Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité à l’épreuve du politiq...Les sanglots de l’Empereur : le c...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité à l’épreuve du politique : affleurements et instrumentalisations

Les sanglots de l’Empereur : le corps intime de Charles Quint en spectacle

Stanis Perez

Résumés

Le cas de l’empereur Charles Quint permet d’étudier l’ambiguïté qui règne autour des notions d’intimité, de vie privée et d’instrumentalisation des affects. En effet, les multiples épisodes au cours desquels le « César » s’est mis à pleurer « en public » interrogent sur les frontières entre la mise en scène d’une émotion feinte et la manifestation sincère d’une sensibilité qui, chez les puissants, pouvait s’exprimer physiquement. Les larmes impériales, savamment répandues en fonction des occasions, semblent intervenir comme des éléments tant de l’historiographie officielle de l’empereur que d’une mélancolie légendaire dont les sources rapportent à dessein.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carlos, Rey Emperador, série en dix-sept épisodes réalisée par Oriol FERRER. Le rôle titre est tenu (...)
  • 2 Sommaire description citée et traduite par Louis-Prosper GACHARD, « L’abdication de Charles Quint » (...)

1La scène de l’abdication est l’un des temps forts de la série Carlos Rey Emperador diffusée en 2015 et 2016 sur la RTVE1. Du point de vue de l’historien ou du spectateur éclairé, on ne peut retenir ni le jeu d’un acteur dont les sanglots étouffés peinent à émouvoir, ni l’exactitude historique d’une reconstitution mal calibrée. Néanmoins, la représentation de l’événement permet de visualiser une abdication pour le moins larmoyante. Et, à dire vrai, la faiblesse de l’interprétation comporte au moins un intérêt : elle souligne l’ambiguïté, et sans doute la limite, de tout excès de sensiblerie en matière de communication politique. Réunis à Bruxelles, les représentants des états de Flandre ont servi de témoins à une abdication devenue légendaire au moins en raison de l’attitude du César qui déclara en cette circonstance : « Messeigneurs, vous ne devez être émerveillés, si, vieux et débile de tous mes membres, tel que je suis, et aussi pour l’amitié, je verse quelques larmes »2.

  • 3 Prudencio de SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V, Pampelune : B. Paris, 1 (...)
  • 4 MONTAIGNE, Essais, 5e éd., Paris : A. l’Angelier, 1588, fol. 161v°. Sur la notion d’abdication en g (...)
  • 5 La théorie d’Élias – la culture et les progrès raffinent forcément les individus – négligeait un él (...)

2L’homme le plus puissant du monde déposait sa couronne, avouait sa faiblesse, ses maladies, et laissait échapper quelques gémissements. Épisode émouvant qui a participé de la geste de Charles Quint chantée ensuite par le chroniqueur Sandoval (« espantados de la determinación nunca pensada del Emperador »3) et même par Montaigne (« La plus belle des actions de l’Empereur […] »4). Mais ces sanglots impériaux ayant marqué la mémoire du règne interrogent l’historien du corps et des émotions. L’intime s’est-il affranchi des conventions dans un moment de réelle faiblesse ? Ces pleurs « en public » étaient-ils exceptionnels ? Comment les interpréter sans commettre d’anachronisme un siècle avant la « civilisation des mœurs5 » ? Comment surtout les évaluer au regard d’un contexte, d’une personnalité et d’un « style de vie » ? Car, sans se plonger dans les limbes de la psychologie politique ou vouloir prouver que cette tristesse était fictive ou surjouée, on peut se demander en quoi ces signaux corporels relevaient autant de l’intimité d’un individu dépassé par l’émotion que de l’image publique d’un excellent communiquant.

Les larmes (publiques) de l’Empereur

  • 6 Verser des larmes lors d’une cérémonie protocolaire était aussi un signe de déférence et lorsque Ni (...)
  • 7 Alfonso de ULLOA, Vita dell’invittissimo sacratissimo imperator Carlo V, Venise : V. Valgrisi, 1574 (...)
  • 8 Pas d’allusion notable dans la chronique du cosmographe Alonso de Santa Cruz. Voir Ricardo BELTRÁN, (...)

3A priori, le titre de cette partie indique tout de suite que la sincérité de Charles Quint est sujette à caution. Ce n’est pas exactement cela ; abstenons-nous prudemment de décider si les sanglots de l’abdication étaient de commande ou non. Il importe davantage de les replacer dans le contexte6 et surtout la trajectoire biohistorique d’un souverain à la fois banal et hors du commun, car ce n’est pas la seule fois que Charles Quint a versé des larmes en public. Il semble plutôt avoir été coutumier du fait. Certes, les premiers biographes italiens (Alfonso de Ulloa, Lodovico Dolce, Francesco Sansovino7) n’ont pas trop insisté sur cet élément, quelque peu banni par leurs homologues espagnols8, l’Empereur risquant peut-être de perdre en virilité. En revanche, pour les auteurs espagnols, et même le panégyriste Sandoval, les pleurs d’un homme aussi puissant étaient des signes de sincérité et non d’un quelconque manque de courage. Sincérité, intégrité et piété : ces trois termes font bon ménage avec les larmes et, même dans le contexte politique ou diplomatique, pleurer un peu avait son intérêt. C’est ainsi que l’on peut parler d’une « diplomatie du cœur » à laquelle on pourra rattacher l’Empereur à la larme facile.

