Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité à l’épreuve du politiq...La correspondance de Charles de G...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité à l’épreuve du politique : affleurements et instrumentalisations

La correspondance de Charles de Galles et de ses proches lors des négociations de mariage à Madrid en 1623 : regards intimes sur la cour d’Espagne

Sabrina Juillet-Garzón

Résumés

La visite de Charles de Galles à Madrid en 1623 lors des négociations de son mariage avec l’infante María fut l’occasion de nombreux échanges épistolaires diplomatiques entre la cour d’Espagne et la cour britannique basée à Londres. Rendant compte des évolutions diplomatiques et de la vie des Britanniques à la cour de Philippe IV, certaines lettres renvoient également un regard plus intime sur l’aventure encore inédite de ce prince ayant bravé l’autorité du roi son père et traversé trois pays pour aller quérir sa promise. À travers l’étude des lettres dites « intimes », échangées par Charles de Galles et son entourage le plus proche composé de George Villiers, Duc de Buckingham, et d’Endymion Porter, avec leurs familles restées en Angleterre, cet article présente une facette méconnue de ces négociations avec des anecdotes attendrissantes et une vision intime de la cour et de la famille royale espagnole. Il démontre ainsi combien cette correspondance fut essentielle à l’évolution des pourparlers, explique la motivation de Charles de Galles et de Buckingham à rester en Espagne pour finaliser ce mariage et permet de saisir pourquoi il n’eut finalement jamais lieu.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La visite de Charles de Galles à Madrid en 1623 lors des négociations de son mariage avec l’infante María fut l’occasion de nombreux échanges épistolaires diplomatiques entre la cour d’Espagne et la cour britannique basée à Londres. Rendant compte des évolutions diplomatiques ou d’anecdotes sur la vie des Britanniques à la cour de Philippe IV, certaines lettres renvoient également un regard plus intime sur l’aventure encore inédite de ce prince ayant bravé l’autorité du roi son père et traversé trois pays pour aller quérir sa promise.

2Cette contribution propose une étude des lettres personnelles, « intimes », échangées dans un cadre familial restreint, entre Charles de Galles et son entourage le plus proche, composé de George Villiers, duc de Buckingham, et d’Endymion Porter, avec leurs familles restées en Angleterre. À travers l’étude des nouvelles et des anecdotes, tour à tour acérées ou attendrissantes, nous y découvrirons des visages totalement surprenants du prince Charles et plus encore de Buckingham, mais aussi une vision plus intime de la cour de Philippe IV et de la famille royale espagnole. Nous démontrerons que cette expression « de l’intérieur », dans le cadre intime de la correspondance familiale, offre une facette méconnue de ces négociations de mariage. Nous comprendrons alors l’évolution des pourparlers ainsi que la motivation de Charles de Galles et du duc de Buckingham à rester en Espagne pour finaliser ce mariage malgré les difficultés rencontrées.

Une correspondance intime ?

  • 1 De nombreuses lettres des secrétaires d’État, dont Andover, Chamberlain, Conway et Dumoulin se trou (...)
  • 2 Robert CARY, Memoirs of the life of Robert Cary, Baron of Leppington and Earl of Monmouth, Londres  (...)

3La correspondance dont cette étude est l’objet a été écrite sur huit mois, de février à septembre 1623. Elle aborde le séjour du prince Charles de Galles à la cour madrilène auprès du roi Philippe IV à partir du mois de mars. Ce séjour princier en Espagne a été l’objet de relativement peu d’écrits de la part des contemporains. Parallèlement à cette correspondance, les rapports de secrétaires et ambassadeurs anglais, espagnols, français et vénitiens circulaient, apportant des témoignages diplomatiques formels et officiels, à dimension politique1. Ils avaient pour but d’être diffusés dans leurs pays respectifs auprès des membres du gouvernement, qui eux-mêmes tenaient la population informée de l’évolution de la situation. Quelques courtisans ont écrit des rapports que l’on qualifierait plutôt de mémoires de leur voyage. Les plus notables sont les mémoires de Richard Wynn ou encore les notes de Francis Cottington, de Lord Carew et de Lord Carlisle2. Ces écrits apportent, certes, une vision personnelle de l’Espagne telle qu’ils l’ont découverte mais ils ne livrent pas ce regard spontané et complice sur ce qu’ils y ont vécu. Ces témoignages sont au contraire des généralisations – voire des théorisations – de certaines de leurs expériences. Ils ont été écrits dans le but de donner une image négative de l’Espagne et de sa cour. Publiés après le retour du prince, ils devaient justifier l’échec du mariage et les mesures économiques drastiques vis-à-vis de l’Espagne qui s’en suivirent et qui allaient mener ces royaumes à la guerre. Les parti-pris politiques y sont donc évidents et ne laissent aucune place à une dimension intime qui pourrait nous apporter un regard plus personnel, humain, et non plus politique, et nous renseignerait sur l’envers du décor et sur ce qu’il s’est passé durant ce séjour. Cela, seules les correspondances familiales nous l’apportent, même si l’intime n’y transparaît pas toujours de façon évidente. Néanmoins, si la complicité et le partage des sentiments peuvent être considérés, comme nous le pensons, comme faisant partie de la notion si abstraite d’intimité, alors les échanges étudiés dans les lignes qui suivent nous livrent ce que ces personnes « publiques » peuvent exprimer de plus intime, de plus personnel, dans une telle situation. En effet, cette correspondance permettait à leurs auteurs de s’exprimer dans leur sphère familiale et donc, en théorie, sans filtre. Or, ces lettres étaient certes destinées à l’épouse, l’époux, le père, le fils ou l’amant, pour partager anecdotes et ressentis sur l’aventure princière, mais elles étaient aussi parfois destinées à être lues au reste de la famille, voire à la cour. Tout ne pouvait y être dit et parfois on s’y contente de suggestions. La dimension intime y est présente par le cadre exclusif et limité dans lequel cette correspondance est écrite et lue. Elle présente en effet un niveau de communication plus libre et personnel que les lettres et rapports diplomatiques échangés durant les neuf mois de ce séjour. Afin d’apporter un éclairage intime sur la cour et la famille royale d’Espagne, cette étude s’intéresse plus particulièrement à la correspondance du prince Charles avec son père, le roi Jacques VI d’Écosse et Ier d’Angleterre, ainsi qu’à celles de George Villiers, Marquis puis duc de Buckingham, et de Lord Endymion Porter, ses deux plus proches courtisans et compagnons de voyage, avec leurs épouses, Katherine Manners – Villiers de Buckingham et Olivia Porter.

