Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Ekphrasis et hypotypose. Les fonc...Pourquoi décrire des tentes ? Le ...

Ekphrasis et hypotypose. Les fonctions d’une technique discursive de l’évidence : plaire et convaincre, dans la péninsule Ibérique médiévale et moderne

Pourquoi décrire des tentes ? Le Roman d’Alexandre et le Libro de Alexandre

Sophie Coussemacker

Résumés

La tente du roi Alexandre est longuement décrite dans le Roman d’Alexandre de Bernay (fin XIIe siècle) et le Libro de Alexandre castillan (début XIIIe siècle). En dépit d’une évidente parenté, les deux auteurs ont adopté des choix narratifs assez distincts, notamment dans la première partie de l’ekphrasis, concernant l’extérieur des tentes. Celui-ci n’a pas fait l’objet d’analyses précises, à la différence des tentures intérieures, souvent étudiées. La communication se propose de comprendre comment ces choix narratifs renvoient à la fois à une « réalité » observable, le monde de la tente médiévale, magnifiée par l’hyperbole romanesque. Mais l’intérêt majeur de la comparaison tient surtout aux absences, dans la version castillane : pourquoi l’auteur du Libro a-t-il laissé de côté tout ce qui relevait de la magie, de la mirabilia, dans son ekphrasis de la tente d’Alexandre ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Édition citée par la suite : ALEXANDRE DE PARIS, Le Roman d’Alexandre, trad., présentation et notes (...)
  • 2 Édition citée : Jesús CAÑAS (éd.), Libro de Alexandre, 4ème éd. Madrid : Ediciones Cátedra, 2003. P (...)
  • 3 Voir les références historiographiques dans les notes suivantes.
  • 4 Voir Martin GosmanLa légende d’Alexandre le Grand dans la littérature française du XIIe siècle : (...)
  • 5 L’Alexandréis sive Gesta Alexandri Magni de Philippe Gautier de Châtillon ou de Lille (1135-1201) e (...)
  • 6 Amaia Arizaleta et Concepción MARTÍNEZ Pasamar, « Un manuscrito del Alexandreis en el Archivo Cated (...)
  • 7 L’Historia de preliis Alexandri Magni est un texte composé au XIe siècle, en développant le récit a (...)
  • 8 Le texte est conservé dans deux témoins manuscrits, l’un (ms O : B. N. Madrid ms V-5-n° 10) de la f (...)
  • 9 Les plus importantes portent sur la guerre de Troie, les trois parties du monde, la description de (...)

1La longue description de la tente d’Alexandre, dans la version française d’Alexandre de Bernay (ou de Paris)1, ou dans la version castillane qui s’en inspire en partie2, a déjà été souvent étudiée3. La variété de ces études s’explique d’abord par la richesse même de l’épopée d’Alexandre, qui a fait l’objet de nombreuses versions successives depuis le tout début du XIIe siècle4. Celle d’Alexandre de Bernay (dit de Paris), écrite en dialecte picard vers 1180-1188, remaniée par Eustache et Pierre de Saint-Cloud, constitue la version la plus célèbre et la plus longue (16 à 20.000 vers). Ce sont eux qui ont donné au roman sa forme définitive, notamment l’usage du vers de 12 pieds de préférence à l’octosyllabe ; ce sont aussi eux qui ont disposé les quatre branches du récit dans l’ordre où elles se trouvent dans la plupart des manuscrits. Le Libro de Alexandre castillan est plus récent d’une vingtaine, voire une trentaine d’années (selon les critiques, il pourrait dater des années 1202-1205, 1208-1216, voire des années 1228-1230 d’après les allusions insérées dans le récit). Sur le plan formel, il est un peu plus court (10.700 vers répartis en 2.675 strophes de quatre vers, relevant de la cuaderna via ou de l’école poétique dite du mester de clerecía). Il se fonde en partie sur l’Alexandreis latin de Gautier de Châtillon5, dont la cathédrale de Pampelune possédait un manuscrit6. L’auteur castillan y a incorporé des épisodes venus de l’Historia de preliis7 et surtout du Roman d’Alexandre. Mais comme l’a montré Raymond S. Willis la descriptio de la tente d’Alexandre est totalement absente de l’Alexandreis et des autres romans latins antérieurs, et elle ne peut venir, dans la version ibérique, que du Roman d’Alexandre de Bernay. Le Libro de Alexandre est une œuvre pensée comme un miroir de princes destiné à Ferdinand III, et en tous cas, produit dans le milieu curial et pour des lecteurs curiaux à la fois lettrés et guerriers8. Il se présente comme une encyclopédie didactique insérant nombre de digressions9. Celles-ci ne nuisent en rien à l’unité thématique du récit grâce à l’entrelacement des motifs et des épisodes, notamment pour la tente d’apparat du conquérant.

  • 10 Ian Michael, « The description of Alexander’s tent », in : The Treatment of Classical material in t (...)
  • 11 Juan Manuel Cacho Blecua, « La tienda en el Libro de Alexandre », in : Fernando CARMONA FERNÁNDEZ e (...)
  • 12 Aimé Petit, « Le pavillon d’Alexandre dans le Roman d’Alexandre (ms. B, Venise, Museo Civico, VI, 6 (...)
  • 13 Anna AirÒ, « La tenda sacra nel Roman d'Alexandre », in : La regalità, Carlo DonÀ et Francesco Zamb (...)
  • 14 Gerardo Altamirano Meza, « Estrategias retóricas en las ‘descriptiones’ de tiendas militares en alg (...)
  • 15 Marta Materni, « Ancora sulle ekphrasis », in : Del peccato alessandrino, Paris : CLEA (EA 4083) (L (...)
  • 16 Pour les études consacrées à la tente dans le Libro de Buen Amor : Eduardo Forastieri Braschi, « La (...)
  • 17 Edmond Faral, Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois du Moyen Âge, Paris  (...)
  • 18 Emmanuèle Baumgartner, « Peinture et écriture : la description de la tente dans les romans antiques (...)
  • 19 Aimé Petit, « Les premières descriptions de tentes : la tente d’Adrastus dans le Roman de Thèbes », (...)
  • 20 Marie-Madeleine Castellani, « La description de la tente du roi Bilas dans le roman Athis et Prophi (...)

2Ce fameux épisode n’a évidemment pas échappé aux chercheurs ! Après les travaux de Ian Michael (1970)10, le dossier a été repris par Juan Manuel Cacho Blecua (1985)11, Aimé Petit (1988)12, Ana Airo (2002)13, et plus récemment par Gerardo Altamirano Meza (2013)14, et Marta Materni (2013)15. L’intérêt de tous ces chercheurs s’est cependant surtout porté sur les panneaux des tentures intérieures, à très haute teneur symbolique, puisqu’il s’agit de signifier visuellement l’extension du pouvoir du conquérant. On a aussi souligné l’influence de cette ekphrasis sur la tente du dieu Amour dans le Libro de Buen Amor de Juan Ruiz (strophes 1265-1301), ekphrasis qui se résume cependant à la représentation des quatre saisons, réparties en quatre groupes de trois « seigneurs » attablés ou se livrant à diverses activités16. Enfin, les techniques narratives à l’œuvre dans les descriptions de tentes ont aussi été analysées dans d’autres romans latins ou français de la deuxième moitié du XIIe siècle. Après les études pionnières d’Edmond Faral (1913)17, les travaux les plus importants sont ceux d’Emmanuelle Baumgartner18, d’Aimé Petit, là encore19, et de Marie-Madeleine Castellani20.

  • 21 Le Roman de Thèbes construit deux descriptions de la tente d’Adraste, la première lors du siège de (...)
  • 22 Autres ex. dans les chansons de geste : la tente d’Agolant dans la Chanson d’Aspremont ; la tente d (...)

3Pour ma part, j’ai centré les analyses sur les deux versions du Roman d’Alexandre et du Libro de Alexandre, avec quelques comparaisons choisies dans les ekphraseis de tentes parmi les plus représentatives : (1) la double description de la tente du roi Adraste dans le Roman de Thèbes21 ; (2) la tente de la fée dans le lai de Lanval de Marie de France ; (3) la tente de la jeune fille molestée par Perceval dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes ; (4) et la plus connue, la longue ekphrasis de la tente du roi Bilas décrite à l’occasion du siège d’Athènes dans Athis et Prophilias (dans la 3ème partie de sa version longue), roman également dû à Alexandre de Paris. La tente de Bilas, créée et brodée par la reine des Amazones Candace, présente des analogies avec celle du Roman d’Alexandre (les quatre saisons, les planètes), mais l’auteur semble avoir voulu encore retravailler ce motif dans son second roman (encore que la chronologie ne soit pas sûre). Il ne s’agit que de quelques exemples parmi d’autres22.

  • 23 Cf. Gérard Genette, Figures II, Paris : Seuil, 1969, p. 58 : « La rhétorique traditionnelle range l (...)

4Pourquoi une énième communication sur ce thème ? Mon projet s’inscrit dans une perspective comparatiste à la fois historique et littéraire : il s’agit de comprendre les mécanismes descriptifs de l’apparence de la tente, en utilisant des éléments comparatifs pris dans le Libro de Buen Amor et dans d’autres célèbres ekphraseis de tentes. J’aimerais dépasser l’idée reçue qu’il s’agit soit de digressions destinées à captiver le lecteur23, soit d’objets ayant une fonction diégétique dans l’économie du récit (magnifier le détenteur de la tente), soit d’hyperboles symboliques. À mon sens, ces ekphraseis mettent en œuvre un riche imaginaire visuel et idéel inscrit lui-même dans le réel. Ces tentes ne surgissent pas du néant. Ce sont des descriptions d’œuvres d’art (ou d’artisanat). Autrement dit, elles renvoient de façon explicite à la description d’un objet réel, ou qui pourrait être réel. Aucun auteur ne crée à partir de rien. La description n’est pas uniquement présente dans ces œuvres pour exciter l’imagination, voire le fantasme des lecteurs, mais renvoie aussi à leur pratique de la tente médiévale d’apparat. L’ekphrasis ne fonctionne efficacement que si elle repose sur des fondements réalistes, amplifiés, magnifiés, certes, mais réels quand même. Un lecteur médiéval savait ce qu’était l’objet « tente » et si les auteurs prennent le temps de décrire longuement – tout en prétendant sans cesse abréger selon le stéréotype rhétorique de la brevitas ! –, c’est qu’ils ont un objectif.

  • 24 Pour la majorité des commentateurs, l’intérieur de la tente d’Alexandre représente la globalité du (...)

5Pour mieux cerner mon projet, et de façon sans doute iconoclaste, je laisserai presque totalement de côté les passages les plus connus de l’ekphrasis, c’est-à-dire les quatre tentures intérieures de la tente d’Alexandre (ou les panneaux des mois et des saisons de la tente du dieu Amour), pour m’intéresser avant tout à la structure extérieure de ces tentes, depuis le plus petit piquet, la plus petite sardine, jusqu’aux pommeaux des faîtes. La description des parties internes (les tentures historiées) m’intéresse moins que l’analyse de l’apparence des parties externes, qui relèvent vraiment de l’ekphrasis, et qui en outre ont été moins souvent et moins finement analysées que les tentures intérieures24.

