Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Intime et intimité au Siècle d’Or...L’intimité sous le regard de Dieu...De la déstructuration de l’intime...

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations)
L’intimité sous le regard de Dieu : de l’introspection au dévoilement

De la déstructuration de l’intime à l’unicité spirituelle : l’« espace de l’enquête » dans la littérature et l’iconographie religieuses de l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles

Marcela Rivas-Jamett

Résumés

Les modalités et représentations de l’intime et de l’intimité au Siècle d’Or dans la littérature et l’iconographie religieuses, suscitent une réflexion sur le modus operandi de l’institution ecclésiale. L’interprétation des Saintes Écritures, l’examen de conscience et la résipiscence devaient converger dans la crainte de la mort et modifier l’hexis corporelle. L’intime devint, selon l’expression de Jean-Claude Passeron, l’« espace de l’enquête », « un univers de significations solidaires », ayant pour finalité de déstructurer l’impénétrable psyché, ériger son raisonnement en « véridicité », contraindre profondément le système cognitif, afin d’obtenir massivement l’adhésion à la doctrine alors en vigueur. Il s’agira pour cela d’analyser l’annihilation de l’intime, l’impact des représentations symboliques et leur expression dans l’espace public, qui permet d’exacerber l’unicité spirituelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre CIVIL, « De Saint Jacques Matamore à Saint Ignace de Loyola : Stratégie de l’image des saint (...)
  • 2 Augustin et Aloi DE BAKER, Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus, 3e série, Liège : I (...)
  • 3 P. CIVIL, art. cit., p. 90.
  • 4 Ibid., p. 93.

1Les modalités de représentation des concepts de l’intime et de l’intimité dans la littérature et l’iconographie religieuses de l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, livrent la richesse d’une vie spirituelle ayant fait l’objet d’une double enquête de l’institution ecclésiale, sur les dispositions psychiques et morales, en relation avec leurs conditions d’épanouissement. Les Flos Sanctorum d’Alonso de Villegas (1591)1 et de Pedro de Ribadeneyra (1616)2 offrent à la Compagnie de Jésus une transposition des « principes de la vie militaire à une vie religieuse fondée sur l’obéissance absolue »3 dans une Espagne devenue « brazo armado » de l’Église4. L’observation s’orienta vers l’exploitation des ressorts pouvant assurer l’unicité de la Chrétienté. Il ne s’agissait point d’explorer les représentations individuelles sociales, mais de construire un système didactique codifié associé à la symbolique confessionnelle. La réflexion ne consistait nullement à distinguer les interactions et les variations d’un individu à un autre ou d’estimer le degré de sincérité de sa foi, mais de déterminer un cadre immuable qui exclurait toute divergence. L’interprétation des Saintes Écritures, l’examen de conscience et la résipiscence devaient converger dans la plus profonde fraction de l’intime, pour prétendre modifier l’hexis corporelle, c’est-à-dire le comportement, et marquer durablement l’habitus ou l’essence de l’être social.

  • 5 Jean-Paul SARTRE, L’être et le néant, Essai d’ontologie phénoménologique, Paris : éd. Gallimard [19 (...)
  • 6 Jean-Pierre CAMUS (évêque), cité par Frédéric COUSINIÉ, Le peintre chrétien. Théorie de l’image rel (...)

2Une certaine analogie existe entre cet examen attentif et les procédés d’investigation comportementale, que l’épistémologue Jean-Claude Passeron prend à contre-pied, en recherchant d’abord la notion de l’intime dans la structure mentale du sociologue en tant que sujet premier, en tant qu’ « espace de l’enquête » conçu tel « un univers de significations solidaires », au sein d’un espace d’ « assertions ». Ce postulat, transposé aux auteurs du projet post-tridentin, permet un glissement spatio-temporel d’un ici et maintenant, où les mesures coercitives sont d’abord une affaire institutionnelle interne, vers un devenir, un projet d’être5 pour l’ensemble des sujets du territoire juridictionnel du Saint-Office, outre la politique des royaumes. De ce fait, la « direction spirituelle » et le « dépècement de l’être » chers à Alejo Venegas, Juan Lorenzo Palmireno, Francisco de Monzón et Luis de Granada, en écho aux œuvres picturales Magdalena penitente de Mateo Cerezo, San Jerónimo d’Antonio Pereda y Salgado et San Pablo ermitaño de José de Ribera, présentent un intérêt particulier pour leur unité didactique et dialogique. Le premier terrain de recherche exige de l’investigateur une connaissance certaine de son moi profond, avant d’en étendre les conclusions aux membres de la communauté, puis au commun. Les Vanités, postérieures aux textes, constituent quant à elles « une écriture muette »6, une prédication contemplative qui renforce la spiritualité. Dès le commencement, il se heurte à un ennemi insaisissable et hors de l’emprise des sens – celui de l’espace de la pensée –, à un ennemi influent – celui de la divulgation – et à un ennemi idéologique et politique – l’hérétique condamné à être socialement brisé. En somme, il se trouve confronté à un adversaire dont la logique interne doit subir une déstructuration de l’intime, pour réformer en lui l’expression de sa spiritualité. La posture de l’Église catholique est inconfortable, car le projet contreréformiste réclame en première instance un raisonnement contraignant en profondeur le système cognitif, pour qu’il adhère au corps doctrinaire par la déstructuration de l’impénétrable psyché.

3Ce processus de déstructuration de la sphère psychique et corporelle nous amène à considérer plusieurs aspects fondamentaux, tels que les procédés d’annihilation de l’intime préalables à l’œuvre disciplinaire, le rôle, l’impact et les formes d’expression des représentations symboliques dans l’espace public. La relation entre texte et image exigeait une enquête et une analyse recouvrant l’espace concurrentiel philosophique et théologique, avant d’accéder au conditionnement neurolinguistique d’une masse mouvante, recensée et neutralisée par l’implantation de missionnaires. Le texte et l’image extrinsèques à l’individu requièrent une pédagogie explicite pour inculquer ces « connaissances secondaires » ou culturelles. Les prédications catholiques et protestantes en concurrence dans l’espace de la Contre-Réforme, soulignent une claire orientation idéologique des Vanités catholiques, où l’oraison mentale et la contemplation représentent un facteur de risque pour la doctrine. La cognition nécessite, de ce fait, un assujettissement de la volonté de l’individu à travers l’outil linguistique, en adéquation avec la doctrine.

Conceptualisation, observance et actes de contrition

  • 7 Juan Luis ALBORG, Historia de la literatura española, 2a ed. ampliada, Tomo 1, Madrid : Gredos, 198 (...)
  • 8 ARCIPRESTE DE HITA, Libro de buen amor. Edición, introducción y notas de G. B. GYBBON-MONYPENNY, Ma (...)
  • 9 Pero LÓPEZ DE AYALA, Libro Rimado de Palacio, ed. De Kenneth Adams, Madrid : Cátedra, 1993: « Aquí (...)
  • 10 Pierre CHAUNU, Le temps des réformes I, La crise de la Chrétienté 1250-1550, Bruxelles : éd. Comple (...)
  • 11 Ibid., « À cette résurgence, au XVIe siècle, de la première patristique, il est une raison décisive (...)
  • 12 Jean-Claude PASSERON, « L’espace mental de l’enquête (II) », Enquête [En ligne], 3 | 1996, mis en l (...)
  • 13 Ou un métadiscours décrivant ces opérations, selon J.-C. Passeron.
  • 14 Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris : Gallimard, 200 (...)
  • 15 Ibid., p. 145.

