Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité familiale et conjugale...L’expression du bonheur conjugal ...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité familiale et conjugale : entre idéal et expérience personnelle

L’expression du bonheur conjugal dans la poésie de Juan Boscán : aveu intimiste ou reflet d’une nouvelle vision du mariage ?

Cécile Iglesias

Résumés

L’analyse porte sur le lyrisme conjugal caractéristique d’une quinzaine de compositions de Juan Boscán à partir de 1540. Il s’agit d’abord de décrypter les modalités expressives de ce « nouveau chant » nécessaire pour dire un « nouvel amour » salvateur, dans le cadre d’une poétique du bonheur conjugal, à rebours des illusions perdues évoquées dans ses précédents poèmes. Ensuite l’étude s’attache à comparer l’idéal de concorde conjugale prônée par Juan Boscán avec plusieurs textes humanistes majeurs véhiculant une nouvelle vision du mariage : Eloge du mariage et L’institution du mariage chrétien d’Érasme et surtout Instrucción de la mujer cristiana de Vives et Coloquios matrimoniales de Luján. Enfin l’enquête s’efforce de cerner si une forme de sincérité intime peut être décelée au-delà de la part de convention à l’œuvre dans le projet poétique final de Juan Boscán pour en mesurer la singularité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georg Wilhelm Friedrich HEGEL, Esthétique, 3e partie, 3e section, chap. III, III, B, « La poésie ly (...)

1Si la poésie lyrique entendue comme expression de la subjectivité personnelle de l’auteur est une notion qui n’apparaîtra qu’avec le romantisme1, il n’en demeure pas moins que dans les pratiques d’écriture, la poésie à la première personne accueille une forme d’introspection et de réflexion intimiste dès la Renaissance, rompant avec des schémas discursifs conventionnels dictés par l’amour courtois de la poésie cancioneril encore en vigueur à la fin du XVe siècle.

2Le modèle pétrarquiste incite les auteurs à offrir leur propre version d’un cheminement personnel qui considère le sentiment amoureux comme un vecteur d’élévation spirituelle. Les réécritures du Canzoniere de Pétrarque, élaborées selon l’émulation de modèles que constitue l’imitatio, reprennent presque toujours une série de poèmes chantant la douleur amoureuse du poète pour une belle inaccessible et idéalisée – Laura chez Pétrarque, Elisa chez Garcilaso – ; cette douleur parvient à être sublimée en général après la mort de la bien-aimée dans des poèmes in mortem, ou dans certains cas du fait de l’ataraxie du poète, guéri de son tourment amoureux par une sorte de prise de conscience désabusée.

3Ce schéma trouve chez Juan Boscán un traitement tout à fait original, qui n’aura pas d’imitateurs parmi les poètes espagnols de sa génération. Son œuvre poétique se présente de façon très maîtrisée dans l’édition publiée pour la première fois à Barcelone, chez l’éditeur Carles Amorós, en 1543, un an après sa mort : Las obras de Boscán y algunas de Garcilaso, repartidas en cuatro libros. Le premier livre renferme l’ensemble des compositions en octosyllabes de Boscán, le second, les poèmes d’inspiration italienne en hendécasyllabes (sonnets et chansons pétrarquistes), le troisième présente les compositions savantes (Hero y Leandro, épîtres, octava rima), tandis que le dernier livre contient une sélection de l’œuvre poétique de Garcilaso de la Vega.

4Au seuil de son ouvrage, Juan Boscán adresse un poème-dédicace en hendécasyllabes à la Duchesse de Soma, affirmant explicitement son projet poétique :

  • 2 L’édition utilisée pour cette étude est : Juan BOSCÁN, Poesía, éd. Pedro RUIZ PÉREZ, Madrid : Akal, (...)

¿A quién daré mis amorosos versos,
que pretenden amor con virtud junto
y desean también mostrarse hermosos?
A ti, señora, en quien todo esto cabe
[…] (Poesía2, p. 92)

  • 3 Pedro RUIZ PÉREZ, “Estudio preliminar. Cómo leer a Juan Boscán”, in : Juan BOSCÁN, Poesía, ed. cit. (...)

5Ces quelques vers inauguraux énoncent à la fois la thématique amoureuse, l’inspiration humaniste (« virtud ») et l’ambition esthétique (« mostrarse hermosos ») qui animent le poète. Mais l’originalité de traitement du modèle pétrarquiste réside en particulier, dans la présence à la fin du Livre II d’une série de sonnets à la gloire d’un « nouvel amour » qui a redonné vie et santé au poète jusque-là égaré et assailli par les tourments d’amours passionnées. Cet amour supérieur qui a guéri et pour ainsi dire ressuscité le « je » poétique n’est autre que l’amour conjugal, comme l’expose Juan Boscán dans sa réponse à Diego Hurtado de Mendoza (Livre III). Pedro Ruiz Pérez, dans son prologue à l’œuvre poétique de Juan Boscán souligne d’ailleurs la singularité de cette « solution matrimoniale »3.

6Né entre 1487 et 1492 au sein d’une famille noble, Juan Boscán s’est formé à la cour du roi Ferdinand le Catholique puis est entré au service de la maison ducale d’Albe. En courtisan maniant tantôt la plume, tantôt l’épée, il a pris part à différentes entreprises guerrières ; il a ainsi participé en 1522 à l’assaut destiné à libérer l’île de Rhodes ; en 1526 il se rend à Grenade à l’occasion des noces de Charles Quint et d’Isabelle de Portugal. C’est là qu’aurait eu lieu la rencontre décisive de Boscán et d’Andrea Navagero, ambassadeur vénitien, qui lui recommande l’usage de la métrique italienne, scène qu’il évoque dans l’épître à la duchesse de Soma qui fait office de dédicace en ouverture du Livre II de ses poèmes. Au service de Charles Quint, il officie en tant que poète de cour, réalisant un certain nombre de compositions de circonstances à la manière italienne, introduisant ainsi, aux côtés de quelques autres poètes, une métrique mais surtout une sensibilité nouvelles, qui cristalliseront sur le plan poétique la rénovation esthétique de la Renaissance. À cette époque il se lie d’amitié avec Garcilaso de la Vega, dont l’œuvre est indissociable du projet éditorial de Juan Boscán.

  • 4 Ramón GARCÍA GONZÁLEZ, « Datos biográficos de Juan Boscán Almogáver », Alicante : Biblioteca Virtua (...)

