction des fables et de la vie d’Ésope.

Les Facéties du Pogge (1380-1459)

  • 41 Principales éd. en latin et trad. en français, dans l’ordre chronologique : Poggio BRACCIOLINI, Les (...)

19Si Steinhöwel évoque bien, parmi les sources qu’il a compilées, les schimpfreden Poggii, les fameuses Facéties du Pogge41, de façon étonnante, le traducteur castillan les oublie dans le prologue, alors que ces textes sont bel et bien présents dans l’Ysopete historiado lui-même.

  • 42 Gian Francesco Poggio Bracciolini, dit Le Pogge, était originaire d’Arezzzo, fils d’un simple apoth (...)
  • 43 Il en reste 37 manuscrits (dont 9 à Paris), et entre 1470 et 1500, les Facéties connurent 34 éditio (...)
  • 44 Guillaume Tardif, Les facéties du Poge, traduction du Liber facetiarum de Poggio Bracciolini, éd. c (...)

20Le Pogge est sans doute l’un des plus grands humanistes italiens de la première moitié du XVe siècle42. Infatigable chercheur et découvreur de manuscrits, il a largement enrichi le corpus des textes antiques (Lucrèce, Quintilien) et médiévaux (Raban Maur) connus des humanistes. Il est aussi l’auteur de lettres très riches, de traités philosophiques et politiques, de dialogues, de pamphlets, d’une Histoire de Florence, mais son principal titre de gloire est sa collection de 273 contes grivois, les Facetiae, ou Liber facetiarum qu’il écrit sur plusieurs années, entre 1438 et 1452. Ces récits satiriques ont beau être inspirés de la littérature exemplaire, ils sont rarement accompagnés d’une morale (seuls 40 en ont une). Ils ont rencontré un énorme succès dans la seconde moitié du XVe siècle43. En 1492, l’humaniste français Guillaume Tardif (1440-1500), lecteur du roi Charles VIII, traduisit 114 de ces historiettes, en les adaptant44.

Les éditions allemandes et espagnoles

Le projet de Steinhöwel : antécédents et suites

Un précurseur : Ulrich Boner

  • 45 Ulrich Boner était né à Berne. Il semble être devenu moine, ou du moins avoir reçu les ordres et la (...)

21Steinhöwel n’est pas le premier compilateur « moderne » des fables ésopiques. Un siècle plus tôt, le suisse Ulrich Boner écrivit, avant 1349, une collection d’une centaine de fables en moyen-haut-allemand sous le titre Der Edelstein [le joyau, la pierre gemme]. La compilation est fondée essentiellement sur les fables d’Avianus et sur l’Anonymus Neveleti. Il est possible que Steinhöwel se soit inspiré du travail de Boner. En effet, il fut imprimé en 1461 à Bamberg par Albrecht Pfister, avec des gravures45. Or celles-ci, au moins, ont largement inspiré les gravures des éditions de Steinhöwel. De même, le choix des fables retenues par Steinhöwel semble en grande partie inspiré par Der Edelstein.

Le travail éditorial d’Heinrich Steinhöwel

  • 46 Heinrich Steinhöwel (Steinhäuel ou Steinheil) était d’origine souabe. Il fit des études à l’univers (...)
  • 47 Günther Zainer (Zeyner ou Zeiner) commença sa carrière à Strasbourg autour de 1463 ; il y était alo (...)
  • 48 Édition à Strasbourg, chez Heinrich Knolochtze, v. 1481, avec les seuls textes latins, et donc pas (...)
  • 49 D’autres bois gravés furent peut-être réalisés par Jörg Stirgling l’Ancien, le sculpteur des stalle (...)
  • 50 Sur les 11 exemplaires conservés de l’Ulmer Aesop, trois ont perdu leur première page, de même que (...)

22Après la première édition d’Ulm (1476) chez Johan Zainer, Steinhöwel publia encore deux autres versions de sa compilation-traduction46 : une deuxième version à Augsbourg, cette fois chez Günther Zainer, frère du précédent47, là aussi avec de nombreux bois gravés, mais uniquement en allemand ; enfin une troisième version datée de 1480 env. (en allemand, à Bâle, chez Lienhart Ysenhut). Il y eut encore bien d’autres éditions, par la suite48. Les bois gravés des éditions de Steinhöwel sont souvent des réemplois de la collection d’Ulrich Boner, ce qui était très fréquent à l’époque (les imprimeurs travaillaient à l’économie)49. La première page présente un portait d’Ésope, accompagné de trente petits objets, disposés en trois colonnes, qui renvoient tous à des passages de la Vie50. Steinhöwel est à coup sûr le créateur du prologue constituant l’ouverture de son recueil. Il n’est donné qu’en allemand, et ne connaît aucun antécédent. Puis son travail comprend la biographie légendaire d’Ésope de Maxime Planude, dans la traduction latine de Rinuccio ; et une édition des fables latines accompagnée d’une traduction en allemand. Pour celles-ci, le texte latin est toujours donné en premier, puis vient une illustration, et le texte en langue allemande.

L’édition de Lyon : traduction de Julien Macho

  • 51 La base ARLIMA inventorie une vingtaine d’éditions jusqu’en 1572. Après l’éd. Mathis Husz, on a une (...)
  • 52 Incipit et l’explicit : « Ci commence le livre de subtilles hystoires et fables de Esope, que toute (...)

23Le succès de l’édition Steinhöwel incita rapidement les imprimeurs d’autres pays à produire à leur tour des traductions vernaculaires. En France, Julien Macho, frère augustin et docteur en théologie basé à Lyon, produisit et édita une version en français, dont l’édition princeps, le 9 avril 1480, fut très rapidement suivie de plusieurs autres, témoins de son succès51. Il supprima le prologue allemand pour le remplacer par une brève mention de son nom et titre (docteure en theologie frere Julian des augustins de Lyon), et la précision qu’il a suivi le texte latin52. Il est évident qu’il ne connaissait pas l’allemand. Les imprimeurs « lyonnais », Nicolas Philippe et Marcus Reinhart, utilisèrent les bois gravés de l’Ulmer Aesop. L’édition de Julien Macho fut à son tour la base de la version anglaise de William Caxton (1483). Il y eut aussi des versions en néerlandais, en tchèque, etc. Aucune de ces versions vernaculaires ne reprend l’édition du texte latin. Il en va de même en Espagne.

Le travail éditorial ibérique

  • 53 John E. Keller et Richard P. Kinkade, « La vida del Ysopet con sus fabulas hystoriadas », Iconograp (...)
  • 54 C. Navarro, « El incunable de 1482… », p. 157-164 ; M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete e (...)
  • 55 C. Alvar Ezquerra et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », p. 243, et notes 2 (...)

24On a longtemps pensé que la version castillane dérivait de la version française de Julien Macho, voire de la version anglaise de Caxton de 1483 (ce qui est impossible évidemment sur le plan chronologique, depuis que l’on connaît l’incunable de Saragosse de 1482)53. Sauf autre découverte toujours possible, l’édition princeps ibérique serait donc bien celle réalisée à Saragosse en 1482. Elle est incomplète dans l’état conservé (il manque au moins 26 folios au début du seul exemplaire restant, au Seminario metropolitano de Pampelune, ce qui inclut le prologue, et l’essentiel de la vie d’Ésope)54. L’incunable est orné de 125 xylogravures, ce qui justifie son titre d’Isopete historiado c’est-à-dire agrémenté de gravures d’illustration (comme on parle de « bibles historiées » dès lors qu’elles sont enluminées de miniatures illustrant les récits bibliques). Les gravures ont été repeintes, pour certaines, à la main, ce qui destinait sans doute l’ouvrage à un lecteur aristocratique. Le colophon, au fol. 147v, précise que le livre fue sacado de latin en romance, et ajoute le lieu et la date de l’édition (emplentado en […] Çaragoça en 1482), mais sans nom d’imprimeur ; il pourrait s’agir de Paul Hurus et Johann Planck, voire de Johann Hurus, le frère de Paul : l’édition de 1489, également à Saragosse, reproduit fidèlement celle de 1482, il est probable qu’elles soient sorties du même atelier. Paul Hurus se rendit fréquemment à Lyon, dans les années 1480, et il est donc possible qu’il ait « emprunté » les bois gravés aux éditeurs lyonnais de Julien Macho, plutôt qu’à ceux de Steinhöwel en Allemagne55.

  • 56 Le premier était originaire d’Heidelberg. L’édition de Toulouse 1488 ne dérive pas de celle de Stei (...)
  • 57 Bibliothèque John Rylands, Manchester. L’incunable comporte 140 folios, et 199 xylogravures. Cf. Gu (...)
  • 58 Là encore, un témoin unique : incunable de l’Escorial (Inc. 32-I-13), de 120 folios avec 194 gravur (...)
  • 59 Pour l’éd. Burgos 1496 (102 folios et 200 gravures), j’ai utilisé : Libro del Ysopo : famoso fablad (...)
  • 60 L’édition de Valence, Juan Joffré, 1520 (British Library C 63. K16), a été numérisée par Diego Rome (...)
  • 61 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 158, note 14, remarque que (...)

25Deux autres éditions castillanes suivirent rapidement. La première est celle publiée à Toulouse en 1488 chez Joan (Johann) Parix et Estevan (Stephan) Clebat, tous deux allemands56 ; il n’en reste qu’un seul exemplaire57. L’édition toulousaine fut longtemps considérée à tort comme l’édition princeps. L’année suivante, nouvelle édition à Saragosse par Johan Hurus, alaman de Costancia, frère de Paul Hurus58. On a ensuite une édition imprimée à Burgos en 1496 par Fadrique, aleman de Basilea (Friedrich Biel ou de Bâle, imprimeur suisse)59. Dans les deux siècles suivants, pas moins de 32 impressions parurent, dans sept villes espagnoles et deux villes hors d’Espagne60. À quelques variantes orthographiques près, les quatre éditions ibériques reproduisent presque le même texte61.

  • 62 Pour la comparaison entre l’Ulmer Aesop et l’Isopete castillan, M  J. Lacarra Ducay, « La fortuna d (...)

26Une analyse fine du texte, à l’instar de celle menée par Victoria A. Burrus, et corroborée par María Jesús Lacarra Ducay, prouve que l’anonyme traducteur castillan est bel et bien parti de la version bilingue éditée par Steinhöwel, six ans plus tôt : le traducteur castillan ne dépend en rien des raccourcis et abréviations pratiqués par Julien Macho dans la version française, du moins pour la Vie d’Ésope. Là où Julien Macho s’écarte du texte latin, le traducteur castillan le suit au contraire fidèlement62.

Pourquoi traduire et pour qui ?

27Il est à présent plus que temps d’entrer dans le vif du sujet : pourquoi traduire ? Pourquoi se placer sous l’égide et la protection d’un éminent dédicataire ? Quelle est l’utilité des fables, mais surtout, à quel public s’adressent-elles, et au cœur de quel projet ?

Le traducteur castillan, un germaniste ?

  • 63 Dans la Vie légendaire d’Ésope, un épisode conduit celui-ci et son maître Xanthos dans un cimetière (...)
  • 64 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 153 et n. 10 ; p. 154 à pro (...)