4Ces correspondances personnelles nous donnent une version de l’intérieur des événements qui ont eu lieu durant le séjour madrilène du Prince de Galles tout en informant sur la vie quotidienne à Madrid pour les uns et « à la maison », en Angleterre, pour les autres. On y trouve des opinions spontanées, sans barrière protocolaire, sur l’évolution des négociations et plus intéressant encore, sur le comportement du prince, du roi et des courtisans. Ceci est rendu possible par l’absence d’étiquette diplomatique apposée à ces documents.

  • 3 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : Geoffrey GOODMAN, The Court (...)
  • 4 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 278 (...)
  • 5 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 12 août 1623, MS. Harl. 1580, in : G. GOODMAN, op. (...)

5Ces correspondances étaient d’abord là pour informer la famille sur le voyage entrepris, afin de les rassurer, puis sur la vie à Madrid. Celle que Kate Manners-Villiers adresse à son époux le duc de Buckingham est une correspondance avant tout familiale. Elle suit toujours le même schéma en commençant par des nouvelles de la famille : nouvelles la concernant elle-même, puis leur fille Moll, ensuite la mère de Buckingham avec qui ce dernier entretient un lien fusionnel, et enfin le roi Jacques dont il était le Favori. Elle fait ensuite de rapides références aux nouvelles envoyées par son mari et se plaît à quelques commentaires sur l’évolution de la relation de Charles avec l’infante. Le ton est tantôt amusé tantôt agacé selon les progrès effectués par le prince pour se rapprocher de l’infante. La rhétorique est, dans tous les cas, le reflet d’échanges familiers et complices dans le couple et vis-à-vis du prince. De fait, si ces liens n’avaient pas existé, jamais ce genre d’échanges et de commentaires n’auraient pu être tolérés au sujet de personnalités royales. Ainsi, dans une lettre datée du mois de juillet3, à peine dix lignes sont écrites sur l’évolution des négociations telles qu’elle en a eu vent par les messagers Graham, Killigrew, Cottington et par son époux. Ces quelques lignes, qui selon la structure habituelle des correspondances de l’époque peuvent en réalité paraître beaucoup, ne représentaient pourtant qu’un cinquième de l’ensemble de la lettre. Elles reflètent donc un souci conventionnel de commenter les événements officiels mais surtout une volonté de passer rapidement à des sujets plus personnels, internes au couple et à la famille, sur lesquels l’épouse de Buckingham s’attarde beaucoup plus. Comme à l’accoutumée dans sa correspondance, elle procède à la narration des affaires de famille. Elle donne des nouvelles de leur petite Marie-Moll. On apprend ainsi dans l’une de ses lettres qu’à la suite du dernier courrier de Buckingham, la fillette a dicté à sa gouvernante une courte lettre dans laquelle elle raconte ce qu’elle sait désormais faire : se tenir debout et mettre un pied devant l’autre, soutenue par des bretelles. Elle dit aimer danser et assiste à des petits concerts de Tom Duff qui l’amusent énormément. Bien évidemment, à un an et demi on imagine bien que ce petit mot de Moll était en réalité celui de sa gouvernante pour informer Buckingham des progrès de sa fille, mais le fait de mentionner cela traduit la volonté de Kate de maintenir un lien émotionnel entre le père et la fille. Ce lien, la duchesse de Buckingham l’entretient, allant jusqu’à rappeler le lien physique qui les lie. Elle écrit à ce dernier que les proches de la famille disent unanimement que la petite ressemble chaque jour davantage à son père et pour le prouver, Kate prévoit de lui envoyer un portrait de sa fille4. Leur lien familial apparaît comme très fort des deux côtés. Buckingham était aussi demandeur de ces nouvelles. De fait, bien que très occupé à Madrid, Buckingham n’oublie pas les siens et envoie régulièrement, en moyenne une fois par mois, des cadeaux à son épouse et à sa petite Moll. En août, Kate le remercie du présent envoyé à leur fille5. Le duc apparaît donc à travers cette correspondance avant tout comme un père et un chef de famille et jamais directement dans le rôle du premier conseiller du roi et du prince. Il est loin de correspondre à ce personnage imbu de lui-même, méprisant, autoritaire et colérique décrit par ses contemporains et expliquant pourquoi il est si rapidement devenu insupportable aux Espagnols. C’est donc à travers cette correspondance familiale que Buckingham lève le masque pour laisser transparaître un visage plus intime de mari et de père.

Les nouvelles du cercle familial : le reflet de la vie à la cour ?

6L’intimité du couple Buckingham tout autant que celle des Porter – autrement dit, leurs échanges relevant de la sphère privée du couple et de la famille, en opposition à leur vie publique et politique – fut mise à l’épreuve durant ce séjour. Les deux épouses expriment beaucoup de jalousie, révélant ainsi malgré elles des indices sur la vie de leurs époux à la cour à Madrid et plus encore des indications sur les raisons des tensions entre les courtisans.

  • 6 Lettre du Prince Charles et de Buckingham au Roi Jacques, 22 avril 1623, in : James HALLIWELL, Lett (...)
  • 7 Michel DUCHEIN, Jacques VI & Ier, Paris : Fayard, 2003, p. 495.
  • 8 Sabrina JUILLET GARZÓN, « The place of Scotland in the marriage negotiations, 1623 », in : Aniela K (...)
  • 9 Michel DUCHEIN, Buckingham, Paris : Fayard, 2001, p. 96 ; G. GOODMAN, op. cit., p. 132.
  • 10 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 282
  • 11 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, juillet 1623, MS. Harl. 6987, fol. 119, in : G. GO (...)
  • 12 Lettre du Prince Charles et de Buckingham au Roi Jacques, 10 mars 1623, in : J. HALLIWELL, op. cit. (...)

