Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité familiale et conjugale...Paradoxes de l’intimité dans la l...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité familiale et conjugale : entre idéal et expérience personnelle

Paradoxes de l’intimité dans la littérature matrimoniale (XVIe siècle)

Cécile Codet

Résumés

L’Institutione foeminae christianae de Vives (1524), la « Letra para Mosén Puche » de Guevara (1524) et les Coloquios matrimoniales de Luján (1550) ont tous trois pour objet la formation du couple et la vie des ménages, y compris dans ce qu’elle a de plus intime. Mais de quelle intimité s’agit-il au juste ? Dans la mesure où ces textes sont d’ordre théorique, et où la vie privée qu’ils décrivent se veut le plus souvent exemplaire, il semble que l’intimité, dans ce qu’elle a de personnel et d’individuel, leur échappe. Pourtant, ces textes disent bien quelque chose de l’intime, qu’ils placent au cœur de l’institution conjugale. En outre, l’intimité pour ces auteurs n’est pas qu’un objet de discours : utilisée comme stratégie pédagogique, la mise en scène de l’intimité devient un moyen pour rejoindre les lecteurs jusque dans les aspects les plus privés de leur vie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Véronique MONTEMONT, « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606 (...)

1Les notions d’intime et d’intimité sont extrêmement labiles, et leurs significations ont beaucoup évolué au fil des siècles. Ainsi, pour le domaine français, Véronique Montémont a montré, à travers l’étude des définitions données par un certain nombre de dictionnaires et en se basant également sur un corpus de textes allant du XVIe au XXIe siècle, que ces termes, d’abord très peu usités, s’étaient ensuite retrouvés dans de nombreux contextes, avec des sens parfois bien éloignés de leur étymologie, à savoir « la dimension la plus intérieure de l’expérience humaine, et, dans une certaine mesure, la moins communicable, à cause de son caractère foncièrement privé »1. Toute étude sur ces questions est donc d’emblée confrontée au risque de l’anachronisme : dans quelle mesure est-il pertinent d’interroger des textes du XVIe siècle (comme ceux que nous allons étudier) à partir d’une définition contemporaine de l’intimité ? De nos jours, on s’accorde à définir ce terme selon une formulation proche de celle avancée par le psychiatre et chercheur Serge Tisseron :

  • 2 Serge TISSERON, « Intimité et extimité », Communications, 88, 2011, p. 83-91, DOI : 10.3917/commu.0 (...)

l’intimité se définit traditionnellement par opposition à ce qu’elle n’est pas : le privé et le public. Elle est ce qu’on ne montre à personne, ou seulement à quelques « intimes », tandis que l’espace privé est confondu avec la famille. Mais l’intimité comporte aussi une autre dimension : ce que chacun ignore sur lui-même2.

  • 3 Voir, par exemple, Annick PARDAILHAN-GALABRUN (dir.), La Naissance de l’intime, Paris : PUF, 1988 o (...)

2Néanmoins, les humanistes et leurs lecteurs, au XVIe siècle, avaient-ils la même définition de l’intimité ? Avaient-ils seulement conscience de l’existence de cette notion telle que la définit Serge Tisseron ? Considéraient-ils comme intime ce que nous-mêmes considérons comme tel ? Certaines habitudes (comme le fait que certains monarques devaient vivre leur nuit de noce en présence d’un tiers ou que la plupart des reines devaient accoucher en public) et l’existence de conditions de vie qui impliquaient, bien souvent, une grande promiscuité, notamment dans les milieux les plus modestes, ont conduit les historiens à s’interroger. Ainsi, plusieurs d’entre eux situent la naissance de l’intimité telle que nous la connaissons aujourd’hui entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, sous l’influence de l’évolution démographique, de la mobilité sociale, de la concentration urbaine et des bouleversements idéologiques et sociaux qu’introduisit la Révolution française3.

  • 4 V. MONTEMONT, op. cit., p. 2. C’est d’ailleurs sur cette définition du terme que nous fonderons not (...)
  • 5 Article: « íntimo », in: Diccionario de Autoridades, consulté le 29/04/2020. URL : https://www.rae. (...)
  • 6 Il s’agit de la lettre n° 51 « Letra para doña María de Padilla, muger de don Juan de Padilla, en l (...)
  • 7 Charles FANTAZZI (ed. et trad.), The education of a Christian woman. A sixteenth century manual, (t (...)
  • 8 V. MONTEMONT, op. cit., p. 4.

3Dès lors, que pouvaient bien signifier les termes d’intime et d’intimité pour des auteurs espagnols du XVIe siècle ? Si l’on se base sur l’analyse que fait Véronique Montémont pour la sphère française, l’adjectif « intime » était d’abord utilisé pour qualifier une relation amicale particulièrement étroite : « Cet adjectif désigne au départ un élément extérieur à la personne, puisqu’il est utilisé pour décrire une relation de proximité amicale particulièrement marquée »4. Il est, par ailleurs, intéressant de remarquer que la définition présente dans le Diccionario de Autoridades de 1734 recueille les deux sens de l’adjectif que nous avons mentionnés jusqu’à présent, à savoir son sens étymologique (« interior, interno o de adentro ») et le sens que relève la chercheuse française (« significa también amigo estrecho, de corazón y de confianza »5). À l’époque qui nous intéresse, ce terme a donc un sens relativement restreint, et reste peu employé. Ce constat, dressé par V. Montémont pour les textes français semble applicable aux textes que nous allons étudier. En effet, les termes « íntimo » ou « intimidad » n’apparaissent tout simplement pas sous la plume de Pedro de Luján dans ses Coloquios matrimoniales (1550). L’adjectif « íntimo » apparaît, en revanche, une fois dans le recueil des lettres de fray Antonio de Guevara (1524), mais pas dans celle qui nous intéresse6. Enfin, le terme « intimate » apparaît trois fois dans la traduction que Charles Fantazzi propose de l’Institutione foeminae christianae de Juan Luis Vives (1524)7, et celui d’« intimacy » y apparaît une fois, de même que l’adverbe « intimately ». Ainsi, même si nos auteurs n’ignoraient pas totalement les termes, la définition qu’ils donnent de ceux-ci était vraisemblablement bien différente de celle qui apparaît « sous l’influence du romantisme, qui associe l’intime à “ce qui est strictement personnel et généralement caché aux autres”, et notamment au secret »8.