28Qui fut donc le traducteur de la compilation de Steinhöwel, notamment celui qui travailla pour le premier imprimeur de Saragosse en 1482 ? Aucune étude n’a pu le déterminer, et il faut se résoudre à ce qu’il reste anonyme. On peut au moins supposer qu’il était allemand ou en tous cas germanophone. Les premiers imprimeurs installés en Espagne sont tous d’origine germanique, ils connaissaient tous l’allemand, et pouvaient donc avoir facilement accès aux éditions de Steinhöwel ; d’ailleurs, même si le colophon prétend que le livre fut sacado de latin en rromance, on est fondé à se demander si ce qu’ils traduisent en castillan provient du latin ou de l’allemand. Le prologue lui-même était en allemand, or ils l’ont bel et bien repris ! Les critiques ont remarqué que bien des fois, le traducteur castillan suit le texte allemand, p. ex. le nom de Doligamus ne peut être repris que du prologue allemand, car il ne figure pas ailleurs, et notamment dans les réimpressions non-bilingues de Steinhöwel (celles uniquement en latin). On en a bien d’autres exemples63. Et comme l’a remarqué Victoria A. Burrus, à plusieurs reprises, le texte castillan ne suit pas les vers latins (p. ex. dans la section d’Avianus) mais la paraphrase allemande ou les commentaires en prose de Steinhöwel64. Enfin, le prologue castillan est écrit dans un style assez ampoulé et alambiqué, abusant des latinismes, à la différence des fables mêmes qui sont d’un style plus bas, ou du moins plus simple, de lecture plus aisée. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait eu deux traducteurs distincts (l’un pour le prologue, l’autre pour la vie légendaire d’Ésope et les fables), mais que le traducteur a cherché, dans le paratexte, à « faire sérieux », à attirer la bienveillance de son éminent lecteur-commanditaire, en alignant tous les topiques des règles de la traduction, dans un style qui se voulait châtié, tandis qu’il est revenu à un style plus simple dans les fables.

« L’art de la traduction »65

  • 65 Je me permets de reprendre ici le titre de l’article de V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and t (...)
  • 66 Uss latin von doctore Hainrico Stainhöwel schlecht und verstentlich getütschet, nit wort uss wort, (...)

29Le prologue en allemand – qui a été repris quasiment à l’identique dans la version castillane – précise avec une humilité topique que l’œuvre a été « traduite du latin par le docteur Heinrich Steinhöwel, pas tout à fait correctement mais avec clarté, pas mot à mot mais sens pour sens, pour une plus grande clarification du texte, parfois en y ajoutant ou en en retirant des mots »66. Le prologue castillan reprend celui de Steinhöwel, en omettant simplement le nom du traducteur-compilateur allemand. On y retrouve l’idée que chaque fable, avec son titre, n’a pas été traduite verbo ad verbum, mais en tentant de restituer son sens, en ajoutant ou retranchant quelques termes, afin d’offrir un sens plus clair, plus évident ; l’objectif était de servir à la fois la clarté et l’élégance du texte (l’ornatus), mais aussi la morale, l’honnêteté et le profit du lecteur. Le traducteur précise que cette méthode est commune à ceux qu’il appelle les « interpretes » d’un texte qui choisissent de restituer le sens plutôt que le mot (traduction ad sensum ou ad sententiam).

  • 67 Saint Jérôme, Liber de optimo genere interpretandi (Epistula 57). Je cite d’après V. A. Burrus, « T (...)

30C’est en fait un lieu commun dès que l’on justifie une traduction, depuis Cicéron et Horace (Ars poetica). L’idée dominante de la rhétorique latine antique était que le texte traduit devait avoir le même effet émotionnel sur le lecteur que le texte original, alors que la traduction mot à mot (fidus interpres) pouvait produire un texte ridicule et finalement peu convaincant. Saint Jérôme, de son côté, fait en général le choix de rester au plus près du texte hébreu, au moins pour la Bible (sa méthode diffère pour les textes qui ne relèvent pas de l’Écriture sainte) ; ce mot-à-mot vaut non seulement pour les termes mais aussi pour leur ordre dans la phrase car il s’agit de transcrire le mystère du verbum Dei, la parole de Dieu ; cependant, il s’abstrait aussi parfois de cette méthode lorsque le sens l’impose (sed sensum exprimere de sensu)67.

31Au Moyen Âge, la pratique des traducteurs se situe dans un entre-deux, entre le mot-à-mot et la traduction restituant le sens avant tout. Tout dépend en fait du lecteur auquel s’adresse la traduction : celles faites au mot-à-mot sont avant tout destinées à être des outils pour des lecteurs maniant un peu le latin, mais qui auraient du mal à comprendre seuls le texte latin ; les traductions moins fidèles auraient été destinées au lectorat qui ne se référerait pas du tout, dans son approche du texte, à l’original latin : c’est évidemment le cas pour l’Esopete.

  • 68 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », donne plusieurs exemples p. 15 (...)

32D’autre part, il était admis que pour rendre au mieux le sens, le traducteur pouvait ajouter au texte ses explications, ses commentaires. La traduction se faisait adaptation et glose. Ainsi le traducteur du prologue castillan évoque-t-il une clarificacion del texto qui passe par une discussion. Steinhöwel avait déjà ajouté aux vers latins quelques commentaires en prose germanique ; le traducteur castillan les traduit généralement, mais il y ajoute aussi ses propres commentaires en castillan, si nécessaire68.

Le dédicataire de l’œuvre et le public visé par les fables

  • 69 M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 115, l’appelle « Sigismond de Tyrol  (...)

33Si Steinhöwel avait dédié son œuvre à l’archiduc Habsbourg Sigismond d’Autriche (1427-1496)69, les éditeurs castillans successifs (on peut au moins le vérifier à partir de l’édition de Toulouse) la dédient à un certain Enrique, infant d’Aragon et vice-roi de Catalogne.

Steinhöwel

Burgos 1496

… ze lob und ere dem durchlüchtigisten fürsten und herren, herren Sigismunden, herezogen zuo Österrich,

La qual vulgarizacion e trasladamiento se ordeno por e a intuytu e contenmplacion e seruicio del muy illustre e excellentissimo señor don Enrrique infante de Aragon e de Cecilia, duque de Sogorbe, conde de Enpurias, e señor de Valdenxon [= Vall de Uxó] vyrrey de Cataluña…

  • 70 L’infant Enrique (né en 1400, m. 1445) était le 4ème enfant de Ferdinand Ier d’Aragon et de son épo (...)
  • 71 José Amador de los Rios, Historia crítica de la literatura española, Madrid, 1865, t. VI, p. 37.

34Depuis Nicolás Antonio, la « tradition » voulait que le traducteur des fables castillanes n’ait été autre que l’infant Enrique, fils du roi d’Aragon Ferdinand Ier d’Antequera (1380-1416), et frère d’Alphonse V (1394-1458)70. Amador de Los Ríos lui attribuait encore la traduction, qui aurait pu être composée dans les années 1420-1425, estimait-il, quand l’Infant resta en Espagne lors de la 1ère expédition de son frère Alphonse V en Italie71.

  • 72 A. Morel-Fatio, « L’Isopo castellan… », p. 561-574.

35Mais comme l’a montré depuis longtemps A. Morel-Fatio72, c’est une évidente impossibilité, voire une absurdité. Tout d’abord, il n’est jamais dit dans le prologue que don Enrique soit le traducteur, il est seulement le commanditaire ou le destinataire, le dédicataire de l’œuvre !

  • 73 Don Enrrique infante de Aragon e de Cecilia, duque de Sogorbe, conde de Enpurias, e señor de Valden (...)

36D’autre part, l’infant Enrique, fils de Ferdinand Ier d’Antequera, ne peut être le destinataire de l’œuvre, pour deux raisons. La première est que certains des titres donnés à ce don Enrique, dans le prologue73, ne correspondent pas à ceux portés par le frère d’Alphonse V, qui ne fut jamais vice-roi de Catalogne. Et surtout il mourut en novembre 1445, des blessures reçues lors de la bataille d’Olmedo ; or les textes inclus dans la compilation/traduction espagnole sont pour certains (Rinuccio d’Arezzo, Le Pogge) postérieurs à la vie de don Enrique. Depuis les études de Morel-Fatio, on sait que l’œuvre n’est pas liée au frère d’Alphonse V, mais au neveu de ce dernier, c’est-à-dire Enrique Fortuna, fils posthume de l’infant Enrique d’Aragon (il est né quelques mois après la mort de ce dernier ; et son surnom lui viendrait des déboires que la Fortune fit subir à son père !). Lui porta tous les titres indiqués dans le prologue, hérités de son père, mais en sus il fut bien vice-roi de Catalogne, en novembre 1480, charge que lui conféra son cousin Ferdinand le Catholique. Il fut ensuite vice-roi de Valence, et mourut à Segorbe en 1522. Il y a donc une grande proximité chronologique entre la commande de la traduction (forcément postérieure à novembre 1480) et son impression à Saragosse en 1482, du moins si cette dédicace figurait bien dans le prologue de cette première édition, ce que l’on ne peut vérifier puisqu’il y manque les 26 premiers folios.

  • 74 Dans la version castillane, Remicio 13 (n° 116 de la compilation totale). Chez Phèdre, c’est la fab (...)
  • 75 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 153 et n. 10.

37À trois reprises, dans les fables mêmes, le traducteur anonyme semble s’adresser directement à don Enrique ; on le voit p. ex., dans une fable que Steinhöwel a empruntée à Rinuccio da Castiglione d’Arezzo, mais qui se trouvait déjà bel et bien chez Ésope, ou plus exactement dans la compilation de Phèdre74. L’histoire, très souvent reprise au Moyen Âge, notamment par les prédicateurs, relate les mésaventures d’un homme encombré de deux maîtresses (ou deux épouses dans la version de l’Isopete), l’une jeune et l’autre âgée, qui lui arrachent – à son insu – l’une ses cheveux blancs, pour le faire paraître plus jeune, l’autre les cheveux noirs, pour qu’il ait l’air plus âgé et s’attache plus à elle qu’à sa jeune maîtresse. Steinhöwel a ajouté un commentaire (aussi bien dans la version latine que dans la traduction allemande), et le traducteur castillan la reprend, texto : Por ende, Guarda te, Enrrique, porque non eres medio cano, mas de todo. On pourrait penser à première vue qu’il s’agit d’une mise en garde plaisante adressée au commanditaire, Enrique Fortuna, mais elle se trouvait en fait déjà dans le texte latin et allemand (adressée à Hainrice ou Haincz). Victoria A. Burrus estime donc que Heinrich Steinhöwel s’adressait à lui-même avec autodérision, et que c’est une simple coïncidence si le dédicataire du texte castillan se prénommait aussi Henri75. Mais on peut penser que le traducteur castillan s’est aussi amusé de la « coïncidence » !

De l’utilité des fables, face à la critique

  • 76 H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 69.

