Navigation – Plan du site
Traduire pour convaincre dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or
II) La traduction de la Bible dans les langues vernaculaires : controverses, dialogue, poésie

Cipriano de Valera et la traduction de la Bible en langue vernaculaire

Cipriano de Valera and the traduction of the Bible in vernacular language
Vincent Parello

Résumés

Cet article propose une réflexion sur la traduction de la Bible en langue vernaculaire à travers le cas de Cipriano de Valera, moine hiéronymite de Séville qui avait adhéré aux thèses réformées sous l’influence du docteur Egidio et de Constantino Ponce de la Fuente. Il se compose de trois parties : 1) Bible et traduction ; 2) Bible et lecture ; 3) Bible et canonicité. Pour Cipriano de Valera, le combat contre l’hérésie ne peut se faire que par une mise à la portée de tous de la Bible en langue vulgaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pierre MARAVAL, Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris : PUF, 1997, p. 320 : « N (...)

1Le Concile de Trente qui s’ouvrit en 1545 et se referma en 1563, eut pour mission d’établir les livres de l’Écriture comme base nécessaire à partir de laquelle on devait ensuite édifier d’autres conclusions plus controversées et ardues. Il affirma la double transmission de la parole de Dieu par le biais de l’Écriture et de la Tradition, examina la canonicité du corpus biblique et fixa la discipline pour l’enseignement et la prédication de l’Écriture. Il distinguait trois principes de la foi : les livres saints inspirés ; l’Évangile enseigné par le Christ par la médiation des apôtres, dont une partie seulement avait été écrite ; et l’enseignement de l’Église assistée du Saint-Esprit. Par ailleurs, le Concile réaffirmait l’assentiment personnel au symbole de Nicée (325) qui définissait un exposé de foi commun reçu par tous1.

  • 2 Pierre GILBERT, La Bible. Le livre, les livres, Paris : Gallimard, 2000 ; Jean DELUMEAU, Naissance (...)

2Avec le schisme de Luther en 1517 et l’essor de l’imprimerie, la Bible devint un véritable terrain d’affrontement idéologique entre catholiques et protestants2. Alors que les premiers essayaient par tous les moyens d’éloigner les fidèles de l’Écriture, les seconds souhaitaient la diffuser dans toutes les couches sociales et la traduire dans les différentes langues vernaculaires. La Confession helvétique de 1536 plaçait, en effet, la Bible au-dessus de tous les enseignements humains :

  • 3 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, Paris : Beauchesne, 1989, p. 3 (...)

L’Écriture sainte, divine, biblique, celle qui est la parole de Dieu, donnée par l’Esprit saint et transmise au monde par les prophètes et les apôtres, est le plus parfait et le plus élevé de tous les enseignants. Elle seule inclut tout ce qui contribue à la connaissance du vrai, à l’amour et l’honneur de Dieu, la piété réellement authentique et la discipline d’une vie chrétienne, honorable et bénie de Dieu3.

  • 4 Cipriano de VALERA, La Biblia. Que es, los sacros libros del Vieio y del Nuevo Testamento. Segunda (...)

3Dans la préface de sa Bible en version castillane – communément appelée Biblia del Cántaro – publiée à Amsterdam en 1602, Cipriano de Valera opère une double révolution au sens métaphorique du terme. D’une part, il remet en cause l’idéologie tridentine et, d’autre part, il critique la censure inquisitoriale qui s’attaque, à son avis, sans raisons, à la parole de Dieu. L’hérésie, dès lors, n’est plus du côté des réformés mais dans le camp des catholiques4.

Bible et traduction 

4Dans sa session du 8 avril 1546, le Concile de Trente consacrait, au nom de l’ancienneté et de la coutume, la Bible de saint Jérôme comme seule édition authentique des livres saints :

  • 5 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, Paris : Editions de l’Orante, 1975, p. 449.

Il décide et déclare que la vieille édition de la Vulgate, approuvée dans l’Église par le long usage de tant de siècles, doit être tenue pour authentique dans les leçons publiques, les discussions, les prédications et les explications…5.

  • 6 Marie-Christine GÓMEZ-GÉRAUD (dir.), Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, Paris : PUP (...)
  • 7 Ibidem, p. 7-26 ; Jean-Pierre DELVILLE, « L’évolution des Vulgates et la composition de nouvelles v (...)

5Cette version latine de la Bible établie par Jérôme de Stridon entre 390 et 405, à la demande du pape Damase, mort en 384, s’opposait à la Vetus Latina (« vieille bible latine ») traduite du grec de la Septante6. À Bethléem, entre 392 et 405, saint Jérôme traduisit l’Ancien Testament à partir d’un original hébreu proche du texte massorétique, à l’exception des livres deutérocanoniques qui ne faisaient pas partie du canon hébraïque. À Rome, où il séjourna entre 382 et 384, il reprit les manuscrits grecs pour élaborer sa propre traduction des Évangiles. Les autres livres du Nouveau Testament furent traduits par ses contemporains, dont Rufin le Syrien, qu’il avait fréquenté en Palestine. Par-delà l’héritage grec, saint Jérôme souhaitait retrouver la veritas hebraica, ce qui fut source de désaccord avec saint Augustin qui pensait qu’il ne fallait pas recourir aux traditions rabbiniques mais suivre la Septante, selon l’usage en vigueur dans les Églises issues des milieux hellénisés. S’éloignant de la traduction littérale du texte hébreu, saint Jérôme s’efforçait de rendre le sens exact de la phrase dans un latin élégant. À partir de 1592, la Clémentine de Clément VIII, vint remplacer la Sixtine de Sixte Quint qui comprenait de nombreuses erreurs lexicales et syntaxiques. Elle devint ainsi le texte officiel de la Bible de l’Église romaine7.

  • 8 Jan JOOSTEN, « Lire la Bible en traduction : une perspective historique », Foi et vie. Cahier bibli (...)
  • 9 VALERA, Fol. 2 : « Assi leemos que S. Ieronymo la trasladò en su lengua materna, que era la Dalmati (...)

6Face au monopole de la Vulgate, imposé avec intransigeance par le Concile de Trente, Cipriano de Valera revendiquait la variété et la multiplicité des traductions de la Bible en langue vernaculaire. Il inscrivait sa démarche dans une longue tradition, allant jusqu’à démontrer que l’acte de traduction était consubstantiel à la lecture même de la Bible. En effet « la plus ancienne traduction de la Bible, la Septante, fut commencée avant même que les derniers livres de la Bible hébraïque ne soient rédigés »8. Dès les premiers siècles, il y eut des traductions bibliques en araméen, latin, copte, arménien, géorgien, arabe et slavon9.