7Dans les années 1530, âgé d’environ quarante ans, Boscán épouse Ana Girón de Rebolledo (qu’il a connue en 15274) et qui lui donnera trois filles, Mariana, Violante et Beatriz. Après ce mariage, le poète catalan se retire progressivement de la vie politique, même s’il intervient, en quelques occasions, à la Cour. De noble ascendance et parfaitement instruite, doña Ana Girón de Rebolledo a joué un rôle majeur pour l’édition finale de l’œuvre poétique posthume de Boscán et de son ami tolédan Garcilaso et a par conséquent été un maillon décisif dans la diffusion de la nouvelle manière poétique dans les lettres espagnoles de la première moitié du XVIe siècle. Elle apparaît également comme la muse des poèmes de la maturité de Juan Boscán.

8L’écho du bonheur familial de Boscán est perceptible dans certains écrits de ses amis qui lui envient la quiétude et la tranquillité d’esprit qu’il leur a confié connaître lors de cette nouvelle existence : ainsi dans sa célèbre Elegía II aux accents d’épître amicale, Garcilaso évoque la paisible vie conjugale de son ami Boscán dans ses terres barcelonaises, sur le mode du beatus ille :

  • 5 Garcilaso de la VEGA, Poesías completas, éd. Ángel PRIETO DE PAULA [1989], Madrid : Castalia (“Cast (...)

Tú, que en la patria, entre quien bien te quiere,
la deleitosa playa estás mirando
y oyendo el son del mar que en ella hiere,
y sin impedimiento contemplando
la misma a quien tú vas eterna fama
en tus vivos escritos procurando,
alégrate, que más hermosa llama
que aquella qu’el troyano encendimiento
pudo causar el corazón t’inflama
5.

9La muse qui enflamme le cœur de Boscán d’une « hermosa llama » qui surpasse celle qui a causé la perte de Troie (à savoir la passion de Pâris pour la belle Hélène) mérite donc d’être immortalisée par les vers de Boscán, aux dires de Garcilaso. Mais si plusieurs témoignages littéraires attestent de ces circonstances biographiques qui ont pu faire des dernières années de l’existence du poète catalan un aboutissement de l’idéal humaniste de la concorde conjugale, comment comprendre que cette expérience personnelle soit ainsi exploitée littérairement ? S’agit-il simplement du reflet transparent d’un parcours intime ? Dans ce cas, comment expliquer que cette expérience de la sphère privée soit exposée au grand jour dans des écrits destinés à être publiés ? La portée de cette présence du bonheur conjugal dans les vers de Boscán n’est-elle pas autrement significative ?

10Nous analyserons d’abord les moyens expressifs de cette poétique du bonheur conjugal sous la plume de Juan Boscán, dans le but de décrypter le langage de cette plénitude amoureuse à rebours des illusions perdues évoquées dans ses sonnets précédents, qui occupent la grande majorité du Livre II. Dans un second temps nous chercherons à percevoir les points de convergence de l’idéal de vie prôné par Juan Boscán avec deux textes emblématiques de la littérature humaniste qui abonde en propos sur les bienfaits du mariage à la veille du Concile de Trente. Enfin nous essaierons de distinguer la part d’épanchement personnel de celle de convention qui préside au projet poétique de Juan Boscán dans son étape d’aboutissement.

L’éloge du bonheur conjugal selon Juan Boscán : un nouveau chant pour un amour nouveau

  • 6 Perrine GALAND et John NASSICHUK (éd.), Aspects du lyrisme conjugal à la Renaissance, Paris : Droz, (...)

11L’organisation du recueil poétique boscanien reflète une adaptation personnelle du Canzoniere de Pétrarque. Le Livre II présente en effet une construction organique d’une grande cohérence, à partir de six sonnets initiaux affirmant une intention didactique qui justifie la présentation d’une « histoire amoureuse » destinée à dissuader les émules de se laisser éblouir par de vaines amours. Le programme annoncé est d’emblée celui d’une leçon de vie douloureuse, un « escarmiento » qui a amené le « je » poétique à apprendre de ses erreurs passées, dans une démarche qui n’est pas sans rappeler celle des Confessions de Saint-Augustin, souvent pris comme modèle chez les poètes humanistes pratiquant la poésie personnelle6.

Mis versos son deciros, ¡oh!, benditos
los que de Dios tan gran merced hubistes,
que del poder de Amor fuésedes quitos.
(Poesía, II, Soneto I, v. 12-14, p. 173)

  • 7 Nathalie DAUVOIS, Le sujet lyrique à la Renaissance, Paris : PUF, 2000, p. 15-16 : « Le sujet éthiq (...)

12Le « je » poétique affirme vouloir exposer ses plaies (« llagas », « heridas », dans le Sonnet II) pour effrayer le lecteur et le mettre en garde contre les ravages de l’amour. Comme dans le Canzoniere de Pétrarque, c’est un « sujet éthique » qui unifie l’ensemble du volume, revendiquant dans le présent la volonté de s’affranchir des errements d’un « je » passé, soumis à ses passions, comme l’évoque Nathalie Dauvois7. S’ensuivent 84 sonnets qui illustrent cette biographie amoureuse faite de tourments, d’éphémères plaisirs et d’amères déceptions.

  • 8 Encyclopaedia Universalis, entrée « conversion » : « Le mot latin conversio correspond en fait à de (...)

13Mais le projet introspectif culmine à la fin de l’ouvrage avec 14 sonnets d’une tonalité tout à fait opposée. Les termes employés pour faire référence à ce « nouvel amour », réciproque et sanctifié par les liens du mariage sont ceux d’une conversion intérieure, au sens premier du terme (à la fois retour sur soi et renaissance)8. Ainsi le sonnet LXXVII inaugure-t-il sur un ton de célébration heureuse ce renouveau à la fois amoureux et poétique :

Otro tiempo lloré, y agora canto,
canto de amor mis bienes sosegados;
de amor lloré mis males tan penados,
que por necesidad era mi llanto.
(Poesía, Soneto LXXVII, v. 1-4, p. 302)

14Or ce « nouvel amour » suppose aussi une nouvelle modalité de chant (« nuevo canto », v. 5) où s’harmonisent raison, vertu et plaisir d’amour : « Razón juntó lo honesto y deleitable » (v. 9). Affleurent dès lors des expressions témoignant de l’état d’esprit du locuteur poétique, parvenu au comble de la félicité, de sorte que la douceur du chant s’accorde à l’harmonie intérieure que procure l’amour payé de retour :

Antes terné que cante blandamente,
pues amo blandamente y soy amado.
(Poesía, Soneto LXXXVIII, v. 1-2, p. 303)

15C’est donc le registre sémantique de la douceur qui caractérise ces sonnets de l’amour comblé : « blandamente » (Soneto LXXXVIII, v. 1-2), « dulce sentimiento » (Soneto LXXIX,v. 1, p. 304). Cet amour partagé se dit également à travers le champ lexico-sémantique du plaisir presque mystique : « gozo contino » (Soneto LXXVIII, v. 14). Les formules exprimant la satisfaction absolue abondent, telles « contento » (Soneto LXXIX, v. 8), « contentamiento » ou plus loin « satisfecho » (Soneto LXXX, v. 6).