  • 25 Sur le rôle des ekphraseis dans l’économie générale du récit, voir Alberto Zecchin, « Esemplarità d (...)

6Les choix rhétoriques des différents auteurs/adaptateurs (par amplificatio ou au contraire par abbreviatio) renvoient-ils à une volonté esthétique, ou bien à une forme de contextualisation historique et sociale de l’ekphrasis ? Finalement, quel rôle joue l’ekphrasis : s’agit-il seulement de plaire au lecteur, d’arrêter la narration un temps pour céder au plaisir des yeux et des sens, ou la description s’inscrit-elle dans l’économie générale de l’histoire ?25 Comment comprendre, aussi, la suppression de certains éléments descriptifs dans le Libro ?

7Nous commencerons par les aspects morphologiques et syntaxiques propres à l’ekphrasis des tentes dans le roman français et le roman castillan ; puis nous verrons les liens et analogies entre les deux œuvres (et leurs homologues) ; enfin nous consacrerons une dernière partie, plus brève, aux « absents » dans l’œuvre castillane pour comprendre les choix de l’adaptateur du Libro, et plus largement, les objectifs didactiques de l’ekphrasis.

Décrire une œuvre d’art

8La version castillane témoigne d’une réorganisation structurelle de l’ekphrasis, tout en conservant les quatre pans, de façon à faire d’Alexandre et de ses conquêtes l’acmé de la description ; cette réorganisation va de pair avec le déplacement dans le roman même de l’épisode, puisqu’il est situé à la toute fin (il reste seulement une centaine de strophes) alors qu’il apparaissait dans la 1ère branche du roman français.

Structure de l’ekphrasis dans le Roman et le Libro.

Roman d’Alexandre, branche I, § 90 sq.

Libro de Alexandre, § 2539 sq.

90-92. Description générale de la tente, agencement, pommeaux, piquets, couleur des quatre pans etc.

2539-49. Description générale, taille, richesse des draps, pierres des pommeux, cordes, forme générale extérieure et intérieure

93. L’entrée du pavillon faite d’une peau de serpent infranchissable à tout porteur de poison

2550-53. « Ciel » de la tente : le ciel et l’enfer, tour des géants, déluge, Noé

94. L’oiseau d’or du faîte

ø

95. 1er pan du devant : saisons, mois de l’année, planètes…

2554-66. 1pan près de l’entrée : les mois et les saisons

96. 2ème pan : la mappemonde

Déplacé sur le 3ème pan ->

97. 3ème pan : la tenture d’Hercule (naissance, serpents, fixation des bornes du monde…)

2ème pan, subdivisé en :

2567-70. L’histoire d’Hercule et les serpents, ses conquêtes, les bornes

98. 4ème pan : l’histoire de Troie

2571-75. L’histoire de Troie

2576-87 : 3ème pan : la mappemonde, les trois parties du monde, les cités, tout ce qu’Alexandre a déjà conquis…

ø

2588-94 : 4ème pan : la geste d’Alexandre même

9Si l’on ne tient pas compte des quatre pans narratifs historiés, c’est-à-dire des quatre tentures intérieures, la description de la tente par elle-même est plutôt concentrée dans les paragraphes introductifs. Mais comment décrit-on un objet d’art, surtout fictionnel ?

Del tref Roi Alixandre vos dirai la faiture / Quiero vos de la obra de la tienda dezir

10Par quel côté attaque-t-on la description d’une tente ? Le blason-portrait d’un individu suit une sorte de schéma obligé, dérivé des pratiques de la physiognomonie, commençant par la tête puis descendant peu à peu vers les pieds. Mais une œuvre d’art, qu’il s’agisse d’un tableau ou d’une tente, n’est pas un homme ! Quels choix esthétiques privilégier : la forme, la taille, les matériaux ? Comment donner de l’unité à des petits coups de pinceaux qui risquent de morceler l’impression visuelle générale ? Les auteurs procèdent-ils de façon cohérente, ou reviennent-ils plusieurs fois sur les mêmes thèmes, sans respecter par exemple un ordre descriptif allant du haut vers le bas ? Je procéderai par comparaison entre le texte français et le texte castillan pour mesurer ce qui est mis en avant, et dans quel ordre.

Récapitulatif de l’ordre descriptif de la tente, vue de l’extérieur.

Roman d’Alexandre

Libro de Alexandre

Taille générale
Poteau central
Poutre transversale du faîte
Pommeaux du faîte
Couverture extérieure
Piquets et cordages
Façon et couleur des pans extérieurs
Peau de serpent de l’entrée de la tente
Oiseau faîtier

Taille générale
Couverture extérieure (2 str.)
Pierres précieuses de la couverture
Trois pommeaux du faîte
Cordages
Poteaux principaux
Poteaux secondaires

Forme générale vue cette fois de l’intérieur

  • 26 Gerardo Altamirano Meza, « Estrategias retóricas en las ‘descriptiones’ de tiendas militares en alg (...)
  • 27 Libro de Alexandre 2548ad : « Querría a la obra / de la tienda entrar, /En estas menudençias / non (...)
  • 28 Juan Ruiz s’est souvenu de ce passage : dans la srophe 1266 ouvrant la description à proprement par (...)

11Dans les deux ekphraseis, les auteurs partent de l’extérieur pour aller vers l’intérieur, suivant le cheminement d’une personne entrant dans la tente, comme l’a déjà souligné Gerardo Altamirano Meza26. Concernant l’extérieur, les deux auteurs ont adopté un ordre narratif différent, qui semble un peu mieux organisé chez Alexandre de Bernay, alors que le Libro de Alexandre fait passer au premier plan de la descriptio ce qui concerne la couverture extérieure (el paño de la tienda). Puis vient une strophe transitionnelle : ainsi Alexandre de Bernay marque clairement ce passage de l’extérieur vers l’intérieur au début du § 95 : « Tels est li tres defors com je vos ai conté / or vos reconterai par dedens la biauté » (v. 2008-09). Il en va de même dans le Libro de Alexandre, où l’auteur construit même un paragraphe entier de transition (2548ad)27, s’excusant du temps qu’il a déjà consacré à décrire des prolégomènes sans intérêt (menudençias) pour passer au plat de résistance, au cœur du propos28.

12Il me semble que l’extérieur relève en fait bien plus de l’ekphrasis que l’intérieur. En effet, à mon sens, les tentures historiées qui ont tant intéressé les commentateurs ne relèvent pas vraiment du procédé de la descriptio, et abandonnent en fait une véritable ekphrasis au profit d’un récit narratif résumant les grands textes des romans antiques (histoires d’Hercule, de Troie). Le premier marqueur est l’emploi des temps grammaticaux. Figure rhétorique antique, l’enargeia ou evidentia (visibilité) est censée rendre du mouvement aux images fixes. Pour ce faire, les rhétoriciens antiques conseillent non seulement de décrire mais de rendre vivant visuellement l’objet, par l’emploi de diverses méthodes discursives. Dans la description de l’extérieur des tentes, les auteurs (tant français que castillan) emploient soit le présent, soit l’imparfait ou le parfait (en les mêlant parfois dans une même phrase). Le présent met directement sous les yeux du lecteur-spectateur la matérialité de la tente, comme s’il la voyait, l’imparfait et le parfait renvoient à cette même réalité immédiate, mais en la transportant à ce temps passé dans lequel elle s’inscrit.

13Ainsi, chez Alexandre de Bernay, la tente « est grande », le faîte « a un très riche décor », les « pommeaux » du faîte ont des pouvoirs merveilleux, etc. Les quelques parfaits qui apparaissent renvoient à un temps fini, achevé, qui est celui de la réalisation de la tente « les quatre pans furent faits sans couture », « de fin or espagnol furent faits les piquets », « la porte du pavillon fut faite d’une autre manière ». La tente a été créée jadis, mais la tente est toujours là, dans sa présence matérielle quasi-éternelle, sous nos yeux. Pour l’intérieur, le même procédé rhétorique fonctionne encore pour les deux premiers pans, à savoir les douze mois de l’année et la mappemonde, qui sont encore décrits au présent. En revanche, les choses changent avec les pans historiés. Désormais, Alexandre de Bernay n’emploie pratiquement plus que le parfait narratif : il raconte des histoires, il ne décrit pas visuellement un objet.

14Le changement de procédé entre l’extérieur et l’intérieur est un peu moins flagrant dans le texte castillan, qui efface un peu la dichotomie entre objet visuel présent / récit littéraire. Pour la description de l’extérieur de la tente, l’auteur castillan emploie presque systématiquement l’imparfait (era, toute la série des verbes finissant la str. 2546 : tiravan, adobavan, semejavan, estavan) ou le parfait (Apelles el maestro la ovo debuxada 2540c, Garniólo el maestro… 2543a). Le descriptif de l’intérieur commence (str. 2548) par le même emploi des imparfaits (era), notamment pour les saisons, puis passe plutôt au parfait narratif pour relater les différents récits figurés sur les panneaux intérieurs. Mais les temps s’entremêlent.

15D’autre part, décrire un objet visuel, ce n’est pas la même chose que donner le résumé d’un récit narratif préexistant. Alexandre de Bernay sent bien d’ailleurs qu’il a changé de registre, car lorsqu’il dit, par exemple, que le siège de Troie a duré dix ans, il est obligé de préciser que « la lettre le devine » (v. 2063), ce que l’éditeur-traducteur (Laurence Harf-Lancner) explicite « comme l’expliquent les lettres » : il faut comprendre que des phylactères ou des panonceaux commentent pour l’observateur ce qui est figuré sur ces tapisseries historiées, selon une pratique bien attestée au XVe siècle (hélas, on ne conserve guère de tentures du XIIIe siècle !). L’auteur évoque aussi ces micrographies à propos des planètes et des signes astrologiques (« tous nommés » v. 2016, « par lettres écrites au-dessus tout est devisé » v. 2019), ou pour la mappemonde (« par lettres d’or écrites vous pouvez tout trouver » v. 2027). Mieux encore, le verbe employé par Alexandre de Bernay pour introduire chaque laisse est toujours « écrit » (« En la tierce partie était écrit comment… », v. 2036, « En la quarte partie […] est écrite l’histoire d’Elaine… », v. 2052-53). Certes, on peut traduire par « représente » ou « est peinte » comme le fait Laurence Harf-Lancner, mais nous sommes ici dans le registre de la lecture d’un récit – très résumé – et non de l’observation d’un objet visuel.

16Il en va de même dans les parties « historiées » de la tente dans le Libro de Alexandre, même si l’auteur castillan ne reprend pas le motif des micrographies, sauf exception (« escrivió el maestro en el quarto fastial » 2588a). L’auteur raconte, résume, utilisant la répétition de cómo (anaphore) pour introduire chacun des sous-récits (notamment à partir de la strophe 2589) et perd même de vue l’objet visuel qu’il est censé décrire, ne se raccrochant parfois à l’ekphrasis que par des incises évoquant l’impression produite sur Alexandre par la vision de ces récits imagés (« Quand’ el rey Alexandre estas gestas veyé / creçiél’ el coraçón… » 2575ab). Certes, les passages sur la mappemonde et les saisons répondent bien au « cahier des charges » de l’ekphrasis, et relèvent du visuel, mais il me semble que ce n’est pas vraiment le cas pour les tentures historiées, car finalement, on ne « voit » pas ce qui est représenté, et le texte est plus digressif que descriptif. Si l’ekphrasis des panneaux et des tentures internes et de leurs motifs a autant retenu l’attention des commentateurs, c’est qu’évidemment, elles font sens, elles expriment la domination d’Alexandre à la fois sur le temps (saisons), l’espace (la mappemonde, renvoyant aussi au voyage aérien du conquérant) et l’histoire. Mais l’œuvre d’art s’efface au profit du propos discursif. Or il n’en va pas du tout de même pour l’extérieur.