7La jalousie des épouses est exprimée très tôt dans cette correspondance. Celle de Kate apparaît une première fois de manière anodine lorsqu’elle informe son mari qu’elle lui a envoyé les perles qu’il lui avait demandées. Buckingham et Charles n’avaient en effet de cesse de réclamer des bijoux pour leur représentation à Madrid mais aussi pour les offrir en cadeau aux membres de la famille royale6. Cela leur permettait d’étaler leurs richesses face aux Espagnols. Or, cela vidait aussi le trésor royal anglais de manière catastrophique7. Entre eux et la famille royale espagnole, ainsi qu’entre les courtisans des deux cours, c’était la course au paraître pour se montrer comme le plus grand et le plus puissant seigneur et pour représenter au mieux son royaume et son Église. Ce jeu des représentations fut porté à son paroxysme au moment des festivités de l’Entrée solennelle de Charles à Madrid et se poursuivit durant tout le séjour8. Dans sa correspondance, la Duchesse de Buckingham fait à plusieurs reprises référence aux bijoux que Buckingham, tout comme Charles, ne cessent de demander. Outre le fait que cela démontre la compétition et l’obsession du paraître des princes et de leurs courtisans à la cour madrilène, si nécessaire dans le cadre diplomatique de cette visite princière, le sujet des perles envoyées à son époux est pour Kate l’occasion de lui rappeler qu’elle garde un œil sur lui. Elle écrit que ces perles ne doivent en aucune façon faciliter ses relations avec les dames madrilènes, car elles le rendent, à n’en pas douter, plus séduisant encore… Kate avait toutes les raisons d’être jalouse. La beauté et le charme de son époux n’étaient plus à démontrer ; il était doté d’un pouvoir de séduction incroyable9. Elle lui rappelle alors que toutes les dames du monde ne sauraient avoir le monopole de son cœur, qui lui appartient à elle seule et jusqu’à sa mort ; une réflexion qu’elle appuie en disant que les messagers lui rappellent régulièrement combien elle a de la chance d’avoir un mari si fidèle. Ils lui assurent qu’il est chaste, qu’il ne regarde aucune femme et qu’elle lui manque10.Cottington lui aurait même dit que le duc aurait fait le serment de ne « toucher aucune femme avant de l’avoir revue ». Ce discours, elle le reformule dans chacune de ses lettres11. Elle veut de toute évidence se rassurer. En effet, son mari a une réelle réputation de séducteur. Il fut d’ailleurs accusé d’avoir tenté de séduire de nombreuses Dames de la cour, entrant en conflit avec leurs maris12… dont le ministre Olivarès ! Ce dernier l’accusa ouvertement d’être un malotru qui faisait la cour à son épouse. Et cela alimenta la haine que se vouaient les deux hommes.

  • 13 Dorothea TOWNSHEND, Life and Letters of Mr. Endymion Porter, Londres : Fisher Unwind,1897, p. 50-51
  • 14 Lettre du 17 avril 1623, D. TOWNSHEND, op. cit., p. 53.
  • 15 Lettres du 16 mai 1623, D. TOWNSHEND, op. cit.,p. 54-56.
  • 16 Lettre du 7 juin 1623, D. TOWNSHEND, op. cit.,p. 56-58.
  • 17 Voir par exemple : Manuscritos, H. 56, fol. 305, Biblioteca Nacional de España.

8Olivia – Olive – Porter exprime elle aussi beaucoup de jalousie dans ses lettres à son époux. Endymion Porter est régulièrement obligé de la rassurer13. En effet, des bruits courent sur une infidélité de sa part avec une serveuse lors de leur passage à Boulogne. Pour provoquer sa femme et lui montrer à quel point elle n’a aucune raison d’être jalouse, il lui envoie même une boîte à tabac qu’il lui demande de remettre à Lady Villiers « en signe de son amour » pour cette dernière, et il continue en lui disant que désormais « elle doit certainement bien rire et avoir oublié la juste cause pour laquelle il est si en colère contre elle, même si, tant qu’il n’a pas reçu plus de baisers d’elle, il ne sera pas satisfait ». « Nous vivons honnêtement et ne pensons qu’à nos épouses », lui assure-t-il pour la tranquiliser sur le comportement de Buckingham et le sien. Il dit enfin que les moments les plus heureux pour lui en ce pays sont ceux qu’il passe à sa correspondance avec elle14. Cette complicité évidente entre les époux place les échanges épistolaires des Porter dans la sphère intime du couple, suggérant par-là même qu’ils n’étaient pas destinés à être partagés avec leur entourage. En revanche, par la suite, l’insistance de Porter à essayer de rassurer son épouse un mois plus tard15, puis de nouveau le mois suivant, le 7 juin16, laisse supposer que cette fois son message doit être entendu jusqu’à la cour, car contrairement à Kate Villiers, personne ne semble essayer d’y rassurer Olive. En effet, tant de mots rassurants et touchants de la part de Porter mais aussi de Buckingham dans leur correspondance pour rassurer leurs épouses jalouses ne sont pas anodins dans l’étude du séjour princier à Madrid. La réputation de Buckingham et de Porter était mise à mal par des détracteurs qui prenaient plaisir à inquiéter les familles restées en Angleterre et par la même occasion le Roi Jacques, dépressif et malade. Cela créait une source supplémentaire d’anxiété en s’attaquant à leur relation la plus intime, celle de leur couple. De nombreux bruits couraient ainsi depuis l’Espagne pour démontrer combien ces Britanniques protestants étaient pervertis, contrairement aux vertueux catholiques espagnols17. Cette jalousie des épouses et les témoignages de détracteurs sont révélateurs des relations tendues entre les deux cours à Madrid.

Une vision subjective de l’aventure ?

9En apparence, tout allait bien. Philippe IV déambulait avec Charles à ses côtés dans les rues lors des festivités. Il avait offert au prince et à ses plus proches courtisans et serviteurs de loger auprès de lui au Palais royal. Alors que le prince et sa cour britannique étaient reçus à la hauteur de leur rang et que l’entente entre le prince et le monarque semblait parfaite, les relations étaient tout autres, une fois les portes du palais fermées.

  • 18 Carmelo LISÓN TOLOSANA, « Referencia y auto referencia en el ritual cortesano barroco », in : C. GR (...)
  • 19 La liste des seigneurs ayant obtenu un prêt entre le 6 et l8 avril 1623 se trouve dans Relación de (...)

