Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38L’oubli : arme, trace ou droit da...IV. L’oubli, un instrument ou un ...L’oubli des origines du premier «...

L’oubli : arme, trace ou droit dans le monde hispanique et nord méditerranéen
IV. L’oubli, un instrument ou un droit ?

L’oubli des origines du premier « duché » d’Aquitaine au VIIe siècle

Julien Bellarbre

Résumés

Dans la première moitié du VIIIe siècle, le duché d’Aquitaine (que certains historiens osent appeler « royaume ») est sans doute la principale force politique opposée aux maires du palais pippinides, puis aux rois carolingiens. Pourtant, les origines de cette Aquitaine ducale se perdent dans un flou relatif, car celui qui a longtemps été considéré comme son premier maître au VIIe siècle, le « duc » Félix, n’est mentionné que dans une unique source, le premier recueil des miracles de saint Martial de Limoges. Or, cette source est problématique et il est bien possible que Félix n’ait en fait jamais existé ; les origines du duché d’Aquitaine auraient alors été « oubliées » au sens premier du terme. Le présent article se propose d’interroger l’absence de mémoire des origines concernant le duché d’Aquitaine au VIIe siècle, mais aussi la construction historiographique opérée postérieurement afin de combler cette lacune documentaire.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Pépin le Bref, premier roi de la dynastie carolingienne et père du fameux Charlemagne, mourut en 768, c’était au retour d’une expédition en Aquitaine. Les « ducs » gouvernant cet espace furent incontestablement les plus difficiles à soumettre pour les maires du palais pippinides et le nouveau pouvoir carolingien, au point qu’il fallut huit expéditions à Pépin, presque une par an, entre 760 et 768, pour briser cette résistance.

2Ce fut sans aucun doute la guerre la plus violente du monarque, paradoxalement plus connu pour ses affrontements contre les Lombards. Les expéditions aquitaines ont quant à elles longtemps été présentées comme une simple répression de ducs rebelles, exercée dans le cadre du regnum francorum. Or, tout prouve que l’Aquitaine ne répondait plus depuis presque un siècle aux injonctions du pouvoir central franc. Ancien territoire wisigoth, conquis par Clovis à la suite de la bataille de Vouillé de 507, l’Aquitaine était redevenue largement indépendante à la faveur de la désorganisation des derniers temps mérovingiens. Encore faut-il s’entendre sur ce que nous nommons « Aquitaine ».

  • 1 Jean PENENT, Occitanie, l’épopée des origines, Pau : Cairn, 2009, p. 110-116.
  • 2 Karl ZEUMER (éd.), Formulae Merowingici et Karolini Aevi, in : Monumenta Germaniae Historica (MGH) (...)

3Bien plus vaste que ce que nous appelons aujourd’hui de ce nom, plus vaste également que la région administrative récemment créée de « Nouvelle Aquitaine », l’Aquitaine envahie par Pépin le Bref correspondait peu ou prou à la province romaine du même nom, réunion de l’Aquitaine première dont la capitale était Bourges, et de l’Aquitaine seconde, commandée par Bordeaux, soit un territoire s’étendant approximativement au sud de la Loire, à l’ouest du Rhône, jusqu’aux Pyrénées, c’est-à-dire environ deux cinquièmes de la France actuelle. À la tête de cet espace considérable se trouvaient des individus que les sources franques appellent généralement des « ducs », mais que certains historiens n’ont pas hésité à appeler « rois »1. Le dernier d’entre eux, Waïfre, fut l’adversaire le plus acharné de Pépin le Bref. En 761 encore, il attaquait le nouveau roi des Francs jusqu’à Autun, Chalon et Nevers2. Épuisé par cette guerre, Pépin le Bref ne survécut pas longtemps à cet ennemi qu’il avait finalement battu et fait assassiner. Waïfre était mort en juin 768. Pépin le suivit en septembre de la même année.

4Or, malgré cette autonomie séculaire et cette résistance acharnée, les origines du premier duché d’Aquitaine demeurent dans un flou relatif. Nous savons qu’il s’est constitué dans la seconde moitié du VIIe siècle, car il est dorénavant admis qu’un certain Loup, un duc, attesté par plusieurs documents, présidait aux destinées de l’Aquitaine au milieu des années 670. Les historiens lui prêtent généralement un prédécesseur, nommé Félix, qui serait donc le premier véritable duc de l’Aquitaine indépendante. Or, ce Félix, n’est mentionné que par une unique source, le premier recueil des Miracles de saint Martial, originaire de Limoges, en Aquitaine donc. Les sources franques, incomparablement plus nombreuses pour cette période, n’évoquent aucun Félix, mais leur sincérité pourrait être discutée, dans la mesure où elles ne disent pas un mot non plus de l’extension que connut indubitablement le duché aquitain après Loup. En effet, alors que les souverains mérovingiens de la seconde moitié du VIIe siècle avaient sans doute confié à Loup un territoire approximativement compris entre la Dordogne et les Pyrénées, les sources franques sont bien obligées d’admettre qu’un demi-siècle plus tard, ce territoire s’était accru au point que la Loire était sa frontière septentrionale.

5Le fait que le nom de Félix soit absent des sources franques ne suffit donc pas à mettre en doute son historicité, car l’on n’y trouve pas non plus consignées les étapes de l’extension du duché d’Aquitaine, qui est pourtant indubitable. Les origines du premier duché d’Aquitaine au VIIe siècle ont donc été « oubliées » au sens premier du terme, c’est-à-dire non consignées de manière véritablement fiable, au moins par les historiens francs, et ce sans doute de manière délibérée. Mais elles ont peut-être aussi été oubliées tout court, s’il s’avère que l’unique source aquitaine les concernant, soit le premier recueil des Miracles de saint Martial de Limoges, n’est pas fiable sur ce point. Le présent article est donc de ceux qui envisagent l’oubli comme outil ou enjeu politique dans le temps long ; il se propose ainsi d’interroger l’absence de mémoire fiable des origines concernant le « duché » d’Aquitaine au VIIe siècle, mais aussi la construction historiographique opérée aux époques moderne et contemporaine afin de combler cette lacune documentaire, tout en formulant quelques observations nouvelles sur les premiers temps du duché.

Les origines du premier « duché » d’Aquitaine. Un panorama des sources disponibles

  • 3 François ARBELLOT, « Livre des miracles de saint Martial », Bulletin de la Société Archéologique et (...)
  • 4 Cette dernière œuvre est du début du IXe siècle : Wilhelm LEVISON (éd.), Vita Lantberti abbatis Fon (...)
  • 5 Julien de Tolède, Bruno KRUSCH (éd.), W. LEVISON (collab.), Historia Wambae regis, in : MGH SS rer. (...)
  • 6 Élie GRIFFE, « Où localiser le concile aquitain tenu vers 674 “ in castro Garnomo ” ? », Bulletin d (...)
  • 7 C. MUNIER et C. DE CLERCQ (éd.), Concilia Galliae, t. CXLVIII A et B, Turnhout : Brepols, 1963, p.  (...)