L’extérieur de la tente : analogies entre le Roman et le Libro

17Pourquoi décrire longuement l’extérieur d’une tente ? La description semble presque gratuite, même s’il s’agit, par des hyperboles mélioratives, de magnifier le prince à travers sa tente, substitut à la fois de son palais et de sa personne même. On analysera ici ce qui apparaît dans les deux versions (française et castillane), afin de procéder à une comparaison à la fois des motifs et du style ; nous réservons pour la dernière partie les passages que l’adaptateur castillan n’a pas jugé utile de reprendre, comme pressé d’aller à l’essentiel, c’est-à-dire l’intérieur.

Impression générale : terminologie, forme et taille

  • 29 André Eskénazi, « Tref, pavellon, tante dans les romans de Chrétien de Troyes (BN 794) », in : Homm (...)
  • 30 Sur les 38 termes retenus dans les extraits, 28 sont les mots tref ou tré (trez au pluriel), soit 7 (...)

18En castillan, le terme employé est toujours tienda (2539b, 2540a), pour désigner de façon indifférente tout type de tente. Le Roman d’Alexandre utilise quant à lui le terme de pavillon ou de tref. Trois termes peuvent en fait désigner une tente dans la littérature médiévale française : le tref est une tente de très grande taille, un véritable « appartement portable », destiné à loger plusieurs personnes, en forme de parallélogramme surmonté par un toit à deux pentes, terminé par un faîtage horizontal (type tente canadienne actuelle)29 ; le pavellon est une petite tente de forme conique, terminée en pointe (également appelée poivrière aux XIIIe–XIVe siècles) ; la tente est carrée, et elle peut abriter aussi bien une personne que d’autres activités. La terminologie est cependant variable, car si Alexandre de Bernay commence par parler d’un tref (v. 1948), plus loin il l’appelle aussi pavellon (v. 1974, 1977), peut-être selon les besoins de la rime30.

  • 31 Réf. 1ères (1) : la « grande » tente royale. Réf. 2aires (2) : tentes secondaires entourant le pavi (...)

Terminologie des tentes en français31.

Roman

Paveillon

Tref ou tre, trez

tente

Tentes royales et tentes secondaires

R. d’Alexandre

(1) v. 1974, 1977

(1) v. 1948

ø

R. de Thèbes (Adraste)

(1) v. 2922, 2952

(1) v. 2946, 3979, 4059, 4061
(2) 2959

ø

R. d’Eneas

ø

(1) v. 7314, 7315

(1) v. 7291, 7295
(2) v. 7309, 7325

Athis et Prophilias (Bilas)

(1) v. 5607

(1) v. 5573, 5575, 5609, 5632, 5634, 5920, 6000, 6004, 6028, 6041, 6051
(2) v. 5559

Tentes de fées ou de demoiselles

Lai de Lanval

v. 76

v. 80, 90, 93

ø

Conte du Graal

ø

v. 1832, 1835, 1842, 1843, 1846

ø

Total des mentions

6

28

4

  • 32 Ils ne sont « que » 500 chevaliers et 1000 « bourgeois aux grandes jusarmes » dans le Roman de Thèb (...)

19Toutes les tentes royales sont de grande ampleur, et les adjectifs ou substantifs décrivant la tente reviennent de façon stéréotypée : « grande », « large », « haute à démesure » dans le Roman d’Alexandre ; « larga » dans le Libro. On évalue aussi la « superficie » de la tente au nombre de guerriers qui accompagnent et gardent le roi à l’intérieur : deux mille cavaliers dans le Libro de Alexandre32.

La superficie des tentes.

RA § 91 v. 1949

LA 2540ab

Il [le tref] est et grans et les et haut a desmesure

Larga era la tienda, / redonda e bien tajada

A dos mill cavalleros / dariá larga posada

LA 2549ab (vue de l’intérieur)

Bien pareçié la tienda / quando era alçada

Suso era redonda / a derredor quadrada.

  • 33 Frédérique Lachaud, « Les tentes et l’activité militaire, les guerres d’Édouard Ier Plantagenêt (12 (...)
  • 34 Marc Russon, « La tente de guerre et de parade à la fin du Moyen Âge (XIIe–XVe siècle), in : Marc R (...)

20Nous sommes dans l’hyperbole romanesque, le miroir grossissant typique de ces livres de chevalerie. Mais des tentes rectangulaires de grande taille ont réellement existé, faisant office de grande salle royale itinérante à la fin du XIIIe siècle. Frédérique Lachaud en donne un exemple en Angleterre : des tentes de 140 pieds de long, soit env. 42 mètres33 ; Marc Russon évoque aussi des tentes permettant d’abriter écuries, réfectoires, entrepôts divers. D’immenses pavillons coniques sont même figurés dans une enluminure représentant le camp fortifié de Jules César face aux Germains (manuscrit peint par un suiveur de Jean Fouquet, v. 1460) : les ciels de toile sont assez hauts pour que les lances y soient tenues verticalement, et chaque tente semble contenir une foule de guerriers34.

  • 35 Les tentes des romans français antérieurs semblent plutôt rondes : ainsi, dans le Roman d’Athis et (...)

21La question la plus complexe est celle de la forme même de la tente35. Pour la tente royale du Libro, l’auteur parle d’abord d’une tente ronde ; puis quand il en vient à la description de l’intérieur, comme il doit y placer les quatre pans des tentures, il revient à une forme quadrangulaire (à quatre pans), sous un ciel rond. Pourquoi le texte castillan ne parle-t-il que de tentes rondes, au départ ? Il s’agit peut-être d’une adaptation contextuelle à ce que connaît un observateur castillan : ainsi, dans les Cantigas de Santa María, les tentes représentées sont toujours des pavillons ronds, qu’il s’agisse de tentes maures ou chrétiennes.

Mâts, poutre faîtière, piquets, cordages

  • 36 Les enluminures du Roman d’Alexandre, Oxford Bodley 264, montrent en général un unique poteau centr (...)

22C’est l’ensemble d’éléments descriptifs qui a le moins retenu l’attention des critiques, alors que l’on trouve dans les romans français comme le texte castillan des éléments extrêmement riches et parfois originaux. La tente est supportée par une estache ou estace (mât ou poteau central)36 et la poutre transversale du faîte (pour une tente à double mât).

L’estache (mât, poteau central) et la poutre transversale du faîte.

RA § 91 v. 1950-51

LA 2546ad et 2547ad

L’estache en fu d’ivoire a riche entailleüre,
Et quant ele estoit droite n’i paroit pas jointure

Las estacas cabdales / que las cuerdas tiravan
Toda la otra obra / essas la adobavan ;
Las unas a las otras / en ren non semejavan,
Como omnes espessos / tan espessas estavan.

Las de otras orden / que tiran las ventanas,
De todas las mejores / semejavan hermanas ;
De oro eran todas / de obra muy loçanas,
Tenién todas en alto / sendas ricas mançanas.

RA § 91, v. 1952-53

Li feste iert a or a molt riche faiture ;
A pierres prescïeuses estoit l’adoubeüre

23Dans le Roman, la représentation mentale n’est pas claire, car Alexandre de Bernay ne parle que d’une seule estace alors que sa tente rectangulaire nécessite forcément deux poteaux, d’autant que juste après il évoque la faiture qui désigne la poutre transversale soutenant le toit à deux pentes. Dans la version castillane, l’auteur évoque plusieurs types de poteaux : les poteaux principaux (estacas cabdales : deux ? trois ?) et les poteaux secondaires (las de otras orden). Il est assez étonnant qu’une tente de forme ronde soit soutenue par plusieurs poteaux (ou alors doit-on voir la tente comme un ovale ?). L’auteur du Libro évoque des mâts plus larges que des hommes, une taille nécessaire pour supporter le poids des tentures qui constituent la carapace extérieure de la tente. Les « autres poteaux » sont en fait destinés à maintenir en position ouverte les parties ajourées de la tente, servant de fenêtres, dont les draps peuvent être rabattus ; tous ces poteaux (todas) sont ornés eux-mêmes de « pommes » (manzanas) c’est-à-dire de pommeaux (cf. infra).

  • 37 Libro de Buen Amor 1267ad : « El mastel en que se arma es blanco de color ; / Un marfil ochavado, n (...)
  • 38 La 2ème description de la tente d’Adraste, commence par « Colombe ot une en mé le boge / D’ivuére f (...)

24Dans une ekphrasis romanesque, la matière du mât se doit d’être précieuse : les auteurs ont choisi l’ivoire (RA, LBA)37 et l’or (LA), y compris pour les poteaux secondaires38. La blancheur de l’ivoire ne semble pourtant pas être ce qui motive les créateurs de ces mâts, car au moins dans un cas (Roman de Thèbes) cette colonne en ivoire est teinte en rouge (c’est-à-dire en pourpre impériale). L’ivoire est avant tout recherché pour sa rareté, son coût, et la luminosité de la matière, même peinte. Mais l’hyperbole n’empêche pas le réalisme descriptif. Ainsi dans le Roman, Alexandre de Bernay mentionne un poteau en plusieurs parties même si, une fois levé « n’y paraissait pas jointure » (peut-être une âme de bois sur laquelle sont assemblées des plaques d’ivoire ?) ; comment comprendre, d’autre part, le marfil ochavado du Libro de Buen Amor ? On peut penser que le mât en ivoire présente une forme octogonale, où diverses plaques d’ivoire sont assemblées pour présenter cette forme à huit pans.

  • 39 Dans Athis et Prophilias, les deux colonnes sont « Bien ovrees et soutilmant / A esmeraudes, a sard (...)

25Reste la question des pierres précieuses dont serait sertie l’adoubeüre dans le Roman, pierres précieuses que l’on retrouve dans le Libro de Buen Amor, mais aussi dans les romans français du XIIe siècle39. L’éditeur du Roman propose d’y voir la « décoration » de la tente, mais il s’agit dans les deux cas de l’extérieur de celle-ci, c’est-à-dire du toit conique ou à deux pans de la tente. Il me semble cependant, par comparaison avec ces autres romans, qu’il s’agit bien de pierres précieuses serties sur les colonnes et la poutre transversale : c’est un stéréotype de la descriptio romanesque de la tente d’apparat ou tente royale, dans tous les romans, qui citent maintes pierres précieuses avec un effet cumulatif. On atteint ici les limites de l’analyse morphologique de la tente entre extérieur/intérieur, car c’est sans doute plutôt dedans que l’on peut « voir » ces riches pierres précieuses, à moins qu’il ne faille comprendre que les pierres sont enchâssées dans le haut des poteaux porteurs, de façon à être visibles de l’extérieur. La présence de ces pierres précieuses, à ce moment de la descriptio, fait cependant double emploi avec l’ekphrasis des pommeaux qui suit.