16Pour rendre plus concrète encore l’expression de ce sentiment intérieur, Boscán manie plusieurs types de métaphores qui contrastent avec les images antérieures illustrant la douleur des passions mondaines. Le nouveau chant pour dire ce nouvel amour sera comparé à celui de l’oiseau qui subjugue le promeneur :

Yo cantaré conforme a la avecilla
que canta así a la sombra de algún ramo,
que el caminante olvida su camino,
quedando transportado por oílla.
(Poesía, Soneto LXXXVIII, v. 9-12, p. 303)

17Dans le sonnet suivant, la félicité procurée par ce « nouvel amour » est assimilée à un port d’attache, véritable havre de paix :

Las nuevas son que estoy dentro del puerto,
seguro de tormenta y de tormento.
(Poesía, Soneto LXXXIX, v. 3-4, p. 304)

18Si la représentation imagée fait penser à l’idéal horacien (« neque excitatur classico miles truci neque horret iratum mare »), ici il ne s’agit plus, pour ainsi dire, du motif du beatus ille exprimant l’aspiration à une vie tranquille, loin du tumulte des passions ou de la vie mondaine, mais en quelque sorte d’un « beatus hic », qui revendique, dans le présent de l’énonciation cette quiétude idéale effectivement vécue par le « je » poétique.

19Cette exultation exacerbée atteint son paroxysme dans le sonnet LXXXII, fondé sur une construction anaphorique et une accentuation expressive :

Dulce reposo de mi entendimiento,
dulce placer fundado sobre bueno,
dulce saber que de saber soy lleno,
pues tengo de mi bien conocimiento.
Dulce gozar de un dulce sentimiento,
viendo mi cielo estar claro y sereno,
y
dulce revolver sobre mi seno
con firme concluir que estoy contento.
Dulce gustar un no sé qué sin nombre
que Amor dentro en mi alma poner quiso,
cuando mi mal sanó con gran renombre.
Dulce pensar que estoy en paraíso,
si no que en fin me acuerdo que soy hombre
y en las cosas del mundo tomo aviso.
(Poesía, Soneto LXXXII, p. 307)

20Le contentement suprême se décline ici à la fois sur le plan de la sensorialité (« dulce placer », « dulce gozar », « dulce gustar ») et sur le plan intellectuel, du fait de la conscience qu’a le « je » poétique de son état (« viendo », « dulce pensar », « firme concluir que estoy contento ») ; il donne même lieu à une formulation redoublée polysémique « dulce saber que de saber soy lleno », où la connaissance est amplifiée et porte également sur la « saveur » que procure cet état amoureux comblé.

21Cette lucidité intime de la satisfaction éprouvée se dit également au moyen du motif du miracle, de la guérison miraculeuse, qui apparaît à trois reprises, de façon plus ou moins développée. D’abord dans le sonnet LXXIX :

que Amor me levantó de frío y muerto,
haciéndome quedar vivo y contento.
El milagro fue hecho extrañamente,
porque, resucitando el mortal velo,
resucitó también la inmortal alma.
Celebrado seré en toda la gente,
llevando en mi triunfo para el cielo,
con el verde laurel, la blanca palma.
(Poesía, Soneto LXXIX, v. 7-14, p. 304)

22Ici le « miracle » opéré par ce nouvel amour, vécu comme une véritable résurrection, justifie la publication de cette renaissance, qui va de pair avec l’image du triomphe glorieux associant deux attributs symboliques : le laurier de la gloire antique et humaniste ainsi que la blanche palme, qui récompense le vainqueur, mais aussi le martyr. Le sonnet suivant mentionne simplement « el gran milagro que Amor hizo » (v. 2), mais ce motif est amplifié dans les tercets du sonnet LXXXVII :

Vime sano después en un momento
y, vueltos en placer los males míos,
miraban todos esta salud mía
con un maravillado sentimiento,
como al ciego miraron los judíos,
espantados de velle como vía.
(Poesía, Soneto LXXXVII, v. 9-14, p. 312)

23Dans ce cas précis, Boscán établit une comparaison entre son expérience de la plénitude et l’aveugle de Jéricho à qui Jésus redonna la vue pour le récompenser de sa foi (épisode relaté dans l’Evangile selon saint Luc, 18, 35-43). Guérison et libération de l’âme tourmentée prennent donc ici appui sur un exemplum à caractère religieux, donnant au bonheur conjugal une dimension d’abord spirituelle.

24Boscán va puiser également dans la nature les images de cet état de béatitude, qui reflètent toutes une idée d’élévation de l’âme. Ce bonheur est dû à une flamme pure : dans le sonnet LXXXIV, Boscán affirme « Amor es bueno en sí naturalmente », tel le feu, cet élément pur (« El fuego es el más noble y ecelente / elemento […] », v. 5-6, p. 309), il peut se corrompre si on l’avive avec de la poix ou du goudron, provoquant la perte de l’amoureux égaré. Mais dans le sonnet qui suit, le poète développe ce motif de la flamme pure qui procure une chaleur tempérée, où réapparaît l’idéal du juste milieu si chère aux humanistes, illustré par le motif du locus amoenus :

Este fuego que agora yo en mí siento
es puro y simple y puesto allá en su esfera
y, cuando acá deciende su hoguera,
es porque tal material le presento,
que en su calor revivo y me caliento,
templando todo el aire en tal manera,
que doquiera que estoy es primavera,
con flores y con fruto en un momento.
(Poesía, Soneto LXXXV, v. 1-8, p. 310)

25L’image ultime qu’élabore Boscán dans les sonnets LXXXVIII et LXXXIX est celle du mont Olympe du haut duquel le « je » poétique contemple avec sagesse ses errements passés et savoure en pleine conscience son bonheur présent.

