Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Ekphrasis et hypotypose. Les fonc...En guise d’introduction : Ekphras...

Ekphrasis et hypotypose. Les fonctions d’une technique discursive de l’évidence : plaire et convaincre, dans la péninsule Ibérique médiévale et moderne

En guise d’introduction : Ekphrasis et hypotypose : les écritures de l’enargeia dans la péninsule Ibérique médiévale et moderne

Sophie Coussemacker et Julia Roumier

Texte intégral

Introduction générale

  • 1 La transcription en caractères latins du terme grec est, de façon classique, ekphrasis (du grec anc (...)

1L’ecfrasis ou ekphrasis1, figure de style bien connue depuis l’Antiquité, peut s’entendre au sens strict (narration descriptive d’une œuvre d’art) ou selon une conception plus large souvent confondue avec l’hypotypose (ὑποτύπωσις/hupotúpôsis, littéralement « ébauche, modèle », i.e. mettre une « ébauche » sous les yeux de quelqu’un, autre forme de « suggestion visuelle »). Cette dernière figure de style regroupe tous les procédés permettant de rendre vivante une description, au point que le lecteur voit la scène, le tableau, se dessiner et s’animer sous ses yeux. Il s’agirait donc d’un texte descriptif si vif qu’il donne l’impression de voir l’objet décrit plutôt que d’entendre la voix de l’auteur ; on peut alors y voir une forme de synesthésie ou d’équivalence des sens. Il s’agit dans les deux cas d’une figure caractérisée par une puissance d’épiphanie comme l’a souligné Claude Calame :

  • 2 Claude Calame, « Quand dire, c'est faire voir, l'évidence dans la rhétorique antique », Études de l (...)

L’Enargeia est donc bien le mode privilégié de la manifestation sensible, l’effet de la connaissance empirique immédiate, le critère de la vérité objective, essentiellement par le moyen de la vue. Inséré dans une théorie de la connaissance, le concept est par excellence le moyen qui permet de faire l'économie du recours au langage. Concept antirhétorique s'il en est !2

  • 3 Yves Le Bozec, « L'hypotypose : un essai de définition formelle », L'Information Grammaticale, n° 9 (...)
  • 4 Quintilien, Institution oratoire, éd. et trad.. J. Cousin, Paris : Les Belles Lettres, 12 vol., 7 t (...)

2Pour articuler ces deux concepts, Yves Le Bozec propose donc de définir l’ekphrasis comme figure typologique du discours qui a recours à une figure d’expression, l’hypotypose « qui réunit différents procédés aboutissants à l’effet d’évidence ou enargeia »3. L’évidence dont il est question pour l’ekphrasis comme l’hypotypose, c’est la clarté, la visibilité, des qualités qui permettent de toucher le lecteur, de lui communiquer une vision. Quintilien définit déjà l’hypotypose comme « l’image des choses, si bien représentée par la parole que l’auditeur croit plutôt la voir que l’entendre », « […] ut eas cernero oculi sac praesentes habere videamur »4. Il s’agit alors doublement de transposer les images en mots, les mots en images.

3Au croisement du texte et de l’image, l’ekphrasis est donc une question cruciale de l’art d’écrire pour communiquer la vision d’un objet, un art qui a fait couler beaucoup d’encre, tant par l’ampleur et la variété du corpus qu’elle concerne, que par les analyses fascinées qui lui ont été consacrées. Le foisonnement d’études a certainement fini par nuire à la clarté de définitions sans cesse nuancées et modifiées. La théorie littéraire a peut-être davantage creusé cette réflexion pour les domaines français, anglais et italien, même si sont récemment parus de nouveaux travaux pour le domaine hispanique, en particulier pour le Siècle d’Or, ce que nous avons essayé de mettre en valeur dans une bibliographie étoffée à la suite de cette introduction. C’est aussi que cette époque se prête particulièrement aux jeux spéculaires et érudits du dialogue entre les arts frères de l’écriture et de la peinture. Ce binôme clef a fini par dominer la conception de l’ekphrasis car la réflexion critique a souvent privilégié le principe horatien, ut pictura poesis, tout comme l’impératif rhétorique ante ocules ponere.

  • 5 Marc Fumaroli, L'âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de (...)

4Nous avions initialement voulu traiter l’ekphrasis seule, mais l’hypotypose s’est imposée au fil des analyses proposées, parfois en note de fond, parfois de façon plus centrale : nous avons fini par convenir que les deux concepts gagnent à être traités ensemble. Les définitions ont évolué parfois au point de perdre en netteté mais rappelons ici la nécessité de différencier l’ekphrasis de l'hypotypose. Cette dernière est une « peinture parlante » qui développe « l’art de rendre présentes les choses absentes » et de « rendre imaginable l’inimaginable et vraisemblable l’invraisemblable »5. Elle recouvre donc un ensemble de procédés persuasifs par leur vivacité, leur force de conviction et doit ainsi être clairement différenciée des phénomènes descriptifs plus statiques, comme l’ekphrasis.

5Nous souhaitons pour ce dossier cibler la réflexion sur l’effet produit par l’ekphrasis sur le lecteur, tout en mettant en regard le Moyen Âge et le Siècle d’Or afin de mettre au jour les dissemblances que nous imaginions être importantes entre ces périodes. Ces procédés discursifs rhétoriques sont mis en place dans une visée spécifique : quel but poursuivent alors les ekphraseis ? Leur art donnant à voir l’objet décrit, avec une force donnant l’illusion de le percevoir, est évidemment un leurre puisqu’il s’agit toujours de transmettre une certaine présentation de l’objet, une « vision » qui est toujours un point de vue, une sélection de ce qui concourt à la démonstration poursuivie par l’auteur.

  • 6 Yves Le Bozec, « L’hypotypose : Un essai de définition formelle », L’information grammaticale, 92, (...)
  • 7 Barbara Cassin, L'Effet sophistique, Paris : Nrf, Essais, Gallimard, 1995, p. 501 et 680.

6Toutefois, selon Yves le Bozec, la « principale qualité rhétorique de l'ekphrasis est sa capacité d'exhaustion »6 ; de même, Barbara Cassin évoque « une mise en phrase qui épuise son objet » et explique le terme comme ek-, (jusqu'au bout), et phrazo, (faire comprendre, montrer, expliquer)7. Alors : tout dire ou sélectionner les points pertinents ? Tout dire de ce qui sert la démonstration serait sans doute plus exact : il faut à l’auteur éviter la prolixité et respecter une certaine économie dans sa gestion de la description afin qu’elle se plie aux exigence de la vraisemblance. L’ekphrasis est ainsi la description d’un objet, méticuleuse au point de le rendre présent sous la forme choisie par l’auteur. La définition au sens le plus restreint ne s’applique qu’à une œuvre d’art ou représentation iconographique stricto sensu. Dans ce volume nous avons donc choisi de réunir des analyses d’ekphraseis portant sur des objets divers, aussi bien réels que fictionnels, œuvre iconographique comme la peinture, mais aussi œuvre architecturale ou décorative.

  • 8 L’hypotypose fait jaillir « un enthousiasme et un mouvement extraordinaire de l'âme » (Pseudo-Longi (...)

7En créant l’émotion de l'allocuteur, l’hypotypose a une valeur de persuasion et de séduction8. Comment, alors, l’ekphrasis sert-elle la stratégie de conviction du lecteur ou de l’auditeur d’un texte ? Il nous paraissait en effet fécond d’interroger l’effet de l’émotion esthétique transmise par ces traditionnelles descriptions littéraires d’œuvres d’art (au sens le plus réduit d’ekphrasis), ou plus largement de suggestions visuelles d’un objet. Loin d’une simple imitation du réel (mimesis), la capacité à marquer l’esprit du lecteur est en effet un outil précieux pour lui plaire et le flatter et donc remporter son adhésion.

