Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité à l’épreuve du politiq...Habit royal et espaces d’intimité...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité à l’épreuve du politique : affleurements et instrumentalisations

Habit royal et espaces d’intimité à la cour de Charles II

Sandra Martinez

Résumés

Au palais, l’intimité et les espaces privés sont nombreux et leur pouvoir est aussi fort que le sens politique qui leur est donné. Le plus privé, le plus caché, le plus secret, peut s’avérer le plus politique, chargé d’enjeux sociaux et financiers à l’échelle du royaume. En outre, la sphère intime du monarque est montrée, mise en scène et en espace. La personne privée du roi est inventée, à l’image de sa personne publique. L’habit du roi semble imposer une frontière, celle de l’intériorité, tant physique que symbolique, tout en étant l’instrument de la fabrication d’une image publique. C’est ce qui fait toute la singularité de cet objet visuel puissant et éloquent. Porte d’entrée vers la vie quotidienne du souverain, à la croisée de plusieurs métiers d’artisans, de marchands et d’employés des maisons du roi, l’habit crée des liens uniques. Certains employés du palais, par le service du vêtement royal, peuvent accéder à une proximité privilégiée avec le corps du roi, développer une relation de contact et de confiance. L’objet de cet article est de mesurer le sens que la parure royale donne à l’intimité, réelle et inventée, du souverain à la cour madrilène à la fin du XVIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Philippe Ariès, Georges DUBY et al., Histoire de la vie privée, Paris : Seuil, 1985.
  • 2 Jean-François Nordmann, « Sur l’intériorité, la profondeur et l’intimité subjectives : un état des (...)

1Notre conception de l’intimité aujourd’hui, bien que soumise à certaines évolutions très récentes liées aux réseaux sociaux notamment, est encore héritée du principe de séparation entre vie publique – politique – et vie privée – subjectivité –, garantie par la dissociation extériorité-intériorité, affirmée à l’époque moderne. La conception de la vie privée est liée à celle de propriété privée et de privatisation des institutions et des biens communs. Au XVIIe siècle, les charges, les institutions, les titres et les terres de l’État se vendent ou s’allouent à des particuliers ou à des sociétés privées. L’ouvrage coordonné par Philippe Ariès et Georges Duby, Histoire de la vie privée, examine l’avènement de la revendication de la propriété privée et de la vie privée1. L’intimité est une modalité particulière de la vie privée. L’article de Jean-François Nordmann, « Sur l’intériorité, la profondeur et l’intimité subjectives », distingue l’expérience de l’intime et le sentiment du privé2.

  • 3 Paloma Bravo, Cécile Iglesias et Philippe Rabaté, L’expression de l’intériorité : vivre et dire l’i (...)
  • 4 Sur ces concepts, se reporter à l’étude suivante : Lucien Faggion, « L’éloquence muette ou le langa (...)

2L’ouvrage coordonné par Paloma Bravo, Cécile Iglesias et Philippe Rabaté, L’expression de l’intériorité : vivre et dire l’intime à l’époque moderne3, a montré comment, au XVIIe siècle, le principe de dissociation entre un intérieur et un extérieur, particulièrement dans le champ politique, dans le contexte curial, modifie les civilités, les politiques. La dissimulation en est un élément central. Il y a ce qui peut être caché et ce qui peut être montré. On est capable de maîtriser son expression et ses réactions pour s’assurer une supériorité ou un avantage sur les autres4. Alors on peut élaborer des stratégies de mise en scène de l’intime.

3Au palais de Charles II d’Espagne, l’intimité et les espaces privés sont nombreux et leur pouvoir est aussi fort que le sens politique qui leur est donné. Le plus privé, le plus caché, le plus secret, est le plus politique, chargé d’enjeux sociaux et financiers à l’échelle du royaume. En outre, la sphère intime du monarque est montrée, mise en scène et en espace. La personne privée du roi est inventée, à l’image de sa personne publique. L’habit du roi semble imposer une sorte de frontière de l’intériorité, tant physique que symbolique, tout en étant l’instrument de la fabrication d’une image publique. C’est ce qui fait toute la singularité de cet objet visuel puissant et éloquent. Porte d’entrée vers la vie quotidienne du souverain, à la croisée de plusieurs métiers d’artisans, de marchands et d’employés des maisons du roi, l’habit crée des liens uniques. Certains employés du palais, par le service du vêtement royal, peuvent accéder à une proximité privilégiée avec le corps du roi, développer une relation de contact et de confiance. L’objet de cet article est de mesurer le sens que la parure royale donne à l’intimité, réelle et inventée, du souverain à la cour madrilène à la fin du XVIIe siècle.