10Charles n’était pas encore officiellement le fiancé de l’Infante María, mais il était de toute évidence considéré comme un membre de la famille. Pourtant, il n’était pas le bienvenu. Il était arrivé sans prévenir après un long voyage incognito et avait été rejoint par près de 400 courtisans et serviteurs tous aussi déterminés que lui à repartir avec l’Infante. Madrid sembla un temps envahi par ces Britanniques considérés comme hérétiques qui se montraient hautains et finalement insupportables, surtout lorsqu’ils décrivaient la pauvreté du peuple espagnol et la rigidité de l’Étiquette de la cour de Philippe IV. Ce fut un véritable choc des cultures. Chacun émettait des jugements hâtifs sur l’autre. Les Britanniques, Buckingham en tête, étaient particulièrement méprisants envers un état qu’ils trouvaient pauvre, en contraste avec l’opulence exigée par Philippe IV de ses courtisans. Ils aimaient ridiculiser et moquer les Espagnols. Dans une lettre au Roi Jacques, Charles et Buckingham s’étonnent avec sarcasme de voir les nobles espagnols porter des quantité incroyables de bijoux sur eux lors des cérémonies pour montrer leurs richesses, laissant penser qu’ils mettaient absolument tous leurs bijoux sur eux et n’en possédaient en fait pas d’autres18. De fait, ils n’avaient pas complètement tort : Philippe IV avait ordonné aux nobles d’afficher leurs richesses et avait dû, pour les y aider, faire un prêt financier pour qu’ils soient en mesure d’impressionner les Britanniques19.

  • 20 « Copie of the K. of Spaine’s Letter to the Conde of Olivarès », 22 septembre 1622, reproduite in : (...)
  • 21 Lettre du 17 mars1623, in : Philip HARDWICKE, Miscellaneous State Papers from 1501 to 1726, Londres (...)
  • 22 Lettre du 10 mars à son épouse, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 47-49.

11Ce comportement général de la cour du prince Charles et la réaction quasi épidermique qui en résulta chez leurs hôtes était le résultat de frustrations qui augmentaient au fil des semaines. Britanniques et Espagnols devaient vivre sous le même toit, dans l’expectative d’une dispense du Pape qui leur permettrait de pouvoir enfin conclure les négociations de mariage et rentrer chez eux. Pendant ce temps, traditions et culture religieuses les opposaient au quotidien. Les Catholiques voulaient éblouir les Protestants avec comme objectif avoué de les convaincre de revenir à la foi de Rome. La conversion du Prince Charles devint la préoccupation principale des Espagnols, bien déterminés à ne pas marier leur Infante à un hérétique20. Dans ce contexte, la correspondance entre Buckingham et le Roi Jacques est destinée à rassurer le vieux roi, et à travers lui ses sujets, en affirmant que le Prince résistait avec grand courage à toute pression21. Les lettres au Roi Jacques et celles des époux Buckingham et Porter nous livrent quelques détails sur cette vie quotidienne à la cour madrilène. Ainsi que Porter l’écrivit, Charles semblait s’ennuyer au début de son séjour. Il vaquait de son bureau aux jardins attenants à ses appartements ou allait à la chasse. Pendant ce temps, Buckingham et Porter s’affairaient jour et nuit pour son service et sa représentation. Porter écrivit à sa femme qu’il n’avait presque pas le temps de s’habiller ou d’écrire à son entourage tant il avait à faire22. Il servit en effet d’interprète au Prince et à Buckingham. Porter était certainement, avec l’Ambassadeur d’Angleterre John Digby, Lord Bristol, celui qui avait le plus à faire. D’origine espagnole par sa mère et connaissant la cour d’Espagne pour avoir travaillé quelques années plus tôt pour le ministre Olivarès, Digby était présent dans tous les débats comme traducteur et conseiller du prince et de Buckingham. Il était aussi l’un des rares serviteurs et courtisans auprès de ce dernier et de Buckingham et devait donc prendre en charge toutes leurs demandes. Les autres serviteurs affluèrent entre avril et juin mais une grande partie d’entre eux repartit à la fin du printemps car on pensait que le Prince rentrerait sans tarder et surtout, il n’y avait plus de place pour les accueillir à Madrid.

  • 23 Glynn REDWORTH, The Prince and the Infanta. The Cultural Politics of the Spanish Match, Yale : Univ (...)
  • 24 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 12 août 1623, MS. Harl. 1580, p. 328, in : G. GOOD (...)

12Même si d’un point de vue diplomatique, les choses avançaient, la correspondance de Buckingham et de Kate démontre qu’ils étaient tous exaspérés. Le mois d’août se passa sous la chaleur madrilène qui causa la mort d’un courtisan britannique23 et de fortes fièvres chez Buckingham. Kate en fut informée et, inquiète pour son mari, elle écrivit s’impatienter de son retour accusant au passage les Espagnols de tous les maux de son mari et de ses compagnons. Elle en vint même à parler de l’aventure comme d’un sacerdoce et fera référence à Madrid comme à un lieu malsain, « that wicked Madrid »24. Les familles en avaient assez ; elles voulaient se retrouver quelle que soit l’issue des négociations. Charles et ses compagnons n’étaient tout bonnement pas chez eux et les cultures s’opposaient au point que tout leur était désormais insupportable. Au fil des semaines, cette incompatibilité humaine et culturelle devint évidente et fit prendre conscience que tout accord politique et religieux serait très difficile à concrétiser, voire était impossible. Ces correspondances démontrent que l’évolution politique et religieuse des négociations était intimement liée aux relations entre Espagnols et Britanniques à la cour.

L’échec des négociations de mariage : une autre analyse ?

  • 25 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 278

13De fait, jusqu’au mois d’août, les négociations traînèrent mais l’espoir persista. Tous étaient encore persuadés qu’un arrangement pourrait être trouvé et que le mariage aurait lieu. Les correspondances personnelles expriment cet espoir puis les désillusions qui suivirent. Mi-juillet, au moment où le Roi Jacques et le prince Charles se préparaient à prêter serment et à s’engager sur les conditions du mariage, et où l’on croyait que les négociations étaient enfin terminées, Kate reçut des nouvelles de son époux des mains de Richard Graham. Ce courrier contredisait les bonnes nouvelles sur l’avancée des négociations apportées au Roi Jacques quelques jours plus tôt25. Ainsi Charles n’avait toujours pas obtenu l’autorisation de s’entretenir avec l’Infante en privé. Pour Kate et Olive, c’était révélateur des véritables intentions des Espagnols. Depuis son arrivée à Madrid, le prince n’avait que rarement réussi à voir la princesse, de loin, lors de cérémonies, et n’avait pu échanger qu’à trois reprises quelques paroles de politesse avec elle. Comment faire connaissance s’ils ne pouvaient se parler ? Ce sujet fut alors au centre de toutes les lettres de Kate Buckingham. Préoccupées par la diplomatie mais surtout baignées de légendes arthuriennes et imprégnées des codes de l’amour courtois, Kate et Olive, étaient obsédées par la cour que Charles faisait à l’Infante – ou pour être plus proche de la réalité, de l’absence de cour de Charles à sa future fiancée. Leurs lettres mettent en évidence l’absence, qu’elles jugent malheureuse, d’intimité entre le prince et l’Infante, alors que, apparemment, Philippe IV faisait tout pour lui donner accès à l’intimité de la famille royale. Il lui avait même offert l’accès à ses appartements privés en lui en donnant symboliquement la clé, lui permettant ainsi d’y entrer à sa guise. Pourtant, c’est un véritable bouclier que la famille royale éleva entre les deux prétendus fiancés.