  • 40 Roman d’Eneas : « Tot environ fu portenduz / O pels, o cordes et o fuz » (v. 7305-06) et « Et lor c (...)

26D’autre part, on ne « monte » pas une tente, au Moyen Âge, on la « tend »40. Le terme même rappelle l’importance des piquets et cordes qui ont une double fonction : tenir la tente droite, mais aussi permettre de remonter les pans des portières et des fenêtres. Chaque tente est donc enserrée dans un double réseau de cordages dont l’iconographie rend souvent bien compte.

Piquets et cordages.

RA § 92, v. 1961-63

LA 2545ad

De fin or espanois furent fait li paisson,
Et les cordes de soie, qui tendent environ,
Et ot aveuc mellé plume d’alerion ;
Arme nes puet trenchier, tant i ait acier bon

Non querría el tiempo / en las cuerdas pe(r)der,
Ca avriá grant estonda / en ellas a poner ;
Eran de fina seda, / podián mucho valer
Las laçadas de oro / do avién a prender.

  • 41 Roman de Thèbes (v. 4061-64) : « Li paisson qui tiénent le tré / Sont de color vermeil et bléf ; / (...)
  • 42 Athis et Prophilias, v. 6015-6050 : « Mes des cordes que vos diroie ? / De lin ne furent ne de soie (...)
  • 43 Je ne développe pas le motif, que je réserve pour une autre étude sur le « bestiaire » des tentes.

27En vieux français le terme de paisson (pesson, pessoun, paisçon, paisçun etc.) désigne tout type de pieu, échalas, piquet ou même pilotis (Dictionnaire Godefroy). Il s’agit des piquets plantés en terre destinés à tendre les cordes et raidir la structure de la tente. On les voit très nettement représentés dans les Cantigas, comme dans les manuscrits du XVe siècle. Les laçadas castillanes se réfèrent aux mêmes piquets (l’objet auquel on « lace » les cordages). Deux matériaux apparaissent systématiquement : l’or pour les piquets, la soie pour les cordes. D’autres romanciers français du XIIe siècle ont été encore plus loin dans la merveille associée à ces cordages et ces piquets, que ce soit dans la tente d’Adraste du Roman de Thèbes41, et surtout dans la description de la tente de Bilas dans Athis et Prophilias, où les cordages et les paissons bénéficient à eux seuls d’une descriptio de 35 vers42. Les objets y présentent un caractère magique, puisque ces cordes imputrescibles sont faites de cheveux de sirènes, tondues au fond de la mer par la sorcière qui réalisa la tente ! Et les paissons eux-mêmes sont faits de bois de balsamier coulé dans l’or. Or le balsamier ou arbre à myrrhe, arbuste épineux consacré à Aphrodite dans la Grèce antique, est aussi lié aux présents des Rois Mages (baume, or, myrrhe, encens). En revanche, le Roman d’Eneas ou le Lai de Lanval sont moins précis sur les cordages et piquets, mais ils ne manquent toutefois pas d’en signaler la qualité et le prix. Si Alexandre de Bernay n’a pas repris dans le Roman ce long passage sur la magie attachée aux cordes et paissons de « sa » tente de Bilas, il a choisi d’autres options narratives pour rendre ces piquets et ces cordages tout aussi fascinants pour son lecteur, en mêlant aux cordes de soie des « plumes d’alérion » (aiglon, petit aigle)43, si solides qu’aucune arme ne sauraient les trancher. Rien de tout cela n’apparaît, étonnamment, dans la version castillane…

Les tentures de la couverture extérieure

28Avec elles, nous amorçons les passages qui ont été le plus remaniés, voire défigurés, par l’adaptateur castillan, même si l’impression générale de richesse demeure dans tous les cas, comme dans les romans français antérieurs.

Les tentures de couverture.

RA § 91, v. 1958-60

LA 2541ad, 2542ad et 2543ad

Or vos dirai aprés quels est la coverture ;
Il n’ot oncques mellor tant com li siecles dure,
Car tuit li quatre pan furent fait sans costure.

El paño de la tienda / era rico sobejo,
Era de seda fina / de un xamit vermejo ;
Com’ era bien texido / egualment’ e parejo ;
Quando el sol rayava, luziá como espejo.

El çendal fue de boiri, / sotilmente obrado,
De pedaços menudos / en torno compassado ;
Como era bien preso / e bien endereçado,
Nol devisarié omne / do era ajuntado.

Guarniólo el maestro / de alto a fondón,
De piedras de grant preçio, / todas bien a razón ;
Non falleçiá ninguna / de las que ricas son,
Toda la plus sotil / era de grant missión.

RA § 92, v. 1964-69 et 1972-76

Li quatre pan sont fait chascuns d’une façon ;
L’uns est plus blans que nois et plus clers que
[glaçon
Li autre de travers est plus noirs que charbon,
Et li tiers fu vermaus, tains de sanc de dragon
Et li quars fu plus vers que fuelle de plançon.
[…]
Del poil fu d’une beste qui salemandre ot non,
Tous tans se gist en fu, n’a autre garison,
Ne ja ne porra fus ardoir le pavellon ;
Et quant il est ploiés et mis en quaregnon,
Sel met on en la groisse d’un dencel de grifon.

  • 44 Samit (du latin examitus, devenu, par aphérèse samitus emprunté au grec ancien hexamitos, à six fil (...)
  • 45 Le Roman de Thèbes évoque des tentures précieuses avec une dominante de rouge et de bleu : « Ne fu (...)
  • 46 Le terme de « liste » ou « litte » désigne tout type de bordure, bande ou frange (ce qui a donné li (...)
  • 47 Roman de Thèbes, v. 2923-2945 pour l’ensemble de la 1ère description des tentures : « Toz fu de pai (...)
  • 48 Roman de Thèbes (v. 4047-4052) : « En la cortine d’environ / Son peint lepart, ors et leon. / La li (...)

29Le Libro choisit des matériaux nobles et exotiques (samit, cendal, c’est-à-dire des soieries et des étoffes précieuses44), tout comme l’avaient fait auparavant les romanciers français du XIIe siècle45. Même si elles ne sont pas peintes, brodées ou historiées de motifs narratifs, les tentures sont donc riches et précieuses par leur matériau même. L’iconographie médiévale est conforme à cette simplicité du décor externe des tentes, souvent géométrique : certes, on y voit des rayures colorées alternées, surtout dans les bandes sommitales (la litte ou courtine)46, parfois des carreaux disposés en diagonale, mais rarement des motifs plus élaborés, comme des arabesques. Cette simplicité esthétique contraste avec les intérieurs que laissent deviner les pans relevés des portières, même si aucune image ne rend compte de la richesse des tentures intérieures décrites dans le Roman et le Libro. Par ailleurs, dans le Roman de Thèbes, l’auteur consacre plus de vingt vers à décrire les bêtes, les hommes, les jeux et les danses des personnages peints ou brodés à l’extérieur de la tente47. Cette descriptio se présente comme une enumeratio (dénombrement) de motifs courtois et cynégétiques. Un peu plus loin, l’auteur semble revenir au décor extérieur des tentures, en évoquant des léopards, ours et lions peints sur des bandes carroyées48

  • 49 Ainsi, dans la tente de la demoiselle du Conte du Graal, Chrétien indique que « l’une partie fu ver (...)
  • 50 Plançon ou planchon : jeune plante, bouture, semis, mais aussi branche voire tronc d’arbre, puis pa (...)

30Les deux versions de l’épopée d’Alexandre donnent à voir surtout la gamme chromatique polychromique. Dans cette gamme dominent le rouge, le bleu, le blanc et le vert49. Alexandre de Bernay précise la valence de la quadrichromie des pans extérieurs (blanc, noir, rouge, vert) reliée à quatre éléments naturels (glaçon, charbon, sang de dragon, feuille de jeune plant50). Cette quadripartition renvoie à l’ensemble de l’idéel médiéval autour du nombre quatre, quatre âges de la vie, quatre saisons, quatre éléments, quatre humeurs. Le choix d’une tente carrée à quatre pans s’inscrit dans le même système référentiel. Les couleurs sont liées à cette partition idéelle, même si l’auteur inverse le cycle du vivant (en commençant par le blanc/glace/eau de la vieillesse pour finir par le vert/feuille/air de la jeunesse).

Âge

Saison

Elément

Couleur

Substance

Enfance

Printemps

Air

Vert

Feuille de jeune plant

Jeunesse

Eté

Feu

Rouge

Sang de dragon

Maturité

Automne

Terre

Noir

Charbon

Vieillesse

Hiver

Eau

Blanc

Glaçon

31Pour la symbolique de la gamme chromatique, la version castillane s’avère moins riche, avec une seule couleur descriptive (« seda fina de un xamit vermejo » LA v. 2541b) ; même si les pierres précieuses qui garnissent la tenture extérieure (LA 2543) ajoutent à la gamme chromatique, de même qu’à l’impression de luminosité et de brillance liée à la transparence du fin matériau (LA 2541d), il manque ce rappel des âges et des saisons. Est-ce lié au déplacement du passage dans le récit lui-même ? Dans le Roman, l’ekphrasis de la tente se situe au début des aventures d’Alexandre, qui a donc toute la vie devant lui ; en revanche, dans le Libro, elle intervient à la fin, presque à la mort du héros, qui est pourtant encore dans la jeunesse fougueuse, puisqu’il n’a pas trente ans, ce qui peut expliquer le choix du rouge comme couleur emblématique : rouge du tempérament sanguin et excessif, de la vaillance, de la démesure aussi (hubris), mais aussi rouge pourpre impérial.

  • 51 Marta Materni, « Ancora sulle ekphrasis », § 8-14. L’auteure évoque le principe esthétique de l’uni (...)
  • 52 Voir Philippe Walter, « Moires et mémoires du réel chez Chrétien de Troyes : la complainte des tiss (...)

32Les choix narratifs et descriptifs sont donc très distincts dans les deux versions, le seul point commun étant ce qui pourrait s’apparenter à une allusion à la « robe sans couture » du Christ : « tuit li quatre pan furent fait sans costure » (RA v. 1960) et « como era bien preso e bien endereçado / Nol devisarié omne do era ajuntado » (LA v. 2542cd). Il s’agit cependant avant tout d’un topos que l’on retrouve dans nombre d’ekphraseis, qu’il s’agisse dans le Libro de la tente ou du tombeau de Darius51. L’auteur montre ainsi l’extrême habileté de l’artiste, mais fait aussi allusion, par là-même, à sa propre habileté narrative, à cette « conjointure » qui fait disparaître l’hétérogénéité de ses sources ou de ses matériaux (« de pedaços menudos » LA v. 2542b) pour ne laisser qu’une impression d’unité. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que ce topos apparaisse lorsqu’il est question des draperies et tentures : le rapport entre l’écriture du texte et le tissage n’est pas seulement un topos sémantique fondé sur la relation entre textum et texere (tisser), mais toute image textile constitue, depuis l’Antiquité, une métaphore classique de la composition de l’œuvre littéraire52.

Pommeaux et boules faîtières

  • 53 Libro de Buen Amor 1268ad : « En la çima del mastel una piedra estava ; / Creo que era rrobí, al fu (...)