  • 9 Voir, sur le contexte, Juan Carlos D’AMICO, « Charles Quint et le sac de Rome », in : Augustin REDO (...)
  • 10 Mario SANUTO, I Diarii, Venise : Editori, 1896, XLV, p. 583.
  • 11 Cité dans Domenico ORANO (éd.), Il Sacco di Roma […], Rome : Forzani, 1901, I, p. 316.
  • 12 Antony HOSTEIN, « Lacrimae principis : les larmes du prince devant la citée affligée », in : Marie- (...)

4Débutons la chronologie. En juillet 1527, alors qu’on baptise son fils Philippe, Charles apprend le sac de Rome et la détention de Clément VII9. Grâce à l’ambassadeur Mario Sanuto et à ses incontournables Diarii, on sait que l’Empereur a exprimé publiquement sa tristesse : « […] et inteso il Re il Papa esser detenuto in castello, et la taia datoli, par lacrimasse mostrando dolersi »10. Cette réaction d’empathie suscita de très vives critiques du côté romain puisqu’on accusa l’instigateur du saccage de faire semblant de se repentir. Comment ne pas détecter une tristesse de façade exprimée par un prince catholique soudainement honteux d’avoir assigné le Saint Père à résidence (il lui écrit d’ailleurs le 3 août suivant pour s’en expliquer) ? Comment ne pas y voir une tactique de diversion permettant à l’Empereur de se défendre contre toute accusation de cruauté excessive ? Sans surprise, lorsque les Romains eurent vent de ces étranges lamentations, la réaction ne fut guère positive. Fort bien renseigné, Marcello Alberini, un témoin direct des exactions commises par les troupes impériales, nota ce qui suit dans son journal : « […] per non dimostrar aperta la falsa intention sua, pianse in publico, come Caesare o Marcello a Siracusa »11. Effectivement, Marcellus pleura devant Syracuse comme le fit Scipion devant Carthage enfin conquise12. Un zeste de culture classique suffisait à disqualifier une émotion astucieusement extériorisée en public. En réalité, il semble que ce soit plutôt la mort, à Rome, du duc de Bourbon qui ait plongé Charles dans la mélancolie et l’amertume. Comment croire, en effet, à ces manifestations de tristesse quand c’est l’auteur du forfait qui fait mine d’en être intimement meurtri et scandalisé ? Même si sa biographie tardive de Charles Quint était très favorable à l’Empereur, Gregorio Leti ne rechigna pas à souligner les limites de la stratégie de l’été 1527 : apparemment, cet émoi de circonstance n’abusait personne. Des pasquinades adressées au geôlier du pape raillaient ces larmes trop belles pour être vraies :

  • 13 Gregorio LETI, La Vie de l’empereur Charles V, rééd., Bruxelles : J. de Grieck, 1726, I, p. 315.

Entr’autres j’en ai lû une je ne sçai où, qui feignoit que Morphorio demandoit un jour à Pasquin, ce que faisoit Charles-Quint en Espagne, à quoi celui-ci répondit, qu’il pleuroit la prison du Pape. Que Pasquin lui ayant répliqué, et pourquoi ne le met-il en liberté ; l’autre lui fit réponse, que c’étoit parce que les clefs de la prison du Pape tenoient si étroitement au cœur et aux intérêts de l’Empereur, qu’il ne vouloit pas les accorder à quelques larmes feintes, ne sachant quel pourroit être l’événement de cette affaire13.

  • 14 William H. PRESCOTT, History of the conquest of Peru, Boston : Phillips, Sampson, 1855, I, p. 304. (...)
  • 15 Rafael VARÓN GABAI, La ilusión del poder. Apogeo y decadencia de los Pizarro en la conquista del Pe (...)
  • 16 L’empereur récite le psaume 113 « Non nobis domine […] » la voix entrecoupée de sanglots : Prudenci (...)
  • 17 Selon Gregorio Leti, c’est la vision de la procession organisée par ces affranchies qui a provoqué (...)
  • 18 Louis-Prosper GACHARD, Relations des ambassadeurs vénitiens sur Charles Quint et Philippe II, Bruxe (...)