4Les multiples désarticulations culturelles d’une société médiévale posent la mort en termes d’égalité et démocratisent le théâtre et la poésie satirique sociale et politique7. Les imprécations contre la mort dans le Libro de buen amor de Juan Ruiz Arcipreste de Hita8 et le Libro de los fechos de palacio de Pero López de Ayala9 mettent en évidence le contexte d’anarchie et de corruption morale, ainsi que le monopole de l’écrit d’un clergé séparé du peuple, dont les déficiences et la médiocrité du savoir accentuent le retard de la péninsule ibérique et de l’Italie, à l’intérieur de la Chrétienté latine de l’époque moderne10. Dans un contexte où l’expression de la foi est affaiblie par une profusion de gestes sans lien avec la spiritualité, l’intervention des « grands maîtres de la mystique chrétienne » est requise pour inverser la tendance. Les XVIe et XVIIe siècles marquent donc la période où l’humanisme – et notamment l’humanisme chrétien – déplacera la scolastique et deviendra un élément de dynamisme intellectuel11. Dans ce cadre d’analyse, le premier espace de l’enquête des humanistes sera un « espace logique » au sein du discours contreréformiste, où les « opérations » menées définiront « les contraintes syntaxiques et sémantiques [du] langage capable de ne jamais dire plus ou autre chose que ce qu’il asserte sur le monde »12. Concrètement, il faudra conceptualiser chaque dogme pour imprimer corps et âmes. La stratégie inquisitoriale se caractérise alors par une « démarche d’observation » empirique, de raisonnement, d’« interprétation de l’observable », de « description des faits » et « d’administrations de preuve » pour infléchir l’hexis corporelle. Ce sont des « opérations cognitives » portant sur des faits référencés dans une description épistémologique13 et argumentative, que Michel Foucault attribue aux « ordres religieux », également définis comme « des maîtres de discipline », des « spécialistes du temps, grands techniciens du rythme et des activités régulières »14. Ces premiers concepteurs du système panoptique permirent de « rompre les communications dangereuses »15 par un quadrillage d’observation verticale et horizontale. L’enquête se construisit donc par informations interdépendantes selon « des significations solidaires » et totalisantes, incluant concepts et techniques de répression. L’intime devint ainsi l’espace de l’enquête par antonomase, un lieu de perception inédit, le canal par lequel l’hexis corporelle fut redéfinie pour se réapproprier l’agir du plus grand nombre.

  • 16 Luis de GRANADA, Introducción del Símbolo de la Fe, Chap. 25, Madrid : Cátedra (Letras Hispánicas), (...)
  • 17 Ibid., Chap. 35, p. 485.
  • 18 Ibid., Chap. 36, p. 513.
  • 19 Miguel de CERVANTES, Primera Parte del ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, éd. de Francisco (...)
  • 20 Juan HUARTE DE SAN JUAN, Examen de ingenios para las ciencias, Capítulo I [1594], Madrid : Editora (...)
  • 21 L’expression est de Pierre Chaunu.
  • 22 Lester K. LITTLE, « Les techniques de la confession et la confession comme technique », in : Faire (...)
  • 23 Nicole LEMAÎTRE, « Confession privée et confession publique dans les paroisses du XVIe siècle », in(...)

5Au demeurant, il s’agit d’en saisir la dimension tangible et la vive expression. Fray Luis de Granada distingue en premier lieu les trois facultés de l’âme – végétative, sensitive et intellective16. La dernière est la plus noble et détermine le libre arbitre et l’entendement17, dont le châtiment divin serait proportionnel à son degré de cruauté : « súbitamente lo hirió Dios con un increíble dolor y tormento de las entrañas »18. Dans une autre veine intimiste, Miguel de Cervantès établit le même principe de causalité : « Arrojando de lo íntimo de las entrañas, un luengo y tristíssimo ay »19. Ainsi, logé dans les entrailles, du cœur aux organes de gestation, l’intime est le siège des émotions et des sentiments20, où l’imaginaire se heurte aux affres de la finitude, du jugement dernier et du salut de l’âme. De ce fait, la contrainte de la pensée et du geste est impérative si l’on veut une modification effective de l’hexis corporelle. L’assujettissement de l’être par le biais d’un raisonnement érigé en « véridicité », est essentiel dans la circonscription de la nature innée et intuitive du sujet. La démarche la plus rationnelle, celle de « la pédagogie de la mort »21, point clef de la contrition intime, de la prière de dévotion ou de verbalisation de la douleur de raison, réserve à l’intimité l’espace de la prière du soir et de la confession auriculaire, annuelle et obligatoire, que proclame le jésuite Francisco Suárez. Depuis le XIIIe siècle, la prédication était le moyen de persuasion le plus efficace pour des aveux obtenus par la douceur, et a posteriori par la douleur si l’on manifestait de la résistance22. Le clergé « non moulé au séminaire »23 devait pouvoir sonder les esprits, inculquer la résipiscence quotidienne, favoriser la résilience et le désaveu d’un acte moral répréhensible, que le croyant devait rendre public pour le soumettre à l’observation externe. Le cadre était ainsi défini.

  • 24 Annik PARDAILHÉ-GALABRUN, La naissance de l’intime, Paris : Presses universitaires de France, 1988, (...)
  • 25 P. CHAUNU, Le temps des réformes, op. cit., p. 36.
  • 26 Alejo VENEGAS, Agonia d[e]l trāsito dela muerte cō los auisos y consuelos que cerca della son proue (...)
  • 27 Expression consacrée par Horst BREDEKAMP, Théorie de l’acte d’image, Paris : La découverte (collect (...)

6À ces fins, l’Église emploie deux méthodes d’investigation, la méthode quantitative pour le recensement de la population24 et la méthode qualitative où l’interaction du texte et de l’image est déterminante dans l’expression de la piété baroque centrée sur les attitudes devant la mort25. Alejo Venegas en affirmait le fondement : « el primer punto […] es que la vida del buen christiano es un prolongado martyrio »26, mis en scènes à travers les œuvres picturales dans les lieux de culte. Cet « acte d’image »27, essentiel à la visibilité des principes moralisateurs et à l’unicité spirituelle, sublime le dolorisme catholique en pleine conscience. Le processus d’exposition auriculaire et visuelle isole le croyant, en convoquant mentalement les différentes étapes de la liturgie, en exalte sa crainte de Dieu et de la damnation. Membre de la communauté, il participe à l’homogénéisation spirituelle à travers l’expérience de la douleur.

  • 28 Expression consacrée par Philippe ARIÈS, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, du Moyen Âge (...)
  • 29 Terminologie d’Emmanuel ALLOA, Penser l’image II, Anthropologies du visuel, Dijon : Les presses du (...)
  • 30 Nicolao EYMERICO, Manual de inquisidores para uso de las inquisiciones de España y Portugal, trad. (...)

7La dimension diachronique, elliptique et dichotomique de la mort dans les Vanités en est le parfait exemple. L’ellipse s’inscrit dans la rétraction spatio-temporelle du processus de la morte secca ou la mort « propre »28, la déconstruction narrative de la mort macabre des Ars moriendi et l’effet repoussoir de la vermine absent dans les œuvres d’Antonio Pereda y Salgado et de Mateo Cerezo, ou omniprésent dans celle de Juan de Valdés Leal. La dichotomie associe le personnage du saint ou du pénitent à celle du crâne, où l’œuvre de foi et l’expression la plus achevée de la mort présentifient l’abjection et la corruption de la condition humaine. Le motif des Vanités infléchit esthétiquement un message plus percutant, que le discours politique impose par des formes symboliques consensuelles et imageantes29 caractéristiques de ce climat d’affrontements philosophiques et théologiques. Et pour cause, « il n’y a pas de pouvoir symbolique sans une symbolique du pouvoir », affirme Bourdieu. L’objectif premier de la pédagogie de la mort visait en effet à homogénéiser la praxis30, tout en systématisant la répression.

L’œuvre baroque consacrée

  • 31 Antonio PEREDA Y SALGADO, San Jerónimo, 1643, huile sur toile, 104,3cm x 84 cm, Musée du Prado, Mad (...)
  • 32 Mateo CEREZO, Magdalena penitente, vers 1660, huile sur toile, 110cm x 88,5cm, collection privée, M (...)
  • 33 Pour exemple, La lamentation sur la mort du Christ de Sebastiano Del Piombo, dont une copie de Riba (...)

8Le message universel des Vanités, entre précepte moralisateur et quête de salut, se lit dans le regard ascensionnel du San Jerónimo d’Antonio Pereda y Salgado31, implorant le pardon divin pour sauver l’humanité pécheresse (fig. 1), tandis que la Magdalena penitente de Mateo Cerezo32 médite sur la finitude (fig. 2). Une série de lignes parallèles graphiques et chromatiques équilibrent ces deux compositions. Dans la première, la posture inclinée du saint forme une croix sur une diagonale ascendante, la main droite soutenant sa nuque, la main gauche la croix de bois. La couleur du drapé carmin sillonnant son flanc est l’amalgame des trois couleurs primaires – une pointe de jaune et de bleu cyan incorporée au rouge dominant – épousant l’obscurité, exaltant par contraste la maigreur extrême et la rigidité corporelle de saint Jérôme. L’influence protestante aura évincé le rouge pourpre, jadis sublimé, privilégiant le chromatisme grenat, substitué ensuite par le bleu lapis-lazuli33. En la circonstance, l’œuvre rend hommage à l’existence ascétique et militante de l’un des quatre Pères de l’Église latine occidentale, où l’allégorie de la mort y répond. Le crâne s’inscrit dans une circularité créée par les deux croix : d’abord, la ligne de construction du versant descendant du corps de saint Jérôme, puis celle du versant ascendant de la croix en bois. Posé sur l’os pariétal, la fontanelle reste dissimulée et tournée vers le personnage du saint. L’os occipital, la mâchoire supérieure, ainsi que tous les orifices et os nervurés sont mis en exergue par l’absence de mâchoire inférieure. Ce traitement esthétique purement baroque recrée l’infinitésimal néant contenu dans la cavité du crâne, un espace vide et obscur, métaphore de l’ascétisme contemplatif, qui, réduit à échelle humaine, devient synecdoque d’une inépuisable quête existentielle. Le lobe temporal est posé sur un manuscrit abîmé par l’avidité de savoir, tandis que saint Jérôme pose la croix sur un livre grand ouvert, certainement les Saintes Écritures. Le regard tourné vers le ciel, l’axe optique en tension, les yeux humides, sont le signe d’une vitalité intellectuelle ; les lèvres légèrement entrouvertes, la barbe blanchâtre et clairsemée, l’épiderme lumineux malgré le décharnement, renforcent l’authenticité d’une existence vouée au culte divin, à laquelle tout individu devait aspirer.

