Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité à l’épreuve du politiq...Éducation du prince et pensée pol...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité à l’épreuve du politique : affleurements et instrumentalisations

Éducation du prince et pensée politique chez le jésuite Juan Mariana (1536-1624). La familiarité au risque de l’intimité d’après le De rege et regis institutione (1599)

Renaud Malavialle

Résumés

Rédigé à l’intention de Philippe III à la fin du règne de son père, Philippe II, et à la suite de l’Historia de rebus Hispanæ (1592), le De rege et regis institutione (1599) du jésuite Juan de Mariana est un traité d’éducation qui exalte les bénéfices linguistiques, culturels et politiques, pour toute la communauté, d’une familiarisation précoce du prince héritier avec des vassaux de tous ses royaumes et principautés. L’enrichissement réciproque est facteur de lien mais l’effort de familiarisation expose le jeune prince au grave risque de l’adulation, contre lequel il doit être le plus intimement prévenu. Aucun favoritisme ne doit ainsi permette à un flatteur de détourner le futur monarque des intérêts communs. Face au risque perpétuel de l’émergence d’un favori exclusif, renforcé par une excessive intimité, Juan de Mariana exhorte le jeune prince, dans un texte en latin présenté comme le fruit d’échanges bienveillants avec les plus honnêtes conseillers et vieux sages de la monarchie, à entendre des recommandations convergentes avec l’expérience de l’histoire universelle et hispanique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, « Análisis del Testamento de Isabel la Católica », Cuadernos de Histori (...)

1Dans l’Ancien Régime, les liens de familiarité entre le prince (primus inter pares) et un entourage plus ou moins proche fondent le politique. Par ailleurs, les alliances entre diverses lignées dynastiques marquent l’histoire par l’intimité matrimoniale. L’union d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon en 1469 d’une part et celle d’autre part de Marie de Bourgogne avec Maximilien d’Autriche en 1477 qui prétendait préserver le duché des ambitions françaises, sont exemplaires et en l’occurrence fondatrices, dès le règne de leur petit-fils Charles Quint, de la monarchie hispanique. Au siècle suivant, le mariage que Marie de Médicis et Philippe III concerteront entre la fille de ce dernier, l’infante Anne d’Autriche alors âgée de dix ans, et Louis XIII, en 1615, représente un espoir de paix côté français et une stratégie d’influence côté espagnol. L’intimité matrimoniale, de même que celle d’Isabelle de Bourbon et du futur Philippe IV, est si précoce que ce dernier prince devra attendre pour consommer le mariage. Cette union double entre des héritiers et infants royaux de France et des Espagnes est pour le moins porteuse d’intentions et de valeurs politiques. Par ailleurs les tensions précédant la révolte des Comunidades de Castille et le conflit armé des années 1520-1521 illustrent les risques qu’un manque de familiarité entre un monarque étranger, sa cour flamenco-bourguignonne et le royaume de Castille qui les accueille fait courir à la communauté. Les testaments d’Isabelle et de Ferdinand avaient justement prévu les inconvénients d’un changement dynastique et tenté de les éviter1. Inversement, après sa victoire à Villalar, l’effort d’hispanisation consenti par le premier monarque Habsbourg fut sans doute utile, lors des négociations aux Cortes de Castille, pour obtenir des contributions fiscales du royaume. Le politique implique ainsi à cette époque l’intimité des princes entre eux et leur familiarité avec grands vassaux et sujets, l’engagement de leur existence personnelle de leur naissance à leur mort.

  • 2 Juan de MARIANA, De rege et regis institutione, Tolède : Petrum Rodericum, 1599 (la pagination des (...)
  • 3 Isabelle et Ferdinand ont modéré les ambitions de la noblesse castillane en réduisant, entre autres (...)
  • 4 Anne DUBET, « Le servicio de los 8 millones (1588-1590) ou la négociation érigée en principe d’acti (...)
  • 5 Voir les « Instrucciones de Palamós » datées du 4 mai 1943, et Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Corpus doc (...)
  • 6 À ce titre il n’est pas jusqu’au Discurso de las cosas de la Compañía, où Mariana alerte contre une (...)
  • 7 Sur la vocation et les missions de la Compagnie, voir Louise BÉNAT-TACHOT, Pierre-Antoine FABRE, Pa (...)
  • 8 Voir Gil González Dávila, Monarquía de España. Historia de la vida y hechos del ínclito monarca, am (...)

2L’intimité ou la familiarité sont ainsi des moyens aussi bien que des fins du et de la politique. La réflexion sur l’éducation et la formation du prince déployée par Juan de Mariana dans le De rege et regis institutione (1599)2 questionne donc logiquement ces deux notions problématiques. Quand Juan de Mariana rédige ce traité à la demande de García de Loaysa, la monarchie des Habsbourg d’Espagne est traditionnellement marquée par le souci d’indépendance des membres de la Couronne vis-à-vis de la noblesse3. Mais la transition politique est délicate à la mort du roi prudent. Après l’échec de la Gran Armada en Angleterre (1588), les tensions fiscales des ocho millones4, les troubles à Saragosse (1591), alors que la guerre des Flandres se poursuit et que la question morisque reste en suspens, la transmission de l’héritage est un enjeu considérable, ne serait-ce qu’en raison du jeune âge du nouveau roi Philippe III. Sur le plan éducatif, le souci de l’indépendance du monarque se traduit par le conseil d’éloignement des factions courtisanes, dans la ligne des instructions secrètes adressées par Charles Quint au futur Philippe II, où l’empereur insistait sur l’importance pour le prince de se préparer à gouverner certes entouré de conseillers mais néanmoins par soi-même5. Le successeur de Charles sur les territoires patrimoniaux était né et avait grandi en Castille où il assura assez tôt la régence en tant que prince héritier. Cette expérience politique précoce s’enrichit encore d’une autre non moins formatrice : le manque de familiarisation avec un royaume étranger pour lui en tant que roi consort d’Angleterre de 1554 à 1558 auprès de Marie Tudor. C’est cependant ensuite depuis la Castille que la défense de l’Église romaine et de l’hégémonie hispanique allaient impliquer une importante activité militaire dans les affaires françaises et sur les fronts hollandais et anglais en particulier. Philippe II était désormais castillan, mais peu familier des Flamands, d’une part, et des factions courtisanes, exemplairement le parti de Ruy Gómez da Silva, prince d’Éboli (1516-1573) et celui du duc Fernando Álvarez de Toledo, duc d’Albe, ou celles qui avaient conduit à une expérience tragique dans le cas du prince Carlos, qui s’étaient d’autre part affrontées durant son long règne. Durant les années 1590, Philippe II s’appuya pour gouverner sur une étroite junta au sein de laquelle le prince héritier fut tenu de se former en participant à l’examen des dossiers puis aux prises de décision. Si Philippe III donnait à certains égards satisfaction, quelques inquiétudes demeuraient sur les compétences du jeune prince héritier d’une monarchie d’envergure universelle. Philippe III était espagnol, mais c’était désormais davantage son manque de familiarisation avec d’autres territoires et son jeune âge ainsi que certains traits de caractère qui l’exposaient au risque d’une influence partisane et intéressée. La mainmise d’une faction courtisane sur la faveur royale pouvait préoccuper les précepteurs et les proches conseillers et secrétaires de son père. Les cicatrices de la révolte de 1591 à Saragosse n’étaient pas non plus refermées, le désastre de la Gran Armada et la guerre des Flandres avaient épuisé les finances de la monarchie et la question morisque devenait pressante. L’invitation à créer une familiarité aussi précoce et constructive que possible entre le prince et les enfants des plus recommandables vassaux de la monarchie nous semble ainsi répondre, dans le De rege, à la conscience des conditions de viabilité de très hétérogènes corps politiques et d’une monarchie composite. L’année de publication du De rege ont lieu les noces du nouveau roi avec Margarita de Austria (1584-1611) qui lui donnera huit enfants dont le prince héritier Philippe IV. Le De rege est un texte avant tout doctrinal, soucieux de rappeler des principes à partir d’expériences historiques relativement distanciées, même si l’auteur n’hésite pas à évoquer de graves questions d’époque. Mais du point de vue anthropologique fondamental qui nous intéresse surtout pour l’étude d’un traité d’éducation politique du souverain hispanique, le souci de voir le jeune monarque et ses infants s’enrichir sans tarder et continûment de l’altérité d’éminents et exemplaires sujets de diverses composantes territoriales de la monarchie répond à l’espoir d’une maîtrise des conditions du resserrement des liens politiques généraux. Au sein même de son ordre, un jésuite tel que Juan de Mariana (1536-1624) avait, une expérience des modalités de la constitution d’un corps politique et des conditions de sa préservation6. Sa formation thomiste lui assurait en outre une profonde connaissance théorique du politique. La pratique de la correspondance, la conscience de l’importance des compétences linguistiques et le souci éducatif furent des exigences primordiales des pères fondateurs et de leur esprit missionnaire7. Dans le cas d’un infant appelé à régner, la mutuelle familiarisation linguistique et culturelle du prince héritier et des vassaux de tous horizons présente aussi, selon Mariana, l’intérêt d’un enrichissement réciproque et collectif8. Le roi en est le bénéficiaire, mais son intérêt n’est nullement à comprendre dans un sens exclusif de domination et c’est cette logique même de l’échange qui pourrait distinguer la pensée de Mariana de celle de la ligne machiavélienne qu’il n’ignore ni ne sous-estime nullement. Le bénéfice que le prince retire tient précisément sa valeur du fait même qu’il est partagé, mutuel, entre la communauté et le souverain, de façon indissociable. C’est pourquoi selon Mariana le monarque doit préférer être aimé qu’être craint. L’effort pour parvenir à un échange fructueux entre le futur souverain en formation et la communauté expose néanmoins le jeune prince à un grave risque. Ce risque invite à définir les limites de la familiarité : l’adulation qui corrompt inlassablement les corps politiques. Bientôt à la tête de royaumes et principautés, le prince doit être le premier et le plus intimement prévenu contre les maux qui le menacent lui et ses royaumes. Il peut y parvenir en apprenant à identifier et à repousser les intérêts privés nuisibles au bien commun de la res publica, au lien d’amour politique indispensable qui l’unit à elle. Telle est bien sûr la leçon politique générale qu’il s’agira d’analyser en tentant de la situer dans son contexte.

Une pensée éducative au service de la monarchie

  • 9 Dans le prologue, l’auteur évoque avec quelle insistance son proche ami García de Loaysa, le précep (...)
  • 10 García de Loaysa y Girón, précepteur du prince Philippe depuis 1585 à la suite de Juan de Zúñiga do (...)
  • 11 Juan de MARIANA, Historia general de España, 1601 et 1609. Une dernière édition du vivant de l’aute (...)