33Pour être particulièrement visible au milieu des autres tentes du campement, le pavillon royal est non seulement plus haut et plus grand que tous les autres, mais il est plus particulièrement décoré de boules faîtières, appelées « pommes », pumiaus (en français), mançanas ou pomas (en castillan), en raison évidemment de leur forme ronde. Elles sont au nombre de deux dans le RA, correspondant aux deux mâts, trois dans le LA (une tente ronde à plusieurs mâts et trois pommeaux ?!), une seule dans le LBA53.

Pommeaux et boules faîtières.

RA § 91, v. 1954-57

LA 2544ad

Deux pumiaus a a teus qui sont bon par nature
L’uns iert d’un escharboucle, qui luist par nuit
[oscure
Li autres d’un topasce, la pierre est clere et pure
Et tempre du soleil la chalor et l’ardure

Tenié en la cabeça / tres pomas de buen oro,
Qualesquiere de todas / valié un grant tesoro,
Nunca tan ricas vío / nin judío nin moro,
Si en el mundo fuessen, / saberlas devrié Poro
.

  • 54 Les trois pommes d’or rappellent celles du jardin des Hespérides qu’Hippomène sème derrière lui pou (...)
  • 55 Dans la chanson de geste de Raoul de Cambrai, cette escarboucle « de nuit, montre le chemin » et gr (...)

34Ces boules faîtières sont bien représentées dans l’iconographie des tentes, notamment dans le Roman d’Alexandre du Bodley 264, où toutes les tentes sont surmontées d’une, deux, trois ou même quatre boules. Celles-ci sont parfois de couleur dorée, censée rendre la richesse de l’objet matériel, mais seul le Libro de Alexandre parle de trois pommes d’or, peut-être en souvenir de la guerre de Troie évoquée sur l’une des tentures intérieures54. À défaut d’or, tous les romans insistent sur la présence, sur ce pommeau faîtier, d’une ou plusieurs pierres non-seulement précieuses, mais dotées de qualités magiques : escarboucle luisant la nuit et topaze tempérant l’ardent du soleil dans la journée (RA), rubis igné illuminant les environs comme un soleil en réduction dans le LBA. Les lapidaires médiévaux sont riches en descriptions valorisant ces pierres précieuses, mais ces propriétés magiques apparaissent aussi dans les gestes et les romans de chevalerie, l’escarboucle étant la pierre chargée du plus de valences. C’est une sorte de grenat d’un rouge foncé et d’un éclat vif, aussi appelé almandine, que l’on incrusterait sur les casques et hauberts des chevaliers55. Chacune des pierres précieuses (topaze, rubis) présente elle aussi des qualités protectrices dans les lapidaires.

  • 56 Cf. Roman de Thèbes v. 2946-2958 ; Roman d’Eneas v. 7321-22 ; Athis et Prophilias v. 5617-20. Il ap (...)

35Mais dans tous les romans français, la pomme d’or est, en outre, surmontée d’un aigle d’or. L’oiseau faîtier, placé au sommet des poteaux et colonnes soutenant les tentures, appartient aux topoï de ces romans, à l’horizon d’attente de leurs lecteurs56. Et pourtant, le Libro de Alexandre oublie toute mention de l’aigle d’or, de même d’ailleurs que Juan Ruiz de Hita qui se contente, lui aussi, de surmonter la tente du dieu Amour d’une escarboucle. D’autre part, aucune des enluminures représentant des tentes royales dans les Cantigas de Santa María ne place d’aigle sur le pommeau faîtier.

36Est-ce parce que l’aigle n’a pas la même valence symbolique et politique en Castille que dans l’Empire germanique ou le monde français ? Depuis Alphonse VI et Alphonse VII, le roi de Léon-Castille se prétend imperator totus Hispaniae, et plusieurs représentations les montrent portant le globe (l’orbe) terrestre, assis sur un siège curule à têtes de lion. Mais je n’ai jamais vu l’aigle leur être associé. Il faudrait mener une analyse plus fine des monnaies de ces souverains ou de l’héraldique impériale ibérique au début du XIIIe siècle (l’époque de la rédaction du Libro) pour voir si l’aigle appartient au registre symbolique des souverains castillano-léonais. Il me semble que la réponse serait négative. Mais ce n’est pas la seule étonnante omission pratiquée par l’adaptateur castillan.

Des choix discursifs signifiants ? Les « abandons » de l’auteur castillan

37Plumes d’alérions mêlées aux soieries des cordages, tenture en « poil » de salamandre moins grosse qu’une dent de griffon une fois repliée, portière en peau de serpent, aigle sommital posé sur une arête du poisson rémora : par ses matériaux-mêmes, la tente d’Alexandre se présente, dans le Roman, comme un compendium d’animaux chargés d’une forte valeur symbolique, qu’elle soit positive ou négative. Tout autant que la mappemonde ou le calendrier figurés à l’intérieur de la tente, l’extérieur-bestiaire exprime déjà la domination à venir d’Alexandre sur la faune exotique. Ce bestiaire symbolique – renvoyant peut-être aux animaux présents dans le décor peint de la tente d’Adraste (Roman de Thèbes) – disparaît totalement du Libro. Alexandre est arrivé en fin de vie, en fin de livre, après avoir dompté et dominé les bêtes les plus féroces du désert indien. On pourrait donc s’attendre à ce que l’adaptateur castillan, plus encore que l’auteur français qui situe l’exkphrasis en début du roman, ait synthétisé cette domination du monde animal et naturel dans les matériaux de la tente. Et pourtant, il n’en est rien. Tout disparaît chez lui : les plumes d’alérion qui rendent les cordages impossibles à trancher, la peau de salamandre qui protège la tente du feu, la portière en peau de serpent lumineuse, mais qui s’obscurcit et bloque l’accès à toute personne animée de mauvaises intentions, et l’aigle d’or au faîte des poteaux, jetant mille feux ou automate chanteur, portant en outre dans sa queue une arête de poisson rémora ou échénéide, censé arrêter les navires dans leur course… L’adaptateur castillan a totalement omis toute mention donnant à la tente un caractère magique.

  • 57 C’est ce que dit Laurence Harf-Lancner dans son édition, note 71, p. 196-197, mais elle parle d’un (...)
  • 58 Dans Athis et Prophilias, la tente du roi Bilas est l’œuvre de la reine Candace « par le consoil d’ (...)

38Au-delà des hypothèses héraldiques et politiques déjà avancées, la disparition des animaux et de leur valence magique, dans le Libro de Alexandre, tient avant tout à la réappropriation de « l’autorialité » de la tente par un nouveau créateur. En effet, pour Alexandre de Bernay, s’inscrivant dans la tradition des romanciers français du XIIe siècle, les tentes royales ne peuvent avoir été créées que par la magie d’une femme, reine ou fée. Ainsi, pour l’oiseau faîtier, le Roman précise « La roïne le fist c’on clamoit Ysabel » (RA § 94 v. 1992). Qui est cette reine ? Pour Laurence Harf-Lancner, ce vers renvoie à un passage antérieur : « La roïne le fist, ce dist en la leçon / qui par sa grant biauté deçut Roi Salemon » (§ 92, v. 1970-71). Il ne s’agirait pas d’une référence biblique, mais d’une allusion au Dialogue de Salomon et Marcoul57. Dans le manuscrit B du Roman d’Alexandre, une variante précise « La reina lo fist qu’ot nom Eleniçon / Que per sa grant beuté desut rei Salamon ». Attribuer la création d’une tente (et plus généralement, d’une œuvre d’art peinte ou brodée) à une femme est une tradition dans les romans médiévaux58. Amazone à l’appétit sexuel exacerbé (Candace aurait fait faire la tente pour séduire Bilas), sorcière, reine belle mais trompeuse, l’œuvre d’art est donc mise sous l’égide d’une femme pernicieuse, comme si la beauté extraordinaire de l’objet d’art était perçue dans sa dangerosité initiale.

  • 59 Sandro Botticelli (v. 1495) et Albrecht Dürer (et d’autres peintres et graveurs) en ont proposé de (...)
  • 60 Encyclopédie byzantine du Xe siècle, vaste dictionnaire de personnages, institutions, encyclopédie (...)
  • 61 Claude Èlien, Histoires variées (ou diverses), II, 3. http://remacle.org/bloodwolf/historiens/elien (...)
  • 62 C’est Pline l’Ancien qui le dit, Histoire naturelle, XXXV, 81-83.

39Il n’en va pas de même dans le Libro de Alexandre, où la création de l’objet d’art est mise sous l’égide d’Apelle de Cos : « Apelles el maestro / la ovo debuxada, / Non farié otro omne / obra tan esmerada » (LA 2540cd) … le grand maître antique pour qui l’on inventa quasiment l’ekphrasis ! En effet, parmi les œuvres les plus fameuses d’Apelle, la célèbre Calomnie (celle lancée contre lui par un peintre concurrent, ce qui lui aurait valu de faire de la prison), est connue par la célèbre descriptio qu’en a laissé Lucien de Samosate (v. 120-180)59. Apelle a vécu au IVe siècle avant notre ère, ce serait donc un contemporain d’Alexandre, et si aucune de ses peintures n’a survécu, il est mentionné par nombre de polygraphes antiques, Pline l’Ancien, Ovide, et jusque dans la Souda byzantine60. La légende veut que seul Apelle fût autorisé à faire le portrait d’Alexandre. Élien (175-235) raconte qu’Apelle venait d’achever à Éphèse un portait équestre d’Alexandre, mais celui-ci ne l’apprécia pas. Bucéphale se mit, quant à lui, à hennir joyeusement à la vue du tableau, et le peintre dit à Alexandre : « Ô roi, ton cheval semble se connaître en peinture beaucoup mieux que toi »61. Alexandre subit d’autres vexations de son peintre : ainsi, il supporta sans broncher qu’Apelle lui fasse entendre qu’il n’y connaissait rien en peinture, faisant ricaner jusqu’aux assistants préparant ses couleurs ; ou encore, en voyant un portrait de sa concubine préférée, Campaspe, il comprit que le peintre était amoureux d’elle et loin de se fâcher, il lui offrit la belle62 ! Cicéron dit que personne n’osa achever la Vénus anadyomène qu’Apelle avait peinte pour les habitants de Cos, mais qu’il ne put finir, emporté par la mort. Maintes autres anecdotes courent sur lui.

  • 63 On trouve plusieurs descriptiones détaillées dans l’Alexandreis : l’Asie (I, vers 396-426), le bouc (...)

40Apelle apparaît comme l’auteur d’œuvres d’art décrites dans l’Alexandreis latine de Gauthier de Châtillon (qui n’évoque cependant pas la tente d’Alexandre). Au moins Apelle y est-il le créateur de la magnifique tombe de Darius, commandée par Alexandre pour l’ennemi vaincu mais honoré63. Faire d’Apelle le créateur de la tente est donc logique. Mais cela impliquait d’abandonner toute évocation de la magie de la tente, pour en faire une œuvre d’art sérieuse ! Il me semble que l’on mesure bien ici, in fine, le poids des choix discursifs par l’auteur du Libro, mais aussi le milieu culturel dont il est issu : membre de la chancellerie royale de Ferdinand III, imprégné de culture classique, il flatte certes le goût de ses lecteurs pour l’imaginaire et l’exotisme (dans la traversée du désert et les monstres indiens), mais il veut faire avant tout une œuvre sérieuse, sous l’égide des ekphraseis de Lucien de Samosate.