4Dès lors, notre enquête concernant la construction de l’intimité des époux dans la littérature matrimoniale est-elle, d’emblée, vaine ? Il nous semble que, même si les termes « intime » et « intimité » ne sont guère présents dans les textes que nous allons étudier, ceux-ci concernent la vie privée des couples mariés, et souvent ce qu’elle a de plus personnel et de plus secret, autrement dit ce que nous considérons aujourd’hui comme relevant de l’intimité. Néanmoins, on sent bien, dans les textes, que cette vie privée n’est pas destinée à rester pudiquement cachée, et s’élabore ainsi une construction paradoxale de l’intimité que l’auteur dévoile et dissèque en même temps qu’il en encourage la préservation. De fait, les traités que nous allons étudier regardent à la fois vers l’espace privé et vers l’espace public, dans la mesure où ils concernent l’institution matrimoniale, laquelle, à l’époque qui nous intéresse, ne se résume pas à l’union de deux personnes liées par une affection mutuelle, mais constitue avant tout le point de départ de la construction d’une famille, et dès lors, le fondement de la société.

  • 9 On peut citer, en premier lieu, les lettres de saint Jérôme, qui constituent une référence récurren (...)
  • 10 Parmi les textes d’Érasme les plus influents sur la question, on peut bien entendu citer l’Encomium (...)
  • 11 Ainsi, Asunción Rallo Gruss affirme que : « El tema del matrimonio fue uno de los preferidos de los (...)

5Alors que des traités sur le mariage et des manuels de conseils aux jeunes mariés ont été rédigés tout au long du Moyen-Âge9, ce type d’œuvres acquiert ainsi, au XVIe siècle, une signification et une popularité nouvelles. En effet, après qu’Érasme a contribué, par ses écrits, à revaloriser le mariage comme lieu possible du salut individuel10, il devient crucial de garantir le bon fonctionnement de celui-ci, non pas tant pour des questions de bonheur personnel que pour assurer la stabilité des familles, la bonne éducation des enfants, et, partant, le début d’un renouvellement de la société11.

  • 12 Par ce terme, on entendra l’ensemble des textes didactiques qui cherchent à promouvoir le mariage o (...)
  • 13 Nous étudierons plus précisément le deuxième livre de cette importante somme sur l’éducation des fe (...)
  • 14 L’influence d’Érasme est très sensible chez cet auteur, et se ressent à plusieurs niveaux, comme le (...)

6Ainsi, il faut tenter de maîtriser ce qui se passe dans l’intimité des foyers via une série de conseils et de directives qui s’expriment dans divers ouvrages. Comme nous l’avons évoqué plus haut, nous en étudierons plus précisément trois, qui relèvent de ce que plusieurs auteurs ont appelé la literatura de matrimonio12 : l’Institutione foeminae christianae de Juan Luis Vives (1524)13, la « Letra para Mosén Puche, valenciano, en la cual se toca largamente cómo el marido con la muger y la muger con el marido se han de haber. Es letra para los recién casados » de fray Antonio de Guevara (également de 1524) et les Coloquios matrimoniales de Pedro de Luján14.

7L’objectif de chacun de ces auteurs est que les consignes qu’il donne soient suivies d’effets, ce qui implique que son livre, acheté par le couple désireux de se perfectionner, porte sa voix au sein du foyer. L’intimité du couple est ainsi perturbée par l’introduction d’un élément étranger. En outre, elle est explorée et disséquée par ces manuels qui prétendent ne laisser échapper aucun détail, afin que leur œuvre pédagogique soit complète.

8Pour autant, les auteurs concernés sont-ils des voyeurs, qui chercheraient à révéler l’intime sur la place publique, rendant dès lors impossible la construction d’une véritable intimité conjugale au sens où nous l’entendons actuellement ? Nous verrons que la relation de nos ouvrages à l’intime est complexe, et répond à des stratégies didactiques qui oscillent sans cesse entre dévoilement et pudeur.

Des intimes de l’auteur

9Cette oscillation concerne d’abord l’auteur lui-même, dans la mesure où son rôle de pédagogue implique une posture d’autorité qui l’invite à adopter une certaine réserve. Néanmoins, nos auteurs ont bien conscience de l’efficacité didactique de formules comme « j’ai moi-même connu », « j’ai moi-même vu », ou encore « j’ai moi-même entendu ». Ainsi, leur vie personnelle ou celle de leurs proches peut fournir des exemples tout à fait parlants qui servent au mieux leur démonstration, et paraissent au lecteur plus familiers que les lointains exemples venus de l’Antiquité. Nos auteurs sont donc tous soucieux de créer ou de mettre en scène une certaine intimité (au sens de lien amical étroit) avec leurs lecteurs, et, notamment, avec celui ou celle pour qui ils écrivent leur ouvrage.

Construire et/ou mettre en scène une relation intime avec son dédicataire

10Nos trois textes ont en commun d’avoir été écrits pour des destinataires bien précis, avec lesquels l’auteur tient à créer un lien, ne fût-ce que via une construction verbale. Autrement dit : l’existence d’un lien intime n’est pas absolument nécessaire, et elle importe sans doute moins que sa mise en scène dans le texte, mise en scène destinée au dédicataire (dont il s’agit de gagner la bienveillance) ou aux autres lecteurs (auxquels il s’agit de signaler que l’on connaît bien le cas dont on va parler). C’est la démarche qu’adopte Antonio de Guevara, dans ses Epístolas familiares dont le titre même suggère l’existence d’un lien intime entre l’auteur et chacun de ses destinataires. Ainsi, Guevara indique qu’il a écrit cette lettre parce qu’il a de l’affection pour la famille concernée et, également, à cause du jeune âge des époux :

  • 15 Antonio de GUEVARA, « Letra para Mosén Puche, valenciano, en la cual se toca largamente cómo el mar (...)

Por los regalos que rescebí de vuestra madre y por el amor que tuve con vuestro padre, en el tiempo que fui inquisidor en Valencia, aun me pesa de veros en tan tierna edad casado, y de tan gran carga cargado, porque tan pesada carga como es el matrimonio ya no tenéis licencia para dexarla, ni tenéis edad para sufrirla15.

11Par les mots « regalos » et « amor », l’auteur insiste sur le lien affectif qui le lie à la famille Puche, lien dont témoigne par ailleurs la sollicitude qu’il exprime dans la deuxième partie de la phrase. La familiarité de l’auteur avec son destinataire et le caractère prétendument privé de la lettre sont également soulignés par la mention d’un épisode précis de la biographie de l’auteur (« en el tiempo que fui inquisidor en Valencia »), et celle, plus loin dans le texte, des patronymes des époux (Mosén Puche et Marina Gralla). Pedro de Luján, de même, veut témoigner au début des Coloquios matrimoniales de sa relation supposément étroite avec son dédicataire, puisqu’il insiste sur le fait qu’il ne le connaît pas seulement par ouï-dire, mais qu’il a régulièrement l’occasion de le fréquenter :

  • 16 P. de LUJÁN, op. cit., p. 13.