5Bien d’autres exemples figurent dans les sources. En juillet 1529, à Tolède, le César aurait été ému aux larmes en écoutant Pizarro qui, de retour du Nouveau Monde, avait fermement insisté pour lui raconter les péripéties de son expédition14. Peut-être était-ce pour l’Empereur une manière de justifier ensuite son appui en faveur du conquistador, une aide obtenue et concrétisée par les fameuses Capitulations de Tolède15. Une autre fois, en 1535, c’est à l’occasion de son entrée dans Tunis16 puis de la libération des esclaves chrétiennes que comptait la ville que Charles se met à pleurer17. Il exprime la même émotion lors de sa réception à Majorque, en 1541 (il s’agit ici de l’expédition d’Alger), l’occasion, pour l’ambassadeur Badoaro, de dissiper tout malentendu : « À en juger par la nature et la complexion de l’Empereur, on croira qu’il est timide ; mais si l’on considère ses actions, on trouvera qu’il est doué d’une âme forte […] il versa des larmes à la réception qui lui fut faite par ses sujets de cette île »18. Être doté d’une « âme forte » et pleurer en public n’était donc pas contradictoire pour ce diplomate rompu, par ailleurs, aux ruses des hommes et des femmes de pouvoir.

6La liste est loin d’être terminée. En 1547, Charles Quint fond en larmes en présence de Sybille de Clèves, l’épouse de l’Électeur de Saxe qui défendait la ville de Wittenberg. Cette femme de caractère, obligée de capituler face aux troupes impériales, avait été reçue par son vainqueur. Ainsi, aux pleurs de la désespérée ont vite répondu les sanglots du Prince magnanime. Semblable effusion n’est pas sans rappeler l’épisode de 1527 : une fois encore, le stratège au grand cœur entendit s’en tirer à bon compte en répandant quelques larmes après avoir donné ses ordres aux spadassins… Ensuite, en 1548, cheminant dans les environs de Mühlberg au moment de la fameuse bataille contre les protestants, il s’effondre soudainement après avoir vu une statue du Christ « fusillé » (« arcabuzeado »), au niveau du torse, par la soldatesque en fuite. Plein d’admiration, Vera y Figueroa en fait mention dans son Epitome de la vida, y hechos del invicto Emperador Carlos V :

  • 19 Juan Antonio de VERA Y FIGUEROA, Epitome de la vida, y hechos del invicto Emperador Carlos V, Bruxe (...)

Aqui fue donde en el camino hallo en una traversia, que hazia otro, una Cruz, y un Christo arcabuzeado por los pechos (sacrilega hazana de algun Hereje de los que se retiravan). Enternecio al Cesar tal vista, con lagrimas mostro su piedad, y su valor19.

  • 20 Reiner C. Bakhuizen Van DEN Brink, « La retraite de Charles Quint, analyse d’un manuscrit espagnol (...)
  • 21 Louis-Prosper GACHARD, op. cit., p. 91, note 3.

7La dernière remarque du biographe a son importance : les larmes impériales ont témoigné de sa piété et de sa valeur ; il est donc exclu de considérer les signes extérieurs et physiques de tristesse comme des preuves de faiblesse ou de mollesse. Encore faut-il que ces pleurs soient sincères. Car, en comparaison de ses contemporains, notamment Henry VIII ou François Ier, Charles Quint semble avoir été celui des trois qui pleurait le plus fréquemment, pour ne pas dire, le plus facilement. Selon un hiéronymite de Yuste, il a encore pleuré lors de son entrée dans le monastère20 ou, plus tôt, lors du départ pour l’Italie de Ferdinand de Gonzague. Le passage consacré par Badoaro à cet épisode mérite d’être cité, notamment parce qu’il soulève la question d’une sensibilité très aléatoire en fonction des circonstances : « Des Espagnols m’ont assuré que ni la perte de membres de sa famille, ni celle de ses ministres les plus chers, n’ont jamais arraché de pleurs à Sa Majesté : il n’y a que le départ de la cour de don Fernando de Gonzaga qui lui en ait fait verser »21. Précisons d’emblée que l’ambassadeur opère bien la distinction entre les décès (Charles se retenait-il de pleurer la mort de ses proches en public ?) et les événements politiques tristes ou contrariants (Charles se forçait-il à pleurer en public ?). Est-ce à dire que tout n’était que feinte et calcul chez cet Empereur aux yeux humides ?

Les sanglots (privés) de l’Empereur

8L’hypothèse est séduisante : Charles Quint aurait souvent pleuré en public, face à des courtisans, des proches ou des diplomates, mais exclusivement à des fins stratégiques alors qu’en privé, il serait resté stoïque, pour ne pas dire insensible… Évidemment, il est toujours difficile, et souvent impossible, de dire quoi que ce soit de l’intimité d’un illustre personnage car chaque anecdote peut être prise pour une rumeur sans fondement : comment connaître l’intimité profonde d’un individu si elle ne se dévoile pas à un moment donné ? À partir du moment où elle est archivée, même une lettre privée devient un peu publique, du fait même qu’elle ait été conservée et non détruite ou censurée. N’en déplaise aux historiens, le seul journal intime qui vaille est celui qui finit déchiré puis brûlé. Nombre d’émotions sont à la fois intimes et publiques ; or ceci relève a priori d’un certain non-sens puisque, forcément, ce qui devient extérieur n’est plus tout à fait intérieur. Pénétrer ce for privé, que ce soit de façon indirecte ou non, revient à dénaturer l’intimité en lui offrant justement une forme de publicité. La forme altère toujours le fond, le changement de champ ne s’effectue jamais sans distorsion.