Conclusions

  • 64 Avant de lire l’Alexandreis et l’analyse qu’en fit Raymond S. Willis, j’avais formulé l’hypothèse q (...)

41Si la structure générale du Libro de Alexandre s’inspire pour partie de l’Alexandreis de Gauthier de Châtillon, il est indéniable que l’auteur castillan connaissait aussi la version d’Alexandre de Bernay, de qui il reprend bien des digressions, et notamment celle de la tente64. Les coupures, les choix discursifs et rhétoriques dans cette ekphrasis lui sont donc personnels, et pour autant, signifiants. L’abandon principal concerne le bestiaire magique… oubli qui est peut-être, en fin de compte, avant tout lié à ce qui m’apparaît comme la modification première du récit : « l’autorialité » même ! En passant de la reine sorcière ou trompeuse, ou Amazone hypersexuée, au digne peintre Apelle, le « maître » par excellence, l’adaptateur castillan fait le choix du sérieux, du masculin, du savoir qu’il oppose à la magie féminine des romans français. Conserver les mentions des mirabilia aurait peut-être séduit le lectorat castillan, mais ne correspondait plus à la dignité éminente que l’auteur curial voulait donner à son récit, entre didactisme encyclopédique et récit historique et épique. Convaincre, enseigner, plutôt que séduire. Tel est peut-être le choix majeur que révèle l’ekphrasis de la tente d’Alexandre…

Haut de page

Notes

1 Édition citée par la suite : ALEXANDRE DE PARIS, Le Roman d’Alexandre, trad., présentation et notes de Laurence Harf-Lancner, texte édité par E.C. Armstrong et al., Paris : Livre de Poche, Lettres Gothiques, 1994, voir p. 194-205.

2 Édition citée : Jesús CAÑAS (éd.), Libro de Alexandre, 4ème éd. Madrid : Ediciones Cátedra, 2003. Pour la présentation générale, Francisco Marcos Marín, « Libro de Alexandre », in : Carlos Alvar et José Manuel LUCÍA MEGÍAS (éd.), Diccionario filológico de literatura medieval española, Madrid : Castalia (Nueva Biblioteca de Erudición y Crítica, 21), 2002, chap. 93, p. 754-762 ; et Juan Manuel Cacho Blecua et María Jesús Lacarra DucayHistoria de la literatura española, I. Entre oralidad y escritura: la Edad Media, José Carlos Mainer (dir.), [s. l.], Madrid : Crítica, 2012, p. 350-357.

3 Voir les références historiographiques dans les notes suivantes.

4 Voir Martin GosmanLa légende d’Alexandre le Grand dans la littérature française du XIIe siècle : une réécriture permanente (coll. « Faux titre : études de langue et littérature françaises », 133), Brill : Rodopi, 1997, 394 p. ; et Laurence Harf-Lancner, « De l’histoire au mythe épico-romanesque : Alexandre le Grand dans l’Occident médiéval », in : Michèle GUÉRET-LAFERTÉ et Daniel MortierD'un genre littéraire à l'autre, Mont-Saint-Aignan : Publications des universités de Rouen et du Havre, 2008.

5 L’Alexandréis sive Gesta Alexandri Magni de Philippe Gautier de Châtillon ou de Lille (1135-1201) est composée entre 1178 et 1182 ; c’est un court poème héroïque (5.464 hexamètres), divisé en dix livres, et tiré du récit historique de Quinte-Curce (Ier siècle). Pour les relations entre l’Alexandreis et le Libro de Alexandre : Raymond S. Willis Jr, The Relationship of the Spanish Libro de Alexandre to the Alexandreis of Gautier de Châtillon, Princeton : Princeton University Press / Paris : PUF, 1934 (rééd. New York : Kraus, 1965). Il existe une édition récente accompagnée d’une traduction en castillan : Alexandreida of Gautier de Chatillon, Francisco Pejenaute Rubio (éd.), Tres Cantos (Madrid) : Akal (Clásicos latinos medievales, 6), 1998.

6 Amaia Arizaleta et Concepción MARTÍNEZ Pasamar, « Un manuscrito del Alexandreis en el Archivo Catedralicio de Pamplona », Príncipe de Viana, LV, 202, 1994, p. 429-434.

7 L’Historia de preliis Alexandri Magni est un texte composé au XIe siècle, en développant le récit antérieur de Léon de Naples (milieu Xe siècle), Nativitas et victoria Alexandri Magni regis. On trouve aussi dans le Libro de Alexandre des traces de Quinte-Curce ; de l’Ilias latina du pseudo-Pindare de Thèbes pour la digression sur la guerre de Troie ; l’Epitomé de Julius Valerius ; les Antiquités judaïques de Flavius Josèphe ; les Distiques de Caton ; les Métamorphoses d’Ovide ; les Étymologies d’Isidore et le Physiologus pour les animaux. L’insertion des discours d’Aristote à son élève (str. 51-85) renvoie aussi à toute la tradition gnomique du Secret des Secrets.

8 Le texte est conservé dans deux témoins manuscrits, l’un (ms O : B. N. Madrid ms V-5-n° 10) de la fin du XIIIe ou début XIVe siècle, attribué à Juan Lorenzo de Astorga, qui comprend nombre de « léonismes » ; l’autre (ms P : BnF Espagnol 488) daté du XV  siècle, avec des traits dialectaux de la Rioja (« aragonismes »), a été attribué faussement par son copiste à Gonzalo de Berceo. Il reste aussi divers autres fragments, dont quelques strophes incluses dans le Victorial de Gutierre Días de Games. L’auteur est aujourd’hui considéré comme anonyme ; c’est un clerc cultivé, ayant fait des études dans un Studium generale, peut-être à Palencia, et qui fut sans doute lié au milieu de la chancellerie castillane. Il comprenait le latin et le français. Ses interventions fréquentes dans le récit témoignent de son idée très claire de sa propre « autorialité ».

9 Les plus importantes portent sur la guerre de Troie, les trois parties du monde, la description de Babylone, un lapidaire, mais aussi nombre d’ekphraseis, sur les armes de Darius (str. 989-1004) ou le palais de Porus (str. 2110-2142).

10 Ian Michael, « The description of Alexander’s tent », in : The Treatment of Classical material in the Libro de Alexandre, Manchester : Manchester University Press, 1979, p. 134-154.

11 Juan Manuel Cacho Blecua, « La tienda en el Libro de Alexandre », in : Fernando CARMONA FERNÁNDEZ et Francisco José Flores Arroyuelo (coord.), La lengua y la literatura en tiempos de Alfonso X : Actas del [1er] Congreso Internacional sobre la lengua y la literatura en tiempos de Alfonso X, Murcie, 5-10 marzo 1984, Murcie : Universidad de Murcia, Facultad de letras. Departamento de Literaturas Románicas, 1985, p. 109-134

12 Aimé Petit, « Le pavillon d’Alexandre dans le Roman d’Alexandre (ms. B, Venise, Museo Civico, VI, 665) », Bien dire et bien aprandre 6, 1988, p. 77-96.

13 Anna AirÒ, « La tenda sacra nel Roman d'Alexandre », in : La regalità, Carlo DonÀ et Francesco Zambon (dir.), Rome : Carocci, 2002, p. 165-187.

14 Gerardo Altamirano Meza, « Estrategias retóricas en las ‘descriptiones’ de tiendas militares en algunas obras de materia antigua : los casos del Roman de Thèbes, el Roman d’Alexandre y el Libro de Alexandre », Medievalia, 45, 2013, p. 1-9. https://revistas-filologicas.unam.mx/medievalia/index.php/mv/article/view/279/320

15 Marta Materni, « Ancora sulle ekphrasis », in : Del peccato alessandrino, Paris : CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 3), 2013, [En línea], Publicado el 09 abril 2013. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/606 L’auteur y compare l’ekphrasis de la tente d’Alexandre dans le Libro de Alexandre et dans d’autres romans « avec tente » : Roman d’Alexandre, Roman d’Alexandre B, Roman de Thèbes, Roman d’Énéas.

16 Pour les études consacrées à la tente dans le Libro de Buen Amor : Eduardo Forastieri Braschi, « La descripción de los meses en el Libro de buen amor », Revista de Filología Española, LV, 1972, p. 213-232 ; Nicolás Emilio Álvarez, « El recibimiento y la tienda de Don Amor en el Libro de Buen Amor a la luz del Libro de Alexandre », Bulletin of Hispanic Studies, 52 (LIII ?), 1976, p. 1-14 ; H. Salvador MartÍnez, « La tienda de Amor, espejo de la vida humana (LBA str. 1265-1301) », Nueva Revista de Filología Hispánica, XXVI, 1977, p. 56-95 ; pour la comparaison entre le Libro de Alexandre et le Libro de Buen Amor : Jorge GarcÍa LÓpez, « La influencia del Libro de Alexandre en el Libro de Buen Amor », in : Juan Ruiz, Arcipreste de Hita, y el “Libro de buen amor”: [actas del] Congreso Internacional del Centro para la Edición de los Clásicos Españoles, patrocinado por el Ayuntamiento de Alcalá La Real... del 9 al 11 de mayo de 2003, Francisco Toro Ceballos et Bienvenido Morros Mestres (coord.), 2004, p. 183-198. En ligne : http://www.vallenajerilla.com/berceo/jorgegarcia/alexandreylibrodelbuenamor.htm

17 Edmond Faral, Recherches sur les sources latines des contes et romans courtois du Moyen Âge, Paris : Librairie Champion, 1913, notamment p. 338-339, soulignait déjà le lien entre ces descriptions de tentes (dans Lanval, le Roman de Thèbes etc.), avec les Métamorphoses d’Ovide et l’Ilias Latina.

18 Emmanuèle Baumgartner, « Peinture et écriture : la description de la tente dans les romans antiques au XIIe siècle », in : Danielle Buschinger (éd.), Sammlung – Deutung – Wertung, Mélanges offerts à W. Spiewok, Amiens : Université de Picardie, Centre d’Études médiévales, 1988, p. 3-11.

19 Aimé Petit, « Les premières descriptions de tentes : la tente d’Adrastus dans le Roman de Thèbes », in : La description au Moyen Âge. Bien dire et bien aprandre, Revue de médiévistique, n° 11, Actes du colloque septembre 1992, textes réunis par Aimé Petit, Villeneuve d’Ascq : Centre d’Études Médiévales et Dialectales de Lille III, UFR de Lettres Modernes, Université Charles-De-Gaulle, 1993, p. 303-316.

20 Marie-Madeleine Castellani, « La description de la tente du roi Bilas dans le roman Athis et Prophilias », in : Jean-Claude Aubailly et al. (éd.), “Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble. Hommage à Jean Dufournet professeur à la Sorbonne : littérature, histoire et langue du Moyen Âge, Paris : Champion (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 25), 1993, t. I, p. 327-339.