8Car ces descriptions ont pour but de convaincre, comme Barbara Selmeci le rappelle :

  • 9 Barbara Selmeci, « Les romans scudériens : ut pictura narratio ? », Acta fabula, 5 (1), Printemps 2 (...)

L’ecphrasis, émanation de la notion d’enargeia, désigne dans la rhétorique antique toute description – de personne, de faits, de lieux, de temps – capable de mettre avec évidence son objet devant les yeux de l’auditeur ou du lecteur, et figure parmi les exercices des Progymnasmata. L’effet visuel de l’ecphrasis doit bouleverser le destinataire et emporter son adhésion. La qualité de l’argumentation ou de la narration devient dès lors inséparable de la qualité des descriptions9.

  • 10 Carlo Ginzburg, Le fil et les traces. Vrai faux fictif, I. Description et citation, Martin Rueff (t (...)

9Comment l’art de l’ekphrasis articule-t-il alors les affects et la raison ? En effet, l’ekphrasis peut se mettre au service de la démonstration de la vérité, ou de l’effet de vérité et du dialogisme, un ouvrage d’histoire dépeignant avec vigueur les évènements au point qu’ils sont perçus comme réels, ainsi que l’a souligné Carlo Ginzburg dans « Ekphrasis and quotation »10. L’historien cherche bien à faire voir le passé.

  • 11 Erich AuerbachMimesis. Dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur, Berne : Franck (...)
  • 12 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris : Gallimard, 1966.
  • 13 Roland Barthes, « L’effet de réel », Communications, 11, 1968, p. 84-89.
  • 14 Pour ne pas multiplier ici les références, nous renvoyons à la bibliographie générale.

10Il ne s’agit pas de reprendre et réitérer les travaux bien connus d’Erich Auerbach (1948)11, de Michel Foucault12, de Roland Barthes13, et bien d’autres sur la mimesis, mais plusieurs pistes ont pu être avancées14. Que l’illusion mimétique porte sur des descriptions épiques (batailles et tournois) ou des descriptions d’objets (lieux et espaces, bâtiment et mobilier, vêtements, objets divers à proprement parler), s’agit-il simplement d’effets de vraisemblance, voire d’effet de réel ou d’imitation, même dynamique, du réel ?

11Une autre facette de cette réflexion portait sur l’intégration de l’ekphrasis. Les études réunies dans ce dossier nous ont permis de constater que cette description, loin de constituer une sorte de morceau de bravoure « détachable » du reste de l’œuvre, entretient des liens intrinsèques avec le reste du récit. Le plaisir esthétique de narrer et décrire le bel objet, le bel endroit, remplit des fonctions spécifiques qui inscrivent cette apparente digression dans un réseau de ramifications symboliques avec le reste de l’œuvre et font sens, au final, en renvoyant le lecteur à d’autres passages de l’œuvre qui évoquent l’objet ou son sujet. À travers ces descriptions, le lecteur est également poussé à s’investir activement dans l’œuvre lue, en se remémorant des passages précédents, ou au contraire l’hypotypose peut aussi fonctionner comme une prolepse éclairant des développements à venir. Encore une fois la question du rôle joué par l’ekphrasis retombe sur l’idée de l’implication cruciale du lecteur dans son interprétation : c’est lui qui la décrypte et la noue avec d’autres éléments du texte.

12Au-delà de ce jeu de renvoi qui relève de l’intertextualité et de l’intra-textualité (ou peut-être vaudrait-il mieux parler de glose intra-diégétique), n’y a-t-il pas d’autres fonctions discursives à explorer autour de ces figures de style ? Les effets produits sur le lecteur par l’ekphrasis doivent être lus dans le cadre d’une société chrétienne enracinée dans des valeurs fortes et un idéel qui imprègne, forcément, toute narration. La description de l’objet n’est jamais pure mimésis, mais renvoie à un dense réseau symbolique, ou allégorique.

Les apports des communications

  • 15 Ghislaine FournÈs, « L’ekphrasis au service de l’idéologie royale dans les Castigos del rey don San (...)

13C’est ce démontre la réflexion développée par Ghislaine Fournès (U. Bordeaux Montaigne AMERIBER, EREMM) et consacrée au chapitre XI des Castigos del rey don Sancho IV15. En effet cette source offre une description détaillée du roi sur son trône et l’analyse vise, d’une part, à déterminer l’origine, c’est-à-dire le ou les modèles iconographiques de cette représentation et, d’autre part, à mettre au jour son fonctionnement et mesurer ainsi son efficacité argumentative. En effet ce texte au service de l’idéologie royale offre une vision du Roi en majesté, une révélation offerte à la vénération des lecteurs, une représentation dans laquelle dialoguent images et texte.

  • 16 Sophie Coussemacker, « Pourquoi décrire des tentes : le Roman d’Alexandre et le Libro de Alexandre  (...)

14Sophie Coussemacker (U. Bordeaux Montaigne AMERIBER, EREMM)16 propose ensuite de revenir sur les tentes dans le roman d’Alexandre de Bernay (fin XIIe siècle) et le Libro de Alexandre castillan (début XIIIe siècle), afin de s’intéresser à l’extérieur des tentes, et non les tentures intérieures, souvent étudiées. L’étude détaille ainsi les différents éléments composant la tente : estache et poutre, piquets et cordages, tentures de couverture et pommeaux ou boules faîtières. La comparaison des moyens mis en œuvre dans les deux ekphraseis permet de mieux comprendre l’intention poursuivie par chaque texte et, en particulier, l’adaptation pour le public castillan par un auteur curial d’un univers magique propre au roman français.

  • 17 Gerardo Altamirano, « ¡Detente ahí, que aquí comienza el Imperio de la Muerte! » : La inscripción e (...)

15Gerardo Altamirano (U. Autónoma Metropolitana, Unidad Iztapalapa)17 s’intéresse quant à lui au motif d’origine antique de l’inscription sur la porte d’accès à un lieu surnaturel, et ce en mettant à profit des sources de diverses époques pour tracer les filiations et les dissemblances. Les éléments de méta-écriture inscrits sur des objets dans les œuvres narratives sont une mise en abyme de l’acte de lire qu’on peut faire remonter à la pomme de discorde et son Καλλιστή, « à la plus belle ». Le message lié à une structure de passage détermine l’accès et peut le restreindre à une catégorie d’individu, comme « el Arco de los leales amadores » chez Amadis. La description joue ainsi un rôle essentiel dans le fil narratif, en un recours à la rhétorique qui reflète également la figure du lecteur et l’invite à s’identifier à ce héros sur un seuil, ouverture vers une lecture du monde.

  • 18 Olivier Biaggini, « Évoquer / invoquer la ville : la construction littéraire de l’espace urbain dan (...)

16Olivier Biaggini (Université Sorbonne Nouvelle, LECEMO-CREM)18 offre une réflexion sur la ville dans le Libro de buen amor et la Célestine, où cette présence n’est pas le résultat d’une description (sur le mode de l’ekphrasis) mais plutôt du recours systématique à l’hypotypose. Les deux œuvres ont ainsi en commun de faire surgir l’espace urbain à partir de quelques traits saillants, en donnant une vision des plus saisissantes, mais essentiellement fragmentaire et fuyante. L’article explore les usages de ce procédé pour montrer que l’espace urbain que les deux œuvres construisent est toujours médiatisé, indissociable de l’axe fort de la séduction, au point que le personnage de l’entremetteuse en vient à incarner la ville. L’hypotypose ne se réduit plus alors à une simple figure rhétorique, mais oriente l’interprétation du texte.