Figure 1. San Jerónimo d’Antonio Pereda y Salgado

Figure 1. San Jerónimo d’Antonio Pereda y Salgado

Figure 2. Magdalena penitente de Mateo Cerezo

Figure 2. Magdalena penitente de Mateo Cerezo

9La construction de l’œuvre Magdalena penitente de Mateo Cerezo présente une certaine analogie spatiale, cependant, sa posture est inversée, le regard pénitent tourné vers le crucifix, implorant le Christ du regard. Enfoui dans les ténèbres, son corps s’inscrit également sur la diagonale ascendante gauche. Le dynamisme invisible et l’élancement du geste sont la preuve d’une pénitence à la fois sincère et désirée. Visage et mains prennent des directions contraires, nécessitant une profonde inspiration à l’exécution de l’ouverture thoracique, dont la nudité est dissimulée par une humble pèlerine. Tout en regardant la représentation du Christ crucifié, Madeleine désigne de son index droit la mort. Son visage diaphane, ni tout à fait de trois quarts ni de profil, et la couronne – ou le sommet de son crâne – plongée dans la pénombre, incarnent l’humilité. Les paupières mi-closes en transparence et vouées à la contemplation sont proportionnées aux lèvres délicates et charnues. La chevelure brun-dorée, négligemment ramassée sur la nuque, recouvre ses épaules et non plus sa poitrine, dont l’ouverture du col relativement prononcée ne laisse plus entrevoir la sensualité charnelle. Madeleine incarne désormais la rédemption. Sa jeunesse et sa beauté en sont garantes. Le dynamisme de son bras gauche, suggéré à la manière du ténébrisme, est uniquement signifié par sa main grande ouverte soulevant le crâne ovoïde. L’ossature lisse ne présente point de dentelures profondes, mais des lignes de suture à peine esquissées. La lumière hors champ s’y reflète, exaltant subtilement la morte secca, dénaturant sa couleur ocre, particulière aux squelettes vieillis naturellement. Contrairement à ceux traités à la chaux, d’une blancheur caractéristique, celui-ci matérialise la corruption du corps, bien loin cependant de la morbidité des Ars moriendi. Il interroge sur la finitude et l’inconstance de l’existence en contrepoint de l’image des saintes reliques. Son aspect satiné n’en est pas moins trivial, sans éclat, trahissant la présence de microscopiques résidus cellulaires. Les orbites dirigées vers le ciel lui octroient un semblant de vitalité, pour devenir l’interlocuteur muet de la pénitente sincère. La finesse et la fragilité des mains de Madeleine, dont l’une le porte et l’autre le signale, a une double fonction, la parfaite connaissance des canons morphologiques, et l’expression d’une sensualité en rémission. L’épiderme en transparence vive laisse entrevoir le système veineux du métacarpe et des phalanges, la vulnérabilité de l’être au contact glacial du crâne, dont elle exalte de la plus imperceptible manière l’humanité qui jadis l’animait. L’image devient le pivot sensoriel de l’enseignement religieux, une didactique qui engage à la lecture, à l’assimilation d’éléments normatifs, avant d’atteindre la contemplation au sens littéral du terme.

  • 34 José RIBERA, San Pablo ermitaño, 1635-1640, huile sur toile, 118cm x 98cm, Musée du Prado, Madrid.

10Bien que San Pablo ermitaño de José Ribera34 (fig. 3) précède l’œuvre de Pereda y Salgado, il semble achever le renversement de perspective des deux œuvres précédentes. Les morphologies de saint Jérôme et de saint Paul se confondent, que seules les circonstances d’interlocution distinguent : la Vanité serait un reflet en miroir du premier, la Vanité du second est sujet de sa contemplation. L’œuvre de Ribera, conforme aux dispositions de l’enseignement religieux, présente un crâne dialogique inscrit sur deux axes : sur le plan graphique, le crâne posé énergiquement froisse l’illustration de l’ouvrage que lit saint Paul, et sur un plan métaphorique, il représente la condition humaine face à l’immensité du savoir. Situé en contre-bas, sur une ligne inférieure, il crée une hiérarchie symbolique et spatiale. Il est finitude, preuve unique de l’existence disparue, synecdoque des tourments et du dévouement de saint Paul. L’absence de mâchoire inférieure assure sa stabilité sur la page gauche du livre et suscite l’idée qu’il émerge des épîtres pauliniennes elles-mêmes. Serait-ce l’apôtre post mortem ? Bien plus qu’une prière, le front plissé, les mains jointes et les doigts entrecroisés donnent corps à sa locution. Il est Père de l’Église parmi les fondateurs de la théologie chrétienne interculturelle, ayant diffusé la parole évangélique aux païens, dont l’attitude est une consécration absolue. Son dénuement et sa privation extrêmes symbolisent son détachement des biens terrestres, dans la plus pure conception christique. La composition géométrique en forme de croix se détache du fond ténébriste ; pour dire la mort prochaine à l’instar de la « calavera », elle s’inscrit dans le corps décharné du saint, dont la ligne d’épaules entrecroise celle du port de tête. Ses mains soulignent la sincérité de son ascèse.

Figure 3. San Pablo ermitaño de José Ribera

Figure 3. San Pablo ermitaño de José Ribera
  • 35 Selon José Enrique Laplana Gil.
  • 36 Juan VALDÉS LEAL (de), In ictu oculi, 1670-1672, huile sur toile, 220cm x 216cm, Hôpital de la Char (...)
  • 37 J. VALDÉS LEAL (de), Finis gloriae mundi, 1670-1672, huile sur toile, 220cm x 216cm, Hôpital de la (...)
  • 38 Anne MILHOU-ROUDIÉ, « Un tránsito espantoso: la peur de l’agonie dans les préparations à la mort et (...)
  • 39 Émile MÂLE, L’art religieux à la fin du Moyen Age en France, Paris : Armand Colin, 1943, p. 85-86 : (...)

11Postérieurement, Juan de Valdés Leal représentera l’imaginaire du monde spectral et fantomatique de l’au-delà35, où surgissent des réminiscences des Ars moriendi dans In ictu oculi36 (fig. 4) et l’image répulsive de son Finis gloriae mundi37 (fig. 5). La première œuvre met en scène un squelette articulé, dont le regard frontal enjoint de respecter la morale. Les attributs monarchiques exaltent la technique tisserande des étoffes froissées et des ouvrages aux reliures pleines jonchant le sol, par la multitude de lignes dirigées vers l’allégorie de la mort. Encore vibrante de l’empreinte humaine, cette nature morte rend plus injonctif le message funèbre. La mort, loin d’être une libération de l’âme, est le « dernier acte social » ritualisé ou « vraie naissance à la vie éternelle »38. Le mourant et l’angoisse de la dernière heure sont absents de cette iconographie religieuse. La représentation « pathétique »39 est innovante, dans la mesure où elle naît de la description sémiologique de la Devotio moderna et de l’indissociabilité de la philosophie scolastique et de la théologie naturelle.

Figure 4. In ictu oculi de Juan de Valdés Leal

Figure 4. In ictu oculi de Juan de Valdés Leal

Figure 5. Finis gloriae mundi de Juan de Valdés Leal

Figure 5. Finis gloriae mundi de Juan de Valdés Leal

12Au centre du Finis gloriæ mundi, les deux plateaux de la justice, équitablement chargées – ni más ni menos – des « mérites » du défunt surplombent le cercueil ouvert. La richesse ardemment désirée et la vaine gloire – Finis gloriæ mundi – sont en contrepoint des trois cercueils perpendiculaires, dont les deux premiers en croix, outrageusement ouverts, déversent la vermine de l’ossature du crâne. La scène évoque le châtiment divin que décrivait fray Luis de Granada en 1583:

  • 40 L. de Granada, Símbolo de la Fe, op. cit., p. 513.

