Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...Intime et intimité au Siècle d’Or...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)

Introduction
Florence Madelpuech-Toucheron et Sarah Pech-Pelletier

Texte intégral

1La peinture hollandaise du XVIIe célèbre le quotidien avec minutie et émotion contenue. Guidés par l’analyse aiguë de Todorov, dans son livre de référence, nous pénétrons les intérieurs de ces maisons aux briques rouges, aux étroites cours pavées, où l’on surprend une conversation, une femme qui lit une lettre, une maman occupée à surveiller son enfant.

2Autant de bribes de vie sans faste, offertes avec simplicité au regard de l’observateur curieux qui s’attarde sur les meubles, le chat près du feu, l’aiguille à couture ; autant de personnages silencieux absorbés à leur tâche, saisis dans l’ordinaire du jour, autant de scènes feutrées que l’on partage sans mondanité et auxquelles nous sommes conviés dans une même intimité.

3Cette représentation des espaces intimes témoigne d’un intérêt certain pour ce que le Siècle d’Or espagnol ne montre pas. Est-ce par indifférence ou mépris ? Est-ce que, dans les territoires de la monarchie hispanique au Siècle d’Or (1492-1700), cet espace intime existe ? Dans une société du paraître où le regard semble sans limites, il est intéressant de s’interroger sur la possibilité d’un espace caché, non exposé, préservé.

4La question est d’autant plus cruciale que la notion d’individu prend corps à la Renaissance et, comme corrélat, affleure l’idée d’un espace où s’exprime cette nouvelle affirmation du « je ». Face au groupe dont l’unité se fissure à mesure que s’avance l’individualité, comment se manifeste l’expression de soi dans une société qui semble exercer un contrôle sur la sphère privée et traquer l’altérité pour asseoir le pouvoir du Même.

5Est-ce que l’espace privé s’oppose à l’espace public ? Est-ce que l’intime se définit par rapport à l’extériorité – il aurait-il ainsi le sens d’une intériorité ? L’art de la mise en scène semble défier la possibilité d’un lieu soustrait au regard d’autrui, jouant des mises en abymes et des trompe l’œil dont raffole l’esthétique baroque, donnant tout pouvoir à la vue. Faut-il alors chercher dans les marges, à la manière cervantine, la voix de l’artiste et les signes d’une présence singulière qui échappe à l’autorité coercitive ?

6Peut-on espérer trouver, dans un cadre sociétal codifié, voire verrouillé sur les plans politique, religieux et artistique, des lieux de l’intime, du repli sur soi, de l’expression spontanée et sans fards ?

7Dans la lignée des travaux présentés et des discussions engagées lors du colloque Intime et Intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations) qui s’est tenu à l’Université Paris 13 (aujourd’hui Université Sorbonne Paris Nord) en mars 2018, les articles qui composent ce numéro visent à approcher l’intime, à le cerner sans l’enfermer, à le dire sans l’effacer, à le montrer sans trop l’exposer. Organisé en quatre parties, ce numéro observe un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur, partant des utilisations politiques de l’intime, passant par l’expérience personnelle que l’on peut en avoir, en lien avec autrui ou le divin, pour parvenir aux conflits internes de l’âme.

8Dans la première partie, c’est la Cour, théâtre de la mise en scène du corps et de ses émotions qui s’avère le lieu emblématique de l’instrumentalisation des manifestations de l’intime – que ce soit par l’habit destiné à montrer autant que cacher (Sandra Martinez) ou par le débordement savamment maîtrisé des larmes du souverain (Stanis Perez). Pourtant, l’intimité est bien là, celle que l’on n’expose pas ou peu, celle qui affleure dans le partage de moments volés (Elena Taddia), mais qui peut aussi être créée de toutes pièces pour mieux resserrer les liens entre le futur roi et ses sujets (Renaud Malavialle), au risque de créer des malentendus culturels qui invalident la possibilité d’une rencontre authentique (Sabrina Juillet-Garzón).

9Or, peut-on exprimer et écrire avec sincérité la rencontre intime avec l’autre ? Les conventions du genre poétique, les codes des ouvrages qui diffusent un idéal de concorde matrimoniale ou la correspondance avec un mécène et protecteur enferment-ils l’expérience de l’intime ou sont-ils un moyen d’y accéder ? C’est le questionnement de la deuxième partie où la question du bonheur s’avère centrale et intrinsèquement liée à la figure d’autrui, en ce qu’elle offre de salvateur à travers l’amour (Cécile Iglesias) ou la possibilité d’une vie exemplaire au sein de l’institution du mariage (Cécile Codet). Autrui, c’est aussi celui à qui l’on destine ses réflexions personnelles, à qui l’on confie sa douleur face à un destin contraire (Alexandre Roquain). Quand l’autre vient à manquer et que le moi se trouve en proie à la solitude et à l’insomnie, c’est alors à la nuit environnante qu’il s’adresse pour lui confier ses tourments intimes (Florence Dumora).

10En effet, si l’intime se dit ou se vit, c’est sur le mode relationnel, jusqu’au partage de l’ineffable, dans le repli sur soi qui ouvre à l’expérience de la transcendance (Estelle Garbay-Velázquez) ou dans l’oraison à partir de supports comme l’emblème qui médiatise le chemin de l’union vers et avec Dieu (Gloria Bossé-Truche). Pourtant, si l’expérience de l’intimité spirituelle est souvent conçue comme étant de l’ordre du caché, de l’introspection, il n’en est pas toujours de même pour celles qui la vivent au quotidien, telles les religieuses du couvent madrilène de la Encarnación dont l’intimité se trouve exposée lors de cérémonies publiques, alors qu’elles-mêmes y participent de façon semi-cachée (Emmanuelle Buvat). La recherche de l’unicité spirituelle par l’annihilation de l’intime y est peut-être à l’œuvre comme dans certaines productions littéraires et iconographiques religieuses (Marcela Rivas-Jamett).

11Néanmoins, annihiler les manifestations de l’intime ou ne serait-ce que les faire taire semble bien malaisé. Effectivement, les passions qui agitent l’individu requièrent d’être mises en mots et données à voir pour pouvoir accéder à une forme de catharsis. Que ce soit dans le cadre amical et semi-privé du sarao où l’on dépose entre femmes son histoire et ses souffrances (Emre Özmen), ou au sein de la comédie lopesque où le personnage, prince mélancolique (Claudine Marion-Andrés) ou gentilhomme craignant le déshonneur (Djoko Luis Stéphane Kouadio), évolue dans des espaces dramatiques divers et donne à voir et entendre sa douleur, nous devenons, nous lecteurs et spectateurs, complices de cette plongée dans l’intériorité douloureuse d’êtres, certes fictionnels, mais nous renvoyant in fine à nous-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Madelpuech-Toucheron et Sarah Pech-Pelletier, « Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations) », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36547

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search