Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Droit, politique et littérature d...Présentation

Droit, politique et littérature dans l’Espagne du Siècle d’or : le roi, la loi, le procès

Présentation

Christophe Couderc, Marie-Eugénie Kaufmant, Alexandra Merle et Philippe Rabaté

Dédicace

À la mémoire de Christian Biet

Texte intégral

Droit et littérature

  • 1 Par exemple l’essai pionnier, publié initialement en 1925, « Law and Literature » de Cardozo. Voir (...)

1Les rapports entre le droit et la littérature ont été étudiés depuis plusieurs décennies et en particulier à partir des années 1980. On considère en effet, même si des travaux antérieurs pourraient être mentionnés1, que c’est après la publication en 1973 de The Legal Imagination de James Boyd White qu’un nouveau courant de recherche s’est développé dans ce domaine et a pris une grande importance dans le monde universitaire, notamment en Amérique du Nord, au point que se constituèrent parfois de véritables départements ou laboratoires de recherche autour de cette nouvelle thématique, souvent abrégée en Law and Lits.

2Les juristes – du moins certains d’entre eux, c’est-à-dire notamment ceux qui sont enclins à tisser des liens entre le droit et les sciences sociales – ont au départ vu dans le mouvement « Droit et Littérature » une invitation à renouveler l’approche analytique et positiviste du droit, afin de mieux former les professionnels – les juges en particulier – au service d’une justice plus efficace et plus empathique. Cette nouvelle pratique, qui aspirait à une meilleure connaissance de la condition humaine, pouvait – pensaient-ils – utilement tirer parti de la littérature de fiction, où les réalités humaines se laissent voir dans leur infinie diversité – sociale, notamment – et font l’objet d’un ordonnancement porteur de sens.

  • 2 Voir Marta Nussbaum, L’Art d’être juste, Paris : Flammarion (Climats), 2015 [traduction de Poetic J (...)

3Selon ce que l’on a pu qualifier de projet d’éducation sentimentale du juriste, la littérature était donc abordée dans une perspective utilitariste et pragmatique et fournissait des exemples fomentant la compréhension de l’action humaine, dont il importe de prendre en compte les dimensions imaginative et émotionnelle. Le concept de « justice poétique » – bien connu des spécialistes de la littérature espagnole du Siècle d’or, qui l’emploient cependant dans une acception légèrement différente –, constitue ainsi la première partie du titre original du livre où Marta Nussbaum explore le rôle de la littérature dans l’éducation morale et civique2.

  • 3 Jorge Roggero (édition et introduction), Derecho y literatura : textos y contextos, Buenos Aires : (...)
  • 4 J. ROGGERO, op. cit., p. 175.

4D’autres ont prolongé la réflexion en révélant une parenté entre le droit et la littérature. White considère ainsi que le droit, et sa forme d’expression par excellence qu’est la loi – deux notions que recouvre le terme anglais de « law », avec une ambigüité absente dans les langues romanes –, est texte, et que c’est le texte qui fonde la légitimation de la violence de la loi ou différencie la violence du droit : « en este sentido, la verdadera prueba de la autoridad es de carácter literario »3. Pour Calvo González il importe de rappeler la présence du mythos dans la littérature autant que dans le droit : « en ambas creaciones humanas la función mítica se halla presente a través de la vocación instituyente de dación de sentido frente al desorden de la experiencia ; la institución jurídica otorga sentido reordenando el conflicto social, la literaria socializa mediante la ficción una promesa de sentido ante el desconcierto de la experiencia »4.

  • 5 Ibid., p. 5. Voir également José Calvo González, Derecho y literatura: materiales para una teoría y (...)
  • 6 Des dissensions existent au sein même du mouvement, pour en contester l’interdisciplinarité, pour r (...)

5Le mouvement Law/Lits peut ainsi être d’abord compris comme une « expresión particular de la teoría crítica jurídica », comme l’écrit l’éditeur d’une utile et récente anthologie sur la question5, même si, dans son versant éducatif, il s’agit aussi d’un projet politique, de portée plus large, par lequel les citoyens seraient mieux formés pour affronter la complexité du monde grâce à l’expérience de l’analyse textuelle et au questionnement des régimes de production de la vérité en Occident6. Son histoire l’a amené à se structurer comme un triptyque : au premier panneau, dans lequel la littérature est appréhendée comme un auxiliaire du droit et de sa pratique renouvelée (le droit comme littérature), s’ajoute celui, complémentaire, de l’étude du droit de la littérature (droit d’auteur, etc.), tandis que le troisième volet – qui nous intéressera davantage dans le présent dossier – a pour objet l’étude de la présence et de la représentation du droit dans la littérature, qu’il s’agisse des formes de l’exercice de la justice (enquête, tribunaux, etc.) ou de concepts ou de valeurs juridiques.

  • 7 María Paz Alonso Romero, El Proceso penal en Castilla (Siglos XIII-XVIII), Salamanque : USAL, 1982.
  • 8 María Paz Alonso Romero rappelle que c’est avec les Partidas que « la imagen del rey-legislador va (...)
  • 9 Voir Jean-Marc Pelorson et ses travaux sur les Letrados sous le règne de Philippe III (Jean-Marc Pe (...)

6Il est manifeste, dans l’Espagne du Siècle d’or, que le juridique imprègne le littéraire, et, plus généralement, que la culture espagnole moderne est profondément juridique. Cette singularité juridique, authentiquement hispanique, telle que l’a étudiée, en la replaçant dans un vaste cadre historique, María Paz Alonso Romero dans son ouvrage classique El proceso penal en Castilla (Siglos XIII-XVIII)7, tient peut-être avant tout à une modification en profondeur de la Monarchie elle-même, qui a évolué précocement – dès le XVIsiècle – vers un fonctionnement de plus en plus bureaucratique et technocratique. Depuis l’époque des Rois Catholiques, la création d’universités de Lettres a par ailleurs été encouragée et l’affirmation d’une élite de juristes – robins, ou letrados – ne peut être déconnectée de l’évolution de la « Monarchie catholique » tant les Habsbourg s’appuyèrent avec constance sur ce corps intermédiaire civil, autant que sur le tribunal ecclésiastique du Saint Office et sur le clergé tout court, car un des traits remarquables est la fréquence des carrières entre Église et service de l’État, surtout à partir du règne de Philippe II. Or, dès lors que le Droit, avec sa vaste gamme de procédures contentieuses, sera devenu l’une des spécialités espagnoles les plus prisées – dès le règne des Rois Catholiques et peut-être plus tôt encore, si l’on en croit la mythographie référée aux monarques castillans législateurs, tels Alphonse le Sage, et, avant lui, les « juges de Castille »8 –, les régimes judiciaire/juridique et littéraires constitueront ainsi deux territoires étroitement imbriqués. C’est la plus évidente des raisons pour lesquelles la culture juridique des élites ne put laisser de pénétrer intimement la littérature de fiction : nombre d’écrivains du Siècle d’or ayant suivi une formation de Leyes9, il est légitime de se demander en quoi les lettres suivent des modèles discursifs juridiques, et dans quelle mesure la poétique et la rhétorique qui structurent leurs écrits sont tributaires d’une forme de fascination pour le droit.

  • 10 José Luis DE LAS HERAS SANTOS, La Justicia penal de los Austrias en la Corona de Castilla, Salamanq (...)