La virtud […] es la mayor causa que nos mueve a amar a algunas personas a las cuales por ventura jamás vimos salvo por la fama de sus virtuosas obras. Pues cuánto más, muy excelente señor, me debo yo conmover a amar a vuestra Excelencia; pues allende de aquello que la fama pregona por el universo mundo, con los ojos veo y cada día vemos en esta ciudad donde vuestra Excelencia es tan amado y querido16.

12L’intimité évoquée ici est cependant toute relative, dans la mesure où le reste de la lettre dédicatoire souligne qu’aucun lien réel (affectif ou de service) n’existe entre l’auteur et celui à qui il dédie son œuvre, mais peu importe : l’essentiel est d’avoir pu, par l’écriture, souligner une proximité, fût-elle minimale. Juan Luis Vives, en revanche, n’a pas recours à cette mise en scène de l’intimité, ce qui, cependant, peut s’expliquer compte tenu le rang de celle à laquelle il s’adresse, à savoir Catherine d’Aragon, reine d’Angleterre. Les mots qu’il lui consacre sont donc profondément respectueux, et visent avant tout à l’ériger en modèle de vertu :

  • 17 Charles FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 50.

I dedicate this work to you, glorious Queen, just as a painter might represent your likeness with utmost skill. As you would see your physical likeness portrayed there, so in these books you will see the image of your mind, since you were both a virgin and promised spouse and a widow and now wife (as, please God, you may long continue), and since you have so conducted yourself in all these various states of life that whatever you did is a model of an exemplary life to others17.

13Vives, cependant, est bien conscient de l’utilité pédagogique du recours aux anecdotes personnelles, et, s’il ne cherche pas à démontrer à son lecteur qu’il entretient une relation particulière avec sa dédicataire, il n’hésite pas, en revanche, à mettre certains de ses proches au service de sa démonstration.

Incursions dans l’intimité des auteurs et de leurs proches

14Ainsi, la première intimité que les auteurs dévoilent (certes, avec précaution) est la leur ou celle de leurs proches. C’est, notamment, le cas dans le long passage que Juan Luis Vives consacre à sa belle-mère, Clara Cervent, qui avait eu la malchance de se marier avec un mari beaucoup plus âgé qu’elle et syphilitique :

  • 18 Ibid., p. 200.

the wife of Bernardo Valdaura, a young and beautiful girl from Bruges, was married to a husband more than forty years old, on the wedding night she saw that his legs were wrapped in bandages and discovered that she had married an infirm and sickly husband18.

15Or, pour les besoins de la démonstration, Vives n’hésite pas à révéler les détails les plus intimes de la maladie de Bernardo Valdaura, afin de mieux souligner la dévotion de sa jeune épouse, et d’en faire un modèle pour ses lectrices :

  • 19 Ibid., p. 200-201.

Not long afterwards, Valdaura fell victim to a very serious illness and the doctors despaired of his life. She and her mother stayed at his bedside for six weeks with such care and assiduity that they never took off their clothes, except to change their underwear; and never rested more than one or two hours, and then fully clothed; and passed many sleepless nights. […] She went in person to the kitchen to prepare the broth used for his cure; she changed the bedding frequently, for he suffered from severe diarrhea and from other parts of his body foul suppurations exuded. This she did, running about all the day long, sustaining her frail body with her spirit, since her body was not equal to the task save that the force of love gave her strength. Thus, Valdaura survived a very grave crisis. The doctors swore that his wife had snatched him from the jaws of death by force19.

16Au-delà des qualités de Clara Cervent, digne des femmes les plus vertueuses, ce qui fait la force de l’exemple est, entre autres, sa proximité historique avec le moment de l’écriture du texte, et le fait que les individus concernés aient été personnellement connus par l’auteur. Ainsi, parler de ses proches, de ses amis intimes est, aux yeux de Vives, un procédé didactique efficace, et il en fait encore usage dans ce passage qui concerne, cette fois, le célèbre humaniste parisien Guillaume Budé :

  • 20 Ibid., p. 214.

Recently, when I was in Paris and visited Guillaume Bude at his home, his wife passed through the vestibule where we were walking. She was a very beautiful woman and I was able to divine immediately from her countenance and her whole bearing, which was truly that of a heroine, that she was a woman of great virtue and a prudent mistress of the household. After she greeted her husband with due respect and me courteously and graciously, I asked him if that was his wife. "This is my wife," he said, "who is so attentive to my wishes that she treats my books with no less care than my children, for she sees that I am very dedicated to my studies20.

17Or, ici, l’intimité des autres et celle de l’auteur se mêlent, puisque, s’il mentionne bien un couple d’amis, il fait avant tout part à ses lecteurs d’un voyage qu’il a lui-même effectué, et des sentiments qu’il a ressentis. C’est encore plus net, enfin, dans les passages où Vives fait allusion à sa mère et à la relation qu’il entretenait avec elle :

  • 21 Ibid., p. 276. Vives fait une autre allusion à sa mère, beaucoup plus brève, pour souligner la conc (...)

No mother loved her son more dearly than my mother loved me. But no son felt less loved by his mother than I. She practically never smiled at me, was never lenient towards me, and yet when I was away from home for three or four days and she did not know where I was, she almost fell into a grave illness. When I returned, I did not know how much she had missed me. There was no one I avoided more or shunned more as a child than my mother, but as a young man, no one was more constantly in my thoughts than she. Her memory is most sacred to me even now, and whenever she comes to mind, I embrace her if not physically, in mind and in thought21.

  • 22 Charles Fantazzi suggère en effet, même s’il ne cite aucune source à l’appui de ses propos que cett (...)

18Dans ces lignes écrites pour inviter les mères à n’être point trop affectueuses avec leurs enfants, l’auteur semble se confier au lecteur, et faire part de ses sentiments les plus intimes, un épanchement qu’Érasme, par exemple, aurait trouvé tout à fait déplacé dans un ouvrage didactique22.

19De fait, Juan Luis Vives est seul à faire un si ample usage des détails de sa vie personnelle, et nos deux autres auteurs sont beaucoup plus sobres. Tout juste apprend-on que fray Antonio de Guevara ne s’est jamais marié (son état de fray l’en empêchant bien évidemment) :

  • 23 A. de GUEVARA, op. cit., p. 329. On remarquera tout de même dans cette phrase que, sachant qu’il ne (...)

Yo no he sido casado, ni aun he tenido tentación de serlo, mas por lo que he visto en mis deudos, por lo que he leído en los libros, por lo que he sospechado de mis vecinos u por lo que he oído a mis amigos, hallo por mi cuenta que los que aciertan a casarse bien, tienen aquí paraíso, y los que aciertan mal, hicieron su casa infierno23.

20S’il ne s’étend donc pas sur son expérience intime, il fait en revanche un usage intéressant d’une anecdote qu’il tire de sa vie professionnelle, si l’on peut dire, et qui lui permet de mettre en valeur ses qualités de conseiller conjugal :

  • 24 Ibid., p. 334.