6Comme nous l’avons dit, le premier « duc » d’Aquitaine attesté par plusieurs sources est un certain Loup. En dehors des Miracles de saint Martial, auxquels nous consacrerons un développement spécifique, Loup est mentionné dans deux autres recueils hagiographiques, la Vie de saint Julien de Lescar3 et la Vie de Lambert, successeur de saint Wandrille à la tête de l’abbaye de Fontenelle4. Nous trouvons également trace d’un « duc de Francie », qui pourrait être Loup, allié du roi wisigoth Wamba (672-680) dans L’histoire du roi Wamba de l’évêque Julien II de Tolède qui vécut entre 642 et 6905. Le document le plus indubitable mentionnant Loup demeure néanmoins les actes du concile, vraisemblablement tenu à Saint-Pierre de Granon, vers 673-6756. D’après cette source, le concile est censé s’être réuni « sous les auspices de l’illustre duc Loup »7, même s’il fut bien convoqué par le roi Childéric II, qui a régné entre 662 et 675.

  • 8 Michel ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une région, Paris : Édi (...)

7La liste des évêques présents à ce concile pourrait donner une idée de l’étendue des possessions de Loup en Aquitaine, car leurs diocèses devaient pour la plupart appartenir à la sphère d’influence de Loup. Michel Rouche notamment, dans sa thèse L’Aquitaine, des Wisigoths aux Arabes, naissance d’une région a réalisé une carte selon ce principe, matérialisant une incarnation méridionale de l’Aquitaine, qui ressemble un peu à l’ensemble que les Mérovingiens avaient essayé de créer une trentaine d’années plus tôt – entre 629 et 632 – pour le frère de Dagobert, Charibert II8. Dans la mesure où il est généralement admis que le royaume dudit Charibert avait été érigé en une sorte de marche contre les Vascons, il apparaît légitime de se demander si Loup avait été chargé de la même mission.

  • 9 Ibid., p. 104-105.
  • 10 Maurice PROU, Alexandre VIDIER (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, t. (...)
  • 11 M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, p. 100.

8La Septimanie, toujours sous autorité wisigothique, n’appartenait évidemment pas à ce duché, mais Michel Rouche proposait d’en soustraire également les territoires des diocèses de Bourges et de Limoges, avec l’argument très raisonnable que des interventions directes du pouvoir mérovingien y sont toujours documentées à l’époque de Loup, ce qui n’est pas le cas des diocèses plus méridionaux9. En dehors du duché d’Aquitaine, il apparaît de plus que le duc Loup possédait des terres patrimoniales dans l’Orléanais, ce qui est prouvé par une charte du monastère de Saint-Benoît-sur-Loire consignant leur saisie ultérieure par le pouvoir neustrien10. Il est donc très possible que Loup ne soit pas un aquitain, mais plutôt un natif de la région d’Orléans appointé dans des territoires plus méridionaux par le pouvoir mérovingien pour y accomplir une mission bien précise. Ce n’est toutefois pas l’avis de Michel Rouche, qui suppose que le duc était originaire « du pays »11, d’Aquitaine donc, ce qui reste envisageable, surtout si l’on croit à l’historicité de son prédécesseur. Il nous faut donc aborder maintenant le cas de Félix.

9Comme nous l’avons dit, Félix n’est mentionné que dans une unique source, les Miracles de saint Martial de Limoges. Loin d’y trouver une biographie, même sommaire, nous y lisons seulement les renseignements suivants :

  • 12 Bollandistes (éd.) Acta sanctorum, t. V, Anvers : Apud Viduam Petri Jacobs, 1709, p. 553-561, p. 55 (...)

En ce temps-là, comme le comte du palais (comes palatii) Ébroïn était maire du palais (maior domus) du royaume des Francs, il se trouvait à la cour et combattait énergiquement toutes les méchancetés ou iniquités qui se commettaient sur toute la terre, punissant les hommes pervers à cause de leurs forfaits : aussi tout le pays jouissait d’une paix pleine et parfaite. Alors s’éleva un jeune homme, nommé Loup, qui voulut être digne de son nom. Il alla auprès de Félix, très noble et très illustre patrice (?) de la ville de Toulouse qui avait obtenu le principat (principatum) sur toutes les cités jusqu’aux monts Pyrénées ainsi que sur tout le peuple exécrable des Vascons12.

  • 13 Cf. par exemple Guilhem Pépin, qui propose « après 658-659 » pour le début du principat de Félix et (...)

10C’est tout ce que nous savons de Félix. Les historiens ont logiquement cherché à dater son « principat », et lui ont généralement attribué des bornes pratiquement similaires à celles de la première mairie du palais d’Ébroïn (658-673)13. Ébroïn exerça en effet cette fonction sous les règnes des rois de Neustrie Clotaire III et Thierry III. En 673, à la mort de Clotaire III, le maire du palais fut victime d’une révolte nobiliaire et enfermé deux ans dans un monastère. Il parvint à reprendre le pouvoir en 675 et le conserva jusqu’à son assassinat en 680. L’intervalle 673-675, durant lequel Ébroïn était donc écarté du pouvoir, est aussi celui au cours duquel est censé s’être tenu le concile de Granon auquel participait Loup, que l’on présente généralement comme le second duc d’Aquitaine. La construction chronologique semblait par conséquent cohérente, mais la prudence aurait au moins voulu que soient assignées au gouvernement de Félix les bornes « après 658 – avant 673 », soit un début postérieur à l’accession à la mairie du palais d’Ébroïn et une fin antérieure à la première destitution du même Ébroïn. Cette prudence serait d’autant plus de mise si Félix n’avait pas été nommé par le maire du palais en question.

  • 14 Acta Sanctorum, Juin, V, p. 557: « Ms. Membraneum Papam : quo nomine nullus Tolosa Episcopus fuit, (...)

11En effet, le texte latin original ne qualifie absolument pas Félix du titre romain de patricium, raison pour laquelle nous avons fait figurer un point d’interrogation dans la traduction plus haut, mais de celui de papam. Ce sont en fait les Bollandistes, les premiers éditeurs du texte au XVIIIe siècle, qui ont effectué le remplacement de papam par patricium, et ils ne s’en cachaient même pas, comme on peut le lire dans une note de bas de page où ils justifient leur substitution par le fait qu’aucun évêque de Toulouse du nom de Félix n’est connu pour la période considérée ; ils arguent également que la description de son pouvoir semble s’appliquer davantage à un potentat laïc qu’ecclésiastique14. Selon le texte latin, Félix n’était donc pas un patrice mais, de l’aveu même des Bollandistes, un évêque. Leur problème, qui est d’ailleurs aussi le nôtre, est qu’avec ce mot de papam, le texte paraît difficilement faire sens au premier abord.