7Mais les rapports entre droit et littérature ne se limitent pas à l’existence d’un soubassement culturel commun aux acteurs de ces deux champs. Le contexte est en effet celui d’une modification du rapport à la loi, pas seulement parce qu’une modernisation du droit est alors en marche, donnant lieu à une intense judiciarisation de la vie quotidienne, mais aussi en raison de l’évolution des modèles théoriques sous-tendant la conception de la potestas monarchique. Il est inutile de rappeler que le fondement théocratique de l’absolutisme suppose que le roi est conjointement un juge et la source du droit : « en aquel tiempo, gobernar era sobre todo hacer justicia, y, aunque a partir del siglo XVI la Monarquía comenzó a desempeñar funciones más complejas, las tareas de impartición de justicia siguieron siendo esenciales para la gobernación de los reinos. La facultad de juzgar, igual que todas las demás se suponía detentada por el príncipe en virtud de la gracia divina »10. Et, à l’époque qui nous intéresse, il est naturel que les questionnements qui le concernent se donnent à voir dans la fiction, qui aime à représenter le fonctionnement de l’institution judiciaire, mais aussi à interroger la différence entre la loi et la justice, ou encore, et surtout, à revenir, avec obstination, sur la figure du roi : roi juge ou justicier, qui fait preuve de clémence ou bien de cruauté et d’arbitraire, auquel s’accolent de multiples débats, qu’ils portent sur les limites du pouvoir royal, le droit de résistance des sujets, le pacte entre le roi et le royaume, et plus généralement, les rapports entre le roi et le droit – le tout étant naturellement diversement abordé en fonction des codes et des conventions propres aux différents genres auxquels ressortissent les textes qui en traitent –.

  • 11 Richard L. KAGAN, Pleitos y pleiteantes, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1991, p. 25, et p.  (...)
  • 12 Christian BIET, Droit et littérature sous l’Ancien Régime : le jeu de la valeur et de la loi, Paris (...)

8Car si l’époque est à l’« ardor litigante » (selon les mots de Richard Kagan)11 dans laquelle on pourrait voir s’exprimer un accroissement et un durcissement des tensions sociales, on y constate également l’émergence de nouvelles puissances associées à ce que l’on n’appelle pas encore la littérature. Le rôle de la fiction, et particulièrement du théâtre, n’est-il pas de renégocier les modèles normatifs du réel ? Comme l’écrit Christian Biet, la littérature « construit des simulacres esthétiques et mimétiques sur des simulacres sociaux opératoires et efficaces, afin d’établir une distance interprétative capable de faire réfléchir le lecteur et le spectateur sur l’ensemble des simulacres dont elle parle et qu’elle utilise »12. Au sein de l’articulation entre littérature et droit, la dimension herméneutique s’établit comme un principe recteur, notamment eu égard à l’interprétation de la littéralité juridique des textes et à la reconstitution judicaire des cas. Dans le processus d’ordonnancement du réel, commun aux champs littéraire et judiciaire, le point de vue ou encore la notion de rôle sont sans cesse mis en question, suggérant les apports de la théâtralité et de la focalisation romanesque à la pratique judiciaire. À une époque où l’art romanesque représente les balbutiements de la théorie moderne du point de vue et où la théâtralité mène une enquête sans cesse renouvelée sur la codification des rôles et les simulacres socio-esthétiques qui les régissent, la problématique interprétative qui articule le rapprochement entre les registres du droit et de la littérature s’en trouve renforcée à travers la prise en compte d’un rapport entre le texte et son lecteur/spectateur où le processus herméneutique est sans cesse activé.

  • 13 Tel que cela est ressorti des deux colloques internationaux organisés par le CRIIA (Centre de reche (...)
  • 14 Voir Ernst KANTOROWICZ, Les Deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Pari (...)
  • 15 Voir pour la France : Christian BIET et Laurence SCHIFANO (dir.), Représentations du procès. Droit, (...)
  • 16 Pour reprendre le titre d’un article de Florence Dupont : « La scène juridique », Communications, 2 (...)

9Parmi les différents points d’intersection ou d’interaction entre le droit, la pensée politique et la littérature, deux ensembles de motifs majeurs nous ont semblé justifier la répartition en deux parties des travaux ici rassemblés13 : dans la première (« Le roi, le droit et le bon gouvernement »), les contributions traitent de questions juridico-politiques qui toutes accordent une place de choix à la figure du roi, garant et fondement de la Loi et du Juste – au moins depuis le XIIIe siècle, selon Kantorowicz, pour qui à partir de cette époque la jurisprudence supplante la théologie comme source d’inspiration principale des doctrines de l’exercice du pouvoir politique14 –. D’autre part, une seconde partie (« Le droit fictionnalisé : culture juridique et représentation du processus judiciaire ») réunit des études centrées sur la présence, la fréquence et la signification de la fictionnalisation du procès – une question qui a pu être étudiée pour la littérature française ou anglophone15, mais qui ne semble pas avoir généré une abondante littérature critique du côté de l’hispanisme pour ce qui concerne le Siècle d’or –. Plus judiciaire, et quelque peu moins juridique – mais sans que cessent d’y figurer certaines des interrogations présentes dans la partie précédente –, ce second groupe de contributions entend rendre compte, principalement à travers l’examen de cas, de ce qui dans la fiction relève d’une réflexion sur les pratiques judiciaires et sur l’exercice de la justice, qu’il s’agisse d’exprimer une critique indirecte ou d’appuyer une politique réformiste conduite par l’État, ou de jouer plus directement des analogies entre la scène de théâtre et la « scène juridique »16, en conférant une importance particulièrement nette à la représentation de la procédure judiciaire.

10Nous dirons quelques mots de ces deux grands questionnements pour achever ce texte introductif.

Le roi, le droit et le bon gouvernement

  • 17 Diego Saavedra Fajardo, Empresas políticas, Madrid : Cátedra, 1999, p. 359. Empresa 21.

11« Por una letra sola dejó el rey de llamarse ley. Tan uno es con ella, que el rey es ley que habla, y la ley un rey mudo »17. C’est en glosant une paronomase bien connue que Saavedra Fajardo aborde, dans l’une de ses Empresas, un sujet situé au cœur de la réflexion politique : les relations entre le roi et le droit. Cette question essentielle pour la définition de la nature du pouvoir et des relations entre gouvernants et gouvernés est l’objet, au Siècle d’or comme auparavant et en Espagne comme ailleurs, de débats théoriques nourris. De fait, l’identification entre le roi et la loi est moins simple qu’il n’y paraît.

  • 18 Antonio de GUEVARA, Relox de príncipes, Livre I, chap. 36, edición de Emilio Blanco, Madrid : ABL e (...)
  • 19 Rafael D. GARCÍA PÉREZ, Antes leyes que reyes: cultura jurídica y constitución política en la Edad (...)
  • 20 Juan de Mariana distingue entre les lois promulguées par le prince et les lois « establecidas por t (...)