  • 19 Victoria Beguelin Abellado, « La descripción de Samarcanda en la Embajada a Tamorlán : de la imagen (...)

17Victoria Beguelin Abellado (U. de Lausanne, UNIL)19 nous entraîne à la cour du grand Tamerlan en analysant les stratégies descriptives mises en œuvre par le narrateur de La Embajada a Tamorlán, Ruy González de Clavijo (1406). Il s’agit bien ici de susciter l’émotion des destinataires en donnant à voir toute la splendeur matérielle des tentes, palais et jardins. La description s’appuie donc sur l’enargeia, dans ce moment qui est l’apogée de tout le récit d’ambassade enfin parvenue devant le souverain dont le pouvoir est la raison même de leur voyage. Les descriptions se font donc le reflet de ce pouvoir pour mieux justifier le mérite des ambassadeurs mais aussi honorer le promoteur de cette mission, le roi de Castille, Henri III.

  • 20 Florence Serrano, « Écfrasis e iconografía heráldica en el Espejo de verdadera nobleza y el Tratado (...)

18Florence Serrano (U. Savoie Mont Blanc, EA 3706 LLSETI)20 démontre l’importance de l’ekphrasis dans l’Espejo de verdadera nobleza et le Tratado de las armas, deux œuvres qui ont favorisé la diffusion d’une iconographie héraldique variée, selon la volonté de l’auteur. Diego de Valera, autorité reconnue pour son savoir dans cette science héraldique, fait preuve d’une expertise raffinée, dont témoigne en particulier, l’évolution du système texte-image entre le premier et le deuxième traité, système qui favorise la liberté d’exécution de l’iconographie tout en encourageant sa conservation. On observe donc la maîtrise de Diego de Valera de la science héraldique mise au service ici d’une rhétorique complexe articulant texte et image, ainsi que la conscience aigüe qu’avait l’auteur des contingences matérielles relatives à la diffusion des manuscrits.

  • 21 Adolfo Rodriguez Posada, « ‘Mostrar más lo vivo no pudiera’ : écfrasis y retórica visual en la lite (...)

19Adolfo R. Posada (Centrul de Studii Romanice din Timişoara, Universitatea de Vest)21 se consacre depuis plusieurs années spécifiquement à la question de l’ekphrasis au Siècle d’Or et son travail nous permet d’ouvrir la section consacrée aux œuvres de cette période par une intervention réfléchissant aux définitions et à la génétique des formes de l’ekphrasis moderne. Dans un article au solide socle théorique intitulé « ¿Écfrasis o hipotiposis? Enargeia y retórica visual en la poesía del Siglo de Oro », son analyse démontre qu’il n’existait pas, à l’époque de Cervantès, de distinction nette entre l’ekphrasis, ou la représentation verbale d’objets d’art, et l’hypotypose, entendue comme la description vive et évidente de la réalité comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art. L’auteur approfondit donc avec une grande érudition cette problématique centrale pour reconstruire la perspective poétique partagée par les auteurs du Siècle d’Or sur le verbis depingere cicéronien et les peintures verbales de la Renaissance et du baroque. Partant de cette problématique, cet article défend un modèle théorique complémentaire au paradigme de l’ekphrasis, basé sur la technique pictorialiste du verbis depingere et la figure rhétorique de l’hypotypose comme outils d’analyse permettant d’explorer la nature de l’image littéraire du Siècle d’Or au-delà de la transposition artistique.

  • 22 Pénélope Cartelet (U. de Lille, CECILLE), « Les descriptions d’armes dans le Don Belianís de Grecia(...)

20Pénélope Cartelet (U. de Lille, CECILLE)22 applique son analyse au champ fécond de l’héraldique et rejoint ainsi certaines des questions posées par Florence Serrano. Elle démontre comment l’auteur se situe à un point de bascule entre le maintien d’un certain respect pour les règles traditionnelles du blason héraldique et l’adoption de nouvelles pratiques, telle la description détaillée de scènes héraldiques complexes. Le Don Belianís annonce le paradigme du roman de chevalerie de divertissement de la seconde moitié du XVIe siècle, l’Historia del magnánimo, valiente e invencible Caballero don Belianís de Grecia de Jerónimo Fernández (1547), divertissement servi par la capacité de l’ekphrasis à provoquer l’admiration mais aussi l’émotion sentimentale. Les nombreuses descriptions des armes successives qu’arborent les personnages obéissent à des divers types de traitements descriptifs, ce qui nous renvoie aux deux conceptions de l’ekphrasis antique, celle qui se concentre sur la qualité énargique de la description et celle qui souligne la virtuosité du geste artistique, celle qui met l’accent sur l’exhaustivité et celle qui cherche à provoquer un effet sur le récepteur, en l’occurrence l’émerveillement qui remporte l’adhésion fascinée du lecteur.

  • 23 Elvezio Canonica, « En medio de… : écfrasis y puesta en abismo en el libro IV de la Diana de   Mont (...)

21L’étude d’Elvezio Canonica (Bordeaux Montaigne AMERIBER)23 se focalise sur un aspect qui n’a pas encore été exploré par la critique de façon exhaustive, l’usage et les fonctions des descriptions d’objets artistiques dans la Diana. Ces ekphraseis émaillent le livre IV du célèbre roman pastoral de Jorge de Montemayor. L’auteur étudie ici la relation qui s’établit entre cette modalité de la description avec la composition du livre IV, le seul où font leur apparition ces ekphraseis. La place centrale qu’occupe ce livre dans la dispositio de l’œuvre (la macrostructure) se retrouve, à la manière de poupées russes, dans sa composition (microstructure) dont le centre présente le célèbre « Chant d’Orphée », entièrement « ekphrastique », qui assume donc un rôle doublement central : du livre IV et de l’œuvre tout entière.

  • 24 Marina Mestre ZaragozÁ, « Vraisemblance et description dans le Quichotte ».

22Marina Mestre Zaragozá (ENS-Lyon)24 choisit d’explorer l’ekphrasis dans le Quichotte au prisme de la vraisemblance. Celle-ci repose sur la cohérence interne d’un récit affranchi des contraintes de la vraisemblance référentielle et capable, dès lors, d’intégrer le merveilleux. L’ekphrasis est un des instruments rhétoriques que Cervantès met en œuvre pour remporter l’adhésion de son lecteur, servir l’enargeia et l’efficacité du récit. En outre, pour Cervantès l’enjeu consiste aussi à légitimer la fiction et, dans ce but, l’ekphrasis contribue à la construction de la vraisemblance, selon sa conception propre au xvie siècle comme condition de l’efficacité d’un texte destiné à émouvoir son lecteur pour l’amener à la réflexion.

  • 25 Alejandro Jaquero Esparcia, « La poesía religiosa al servicio de la pintura: lecturas contrarreform (...)

23Alejandro Jaquero Esparcia (U. de Castilla-La Mancha)25 centre ici son étude sur la poésie religieuse de la Contre-Réforme et la met en lien avec les représentations de saint Christophe. La Réforme du christianisme et la conséquente Contre-Réforme catholique, favorisent en effet la diffusion de deux discours, en faveur et à l’encontre du saint, créant ainsi de nouvelles lectures et interprétations depuis les domaines littéraire et artistique. Dans l’article, l’auteur propose une révision de l’un des hymnes latins créés par le poète italien Marcus Hieronymus Vida dédié à saint Christophe, un éloge rédigé dans ce nouveau contexte de légitimation.