38Les fables ont-elles pour objectif d’instruire ce prince ? Dans la tradition orientale (celle du Calila et Dimna ou du Sendebar en Castille), la fable sert à éduquer le roi, à la fois comme commanditaire ou destinataire de l’œuvre mais aussi comme personnage à part entière dans les deux œuvres. De même, Hugo O. Bizzarri note que dans la Vie d’Ésope, les fables du judicieux nabot ne servent pas à instruire des enfants dans la dernière partie du récit, mais bien un prince, un roi, puisqu’il les utilise pour vaincre et convaincre le roi tyran oppresseur du peuple de Samun. C’est aussi à la demande du roi d’Égypte Nectanebo qu’Ésope réunit ses fables, et elles sont bel et bien destinées, avant tout, à la lecture du prince76. Cependant, dans la partie antérieure, concernant les « écoliers » en apprentissage auprès du philosophe arrogant Xanthos, Ésope utilisait bien les fables pour éduquer subtilement les jeunes gens ; et par la suite, c’est aussi à travers des fables qu’il tente d’éduquer Enus, le fils du roi d’Égypte Nectanebo. La fable est donc à la fois outil didactique et instrument de persuasion pour tous, enfants et adultes.

  • 77 Voici le passage dans son entier, non-restructuré par nous : conosciendo que la obra no sea reputad (...)

39L’infant Enrique n’est de fait pas le « seul » destinataire de l’œuvre. S’écartant ici de son prototype germanique, le traducteur anonyme du prologue castillan prend soin de souligner que le prince lettré n’avait pas besoin de son modeste travail pour être éduqué (conosciendo que la obra no sea reputada por digna para que della pueda ser i[n]formada e instruida su esclarescida señoría). Le public-cible n’est pas un prince cultivé, pas même les enfants des écoles apprenant la grammaire latine. C’est bien l’homme ordinaire, pas analphabète mais littéralement illettré, i.e., ignorant le latin, ou le maîtrisant trop mal pour être capable de lire l’original (sea distribuida a los vulgares e personas no tanto doctas e letradas, como de muy piadoso padre a los fijos). En offrant à ses sujets, au vulgus pecum, cette traduction, le prince se comporterait donc comme un père nourricier vis-à-vis de ses enfants, image paternelle et paternaliste, presque celle du père de famille lisant des fables à ses enfants77.

  • 78 « Calumnari si quis autem voluerit / quod arbores loquantur, non tantum ferae / fictis jocari nos m (...)
  • 79 « Ce petit livre a un double mérite : il fait rire et il donne de sages conseils pour la conduite d (...)
  • 80 Dans les fables qu’il invente, il y a plus de personnages humains, caricatures parfois cruelles de (...)

40Si cette entreprise pédagogique aurait pu suffire à justifier la traduction, tant Steinhöwel que l’anonyme castillan ont ajouté une tentative de justification de l’utilité de leur travail. Mais pourquoi éprouver le besoin de justifier l’écriture de fables, ces mensonges qui font parler les animaux, les arbres et même les pierres ? C’était déjà une question que se posait Phèdre. Il reconnaît que la fable est avant tout fictionnelle : « À celui qui viendrait me reprocher injustement de faire parler non seulement les animaux, mais même les arbres, je rappellerai que je m’amuse ici à de pures fictions. »78 Mais Phèdre insiste déjà beaucoup sur l’utilité didactique de ses fables, sous le couvert de la fiction et du divertissement79. Phèdre semble avoir été touché par les critiques émanant de ses contradicteurs, et pas seulement pour ses attaques politiques contre l’empereur80, d’où la mention de ces calomniateurs auxquels il rétorque qu’il s’agit avant tout d’un amusement. La crainte de la critique est aussi mentionnée par le traducteur castillan, dans la conclusion de la fable du père, du fils et de l’âne, qui clôt le recueil, au moins dans les éditions antérieures à Burgos 1496 :

  • 81 Le même texte se trouve à la fin de la fable 22 (163) dans l’édition de Burgos 1496, mais l’ajout d (...)

E por ende, creo de no escapar sin reprehensión en esta translación deste libro en lengua llana castellana, assí por la obra non ser tan elegante como palpable para los vulgares e non doctos, para solaz & doctrina de los quales fue la intención della. Como porque comúnmente todos somos más inclinados a corregir los fechos agenos y desseosos del propio loor, que a defender & soportar lo tollerable et defendible no propio, suplico a los prudentes y letrados oyan el tratado con ánimo benívolo inclinado a defensión más que a rreprehensión & ofensión porque çerca del juez que juzga sin testigos sean juzgados con misericordia & piedad81.

  • 82 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 158.

41Le traducteur évoque, avec la feinte humilité de rigueur, l’échec potentiel de son projet : traduire en lengua llana castellana, à l’intention des hommes vulgares e non doctos. L’œuvre présenterait deux défauts : à la fois ne pas être assez élégante, mais aussi ne pas être assez accessible (palpable) à ceux à qui elle était destinée. Les versions de Saragosse 1489 et Burgos 1496 ont tenté d’amender la langue castillane, tant sur le plan de la syntaxe que sur celui du vocabulaire, pour éliminer les « latinismes ». Mais le résultat n’est peut-être pas tout à fait à la hauteur de l’ambition du traducteur82.

  • 83 La référence à la doctrine de saint Basile se trouve déjà dans le prologue allemand : « Wa sie vert (...)

42Pour celui-ci, les fables sont cependant utiles, si por el lector son entendidas cerca de la doctrina de Basilio, vsando de la prudencia83. Ce passage se réfère au Discours aux jeunes gens de saint Basile (329-379), également intitulé Sur la manière de tirer profit des lettres helléniques. Il y pose la question de l’utilité, dans un monde chrétien, du recours aux sources littéraires classiques païennes, décriées de ses contemporains théologiens (car pernicieuses et immorales pour de jeunes esprits encore influençables). Pour lui, il n’y a pas d’opposition entre christianisme et culture profane, et la rejeter serait absurde ; au contraire, les lettres classiques peuvent fournir aux jeunes gens des modèles de comportement et de vertu, à condition cependant d’user de « prudence » et d’en éliminer les parties les plus suspectes ou scabreuses. Bien entendu, pour saint Basile, les lettres profanes ne sont qu’une étape pour accéder à l’intelligence de l’Écriture sainte.

  • 84 Maffeo Vegio da Lodi, De educatione liberorum clarisque eorum (ou et eorum claris) moribus (1444) = (...)

43C’était encore une question majeure à l’époque des pédagogues humanistes, qui se référèrent souvent à saint Basile (sa lettre, très connue, a souvent été imprimée à la Renaissance) ; ils en tirent une justification de l’usage des textes profanes antiques dans le cursus de leurs élèves, non seulement pour la qualité du latin et son usage didactique et rhétorique, mais aussi pour leur valeur morale. Steinhöwel et le traducteur castillan ne reprennent cependant qu’en partie la lettre de saint Basile, à travers le terme de prudencia. À aucun moment (en tous cas en castillan) ils n’évoquent le danger potentiel de fables mal comprises du vulgaire, ou pouvant déformer l’esprit des jeunes lecteurs. C’est en revanche un thème que l’on trouve chez les pédagogues humanistes italiens contemporains, dont certains sont farouchement hostiles aux fables. Ainsi Maffeo Vegio da Lodi (1406/07-1458), dans son traité De l’éducation des enfants et de leurs bonnes mœurs (1444), s’insurge contre les fables que les « vieilles femmes » racontent aux enfants, reprenant ici une vieille idée de Plutarque venant de Platon84.

Plutarque.

Maffeo Vegio (I, 10)

L’esprit des enfants est une pâte flexible qui reçoit sans résistance toutes les formes qu’on veut lui donner. Une fois fortifiés par l’âge, on les plie difficilement. Les sceaux se gravent aisément sur la cire molle ; de même les préceptes qu’on donne à ces esprits encore tendres s’y impriment facilement, et y laissent des traces profondes. C’est pour cela que le divin Platon (l. 2, Rep.) recommande si expressément aux nourrices de ne point entretenir les enfants de contes ridicules qui remplissent leur esprit d’idées fausses et absurdes.

Ne pas raconter aux enfants des fables de vieilles femmes, stupides ou frivoles et ne pas leur donner des noms ou surnoms inconvenants. Il faudra ensuite veiller à une chose dont parle aussi Platon, à savoir ne pas les laisser écouter des fables de vieilles femmes, des stupidités et des frivolités. De même que les mains modèlent le corps, les discours forment l’esprit. Ils ne doivent pas, comme cela arrive trop souvent, se sentir infantilisés par des petites paroles ineptes. A cet égard, on prendra soin d’empêcher l’usage très fréquent chez les femmes de modifier leur joli nom par des diminutifs mièvres ou d’introduire des variations qui les féminisent.

44Il va de soi que ces vieilles femmes sont des illettrées et ne peuvent transmettre ces récits que sous une forme vernaculaire, ce qui justifie peut-être l’ire des humanistes. Cela ne veut pas dire qu’eux-mêmes n’aient pas eu recours aux fables. Pétrarque lui-même en relate certaines, p. ex. dans les Epistolae familiares (III, 13), il cite fable qui est reprise par l’un des plus grands pédagogues du début du XVe siècle, Giovanni Conversini de Ravenne : en janvier 1407 il écrit une Conventio inter podagram et araneam, raisonnement sur la supériorité de la vie rurale par rapport à la vie urbaine, clairement inspirée de la fable de Pétrarque. La fable n’est donc pas mauvaise en soi, mais ce qui est dangereux, ou futile, c’est son usage en langue vulgaire… et surtout, la laisser aux femmes, et pire encore, aux vieilles !

  • 85 Antonio Cerdá y Lloscos était originaire de Majorque ; il étudia les « humanités » à Palma, puis la (...)

45Contre ce courant humaniste italien qui stigmatise les fables vernaculaires déformant les esprits des enfants, au même titre que les surnoms mièvres, Steinhöwel et le traducteur castillan ne semblent pas avoir voulu s’impliquer de façon trop polémique. Il y a quand même des traces du débat, notamment à travers la mention du cardinal de Saint-Chrysogone, Antonio Cerdá, qui fut lui-même impliqué dans les débats des humanistes sur la nouvelle pédagogie (paideia)85. Se placer sous son égide, c’est montrer au lecteur cultivé que même un humaniste peut s’intéresser aux fables. Et a fortiori, à des fables traduites en vernaculaire. D’autre part, la phrase concluant le paratexte (commençant par Como porque comúnmente todos somos más inclinados a corregir…) est une allusion discrète à ces critiques humanistes. Derrière les prudentes y letrados à qui le traducteur demande d’entendre son travail avec un ánimo benívolo inclinado a defensión más que a rreprehensión & ofensión, ne s’agit-il pas des hommes comme Maffeo Vegio et ses semblables ? La reprise de l’adjectif prudentes renvoie en outre à la prudencia nécessaire, et à la « doctrine » de saint Basile. Les allusions à des « critiques » sont cependant trop succinctes pour que l’on puisse y voir une attaque en règle contre les humanistes hostiles aux fables vulgaires. Du moins, l’allusion ne peut-elle être perceptible que pour ceux – justement lettrés – qui connaissent le débat en question !

Conclusions. De la douceur du miel face à l’aiguillon des critiques

  • 86 H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 55-73.
  • 87 L’image du jardin, des fleurs et des fruits se trouvait déjà dans le prologue du Gualterius Anglicu (...)