Y no paró aquí el mal, sino todo el cuerpo se le cubrió de llagas tan horribles, que dellas manaban arroyos de gusanos que le roían día y noche las carnes, y dellas salía tan pestilencial olor […]40.

13Les ossements humains entassés près du troisième cercueil sont quant à eux dépourvus de matière organique, d’évidence dévorée par le temps. Le pouvoir politico-religieux n’est point épargné, néanmoins la hiérarchie sociale subsiste : les ossements entassés sont un rappel des charniers en périphérie du champ consacré, où miséreux, chrétiens de dernière catégorie, étaient alors enterrés et périodiquement déplacés, cédant leur dernière demeure à d’autres malheureux. La corruption s’immisce dans toutes les sphères d’intérêt. Pour cause, à la Cour, la jeune élite verse dans l’inconstance, éloignée spirituellement et politiquement des affaires inhérentes au royaume, fragilisant l’Espagne sur l’échiquier international. Ainsi, ces deux œuvres s’articulent sur deux temporalités distinctes : l’instantanéité d’une mort prompte, en un clignement, ce mouvement presque réflexe, ce signe d’intelligence, de connivence satirique face à la manifestation de la mort ; l’autre, où le châtiment perdure et corrompt toutes les facultés de l’âme ad vitam aeternam, est un calvaire.

De la philosophie scolastique au conditionnement neurolinguistique

  • 41 A. VENEGAS, Agonia d[e]l trāsito dela muerte : « Breve declaración de las sentencias y vocablos os (...)

14Philosophie scolastique et théologie naturelle fonctionneront comme la philosophie mécaniste du XVIIe siècle, suivant leur propre logique, en constante évolution depuis le XIIIsiècle, enrichies d’influences intellectuelles extérieures, au sein d’une population croissante et de plus en plus hostile au milieu monastique. La dimension linguistique est essentielle dans la validation théorique et la transmission de l’expérience, de l’observation, de l’action et de la création. En effet, mise à mal par les sciences, la littérature spirituelle s’affranchit des compromis iconographiques entravant l’œuvre pédagogique de déstructuration et d’unicité. L’œuvre d’Alejo Venegas en est l’exemple. Il privilégie l’action, en préparant psychologiquement le malade à supporter l’agonie, par une description graduelle de l’image morbide, « huelen la corrupción propincua del cuerpo », « cuando echa la cólera verde de color de cardenillo »41. Ce tableau clinique plus précis, plus objectif mais hyperbolique, évoque les affres de la peste bubonique, que l’on retrouve dans le récit d’Alonso de Freylas :

  • 42 Alonso de FREYLAS, Conocimiento, curación y preservación de la peste, Jaén, 1605, cité par Augustin (...)

[…] el mal olor en la respiración que es señal que el padecimiento está confirmado en el corazón [...] las partes de la boca, lengua y garganta con un color encendido […] quedando los cuerpos tan desmejados y corrumpidos que en breve tiempo se pongan negros y con malísimo olor […] Tienen los enfermos las partes extremas frías […]42.

  • 43 Juan HUARTE DE SAN JUAN, Examen de ingenios para las ciencias, « Digresión sobre el árbol vedado de (...)

15La résipiscence est la voie de la Rédemption pour quiconque est expulsé de l’espace communautaire effrayé par les spasmes qui l’assaillent, interprétés comme des manifestations de la corruption de son âme. La noblesse échappe à ces considérations et aux mesures de contrôle épidémique sur ce même périmètre. Il s’ensuit donc un conditionnement neurolinguistique d’une nouvelle vitalité, remettant en cause ces disparités, par la distinction entre « sabiduría » et « astucia », qui ne relèvent pas des mêmes dispositions de l’entendement43.

  • 44 Nous faisons référence à Agonía del tránsito de la muerte (1537) d’Alejo Venegas, Oratorio de enfer (...)
  • 45 P. CHAUNU, Le temps des réformes, p. 182.
  • 46 Le traumatisme olfactif est une lésion du système nerveux selon Freud. Aujourd’hui, après la vague (...)
  • 47 Michèle BERTRAND, « Psychologie et psychanalyse devant les traumatismes de guerre », 28, 2002/4, p. (...)
  • 48 Johan HUIZINGA, L’automne du Moyen Âge, [éd. orig. 1919], seconde traduction française, Paris : Édi (...)
  • 49 Yann AUXEMERY, « L’état de stress post-traumatique en construction et en déconstruction », in : Ali (...)
  • 50 André Vésale, médecin de Charles Quint et de Philippe II, pratiquait la vivisection et la dissectio (...)
  • 51 Les cadavres de la famille royale étaient traités à la chaux dans le « pudridero » de l’Escorial, e (...)

16La pédagogie humanistique, aussi innovante fût-elle44, était la synthèse d’une mémoire collective associée à la participation active. Ledit conditionnement neurolinguistique devait garantir son unité à partir de trois axes : l’éducation dès l’enfance, le retour à une piété médiévale et les rites sécurisants. L’impact de ces représentations est paradoxal. L’ascèse libératrice, pratiquée avec ferveur dans les monastères, valorise le rite de passage et d’intégration, alors que celui de la pénitence est craint, car il induit une docilité suspecte. Selon la même logique, la danse des morts ou « l’hypersensibilisation (au) macabre »45 exprime l’angoisse réactivée du souvenir de la peste noire. Le traumatisme olfactif plus tenace que le visuel, se traduit par des réminiscences ou un refoulement des représentations, au lieu d’être un système d’alarme46. La pédagogie de la peur ne devait absolument pas soustraire à la conscience le souvenir traumatique47, bien au contraire, elle devait rappeler inlassablement « la caducité des splendeurs terrestres »48, l’inéluctable disparition des grands et avec eux, la mort des gouvernants. Bien évidemment, il ne fallait pas y voir la mort symbolique du pouvoir, mais la « transgression d’une assise sociale qui [unit] les hommes au sein d’une confraternité d’état »49. En cela, le genre des Vanités rénove l’esthétique baroque et convoque le capital culturel du récepteur dans un système de syllepse, où chaque signifiant contribue au message funèbre et à l’édification du système doctrinaire. Sur le plan esthétique, ce crâne est une alternative plus hygiéniste, qui réunit la somme des savoirs scientifiques de son temps50. La matière lisse et brillante de l’ossature traitée à la chaux51, débarrassée de sa matière organique, tantôt blanchâtre, tantôt couleur ocre, capte la lumière artificielle et le chromatisme des éléments de contextualisation. Ces deux synthèses – esthétique et scientifique – favorisent une vitalité mutuelle, et contribuent à fixer la morale religieuse. Ainsi, la vanité humaine devient le pivot autour duquel gravitent toutes les faiblesses.

Le processus cognitif dans l’édification spirituelle

  • 52 Selon l’expression de Bachelard cité par Jean-Claude PASSERON, art. cit., p. 6.
  • 53 Pierre CIVIL, Image et dévotion dans l’Espagne du XVIe siècle : le traité Norte de Ydiotas de Franc (...)

17En ce sens, la déstructuration de l’intime et de l’intimité constitue le réseau d’actes interdépendants de significations solidaires, allant du « rationnel au réel »52, de la théorie à l’observation. Ainsi la stratégie d’enseignement reconsidère le statut de l’image de dévotion destinée aux humbles. Parmi les précurseurs de méthodes innovantes, Francisco de Monzón, Juan Lorenzo de Palmireno, Alejo Venegas et Luis de Granada exaltent la primauté esthétique et didactique de l’image, comme Bible des illettrés. Trois axes théoriques et pratiques articulent la modification de l’hexis corporelle : la méthode d’oraison, la transmission doctrinaire post-tridentine et sa réception catéchétique. Au cœur du processus cognitif, elle engage le système de mémoire sémantique et sensoriel qui induit le comportement. Au demeurant, le matériau n’est pas nouveau et l’« édification spirituelle », confiée à l’homme de terrain, est stimulée, selon Pierre Civil, par un « militantisme actif et délibéré »53. La doctrine du recueillement du courant franciscain appelle à une « piété inspirée » d’« extases » et de « visions », renforcée par Luis de Granada chez qui la dimension figurative complémentaire au texte devait approfondir la méditation ou en combler les zones fluctuantes.

  • 54 Le titre est analogue et à la fois opposé à celui de Norte de estados (1531) de l’ouvrage du franci (...)
  • 55 Frédéric COUSINIÉ, « Images et médiation dans la littérature spirituelle espagnole », in : María Cr (...)
  • 56 Les Conciles œcuméniques, Giuseppe ALBERIGO (dir.), vol. 2**, Les Décrets. De Trente à Vatican II, (...)