9Opposer le dedans et le dehors est trop facile, tout comme opposer le vrai et le faux, le privé et le public, etc., ceci, que l’on soit empereur du Saint-Empire germanique ou non. Il existe, en termes d’affect, des couches, des strates, une topographie de la sensibilité qui tantôt enfouit, tantôt étale, tantôt dissimule, tantôt exhibe. Le curseur varie, tout comme le degré de sincérité, et c’est ce qui rend délicat tout jugement définitif sur une intimité dévoilée au coin d’une lettre ou d’un document quelconque.

  • 22 Guillaume VAN MALE, Lettres sur la vie intérieure de l’empereur Charles Quint, Bruxelles : Deleving (...)
  • 23 Guillaume VAN MALE, op. cit., p. 91.
  • 24 Voir la tapisserie, très postérieure, conservée au musée du Temps (Palais Granvelle) à Besançon. La (...)

10La correspondance de Guillaume Van Male illustrera ce propos. Ce secrétaire et homme de confiance attaché au service de Charles Quint a laissé un petit corpus de lettres rédigées en latin et publiées en 1843 dans un recueil astucieusement intitulé Lettres sur la vie intérieure de l’empereur Charles-Quint22. « Vie intérieure », en l’occurrence, ne veut pas dire « vie intime » : le sujet, c’est seulement le quotidien d’un homme qui, bien avant son départ pour Yuste, a choisi pour asile une modeste maison nichée au centre de Bruxelles. Donnant des nouvelles de l’Empereur à Louis de Flandre, le chef des finances des Pays-Bas et son ami « intime » (on ignore jusqu’où), Van Male semble avoir un peu trahi le devoir de discrétion auquel il était assujetti. Sa correspondance peint le tableau d’un homme déjà en exil, travaillé par sa mélancolie chronique, sa goutte et d’autres incommodités très gênantes. Une lettre du 9 janvier 1552 fait état de la santé déclinante du César : en pleine nuit, atteint d’insomnie, il réclame de la bière glacée (nous sommes en hiver), une boisson qui lui occasionne des maux de ventre apparemment atroces et des crises de diarrhée. Résultat : l’empereur se plaint, soupire et gémit ; Van Male colle son oreille à la porte : « audii ab eo emissos gemitus et suspiria »23. Soit, l’auteur de la missive a employé une formule bien connue des théologiens depuis Thomas A Kempis. Charles, explique Van Male à son correspondant, se plaint de douleurs abdominales, d’hémorroïdes et d’une atteinte aux testicules pudiquement qualifiée de nephretis. À ce sujet, le secrétaire prit soin d’écrire le terme en grec, une pratique courante des lettrés de l’époque lorsqu’ils souhaitaient atténuer une expression un peu trop audacieuse. Entouré par sa collection d’horloges, déambulant un astrolabe à la main, Charles Quint se serait isolé de plus en plus, pleurant souvent et fuyant la compagnie des vivants : il devint donc un stéréotype du prince mélancolique24.

  • 25 Stanis PEREZ, « Maladie et diplomatie : les stratégies plurielles de Charles Quint et Louis XIV », (...)

11Or, bien avant cette époque, Badoaro avait posé deux diagnostics à propos de l’Empereur : sa mélancolie chronique et son caractère flegmatique, donc un tempérament propice aux larmes et à la tristesse. Toutefois, on peut soupçonner le diplomate de confondre, au moins en surface, l’intimité d’un empereur maladif et la mise en scène calculée de pathologies servant à faire diversion25. La goutte, réelle ou feinte, a souvent servi d’alibi à un tacticien soucieux de gagner du temps lorsque la situation l’exigeait. On ne saurait reprocher à quiconque de tomber malade…

  • 26 Archivo General de Simancas, Estado, leg. 98. Voir l’excellente synthèse de Agustín GARCÍA SIMÓN, « (...)
  • 27 Op. cit., fol. 274.

12Revenons à ces larmes que plusieurs proches de Charles Quint ont signalées. Un document assez exceptionnel doit être mentionné ; il s’agit d’un mémoire destiné à Philippe II. Ce texte, en partie chiffré, a été rédigé par Francisco Duarte et Nicolas de Nicolay26. On y retrouve, en parallèle des confidences latines de Van Male, la peinture d’un homme mélancolique, très diminué, à la fois usé et désabusé par le pouvoir impérial. Il est fait état de la goutte, d’hémorroïdes et d’un catarrhe, sans doute des rhumatismes et des sensations de froid traduisant l’excès d’acide urique. Le rapport, daté de septembre 1553 et conservé aujourd’hui à Simancas, évoque également l’état psychologique d’un César dont les hémorroïdes enflées le font parfois souffrir jusqu’aux larmes. La déchéance physique augmentait d’autant plus la détresse morale : « …y se le a todo convertido en tanto humor melancolico que siempre diz que esta pensativo y muchas vezes y ratos llorando tan de ueras y con tanto derramamiento de lagrimas como sy fuere una criatura »27.