46Steinhöwel et le traducteur castillan préfèrent souligner le caractère positif des fables : aussi fictionnelles soient-elles, elles ont une grande utilité et même une vertu, à condition de bien les comprendre. Le paragraphe qui suit la référence à saint Basile, sur les abeilles, les fleurs et le miel, file longuement une métaphore qui conduit à la même conclusion : le côté fictionnel des fables n’est que la couleur, l’apparence extérieure, le lecteur prudent doit se recentrer sur le fond, le miel et la cire, c’est-à-dire la doctrine morale contenue dans les fables. En revanche, celui qui s’en tient à la superficialité plaisante du récit n’en recevra aucune nourriture spirituelle. Le prologue continue par une longue définition des fables, empruntée au moins en partie à Isidore de Séville, et qui a été déjà longuement commentée par Hugo O. Bizzarri86. Au-delà de la définition classique opposant Fable, Histoire et « Argument » (ce qui pourrait être vrai, vraisemblable) on peut souligner le champ sémantique employé par le traducteur pour qualifier les fables, après la douceur du miel : los poetas fingieron las fábulas porque son delectables ; chupando e tomando assí en vianda de la ánima e del cuerpo. Les fables sont une nourriture de l’esprit qui ne doit pas être refusée aux gens les plus simples, et c’est la raison pour laquelle les traductions sont justifiées87.

  • 88 Aux côtés d’une version imprimée (de molde), la reine Isabelle la Catholique possédait un, peut-êtr (...)

47Cependant, après ce prologue enthousiaste, l’Isopete se conclut par ce semi-constat d’échec : et si le travail n’était ni élégant, ni accessible ? La obra non ser tan elegante como palpable para los vulgares e non doctos, para solaz & doctrina de los quales fue la intención della. La demande d’appui auprès des princes lettrés, tant chez Steinhöwel que chez le traducteur castillan, témoigne qu’au-delà de cette humilité de bon aloi, le traducteur espère aussi séduire un public plus cultivé, à qui il demande sa compréhension et sa bienveillance. On en revient finalement au topique de l’œuvre offerte au prince. Si Steinhöwel, puis le traducteur castillan, ont placé leur travail sous le patronage d’un prince, le Habsbourg ou l’infortuné neveu du roi d’Aragon, c’est aussi pour faire face à ces éventuelles critiques sur l’inanité de textes fictionnels, et par là-même, de leurs traductions. On peut se demander ici pourquoi l’imprimeur de Burgos 1496 a conservé la dédicace à l’Aragonais Enrique Fortuna, au lieu de la transférer à Isabelle la Catholique, dont on sait qu’elle posséda au moins deux exemplaires de l’Isopete88, ou à un grand prince castillan humaniste comme l’un des Mendoza. Pas par économie éditoriale, car il révise parfois le texte confus de l’édition de 1489.

  • 89 Dans le prologue allemand de Steinhöwel, il est bien question de Plaute ; c’est le traducteur de l’ (...)

48Quoi qu’il en soit, pour le traducteur castillan, dans le prologue, l’autorité de l’infant Enrique (son auctoritas, le terme latin est repris littéralement en auctoridad) doit en fait servir à donner une sorte de lustre à l’ouvrage, à le cautionner : por que de su superabundante discrecion e muy begnivola nobleza resciba auctoridad. L’autorité du nom d’Ésope et de ses successeurs, mais aussi de la théorie d’auteurs classiques appelés en renfort (Térence, Platon ou Plaute89, Horace) ne suffisait donc pas à justifier son labeur. Il fallait celle du prince. Mais désormais, il n’était plus le seul destinataire de l’œuvre. Parce qu’elles étaient traduites, les fables pouvaient prendre place, dignement, dans l’éducation (doctrina) mais aussi le plaisir et même la délectation (solaz) des gens vulgaires ! A-t-il convaincu ? Sans doute, si l’on en juge par le nombre des rééditions, et par l’intérêt que la reine elle-même manifesta pour les fables. Mais les destinait-elle à sa propre lecture ou à celle de ses enfants ?

Haut de page

Notes

1 Les auteurs à lire dans les écoles de grammaire étaient appelés par des diminutifs indiquant qu’ils devaient servir à l’apprentissage des plus jeunes, les rudimentis parvulorum (Catunculum, Homerunculum, Maximianum, Esopem ou Isopete, Avianum ou Avianonet) : c’est l’origine du terme Isopet. Cf. Carlos Alvar Ezquerra, Constance Carta et Sarah Finci, « El retrato de Esopo en los Isopetes incunables : imagen y texto », Revista de filología española, t. 91, fasc. 2, 2011, p. 233-260, voir p. 237, n7.

2 Sur la tradition ésopique dans les fables de Juan Ruiz, je renvoie à la bibliographie d’Hugo O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorías sobre la fábula », Acta Poetica 32/2, Juillet-décembre 2011, p. 55-73, p. 58 n. 2.

3 L’itinéraire de l’Isopete castillan a été largement analysé par María Jesús Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España », Actas del XIII Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (Valladolid 15-19 sept. 2009), in : José Manuel FRADEJAS RUEDA, Deborah DIETRICK SMITHBAUER, María Jesús DÍEZ CARRETAS, Demetrio MARTÍN SANZ (coord.), Memoriam Alan Deyermond, , Valladolid : 2010, p. 107-134, voir p. 110 et note 9. Les quelques fragments manuscrits d’Isopets médiévaux en castillan sont plutôt des copies des versions imprimées à la fin du XVe siècle. En revanche, des manuscrits latins, voire grecs, des fables ésopiques, ont été localisés dans les bibliothèques espagnoles, mais aucun en castillan, à l’exception peut-être de textes en romance, cités dans des inventaires de 1375 et 1449, cf. Carmen Navarro, « Notas a la iconografía del Isopete español », Quaderni di Lingue e Letterature, 18, 1993, p. 543-576, voir p. 549.

4 Odo de Cheriton, Fabulae, Narrationes o Parabolae, première moitié du XIIIe siècle. La traduction castillane est anonyme, peut-être l’œuvre d’un moine. L’œuvre en grande partie d’origine orientale, compte 66 fables (dont seulement sept se réfèrent à des chats !). Pour la version castillane : Libro de los gatos. Édition avec introduction et notes par Bernard Darbord (avant-propos de Daniel Devoto), Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, Annexes 3, 1984. Carmen Elena Armijo CantoFábula y mundo : Odo de Chériton y el Libro de los gatos. México, UNAM, 2014. On reviendra plus loin sur la compilation d’Eudes de Chériton.

5 La première mention de cet incunable est due à Don José Goñi Gaztambide [archiviste et bibliothécaire de la cathédrale de Pampelune], « Incunables de Pamplona », La imprenta en Navarra, Pampelune : Diputación Foral de Navarra – Institució Príncipe de Viana, 1974, p. 77-112. Sa « découverte » est cependant longtemps passée inaperçue, puisque jusqu’aux travaux de Carmen Navarro personne ne reprit l’information : Carmen Navarro, « El Incunable de 1482 y las ediciones del Isopete en España », Quaderni di Lingue e Letterature, 15, 1990, p. 157-164. Description plus complète, avec les folios manquants, dans M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 111.

6 Harriet Goldberg et Victoria A. Burrus, Esopete ystoriado (Toulouse 1488). Edición, studio y notas, Madison, HSMS, 1990. Leur travail, paru la même année que le 1er article de Carmen Navarro, n’a pas pris en compte cette publication, et elles estimaient donc encore que l’incunable de Toulouse était l’édition princeps. En revanche, Victoria A. Burrus en a tenu compte dans son travail suivant : Victoria A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation in Late Fifteenth Century Spain », Livius, 6, 1994, p. 149-161.

7 Incunable conservé à l’Escorial (INC 32-I-13). Fábulas de Esopo. Reproducción en facsímile de la Primera Edición de 1489 [sic], éd. Emilio Cotarelo, Madrid : Real Academia Española, 1929, p. XX-LII. Le texte est identique à celui de l’édition de Saragosse 1482.

8 Le travail de Steinhöwel était déjà connu d’Hermann Knust, « Steinhöwel’s Aesop », Zeitschrift für deutsche Philologie, XIX, 1887, p. 197-218.

9 La filiation entre les incunables castillans et la compilation de Steinhöwel a été analysée par V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 149-161. Dieter Beyerle l’avait déjà démontré, lui aussi, en 1980, mais je n’ai pas eu recours à son travail.

10 Sur la traduction en Espagne, en général, l’ouvrage majeur reste celui de Peter Russell, Traducciones y traductores en la Península Ibérica (1400-1500), Bellaterra, Universidad Autonoma de Barcelona, 1985.

11 Faute de place, je n’analyserai pas ici la construction même de la compilation-traduction et les variantes structurelles entre les versions latin-allemand, et la version castillane. Les remaniements ont déjà été étudiés par M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 113-118. Je renvoie à ses notes concernant les éditions (n. 20). J’ai eu recours à celle d’Herman Oesterley, Steinhöwel Äsop, Tübingen, Literarischen Vereins, Bibliothek des Literarischen Vereins in Stuttgart n° 117, 1873, disponible en ligne.

12 Pour l’histoire de la fable antique et médiévale, on peut consulter en espagnol : Francisco RodrÍguez Adrados, Historia de la fábula greco-latina t. 1 : Introducción y de los orígenes a la Edad Helenística, Madrid : Universidad Complutense, 1979 ; t. 2 : La fábula en época imperial romana y medieval, 1985 ; t. 3 : Inventario y documentació de la fábula greco-latina, 1987.

13 Léopold Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du Moyen Âge, Paris : 5 vol., 2e éd., 1893-1899 [réimpression Hildesheim-New York, Georg Olms Verlag, 1970, 5 vol.].

14 C. Alvar Ezquerra, et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », stemma p. 236.

15 Il n’y a que de vagues références à la vie d’Ésope chez Hérodote (Histoire, 2, 134 : il en fait un esclave de Ladmon), Aristophane (Les guêpes v. 1.446) et Plutarque (Moralia, 556). Héraclite du Pont le dit originaire de Thrace. La plupart des auteurs (Phèdre, Dion Chrysostome, Lucien de Samosate, Aulu-Gelle, Maxime de Tyr etc.) font de lui un Phrygien, peut-être d’Armorion (Souda, Constantin Porphyrogénète). La Vie légendaire de Maxime Planude en fait aussi un Phrygien, mais originaire d’Amonion. On en fait aussi un Lydien, comme son maître Xanthos dans sa vie légendaire. Hérodote situe sa vie entre 570 et 526 av. J.-C (contemporain de Rhodopis), tandis que Phèdre le situe entre 612 et 527 av. J.-C. Cf. C. Alvar Ezquerra, et al., « El retrato de Esopo en los Isopetes incunables… », p. 237, n. 9.

16 H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 66-67 cite Isidore, mais ne fait pas de commentaire à propos de cet « Alcméon de Crotone ».

17 Mentionné par Aristote, Diogène Laërce, et Plutarque, il aurait vécu à la fin du VIe siècle avant notre ère. Il a laissé le premier traité de médecine grec. On en fait un élève de Pythagore, et un médecin anatomiste, spécialiste de la dissection des animaux, dont les théories furent vivement combattues par Hippocrate. Marie-Hélène Margane, L’ophtalmologie dans l’Égypte gréco-romaine d’après les papyrus littéraires grecs, Leyde-New-York-Cologne : Brill, 1993, p. 77-78.