18De même, l’œuvre de Monzón, intitulée Norte de ydiotas54, place l’image avant le texte, une méthode d’enseignement inversée, destinée principalement aux illettrés ou aux personnes dont la cognition semble insuffisante. L’image sacrée oscille entre une dimension « accueillante » ou « rigoriste »55. Deux méthodes entrent en conflit. Dans l’une, le texte évangélique préliminaire ou durant la méditation est un levier pour l’image mentale ; dans l’autre, l’image introduit le texte dans un rapport de simultanéité, où la thématique de la mort soulève la question du traitement du corps humain. Au cours des manifestations religieuses et de représentations dévotionnelles, les références à la nudité corporelle et l’allusion aux désirs charnels sont conformes à une représentation morphologique normée, à un canon de beauté mesurée, comme le rappelle le décret du Concile de Trente, « De invocatione, veneratione et reliquiis sanctorum, et desacris imaginibus » : « omnis denique lascivia vitetur; ita ut procaci venustate imagines non pingantur; nec ornentur […] »56.

  • 57 P. CIVIL, Image et dévotion dans l’Espagne du XVIe siècle : le traité Norte de Ydiotas de Francisco (...)

19Texte et image s’appuient fondamentalement sur des topiques féminins où la femme est tantôt idiota – au sens classique du terme – tantôt vanidosa, être lascif et luxurieux par antonomase. Norte de ydiotas fait écho aux Vanités au sujet de la corruption féminine et l’inéluctable mort. Monzón privilégie le texte dans la forme dialoguée de l’exempla médiéval, créant une situation d’interlocution circonstanciée entre un religieux et une femme « idiota », afin de construire un référentiel doctrinal et de donner des clefs de lecture aux lettrés sensibles à l’hérésie, incarnés ici par la femme – inculte, superstitieuse et sorcière57. Frédéric Cousinié affirme à ce propos que :

  • 58 F. COUSINIÉ, art. cit., p. 288-289.

La nature du rapport du fidèle aux images est fondée […] sur la simulation d’un échange et d’une interaction dynamique avec les personnages représentés. […] la forme de l’oraison est essentiellement discursive ou, plus justement, dialogique, […] prononcée sur un mode oral même si ce discours reste intérieur : regarder une image, c’est engager un dialogue58.

  • 59 P. Civil se réfère au Confesional del Tostado d’Alonso de Madrigal, publié à Salamanque par Juan de (...)

20L’image devient ainsi vectrice d’un savoir introspectif, susceptible de stimuler le sens critique. En tant que clef de voûte des miracles et des reliques, devenue objet d’idolâtrie païenne donc hérétique, l’image controverse la pensée érasmienne pour la déviance qu’elle suscite59. L’unicité spirituelle l’anticipe en mesurant la sincérité du croyant dans l’espace public. L’organisation catéchétique et le conditionnement linguistique sont essentiels dans la transmission cultuelle et le renoncement au libre arbitre. L’intime devient alors un acte public. Le projet d’unité religieuse est avant tout unité de l’être par l’apprentissage de la peur. La douleur portée à la connaissance de tous est soumise à l’appréciation du Supérieur. Le « dépècement de l’être », le sentiment le plus intime et immensurable auquel doit se soumettre le fidèle, n’est point un gage de pénitence sincère. La hiérarchie doit en mesurer l’intensité par le degré de peur suscitée. En ce sens, Venegas et Palmireno axent leur réflexion sur la mobilisation multi-sensorielle dans l’interdépendance du texte et de l’image mentale, par la juxtaposition de pensées et de gestes avec la description littéraire. Esprit et corps fusionnent, s’interpénètrent, ne sont plus sujets à une contrition, à une exécution contre nature, mais deviennent une incarnation doctrinaire absolue.

21Dans la sphère de l’intime des religieux, la mémoire corporelle doit se conformer aux exercices spirituels. La prescription d’un programme de lecture quotidienne, sous forme d’une compilation de textes modernes et anciens, de phrases écrites sur les murs de la chambre, se réfère inlassablement à la mort et au tombeau. Le chrétien doit se représenter à lui-même tel un défunt dans l’espace funéraire de sa chambre. Entrent en conflit l’obéissance ritualisée et le libre arbitre. En lieu et place du repos, le moment du coucher devient une expérience rituelle funèbre, structurée par les Exercitationes de Luis Vives et le didactisme de Palmireno :

  • 60 Juan Lorenzo PALMIRENO, El estudioso de la aldea, cité par A. GALLEGO, « La meditatio mortis et la (...)

Pues passeándote vn poco por la cámara, y ponderando cómo se fue el sol, verás que tenemos a cada passo quién nos auisa de lo que ha de ser. Porque el día es la vida, la noche representa la muerte, la cama a la sepultura60.

22Ce processus amène le chrétien à une participation active et introspective au déclin du jour, reflétant l’affaiblissement de l’être par le dépouillement vestimentaire, la mise à nu – littéralement nu – et le coucher, une communion avec la mort :

  • 61 Ibid., p. 23.

Començándote a quitar el sayo, y desatándote las agugetas, dirás: Este cuerpo, por el peccado floxo y mal atado, poco a poco se desatará, y será restituydo a la tierra, de la qual fue tomado. Allí se acabará esta vanidad de estos vestidos y inuenciones, que nosotros con nuestra locura hauemos imaginado. ¡O Padre omnipotente, pues tu me ataste esta alma con el cuerpo, de tal manera me desata a la hora de la muerte, que no lo sienta y me acuerde de quién me ató, y pondere adónde tengo que yr, no sea arrebatado súbitamente delante tu tribunal, donde con tanta seueridad de mí será hecha justicia61!

23Sans résister, mais non sans crainte, le fidèle accueille le jugement dernier. L’oraison résonne autour de la notion de péché. Le vêtement est vanité, folie et corruption de l’esprit. En se libérant des biens matériels, la nudité rend performatif l’examen de conscience. Ce monologue avec Dieu prend alors un sens nouveau : le pronom au pluriel rapporté à l’ensemble de la communauté chrétienne s’individualise à la première personne du singulier, pour implorer le pardon « ¡O Padre omnipotente ». Le monologue réitère les termes de l’alliance avec Dieu, le passage obligé du jugement de ses fautes et des modalités de la mort. Pourtant, la solution d’une bonne mort avait été formulée dans la Guía de Pecadores de fray Luis de Granada : « Acuérdate de tus postrimerías y nunca jamás pecarás ». L’évocation de la mort devenait l’indicateur de la conduite à tenir et la conjuration des plus viles tentations.

24Fray Luis de Granada surenchérit sur le sentiment d’effroi du jeune lecteur en associant les symptômes pathologiques et funèbres à un minutieux inventaire : « Mira cómo estás en la cama ya desahuciado de los Médicos ». L’impératif du verbe notionnel « mira », substitué à sa forme pronominale « mírate », crée une distanciation du sujet avec lui-même, pour qu’il appréhende sa condition existentielle et se soumette à l’épreuve par une élévation spirituelle. Pour cela, rien de plus effrayant que le tableau clinique dressé par Palmireno, selon une gradation chromatique :

  • 62 Ibid., p. 24.

[…] ya es llegada la hora de tu partida, el cuerpo queda desamparado de su calor, los miembros sin fuerças y sin mouimiento, como si fuesse de piedra, muérense los pies, afílanse las narizes, párase el color del rostro de plomo, las cuencas de los ojos hundidas, y los mismos ojos enuidriados, la boca llena de espuma, la lengua gruessa, y la garganta delgazada, el pecho con ansias se despedaça, los labrios se bueluen azules, los dientes pardos62.

  • 63 L’éviction des malades était une mesure appliquée de manière systématique lors des grandes épidémie (...)

25Les symptômes annonciateurs de la mort imminente sont décrits selon les étapes de l’incubation infectieuse, qui rend difficile l’éviction du malade63. Ce récit terrifiant oppose la mort subite à la mort préparée et la mort pestilentielle à la mort en odeur de sainteté. L’assistance d’un religieux Observant ou Conventuel s’avère nécessaire pour préparer le mourant à supporter spirituellement l’agonie :

  • 64 J. L. PALMIRENO, El estudioso de la aldea, cité par A. GALLEGO, op. cit., p. 24.

La priessa del alma que se parte turba todos los sentidos; porque ama la estada, huye la salida, teme la cuenta, arriba vees la espada de la diuina justicia, abaxo la sepultura abierta, dentro de ti la consciencia remordiendo […]64.