13« Comme si c’était un enfant »… Cette confidence émane d’un observateur objectif qui, pour l’occasion, endosse le rôle du médecin de cour. Mais un état de santé relève-t-il seulement de l’intimité d’un individu ? Ici, en l’occurrence, Philippe entendait connaître exactement l’état de son père, donc la date de son avènement personnel.

Le « syndrome de Charles Quint »

  • 28 SUÉTONE, Vie des douze Césars, Tibère, 43.
  • 29 Olivier de LA MARCHE, Le Premier livre d’Amadis de Gaule, Paris : J. Longis, R. Le Mangnier, 1560, (...)
  • 30 Olivier de LA MARCHE, op. cit., fol. 92r°.
  • 31 Laurent JOUBERT, Traité du ris, Paris : N. Chesneau, 1579, p. 119, citant Alexandre d’Aphrodisias, (...)

14Comment vérifier si, de son côté, Charles ne jouait pas le jeu saturnien du vieil empereur blasé pressé de céder le sceptre et le globe ? Après tout, le grave stoïcisme de Marc-Aurèle pouvait servir de modèle (donc en se détournant du vieux Tibère et de la mélancolie voluptueuse qu’ont tant décriée Suétone et ses suiveurs28). On peut émettre cette hypothèse au regard de ce qui pouvait constituer une source d’inspiration, à savoir la littérature favorite de l’Empereur, celle qui mêlait nostalgie de la chevalerie médiévale et sentimentalisme exacerbé. Par ce raccourci, chacun aura reconnu Amadis de Gaule et Le Chevalier délibéré d’Olivier de La Marche. En l’occurrence, on ne peut être que frappé par le nombre des occurrences des pleurs et des larmes dans le célèbre Amadis. Voici un chevalier qui pleure autant qu’il accomplit d’exploits héroïques : il lui arrive d’être mélancolique et de « plorer tellement que l’eau file à file luy couloit sur la face »29. D’autres personnages du roman sanglotent à tel point qu’on estime que leur « cueur soit desia [a]lambiqué & distillé par les yeux »30. Cette dernière formule fait écho à la conception selon laquelle les larmes s’apparentent, dans leur nature, aux liquides obtenus par distillation31. Ici, les pleurs témoigneraient d’une foi et d’une tristesse toute sincère qui, échauffant le cœur mais surtout le cerveau, s’exprimeraient par des larmes immaculées.

  • 32 « Si se trouverent tous le lendemain à la grand salle du palais, & estant l’Empereur au meilleu, co (...)
  • 33 Antonio de GUEVARA L’Horloge des Princes, trad. fr., Anvers : J. Keerberghe, 1592, p. 199-200.

15Bien sûr, il est risqué de relier la manifestation d’une émotion à de simples lectures (il n’en demeure pas moins que la scénographie de l’abdication ressemble trop à ce qui est décrit dans Le Cinqiesme livre de Amadis de Gaule (1544) pour être le fruit du hasard32) mais il convient peut-être d’ajouter un élément et de formuler une hypothèse supplémentaire, celle d’un syndrome à la fois politique et physiologique. Finalement, le comportement de l’Empereur peut se comprendre autant par la feinte à visée tactique que par une forme de sensibilité cultivée à dessein. En un mot, ce n’est ni sincère, ni contrefait, ni intime, ni public ; c’est le tout à la fois, et ces différentes catégories sont brouillées par la complexité d’une attitude tout aussi banale qu’extraordinaire. Si les preux chevaliers pleurent dans les romans, pourquoi un Empereur ne pourrait-il pas faire de même ? Nier cette hypothèse reviendrait d’ailleurs à oublier ce qu’écrivait Antonio de Guevara dans son inépuisable Horloge des princes. Car ce ne sont pas moins de cinq conditions différentes que cet auteur a recensées en matière de larmes princières. Selon lui, un souverain pouvait pleurer en public « la perte & danger de sa Republicque », « si lon a aucunement touché son honneur », « pour ceux qui peuvent peu, & qui souffrent grand mal », « la gloire & prosperité que les tyrans tiennent », « la mort des hommes sages » tel Archélaos apprenant la mort horrible d’Euripide33. Guevara ajoute également une anecdote relative à l’empereur Claude contenue dans la Vie des trente tyrans de l’Histoire-Auguste :

  • 34 Op. cit., p. 558b.

Trebel Pullion (Trebellius Pollio) en la vie de l’Empereur Claude, nous raconte, qu’une pauvre vesve vint une fois devant iceluy Empereur, pleine de larmes, luy demander iustice : celuy bon prince esmeu de si grand pitié, non seulement ploroit comme elle, mais avecques ses propres mains luy nettoyoit les larmes du visaige […]34.

  • 35 Le sujet est vaste ; voir Kimberley Ch. PATTON, John STRATTON HAWLEY (dir.), Holy Tears. Weeping an (...)
  • 36 Toni ALI-SISTO et al., « Purine metabolism is dysregulated in patients with major depressive disord (...)