L’alto monte de Olimpo, do se escribe
que no llega a sobir ningún nublado,
ni alcanza allá el furor apoderado
del viento, por más chozas que derribe,
sobre las altas cumbres me recibe,
porque allí esté seguro y sosegado
un claro Amor que el alma me ha ilustrado
con la clara virtud que en mí concibe.
Miro de allí dó estaban los amores
que perdido en el mundo me traían,
y miro por cuál arte sus errores,
concibiendo dolor, maldad parían.
Nacieron de la cual otros dolores
que en deshonra medraban y crecían.
(Poesía, Soneto LXXXVIII, p. 313)

26Du haut de la cime de sa victoire intérieure, le “je” poétique contemple ses erreurs passées et met définitivement à distance les douleurs dues aux amours mondaines blâmables (« en deshonra medraban y crecían »). Cette même image verticale permet donc de clore le cycle intérieur du Livre II, avec une réapparition de l’avertissement fondé sur les torts vécus (« escarmiento ») :

¡Oh, monte levantado en la alma mía,
en la cumbre del cual agora siento
con cuánto lamentar
fui escarmiento
para toda la gente que me vía!
Hablilla fui que en mí se componía,
de lástima y dolor y de tormento,
y entre lenguas se mejoraba el cuento,
que a su placer cada uno le decía.
Sé que es así, no sé cómo se ha hecho,
que ahora libre entre todos me contemplo
de la fuerte prisión do fui envuelto.
Y así agora, en memoria de un tal hecho,
colgando estoy los hierros en el templo
adonde amanecí despierto y suelto.
(Poesía, Soneto LXXXIX, p. 314)

27La victoire dont se glorifie Boscán à de multiples reprises dans cette série de sonnets n’est donc pas une victoire contre l’amour, mais bien une victoire intérieure liée à une véritable conversion intime. Elle donne lieu à un ex voto poétique pour rendre grâce de cette libération intérieure, due à un « claro Amor », et même à un « casto Amor » qui n’a été possible que par l’action de Dieu : « hasta que Dios con su absoluto mando / mi guerra convirtió en tanta vitoria » (Soneto LXXXIII, v. 11-12, p. 308).

  • 9 Voir les observations à ce sujet d’Antonio ARMISÉN, La lengua poética de Juan Boscán. La edición de (...)

28Ainsi le cycle poétique du Livre II se construit-il de manière organique et cohérente autour de cette transformation intime, toujours sur le registre de l’introspection, sans jamais donner lieu à un épanchement impudique concernant la dame aimée. Point de poèmes destinées directement à l’épouse, point de portrait physique ou moral de la bien-aimée : une pudeur manifeste caractérise l’ensemble de ces poèmes qui sont exclusivement centrés sur le ressenti intérieur du « je » poétique9.

  • 10 Voir l’étude approfondie menée par Bienvenido MORROS MESTRES, « La moralización del “Leandro” de Bo (...)

29Mais c’est bien un amour consacré par les liens du mariage qui est présenté ici comme le seul type d’amour qui puisse élever l’âme du sujet poétique. C’est d’ailleurs une thématique que développera Boscán dans le Livre III à travers son adaptation du mythe d’Héro et Leandro, où l’amour conjugal se trouve également magnifié10. Or si Boscán est le seul à thématiser lyriquement l’amour conjugal parmi les auteurs de sa génération et ses successeurs, cette formulation pourrait bien refléter une conception nouvelle du lien marital. D’où l’intérêt de le confronter à d’autres types d’écrits, plus moralistes, qui visent également à donner toute sa dignité à l’institution matrimoniale.

Une nouvelle défense et illustration du mariage propre à l’humanisme du début du XVIe siècle

  • 11 On trouvera une analyse complète de l’idéologie matrimoniale présente dans l’épître de Boscán dans  (...)

30C’est dans l’épître en réponse à Diego Hurtado de Mendoza que Juan Boscán exprime explicitement son choix de vie retirée de la Cour pour profiter de son état d’homme marié. Mais l’argumentation semble obéir à une écriture codifiée soucieuse d’illustrer une série de topoï de l’humanisme chrétien, notamment en ce qui concerne la représentation des bienfaits du mariage11. En effet, Boscán répond aux arguments typiquement humanistes de Diego Hurtado de Mendoza en les reprenant point par point avant de faire l’éloge de la vie conjugale. Le mariage y apparaît comme l’aboutissement d’un choix de vie optimal, celui du « juste milieu » :

El estado mejor de los estados
es alcanzar la buena medianía,
con la cual se remedian los cuidados.
Y así yo,
por seguir aquesta vía
heme casado con una mujer
que es principio y fin del alma mía
.
Ésta me ha dado luego un nuevo ser,
con tal felicidad, que me sostiene,
llena la voluntad y el entender.
Ésta me hace ver que ella conviene
a mí y las otras no me convenían.
A ésta tengo yo, y ella me tiene.
(Poesía, “Respuesta a Diego de Mendoza”, v. 123-134, p. 440)

  • 12 P. GALAND et J. NASSICHUK, « Introduction », p. 16.

31C’est donc sous le signe du « menosprecio de corte y alabanza de aldea » qu’apparaît chez Boscán une évocation du cadre de vie pour lequel il a opté, non pas sur le mode d’un idéal à atteindre, mais bien comme la présentation d’une vie paisible qui lui donne, dans le présent, entière satisfaction, affirmant par là-même la concrétisation d’un hédonisme prôné par Horace (Epodes, II) mais aussi par Erasme et ses adeptes. L’éloge du mariage (1518) et L’institution du mariage chrétien (1526) constituent en effet deux textes érasmiens fondamentaux où apparaît une nouvelle conception du mariage, qui en fait le pilier d’une élévation spirituelle, au-delà du projet de perpétuation familiale : « cet engagement relève dorénavant de tout autre chose que d’un simple expédient de la reproduction légitime. L’exigence spirituelle inhérente à la vie de couple constitue le terrain d’une réflexion féconde […] »12 ; le mariage doit conduire à une véritable harmonie des âmes des époux qui doit surpasser le plaisir des corps.

32Ainsi, notre poète oppose-t-il les biens fugaces et trompeurs de ses amours passées (« como tesoros por encantamientos / que luego se volvían en carbones », v. 139-140) au bien définitif du bonheur conjugal (« Agora son los bienes que en mí siento / firmes, macizos, con verdad fundados / y sabrosos en todo el sentimiento », v. 141-142). Cette félicité est constante et totale (« el placer es lo que es, que siempre place », v. 150) et prend les couleurs d’un festin savoureux :

agora el casto Amor acude y manda
que todo se me haga muy sabroso,
andando siempre todo como anda.
(Poesía, “Respuesta a Diego de Mendoza”, v. 163-165, p. 441)

  • 13 Isabel MORANT, dans Discursos de la vida buena. Matrimonio, mujer y sexualidad en la literatura hum (...)