3Le De rege et regis institutione, sur lequel portera notre étude, questionne l’intimité et la familiarité dans le champ de la production des idées qui nous occupe. Ce n’est pas la première œuvre du père jésuite, loin s’en faut, puisqu’avant ce traité certes important, une autre, décisive, l’Historia de rebus Hispaniæ (1592), devait marquer le parcours intellectuel de Juan de Mariana. Outre le récit continu qu’elle proposait de la construction ou de la restauration de l’« Espagne » jusqu’aux Rois Catholiques, cette œuvre consignait en latin les nombreux exempla historiques dont certains jalonneraient notre traité. Faire preuve d’une connaissance large de l’histoire universelle et de celle des territoires hispaniques était un préalable utile à une forme de conseil que le roi prudent ne semble pas avoir négligé dans la perspective de la transmission du pouvoir. Alors qu’il rédigeait ce traité d’éducation en latin, à la demande9 du précepteur du prince García de Loaysa (1534-1599)10, un proche de Cristóbal de Moura, lui-même secrétaire de Philippe II, Mariana adaptait aussi en castillan cette histoire depuis les origines mythiques de la monarchie en terres hispaniques. Il la rendrait ainsi accessible à un large public deux années plus tard11.

  • 12 MARIANA, De rege, p. 5.
  • 13 MARIANA, De rege, p. 4.
  • 14 Sur le plan pédagogique, l’optimisme est pourtant bien explicitement exalté : « Pro magnam et subli (...)
  • 15 Voir Henry MÉCHOULAN, « Le travail du temps dans l’œuvre politique de Mariana », Archives de philos (...)
  • 16 Voir Harald E. BRAUN, Juan de Mariana and Early Modern Spanish Political Thought, London : Ashgate, (...)
  • 17 Mariana ne pousse pas les métaphores organiques jusqu’à leurs dernières limites, comme c’est le cas (...)
  • 18 Comme le souligne Pablo Fernández Albaladejo, la fameuse formule de Fray Juan de Salazar dans la Po (...)
  • 19 Cette préoccupation est très présente dans l’analyse des dérives de la Compagnie de Jésus dont la c (...)

4Mise sous le signe d’une intimité experte, savante et conviviale, entre pieux, prudents et honnêtes hommes, Suasola (vir prudens et doctus12) et Calderón (nobilis in primis Theologus13), qui partagent avec Mariana repas et réflexions nocturnes, la rédaction du De rege et regis institutione dévoile dès le prologue (præfatio), pour le prince Philippe III désormais en majesté, l’intention et les conditions de sa production ou de son ultime révision. Les exemples historiques utilisés dans ce traité traduiront la profondeur d’une conviction pédagogique inscrite dans la tradition humaniste. Inspirée du « divin Platon » et d’Aristote, de Cicéron ou Tacite, il s’agit aussi de consolider une ligne hispanique déjà ancienne et aussi inspirée de références médiévales. Il n’y a pas lieu de discuter ici de l’ambiguïté de l’optimisme de Mariana14. Cet aspect abordé par Méchoulan15 et Braun16 pourra faire l’objet d’une autre étude, mais notons surtout que la pensée profondément historicisée de Mariana est indissociable de ses convictions politiques et de son engagement pédagogique. Tout corps politique, depuis la « personne » jusqu’aux communautés les plus diverses, s’inscrit dans des circonstances que la prudentia invite à prendre en compte s’il s’agit de ne pas les subir, sans prétendre les dominer absolument. Ordre, villes ou royaumes sont perçus comme des corps politiques partageant des conditions d’émergence, de conservation et d’évolution. Et comme par un effet de retour, les réflexions politiques du père jésuite semblent avoir conforté ses convictions sur l’éducation de celui dont la fonction est d’assurer sinon une osmose du moins un lien durable entre la tête et chaque membre des corps politiques. L’insistance sur ce lien organique17 est concomitante de l’accent mis sur la condition temporelle de la personne du prince, au point qu’il est difficile de ne pas percevoir dans le De rege une homologie fondamentale entre toutes les entités politiques, de la plus singulière à la plus générale18. À quelque échelle d’observation des réalités humaines que ce soit, Mariana insiste ainsi sur l’attention particulière que de nouvelles circonstances requièrent. La personne du roi et la communauté pareillement évoluent en partie au gré de ces circonstances et sans prudence éducative et politique, ces circonstances s’imposent ou sont subies, faute d’être prises en compte à bon escient. De même que sans vigilance sur les conditions d’intégration de nouveaux membres au sein d’un ordre, par exemple, certaines dérives dommageables sont inévitables, de même l’attention portée à l’éducation des jeunes infants, et en particulier à celle du prince héritier, engage la continuité de la plus large entité politique. L’enjeu de l’éducation est donc maximal comme peut l’être pour un ordre celle de la formation des novices en son sein19.

  • 20 Sur le De monetæ mutatione, voir Elena María GARCÍA GUERRA, « Les idées monétaires du père Juan de (...)
  • 21 Voir Frédéric GABRIEL, « Réalisme politique et rationalité : Juan de Mariana entre royauté et “resp (...)
  • 22 Voir Érasme de ROTTERDAM, La formation du prince chrétien. Institutio principis christiani, Mario T (...)

5Une grande partie de l’œuvre de Juan de Mariana est ainsi vouée à conjurer l’émergence des errements des principaux agents du corps politique avant que de devoir y remédier plus difficilement. Former les consciences par l’histoire, au sens que lui donne la première modernité qui n’en exclut pas les croyances mythiques dès lors qu’elles fédèrent motifs et horizons d’action, ou par une théorie politique chargée de pragmatisme historique, comme s’y applique le très critique De monetæ mutatione, lui semble la seule solution viable20. Le jésuite doit affronter les tendances machiavéliennes et absolutistes qui transgressent, selon l’Église romaine, les principes fondamentaux de toute constitution politique légitime et de tout gouvernement viable, en négligeant le consentement de la communauté. Mais dans quelles limites la familiarité du prince avec les meilleurs vassaux de toutes les « naciones », dont il est le souverain, est-elle affirmée comme une condition pratique de préparation au régime mixte défendu21 ? La fréquentation précoce d’éminents et respectables vassaux issus des différents royaumes et principautés doit permettre la nécessaire proximité symbolique, sinon physique, une familiarité suffisante entre le futur souverain et chacun des territoires qu’il devra administrer. Toute l’œuvre de Mariana a tenté de rapprocher le souverain de ses peuples et naciones, sans négliger la majesté, et non d’ériger le monarque en figure distante à trop d’égards. L’idée que si l’homme est certes limité, fini et pécheur par nature, il n’en demeure pas moins amendable, réformable et perfectible, quelle que soit la mission qui lui échoit, fonde l’espoir humaniste d’une éducation du prince réussie. Cette éducation doit en effet compenser, selon l’idée qu’Érasme avait solennellement formulée, la perte du droit de choisir qui, dans les monarchies électives, garantit à la communauté les compétences et vertus du monarque, pour avoir été démontrées au préalable22. Le chapitre intitulé Num principatus hereditarius esse debeat (I, 3) développe les enjeux de cette problématique. Mariana y fait valoir que l’expérience de nombreux peuples leur a permis de constater la cause des maux des monarchies héréditaires :

  • 23 MARIANA, op. cit., I, 3, p. 36 : « […] et filios sæpe paterna indulgentia, copia voluptatum corrump (...)

[…] ils n’ignoraient pas que l’indulgence des pères envers leur héritier et l’abondance des plaisirs corrompaient souvent leurs fils, qui étaient différents de leurs parents, et que cette faute ruinait les empires en peu de temps23.

  • 24 Voir Alexandra MERLE, « Le débat sur la résistance au tyran dans la littérature politique espagnole (...)

6C’est pourquoi l’éducation du prince doit le rendre apte à contribuer efficacement à la préservation du plus précieux des biens : la confiance que lui accordent les communautés. Ces dernières consentent au transfert de leur souveraineté à un monarque cependant tenu par son serment, prononcé devant les Cortes, de respecter les lois. Loin d’être legibus solutus, le roi doit garder à l’esprit que la communauté est en droit d’attendre en outre le respect du bon gouvernement. Les longs développements du premier livre du De rege sur le tyrannicide invitent le prince à méditer sur les circonstances dans lesquelles elle peut légitimement résister à une dérive tyrannique et jusqu’à quel point il peut en subir les conséquences24.

  • 25 MARIANA, op. cit., « De l’éducation des enfants », I, 2.

7Dans la ligne de l’humanisme mais avec une acuité maximale, le De rege est traversé par l’idée récurrente d’une plasticité spécifique des êtres humains. Toujours dans la ligne d’Érasme, le chapitre De puerorum institutione25, formule une interrogation rhétorique très révélatrice de cette conviction, par laquelle Mariana élève la conscience de son lecteur jusqu’à embrasser une expérience universelle, celle de toute l’humanité :

  • 26 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 125 : « Quæ autem gens tanta humanitate culta, aut tam agrestis et bar (...)

Y a-t-il quelqu’un, que ce soit parmi les peuples civilisés, incultes et barbares, qui ne comprenne ni ne reconnaisse que le reste de la vie dépend des premières années, que les années qui les suivent sont étroitement liées aux premières26 ?

  • 27 Ibid. : « Ut enim in semente posita spes messis est ».
  • 28 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 127 « Durati figuram externam non recipient, neque ullis præceptis cas (...)

8Cette formulation hyperbolique de l’importance accordée à l’éducation de l’enfant dans toutes les sociétés humaines fait apparaître le caractère universel de la conscience éducative et surtout l’irresponsabilité de toute négligence dans ce domaine. L’expérience de l’importance des premières années en particulier, l’intuition que le premier âge est plus que tout autre celui de la malléabilité du caractère sont unanimement partagées. Une métaphore agricole, parmi d’autres, condense cette idée : « c’est dans la graine que se trouve l’espérance des récoltes »27. D’où l’importance du soin apporté à la germination qui en favorisera l’éclosion dans un terreau culturel et affectif. Et de façon complémentaire, cette vérité apparaît clairement par contraste avec la vanité plus fréquente des efforts éducatifs postérieurs : « à un âge plus avancé ils n’admettent plus, quels que soient les préceptes qu’on leur transmette, de changement de comportement ni d’état d’esprit »28. Un bel exemplum narratif rapporte une réaction significative de Cornelia, la mère des Gracques, en insistant sur l’importance de la formation précoce. Cette mère attentive et vertueuse répliqua en effet tacitement à une patricienne qui se flattait d’arborer des tenues somptueuses en lui montrant ses enfants au comportement édifiant :

  • 29 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 128 : « Recte Cornelia Gracchorum mater mulieri ornatum ostentanti gem (...)

Cornelia, la mère des Gracques, s’en tint très justement à répondre à une femme qui se flattait de porter de belles robes, de l’or et des pierres précieuses en lui montrant ses enfants, au sortir d’un cours ; ils étaient éduqués selon les plus rigoureuses coutumes, ce qui ne contribua pas peu à l’éloquence par laquelle ils brillèrent29.