16Pour résumer, on peut considérer que le fait de verser quelques larmes est un témoignage de sincérité factice, de grandeur modeste, la mise en scène spontanée d’une intimité dévoilée très sincèrement mais à dessein. Jeux de mots ? La porosité de la frontière entre ce qui est fait à dessein et, au contraire, ce qui s’impose à nous oblige à la prudence et si l’on rajoute le discours autour de la dilatatio animae propre à la mystique du XVIe siècle35, on peut effectivement aboutir à ce syndrome qui associe mise en scène du for privé et extériorisation improbable de l’intime. C’est sans doute sur cette convergence entre les occasions rêvées et les moments de faiblesse qu’il faut s’arrêter, sans chercher à tout ramener à un jeu d’acteur ou à une pathologie clairement identifiée encore que la goutte semble prédisposer à la dépression en raison des effets des purines sur l’adénosine et sur le taux de xanthine, un peu plus élevé chez les déprimés sévères. Mais laissons-là ces spéculations biochimiques36.

17Pour conclure, on reviendra, une dernière fois, à la scène de l’abdication et notamment au récit poignant qu’en fit Prudencio de Sandoval. Après avoir prononcé son discours et n’ayant plus assez de forces pour rester debout, Charles Quint s’effondre sur son fauteuil, les yeux baignés de larmes. Devant lui toute l’assistance médusée pleure à son tour en écoutant les dernières paroles publiques du César :

  • 37 Prudencio de SANDOVAL, op. cit., Anvers : G. Verdussen, 1681, II, p. 599.

Oyeron todos lo que el Emperador dixo con mucha atencion y lagrimas, que fueron tantas, y los sollocos, y suspiros que davan, que quebran coraçones de piedra, y el mismo Emperador lloro con ellos, diziendoles quedaos à Dios hijos, quedaos à Dios, que en el alma os llevo atravessados37.

  • 38 Pontus de HUYTER, Opera historica omnia, Louvain : J.  Coppens, 1649, p. 339b.
  • 39 On peut se faire une idée précise des derniers jours de Charles Quint grâce à la correspondance du (...)
  • 40 Andrés XimÉnez, Descripción del Real Monasterio de San Lorenzo de El Escorial, Madrid : Juan García (...)

18Et Pontus de Huyter d’ajouter, dans sa propre chronique latine, « magno numero praesentes lacrymas fundebant, singultusque adeo sonoros edebant […] »38. Que de larmes répandues ! Oublions celles de l’entrée à Yuste, sur le simulacre des obsèques in vivo et sur le dernier sanglot d’un Empereur terrassé par la malaria39. Ne retenons que les gémissements de ceux qui, en mars 1654, furent les témoins privilégiés du transfert du corps de Charles au panthéon royal de l’Escorial : « Y fue tanta terneza, que al passo que rompieron las vozes los ayres, resonando en la capacidad deste insigne Templo, rompieron tambien las lagrimas por los ojos, en tanta copia, que se conocia el golpe grande, que en los coraçones de todos avia dado semejante vista […] »40.

  • 41 S’adressant à Henri IV, Antonio Pérez écrivait : « No desdene V. Mag. el don por las lagrimas, que (...)

19Nul doute que ces larmes tardives et spectaculaires, à la fois académiques et baroques, étaient sincèrement feintes. Nul doute que ces sanglots relevaient d’une émotion authentiquement contrefaite et qui répondait parfaitement à celle dont les hommes de pouvoir ont souvent le secret41.

Haut de page

Notes

1 Carlos, Rey Emperador, série en dix-sept épisodes réalisée par Oriol FERRER. Le rôle titre est tenu par l’acteur Álvaro Cervantes.

2 Sommaire description citée et traduite par Louis-Prosper GACHARD, « L’abdication de Charles Quint », Bulletin de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 21 (2), 1854, p. 916. Voir également, John W. BURGON (éd.), The Life and Times of Sir Thomas Gresham, Londres : R. Jennings, 1839, I, p. 175-176.

3 Prudencio de SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V, Pampelune : B. Paris, 1634, II, p. 806.

4 MONTAIGNE, Essais, 5e éd., Paris : A. l’Angelier, 1588, fol. 161v°. Sur la notion d’abdication en général et sur le cas de Charles Quint en particulier, voir les analyses de Jacques LE BRUN, Le pouvoir d’abdiquer. Essai sur la déchéance volontaire, Paris : Gallimard, 2009.

5 La théorie d’Élias – la culture et les progrès raffinent forcément les individus – négligeait un élément important : la contrainte valorise, même de façon négative, et l’interdit émoustille toujours un peu. Ce que le sociologue a pris pour une répression des affects et de leurs manifestations visibles (mais étaient-elles toujours sincères ?) peut également être lu comme une réhabilitation par effet de rareté car, si ces larmes cessent d’être « publiques », dans l’intimité, elles n’en sont que plus marquantes ; et, par voie de conséquence, elles deviennent tout à fait exceptionnelles en public. Cette ambivalence est ancienne, voir Piroska NAGY, « Les traces invisibles. De la matérialité des larmes spirituelles au Moyen Age », in : Gerhard JARITZ (dir.), Emotion and Material Culture, Vienne : Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2003, p. 162 sq.