33Il est clair que Boscán reprend ici des arguments et des images propres à la rhétorique humaniste, plus qu’il ne s’épanche sur des anecdotes intimes concernant sa vie de famille ou le couple qu’il forme avec Ana Girón de Rebolledo. Malgré tout, la sensualité des époux affleure au détour de certains vers, en des termes qui rappellent les considérations d’Erasme sur le plaisir du devoir conjugal13 :

Ya estoy pensando, estando en mi posada,
cómo podré con mi mujer holgarme,
teniéndola en la cama o levantada.
(Poesía, “Epístola a Diego Hurtado de Mendoza”, v. 177-180, p. 441)

34Cette revendication du plaisir charnel dans l’intimité du couple est à nouveau évoquée aux vers 334-342, preuve de la conscience du désir physique qui trouve son accomplissement dans l’intimité des corps, indépendamment du projet de procréation inhérente au mariage chrétien :

Después que todo esto haya venido,
y que nosotros descansadamente
en nuestra cena hayamos bien comido,
Pasaremos la noche dulcemente,
hasta venir el tiempo que la gana
del dormir toma al hombre comúnmente.
Lo que de este tiempo a la mañana
pasare pase agora sin contarse,
pues no cura mi pluma de ser vana.
(Poesía, “Respuesta a Diego de Mendoza”, v. 334-342, p. 444)

35Si le sujet poétique affirme vouloir taire les détails de cette intimité charnelle du couple, le seul fait d’y faire expressément allusion témoigne d’une représentation positive de la sensualité comblée au cœur du lien conjugal.

36Après avoir exprimé la volonté de vivre dans un confort matériel à distance de la pauvreté et de l’extrême richesse, dans une tranquillité qui contraste avec les guerres menées au service de la monarchie, le sujet poétique revendique donc le droit à une quiétude simple auprès de sa famille :

Déjenme estar contento entre mis cosas,
comiendo en compañía mansamente
comidas que no sean sospechosas.
Comigo y mi mujer sabrosamente
esté, y alguna vez me pida celos,
con tal que me los pida blandamente.
Comamos y bebamos sin recelos,
la mesa de muchachos rodeada,
muchachos que nos hagan ser agüelos.
Pasaremos así nuestra jornada,
agora en la ciudad, ora en la aldea,
porque la vida esté más descansada.
(Poesía, “Respuesta a Diego de Mendoza”, v. 210-221, p. 442).

  • 14 P. GALAND et J. NASSICHUK, « Introduction… », p. 16.

37Cette dignification de la vie conjugale, « savoureuse » et « douce », est à prendre en considération au regard des textes majeurs d’Erasme, cités plus haut : l’Eloge du mariage (1518) et L’institution du mariage chrétien (1526). Comme le soulignent Perrine Galand et John Nassichuk : « Dans ces deux textes essentiels, Erasme préconise une vie matrimoniale qui unit les époux, non seulement dans l’intérêt commun de la continuité familiale, mais aussi dans celui, plus délicat, de l’harmonie spirituelle »14.

38Or chez Boscán l’harmonie domestique va en effet de pair avec une harmonie des âmes et des corps. Le passage de l’Epístola qui évoque les moments plaisants passés à lire les Anciens en compagnie de l’épouse est en ce sens très révélateur :

Ternemos nuestros libros en las manos,
y no se cansarán de andar contando
los hechos celestiales y mundanos.
(Poesía, “Respuesta a Diego de Mendoza”, v. 265-267)

39Cette lecture conjointe des auteurs anciens (Virgile, Homère, Properce ou Catulle) laisse supposer que l’épouse est également une compagne partageant les centres d’intérêt et les goûts artistiques de son mari. Rappelons le rôle majeur qu’a eu Ana Girón de Rebollado pour la finalisation de l’édition des œuvres poétiques de son époux, qui témoigne de l’intérêt qu’elle a eu à voir aboutir le projet de son défunt mari.

40Cette prise en compte de l’intellect de l’épouse dans la vie conjugale est le principal point commun entre l’épître de Boscán et le célèbre traité de Juan Luis Vives, Instrucción de la mujer cristiana. Écrit initialement en latin, en 1523, à l’attention de la future reine Marie Ière d’Angleterre il fut publié en espagnol en 1528 à Valence et réédité 8 fois au cours du XVIe siècle. L’idée novatrice de Vives est celle des bienfaits de l’éducation des femmes, quelle que soit leur condition. Après avoir évoqué dans le premier livre la manière d’instruire la fillette et la jeune fille (avec pour principal objectif l’éducation à la vertu et à la chasteté), Vives consacre le second livre de son ouvrage aux recommandations destinées à la femme mariée. Elle doit avant tout aimer son mari et lui être fidèle. Mais elle doit également se montrer aimable et douce ; en cela la formule de Vives rappelle celle de Boscán, qui envisage les reproches jaloux de sa femme à condition qu’ils soient formulés « blandamente » (v. 215). La bonne entente entre les époux est d’ailleurs à l’origine de l’institution du mariage selon Vives :

  • 15 Juan Luis VIVES, Instrucción de la mujer cristiana, trad. Juan Justiniano, ed. Elizabeth Teresa How (...)

El Príncipe y Hacedor de esta inmensa obra que es Dios, desde que hubo criado en el mundo al hombre, visto no ser cosa conveniente dejarle estar solo, le dio una compañera semejante y conforme a él, con la cual pudiese conversar y vivir mucho a su sabor y contentamiento, y, finalmente, si voluntad les viniese, pudiesen multiplicar; comoquiera que el matrimonio no tanto fue ordenado para la procreación de los hijos, cuanto por una cierta alianza y comunicación de la vida indivisible que el hombre y la mujer han de tener15.

  • 16 Ibid., cap. 5, p. 249.

41Selon Vives, l’épouse et son mari ne forment plus qu’un et c’est pour cette raison que l’épouse doit tout faire pour satisfaire son mari, en lui étant soumise, car en lui obéissant elle se satisfait elle-même. L’essentiel du livre II vise donc à convaincre la future mariée, avec force références aux saints pères et de nombreux exemples historiques, de la nécessité de rester fidèle à son mari (car son corps ne lui appartient plus du moment qu’elle se donne à son mari) et de lui prêter assistance (en particulier financière). Elle doit l’accepter et l’aimer quels que soient les défauts de son mari. Le chapitre 5, « De la concordia de los casados » développe l’idéal d’harmonie domestique qui dépend en grande partie de l’implication de l’épouse : « Mucha parte de la concordia está en mano de la mujer, mucho va en ella que haya paz en casa, y es la razón porque los hombres naturalmente son menos movidos a ira que las mujeres »16. On retrouve ici un argument misogyne plus traditionnel, celui de la femme « incierta », utilisé par les moralistes rigoristes pour justifier la faiblesse morale de la femme et légitimer la suprématie du mari au sein du noyau familial. Mais on voit qu’il importe avant tout à Vives de recommander cette harmonie domestique, et il s’appuie à cet effet sur un exemple tiré d’une épître d’Horace :

  • 17 Ibid., cap. 5, p. 251.