9Cet exemplum exalte les mérites d’une éducation propice aux nobles réalisations, en l’occurrence celles des deux frères futurs tribuns de la plèbe et de leur tentative de réforme sociale, face à la pompe patricienne inutile et arrogante. Et dans ce chapitre, l’exposé des vertus éducatives acquiert l’aspect d’une dissertation sur l’inné et l’acquis où la première notion n’est certes pas niée, mais où chaque argument ou exemple concourt à étayer la conviction que le processus d’acquisition fondé sur la malléabilité des comportements et habitudes est souvent beaucoup trop sous-estimé :

  • 30 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 131: « Ita inter homines plurimum ad vitam instituendam, moresque conf (...)

Le caractère que nous a donné le ciel influe beaucoup sur notre comportement et nos habitudes ; mais la mauvaise ou la bonne éducation que nous recevons dans nos premières années influe aussi beaucoup, ainsi que celle qui est confirmée dans les années suivantes30.

  • 31 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 104 : « Naturæ, inquit, bonum industria quoque ipse juvi ».

10Un exemple emblématique surgit encore dans ce jugement sur Nicias, le général et homme politique athénien, artisan de la paix, dont l’histoire a retenu les qualités. À qui lui demanda comment il pouvait faire montre de tant de vertus, Nicias répondit : « par mon effort, j’ai cultivé les dons de la nature »31.

11L’expérience réalisée par Lycurgue, enfin, évacue même toute idée d’innéité en comparant deux comportements d’animaux après dressage :

  • 32 « Quantum enim institutio valeat duorum catulorum exemplo Lycurgus declaravit. Iisdem enim parentib (...)

La valeur de l’éducation, Lycurgue l’a démontrée par l’exemple de deux chiots. Nés en effet tous les deux des mêmes parents lors d’une même portée, il habitua l’un à la chasse et l’autre aux os qu’il lui donnait. Par la suite, il les réunit dans un même lieu avec de la nourriture qu’il leur avait jetée : l’un se rua dessus tandis que l’autre la négligea, détourné par l’envie de suivre un lièvre qu’il avait aperçu ; il montra ainsi quelle force a l’habitude prise dès l’enfance par les citoyens et qu’elle est la plupart du temps plus forte que la nature32.

12L’idée que les vertus, les aptitudes et compétences s’acquièrent par l’effort et le travail, au point qu’ils peuvent compenser les hasards du naturel, est au cœur de la conception humaniste que Mariana prolonge, dans la ligne d’Érasme et de Vivès. Elle prétend conjurer tout fatalisme éducatif dont les effets seraient assurément catastrophiques et concerne tout homme. C’est cependant bien entendu dans le cas du prince que la mise en œuvre du projet éducatif représente un enjeu politique majeur et urgent.

L’entourage précoce du prince : familiarité et lien politique

  • 33 MARIANA, op. cit., II, 9 : « De comitibus », p. 193 : « […] quales adolescentes et juvenes ad pueri (...)
  • 34 Voir Antonio FEROS, El duque de Lerma. Realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid : Marc (...)

13Le chapitre De comitibus (II, 9) est particulièrement éclairant. Le prince doit être entouré dès son jeune âge de compagnons d’étude (comites) et de secrétaires choisis parmi toute la noblesse (universa nobilitate selecti). Ce choix sélectif doit avoir pour critère l’excellence de vertus naturelles que l’éducation viendra en outre confirmer (recta institutione confirmata). Mariana déplore toute négligence sur le choix du « genre d’adolescents et de jeunes admis dans la familiarité du prince pour jouir des droits qu’accorde le partage d’un même lieu de vie »33. Or ce palais bien organisé pour l’éducation du prince dès ses jeunes années, Mariana le présente à nouveau selon une métaphore agricole comme une véritable pépinière de courageux capitaines, de sages magistrats et de gouverneurs. De ce creuset sortiront à terme, comme d’une école de probité, de savoir et de prudence, des hommes dotés des qualités nécessaires en temps de paix comme en temps de guerre. Le haut niveau d’exigence pour l’éducation du prince redoublerait ainsi ses effets bénéfiques sur ceux qui fourniront le personnel administratif de la monarchie, dans l’intérêt de la communauté. Cette familiarité durable permet au futur monarque d’apprendre à qui accorder sa confiance. Elle le prépare à savoir nommer capitaines et magistrats par lui-même, et non par l’intermédiaire de courtisans qui recommandent ou blâment par intérêt ou haine34. Et Mariana réitère ici ses conseils de défiance envers les adulatores qui recherchent en permanence l’oreille du roi, s’efforçant de monopoliser sa faveur souveraine. Mais si cet écueil est conjuré, de l’échange de biens culturels surgit un bien supérieur, au niveau symbolique : une confiance et une amitié, les principaux affects en somme, qui sont des facteurs fondamentaux de lien politique.

14Des exemples extraits de l’histoire universelle illustrent les bénéfices d’une familiarisation réussie entre le prince et les jeunes vassaux éduqués à ses côtés. Le roi de Syrie nommé Ben-Hadad et ses deux cent trente fils de princes originaires de toutes les provinces sous sa suzeraineté est couvert de gloire par l’histoire sacrée. Les soldats de Publius Cornelius Scipion, envoyé après Carthage à Numance, sont présentés par Philonide comme une cohorte mutuellement unie. Les Wisigoths, enfin, ont généralisé la coutume d’éduquer les fils des grands nobles au palais royal, et ce fut la raison principale, manifestement, de leur capacité à déposséder les Romains de l’Espagne.

15Selon Mariana, cette familiarisation précoce permet d’inculquer aux nobles le sens du devoir et d’éviter que l’envie d’innover ne compromette la paix des royaumes : les enfants des puissants sont en quelque sorte des otages de l’honneur. Et c’est ici que les exemples du passé prennent tout leur sens. Mariana expose le critère de perfection d’une telle institution éducative : que les compagnons du roi ne soient pas sélectionnés parmi « cette province ». Comprenons en général celle qui est la plus familière au prince –le royaume de Castille en l’occurrence–, mais plus largement parmi toutes les « nations » : les vassaux issus des principautés et royaumes dont le monarque est le souverain. La raison de ce critère est que les sujets s’estiment alors tous tenus en même estime et qu’en retour, ils éprouvent tous autant que possible pour leur souverain la même affection. Cette organisation favorise une émulation qui unit chacun des vassaux sous l’autorité du monarque. Et le bénéfice ressenti est de nature à obliger chacun tout autant à préserver la dignité du roi qu’à œuvrer à la prospérité de la communauté. La conception que Mariana propose de l’amour politique est destinée à consolider l’armature d’un corps politique dense où les affects prévalent. Mariana n’est pas avant tout historien ou penseur politique. Docteur en théologie thomiste, formé très tôt aux langues anciennes, il a vite été confronté aux idiomes vernaculaires lors de ses séjours au cœur de différentes aires culturelles européennes. Rien d’étonnant dès lors à le voir insister sur ce vecteur de familiarité. Or l’apprentissage linguistique est un facteur essentiel de tout sentiment d’appartenance sociale ou politique, comme ce passage le souligne :

  • 35 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 196-197 : « Princeps frequenti usu, omnium Gentium instituta moresque (...)

Par fréquentation régulière des uns et des autres, le prince découvrira les diverses institutions et coutumes de tous les peuples, les vertus et les vices de chacun d’eux, comprendra sans effort aucun et en conversant simplement les langues de tous, se familiarisera avec eux : il n’aura nullement besoin d’interprètes pour rendre son jugement et répondre aux questions, ce qui est vexatoire pour les « nations » soumises à son autorité. Je ne veux pas que les enfants des provinces étrangères s’expriment dans la langue du prince, mais au contraire dans leur langue maternelle en présence du roi, pour qu’ainsi se manifestent l’abondance des langues et les compétences dans chacune d’entre elles35.

  • 36 Cette formulation issue de l’anthropologie française de Marcel Mauss à Pierre Bourdieu nous semble (...)
  • 37 Voir les travaux de Marcel Mauss et Pierre Bourdieu et dans le champ de l’histoire moderne de l’air (...)
  • 38 Voir Ricardo GARCÍA CÁRCEL (coord.), La construcción de las historias de España, Madrid : Marcial P (...)

16Il faut bien mesurer la portée de cette recommandation, de ce conseil aussi bien culturel que politique et de « l’économie de l’échange symbolique » qu’il implique36. Faire admettre à un prince destiné à régner que ses vassaux s’adressent à lui dans une autre langue que la sienne semble une gageure. Comprendre qu’une relation de cet ordre n’entraîne pas de lèse-majesté et n’est pas même désobligeante, qu’elle permet au contraire un considérable transfert de compétences culturelles, des plus efficaces politiquement, n’a rien d’évident. L’insistance préalable sur la plasticité de la condition humaine prend alors tout son sens. Mariana semble prétendre convaincre le prince qu’à moyen terme en effet, il s’enrichit au contact de ses vassaux issus des différentes naciones, de leur compétence linguistique et culturelle en se familiarisant en somme progressivement et sans effort avec leur idiosyncrasie. Ce processus produit un bénéfice mutuel par transfert réciproque d’aptitudes et partage légitime d’une familiarité constructive. Pareille accumulation d’un capital de sympathie est de nature à valoir au prince, à terme un retour en rapport avec l’effort consenti. Mariana semble pressentir et esquisser une logique du don que l’anthropologie contemporaine a bien analysée37. Et cet enrichissement n’est pas à sens unique, il bénéficie à chacun des vassaux éduqués auprès du roi dans des conditions optimales. Renforcer le lien entre le roi et les territoires patrimoniaux alors que l’émergence d’entités politiques aux contours pré-nationaux met en péril, comme dans les Flandres, la reconnaissance de la tutelle ou de la souveraineté du monarque hispanique est chez Mariana une préoccupation probable. Auprès d’un lectorat savant dans la Historia de rebus hispaniœ et auprès d’un public élargi dans son Historia general de España, l’auteur s’est donné les moyens de contribuer à l’affirmation verbale et littéraire, imaginaire et cependant performative donc, d’une entité territoriale et historique unitaire nommée Espagne. Au-delà de ce projet circonscrit pour l’essentiel à la Péninsule et qui s’achève sur le règne des Rois Catholiques, le De rege adresse au prince héritier de la monarchie hispanique des conseils sur la viabilité d’une entité politique plus large encore38.

17L’histoire universelle de quatre rois fameux illustre le caractère déterminant de l’éducation du prince, positivement et négativement cette fois, après ceux déjà cités au chapitre 9. Chronologiquement ce sont les cas du roi égyptien Sésostris dont la valeur est notoire, celui de Cyrus, fondateur de l’empire perse, celui de Darius, qui en a restauré la grandeur, et enfin celui d’Alexandre dont Quinte Curce documente bien la formation. Ces quatre exemples de rois anciens constituent des illustrations éclatantes, par l’ampleur de leurs réalisations, de l’intérêt crucial de l’éducation et de la formation au contact de vassaux honorés ou respectés dans leur identité.