12Certes, le roi, garant de la justice et du bien commun, semble largement reconnu, dans la littérature politique espagnole et surtout castillane des XVIe et XVIIe siècles, comme source du droit, ainsi que le voulaient déjà les Partidas au temps d’Alphonse X. La faculté qu’il possède de créer, d’amender ou d’abroger les lois civiles est amplement divulguée grâce à des textes de nature littéraire imprégnés de conceptions politiques, tel le Relox de príncipes (1529) où fray Antonio de Guevara écrit que « las leyes y fueros el rey les da al reyno, y no el reyno al rey »18. Mais ces assertions courantes n’empêchent pas le royaume de Navarre de s’enorgueillir d’avoir eu « antes leyes que reyes »19, sans parler de la couronne d’Aragon, et à la fin du XVIe siècle encore certains auteurs tels que le jésuite Juan de Mariana n’en sont pas moins attachés à définir des cas particuliers : il en est ainsi des lois fondamentales du royaume (celles qui touchent à la succession au trône notamment), que le roi ne peut altérer20.

  • 21 Jean BODIN, Les Six livres de la république, Paris : Jacques du Puys, 1576, Livre I, chap. 8, « De (...)
  • 22 Pedro de RIBADENEYRA, Tratado de la religión y virtudes que deve tener el Príncipe Christiano […], (...)
  • 23 « Aunque dominante, la tesis de la sumisión del príncipe a la ley restringida a los términos de la (...)
  • 24 Voir quelques pages éclairantes sur ces textes dans Christine AGUILAR-ADÁN, « L’institution d’un pr (...)
  • 25 Alain MILHOU, Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du xvie siècle, Toulouse : Presses univer (...)

13Au-delà de l’élaboration des lois, la question de l’exemption du roi par rapport à leur puissance, indispensable à la souveraineté « absolue » telle que la définit Jean Bodin en France en 157621, se révèle plus complexe. La plupart des juristes et théologiens espagnols sont d’avis que le roi doit obéir aux lois qu’il a lui-même promulguées, même s’il ne peut être contraint à le faire ; ainsi, à la fin du XVIe siècle, tout en reconnaissant dans la personne du prince la « lex animata », le jésuite Ribadeneyra estime qu’il doit montrer l’exemple : « con razón se llama el príncipe ley viva, no solo porque tiene potestad para hacer la ley e interpretarla y dispensar en ella, sino también porque la ley por sí es muerta si él, como ánima de la ley, con su ejemplo no le da vida »22. Alors qu’une majorité d’auteurs, reprenant la distinction établie par saint Thomas entre vis coactiva et vis directiva de la loi, estiment que seule cette dernière est applicable au prince, un Vázquez de Menchaca n’hésite pas à le soumettre à la force coercitive de la loi23, tandis que les écrits postérieurs de Jerónimo de Ceballos ou de Diego Tovar y Valderrama se rapprochent de la théorie de la souveraineté bodinienne24. Cette variété d’opinions a mené à des controverses entre spécialistes de la pensée politique et juridique, dont certains discernent en Espagne une esquisse de théories « absolutistes » tandis que d’autres mettent en valeur un attachement durable à la notion de pacte ou de contrat25.

  • 26 Voir Alexandra MERLE, « Le débat sur la résistance au tyran dans la littérature politique espagnole (...)

14De ce fait, si les lois sont considérées comme des instruments pour préserver l’ordre et garantir la justice, châtier les méchants et récompenser les bons, objet de la justice distributive, elles sont aussi pour de nombreux juristes et penseurs espagnols un garde-fou destiné à protéger les sujets d’un excès de pouvoir du roi et des inévitables dérives vers la tyrannie. Certains traitent ouvertement du « droit de résistance », basé sur la loi naturelle, avec toutes les nuances allant de la résistance passive au tyrannicide26.

15À ces questions essentielles dans la réflexion sur le pouvoir s’ajoutent d’autres débats, dotés d’une certaine permanence ou plus ponctuels. Il est par exemple commun de s’interroger sur les conditions de la délégation de la juridiction royale et les modalités d’exercice de la justice. Ainsi Saavedra Fajardo évoque-t-il, dans la même Empresa citée plus haut, les multiples juridictions qui interviennent dans l’application du droit, l’importance que revêtent le discernement dans le choix des magistrats et la correcte interprétation des lois – « Adviertan bien los principes a qué sujetos les encomiendan, pues no les fían menos que su mesmo ser y los instrumentos principales de reinar » –, ainsi que les périls inhérents à la multiplication des lois et à celle des procès. De même, toute la littérature politique accorde la plus grande attention au choix des conseillers et des ministres, à leur rôle auprès du roi et à l’articulation entre conseil et prise de décision, une thématique qui prendra davantage d’importance encore au XVIIe siècle, époque à laquelle s’épanouit aussi la réflexion concernant les pratiques de gouvernement liées à la raison d’État, permettant au gouvernant de répondre à des situations d’exception par des moyens d’exception. Aux débats suscités, surtout depuis la fin du XVIsiècle, par la nature composite de la monarchie espagnole et la difficulté de gouverner un ensemble de royaumes caractérisé par la diversité – y compris celle des langues et des coutumes – dont il s’agit d’assurer la conservation, s’ajoutent des considérations circonstancielles, liées à des conflits ouverts ou latents avec certains des territoires soumis à la souveraineté espagnole, ou bien encore à des enjeux dynastiques.

  • 27 Voir l’introduction aux actes du colloque volume : Jean-Pierre ÉTIENVRE (dir), Littérature et polit (...)

16De tels sujets ne sont nullement cantonnés aux doctes productions en latin ou en langue vulgaire des théologiens et des juristes, ou aux « arts de gouverner » qui se multiplient en Espagne comme dans le reste de l’Europe moderne. Outre que nombre d’auteurs s’essaient à plusieurs formes littéraires, le XVIIe siècle en particulier est propice à la rédaction d’œuvres qui, comme les Empresas de Saavedra ou les traités politiques et moraux d’un Gracián ou d’un Quevedo, se situent à la croisée des genres. Les œuvres de fiction pour leur part sont également imprégnées de ces débats juridiques et politiques auxquels elles offrent un traitement que l’on peut dire plus libre et inventif27.

17Les contributions rassemblées dans la première partie de ce volume s’attachent d’abord à analyser le recours à des formes et à des procédés littéraires comme mode d’expression de questionnements sur des sujets sensibles ou de propositions inédites en matière de gouvernement. Le dialogue mettant en scène des personnages fictifs – qui commentent parfois une actualité précise, ou au contraire guident le lecteur vers un univers entièrement fictionnel, tout en renvoyant à des réalités contemporaines – est ainsi particulièrement prisé, que ce soit pour lancer un débat sur le droit de conquête et le traitement réservé aux sujets qui peuplent les territoires acquis par la force des armes (Emilio Blanco), pour critiquer le mauvais gouvernement de certaines possessions de la monarchie (Mathias Ledroit), ou pour proposer des modèles utopiques de bon gouvernement (Alexandra Merle). D’autres formes telles que la satire politique, si bien représentée par Boccalini et Quevedo ou le sermon, souvent nourri de références mythologiques, ont le pouvoir d’exprimer par le biais de la métaphore un jugement sans appel sur les pratiques de gouvernement (Donatella Gagliardi) ou de transcrire, au bénéfice d’un large public et en utilisant des références culturelles amplement partagées, des dispositions juridiques et des décisions controversées qui engagent l’avenir de la monarchie espagnole (Sarah Voinier) – une manière de « dire le droit » –.