6 Verser des larmes lors d’une cérémonie protocolaire était aussi un signe de déférence et lorsque Nicolas Perrenot, cardinal de Granvelle, quitta la cour de France au printemps 1528, il indiqua par écrit à l’empereur : « Et comme il me sembloit, durant ce propos la pluspart de l’assemblee estoit fort troublee, et en avoient plusieurs ayant les larmes es yeux. » in : Correspondenz des Kaisers Karl V, Leipzig : F. A. Brockhaus, 1844, I, p. 269.

7 Alfonso de ULLOA, Vita dell’invittissimo sacratissimo imperator Carlo V, Venise : V. Valgrisi, 1574 ; Lodovico DOLCE, Vita dell’invittiss. e gloriosiss. Imperador Carlo Quinto, Venise : G. Giolito de Ferrari, 1561 ; Francesco SANSOVINO, Il simolacro di Carlo Quinto Imperadore, Venise : Fr. Franceschini, 1567.

8 Pas d’allusion notable dans la chronique du cosmographe Alonso de Santa Cruz. Voir Ricardo BELTRÁN, Antonio BLÁZQUEZ (éd.), Crónica del Emperador Carlos V, Madrid : Patronato de Huérfanos, 1920-1925.

9 Voir, sur le contexte, Juan Carlos D’AMICO, « Charles Quint et le sac de Rome », in : Augustin REDONDO (dir.), Les discours sur le sac de Rome en 1527 : pouvoir et littérature, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999, p. 37-47.

10 Mario SANUTO, I Diarii, Venise : Editori, 1896, XLV, p. 583.

11 Cité dans Domenico ORANO (éd.), Il Sacco di Roma […], Rome : Forzani, 1901, I, p. 316.

12 Antony HOSTEIN, « Lacrimae principis : les larmes du prince devant la citée affligée », in : Marie-Henriette Quet (dir.), La « Crise » de l’Empire romain, de Marc Aurèle à Constantin, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, p. 211-234. Voir également Sarah Rey, « Les larmes romaines et leur portée : une question de genre ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 41, 2015, p. 243-263.

13 Gregorio LETI, La Vie de l’empereur Charles V, rééd., Bruxelles : J. de Grieck, 1726, I, p. 315.

14 William H. PRESCOTT, History of the conquest of Peru, Boston : Phillips, Sampson, 1855, I, p. 304. Montesinos, dans ses Anales, se contenta toutefois d’un « oyale tierno » plus modéré : Fernando de MONTESINOS, Anales del Perú, Madrid : Gabriel L. y del Horno, 1906, I, p. 64. Herrera rapporte seulement la « gran lástima » de l’Empereur : Antonio de HERRERA Y TORDESILLAS, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas i tierra firme del mar Oceano, rééd., Madrid : N. Rodríguez Franco, 1726, III, p. 104b. Il est difficile de remonter à la toute première source.

15 Rafael VARÓN GABAI, La ilusión del poder. Apogeo y decadencia de los Pizarro en la conquista del Perú, Lima : Institut français d’études andines, 1996.

16 L’empereur récite le psaume 113 « Non nobis domine […] » la voix entrecoupée de sanglots : Prudencio de Sandoval, op. cit., II, p. 267a.

17 Selon Gregorio Leti, c’est la vision de la procession organisée par ces affranchies qui a provoqué cette réaction (G. LETI, op. cit., 1710, II, p.182). D’autres larmes avaient précédé, et ce dès le départ de la galère impériale du port de Barcelone : Martín GarcÍa Cerezeda, Tratado de las campanas y otros acontecimientos […] del Emperador Carlos V, Madrid : Aribau, 1874, II, p. 8.

18 Louis-Prosper GACHARD, Relations des ambassadeurs vénitiens sur Charles Quint et Philippe II, Bruxelles : C. Muquardt, 1856, p. 22. Copie, en italien, avec quelques variantes : « Chi considera la nation et complessione di S. M.ta dira chella sia timida, ma chi riguarda l’operationi la trovara d’animo forte […]. Fu veduta gettar le lacrime […]» BnF, Ms. ital. 50, fol. 89v°.

19 Juan Antonio de VERA Y FIGUEROA, Epitome de la vida, y hechos del invicto Emperador Carlos V, Bruxelles : Fr. Foppens, 1656, p. 212.

20 Reiner C. Bakhuizen Van DEN Brink, « La retraite de Charles Quint, analyse d’un manuscrit espagnol contemporain par un religieux de l’ordre de saint-Jérôme à Yuste », Bulletin de la commission royale d’histoire, 1, 1851, p. 80.

21 Louis-Prosper GACHARD, op. cit., p. 91, note 3.

22 Guillaume VAN MALE, Lettres sur la vie intérieure de l’empereur Charles Quint, Bruxelles : Delevingne & Callewaert, 1843.

23 Guillaume VAN MALE, op. cit., p. 91.

24 Voir la tapisserie, très postérieure, conservée au musée du Temps (Palais Granvelle) à Besançon. La scène, cependant, est située à Yuste.