18 Démétrios de Phalère (360-282 av. J.-C.), orateur et philosophe athénien, réalisa une première collection des fables d’Ésope, vers  25 av. J.-C. Le recueil s’est perdu dans sa forme originale, mais a été conservé dans un ensemble de manuscrits datant probablement du Ier siècle av. J.-C., la collection dite Augustana, comportant plus de 500 fables. Elle semble avoir encore été connue au IXe siècle, mais elle s’est ensuite perdue, elle aussi.

19 Phèdre (Caius Iulius Phaedrus, 14 av. J.-C. – 50 apr. J.-C.), d’origine thrace est un affranchi d’Auguste. Son recueil, intitulé Phaedri Augusti Liberti Fabulae Æsopiae, compte 5 livres et 123 fables dont 47 empruntées à Ésope directement, et 2/3 sortent de sa propre imagination. Pour les premières, il affirme dans son prologue général : « C’est Ésope qui, le premier, a trouvé la matière : moi, je l’ai polie en vers sénaires. » (hanc ego polivi versibus senariis). Phèdre est relativement peu connu au Moyen Âge (seuls cinq manuscrits de ses fables nous sont parvenus), même si l’on conserve un manuscrit du IXe siècle, copie incomplète de ses œuvres (il manque la fin du livre I, une partie du livre V), qui servit aux humanistes modernes à les imprimer en 1596.

20 Leur mention apparaît brièvement à la suite de « maître Alemo de Cracovie » dans le prologue castillan.

21 On raconte que Socrate consacra ses derniers moments en prison à mettre en vers des fables d’Ésope. Socrate connaissait indéniablement les fables. Il écrit ainsi : « Un poète doit prendre pour matière des mythes [] Aussi ai-je choisi des mythes à portée de main, ces fables d’Ésope que je savais par cœur, au hasard de la rencontre ».

22 Babrius est un fabuliste latin, mais écrivant en grec, qui versifia les fables d’Esope sans doute à la fin du IIe – début IIIe s. de notre ère. Mais il était encore plus mal connu au Moyen Âge qu’Ésope. Ben Edwin Perry, Babrius and Phaedrus, Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1984.

23 Du titre de la lettre dédicatoire qui apparaît dans certains manuscrits (ce Rufus serait le grec Xanthus, le méchant maître d’Ésope dans la Vie de celui-ci). Cette compilation s’est perdue, et il ne reste que ce que l’on appelle le Romulus primitif, peut-être daté de la fin VIIIe  début IXe siècle, et qui fut décliné par la suite dans de multiples versions. Pour d’autres critiques, en revanche, l’Æsopus ad Rufum ne serait qu’une reprise de Phèdre.

24 Flavius Ambrosius Macrobius Theodosius, i.e. le poète Macrobe, cite lui-même un certain Avienus dans ses Saturnales. Avianus a puisé ses fables chez Ésope, « qui, sur l’avis de l’oracle de Delphes, imagina des récits dont l’agrément faisait mieux goûter la moralité », mais il a aussi emprunté à Phèdre, à Babrius, et à Socrate, « qui a fait entrer ses fables dans ses divins ouvrages », ou à Horace, « qui en a orné ses poésies, parce que, sous l’apparence de badinages légers, elles renferment de sages enseignements ».

25  Les principales sont, au Xe siècle l’Ésope de Wissembourg, une version anonyme du Romulus ; puis aux XIe – XIIe siècles le Romulus vulgaris et le Romulus ordinarius, le Romulus de Vienne et le Romulus de Berlin (82 fables chacun), le Romulus de Dijon, et le Romulus de Nilant (52 fables). Jean-Frédéric Nilant est le nom de son éditeur en 1709, Fabulae antiquae ex Phaedro, Leyde, Théodore Hask, 1709, d’après un manuscrit de Leyde. Hervieux a montré qu’il s’agit d’une compilation réunie par Adémar de Chabannes, moine de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, mort en Terre Sainte en 1030. L. Hervieux, Les fabulistes latins…, p. 261 sq. L’Esope d’Adémar en prose de la main d’Adémar de Chabannes semble cependant être une autre compilation. Beaucoup furent connues et éditées dès le XVIIe ou le XVIIIe siècle (et connues et reprises par La Fontaine, mais aussi bien d’autres fabulistes modernes).

26 La traduction du Romulus anglo-latin fut longtemps attribuée au roi Henri Ier Beauclerc lui-même. Il comportait peut-être 104 fables (il n’en reste que des fragments). Le recueil de Marie de France comprend, lui, 103 fables. Il généra lui-même un dérivé, cette fois en latin, contenant 136 fables et qui connut une certaine vogue (136 mss et deux traductions en vers allemands plus tardives).

27 Le Romulus de Vincent de Beauvais qui a adapté dans sa Poétique et dans deux de ses Miroirs, une traduction de 29 fables attribuées à Ésope et 11 fables non attribuées par lui mais qui viennent de Phèdre ; le Romulus d’Oxford et le Romulus de Berne.

28 La principale est l’Ésope moralisé, recueil anonyme de la seconde moitié du XIIe siècle, attribué à Walter l’Anglais (Gualterius Anglicus), peut-être le chapelain d’Henri II Plantagenêt. Ce recueil est ensuite adapté en français aux XIIIe et XIVe s. dans l’Isopet de Lyon et les Isopets I et III de Paris. On a aussi d’autres adaptations au XIIIe siècle comme celle d’Alexandre Neckam, en vers latins (Novus Aesopus), ensuite adaptée en français : l’Isopet II de Paris et l’Isopet de Chartres. Les éditeurs de l’époque moderne ont aussi réuni, de façon plus ou moins aléatoire, des collections disparates, comme le Romulus de Nevelet qui comprend quelques 200 à 300 fables et porte le nom de son éditeur en 1610, le suisse Isaac Nicholas Nevelet, qui l’inclut dans sa Mytologia Aesopica. L’éditeur a en fait réuni des matériels provenant de cinq manuscrits différents dont un manuscrit du Vatican (bibl. Palatine) datant de la fin du XIIIe siècle, qui semble être lié à la collection Augustana. C’est en tous cas ce recueil de 1610 qu’utilisa La Fontaine pour ses propres fables.

29 Un seul ex., le recueil de l’Isopet I de Paris est un mixte entre 58 fables provenant de la compilation de Gualterius Anglicus, et de 18 fables traduites d’Avianus. Cette compilation tardive (entre 1339 et 1349) est un travail de Jean de Chavenges, auteur au service de la reine Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI, pour l’éducation de leur fils le futur Jean II le Bon.

30 Hervieux estime que les fables ont été composées vers 1220. Selon les manuscrits, il n’y a pas tout à fait le même nombre de titres (le ms Cambridge, Corpus Christi 441 comprend 81 titres avec un total de 112 fables, certaines étant regroupées sous un même titre en raison de leur même sens moral). Certaines se rattachent à la veine ésopique : 26 sont clairement empruntées à Phèdre et aux Romuli) ; d’autres viennent d’Ovide, Juvénal, Sénèque. Les gloses des fables, souvent bien plus longues que le texte même, offrent une vive critique de la corruption de l’Église, son hypocrisie, et plus généralement, des vices de tous les hommes de pouvoir. Elles ont inspiré les prédicateurs contemporains, comme Jacques de Vitry et Étienne de Bourbon ; il en existe aussi une traduction française anonyme du XIIIe siècle (ms de Cheltenham), et la traduction en vers de Nicole Bozon, adaptant le texte en s’inspirant aussi d’autres matériaux ; une cinquantaine de fables, plus courtes, se trouvent aussi dans le recueil des sermons de John Sheppey (évêque anglais mort en 1360) ; elles sont surtout le substrat du Libro de los Gatos castillan du XVe siècle.

31 Médecin, astronome, mathématicien, cosmographe, mais aussi théologien, Pierre Alphonse (1062-v. 1140), de son vrai nom Moïse Sephardi, était un Juif de Huesca (Aragon), qui se convertit en 1106 et adopte alors son nom chrétien en hommage à Alphonse Ier, son parrain et protecteur (il était son médecin). À la suite de cette conversion, il écrit un dialogue de réfutation des dogmes juifs et musulmans, le Dialogus contra judaeos. Puis il quitte l’Aragon pour l’Angleterre, peut-être pour y étudier les systèmes de comput astronomiques arabes, au monastère de Malvern, où il était parent du prieur. Il semble avoir écrit la majeure partie de ses traités en Angleterre à l’époque d’Henri Ier Beauclerc (1068-1100-1135). Il était installé à la fin de sa vie en France.

32 On y trouve toutes les modalités énonciatives possibles, typiques de la littérature sapientielle ibérique : pour les récits brefs, au moins une fable venue d’Ésope (ex. V), trois ou quatre apologues venus de collections orientales qui n’étaient pas encore traduites en castillan à cette date et que l’on retrouve dans le Sendebar (ex. XI et XIII), le Barlaam et Josaphat (XXII) et le Calila et Dimna (XXIV), preuve qu’il les a lus en arabe ; s’y ajoute un conte qui viendrait de la tradition folklorique juive (XVII). Le traité est en fait une adaptation de nombreuses fables venues de l’arabe, du persan pehlvi et même de l’hindi.

33 Le cas le plus connu est le fameux conte du demi-ami (ex. VII, 1 dans la DC) qui explique qu’il vaut mieux avoir un « demi-ami » parfaitement fidèle que des centaines de pseudo-amis qui vous lâcheront au moment où vous aurez besoin d’eux. On le retrouve dans les Castigos de Sanche IV, puis au XIVe siècle dans le Conde Lucanor comme dans le Zifar, et au XVe siècle dans le Libro de los exemplos (n° 23). Mais le récit se propage aussi dans toute l’Europe, et Yves Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes, IX, Liège, 1905, cite pas moins de 61 œuvres et auteurs (français, allemands) qui mentionnent le motif.

34 En France on en réalise deux traductions au moins : la Discipline du Clergé (XIVe s.), proche du texte latin ; et un peu plus tard, le Chastoiement d’un père à son fils, qui abrège les commentaires moraux pour amplifier la partie narrative, en ajoutant des dialogues et des détails pittoresques sur l’Orient.

35 L’édition la plus récente est : Adolfo di ViennaDoligamus, gli inganni delle donne [les tromperies des femmes], a cura di Paola Casali, Florence : SISMEL–Edizioni del Galluzzo (Per verba, 7), 1997 (avec une traduction en italien). En dehors de cette étude, il n’existe guère que des travaux en langue germanique et très datés, des années 1920-30 pour l’essentiel.