  • 15 M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, par exemple p. 98 et ss.
  • 16 Philippe DEPREUX, « Auf der Suche nach dem princeps in Aquitanien (7.-8. Jh.) », in : Hubert FEHR e (...)
  • 17 Livre des Miracles de saint Martial, éd. et trad. F. ARBELLOT, art. cit., p. 343 et 353 : « Lupus q (...)

12Les historiens ont généralement repris l’édition des Bollandistes, sans vérifier le manuscrit original, et plus grave, sans prêter apparemment attention à l’apparat critique des notes de l’édition. Michel Rouche a ainsi popularisé l’image d’une Aquitaine du haut Moyen Âge pénétrée de culture romaine, beaucoup plus que les territoires du nord de la Loire, davantage soumis à l’acculturation franque et le titre romain de « patrice », attribué à son premier duc Félix, lui semblait l’un des multiples arguments en faveur de la persistance d’une identité qui se traduisait par exemple par la survivance des anciennes dignités romaines15. Philippe Depreux a été le premier à attirer l’attention sur la substitution opérée par les Bollandistes dans deux articles, respectivement publiés en 2012 et 2013, et qui s’achevaient sur une possible remise en question de l’existence de Félix16. Cette remise en question se renforce si l’on constate que dans une autre recension des Miracles de saint Martial, Félix n’est même pas cité. Nous y lisons tout simplement la phrase : « Vers le temps où Ébroïn fut établi maire du Palais, un certain Loup, bien digne de son nom, se signalait par une cruauté sauvage »17. Si l’on suit cette version, c’est Loup qui aurait exercé sa domination après 658, et Félix disparaîtrait pour de bon de l’histoire. Afin de trancher la question de l’historicité du papa Félix, il faut donc examiner plus en détails les différentes recensions des Miracles de saint Martial de Limoges.

Les Miracles de saint Martial de Limoges. Les différentes recensions de la source de référence

  • 18 Michel Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand : (...)
  • 19 Grégoire de Tours, Glory of the confessors, trad. Raymond VAN DAM, Liverpool : Liverpool University (...)
  • 20 La date traditionnelle de 848 a récemment été contestée au profit de celle, très voisine, de 849 : (...)

13Saint Martial est le premier évêque de Limoges, dont la tradition place la mission d’évangélisation en 250, laquelle mission doit vraisemblablement être reculée d’un bon demi-siècle18. Dès l’époque mérovingienne, la crypte où reposait son corps était devenue un centre de pèlerinage important ; dans son œuvre À la gloire des confesseurs, Grégoire de Tours consignait déjà trois miracles accomplis sur la tombe du saint19. En 848, les clercs assurant le culte de Martial se convertirent à la vie monastique bénédictine et commencèrent l’édification d’une nouvelle basilique20. Le sanctuaire connut une fortune croissante après cette conversion monastique, et l’écrasante majorité de sa production textuelle conservée est postérieure à cette date ; mais est-ce également le cas des Miracles de saint Martial ? Ce qui est certain, c’est qu’ils représentent a priori la première production littéraire autonome de l’abbaye limougeaude, plus tard connue pour son école historique et musicale.

  • 21 F. ARBELLOT, « Livre des miracles… », p. 360-370.
  • 22 Bibliotheca Hagiographica Latina Antiquae et Mediae Aetatis, éd. Bollandistes, K-Z, Bruxelles : Soc (...)

14L’œuvre s’ouvre par les trois miracles déjà consignés par Grégoire de Tours et se prolonge par sept autres n’offrant aucune particularité chronologique, portant le total à dix. La seconde partie débute par un prologue qui diffère selon les versions, se poursuit par deux récits ayant trait au VIIe siècle, dont celui sur les premiers ducs d’Aquitaine, et se termine par un miracle relatif à l’année 832 durant laquelle l’empereur Louis le Pieux, le fils de Charlemagne, était présent en Limousin. Ce dernier récit de miracle est toutefois précédé par deux allusions à la translation du corps de saint Martial opérée en 852, et a donc vraisemblablement été rédigé après cette date. La troisième partie est, comme la précédente, postérieure à la translation de 852, car elle s’achève sur un miracle s’étant déroulé pendant une invasion de l’Aquitaine que l’on pense généralement être celle de Louis, fils de Louis le Germanique, en 85421. Telle est la présentation classique de la tripartition du premier recueil des Miracles de saint Martial, celle que l’on retrouve dans la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL). Le célèbre répertoire hagiographique les divise en trois parties : Miracles (Miracula, les dix miracles originels), Miracles opérés entre le VIIe et le IXe siècle (Miracula saec. VII-IX, la partie qui s’achève sur le séjour de Louis le Pieux en Limousin) et Miracles opérés entre 852 et 854 (Miracula facta an. 852-854)22.

  • 23 http://bhlms.fltr.ucl.ac.be (consulté le 04/01/2021 ; la version en ligne propose en effet des data (...)
  • 24 Oswald HOLDER-EGGER (éd.), Ex Miraculis sancti Martialis, p. 280-283.
  • 25 F. ARBELLOT, « Livre des miracles… », p. 340.

15Les Miracles de saint Martial sont connus par huit manuscrits, dont deux, les plus anciens, sont considérés comme les témoins principaux. Le premier est celui utilisé par les Bollandistes dans leur édition, qui porte désormais la cote 8550-1 au sein de la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) ; ce manuscrit date sans doute du Xe siècle, voire plus précisément de la première moitié de ce siècle, selon la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) en ligne23. Les Monumenta Germaniae Historica (MGH) proposent également une datation du Xe siècle dans leur édition d’extraits de ce même manuscrit24. Le second témoin fondamental a été mis en évidence par le chanoine François Arbellot, un érudit limousin du XIXe siècle, notamment connu pour avoir été le dernier défenseur de la thèse faisant de saint Martial un apôtre du Christ ; en quelques mots, un individu empreint d’un certain « patriotisme » ecclésiastique régional. Ce témoin est le Ms. Lat. 2768 A de la Bibliothèque nationale de France, dont « l’écriture accuse le Xe ou le XIe siècle » selon Arbellot25. Le débat historique a donc majoritairement porté sur la question de savoir lequel des deux témoins considérés comme majeurs est le plus fiable. Nous les appellerons désormais manuscrit de Bruxelles et manuscrit de Paris. Cette interrogation a de l’importance pour la question des origines du duché d’Aquitaine car le manuscrit de Bruxelles mentionne Félix et le manuscrit de Paris ne le mentionne pas.

  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.
  • 28 Louis DUCHESNE, « Saint Martial de Limoges », Annales du Midi, 1892, p. 289-330, p. 295.
  • 29 P. DEPREUX, « Le princeps pippinide et l’Occident chrétien », p. 71.