  • 10 VALERA, Fol. 3 : « La Biblia en lengua Valenciana con licencia de los Inquisidores, à cuya traslaci (...)
  • 11 Luis TRAMOYERES BLASCO, « La Biblia valenciana de Bonifacio Ferrer, una hoja incunable del Apocalip (...)

7Pour ce qui est de l’époque moderne, Cipriano de Valera fait remonter les premières traductions en langue vernaculaire à la Bible de Bonifacio Ferrer, frère du moine dominicain saint Vincent Ferrier10. Cette traduction en langue catalane fut imprimée à Valence entre février 1477 et mars 1478, dans l’atelier d’Alfonso Fernández de Córdoba et de Lambert Palmart. En 1498, le tribunal inquisitorial de Valence déclara cette Bible dangereuse et fit brûler, lors de plusieurs autodafés, la plupart des exemplaires alors en circulation11.

  • 12 VALERA, Fol. 3: « Este [Cisneros], digo, juntò muchos hombres doctos en las lenguas: principalmente (...)
  • 13 Antonio ALVAR EZQUERRA, La Biblia Políglota Complutense en su contexto, Alcalá, Universidad de Alca (...)
  • 14 Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne, Genève, Droz, 1998, p. 24.

8Vers 1520, après un travail de plus de quinze ans, la Biblia políglota complutense réalisée sous la direction du cardinal Francisco Jiménez de Cisneros, vit le jour à Alcala de Henares, où se trouvait la célèbre université de théologie12. Les quatre premiers volumes correspondent à l’Ancien Testament. Chaque page est divisée en trois colonnes : à droite, la version hébraïque ; au milieu, le texte latin de la Vulgate ; à gauche, la version grecque de la Septante. Pour les pages du Pentateuque, on trouve, à gauche, le texte araméen (le Targum Onkelos) et, à droite, sa traduction latine. Le cinquième volume comprend le texte du Nouveau Testament. Dans la colonne de gauche figure le texte grec ; dans celle de droite, la traduction latine tirée de la Vulgate. Il s’agit de la première traduction imprimée, antérieure même à l’édition du Nouveau Testament d’Érasme. Le sixième volume contient, entre autres, un dictionnaire hébreu et araméen, une grammaire d’hébreu et un index latin13. Comme le soulignait à juste titre Marcel Bataillon : « La Bible Polyglotte, gloire d’Alcala dans les annales de l’humanisme, est une des œuvres les plus importantes qu’ait réalisées alors la science des philologues servie par l’art de l’imprimerie »14.

  • 15 VALERA, Fol. 3 : « Francisco de Enzinas Burgales trasladò año de 1542 el Testamento nuevo, y lo pre (...)
  • 16 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, op. cit., p. 590-591.
  • 17 VALERA, Fol. 3 : «El doctor Iuan Perez de pia memoria año de 1556 imprimió el Testamento nuevo, y u (...)
  • 18 Arthur GORDON KINDER, «Juan Pérez de Pineda (Pierus). Un ministro calvinista español del Evangelio (...)

9En Europe du Nord, loin des persécutions inquisitoriales, Francisco de Enzinas (1518-1552) put débuter sa traduction castillane du Nouveau Testament à partir de l’original grec15. À Wittenberg, ville où il poursuivait ses études, son projet reçut le soutien du réformateur Mélanchton, chez qui il avait élu domicile. À la fin de l’année 1542, il partit en Flandres pour y trouver un éditeur susceptible de le publier en langue espagnole. En octobre 1543, le Nuevo Testamento de nuestro Redemptor y Salvador Jesu Christo, dédicacé à l’empereur Charles Quint, sortait des presses anversoises de Stephan Mierdman. Cette version espagnole du Novum Instrumentum d’Érasme fut tenue pour suspecte par l’Inquisition à cause de quelques annotations marginales et de l’impression en gros caractères de certains versets de saint Paul relatifs à la question de la justification par la foi16. Sous le couvert de l’anonymat, d’un faux nom d’éditeur (Juan Phidelpho) et d’un faux lieu d’édition (Venise), Juan Pérez de Pineda17 (1500-1567) poursuivit l’entreprise de Francisco de Enzinas avec El Testamento Nuevo de nuestro señor y salvador Iesu Christo. Nuevo y fielmente traduzido del original Griego en romance Castellano publié à Genève en 155618.

  • 19 VALERA, Fol. 3 : «El Testamento viejo sin los libros Apocryphos, impresso año de 1553 en Ferrara pa (...)
  • 20 Iacob HASSAN et Ángel BERENGUER AMADOR, Introducción a la Biblia de Ferrara, Madrid : CSIC, 1994.

10En 1553, parut à Ferrare une traduction de la Bible en judéo-espagnol19. Les traducteurs en étaient Abraham Usque, un publiciste portugais, et Yom-Tob Athias, un typographe espagnol. Dédicacée au duc de Ferrare, Hercule II d’Este, cette Bible s’adressait en priorité à la communauté juive sépharade, à savoir les descendants des Juifs expulsés d’Espagne en 1492. A la différence du Pentateuque de Constantinople édité en 1547 en caractères hébreux, la Bible de Ferrare utilisait l’alphabet latin avec l’ajout de quelques signes diacritiques pour rendre compte de tous les sons, et se rapprochait davantage de la syntaxe hébraïque que du judéo-espagnol parlé20.

  • 21 VALERA, Fol. 3 : « La Biblia de Cassiodoro de Reyna impressa en Basilea año de 1569 ».
  • 22 Arthur GORDON KINDER, Casiodoro de la Reina, Londres : Tamesis Books, 1975.

11Dans le sillage de la traduction de Francisco de Enzinas, Casiodoro de la Reina (1520-1594) réalisa à Bâle, en 1569, la première version complète de la Bible en langue castillane : La Biblia. Que es los sacros libros del vieio y nuevo testamento21. Cette Bible est passée à la postérité sous le nom de la Biblia del Oso, en raison de son frontispice représentant un ours qui se délecte du miel contenu dans une ruche nichée dans un tronc22. C’est cette Bible que Cipriano de Valera reprit et améliora en 1602.

  • 23 VALERA, Fol. 3 : « …inspirar en el coraçon de Benito Arias, natural de Frexenal de la Sierra […] al (...)