  • 65 André GALLEGO, in : A. REDONDO, op. cit., p. 17-31.
  • 66 Épictète, Manuel suivi des Entretiens rassemblés par Arrien, Livre premier, II. « Comment on peut c (...)
  • 67 Emmanuel ALLOA, Penser l’image II…, p. 79.

26La noblesse de l’épée se distingue de l’arme infâmante du bourreau. Synecdoque de la justice divine, la première évalue la dette – la « cuenta » – en référence au coup porté à la ligne de division séparant la sphère divine du monde terrestre, et l’image dynamique de l’âme de celle du corps : « arriba […] la espada de la divina justicia », « abajo la sepultura abierta ». La représentation mentale du processus d’évacuation se résume dans les Vanités, tandis que « la cuenta »65 porte sur une question existentielle, que le philosophe stoïcien, Epictète66, formulait ainsi un siècle après Jésus-Christ : « Ne sais-tu pas que la source de toutes les misères pour l’Homme, ce n’est pas la mort, mais la crainte de la mort ? » Ce sentiment surgit au moment où la praxis dévotionnelle vacille entre l’image d’une justice divine intransigeante et l’espérance de sa miséricorde, où l’intime imposé submerge l’être et l’intimité se désagrège dans une quête de sens et d’ordre : « Toute la pensée de l’homme prétend à l’orientation. […] L’acte fondamental de la connaissance humaine c’est de s’orienter face au chaos à travers la position d’images ou de signes »67.

27La confraternité d’état n’était-elle point un renoncement de soi, la première étape de la déstructuration de l’intime et du sacrifice commun ? Fallait-il briser l’intime pour s’élever spirituellement ? La question porte sur l’ensemble du processus cognitif, où la reconstruction psychique engage les mêmes systèmes, où l’unicité spirituelle semble être la clef du système de transmission.

Conclusion

28L’enquête menée par les philosophes et les théologiens du Siècle d’Or – tant sur le plan épistémologique des théologies en conflit que sur le discours assertorique imposé – fut une quête de performativité littéraire et iconographique. La « véridicité » devait garantir des propositions dogmatiques, où l’association de texte et d’image devait être symbiotique. D’un point de vue panoptique, le terrain de l’enquête était tout d’abord celui de l’être, de l’espace mental conquis et colonisé, avant de s’étendre au territoire juridictionnel de la chrétienté, dont nous n’avons point exposé le système de peines et de sanctions. Néanmoins, l’atteinte au corps, la déstructuration, voire même la destruction de l’intime, par un mode opératoire expérimental, requérait de prime abord une émulation artistique et littéraire consacrée. Cependant, le matériau discursif et iconographique scolastique, concurrencé par les sciences modernes, devait associer un processus de conditionnement neurolinguistique universel, dont l’organe de contrôle serait confié aux bons fidèles. Ils étaient les meilleurs garants en définitive à juger avec promptitude de la bonne praxis. Ainsi, l’espace public s’immisçait dans les foyers, jusqu’à s’insinuer dans l’intimité de l’être, dans ses pensées les plus intimes, pour ancrer dans le corps social et la mémoire collective, la pensée universelle de l’unicité spirituelle.

Haut de page

Bibliographie

ALLOA, Emmanuel, Penser l’image II, Anthropologies du visuel, Dijon : Les presses du réel (Collection « Perceptions »), 2015.

ARCIPRESTE DE HITA, Libro de buen amor, edición, introducción y notas de G. B.

ARIÈS, Philippe, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, du Moyen Âge à nos jours, Paris : Éditions du Seuil, (Collection Point Histoire), 1977, p. 38-39.

BARTHES, Roland, Mythologies, Paris : Éditions du Seuil, 1957, p. 221.

BREDEKAMP, Horst, Théorie de l’acte d’image, Paris : Éditions La découverte, (Collection politique et société), 2015.

CHAUNU, Pierre, Le temps des réformes I, La crise de la Chrétienté 1250-1550, Bruxelles : Éditions Complexe, [1975], 1984.

CIVIL, Pierre, Image et dévotion dans l’Espagne du XVIe siècle : le traité Norte de Ydiotas de Francisco de Monzón (1563), Paris : Publications de la Sorbonne/Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996.

COUSINIÉ Frédéric, Le peintre chrétien. Théorie de l’image religieuse dans la France du XVIIe siècle, Paris : L’Harmattan (Collection Esthétiques), 2000.

ÉPICTÈTE, Manuel, suivi des Entretiens rassemblés par Arrien, Livre premier, II. « Comment on peut conserver sa dignité en toute chose », traduction de Jean-François THUROT, édition J’ai lu, 2014, https://books.google.fr/books?id=-xFMDwAAQBAJ&pg=PT48&lpg=PT48&dq=Entretiens+%2B#v=onepage&q=Entretiens%20%2B&f=false.

EYMERICO, Nicolao, Manual de inquisidores para uso de las inquisiciones de España y Portugal, traduit par Don J. MARCHENA, (1e éd. Mompeller 1821), Valladolid : Editorial MAXTOR, 2010.

FOUCAULT, Michel, Surveiller et punir, Paris : Éditions Gallimard (Bibliothèque des Histoire), 2003.

FRADEJAS LEBRERO, Lorenzo PALMIRENO. Cuentos, El estudioso cortesano (1573), Camino de la iglesia (1578), Archivo de filología aragonesa (AFA), LXIII-LXIV, Diputación de Zaragoza, 2007-2008, p. 131-206, https://ifc.dpz.es/recursos/publicaciones/28/89/07fradejas.pdf.

GYBBON-MONYPENNY, Madrid : Clásicos Castalia, 1988.

HUARTE DE SAN JUAN, Juan, Examen de ingenios para las ciencias, Capítulo I [1594], Madrid : Editora Nacional, 1976.

LÓPEZ DE AYALA, Pero, Libro Rimado de Palacio, ed. de Kenneth ADAMS, Madrid : Cátedra, 1993.

MÂLE, Emile, L’art religieux à la fin du Moyen Age en France, Paris : Armand Colin, 1943.

SARTRE, Jean-Paul, L’être et le néant, Essai d’ontologie phénoménologique [1943], Nouvelle édition Arlette ELKAÏM-SARTRE, Paris : Gallimard, 1992.

VENEGAS, Alejo, Agonia d[e]l trāsito dela muerte cō los auisos y consuelos que cerca della son prouechososauthor el Maestro Alexio Venegas … ; al fin va la glossa dē los vocablos escuros [sic] …, Tolède, imprimé par Juan de AYALA, 1553.

VENEGAS, Alejo, Agonía del tránsito de la muerte (1537) de Venegas, Oratorio de enfermos (1580), Paris: L’Harmattan, 2001.

VENEGAS, Alejo, Agonía del tránsito de la muerte, Suivi de Breve declaración de las sentencias y vocablos obsuros que ne el libro de la muerte se hallan, édition critique avec introduction et notes de Marc ZUILI, Préface de Jacqueline FERRERAS, Paris : L’Harmattan, (Collection Recherches et documents Espagne), 2001.

Articles tirés d’ouvrages

CIVIL, Pierre, « De Saint Jacques Matamore à Saint Ignace de Loyola : Stratégie de l’image des saints face à l’altérité religieuse, Espagne (XVIe et XVIIe siècle) », in : Augustin COUSINIÉ, Frédéric, « Images et médiation dans la littérature spirituelle espagnole », in : María Cruz de CARLOS VARONA (coord.), Pierre CIVIL (coord.), Felipe PEREDA ESPESO (coord.), Cécile VINCENT-CASSY (coord.), La imagen religiosa en la Monarquía hispánica, Madrid : édition Casa de Velázquez, 2008.

MILHOU-ROUDIÉ, Anne, « Un tránsito espantoso : la peur de l’agonie dans les préparations à la mort et sermons espagnols des XVIe et XVIIe siècles », in : Augustin REDONDO (dir.), La peur de la mort au Siècle d’Or, Paris : Publications de la Sorbonne/Presses Sorbonne Nouvelle, 1993.

REDONDO (dir.), Les représentations de l’autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain II. (Perspective diachronique), Cahier de l’UFR des Études Ibériques et Latino-Américaines n°9, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993.

REDONDO, Augustin, La peur de la mort au Siècle d’Or, in : Augustin REDONDO (dir.), La peur de la mort au Siècle d’Or, Paris : Publications de la Sorbonne/Presses Sorbonne Nouvelle, 1993.

Articles de revues

AUXEMERY, Yann, « L’état de stress post-traumatique en construction et en déconstruction », in : Alice PAIRO, Stress post-traumatique : depuis les attentats, une vraie maladie, 12/11/2017, https://www.franceculture.fr/societe/stress-post-traumatique-panser-des-plaies-invisibles.