Monarque absolu et contrôle de soi. L’habit comme un garde du corps

4Le règne de Charles II est celui d’un monarque absolu, qui gouverne au moyen de Conseils et d’une alliance personnelle avec les représentants de la noblesse. Les relations avec les nobles au palais et dans les instances politiques sont régies par une étiquette extrêmement codifiée. Le monarque absolu est celui qui domine ses sujets parce qu’il se domine d’abord lui-même. Il peut être le maître parce qu’il parvient à être maître de ses réactions, de ses contingences physiques. Il est capable de stratégie politique parce qu’il sait conserver son dessein et donc son pouvoir en lui et pour lui. Cette représentation d’un double contrôle, contrôle intérieur qui permet la projection du contrôle sur l’extérieur, interpelle lorsque l’on étudie le règne de Charles II d’Espagne. Ce roi était-il réellement maître de son corps et de son esprit ?

5Ce roi qui tenait à peine debout, qui ne réussit à parler, dit-on, qu’à l’âge de quatre ans, et à marcher qu’à huit ans, sujet à des crises d’épilepsie, et à toutes sortes d’affections récurrentes ; ce roi qui souffrait d’hallucinations, de pertes de conscience et de différents troubles mentaux ; ce roi que l’on appelait El Hechizado, l’Ensorcelé, tant il semblait victime de son corps et de son esprit pouvait-il vraiment incarner le souverain qui dompte sa propre personne et ses sujets ?

6L’habit royal a une grande importance dans ce processus d’élaboration de la puissance et de la légitimité royale. Il s’impose comme un deuxième corps, vient couvrir le corps mortel du roi et cacher ses faiblesses. De plus, l’habit peut dissimuler, empêcher l’accès aux symptômes et manifestations physiques que guettent les ambassadeurs et les différentes personnes présentes à la cour afin de connaître l’état de santé de Charles II. En ce sens, il préserve une certaine intimité corporelle.

  • 5 Sandra Martinez, Les fournisseurs de parures à la cour madrilène sous Charles II (1665-1700). Servi (...)

7L’habit dissimule également les mouvements de son corps, cache ses gestes-réflexes, ses réactions et bloque ainsi l’accès à ses pensées, ses ressentis, ses mouvements d’humeur, ses intentions. En effet, l’habit de Charles II est fait de plusieurs épaisseurs, ce qui couvre les contours du corps et bride la mobilité. Certaines parties compriment le corps, comme les pourpoints, les bas et les chaussures. Les manches peuvent être longues, jusqu’à entraver les mouvements et masquer la nervosité des mains. Les colliers et pierreries qui se superposent directement au vêtement l’alourdissent. L’ensemble donne une pesanteur à l’allure et fait presque du roi une image plutôt qu’une personne. On peut se demander si la couleur du vêtement joue également un rôle pour occulter les mouvements. L’habit de Charles II est très souvent noir. Environ un quart des commandes d’habits pour Charles II sont de couleur noire5. Cette teinte permet-elle de moins distinguer le mouvement ? C’est l’impression donnée par certains tableaux de Carreño de Miranda, par exemple, où l’on distingue mal la silhouette. Cependant, le noir royal, celui des étoffes de soie de qualité, a aussi cette brillance que d’autres couleurs n’ont pas et qui attire le regard.

  • 6 Georges Vigarello, « Le corps du roi », in : Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarel (...)

8En tant que roi, Charles II a deux corps : d’une part ce corps personnel et mortel dont nous venons de parler, d’autre part un corps, une existence, symbolique et politique. Georges Vigarello dans « Le corps du roi », l’appelle « corps immatériel [qui] se superpose au corps naturel du roi »6. Lorsque l’on étudie l’habit royal de Charles II, on se rend compte qu’il interagit puissamment avec les deux corps du roi et que ces deux corps sont encore plus imbriqués que ne l’ont considéré les historiens.