  • 26 Lettre de Porter à son épouse, 10 mars 1623, in : D. TOWNSHEND, op. cit, p. 48.
  • 27 Lettre du 17 avril 1623, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 52.
  • 28 Lettre du 7 avril 1623, Calendar of State Papers, 1619-1625, p. 54.

14Si dans ses courriers, Porter fait régulièrement mention de l’évolution des négociations, il reste très discret sur les faits diplomatiques et politiques, se contentant de les aborder par l’angle anecdotique des rencontres de Charles avec la famille royale ou de ses entrevues avec l’Infante. C’est bien cela que les épouses et la cour attendaient de lire ou d’entendre. Dès les premiers jours du séjour, Porter écrivit que le Prince était déjà très amoureux de l’Infante : il l’avait vue en compagnie du roi et de la reine lors d’une promenade en carrosse durant laquelle Porter dit qu’ils eurent tous les quatre une conversation privée, les rideaux ayant été au préalable tirés. Lors de cette promenade, les badauds curieux étaient si nombreux à s’attrouper devant le carrosse que Philippe IV dut ordonner à ses gardes de les écarter. Certains furent battus avant d’accepter de s’éloigner. Malgré cela, ils continuèrent à crier « Dieu sauve le prince ». Porter nota qu’ils prirent très mal le fait que Charles n’ait finalement pas accepté de se montrer à eux, malgré les coups qu’ils avaient subis pour lui26. Porter ne fait pas plus de commentaire là-dessus mais il est fort probable qu’Olive ait lu ces nouvelles – qui sortent du domaine intime de sa correspondance avec son époux – à son entourage et que ce même entourage les ait transmis au reste de la cour. On peut penser que le parti anti-espagnol à la cour d’Angleterre tira profit de cette information pour se renforcer. Au mois d’avril encore, Porter raconta à sa femme la visite que le prince avait fait la veille à l’Infante27. C’était leur seconde rencontre. Ils avaient à peine échangé quelques mots. Il affirmait que le prince était toujours amoureux mais qu’il était aussi très malheureux de ne pouvoir la voir davantage28.

  • 29 G. REDWORTH, op. cit., p. 98 ; John NICHOLS, Progress of King James, 4, p. 877 ; James Howell cité (...)
  • 30 J. NICHOLS, op. cit., p. 877.
  • 31 D. TOWNSHEND, op. cit., p. 64.
  • 32 Howel, Epistolae, p. 169.
  • 33 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op  cit., p. 278
  • 34 La Duchesse de Buckingham à son mari, F. Harl. 1581, p. 56.

15La famille royale s’était bel et bien coalisée pour que l’Infante ne se retrouve jamais proche du prince. Charles tenta donc de braver les interdits, soutenus par ses amis. Il en fut réduit à entreprendre des actions, qui, selon les termes de Porter, choquèrent les Espagnols. Charles, tel le héros espagnol dont il avait lu les exploits dans une version de la Celestina, sauta par-dessus le mur du jardin de la Casa de Campo où se promenaient l’Infante et sa suite, pour se jeter à ses pieds29. Ces débordements furent interprétés comme les conséquences de l’amour fou et insensé que Charles portait à l’Infante. L’Infante et les dames de sa suite se montrèrent toutes offusquées30. Un autre courrier de Porter nous apprend que Charles en ayant assez d’être tenu éloigné de sa bien-aimée, et ayant eu « ouïe dire » que son « aimée avait pour habitude de se lever tôt pour collecter la rosée du matin avec ses Dames dans les jardins royaux », avait demandé à Porter de l’accompagner pour lui servir d’interprète s’il parvenait à rencontrer seul l’Infante. Il se serait tenu derrière les buissons pour espionner la princesse. Une des dames d’atours de cette dernière l’aurait aperçu et après s’être jetée à ses genoux, l’aurait supplié de partir31. Cet épisode n’aida pas Charles à obtenir l’autorisation tant souhaitée de rencontrer l’Infante en privé. Olivarès disait de Charles qu’il regardait l’Infante d’une manière qui lui faisait penser à celle d’un chat envers une souris32. Il était donc hors de question que les deux jeunes gens s’entretiennent en privé. Dans l’une de ses lettres, Kate se désespère d’avoir appris par son mari que le prince était toujours tenu à distance de l’Infante, signe selon elle, que s’il arrivait finalement à obtenir sa main, ce serait après bien longtemps33. Et afin d’aider Charles à mieux connaître sa promise, elle lui envoya des petites jumelles afin qu’il puisse au moins l’observer de loin34.

  • 35 Lettre du 17 juillet 1623, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 61.
  • 36 Lettre du 29 juillet, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 63.
  • 37 Thomas Birch, Court and Times of James the First; Illustrated by Authentic and Confidential Letters (...)

16À la fin du mois de juillet, Porter annonça à Olive que le prince s’était accordé avec Philippe IV sur les conditions du contrat. Le mariage aurait donc, selon lui, bien lieu. Il s’en félicitait disant que l’Infante était « la meilleure créature qui soit » et serait donc une reine parfaite pour Charles35. À partir de ce moment-là, on espéra que les fiancés seraient enfin autorisés à se rencontrer pour échanger et apprendre à mieux se connaître36. Charles fut exaucé. À son départ de Madrid, il fut autorisé à aller embrasser la main de l’Infante et là encore, afin de bien lui faire comprendre qu’elle n’était pas encore à lui, tout en profitant de cette opportunité pour glorifier le catholicisme, les Espagnols organisèrent une mise en scène dont ils avaient le secret. Lorsque Charles entra dans la pièce pour saluer l’Infante, il trouva celle-ci installée sur un trône, entourée de ses Dames d’honneur, immobile et positionnée de telle sorte qu’elle était l’image vivante de la Vierge Marie37. Ce fut donc plus un acte de dévotion à la Vierge Marie que Charles fut forcé d’accomplir en embrassant la main de l’Infante, qu’un baiser à sa fiancée.