Aprovechará en este lugar dar a la mujer aquel consejo que el sabio poeta Horacio dio a Lolio, para que se conformase con las costumbres de su amigo, diciendo: “Cuando él quisiere ir a caza, tú no te pongas a trovar, ni a componer metros, mas dejando los libros y desechando las musas y el escribir, toma las redes a cuestas y sigue a los perros.
Otrosí, Anfión y Zero eran hermanos, hijos de Antíope, y aún mellizos. El primero era muy gentil tañedor de vihuela, y el otro era rudo en ella. Como este son no agradase a Zeto y pareciese que a este respeto se podía descoser el amistad de los hermanos, Anfion dejó de tañer y siguió la voluntad de Zeto. De la misma manera, la mujer debe adestrarse y hacerse a las costumbres y voluntad del marido; y no se enoje porque él tenga inclinación a cosas que a ella no agraden, antes todo le debe venir a cuenta viendo que a él le place
17.

42Vives fait d’ailleurs l’éloge des épouses capables d’approuver les goûts de leurs maris, en particulier leur appétence pour les lettres :

  • 18 Ibid., cap. 5, p. 253.

¿Cuánto mejor lo aciertan éstas, que no las que apartan a sus maridos de los estudios de las letras, y de los virtuosos y honestos ejercicios, encaminándolos en la torpe ganancia y a los placeres y vanidades para que ellas también puedan participar de aquello comoquier que piensan no poder así gozar de los estudios, como de los vicios?18

  • 19 Ibid., cap. 6, p. 263.

43L’épouse doit être pour Vives une compagne agréable et il insiste sur cet aspect dans le chapitre 6 du livre II, « De cómo se debe haber con el marido íntimamente », rappelant que « no hay cosa que tanto atraiga a sí la voluntad de una persona como la dulce plática y conversación »19. En cela le témoignage de Boscán évoquant les moments de lecture avec son épouse, dans un plaisant décor printanier, rejoint les recommandations du moraliste valencien :

  • 20 Ibid., cap. 6, p. 264.

[…] así ella tendrá a la mano algunos buenos consejos contra las pasiones del ánimo del marido con los cuales reprima y enfrene sus movimientos, su ira, su ambición, su avaricia. Tendrá eso mismo algunas historias y fábulas tan aplacibles, como honestas con las cuales avive y recree su ánimo cuando estuviere fatigado o triste. Tendrá otrosí algunos documentos y avisos de sabiduría, y sentencias, así eclesiásticas como filosóficas, con las cuales o le encamine a la virtud, o le retraiga del vicio. Sobretodo tenga algunos dichos y sentencias graves contra los ímpetus e insultos de próspera y adversa fortuna, con los cuales o abaje y reprima poco a poco los afectos y pasiones del marido encumbrados por la demasiada felicidad, o le levante si estuviere caído debajo de la fortuna, y de entrambas partes le traya reducido en el medio adonde siempre consiste la virtud20.

44L’épouse a donc, chez Vivès comme chez Boscán, un rôle de premier ordre pour procurer cet état idéal d’homme vertueux en harmonie avec lui-même, illustré par cette image du juste milieu.

45La comparaison avec les Coloquios matrimoniales de Pedro de Luján, publiés à Séville en 1550 s’avère moins fructueuse. Représentatifs du dialogue humaniste dans le sillage des Colloques d’Erasme (qu’il mentionne expressément comme modèle), ces 6 colloques visent plutôt à démontrer l’utilité du mariage chrétien à partir de cas pratiques : comment choisir un époux, à quel âge il convient de se marier, quels ont été les rites et coutumes matrimoniaux. On y retrouve l’injonction à l’épouse de se montrer affable et d’éviter toute dispute par des propos déplaisants :

  • 21 Pedro LUJÁN, Coloquios matrimoniales [1550], ed. anotada y postfacio de Asunción Rallo Gruss, Sévil (...)
  • 22 Ibid., p. 35.

El marido que acierta con mujer brava menos mal sería estarse solo; la mala vida que algunas mujeres pasan, créeme que no es tanto por los excesos que sus personas hacen, como por las palabras que sus bocas dicen: si la mujer quisiese callar cuando el marido comienza a reñir, nunca el marido temía mala comida, ni la mujer peor cena, mas hay algunas de tal condición que si el marido comienza a reñir ellas a dar voces, de lo cual resulta el venir a las puñadas21.

[…] dos cosas pierden a una mujer, conviene a saber, lo mucho que parla y lo muy poco que sufre, que a la verdad si callásemos seríamos de todos estimadas, y si sufriésemos con nuestros maridos bien casadas. Gran malaventura lleva consigo el hombre que con mujer brava se casa, que no echa tanto fuego de sí el monte Etna con su volcán, como echa veneno la mujer brava por la boca. Mucho más es de temer la ira de la mujer enojada, que no la del varón; porque la mujer enojada lastima y el hombre no más de riñe22.

46Le second colloque de Luján, explicitement inspiré de ceux d’Erasme, revient entre autres sur la concorde nécessaire entre les époux :

  • 23 Ibid., p. 53.

[…] se debe de procurar que al principio no haya rencillas entre el marido y entre la mujer, más aún, que vaya siempre creciéndose y confirmándose el amor. Y esto no pienses que se ha de hacer con bebedizos, sino con obediencia y conformidad de costumbres, porque el amor causado por sola la hermosura corporal no es durable23.

  • 24 Voir Annie MOLINIÉ-BERTRAND, « De la concorde à l’amour conjugal : les humanistes espagnols et le 7(...)

47L’optique de Luján est de convaincre les jeunes femmes de s’engager résolument dans le mariage de manière à pouvoir assurer une concorde entre les époux, argument récurrent des penseurs humanistes24, alors que Boscán partage d’abord avec ses amis poètes un choix vital qui n’est pas que philosophique ou politique. Le choix d’une expression poétique adaptée à cet idéal matrimonial en fait toute l’originalité dans le paysage littéraire de son époque.

Originalité de la posture de Juan Boscán dans le panorama lyrique de son temps : l’écho sincère d’une émotion intime ?

  • 25 P. RUIZ PÉREZ, « Estudio preliminar… », p. 38 : « […] en la dimensión personal este poeta introduce (...)

48Pedro Ruiz Pérez25 a souligné la singularité de Juan Boscán dans le fait de présenter comme motif de sa poésie personnelle l’amour matrimonial en tant qu’aboutissement de l’élévation de l’âme du poète. Il insiste sur le caractère exceptionnel d’un traitement lyrique du bonheur conjugal à l’époque où Boscán élabore cette poétique, et sur l’absence d’imitateurs dans cette veine en Espagne.