16Nous l’avons dit, le manuscrit de Paris était daté, selon François Arbellot, du Xe ou du XIe siècle26. La Bibliotheca Hagiographica Latina a tranché en faveur du Xe siècle. Nous en sommes donc réduits à deux témoins datés, selon des critères paléographiques, du même siècle, le Xe. Mais le texte qu’ils renferment est plus ancien. Il n’y a donc que l’examen de ce texte, sous l’angle du récit historique mais peut-être aussi de la langue, qui puisse nous éclairer. Pour François Arbellot, cela ne fait pas de doute, c’est le texte du manuscrit de Paris, « son » manuscrit, qui est le plus ancien, car écrit-il : « nous avons pu nous convaincre que celui des Bollandistes n’est pas le texte original. C’est une recension peut-être plus élégante, mais certainement postérieure, où quelques inexactitudes se sont glissées »27. Selon l’abbé Duchesne, autre ecclésiastique érudit du XIXe siècle, les récits portant sur le VIIe siècle « sont d’une langue très spéciale, très incorrecte, sûrement antérieure à la renaissance littéraire des derniers temps de Charlemagne »28. Or, Duchesne ne connaissait que l’édition des Bollandistes tirée du manuscrit de Bruxelles ; même s’il ne pouvait encore débattre sur ce point avec Arbellot (dont l’étude n’a paru que sept ans plus tard), remarquons que son commentaire sur le caractère archaïque de la langue est en contradiction avec les observations de l’érudit limousin sur « l’élégance » de la narration dans le manuscrit de Bruxelles. D’ailleurs Philippe Depreux faisait récemment remarquer que les observations stylistiques de Duchesne étaient « assez subjectives »29 ; nous pouvons certainement dire la même chose de celles d’Arbellot. Après l’examen paléographique, c’est maintenant la critique stylistique qui paraît montrer ses limites ; examinons donc le contenu plus spécifiquement historique du manuscrit.

17Le premier miracle « historique » survient au moment où l’évêque de Limoges nouvellement élu, Loup, ancien clerc rattaché au tombeau de Saint-Martial, se rend à la cour du roi des Francs Clotaire (II) pour faire confirmer son élection ; il y guérit l’enfant malade de la reine et revient dans sa cité, couvert de présents. Après sa mort, Loup est vénéré comme saint à Limoges. La parenté anthroponymique entre les personnages principaux des deux premiers miracles de la seconde partie – l’évêque de Limoges saint Loup et le duc du même nom – a déjà été soulignée. Mais ce que l’on n’a jusque-là jamais fait observer, c’est qu’à Limoges, l’un des évêques ayant exercé son pontificat à proximité chronologique de celui de saint Loup s’appelait justement Félix. Cette information prend tout son sens lorsque l’on se remémore que le qualificatif accolé à Félix, le soi-disant prédécesseur du duc Loup dans le manuscrit de Bruxelles, était justement papa. Nous allons donc maintenant effectuer un détour par les listes épiscopales de Limoges, pour voir à quelles dates les évêques Félix et Loup, homonymes des soi-disant ducs d’Aquitaine du VIIe siècle, ont exercé leur pontificat.

Un détour par les listes épiscopales de Limoges

  • 30 Jacques-Paul MIGNE (éd.), Patrologia Latina, Paris : Editions Ateliers Catholiques du Petit-Montrou (...)
  • 31 Jean-Pierre POLY, « La lignée de Martial. Liste épiscopale et mémoire du passé », in : M. COUMERT, (...)

18À Limoges, la plus ancienne liste épiscopale est d’auteur anonyme, mais développe les informations que l’on trouve dans une lettre adressée par l’évêque Jourdain de Larron (1023 – 1051/1052) au pape Benoît VIII (1012-1024), en 1023 ou 1024 donc30. La deuxième liste est initialement l’œuvre du célèbre moine et historien Adémar de Chabannes, qui vécut entre 989 et 1034, mais elle fut poursuivie par un continuateur anonyme jusqu’à Géraud II qui fut évêque de Limoges entre 1140 et 1177. À l’époque qui nous intéresse, ces deux listes sont d’accord pour donner la succession : Felix, Adelfius, Lupus, soit Félix, Adelphius et Loup. Or, de l’avis de Jean-Pierre Poly qui, dans un article de 2012, a édité les listes épiscopales de Limoges, depuis l’anonyme jusqu’à celle de Bernard Itier, Adelfius correspond en fait à l’évêque Adelphius II qui n’aurait pas été le successeur mais un des prédécesseurs de Félix31. Est-ce à dire que nous aurions de fait une succession directe FélixLoup et que par conséquent l’enchaînement entre les deux « princes » d’Aquitaine du second miracle serait calqué sur celui des évêques de Limoges dans le premier miracle ?

  • 32 Ibid., p. 554-555. Jean-Pierre Poly écrit que saint Loup est mort le 22 mai 633, alors que la date (...)
  • 33 Ibid. p. 548 et n. 64 : Jean-Pierre Poly va jusqu’à suggérer que Martial de Limoges n’aurait jamais (...)
  • 34 Ibid., p. 553 et n. 88.
  • 35 Ibid., p. 554 et n. 92.
  • 36 La bibliographie sur saint Éloi est bien évidemment abondante, mais puisque nous évoquons simplemen (...)

19En fait, l’évêque de Limoges Félix n’est pas mentionné dans le premier miracle, et ce quelle qu’en soit la recension. Mais il n’empêche ; à la recherche du nom du prédécesseur de Loup en tant que papam ex urbe Tholosanentium (soit le titre de Félix, évêque de Toulouse, tel qu’on le trouve dans le manuscrit de Bruxelles), le rédacteur limougeaud n’aurait-il pas pu spontanément proposer ce nom de « Félix », que cela soit par pur réflexe, par patriotisme local ou pour suggérer une correspondance mystique entre les deux miracles ? Jean-Pierre Poly propose comme dates du pontificat de Félix à Limoges : avant 641 pour le début et entre 647 et 653 pour la fin ; il suggère qu’il ait pu être un successeur de saint Loup (mort en 632 ou 633) et non l’un de ses prédécesseurs32. L’article de Jean-Pierre Poly est incontestablement stimulant, mais l’on peut regretter sa relative brièveté (18 pages) alors que son tableau conclusif bouleverse fondamentalement la liste épiscopale limougeaude pour toute la période comprise entre les origines et la fin du VIIIe siècle33. En ce qui concerne Loup, il rectifie la date d’élévation traditionnelle de 613 sans même la mentionner, et propose à la place 626/627 car il suppose que le nouvel évêque a été choisi par Clotaire II (un élément que l’on retrouve dans l’hagiographie) au cours du concile de Clichy. Il considère Adelphius II comme son prédécesseur car il l’assimile à un diacre ayant souscrit le testament de saint Yrieix en 572 ; il le fait mourir en 626/627 car effectivement aucun évêque de Limoges ne figure parmi les participants du même concile de Clichy34. Quant à Félix, la date initiale (avant 641) est justifiée car « Félix a été nommé par Dagobert avant l’abbatiat d’Éloi en 641 »35. Est fait ici référence au fameux saint Éloi, originaire du Limousin, mais le problème est qu’il n’a jamais été abbé ; 641 (ou 640) est la date à laquelle il a été consacré évêque de Noyon et de Tournai36. Et pour ce qui est de la date « finale » de Félix de Limoges (entre 647 et 653), aucune justification n’est apportée par Jean-Pierre Poly ; des approfondissements semblent donc nécessaires relativement à la succession et aux dates des évêques de la cité limougeaude au très haut Moyen Âge.