  • 26 Roland BÉhar, « Ekphrasis et imitation: renouvellements de la description dans la poésie de Garcila (...)

24Pour finir en reliant le Siècle d’Or aux réflexions théoriques contemporaines, Roland Béhar (ENS-PSL)26 reconstruit la façon dont l’ekphrasis a été comprise, au milieu du XXe siècle, de manière restreinte, comme description d’œuvres d’art à la suite d’un passionnant dialogue entre Léo Spitzer et l’historien de l’art Erwin Panofsky, mais aussi avec le philologue classique Paul Friedländer. L’auteur s’attache en particulier à l’art de l’ekphrasis chez Garcilaso qui renouvelle l’art de la description en vers, créant un modèle qui marque toute la poésie du Siècle d’Or. La réflexion menée ici relève la façon dont Spitzer associe la poésie de Garcilaso aux grands peintres de la Renaissance et la caractérise par un « effet de sourdine » classique qui offre une piste pour définir la nouveauté propre à l’ekphrasis moderne.

  • 27 Autres travaux sur la mimésis dans Valérie Stiénon, « Mimèsis », in : Anthony Glinoer et Denis Sain (...)

25Enfin, en un dernier complément à ce dossier qui pourra, nous l’espérons, encourager et faciliter les futures recherches de nos lecteurs, nous proposons à la suite de cette introduction une historiographie consacrée à la question croisée de l’ekphrasis et de l’hypotypose (sans oublier la notion de mimésis). Nous nous sommes efforcées de rassembler les très riches pistes offertes ces dernières années à la réflexion sur ce sujet en les classant afin de mettre en valeur les dynamiques à l’œuvre dans ce champ disciplinaire. Afin d’offrir un outil historiographique cohérent au lecteur, nous avons fait le choix de classer les titres par ordre chronologique des publications. Nous y avons associé, le cas échéant, quelques brefs commentaires. Les titres portent sur plusieurs concepts voisins : ekphrasis, hypotypose, mimesis27, enargeia etc. Tous les titres ne sont pas mentionnés dans les communications du colloque, et proposent une ouverture plus générale.

26Ce travail ne peut évidemment viser l’exhaustivité mais invite le lecteur à considérer les évolutions propres aux travaux sur ces vastes questions.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie historiographique

Les précurseurs

Auerbach, Erich, Mimesis. Dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur, Berne : Francke, 1946, rééd. 1959 et sq. (à compter de la deuxième édition de 1959, l’ouvrage est augmenté d’un vingtième chapitre consacré au Quichotte

Traduction castillane : id., Mímesis. La representación de la realidad en la literatura occidental, traducción de I. Villanueva y E. Imaz, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1950.

Traduction anglaise : id., Mimesis. The representation of reality in Western literature, translated from the German by Willard Trask, Princeton : Princeton University Press, 1953, réed. 1968.

Traduction italienne : id., Mimesis. Il realismo nella letteratura occidentale. Con un saggio introduttivo di Aurelio Roncaglia. Traduzione di Alberto Romagnoli e Hans Hinterhäuser, Turin : Einaudi, 1956.

Traduction française : Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, traduit de l’allemand par Cornelius Heim, Paris : Gallimard, 1968.

Aygon, Jean-Pierre, « L’ekphrasis et la notion de description dans la rhétorique antique », Pallas, 27, 1979, p. 3-37.

Barthes, Roland, « L’effet de réel », Communications, 11, 1968, p. 84-89.

Söhring, Otto, « Werke bildender Kunst in altfranzösischen Epen [Œuvres d’art dans les épopées anciennes françaises] », Romanische Forzchungen, 12, 1900, p. 491-640.
Inventaire méthodique des ekphraseis dans les chansons de geste françaises, avec sommaire par ordre chronologique, p. 635-640. [Le travail précurseur…]

Bourneuf, Roland, « Erich Auerbach, Mimésis, la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », Études littéraires, 2 (3), 1er janvier 1969, p. 381-383.
(Compte-rendu du livre d’Auerbach, dans sa trad. française).

Foucault, Michel, Les Mots et les Choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, 1966.

Ravenna, Giovanni, « L’ekphrasis poetica di opera d’arte in latino. Temi e problem », Quaderni dell’Instituo di Filologia Latina, Padoue : Università di Padova, 3, 1974, p. 1-52.

Scher, Steven Paul (éd.), A Bibliography on the Relations of Literature and the Other Arts (1952-1967), New York : AMS Press, 1968.

SPITZER, Leo, « The “Ode on a Grecian Urn,” or Content vs. Metagrammar », Comparative Literature, 7 (3), 1955, p. 203-225 [traduit par Claude MOUCHARD : « L’“Ode sur une urne grecque” ou Contenu face à Métagrammaire », Po&sie, 164, 2018/2, p. 116-137]

Les années 1980

Adam, Jean-Michel et Petitjean, André, Le texte descriptif : poétique historique et linguistique textuelle, Paris : Nathan-Université, 1989.

Bogue, Ronald (dir.), Mimesis in Contemporary Theory. An interdisciplinary approach, Philadelphia/Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, 2 vol., vol. 1, 1984, et vol. 2, 1991.

Chaffee, Diane, « Ekphrasis in Juan de Mena and the Marqués de Santillana », Romance Philology 35-4, 1982, p. 609-616.

Dolders, Arno, « Ut pictura poësis : A Selective, Annoted Bibliography… (1900-1980) », in : Yearbook of Comparative and General Literature, 32, 1983, p. 105-124.

Egido, Aurora, « La pagina y el lienzo : sobre las relaciones entre poesia y pintura », in : id., Fronteras de la poesía en el Barroco, Barcelone : 1990, p. 164-197.

Fumaroli, Marc, L'âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris : Champion, 1980/rééd. Paris : Albin Michel, Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, 1994, p. 678-679.

YARZA LUACES, Joaquín, « Notas sobre las relaciones texto-imagen, principalmente en la ilustración del libro hispano medieval », in : Ve Congrés Espanyol d’Historia de l’Art, Barcelone : 1986, 1, p. 184-302.

1991

Calame, Claude, « Quand dire, c’est faire voir, l’évidence dans la rhétorique antique », Études de lettres, 4, Lausanne : Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne, 1991, p. 3-22.

Hamon, Philippe, La description littéraire, de l’Antiquité à Roland Barthes, une anthologie, Paris : Macula, 1991.

Joukovsky, Françoise, Le bel objet, Paris : Champion, 1991.
[p. 129 notamment, sur les rapports entre epideixis, description en général, et ekphrasis, description d’une œuvre d’art réelle ou imaginaire].

Krieger, Murray, Ekphrasis : The Illusion of the Natural Sign, Baltimore : John Hopkins Press, 1991.

Ratkowitsch, Christine, Descriptio picturae. Die literarische Funktion der Beschreibung von Kunstwerken in der lateinischen Großdichtung des 12. Jahrhunderts [La fonction littéraire de la description des œuvres d’art dans les grands poèmes latins du XIIe siècle], Vienne : Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1991.

1992

MOLINIÉ, Georges, « Hypotypose », in : Dictionnaire de rhétorique, Paris : Le Livre de Poche, 1992, p. 168-169.

Nichols, Stephen G., « Ekphrasis, Iconoclasm and Desire », in : Kevin Brownlee et Sylvia Huot (éd.), Rethinking the ‘Romance of the Rose’ : Text, Image, Reception, Philadelphie : University of Pennsylvania Press (The Middle Ages Series), 1992, p. 135-166.