BERTRAND, Michèle, « Psychologie et psychanalyse devant les traumatismes de guerre », 28, 2002/4, https://www.cairn.info/revue-champ-psychosomatique-2002-4-page-97.htm.

LEMAÎTRE, Nicole, « Confession privée et confession publique dans les paroisses du XVIe siècle », in : Revue d’Histoire de l’Église de France, tome 69, n° 183, 1983, https://www.persee.fr/issue/rhef_0300-9505_1983_num_69_183?sectionId=rhef_0300-9505_1983_num_69_183_3304.

LITTLE, Lester K., « Les techniques de la confession et la confession comme technique », in : Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle. Actes de table ronde de Rome (22-23 juin 1979), Rome : Publications de l’École Française de Rome, n° 51, 1981, p. 88-99, https://www.persee.fr/docAsPDF/efr_0000-0000_1981_act_51_1_1371.pdf.

PASSERON, Jean-Claude, « L’espace mental de l’enquête (II) », Enquête [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 30 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/enquete/393 ; DOI : 10.4000/enquete.393.

Revue médicale suisse, « Conséquences des troubles de l’odorat », https://www.revmed.ch/RMS/2007/RMS-127/32571.

Iconographie

CEREZO, Mateo, Magdalena penitente, 82,5cm x 125 cm, huile sur toile, Musée du Prado, Madrid, Wikimedia Commons.

PEREDA Y SALGADO, Antonio, San Jerónimo, 1643, huile sur toile, 104,3cm x 84cm, Musée du Prado, Madrid, Wikimedia Commons.

RIBERA José (de), San Pablo ermitaño, 1635-1640, huile sur toile, Musée du Prado, Madrid, Wikimedia Commons.

VALDÉS LEAL, Juan (de), Finis gloriae mundi, 1670-1672, huile sur toile, 220cm x 216cm, Hôpital de la Charité, Séville, Wikimedia Commons.

VALDÉS LEAL, Juan (de), In ictu oculi, 1670-1672, huile sur toile, 220cm x 216cm, Hôpital de la Charité, Séville, Wikimedia Commons.

Haut de page

Notes

1 Pierre CIVIL, « De Saint Jacques Matamore à Saint Ignace de Loyola : Stratégie de l’image des saints face à l’altérité religieuse, Espagne (XVIe et XVIIe siècle) », in : Augustin REDONDO (dir.), Les représentations de l’autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain II. (Perspective diachronique), Cahier de l’UFR des Études Ibériques et Latino-Américaines, 9, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, p. 88-89.

2 Augustin et Aloi DE BAKER, Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus, 3e série, Liège : Imprimerie de L. Grandmont-Donders, 1886, p. 663.

3 P. CIVIL, art. cit., p. 90.

4 Ibid., p. 93.

5 Jean-Paul SARTRE, L’être et le néant, Essai d’ontologie phénoménologique, Paris : éd. Gallimard [1943], Nouvelle édition Arlette ELKAÏM-SARTRE, 1992, p. 642.

6 Jean-Pierre CAMUS (évêque), cité par Frédéric COUSINIÉ, Le peintre chrétien. Théorie de l’image religieuse dans la France du XVIIe siècle, Paris : L’Harmattan, 2000, p. 49.

7 Juan Luis ALBORG, Historia de la literatura española, 2a ed. ampliada, Tomo 1, Madrid : Gredos, 1986, p. 385-386.

8 ARCIPRESTE DE HITA, Libro de buen amor. Edición, introducción y notas de G. B. GYBBON-MONYPENNY, Madrid : Clásicos Castalia, 1988, p. 435-443 : « De quales armas se debe armar todo cristiano para vençer el diablo, el mundo e la carne ».

9 Pero LÓPEZ DE AYALA, Libro Rimado de Palacio, ed. De Kenneth Adams, Madrid : Cátedra, 1993: « Aquí comienzan las siete obras espirituales », vers 830-863.

10 Pierre CHAUNU, Le temps des réformes I, La crise de la Chrétienté 1250-1550, Bruxelles : éd. Complexe, [1975], 1984, p. 87, p. 154.

11 Ibid., « À cette résurgence, au XVIe siècle, de la première patristique, il est une raison décisive : l’humanisme a amené en surface toute la pensée antique, dont la scolastique, la scolastique en majesté du XIIIe siècle, avait masqué l’irrépressible opposition avec le contenu irréductible de la Révélation. Alors, avec Celse, avec la gnose plus que jamais présente, avec le vrai Aristote, son monde éternel et non créé, avec l’essence divine des âmes de Platon, il faut reprendre le combat que l’on croyait gagné, le combat oublié des premiers siècles ». p. 27.

12 Jean-Claude PASSERON, « L’espace mental de l’enquête (II) », Enquête [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 30 avril 2019. URL: http://journals.openedition.org/enquete/393; DOI: 10.4000/enquete.393.

13 Ou un métadiscours décrivant ces opérations, selon J.-C. Passeron.

14 Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris : Gallimard, 2003, p. 152.

15 Ibid., p. 145.

16 Luis de GRANADA, Introducción del Símbolo de la Fe, Chap. 25, Madrid : Cátedra (Letras Hispánicas), 1989, p. 411-418.

17 Ibid., Chap. 35, p. 485.

18 Ibid., Chap. 36, p. 513.

19 Miguel de CERVANTES, Primera Parte del ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, éd. de Francisco RICO, Madrid : Prisa ediciones, 2014, Chap. 36, p. 377.

20 Juan HUARTE DE SAN JUAN, Examen de ingenios para las ciencias, Capítulo I [1594], Madrid : Editora Nacional, 1976, « Donde se declara qué cosa es ingenio y cuántas diferencias se hallan de él en la especie humana »: « La virtud natural que cuece los manjares en el estómago pide calor ; la que apetece, frialdad ; la que retiene, sequedad ; la que expele, humidad. Cualquiera de estas facultades que tomare más grados de aquella calidad con que obra, se hará más robusta y fuerte hasta cierto punto, pero las demás, lo han de pagar; porque parece cosa imposible que estando todas cuatro virtudes juntas en un mesmo lugar que crezca la que pide calor y que no se enflaquezca la que obra con frialdad; y, así, dijo Galeno que el estómago caliente cuece mucho y apetece mal, y el frío cuece mal y apetece mucho ».

21 L’expression est de Pierre Chaunu.

22 Lester K. LITTLE, « Les techniques de la confession et la confession comme technique », in : Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle. Actes de table ronde de Rome (22-23 juin 1979), n° 51, Rome : Publications de l’École Française de Rome, 1981, p. 88-99.

23 Nicole LEMAÎTRE, « Confession privée et confession publique dans les paroisses du XVIe siècle », in : Revue d’Histoire de l’Église de France, tome 69, n° 183, Paris : Société d’histoire ecclésiastique de la France, 1983, p. 190-193.

24 Annik PARDAILHÉ-GALABRUN, La naissance de l’intime, Paris : Presses universitaires de France, 1988, p. 17. Introduction de Pierre Chaunu, structure et rationalisation de l’espace habitationnel per capita, mode de vie, doctrine (lit, dernière demeure du catholique). Le clerc aurait besoin de ces informations.

25 P. CHAUNU, Le temps des réformes, op. cit., p. 36.

26 Alejo VENEGAS, Agonia d[e]l trāsito dela muerte cō los auisos y consuelos que cerca della son prouechosos author el Maestro Alexio Venegas ; al fin va la glossa dē los vocablos escuros [sic] …, Tolède : imprimé par Juan de Ayala, 1553. Marc Zuili en a publié une édition critique très érudite en 2001 in : Alejo VENEGAS, Agonía del tránsito de la muerte, Suivi de Breve declaración de las sentencias y vocablos obsuros que ne el libro de la muerte se hallan, édition critique avec introduction et notes de Marc ZUILI, Préface de Jacqueline FERRERAS, Paris : L’Harmattan, (Collection Recherches et documents Espagne), 2001, réf. p. 30, note 130.

27 Expression consacrée par Horst BREDEKAMP, Théorie de l’acte d’image, Paris : La découverte (collection Politique et société), 2015, p. 384.

28 Expression consacrée par Philippe ARIÈS, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, du Moyen Âge à nos jours, Paris : Éditions du Seuil, (Collection Point Histoire), 1977, p. 38-39, et Roland BARTHES, Mythologies, Paris : Éditions du Seuil, 1957, p. 221.

29 Terminologie d’Emmanuel ALLOA, Penser l’image II, Anthropologies du visuel, Dijon : Les presses du réel (Perceptions), 2015, p. 310.

30 Nicolao EYMERICO, Manual de inquisidores para uso de las inquisiciones de España y Portugal, trad. Don J. MARCHENA, (1e éd. Mompeller 1821), Valladolid: MAXTOR, 2010, p. 2-3.