20Quoi qu’il en soit de la chronologie réelle des deux évêques qui nous occupent ici, tout prouve qu’à Limoges, on avait gardé le souvenir de Félix en tant que prédécesseur de Loup, comme le démontrent les deux plus anciennes listes épiscopales ; en effet, tout autant que les faits véritables, c’est le souvenir qui importe au sein des études historiographiques. Mais que Félix de Limoges soit un successeur de Loup ou que le rapport soit inverse, remarquons a minima qu’il est de toute façon un contemporain du soi-disant « patrice » Félix, qui est en fait un papa, un évêque, dans le manuscrit de Bruxelles des Miracles de saint Martial de Limoges. Cette source est la principale sur laquelle porte cet article car elle a véritablement été surexploitée par les chercheurs pour retracer les origines du premier duché d’Aquitaine. Or, à la lumière de ce qui précède, il doit paraître évident que le texte se révèle assez peu convaincant, historiquement parlant ; en outre, les historiens médiévaux ne l’ont, à notre connaissance, jamais utilisé dans une optique semblable à celle de leurs héritiers des époques moderne et contemporaine. Dans une dernière partie, nous allons par conséquent questionner cet oubli médiéval, prélude à une surexploitation postérieure.

De la fiabilité des Miracles de saint Martial, de leur oubli et de leur surexploitation postérieure

21Les Miracles de saint Martial de Limoges sont donc une source assez peu fiable pour écrire l’histoire des origines du premier duché d’Aquitaine, un domaine dans lequel ils ont pourtant été abondamment mobilisés. La remarque est vraie pour le manuscrit de Bruxelles, lequel évoque un Félix « papam ex urbe Tholosanentium » qui n’a jamais existé, dans une phrase qui fait sens seulement si on opère une substitution dans le genre de celle qu’ont effectuée les Bollandistes. Mais encore une fois, le remplacement de papam par patricium était totalement arbitraire. Quant au manuscrit de Paris, même s’il n’évoque pas Félix, mais seulement Loup, attesté par plusieurs autres sources, il comporte lui aussi quelques imprécisions et erreurs historiques manifestes.

  • 37 Le roi de Neustrie, Thierry III, était alors en passe de réunifier le royaume des Francs, aidé d’Éb (...)
  • 38 L’épisode n’est pas sans évoquer des modèles littéraires. Ainsi, dans l’Histoire romaine de Tite-Li (...)

22La première concerne la mort du duc Loup. En effet, ce dernier semble s’être révolté en 675-676 contre le pouvoir franc qui l’avait vraisemblablement nommé, à la faveur de l’assassinat de son souverain tutélaire, le roi d’Austrasie (puis brièvement de tout le royaume franc entre 673 et 675) Childéric II37. La révolte de Loup s’orienta vers Limoges, une cité neustrienne, et s’arrêta là, raison pour laquelle les Miracles de saint Martial évoquent ce duc. Le manuscrit de Bruxelles nous dit qu’alors que Loup essayait de piller le tombeau de saint Martial, il fut poignardé par un habitant de Limoges nommé Proculus, un nom que l’on pourrait traduire par « né en l’absence de son père », ce qui paraît donner à l’épisode un caractère profondément allégorique38. Alors que le duc essayait d’obtenir la guérison à l’aide d’une huile sainte prise devant le tombeau de Martial, la plaie s’enflamma, ce qui représente un dénouement assez typique de la littérature hagiographique. Le manuscrit de Bruxelles ne dit pas clairement que Loup en est mort, mais celui de Paris est plus explicite :

  • 39 F. ARBELLOT (éd. et trad.), Livre des miracles de saint Martial…, p. 344-345 : « Hora siquidem ejus (...)

En effet, à la neuvième heure du jour, la maladie s’aggravant, il fut délié de son corps, et beaucoup furent déliés de la crainte qui les obsédait. Partout où on annonçait sa mort, les grands et le peuple rendaient grâces à Dieu, et bénissaient saint Martial, le proclamant le libérateur de la patrie et le vengeur tout-puissant des injures qui lui sont faites. Et comme Loup inspirait à tous de la terreur, sa mort rendit à tous la joie désirée. Car quelle cité, quel castrum, quel vicus était exempt de crainte ! La frayeur avait gagné la cour royale elle-même, vers laquelle, s’il n’avait pas été prévenu par la mort (nisi morte praeventus), il voulait diriger son armée impie, afin d’obtenir la royauté39.

  • 40 E. GRIFFE, « Où localiser le concile aquitain… », p. 49-52.

23Cette version des Miracles de saint Martial que, contrairement à l’opinion d’Arbellot, rien n’identifie comme la plus ancienne, évoque sans l’ombre d’un doute la mort de Loup. Or, il faut de nouveau insister sur le fait que les circonstances de cette mort éventuelle ne sont attestées pas aucune autre source, alors que le personnage est connu par ailleurs40. Ce trépas limougeaud est-il donc crédible ?

  • 41 P. DEPREUX, « Auf der Suche nach dem princeps in Aquitanien », p. 551-566.

24Il est toujours envisageable étant donné la rareté des sources alti-médiévales, mais le lecteur ne peut totalement se défaire de l’impression que le récit, dans son ensemble, n’est pas vraisemblable. Certes, des travaux historiques récents ont supposé que Loup ait pu en fait prétendre à la royauté d’Aquitaine, mais le texte ne dit pas cela41 ; bien au contraire, il semble impliquer que le rebelle a souhaité s’élever à la royauté franque, ce qui apparaît difficilement envisageable. Alors que le manuscrit de Bruxelles parle simplement d’une inquiétude ayant gagné le « palais des rois des Francs (palatium regis Francorum) », ce qui est après tout plausible devant l’avancée des troupes ennemies, le manuscrit de Paris étoffe le récit pour rehausser la gloire de Martial qui prend ici la posture d’un saint protecteur du trône, un statut qu’il obtint surtout après la conversion monastique de 848, effectuée sous l’égide du carolingien Charles le Chauve. Tout cela ressemble fort à un développement hagiographique postérieur.

  • 42 Comme le manuscrit de Bruxelles, il est du Xe siècle ; mais il contient en plus un exemplaire de la (...)

25Pour cette raison, et pour d’autres ayant trait à la fin du texte, nous pensons donc que le manuscrit de Paris est le plus récent, même si ce n’est peut-être pas de plus d’un demi-siècle, et aussi le moins fiable sur le plan du récit historique42. Cela ne signifie pas pour autant que Félix qui apparaît dans le manuscrit de Bruxelles avec une titulature manifestement erronée doive être maintenu dans l’histoire en tant que premier duc d’Aquitaine. Nous estimons pour notre part que la présence d’un papa Félix dans le manuscrit de Bruxelles s’explique par une contamination de l’anthroponymie épiscopale locale, puisqu’un Félix a incontestablement été évêque de Limoges vers le milieu du VIIsiècle, alors qu’aucun patrice ou évêque de Toulouse portant ce nom n’est attesté à cette époque. D’ailleurs, si l’on considère les choses sous un autre angle, le fait que le papa Félix ait disparu de la recension que nous estimons la plus récente des Miracles de saint Martial n’argumente pas non plus en faveur de son historicité.