1993

Baxter, John, « Mimesis », in :  Encyclopedia of contemporary literary theory, Toronto : University of Toronto Press, 1993, p. 591-593.

Heffernan, James A. W., Museum of Words : The Poetics of Ekphrasis from Homer to Ashbery, Chicago : The University of Chicago Press, 1993.

1994

Taylor, Barry, « Juan de Mena, la écfrasis y las dos fortunas : Laberinto de Fortuna, 143-208 », Revista de Literatura Medieval, 6, 1994, p. 171-181.

1995

Becker, Andrew Sprague, The Shield of Achiles and the Poetics of ekphrasis, Lanham : Rowman & Littlefield Publishers, 1995.
[notamment chap. 1 : « Homeric ekphrasis and True Description »]

Boehm, Gottfried et Pfotenhauer, Helmut (éd.), Beschreibungskunst – Kunstbeschreibung : Ekphrasis von der Antike bis zur Gegenvart [Art descriptif - Description de l’art : l’ekphrasis de l’antiquité à nos jours], Munich : Beck, 1995.

Cassin, Barbara, L'Effet sophistique, Paris : Nrf, Essais, Gallimard, 1995.

Combel, Valérie, « L'hypotypose dans la tragédie de Racine », Revue xviie siècle, 188, juillet-septembre 1995, p. 495-503.

COSTANTINI, Michel, « Écrire l’image, redit-on », Littérature, 100, 1995, p. 22-48.

CristÓbal, Vicente, « De la Eneida a la Araucana », Cuadernos de Filologia Clásica. Estudios latinos, 9, 1995, p. 67-101.
Sur l’ekphrasis prophétique dans la tradition classique : p. 72-73 et p. 93

Declercq, Gilles, « À l’école de Quintilien : l’hypotypose dans les tragédies de Racine », Revue de littératures française et comparée, 5, nov. 1995, p. 73-88.

Delarue, Fernand, « Suétone et l’hypotypose », Revue Lalies, 15, 1995, p. 291-300.

Melberg, Arne, Theories of Mimesis, Cambridge : Cambridge University Press, 1995.

Vouilloux, Bernard, La peinture dans le texte : XVIIIe-XXe siècles, Paris : CNRS éditions, 1995.

1996

Aquien, Michèle et MoliniÉ, Georges, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris : LGF (« La Pochothèque/Encyclopédies d’Aujourd’hui »), 1996, articles « Diatypose », p. 134-135 et « Hypotypose », p. 195-197.

Dumora-Mabille, Florence, « Entre clarté et illusion : l’enargeia au XVIIe siècle », Littératures classiques, 28, 1996, p. 75-94.

Wagner, Peter (éd.), Icon-texts-iconotexts : essays on ekphrasis and intermediality, Berlin/New York : De Gruyter, 1996.

1997

Brito Díaz, Carlos, « ‘Porque lo pide así la pintura’ : la escritura peregrina en el lienzo del Persiles », Cervantes : Bulletin of the Cervantes Society of America, 1997, p. 145-164.

Csürös, Klára, « La fonction de l’ekphrasis dans les longs poèmes », Nouvelle Revue du XVIe siècle, 15 (1), Grand genre, grand œuvre, poème héroïque, 1997, p. 169-183.

Masuy, Christine, « Description et hypotypose dans l'écriture journalistique de l'ambiance », Revue Pratiques : théorie, pratique, pédagogie, 94, 1997

1998

Goyet, Francis, « De la rhétorique à la création : hypotypose, type, pathos », in : Jean Gayon, Jacques Poirier, Jean-Claude Gens, La Rhétorique : enjeux de ses résurgences, Bruxelles : OUSIA, 1998, p. 46-67.

LE BOZEC, Yves, « Ekphrasis de mon cœur, ou l’argumentation par la description pathétique », Littérature, 111, 1998, p. 111-124.

Litvak, Lily, Imágenes y textos. estudios sobre literatura y pintura 1849-1936, Amsterdam-Atlanta : Rodopi, 1998.

Lozano Renieblas, Isabel, « La función de la écfrasis en el Persiles », in : Antonio Pablo Bernat Vistarini (coord.), Actas del Tercer Congreso Internacional de la Asociación de Cervantistas, , 1998, p. 507-515.

ROBILLARD, Valérie et Jongeneel, Else (éd.), Pictures into Words. Theoretical and Descriptive Approaches to Ekphrasis, Amsterdam : VU University Press, 1998.

1999

Webb, Ruth, « Ekphrasis Ancient and Modern : The Invention of a Genre », Word & Image, 15, 1999, p. 7-18 [repris dans le livre de 2009, ci-dessous].

2000

Glaudes, Pierre (dir.), La représentation dans la littérature et les arts, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail (« Cribles- Théories de la littérature »), 2000.

Riffaterre, Michael, « La ilusión de Écfrasis », Literatura y pintura. Madrid : Arco Libros, 2000.

2001

Esteves, Aline, Evidentia rhétorique et horreur infernale : le portrait de Tisiphone chez Stace, étude esthétique et stylistique, Paris : Belles Lettres, Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 2001.

Pimentel, Luz Aurora, « Ecfrasis : la representatión verbal de un objeto », El espacio en la ficción, ficciones espaciales: la representación del espacio en los textos narrativos. México : Siglo XXI y Facultad de Filosofía y Letras de la UNAM, 2001.

2002

Geffen, Alexandre, La Mimèsis, Paris : Flammarion, 2002.

Halliwell, Stephen, The Æsthetics of Mimesis. Ancient Texts and Modern Problems, Princeton : Princeton University Press, 2002.

Le Bozec, Yves, « L’hypotypose : un essai de définition formelle », L’Information Grammaticale, 92, 2002, p. 3-7.

Louvel, Liliane, Texte/ Image. Images à lire, textes à voir, Rennes : PUR, 2002.

Spica, Anne-Elisabeth, Savoir peindre en littérature. La description dans le roman au XVIIe siècle : Georges et Madeleine de Scudéry, Paris : Honoré Champion (« Lumière classique »), 2002.

Zecchin, Alberto, « Esemplarità dell’ekphrasis : appunti sulla descrizione di oggetti artistici nella narrativa antico-francese », Studi Testuali, IV, 2002, p. 249-270.

2003

Aurais-JonchÈre, Pascale (éd.), Écrire la peinture entre les XVIIIe et XIXe siècles, Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, 2003.

ECK, Virginie, L’Ekphrasis au travers des textes de Cébès de Thèbes, Lucien de Samosate et Philostrate de Lemnos : traductions et interprétations aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, Rapport de recherche bibliographique, sous la direction de Sylvie Deswarte-Rosa, Villeurbane : ENSSIB, 2003.

Pimentel, Luz Aurora, « Ecfrasis y lecturas iconotextuales », Poligrafías : Revista de literatura comparada, 4, 2003, p. 205-215.

Wandhoff, Haiko, Ekphrasis. Kunstbeschreibungen und virtuelle Raüme in der Literatur des Mittelalters [Descriptions d’art et espaces virtuels dans la littérature médiévale], Berlin : De Gruyter, 2003.

2004

Aygon, Jean-Pierre, Pictor in fabula. L’ecphrasis-descriptio dans les tragédies de Sénèque, Bruxelles : Latomus, 2004, p. 7-36.

Cassin, Barbara, « L’ « ekphrasis » : du mot au mot », in : Vocabulaire européen des philosophies : dictionnaire des intraduisibles, Paris : Seuil, Dictionnaires le Robert, 2004.

Le Bozec, Yves, « Les frontières de l’hypotypose. Le songe d’Athalie et la prophétie de Joad », L’Information grammaticale, 100, 2004, p. 26-30.