  • 39 Mariana fait référence au livre I, chapitre 11.

18Selon l’Histoire de Diodore39, le père de Sésostris aurait ordonné que tous les enfants nés le même jour que son héritier soient invités à être éduqués et instruits à ses côtés. Il s’agissait de renforcer les liens entre eux et de les prédisposer davantage à affronter les dangers de la guerre. Si Mariana regrette le critère de sélection, fondé sur le hasard des naissances, en lieu et place d’une observation des « aptitudes naturelles » du futur entourage du prince, il reconnaît au procédé une intuition louable :

  • 40 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 197 : « Sed in errore tamen Regis barbari lumen veritatis elucet, expe (...)

Au sein même de l’erreur de ce roi étranger, brillait, cependant, la lumière de la vérité, dans la volonté de les voir élevés à toutes les vertus auprès de son fils, vers le courage militaire et la prudence civile, conformément au caractère et à la condition de chacun40.

  • 41 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 198 : « […] dans la mesure où le caractère et les conditions de chacun (...)

19Accorder à ce roi égyptien, au père de Sésostris donc, une lueur fulgurante de vérité, c’est aussi reconnaître chez un païen cette intelligence universelle, exemplaire ici, que Mariana évoquait en effet comme l’apanage de toutes les sociétés humaines, des plus barbares et primitives aux plus avancées ou dignes d’admiration. La précision ajoutée en fin de phrase, où le sens de la mesure et de la négociation entre formateurs et élèves est valorisé (« Ut cujusque ingenium erit captusque naturæ »41), traduit son souci de la prise en compte des circonstances, de l’ajustement des ambitions aux moyens. Elle souligne ainsi le lien intime, propre à l’humaniste, qui unit conscience historique et ambition éducative.

  • 42 Ibid. : « Sic factum nihil ut præstantius singuli sui Principis gratia esse judicarent ; ad eam omn (...)

20Cet exemple trouve son équivalent en Perse. Selon le témoignage de Xénophon en effet, le roi Cyrus, fondateur de l’empire, avait bénéficié d’une éducation partagée dans les mêmes conditions. Grandissant dans une émulation qui reconnaissait à tous une valeur comparable et dispensait à chacun une formation également vertueuse, ce roi fut entouré des compagnons avec qui assurer au royaume prospérité et gloire. Les dotant tous généreusement mais avec équité, il les consultait pour prendre ses décisions, les invitait à la chasse, leur proposait des activités afin de les exercer physiquement aux combats éventuels, le tout dans une intention bien évidente : l’union. « Ainsi [advint-il que] rien ne leur paraissait plus important que leur amitié pour leur Prince ; ils y concouraient en un même élan »42 : ces liens de bonne volonté ou d’amitié sont ceux des affects par lesquels les hommes font corps, constituant l’armature du corps politique du royaume. Xénophon a donc souligné le lien entre l’éducation de ce prince et la glorieuse histoire politique dont il a été l’acteur, une action politique qu’il n'aurait pas menée à bien sans la force de cette cohésion.

  • 43 Ibid. : « velut ex fonte tetro diversi prorsus mores et ratio imperandi manarunt, exitus contrarii  (...)

21L’héritier de Cyrus, fournit en revanche un contre-exemple. Le parcours de Cambyse n’est pas une exception à la règle : il en illustre la dimension négative. Selon Mariana, comme l’observe Platon au livre III des Lois, Cambyse a détruit son héritage en raison d’une éducation peu comparable avec celle qu’avait reçue son père. C’est ainsi que « des habitudes politiques différentes fleurirent comme à une source corrompue pour mener à des résultats opposés »43. Le contraste est fort entre les conditions de vie de Cyrus dès sa naissance dans un pays austère, la frugalité de son éducation parmi des bergers, l’exercice du corps dans des situations rudes qui « ennoblissent l’âme », et celles qu’a connues son fils dès sa naissance, selon Mariana en tous points opposées. Le père a souvent vaincu ses ennemis sur les champs de bataille et a su combattre certains vices domestiques. Mais il n’a pas prévu l’écueil d’une éducation et d’une transmission imprudente ou inadéquate :

  • 44 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 199 : « Idem bello quam post victoriam clarior, neque considerans quan (...)

Plus illustre à la guerre qu’après la victoire, il ne sut pas prendre la mesure des maux qui naissent d’une éducation efféminée ; absorbé par les nombreuses guerres qui naissaient les unes des autres, il confia l’éducation de son fils à des femmes et à des eunuques44.

  • 45 Ibid. : « […] neque aliunde majus periculum urget Principibus ».

22C’est en fonction du respect de la tempérance que Mariana évalue les comportements qui mènent aux échecs ou aux déclins. Concernant Cambyse, il estime pouvoir considérer que les « excès de plaisirs » l’ont rendu « orgueilleux envers ses sujets, lâche face à ses ennemis », ce qui lui a valu la haine et le mépris du peuple. Son successeur, Darius, apprit de cet exemple et restaura la grandeur de l’empire, mais n’étant pas de naissance royale, il ne retint pas la leçon éducative et permit aussi que son fils héritier Xerxès goûtât aux plaisirs dès ses premières années. La conclusion qu’en tire Mariana a la force d’une règle implacable : « rien n’est plus préjudiciable »45. Dans ces conditions, le souci d’éducation du prince héritier devient le premier devoir politique du monarque, une priorité « historique » puisqu’il engage la durée de toute œuvre politique, le prolongement d’un projet, la conservation de l’imperium. Avant de traiter du quatrième cas, grec cette fois, deux paragraphes dissertent sur la nocivité des plaisirs et de la voluptuosité, un danger dont il est si difficile de prendre la mesure qu’il le qualifie d’incroyable (« incredibile »), espérant que l’appel à la prise de conscience nécessaire du prince soit entendu.

  • 46 Il s’agit du livre VIII.
  • 47 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 201 : « Alexandrum eorum virtute benevolentiæque sæptum, cum quibus fu (...)

23Le dernier grand exemple issu de l’Antiquité est celui d’Alexandre, perçu comme un parangon de grandeur. Mariana insiste sur l’origine macédonienne du prince conquérant, tant elle détermine les circonstances de son éducation. Les nobles de Macédoine confiaient habituellement leurs enfants à leur roi. Ils en gardaient la chambre, ils le servaient comme écuyers, l’accompagnaient à la chasse et à la guerre, partageaient sa table et recevaient en même temps une instruction efficace dans les arts libéraux. Mariana cite Quinte Curce46 qui présenta cette cour comme une pépinière de cadres militaires et de gouverneurs civils : « Par ce moyen, grâce au courage et à l’amitié de ses camarades, Alexandre vainquit les plus lointains ennemis et sa domination ne connut pour limites que les confins de la terre »47. La familiarisation entre le prince et ses grands vassaux était la règle en Macédoine et Mariana affirme qu’il n’est guère besoin de chercher ailleurs les raisons de la réussite d’Alexandre le Grand.

  • 48 Voir Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Corpus documental de Carlos V, Salamanca : CSIC, 1975, t. II, p. 104 (...)

24Si la familiarisation précoce du prince héritier avec les fils des grands nobles d’un royaume, l’émulation vertueuse, le partage de valeurs acquises dans l’effort, loin des plaisirs et de tout excès, sont des fondements de la grandeur future de la monarchie, deux écueils doivent cependant être évités, comme Mariana le déduit de l’expérience historique. Le premier a été clairement rappelé : l’excès de plaisirs. Mais l’auteur s’inscrit aussi dans la ligne des Instructions secrètes48 de Palamós, que l’empereur Charles Quint avait adressées directement à son fils le prince héritier, lui conseillant de ne jamais accorder sa confiance à une seule personne, sans négliger de lui recommander des conseillers éprouvés. Lorsqu’il accéderait au trône, Philippe devrait en avoir plusieurs afin de recueillir divers points de vue et de s’affranchir de l’influence d’un vassal mal intentionné ; il éviterait aussi de favoriser l’un de crainte d’éveiller le dépit de l’autre.

25Ce conseil est repris par Mariana : le jésuite termine son chapitre en mettant en garde contre le plus lourd danger qui pèse sur l’éducation du prince, l’intimité particulière. Si donc le jeune prince doit développer une utile familiarité avec tous les fils des Grands, aucune préférence ne doit cependant conduire à une intimité dangereuse pour le monarque et à travers lui pour tout l’édifice politique.

L’intimité dangereuse et l’écueil de l’adulation

26L’intimité n’est bien sûr pas dangereuse en soi, comme en témoigne le chapitre De nutricibus (II, 2) où l’auteur regrette précisément avec force arguments que les enfants soient trop tôt séparés de leur mère et confiés à des nourrices. Car non content de priver l’enfant de la force naturelle du lait de la mère, c’est alors le tout premier entourage de l’enfant, son intimité avec les femmes qui l’allaitent, justement, qu’il devient nécessaire de choisir avec un soin extrême. L’intimité maternelle serait donc idéalement à protéger et privilégier, et celle que les nourrices offrent à l’enfant retiré du sein de sa mère doit être très encadrée et surveillée.

  • 49 Sur le favori de Jean II de Castille, voir José Manuel CALDERÓN ORTEGA, « Los privados castellanos (...)

27De même García de Loaysa insistait auprès du roi Philippe II, au soir de son règne, pour qu’un mariage avec une princesse vertueuse contribue à affirmer la compétence politique du prince héritier. Certaines qualités politiques lui manquaient encore malgré une initiation bien engagée et le mariage apparaissait au précepteur comme un moyen important pour l’en doter. Intimité matrimoniale et formation politique ont alors partie liée dans l’intention pédagogique du précepteur. Mais s’agissant de la préparation à l’art de régner, l’intimité peut aussi apparaître comme une perversion de la familiarité. Dans l’histoire politique de la Castille, le cas d’Álvaro de Luna (1390-1453) est exemplaire49. Ce favori du roi Jean II eut sur lui une telle influence dans tous les domaines que bien des maux de la Castille de l’époque s’expliquent selon Mariana par l’aliénation du monarque :

  • 50 Mariana, op. cit., II, 9, p. 202 : « Alvarus Luna in regia ita dominatus est, ut ne cibi quidem gen (...)

Don Álvaro de Luna parvint à une telle domination au palais que le roi ne changeait de nourriture, de tenues et de serviteurs qu’au gré de la volonté du favori : triste condition pour un roi, pour le royaume et pour les deux50.

28Le favori a payé de sa tête cette ascendance excessive sur son roi, mais le royaume a subi des dommages considérables. Sans relater en détail les torts d’Álvaro de Luna, Mariana conclut solennellement le chapitre par cette sentence issue d’une réflexion fondée sur l’expérience historique :

  • 51 Ibid. : « Illud modo Principis institutoribus commendatum esse debet, ne quoad res ferent, unum ali (...)

Il convient que ceux qui éduquent le prince, dans la mesure où les circonstances le permettent, ne consentent pas à ce qu’un courtisan s’empare de l’esprit du roi au point d’être préféré aux autres, et qu’en l’admonestant ils habituent le prince dès son enfance à manifester la même affection pour tous ses proches et pour tous les individus de la cour51.