Miento si no vi apartarse de en uno dos honrrados casados, no por otra ocasión sino porque el pobre marido estaba algunas veces triste a la mesa y otras veces sospiraba en la cama. Decía la muger que alguna traición pensaba contra ella su marido a la mesa, y que por amores de alguna hermosa sospiraba en la cama, y sabida la verdad de la cosa, era porque tenía el marido una peligrosa fianza y no podía reinar en él alegría. Al fin, por más que le rogué y prediqué, y aun le reñí, nunca los pude tornar a concertar, hasta que juró él en mis manos de no estar mustio a la mesa, ni de sospirar más en la cama24.

  • 25 « Fue la cuarta causa [de la redacción de la obra] por mi mismo provecho, pues no pocos se me sigue (...)

21Enfin, Pedro de Luján se contente de nous annoncer, à la fin de son épître dédicatoire qu’il est, lui-même, jeune marié25.

22Que ces auteurs utilisent ou non leur propre expérience, celle-ci ne saurait, de toute façon, suffire à l’ambitieux programme qu’ils se proposent (garantir un mariage heureux), et le recours aux autorités et aux exempla tirés de l’Histoire ou de diverses sources littéraires s’impose. Cela contribue néanmoins à créer un intime artificiel et archétypal, dont les rapports avec l’intimité réelle peuvent être interrogés.

L’intime théorisé ou la négation de l’intimité

23L’écriture d’un ouvrage didactique implique en effet un certain degré de généralisation et de théorisation qui va directement à l’encontre de ce qui fait l’intimité, dont les caractéristiques dépendent de chaque individu et ne peuvent se prêter à des généralités. Pourtant, les ouvrages didactiques ne sauraient s’intéresser à l’individu en tant que cas particulier, et cherchent au contraire à définir des types ou des catégories plus ou moins larges, dans lesquels chaque lecteur doit pouvoir se reconnaître. Cependant, comment théoriser l’intimité du couple ?

Tout dire ?

24En effet, écrire sur l’intimité du couple s’avère particulièrement difficile pour nos auteurs car toute tentative de faire passer cette intimité au niveau de la théorie aboutit, dans leurs ouvrages, à une trahison de la notion même d’intimité. Cette difficulté s’exprime particulièrement chez fray Antonio de Guevara, qui est pourtant, semble-t-il, celui de nos trois auteurs qui connaît le plus en détails la vie de ceux à qui il s’adresse. Malgré tout, au lieu de leur proposer des conseils ciblés concernant leur cas particulier, sa lettre, une fois passés les premiers paragraphes destinés à donner les quelques détails que nous avons évoqués plus haut, se cantonne à des remarques très générales, parfois en complet décalage avec la situation du dédicataire. En témoignent les titres qu’il donne à ses paragraphes : « Que nadie se case, sino con su igual », « Que la muger sea muy vergonzosa y no muy parlera », « Que la muger casada no sea soberbia y brava ». Rappelons, en effet, que le dédicataire de la lettre, Mosén Puche, est déjà marié : le paragraphe consacré à l’égalité (économique et sociale) nécessaire entre les deux époux arrive donc un peu tard. De même, il a déjà choisi son épouse et ne peut donc pas s’assurer qu’elle remplisse les conditions mentionnées dans les deux titres suivants. Ceux-ci répondent cependant, bien entendu, aux exigences d’un double public, constitué non seulement du destinataire explicite de la lettre, mais aussi, d’emblée, de tous ceux qui désirent recevoir des conseils sur le mariage.

  • 26 De fait, ces textes ont vraisemblablement connu une diffusion assez large. Voir, notamment, Ch. FAN (...)
  • 27 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 223.

25Ces ouvrages sont en effet destinés au grand public26 (sachant que celui-ci ne se limitait pas seulement aux lecteurs, mais incluait aussi tous ceux qui pouvaient entendre ces textes lus par quelqu’un d’autre), un public auquel il s’agit de proposer un véritable vade-mecum pour la vie de couple, susceptible d’aborder tous les aspects de celle-ci, même les plus privés. Ainsi, Juan Luis Vives écrit que « It will not be inappropriate here to discuss how a wife should act with her husband in private, without other witnesses »27. Ces derniers mots (« in private, without other witnesses ») définissent la notion même d’intimité telle que nous l’entendons aujourd’hui, une intimité dans laquelle l’auteur se glisse donc sans vergogne pour l’explorer et la structurer. Les chapitres du deuxième livre de l’Institutione foeminae christianae sont dès lors particulièrement détaillés, et s’efforcent d’aborder tous les points, notamment la façon dont on doit traiter les servantes, la façon dont la maîtresse de maison doit se comporter chez elle et en dehors de chez elle, etc. Mais, s’il est nécessaire d’aborder tous les sujets, quid de la sexualité, lieu de l’intimité du couple par excellence ?

26Celle-ci n’est évoquée qu’à mots couverts, et sans entrer dans les détails. En l’occurrence, plus que les pratiques, ce sont les principes qui importent, et ceux-ci tournent autour d’un axe fédérateur : la chasteté. Ainsi, Vives écrit que :

  • 28 Ibid., p. 227.

In the bedroom and the marriage bed there will be not only chastity but a sense of shame, so that she will remember she is a wife, in whom Plutarch wishes that the greatest love should be joined with the greatest modesty28.

  • 29 Vives considère donc encore l’acte sexuel avec beaucoup de suspicion, dans la lignée de saint Augus (...)
  • 30 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 229.

27L’acte sexuel, et plus encore le plaisir sont regardés avec beaucoup de suspicion, malgré l’évolution des opinions en la matière tout au long du Moyen Âge29. La vision augustinienne de l’acte de chair était encore bien présente, et la passion sexuelle ne devait pas avoir droit de cité au sein de l’union matrimoniale. Dès lors, selon Vives, « Only the less noble, humble, and lowly person, drawn to his baser and more loathsome nature, will make habitual use and exercise of sensual pleasure »30. Au-delà de ces principes généraux, cependant, l’auteur reste très discret sur tout ce qui touche à la sexualité : il est difficile pour lui de donner des détails sur ce sujet éminemment périlleux.

Un intime idéal : les exempla

28Pourtant, une stratégie existe : le détour par des exempla. En effet, le recours à des figures historiques ou mythiques, souvent antiques, crée une distance par rapport au réel, ce qui permet d’aborder des sujets que l’on n’oserait pas traiter en évoquant des figures plus proches, et encore moins en faisant allusion à l’intimité des lecteurs eux-mêmes. Ainsi, Juan Luis Vives écrit :

  • 31 Ibid., p. 227-28.