  • 43 L. DUCHESNE, « Saint Martial… », p. 295 n. 2. Le chanoine historien met notamment en exergue le mot (...)
  • 44 Pierre DE LABRIOLLE, « Papa », Bulletin du Cange, Archivium Latinitatis Medii Aevi, 4, 1928, p. 65- (...)

26Mais si les plus anciens manuscrits sont du Xe siècle, l’essentiel du texte qu’ils figent est du IXe siècle, sans doute mis en forme à proximité de la conversion monastique de 848 à Saint-Martial. Toutefois, l’opinion de Duchesne selon laquelle les miracles concernant l’évêque Loup et le duc homonyme conservent sans doute quelque chose d’une strate plus ancienne du texte nous semble toujours recevable, en particulier si l’on examine le manuscrit de Bruxelles. À l’appui de cette thèse figurent les remarques stylistiques déjà formulées par Duchesne43, mais aussi ce mot de papa pour désigner un évêque, qui sent apparemment davantage le VIIIe siècle – au moins – que le IXsiècle44. De plus, la présentation inhabituellement favorable d’Ébroïn, pourtant un farouche adversaire des Pippinides, ancêtres des Carolingiens, devient de plus en plus improbable au fur et à mesure que le pouvoir de ces derniers s’affirme.

  • 45 La Vita de sainte Valérie.
  • 46 Nous utilisons ici la dénomination classique de l’œuvre mais sommes tout à fait au courant de la th (...)

27Autre preuve du caractère historiquement peu fiable des Miracles de saint Martial de Limoges : ils n’ont jamais été réutilisés par les historiens médiévaux de l’Aquitaine, pas même par ceux qui étaient familiers de l’abbaye limougeaude. Par exemple, le moine et chroniqueur Adémar de Chabannes, déjà cité, dont la Chronique est une des sources fondamentales pour aborder ce tournant du millénaire qui a tant intéressé les historiens, n’utilise absolument pas les Miracles de saint Martial. Ayant fait une partie de ses études dans l’abbaye limougeaude, et y étant revenu fréquemment par la suite, notamment pour promouvoir le culte du saint, il est pourtant certain qu’il les connaissait, en particulier parce qu’il a retouché un autre texte présent dans le manuscrit de Paris45, qu’il a donc eu entre les mains. Or, pour conter les « origines » de l’Aquitaine, Adémar de Chabannes a préféré s’en remettre à des sources venues du nord de la Loire, telles le Liber Historiae Francorum et les Continuations de la Chronique de Frédégaire46. Félix ne l’intéressait donc nullement et même Loup, pourtant mieux attesté, n’apparaît pas dans sa Chronique. Peut-être avait-il une conscience du caractère historiquement peu fiable des Miracles, davantage perceptible dans le manuscrit de Paris ; en effet, Adémar de Chabannes était apparemment sensible à la distinction entre hagiographie et histoire. La sensibilité aquitaine du moine chroniqueur ne se traduit donc nullement par un attachement à ces figures d’un passé où sa région était censée être « indépendante », car il s’agissait là d’adversaires des Pippinides, ancêtres des Carolingiens, particulièrement loués dans son œuvre. Et d’ailleurs même dans les Miracles, à un Félix transparent et présent dans une seule des deux recensions succédait un Loup singulièrement conspué.

  • 47 Léonce AUZIAS, L’Aquitaine carolingienne (778-987), Pau : Princi Negue, 2003 (1e édition 1937).
  • 48 M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, 4e de couverture.
  • 49 Ibid.

28Limoges, cité neustrienne, semble donc dès l’origine s’être définie par son hostilité et même sa résistance aux princes de l’Aquitaine soi-disant indépendante du VIIe siècle. Dans la ville et à Saint-Martial, les Miracles ne sont néanmoins jamais devenus le socle d’œuvres historiques durant l’époque médiévale, ce qui constitue indéniablement un beau paradoxe lorsqu’on considère leur surexploitation par des chercheurs contemporains, lesquels ont en outre rarement questionné leur texte. C’est en effet à l’époque moderne qu’on redécouvre ces Miracles et ils servent alors de support à des revendications parfois à la limite du régionalisme. Les Bollandistes s’étaient contentés d’en altérer le texte dans leur édition, afin qu’il concorde mieux avec leurs idées, remplaçant papam par patricium. Dans leur édition encore plus diffusée au XIXe siècle, les MGH reprirent cette substitution, toujours en la signalant en note. Dans les années 1930, des auteurs comme l’historien languedocien Léonce Auzias, qui écrivait certes sur l’Aquitaine carolingienne, ont contribué à populariser cette idée d’une région revendiquant perpétuellement son autonomie, écrivant par exemple qu’il s’agissait de la « nationalité la plus accusée de l’Empire »47. À la fin des années 1970, Michel Rouche décrivait l’Aquitaine comme « la plus ancienne principauté régionale de notre histoire »48, dotée d’une forte identité fondée sur l’héritage romain. Les expressions « d’indépendantisme aquitain » ou de « velléités séparatistes » sont ainsi monnaie courante dans sa thèse. Son récit s’arrête à la lisière de l’époque carolingienne, mais à propos de cette dernière, Michel Rouche émet une opinion très voisine de celle de Léonce Auzias, puisqu’en conclusion de son ouvrage, il analyse le phénomène régional aquitain comme étant « nettement constitué au terme de cette histoire49 ». Et l’existence d’un « patrice Félix » au milieu du VIIe siècle constituait un argument important dans cette optique.

  • 50 Les listes épiscopales s’interrompent juste après 700 à Limoges, Poitiers et Angoulême et après 711 (...)
  • 51 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, Olivier DEVILLERS et Jean MEYERS (trad.), Turnhout : (...)

29Si nous effaçons Félix de l’histoire, force est de reconnaître que les origines du premier duché d’Aquitaine, pourtant indéniablement une construction politique de premier plan, retombent dans l’oubli. Un oubli qui est très certainement volontaire dans les sources franques, lesquelles ne souhaitaient sans doute pas consigner les étapes de l’empiètement du duché sur les prérogatives des rois et des maires du palais. C’est pour cela que, quand les listes épiscopales s’interrompent dans un certain nombre de cités au nord de la Dordogne, Limoges, Poitiers, Angoulême, Clermont, au début du VIIIe siècle, nous pouvons seulement supposer que la principauté aquitaine est en train de s’agrandir50. Et pour l’année 719, une source franque, les Continuations de la Chronique de Frédégaire nous donne le fin mot de l’histoire : le duc d’Aquitaine s’appelle alors Eudes, et c’est en franchissant la Loire que l’on se rend sur son territoire51.