Selmeci, Barbara, « Les romans scudériens : ut pictura narratio ? », Acta fabula, 5 (1), Printemps 2004, URL : http://www.fabula.org/revue/document226.php
Compte-rendu du livre d’Anne-Elisabeth Spica 2002 (cf. supra).

Venturi, Gianni et Farnetti, Monica (éd.), Ecfrasi. Modelli e esempi fra medioevo e rinascimento, Rome : Bulzoni, 2004.

2005

De Armas, Frederick Alfred, Ekphrasis in the Age of Cervantes, Lewisburg : Bucknell University Press, 2005. Table des matières lisible sur https://books.google.fr/books?id=5Ka3-tj7VL4C&pg=PA7&hl=fr&source=gbs_toc_r&cad=3#v=onepage&q&f=false

de la Calle, Roman, El espejo de la ekphrasis. Mas acá de la imagen. Mas alla del texto, Lanzarote : Fundación César Manrique, 2005.

Gallé Cejudo, Rafael J., « La écfrasis de Iseo en el Tristán castellano y su anclaje en la tradición clásica », Cuadernos de filología clásica : Estudios griegos e indoeuropeos [U. Cadix], 15, 2005, p. 155-174.
http://revistas.ucm.es/index.php/CFCG/article/view/CFCG0505110155A

Gebauer, Gunter et Wulf, Christoph, Mimèsis. Culture, art, société [1995 pour l’édition allemande], Paris : Cerf, 2005 [pour la traduction française].

GonzÁlez RomÁn, Carmen, « Arquitectura escrita. Ekphrasis de la Catedral de Málaga », Boletín de Arte, 26-27, 2005-2006, p. 139-155.

Holmes, Jonathan et Street, Adrian (dir.), Refiguring Mimesis. Representation in Early Modern Literature, Hatfield : University of Hertfordshire Press, 2005.

2006

Ginzburg, Carlo (trad. Martin Rueff), Le fil et les traces. Vrai faux fictif, 1. Description et citation, Lagrasse : Verdier Histoire, 2006.

Hewlett Koelb, Janice, Poetics of Description. Imagined Places in European Literature, New York/Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2006. 

Potolsky, Matthew, Mimesis, New York/Londres : Routledge (« The New Critical idioms »), 2006.

Schöch, Christof, « L’ekphrasis comme description des lieux. De l’antiquité aux romantiques anglais », Acta Fabula, 8 (6), novembre-décembre 2007. https://www.fabula.org/revue/document3691.php

Webb, Ruth, « The Imagines as a fictional text : ekphrasis, apatê and illusion », in : Michel Costantini, Françoise Graziani et Stéphane Rolet (dir.), Le Défi de l’art. Philostrate, Callistrate et l’image sophistique, Rennes : PUR, 2006, p. 113-136.

2007

BERARDI, Francesco, « Le figure dell’evidenza : descriptio e demonstratio nella Rhetorica ad Herennium », Rivista di filología e di istruzione classica, 135 (3), 2007, p. 289-308.

Cunningham, Valentine, « Why Ekphrasis ? », Classical Philology [The University of Chicago Press], Special Issues on Ekphrasis, 102 (1), 2007, p. 57-71.

Elsner, Jas, « Philostratus Visualizes the Tragic : Some Ecphrastic and Pictorial Receptions of Greek Tragedy in the Roman Era », in : Visualizing the Tragic. Drama, Myth, Ritual in Greek Art and Literature. Essays in Honour of Froma Zeitlin, C. Kraus et al. (dir.), Oxford : OUP, 2007, p. 309-337.

GonzÁlez RomÁn, Carmen, « Ekphrasis barroca : la arquitectura « pintada » por la poesía », Congreso Internacional Andalucía barroca, Antequera, 17-21 de septiembre de 2007. https://www.academia.edu/19999615/Ekphrasis_barroca_la_arquitectura_pintada_por_la_poes%C3%ADa

Montier, Jean-Pierre (dir.), À l’œil. Des interférences textes/images en littérature, Rennes : PUR, 2007.

2008

Albuquerque GarcÍa, Luis, « La écfrasis en el Quijote », in : Miguel Ángel Garrido Gallardo et Luis Albuquerque (dir.), El Quijote y el pensamiento teórico-literario. Actas del Congreso Internacional celebrado en Madrid los días 20 al 24 de junio de 2005, Madrid : CSIC, 2008.

Gabrieloni, Ana Lía, « Écfrasis », Eadem utraque Europa, 6, 2008, p. 83-108.

Metzikadis, Stamos et Sureau, Éloise, « Isidore Ducasse précurseur d’Odilon Redon. L’hypotypose en noir et blanc », Orbis Litterarum, 63 (2), avril 2008, p. 133-151.

Vouilloux, Bernard, « Image, représentation et ressemblance. Une tentative de clarification », Fabula, 2008 [extrait du livre du même, publié en 2004]
http://www.fabula.org/atelier.php?Image%2C_repr%26eacute%3Bsentation_et_ressemblance

2009

WEBB, Ruth, Ekphrasis, Imagination and Persuasion in Ancient Rhetorical Theory and Practice, Farnham/Burlington : Aldershot, Ashgate, 2009.

2010

Bartuschat, Johannes, « L’ekphrasis dans la poésie allégorique médio-latine et dans l’Amorosa visione de Boccace », Camenae, 8, décembre 2010.
http://saprat.ephe.sorbonne.fr/media/fb3d55a748fe7690442249f97b938ff5/camenae-08-7-article-5-bartuschat-2.pdf

Boulay, Bérenger, « Effets de présence et effets de vérité dans l’historiographie », Littérature,159, Écrire l’Histoire, Paris : Armand Colin, 2010, p. 26-38.
http://www.jstor.org/stable/41705312

Combes, Annie, « Les objets d’art dans les romans arthuriens », Revue 303, 114, 2010, p. 142-154.

Frigg, Roman et C. Hunter, Matthew (dir.), Beyond Mimesis and Convention. Representation in Art and ScienceBoston Studies in the philosophy of science, Dordrecht : Springer, 2010.

GÓmez GÓmez, Juan María, « La descripción del escudo de Eneas y las historias de Orfeo y Eurídice y de Venus y Adonis en las Écfrasis de las Navas de Tolosa de Cristóbal de Mesa », in : Jesús Luque MORENO, María Dolores RincÓn, GonzÁlez, Isabel VelÁzquez (coord.), DVLCES CAMENÆ. Poética y Poesía Latinas, 2010, p. 955-968.

Keane Greimas, Teresa, L’ecphrasis dans la poésie espagnole 1898-1988, Limoges : Lambert-Lucas, 2010.

VRÂNCEANU, Alexandra, « La redécouverte de l’ekphrasis par Léo Spitzer et son influence sur les études de littérature comparée américaines », in : Ivano PACCAGNELLA et Elisa GREGORI (dir.), Leo Spitzer. Lo stile e il metodo, Padoue : Esedra, 2010, p. 231-242.

2011

ROBILLARD, Valérie, « En busca de la ecfrasis (un acercamiento intertextual) », in : Susana GonzÁlez Aktories et Irene Artigas Albarelli (dir.), Entre artes: entre actos: ecfrasis e intermedialidad, México : UNAM, 2011,

Vouilloux, Bernard, « Descriptions », Le Tournant « artiste » de la littérature française. Écrire avec la peinture au XIXe siècle, Paris : Hermann, 2011, p. 31-74.

2012

Ponce CÁrdenas, Jesús (coord.), Poesía y pintura en el Siglo de Oro, número monográfico, Criticón, 114, 2012.