  • 28 Voir, parmi les travaux les plus récents, les nombreuses réalisations du programme « Autoridad y po (...)

18Si ces études de cas concernent des écrits qui usent de procédés littéraires et empruntent à la fiction à des degrés divers, d’autres contributions montrent avec quelle fluidité les concepts et les métaphores juridico-politiques se transmettent à la fiction – dramatique en particulier – (Marie-Eugénie Kaufmant), et mettent en valeur l’aptitude de la Comedia à s’emparer de sujets politiques. Au-delà du rôle de vecteur de transmission – voire de divulgation – d’une culture juridique et politique, ou d’espace de représentation des figures de l’autorité28, la fiction est aussi un possible creuset ou lieu d’expérimentation sur les rapports entre gouvernants et gouvernés. Elle échappe en effet aux verdicts définitifs et recèle une marge intéressante de liberté interprétative quant aux rapports entre droit et pouvoir, laissant au lecteur / spectateur la fonction de juge.

19On verra ainsi mettre en scène des interrogations sur les lois qui régissent la succession au trône (Marion Duchesne), sur la nature de la majesté royale (Philippe Meunier), ou encore sur les droits des sujets face aux injustices d’un monarque tyrannique (Nathalie Peyrebonne). Bien sûr, la question de la résistance au tyran et de la désobéissance aux lois injustes est aussi abordée au théâtre par des voies moins directes ; on sait combien sont nombreuses les pièces qui montrent les exactions des comendadores et autres seigneurs abusifs – plus rarement du prince ou de la reine – dont il est plus aisé d’envisager le châtiment. La fiction s’intéresse aussi ouvertement à la délégation de l’autorité du roi en matière judiciaire et au problème des juridictions. Ainsi, Michèle Guillemont met en valeur la réflexion sur la pluralité des juridictions dans le Guzmán de Alfarache, une œuvre qui fait la démonstration de la supériorité de la « loi du roi » ; en d’autres termes, on peut y voir la réaffirmation de ce que « la justice est la prérogative la plus absolue du pouvoir royal ».

  • 29 Sur ce débat, voir Benjamín GONZÁLEZ ALONSO, « Jueces, justicia, arbitrio judicial (Algunas reflexi (...)

20D’autres personnages, gouverneurs de fictions en prose, tels Sancho, permettent d’éclairer la conquête du statut de personne juridique au sein même de l’artifice de la burla fictionnelle qui enchâsse l’expérience du pouvoir dans une aura d’utopie. Si le Quichotte est le terrain de toutes les expérimentations de l’imaginaire, les interprétations empiriques du droit que ce gouverneur de fiction incarne peuvent être analysées en rapport avec l’importance du libre-arbitre judiciaire. La fiction pourrait refléter le débat politico-juridique qui s’établit au Siècle d’or autour d’un arbitrium qui émane du discernement du juge. Ce débat, qui transparaît dans l’emblème 21 de Saavedra en toile de fond des problématiques d’interprétation juridique et judiciaire du pouvoir royal et de délégation aux magistrats, met en concurrence le droit coutumier et l’opinion commune avec les sources juridiques de la loi royale et des interprétations des docteurs29. À l’épreuve des théories juridico-politiques sur le rôle du roi entre clémence et rigueur justicières et sur les autres formes de droit en marge de la loi promulguée par le monarque, la fiction ne crée-t-elle pas ses propres interstices d’un droit ouvert à l’interprétation et au libre-arbitre, destinés à offrir une nouvelle vision de l’alliance entre le pouvoir, la loi et le système judiciaire ? La métaphore, l’allégorie, la burla, le songe ou encore la fable dramatique et le dialogue humaniste sont autant de moyens littéraires de représenter la culture juridico-politique, en croisant les perspectives de la littérature plus doctrinale et de la littérature fictionnelle et en puisant aux sources textuelles d’un creuset ou lieu d’expérimentation sur les rapports entre gouvernants et gouvernés.

Culture juridique et représentation du processus judiciaire

  • 30 Don W. CRUICKSHANK, Calderón de la Barca. Su carrera secular, trad. J. L. Gil Aristu, Madrid : Gred (...)
  • 31 J.-M. Pelorson, op. cit., p. 31.

21Comme il a été dit précédemment, il semble que la société espagnole de la première modernité se soit caractérisée par une présence très grande, dans la vie quotidienne, des procès et des procédures judiciaires. Moins connue peut-être que celle d’un Calderón, la culture juridique de Lope de Vega, étudiée successivement dans ce volume par Anne Cayuela d’une part et, de l’autre, par Sònia Boadas et Pedro Conde Parrado, constitue l’une des preuves de cette imprégnation. Ainsi que l’écrit Cruickshank, il était courant d’avoir recours aux tribunaux pour trancher des querelles que l’on jugerait aujourd’hui étrangères à la sphère juridique : « tenemos, sin duda, la impresión de que en la España del Siglo de oro se cometían, quizá, más delitos, pero también se recurría más a los servicios legales (y sospechamos que también se pleiteaba más) »30. Et Jean-Marc Pelorson relevait déjà, dans son livre consacré aux Letrados, une « proliferación de procesos » qui l’amenait à conclure : « en resumen, España se convertía en medida creciente en un país de pleitos, de ‘pleitomanía’ y de procesos, tanto civiles como criminales »31.

22Dans ces conditions, il est peu surprenant que le procès apparaisse régulièrement dans les intrigues fictionnelles. Représenté tel quel ou diffracté dans l’action, le procès se retrouve au cœur des dispositifs de la narration, comme le démontrent ici Philippe Rabaté et Christine Marguet, et notamment dans la littérature picaresque, qui accorde une place de choix aux notions de caso et de confession – Michel Cavillac rapprochait ainsi la confesión general du galérien créé par Mateo Alemán de la figure du « juge-pénitent » dans La chute de Camus –. Dès le Lazarillo de Tormes, en effet, le récit, loin de n’être que la justification du déshonneur final du protagoniste, offre un exposé systématique et ab initio de la vie du crieur de vin en offrant à la première personne des territoires jusque-là inexplorés. Mateo Alemán procéda de son côté en 1593 à l’interrogation d’une douzaine de mineurs d’Almadén, magnifique document juridique exhumé jadis par Germán Bleiberg et qui est considéré comme l’une des sources directes du Guzmán de Alfarache. Quant à Quevedo, il sut identifier et renverser cette confession « à décharge », si l’on peut dire, qui constitue un véritable paradoxe, le héros picaresque prétendant abolir ses méfaits et sa culpabilité en nous livrant un récit détaillé de ceux-ci.

  • 32 J.-P. VERNANT et P. VIDAL-NAQUET, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris : La Découverte, 2001, (...)
  • 33 Florence DUPONT, L’Orateur sans visage, Paris : PUF, 2000, p. 87.
  • 34 Ibid., p. 13. La même Florence Dupont rappelait dans une étude antérieure que le mot partes référai (...)
  • 35 Marc FUMAROLI, Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève : Droz, 1996 (2e é (...)