  • 52 Cette remarque est celle du traducteur de la dernière édition espagnole, Sánchez Agesta.

29Rédigée en italiques dans le texte original52 cette conclusion générale a toutes les apparences, dans la pensée politique de notre humaniste, d’un précepte incontestable tant il transcende tous les cas minutieusement exposés. Les plus notoires exemples de l’Antiquité annoncent ceux, emblématiques, de l’histoire castillane. Ils fondent cette préoccupation pour l’indépendance du souverain, particulièrement récurrente dans l’écriture de Mariana : on la retrouve dans la dénonciation des adulateurs dont il pressent le retour, à l’aube d’un nouveau règne, justement dans la ligne du précédent médiéval.

  • 53 Mariana, op. cit., II, 11, De adulatoribus, p. 211-222.
  • 54 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 221.

30Mariana consacre à cette dénonciation des adulateurs un chapitre entier du De rege53. Ce passage du traité est un vigoureux avertissement contre un danger jugé des plus redoutables, dont l’acuité s’explique aussi par le contexte. À l’époque de la rédaction du De rege, le fils héritier de Philippe II doit régner, comme son père, sur les trois couronnes ibériques de Castille, d’Aragon et du Portugal et l’enjeu de la transmission d’un tel héritage est immense. Né en 1578, le roi est encore jeune et sa compétence relativement incertaine, mais surtout la captation par Philippe II de la couronne portugaise est encore récente, les troubles de 1591 en Aragon qui ont donné lieu à des exécutions capitales à Saragosse sont encore dans tous les esprits et le conflit des Flandres est toujours problématique. La transition et la transmission du pouvoir exposent à bien des écueils l’administration d’aussi nombreux et vastes royaumes et principautés. L’urgence est donc de prévenir le monarque contre une catégorie de courtisans dangereuse pour la santé des corps politiques. Et c’est bien en termes médicaux que Mariana s’exprime dans un chapitre où les adulateurs sont décrits comme un fléau, comme des fauteurs de troubles gravissimes, comme une maladie ravageuse. Les adulateurs sont préjudiciables (exitiales), comme la pire des pestes (ita nulla ut pestis gravior), ce sont des bêtes fauves (belua), des « monstres inhumains » (nullum immanius monstrum54). Puisant dans le registre du bestiaire des fables, Mariana pousse l’hyperbole jusqu’à ses dernières limites, en présentant à l’imagination poétique l’inconcevable malignité de sa cible :

  • 55 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 212 : « non si tigres, pantheræ, et leones in unum locum conferantur, (...)

On aurait beau réunir en un seul lieu les tigres, les panthères et les lions et évoquer par l’imagination les chimères, harpies et autres Sphynx, la méchanceté de ces adulateurs demeurerait incomparable55.

  • 56 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 213 : « Nimirum amor ille, quo se quisque amat, sibi adulatur » (nous (...)
  • 57 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 214 : « […] se próximos cælestium conditioni arbitrantur ».

31Affirmer l’incommensurable méchanceté d’êtres sociaux réels au regard d’êtres mythiques à la cruauté idéal-typique, c’est peut-être suggérer habilement que les premiers suivent les voies absolument maléfiques que seul un esprit chrétien peut concevoir, celles de la séduction qui feint l’amitié. Ainsi les adulateurs flattent-ils l’amour propre ou l’orgueil que Mariana qualifie déjà d’adulateur intime56. Les princes éduqués depuis l’âge tendre dans les ors de la monarchie, acclamés par la foule au point d’en nourrir parfois superbe et mépris pour autrui, sont particulièrement enclins à « se croire presque des dieux »57. Cet avertissement classique contre l’orgueil et la tentation entend prévenir le danger accru encouru par le prince au contact de courtisans prompts à flatter son inclination naturelle pour la témérité et l’insolence. Le risque concerne donc la personne du prince :

  • 58 Ibid. : « Huic adulatori primario, hoc est Regis cupiditati et amentiæ, externus adulator adjunctus (...)

Qu’on ajoute maintenant à ce premier aspect de l’adulation, l’ambition et la vanité du roi, un adulateur externe : il produira de lamentables ravages, pervertissant et semant en tout la confusion ; il poussera la sottise du Prince jusqu’à la stupidité58.

32Mais le danger est surtout politique puisqu’à travers le souverain il menace, avec la tête de la monarchie, l’ensemble des corps sociaux qu’elle administre. Ces courtisans-là, d’apparence inoffensive et qui ne trompent pas les sages, parviennent cependant à aveugler les souverains pleinement légitimes :

  • 59 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 212 : « Non enim lucem solis eripiunt, sed quod est multo funestius, (...)

Ils ne nous ôtent pas la lumière du soleil, mais ils s’efforcent, et c’est plus funeste encore, d’éteindre la lumière de la vérité et d’aveugler ceux qui gouvernent, des hommes dont Dieu a fait des souverains pour qu’ils ne cessent de veiller à l’intérêt de tous59.

  • 60 Ibid. : « Fontes tetra tabe inficere, unde universus populus haurit aquam, exitiale ».
  • 61 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 225.

33Et les adulateurs ne manipulent pas seulement le souverain : leurs manœuvres contaminent littéralement le corps social tout entier puisqu’ils « corrompent les sources auxquelles doit boire tout le peuple »60. Les exemples historiques catastrophiques abondent, comme celui de Néron, flatté par tout son entourage au point de se prendre pour un acteur61, ou celui d’Alexandre, précédemment exalté, mais dont Mariana censure le comportement perverti quand, adulé et infatué au point de s’identifier à Jupiter, il en vint à infliger à Callisthène « la plus cruelle des morts ». L’historien grec familier d’Aristote, auquel Mariana peut s’identifier non sans motifs, refusait la dérive tyrannique du roi. La cruelle condamnation de son insoumission par Alexandre est chargée de sens : elle illustre exemplairement comment un grand conquérant, en se laissant gouverner par l’orgueil criminel que les adulateurs encouragent, offre au jugement de la postérité un piètre spectacle, revers de la médaille de sa gloire. Si Caligula et Domitien sont d’autres exemples anciens, ceux plus proches des rois castillans Pierre le Cruel ou Henri IV, « honte de l’Espagne », ne sont pas moins emblématiques de la façon dont un proche entourage peut simuler l’amitié, rechercher une intimité excessive pour flatter les dires, faits et projets d’un roi à des fins lamentables. Un exemple est cependant pour notre auteur particulièrement digne d’attention : celui de Tibère, le successeur d’Auguste.

34Le cas de Tibère est fréquemment évoqué à cette époque, entre autres par les auteurs de la mouvance tacitiste. Il permet une similitudo temporis entre le premier siècle de la Rome impériale et la fin du XVIe siècle où la monarchie hispanique est au faîte de sa puissance, mais où elle connaît en retour des difficultés comparables. L’évocation de cette époque romaine permet à Mariana de soumettre à la méditation de son destinataire un contre-modèle :

  • 62 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 219 : Sed inter Romanos tamen Imperatores nullus majori simulatione q (...)

[…] aucun des empereurs Romains ne fut plus dissimulé que Tibère, le successeur d’Auguste, et à aucune autre époque l’adulation ne fut plus intense et grossière. La tromperie répondait à la tromperie et aux mensonges des serviteurs répondait systématiquement la dissimulation du prince62.

  • 63 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 221 : « neque in iis quæ ad rem publicam pertinerent, consilio nisi s (...)

35Suivant l’historien Tacite, Mariana rapporte un véritable exemplum narratif d’une adulation particulièrement indigne. À la mort d’Auguste, le Sénat romain délibérait sur la possibilité d’édifier un arc de triomphe en l’honneur de l’empereur, où seraient inscrits les noms des provinces qu’il avait conquises. Valerius Messala aurait alors déclaré que le serment de fidélité à Tibère devait être renouvelé annuellement. Quand le nouvel empereur le questionna sur la motivation de son avis, il répondit qu’il l’avait formulé spontanément et ajouta : « concernant le bien de la république je n’écoute que mon propre conseil, au risque de faire offense au prince »63. Pareille déclaration se targue selon Mariana d’assumer le risque de déplaire au prince au plus haut point alors qu’elle ne cherche qu’à le flatter. Plus vile encore que celles qui affectent d’admonester le prince, elle signe selon l’auteur la plus totale servilité. C’est entre autres ce genre d’attitude que le prince doit apprendre à repérer, avec l’expérience, chez les courtisans avides d’honneurs et de richesses. Le principal antidote contre les nuisances de cette sorte de vassaux relève d’un véritable conditionnement, par « inculcation » du plus grand mépris pour ces comportements dès le plus jeune âge.

  • 64 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 222 : « monstrum horrendum, [ingens omni piaculo procurandum], pellen (...)
  • 65 Sur la critique des favoris au XVIe siècle, voir Antonio FEROS, « Imágenes de maldad, imágenes de r (...)

36La critique des favoris est une tradition bien enracinée dans la pensée politique européenne et hispanique du XVIsiècle. De Machiavel (1469-1527) dans Le Prince et Antonio de Guevara (1480-1545) dans Aviso de privados y doctrina de cortesanos (1539) à Giovanni Botero dans Della ragion di stato (1589) et Pedro de Ribadeneyra qui dénonce les lisonjeros dans le Tratado del príncipe cristiano, aucune tendance politique n’a négligé de relever ou déplorer les risques et inconvénients que représente toute délégation de souveraineté ou de gouvernement. Ainsi Juste Lipse, dans le Politicorum sive civilis doctrina libri sex (1589) insiste-t-il sur l’importance capitale pour le prince de ne dépendre de personne, et Jean Bodin sur l’inconcevable cession ou aliénation des droits régaliens, à l’instar de l’indivisible autorité divine. La dénonciation de l’existence même des favoris, des risques graves qu’elle fait encourir à la monarchie, est-elle donc un lieu commun que Mariana aurait pu épargner à son destinataire ? Il s’efforce au contraire de multiplier les allusions. Ainsi le prince doit-il apprendre à écarter le monstre de perversion que représente l’ensemble des adulateurs : « un monstre horrible […] qu’il faut chasser du palais pour éviter que sa vénéneuse respiration ne contamine le corps tout entier du royaume de la tête jusqu’au bout des pieds »64. Le chapitre 11 du livre II s’achève ainsi sur une hyperbole rhétorique non dépourvue d’originalité, une véritable allégorie d’une maladie endémique du corps politique : les efforts des adulateurs pour monopoliser la faveur royale. Formant une véritable légion, ils sont ainsi assimilés à un monstre dont la respiration est si morbide qu’elle corrompt tout ce qu’elle approche, des membres à la tête du royaume, des institutions au monarque en personne. L’adjectif « pestilenti » renvoie aux pires maux, aux pestes et fléaux qui invitent à la prévention radicale et salutaire contre les vices des séductions plus que suspectes. Mêlant une conception médicale et une représentation chrétienne du mal, Mariana achève de présenter dans ce passage les favoris, comme des diviseurs, soucieux d’éloigner le roi de ses sujets et de distendre ainsi le lien d’amour politique qui les unit65. Un passage du chapitre 9 du livre I, dont le seul titre – Princeps non est solutus legibus –, renvoyait déjà aux controverses de la pensée politique scolastique, était programmatique. Le conseil qui y était adressé au roi sous-tendait bien d’autres développements du De rege et regis institutione, et en particulier bien sûr celui que nous venons de commenter :

  • 66 MARIANA, op. cit, I, 9, Princeps non est solutus legibus, p. 103 : « Aulicorum voces certissimam pe (...)