12Si le début du XVIe siècle connut l’œuvre monumentale du cardinal Cisneros, la fin du siècle fut marquée par le projet ambitieux de la Bible polyglotte d’Anvers réalisée, entre 1568 et 1572, sous le haut patronage du roi Philippe II et sous la direction de Benito Arias Montano23 :

  • 24 Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne, op. cit., p. 783.

Sans doute est-ce Montano, chapelain du roi, qui a inspiré à Philippe II le dessein d’attacher son nom à la Bible Polyglotte d’Anvers, ressuscitant le mécénat de Cisneros, dont Plantin voulait rééditer l’œuvre avec un merveilleux outillage typographique. C’est lui qui assuma le colossal travail de diriger l’édition de la Bible Royale, et celle-ci était loin d’être la simple reproduction de celle d’Alcala. On y adjoignit la version syriaque publiée à Vienne par ordre de l’empereur Ferdinand, oncle de Philippe II ; cette version, pour le Nouveau Testament, était même imprimée deux fois, en caractères syriaques et en caractères hébraïques. Le premier projet de Plantin substituait à la Vulgate latine la traduction de Santes Pagninus. La Vulgate fut rétablie à la place qui lui revenait. Mais la version moderne, revue par Montano avec l’aide de quelques autres savants ne fut pas sacrifiée : elle constitua un deuxième volume de l’Apparatus, lequel grossissait démesurément par rapport à celui de la Bible d’Alcala […] Toute la science des catholiques, des hérétiques et des rabbins avait été mise en œuvre pour élever ce monument24.

  • 25 José María BUJANDA, Index de l’Inquisition espagnole 1551, 1554, 1559, Genève : Droz, 1984, t. 5, p (...)
  • 26 Ibidem, p. 237, 246-247, 250-251, 254, 273-275, 319-324, 417-420, 455, 543.

13Sous le règne de Philippe II et, plus particulièrement, dans les années médianes du XVIe siècle, l’Inquisition mena une lutte acharnée contre l’Écriture. À elle seule, la Censure générale des Bibles de 1554 comprenait 58 titres25. Le Saint-Office mit à l’index des éditions du texte intégral de la Bible et du Nouveau Testament, en latin et en langue vulgaire, et réalisa de nombreuses éditions expurgées de ces différentes œuvres. En effet, certains passages étaient considérés comme hérétiques, erronés, faux, suspects, injurieux, inaptes et impropres à la lecture, mal traduits, annotés malicieusement, etc. Il y en avait même que l’on jugeait vrais et catholiques, mais susceptibles d’interprétation erronée ou perverse !26

Bible et lecture

14Afin d’éviter que l’on interprète l’Écriture en sens profane ou que l’on détourne ses paroles de son vrai sens, le Concile de Trente fixa des règles très strictes d’interprétation de la Vulgate qui devait être lue à l’aune de la doctrine de l’Église et des enseignements des Pères :

  • 27 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, op. cit., p. 449.

En outre, pour contenir certains esprits indociles, il décide que personne, dans les matières de foi ou de mœurs qui font partie de l’édifice de la doctrine chrétienne, ne doit, en se fiant à son jugement, oser détourner l’Écriture sainte vers son sens personnel, contrairement au sens qu’a tenu et que tient notre Mère la sainte Église, à qui il appartient de juger du sens et de l’interprétation véritables des saintes Écritures, ni non plus interpréter cette sainte Écriture contre le consentement unanime des Pères, même si ce genre d’interprétation ne doit jamais être publié. Les contrevenants seront dénoncés par les Ordinaires, et punis de peines prévues par le Droit27.

  • 28 La Bible. Nouveau Testament, Paris : Gallimard, Pléiade, 1971 (NT), II Pierre, I, 20, p. 819.

15Comme le rappelle saint Pierre : « Nulle prophétie de l’Écriture n’est affaire d’interprétation privée »28. À maintes reprises, l’Église a utilisé ce texte pour appuyer la prétention de son magistère à détenir seule pouvoir et autorité pour interpréter les Écritures. Chaque Père apportait son propre commentaire aux différents passages de la Bible, en y trouvant un sens caché ou en en proposant un sens allégorique, qui détournait le fidèle de l’interprétation littérale, naturelle et historique.

16Désormais l’Église devait surveiller étroitement les impressions de la Bible et encadrer sa diffusion. La Vulgate n’était pas à mettre entre toutes les mains, car chacun pouvait en faire une lecture fantaisiste, abusive ou même hérétique. C’est la raison pour laquelle la pratique de la lecture fut confiée à des ecclésiastiques et à des professionnels spécialisés en théologie.

  • 29 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, op. cit., p. 451-454.
  • 30 Ibidem, p. 452.
  • 31 Ibidem, p. 452.

17Dans sa session du 17 juin 1546, le Concile définissait les modalités d’exercice de la lecture et de la prédication de l’Écriture29. Dans les églises cathédrales, métropolitaines et collégiales, une prébende devait être réservée à des lecteurs qui se chargeraient d’enseigner et d’interpréter l’Écriture. Dans les églises dont les revenus annuels étaient insuffisants, le lecteur serait remplacé par un maître « choisi par l’évêque, avec avis favorable du chapitre, qui enseigne gratuitement la grammaire aux clercs et aux autres écoliers pauvres, les préparant ainsi (si Dieu le permet) à étudier l’Écriture sainte »30. Dans tous les monastères, « une chaire d’Écriture sainte sera établie »31. Pour ce qui est de la prédication des Évangiles, les archiprêtres, les curés et autres clercs, veilleraient à nourrir leurs fidèles par une prédication salutaire le dimanche et les jours de fête :

  • 32 Ibidem, p. 453.

Ils enseigneront ce que tous doivent savoir pour être sauvés, dénonçant en termes brefs et dans un langage accessible, les fautes dont ils doivent se garder et les vertus qu’il leur faut pratiquer, pour éviter la peine éternelle et obtenir la gloire du ciel. Celui qui négligerait cette obligation, même si, à un titre quelconque, il se prétend exempt de la juridiction épiscopale, même s’il se dit chargé d’une église exempte, rattachée ou unie à un monastère situé hors diocèse, pourvu qu’en fait leur église soit dans le diocèse, n’échappera pas à la sollicitude pastorale de l’évêque32.

  • 33 VALERA, Fol. 1 : « …para que entendamos y saquemos fruto de la leccion de la Sagrada Escritura es n (...)