2013

Agudelo, Pedro, « Las imágenes en el texto. Aportes de la crítica literaria colombiana a la teoría de la ecfrasis », Revista Humanidades, 28 (jul.-dic.) Chile : Universidad Andrés Bello, 2013, p. 95-119.

Artigas Albarelli, Irene, Galeria de palabras. La variedad de la écfrasis, Mexico : Bonilla Artigas -UNAM -Ibéroamericana- Vervuert, 2013.

Maria Emilia Cairo, « El esculdo de Vulcano : écfrasis y profecia en Eneida 8 », Myrtia. Revista de Filología Clásica, 28, 2013, p. 105-128.

Cherbuliez, Juliette, « Et que méconnaîtrait l’œil même de son père : les limites du savoir oculaire dans la description tragique », Littératures classiques, 2013/3, 82, p. 173-186.
https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2013-3-page-173.htm

de Armas, Frederick A., « “¿Es éste Adonis?” : La écfrasis y los efectos del arte en el teatro de Lope de Vega », eHumanista : Journal of Iberian Studies, 24, 2013, p. 60-79.

DROSS, Juliette, « Texte, image et imagination : le développement de la rhétorique de l’évidence à Rome », Pallas [En ligne], 93 | 2013, mis en ligne le 1 novembre 2013.
http://journals.openedition.org/pallas/1513

DUBEL, Sandrine, « Du bouclier d’Achille dans l’ecphrasis sophistique grecque (de Philostrate à Callistrate), entre théorie et pratique », Le conférencier-Textimage, 2, « Nouvelles approches de l’Ekphrasis », 2013.
http://revue-textimage.com/conferencier/02_ekphrasis/dubel.pdf

2014

BaguÉ Quilez, Luis, Museo 0. Del escudo de Aquiles a la imagen global, Valence : Pre-Textos, 2014.

Glinoer, Anthony, « L’impensable référence au réel », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature,‎ Notes de lecture, mis en ligne le 12 janvier 2014.
http://journals.openedition.org/contextes/5861

PELÁEZ MALAGÓN José Enrique et ERIKSEN, Casey Robert, « Literatura comparada e interdiscursividad : la ecfrasis en los “Milagros de Nuestra Señora” de Gonzalo de Berceo », Prosopopeya: revista de crítica contemporánea, 9, 2014-2015, p. 265-281.

Ponce CÁrdenas, Jesús, Ecfrasis : vision y escritura, Madrid : Fragua, 2014.

2015

ALCALÁ GALÁN, Mercedes, « Retórica visual: ekfrasis y teoría de la ilustración gráfica en el Quijote », in : Ippe RabatÉ et Hélène TropÉ (dir.), Autour de Don Quichotte de Cervantès, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p.175-181.

Cocozzella, Peter, « Ekphrasis and the Mirrored image : the Allegory of Despair in La Noche by Francesc Moner, a catalan writer of the Late Fifteenth Century », Studia Mediaevalia Curt Wittlin Dicata [Mediaeval Studies in honour Curt Wittlin/Estudis Medievals en homenatge a Curt Wittlin], edició a cura de Lola Badia, Emili Casanova i Albert Hauf, Valence : Institut interuniversitari de Filologia valenciana, (Symposia Philologica), 15, Alicante, 2015, p. 137-155. PDF disponible en ligne.
http://rua.ua.es/dspace/handle/10045/74313

Costadura, Edoardo, « ‘Réalité représentée’ : la mimesis dans Mimésis d’Erich Auerbach », Revue germanique internationale, 22, 2015, Mimesis, p. 35-47.
https://journals.openedition.org/rgi/1552

Johnston, Andrew James, Knapp, Ethan et Rouse, Margitta (dir.), The Art of Vision. Ekphrasis in Medieval Literature and Culture, The Ohio State University Press, 2015.

Présentation et accès table des matières :
https://ohiostatepress.org/books/BookPages/johnston-etal-ekphrasis.html
https://ohiostatepress.org/books/BookPages/johnston_ekphrasis_toc.pdf

Michaud, Ginette (dir.), « Toucher des yeux. Nouvelles poétiques de l’ekphrasis », Études françaises, numéro collectif, 51 (2), 2015.
http://revue-etudesfrancaises.umontreal.ca/volume-51-numero-2/

Ponce CÁrdenas, Jesús (coord.), Las Artes Hermanas: Poesía, Música y Pintura en el Siglo de Oro, número monográfico de Calíope, Journal of the Society for Renaissance and Baroque Hispanic Poetry, 20 (2), 2015.

Ponce CÁrdenas Jesús, « Sombras en un jardín romano : tres ecos de Velázquez en la poesía actual », Inicio, vol. 24, 2015.
http://revistas.uned.es/index.php/signa/article/view/14716

2016

CastellvÍ Laukamp, Luis, « Ekphrasis meets teichoscopy : the panoramic landscape in Góngora’s Soledad primera », Hispanic Research Journal : Iberian and Latin American Studies, 17 (6), 2016, p. 473-488.

DEBIAIS, Vincent, « La vue des autres. L’ekphrasis au risque de la littérature médiolatine », in : Éric Palazzo (dir.), Les cinq sens au Moyen Âge : approches croisées et interdisciplinaires, Colloque du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM), Poitiers, juin 2012, Paris : Les éditions du Cerf, 2016, p. 99-114.

Mestre, Marina, « Apuntes sobre la noción de verosimilitud en el Quijote », in : Marina Mestre, Philippe Meunier, Françoise Gilbert (dir.), A vueltas con el Quijote, Criticón, 127, juin 2016, p. 41-55.

Pietrzak, Witold Konstanty (coord.), L’Hypotypose : Théorie et pratique de l’Antiquité à nos jours, Łódź : Acta Universitatis Lodziensis, Folia Litteraria Romanica, Wydawnictwo Uniwersytetu Lódzkiego, vol. 11, 2016.

Parmi les nombreux articles, on peut citer, entre autres :

- Roumier, Julia, « Convaincre et transporter le lecteur : l’hypotypose dans les récits de voyage médiévaux castillans », p. 41-55.

- Pietrzak, Witold Konstanty, « La ‘vive représentation’ dans le martyrologe de Crespin et Goulart », p. 77-87.

- Romagnino, Roberto, « Stylistique de l’hypotypose dans l’œuvre romanesque de Marin le Roy de Gomberville », p. 147-158.

Taylor, Barry, « La écfrasis en el siglo XV: maravilla, metatexto y alegoría », Revista de poetica mediéval, n° 30, 2016, p. 311-328.
https://recyt.fecyt.es/index.php/revpm/article/view/50296

2017

Pomel, Françoise, Lire les objets médiévaux, quand les choses font signe et sens, Rennes : PUR, Collection interférences, 2017.

RodrÍguez Posada, Adolfo, La imagen en la literatura : Análisis crítico del tópico « ut pictura poesis » en el contexto aurisecular, thèse de doctorat dirigée par César Domínguez Prieto, Saint-Jacques de Compostelle : Universidade de Santiago de Compostela, 2017.

2018

Jaquero Esparcia, Alejandro, La teoria de la pintura versificada en España durante la edad moderna (siglos XVI-XVIII) : de Pablo de Céspedes a Diego Antonio Rejón de Silva, thèse de doctorat, Universidad de Castilla-La Mancha, 2018.
https://dialnet.unirioja.es/servlet/tesis?codigo=152032

Ponce CÁrdenas, Jesús, « Pintura y Poesía: usos de la écfrasis en Manoel de Galhegos », Versants, 65 (3), 2018, p. 97-123.