Qu’il considère comme une authentique peste les paroles des courtisans qui, afin de le flatter, affirment que le pouvoir du roi prévaut sur les lois et la communauté (patria) et que tous les biens publics et les biens privés de ses sujets appartiennent à lui seul, que toutes choses ainsi que toutes lois dépendent de sa volonté, au point de tout ordonner à l’arbitraire du prince66.

37Le lexique ambivalent de la maladie et du fléau divin assimilait déjà les flatteurs à une peste. La critique de cette sorte de courtisan est donc bien fondamentale dans la pensée politique de Mariana. En inspirant au prince un orgueil sans borne, une confusion malsaine entre l’être et l’avoir, entre la fonction et la possession, les adulateurs l’invitent à s’imaginer davantage maître d’esclaves que magistrat d’une communauté de vassaux et de sujets. En recherchant par cette flatterie même une familiarité exclusive, autrement dit une intimité manipulatrice, les adulateurs travaillent en dernière instance à une éventuelle carrière de favori.

  • 67 Voir à ce sujet A. FEROS, op. cit., chapitre I, p. 72-74. Sur les juntas, voir Dolores María SÁNCHE (...)
  • 68 Une lettre du nonce Camilo Borghese, le futur Paul V, datée du 27 avril 1594 affirme que le texte a (...)
  • 69 Voir Harald E. BRAUN, Juan de Mariana, op.cit. , 2007, et du même auteur « Habsbourg governance. Th (...)

38Durant les dernières années de son règne, Philippe II avait dû constituer un mode de gouvernement des plus resserrés et familiers. Cristóbal de Moura jouissait d’une confiance particulière du roi au sein de la junta et dans ses recommandations au prince héritier, le roi prudent insistait sur l’importance de conserver en particulier ce proche conseiller67. Au seuil du règne de Philippe III, Mariana tente-t-il de mettre en garde le nouveau monarque contre une concurrence moins scrupuleuse ? García de Loaysa qui, selon le prologue, lui aurait instamment commandé la composition de ce traité, avait été le précepteur du jeune prince héritier et c’est sous son égide que l’humaniste prévient le nouveau souverain. Mariana le souligne à deux reprises, ce traité d’éducation s’inscrit sous le signe prestigieux de la Cyropédie de Xénophon, une histoire de Cyrus et un miroir du prince à l’usage de ses successeurs que tout monarque devrait méditer abondamment. Alors que le sage et expérimenté García de Loaysa vit ses derniers mois jusqu’en février 1599, Mariana évoque dans le prologue du traité un lieu de méditation partagé, un véritable locus amœnus où il engage de proches amis, Suasola et Calderón, un fructueux colloque sur l’éducation du prince et la fonction royale, préalable à la composition du De rege. Le traité est très largement une œuvre doctrinale et la critique estime que sa rédaction initiale remonte au début des années 1590. Il est donc à cette heure difficile de circonstancier précisément son intention68. Mais sous l’égide de García de Loaysa, l’humaniste alerte pour le moins le jeune monarque sur les risques d’une insuffisante préparation aux affaires politiques, sur l’importance de garder le contrôle de ses décisions en évitant de s’en remettre à un seul conseiller, et sur une priorité politique fondamentale : les efforts éducatifs auprès des infants. Ces conseils, dont il répète et détaille les principes, sont destinés à ce qu’aucune familiarité excessive, en l’occurrence aucune intimité avec l’engeance des adulateurs, ni donc aucun favoritisme, ne permette à un flatteur de nuire pour son propre profit aux intérêts indissociables de la monarchie et de la communauté. En ce sens, pour l’humaniste soucieux du service d’une institution monarchique respectueuse de la communauté, les conseils prodigués au monarque responsable du projet éducatif de son futur héritier valent pour sa fonction. Conseils d’éducation, de formation et de transmission se conjuguent ainsi en une pensée politique cohérente69, au temps de l’ascension de Francisco Gómez de Sandóval y Rojas, nommé duc de Lerma en 1599 et désormais favori du roi.

Conclusion

  • 70 L’époque de la rédaction du traité de Mariana précède celle de la privanza ou valimiento de Francis (...)
  • 71 Voir G. GONZÁLEZ DÁVILA, op. cit., p. 20-22 : « Felipe II mandó a García de Loaisa y a otros Minist (...)

39Si le De rege de Mariana s’efforce d’affirmer des principes généraux étayés par des exemples issus des chroniques et des histoires sacrées et profanes, à l’aube du règne de Philippe III, la préoccupation concernant l’entourage du prince et l’avenir de la monarchie est perceptible70. Les conseils éducatifs de Mariana sont tout autant des avertissements contre un relâchement du prince durant les années qui suivent sa formation, c’est-à-dire durant tout son règne (reliqua vita), qu’une invitation à s’acquitter du premier des devoirs d’un roi, le soin de la continuité éducative auprès du prince héritier dès les premières années. La récurrence des exempla historiques utiles à dénoncer les méfaits de l’adulation traduit le souci prégnant de la transition et de la transmission de l’autorité monarchique en des temps d’incertitude71. Elle s’adresse donc aussi au souverain lui-même et vise en premier lieu à éviter que l’intimité excessive ou exclusive d’un proche ou d’un conseiller ne facilite quelque monopolisation de la décision politique, voire une usurpation de souveraineté et la dérive vers un gouvernement autoritaire. Tel semble être le souci de Mariana, tant abondent les exemples historiques du lien étroit entre intimité, adulation et arbitraire du gouvernement. Ce souci expliquerait l’insistance primordiale sur l’urgence éducative dans une monarchie héréditaire où doit être compensée la perte du choix du primus inter pares, propre aux monarchies électives, parmi les meliores. Dans ces conditions, tout projet d’éducation et de formation du prince repose sur une très ample (universa) familiarisation avec ses vassaux, les meilleurs bien entendu, issus de tous les horizons culturels et linguistiques de la monarchie. L’amour politique et les retours que cette familiarisation réciproque réclament devraient faire leur œuvre pour le plus grand bien de la communauté. Un cercle vertueux doit alors s’amorcer si toutefois ne s’interposent pas entre les membres et la tête du corps politique, avec une intention moins généreuse et plus intimement intéressée, ceux que l’ambition d’enrichissement motive à diviser, ou à manipuler voire à usurper la fonction souveraine.

Haut de page

Notes

1 Voir Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, « Análisis del Testamento de Isabel la Católica », Cuadernos de Historia Moderna, 13, Madrid : Editorial Complutense, 1992 ; et Alberto SAÉNZ DE SANTAMARÍA VIERNA, El Testamento cerrado de Fernando el Católico (un estudio de Derecho privado), El Justicia de Aragón, 2018.

2 Juan de MARIANA, De rege et regis institutione, Tolède : Petrum Rodericum, 1599 (la pagination des citations correspond à la monographie imprimée conservée à la bibliothèque de l’État de Bavière).

3 Isabelle et Ferdinand ont modéré les ambitions de la noblesse castillane en réduisant, entre autres, son influence dans les Conseils, en la maintenant à distance de la majesté monarchique, en promouvant enfin à ses dépens les letrados dans l’appareil administratif de la monarchie.

4 Anne DUBET, « Le servicio de los 8 millones (1588-1590) ou la négociation érigée en principe d’action », Ibérica, AELFE, 1999, p. 47-65.

5 Voir les « Instrucciones de Palamós » datées du 4 mai 1943, et Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Corpus documental de Carlos V, 1975, tomo II, p. 104-118 ; voir aussi Alfred MOREL-FATIO, L’instruction de Charles Quint à son fils Philippe II, Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux et des Universités du Midi, Quatrième série, Commune aux Universités d’Aix, Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Bulletin Hispanique, t. 1, 3, juillet-septembre 1899.

6 À ce titre il n’est pas jusqu’au Discurso de las cosas de la Compañía, où Mariana alerte contre une dérive autoritaire du gouvernement de son ordre, qui ne médite sur les maux et altérations de tout corps politique et sur les remèdes envisageables, en fonction des circonstances, de sa temporalité historique rigoureusement observée. Voir à ce sujet Renaud Malavialle, « La edificación del rey y de la historia en la civitas terrena : tiempo y cuerpos políticos según Juan de Mariana », in : Marina Mestre ZARAGOZA, Jesús PÉREZ MAGALLÓN et Philippe RABATÉ (dir.), Augustin en Espagne, 20, Toulouse : Presses Universitaires du Midi, Anejos de Criticón, p. 221-243 (p. 225-226) et Marie-Lucie Copete, « Un débat au sommet sur l’exercice du pouvoir politique : les traités de Juan de Mariana et de Pedro de Ribadeneyra sur la Compagnie de Jésus », e-Spania [En ligne], 31 octobre 2018, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/29062.

7 Sur la vocation et les missions de la Compagnie, voir Louise BÉNAT-TACHOT, Pierre-Antoine FABRE, Pauline RENOUX et Cécile VINCENT-CASSY (dir.), Les jésuites et la Monarchie Catholique (1565-1615), Paris : Le Manuscrit, 2012.

8 Voir Gil González Dávila, Monarquía de España. Historia de la vida y hechos del ínclito monarca, amado y santo Don Felipe Tercero, Madrid : Joachin de Ibarra, 1771 [1632], p. 18. L’historien rapporte que le premier cercle politique de Philippe II a choisi parmi l’entourage du prince un conseiller particulièrement polyglotte : « Juan Pérez Florián, que sabía siete lenguas, escribir y dibujar con gran curiosidad ». Cette préoccupation de l’humaniste pour les langues était donc bien partagée par le personnel politique.

9 Dans le prologue, l’auteur évoque avec quelle insistance son proche ami García de Loaysa, le précepteur de Philippe III, le pressait de rédiger ce traité de nature à l’aider à s’acquitter au mieux de sa propre tâche. Voir Juan de Mariana, De rege et regis institutione (Præfatio), p. 12 : « Simul Philippi Principis ætate formanda iis exemplis et præceptis conferre aliquid posse videbam, eiusque magistro satisfacere : qui demandata ea cura rogarat per litteras monerem, si quid in eam rem ex usu fore observassem (observavissem) ». Ce jeu de référence à des autorités légitimées rappelle, sur le plan politique, le soin que Thérèse d’Avila met à invoquer le contrôle de son confesseur, le prestigieux jésuite Rodrigo Álvarez.