18Face à cette mise à distance de la Bible, cantonnée presque exclusivement aux sphères ecclésiastiques, Cipriano de Valera appelait de ses vœux une démocratisation des Écritures. Il souhaitait que tout un chacun puisse accéder directement et librement à leur lecture, indépendamment de son sexe, de son âge, de son statut économique, de son bagage intellectuel, etc33. À plus de quatre-vingts ans de distance, son discours ressemble étrangement à celui d’Érasme qui, en 1516, dans les préfaces de son Novum Testamentum, prônait la lecture de la Bible comme un remède contre l’ignorance :

  • 34 ÉRASME, Les Préfaces au Novum Testamentum, Éd. de Yves Delègue et de Jean-Pierre Gillet, Genève : L (...)

Je suis tout à fait opposé à l’avis de ceux qui ne veulent pas que les lettres divines soient traduites en langue vulgaire pour être lues par les profanes, comme si l’enseignement du Christ était si voilé que seule une poignée de théologiens pouvait le comprendre, ou bien comme si le rempart de la religion chrétienne était fait de l’ignorance où on la tiendrait […] Je voudrais que les plus humbles des femmes lisent les évangiles, lisent les épîtres de Paul. Puissent ces livres être traduits en toutes les langues, de façon que les Écossais, les Irlandais, mais aussi les Turcs et les Sarrasins soient en mesure de les lire et de les connaître34.

  • 35 VALERA, Fol. 1; La Bible. Ancien Testament (I), Paris : Gallimard, Pléiade, 1956 (AT I) (Josué, I, (...)
  • 36 Deutéronome, VI, 7 (AT I, p. 531); Deutéronome XI, 18-19 (AT I, p. 545).

19Pour appuyer ses dires, Cipriano de Valera cite plusieurs passages de l’Ancien et du Nouveau Testament où l’on exhorte explicitement le fidèle à la lecture de la Bible35. Ainsi du Deutéronome où Moïse enjoint les fils d’Israël à graver les commandements du Seigneur dans leur cœur, à en instruire leurs enfants, à les méditer en tous lieux et à toutes heures, à les écrire sur leurs phylactères, sur le seuil et les portes de leurs maisons36.

20Le moine hiéronymite s’en remet également à l’enseignement de saint Jean Chrysostome qui, à maintes reprises, incite les fidèles à lire les Écritures. Dans sa troisième homélie sur Lazare, celui-ci explique que la lecture de la Bible est le meilleur remède contre les assauts de l’âme, et que les Livres sont aux prophètes et aux apôtres ce que le marteau, l’enclume et la tenaille sont pour les forgerons. Selon lui, chacun peut lire les lettres divines à son propre niveau et en tirer profit. Celui qui ne les comprend pas tout de suite, les relira avec attention, ou bien se les fera expliquer par quelqu’un de plus instruit que lui, avant que ce ne soit Dieu lui-même qui lui vienne en aide. Grâce à la lumière naturelle de la raison et à la lumière surnaturelle de la grâce, le sens de la Bible ne peut rester imperméable à quiconque. Si la Bible fut écrite par des publicains, des pécheurs, des corroyeurs, des pâtres et des bergers, des simples et illettrés, c’est bel et bien afin qu’elle puisse être mise à la portée de tous :

  • 37 Saint Jean CHRYSOSTOME, Œuvres complètes, Traduites sous la direction de M. Jeannin, Bar-le-Duc : G (...)

Vous ne comprenez pas, dites-vous, ce que renferme l’Évangile. Je le crois bien ! vous ne daignez pas seulement le regarder ! Prenez en main le Livre sacré, lisez-en toute la suite, rangez dans votre mémoire les choses que vous aurez comprises, revenez à diverses fois sur celles qui seront restées, pour vous, obscures et embrouillées ; et si une lecture assidue ne vous en fait pas trouver le sens, allez à plus habile que vous, allez à un maître, conférez avec lui sur le texte sacré, faites preuve d’un zèle vif et sincère. Si Dieu découvre en vous une ardeur généreuse, il ne dédaignera pas votre vigilance et votre sollicitude ; si vous ne rencontrez pas un homme qui vous explique ce que vous cherchez, c’est Dieu lui-même, n’en doutez pas, qui vous en ouvrira le sens37.

  • 38 Peter HEATHER, La caída del imperio romano, Barcelone : Crítica, 2005.
  • 39 Sainte Bible en Latin et en François, avec des notes littérales, critiques et historiques, des préf (...)
  • 40 TÉRENCE, Les Adelphes, Éd. de Bertrand-Lacoste, Paris : Armand Colin, 1996, p. 8.
  • 41 VALERA, Fol. 5 : « Quanto à los libros de los Paganos sabemos que ay en ellos muchas impiedades y b (...)

21Aux yeux de Cipriano de Valera, comme pour saint Jean Chrysostome au demeurant, traduire la Bible constituait un formidable moyen de lutte contre l’hérésie. Si Wulfila, consacré « évêque de Gothie » par Eusèbe de Nicodémie, entreprit de traduire la Bible en langue gothique au IVe siècle, n’était-ce pas, avant tout, pour combattre les théologies arianisantes ?38 De la même façon, si au VIIIe siècle, l’évêque Jean de Séville fit une version en arabe de l’Ancien Testament, n’était-ce pas pour empêcher l’extension de l’islam dans la péninsule ibérique ?39 Au lieu de censurer des Bibles latines et en langues vernaculaires, l’Inquisition ferait bien mieux de s’en prendre aux auteurs de l’Antiquité gréco-romaine, dont les philosophes tenaient des propos peu orthodoxes sur l’immortalité de l’âme et la résurrection des corps, et dont les poètes inculquaient à la jeunesse des préceptes contraires à la morale chrétienne. En guise d’exemple, Cipriano de Valera cite Térence qui, dans les Adelphes, à l’acte I, scène 2, fait dire à Micio : « Ce n’est pas un scandale, crois-moi, pour un jeune garçon, de courir les filles ou de boire, non, ni d’enfoncer des portes »40. Pour le moine hiéronymite, cette incitation à la débauche était, en tous points, contraire au Décalogue, notamment au septième commandement41.

Bible et canonicité

  • 42 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, op. cit., p. 340.