23Naturellement, la littérature dramatique, par son abondance comme par la variété de ses formes, constitue un point de rencontre privilégié entre Droit et Littérature, en raison, en premier lieu, de l’articulation historiquement fondée entre le processus judiciaire et l’usage théâtral (performatif) de la rhétorique. La pratique du droit, depuis son origine semble-t-il, a été en rapport avec la mise en scène, la solennité, le cérémoniel, et Vernant et Vidal-Naquet lisaient déjà la tragédie grecque comme l’expression d’un moment historique où entrent en conflit des formes de droit ou des lois différentes, donnant à voir, mise en mots et en actes, « une pensée juridique en plein travail d’élaboration »32. Les rapports de contiguïté, ou éventuellement de concurrence, entre théâtre et droit, l’un et l’autre mis en scène, ritualisés, spatialisés, et recourant à une rhétorique commune, sont dans la langue et son histoire : « comme son nom l’indique orare n’est pas ‘parler, communiquer’ mais ‘agir sur une foule par sa bouche’ »33, précise Florence Dupont qui rappelle – mais pour la déconstruire – l’association topique, en ce qui concerne le théâtre à Rome, entre l’acteur et l’orateur, à partir d’une interprétation de l’actio commune à l’un et à l’autre. Cette « idée fausse », comme elle la qualifie34, Marc Fumaroli en avait fait état pour rapprocher le théâtre français du XVIIsiècle et le procès, dans un volume rassemblant ses études sur la question et publié dix ans plus tôt, quand il soulignait « l’identité des termes que le latin applique au théâtre et au prétoire : actio désigne à la fois l’interprétation d’un texte dramatique ou judiciaire, et la poursuite en justice ; actor désigne à la fois l’acteur anobli par son initiation à la rhétorique et l’accusateur en justice ; agere, un des verbes clefs de la langue latine, s’applique aussi bien à une procédure dans un rôle théâtral ou un rôle social assumé avec responsabilité et vigueur 35».

24De façon générale, le théâtre de l’époque moderne joue volontiers avec des motifs et des notions tels que l’aveu/la confession, l’accusation (vraie ou fausse), l’enquête et l’obtention de la preuve, la faute et sa rétribution, la culpabilité, la justice, la loi. Et la fascination baroque pour l’instabilité trouve un objet de choix dans le procès, qui joue de l’incertitude à l’heure de distinguer le vrai du faux. Le traitement judiciaire de la violence et de sa résolution est ainsi communément représenté, dans la littérature dramatique, de façon plus variée que par la stricte mise en scène du procès : la judiciarisation peut informer l’intrigue à des degrés divers, ou encore se laisser voir dans des moments particulièrement significatifs (le monologue de délibération, par exemple) ou expliquer l’inflexion du langage employé par les personnages pris dans la joute oratoire.

  • 36 Jacques MOREL, « Rhétorique et tragédie », XVII siècle, 80-81, 1968,, p. 89-105. Voir également Geo (...)
  • 37 Christian BIET, La Tragédie, Paris : Armand Colin, 1997, p. 107. L’agôn est selon J. de Romilly « u (...)
  • 38 Voir Christian BIET, op. cit., et id., « Séance, performance, assemblée et représentation : les jeu (...)

25C’est bien cependant autour de la scène de procès que l’analogie entre le théâtre et le prétoire se déploie pleinement. Après Fumaroli, et après l’article fondateur dans lequel Jacques Morel identifiait une série de tragédies-procès dans le répertoire classique, cette parenté a été soulignée par tous les analystes du théâtre français du XVIIsiècle36. Christian Biet a relevé dans la tragédie française la forte présence du langage et des structures judiciaires (persuader, parvenir à une sentence, juger, condamner, exécuter, etc.) et rappelle, à propos des « structures judiciaires de la tragédie », que « le rituel judiciaire caractérise clairement l’exercice théâtral, cela depuis l’Antiquité. L’image la plus claire et la plus célèbre de cet agôn juridique et tragique est assurément le débat d’Antigone et de Créon dans Antigone de Sophocle »37. Le même auteur – qui propose ici, en guise de contrepoint final, l’analyse du Cid de Corneille dans cette même perspective – a développé postérieurement une lecture du théâtre comme cérémonie, comparution ou séance où le public serait « saisi » d’un fait particulièrement violent pour en statuer – le théâtre disant finalement la norme mais non sans la mettre en débat et en question38 –.

  • 39 Voir également, sur le jeu comme point de rencontre entre procès et théâtre, dans une perspective p (...)
  • 40 Ma. P. ALONSO ROMERO, op. cit., p. 105.
  • 41 Chr. BIET, La Tragédie, p. 109.

26Le recours à l’art oratoire, l’occupation et l’organisation de l’espace, l’identification des actants et de leurs fonctions suggèrent en effet d’évidents rapprochements entre la scène juridique et le théâtre39. Certaines conditions doivent être réunies pour que puisse exister le procès : « el proceso penal, para que verdaderamente sea considerado como auténtico juicio, necesita de la presencia inexcusable de tres partes: actor, reo y juez »40 ; pareillement, le théâtre, exploitant pleinement le principe fondamental de la double énonciation, concède au spectateur un rôle de juge – « juge transcendant », pour Christian Biet41 –, qui observe et juge les cas qui lui sont présentés, qui juge même le jugement – dans le cas de la mise en scène du procès – et la façon dont celui-ci est mené. Pour le corpus espagnol, dans lequel ils étudient la présence du paradigme judiciaire, Fausta Antonucci et Antonio Sánchez Jiménez donnent pareillement des exemples, dans le présent ouvrage, de ces situations où les spectateurs sont amenés à juger la façon dont la fin de la pièce est jugée.

  • 42 Comme Fausta Antonucci ou Antonio Sánchez Jiménez, qui se trouvent avoir tous deux consacré de préc (...)
  • 43 V. F. PEDRAZA, Sexo poder y justicia en la comedia española, Madrid : Academia del Hispanismo, 2007 (...)
  • 44 Christian Biet, Droit et littérature sous l’Ancien Régime : le jeu de la valeur et de la loi, Paris (...)