9Les particularités physiques de Charles II entrent dans la configuration de son corps symbolique. Ses yeux globuleux, sa mâchoire proéminente, hérités de ses ascendants, notamment de Charles Quint, ne sont pas uniquement des défauts physiques, potentiellement disgracieux et handicapants, ce sont aussi des caractéristiques dynastiques, des signes d’identité, d’appartenance. Ce sont des stigmates de prestige, de pouvoir et de légitimité puisqu’ils ancrent sa filiation. Ces caractéristiques physiques représentent l’héritage des souverains précédents, ce qui place le corps mortel de Charles II dans la continuité des corps des rois précédents. Ce ne sont plus Charles Quint, Philippe II, Philippe IV, Charles II, c’est le roi d’Espagne qui a les yeux et la mâchoire saillants. Cela devient un attribut presque conceptuel de reconnaissance, une marque symbolique de royauté. Charles II hérite d’un corps concret, physique, qui porte les caractéristiques visuelles du corps symbolique du roi d’Espagne.

10Il est possible d’aller plus loin dans ce raisonnement. Ce corps difforme, cette composition physique si désavantageuse, qui était celle de Charles II, tout en lui – excepté, peut-être, ses cheveux – a été décrit par ses contemporains et par les historiens comme laid, fragile, déréglé, source de difficultés ou de souffrance à tous les niveaux, on se demande alors comment un roi aussi amoindri peut être roi, comment les attributs de puissance peuvent suppléer toutes ces carences, comment l’habit royal peut porter le corps du roi plus que le corps du roi n’est capable de porter l’habit royal. Là encore, le corps physique de Charles II, au contraire, apporte au corps symbolique du roi des éléments forts de distinction, donc de puissance. Le roi ne peut être égalé par aucun autre homme, il est unique et il doit cultiver les marques de sa singularité pour montrer que lui seul gouverne. Le roi doit être reconnaissable entre tous ; c’est le sens des insignes de pouvoir, de l’isolement du monarque absolu, des lois somptuaires et de l’étiquette de manière générale. Or Charles II dispose d’un avantage naturel puisque son corps même le distingue de manière visuelle immédiate. Il possède un corps exceptionnel de par toutes ses anomalies. De plus, il est particulièrement grand (1,92m) et il a une posture inhabituelle puisqu’il a du mal à marcher et à se tenir droit. Lorsque l’on sait que ces spécificités ont été engendrées par un taux de consanguinité très élevé et très rare, c’est-à-dire par la concentration remarquable de rois et reines parmi ses ascendants, on en conclurait presque que sa constitution en fait le souverain par excellence.

De la mise en scène de l’intimité du roi vers sa mise en espace

Le privé public, un instrument politique

  • 7 Au sujet du cérémonial de la cour d’Espagne, consulter Hugo Coniez (trad. et éd. critique), Le céré (...)
  • 8 Les documents de comptes établissent les jours de présence et les gages associés. Ils sont conservé (...)

11Les activités de la vie quotidienne et personnelle de Charles II, comme se lever et s’habiller, sont rendues publiques avec la participation de la cour et elles prennent ainsi un sens politique. Les rituels du lever et du coucher, dont l’habit est l’une des composantes essentielles, sont chorégraphiés de manière à mettre en scène la place de chacun dans la hiérarchie. Ce cérémonial est un instrument qui structure le gouvernement et attribue un rôle à chaque acteur7. La mise en scène de l’intimité du roi sert à créer un gradient, une hiérarchie des accès au roi. Plus l’on atteint une proximité importante avec le roi dans ces rituels, plus on est favorisé et puissant. C’est l’un des moments clé de la vie du palais où le souverain partage ses grâces et ses faveurs et redistribue le pouvoir qu’il concentre entre ses mains. Chaque matin et chaque soir, Charles II renouvelle et scelle l’alliance du monarque absolu avec la noblesse de service. Le roi fait entrer un acte de gouvernement dans son intimité et fait de son intimité un instrument de gouvernement. Ce faisant, puisque l’intimité partagée ne peut l’être qu’avec un cercle privé, sans quoi elle n’est plus intimité mais acte de vie sociale et communautaire, le roi privatise une partie de son intimité en même temps qu’il privatise une parcelle de son gouvernement. Cette privatisation se fait au profit de certains nobles, ministres et secrétaires, mais aussi, sur un autre plan, au profit des responsables de la Chambre et d’officiers liés au service de la parure de Charles II. Les documents de comptes des officiers et fournisseurs de parures de Charles II témoignent de cette fréquentation du roi et du privilège qu’elle représente8.