  • 52 B. KRUSCH (éd.), Miracula Austregisili, in : MGH SS rer. Merov…, t. 4, Hanovre : Impensis Bibliopol (...)

30Eudes était-il, d’une quelconque manière, apparenté à Loup ? Et quelles ont été les destinées du duché entre l’expédition ratée de Loup à Limoges en 675-676 et le moment où nous voyons apparaître le nom d’Eudes dans une source aquitaine, soit les Miracles de saint Austregisile de Bourges, une source du VIIIe siècle consignant notamment qu’Eudes s’est emparé de la ville de Bourges vers l’an 70052 ? Autant que les origines du duché, l’histoire de ces 25 années si déterminantes pour l’Aquitaine du haut Moyen Âge est sans doute condamnée à demeurer dans l’oubli.

Haut de page

Notes

1 Jean PENENT, Occitanie, l’épopée des origines, Pau : Cairn, 2009, p. 110-116.

2 Karl ZEUMER (éd.), Formulae Merowingici et Karolini Aevi, in : Monumenta Germaniae Historica (MGH) Legum sectio 5 : Formulae, Hanovre : Impensis Bibliopolii Hahniani, 1886, 23, p. 302.

3 François ARBELLOT, « Livre des miracles de saint Martial », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, Limoges : Ducourtieux, 1889, t. 26, p. 339-377, p. 342.

4 Cette dernière œuvre est du début du IXe siècle : Wilhelm LEVISON (éd.), Vita Lantberti abbatis Fontanellensis et episcopi Lugdunensis, in : MGH Scriptores rerum Merovingicarum, t. 5, Hanovre : Impensis Bibliopolii Hahniani, 1910, c. 3, p. 310.

5 Julien de Tolède, Bruno KRUSCH (éd.), W. LEVISON (collab.), Historia Wambae regis, in : MGH SS rer. Merov., t. 5, Hanovre-Leipzig : Impensis Bibliopolii Hahniani, 1910, p. 486-536.

6 Élie GRIFFE, « Où localiser le concile aquitain tenu vers 674 “ in castro Garnomo ” ? », Bulletin de Littérature Ecclésiastique, 1 (65), 1964, p. 49-52.

7 C. MUNIER et C. DE CLERCQ (éd.), Concilia Galliae, t. CXLVIII A et B, Turnhout : Brepols, 1963, p. 312 : « unde mediante inlustri Lupone duce ».

8 Michel ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une région, Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales – Éditions Jean Touzot, 1979, p. 101.

9 Ibid., p. 104-105.

10 Maurice PROU, Alexandre VIDIER (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, t. I, Paris, 1900-1907, p. 21.

11 M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, p. 100.

12 Bollandistes (éd.) Acta sanctorum, t. V, Anvers : Apud Viduam Petri Jacobs, 1709, p. 553-561, p. 555 : « Quodam tempore, cum Ebroinus comes palatii, maior domus Francorum regni in aula regis adesset et omnes nequitias seu iniquitates quae in universa terra fiebant, superbos et iniquos homines super eorum facinus viriliter subpremabat et pax per omnem terram plena et perhacta adrisit. Tunc surrexit puer unus nomine Lupus, qui et auctor nominis sui adesse voluit, ad Felicem nobilissimum et inclitum patricium ex urbe Tholosanensium qui et principatum super omnes civitates usque monte Pireneos, super gentem nequissimam Wascorum obtinebat ». Cf. également « Ex Miraculis sancti Martialis », éd. Oswald HOLDER-EGGER in : MGH SS, t. 15,1, Hanovre : Impensis Bibliopolii Hahniani, 1887, p. 280-283, p. 281. Trad. adaptée de F. ARBELLOT, « Livre des miracles… », p. 345 et de M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, p. 98-99.

13 Cf. par exemple Guilhem Pépin, qui propose « après 658-659 » pour le début du principat de Félix et « vers 671-672 » pour la fin : Guilhem PÉPIN, « Les Aquitains et les Gascons au haut Moyen Âge : genèse de deux peuples », Bulletin de la société de Borda, 1er tri, vol. 130, n° 477, 2005, p. 3-22, p. 7.

14 Acta Sanctorum, Juin, V, p. 557: « Ms. Membraneum Papam : quo nomine nullus Tolosa Episcopus fuit, nec si fuisset, tanta et potestas secularis convenisset ; itaque reposui Patricium ».

15 M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, par exemple p. 98 et ss.

16 Philippe DEPREUX, « Auf der Suche nach dem princeps in Aquitanien (7.-8. Jh.) », in : Hubert FEHR et Irmtraut HEITMEIER (dir.), Die Anfänge Bayers, Von Raetien und Noricum zur frühmittelalterlichen Baiovaria, St. Ottilien : EOS Verlag, 2012, p. 551-566 ; id., « Le princeps pippinide et l’Occident chrétien », De Mahoma a Carlomagno, Los primeros tiempos (siglos VII-IX), Actas de la XXXIX Semana de Estudios Medievales de Estella, 17 al 20 de julio de 2012, Pampelune : Fondo de Publicaciones del Gobierno de Navarra, 2013, p. 61-97.

17 Livre des Miracles de saint Martial, éd. et trad. F. ARBELLOT, art. cit., p. 343 et 353 : « Lupus quidam dictus est, tempore quoi Ebroinus majordomus constitutus est, qui, nomini sui heres, lupinam exercebat saevitiam ».

18 Michel Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand : Institut d’Études du Massif Central, 1981, p. 92.

19 Grégoire de Tours, Glory of the confessors, trad. Raymond VAN DAM, Liverpool : Liverpool University Press, 1988, chap. XXVII, p. 288.

20 La date traditionnelle de 848 a récemment été contestée au profit de celle, très voisine, de 849 : Irmgard FEES, Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern 715-918 (987), t. 2, Die Regesten des Westfrankenreichs und Aquitaniens, 1ère partie : Die Regesten Karls des Kahlen 840 (823) – 848, Vienne-Weimar-Cologne: Böhlau, 2007, p. 293-295 (n° 590-595) ; P. DEPREUX, « Réforme monastique et discours historiographique. L’évocation par Adémar de Chabannes de la dédicace de la basilique du Sauveur et de l’introduction de l’observance bénédictine à Saint-Martial de Limoges au IXe siècle », in : Magali COUMERT, Marie-Céline ISAÏA, Klaus KRÖNERT et Sumi SHIMAHARA (dir.), Rerum Gestarum Scriptor. Histoire et Historiographie au Moyen Âge. Mélanges Michel Sot, Paris : PUPS, 2012, p. 435-452.

21 F. ARBELLOT, « Livre des miracles… », p. 360-370.

22 Bibliotheca Hagiographica Latina Antiquae et Mediae Aetatis, éd. Bollandistes, K-Z, Bruxelles : Socii Bollandiani, 1900-1901, p. 817-818.