When the chaste Spartan woman was asked whether she had ever made the first advances to her husband, she answered, “No, but my husband did to me.” This is to say that the chaste woman never roused her husband's desire or engaged in sex except to satisfy her husband. Trebellius writes that Zenobia, “Queen of Palmyra, a very learned woman and wise in the governing of her kingdom, was of such chastity that she did not lie with her husband until after she had ascertained whether she was pregnant or not. After having sexual relations with him, she would abstain from her husband until the time of her menstruation. If she had conceived, she slept alone until she had brought forth; but if not, she gave her husband the opportunity to create children”. Who would think that this woman derived any lustful or even moderate pleasure from the sexual act? Worthy of admiration and esteem is this matron who was no more moved to lust by her sexual organs than by her hand or foot. She was worthy to have children without sexual intercourse, which she desired only for the purpose of bearing children, or without pain, since she was made pregnant without pleasure31.

29Apparaît alors un idéal d’intimité sexuelle, dépourvu de plaisir et tourné exclusivement vers la procréation. De fait, les exempla servent toujours pour élaborer un intime idéal, sur lequel devrait se modeler l’intimité des lecteurs et des lectrices. Dès lors, l’intimité change de statut : au lieu d’être le lieu du déploiement d’une personnalité individuelle loin des regards et des contraintes imposées par la société, elle devient, au contraire, le lieu de l’application de règles et de l’imitation de grandes figures exemplaires.

30Cependant, la fiction peut se déployer plus longuement que dans un simple exemplum. Ainsi, Pedro de Luján fait le choix de créer des personnages qu’il mène de colloque en colloque, en respectant une certaine logique narrative : on y retrouve en effet les mêmes personnages, dont la situation évolue au fil du temps. Ainsi, Eulalie, d’abord fière de sa condition de célibataire, décide, suite à la sage intervention de Dorothée, de se marier. Cependant, elle regrette rapidement sa décision, car son mariage est malheureux, ce qui motive une nouvelle intervention de Dorothée, qui lui énumère un certain nombre de stratégies susceptibles de favoriser son entente avec son mari. Celui-ci intervient dans le troisième colloque, tandis que leurs enfants respectifs interviennent dans le cinquième. Ce passage par la fiction permet à l’auteur d’aborder l’intime sans risque, et d’énoncer des consignes très précises (sur la grossesse, par exemple, dans le 4e colloque) sans donner l’impression de violer l’intimité de quiconque. Il faut dire que nos auteurs sont, paradoxalement, soucieux de préserver les frontières de l’intime.

Des dangers et des vertus de l’intimité

31Il est bon, en effet, que certaines choses ne sortent jamais de la cellule conjugale, qui devient ainsi le lieu d’une certaine intimité entre époux. Gare à qui, cependant, aurait des échanges intimes avec un autre qu’avec son conjoint ! Il est en effet crucial, aux yeux de nos auteurs, de bien choisir qui l’on admet dans son intimité.

Dangers de l’intimité et intimité en danger

32La recherche d’intimité avec un autre que son mari est ainsi sévèrement condamnée par fray Antonio de Guevara, même lorsque la personne avec laquelle on entretient une relation privilégiée est un proche :

  • 32 A. de GUEVARA, op. cit., p. 333.

Aviso y torno a avisar a cualquiera señora generosa o plebeya que sea, no ose con primo ni con sobrino ni con otro cualquier deudo apartarse, ni fiarse, porque si con el estraño, apartándose, teme lo que puede ser, con el primo o sobrino tema lo que dél y della se puede decir32.

33On remarquera que sont ici condamnées à la fois l’intimité physique (« apartarse ») et l’intimité sentimentale (« fiarse »), bien que la raison de cette condamnation ne soit pas d’ordre moral, mais d’ordre social, puisqu’on craint le qu’en-dira-t’on (« tema lo que dél y della se puede decir »). Entretenir des conversations intimes avec l’un ou l’autre n’est donc finalement condamnable que si elles sont vues et rapportées par autrui, et Guevara n’hésite pas à affirmer, non sans un certain cynisme et sans que sa conscience de moraliste en souffre un peu :

  • 33 Loc. cit.

Yo confieso que es más peligroso para la conciencia, empero digo que es menos dañoso para la honrra, en que sea la mujer secretamente deshonesta, que no que sea públicamente desvergonzada33.

34En faisant cette concession, l’auteur reconnaît également que l’intimité peut rester un espace de liberté et que, loin du regard d’autrui, il est possible (à défaut d’être permis) de s’abstraire de certaines règles.

35Cependant, il était bien difficile pour un membre de la haute société de l’époque, notamment de la noblesse, de s’accorder des instants de solitude, des moments où, précisément, le regard d’autrui ne scrutait pas, justement parce qu’autrui était toujours dans les parages, en la personne des serviteurs. À la fois familiers et étrangers, ces derniers sont sans cesse entre deux mondes (intérieur et extérieur) et peuvent donc grandement mettre en danger l’intimité de leurs maîtres en la révélant sur la place publique. Vives préfère donc les avertir vigoureusement :

  • 34 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 254.

Whatever they hear or see in the house they should consider as secrets that cannot be revealed without incurring the gravest guilt. This should be observed not only while they are still dwelling there but even after they have moved away. Of what use are walls and doors if the servants divulge everything? Would it not be better to raise a viper in the house than such unreliable people, whose loquacity and often malicious interpretations, which arise from stupidity or lying, hate and anger, are the source of calamities for innocent and upright persons? How or when will they ever make amends for such damages or expiate such a crime?34

36On le voit, le ton de l’auteur est particulièrement véhément. De fait, la préservation de l’intimité du couple est un souci constant chez nos auteurs et il est, selon eux, fondamental que certaines choses ne franchissent pas les limites du cadre conjugal.

Un apparent paradoxe : le plaidoyer de nos auteurs pour la préservation de l’intimité du couple

37Or, cette insistance peut paraître paradoxale : comment des auteurs qui s’efforcent de pénétrer l’intimité du couple, voire de la disséquer, peuvent-ils encourager les couples à prendre soin de leur intimité, de la relation particulière qui existe entre mari et femme ? Il s’agit de nouveau, pour une part, de faire en sorte de filtrer les informations qui peuvent s’échapper du foyer dans le souci de préserver la réputation du ménage, mais pas seulement. À une époque où la plupart des mariages n’impliquaient pas de connaître profondément son conjoint avant la célébration du sacrement, ou, en tout cas, n’impliquaient pas de cohabitation ou d’expérience de la vie de couple, il s’agit aussi de contribuer à construire celle-ci en favorisant l’émergence d’un dialogue et d’une complicité entre les deux époux. Ainsi, les époux doivent pouvoir partager leurs secrets, en raison de l’amour qui les unit :

  • 35 A. de GUEVARA, op. cit., p. 343.