  • 9 Ces évolutions, qui concernent surtout la fin du règne, sont analysées en détail dans la thèse de l (...)

12Lors du lever du roi, le garde-robe, responsable de l’office de la Garde-robe royale, apporte les habits du jour et les remet au sommelier de corps qui les présente au roi. Ce moment du rituel est l’un des plus importants, celui où le roi, chaque matin, endosse son costume et son rôle de roi. Il le fait avec l’aide du responsable de la Chambre, le sommelier de corps, l’un des responsables les plus liés au service privé du monarque (les noms de « Chambre » et de sommelier de « corps » l’indiquent) qui, grâce à cette proximité quotidienne, se voit confier de plus en plus de responsabilités administratives et politiques. Le roi préfère traiter directement avec lui plutôt que de passer par les différentes étapes de validation prévues au sein de la Maison royale9. Encore une fois, c’est la fréquentation quotidienne du roi, dans ses activités les plus privées, qui fait du sommelier de corps un interlocuteur privilégié et lui donne une parcelle de pouvoir. Une relation privilégiée ne découle-t-elle pas forcément, comme le dit son étymologie, d’une relation privée, personnelle ?

Le roi isolé

  • 10 Saint Augustin, Confessions, III, 6, 11.

13Cette mise en scène de l’intimité politique s’appuie préférentiellement sur une mise en espace, ce qui n’est pas étonnant si l’on se réfère à l’essence même du concept d’intimité. Ce mode d’expression donne une place prépondérante au vêtement royal par sa capacité à marquer l’espace. On définit presque systématiquement l’intimité par des références spatiales. L’intimité, c’est ce qui est intérieur, profond, isolé, impénétrable. Saint Augustin ne s’y réfère pas autrement avec la célèbre formule « interior intimo meo »10.

14Cet espace intérieur, zone invisible et infranchissable, parce qu’il est instrumentalisé par le roi, demande à être matérialisé. L’étiquette et l’architecture des pièces du palais jouent ce rôle. Elles limitent voire empêchent l’accès au monarque. En explorant les archives du palais royal, cette organisation particulière apparaît dans la séparation des dossiers en une multitude de sous-dossiers avec des doublons. Les pièces du palais et les usages de la cour construisaient une multitude d’espaces clos, cachés, secrets, comme autant de refuges de l’intimité de Charles II, tout en fabriquant les témoins de cette intimité toute politique. Une intimité paradoxale donc, puisqu’il ne suffit pas de la créer pour qu’elle existe, il faut aussi montrer qu’elle existe, c’est-à-dire lui faire perdre de son exclusivité et par là-même de son existence réelle. Le roi se retranchait dans des chambres précédées d’antichambres et de cabinets gardés par des majordomes ou des gardes. Les officiers ou les secrétaires servaient d’intermédiaires de manière à ce qu’un cercle extrêmement restreint de personnes s’adresse au roi. L’organisation de la vie quotidienne aussi bien que celle de la vie politique au palais était entièrement pensée pour empêcher l’accès aux espaces où se trouvait le roi, restreindre et concentrer les occasions de toucher ou d’avoir accès aux objets utilisés par le roi.