10 García de Loaysa y Girón, précepteur du prince Philippe depuis 1585 à la suite de Juan de Zúñiga dont il était un proche, fut élevé à la dignité d’archevêque de Tolède et membre du Conseil d’État en 1598. Voir à ce sujet G. González Dávila, op. cit., tome III, livre I, chapitre VI (p. 14-18), l’historien reproduit les quarante-cinq consignes données par Philipe II à García de Loaysa lors de sa nomination, un véritable modèle d’éducation du prince. Une génération plus tard, Gil González Dávila insistera dans son Historia de la vida (G. GONZÁLEZ DÁVILA, op. cit. p. 16-17) sur les liens « intimes » qui unissent García de Loaysa, le Marquis de Velada et Cristóbal de Moura, des affinités générationnelles et politiques que le roi prudent a manifestement mises à profit en les renforçant par le serment : « Eran íntimos amigos Loaisa, Velada y Moura, y juntólos [Felipe II] para que obrasen con un espíritu y alma […] ; y al Marqués de Velada le mandó tomase el juramento a D. Cristóbal de Moura por un papel, que dice así : Marqués de Velada, Ayo y Mayordomo Mayor del Serenísimo Príncipe, mi muy caro y muy amado hijo […] y porque el Sumiller [del príncipe] quiero que sea D. Cristóbal de Moura, Comendador Mayor de Alcántara, de mi Consejo de Estado, Gentilhombre de mi Cámara, por la mucha satisfacción que tengo de su persona y servicio, y haberse criado en el mío, le tomaréis juramento ».

11 Juan de MARIANA, Historia general de España, 1601 et 1609. Une dernière édition du vivant de l’auteur est parue à Madrid (Luis Sánchez et Andrés García, 1623). Le père jésuite insiste dans son prologue (præfatio) adressé à Philippe II et rédigé sous la forme d’un dialogue avec Suasola et Calderón, sur le lien intime qui unit dans un même projet son Historia de rebus Hispaniæ, le De rege et regis institutione et l’Historia general de España.

12 MARIANA, De rege, p. 5.

13 MARIANA, De rege, p. 4.

14 Sur le plan pédagogique, l’optimisme est pourtant bien explicitement exalté : « Pro magnam et sublimem puerilis institutionis potestatem ! » (II, 1, p. 129). Toutes les traductions en français des citations latines sont de notre fait.

15 Voir Henry MÉCHOULAN, « Le travail du temps dans l’œuvre politique de Mariana », Archives de philosophie, 49 (4), 1986, p. 545-559.

16 Voir Harald E. BRAUN, Juan de Mariana and Early Modern Spanish Political Thought, London : Ashgate, 2007, p. 33 : « The decline of the House of Trastamara indicates the inminent decline of the Habsbourg ».

17 Mariana ne pousse pas les métaphores organiques jusqu’à leurs dernières limites, comme c’est le cas de l’auteur aragonais Pedro Calixto Ramírez dans son Analyticus Tractatus de Lege Regia (1616) dans un contexte cependant très différent. Mais il offre du prince et du royaume une image d’interdépendance elle aussi très éloignée de tout principe d’extériorité ou d’une quelconque hétéronomie du souverain au regard de la communauté. Sur le Tractatus, voir Pablo FERNÁNDEZ ALBALADEJO, « Lex Regia Aragonensium. Monarquía compuesta e identidad de reinos en el reinado de Felipe III », Materia de España. Cultura política e identidad en la España moderna, Madrid : Marcial Pons, p. 81-83.

18 Comme le souligne Pablo Fernández Albaladejo, la fameuse formule de Fray Juan de Salazar dans la Política española de 1619 (Madrid : Instituto de Estudios Políticos, 1945, p. 130) condense une analogie topique de la littérature politique d’Aristote à Bodin : « […] no sabrá gobernar el mundo quien no supiere gobernar un reino, ni un reino quien no es apto para gobernar una provincia, ni sabrá gobernar una provincia quien no supiere regir una ciudad, ni una ciudad quien no da buena cuenta del gobierno de una familia, ni a ésta sabrá gobernar quien no supiera gobernarse a sí mismo, ni sabrá gobernarse a sí mismo quien no sujetare las pasiones a la razón, y finalmente, ni aún esto se sabrá hacer quien no se rinde y resigna totalmente en las manos de Dios ». Par son art même de la composition, l’insistance de Mariana à la fois sur le bon gouvernement dans le respect de la religion et sur la prudentia, qui prend en compte l’inscription dans le temps des corps politiques, les circonstances contingentes et spécifiques, rend encore plus flagrante l’homologie.

19 Cette préoccupation est très présente dans l’analyse des dérives de la Compagnie de Jésus dont la constitution politique est aussi monarchique. Voir Renaud MALAVIALLE, art. cit., 2015, p. 225 (Juan de Mariana, Discurso de las cosas de la Compañía, en Obras del Padre Juan de Mariana, Madrid : Biblioteca de Autores Españoles, 1950, p. 603 : « Las causas de este desorden son : la primera la crianza de los novicios, que como no sirven, es preciso multiplicar legos. Los estudiantes se crían desocupados, que es ocasión de salir de los estudios muy engreídos y sobre sí, en fin, como se crían »).

20 Sur le De monetæ mutatione, voir Elena María GARCÍA GUERRA, « Les idées monétaires du père Juan de Mariana : un vecteur d’agitation sociale ? » (traduction de Renaud Malavialle), e-Spania [En ligne], 31 octobre 2018, consulté le 9 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/29117.

21 Voir Frédéric GABRIEL, « Réalisme politique et rationalité : Juan de Mariana entre royauté et “respublica” », in : Annie MOLINIÉ, Araceli GUILLAUME-ALONSO et Alexandra MERLE (dir.), Les jésuites en Espagne et en Amérique (XVIe-XVIIIe siècles) : jeux et enjeux du pouvoir, Paris : Presses universitaires Paris Sorbonne, 2007, p. 141-159.

22 Voir Érasme de ROTTERDAM, La formation du prince chrétien. Institutio principis christiani, Mario TURCHETTI (éd.), Paris : Classiques Garnier, 2015, cap. I. 4, « Nativitas et educatio principis », p. 150 : « […] ut quod suffragiorum juri detractum est, id educandi studio pensetur » (« […] afin de compenser par la bonne éducation ce qui a été soustrait au droit de choisir » ou plutôt « compenser par la bonne éducation la perte du droit de choisir »).

23 MARIANA, op. cit., I, 3, p. 36 : « […] et filios sæpe paterna indulgentia, copia voluptatum corrumpi, et parentibus esse dissimiles non ignorabant : ea culpa brevi imperia concidisse ».

24 Voir Alexandra MERLE, « Le débat sur la résistance au tyran dans la littérature politique espagnole des Comunidades de Castille à la fin du règne de Philippe II », Atlante. Revue d’études romanes, 2, 2015, p. 90-115 et « El De rege de Juan de Mariana (1599) y la cuestión del tiranicidio: ¿un discurso de ruptura? », Criticón, 120-121, 2014, p. 89-102.

25 MARIANA, op. cit., « De l’éducation des enfants », I, 2.

26 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 125 : « Quæ autem gens tanta humanitate culta, aut tam agrestis et barbara, quæ non fateatur, non intelligat a primis annis reliquam vitam pendere : esseque cum primis rudimentis apta connexaque cætera […] ? ».

27 Ibid. : « Ut enim in semente posita spes messis est ».

28 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 127 « Durati figuram externam non recipient, neque ullis præceptis castigati mutabunt ».

29 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 128 : « Recte Cornelia Gracchorum mater mulieri ornatum ostentanti gemmas, aurum, vestes, filios ipsa e schola redeuntes monstravit, quos illa optimis moribus informaverat : multum etiam juvit ad eloquentiæ laudem, quæ summa in illis fuit, comparandam ».

30 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 131: « Ita inter homines plurimum ad vitam instituendam, moresque conformandos ingenium potest cælo datum ; sed secundum indolem recta aut prava institutio multum valet a prima ætate suscepta, annis consequentibus confirmata ».

31 MARIANA, op. cit., II, 1, p. 104 : « Naturæ, inquit, bonum industria quoque ipse juvi ».

32 « Quantum enim institutio valeat duorum catulorum exemplo Lycurgus declaravit. Iisdem enim parentibus unoque partu ortos, alterum venationi adsuefecit, alterum ossae. Deinde utroque in conventum producto cum projectum cibum alter consectatus esset, neglexisset alter præstudio insequendi leporem objectum : quantum consuetudo valeat a teneris suscepta civibus monstravit, eamque plerumque natura esse potentiorem docuit ».

33 MARIANA, op. cit., II, 9 : « De comitibus », p. 193 : « […] quales adolescentes et juvenes ad pueri Principis familiaritatem et omnia jura domestica admittendi sint ».

34 Voir Antonio FEROS, El duque de Lerma. Realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid : Marcial Pons, 2002, p. 72-73 : selon cet auteur García de Loaysa insistait auprès du roi Philippe II dans un rapport sur la formation politique du prince héritier, pour que ce dernier s’exerçât au patronage royal.

35 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 196-197 : « Princeps frequenti usu, omnium Gentium instituta moresque penitus habebit explorata quæ virtutes singulis insint, quæ vitia, familiari sermone, nullo labore cunctorum linguas intelliget, familiaresque sibi efficiet : ne opus fit per interpretem semper jura dare, responsa reddere quod subditis nationibus moleste accidat. Neque enim pueros externos Principis lingua loqui volo, sed quemque materna præsertim coram Principe : unde singularum linguarum copia facultasque existat ».

36 Cette formulation issue de l’anthropologie française de Marcel Mauss à Pierre Bourdieu nous semble traduire certains aspects de celle de Mariana. La dimension très fortement historicisée de la pensée du jésuite thomiste, son intérêt pour une éthique de l’échange et sa conscience linguistique aiguë dessinent sans grande surprise les linéaments d’une anthropologie comparable. Sur l’historicité chez Mariana voir notre article publié dans Anejos de Criticón, 2015, et sur Thomas d’Aquin, voir Michel-Marie DUFEIL, « Le concept d’histoire chez Saint Thomas », in : id., Saint Thomas et l’histoire, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1991, p. 65-90.

37 Voir les travaux de Marcel Mauss et Pierre Bourdieu et dans le champ de l’histoire moderne de l’aire ibérique, Antonio Manuel HESPANHA, La gracia del derecho. Economía de la cultura en la época moderna, Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1993 ; et Bartolomé CLAVERO, Antidora. Antropología católica de la economía moderna, Milano : Giuffrè, 1992.

38 Voir Ricardo GARCÍA CÁRCEL (coord.), La construcción de las historias de España, Madrid : Marcial Pons, 2004.

39 Mariana fait référence au livre I, chapitre 11.

40 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 197 : « Sed in errore tamen Regis barbari lumen veritatis elucet, expediré rebus communibus ut cum puero Principe ex omni ditione æquales educentur instituanturque ad omnem probitatis partem, bellicam virtutem, prudentiam civilem, ut cujusque ingenium erit captusque naturæ ».