  • 38 Lettre du 29 juillet, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 63.

17Le prince Charles réussit tant bien que mal à contenir ses sentiments pour l’Infante durant ces longs mois. Les diplomates espagnols l’encourageaient à patienter. On entretint ainsi ses espoirs en l’informant, pour calmer son impatience, qu’elle l’aimait et se préparait avec soin à devenir sa femme en prenant des cours d’anglais. Sur ce point, Porter se permet une analyse acérée de la formation de l’Infante. Il explique qu’en réalité, elle disposait des enseignements d’un confesseur qui lui apprenait non pas à s’adapter à sa nouvelle vie dans des royaumes protestants, mais plutôt « insufflait dans son cœur un esprit missionnaire et l’aidait à anticiper son exil dans un pays hérétique avec la pure résignation d’une martyre »38.

  • 39 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, juin 1623, MS. Harl. 6987. fol. 119, in : G. GOODM (...)
  • 40 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 282

18Dépitée devant l’acharnement de la famille royale à interdire à l’Infante d’aimer le prince Charles, la duchesse de Buckingham se consolait en exprimant sa reconnaissance envers Lady Bristol, l’épouse de Digby, disant qu’elle avait appris qu’elle s’occupait du prince avec dévouement. Avec elle, il se sentait aimé à un moment où il n’avait toujours pas le cœur de l’Infante María. Pourtant, on apprend grâce à une lettre de Kate que Charles recevait tout de même des nouvelles directement de l’Infante. Elles se limitaient à quelques informations sur son style de vie, mais c’était déjà beaucoup étant donné la situation. L’Infante souhaitait-elle malgré tout créer des liens avec Charles ? Kate avait été informée par son époux que malgré l’interdiction faite à Charles de voir l’Infante, celle-ci lui aurait transmis une note dans laquelle elle lui aurait demandé de porter une « grande fraise/collerette ». Le prince aurait ri de bon cœur, pensant que cette demande, qu’elle lui faisait personnellement, était bon signe pour l’avenir, malgré le ridicule dans lequel accéder à sa demande le mettrait. Kate écrivit à son mari qu’elle s’empressa de rapporter l’anecdote au Roi Jacques pour en rire avec lui39. Elle n’avait que rarement l’occasion de transmettre une bonne image de celle qui faisait souffrir son prince. Une autre fois, alors qu’elle demandait à son époux de poser pour le peintre Gerbier, envoyé par le Roi Jacques à Madrid auprès du prince, et de lui envoyer le portrait car son époux lui manquait énormément, on apprend qu’elle attendait également avec impatience un portrait de l’Infante ; portrait qu’elle avait commandé à Gerbier afin qu’elle puisse juger de sa beauté. Elle avait en effet entendu dire qu’elle était très belle et espérait que c’était vrai. Elle considérait que l’Infante était la cause de l’éloignement géographique de son époux, contraint d’accompagner le prince à Madrid40.

Conclusion

19Porter annonça le départ de Madrid par courrier à son épouse le jour même où Charles fit part à Philippe IV de son intention de partir. Le prince et ses compagnons quittèrent le palais royal fin août et firent escale à l’Escorial, à Ségovie et à Valladolid avant d’embarquer à Santander. Aucune correspondance ne fut écrite en chemin, sans doute parce qu’elle serait arrivée en même temps qu’eux ou même après.

20Sans grand intérêt diplomatique, les correspondances de Charles de Galles, du duc de Buckingham et de Lord Porter avec leurs familles laissent pourtant à la postérité des témoignages et des anecdotes privées, intimes, qui rappellent que l’Histoire est faite par des êtres humains et que les raisons et les exigences politiques et publiques sont conditionnées par leurs attentes et leurs espoirs. L’expression intime et sans barrière qu’on y trouve offre donc un point de vue différent, de l’intérieur, sur les événements et les explique en y apportant une sincérité et une spontanéité que les écrits officiels sont incapables de fournir. Connaître la face intime des grands épisodes de l’Histoire aide à mieux comprendre certaines évolutions. Les correspondances des Stuarts, de Buckingham et de Porter nous offrent ainsi un regard inédit sur eux-mêmes et sur la famille royale espagnole et son entourage. Elles replacent les négociations de mariage britannico-espagnol dans un contexte plus humain, expliquant en partie le marasme diplomatique dans lequel elles se sont engluées au fil des semaines, mettant tout simplement en évidence que le séjour du prince de Galles à Madrid en 1623 fut avant tout une aventure humaine. Elles mettent en avant les incompatibilités culturelles entre les deux nations et démontrent qu’elles ont annihilé tous les efforts diplomatiques des dirigeants et de leurs ambassadeurs et ont ainsi fait échouer ce projet d’alliance et de paix.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires :

Allen, Hinds (ed.), Calendar of State Papers, Venetian, Vol. 1621-1623, Londres, 1910.

CARLETON, Dudley, Letters from and to Sir D. Carleton, Londres : Smith Elder, 1757.

CARLETON, Dudley, Dudley Carleton to John Chamberlain, 1603-1624, Maurice LEE (ed.), New Brunswick : Rutger University Press, 1972.

CARY, Robert, Memoirs of the Life of Robert Cary, Baron of Leppington and Earl of Monmouth, John Boyle Orrery (ed.), Londres : 1759.

DE BENAVIDES, José Ignacio, Las Relaciones España -Inglaterra en Los Reinados de Felipe III y Felipe IV, Biblioteca Diplomática Española, Sección Estudios 32, Madrid : Ministerio de Asuntos Exteriores y de Cooperación, 2011.

ELLIS, Henry, Original Letters Illustrative of English History, vol. 3, Oxford : Oxford University Press, 1827.

Everett, Mary-Anne (ed.), Calendar of State Papers, Domestic, vol. 1619-1623, Londres, 1858.