25 Stanis PEREZ, « Maladie et diplomatie : les stratégies plurielles de Charles Quint et Louis XIV », in : Xavier LE PERSON, Stanis PEREZ (dir.), Maladies diplomatiques. Souverains et puissants face à la maladie, de l’Antiquité à nos jours, Lyon : J. André, 2018, p. 97-108.

26 Archivo General de Simancas, Estado, leg. 98. Voir l’excellente synthèse de Agustín GARCÍA SIMÓN, « Los años críticos », in : José MARTÍNEZ MILLÁN (dir.), Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid : Sociedad Estatal para la Conmemoración […], 2001, II, p. 321-341.

27 Op. cit., fol. 274.

28 SUÉTONE, Vie des douze Césars, Tibère, 43.

29 Olivier de LA MARCHE, Le Premier livre d’Amadis de Gaule, Paris : J. Longis, R. Le Mangnier, 1560, fol. 62v°. On sait que l’œuvre est une reprise du texte de Garci Rodriguez de Montalvo : Los Quatro libros de Amadis de Gaula, Venise, J. A. Sabia, 1533, fol. 63r° (pour l’équivalent de la citation précédente).

30 Olivier de LA MARCHE, op. cit., fol. 92r°.

31 Laurent JOUBERT, Traité du ris, Paris : N. Chesneau, 1579, p. 119, citant Alexandre d’Aphrodisias, Quaestiones naturales et morales, et de fato, Venise : J. Gryphe, 1555, fol. 42r°-43r°. Voir, également, Jacques GUILLEMEAU, Traité des maladies de l’œil, Paris : Ch. Massé, 1585, fol. 10v°.

32 « Si se trouverent tous le lendemain à la grand salle du palais, & estant l’Empereur au meilleu, commença à leur dire : Mes freres, seigneurs, & bons amys, l’obligation en quoy ie vous suis redevable est si grande, qu’encores qu’il ait pleu à nostre seigneur me faire Empereur de toute la Grece ; si sçay ie bien qu’il hors de ma puissance de vous pouvoir satisfaire ne tenant tout l’honneur & le bien que i’ay (apres Dieu) que de vous, soit en particulier ou en general. Or suis ie desia sexaginaire, tout chenu & fort caduc, pour les peines que i’ay souffertes en mes ieunes ans suyvant les armes. (…) Et pour mieulx vivre en solitude, & me seprarer du monde ; ay aussi conclud en moy mesmes me retirer (avecq l’Imperatrix ma femme) au monastere que i’ay fait bastir, & la vivre religieusement, recognoistre Dieu, & faire penitence des maulx que i’ay commis par le passé » : Le Cinqiesme (sic) livre de Amadis de Gaule, trad. fr., Paris : D. Janot, 1544, fol. 113r°. Une version plus ancienne circulait, dès la fin du XVe siècle, grâce au roman de Garci Rodríguez de Montalvo, Las Sergas de Esplandián. Voir, sur ce point, Daniel EISENBERG, A Study of “Don Quixote”, Newark : J. de la Cuesta, 1987, p. 21, note 53.

33 Antonio de GUEVARA L’Horloge des Princes, trad. fr., Anvers : J. Keerberghe, 1592, p. 199-200.

34 Op. cit., p. 558b.

35 Le sujet est vaste ; voir Kimberley Ch. PATTON, John STRATTON HAWLEY (dir.), Holy Tears. Weeping and the Religious Imagination, Princeton : Princeton University Press, 2005.

36 Toni ALI-SISTO et al., « Purine metabolism is dysregulated in patients with major depressive disorder », Psychoneuroendocrinology, 70, 2016, p. 25-32.

37 Prudencio de SANDOVAL, op. cit., Anvers : G. Verdussen, 1681, II, p. 599.

38 Pontus de HUYTER, Opera historica omnia, Louvain : J.  Coppens, 1649, p. 339b.

39 On peut se faire une idée précise des derniers jours de Charles Quint grâce à la correspondance du docteur Mathys et du majordome Quijada. Voir Stanis PEREZ (éd.), La Mort des rois. Documents sur les derniers jours de souverains français et espagnols, de Charles Quint à Louis XV, Grenoble : Millon, 2006.

40 Andrés XimÉnez, Descripción del Real Monasterio de San Lorenzo de El Escorial, Madrid : Juan García Infançon, 1698, fol. 158r°.

41 S’adressant à Henri IV, Antonio Pérez écrivait : « No desdene V. Mag. el don por las lagrimas, que son la quinta essençia de l’alma, y el ams suave olor al olfacto de Dios. » : « Al Rey de Francia », dans Relaciones de Antonio Pérez […], copie de l’édition parisienne, 1624, « Segundas cartas de Antonio Pérez », p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stanis Perez, « Les sanglots de l’Empereur : le corps intime de Charles Quint en spectacle », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36788

Haut de page

Auteur

Stanis Perez

MSH Paris Nord, Pléiade (UR 7338)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search