22L’Église catholique faisait la distinction entre les livres protocanoniques « qui 1° n’ont jamais éveillé de doutes ou de controverses dans l’Église catholique, mais 2° ont été aussitôt reçus dans l’Église par le consensus de tous les Pères orthodoxes, et qui 3° ont été utilisés pour la défense ou la confirmation de la foi », et les livres deutérocanoniques qui « 1° ne sont pas parvenus immédiatement à la connaissance de l’Église tout entière, 2° ont éveillé des doutes parmi les catholiques, 3° n’ont pas été utilisés pour la confirmation de la foi, mais pour l’instruction du peuple chrétien »42. Au cours de la session du 22 mars 1546, le Concile de Trente dressa la liste des livres qu’il fallait considérer comme sacrés et canoniques :

  • 43 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, op. cit., p. 448-449.

Le concile a décidé de joindre à ce décret la liste des livres saints à savoir : pour l’Ancien Testament, cinq livres de Moïse, c’est-à-dire Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, Josué, Juges, Ruth, quatre livres des Rois, deux des Paralipomènes, Esdras, Néhémie, Judith, Esther, Job, Psaumes de David, Proverbes (Parabolae), Ecclésiaste, Cantiques des Cantiques, Sagesse, Ecclésiastique, Isaïe, Jérémie avec Baruch, Ézéchiel, Daniel, les douze petits prophètes, savoir : Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Hababuch, Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie, les deux livres des Maccabées, pour le Nouveau Testament : les quatre Évangiles, de Matthieu, de Marc, de Luc, de Jean, les quatorze épîtres de Paul : aux Romains, deux aux Corinthiens, aux Galates, aux Éphésiens, aux Philippiens, deux aux Thessaloniciens, aux Colossiens, deux à Timothée, à Tite, à Philemon, aux Hébreux, deux épîtres de Pierre, trois de Jean, une de Jacques, une de Jude, les Actes des Apôtres et l’Apocalypse de Jean. Celui qui ferait violence à ces livres et aux traditions susdites, qu’il soit anathème43.

  • 44 Peter EICHER (dir.), Nouveau dictionnaire de théologie, Paris : CERF, 1996. Entrée « Apocryphes », (...)
  • 45 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, op. cit., p. 310 : « L’histoir (...)

23Au rang de ces textes, figuraient des écrits considérés comme apocryphes par saint Jérôme. Ce dernier, sources à l’appui, constatait qu’ils étaient absents de la Bible hébraïque et avaient été introduits dans sa traduction grecque des Septante, d’où ils passèrent ensuite dans la Bible latine et dans toutes les Bibles anciennes. En dépit de sa découverte, l’auteur de la Vulgate n’osa pas rompre avec la coutume et inclut l’ensemble de ces écrits dans sa traduction. Saint Augustin ne partageait pas le même point de vue sur cette question. Pour lui, tous les livres admis par les Septante devaient être considérés comme canoniques44. Fidèle à la pensée augustinienne, le Concile de Trente proclama la canonicité des livres apocryphes contenus dans la Vulgate, à l’exception toutefois des troisième et quatrième livres d’Esdras et de la prière de Manassé45.

24D’après leur caractère littéraire, les livres apocryphes peuvent être classés comme suit :

  • Livres historiques : premier et deuxième livre des Macchabées ;

  • Récits patriotiques et religieux : troisième livre des Macchabées, Tobit, Judith, Additions à Esther, troisième livre d’Esdras, Suzanne, Bel et le Dragon ;

  • Écrits lyriques et prophétiques : prière d’Azarias, prière de Manassé, Baruch, lettre de Jérémie ;

    • 46 François VIGOUROUX, Dictionnaire de la Bible, Paris : Letouzey et Amé, 1912, p. 580-582.

    Livres d’enseignement moral et religieux : Sagesse de Jésus fils de Sirach, Sagesse de Salomon46.

  • 47 VALERA, Fol. 7.

25Pour Cipriano de Valera, connaître le Dieu créateur et le Dieu rédempteur, consiste à s’en remettre constamment au témoignage de la Bible, laquelle comprend les vingt-deux livres de l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, avec les quatre Évangiles, les Actes des apôtres et les diverses épîtres apostoliques. À la différence des catholiques, le moine hiéronymite considère les livres d’Esdras (III et IV), la prière de Manassé, le livre de Tobie, le livre de Judith, les suppléments au livre d’Esther, l’Ecclésiastique, le livre de Baruch, les suppléments au livre de Daniel, l’histoire de Suzanne, l’histoire de Bel et le Dragon, ainsi que les deux livres des Macchabées, comme des livres apocryphes47.

  • 48 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, op. cit., p. 324 : « Pour dire (...)

26D’après lui, ces livres comportaient des incohérences par rapport à l’analogie de la foi48, n’avaient pas été rédigés par un prophète divinement inspiré ni dans la langue de l’époque, à savoir l’hébreu. Ils ne transmettaient donc pas la véritable parole de Dieu, mais la parole des hommes, forcément faillible et mensongère.

  • 49 VALERA, Fol. 8.

27En guise d’exemple, Cipriano de Valera démontrait que la mort d’Antiochos IV, roi de la dynastie séleucide, dont l’ambition était d’helléniser le royaume de Juda, était présentée de trois manières différentes dans les livres des Macchabées, ce qui allait à l’encontre même de la parole divine49. Dans I Macchabées, VI, on apprend que le roi mourut de chagrin et de tristesse en Babylonie en l’an 149, parce qu’il n’avait pas réussi à s’emparer de la ville d’Elymaïs, en Perse, car Lysias avait été vaincu par les Juifs et son armée mise en fuite dans le pays de Juda :

  • 50 AT I, p. 1603.

Il appela tous ses amis et leur dit : « Le sommeil s’est éloigné de mes yeux et je suis en mon cœur accablé par le souci. J’ai dit à mon cœur : à quel degré d’angoisse en suis-je venu, dans quel trouble extrême me voici maintenant plongé ! Car j’étais bon et aimé dans ma puissance. Mais maintenant je me souviens des maux que j’ai faits à Jérusalem : j’ai pris tous les objets d’argent et d’or qui s’y trouvaient et j’ai envoyé faucher les habitants de Juda pour rien. Je reconnais que c’est à cause de cela que ces maux m’ont atteint et voici que je meurs d’un grand chagrin en un pays étranger ». Il appela Philippe, l’un de ses amis, et il l’installa à la tête de tout son royaume ; il lui remit son diadème, sa robe et son anneau, le chargeant de diriger son fils Antiochos et de l’élever en vue de la royauté. Puis le roi Antiochos mourut là en l’année cent quarante-neuf50.