41 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 198 : « […] dans la mesure où le caractère et les conditions de chacun le permettent ».

42 Ibid. : « Sic factum nihil ut præstantius singuli sui Principis gratia esse judicarent ; ad eam omni conatu contenderent ».

43 Ibid. : « velut ex fonte tetro diversi prorsus mores et ratio imperandi manarunt, exitus contrarii ».

44 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 199 : « Idem bello quam post victoriam clarior, neque considerans quanta mala ex molli educatione incurrant : et alioqui bellis, quæ alia ex aliis apta nexaque gerebat, districtus, filium mulieribus et eunuchis educandum tradidit ».

45 Ibid. : « […] neque aliunde majus periculum urget Principibus ».

46 Il s’agit du livre VIII.

47 MARIANA, op. cit., II, 9, p. 201 : « Alexandrum eorum virtute benevolentiæque sæptum, cum quibus fuerat educatus, devictis late hostibus, imperium orbis terrarum finibus terminasse ».

48 Voir Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Corpus documental de Carlos V, Salamanca : CSIC, 1975, t. II, p. 104-118.

49 Sur le favori de Jean II de Castille, voir José Manuel CALDERÓN ORTEGA, « Los privados castellanos del siglo XV: reflexiones en torno a Álvaro de Luna y Juan Pacheco », in : José Antonio ESCUDERO (coord..), Los validos, Madrid : Dykinson, 2004, p. 41-62 ; Ghislaine FOURNÈS, « Du concept de privanza à la notion de conseil dans la Crónica de Álvaro de Luna (XVe siècle) », e-Spania [En ligne], 12 décembre 2011, consulté le 14 juin 2020 ; et François FORONDA, « La privanza dans la Castille du bas Moyen Âge. Cadres conceptuels et stratégies de légitimation d’un lien de proximité », in : Isabel ALFONSO, Julio ESCALONA et Georges MARTIN (dir.), Lucha política. Condena y legitimación en la España medieval, Annexes des Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, vol. 16, 2004, p. 153-197. Voir aussi José SERRANO BELINCHÓN, Álvaro de Luna (1419-1453) : colección diplomática, Madrid : Dykinson, 1999 ; et Béatrice LEROY, « Autour d’Álvaro de Luna, une suite d’usurpations ou un exemple de chevalerie ? », in : Jean-Pierre SÁNCHEZ (dir.), L’univers de la chevalerie en Castille. Fin du Moyen Âge-début des Temps Modernes, Paris : Éditions du Temps, 2000, p. 104-118.

50 Mariana, op. cit., II, 9, p. 202 : « Alvarus Luna in regia ita dominatus est, ut ne cibi quidem genus, non vestes, non ministeria Rex nisi ex ejus voluntate mutaret. Miseram Regis an regni an utriusque conditionem ». (Don Álvaro de Luna llegó a dominar tanto en palacio, que el rey no cambiaba sino por su voluntad de comida, de trajes o de criados: triste condición para el rey, para el reino y para ambos).

51 Ibid. : « Illud modo Principis institutoribus commendatum esse debet, ne quoad res ferent, unum aliquem gratia præ ceteris crescere patiantur : ac potius puerum assuefaciant moneantque, ut comites omnes et asseclas pari benevolentia complectatur ».

52 Cette remarque est celle du traducteur de la dernière édition espagnole, Sánchez Agesta.

53 Mariana, op. cit., II, 11, De adulatoribus, p. 211-222.

54 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 221.

55 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 212 : « non si tigres, pantheræ, et leones in unum locum conferantur, Chimæras, Harpias, Sphinges subjiciamus, cum adulatorum pravitate comparati possunt ».

56 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 213 : « Nimirum amor ille, quo se quisque amat, sibi adulatur » (nous traduisons : « ce même amour propre en vient à être comme une espèce d’adulateur »).

57 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 214 : « […] se próximos cælestium conditioni arbitrantur ».

58 Ibid. : « Huic adulatori primario, hoc est Regis cupiditati et amentiæ, externus adulator adjunctus miserabiles strages facit, omnia pervertit, ima summis confundit, Principem ex stulto amentem facit aut stolidum ».

59 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 212 : « Non enim lucem solis eripiunt, sed quod est multo funestius, veritatis lumen extinguere atque opprimere conantur, cæcitatem inducere rei publicæ moderatoribus, quos Deus in rerum fastigio, ut in perpetua vigilia essent, cæteris ómnibus prospicerent, collocavit ».

60 Ibid. : « Fontes tetra tabe inficere, unde universus populus haurit aquam, exitiale ».

61 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 225.

62 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 219 : Sed inter Romanos tamen Imperatores nullus majori simulatione quam Tiberius Augusti successor fuit, nullo etiam tempore frequentior turpiorque adulatio. Fraus fraude, mendacium videlicet Principis simulatione compensabatur ».

63 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 221 : « neque in iis quæ ad rem publicam pertinerent, consilio nisi suo usurum vel cum periculo offensionis ».

64 MARIANA, op. cit., II, 11, p. 222 : « monstrum horrendum, [ingens omni piaculo procurandum], pellendum ab aula ne pestilenti oris ablatu corpus rei publicæ universum a capite ad imos pedes tætra contagione contaminet ».

65 Sur la critique des favoris au XVIe siècle, voir Antonio FEROS, « Imágenes de maldad, imágenes de reyes : visión del favorito real y el primer ministro en la literatura política de la Europa moderna, 1580-1650 », John H. ELLIOTT et Laurence BROCKLISS (éd.), Madrid : 1999, p. 293-320 et du même auteur : A. FEROS, El Duque de Lerma, p. 96.

66 MARIANA, op. cit, I, 9, Princeps non est solutus legibus, p. 103 : « Aulicorum voces certissimam pestem arbitretur, qui placendi studio Regem prædicant legibus et patria majorem potestatem habere : quæcumque publice et privatim a subditis possidentur unum eorum dominum esse ex ejus arbitratu pendere universa, in eoque jus omne versari, ut Principis voluntati serviatur ».

67 Voir à ce sujet A. FEROS, op. cit., chapitre I, p. 72-74. Sur les juntas, voir Dolores María SÁNCHEZ, El deber de consejo en el estado moderno : las Juntas «  ad hoc  » en España (1474-1665), Madrid : Polifemo, 1993 ; et concernant la fin du règne de Philippe II, voir sur la Junta de noche Anne DUBET, « Le servicio de los 8 Millones (1588-1590) ou la négociation érigée en principe d’action », Ibérica, 11, 1999, p. 47-65 et id., Réformer les finances espagnoles au siècle d’Or : le projet Valle de la Cerda, Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, 2000. Voir aussi Sylvain ANDRÉ, « Gouverner par juntas. Révision historiographique d’une méthode gouvernementale (monarchie hispanique, seconde moitié du XVIe siècle) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 2018/3 (n° 65-3), p. 7-32 et du même auteur : id., « Prêts volontaires, emprunts forcés et impôt universel. La Junta grande et les aléas de la négociation au lendemain de la signature du premier servicio de los ocho Millones », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 30 juin 2020.

68 Une lettre du nonce Camilo Borghese, le futur Paul V, datée du 27 avril 1594 affirme que le texte aurait été effectivement lu au jeune prince en 1594 sous le titre De institutione principum. Une lettre adressée par Mariana à García de Loaysa le 16 novembre 1598 confirme que c’était le titre original du De rege. Voir à ce sujet la thèse de Francisco GÓMEZ MARTOS, Juan de Mariana y la Historia Antigua. Planteamientos historiográficos, Universidad Carlos III de Madrid, 2012, p. 33-34. Alexandra Merle signale qu’au « chapitre 12 du Livre III est rapportée la mort du théologien Calderón », l’ami qui dialogue avec Mariana dans le prologue, le 4 avril 1591, un « événement qui perturba la mise en forme de l’ouvrage, mais une allusion à l’installation d’Henri de Navarre sur le trône de France après son abjuration est un indice de révision postérieure (Henri IV fut en effet couronné à Chartres le 27 février 1594) ». Voir Alexandra MERLE, « Des usages de l’histoire dans le De rege et regis institutione », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, consulté le 2 juillet 2020, notes 9 et 10.

69 Voir Harald E. BRAUN, Juan de Mariana, op.cit. , 2007, et du même auteur « Habsbourg governance. The origins of Monarchy and Political Prudence in Juan de Mariana’s De rege », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, Renaud MALAVIALLE (dir.), De l’éducation du prince à la critique du pouvoir : le jésuite Juan de Mariana (1536-1624) ou l’art de la composition, dossier monographique publié dans e-Spania, revue interdisciplinaire d'études hispaniques médiévales et modernes, 31, octobre 2018.

70 L’époque de la rédaction du traité de Mariana précède celle de la privanza ou valimiento de Francisco Gómez de Sandoval y Rojas, Marquis de Denia, élevé à la grandesse en devenant duc de Lerma dès 1599. Sur l’émergence du valimiento, que Mariana et García de Loaysa pouvaient redouter, voir Araceli GUILLAUME-ALONSO, « Le valido, entre le roi et la haute noblesse. Deux hommes, deux styles », Dix-septième siècle, 2012/3, 256, p. 459-471 : « Sans pour autant dédouaner Philippe III de l’abandon de ses responsabilités, au moins pendant une bonne partie de son règne, d’autres facteurs comme l’alourdissement des rouages de la machinerie de l’État, à l’aube du XVIIe siècle, sont également invoqués [par l’historiographie actuelle] pour expliquer l’émergence des validos dans les cours européennes et pas seulement en Espagne. Et si la monarchie espagnole a été la première à produire cette figure, c’est sans doute parce que c’était la plus vaste et la plus complète de toutes ». Sur l’ascension du duc de Lerma et son valimiento, voir Antonio FEROS, « El duque de Lerma, valimiento y construcción de un nuevo paradigma político », in : J. A. ESCUDERO (coord.) op. cit., p. 63-80 ; Ricardo GÓMEZ RIVERO, « Lerma y el control de cargos », in : J. A. ESCUDERO (coord.), op. cit., p. 81-119. Enfin, dans le même volume, voir José Antonio ESCUDERO, « Los poderes de Lerma », op. cit., p. 121-175.

71 Voir G. GONZÁLEZ DÁVILA, op. cit., p. 20-22 : « Felipe II mandó a García de Loaisa y a otros Ministros de los más cercanos a su servicio dixesen lo que les parecía del natural del príncipe ». En octobre 1596 en effet, García de Loaysa remit à Philippe II, à sa demande, un rapport sur le prince.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Malavialle, « Éducation du prince et pensée politique chez le jésuite Juan Mariana (1536-1624). La familiarité au risque de l’intimité d’après le De rege et regis institutione (1599) », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36751

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search