36 Maxime Planude (en latin Maximus Planudes, en grec Μάξιμος Πλανούδης) fut très lié au Palais impérial, écrivant des discours et des panégyriques de commande, et recevant des missions officielles. C’est d’abord un grammairien, auteur de très nombreux traités pédagogiques sur la rhétorique. Mais surtout, avec d’autres grands savants philologues protégés par Andronic II, Maxime Planude a établi des « éditions » commentées d’œuvres d’auteurs grecs antiques, comme les Vies parallèles et les Moralia de Plutarque, ou Thucydide ; on lui doit une anthologie de plus de 2.000 poèmes grecs, achevée en 1299 (manuscrit autographe Marc. Gr. 481). Il a édité avec des scholies Hésiode, Pindare, Théocrite, et du théâtre grec (Sophocle, Euripide). Il a également commenté les traités scientifiques d’Euclide, Aratos (les Phénomènes) ou Diophante, et établi des cartes tirées de Ptolémée. Il a réalisé de nombreux florilèges thématiques, sur la rhétorique, la géographie, l’histoire, la philosophie… voire des recueils de proverbes et devinettes populaires. Planude était en outre un bon latiniste, et il a donc traduit en grec des auteurs latins, saint Augustin, Boèce, les Distiques de Caton, Macrobe, Ovide, une partie des Satires de Juvénal etc. En revanche, il n’a pas produit beaucoup d’œuvres personnelles : quelques traités de théologie, et quelques recueils de poésie à sujets plutôt religieux. La plupart de ces textes sont ensuite passés en Italie, par le milieu humaniste, frotté d’hellénisme.

37 Si les éditions de Maxime Planude sont très étudiées, peu de travaux sur sa vie d’Ésope même, en dehors de Ben Edwin Perry, Studies in the Text History of the Life and Fables of Aesop, Averford (Pennsylvanie) : American Philological Association, 1936 ; id., « Some addenda to the Life of Aesop », Byzantinische Zeitschrift, 59, 1966, p. 285-304. Pour l’Espagne : Harriet Goldberg, « The Vida de Ysopo. A Case of Comic Didactism », Anuario Medieval, I, 1989, p. 114-125 ; et Francisco RodrÍguez Adrados, « La vida de Esopo y la Vida de Lazarillo de Tormes », Revista de filología española, 58, 1976, p. 35-45.

38 C. Alvar Ezquerra, et al., « El retrato de Esopo en los Isopetes incunables… », p. 237-238. Un manuscrit (monastère de Grottaferrata) associe la collection Augustana avec la Vie légendaire d’Ésope.

39 Ahiqar est un sage assyrien, chancelier du roi Assarhaddon (680-669 av. J.-C.), héros d’un roman d’éducation, sous forme de proverbes de sagesse, très connu dans l’antiquité, rédigé en araméen au VIIe s. av. J.-C. (période néo-assyrienne) ; il est surtout connu par les papyrus retrouvés en 1906 à Éléphantine en Égypte, datés du règne de Darius II, le roi perse achéménide (fin du Ve s. av. J.-C.). L’influence du Roman d’Ahiqar apparaît surtout dans la fin de la Vie légendaire d’Ésope, concernant ses démêlés avec son mauvais neveu, et les devinettes imposées par le roi d’Égypte au roi assyrien, lorsqu’il apprend la « mort » de son conseiller à la suite des machinations du neveu. Le roi Assarhaddon est désemparé, jusqu’à ce qu’il apprenne qu’Ahiqar a en fait survécu, et il réussit à résoudre les énigmes. Or c’est exactement le motif de la fin de la vie légendaire d’Ésope. Histoire et sagesse d’Ahikar l’Assyrien, trad. française par François Nau, 1909.

40 Dès 1415, Rinuccio d’Arezzo s’intéresse à la langue grecque qu’il apprend en Crète auprès de Giovanni Simeonachi, et se lance dans la recherche de manuscrits grecs. Il se rend ensuite à Constantinople, où il entretient de bons rapports avec l’empereur Manuel. De retour en Italie en 1423, il entre au service du cardinal légat vénitien Gabriele Condulmer (futur Eugène IV), en poste à Bologne, puis l’accompagne à Rome. Eugène IV le nomme scriptor et custos cancellariae apostolicae. Il est encore secrétaire de la curie de Nicolas V. Il traduit Diogène, Hippocrate, Euripide, mais aussi Aristophane, Platon, Démosthène, Plutarque, Lucien de Samosate. Rinuccio introduit en Occident l’œuvre d’Archimède. D. P. LockwoodDe R. Aretino graecarum litterarum interprete (Harvard Studies in class. philol., XXIV, p. 51-109) ; biographie et bibliographie détaillées sur http://www.treccani.it/enciclopedia/rinuccio-d-arezzo_(Dizionario-Biografico)/ Pour l’éd. des fables : Rinucius Aretinus, Fabulae Aesopicae, a cura di M. P. Pillolla, Genève : BIT, 1993. Voir aussi A. Morel-Fatio, « L’Isopo castillan », Romania, XXIII, 1894, p. 567-568 ; et M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 115. Les Vita et Fabulae furent imprimées à Milan par Antonius Zarotus en 1474.

41 Principales éd. en latin et trad. en français, dans l’ordre chronologique : Poggio BRACCIOLINI, Les facéties du Pogge traduites en français avec le texte latin, Paris : Isidore Lisieux, 1878 ; id., Les Facéties du Pogge, florentin. Traduction nouvelle et intégrale, accompagnée des Moralitez de Guillaume Tardif, suivie de la Description des bains de Bade…, éd. annotée précédée d’une notice sur le Pogge, sa vie, son œuvre, ses traductions, par Pierre Des Brandes, Paris : Garnier, 1900 ; id., Facéties, éd. latin-français par Étienne Wolff, Paris : éd. Anatolia, 1994 (pour le français, trad. de Pierre des Brandes) ; Facéties [« Confabulationes »], texte latin, note philologique et notes de Stefano Pittaluga, Paris : éd. Belles lettres, coll. « Bibliothèque italienne » n° 15, 2005. Trad. en castillan : Avelino Sotelo Àlvarez, Poggio Guccio Bracciolini [1380-1459] : humanista florentino. Facetiarum liber : introducción crítica, traducción integral, notas. Vida, obra y pensamiento de un humanista florentino, Alicante : Phd Aristos Editors, 2001.

42 Gian Francesco Poggio Bracciolini, dit Le Pogge, était originaire d’Arezzzo, fils d’un simple apothicaire. Il suivit des études de notaire à Florence, et entra alors dans le cercle des lettrés autour du chancelier de la république de Florence, Coluccio Salutati, avec Leonardo Bruni et d’autres. Sur une recommandation de Salutati, il entra dans l’administration pontificale en 1403. Il devint l’un des six principaux secrétaires de la Curie, sous Boniface IX, puis Grégoire XII et Jean XXIII. Le Pogge accompagna ce dernier au concile de Constance (débutant en octobre 1414). Mais le pape ayant été déposé par le concile en mai 1415, Le Pogge perdit sa charge, et se mit alors à voyager et écumer les bibliothèques monastiques françaises, germaniques et italiennes (Cluny, Fulda, Saint-Gall, Mont-Cassin), à la recherche de manuscrits anciens. En 1419, il devient secrétaire du cardinal Henry Beaufort, qu’il accompagne à Winchester, espérant là encore découvrir des manuscrits anciens. Mais déçu, il revient en Italie et parvient à retrouver un poste de secrétaire à Rome, sous Martin V, en 1422. Il devient même le secrétaire particulier d’Eugène IV en 1431, puis de son successeur Nicolas V. Il fut impliqué dans plusieurs controverses avec d’autres grands humanistes de son temps, Guarino de Vérone ou Lorenzo Valla. C’est aussi lui qui recueille le récit de voyage du marchand vénitien Nicolò de’ Conti, de retour à Rome en 1439 après un très long voyage de 25 ans en Orient. En 1453, déjà âgé de 73 ans, Le Pogge accepte le poste honorifique de chancelier de la République de Florence, qu’il occupe jusqu’en 1458, avant de démissionner, un an avant sa mort. Il est connu pour sa calligraphie particulièrement claire, fondée sur la minuscule caroline, si lisible qu’elle servit, dit-on, de modèle à l’imprimeur vénitien Alde Manucce pour ses caractères latins.

43 Il en reste 37 manuscrits (dont 9 à Paris), et entre 1470 et 1500, les Facéties connurent 34 éditions en latin, dont 6 sorties des presses françaises de Paris ou Lyon. Julien Macho traduisit sept de ces facéties, Guillaume Tardif, 112 ou 114. Ses textes ont servi de base à une quinzaine des Cent nouvelles nouvelles bourguignonnes, contemporaines, mais on retrouve aussi ses intrigues narratives dans bien d’autres œuvres. Cf. Lionello Sozzi, « Les Facéties du Pogge et leur influence », in : Réforme. Humanisme. Renaissance. Facéties et littérature facétieuse à l’époque de la Renaissance, actes du colloque de Goutelas sept.-oct. 1977, 1977, p. 31-35.

44 Guillaume Tardif, Les facéties du Poge, traduction du Liber facetiarum de Poggio Bracciolini, éd. critique par Frédéric Duval et Sandrine Heriche-Pradeau, Genève : Droz, Textes littéraires Français. 2003. Ils y montrent que Tardif a adapté les anecdotes à un public curial. Voir aussi Nelly Labère, « Le livre qui a envahi, souillé, infecté la France, l’Espagne, l’Allemagne, l’Angleterre et tous les autres pays de langue latine ou comment traduire une œuvre cochonne ? Étude du langage figuré dans les Facéties du Pogge traduites par Guillaume Tardif à la fin du XVe siècle », Le langage figuré. Actes du colloque international sur le moyen Français (Montréal, Université McGill, 4-6 octobre 2004)Le moyen français, 60-61, 2007, p. 335-349.

45 Ulrich Boner était né à Berne. Il semble être devenu moine, ou du moins avoir reçu les ordres et la tonsure, mais il fut aussi marié, et peut-être retourna-t-il à la vie séculière. Les mentions éparses sur sa vie situent son activité dans les années 1324 à 1349. Der Edelstein est dédié à Johann von Ringgenberg, patricien bernois et lui-même poète (m. 1350). L’édition de 1461 est l’un des premiers livres imprimés en langue allemande. Reprod. en facsimilé : Ulrich Boner, Der Edelstein. Faksimile der ersten Druckausgabe Bamberg 1461, Stuttgart, Muller et Schindler, 1972. Cf. Carmen Navarro, « Notas a la iconografía del Isopete español », p. 543-576.

46 Heinrich Steinhöwel (Steinhäuel ou Steinheil) était d’origine souabe. Il fit des études à l’université de Vienne, à partir de 1429, y fut gradué comme bachelier ès arts le 13 juillet 1432 et comme maître en droit en 1436. Il se rendit alors à Padoue pour y étudier le droit canon, puis préféra se dédier à la médecine, toujours à Padoue, où il obtint ses diplômes en 1440. Il était recteur à Padoue en 1442, et deux ans plus tard, de retour en Allemagne, il était rector magnificus à l’université d’Heidelberg. En 1449, il exerçait comme médecin à Esslingen, puis en 1450 à Ulm. Il devint quelques années plus tard le médecin personnel d’Eberhard Ier, duc de Württemberg. Outre les fables d’Ésope, il traduisit aussi une histoire de la croisade du duc Godefroy de Bouillon (1461) ; l’Apollonius de Tyr (1471) ; le Miroir de vie humaine de l’humaniste espagnol alors établi à Rome, Rodrigo Sánchez de Arevalo (Rodrigo de Zamora) (1472) ; une chronique allemande (1473) ; plusieurs œuvres de Pétrarque et Boccace, notamment en 1473 une traduction du De mulieribus claris de Boccace, à Ulm, chez Johann Zainer (Of the sinnrychen erluchten Wyben) ; Guscardo et Sigismunda, autre traduction de Boccace (1473). Il anima clairement le cercle encore restreint des humanistes germanistes contemporains.