49Cette singularité dans le panorama poétique espagnol ne doit pas faire oublier que la posture de Boscán s’enracine dans la démarche humaniste d’émulation avec les modèles anciens. Car cette thématique du « lyrisme conjugal » est présente notamment chez des auteurs latins comme Ovide, qui dans les Tristes et les Pontiques chante la douleur de l’exil et le manque de la douceur du foyer familial. Anne Bouscharain observe à ce propos :

  • 26 Anne BOUSCHARAIN, « Sources et expression du lyrisme conjugal dans les Carmina de Baldassare Castig (...)

Quoique rarement chanté, l’amour conjugal appartient à l’univers élégiaque latin comme une modalité particulière des relations amoureuses. Topos exploité surtout dans sa dimension légendaire dans les héroïdes, il peut également, dans quelques rares poèmes, devenir le sujet de variations plus singulières où le poète cherche avant tout à peindre, à travers la parole féminine, la réalité d’une relation vécue26.

  • 27 Ibid., p. 21.
  • 28 Ibid., p. 33.

50Il se pourrait bien que Boscán ait également puisé ce motif du bonheur conjugal dans la poésie italienne du Quattrocento. On le trouve d’abord chez Pontano, poète napolitain qui compose dans la seconde moitié du XVe siècle De amore coniugali, trois livres poétiques où il adopte la posture de la confidence personnelle pour exalter la plénitude du bonheur conjugal auprès d’Ariadna, son épouse, qui est la destinataire de la quasi-totalité des compositions. Boscán a pu s’inspirer également de Baldassare Castiglione, dont il avait traduit en castillan Il Cortesano. Or Castiglione est également l’auteur dans ses Carmina de trois élégies mettant en avant une déploration sincère de la perte de l’épouse, Hipollyta, fondée sur un réalisme biographique qui reflète davantage que dans les modèles anciens un quotidien intime27. L’originalité de Castiglione par rapport aux héroïdes néolatines est de se détourner de la fable mythologique pour « peindre son couple de l’intérieur », au moyen d’une « mise en scène d’une intimité saisie sur le vif qui parle davantage au lecteur », selon la formule d’Anne Bouscharain28. D’une certaine façon, Boscán rend grâce du vivant de son épouse aux bienfaits de la vie maritale, laissant quelque peu dans l’ombre la silhouette de sa muse.

  • 29 Virginie LEROUX, « Le lyrisme conjugal dans les Poematia de Jules-César Scaliger », in : P. GALAND (...)

51L’attitude de Boscán s’apparente, même s’il serait hasardeux d’établir des influences réciproques, à celle du poète néo-latin français Jules-César Scaliger qui inclut des hommages à son épouse, Andiette, modèle de vertus conjugales, parmi les portraits d’héroïnes mythologiques ou de femmes exemplaires de l’Antiquité. On perçoit dans les deux cas ce que Virginie Leroux désigne par l’expression de « résonnance affective » qui permet de dépasser le pur artifice ou le jeu rhétorique, sans pour autant donner lieu à un épanchement impudique29.

52En définitive, le lyrisme conjugal de Boscán, s’il n’a pas fait école dans les lettres castillanes, correspond à une sensibilité qui s’est manifestée en Italie et en France chez certains auteurs des XVe et XVIe siècles et en cela sa poétique, singulière en Espagne, s’inscrit dans un courant, certes mineur, mais bien présent dans les lettres de la Renaissance.

Conclusion

53Si l’émotion amoureuse est bien au cœur de la poétique de Boscán sous la modalité particulière du bonheur conjugal, l’expression lyrique qu’il adopte présente une forme d’équilibre entre rhétorique humaniste et ancrage dans un quotidien vécu de l’intérieur, dans l’intimité de la confidence d’une expérience personnelle, mais sans dévoilement impudique.

54En plus d’une occasion le « je » poétique du Catalan indique que cet état de plénitude, ressenti dans l’amour partagé sanctifié par le mariage chrétien, signifie également le tarissement de sa veine lyrique, comme si un tel bonheur dépassait toute expression humaine. Au détour du sonnet LXXXII il souligne la difficulté de dire l’indicible bonheur qui l’étreint :

Dulce gustar un no sé qué sin nombre
que Amor dentro en mi alma poner quiso
(Poesía, Soneto LXXXII, v. 9-10)

55La poésie lyrique ne se définit pas encore au XVIe siècle comme la forme accueillant l’expression de sentiments personnels, mais elle constitue non seulement le lieu possible d’un épanchement intime, mais aussi la forme privilégiée où se dit l’aspiration à un idéal, ce qui rapproche paradoxalement la démarche de Juan Boscán de la formule de Jean-Michel Maulpoix, méditant sur le retour d’un lyrisme critique dans la poésie contemporaine, capable de dire l’aspiration à un idéal qui pousse à une quête infinie, et pourtant qui révèle un absolu accessible dans le quotidien :

  • 30 Jean-Michel MAULPOIX, Pour un lyrisme critique, Paris : José Corti, 2009, p. 221.

« Instinct de ciel » : éperdument, le lyrisme, en nous, s’oriente vers autre chose. Il appelle, il aspire. « Fuir, là-bas fuir », semble-t-il répéter en vain. Mais il ne tourne pas pour autant le dos à ce monde-ci : il rend plus proche et plus sensible ce qui est, en le confrontant à ce qui n’est pas. Tel est le curieux savoir du poème : en y fréquentant l’impossible, on y prend la mesure du possible30.

Haut de page

Notes

1 Georg Wilhelm Friedrich HEGEL, Esthétique, 3e partie, 3e section, chap. III, III, B, « La poésie lyrique », trad. C. Bénard, Paris : Le Livre de poche, 1997, II, p. 570-571, cité par Alain GÉNETIOT, « Rhétorique et poésie lyrique », Dix-septième siècle [En ligne], 236, 2007/3, p. 521, consulté le 10 janvier 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2007-3-page-521.htm#no2; DOI : 10.3917/dss.073.0521.

2 L’édition utilisée pour cette étude est : Juan BOSCÁN, Poesía, éd. Pedro RUIZ PÉREZ, Madrid : Akal, 1999, abrégée en Poesía dans le présent travail.