Everett, Mary-Anne (ed.), Calendar of State Papers, Domestic, vol. 1623-1625, Londres, 1959.

HALLIWELL, James, Letters of the Kings of England, Vol. II, Londres : Henry Colburn Publishers, 1848.

HARDWICKE, Philip, Miscellaneous State Papers from 1501 to 1726, Londres : Strahan & T. Cadell, 1778.

HAWSFORD (Sir), Letter The King Philip IV About the Welcoming of the Spanish Ambassor, 26 July 1623, Londres : National Archives, Ms Secretaries of State, State Papers, Domestic, Ms 1623, fol. 122.

HUME, David (ed.), Papeles satíricos sobre El Ministerio Del Conde Duque De Olivarès, Mss 18201, Biblioteca Nacional de España, 1623.

JACQUES Ier, List of the Prince's Jewels, With Note of a Letter From the King to Lord Carey of Leppington, 6 Mars 1623, Ms Secretaries of State, State Papers Domestic, Mss 1623 – Sp 14/139, fol. 63.

LOCKYER, Roger, Letters to John Chamberlain, 1603-1624, Londres : Longman, 1972.

MCCLURE, Norman Egbert, The Letters of John Chamberlain, Volume Two, Memo Ills Xii, Philadelphie : The American Philosophical Society, 1939.

NICHOLS, John, The Progress of King James the First, 4 vol., Edimbourg : John Nichols Pbl., 1828.

STEVENSON, T. G (ed.), Letters of The Duke and Duchess of Buckingham, Chiefly Addressed to James I, Edimbourg : Stevenson Pbl., 1834.

TOWNSHEND, Dorothea, Life and Letters of Mr. Endymion Porter, Londres : Fisher Unwin, 1897.

Études :

AINTSWORTH, William, Spanish Match, Vol. III, Book IV, 3, « Fiestas Reales », Londres : Chapman & Hall, 1865.

BIRCH, Thomas, Court and Times of James the First; Illustrated by Authentic and Confidential Letters, From Various Public and Private Collections, Vol. II, Londres : Henry Colburn, 1848.

CASADO SOTO, José Luis, Cantabria vista por viajeros de los siglos XVI y XVII, Santander : Centro de Estudios Montañeses, Gobierno de Cantabria, 2000.

DUCHEIN, Michel, Le Duc De Buckingham, Paris : Fayard, 2001.

DUCHEIN, Michel, Jacques Ier Stuart, Paris : Fayard, 2003.

DUNLOP, John, Memoirs of Spain During the Reigns of Philip IV and Charles II from 1621 to 1700, Londres : Thomas Clark, 1834.

ELLIOTT, John H., Olivarès. L’Espagne de Philippe IV, Paris : Robert Laffont, 1986.

ELLIOTT, John H., « With the Prince of Wales in Madrid, 1623 », in: Byron HOLLINSHEAD et Theodore K. RABB (dir.), I Wish I'd Been There, Book Two: European History, Londres : Anchor, 2009.

GARDINER, Samuel Rawson, The Earl of Bristol's Defence of His Negotiations in Spain, Londres : Kessinger Publishing,(1871) 2008.

GARDINER, Samuel Rawson, Narrative of the Spanish Marriage Treaty, Londres : Camden Society, (1869) 1968.

GARDINER, Samuel Rawson, Prince Charles And The Spanish Marriage: 1617-1623: A Chapter of English History Founded Principally Upon Unpublished Documents In This Country and in the Archives of Simancas, Venice, and Brussels, 2 vols, Londres : Hurst And Blackett, 1869.

GERVAS, Huxley, Endymion Porter: The Life of a Courtier, 1587-1649, Londres : Chatto & Windus, 1959.

GOODMAN, Geoffrey, The Court of James the First, Londres : Samuel Bentley, 1839.

GRELL, Chantal et PELLISTRANDI, Benoît (dir.), Les Cours d’Espagne et de France au XVIIe siècle, Madrid : Collection de la Casa De Velázquez, 2007.

HOWEL, James, Epistolae Ho-Elianae: The Familiar Letters of James Howell, Londres : Jacobs, 1650.

JONSON, Ben, The Cambridge Edition of The Works of Ben Jonson, vol. 5, David Bevington (ed.), Cambridge : Cambridge University Press, 2012.

JUILLET GARZÓN, Sabrina, « La diffusion des valeurs écossaises et britanniques à l’épreuve du voyage de Charles de Galles en Espagne (1623) », in : Lesley GRAHAM (dir.), The Production and Dissemination of Knowledge in Scotland/ La production et dissémination des savoirs en Écosse, Besançon : Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 2017, p. 165-184.

JUILLET GARZÓN, Sabrina, « The place of Scotland in the marriage negotiations, 1623 », in : Aniela KORZENIOWSKA (dir.), Imaging Scotland, Varsovie : Warsaw University Press, 2017, p. 189-195.

JUILLET GARZÓN, Sabrina, « Le voyage du Prince Charles à Madrid, 1623. Regards croisés sur les jeux et enjeux politico-religieux entre la Grande-Bretagne, la France et l’Espagne », in : Edwige CAMP, John CHANDLER, Daniel GREGORIO et Ammaria LANASRI (dir.), Pouvoir (s) : expressions et représentations, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, 2018, p. 89-102.

JUILLET GARZÓN, Sabrina, « La différence identitaire et culturelle au sein de la Cour anglo-écossaise du roi Jacques VI et I : un avantage dans le projet d’union et d’unité britannique jacobéen ? », in : Sabrina JUILLET GARZÓN, Pierre FOURNIER et Arnaud FIASSON (dir.), L’Écosse : la différence/Scotland, the Différence, Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 2019.

IGLESIAS, Rafael, La Estancia en Madrid De Carlos Estuardo, Príncipe De Gales, En 1623: Crónica De Un Desastre Diplomático Anunciado. Illinois : Cervantes virtual, 2001, http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/la-estancia-en-madrid-de-carlos-estuardo-principe-de-gales-en-1623-cronica-de-un-desastre-diplomatico-anunciado/html/ff35bff0-82b1-11df-acc7-002185ce6064_2.html

NICHOLS, John, The Progress of King James the First, 4 vol. Edimbourg : John Nicols Pbl., 1828.

REDWORTH, Glynn, The Prince and the Infanta. The Cultural Politics of the Spanish Match. Yale : YUP, 2003.