28Dans II Macchabées I, Antiochos après avoir rédigé une lettre de repentance aux Juifs de Jérusalem, de Judée et d’Égypte, fut lapidé, assommé et découpé en morceaux par les prêtres du sanctuaire de Nanaia. Il semble que l’auteur de l’épisode ait mélangé les circonstances de la mort de l’Épiphane avec celle de son père Antiochos III, décédé lors d’un attentat manqué contre le temple de Bel en Elymaïde :

  • 51 AT I, p. 1655.

Antiochos s’était rendu en cet endroit, avec les amis qui l’accompagnaient, comme s’il allait épouser la déesse, avec le dessein de prendre, par manière de dot, la majeure partie des richesses ; quand les prêtres du Nanaion les eurent étalées, celui-là s’avança avec un petit nombre d’hommes dans l’enceinte du sanctuaire, puis, dès qu’Antiochos fut entré, ils fermèrent le temple. Ils ouvrirent une porte dissimulée dans le fond et jetèrent des pierres, foudroyant le chef, ils dépecèrent les cadavres, coupèrent les têtes et les lancèrent à ceux qui étaient dehors51.

29Finalement, dans II Macchabées, IX, Antiochos subissait une fin lamentable, en dépit de ses promesses et de ses vœux pieux de déclarer Jérusalem ville franche, de mettre tous les Juifs sur un pied d’égalité avec les Athéniens, de faire des offrandes au Temple et de se convertir au judaïsme :

  • 52 AT I, p. 1686.

Ainsi donc ce meurtrier et blasphémateur subit les pires souffrances, comme il les avait fait subir aux autres, et il termina sa vie à l’étranger, dans les montagnes, par une fin lamentable. Philippe, son familier, ramena son corps, mais craignant le fils d’Antiochos, il se rendit en Égypte auprès de Ptolémée Philométor52.

Conclusion

30Comme nous venons de le voir dans les pages précédentes, Cipriano de Valera dans sa préface à la Bible de 1602 opère une véritable révolution spirituelle, tant par rapport à l’idéologie tridentine que par rapport à l’idéologie inquisitoriale.

31Faisant sienne la formule luthérienne du Sola Scriptura, le moine hiéronymite associe la Parole de Dieu à Jésus-Christ. Si l’Écriture fait autorité, c’est qu’elle comporte à la fois la Loi, qui contraint l’homme à chercher le salut hors de lui-même, et l’Évangile, qui met le fidèle en présence de son sauveur. À défaut de pouvoir capter l’essence divine, l’homme peut cependant avoir connaissance du Dieu créateur et rédempteur, grâce à ses œuvres et à sa parole. Il en ressort que pour Cipriano de Valera :

  • l’autorité de la Bible est plus grande que celle de l’Église qui doit être régie selon l’Écriture et non par les conciles qui induisent fréquemment en erreur ;

  • la tradition ecclésiastique ne possède aucune valeur, dès lors qu’elle n’est pas « instituée » par l’Écriture ;

  • le combat contre l’hérésie ne peut se faire que par une mise à la portée de tous de la Bible en langue vernaculaire ;

  • en matière de corpus biblique, il faut s’en tenir au canon hébraïque de l’Ancien Testament et considérer les livres deutérocanoniques et apocryphes comme inférieurs aux textes protocanoniques.

32Au final, la préface de Cipriano de Valera se présente comme un véritable hymne à l’Écriture et à la Lecture. Donnons-lui le mot de la fin :

  • 53 VALERA, Fol. 11.

He aquí hoy el tiempo acepto, he aquí ahora el dia de salud: Dios os habla, escuchaldo, y hazed lo que os manda, y como el lo manda. Porque como escapareys vosotros, si tuvieredes en poco una salud tan grande, como la que os presenta Dios el dia de hoy? Advertid que si Dios es Padre misericordioso, lo es para con aquellos que se humillan, y se dexan governar por su palabra: pero para los rebeldes y contumazes es severissimo juez […] Para no caer en semejantes peligros y castigos, oyd à Dios que por boca de sus sanctos Prophetas y Apostoles os habla hoy en este libro que llamanos la Biblia. Otra vez torno à suplicar à nuestro buen Dios y Padre misericordioso, os haga la gracia que lo oygais: para que sepays su voluntad, y sabiendo bivays conforme à ella: y assi seays salvos por la sangre de aquel Cordero sin manzilla que se sacrificó a si mismo en el ara de la cruz para alcançaros perdon de vuestros pecados delante del Padre53.

Table des matières de la Bible de 1602 de Cipriano de Valera

El Testamento viejo

Libro 1 de Moysen, ò Genesis, Fol. 1.

Libro 2 de Moysen, ò Exodo, Fol. 18.

Libro 3 de Moysen, ò Levitico, Fol. 32.

Libro 4 de Moysen, ò Numeros, Fol. 42.

Libro 5 de Moysen, ò Deuteronomio, Fol. 56.

Josué, Fol. 68.

Juezes, Fol. 76.

Ruth, Fol. 84.

1 De Samuel, Fol. 85.

2 De Samuel, Fol. 96.

1 De los Reyes, Fol. 105.

2 De los Reyes, Fol. 115.

1 De las Chronicas, Fol. 124.

2 De las Chronicas, Fol. 134.

Esdras, Fol. 145.

Nehemias, Fol. 148.

Esther, Fol. 153.

Iob, Fol. 155.

Psalmos, Fol. 164.

Proverbios de Salomon. Fol. 186.

Ecclesiastes, ó, Predicador, Fol. 193.

Cantares de Salomon, Fol. 196.

Esaias, Fol. 198.

Jeremias, Fol. 214.

Lamentaciones de Jeremias, Fol. 232.

Ezechiel, Fol. 250.

Daniel, Fol. 250.

Los 12 Prophetas que llamamos Menores

Oseas, Fol. 255.

Ioel, Fol. 257.

Amos, Fol. 258.

Abdias, Fol. 260.

Ionas, Fol. 260.

Micheas, Fol. 261.

Nahum, Fol. 262.

Hababuc, Fol. 263.

Sophonias, Fol. 263.

Aggeo, Fol. 264.

Zacharias, Fol. 265.

Malachias, Fol. 267.

Los libros Apocryphos

1 De Esdras llamado 3, Fol. 1.

2 De Esdras llamado 3, Fol. 6.

La oracion de Manasse, Fol. 15.

Tobias, ò, Tobit, Fol. 15.

Iudith, Fol. 19.

Adiciones a Esther, Fol. 25.

Sabiduria, Fol. 26.

Baruc con su epistola, Fol. 46.