27Cela étant, si les analogies entre procédure judiciaire et séance théâtrale semblent relever de l’évidence, et si des travaux ont été menés sur la question dans de nombreux champs disciplinaires, beaucoup reste à faire concernant le théâtre espagnol du Siècle d’or, comme le remarquent, pour le déplorer ou s’en étonner, certains des contributeurs de ce volume42. La variété thématique et formelle qui caractérise le théâtre auriséculaire permet d’y trouver maintes expressions d’une pensée ou d’une culture juridiques et judiciaires que les auteurs dramatiques ont manifestement su exploiter, conscients qu’ils étaient, probablement, du parti qu’ils pouvaient en tirer, et ce dans les différentes et nombreuses sous-espèces de poèmes dramatiques que l’on joue alors en Espagne comme aux Indes. À cet égard, la sous-catégorie la mieux explorée par la critique est sans doute celle de ces pièces mettant en scène ce que Felipe Pedraza analyse comme une « violencia interestamental »43. Fuenteovejuna, El alcalde de Zalamea, El mejor alcalde el rey, La santa Juana, etc., ont donné lieu à une abondante littérature. Celle-ci s’est souvent employée à replacer ces œuvres dans le contexte d’une « refeudalización » spécifique à l’Espagne des Habsbourg, où les conflits de juridiction, caractéristiques de ces pièces dramatisant divers abus de pouvoir, pouvaient s’expliquer par la puissance de l’Église, par la permanence des fueros, mais aussi par le retour aux affaires des grandes familles, alimentant le système du Valimiento et la corruption qui lui était attachée : quelle qu’en soit l’explication, on y remarque la présence éclatante de l’idéologie de l’honneur et de la valeur et son cortège de lois, implicites ou explicites, qui suivent un cours distinct de celui de la justice civile. Ainsi, face à l’émergence historique d’une petite bourgeoisie administrative et juridique dans les villes, la Comedia crée des types intermédiaires, à la fois « sujets assujettis »44 au droit royal et sujets interprètes du droit, tel Pedro Crespo dans El alcalde de Zalamea, figure du juge provincial qui s’insurge contre les juridictions particulières. De nouveaux personnages théâtraux ambigus, tel Peribáñez dans Peribáñez y el comendador de Ocaña ou celui de la serrana dans La serrana de la Vera de Vélez, ou encore des personnages collectifs comme dans Fuenteovejuna, s’arrogent un droit pragmatique à une juridiction de la dignité humaine face au tyran, pointant les implications de l’intervention royale en matière de justice. Par leur déstabilisante ambiguïté, ces personnages sont les masques théâtraux d’un droit et d’une justice à (re)négocier – au-delà du roi, avec Dieu lui-même, au-delà des frictions terrestres entre la juridiction ecclésiastique et monarchique peut-être – à une époque paradoxale où se multiplient les juridictions, signalant les difficultés de la centralisation royale. Ces protagonistes bousculent la généalogie juridique Dieu-Roi-père – ou en interrogent les ressorts – par leur révolte à plusieurs degrés.

  • 45 Voir la belle étude de la présence d’un paradigme judiciaire par Adrián J. SÁEZ, « Justicia y muert (...)
  • 46 Voir Alan K. G. Paterson, « El proceso penal en El médico de su honra », in : Hacia Calderón. Sépti (...)

28Mais des procès sont également présents dans la comedia de santos et plus encore dans l’auto sacramental, probablement en vertu de la productivité de la notion du jugement, connoté par celui auquel le Créateur soumet ses créatures, et par la différenciation entre justice divine et justice humaine, morale et droit45 : des thématiques bien présentes dans les études proposées ici respectivement par Jean Canavaggio et Isabel Ibáñez. Le renouveau récent des études portant sur le théâtre tragique en Espagne a également pu signaler la présence de la structure agonale, ou celle du procès, dans maintes comedias tragiques des XVIet XVIIsiècles, comme le montre ici en particulier l’étude d’Amélie Djondo portant sur des personnages de reines criminelles46. Mais tant reste à faire ! Comme le remarque dans le présent volume Antonio Sánchez Jiménez, on peut s’étonner de ce que, « dejando de lado los autos sacramentales, este tipo de trabajos no esté tan extendido en lo relativo al teatro áureo en general. En él, el estudio de los paradigmas jurídicos y de la representación de escenas forales se promete también muy fecundo ».

29L’immensité et la variété du répertoire théâtral espagnol ouvrent en effet de multiples horizons à l’étude de la présence du droit dans cette littérature. Les contributions de la seconde partie de ce dossier entendent donc commencer de combler ces lacunes, moyennant l’analyse de pièces dont les intrigues jouent de la tension entre justice divine et justice humaine (bien identifiée notamment dans l’auto sacramental), de l’opposition entre vengeance (privée) et justice (du roi), ou qui recréent de façon costumbrista (avant la lettre) le monde de la justice, ses mœurs, sa corruption ou ses serviteurs (voir l’article de Christophe Couderc), ou encore qui réfléchissent à la réparation possible pour un tort subi ou infligé, au crime résultant d’une forme ou d’une autre de libido, ou, plus généralement, au processus de destruction/restauration de l’ordre et à la solution qui doit y être apportée.

30Nous ne saurions terminer cette présentation sans évoquer la mémoire de Christian Biet, disparu brutalement au début du mois de juillet 2020, quelques semaines après les derniers échanges que nous avions eus avec lui à propos de la traduction en espagnol de la contribution qu’il nous avait fait l’amitié de nous proposer pour ce volume. Avec la générosité dont il était coutumier, Christian Biet avait accepté de se charger de la conférence d’ouverture de notre rencontre nanterroise de février 2018 et nous nous souvenons, avec tristesse mais aussi avec gratitude, de son intervention brillante et stimulante, dans la lignée de ses travaux sur la question des rapports entre droit et littérature, dont on entend de multiples échos dans les pages qui suivent.

Haut de page

Notes

1 Par exemple l’essai pionnier, publié initialement en 1925, « Law and Literature » de Cardozo. Voir Christine Baron et Judith Sarfati Lanter, Droit et littérature, Paris : SFLGC (Poétiques comparatistes), 2019, en particulier « Introduction », p. 7-32.

2 Voir Marta Nussbaum, L’Art d’être juste, Paris : Flammarion (Climats), 2015 [traduction de Poetic Justice. The Literary Imagination and Public Life, Boston : Beacon Press,1995].

3 Jorge Roggero (édition et introduction), Derecho y literatura : textos y contextos, Buenos Aires : Eudeba, 2015, p. 39. Voir également l’efficace synthèse de André Karam Trindade et Roberta Magalhães Gubert, « Derecho y Literatura. Acercamientos y perspectivas para repensar el derecho », Revista Electrónica Instituto de Investigaciones Jurídicas y Sociales A. L. Gioja, Año III, n° 4, 2009, p. 164-213 (http://www.derecho.uba.ar/revistas-digitales/index.php/revista-electronica-gioja/issue/view/22 [25/11/2020]).

4 J. ROGGERO, op. cit., p. 175.

5 Ibid., p. 5. Voir également José Calvo González, Derecho y literatura: materiales para una teoría y crítica narrativista del derecho, Barcelone: Ariel, 1996 ; Philippe Malaurie, Droit et Littérature : une anthologie, Paris : Cujas, 1997 ; Pedro Talavera, Derecho y Literatura, Grenade: Comares, 2006 ; ainsi que, très récemment publié, Chr. Baron et J. Sarfati Lanter, op. cit., p. 33-54.

6 Des dissensions existent au sein même du mouvement, pour en contester l’interdisciplinarité, pour relativiser la valeur moralement positive qu’est supposée renfermer toute littérature, ou, plus récemment, pour inviter à prendre en compte d’autres narrativités plus propres au monde contemporain dans lequel la culture littéraire recule. Voir les contributions de Posner ou de Goodrich reprises dans J. Roggero, op. cit.

7 María Paz Alonso Romero, El Proceso penal en Castilla (Siglos XIII-XVIII), Salamanque : USAL, 1982.

8 María Paz Alonso Romero rappelle que c’est avec les Partidas que « la imagen del rey-legislador va a terminar configurando la idea de un Derecho real de validez general y con primacía frente al antiguo Derecho consuetudinario » (ibid., p. 14).

9 Voir Jean-Marc Pelorson et ses travaux sur les Letrados sous le règne de Philippe III (Jean-Marc Pelorson, Les Letrados, juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur place dans la société, la culture et l’État, Poitiers : Université de Poitiers, 1980, traduction castillane en 2008 : Los letrados juristas castellanos bajo Felipe III. Investigaciones sobre su puesto en la sociedad, la cultura y el Estado, traduction de Marciano Villanueva Salas, Valladolid: Junta de Castilla y León, 2008).