¿Qué guardo yo para quien bien quiero, si a todos digo lo que en mi corazón está escondido? Al que nos ama de corazón, y queremos de corazón, a él solo, y no a otros, hemos de manifestar el corazón35.

38On voit ici que, pour Guevara, il existe vraiment un domaine réservé au couple, des choses qui ne peuvent être partagées qu’entre époux. En outre, on peut également remarquer que l’intimité fait l’objet d’une construction qui implique un effort de la volonté : « hemos de manifestar el corazón ». Il faut, en quelque sorte, garder pour l’époux l’exclusivité de certaines révélations.

39Juan Luis Vives, pour sa part, développe encore davantage les différents aspects de la relation intime qui doit se déployer entre les conjoints. L’un des aspects importants de celle-ci, est, par exemple, l’énonciation de conseils et l’édification mutuelle des deux époux :

  • 36 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 225.

Confide your thoughts to his bosom and if anything distresses you, find comfort in him. These things contribute to reciprocal love and harmony, since we are naturally inclined to love those into whose heart we can pass on our cares and emotions like an unburdening of part of our woes, and in whom we can most trust. In turn, those love us who feel that they are loved and are so trusted that they are admitted into the inmost recesses of our heart, and that nothing remains secret or concealed to them36.

  • 37 Définition donnée par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, à l’adresse suivant (...)

40Amour et confiance mutuelle entre les deux époux sont ainsi nettement valorisés comme fondement d’une belle relation de couple, étant entendu que, comme chez Guevara, la naissance de celle-ci demande un premier effort, si l’on peut dire : oser confier ses soucis à son époux. Pour nos auteurs, le couple est donc le lieu privilégié de la naissance de l’intimité au sens de « (Qualité de) relations amicales, intellectuelles, marquées par une confiance profonde, des confidences sans réserve » 37. Les époux doivent pouvoir échanger sur tous les sujets et se livrer l’un à l’autre sans crainte, ce qui implique, bien entendu, que l’intimité conjugale soit strictement préservée :

  • 38 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 226.

Let the wife see to it again and again that whatever is said or done in the bedroom and in the sacred marriage bed is to be considered an inviolable secret and must be guarded with greater silence than the secrets of Ceres at Eleusis, or, to put it more aptly, than what is confided to the priest by the penitent. What madness it is to reveal such intimate and private matters!38

  • 39 Nous renvoyons à l’étude de V. Montémont citée en introduction, et à l’utilisation de l’adjectif «  (...)

41Alors même qu’ils contribuent, d’une certaine façon, à rendre public ce qui doit rester dans l’intimité du couple, nos auteurs participent par ailleurs à la construction d’une relation plus intime entre les époux, et à la consolidation de la cellule matrimoniale dont les vertus sont ici soulignées. Autrement dit, si nous revenons aux différentes définitions que nous avons données en introduction, nos textes présentent la relation entre les deux membres d’un couple marié comme celle qui soit exister entre deux amis « intimes » selon le sens donné à ce terme au XVIe siècle39. En revanche, la notion même d’« intimité » comme ce qui doit rester caché aux regards d’autrui est étrangère à ces textes où le regard de l’auteur cherche, précisément, à s’introduire dans chaque recoin de la vie de ceux qui ont motivé la rédaction de son texte.

42À l’issue de cette réflexion, on peut néanmoins légitimement s’interroger sur la part d’intimité que nous révèlent les textes que nous avons étudiés. En effet, alors même qu’ils étaient censés l’analyser, l’expliquer, la mettre au jour, on voit qu’ils se confrontent, souvent, au caractère indicible de l’intime, lequel ne peut être théorisé et refuse de se soumettre à des règles générales, tant il dépend de l’expérience individuelle. Même lorsque l’auteur nous dévoile un pan de son intimité en évoquant une expérience ou des sentiments personnels, il s’agit moins pour lui de se livrer que de trouver comment arriver à ses fins didactiques. Il y a donc toujours un filtre entre nos ouvrages et l’intimité des lecteurs ou celle de leurs auteurs.

  • 40 A. RALLO GRUSS, op. cit., p. 226.

43Ce filtre, le texte n’arrive donc pas à le franchir, mais le livre en tant qu’objet est peut-être allé plus loin. En effet, Asunción Rallo Gruss mentionne les marques laissées par les lecteurs de l’exemplaire des Coloquios matrimoniales qu’elle a utilisé pour son édition : « por ello tiene epígrafes al margen, así como llamadas de atención mediante una pequeña mano que señala lo relevante »40. Marques d’un contact intime avec l’ouvrage, ces signes suggèrent également que le lecteur qui les a faits a vu son intimité reflétée dans les lignes pour lesquelles il a manifesté un intérêt particulier. Ainsi, ce que nos auteurs n’ont pas réussi à faire, leurs livres l’ont peut-être obtenu.

Haut de page

Notes

1 Véronique MONTEMONT, « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) », Itinéraires [En ligne], 2009-4|2009, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 29 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/585; DOI : 10.4000/itineraires.585.

2 Serge TISSERON, « Intimité et extimité », Communications, 88, 2011, p. 83-91, DOI : 10.3917/commu.088.0083. URL : https://www.cairn.info/revue-communications-2011-1-page-83.htm.

3 Voir, par exemple, Annick PARDAILHAN-GALABRUN (dir.), La Naissance de l’intime, Paris : PUF, 1988 ou Alain GIRARD, « Evolution sociale et naissance de l’intime », in : Raphaël MOLHO et Pierre REBOUL (éd.), Intime, intimité, intimisme, Lille : Université de Lille III, 1976, p. 47-55.

4 V. MONTEMONT, op. cit., p. 2. C’est d’ailleurs sur cette définition du terme que nous fonderons notre réflexion dans la première partie de cette étude.

5 Article: « íntimo », in: Diccionario de Autoridades, consulté le 29/04/2020. URL : https://www.rae.es/recursos/diccionarios/diccionarios-anteriores-1726-1996/diccionario-de-autoridades.

6 Il s’agit de la lettre n° 51 « Letra para doña María de Padilla, muger de don Juan de Padilla, en la cual le persuade el auctor se torne al servicio del rey y no eche a perder a Castilla », dans laquelle le terme est employé dans son sens étymologique : « Aunque Narsetes era hombre de gran autoridad y de mucha gravedad, llegáronle aquellas palabras tan a lo íntimo de las entrañas, que se le demudó la cara » (Antonio de GUEVARA, Libro primero de las epístolas familiares, édition non paginée proposée par la Biblioteca virtual Miguel de Cervantes, Institut Cervantes), consultée le 30/04/2020. URL : www.cervantesvirtual.com/obra-visor/libro-primero-de-las-epistolas-familiares--2/html/dcaa2544-2dc6-11e2-b417-000475f5bda5_8.html#I_65_.