47 Günther Zainer (Zeyner ou Zeiner) commença sa carrière à Strasbourg autour de 1463 ; il y était alors peintre et orfèvre ; puis il apprit le métier d’imprimeur et devint le 1er imprimeur d’Augsbourg, de 1468 à sa mort (1er octobre 1478). Il travaillait pour l’imprimerie de l’abbaye Saint-Ulrich et Saint-Afra d’Augsbourg. En une dizaine d’années, ses presses livrèrent pas moins de 80 incunables, dont 32 illustrés de bois gravés : des Meditationes vitae domini (1468), son premier travail ; la première version en allemand de la Légende dorée de Jacques de Voragine en 2 volumes accompagnée de 131 bois gravés (1471-1476) ; trois ouvrages d’instruction morale entre 1472 et 1476 ; les Étymologies d’Isidore (1472) avec des bois gravés ; et enfin deux éditions en allemand de la Bible (1475 et 1477, la première décorée de 73 initiales ornementales). Il imprima aussi des ouvrages destinés à un public laïc et populaire, sur la construction, la médecine, et le premier calendrier imprimé. En 1472, il jouissait du statut de « bourgeois d’Augsbourg ». On sait moins de choses sur son frère Johann. Il se peut que ce soit H. Steinhöwel qui l’ait incité à venir s’installer à Ulm, voire qu’il ait financé ce transfert. M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 114.

48 Édition à Strasbourg, chez Heinrich Knolochtze, v. 1481, avec les seuls textes latins, et donc pas le prologue allemand. Il y eut aussi plusieurs reprises par Anton Sorg de l’édition d’Augsbourg, autour de 1479-80, puis 1483. M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 117-118, a dénombré 6 éditions en latin et 31 en langue vulgaire, entre la fin du XVe s. et le XVIe siècle, le bilinguisme ayant été abandonné.

49 D’autres bois gravés furent peut-être réalisés par Jörg Stirgling l’Ancien, le sculpteur des stalles du chœur de la cathédrale d’Ulm en 1474.

50 Sur les 11 exemplaires conservés de l’Ulmer Aesop, trois ont perdu leur première page, de même que la version de Saragosse 1482. En revanche, les trois autres exemplaires ibériques présentent le même portrait. Sur le rapport entre le portrait, ces petites gravures et la Vie d’Ésope, M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 114, et autres réf., ibid., note 22. Les motifs constituent eux-mêmes une forme de paratexte annonçant les épisodes majeurs de la biographie fictionnelle. C. Alvar Ezquerra, et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », p. 244 sq., y voient aussi l’influence des Arma Christi, les instruments de la Passion qui entourent la représentation du Christ dans de nombreux manuscrits.

51 La base ARLIMA inventorie une vingtaine d’éditions jusqu’en 1572. Après l’éd. Mathis Husz, on a une éd. Lyon, Nicolaus Philippe et Marcus Reinhart, 26 août 1480 ; puis Lyon, Mathias Huss et Johannes Schabeler, 15 mai 1484 ; [Lyon], [Jean Numeister et Mathieu Husz], [vers 1485], etc. Deux versions sont numérisées sur Gallica : éd. de 1484 Bibliothèque nationale de France, Rés. Yb-98 (il y manque le début) ; numérisation sur : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k701042/f3.image. Ed. de 1499 : Bibliothèque nationale de France, Rés. Yb-430 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70105d. Édition scientifique : Julia Bastin, « L’Ésope de Julien Macho », in : Les Subtiles fables d’Ésope. Lyon, Mathieu Husz, 1486, sous la dir. de Claude Dalbane, Livres à gravures imprimés à Lyon au XVe siècle, Lyon : Association Guillaume Le Roy, 1926, p. 3-11. Voir aussi Charles Laneville, Julien Macho et sa contribution à la vie culturelle de Lyon, Ph. D. dissertation, Université de Montréal, 2011.

52 Incipit et l’explicit : « Ci commence le livre de subtilles hystoires et fables de Esope, que toutes personnes que ce livre vouldront lire pourront apprendre et entendre par ces fables a eulx bien gouverner, car chescune fable donne son enseignement, et aussi d'aultres fables de Avian et aussi de Alfonce et aulcunes joyeuses fables de Poge Florentin » ; « Cy finissent les subtilles fables de Esope translatees de latin en françoys par reverend docteur en theologie frere Julien des Augustins de Lyon, avec les fables de Avian et de Alfonse et aussi aulcunes joyeuses fables de Poge Florentin, imprimees a Lyon sur le Rosne par maistre Mathis Husz, l'an de grace mil CCCC LXXXVI, le neufviesme jour de avril ».

53 John E. Keller et Richard P. Kinkade, « La vida del Ysopet con sus fabulas hystoriadas », Iconography in Medieval Spanish Literature, Lexington : U. of Kentucky Press, 1984, p. 93-104. Pour la version de Caxton, voir : Caxton’s Aesop, éd. R.T. Lenaghan, Cambridge : Harvard University Press, 1967.

54 C. Navarro, « El incunable de 1482… », p. 157-164 ; M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 107-135 ; C. Alvar Ezquerra et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », p. 223-260.

55 C. Alvar Ezquerra et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », p. 243, et notes 20-21.

56 Le premier était originaire d’Heidelberg. L’édition de Toulouse 1488 ne dérive pas de celle de Steinhöwel, mais de celle de Saragosse 1482, mais peut-être avec une « contamination » de la traduction-compilation de Julien Macho (Lyon 1480). En effet, la version de Toulouse comporte des Fabulas añadidas qui viennent de Macho. Un ex., que je reprends à V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 152, n. 9 : Concernant les monstres « naturels », le texte du Pogge avait été placé par Steinhöwel dans la section des Fabulae collectae, en ajoutant qu’il avait entendu parler de semblables monstres dans la région d’Ulm ; Julien Macho l’avait traduit, mais en substituant aux monstres d’Ulm des histoires de frères siamois ; en revanche la fable n’est pas reprise dans l’éd. Saragosse 1482. Dans l’éd. Toulouse 1488, on retrouve les frères siamois de Julien Macho. Voir Esopete ystoriado (Toulouse 1488), éd. cit.

57 Bibliothèque John Rylands, Manchester. L’incunable comporte 140 folios, et 199 xylogravures. Cf. Guthrie Vine, « Around the Earliest Spanish Version of Aesop’s Fables », Bulletin of the John Rylands Library, XXV, 1941, p. 3-24. Pour la description, voir l’éd. Burrus-Goldberg, déjà citée, et M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 112, note 15.

58 Là encore, un témoin unique : incunable de l’Escorial (Inc. 32-I-13), de 120 folios avec 194 gravures. Il est possible qu’il s’agisse du fameux exemplaire de molde de la reine Isabelle la Catholique (cf. conclusion).

59 Pour l’éd. Burgos 1496 (102 folios et 200 gravures), j’ai utilisé : Libro del Ysopo : famoso fablador, historiado en romançe [con las fábulas de Remicio, de Aviano, de Doligamo, de Alfonso Pogio], imprimée par Fadrique Aleman de Basilea, BnF, département Réserve des livres rares, RES-2B-108, numérisée sur Gallica.

60 L’édition de Valence, Juan Joffré, 1520 (British Library C 63. K16), a été numérisée par Diego Romero Lucas en 2001 : http://parnaseo.uv.es/Lemir/Textos/Ysopo/

61 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 158, note 14, remarque que les versions de Saragosse 1482 et Toulouse 1488 sont très proches sur le plan textuel ; en revanche, Saragosse 1489 et Burgos 1496 ont essayé d’améliorer la qualité de la traduction originale.

62 Pour la comparaison entre l’Ulmer Aesop et l’Isopete castillan, M  J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 119-125. Ainsi, dans les Collectas, Macho ne reproduit pas les exemples 13, 14 et 16 de Steinhöwel, alors qu’ils sont bien présents dans la traduction espagnole.

63 Dans la Vie légendaire d’Ésope, un épisode conduit celui-ci et son maître Xanthos dans un cimetière, devant une tombe ornée de trois épitaphes que le philosophe ne comprend pas, car les épitaphes ne donnent que les initiales des mots. L’esclave parvient, à trois reprises, à déchiffrer ces épitaphes. Or dans le texte latin de Steinhöwel, le déchiffrement des phrases mystérieuses en grec est laissé en blanc, alors que dans le texte allemand, le grec est abandonné, les initiales sont transcrites en caractères latins avec leur « traduction » (le texte complet). C’est le dispositif qu’a repris le traducteur castillan, preuve qu’il suit le texte allemand et non le texte latin. Cf. A. Morel Fatio, « L’Isopo castillan », p. 567; éd. Burrus-Goldberg, p. 30, et C. Alvar Ezquerra et al., « El retrato de Esopo en los ‘Isopetes incunables’… », p. 255.

64 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 153 et n. 10 ; p. 154 à propos d’un commentaire antiféministe de Steinhöwel, repris à l’identique en castillan. Il arrive aussi au traducteur castillan de n’avoir compris ni le latin, ni l’allemand, p. ex. dans la fable III, 19. Cf. ibid., p. 155. Voir aussi M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 120-121 pour d’autres exemples.

65 Je me permets de reprendre ici le titre de l’article de V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », à laquelle j’ai aussi emprunté nombre de ses réflexions.

66 Uss latin von doctore Hainrico Stainhöwel schlecht und verstentlich getütschet, nit wort uss wort, sunder sin uss sin, um merer lütrung wegen des textes oft mit wenig zugelegten oder abgebrochnen worten gezogen”. Je traduis en français à partir de la traduction anglaise de V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 150.

67 Saint Jérôme, Liber de optimo genere interpretandi (Epistula 57). Je cite d’après V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 150-151.

68 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », donne plusieurs exemples p. 154 (Aviano 5 « Le médecin grenouille et le renard » et 16 « Le pêcheur et le petit poisson). Dans le 1er cas, le commentaire sur les alchimistes (totalement absent chez Steinhöwel, tant de la version latine que de la version allemande) semble avoir été emprunté à l’ex. XX du Conde Lucanor de don Juan Manuel. Dans le second cas, le traducteur espagnol a ajouté à l’epimythium un proverbe à la façon ibérique : Mas vale paxaro en la mano que buytre volando. M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 121, donne d’autres exemples de commentaires explicatifs.

69 M. J. Lacarra Ducay, « La fortuna del Isopete en España… », p. 115, l’appelle « Sigismond de Tyrol », ce qui correspond à son titre, en tant que régent du Tyrol : Sigismond, dit le Riche, fils de Frédéric IV, est régent du Tyrol et de l’Autriche « antérieure » (Sundgau en Alsace, Breisgau, et quelques possessions en Souabe) pendant plus de quarante ans, entre 1446 et 1490. Il fut impliqué dans un grave conflit avec la papauté sous Pie II, autour de la nomination de l’évêque de Brixen en Tyrol, ce qui lui valut d’être excommunié en 1460. Il fut aussi impliqué dans les conflits politiques entre l’Empire, Charles le Téméraire et Louis XI, mais aussi Venise et les confédérés suisses. Il est fait archiduc par l’empereur Frédéric III en 1477. Il dut céder la régence du Tyrol à l’archiduc Maximilien Ier en 1490. L’écu de la maison d’Autriche (deux bandes rouges, une blanche) est présent dans certaines gravures de l’Ulmer Aesop. Dans les versions ibériques, ils sont reproduits, mais sans les « bonnes » couleurs dans le seul incunable repeint (Saragosse 1482).

70 L’infant Enrique (né en 1400, m. 1445) était le 4ème enfant de Ferdinand Ier d’Aragon et de son épouse Éléonore d’Albuquerque (1374-1435). Il fut comte d’Empuries et seigneur de Ségorbe.

71 José Amador de los Rios, Historia crítica de la literatura española, Madrid, 1865, t. VI, p. 37.

72 A. Morel-Fatio, « L’Isopo castellan… », p. 561-574.

73 Don Enrrique infante de Aragon e de Cecilia, duque de Sogorbe, conde de Enpurias, e señor de Valdenxon, vyrrey de Cataluña. L’infant Enrique possédait bien les trois premiers titres, que son frère, Alphonse V, lui concéda en 1436, mais pas le dernier. Vall de Uxó est un bourg de la province de Castellon de la Plana. A. Morel-Fatio, « L’Isopo castillan… », p. 568, n. 3, et p. 569.

74 Dans la version castillane, Remicio 13 (n° 116 de la compilation totale). Chez Phèdre, c’est la fable II, 2 (éd. Hervieux II, 18), intitulée Repente calvus. La fable est aussi connue en Inde : en effet, dans un remaniement persan du Pantchatantra (l’Anvdr-i-Souhaili) une des trois fables interpolées relate le même récit, à ceci près que les deux rivales s’acharnent sur la barbe du vieux, pas sur ses cheveux. On la trouve avant 1240 chez Jacques de Vitry : The Exempla or illustrative stories from the Sermones Vulgares of Jacques de Vitry, edited, with introduction, analysis and notes by Thomas Frederick Crane, rééd. Kraus Reprint Limiter, Nendel/Liechtenstein, 1967, n° CCI, p. 84 ; av. 1260 chez Etienne de Bourbon qui l’actualise en prétendant, dans le prologue de l’exemplum : « je l’ai entendu rapporter par un certain frère mineur, appelé frère Guillaume de Cordell, dans un sermon » : Albert Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologies, tirés du recueil inédit d’Étienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Collection de la Société de l’Histoire de France, 1877, n° 451, p. 389-390. Il y en aurait aussi une version chez Vincent Ferrier. Enfin, elle a aussi été transformée dans un fabliau étudié par Joseph Morawski, « Le fabliau du Prestre pelé », Romania, 1929, n° 219-220, p. 542-548. Morawski ne cite pas le fabliau (perdu) mais un miracle de Gautier de Coinci, intitulé « Du clerc qui dame espousa et puis la lessa » qui en est une autre version, d’après le manuscrit BNF Français 2163 (A) avec variantes en notes ; manuscrit copié en 1266 per manus Guillelmi, monachi Maurigniacensis. https://www.persee.fr/doc/roma_0035-8029_1929_num_55_219_4414. Autres occurrences de la fable : British Library MS Harley 463, fol. 16, col. 2 ; Vie des anciens pères (Tobler, Jahrbuch für roman. und eng. Literatur, VII, 433 ; M. Scotus, Mensa philosophica, p. 256 ; Fables de La Fontaine, I, 17 (références ARLIMA).

75 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 153 et n. 10.

76 H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 69.

77 Voici le passage dans son entier, non-restructuré par nous : conosciendo que la obra no sea reputada por digna para que della pueda ser i[n]formada e instruida su esclarescida señoria, mas por que de su superabundante discrecion e muy begnivola nobleza resciba auctoridad e sea distribuida a los vulgares e personas no tanto doctas e letradas, como de muy piadoso padre a los fijos.

78 « Calumnari si quis autem voluerit / quod arbores loquantur, non tantum ferae / fictis jocari nos meminerit fabulis », cité par H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 59. Cf. son étude des prologues des fabulistes latins de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, notamment de « Romulus », p. 59-60.

79 « Ce petit livre a un double mérite : il fait rire et il donne de sages conseils pour la conduite de la vie. » « Le genre d’Ésope est tout en exemples, et on ne doit y chercher que le but de ses fables : corriger les erreurs des hommes, et exciter en eux une vive émulation. Quelle que soit donc la nature d’un récit, s’il captive, et remplit son objet, il se recommande de lui-même, sans aucun nom d’auteur. »

80 Dans les fables qu’il invente, il y a plus de personnages humains, caricatures parfois cruelles de l’empereur Tibère et de son favori, Séjan, ce qui lui a valu l’exil. D’autres semblent tirées de faits divers réels de son temps.

81 Le même texte se trouve à la fin de la fable 22 (163) dans l’édition de Burgos 1496, mais l’ajout de quatre récits supplémentaires, adjoints sans prologue, défait la force du propos. Sur cette demande de bienveillance du lecteur savant, voir aussi V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 157.

82 V. A. Burrus, « The Esopete ystoriado and the Art of Translation… », p. 158.

83 La référence à la doctrine de saint Basile se trouve déjà dans le prologue allemand : « Wa sie vertentlich werdent gelesen nach der leie sancti Basilii » Il s’agit de Basile de Césarée dit le Grand, auteur d’une règle monastique qui a largement inspirée celle de Benoît de Nursie. Son Discours sur l'utilité des livres profanes a été édité en français par Claude-Antoine-Félix Frémion, 1819 ; voir aussi Basile de Césarée, Aux jeunes gens : sur la manière de tirer profit des lettres helléniques, texte édité et traduit par Fernand Boulanger, Paris : les Belles Lettres, coll. « Universités de France », 1935.

84 Maffeo Vegio da Lodi, De educatione liberorum clarisque eorum (ou et eorum claris) moribus (1444) = De l’éducation des enfants et de leurs bonnes mœurs. Ce traité d’éducation est construit en six livres, les trois premiers consacrés aux responsabilités des parents et des enseignants dans l’éducation des enfants, les trois autres aux devoirs des enfants et aux bonnes manières attendues d’eux. Maffeo Vegio estime que l’étude des classiques païens est parfaitement compatible avec la morale chrétienne. Le traité fut imprimé en 1491, puis réimprimé en France au début du XVIe siècle, mais attribué à François Philelphe (Francesco Filelfo) ; en 1513, Jean Lode le traduisit en français, et le publia à Paris chez Gilles Gourmont sous le titre Le Guidon des parens en instruction et direction de leurs enfans. Aultrement appelé François Philelphe de la manière de nourrir, instruire et conduire jeunes enfans en l’attribuant donc toujours à Philelphe, édition critique : Maphei Vegii Laudensis, De educatione liberorum et eorum claris moribus libri sex, par M. WALBURG FANNING et A. STANISLAUS SULLIVAN, Washington D. C. : The Catholic University of America, 1933-1936 ; texte également cité dans E. Garin, Il pensiero pedagogico dell’ umanesimo, Florence, 1958, p. 171 ; traduction française de Patrick Gilli dans Former, enseigner, éduquer dans l’Occident médiéval, 1100-1450, Paris : SEDES, 1999, t. II, p. 230-233 ; en dehors des titres cités dans la bibliographie par ce dernier (p. 233), voir aussi Vincent Joseph Horkan, Educational theories and principles of Maffeo Vegio, Washington, 1953.

85 Antonio Cerdá y Lloscos était originaire de Majorque ; il étudia les « humanités » à Palma, puis la théologie à Lérida où il obtint un doctorat et le titre de magister. Il fut aussi professeur de théologie morale, de théologie scholastique, d’Écriture sainte et de droit canon à Lérida. Il entra ensuite dans l’ordre des Trinitaires, au couvent du Spirito Santo de Majorque. Il fut nommé par son ordre procureur général à Rome, où le pape Nicolas V le retint comme conseiller en matière de philosophie et théologie. Il est aussi auditeur à la Rote romaine. Il nommé archevêque de Messine le 8 janvier 1448, sur proposition d’Alphonse V d’Aragon, roi de Naples, et créé cardinal-prêtre de Saint-Chrysogone (basilique du sud-est de Rome, dans le quartier du Trastevere), peu après, lors du consistoire du 16 février 1448. En mars 1449, il est transféré sur le siège de Lérida. En 1455, il est en outre administrateur du siège de Ravenne. Il fut aussi camerlingue en 1456. Il participa aux conclaves de 1455 et 1458 (élections des papes Calixte III et Pie II). À chaque fois, il fut considéré comme l’un des potentiels « papables ». Légat dans les Marches, il intervint aussi dans les négociations entre Florence et Alphonse V d’Aragon. Mort à Rome le 12 septembre 1459, il fut enterré dans la basilique Saint-Pierre du Vatican.

86 H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 55-73.

87 L’image du jardin, des fleurs et des fruits se trouvait déjà dans le prologue du Gualterius Anglicus, et c’est sans doute là que Steinhöwel et son traducteur castillan l’ont repris. Une autre compilation, le Romulus Anglicus Cunctis, évoque aussi l’utilité des fabularum exempla, utilitatibus plena. H. O. Bizzarri, « El Esopete ystoriado y las teorias sobre la fábula… », p. 60-61.

88 Aux côtés d’une version imprimée (de molde), la reine Isabelle la Catholique possédait un, peut-être deux, manuscrits d’un Ysopete, mais il est difficile de savoir s’il s’agit d’une copie manuscrite richement illustrée de l’une des versions imprimées (on recopiait parfois à la main les premiers incunables !) ou de toute autre chose, étant donné que ces deux exemplaires n’ont pas laissé d’autre trace que leur mention dans des inventaires. Catálogo de los bienes custodiados en el Alcázar de Segovia, item 24 : « Otro libro de pliego entero, escripto en papel, en romançe, de mano, que es de ysopete, con unas tablas de cuero colorado » ; item 192 : « Otro libro de pliego entero, de mano, en papel, de romançe, que se dize Ysopete, las coberturas de cuero colorado ». Et dans le catalogue des biens envoyés à l’Escorial depuis la Chapelle royale de la cathédrale de Grenade, item 30 : « Item, las Coplas de Hernand Pérez de Guzmán y las Fabulas de Ysopete con su vida, de molde, con tablas y cuero morado ». Cités par M. J. Lacarra Ducay, « La Fortuna del Isopete en España… », p. 110 et p. 112.

89 Dans le prologue allemand de Steinhöwel, il est bien question de Plaute ; c’est le traducteur de l’éd. Saragosse 1489 qui l’a remplacé par Platon, mais celui de Burgos 1496 a rétabli le nom de Plaute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Traduire pour quoi faire ? Arguments justifiant l’utilité de la traduction dans le prologue de l’Ysopete historiado », e-Spania [En ligne], 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.35661

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Université Bordeaux Montaigne
EREMM – AMERIBER (EA 3656)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals