Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38L’oubli : arme, trace ou droit da...II. L’écriture, la trace et l’oubliPouvait-on oublier une dette ? En...

L’oubli : arme, trace ou droit dans le monde hispanique et nord méditerranéen
II. L’écriture, la trace et l’oubli

Pouvait-on oublier une dette ? Endettement, lien social et structures économiques à la fin du Moyen Âge

Claude Denjean

Résumés

Poser la question de la possibilité d’oublier une dette, modifiant, voire effaçant ainsi le lien entre créancier et débiteur, conduit à présenter le crédit médiéval dans sa spécificité. Cette analyse appuyée sur l’examen de séries notariales et judiciaires envisage les aspects structurels de l’économie financière, soulignant ainsi les caractères spécifiques à l’économie de l’Occident médiéval (XIIe-XVe siècles). La dette – le point de vue du débiteur – est confrontée à son envers, la créance – le point de vue du prêteur. L’opposition entre deux domaines distincts, celui des générosités et celui du prêt à intérêt qui viserait à obtenir des bénéfices, se révèle ne pas être binaire, tout comme le féodalisme n’exclut pas des pratiques relevant du capitalisme. Avant d’être un mécanisme économique, le crédit est un système social qui crée du lien par une gestion, qui joue de la tension structurante entre mémoire et oubli.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Frédéric GODEFROY, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au X (...)

1Pourrait-on, voire devrait-on oublier une dette ? L’affaire est entendue dès les prémices de l’endettement : une dette doit être remboursée, c’est son principe même. Au XIIIe siècle, le roi Jacques le conquérant légiféra d’abord au sujet de cette obligation. Dans la France du XIVe siècle, le mot « debt » allait de pair avec la notion de paiement1. Pas d’oubli possible, le debitum restait mémoire chaque jour réitérée.

  • 2 Émile LITTRE, Dictionnaire de la langue français, Paris : Éditions Encyclopædia Britannica, 1997 [1(...)
  • 3 Charles du FRESNE, sieur DU CANGE, et al., Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Niort : L. FAVRE (...)

2Dès le XIIe siècle, si l’acquittement pouvait être exigé ou l’obligation pardonnée2, le lien entre créancier et débiteur obligeait fortement, tant les époux que les héritiers. Dieu, les parents, l’âme des morts3, le mari et la femme attendaient l’accomplissement de ce devoir indispensable. La créance pesait donc originellement et forgeait les chaînes du lien social. Lorsque l’homme jouait exagérément avec le risque et accentuait son déficit, il était perdu de dettes. L’usure se profilait. La contrainte qu’induisait une créance pouvait entamer l’honneur. Encore aujourd’hui, le lexique est explicite. Le crédit engage, pèse, crible, noie, presse, prend en otage et conduit à la prison… il peut aller de pair avec misère, malheur et crime. Cependant, la rémission ou la novation des dettes demeure l’espoir du surendetté.

3Autant dire que défendre le droit à oublier fut et est un réflexe naturel dont la loi doit nous garder. Garantir le crédit nécessite un équilibre entre facilité de l’accès au financement et rappel du remboursement nécessaire. L’acheteur reçoit aujourd’hui et paye demain. Il pourrait espérer repousser indéfiniment cette échéance pour, demeurant dans l’éternel présent de l’endettement, remettre demain à demain. Déchirer la charte de créance sans attendre le rituel de remboursement, la brûler lors de scènes d’émotions dévastatrices était, au Moyen Âge, un défoulement collectif dont on usa régulièrement. Aujourd’hui encore, les affiches publicitaires rappellent, en petits caractères, qu’une dette doit être remboursée.

4On le comprend, la dette, métaphore et mise en pratique du lien social dans une culture temporellement orientée, est une nécessité structurelle qui, loin d’être circonscrite à un supposé champ de l’économique – inexistant au Moyen Âge, du moins dans les termes actuels – nous dit la forme de la société observée. Nous allons donc décrire comment cette tension entre nécessité d’une mémoire effective et espoir d’une mémoire morte fut gérée à la fin du Moyen Âge dans la société chrétienne occidentale. Nous interrogerons la permanence du lien débiteur en nous limitant à l’endettement privé. Ce tableau nous permettra de présenter les caractères originaux du système financier médiéval. Envisager le crédit sous cet angle ouvre une réflexion sur un problème essentiel de l’histoire économique : le rapport entre les deux pôles de la relation financière, l’interconnaissance et le réseau relationnel d’une part, l’échange marchand indifférent à l’engagement personnel d’autre part. En d’autres termes, nous évaluerons l’importance du lien social et de l’attache pécuniaire.

Rembourser (ou pas) n’est pas oublier

La norme pratiquée

5La loi rappelle qu’il convient de rembourser. Laissons de côté les emprunteurs de mauvaise foi : le crédit, basé sur la confiance, ne serait pas compris si nous traitions des voleurs manifestes et volontaires. L’économie financière a été malheureusement trop souvent appréhendée par les historiens à travers la fraude ou le vol. Or, ces problèmes, bien réels, qui conduisent à des crises cycliques, ne procèdent pas d’une déviance marginale, ni même d’activités la contestant, mais de difficultés structurelles. Rembourser est un idéal plus facile à promettre qu’à réaliser. Entre le serment originel et l’épuisement de la créance, les nécessités et les aléas de la vie creusent souvent un gouffre. En outre, il convient de distinguer rembourser et oublier le lien. D’ailleurs, oublier, est-ce mettre en veilleuse ou gommer ?

  • 4 Claude DENJEAN, « La politique de Louis IX vue d’Aragon : Jacques le conquérant, l’usure et les jui (...)
  • 5 Hans-J. GILOMEN, « L’endettement paysan et la question du crédit dans les pays d’Empire », in : Mau (...)
  • 6 Claude DENJEAN, « La politique de Louis IX vue d’Aragon… » ; ead., La loi du Lucre. L'usure en proc (...)
  • 7 Constitucions y altres drets de Cathalunya. Compilats en virtut del capitol de cort LXXXII de las C (...)
  • 8 À Puigcerdà, moins de 3%, les enquêtes catalanes montrent que peu de procès furent menés à bien. Co (...)
  • 9 Juan Vicente GARCÍA MARSILLA, « Expertos de lo usado. Pellers, ferrovellers y corredors de coll en (...)
  • 10 20 % x 5 font donc que les intérêts équivalent au capital emprunté. Ce processus était d’autant plu (...)
  • 11 Joseph SHATZMILLER, Shylock revu et corrigé : les juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la (...)

6Les autorités royales, seigneuriales et urbaines des diverses régions de l’Occident médiéval ont agi de manière différente pour légiférer sur le crédit4. Soit elles insistèrent sur la condamnation de l’usure (usuras) sans plus de précisions ; de ce fait, les taux d’intérêts réellement appliqués étaient insupportables, entre 25 et 75 % l’an selon les lieux5. Soit, comme par exemple sur les terres sous l’autorité des rois d’Aragon et de Majorque après Jacques 1er, le taux d’intérêt maximal annuel (usura, lucrum, beneficium) de 20% fut explicitement inscrit dans les textes à valeur légale ; le crédit à court et moyen terme était alors encadré par des chartes royales ou des coutumes urbaines, et contrôlé par les notaires, les métiers et des commissaires6. Alors, les prêts à intérêt exprimés en monnaie et payés en numéraire ou en biens fongibles comme les céréales étaient assurés officiellement par les juifs7 ; les emprunts en nature et les parts de rentes, que les chrétiens étaient autorisés à pratiquer devaient respecter un juste prix (justum pretium) explicitement cité dans la lettre de créance ou carta debitorum et les quittances de remboursements (albarans) datées à 1, 2, 3, 6 ou 12 mois. Cette règle équivalait à une prise d’intérêt qui ne devait pas excéder 20%. On pourrait affirmer à juste titre que le secteur du crédit juif explicitait la norme générale. Pour plus de clarté, pour éviter de nous égarer dans une description trop connotée idéologiquement du crédit, qui conduit à le condamner a priori et en principe, nous préférons ici une définition comptable du binôme créance-dette : le crédit répond à un déficit et provient du décalage entre une entrée et une sortie. Ce système fonctionnait correctement ; le taux de retour sur investissement était convenable, avec peu de conflits qui aboutissaient à des procès8. Le secteur du prêt sur gages devait respecter la même règle, les inventaires de biens en témoignent. Le marché de seconde main montre que la friperie ne rapportait pas des bénéfices exagérés, loin de là9. Nous pourrions conclure que le but que recherchait la norme était atteint : les chaînes de créanciers en cascade étaient segmentées, les liens débiteurs déconnectés. Il était cependant techniquement impossible de dépasser cinq années d’endettement sans entrer dans le domaine du crédit usuraire, ces mauvaises usures prohibées, car passé ce délai, toute créance avait été doublée (duplum) par les versements d’intérêts10. Quant au gage, passé les habituels dix jours de grâce au-delà du terme, applicable à toute dette, le créancier pouvait vendre le bien déposé (pignus). Bien qu’il y eût matière à conflits : contestation de la légalité des actes écrits ou de la destruction des créances, non-publicité des versements, prix mal évalués et falsifications diverses, la majorité des affaires se seraient donc bien soldées par une mise en sommeil de la mémoire créditrice. Cependant, parler d’oubli serait exagéré, car, justement, on se connaissait et on se souvenait de l’aide reçue ou de l’assistance fournie. Le statut de client d’un prêteur était même explicitement reconnu chez les juifs, qui privilégiaient certains à travers les avantages offerts au client privilégié, la ma’roufia11.

  • 12 Claude GAUVARD, « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Par (...)

7Nous devons bien distinguer l’abandon de créance, consécutif à son remboursement intégral, à son remboursement partiel suivi d’une novation, à l’effacement de la dette, de la rupture totale d’une relation impersonnelle que nous pourrions qualifier d’oubli. La mémoire d’une action, tant la solvabilité que l’insolvabilité, était au cœur du dispositif créditeur. Elle l’est toujours aujourd’hui dans les sociétés post-industrielles de l’espace mondial interconnecté. Toutefois, si son impact sur la réputation d’un acteur, dans un milieu et dans un espace, donnés, demeure un élément effectif du Moyen Âge à nos jours, sa gestion par les États implique un accès à l’information, à la correction et à la gestion de ces informations par le citoyen concerné. Au xive siècle, la loi ne permettait pas d’effacer l’infamie. Un débiteur ou un créditeur condamné en justice, même gracié12, voyait ressurgir le souvenir de ses erreurs passées s’il avait une nouvelle fois affaire à la justice. Le processus cumulatif de l’exclusion judiciaire n’était en rien tempéré par des textes de loi qui auraient tenté de gérer ce qui correspond à notre actuelle inscription sur des listes d’interdits bancaires par exemple. L’oubli ne pouvait s’obtenir qu’en quittant son milieu ; malgré la rhétorique de la grâce royale, il n’était pas garanti effectivement comme un droit, mais aurait pu s’avérer éventuellement chèrement payé par une vie de paria, au moins pour un certain temps. La persistance de la mémoire soutenait le réseau créditeur. Que le lien ait bien lié et que le respect de la loi ait aidé à délier permettait de réitérer le processus. Le roi et les nobles vivaient largement à crédit et payaient par transfert de rentes ; les artisans recevaient d’un marchand de la matière première à travailler, les paysans du bétail à élever, souvent par un contrat de mutuum ou prêt simple ; les revendeurs obtenaient leur marchandise à tempérament comme les clients payaient en plusieurs termes. Excepté quelques prêts de sommes énormes aux puissants et la constitution de sociétés commerciales, la majorité des actes conservés témoignent d’un micro crédit omniprésent dont les risques étaient partagés entre un petit groupe de prêteurs associés selon des configurations variables. La loi moralisa les pratiques et protégea contre les faillites en cascade en imposant la segmentation des contrats, mais l’assurance par le réseau relationnel demeurait prééminente. Comment aurait-on pu oublier ses dettes, même une fois le dernier paiement effectué ?

  • 13 Parmi divers exemples, Denis MENJOT, « La fraude et la corruption d'un officier des finances de la (...)
  • 14 C’est le cas de Bonadona de Lérida, dans Cl. DENJEAN, La loi du lucre…, art. cit., p. 105-107, 168, (...)

8Nous avons décrit ici le fonctionnement légal effectif du crédit. Les aménagements étaient quotidiens, du fait de l’intelligence et de l’humanité de créanciers qui avaient tout intérêt à assurer les débiteurs indélicats contre un surendettement. Nous pourrions évoquer une éthique de la responsabilité, attitude réaliste de tout banquier qui souhaite poursuivre sa carrière et ses affaires. La préhension de la durée était et est bien le nœud de la question. Pour leur part, les administrations seigneuriales et royales savaient blanchir leurs fidèles habiles à restaurer leurs finances malgré une réputation de violence et de malversations solidement établie13. Toutefois, le droit à l’oubli n’en était pas pour cela garanti. Au contraire, une accusation et une condamnation passées ressurgissaient en cas de besoin ; elles fragilisaient un individu14.

  • 15 Stephen P. BENSCH, « La primera crisis bancaria de Barcelona », Anuario de Estudios Medievales, [Ba (...)

9Une dette ne peut donc en aucune façon être oubliée sous peine de nier la nature du crédit. Ce fait est établi à la fois en principe et sur la longue durée : le crédit s’appuie sur une confiance que l’oubli briserait à mauvais escient. La rupture que causerait une insolvabilité avérée et définitive serait fatale au débiteur désormais privé de crédit ; elle pourrait aussi à terme menacer le créancier de faillite après avoir entaché sa réputation de solidité ; enfin le réseau complet serait menacé de disparition dans les troubles d’une crise systémique. Dès le XIIe siècle, les professionnels bientôt regroupés en métiers et les détenteurs de la puissance publique durent réagir aux menaces qui auraient rendu manifeste et donc ingérable un déficit généralisé. Barcelone avait subi une crise bancaire dont les changeurs et l’administration royale gardèrent, semble-t-il, le souvenir15. Tous contribuèrent à garantir les liens entre les hommes, à assurer le réseau contre les pertes. Le pragmatisme demeura malgré les exigences de vertu et on laissa à l’occasion poursuivre leurs carrières à de véritables usuriers unanimement détestés, mais bons pourvoyeurs d’argent. La rigueur face aux débiteurs insolvables varia selon les situations sociales et politiques. Cependant, l’oubli d’une dette ne fut jamais envisagé comme un droit, il était techniquement et socialement impossible dans un monde où la réputation était essentielle et l’interconnaissance constamment mobilisée. Les différences entre l’économie financière ancienne et contemporaine ne sont donc pas structurelles, mais elles restent remarquables.

Répondre à l’insolvabilité

Des créances de longue durée

  • 16 Claude DENJEAN, « Crédit et usure. Juifs et chrétiens face à l’incertitude sur les marchés en Catal (...)
  • 17 Exemple de Simon de Peligriano in : Cl. DENJEAN, La loi du lucre…, p. 16, 22, 56-57, 100-101, 267 e (...)
  • 18 Cl. DENJEAN, La loi du lucre …, et Joseph SHATZMILLER, Shylock revu et corrigé : les juifs, les ch (...)

10Si la dette ne pouvait pas être oubliée, les créanciers devaient réagir convenablement aux défauts de paiement. D’autant que rembourser la totalité d’une créance n’était et n’est toujours pas nécessairement une habitude parfaitement acquise. À la fin du XIIIe siècle, au XIVe siècle, les dettes qui duraient plus de trois ou de cinq ans n’étaient pas rares. Certaines chartes de créance restaient considérées comme valides au bout de vingt ans. Le manque de disponible, le manque de numéraire, le partage des risques par la division des sommes en parts minuscules, l’imbrication entre la banque de dépôt (comenda sive deposito) et le crédit (mutuum), tout incitait créanciers et débiteurs, qui alternaient les positions malgré la professionnalisation à l’œuvre après 1330, à garder un lien16. L’institution de la ma’arufia dont témoigne la carrière de l’emblématique Bondavin de Draguignan, montre que les juifs avaient des égards pour leurs clients privilégiés. S’ils possédaient des outils légaux pour cela, ils n’étaient pas les seuls à faire preuve de cette sagesse. La spécialisation qui aurait séparé banque d’affaires et crédit de secours n’était pas avérée. Il convenait donc également de savoir quand le prêteur devait se montrer exigeant face aux petits débiteurs en difficulté. Tout l’art du prêteur consistait à évaluer quand il devenait nécessaire de rompre le lien et de publier cet échec. Il s’agissait d’un acte risqué, auquel on ne se résolvait qu’après réflexion, non sans avoir usé au préalable longtemps de tous les palliatifs imaginables. On commençait avec l’intervention d’un prêteur associé qui n’entretenait pas de relations habituelles avec le débiteur, on poursuivait avec le transfert de créances. On avait offert et on continuait à proposer l’intégration du reliquat dans un nouveau crédit17. Si ces démonstrations de la puissance bancaire, sans doute ressenties comme de sourdes menaces, faisaient long feu auprès de l’endetté récalcitrant, on devait en appeler aux fidéjusseurs qui pouvaient se substituer au débiteur. Ensuite, il fallait recourir au tribunal pour faire exécuter le contrat. Passé un certain terme, se montrer impuissant devant un récalcitrant était dangereux. Il convenait de démontrer sa capacité d’action à l’opinion publique, aux clients potentiels, aux associés inquiets des pertes. Alors, la guerre de la fama était déclarée, il valait mieux être sûr de ses témoins et de l’efficacité de la plainte ou du procès. Il fallait mobiliser les preuves que tout homme d’affaires ne manquait de classer dans son coffre. La relation notariale se révélait alors précieuse. Les créanciers avaient investi en payant des actes mis en forme publique qui se révélaient alors essentiels face à des débiteurs qui se souvenaient pour leur part des documents cancellés ou déchirés témoignant de leurs remboursements et pouvaient nier la validité des chartes ou des comptabilités produites contre eux18. Dans la plupart des cas, la décision d’entrer en conflit ouvert ne survenait que longtemps après les termes dépassés – jusqu’à plus de dix ans, soit lorsque l’usure allait devenir patente, soit lorsque la réputation du prêteur était en jeu. La mémoire était donc un pilier de la confiance.

  • 19 Claude DENJEAN et Juliette SIBON, « Échecs consentis, échecs provoqués ? Les hommes d’affaires juif (...)

11La mémoire notariale consistait essentiellement à conserver les garanties du secteur qui devait être sauvegardé et protégé contre les faillites : celui du mutuum ou crédit simple qui malgré son nom recouvrait un prêt à intérêt polyvalent19. Les formes contractuelles de sociétés et les prêts assis sur d’autres formes de garanties – parmi lesquelles le gage ou l’hypothèque – impliquaient d’autres types de liens, les premiers à configuration fixe et non pas variable, les autres ponctuels. Pouvons-nous connaître la part et le poids respectifs de ces secteurs ? Notons que la distinction entre ces trois modes en fonction de la force et de la durée du lien, qui va de pair avec celle qui dessine une hiérarchie sociale ( les changeurs à l’origine de la banque et la grande entreprise ultramarine intégrée ou non ; le secteur polyvalent artisanal et agricole ; le micro crédit de la revente et la production au détail ) ne prennent sens qu’en fonction des questions que nous nous posons et ne sont pas des catégories endogènes, les acteurs du premier secteur ne négligeant pas les deux autres, les irriguant financièrement, les contrôlant et les exploitant sans toujours s’y risquer personnellement directement.

12Cette peinture à grands traits de phénomènes étudiés ailleurs en détail renforce donc notre constatation initiale, conforme à la loi : une dette ne pouvait être oubliée, même remboursée. Elle créait du lien, créances et quittances construisaient une mémoire, dont l’acte notarié et le discours sur la réputation étaient les piliers.

Rompre et effacer

  • 20 L’affaire Bartomeu de Mans dans Claude DENJEAN, « Les juifs courtiers parmi les chrétiens : l’échan (...)

13La lourde toile du crédit soutient les acteurs, mais leur pèse, elle les entrave. Décrire ce marché du crédit omniprésent et omnipotent ne signifie pas produire une vision irénique de la société de marché. Parfois, le monde urbain dominait les campagnes ; toujours, riches et pauvres s’agitaient dans un monde concurrentiel, incertain et brutal. Une nouvelle violence, celle du ressentiment obstiné qui englobait coups de poing et coups d’épée émane des sources judiciaires et des coutumes, les fueros, fors et franchises. Le désir d’être oublié était l’expression forcée du refus de l’intégration imposée dans un réseau oppressif qui avait parfois bien des caractères des réseaux mafieux et qui, au fil des efforts pour imposer une puissance publique et le souci d’un bien commun, finit de fait par être condamné dans le principe, sinon par devenir véritablement souterrain20. C’est la tension entre les deux faces de l’avance d’argent : la créance et la dette, qui s’exposaient dans les désirs contradictoires de mémoire pour le créancier et d’oubli pour le débiteur. La difficulté, fondatrice, connaissait un essai de règlement grâce au système de garantie.

  • 21 Claude DENJEAN et Laurent FELLER (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I- Le besoin d (...)

14Le dépôt de gage avait plus valeur mémorielle que financièrement libératoire tant pour le prêteur que pour l’emprunteur. On tenait à son anneau, à son gobelet, à sa boucle de ceinture, objets personnels, de prix, choses mobilisables, que l’on retrouve comme legs dans les testaments. On voulait récupérer ses hardes de peu de valeur, on comptait bien venir reprendre son livre. Ces biens signifiaient une mémoire, ils étaient le signe du souvenir, celui des étapes de la vie de l’emprunteur : l’accession à l’âge adulte, le mariage, le décès d’un proche aimé. Il représentait souvent des valeurs familiales à ne pas négliger. Il arriva que ce fût un bien d’Église, luminaire, codex… Entre objets gagés et choses sacrées, le lien demeurait puissant21.

  • 22 Mahine BÉHROUZI, Le crédit dans le comté de Barcelone aux XIe et XIIe siècles, Mémoire de DEA sous (...)

15La prise d’hypothèque sur les biens, nécessaire, induisait une domination foncière du financeur sur l’artisan ou sur le paysan. Avant de devenir des salariés, des victimes de l’exode rural, partis sur les routes ou installés dans les faubourgs des villes, ces débiteurs éternels étaient des dépendants des donneurs d’ordres. Ces derniers les dominaient à travers des acaptes et des ventes a remere qui aboutissaient à des transferts de propriété et à des versements de rentes. L’oppression ne naissait pas tant de l’impossible exercice du droit de propriété qui fait des débiteurs de tout temps des locataires logés chez leur banquier, car on était rarement propriétaire au sens plein du terme au Moyen Âge. Le pouvoir indu qu’accorde sur les choix et les stratégies la domination du capital sur le travail, marqué ici par la puissance du contrat s’ajoutait à la potestas seigneuriale, la redoublant ou la contredisant parfois. La situation du XIIIe siècle, celle du début du XIVe siècle sont bien documentées. Il conviendrait de reprendre les dossiers du Xe et du XIe siècles et de revoir la « mutation féodale » sous cet angle ; de nombreuses chartes en témoignent à Barcelone22.

  • 23 Julie MAYADE CLAUSTRE (éd.), La dette et le juge, Paris : Éditions de la Sorbonne, 2006.
  • 24 Idem.
  • 25 De Philippe WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris : Plon, 1954 à L (...)

16L’une des garanties qui nous apparaît comme contraignante et comme la plus infamante, la plus explicite de l’inégalité de la relation créditrice est la prise de corps : réduction en esclavage, constitution en otage et prison pour dettes23. Par exemple, les otages sont souvent cités en Catalogne au XIIe siècle, on en retrouve à Perpignan au XVsiècle. La Normandie de la fin du Moyen Âge offre de beaux dossiers sur cette question. Le cas parisien de la prison pour dettes a été étudié24. Confronter les recherches sur ces régions, auxquelles il faut ajouter les cas italiens, à la documentation catalane conduisent à relativiser le poids de ces obligations. Cela conforte les conclusions des travaux sur le crédit. Ils ont toujours insisté sur la nécessité de tenir compte des financements d’investissement qui ouvraient l’accès aux marchés25 et de ne pas se limiter à une vision négative de l’endettement. Les trois types de garantie, la combinaison entre l’assurance notariale et la négociation mais aussi la sanction judiciaire, constituaient les outils de gestion. Ils devaient limiter les conséquences économiques et sociales des conflits et garantir un système capable de fournir des capitaux et des moyens de paiement. Une police financière devait jouer avec humanité de mesures inclusives et de sanctions exclusives. Une communauté se rassemblait tant bien que mal autour des marchés. Elle ne bannissait que ceux qui se révélaient incapables de participer, dangereux pour l’ensemble des participants liés par des dettes. Il convenait d’éviter l’effet domino qui aurait conduit à une faillite généralisée. La qualité principale des prêteurs consistait à arbitrer, à décider qui mettre à l’écart pour que le principe de la mémoire du remboursement obligatoire demeure valide, même lorsqu’un créancier décidait d’oublier de réclamer un terme, voire le reliquat d’une créance. Comme le paiement différé était non seulement largement diffusé, mais dominant, la question de l’oubli d’une dette touchait tous les types d’échange, car le paiement comptant de la totalité d’une somme était rare.

  • 26 Exemples à Puigcerdà, Cl. DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, XIIIe-XIVe siècles(...)
  • 27 À Puigcerdà Cl. DENJEAN, Juifs et chrétiens…, et à Perpignan, Aymat CATAFAU et Oliver POISSON, « Le (...)
  • 28 Guy BOIS, La grande dépression médiévale, XIVe et XVe siècles. Le précédent d’une crise syste (...)

17Les prises de garantie légales permettaient donc aux créanciers de sécuriser leurs transferts d’argent en obligeant fortement le débiteur à respecter son engagement. Bien que l’obtention de biens fonciers et immobiliers à travers un crédit impayé ait été un mode d’accession à la propriété fréquent pour les intermédiaires auprès des paysans et des artisans, particulièrement les juifs26, il n’est pas certain que cela ait constitué le but immédiat d’un créancier. Nous repérons pourtant dans les manuels notariaux des séquences de quelques mois ou de quelques années durant lesquelles des hommes d’affaires obtenaient suffisamment de parcelles pour les lotir et créer un quartier nouveau27. Le type d’acte était l’acaptitum, couplé avec crédit mutuum. Ces spéculations foncières permettaient à certains de s’enrichir rapidement, mais impliquaient également des rapports inégaux et inéquitables entre catégories sociales et activités différentes. La prime allait à ceux qui investissaient dans l’économie financière, pas dans la production. Les secteurs bancaires qui sont aujourd’hui légalement distincts étaient alors parfaitement imbriqués et malaisés à séparer. On comprend que les cas où apparaissait la relation non pas tellement entre pauvreté et dette – les plus pauvres, les insolvables, ne pouvaient pas contracter de dettes, mais dépendaient de la charité – mais entre appauvrissement et surendettement, aient frappé l’opinion publique. Surtout, lorsque les crises causèrent des bouleversements sociaux et bousculèrent les hiérarchies sociales, la cause des maux était vite trouvée.28.

  • 29 À Gérone et à Barcelone en 1285.

18Le ressentiment s’exprimait selon les moyens de chacun, tant intellectuels que financiers. Le peuple grondait et incendiait lors d’émotions anti-usuraires qui frappèrent les juifs avant tout29. Cela se déroula en deux temps : le premier temps était celui de la pulsion, de l’émeute où les coffres étaient éventrés, les écrits brûlés sans distinction de nature ou de sujet, les maisons pillées, les hommes lynchés ; le second fut celui de la construction du stéréotype de l’usure juive, celui de Shylock avant Shakespeare, postérieur à la présence réelle des juifs et dont la construction fut progressive. La réforme grégorienne avait lutté contre la simonie, qui comprenait l’usure, créant une distinction technique entre le crédit juif et le crédit chrétien pour le plus grand profit d’une synecdoque suivie de renversement, tour de passe-passe qui mit le juif paradigmatique à la place des nombreux usuriers.

Les caractères originaux du système financier débiteur médiéval

19Bien qu’il soit exagéré de distinguer les marchés financiers médiévaux des marchés actuels en opposant les mondes anciens aux mondes modernes, la réflexion sur la possibilité de l’oubli dans les circuits créditeurs et débiteurs nous dit quelque chose de système des XIIIe et XIVe siècles. Dans les mondes médiévaux, les échanges, les modes de transaction et les moyens de paiement sont hétérogènes, classés selon des catégories juridiques majoritairement issues du droit romain et, c’est ce qui nous occupe ici, garantis par les réseaux relationnels à travers la fama publica, ou réputation, sur les marchés. Malgré le poids des écrits, la mémoire se constituait avant tout grâce à des rituels efficients et à partir des informations transmises oralement par les artisans des rues, dans les boutiques et sur les places de marchés. En justice, les preuves écrites étaient secondes et venaient après l’établissement par témoignage d’une communis opinio qui donnait les prix et instruisait sur la qualité des hommes qui permettait de distinguer le prêteur humain de l’usurier. Malgré l’existence d’autres modalités pour gérer l’incertitude, l’humain et le lien conservaient une place prépondérante.

  • 30 Antoine SYLVERE, Toinou, le cri d’un enfant auvergnat, Paris : Plon (Terre humaine), 1980.
  • 31 Jacques de VORAGINE, La légende dorée, vol. I, Paris : Garnier Flammarion, 1967, p. 51-52.
  • 32 Thomas PLATTER, Ma vie, Lausanne : L’Âge d’homme 1982, p. 134.
  • 33 Cl. DENJEAN, « Veaux, vaches, cochons, couvées… et chevaux. Types de prix du bétail en Catalogne (f (...)

20La justice terrestre s’appuyait sur de preuves manifestes, ce qui est naturel, juste et équitable. Mais raconter lors des prêches chrétiens et dans les exempla la justice divine, immanente et bien plus globalisante, aux peines terribles et éternelles, flattait une mémoire du ressentiment, construite sur d’autres critères que la vérification précise des faits. Un écho de ces sentiments populaires subsiste sans doute, au début du XXe siècle, dans l’épisode que narre Toinou, enfant du pays d’Ambert30, frappé de l’affreuse mort d’un usurier rouquin et séducteur d’une pauvre fille. Les paysans supportèrent l’oppression véritable que leur faisait subir ce personnage capable de leur accorder des prêts de misère jusqu’à ce que leur haine pût s’exprimer. Cela advint lorsque l’usurier perdit d’honneur une jeune fille qui ne méritait pas de devenir une prostituée. La mort qui frappa l’infâme représenta donc à leurs yeux la sanction de la justice divine : le destin vint sous forme d’un accident de la route sanglant, qui n’est pas sans rappeler au lecteur de la Vie de saint Nicolas la charrette qui renversa un emprunteur de peu de foi31. Le cas de Bonadona de Lérida le montre : le droit à l’oubli, même après une grâce royale, n’existait pas, cette constatation est valide sur la longue durée. Une affaire qui mettait en cause un financier haï favorisait l’expression de la rancœur de tous ceux qui lui en voulaient. Les haines et les procès usuraires se construisaient par accumulation, en une lente sédimentation. J’ai narré ailleurs le cas d’Astruch de Besalu, grand collectionneur d’accusations de crimes horribles. Ceux qui voulaient détruire sa position et peut-être également celle de ses parents et amis entretenaient la rumeur de ses mauvaises actions, jusqu’aux pires délations : voleur, sodomite, parricide. Les causes usuraires se construisaient selon un processus identique. Le prêteur devait donc être attentif à ce qui se disait. Il devait certes supporter sans trop s’émouvoir des racontars désagréables et négliger quelques insultes, mais il fallait aussi arrêter dès l’origine tout élément qui aurait initié la construction d’une mémoire défavorable et dévalorisante. Une utilisation habile du procès, dosée et décidée au bon moment, visait à faire condamner l’adversaire pour éviter d’être considéré comme un usurier manifeste. Les avocats jouaient d’ailleurs d’un certain flou entre usurier manifeste et usurier occulte. Une première reconnaissance judiciaire, un supposé acquiescement face à cette menace sous forme de confession et de restitution testamentaire suffisait pour les chrétiens. C’est d’ailleurs parce qu’il savait bien cela que Bondavin de Draguignan et tous ses semblables ont poursuivi leurs causes judiciaires contre leurs ennemis capables de devenir des accusateurs dangereux. Dans le même temps, la préférence pour la conciliation entre parties demeurait. On recourrait d’abord aux courtiers d’oreilles puis aux arbitres. Il fallait trouver un moyen de satisfaire les uns et les autres. Le récit de Thomas Platter dans son autobiographie est limpide : comme il devait rembourser une créance, mais n’avait pas de quoi payer, il était navré de causer la colère de son créancier. Mais un de ses « pays » lui prêta de l’argent qu’avait déposé chez lui le comte de Gruyère, à condition qu’il rende la somme quand elle serait réclamée 32. L’affaire du ronçin du sacriste de Majorque l’est beaucoup moins puisque nous ne possédons que les narrations contradictoires de témoins interrogés sur les chapitres judiciaires. On comprend cependant que les marchands de Montpellier soucieux d’être remboursés rapidement firent trouver des créanciers aptes à prendre le relai : soit deux de leurs partenaires de niveau inférieur et de leurs obligés, un artisan et un juif. On ne pouvait s’attendre à l’intervention d’un personnage de bonne fama, ce fut un faiseur de baratas, réputé usurier, qui fournit la solution33. Cela ne signifie pas que les gens perdus de réputation n’accédaient plus aux marchés financiers : ils s’adressaient aux spécialistes du marché usuraire, qui, quoiqu’occulte, est parfaitement identifié. Le pauvre privé de toute garantie et de tout garant, le riche pressé et mauvais payeur devaient en passer par des conditions dures pour obtenir ce dont ils avaient besoin et ne pas se fâcher avec leurs premiers créanciers. Ils étaient par exemple obligés d’acheter des biens et des services en sus, à des vendeurs qu’ils ne choisissaient pas librement. De leur côté, les usuriers étaient condamnés à prêter aux mauvais payeurs, aux joueurs perdus de réputation, aux criminels. Cela existe aujourd’hui dans la grande distribution pour la version légale (en fait à la limite de la légalité) et dans le secteur du micro crédit dans les pays ou les milieux misérables. La différence entre les deux systèmes provient de la définition et de l’application de la norme. C’est justement au XIVe siècle que le secteur usuraire a été repoussé dans le domaine de la fraude. Auparavant, si l’on en croît des privilèges urbains, les espaces frontaliers et les ports tenaient du Far-West : une violence bancaire y régnait tout autant que les vols et les spoliations !

21C’est également entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle que les autorités publiques ont cherché à moraliser le secteur financier en utilisant le concept d’usure. Les premiers travaux sur ces questions examinèrent la littérature religieuse normative et les exempla et renforcèrent ainsi les catégories de pensée traditionnelle qui distinguent au moins depuis le XVIIIe siècle économie libérale et économie morale. Cette vision était et est d’ailleurs sous-tendue et soutenue par les idéologies, tant libérale que socialiste ; elle était scientifiquement facilitée par la notion d’encastrement diffusée par la lecture de Karl Polanyi. Cependant, les ouvrages de Giacommo Todeschini sur le lexique économique ont attiré l’attention sur la relation entre les vertus religieuses et la bonne gestion matérielle. Ces découvertes peuvent être mises en relation avec les résultats des études notariales et judiciaires. De fait, il nous faut reconsidérer les définitions traditionnellement admises des notions de don gratuit versus vente, d’échange mercantile versus assistance charitable, de bénéfice légitime versus lucre usuraire. Les autorités et les acteurs de la fin du Moyen Âge confrontés à la crise et à la surchauffe du développement ont réfléchi à ces difficultés et ont trouvé quelques solutions toujours valides. Le concept de juste prix (ie non usuraire), la distinction entre les taux de la rente selon le risque encouru sont des outils encore valables. Ils affectent le secteur marchand, incluant le foncier, les sociétés de parts, la production et la consommation, les finances d’État avec la rente constituée liée à l’établissement de la fiscalité. L’application est passée par la loi, la justice, la professionnalisation. Une norme s’imposa, à travers un contrôle public, une surveillance multilatérale par les acteurs, incluant la vox populi dans sa forme légale (les plaintes, les assemblées, les métiers) et, de fait, dans son expression politique violente (les émeutes).

22Les médiévaux ont cherché à limiter les dérives du micro crédit, mais la gestion des activités « charitables » a rencontré des difficultés que nous connaissons encore. Aujourd’hui, les tentatives de Muhammad Yunus, le « banquier des pauvres », encensé puis voué aux gémonies, montre combien les solutions ne sont pas simples. La définition du taux d’usure limité à 20% annuel reste valide. Les autorités médiévales avaient bien compris qu’il convenait avant tout de distinguer le capital de l’intérêt.

23Les élites ont ainsi imaginé de quoi éviter les faillites en cascades comme celles de Barcelone à la fin du XIIe siècle. Ils n’ont pas été jusqu’à séparer banque de dépôt et banque d’investissement, banque de « crédit populaire » et micro crédit. Si leurs outils techniques étaient assez sophistiqués et certainement justes, quelques idées simples furent divulguées à travers les prêches des ordres mendiants. Ces faits ont alors canalisé, voire détourné les rancœurs en contribuant à la construction du stéréotype antijuif le plus tenace, celui de l’usure. En figeant des catégories, ils préparaient en cela les échecs futurs de notre pensée sur la pauvreté et l’accès au marché.

24Cette histoire s’est bâtie en cultivant la mémoire et en occultant un quelconque droit à l’oubli. La mémoire des caractères tels qu’ils s’expriment par des pratiques, aide en quelque sorte à distinguer des secteurs qui fonctionnent pour des milieux et selon des règles différentes, de plus en plus subies au fur et à mesure que l’on descend dans la hiérarchie sociale. La dette engage le prêteur qui sera un usurier ou non ; elle oblige le débiteur qui ne sera jamais complètement exonéré même par un versement libératoire.

25Ainsi, non seulement imaginer oublier une créance ou une dette est impossible, mais les liens créditeurs sont exactement ceux qui doivent balancer entre grâce et rigueur. C’est en évaluant au plus près le prix de la durée de l’obligation que la société créditrice persiste. L’équilibre est instable entre financement utile, soucieux d’un juste prix et usures pernicieuses. Les sociétés méridionales méditerranéennes, particulièrement les autorités de la couronne d’Aragon, ont garanti la production et les échanges commerciaux en certifiant et en contrôlant l’un des moyens de paiement les plus diffusés : le crédit. Cet effort a conduit à une législation précise et à une attention aux respects des normes, appuyée sur la légalisation notariale, les enquêtes, les métiers et l’opinion publique. Cependant, alors que le juste prix a servi d’instrument de mesure, la rigueur du droit a toujours été tempérée. Les institutions n’ont jamais pris totalement en compte les problèmes qu’induisait la différence entre la durée initiale légale d’engagement et la réalité de créances impossibles à rembourser entièrement. Les seules solutions ont conduit à la fragmentation des créances en plusieurs instrumenta notariaux, qui favorisait des novations, qui étaient autant de plans de lutte contre le surendettement. Le législateur avait donc mille fois raison en rappelant qu’il ne convenait pas d’oublier une dette. Mais il fallait souvent omettre de la réclamer avec dureté, de même que l’on s’abstenait de condamner définitivement bien des créanciers brutaux.

Haut de page

Notes

1 Frédéric GODEFROY, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle : composé d'après le dépouillement de tous les plus importants documents manuscrits ou imprimés qui se trouvent dans les grandes bibliothèques de la France et de l'Europe, Paris : F. Vieweg, 1881-1902, p. 683, « det, debt, dat … ».

2 Émile LITTRE, Dictionnaire de la langue français, Paris : Éditions Encyclopædia Britannica, 1997 [1e éd. Paris, 1863].

3 Charles du FRESNE, sieur DU CANGE, et al., Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, Niort : L. FAVRE, 1883-1887, « Debitum, Animæ, Preces et eleemosynæ, quæ pro anima defuncti offcruntur. Charta Phil. I. reg. Franc. ann. 1106. in Chartul. Maurigniac. ch. 5: Qui autem in domo sua viam universæ carnis ingressus fuerit, obsequium et omne Debitum animæ, quasi frater monachus a præfatis confratribus monachis, Deo volente, receperit, etc.»

4 Claude DENJEAN, « La politique de Louis IX vue d’Aragon : Jacques le conquérant, l’usure et les juifs de ses royaumes », in : Juliette SIBON et Paul SALMONA (éd.), Saint Louis et les Juifs. Politique et idéologie sous le règne de Louis IX, Paris : Éditions du patrimoine, Centre des Monuments nationaux, 2015, p. 163-171.

5 Hans-J. GILOMEN, « L’endettement paysan et la question du crédit dans les pays d’Empire », in : Maurice BERTHE (éd.), Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des journées internationales d’histoire (Flaran, septembre 1995), Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1998, p. 99-137, et plus largement l’ensemble de l’ouvrage.

6 Claude DENJEAN, « La politique de Louis IX vue d’Aragon… » ; ead., La loi du Lucre. L'usure en procès dans la Couronne d'Aragon à la fin du Moyen Âge, Madrid : Casa de Velázquez, 2011.

7 Constitucions y altres drets de Cathalunya. Compilats en virtut del capitol de cort LXXXII de las Corts, Barcelone, 1704 ; Ambrosio HUICI MIRANDA et María Desamparados CABANES PECOURT (éd.), Documentos de Jaime I de AragónValence : Anubar, 1976.

8 À Puigcerdà, moins de 3%, les enquêtes catalanes montrent que peu de procès furent menés à bien. Comparer avec les enquêtes menées en Dauphiné, Plaintes récurrentes il faut être prudent sur cette notion de conflit

9 Juan Vicente GARCÍA MARSILLA, « Expertos de lo usado. Pellers, ferrovellers y corredors de coll en la Valencia medieval », in : Laurent FELLER et Ana RODRIGUEZ (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II- Savoirs, écritures, pratiques, Madrid : Éditions de Casa de Velázquez, 2016, p. 343-358.