21 Le Roman de Thèbes construit deux descriptions de la tente d’Adraste, la première lors du siège de Montflor (épisode inventé par l’auteur médiéval), place forte soumise à Étéocle, à laquelle se heurtent les Argiens et Polynice dans leur route vers Thèbes. Polynice fait monter le camp pour assiéger la place. Le second épisode se situe au moment où Jocaste et ses filles viennent en ambassade au camp des Argiens, sous les murs de Thèbes. Parthénopée conduit alors les dames à la tente d’Adraste. Cf. Aimé Petit, « Les premières descriptions de tentes… », p. 304. Pour lui, la 1ère descriptio serait celle de l’extérieur, la seconde celle de l’intérieur de la tente.

22 Autres ex. dans les chansons de geste : la tente d’Agolant dans la Chanson d’Aspremont ; la tente du roi Louis de France dans le Siège de Barbastre, avec une escarboucle placée dans le bec de l’aigle sommital ; la tente des pucelles dans Gui de Nanteuil, avec là encore une escarboucle ; la tente de Charlemagne dans Renaud de Montauban. À l’autre bout de la période médiévale, l’ekphrasis de la tente d’Alexandre dans la version de Jean Wauquelin (m. 1453), dans Les faicts et conquestes d’Alexandre le grand, écrit en 1448 (§ XXX). Mais comme l’a montré Sandrine HÉrichÉ-Pradeau, Alexandre le Bourguignon. Étude du roman Les faicts et les conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin, Genève : Droz (Publications romanes et françaises, 244), 2008, notamment p. 43-44, la descriptio est réduite à sa portion congrue, et les aspects merveilleux (la tenture en peau de salamandre, la portière en peau de serpent, l’aigle d’or du faîte) disparaissent complètement.

23 Cf. Gérard Genette, Figures II, Paris : Seuil, 1969, p. 58 : « La rhétorique traditionnelle range la description, au même titre que les autres figures de style, parmi les ornements du discours : la description étendue et détaillée apparaît ici comme une pause et une récréation dans le récit, de rôle purement esthétique, comme celui de la sculpture dans un édifice classique » (sic !). Je ne partage pas ce point de vue…

24 Pour la majorité des commentateurs, l’intérieur de la tente d’Alexandre représente la globalité du savoir qui est réservé aux seuls initiés, capables d’en comprendre et goûter les motifs, alors que la tente d’Adraste proposait déjà une vision globale du monde dans le décor peint extérieur. Désormais, entrer dans la tente, c’est entrer dans un temple, comme le soulignait déjà Aimé Petit. Ce savoir est protégé par un écrin de joaillerie mais aussi par des dispositifs comme la portière en peau de serpent (cf. plus loin) qui écarte tous ceux qui ne méritent pas d’approcher le roi de Macédoine et ses merveilles.

25 Sur le rôle des ekphraseis dans l’économie générale du récit, voir Alberto Zecchin, « Esemplarità dell’ekphrasis : appunti sulla descrizione di oggetti artistici nella narrativa antico-francese », Studi Testuali, IV, 2002, p. 249-270 : « Dans la fiction française ancienne, la description des artefacts artistiques ne tourne pas entièrement autour du goût de la préciosité, mais joue plutôt un rôle dans l'économie générale de l’histoire, faisant allusion à la progression des événements et/ou donnant une représentation symbolique au contenu “idéologique” sous-jacent au récit. » (traduit de l’italien).

26 Gerardo Altamirano Meza, « Estrategias retóricas en las ‘descriptiones’ de tiendas militares en algunas obras de materia antigua… », p. 5 : « […] una de las primeras estrategias retóricas que utilizan los autores medievales […] es realizar una bipartición de los espacios descritos por medio de marcadores deícticos, que dejan en claro la descripción de un espacio interior y uno exterior ». L’auteur s’attache cependant surtout à analyser le calendrier et la mappemonde, n’accordant que peu de place à l’extérieur de la tente.

27 Libro de Alexandre 2548ad : « Querría a la obra / de la tienda entrar, /En estas menudençias / non querría tardar, / Avemos un estonda / assaz que deportar, / Irsenos ha guisando / demientre la yantar ».

28 Juan Ruiz s’est souvenu de ce passage : dans la srophe 1266 ouvrant la description à proprement parler de la tente : « La obra de la tienda vos querría contar : / Aver se vos ha un poco a tardar la yantar ; / Es una grand estoria, pero non es de dexar ; / Muchos dexan la çena por fermoso cantar » ; de même, dans la strophe 1269, introduisant la description de l’intérieur de la tente, il amplifie le procédé de façon humoristique : « En suma vos lo cuento por non vos detener ; / Do todo se escriviese, en Toledo non ay papel ; / En la obra de dentro ay tanto de fazer / Que si lo dezir puedo, meresçía el bever » (Libro de Buena Amor 1269ad).

29 André Eskénazi, « Tref, pavellon, tante dans les romans de Chrétien de Troyes (BN 794) », in : Hommage à Jean Dufournet, Paris : Champion 1993, t. II, p. 549-562.

30 Sur les 38 termes retenus dans les extraits, 28 sont les mots tref ou tré (trez au pluriel), soit 73,7 %. Mais le terme de pavillon peut apparaître dans le même texte, à quelques vers d’écart, pour désigner le même type de tente : ainsi la tente d’Adraste est appelée paveillon mais aussi tref, le même terme servant aussi pour les petites tentes des comtes et des ducs réparties autour de la principale. Tref apparaît aussi pour désigner les petites tentes des fées ou des demoiselles (Lanval, Graal). En fait, le terme le moins employé est finalement le mot de tente, qui n’apparaît que dans le Roman d’Eneas, et le même terme de tentes désigne aussi les 1.500 tentes annexes dressées tout autour, organisées en rues.

31 Réf. 1ères (1) : la « grande » tente royale. Réf. 2aires (2) : tentes secondaires entourant le pavillon royal. On n’a retenu que les passages portant directement sur l’ekphrasis des tentes, car il va de soi que des tentes sont aussi évoquées dans d’autres passages, de façon plus allusive.

32 Ils ne sont « que » 500 chevaliers et 1000 « bourgeois aux grandes jusarmes » dans le Roman de Thèbes, préposés à la garde du roi Adraste (v. 4065-66). Jusarmes, guisarmes ou wisarmes sont des armes d’hast, composées d’un tranchant long recourbé et d’une pointe droite pour frapper d’estoc.

33 Frédérique Lachaud, « Les tentes et l’activité militaire, les guerres d’Édouard Ier Plantagenêt (1272-1307) », in : Françoise Piponnier (éd.), Tentures médiévales dans le monde occidental et arabo-islamique, Rome : Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 111, 1999, 1, p. 452.

34 Marc Russon, « La tente de guerre et de parade à la fin du Moyen Âge (XIIe–XVe siècle), in : Marc Russon et Hervé Martin, Vivre sous la tente au Moyen Âge (Ve–XVe siècle), Rennes : édition Ouest France, 2010, chap. 7, p. 188-189.

35 Les tentes des romans français antérieurs semblent plutôt rondes : ainsi, dans le Roman d’Athis et Prophilias, la tente du roi Bilas est décrite comme étant : « Tote ert rëons et a conpas » (v. 5611). Seul le Roman d’Eneas précise que la tente est « quarrez ainsi entiere, / come quarez sont en maisière » (v. 7299-7300).

36 Les enluminures du Roman d’Alexandre, Oxford Bodley 264, montrent en général un unique poteau central.

37 Libro de Buen Amor 1267ad : « El mastel en que se arma es blanco de color ; / Un marfil ochavado, núncal vistes mejor, / De piedras muy preçiosas çercado en derredor ; / Alunbra se la tienda de su grand rresplandor »

38 La 2ème description de la tente d’Adraste, commence par « Colombe ot une en mé le boge / D’ivuére fu et tainte roge, / Qui sostint l’aigle et l’escharboncle » (trad. : Il y eut une colonne au milieu de la [partie bombée de la] tente. Elle fut d’ivoire teinte en rouge. Elle soutient l’aigle et l’escarboucle). Dans Athis et Prophilias, les deux colonnes de la tente de Bilas sont en or et en argent : « Les colonbes qu’il sostenoient, / Trestot le tref contrevaloient ; / L’une fu d’or, l’autre d’argent » (v. 6003-05). Dans les deux cas, « colombe » ne renvoie pas à l’oiseau comme le croient encore nombre de traducteurs, mais évoque la colonne ou estache centrale. Selon l’éd. L. Constans, var. pour boge : S : la bouche ; S : la bouce. Constans, dans ses notes (t. II, p. 363) comprend le terme de « boge » comme « partie bombée (sommet) d’une tente ». Le terme est difficile à comprendre et n’apparaît pas directement dans les occurrences données dans le Dictionnaire Godefroy.

39 Dans Athis et Prophilias, les deux colonnes sont « Bien ovrees et soutilmant / A esmeraudes, a sardoines, / A topaces, a calcedoines. / L’uevre o les pierres plus valoit / C’uns autres rois n’esligeroit » (v. 6006-10). Les pierres sont considérées comme ayant une valeur médicale et prophylactique au Moyen Âge, et l’on écrit des lapidaires pour donner leurs propriétés. Certaines changent de couleur au contact du poison, d’autres permettent de soigner en léchant leur buée ! On taille des arbres ou des nefs en or chargées de pierres précieuses ou de gemmes semi-précieuses pour les poser sur les tables princières et empêcher ainsi, croit-on, les empoisonnements. Voir Isabelle Draelants, « La science encyclopédique des pierres au XIIIe siècle : l’apogée d’une veine minéralogique », in : Claude Thomasset, J. Ducos, J.-P. Chambon (éd), Aux origines de la géologie de l’Antiquité à l’âge classique. Actes du Colloque de la Sorbonne, 10-12 mars 2005, Paris : 2008, [40 p.] ; id., « Encyclopédies et lapidaires médiévaux », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008. URL : http://journals.openedition.org/crm/10682; bibliographie notes 41-43, 49-50.

40 Roman d’Eneas : « Tot environ fu portenduz / O pels, o cordes et o fuz » (v. 7305-06) et « Et lor cordes totes tendues » (v. 7326) ; voir aussi Athis et Prophilias, v. 5559, Conte du Graal v. 1832.

41 Roman de Thèbes (v. 4061-64) : « Li paisson qui tiénent le tré / Sont de color vermeil et bléf ; / Les cordes sont d’argent treciees / Et environ totes sachiees » ; Lai de Lanval (v. 88-90) : « D’icel (aigle) ne sai dire le pris, / Ne des cordes, ne des paisçuns / Qui del tref tienent les giruns ».

42 Athis et Prophilias, v. 6015-6050 : « Mes des cordes que vos diroie ? / De lin ne furent ne de soie / Ne ja nul jor ne porriront / Ne viez ne leides ne seront ; / Ne porroient estre anpiriees / Se par feu n’erent domagiees. / De chevous furent de Sereinne […] / Feites sont bien et antremises ; / Plus reluisent el tref rëal / Que ne fet ors desus metal. / Mout furent noble li pesson / Et bel et riche de façon : / Nus nes savroit contreprisier, / Car tuit erent de balsemier, / Qui sor toz arbres a mestrie ; / Sor toz porte la seignorie  / Sor toz erbres vaut sa bontez, / Con fet sor plonc orz esmerez. »

43 Je ne développe pas le motif, que je réserve pour une autre étude sur le « bestiaire » des tentes.

44 Samit (du latin examitus, devenu, par aphérèse samitus emprunté au grec ancien hexamitos, à six fils) : sorte de satin dont la trame de soie était soutenue par une trame de fil. Cendal : du latin cendalum ou du terme arabe et/ou provençal équivalent, autre étoffe précieuse, taffetas. L’expression « el çendal fue de boiri » est plus obscure (matière ? Origine ?). Juan Manuel Cacho Blecua, « La tienda en el Libro de Alexandre », p. 119, note 23, propose, à la suite de F. Lecoy, de lire « el tendal fue de boiri, sotilmente obrado » (3542a) et non « el çendal ». Cela ne résout malheureusement pas le sens de « boiri » qu’il n’explicite pas (déformation d’ivoire, qui renverrait donc à l’estache centrale en ivoire ?).