15L’isolement du monarque absolu prend un sens politique fort avec le recours de plus en plus fréquent, sous Charles II, à un officier plutôt qu’à l’ensemble des responsables pour valider les ordres au sein de la Maison royale. Le roi prenait certaines décisions retiré, dans le secret, et les communiquait ensuite à – son nom est significatif – son secrétaire. Sous le règne du dernier Habsbourg, les voies d’administration de la Maison royale furent réaménagées. En effet, des secrétariats, des bureaux, furent créés, annexés, aux instances principales. Ils pouvaient raccourcir certaines étapes de validation des ordres, concentrant parfois plus de pouvoir que les structures anciennes. Comme dans l’aménagement des pièces, antichambres et cabinets du palais, alors que les petites pièces, celles qui permettaient de se retirer en compagnie restreinte, ou d’entrer et de sortir discrètement, sans passer par les grandes pièces classiquement utilisées, se multipliaient et gagnaient en importance, de même les services annexes de la Maison du roi , plus personnels, plus rapides, se démultiplièrent.

16Il nous semble en parallèle que le vêtement du monarque matérialisait sur son corps le code de hiérarchisation par l’espace. Chaque épaisseur de vêtement, depuis le plus extérieur jusqu’au plus proche de son corps, représentait un degré d’intimité, physique et symbolique. Chaque partie de vêtement était à la charge d’artisans ou responsables du palais différents, dont on pourrait mesurer l’importance et le degré de proximité avec le roi, à la place et à la fonction de la partie de l’habit dont ils s’occupaient. Le tailleur réalisait et vendait les plus beaux habits, ceux qui fabriquaient l’image extérieure du roi. Il avait l’apanage des matières les plus coûteuses et le privilège d’approcher le roi de très près. Le garde-robe manipulait les habits du roi, mais n’entrait pas en contact direct avec lui pour l’habiller. La lavandière de corps entretenait le linge de corps, les sous-vêtements de Charles II. C’est la partie de l’habit qui est la plus intime, au sens corporel, et qui n’est pas visible. Pour des raisons d’hygiène et de bienséance, le protocole de conservation et d’acheminement du linge de corps était très strict, ce qui nous amène à nous interroger sur ce qui fait la singularité et la valeur de l’habit royal dans son rapport à l’intimité du roi.

Valeur particulière et publique de l’habit royal

Les serviteurs de confiance

  • 11 Lisón Tolosana, La imagen del rey. Monarquía, realeza y poder ritual en la Casa de los Austrias, Ma (...)

17Si la garde-robe, par l’entremise du vêtement royal, parvenait à approcher le roi, les artisans qui fabriquaient ce vêtement l’approchaient d’encore plus près. Le cordonnier était chargé de venir tous les jours au palais pour aider le roi à se chausser. Le tailleur avait l’honneur de faire directement partie du prestigieux office de la Garde-robe. Il venait pour les essayages et les ajustements. Malheureusement nous manquons d’informations sur ces moments, n’en ayant pas retrouvé de trace dans les archives, mais nous pouvons légitimement supposer qu’ils étaient l’occasion d’une proximité particulière avec le souverain, d’autant plus que, contrairement au lever, ils ne se faisaient pas en public. Une relation de confiance se tissait. On restait tailleur du roi pendant des années, en général jusqu’à sa mort. Le roi lui confiait toutes ses commandes et lui demandait même certaines confections pour la reine. La lavandière de corps avait une relation exclusive avec le roi. La lavandière de Charles II avait été choisie parce qu’elle avait été la nourrice des infants Fernando Tomás et Felipe Próspero11.

Le vêtement royal comme frontière entre l’intime et le public

18Le vêtement est justement la limite entre l’intime et l’extime, ce que l’on garde à l’intérieur et ce que l’on projette à l’extérieur. Le vêtement crée un espace corporel et symbolique clos et caché. À la fois barrière et charnière, sa fonction, dans le cas du roi Charles II, était doublement plurielle car il mettait en relation le corps concret et le corps royal. La couturière réalisait le linge de corps, avec les tissus qu’elle allait acheter elle-même chez le marchand, et c’était elle qui le récupérait lorsqu’il avait été utilisé ou lorsque le roi décédait. Le linge intime du roi restait donc dans un circuit fermé, il n’était manipulé que par peu d’employés et n’était récupéré, même après usage, par personne d’autre. Il n’apparaît toutefois pas de manière détaillée dans les inventaires ni dans les documents de la couturière : elle recevait un salaire fixe et le détail des pièces n’est donc pas mentionné, contrairement aux artisans qui fournissaient les vêtements. Le linge intime circulait ainsi dans un circuit à part, plus discret et plus exclusif.