23 http://bhlms.fltr.ucl.ac.be (consulté le 04/01/2021 ; la version en ligne propose en effet des datations actualisées de manuscrits que l’on ne trouve pas dans la version anciennement publiée).

24 Oswald HOLDER-EGGER (éd.), Ex Miraculis sancti Martialis, p. 280-283.

25 F. ARBELLOT, « Livre des miracles… », p. 340.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Louis DUCHESNE, « Saint Martial de Limoges », Annales du Midi, 1892, p. 289-330, p. 295.

29 P. DEPREUX, « Le princeps pippinide et l’Occident chrétien », p. 71.

30 Jacques-Paul MIGNE (éd.), Patrologia Latina, Paris : Editions Ateliers Catholiques du Petit-Montrouge, 1853, vol. 141, col. 1158.

31 Jean-Pierre POLY, « La lignée de Martial. Liste épiscopale et mémoire du passé », in : M. COUMERT, M.-C. ISAÏA, K. KRÖNERT et S. SHIMAHARA (dir.), Rerum Gestarum Scriptor, p. 537-555, p. 553.

32 Ibid., p. 554-555. Jean-Pierre Poly écrit que saint Loup est mort le 22 mai 633, alors que la date traditionnelle est 632.

33 Ibid. p. 548 et n. 64 : Jean-Pierre Poly va jusqu’à suggérer que Martial de Limoges n’aurait jamais existé et que la dédicace du premier mausolée se réfère au saint homonyme martyrisé en Afrique.

34 Ibid., p. 553 et n. 88.

35 Ibid., p. 554 et n. 92.

36 La bibliographie sur saint Éloi est bien évidemment abondante, mais puisque nous évoquons simplement l’interrogation sur la date de son élévation épiscopale, contentons-nous de mentionner que l’un des meilleurs spécialistes du sujet a récemment opté pour 641 : Charles MÉRIAUX, « Pour une reprise des travaux sur la Vie de saint Éloi », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 2015, p. 25-28. Détail notable, le même auteur écrivait « 640 » dans une notice de 2009 toujours présente sur le site de l’atelier HagHis (Hagiographie et Histoire), en ligne : http://haghis.blogspot.com/2009/11/du-nouveau-sur-saint-eloi.html, consultée le 04/01/2021.

37 Le roi de Neustrie, Thierry III, était alors en passe de réunifier le royaume des Francs, aidé d’Ébroïn, sorti de son monastère, et qui avait commencé par instrumentaliser la menace d’un candidat au trône d’Austrasie, Clovis III. Ébroïn finit par se rallier à Thierry III en échange de son retour à la tête de la mairie du palais de Neustrie.

38 L’épisode n’est pas sans évoquer des modèles littéraires. Ainsi, dans l’Histoire romaine de Tite-Live, c’est un autre Proculus qui annonce la divinisation de Romulus ; il s’agit donc là aussi d’un rôle religieux. Certes, il a existé à la fin de l’Antiquité des sénateurs de ce nom ayant entretenu des liens avec des grandes familles influentes à Limoges – cf. J.-P. POLY, « La lignée de Martial... », p. 544 – mais les Miracles de saint Martial insistent beaucoup sur la modestie du personnage (avec notamment des jeux de mots rapprochant son nom des adjectifs pauculus et pauperculus).

39 F. ARBELLOT (éd. et trad.), Livre des miracles de saint Martial…, p. 344-345 : « Hora siquidem ejusdem diei nona, ingravescente langore, ipse solutus a corpore multos solvit a timore. Ubicumque ejus nuntiabatur interitur Deo gratias et laudes proceres simul et vulgus passim concelebrabant, sanctoque Martiali non mediocriter benedicebant, ipsum esse liberatorem patriae et potentissimum ultorem injuriae suae dicentes. Et sicut omnibus incusserat metum, ita optatum defunctus reddidit gaudium. Quae enim civitas, aut castrum, aut vicus absque ejus erant timore ? Nimirum ipsam regis aulam illius formido perculerat, in quam nisi morte praeventus fuisset conabatur extendere impietatis suae aciem et, si posset, obtinere monarchiam. »

40 E. GRIFFE, « Où localiser le concile aquitain… », p. 49-52.

41 P. DEPREUX, « Auf der Suche nach dem princeps in Aquitanien », p. 551-566.

42 Comme le manuscrit de Bruxelles, il est du Xe siècle ; mais il contient en plus un exemplaire de la Vie de sainte Valérie, qui est de 985, et provient de Saint-Cybard d’Angoulême.

43 L. DUCHESNE, « Saint Martial… », p. 295 n. 2. Le chanoine historien met notamment en exergue le mot marthararius pour matricularius et les formes dirigere (envoyer), innotescere (faire connaître), optimates, oraculum (oratoire).

44 Pierre DE LABRIOLLE, « Papa », Bulletin du Cange, Archivium Latinitatis Medii Aevi, 4, 1928, p. 65-75. Si l’auteur reconnait que Grégoire VII a réaffirmé le monopole de cette appellation pour l’évêque de Rome, il écrit « dans le dernier quart du XIe siècle, il y avait déjà environ trois siècles, peut-être même davantage, que le titre de papa rendait à peu près le même son qu’aujourd’hui aux oreilles de la chrétienté occidentale » (p. 75).

45 La Vita de sainte Valérie.

46 Nous utilisons ici la dénomination classique de l’œuvre mais sommes tout à fait au courant de la thèse de Roger Collins, qui pense que les prétendues Continuations de la Chronique de Frédégaire sont en fait une œuvre indépendante, cf. Roger COLLINS, Die Fredegar-Chroniken, Hanovre : MGH Studien und Texte 44, 2007.

47 Léonce AUZIAS, L’Aquitaine carolingienne (778-987), Pau : Princi Negue, 2003 (1e édition 1937).

48 M. ROUCHE, L’Aquitaine, des Wisigoths…, 4e de couverture.

49 Ibid.

50 Les listes épiscopales s’interrompent juste après 700 à Limoges, Poitiers et Angoulême et après 711 à Clermont. Cela serait la preuve d’une « laïcisation » de l’épiscopat provoquée par le duc Eudes, désireux de récompenser ses soutiens aristocratiques en leur octroyant des biens d’Église, phénomène bien attesté par ailleurs à la fin de l’époque mérovingienne, cf. Émile LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France¸ t. II, Les étapes de la sécularisation des biens d’Église du VIIIe au Xe siècle, Lille : Facultés catholiques, 1922.

51 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, Olivier DEVILLERS et Jean MEYERS (trad.), Turnhout : Brepols, 2001, p. 216-221.

52 B. KRUSCH (éd.), Miracula Austregisili, in : MGH SS rer. Merov…, t. 4, Hanovre : Impensis Bibliopolii Hahniani, 1902, p. 200-207.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bellarbre, « L’oubli des origines du premier « duché » d’Aquitaine au VIIe siècle », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 20 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/38211 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.38211

Haut de page

Auteur

Julien Bellarbre

Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search