SHAW FAIRMAN, Patricia, España vista por Los Ingleses del siglo XVII, Madrid : Sociedad General Española De Librería, 1981.

Haut de page

Notes

1 De nombreuses lettres des secrétaires d’État, dont Andover, Chamberlain, Conway et Dumoulin se trouvent dans la collection Ms Secretaries of State, State Papers Domestic, Sp14/138 et Ms 1623, fol. 29 ; Calendar of State Papers, Venetians, 1623 ; John DIGBY, Abstract of Bristol's Letters, 23 Juillet 1622-3 Mars 1623. Ms Secretaries of State Foreign, Spain. Sp 94/26, fol. 62.

2 Robert CARY, Memoirs of the life of Robert Cary, Baron of Leppington and Earl of Monmouth, Londres : John Boyle Orrery, 1759 ; José Luis CASADO SOTO, Cantabria vista por viajeros de los siglos XVI y XVII, Santander : Centro de Estudios Montañeses, Gobierno de Cantabria, 2000.

3 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : Geoffrey GOODMAN, The Court of James the First, 2, Londres : Richard Bentley, 1839, p. 282 ; Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, juin 1623, MS. Harl. 6987, fol. 119, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 283 ; Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 12 août 1623, MS. Harl. 1580, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 309-314.

4 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 278-281.

5 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 12 août 1623, MS. Harl. 1580, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 314.

6 Lettre du Prince Charles et de Buckingham au Roi Jacques, 22 avril 1623, in : James HALLIWELL, Letters of the Kings of England,Vol. II, Londres : Henry Colburn Publisher, 1848, p. 200-202.

7 Michel DUCHEIN, Jacques VI & Ier, Paris : Fayard, 2003, p. 495.

8 Sabrina JUILLET GARZÓN, « The place of Scotland in the marriage negotiations, 1623 », in : Aniela KORZENIOWSKA (dir.), Imaging Scotland, Varsovie : Semper, 2017, p. 189-195; Sabrina JUILLET GARZÓN, « Le voyage du Prince Charles à Madrid, 1623. Regards croisés sur les jeux et enjeux politico-religieux entre la Grande-Bretagne, la France et l’Espagne », in : Edwige CAMP, John CHANDLER, Daniel GREGORIO et Ammaria LANASRI (dir.), Pouvoir (s) : expressions et représentations, Valenciennes : Presses Universitaires, 2018, p. 89-102.

9 Michel DUCHEIN, Buckingham, Paris : Fayard, 2001, p. 96 ; G. GOODMAN, op. cit., p. 132.

10 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 282.

11 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, juillet 1623, MS. Harl. 6987, fol. 119, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 283.

12 Lettre du Prince Charles et de Buckingham au Roi Jacques, 10 mars 1623, in : J. HALLIWELL, op. cit., p. 184.

13 Dorothea TOWNSHEND, Life and Letters of Mr. Endymion Porter, Londres : Fisher Unwind,1897, p. 50-51.

14 Lettre du 17 avril 1623, D. TOWNSHEND, op. cit., p. 53.

15 Lettres du 16 mai 1623, D. TOWNSHEND, op. cit.,p. 54-56.

16 Lettre du 7 juin 1623, D. TOWNSHEND, op. cit.,p. 56-58.

17 Voir par exemple : Manuscritos, H. 56, fol. 305, Biblioteca Nacional de España.

18 Carmelo LISÓN TOLOSANA, « Referencia y auto referencia en el ritual cortesano barroco », in : C. GRELL, op. cit., p. 3-12.

19 La liste des seigneurs ayant obtenu un prêt entre le 6 et l8 avril 1623 se trouve dans Relación de las facultades concedidas por la venida del señor Príncipe de Gales, Biblioteca Digital de Castilla, 1623, p. 214.

20 « Copie of the K. of Spaine’s Letter to the Conde of Olivarès », 22 septembre 1622, reproduite in : T. G. Stevenson, (dir.), Letters of the Duke and Duchess of Buckingham, chiefly addressed to King James I, Édimbourg : Stevenson, 1834, p. xxxiv ; Akrigg, op. cit., p. 339 ; D. Townshend, op. cit., p. 37.

21 Lettre du 17 mars1623, in : Philip HARDWICKE, Miscellaneous State Papers from 1501 to 1726, Londres : Strahan & T. Cadell, 1778, p. 409.

22 Lettre du 10 mars à son épouse, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 47-49.

23 Glynn REDWORTH, The Prince and the Infanta. The Cultural Politics of the Spanish Match, Yale : University Press, 2003, p. 130.

24 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 12 août 1623, MS. Harl. 1580, p. 328, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 311.

25 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 278.

26 Lettre de Porter à son épouse, 10 mars 1623, in : D. TOWNSHEND, op. cit, p. 48.

27 Lettre du 17 avril 1623, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 52.

28 Lettre du 7 avril 1623, Calendar of State Papers, 1619-1625, p. 54.

29 G. REDWORTH, op. cit., p. 98 ; John NICHOLS, Progress of King James, 4, p. 877 ; James Howell cité in : HALLIWELL, op. cit., p. 216.

30 J. NICHOLS, op. cit., p. 877.

31 D. TOWNSHEND, op. cit., p. 64.

32 Howel, Epistolae, p. 169.

33 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op  cit., p. 278.

34 La Duchesse de Buckingham à son mari, F. Harl. 1581, p. 56.

35 Lettre du 17 juillet 1623, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 61.

36 Lettre du 29 juillet, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 63.

37 Thomas Birch, Court and Times of James the First; Illustrated by Authentic and Confidential Letters, From Various Public and Private Collections, Vol. II, Londres : Henry Colburn, 1848., p. 399.

38 Lettre du 29 juillet, in : D. TOWNSHEND, op. cit., p. 63.

39 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, juin 1623, MS. Harl. 6987. fol. 119, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 283.

40 Lettre de la Duchesse de Buckingham à son époux, 16 juillet 1623, in : G. GOODMAN, op. cit., p. 282.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Juillet-Garzón, « La correspondance de Charles de Galles et de ses proches lors des négociations de mariage à Madrid en 1623 : regards intimes sur la cour d’Espagne », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36567

Haut de page

Auteur

Sabrina Juillet-Garzón

Université Sorbonne Paris Nord, PLEIADE UR 7338

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search