7 Charles FANTAZZI (ed. et trad.), The education of a Christian woman. A sixteenth century manual, (traduction anglaise de Juan Luis VIVES, Institutione Foeminae Christianae, 1524), Chicago : The University of Chicago Press, 2000. Il va de soi, néanmoins, que ce décompte est moins significatif que les deux précédents, dans la mesure où il s’agit d’une traduction.

8 V. MONTEMONT, op. cit., p. 4.

9 On peut citer, en premier lieu, les lettres de saint Jérôme, qui constituent une référence récurrente (explicite ou non) pour beaucoup d’auteurs médiévaux abordant la question du mariage ou celle de l’éducation des femmes, ainsi que le traité de saint Augustin, De bono coniugali. Pour le domaine français, il faut, évidemment, signaler le traité de Philippe de Mézière, le Livre de la vertu du sacrement de mariage et réconfort des dames mariées (1329) ou le Ménagier de Paris (fin du XIVe siècle). La question du mariage est également abordée dans les grandes sommes que constituent le Del reggimento e de costumi delle donne, de Francesco da Barberino (première moitié du XIVe siècle), le Livre des trois Vertus, de Christine de Pizan (1405) ou Lo libre de les dones, du catalan Francesc Eiximenis (fin du XIVe siècle). Enfin, pour le domaine espagnol, on peut citer les Castigos y doctrinas que un sabio daba a sus hijas (moitié du XVe siècle) ou la Relaçión a las señoras e grandes dueñas de la dotrina que dieron a Sarra, muger de Tobias el moço, su padre e su madre, quando la enbiaron con su marido; la qual dotrina conviene a toda muger, así a las altas dueñas e nobles, como a las otras damas de qualquier estado de Fernán Pérez de Guzmán (moitié du XVe siècle).

10 Parmi les textes d’Érasme les plus influents sur la question, on peut bien entendu citer l’Encomium matrimonii paru en 1518, l’Institutio christiani matrimonii de 1526 (dédiée à Catherine d’Aragon tout comme l’Institutione foeminae christianae de Juan Luis Vives), mais aussi certains de ses Colloquia, comme celui du Prétendant et de la jeune fille. Dans ces textes, apparaît clairement la haute idée qu’Érasme se fait du mariage, lieu de la naissance et de la perpétuation d’un amour absolu et inconditionnel : « Personne n’aime sa femme avec plus d’ardeur que celui qui l’aime comme le Christ aime son Église, car l’amour qui se réduit à la seule satisfaction des sens ne mérite pas le nom d’amour » (cité par Franz BIERLIAIRE, Les colloques d’Érasme. Réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église au XVIe siècle, Liège : Presses Universitaires de Liège, 1978, p. 115).

11 Ainsi, Asunción Rallo Gruss affirme que : « El tema del matrimonio fue uno de los preferidos de los humanistas y escritores del siglo XVI. Vinculado a las nuevas propuestas, apenas tiene relación con la extensa literatura de debate en torno a la mujer del siglo anterior (misoginia/feminismo). Se encauza en cambio como proyecto social de perfeccionamiento del hombre, tanto en el ámbito de una nueva dinámica familiar como en el de la educación de los hijos que se integra casi como una tarea doméstica », Asunción RALLO GRUSS, « Cómo y para qué casarse en el Siglo de Oro. Los Coloquios matrimoniales de Pedro de Luján », in : Pedro de LUJÁN, Coloquios matrimoniales, Séville : Junta de Andalucía, Consejería de cultura, 2010, p. 215. De même, James Hankins signale que : « Los humanistas, por el contrario, se pronunciaron en favor de un sistema de valores bastante más seculares. Así, en su Vita civile (1435-38), Matteo Palmieri escribía : “Tener hijos es cosa útil : aumenta la población y da ciudadanos a la patria. Cuando han sido cuidadosamente preparados para la vida recta, los hijos son útiles fuera y dentro de la ciudad, en la guerra y en la paz, para el bien común y el mantenimiento de todos”. Desde esa óptica, el matrimonio constituye la base de la familia, y las familias son las piedras que edifican el estado; marido y mujer forman el conjunto que garantiza el bienestar de la sociedad siguiendo un designio natural; la función del marido es obtener y la de la mujer conservar; los bienes resultantes aprovechan a la familia, a los amigos y al estado » (James HANKINS, « El humanismo y los orígenes del pensamiento político moderno », in : Carlos CLAVERÍA (ed.), Introducción al humanismo renacentista, [traduction espagnole de Jill KRAYE, The Cambridge companion to Renaissance Humanism, 1996], Madrid : Cambridge University press, 1998, p. 159-188, et p. 169).

12 Par ce terme, on entendra l’ensemble des textes didactiques qui cherchent à promouvoir le mariage ou à former ceux qui le choisissent afin qu’ils puissent exercer leurs fonctions d’époux de manière adéquate. Pour plus de précisions sur les ouvrages qui peuvent être rattachés à cette littérature et sur leur contenu, on peut consulter Tobias BRANDENBERGER, Literatura de matrimonio (Península ibérica, s. XIV-XVI), Saragosse : Libros Pórtico, 1996, ou Maria de Lourdes CORREIA FERNANDES, Espelhos, Cartas e Guias. Casamento e Espiritualidade na Península Ibérica 1400-1700, Porto : Instituto de Cultura Portuguesa, Faculdade de letras da Universidade do Porto, 1995.

13 Nous étudierons plus précisément le deuxième livre de cette importante somme sur l’éducation des femmes, dans la mesure où lui seul est plus spécifiquement consacré aux femmes mariées. Les citations présentes dans le texte sont tirées d’une traduction en anglais contemporain faite par Charles Fantazzi en 2000, et ce, afin d’en faciliter la pleine compréhension. Les lecteurs du XVIe siècle ont eu, quant à eux, accès à deux versions du texte de Vives : la version latine originale, publiée en 1524 sous le titre d’Institutione foeminae christianae, et, par la suite, plusieurs traductions dans les langues vernaculaires. Ainsi, Juan Justiniano a traduit ce texte en espagnol dès 1528. Le lecteur qui le souhaite peut consulter cette version dans l’édition contemporaine proposée par Elisabeth Teresa Howe : Juan Luis VIVES, Instrucción de la muger christiana, Elisabeth Teresa Howe (ed.), Madrid : Fundación Universitaria Española, 1995. Par ailleurs, l’édition latine des œuvres de Juan Luis Vives, dont certaines bénéficient d’une traduction en espagnol contemporain, est disponible à cette adresse : http://bivaldi.gva.es/estaticos/contenido.cmd?pagina=estaticos/vives/vives_inicio. Ce site propose également un certain nombre d’études qui permettent de mieux comprendre l’œuvre de Vives et de la mettre en perspective.