2019

ROMAGNINO, Roberto, Théorie(s) de l’ecphrasis entre Antiquité et première modernité, Paris : Classiques Garnier, 2019.

ROMAGNINO, Roberto, Décrire dans le roman de l’âge baroque (1585-1660). Formes et enjeux de l’ecphrasis, Paris : Classiques Garnier, 2019.

2020

GonzÁlez Moreno, Beatriz et GonzÁlez-Moreno, Fernando (dir.), Painting Words. Aesthetics and the Relationship between Image and Text, notamment chap. II : Alejandro Jaquero Esparcia, « The Presence of Ut Pictura Poesis in William Shakespeare’s and Miguel de Cervantes Works », Londres : Routledge, juillet 2020.

Haut de page

Notes

1 La transcription en caractères latins du terme grec est, de façon classique, ekphrasis (du grec ancien ἐκφράζειν, « expliquer jusqu'au bout »), mais on peut aussi trouver, dans les articles – notamment en langue castillane – ecfrasis, voire ecphrasis qui est aussi admis en français. Nous avons choisi de privilégier ekphrasis, sauf dans les citations des références où nous avons conservé l’orthographe adoptée par les auteurs. Le pluriel est, normalement ekphraseis ; le pluriel ekphrasis est recommandé par les rectifications orthographiques de 1990 dès lors que l’on considère le mot comme lexicalisé. La plupart des auteurs de ce collectif ont cependant choisi ekphraseis, pour bien distinguer singulier et pluriel, et nous nous y tiendrons.

2 Claude Calame, « Quand dire, c'est faire voir, l'évidence dans la rhétorique antique », Études de lettres, Faculté des Lettres, Université de Lausanne, n° 4,1991 p. 3-22.

3 Yves Le Bozec, « L'hypotypose : un essai de définition formelle », L'Information Grammaticale, n° 92, 2002. p. 3-7. DOI : https://doi.org/10.3406/igram.2002.3271 ; www.persee.fr/doc/igram_0222-9838_2002_num_92_1_3271

4 Quintilien, Institution oratoire, éd. et trad.. J. Cousin, Paris : Les Belles Lettres, 12 vol., 7 t, 1977 à 1980, t. 4, p. 31.

5 Marc Fumaroli, L'âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris : Champion, 1980 / rééd. Paris : Albin Michel, Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, 1994, p. 678-679.

6 Yves Le Bozec, « L’hypotypose : Un essai de définition formelle », L’information grammaticale, 92, 2002, p. 3-7, voir p. 3.

7 Barbara Cassin, L'Effet sophistique, Paris : Nrf, Essais, Gallimard, 1995, p. 501 et 680.

8 L’hypotypose fait jaillir « un enthousiasme et un mouvement extraordinaire de l'âme » (Pseudo-Longin [écrivain grec anonyme du IIe ou IIIe siècle], Traité du sublime, trad. de Nicolas Boileau [Paris, 1674], éd. de Francis Goyet, Paris : Le Livre de Poche, LGF, 1995, p. 97). « L'esprit de l'auditeur est aisément entraîné par cette Image qu'on lui présente au milieu d'un raisonnement; et qui lui frappant l'imagination, l'empêche d'examiner de si près la force des preuves, à cause de ce grand éclat dont elle couvre et environne le discours ». Cité par Y. le Bozec, « L’hypotypose : Un essai de définition formelle », p. 3-7.

9 Barbara Selmeci, « Les romans scudériens : ut pictura narratio ? », Acta fabula, 5 (1), Printemps 2004, URL : http://www.fabula.org/revue/document226.php compte-rendu du livre de Anne-Elisabeth SpicaSavoir peindre en littérature. La description dans le roman au XVIIe siècle : Georges et Madeleine de Scudéry, Paris : Honoré Champion (Lumière classique), 2002.

10 Carlo Ginzburg, Le fil et les traces. Vrai faux fictif, I. Description et citation, Martin Rueff (trad.), Lagrasse : Verdier Histoire, 2006. Voir l’analyse proposée par : Bérenger Boulay, « Effets de présence et effets de vérité dans l'historiographie », Littérature, 159, Écrire l’histoire, Paris : Armand Colin, 2010, p. 26-38 : http://www.jstor.org/stable/41705312 consulté le 26/07/2020.

11 Erich AuerbachMimesis. Dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur, Berne : Francke, 1946, rééd. 1959 et sq. Pour les traductions en anglais etc., voir la bibliographie générale à la fin de cette introduction. Analyse récente dans Edoardo Costadura, « ‘Réalité représentée’ : la mimesis dans Mimésis d’Erich Auerbach », Revue germanique internationale, 22, 2015, Mimesis, p. 35-47.
https://journals.openedition.org/rgi/1552

12 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris : Gallimard, 1966.

13 Roland Barthes, « L’effet de réel », Communications, 11, 1968, p. 84-89.

14 Pour ne pas multiplier ici les références, nous renvoyons à la bibliographie générale.

15 Ghislaine FournÈs, « L’ekphrasis au service de l’idéologie royale dans les Castigos del rey don Sancho IV (fin XIIIsiècle) ».

16 Sophie Coussemacker, « Pourquoi décrire des tentes : le Roman d’Alexandre et le Libro de Alexandre ».

17 Gerardo Altamirano, « ¡Detente ahí, que aquí comienza el Imperio de la Muerte! » : La inscripción en la puerta de acceso a un recinto sobrenatural. Aproximación al estudio de un motivo literario y ecfrástico ».

18 Olivier Biaggini, « Évoquer / invoquer la ville : la construction littéraire de l’espace urbain dans le Libro de buen amor et la Célestine ».

19 Victoria Beguelin Abellado, « La descripción de Samarcanda en la Embajada a Tamorlán : de la imagen visual a la imagen de poder ».

20 Florence Serrano, « Écfrasis e iconografía heráldica en el Espejo de verdadera nobleza y el Tratado de las armas de Diego de Valera ».

21 Adolfo Rodriguez Posada, « ‘Mostrar más lo vivo no pudiera’ : écfrasis y retórica visual en la literatura del Siglo de Oro ».

22 Pénélope Cartelet (U. de Lille, CECILLE), « Les descriptions d’armes dans le Don Belianís de Grecia de Jerónimo Fernández (1547) : ekphrasis, héraldique et fonction pragmatique ».

23 Elvezio Canonica, « En medio de… : écfrasis y puesta en abismo en el libro IV de la Diana de   Montemayor »

24 Marina Mestre ZaragozÁ, « Vraisemblance et description dans le Quichotte ».

25 Alejandro Jaquero Esparcia, « La poesía religiosa al servicio de la pintura: lecturas contrarreformistas en torno a san Cristóbal ». Sa très belle thèse s’intitulait : id., « La teoría de la pintura versificada en España durante la Edad Moderna (siglos XVI-XVIII) », Fernando González Moreno (dir.), U. de Castilla la Mancha, 2018.

26 Roland BÉhar, « Ekphrasis et imitation: renouvellements de la description dans la poésie de Garcilaso de la Vega (1501-1536) ».

27 Autres travaux sur la mimésis dans Valérie Stiénon, « Mimèsis », in : Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/66-mimesis (sans date, notices publiées entre 2014 et 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker et Julia Roumier, « En guise d’introduction : Ekphrasis et hypotypose : les écritures de l’enargeia dans la péninsule Ibérique médiévale et moderne », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.35993

Haut de page

Auteurs

Sophie Coussemacker

Université de Bordeaux Montaigne (AMERIBER / EREMM)

Articles du même auteur

Julia Roumier

Université de Bordeaux Montaigne (AMERIBER / EREMM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search