10 José Luis DE LAS HERAS SANTOS, La Justicia penal de los Austrias en la Corona de Castilla, Salamanque : Ediciones de la Universidad de Salamanca, 1991, p. 29.

11 Richard L. KAGAN, Pleitos y pleiteantes, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1991, p. 25, et p. 40 : « Castilla, en efecto, fue una sociedad pleiteadora ».

12 Christian BIET, Droit et littérature sous l’Ancien Régime : le jeu de la valeur et de la loi, Paris : Champion, 2002, p. 11. Pour cet auteur, la littérature permet d’introduire un doute créatif vis-à-vis de la relativité de la loi et du pouvoir, de souligner les lacunes ou les redondances juridictionnelles : voir sur ce point notamment les chapitres I et II de la première partie sur le questionnement juridique présent dans les Fables de La Fontaine. Voir également, dirigé par le même Christian Biet, le numéro de la revue Littératures classiques, n° 40, 2000, « Droit et Littérature ».

13 Tel que cela est ressorti des deux colloques internationaux organisés par le CRIIA (Centre de recherche ibériques et ibéro-américaines) de l’Université Paris Nanterre (1er et 2 février 2018) et par l’ERLIS de l’Université de Caen (3 et 4 avril 2019), qui ont réuni une vingtaine de chercheurs de différents horizons, et dont les travaux rassemblés ici constituent les actes.

14 Voir Ernst KANTOROWICZ, Les Deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris : Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1989, notamment le chapitre IV qui explore l’idée que progressivement se met en place une nouvelle structure de royauté centrée sur la sphère du droit, marginalisant et dépassant la royauté liturgique.

15 Voir pour la France : Christian BIET et Laurence SCHIFANO (dir.), Représentations du procès. Droit, Théâtre, Littérature, Cinéma, Nanterre : Université Paris X-Nanterre (Collection Représentation), 2003 ; le site http://www.juslittera.com/, ainsi que l’ouvrage suivant concernant la littérature anglophone : Émeline Jouve et Lionel Miniato (dir.), Chronique judiciaire et fictionnalisation du procès. Discours, récits et représentations, Paris : Mare & Martin (Libre Droit), 2017.

16 Pour reprendre le titre d’un article de Florence Dupont : « La scène juridique », Communications, 26, 1977, p. 62-77.

17 Diego Saavedra Fajardo, Empresas políticas, Madrid : Cátedra, 1999, p. 359. Empresa 21.

18 Antonio de GUEVARA, Relox de príncipes, Livre I, chap. 36, edición de Emilio Blanco, Madrid : ABL editor, 1994, p. 286.

19 Rafael D. GARCÍA PÉREZ, Antes leyes que reyes: cultura jurídica y constitución política en la Edad Moderna (Navarra, 1512-1808), Milan : Giuffrè Editore, 2008.

20 Juan de Mariana distingue entre les lois promulguées par le prince et les lois « establecidas por toda la comunidad, cuya autoridad para mandar y prohibir es mayor que la del príncipe » (Juan de Mariana, De rege et regis institutione, 1599/La Dignidad real y la educación del rey, traducción de Luis Sánchez Agesta, Madrid : Centro de Estudios Políticos y constitucionales, 1981, livre I, chap. 2).

21 Jean BODIN, Les Six livres de la république, Paris : Jacques du Puys, 1576, Livre I, chap. 8, « De la souveraineté » : « Or il faut que ceux-là qui sont souverains ne soient aucunement sujets aux commandements d‘autrui, et qu’ils puissent donner loi aux sujets, et casser ou anéantir les lois inutiles pour en faire d’autres : ce que ne peut faire celui qui est sujet aux lois, ou à ceux qui ont commandement sur lui. C’est pourquoi […] le Prince est absous de la puissance des lois ».

22 Pedro de RIBADENEYRA, Tratado de la religión y virtudes que deve tener el Príncipe Christiano […], Madrid : 1595, Livre II, chap. 32. Saavedra Fajardo est du même avis : « Vanas serán las leyes si el príncipe que las promulga no las confirmare y defendiere con su ejemplo y vida » (Empresa 21).

23 « Aunque dominante, la tesis de la sumisión del príncipe a la ley restringida a los términos de la vis directiva no fue la única que llegó a formularse. El jurista Vázquez de Menchaca por ejemplo llegará a proponer la sumisión del príncipea las leyes civiles de la república” no solo “en cuanto a las palabras”, sino también en cuanto “al efecto y substancia de la obligación legal”. Propuesta que señaladamente implicaba la sujeción del príncipe a la pena “aun contra él mismo”, actuando como “juez”, y “ejecutor” en su propia causa » (Pablo FERNÁNDEZ ALBALADEJO, Fragmentos de monarquía, Madrid : Alianza editorial, 1993 (1992), p. 80).

24 Voir quelques pages éclairantes sur ces textes dans Christine AGUILAR-ADÁN, « L’institution d’un prince : leçons d’art de gouverner adressées à Baltasar Carlos de Austria (1629-1646) », in : P. CIVIL (dir.), Écriture, pouvoir et société en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles. Hommage du CRES à Augustin Redondo, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 77-114.

25 Alain MILHOU, Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du xvie siècle, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 1999 ; José María GARCÍA MARÍN, Teoría política y gobierno en la Monarquía Hispánica, Madrid : Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1998 (en particulier les chapitres « En torno a la naturaleza del poder real en la monarquía de los Austrias », et « La doctrina de la soberanía del monarca, 1250-1700 »).

26 Voir Alexandra MERLE, « Le débat sur la résistance au tyran dans la littérature politique espagnole des Comunidades de Castille à la fin du règne de Philippe II », Atlante. Revue d’études romanes, 2, 2015, p. 90-115 ; id., « El De Rege de Juan de Mariana (1599) y la cuestión del tiranicidio: ¿un discurso de ruptura ? », Discursos de ruptura y renovación: la formación de la prosa áurea, editado por Philippe Rabaté y Francisco Ramírez Santacruz, Criticón, n° 120-121, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2014, p. 89-102.

27 Voir l’introduction aux actes du colloque volume : Jean-Pierre ÉTIENVRE (dir), Littérature et politique en Espagne aux siècles d’or, Paris : Klincksieck, 1998. J.-P. Étienvre parle de « procédures de mise en fiction de la théorie et de la pratique politiques » : il s’agit d’étudier la manière dont le politique « se donne à voir, à travers une pratique d’écriture fondée principalement sur la représentation ou la mise en images », mais l’innovation n’est pas exclue, particulièrement en ce qui concerne la création et l’usage de la métaphore (p. 13).

28 Voir, parmi les travaux les plus récents, les nombreuses réalisations du programme « Autoridad y poder » de l’équipe GRISO, dont le bilan est présenté dans un numéro spécial de la revue Hipogrifo, (« Autoridad y poder », Hipogrifo, 1, 2018, p. 55-77. On citera en particulier : Jesús María USUNARIZ GARAYOA et Edwin Williamson (coord.), La Autoridad política y el poder de las letras en el Siglo de oro, Madrid – Francfort : Iberoamericana – Vervuert, 2013 ; Ignacio ARELLANO, Antonio FEROS et Jesús M. USUNARIZ (dir.), Del poder y de sus críticos en el mundo ibérico del Siglo de oro, Madrid – Frankfurt : Iberoamericana – Vervuert, 2013 ; Ignacio ARELLANO et Frederick A. DE AMAS (dir.), Estrategias y conflictos de autoridad y poder en el teatro del siglo de oro, New York : Instituto de Estudios Auriseculares, 2017 ; Autoridad y poder en el teatro del siglo de oro, Bulletin Hispanique, 119-1, 2017. Voir aussi le dossier : Enric Mallorquí Ruscalleda (dir.), La Razón de estado en las letras del siglo de oro, e-Humanista, 31, 2015.