10 20 % x 5 font donc que les intérêts équivalent au capital emprunté. Ce processus était d’autant plus courant que souvent, les emprunteurs ne pouvaient s’acquitter que des intérêts durant plusieurs mois.

11 Joseph SHATZMILLER, Shylock revu et corrigé : les juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale, Paris : Les Belles Lettres, 2000.

12 Claude GAUVARD, « De grâce especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris : Publications de la Sorbonne, 1991.

13 Parmi divers exemples, Denis MENJOT, « La fraude et la corruption d'un officier des finances de la monarchie des Valois », séminaire JACOV du 20 mars 2018, Université de Perpignan-Via Domitia.

14 C’est le cas de Bonadona de Lérida, dans Cl. DENJEAN, La loi du lucre…, art. cit., p. 105-107, 168, 202-204, 351.

15 Stephen P. BENSCH, « La primera crisis bancaria de Barcelona », Anuario de Estudios Medievales, [Barcelone], 19, 1989, p. 311-327; Barcelona and its rulers, 1096-1291, Cambridge : Cambridge University Press, 1995.

16 Claude DENJEAN, « Crédit et usure. Juifs et chrétiens face à l’incertitude sur les marchés en Catalogne à la fin du Moyen Âge », in : Sandrine VICTOR et Guido CASTELNUOVO (éd.), L’histoire à la source : acter, compter, enregistrer (Catalogne, Savoie, Italie, XIIe-XVe siècle), Mélanges en l’honneur de Christian Guilleré, Chambéry : Université Savoie Mont Blanc, 2017, p. 267-288.

17 Exemple de Simon de Peligriano in : Cl. DENJEAN, La loi du lucre…, p. 16, 22, 56-57, 100-101, 267 et Cl. DENJEAN, « Veaux, vaches, cochons, couvées … et chevaux. Types de prix du bétail en Catalogne (fin XIIIe-début XIVe siècles », in : Claude DENJEAN (éd.), Sources sérielles et prix au Moyen Âge. Travaux offerts à Maurice Berthe, Toulouse : Méridiennes, 2009, p. 317-352.

18 Cl. DENJEAN, La loi du lucre …, et Joseph SHATZMILLER, Shylock revu et corrigé : les juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale, Paris : Les Belles Lettres, 2000.

19 Claude DENJEAN et Juliette SIBON, « Échecs consentis, échecs provoqués ? Les hommes d’affaires juifs et chrétiens et la faillite (Couronne d’Aragon, Midi de la France) à la fin du Moyen Âge », in : Natacha COQUERY et Matthieu de OLIVEIRA (éd.), L’échec a-t-il des vertus économiques ? Congrès de l’AFHE (Roubaix, 4 et 5 octobre 2013), Comité pour l'histoire économique et financière de la France / IGPDE, 2015, p. 25-35.

20 L’affaire Bartomeu de Mans dans Claude DENJEAN, « Les juifs courtiers parmi les chrétiens : l’échange sans la religion ? », Bon gré mal gré. Les échanges interconfessionnels dans l’Occident chrétien (XIIe-XVIIIe siècles), Claire SOUSSEN (éd.), Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 2012, p. 197-212.

21 Claude DENJEAN et Laurent FELLER (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. I- Le besoin d’expertise, Madrid : Éditions de Casa de Velázquez, 2014, Caroline BOURLET, Nicolas THOMAS, « Les articles de Paris sous l’œil de l’expert. Le problème des alliages à base de cuivre et d’étain au Moyen Âge (XIIIe-XIVe siècles) in : Laurent FELLER et Ana RODRIGUEZ (éd.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II- Savoirs, écritures, pratiques, Madrid : Éditions de Casa de Velázquez, 2016, p. 359-354.

22 Mahine BÉHROUZI, Le crédit dans le comté de Barcelone aux XIe et XIIe siècles, Mémoire de DEA sous la direction de Pierre Bonnassie, soutenu à l’Université de Toulouse-le-Mirail en 1993 et Hélène DEBAX (éd.), Les sociétés méridionales à l'âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France Xe-XIIIe s.), hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse : Méridiennes, 1999.

23 Julie MAYADE CLAUSTRE (éd.), La dette et le juge, Paris : Éditions de la Sorbonne, 2006.

24 Idem.

25 De Philippe WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris : Plon, 1954 à Laurence FONTAINE, Le Marché. Histoire et usages d'une conquête sociale, Paris : Gallimard (NRF Essais), 2014.

26 Exemples à Puigcerdà, Cl. DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, XIIIe-XIVe siècles, Perpignan : Éditions du Trabucaire, 2004 et à Marseille, Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Paris : Cerf, 2011.

27 À Puigcerdà Cl. DENJEAN, Juifs et chrétiens…, et à Perpignan, Aymat CATAFAU et Oliver POISSON, « Les vieux quartiers de Perpignan, ou la valeur d'une ville », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraires des Pyrénées-Orientales, CXXV, 2018, p. 9-32.

28 Guy BOIS, La grande dépression médiévale, XIVe et XVe siècles. Le précédent d’une crise systémique, Paris : PUF, 2000 ; Gill R. WEBSTER, « Els Franciscans e la burgesia de Puigcerdà. La història d’una aliança medieval », Anuario de Estudios Medievales, [Barcelone], 26, 1996, p. 89-189.

29 À Gérone et à Barcelone en 1285.

30 Antoine SYLVERE, Toinou, le cri d’un enfant auvergnat, Paris : Plon (Terre humaine), 1980.

31 Jacques de VORAGINE, La légende dorée, vol. I, Paris : Garnier Flammarion, 1967, p. 51-52.

32 Thomas PLATTER, Ma vie, Lausanne : L’Âge d’homme 1982, p. 134.

33 Cl. DENJEAN, « Veaux, vaches, cochons, couvées… et chevaux. Types de prix du bétail en Catalogne (fin XIIIe-début XIVe siècles », in Sources sérielles et prix au Moyen Âge…, p. 317-352.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Denjean, « Pouvait-on oublier une dette ? Endettement, lien social et structures économiques à la fin du Moyen Âge », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/37837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.37837

Haut de page

Auteur

Claude Denjean

Université de Perpignan-Via Domitia Jacov

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search