31 Antonio PEREDA Y SALGADO, San Jerónimo, 1643, huile sur toile, 104,3cm x 84 cm, Musée du Prado, Madrid.

32 Mateo CEREZO, Magdalena penitente, vers 1660, huile sur toile, 110cm x 88,5cm, collection privée, Madrid.

33 Pour exemple, La lamentation sur la mort du Christ de Sebastiano Del Piombo, dont une copie de Ribalta se trouve dans la sacristie de l’hôpital Montserrat à Madrid, et l’original, dans la sacristie de l’Escorial.

34 José RIBERA, San Pablo ermitaño, 1635-1640, huile sur toile, 118cm x 98cm, Musée du Prado, Madrid.

35 Selon José Enrique Laplana Gil.

36 Juan VALDÉS LEAL (de), In ictu oculi, 1670-1672, huile sur toile, 220cm x 216cm, Hôpital de la Charité, Séville. La citation « In ictu oculi » de saint Paul se réfère à la Résurrection.

37 J. VALDÉS LEAL (de), Finis gloriae mundi, 1670-1672, huile sur toile, 220cm x 216cm, Hôpital de la Charité, Séville.

38 Anne MILHOU-ROUDIÉ, « Un tránsito espantoso: la peur de l’agonie dans les préparations à la mort et sermons espagnols des XVIe et XVIIe siècles », in : Augustin REDONDO (dir.), La peur de la mort au Siècle d’Or, Paris : Publications de la Sorbonne/Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, p. 9-16.

39 Émile MÂLE, L’art religieux à la fin du Moyen Age en France, Paris : Armand Colin, 1943, p. 85-86 : « Le christianisme se présente désormais sous son aspect pathétique. Assurément, la Passion n’a jamais cessé d’en être le centre mais auparavant la mort de Jésus-Christ était le dogme qui s’adressait à l’intelligence, maintenant c’est une image émouvante qui parle au cœur ».

40 L. de Granada, Símbolo de la Fe, op. cit., p. 513.

41 A. VENEGAS, Agonia d[e]l trāsito dela muerte : « Breve declaración de las sentencias y vocablos oscuros […] », p. 268.

42 Alonso de FREYLAS, Conocimiento, curación y preservación de la peste, Jaén, 1605, cité par Augustin REDONDO, La peur de la mort au Siècle d’Or, p. 13.

43 Juan HUARTE DE SAN JUAN, Examen de ingenios para las ciencias, « Digresión sobre el árbol vedado del paraíso », idem, p. 320, « Dos géneros de sabiduría, si bien me acuerdo, dejamos notados atrás. El uno pertenece al entendimiento, en el cual se encierran todas aquellas cosas que el hombre hace con rectitud y simplicidad, sin errores, sin mentiras y sin engaños. […] Otro género de sabiduría hay en el hombre, que pertenece a la imaginativa, de quien dijo Platón: scientia quae et remota a justitia, calliditas potius quam sapientia est appellanda; como si dijera: ‘las cosas que el hombre hace con embustes y engaños, fuera de lo que dicta la razón y justicia, no es sabiduría, sino astucia’ ».

44 Nous faisons référence à Agonía del tránsito de la muerte (1537) d’Alejo Venegas, Oratorio de enfermos (1580), El estudioso cortesano (1573) et Camino de la iglesia (1578) de Juan Lorenzo Palmireno.

45 P. CHAUNU, Le temps des réformes, p. 182.

46 Le traumatisme olfactif est une lésion du système nerveux selon Freud. Aujourd’hui, après la vague d’attentats, nous parlerons de stress « post-traumatique » et de « troubles anxieux », selon la Revue médicale suisse : « Conséquences des troubles de l’odorat », https://www.revmed.ch/RMS/2007/RMS-127/32571.

47 Michèle BERTRAND, « Psychologie et psychanalyse devant les traumatismes de guerre », 28, 2002/4, p. 97-112, https://www.cairn.info/revue-champ-psychosomatique-2002-4-page-97.htm.

48 Johan HUIZINGA, L’automne du Moyen Âge, [éd. orig. 1919], seconde traduction française, Paris : Éditions Payot, 1995, p. 141.

49 Yann AUXEMERY, « L’état de stress post-traumatique en construction et en déconstruction », in : Alice PAIRO, Stress post-traumatique : depuis les attentats, une vraie maladie, 12/11/2017, https://www.franceculture.fr/societe/stress-post-traumatique-panser-des-plaies-invisibles.

50 André Vésale, médecin de Charles Quint et de Philippe II, pratiquait la vivisection et la dissection en séances d’anatomie à l’université de Padoue, de Bologne, de Leyde. Héritier de Galien et n’ayant certainement jamais pris connaissance des travaux de Léonard de Vinci, Vésale restructure profondément l’enseignement de l’anatomie, par l’observation.

51 Les cadavres de la famille royale étaient traités à la chaux dans le « pudridero » de l’Escorial, et conservés dans ces lieux durant vingt-cinq ans avant d’être inhumés dans l’espace restreint des caveaux du panthéon.

52 Selon l’expression de Bachelard cité par Jean-Claude PASSERON, art. cit., p. 6.

53 Pierre CIVIL, Image et dévotion dans l’Espagne du XVIe siècle : le traité Norte de Ydiotas de Francisco de Monzón (1563), Paris : Publications de la Sorbonne/Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996.

54 Le titre est analogue et à la fois opposé à celui de Norte de estados (1531) de l’ouvrage du franciscain Francisco de Osuna.

55 Frédéric COUSINIÉ, « Images et médiation dans la littérature spirituelle espagnole », in : María Cruz de CARLOS VARONA, Pierre CIVIL, Felipe PEREDA y Cécile VINCENT-CASSY (coord.), La imagen religiosa en la Monarquía hispánica, Usos y espacios, éd. collab. du CRES-LECEMO, Paris/Madrid : Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3/Casa de Velázquez, 2008, p. 276.

56 Les Conciles œcuméniques, Giuseppe ALBERIGO (dir.), vol. 2**, Les Décrets. De Trente à Vatican II, Concile de Trente, Session XXV, 3-4 décembre 1563, édition bilingue, Paris : Les éditions du Cerf, 1994. « Décret sur la vocation, la vénération et les reliques des saints, et sur les saintes images » : « Enfin toute indécence sera évitée, en sorte que les images ne soient ni peintes ni ornées d’une beauté provoquante », p. 1577.

57 P. CIVIL, Image et dévotion dans l’Espagne du XVIe siècle : le traité Norte de Ydiotas de Francisco de Monzón (1563), Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle/Publications de la Sorbonne, 1996, p. 28-29.

58 F. COUSINIÉ, art. cit., p. 288-289.

59 P. Civil se réfère au Confesional del Tostado d’Alonso de Madrigal, publié à Salamanque par Juan de Porras en 1512.

60 Juan Lorenzo PALMIRENO, El estudioso de la aldea, cité par A. GALLEGO, « La meditatio mortis et la préparation à la mort dans l’œuvre de J. L. Palmireno », in : A. REDONDO, La peur de la mort, p. 17-31, p. 23.

61 Ibid., p. 23.

62 Ibid., p. 24.

63 L’éviction des malades était une mesure appliquée de manière systématique lors des grandes épidémies des XVIe et XVIIe siècles, afin de contrôler le périmètre, réduire les contacts, et contenir ainsi la propagation.

64 J. L. PALMIRENO, El estudioso de la aldea, cité par A. GALLEGO, op. cit., p. 24.

65 André GALLEGO, in : A. REDONDO, op. cit., p. 17-31.

66 Épictète, Manuel suivi des Entretiens rassemblés par Arrien, Livre premier, II. « Comment on peut conserver sa dignité en toute chose », traduction de Jean-François THUROT, éd. J’ai lu, 2014.

67 Emmanuel ALLOA, Penser l’image II…, p. 79.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. San Jerónimo d’Antonio Pereda y Salgado
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/37223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2. Magdalena penitente de Mateo Cerezo
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/37223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 3. San Pablo ermitaño de José Ribera
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/37223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 4. In ictu oculi de Juan de Valdés Leal
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/37223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 5. Finis gloriae mundi de Juan de Valdés Leal
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/37223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcela Rivas-Jamett, « De la déstructuration de l’intime à l’unicité spirituelle : l’« espace de l’enquête » dans la littérature et l’iconographie religieuses de l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles », e-Spania [En ligne], 37 | octobre 2020, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/37223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.37223

Haut de page

Auteur

Marcela Rivas-Jamett

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
LECEMO – École doctorale 122
Directeur de recherche : Professeur Pierre Civil

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search