29 Sur ce débat, voir Benjamín GONZÁLEZ ALONSO, « Jueces, justicia, arbitrio judicial (Algunas reflexiones sobre la posición de los jueces ante el Derecho en la Castilla Moderna) », Vivir el Siglo de Oro: poder, cultura e historia en la época moderna, Salamanque : Ediciones de la universidad de Salamanca, 2003, p. 223-242.

30 Don W. CRUICKSHANK, Calderón de la Barca. Su carrera secular, trad. J. L. Gil Aristu, Madrid : Gredos, 2011, p. 44.

31 J.-M. Pelorson, op. cit., p. 31.

32 J.-P. VERNANT et P. VIDAL-NAQUET, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris : La Découverte, 2001, p. 15.

33 Florence DUPONT, L’Orateur sans visage, Paris : PUF, 2000, p. 87.

34 Ibid., p. 13. La même Florence Dupont rappelait dans une étude antérieure que le mot partes référait « aussi bien au spectacle qu’au procès. Agere partes, jouer son rôle, défendre sa partie », mais pour ajouter : « La procédure est mise en scène et fiction, mais ce théâtre-là transforme la réalité » (F. DUPONT, « La scène juridique », art. cit., p. 73).

35 Marc FUMAROLI, Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève : Droz, 1996 (2e édition revue et corrigée), p. 291. Pour une approche lexicographique complète, voir Véronique Lochert et Bénédicte Louvat-Molozay, « Acteur et jeu », in : Véronique Lochert, Marc Vuillermoz et Enrica Zanin (dir.), Le Théâtre au miroir des langues, France, Italie, Espagne, XVIe-XVIIe siècles, Genève : Droz, 2018, p. 433-458, particulièrement p. 441-446 (« L’acteur orateur »).

36 Jacques MOREL, « Rhétorique et tragédie », XVII siècle, 80-81, 1968,, p. 89-105. Voir également Georges Forestier, Introduction à l’analyse des textes classiques, Paris : Armand Colin, 1993, p. 46-50.

37 Christian BIET, La Tragédie, Paris : Armand Colin, 1997, p. 107. L’agôn est selon J. de Romilly « une sorte d’affrontement organisé, dans lequel s’opposent deux longues tirades, en général suivies d’échanges vers à vers, permettant aux contrastes de se faire plus serrés, plus tendus, plus crépitants. Dans l’agôn, chacun défendait son point de vue avec toute la force rhétorique possible » (citée par Gérard Soulier, « Le théâtre et le procès », Droit et société, 17-18, 1991, p. 9-26, citation p. 15). L’auteur rappelle également qu’Aristote parle de la politique et du théâtre en terme d’agôn, qu’Eschyle emploie le mot pour désigner le débat judiciaire (dans Les Euménides) et que Plutarque l’utilisera pour désigner une pièce de théâtre.

38 Voir Christian BIET, op. cit., et id., « Séance, performance, assemblée et représentation : les jeux de regards au théâtre (XVIIe-XXIe siècle) », Littératures Classiques, 2013/3, n° 82, p. 79-97. Voir également des initiatives récentes du Labex ArtsH2H telle que : http://www.labex-arts-h2h.fr/performing-the-law.html [23/11/2020]

39 Voir également, sur le jeu comme point de rencontre entre procès et théâtre, dans une perspective principalement anthropologique, l’intéressante mise au point de G. SOULIER, art. cit.

40 Ma. P. ALONSO ROMERO, op. cit., p. 105.

41 Chr. BIET, La Tragédie, p. 109.

42 Comme Fausta Antonucci ou Antonio Sánchez Jiménez, qui se trouvent avoir tous deux consacré de précédents travaux à la question du rapport entre droit et théâtre : Fausta ANTONUCCI, « A proposito di retorica e teatro nel XVII secolo spagnolo », Studi Ispanici, 88, 198, p. 243-269 ; Fausta ANTONUCCI, « Paradigma processuale e retorica giudiziaria in alcuni drammi di Lope de Vega», in : Antonina PABA (dir.), Con gracia y agudeza. Studi offerti a Pina Ledda, Rome : Aracne, 2007, p. 135-166; Antonio SÁNCHEZ JIMÉNEZ, « Conflicts of Jurisdiction in Golden Age Spanish Theater. A Panoramic Overview and Enquiry into Antonio de Soria’s 1644 Trial vs. the Villa de Madrid Regarding the Ban on the Comedia », in : Marie BOUHAÏK-GIRONES, Jelle KOOPMANS et Katell LAVEANT (dir.), La Permission et la sanction. Théories légales et pratiques du théâtre (XIVe-XVIIe siècles), Paris : Garnier, 2017, p. 201-215.

43 V. F. PEDRAZA, Sexo poder y justicia en la comedia española, Madrid : Academia del Hispanismo, 2007. Voir également les remarques d’Antonio SÁNCHEZ JIMÉNEZ sur les conflits de juridiction propres à ces drames (A. SÁNCHEZ JIMÉNEZ, art. cit., p. 201-204).

44 Christian Biet, Droit et littérature sous l’Ancien Régime : le jeu de la valeur et de la loi, Paris : Champion, 2002.

45 Voir la belle étude de la présence d’un paradigme judiciaire par Adrián J. SÁEZ, « Justicia y muerte : dos notas a La cena del rey Baltasar », Boletín de la Biblioteca de Menéndez Pelayo, 90, 2014, p. 166-184 et surtout Ignacio ARELLANO, Estructuras dramáticas y alegóricas en los autos de Calderón, Pampelune – Kassel : Universidad de Navarra – Reichenberger, 2001.

46 Voir Alan K. G. Paterson, « El proceso penal en El médico de su honra », in : Hacia Calderón. Séptimo Coloquio Anglogermano sobre Calderón (Cambridge, 1984), ed. H. Flasche, Stuttgart : Franz Steiner, 1985, p. 193-203. Pour le théâtre du XVIsiècle, voir par exemple de nombreuses observations dans Emilio PASCUAL BARCIELA, La Anagnórisis en la tragedia española del Renacimiento, Herne : Gabriele Schäfer Verlag, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Couderc, Marie-Eugénie Kaufmant, Alexandra Merle et Philippe Rabaté, « Présentation », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/38296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.38296

Haut de page

Auteurs

Christophe Couderc

Université Paris Nanterre, CRIIA-Études romanes

Articles du même auteur

Marie-Eugénie Kaufmant

Normandie Université, UNICAEN, ERLIS

Articles du même auteur

Alexandra Merle

Normandie Université, UNICAEN, ERLIS

Articles du même auteur

Philippe Rabaté

Université Paris-Nanterre, CRIIA-Études Romanes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search