  • 12 Pour plus de détails sur ces sujets, voir S. Martinez, Les fournisseurs de parures..., vol. cit.

19Sa nature visuelle faisait de l’habit royal un mode d’expression fort. L’habit était un écran : il cachait ce qui était dessous et il affichait ce qui était au-dessus. Il avait un statut sans pareil parce qu’il était directement présent sur la personne du roi. Il faisait partie des rares objets visuels qui se déplaçaient avec le roi et étaient toujours sur lui. Il combinait les fonctions basiques d’habillement avec un spectre d’attributions symboliques et sociales. Il était non seulement accessible directement par les sens, par son caractère visuel, mais devait aussi être conceptuellement compris. Par exemple, les matières qui le composaient pouvaient représenter le statut du roi, tel le brocart qui lui était réservé. L’habit royal de Charles II fabriquait sa personne publique, créait à destination de ses sujets un message qui résumait les attributs de la monarchie : puissance, magnificence, vertus catholiques. L’habit de Charles II était ainsi toujours austère et modeste dans ses couleurs et dans ses formes ; le faste se situait dans les matières, le travail de l’artisan et les accessoires12.

Conclusion

20En conclusion, on peut affirmer que le vêtement de Charles II était au cœur de la protection de son intimité corporelle mais aussi l’occasion d’un lien privilégié avec ceux qui confectionnaient et entretenaient les habits royaux. Il permettait également de mettre en scène une intimité contrôlée et de transcender le lien entre corps physique et corps symbolique du roi.

Haut de page

Notes

1 Philippe Ariès, Georges DUBY et al., Histoire de la vie privée, Paris : Seuil, 1985.

2 Jean-François Nordmann, « Sur l’intériorité, la profondeur et l’intimité subjectives : un état des lieux », Le Divan familial, 2003/2, n. 11, p. 75-85. DOI : 10.3917/difa.011.0075. URL : https://www.cairn.info/revue-le-divan-familial-2003-2-page-75.htm.

3 Paloma Bravo, Cécile Iglesias et Philippe Rabaté, L’expression de l’intériorité : vivre et dire l’intime à l’époque moderne, Dijon : Université de Bourgogne, 2012. URL : https://preo.u-bourgogne.fr/intime/index.php?id=107.

4 Sur ces concepts, se reporter à l’étude suivante : Lucien Faggion, « L’éloquence muette ou le langage du corps. L’Arte de’cenni de Giovanni Bonifacio (1616) », in : Sylvain André, Philippe Castejón et Sébastien Malaprade (dir.) “Arcana imperii”. Gouverner par le secret à l’époque moderne, Paris : Les Indes savantes, 2019.

5 Sandra Martinez, Les fournisseurs de parures à la cour madrilène sous Charles II (1665-1700). Service et représentation du souverain au cœur de son royaume, thèse soutenue sous la direction d’Araceli Guillaume-Alonso, Paris-Sorbonne, 2017, à paraître.

6 Georges Vigarello, « Le corps du roi », in : Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Histoire du corps, Paris : Seuil, 2011. Voir également : Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen-âge, Paris : Gallimard, 1989.

7 Au sujet du cérémonial de la cour d’Espagne, consulter Hugo Coniez (trad. et éd. critique), Le cérémonial de la Cour d’Espagne au XVIIe siècle, Paris : PUPS, Iberica, 2009.

8 Les documents de comptes établissent les jours de présence et les gages associés. Ils sont conservés dans les archives du palais royal de Madrid.

9 Ces évolutions, qui concernent surtout la fin du règne, sont analysées en détail dans la thèse de l’auteur de l’article, à paraître aux Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

10 Saint Augustin, Confessions, III, 6, 11.

11 Lisón Tolosana, La imagen del rey. Monarquía, realeza y poder ritual en la Casa de los Austrias, Madrid : Espasa Calpe, 1991, p. 91.

12 Pour plus de détails sur ces sujets, voir S. Martinez, Les fournisseurs de parures..., vol. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Martinez, « Habit royal et espaces d’intimité à la cour de Charles II », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36813

Haut de page

Auteur

Sandra Martinez

Université Paris-Sorbonne, CHECLA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search