14 L’influence d’Érasme est très sensible chez cet auteur, et se ressent à plusieurs niveaux, comme le souligne Asunción RALLO GRUSS (op. cit., p. 216-217) : « La elección del formato coloquial se debió, sin duda, no sólo al ajuste que éste ofrecía para una conformación de alcance pedagógico, sino porque respondía al aprecio que entonces se tenía de los Coloquios familiares de Erasmo de Rotterdam, entre los que se encontraban los más interesantes de este tema : El pretendiente y la doncella, Matrimonio (o Mempsigamos), Puerperio, Ejercicio pueril (o Amor de niños en Dios), y Los ancianos. Luján era tan consciente del signicado del autor holandés que es de los pocos autores que lo citan expresamente como modelo e inspirador de sus escritos […] Por eso ya desde Menéndez Pelayo se adscribió a Luján al erasmismo ». Rallo Gruss nuance cependant cette affirmation en disant, d’une part, que Luján s’adonnait également à l’écriture et à la traduction de romans de chevalerie, ce qui n’était guère du goût d’Érasme, et, d’autre part, que la citation de sources érasmiennes permet en réalité à Luján de dissimuler ses véritables sources, qui sont Pedro Mejía et Antonio de Guevara. Signalons, enfin, que Juan Luis Vives maintenait une intense relation, notamment épistolaire, avec l’humaniste de Rotterdam,qu’il admirait et appréciait.

15 Antonio de GUEVARA, « Letra para Mosén Puche, valenciano, en la cual se toca largamente cómo el marido con la muger y la muger con el marido se han de haber. Es letra para los recién casados » in : Epístolas familiares, Obras completas, vol. 3, Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2004, p. 328.

16 P. de LUJÁN, op. cit., p. 13.

17 Charles FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 50.

18 Ibid., p. 200.

19 Ibid., p. 200-201.

20 Ibid., p. 214.

21 Ibid., p. 276. Vives fait une autre allusion à sa mère, beaucoup plus brève, pour souligner la concorde qui régnait entre elle et son mari (« I never saw my mother, Blanca, in fifteen years of marriage, arguing with my father or entertaining views contrary to his. They had one mind and identical feelings. But concerning my mother, there will be another opportunity to speak of her in more detail », p. 212).

22 Charles Fantazzi suggère en effet, même s’il ne cite aucune source à l’appui de ses propos que cette mention aurait pu susciter la désapprobation de l’humaniste de Rotterdam : « As usual, he draws examples from antiquity and from more recent times, citing also the exemplary accord of his own parents, a detail that elicited Erasmus’s criticism », in : Ch. FANTAZZI, op. cit, p. 21.

23 A. de GUEVARA, op. cit., p. 329. On remarquera tout de même dans cette phrase que, sachant qu’il ne peut faire appel à son expérience personnelle, l’auteur compense en quelque sorte ce manque en faisant allusion à des témoignages qu’il a reçus de ceux qui l’entourent. Là encore, il s’agit de pénétrer dans l’intimité des uns et des autres, le plus souvent sans qu’ils le veuillent vraiment puisque l’auteur observe ses proches (« lo que he visto de mis deudos ») et prête l’oreille aux commérages du quartier (« lo que he sospechado de mis vecinos »).

24 Ibid., p. 334.

25 « Fue la cuarta causa [de la redacción de la obra] por mi mismo provecho, pues no pocos se me siguen, lo uno gozar de nombre de criado de vuestra Excelencia, y lo otro tomar dechado para mí mismo, siendo recién casado como soy », P. de LUJÁN, op. cit, p. 15.

26 De fait, ces textes ont vraisemblablement connu une diffusion assez large. Voir, notamment, Ch. FANTAZZI, op. cit., p. 30-35 pour la diffusion de l’Institutione de Vives à travers l’Europe. En outre, Asunción RALLO GRUSS (op. cit, p. 226) affirme, à propos du texte de Luján que : « La oportunidad de este tipo de obras, tanto por el tema como por la hechura elegida queda demostrado por el éxito que le acompañó. Los asuntos y la forma, le convirtieron en guía de consulta, ofreciéndose más que para una lectura continuada, para la comprobación y consejo de aspectos puntuales […]. Publicado por primera vez en Sevilla (en casa de Dominico de Robertis) en 1550, no sólo contaba en 1589 con once ediciones sino que era traducida al italiano en 1575 […] mientras el autor inglés Edmund Tilney, en su Flower of Friendschippe (1568) convertía al propio Luján en interlocutor de un amplio diálogo que versa sobre el contenido de su propia obra ».

27 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 223.

28 Ibid., p. 227.

29 Vives considère donc encore l’acte sexuel avec beaucoup de suspicion, dans la lignée de saint Augustin. De fait, selon Maurice Daumas : « L’évêque d’Hippone voyait dans la concupiscence la marque du péché originel et dans l’acte de chair sa perpétuation. La représentation sociale du mariage intégra profondément cette vision pessimiste des choses. Elle connut son premier recul au XIIIe siècle, lorsque Thomas d’Aquin réhabilite le plaisir, que Dieu a placé au cœur de l’acte conjugal afin d’inciter les hommes à assurer la perpétuation de l’espèce. En dépit des apports de saint Bonaventure et, plus tard, de Denys le Chartreux, qui revalorisent l’amour dans les relations entre les époux, la sexualité conjugale demeure entièrement distincte de la relation affective. C’est cela, au fond, qui pérennise les thèses augustiniennes jusqu’en plein XVIIe siècle : le refus de l’amour conjugal – car l’amour et le sexe font trop bon ménage dans les relations interdites, c'est-à-dire extra-conjugales », Maurice DAUMAS, « La sexualité dans les traités sur le mariage en France, XVIe-XVIIe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51, 2004, p. 7-35, et p. 11.

30 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 229.

31 Ibid., p. 227-28.

32 A. de GUEVARA, op. cit., p. 333.

33 Loc. cit.

34 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 254.

35 A. de GUEVARA, op. cit., p. 343.

36 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 225.

37 Définition donnée par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, à l’adresse suivante : https://www.cnrtl.fr/definition/intimité.

38 Ch. FANTAZZI traduisant Juan Luis VIVES, op. cit., p. 226.

39 Nous renvoyons à l’étude de V. Montémont citée en introduction, et à l’utilisation de l’adjectif « intime » pour « décrire une relation de proximité amicale particulièrement marquée » (V. MONTEMONT, op. cit., p. 2).

40 A. RALLO GRUSS, op. cit., p. 226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Codet, « Paradoxes de l’intimité dans la littérature matrimoniale (XVIe siècle) », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/36932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.36932

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search