45 Le Roman de Thèbes évoque des tentures précieuses avec une dominante de rouge et de bleu : « Ne fu de chanvre ne de lin / Ainz fu de porpre outremarin / De porpre fu inde et vermeille » (v. 3981-83). Alexandre de Bernay, dans Athis et Prophilias, évoque de riches tentures (v. 5559-5566) : mustabet (étoffe d’origine orientale), bofu (étoffe ou frange ornementale), diaspres (drap de soie à fleurs, ramages ou arabesques), ostorins, pailes alixandrins, cendaus, draps de Romanie (empire byzantin), draps de soie. Ce sont ces mêmes termes qu’il reprend dans la 2ème description de la tente du roi Bilas, pour les tentures intérieures : « blanc diaspre » (v. 5635), « samit / vermoil en grene bien eslit » (v. 5765-66) « riche siglaton » (v. 5873 : soierie ou étoffe riche taillée en forme circulaire d’où son nom de ciclaton) et de nouveau mustabet (v. 5941) dont il précise que le terme est espagnol ou gascon ! L’impression de richesse est produite par l’accumulation descriptive.

46 Le terme de « liste » ou « litte » désigne tout type de bordure, bande ou frange (ce qui a donné liteaux) ; cette bande est brodée elle-même de carrés et de formes géométriques.

47 Roman de Thèbes, v. 2923-2945 pour l’ensemble de la 1ère description des tentures : « Toz fu de pailes de colors / Tailliez a beste et a flors / Bien i sont peintes les estores… » ou à la fin « De totes autres creatures sont el tréf peintes les natures ». Dans la 2ème description de la tente du roi Adraste (v. 3979-4068), il s’agit cette fois des quatre pans internes de la tente.

48 Roman de Thèbes (v. 4047-4052) : « En la cortine d’environ / Son peint lepart, ors et leon. / La liste fu d’un paile brun, / Onc ne veïstes meillor un, / Entailliee a menuz marreaus / Et a pilers et a quarreaus. » On retrouve le même type de tentures dans le Roman d’Eneas : « De diverses colors de dras / faites par listes, par merels » (v. 7276-97) et « Li tres esteit de cent colors / Tailliez a bestes et a flors / Et a girons et a merels / Et a listes et a tavels » (v. 7315-18). Ce serait donc sur ce décor géométrique que seraient peints les motifs floraux, animaliers, voire historiés, de la 1ère descriptio de la tente d’Adraste.

49 Ainsi, dans la tente de la demoiselle du Conte du Graal, Chrétien indique que « l’une partie fu vermeille / Et l’autre vert, d’orfrois bandee » (v. 1835-36).

50 Plançon ou planchon : jeune plante, bouture, semis, mais aussi branche voire tronc d’arbre, puis palis ou épieu, selon le dictionnaire Godefroy.

51 Marta Materni, « Ancora sulle ekphrasis », § 8-14. L’auteure évoque le principe esthétique de l’unicité visuelle exposé dans la Poetria Nova de Geoffroi de Vinsauf : […] Hic est formula subtilis juncturae, res ubi junctae sic coeunt et sic se contingunt, quasi non sint contiguae, sic continuae quasi non manus artis junxerit, immo manus naturae. (Poetria, 258-262) (§ 10). Voir aussi Jean-Charles Huchet, « La beauté littéraire dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure », Cahiers de civilisation médiévale, 36 (2), 1993, p. 141-149.

52 Voir Philippe Walter, « Moires et mémoires du réel chez Chrétien de Troyes : la complainte des tisseuses dans Yvain », in : Voix et figure du poème, Littérature, 1985, 59, p. 71-84 ; Cristina Azuela Bernal, « Imágenes textiles en la creación literaria medieval », in : Aurelio GonzÁlez, Lilian von der Walde Moheno et Concepción Company (éd.), Textos medievales : recursos, pensamiento e influencia. Actas selectas del Congreso internacional Medievalia, IX Jornadas, Mexico : Universidad Nacional Autónoma de México, 2005, p. 409-425.

53 Libro de Buen Amor 1268ad : « En la çima del mastel una piedra estava ; / Creo que era rrobí, al fuego semejava ; / Non avía menester sol, tanto de sí alunbrava ; / De seda son las cuerdas con que ella se tirava ».

54 Les trois pommes d’or rappellent celles du jardin des Hespérides qu’Hippomène sème derrière lui pour devancer Atalante dans sa course, dans la tradition béotienne du mythe ; mais aussi la pomme d’or que Pâris doit donner à la plus belle des déesses, Héra, Athéna ou Aphrodite, lors du jugement du Mont Ida (l’épisode ne se trouve pas dans l’Iliade mais dans les Chants cypriens, ouvrage perdu mais résumé dans la Chrestomathie de Proclos de Constantinople, et chez d’autres auteurs qui l’ont développé). Rappelons que Pâris est aussi appelé Alexandre chez Homère.

55 Dans la chanson de geste de Raoul de Cambrai, cette escarboucle « de nuit, montre le chemin » et grâce à elle, le heaume de Raoul « ne craint aucune arme humaine ». L’escarboucle aux vertus magiques apparaît aussi le Roman de la Rose, dans la 2ème partie due à Jean de Meung, à partir du vers 20.469 ou 20.498 selon les manuscrits (cf. trad. à p. de la p. 1.059 dans l’éd. Armand Strubel). Sur l’escarboucle et les autres pierres : Françoise Fery-Hue, « La ‘description’ des pierres précieuses au Moyen Âge : encyclopédies, lapidaires et textes littéraires », in : La description au Mûen Âge. Bien dire et bien aprandre, Revue de médiévistique, n° 11, Actes du colloque septembre 1992, textes réunis par Aimé Petit, 1993, Villeneuve d’Ascq : Centre d’Études Médiévales et Dialectales de Lille III, UFR de Lettres Modernes, Université Charles-De-Gaulle, p. 147-176, donne une liste bien plus complète d’escarboucles apparaissant sur des heaumes, des hauberts, des étendards, au sommet des tentes, et même des mâts de navire ! Sur l’escarboucle, voir plus particulièrement les p. 164-166 et bibliographie note 49. Voir aussi la communication de Ghislaine FournÈs dans ce présent colloque.

56 Cf. Roman de Thèbes v. 2946-2958 ; Roman d’Eneas v. 7321-22 ; Athis et Prophilias v. 5617-20. Il apparaît dans la quasi-totalité des ekphraseis de tentes, y compris celles qui n’ont rien à voir avec la royauté. En effet on le trouve aussi sur les tentes des fées et des demoiselles dans le Lai de Lanval (v. 87). Il est cependant totalement absent du Libro de Alexandre castillan, aussi réserverais-je ce thème pour un autre article.

57 C’est ce que dit Laurence Harf-Lancner dans son édition, note 71, p. 196-197, mais elle parle d’un « conte » médiéval où l’épouse du premier le trompe et se fait passer pour morte pour rejoindre son amant, alors que le Dialogue de Salomon et Marcoul est un fait un recueil médiéval de dits et de sentences.

58 Dans Athis et Prophilias, la tente du roi Bilas est l’œuvre de la reine Candace « par le consoil d’une devine / D’une sorcière qui fesoit / Quanque pansoit et que voloit » (v. 5581-84) ; c’est cette sorcière qui tondit les sirènes pour faire de leurs cheveux des cordages pour la tente : « de la sorciere deslëal / Qui fist le tref emperïal / Par art et par enchantement / Et par conure d’oignemant » (v. 6026-6030). Le motif de la reine-sorcière brodeuse ou des fées brodeuses apparaît aussi dans Érec et Énide à propos de la robe du couronnement royal du héros, v. 6727-6801, autre célèbre exemple d’ekphrasis textile. Ici ce sont quatre fées qui ont réalisé le drap de moire en y brodant la Géométrie, l’Arithmétique, la Musique et l’Astronomie.

59 Sandro Botticelli (v. 1495) et Albrecht Dürer (et d’autres peintres et graveurs) en ont proposé de saisissantes « reconstitutions ». Le sophiste Lucien de Samosate est aussi l’auteur d’une série de « galerie de tableaux », dont « La famille de Centaures » dans Zeuxis et Antiochos, où il décrit très en détail ce tableau de Zeuxis.

60 Encyclopédie byzantine du Xe siècle, vaste dictionnaire de personnages, institutions, encyclopédie et aussi répertoire de citations, qui comprend pas moins de 31.342 entrées portant sur des données historiques, biographiques et lexicographiques. Une édition numérique en anglais, Suda on line : Byzantine Lexicography a été établie d’après l’édition du savant danois Ada Adler (Leipzig, 1928-1938), dans laquelle chaque mot, classé suivant l’ordre dit d’Adler, est retranscrit avec des annotations éventuelles, commenté, et traduit en anglais

61 Claude Èlien, Histoires variées (ou diverses), II, 3. http://remacle.org/bloodwolf/historiens/elien/3.htm

62 C’est Pline l’Ancien qui le dit, Histoire naturelle, XXXV, 81-83.

63 On trouve plusieurs descriptiones détaillées dans l’Alexandreis : l’Asie (I, vers 396-426), le bouclier de Darius (II, 494-539), la fontaine d’Ammon (III, 386-403), la tombe de la femme de Darius (IV, 176-274), le camp perse et le casque de Darius (IV, 374-390), le temple de la Victoire (IV, 401-432), la tombe de Darius (VII, 379-430), l’Inde (IX, 9-34), le monde souterrain (X, 31-73), passages qui n’ont pas été repris dans le Libro de Alexandre. En revanche l’adaptateur castillan a ajouté la description de Babylone et la tente, bien sûr (venant du Roman d’Alexandre, voir ibid., p. 57-58). Pour l’analyse générale de l’Alexandreis, Raymond S. Willis, The Relationship of the Spanish Libro de Alexandre…, p. 18 et p. 79 sq.

64 Avant de lire l’Alexandreis et l’analyse qu’en fit Raymond S. Willis, j’avais formulé l’hypothèse que les « choix » de l’adaptateur castillan pourraient dériver tout simplement de sa source principale. Si l’ekphrasis de la tente y avait été présente, mais sans la peau de salamandre, la portière de serpent, l’aigle d’or etc., leur absence de la version castillane aurait évidemment été bien moins signifiante. Mais comme la descriptio de la tente ne peut venir que du roman français, il s’agit donc bien de choix assumés par l’adaptateur castillan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Pourquoi décrire des tentes ? Le Roman d’Alexandre et le Libro de Alexandre », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36041

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search