3 Pedro RUIZ PÉREZ, “Estudio preliminar. Cómo leer a Juan Boscán”, in : Juan BOSCÁN, Poesía, ed. cit., p. 38.

4 Ramón GARCÍA GONZÁLEZ, « Datos biográficos de Juan Boscán Almogáver », Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2006. Version en ligne consultée le 20 mars 2019 : http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/sonetos--35/html/001232aa-82b2-11df-acc7-002185ce6064_2.html

5 Garcilaso de la VEGA, Poesías completas, éd. Ángel PRIETO DE PAULA [1989], Madrid : Castalia (“Castalia didáctica”), 2012, “Elegía II”, v. 145-153, p. 113.

6 Perrine GALAND et John NASSICHUK (éd.), Aspects du lyrisme conjugal à la Renaissance, Paris : Droz, 2011, « Introduction », p. 10 : « Ainsi, la démarche qui consiste à se dire soi-même semblait ne pouvoir être légitimée que si on l’envisageait comme une démarche purement intellectuelle d’émulation littéraire avec les Anciens ou comme une incitation d’ordre moral : se donner en exemple ou en contre-exemple dans une perspective éthique ou même religieuse, un peu comme l’avait fait Augustin dans ses Confessions. »

7 Nathalie DAUVOIS, Le sujet lyrique à la Renaissance, Paris : PUF, 2000, p. 15-16 : « Le sujet éthique est dans le Canzoniere de Pétrarque le je présent, revenu de ses erreurs de jeunesse, celui qui raconte et décrit les passions du je passé ».

8 Encyclopaedia Universalis, entrée « conversion » : « Le mot latin conversio correspond en fait à deux mots grecs de sens différents, d’une part epistrophê qui signifie changement d’orientation et implique l’idée d’un retour (retour à l’origine, retour à soi), d’autre part metanoïa qui signifie changement de pensée, repentir, et implique l’idée d’une mutation et d’une renaissance. Il y a donc, dans la notion de conversion, une opposition interne entre l’idée de “retour à l’origine” et l’idée de “renaissance”. Cette polarité fidélité-rupture a fortement marqué la conscience occidentale depuis l’apparition du christianisme ».

9 Voir les observations à ce sujet d’Antonio ARMISÉN, La lengua poética de Juan Boscán. La edición de 1543, Saragosse : Universidad de Zaragoza / Libros Pórtico, 1982, p. 20, où il constate que comme Juan de Mena, Juan Boscán refuse de décrire la dame aimée : « se evita el detalle físico y se interesan más por los efectos que la amada produce en ellos mismos que por la ponderación de las gracias de la dama ».

10 Voir l’étude approfondie menée par Bienvenido MORROS MESTRES, « La moralización del “Leandro” de Boscán: orígenes, difusión e interpretación de una fábula », Studia Aurea. Revista de Literatura Española y Teoría Literaria del Renacimiento y Siglo de Oro, 7, 2013, p. 199-266.

11 On trouvera une analyse complète de l’idéologie matrimoniale présente dans l’épître de Boscán dans : Clara MARÍAS MARTÍNEZ, « Construcción poética e ideológica del matrimonio y de la esposa en la epístola de Boscán », Studia Aurea, 7, 2013, p. 109-138.

12 P. GALAND et J. NASSICHUK, « Introduction », p. 16.

13 Isabel MORANT, dans Discursos de la vida buena. Matrimonio, mujer y sexualidad en la literatura humanista, Madrid : Cátedra, 2002, souligne la modernité de la pensée d’Erasme qui dans ses Colloques propose des solutions morales à la question de la sensualité, reconnaissant dans les plaisirs des sens une forme de félicité naturelle dans laquelle l’homme se réalise en accord avec les lois de la Nature. « En los Coloquios de Erasmo nos interesa por último una percepción positiva de la sexualidad, que contrasta con las representaciones habituales en los textos más rigoristas de los sacerdotes que construyen una verdad –y una moralidad– diferente sobre la sexualidad humana, para la que Erasmo pretende una mayor tolerancia social y una mayor realidad, al menos en teoría », Ibid., p. 48.

14 P. GALAND et J. NASSICHUK, « Introduction… », p. 16.

15 Juan Luis VIVES, Instrucción de la mujer cristiana, trad. Juan Justiniano, ed. Elizabeth Teresa Howe, Madrid : Universidad Pontificia de Salamanca / Fundación Universitaria Española, 1995, Libro II, cap. 2, p. 207.

16 Ibid., cap. 5, p. 249.

17 Ibid., cap. 5, p. 251.

18 Ibid., cap. 5, p. 253.

19 Ibid., cap. 6, p. 263.

20 Ibid., cap. 6, p. 264.

21 Pedro LUJÁN, Coloquios matrimoniales [1550], ed. anotada y postfacio de Asunción Rallo Gruss, Séville : Junta de Andalucía / Consejería de Cultura, 2010, p. 33.

22 Ibid., p. 35.

23 Ibid., p. 53.

24 Voir Annie MOLINIÉ-BERTRAND, « De la concorde à l’amour conjugal : les humanistes espagnols et le 7e sacrement » in : Augustin Redondo (dir.), Relations entre hommes et femmes en Espagne aux XVIe et XVIIIe siècles : réalités et fictions, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle (Travaux du CRES, 10), 1995, p. 11-19.

25 P. RUIZ PÉREZ, « Estudio preliminar… », p. 38 : « […] en la dimensión personal este poeta introduce su rasgo más distintivo, la plasmación conyugal del amor platónico, la resolución en el matrimonio de todas las perfecciones del amor en su visión más idealista y positiva […] ».

26 Anne BOUSCHARAIN, « Sources et expression du lyrisme conjugal dans les Carmina de Baldassare Castiglione », in : P. GALAND et J. NASSICHUK (éd.), Aspects du lyrisme conjugal…, p. 24.

27 Ibid., p. 21.

28 Ibid., p. 33.

29 Virginie LEROUX, « Le lyrisme conjugal dans les Poematia de Jules-César Scaliger », in : P. GALAND et J. NASSICHUK (éd.), Aspects du lyrisme conjugal…, p. 163-171. À propos de Scaliger : « tous ces poèmes définissent un même idéal conjugal, qui concerne surtout l’épouse et privilégie le dévouement et la fidélité de celle-ci, puis, secondairement, sa modestie et sa mesure. […] Nulle sensualité ne s’y exprime, nulle confidence intime : s’y affirme en revanche l’union des âmes, condition d’un bonheur céleste. », ibid., p. 170-171.

30 Jean-Michel MAULPOIX, Pour un lyrisme critique, Paris : José Corti, 2009, p. 221.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Iglesias, « L’expression du bonheur conjugal dans la poésie de Juan Boscán : aveu intimiste ou reflet d’une nouvelle vision du mariage ? », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 16 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36896 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36896

Haut de page

Auteur

Cécile Iglesias

Université Bourgogne Franche-Comté, Centre Interlangues TIL (EA 4182)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search