Adiciones a Daniel. Cantico de los 3 mancebos, Fol. 49.

La Historia de Susanna, Fol. 49.

La Historia de Bel y del Dragon, Fol. 50.

1 De los Machabeos, Fol. 50.

2 De los Machabeos, Fol. 60.

El Testamento nuevo

El Evangelio segun S. Matheo, Fol. 1.

El Evangelio segun S. Marcos, Fol. 12.

El Evangelio segun S. Lucas, Fol. 19.

El Evangelio segun S. Juan, Fol. 30.

Actos de los Apostoles, Fol. 32

S. Pablo a los Romanos, Fol. 51.

1 A los Corinthios, Fol. 56.

2 A los Corinthios, Fol. 60.

A los Galatas, Fol. 63.

A los Ephesios, Fol. 65.

A los Philippenses, Fol. 67.

A los Colossienses, Fol. 68.

1 A los Thessalonicenses, Fol. 69.

2 A los Thessalonicenses, Fol. 70.

1 A Timotheo, Fol. 71.

2 A Timotheo, Fol. 72.

A Tito, Fol. 73.

A Philemon, Fol. 73.

A los Hebreos, Fol. 74.

La Epistola de S. Tiago, Fol. 77.

La Epistola de S. Pedro, Fol. 78.

La 2 epist. de S. Pedro, Fol. 80.

La 1 epist. de S. Juan, Fol. 81.

La 2 epist. de S. Juan, Fol. 82.

La 3 epist. de S. Juan, Fol. 82

La epistola de S. Judas, Fol. 83.

Apocalypsi, ó revelacion de S. Juan, Fol. 83.

Haut de page

Notes

1 Pierre MARAVAL, Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris : PUF, 1997, p. 320 : « Nous croyons en un seul Dieu, Père tout puissant, Créateur de toutes choses visibles et invisibles. Et en un seul Seigneur Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, engendré du Père, c’est-à-dire, de la substance du Père, Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré et non fait, consubstantiel au Père ; par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre. Qui, pour nous autres hommes et pour notre salut, est descendu des cieux, s’est incarné et s’est fait homme, a souffert, est ressuscité au troisième jour, est monté aux cieux, et viendra juger les vivants et les morts. Et au Saint-Esprit ».

2 Pierre GILBERT, La Bible. Le livre, les livres, Paris : Gallimard, 2000 ; Jean DELUMEAU, Naissance et affirmation de la Réforme, Paris : PUF, 1965.

3 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, Paris : Beauchesne, 1989, p. 323.

4 Cipriano de VALERA, La Biblia. Que es, los sacros libros del Vieio y del Nuevo Testamento. Segunda edición. Revista y conferida con los textos Hebreos y Griegos y con diversas translaciones. Por Cypriano de Valera, Amsterdam : En Casa de Lorenço Iacobi, 1602. Dorénavant : VALERA.

5 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, Paris : Editions de l’Orante, 1975, p. 449.

6 Marie-Christine GÓMEZ-GÉRAUD (dir.), Biblia. Les Bibles en latin au temps des Réformes, Paris : PUPS, 2008.

7 Ibidem, p. 7-26 ; Jean-Pierre DELVILLE, « L’évolution des Vulgates et la composition de nouvelles versions latines de la Bible au XVIe siècle » in : Marie-Christine GÓMEZ-GÉRAUD (dir.), op. cit., p. 71-105.

8 Jan JOOSTEN, « Lire la Bible en traduction : une perspective historique », Foi et vie. Cahier biblique, 41, vol. CI, septembre 2002, p. 3-11 (p. 3).

9 VALERA, Fol. 2 : « Assi leemos que S. Ieronymo la trasladò en su lengua materna, que era la Dalmatica: S. Juan Chrysostomo la trasladò en lengua Armenica. Vlphilas Obispo Godo la trasladò, en lengua Gotica: Iuan Obispo de Sevilla la trasladò, en lengua Arabica: Methodio en Eslavonica. En tiempo de Elestano, que reynó, en la que ahora llamamos Inglaterra avrà sus 900 años, la Biblia se trasladò en lengua Britanica, que era la lengua que entonces se usava en aquella isla. Considerando Chrysostomo estas diversas traslaciones dixo estas palabras: Los Syrios, Egypcios, Persas, Ethiopes, y otras naciones innumerables tienen la doctrina celestial trasladada en sus lenguas: y por este medio han dexado su barbarie para de veras philosophar ».

10 VALERA, Fol. 3 : « La Biblia en lengua Valenciana con licencia de los Inquisidores, à cuya traslacion assistiò S. Vicente Ferrer: que ha mas de ciento y tanto años que se imprimiò in folio de papel real ».

11 Luis TRAMOYERES BLASCO, « La Biblia valenciana de Bonifacio Ferrer, una hoja incunable del Apocalipsis », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 21, 1909, p. 234-258 ; Jordi VENTURA, La Biblia valenciana, Barcelone : Curial, 1993.

12 VALERA, Fol. 3: « Este [Cisneros], digo, juntò muchos hombres doctos en las lenguas: principalmente en la Hebrea para el Testamento viejo, y en la Griega para el nuevo: y sirviéndose de la ayuda y trabajo destos, hizo imprimir año de 1515 aquella admirable Biblia, que del lugar donde se imprimió, se llamó Complutense ».

13 Antonio ALVAR EZQUERRA, La Biblia Políglota Complutense en su contexto, Alcalá, Universidad de Alcalá, Servicio de Publicaciones, 2016.

14 Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne, Genève, Droz, 1998, p. 24.

15 VALERA, Fol. 3 : « Francisco de Enzinas Burgales trasladò año de 1542 el Testamento nuevo, y lo presentó al Emperador don Carlos en Brucelas ».

16 Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne, op. cit., p. 590-591.

17 VALERA, Fol. 3 : «El doctor Iuan Perez de pia memoria año de 1556 imprimió el Testamento nuevo, y un Julian Hernandez movido con el zelo de hazer bien à su nacion llevó muy muchos destos Testamentos, y los distribuyò en Sevilla ano de 1557».

18 Arthur GORDON KINDER, «Juan Pérez de Pineda (Pierus). Un ministro calvinista español del Evangelio en el siglo XVI en Ginebra», Dialogo Ecuménico, 69, 1986, p. 31-64.

19 VALERA, Fol. 3 : «El Testamento viejo sin los libros Apocryphos, impresso año de 1553 en Ferrara palabra por palabra como està en Hebreo, que es un gran thesoro de la lengua Española».

20 Iacob HASSAN et Ángel BERENGUER AMADOR, Introducción a la Biblia de Ferrara, Madrid : CSIC, 1994.

21 VALERA, Fol. 3 : « La Biblia de Cassiodoro de Reyna impressa en Basilea año de 1569 ».

22 Arthur GORDON KINDER, Casiodoro de la Reina, Londres : Tamesis Books, 1975.

23 VALERA, Fol. 3 : « …inspirar en el coraçon de Benito Arias, natural de Frexenal de la Sierra […] al qual conoci estudiando en Sevilla, de hazer otra nueva impression: para que la iglesia de Dios no careciesse de tanto bien: y assi vino, no ha muchos años, à Anveres: donde a costa del Rey don Phelippe 2 la imprimiò poniendo juntamente con el Texto Hebreo la versión Chaldayca, Griega, Syriaca, y algunas versiones Latinas viejas y nuevas ».

24 Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne, op. cit., p. 783.

25 José María BUJANDA, Index de l’Inquisition espagnole 1551, 1554, 1559, Genève : Droz, 1984, t. 5, p. 276-302.

26 Ibidem, p. 237, 246-247, 250-251, 254, 273-275, 319-324, 417-420, 455, 543.

27 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, op. cit., p. 449.

28 La Bible. Nouveau Testament, Paris : Gallimard, Pléiade, 1971 (NT), II Pierre, I, 20, p. 819.

29 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, op. cit., p. 451-454.

30 Ibidem, p. 452.

31 Ibidem, p. 452.

32 Ibidem, p. 453.

33 VALERA, Fol. 1 : « …para que entendamos y saquemos fruto de la leccion de la Sagrada Escritura es necesaria assi à chicos como à grandes: assi à ricos, como a pobres; assi à doctos como à indoctos; assi à Ecclesiasticos, como à los que llaman seglares ».

34 ÉRASME, Les Préfaces au Novum Testamentum, Éd. de Yves Delègue et de Jean-Pierre Gillet, Genève : Labor et Fides, 1990, p. 74-75.

35 VALERA, Fol. 1; La Bible. Ancien Testament (I), Paris : Gallimard, Pléiade, 1956 (AT I) (Josué, I, 8-9, 626) ; La Bible. Ancien Testament (II), Paris : Gallimard, Pléiade, 1959 (AT II) (Psaume, I, 2, p. 891) ; Psaume LXXVIII, 5 (AT II, p. 1068) ; Jean, V, 39 (NT, p. 287-288) ; Actes des Apôtres, XVII, 11 (NT, p. 409) ; I Corinthiens, XIV, 35 (NT, p. 560) ; II Timothée, III, 15 (NT, p. 371) ; Psaume CXIX (AT II, p. 1163-1177).

36 Deutéronome, VI, 7 (AT I, p. 531); Deutéronome XI, 18-19 (AT I, p. 545).

37 Saint Jean CHRYSOSTOME, Œuvres complètes, Traduites sous la direction de M. Jeannin, Bar-le-Duc : Guérin éditeur, 1864, p. 483.

38 Peter HEATHER, La caída del imperio romano, Barcelone : Crítica, 2005.

39 Sainte Bible en Latin et en François, avec des notes littérales, critiques et historiques, des préfaces et des dissertations, Paris : Antoine Bouchet, 1770, t. VII, p. 78 : « Vasaeus et Mariana racontent que Jean Évêque de Séville, fit une Version de l’Écriture d’Hébreu en Arabe, vers l’an de Jésus-Christ 717. Mariana avance même qu’il y en avoit encore des Exemplaires en plusieurs endroits de l’Espagne. Mais tout ce que disent ces Auteurs n’est fondé que sur le témoignage de Rodéric Ximénès, Archevêque de Tolède, mort en 1208 qui dit que Jean Évêque de Séville, éclaircit les saintes Écritures par des explications Catholiques […] Or, cela ne dit point qu’il ait fait une Traduction Arabe ».

40 TÉRENCE, Les Adelphes, Éd. de Bertrand-Lacoste, Paris : Armand Colin, 1996, p. 8.

41 VALERA, Fol. 5 : « Quanto à los libros de los Paganos sabemos que ay en ellos muchas impiedades y blasphemias contra la Magestad divina. Como quando dize Terencio en los Adelphos, Non est flagitium, mihi crede, adulescentulum scortari: No es pecado dize, creedme, que el mancebo sea putañero. Los que se llaman Christianos, y no lo son, concluyeron de aquí ser licito aver publicas mancebias. Lo qual es contra el 7 mandamiento que dize: No fornicarás ».

42 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, op. cit., p. 340.

43 Olivier de la BROSSE, Latran V et Trente, op. cit., p. 448-449.

44 Peter EICHER (dir.), Nouveau dictionnaire de théologie, Paris : CERF, 1996. Entrée « Apocryphes », p. 90-95.

45 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, op. cit., p. 310 : « L’histoire du canon biblique et la réception des dogmes trinitaires et christologiques définis par les premiers conciles œcuméniques contraignaient à emprunter une voie plus dogmatique. S’en tenir au canon juif de l’Ancien Testament était un premier consentement à une tradition, dévaloriser les Deutérocanoniques/Apocryphes en était un second. Quant aux écrits du Nouveau Testament, personne ne pouvait en fait se soustraire à un usage ecclésiastique multiséculaire, qu’il s’agisse de l’Épître aux Hébreux ou de l’Apocalypse ».

46 François VIGOUROUX, Dictionnaire de la Bible, Paris : Letouzey et Amé, 1912, p. 580-582.

47 VALERA, Fol. 7.

48 Guy BEDOUELLE et Bernard ROUSSEL, Le temps des Réformes et la Bible, op. cit., p. 324 : « Pour dire leur assurance de régler leur interprétation de l’Écriture sur les indications bibliques elles-mêmes, sans recours aux traditions ecclésiastiques, les premiers biblistes luthériens et réformés disaient volontiers la développer selon l’analogie de la foi, expression extraite de l’Épître aux Romains, 12, 6 ».

49 VALERA, Fol. 8.

50 AT I, p. 1603.

51 AT I, p. 1655.

52 AT I, p. 1686.

53 VALERA, Fol. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Parello, « Cipriano de Valera et la traduction de la Bible en langue vernaculaire », e-Spania [En ligne], 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.35701

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Université Bordeaux Montaigne - AMERIBER –EREMM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals