Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Droit, politique et littérature d...Le roi, le droit et le bon gouver...Expressions littéraires de la réf...Quelques exemples des usages poli...

Droit, politique et littérature dans l’Espagne du Siècle d’or : le roi, la loi, le procès
Le roi, le droit et le bon gouvernement
Expressions littéraires de la réflexion sur le droit et le bon gouvernement

Quelques exemples des usages politiques du dialogue et de la fiction utopique dans l’Espagne du Siècle d’or

Alexandra Merle

Résumés

Cet article s’intéresse à l’emploi de la forme littéraire du dialogue conjuguée à la fiction pour délivrer des enseignements ou exposer des aspirations de nature politique, aux XVIe et XVIIe siècles. En attendant d’élargir l’étude à d’autres œuvres, les deux textes analysés ici, un dialogue du procurador de Grenade Mateo de Lisón y Viedma adressé à Philippe IV, qui tente de convaincre le roi de réformer les pratiques de gouvernement et de s’appuyer sur les villes en mettant en scène des échanges entre le Roi et le Royaume, et le dialogue anonyme aujourd’hui connu sous le titre d’Omníbona, de construction bien plus complexe, qui offre l’exemple du bon gouvernement d’un roi nommé Prudenciano dans un utopique Royaume de la Vérité, présentent malgré leurs différences un point commun : celui de contenir des propositions qui reflètent l’aspiration des milieux urbains à un protagonisme politique accru et à un assainissement des pratiques de gouvernement.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précisons toutefois que dans le même temps se développe dans toute l’Europe une réflexion sur les u (...)
  • 2 Nous renvoyons aussi aux ouvrages collectifs sur les représentations du pouvoir dans la littérature (...)

1Si les miroirs du prince et autres traités sur l’art de gouverner composés pour le bénéfice des gouvernants ou d’un plus large public laissent a priori peu de place à la fiction – les nombreux exemples destinés à illustrer les leçons dispensées, pris dans l’histoire profane ou sacrée, étant généralement donnés pour véridiques1 –, cela ne signifie pas que la fiction n’ait aucun rôle à jouer pour délivrer des enseignements politiques. La critique s’est depuis longtemps penchée sur la présence éventuelle d’enseignements de cette nature dans certaines œuvres narratives du Siècle d’or ou dans les comedias qui se plaisent à dévoiler les effets du bon ou du mauvais gouvernement, et plusieurs des travaux rassemblés au sein de ce dossier apportent leur contribution à ces questionnements2. Pour notre part, nous avons choisi de nous intéresser ici à une forme littéraire particulière, très prisée en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles et susceptible de recourir, à des degrés divers, à la fiction : celle du dialogue.

  • 3 Jesús Gómez Gómez, El Diálogo en el Renacimiento español, Madrid : Cátedra 1988 et id., El Diálogo (...)
  • 4 Ana Vian Herrero (éd.), Diálogos españoles en el Renacimiento, Tolède – Madrid – Cordoue : Almuzara (...)
  • 5 En décembre 2020.
  • 6 Dialogycabddh.es est une réalisation de l’Université Complutense et de l’Instituto universitario Me (...)

2Comme l’ont montré de nombreux travaux depuis ceux de Jesús Gómez Gómez3 et, plus récemment, de Ana Vian Herrero et d’autres chercheurs4, les textes qui proposent un dialogue, en latin ou en langue vulgaire, entre des interlocuteurs empruntés à la mythologie ou à l’histoire, ou simplement représentatifs d’un métier, sont légion en Espagne, notamment dans la première moitié du xvie siècle, qu’ils s’articulent sur le modèle de la question/réponse entre maître et disciple (héritage du dialogue platonicien) ou de la confrontation d’opinions, ou encore de la recherche d’une vérité entre plusieurs interlocuteurs selon le modèle heuristique. La consultation des quelque 359 fiches désormais5 en ligne sur le site de la Biblioteca digital de Diálogo Hispánico6 donne une idée de cette profusion. Y sont référencés des textes très divers qui sont tous formellement des dialogues, manuscrits ou imprimés, d’extension variable, certains extrêmement connus – parmi eux, le Cortesano de Castiglione dans la traduction de Boscán et le Viaje de Turquía – d’autres moins.

  • 7 Rosa Navarro Durán, « Introduction » à son édition de Alfonso de Valdés, Diálogo de Mercurio y Caró (...)
  • 8 Sur les dialogues de Valdés, qui ont donné lieu à une très abondante bibliographie, on pourra consu (...)
  • 9 Valdés écrit dans l’adresse au lecteur : « La causa principal que me movió a escribir este diálogo (...)

3Certains de ces écrits s’inscrivent dans un contexte de tensions et répondent à des enjeux politiques aisément discernables, comme c’est le cas des deux célèbres dialogues rédigés par Alfonso de Valdés pour défendre Charles Quint, d’abord au lendemain du sac de Rome (Diálogo de lo acaecido en Roma), puis après le défi lancé à l’empereur par les hérauts d’armes des rois de France et d’Angleterre en janvier 1528, le Diálogo de Mercurio y Carón à propos duquel Rosa Navarro écrit que Valdés « disfraza con ropajes literarios su alegato político »7. Les analyses consacrées à ce dernier texte8 ont montré tout le parti que Valdés a su tirer tout à la fois de la forme du dialogue où il fait parler des personnages mythologiques9 et de l’insertion d’un épisode utopique dont le héros est le bon roi Polidoro, pour servir un objectif double : au-delà de la défense de l’empereur contre ses détracteurs, c’est bien de la définition du gouvernement idéal qu’il s’agit.

  • 10 Ce dialogue, issu d’un long voyage accompli par Juan de Palafox y Mendoza en tant que chapelain de (...)
  • 11 Quelques exemples liés aux tractations entre gouvernement et Cortes autour de questions fiscales da (...)
  • 12 Il s’agit d’un manuscrit conservé à la Biblioteca nacional de España, adressé au monarque.
  • 13 Le titre complet de ce dialogue publié à Madrid en 1578 est Diálogos de la fertilidad y abundancia (...)
  • 14 Voir Sara Bellido, « El Diálogo sobre el comercio de Indias y extracción de la plata de Diego Cruza (...)
  • 15 Ainsi, le contenu du Diálogo sobre el comercio de Indias, qui traite en fait de la valeur des monna (...)

4Mais si Valdés est un humaniste qui déploie ses talents rhétoriques tout à la fois pour orienter l’interprétation de l’actualité, en répondant à une commande, et dans un but réformiste, le recours au dialogue est aussi le fait de personnages qui furent des acteurs de la vie politique ou des administrateurs plutôt que des hommes de plume. Ainsi, Juan de Palafox y Mendoza, qui mena une brillante carrière entre Église et État, rédigea vers 1631 un Diálogo político del estado de Alemania y comparación de España con las demás naciones, avec dédicace à Philippe IV10, et bon nombre des dialogues répertoriés à ce jour furent composés par des personnages infiniment plus humbles11. Quelques-uns traitent même d’austères questions économiques et monétaires – il en est ainsi du Diálogo sobre el comercio de Indias y extracción de la plata de España en tiempos de Carlos V, rédigé probablement vers 1550-1551 par un certain Diego Cruzat y Pérez12, et des Diálogos de la fertilidad y abundancia de España13 publiés pour la première fois en 1578 –, autrement dit, de sujets qui paraissent plus à leur place dans les rapports et autres mémoires adressés au monarque par les « arbitristes » de tout poil. De fait, le rapport entre l’arbitrisme naissant et ces quelques dialogues a été souligné dans des travaux récents14. Il n’est d’ailleurs pas rare que les auteurs de ce type de textes aient aussi exprimé leurs préoccupations et leurs suggestions dans des mémoires de facture classique15 : il semble que le dialogue ait souvent constitué un mode d’expression à la fois plus élaboré et pour ainsi dire ultime, la disposition argumentative propre à cette forme permettant de mettre en scène le processus de conviction d’un interlocuteur par un autre, ou de recherche et d’établissement de la vérité.

5Prenant appui sur ces remarques liminaires, et en attendant d’élargir l’étude à un ensemble plus considérable de textes, nous avons choisi d’analyser ici deux cas qui nous semblent représentatifs des usages politiques du dialogue, en les présentant non pas en suivant l’ordre chronologique dans lequel ils furent composés mais en fonction de leur niveau de fictionnalisation.

Les Desengaños de Rey de Lisón y Viedma ou comment refonder le lien entre le roi et les villes sous Philippe IV

  • 16 Ce texte, intitulé Desengaños de Rey, y apuntamientos para su gouierno: diálogos entre Rey poderoso (...)
  • 17 Jean Vilar, « Formes et tendances de l’opposition sous Olivares : Lisón y Viedma, defensor de la pa (...)

6Parmi les dialogues connus qui contiennent des enseignements sur les rapports entre gouvernants et gouvernés, les Desengaños de Rey, y apuntamientos para su gobierno, rédigés dans les toutes premières années du règne de Philippe IV par un procurador de Grenade aux Cortes de Castille, don Mateo de Lisón y Viedma (ou Biedma)16, illustrent parfaitement le recours à cette forme – et à un degré minimal de fiction – pour remédier à l’inefficacité d’autres modes de communication. Jean Vilar, qui a été l’un des premiers à s’intéresser à ce curieux texte, le présentait en ces termes : « en juin 1623, Lisón offre au roi son œuvre la plus audacieuse et la plus libre. Sous le couvert d’une fiction […] il présente au lecteur l’utopie, le sueño d’un authentique dialogue entre le Roi et le Royaume, sous la médiation d’un Bon Conseiller, issu du reino, c’est-à-dire des Cortes »17.

7Mateo de Lisón y Viedma avait auparavant rédigé et remis au monarque deux mémoires de facture très conventionnelle, dans lesquels il relatait les maux du royaume de Castille et s’occupait tout particulièrement de questions fiscales. Le dialogue, tout en reprenant en partie le contenu de ces mémoires restés sans effet, lui permet de forcer le trait, de dénoncer une série d’abus et de corruptions qui gangrènent l’administration du royaume, et de mettre sous les yeux du roi un modèle de réformes, qui touchent à la fiscalité mais plus profondément aux rapports entre pouvoir royal et sujets et au mode de gouvernement du royaume.

8On peut à vrai dire discuter la pertinence du terme d’utopie employé par Jean Vilar : dans cette conversation à trois voix entre « Rey poderoso », « Reino afligido » et « Consejero Desapasionado », aucun cadre spatio-temporel n’est dressé, mais les références aux réalités et aux événements de l’actualité espagnole ne manquent pas. Lorsque le Conseiller, s’adressant au Roi, fait allusion à la mort de sa première fille, on ne peut s’empêcher de penser à Maria Margarita, morte tout de suite après sa naissance en 1621, et le projet d’union entre une sœur du roi et « le prince d’Angleterre » est une allusion bien transparente au voyage en Espagne du prince de Galles et à son projet de mariage avec la sœur de Philippe IV, l’infante Maria. Les masques portés par les personnages sont bien minces, et il est aisé de reconnaître dans un certain « jayán llamado Pertinaz », accusé de tous les maux, le comte-duc d’Olivares.

  • 18 Lisón dit accomplir son devoir de loyal et humble sujet en offrant ce texte au roi : « […] me ha si (...)
  • 19 Ibid., fol. 70.
  • 20 Jean Vilar suppose en effet que Lisón, ayant pris la peine de faire imprimer son texte, le destinai (...)

9La fiction, du reste, se démasque volontiers par une série de procédés fort peu subtils. On trouve dans le texte des références aux Discursos y apuntamientos de don Mateo de Lisón y Viedma... en que se trata materias importantes del gobierno de la monarquía, y de algunos daños que padece, y de su remedio, titre exact des mémoires remis précédemment au roi par Lisón, lequel ne cherche nullement à dissimuler sa présence derrière les voix de ses personnages. Le dialogue est en effet encadré par des déclarations explicites : dans le court préambule, Lisón prévient son royal dédicataire qu’il va « dire des vérités » à travers les discours de Rey poderoso, Reino afligido et Consejero desapasionado18 ; et tout à la fin du dialogue, juste avant d’indiquer la date, « en Madrid, a 13 de junio de 1623 », il conclut par ces mots : « considerando que estos discursos, corriendo la cortina, digo, que ni los ha hecho Rey Poderoso, ni Reino afligido, ni Consejero desapasionado, sino un vasallo sin letras »19. On pourra se demander à quoi rime cette mascarade qui révèle si bien sa nature. Sans doute est-ce là une façon de concilier deux objectifs : capter et retenir l’attention du royal dédicataire – et peut-être d’autres lecteurs20 – par l’emploi de la fantaisie et de la théâtralité, et affirmer la réalité et la gravité du sujet.

10Le dialogue, rythmé par des titres qui résument le contenu de chaque séquence, débute par un entretien entre le Roi et le Royaume, auquel se joindra bientôt la voix du Conseiller. Chose importante, c’est le Royaume qui parle le premier : il accueille le Roi en lui souhaitant un règne long et prospère et lui déclare sa loyauté – celle des villes et des sujets. Le Roi le remercie, promet de servir Dieu et le bien public et d’entendre les besoins (necesidades) du Royaume. Cette scène inaugurale instaure entre les deux interlocuteurs une relation d’assistance mutuelle, pour leur commune conservation : le Roi doit écouter les plaintes du Royaume et y porter remède, tandis que le Royaume concède des impôts à son seigneur naturel.

  • 21 Desengaños del rey, fol. 24.
  • 22 « y si Dios nos ha hecho tantas mercedes en habernos dado por rey y señor natural a V.M., no nos pr (...)

11Puis, continuant de conduire l’entretien, le Royaume demande que le choix de « el que hubiere de ser privado, y consejero » soit fait avec soin, « porque en lo acertado de esta elección consiste gran parte del buen gobierno de la monarquía »21. Si cette observation fait partie des lieux communs de la littérature politique en ces temps de valimiento, le mode de désignation du « principal conseiller » du monarque – qui n’est nullement, comme cela sera bien précisé par la suite, un valido tout-puissant22 – n’a rien d’ordinaire : le Royaume propose au Roi une série de trois candidats, désignés d’après leurs caractéristiques les plus saillantes, dont « Consejero desinteresado » qui remporte les suffrages.

12Après que ce Conseiller désintéressé, choisi à la satisfaction du Royaume, a prêté serment de servir le Roi pour le bien de ses sujets, condition ultime pour qu’il puisse entrer en possession de sa charge, la conversation se poursuit à trois voix : l’interlocuteur le plus présent est désormais le Conseiller, qui s’entretient de problèmes divers, soit avec le Royaume, qui présente ses doléances, soit avec le Roi. C’est alors que commence une longue série de dénonciations de dysfonctionnements et de maux variés auxquels doivent répondre amendements et remèdes, disposition qui rappelle à la fois l’articulation on ne peut plus simple des mémoires des arbitristes et les suppliques émanant des Cortes.

  • 23 « aconsejan ande ocupada la real persona en cacerías, fiestas y otras cosas de gustos, y su navío, (...)

13Les différentes séquences concernent pour une large part l’actualité économique et fiscale tout en abordant aussi, en faisant usage d’exemples pris dans l’histoire profane et sacrée et d’une culture politique largement répandue au Siècle d’or, des questions de fond régulièrement présentes dans les traités et arts de gouverner : on trouvera sans surprise dans les propos du Royaume et du Conseiller une dénonciation des courtisans flatteurs – comparés très classiquement à des sirènes qui, par leurs chants, empêchent le roi d’entendre les plaintes de ses sujets et, pendant que le navire est en péril, l’incitent à se divertir… à la chasse par exemple23 –, du gaspillage des rentes du royaume et du produit des impôts en superfluités et en grâces royales, et de la corruption qui règne non seulement à la cour mais aussi à tous les échelons de l’administration, des ministres aux magistrats et aux corregidores. Sur ce dernier point l’insistance est remarquable, et on peut la relier à quelques traits saillants du texte, qui tiennent à la relation entre Roi et Royaume et à l’exercice du gouvernement.

14En premier lieu, le rappel de l’antériorité du Royaume par rapport au Roi, dès le début du dialogue, trouve une continuité par la suite : ainsi, lorsque le Conseiller s’en prend aux adulateurs qui veulent persuader le Roi que le royaume lui appartient et qu’il en est le « maître absolu », il déclare :

  • 24 Ibid., fol. 42.

ha de ser el rey para el reino y para su gobierno y conservación, y puede haber reino sin rey, gobernándose por elecciones, y no puede haber rey sin reino […] y los reyes deben ser a los reinos lo que los hijos a los padres, que si el padre da el ser al hijo, el reino da el ser al rey24.

  • 25 Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 224.
  • 26 Dans le De rege et regis institutione (1599), Mariana écrit que le roi doit châtier ceux de ses suj (...)

15Cette déclaration relève en partie seulement du lieu commun. Il est fréquent de lire que l’existence du roi dépend de celle du royaume et non l’inverse – ainsi, le bon roi Polidoro de Valdés déclare solennellement à son fils : « acuérdate que no se hizo la república por el rey, mas el rey por la república. Muchas repúblicas hemos visto florecer sin príncipe, mas no príncipe sin república »25 – ; mais lorsqu’une relation filiale est évoquée, c’est ordinairement le roi qui est présenté comme père de ses sujets – c’est le cas dans le Diálogo de Mercurio y Carón, ou plus tard dans le De rege et regis institutione de Juan de Mariana par exemple26.

  • 27 Desengaños del rey, fol. 42.
  • 28 Ibid., fol. 26.

16Ce roi, défini ailleurs, dans la plus pure tradition du pactisme, comme une sorte de curateur qui doit rendre des comptes (« ha de dar cuenta de su gobierno, como la dan los tutores y curadores, y no se ha de tener como señor absoluto »27), est incité à prendre en considération l’avis du Royaume pour élaborer les lois et surtout pour choisir les titulaires des charges et offices. Cette idée est exprimée avec force dans la partie initiale du dialogue, où le Royaume évoque deux modèles de bon gouvernement, la république romaine et Ferdinand le Catholique, réunis par un point commun : une large consultation préalable à la promulgation des lois. Parlant des Romains, le Royaume déclare : « las leyes que hacían, antes de que se publicasen, las fijaban en público porque todos las pudiesen ver, y cada uno que quisiese dijese contra ellas ». Quant à Ferdinand, « antes de publicarlas reconocía los inconvenientes y dificultades que el común les ponía, y si eran considerables las reformaba »28. Il importe peu que les modalités de cette consultation restent vagues : ce qui intéresse Lisón y Viedma est de prolonger ce principe en l’appliquant au choix des magistrats et des principaux membres de l’administration royale, du fait qu’ils sont, selon une métaphore généralement appliquée au roi lui-même, la loi vivante. On voit s’exprimer ici un souhait de participation du « royaume » – représenté en pratique par les édiles locaux – dans la sélection de ceux qui règlent les affaires publiques, et dans la prise de décisions.

  • 29 Une conversation entre le Roi et le Conseiller désintéressé a pour titre : « Que la necesidad se ha (...)
  • 30 Ibid., fol. 60.

17En effet, puisque le Roi doit gouverner sans abandonner ses responsabilités à un valido, il lui faut, pour parvenir à de bonnes décisions et remédier efficacement aux maux du Royaume, prendre conseil. C’est le Conseiller désintéressé lui-même qui lui enjoint de s’informer auprès de ceux qui sont compétents et qui observent de près ces maux : ce n’est évidemment pas à la cour qu’ils se trouvent, mais dans les villes29, et ce ne sont nullement les corregidores, dépeints comme négligents ou corrompus – du moins tant qu’ils ne sont pas choisis selon le principe de consultation souhaité –, mais les édiles. Enfin, le dialogue comporte une dénonciation véhémente des pressions de toute sorte exercées sur les représentants des villes aux Cortes, susceptibles de se laisser corrompre, suivie de la proposition par le Conseiller désintéressé d’un nouveau mode de désignation visant à assurer leur intégrité et leur compétence : une élection à bulletin secret de deux procuradores par des électeurs préalablement nommés par chacune des paroisses, dans les villes jouissant du privilège de « voz y voto en Cortes »30.

  • 31 Sur ce point, voir Juan Manuel Carretero Zamora, « Las Cortes en el programa comunero : reforma ins (...)
  • 32 Au chapitre 8 du Livre I du De rege et regis institutione dédié à Philippe III, Mariana écrivait : (...)
  • 33 Voir Jean Vilar, art. cit., p. 269-270.

18Ces propos font penser aux plaintes et aux désirs de réforme régulièrement exprimés au sujet du fonctionnement des Cortes de Castille dans les milieux citadins (on peut songer par exemple aux amendements souhaités par les Comuneros au début du règne de Charles Quint31), mais bien plus rarement dans les arts de gouverner et autres ouvrages théoriques, à l’exception peut-être des écrits de Juan de Mariana32. Ils reflètent plus particulièrement les débats qui se déroulèrent lors de la session des Cortes en 1621 : en profitant du début d’un nouveau règne, dans un climat de règlements de comptes après les scandales du règne précédent, quelques procuradores, dont Mateo de Lisón y Viedma, avaient suggéré la création d’une commission formée de délégués de la couronne et de représentants aux Cortes, chargée de trouver des remèdes pour le « soulagement » (alivio) du royaume33. C’est l’insuccès de ces propositions qui poussa Lisón y Viedma à rédiger d’abord des mémoires, puis ce dialogue qui autorise quelques libertés d’expression et qui, en mettant en scène la docilité du Roi et son adhésion immédiate aux recommandations du Conseiller, constitue sans doute, plus qu’un texte d’opposition au pouvoir d’Olivares et au principe même du valimiento, une ultime tentative pour orienter la conduite du très jeune Philippe IV et réformer les pratiques politiques du règne en octroyant davantage de protagonisme aux villes.

Omníbona : le modèle utopique du Royaume de la Vérité

  • 34 Conservé dans les fonds de la Real Academia de la Historia, Ms 9/2218.
  • 35 Juan Antonio Llorente s’était intéressé au début du XIXe siècle au chapitre concernant l’Inquisitio (...)
  • 36 Omníbona. Utopía del siglo XVI (Ms. 9/2218 de la RAH), éd. Ignacio García Pinilla, Salamanque : SEM (...)
  • 37 En dehors de l’ouvrage collectif dirigé par Maria José Vega cité plus haut, auquel nous avons eu l’ (...)

19Le second texte que nous évoquerons ici est une œuvre sans doute bien antérieure mais infiniment plus riche, dans la forme comme sur le fond, puisqu’elle combine dialogue et utopie pour servir des intentions réformistes d’une ampleur singulière. Elle est connue grâce à un manuscrit34 trouvé au XVIIIe siècle dans la cellule d’un jésuite de Madrid du nom de Marcos José Henríquez, au moment de l’expulsion de la Compagnie, et qui, après avoir assez peu retenu l’attention jusqu’à ces dernières années35, a été l’objet tout récemment d’une transcription soignée36 et de travaux collectifs d’envergure37. Ce manuscrit – certainement une copie et non l’original – ne porte ni date ni nom d’auteur, et se présente sous un titre très banal, Regimiento de príncipes, suivi d’une inscription entre parenthèses qui l’est beaucoup moins : « Gobierno del rey Prudenciano en el reino de la Verdad ».

  • 38 Voir M. J. Vega, op. cit.
  • 39 La comparaison a été faite par M. J. Vega, op. cit., p. 312-315.
  • 40 Voir l’argumentation de Ignacio García Pinilla dans l’introduction à son édition du texte.
  • 41 Titre proposé par Miguel Avilés Fernández et repris par Ignacio García Pinilla.

20Bien que son titre principal rattache cette œuvre à la tradition classique des miroirs du prince et que les douze livres dont elle se compose soient découpés en chapitres dont les intitulés sentencieux concordent avec cette tradition, María José Vega estime que ces intitulés et la structure même qu’ils déterminent ont pu être ajoutés, surimposés au texte38. Celui-ci livre, sous la forme d’un dialogue, le récit d’un voyage dans un royaume imaginaire. On considère que c’est la toute première utopie composée en langue castillane – mais en aucun cas une servile copie de l’œuvre de Thomas More39 – et pour des raisons diverses la datation qui a actuellement les faveurs du plus grand nombre de chercheurs situe sa rédaction sous le règne de Charles Quint, plus précisément vers 1541-154240. Enfin, le titre sous lequel l’œuvre est connue aujourd’hui, plus conforme à sa nature utopique, est Omníbona, du nom de la capitale du Royaume de la Vérité (Reino de la Verdad) où se déroule l’essentiel du dialogue41.

  • 42 M. J. Vega, op. cit., p. 298.

21La fiction utopique, qui vise selon María José Vega à « representar la teoría del buen gobierno (y criticar el mal gobierno) mediante la construcción o la ordenación de un reino imaginario » 42, s’ouvre sur les réflexions d’un personnage du nom de Caminante curioso, qui parcourt le monde à la recherche du pays où les commandements de Dieu sont le mieux respectés. Cette entrée en matière fait penser aux paroles de Mercure, interlocuteur de Charon dans le dialogue d’Alfonso de Valdés (qui font elles-mêmes écho aux propos d’Hermès dans le Charon ou les contemplateurs de Lucien, et à un passage de la Querela pacis d’Érasme) :

  • 43 Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 83.

Tomóme el otro día un ferventísimo deseo de ver muy particularmente todas las tierras del mundo, y las leyes, usos y costumbres, cerimonias, religiones y trajes de cada una de ellos; y después de todo ello con los ojos bien mirado, con el entendimiento bien considerado y comprehendido, no hallé en todo él sino vanidad, maldad, aflición y locura43.

22Après avoir beaucoup voyagé, Caminante Curioso rencontre un personnage nommé Amor de dos grados (ce qui signifie « la suma del amor a Dios y del amor al prójimo por amor a Dios »), qui offre de le guider vers le Royaume de la Vérité où règne Prudenciano. Tous deux cheminent de conserve jusqu’à franchir deux colonnes donnant accès à un chemin plus large et plus commode… Ils sont entrés dans le Royaume de la Vérité et parviennent bientôt à la capitale, Omníbona, et au palais où le roi en personne les reçoit et s’entretient longuement avec eux. À partir du troisième des douze livres dont se compose le texte, se déroulent donc une série de rencontres et de dialogues avec Prudenciano, qui ont lieu invariablement dans une chambre du palais et après le repas : un espace et un temps propices à la conversation.

23C’est Prudenciano qui est désormais le locuteur principal. Il lui revient d’exposer en détail aux visiteurs la façon dont il a conduit dans son royaume des réformes de toute sorte, tout en insérant ici ou là dans ses discours des rappels de conversations avec l’un ou l’autre de ses sujets qui ont mené à ces amendements. Ceux-ci touchent aux domaines les plus divers, de la construction et de l’entretien des chemins et des auberges jusqu’à la réglementation des marchés, du fonctionnement des tribunaux – y compris celui de l’Inquisition – et des prisons, jusqu’à l’organisation des couvents, des écoles et des universités, du financement des armées jusqu’à la gestion des terres nouvellement conquises… La variété des sujets semble infinie et, en dépit des titres sentencieux des chapitres (peut-être ajoutés au texte, répétons-le), ils sont abordés de la façon la plus prosaïque et la plus naturelle qui soit, grâce à des remarques et des interrogations formulées par le visiteur à partir de l’observation de ce qui l’entoure. Autrement dit, le bon gouvernement est exposé à travers la constatation de ses heureux effets sur la vie quotidienne des sujets.

  • 44 Rafael M. Pérez García, « Omníbona, utopía católica para un reino de este mundo. La tradición del r (...)

24Deux remarques s’imposent : tout d’abord, les références à la monarchie espagnole et plus exactement au royaume de Castille sont presque aussi transparentes que dans le dialogue de Lisón y Viedma : il y a dans ce Royaume de la Vérité des corregidores et autres officiers royaux aux noms très familiers ainsi qu’un tribunal de l’Inquisition, l’acquisition de terres lointaines suscite les mêmes problématiques que les Indes de Castille et les deux colonnes situées à l’entrée du royaume font penser à la devise personnelle de Charles Quint. C’est pourquoi, pour Rafael M. Pérez García, Omníbona est « una ficción utópica fácilmente identificable con la Castilla del siglo XVI », et constitue « el programa reformista más ambicioso y sistemático de cuantos se produjeron en aquella era de ansias de transformación »44.

  • 45 Un serviteur l’interpelle en ces termes : « Torna, Torna en ti, Polidoro […] veamos, ¿tú no sabes q (...)

25En effet, et c’est là notre seconde observation, l’état de perfection et de prospérité du royaume est issu d’une série de réformes, qui ont été engagées après que le roi a écouté un sermon sur la charité ; autre élément qui rappelle l’épisode du bon roi Polidoro développé dans la seconde partie du Diálogo de Mercurio y Carón, à cette différence près que le personnage de Valdés se convertit après avoir été interpelé par un mystérieux serviteur 45.

  • 46 Rosa Navarro Durán, introduction à Alfonso de Valdés, Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 48.

26Ainsi, contrairement à d’autres royaumes utopiques, le Royaume de la Vérité n’est pas une société idyllique où, par nature, les hommes sont bons et vivent dans une parfaite harmonie de toute éternité, mais une société dont l’amélioration est le résultat d’une politique menée en conformité avec l’application du principe de charité et le respect de la loi divine, impliquant tout un appareil de lois promulguées par un roi présenté comme « vicaire de Dieu ». La formule « yo he hecho una ley » scande les propos de Prudenciano, au point qu’on peut parfaitement lui appliquer les paroles de Rosa Navarro Durán sur le bon roi du Diálogo de Mercurio y Carón : « Polidoro organiza, manda, castiga, premia; todo lo controla »46.

  • 47 Polidoro, s’adressant à son fils, déclare : « Cata que hay pacto entre el príncipe y el pueblo; que (...)
  • 48 Nous avons consacré au sujet un chapitre de l’ouvrage collectif consacré à Omníbona : voir Alexandr (...)
  • 49 Omníbonaéd. cit., , chap. 125, p. 179.
  • 50 Omníbona, titre du chapitre 165.
  • 51 Dans le chapitre 198, intitulé « Que es muy gran humildad y crecido provecho oir el parecer de quie (...)

27Bien que Prudenciano ne soit pas qualifié de « señor absoluto » – pas plus que Polidoro qui fait ouvertement référence au pacte entre roi et sujets et à leurs obligations mutuelles47 – on ne trouve aucune trace dans le texte d’une assemblée qui puisse représenter le royaume face à un roi qui est de toute évidence source du droit, étant entendu que ses lois sont destinées à remédier à des manques ou à des défauts et précédées de consultations préalables. De même, la fonction de conseil48 ne semble pas être assignée à un cercle institutionnalisé de « conseillers » ou de ministres, choisis pour leurs vertus et leurs qualités. Si les réformes de Prudenciano sont l’aboutissement de réflexions et d’entretiens, ce sont des consultations au cas par cas, que le roi recueille l’avis de personnes compétentes – il est question de « personas buenas y bien sabidas »49, « muy buenas personas de vida y letras »50, quelquefois de « letrados » –, ou qu’il entende les plaintes ou les recommandations spontanées d’un de ses sujets. Dans le Royaume de la Vérité, tout sujet, même le plus humble, est susceptible de donner un bon conseil51, l’appréciation de la valeur du conseil étant toutefois laissée à la discrétion du roi.

  • 52 « Y lo que pone a todos temor es el mucho cuidado que tiene el rey Prudenciano de saber en particul (...)

28En somme, les points communs ne manquent pas entre Prudenciano et le Polidoro d’Alfonso de Valdés : Prudenciano a un rapport direct avec le moindre de ses sujets, il est à la fois aimé et craint – Polidoro quant à lui recommandait à son fils d’être davantage aimé que craint – et se montre particulièrement attentif à l’application du droit. Une des leçons qui se répètent de chapitre en chapitre est qu’il est tout aussi important de veiller au respect des lois que d’en promulguer de bonnes. Cet avertissement fréquemment donné dans la littérature doctrinale et présent dans les propos de Polidoro, comme dans le Relox de príncipes de fray Antonio de Guevara et dans bien d’autres textes, est ici singulièrement insistant, d’autant plus que Prudenciano, exerçant une vigilance de tous les instants, emploie des espions pour veiller à la bonne conduite de tous, et en particulier des magistrats52, des regidores, ou des marchands. Ainsi, dès l’entrée dans le Royaume de la Vérité, Amor de dos grados explique au voyageur ébahi par l’ordre merveilleux qui règne dans les auberges et dans les marchés, que le roi

  • 53 Ibid., p. 47.

envía secretamente a personas de quien se confía por diversas partes de su reino, para que sepan si se guarda lo que tiene mandado en todas las cosas en que él ha proveído […]. Y si sabe que no se guarda lo que está mandado o como se mandó, haze castigar muy rezio a los transgresores de sus mandamientos o de las leyes de su reino, pronunciados por el rey como su vicario o gobernador en la tierra. Y esto muy más riguroso lo castiga en los corregidores y regidores y en los que tienen cargo de justicia y en esto se desvela de noche y de día53.

  • 54 Ibid., p. 54.

29En conséquence, « no hay hombre, de todos los que tienen oficios públicos en el reino, que ose hacer cosa que no deba »54.

30Le message qui se dégage du texte est donc que le maintien de l’ordre exige non seulement un soin constant mais encore le châtiment rigoureux de tout manquement à la loi. Or, une particularité plus étonnante du Royaume de la Vérité est que la loi semble s’appliquer à tous, sans qu’on puisse parler d’une société égalitaire comme chez Thomas More, dans la mesure où il y a une noblesse, des riches et des pauvres. Néanmoins, aucune distinction n’est faite entre les nouveaux sujets et les autres – détail qu’il faut mettre en relation avec le débat sur le statut des indiens, et qui est un élément de la datation du texte juste avant les Leyes nuevas de 1542 –, et les nobles ne jouissent d’aucune exemption particulière... pas même fiscale.

  • 55 Prudenciano mentionne des impôts sur les « principados, marquesados, ducados y condados que yo habí (...)
  • 56 « cuando vacare algun mayorazgo que tenga más de quinientos ducados de renta, que los tres años pri (...)

31En réalité, il n’est pratiquement fait mention de la noblesse que pour exposer les taxes auxquelles elle est soumise. Il est ainsi question d’un impôt sur les titres – lorsqu’ils sont vacants et que le roi désigne un nouveau bénéficiaire55 –, et surtout d’un impôt sur les majorats les plus riches, destiné au financement des armées56. Mieux encore, la noblesse ne possède aucune fonction particulière, rien qui ressemble à la double obligation séculaire résumée par les termes « auxilium et consilium ». Omníbona présente donc, parmi un ensemble de traits saillants, un aspect anti-nobiliaire prononcé. Cette caractéristique a été mise en rapport avec le climat de tension qui régnait en Castille depuis les Cortes de 1538, où les nobles, défendant leurs privilèges fiscaux, avaient refusé de payer la « sisa general » comme les roturiers.

  • 57 R. M. Pérez García, op. cit., p. 178.

32Si l’identité de l’auteur – ou des auteurs – de cette utopie castillane reste en l’état actuel des recherches un mystère, il est probable que le but visé ne soit nullement de diminuer le pouvoir du monarque mais bien de cimenter une alliance, au détriment des élites – de la noblesse notamment mais aussi des élites marchandes et des oligarchies urbaines –, entre le roi et des sujets soumis aux lois mais aussi protégés par elles, et tout particulièrement les « sectores mesócraticos urbanos que habían constituido la masa social del movimiento comunero »57, selon les termes de Rafael Pérez García .

33Le Desengaño de Lisón y Viedma et l’utopie anonyme aujourd’hui connue sous le nom d’Omníbona présentent sans doute des différences sensibles qui ne se limitent pas à l’époque à laquelle ils furent respectivement composés, à leurs qualités littéraires ou encore à leur degré de fictionnalisation. Ce qui les rapproche, toutefois, c’est le fait de contenir des aspirations et des propositions inusitées, qui n’émanent certainement pas des élites et s’expriment en dehors de cadres institutionnels perçus comme sclérosés ou corrompus, afin de refonder le lien qui unit le roi aux sujets. Bien qu’il soit difficile d’apprécier l’efficacité que purent avoir ces écrits ou d’autres dont l’étude reste à faire, ils semblent confirmer l’hypothèse de la validité, aux yeux d’individus qui n’appartenaient pas nécessairement à des cercles littéraires ou érudits, de formes littéraires et fictionnelles plus ou moins élaborées pour défendre des conceptions politiques.

Haut de page

Notes

1 Précisons toutefois que dans le même temps se développe dans toute l’Europe une réflexion sur les usages de l’histoire et que de nombreux écrits théoriques formulent, entre autres exigences, celle de la véracité. Au XVIe siècle, des auteurs aussi renommés que Patrizi (Della historia diece dialoghi, 1560) et Bodin (Methodus ad facilem historiarum cognitionem, 1566) définissent l’histoire comme la connaissance du vrai et incitent à la révision des sources, comme le rappelle Béatrice Guion, « Comment écrire l’histoire : l’ars historica à l’âge classique », XVIIe siècle, 246, 2010, p. 9-25. Pour l’Espagne des XVIe-XVIIe siècles, voir en priorité Cesc Esteve, « Teorías de la prosa histórica en la temprana modernidad », in : Philippe Rabaté et Francisco Ramírez Santacruz (dir.), Discursos de ruptura y renovación : la formación de la prosa aurea, Criticón, 120-121, 2014, p. 117-136 et id. (éd.), Disciplining History. Censorship, Theory and Historical Discourse in Early Modern Spain, Londres : Routledge, 2018.

2 Nous renvoyons aussi aux ouvrages collectifs sur les représentations du pouvoir dans la littérature du Siècle d’or mentionnés dans l’introduction de ce dossier.

3 Jesús Gómez Gómez, El Diálogo en el Renacimiento español, Madrid : Cátedra 1988 et id., El Diálogo renacentista, Madrid : Laberinto, 2000.

4 Ana Vian Herrero (éd.), Diálogos españoles en el Renacimiento, Tolède – Madrid – Cordoue : Almuzara, 2010. Voir aussi Jacqueline Ferreras, Los Diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcie : Editum, Ediciones de la Universidad de Murcia, 2009, Donatella Gagliardi, « A propósito de Diálogos españoles del Renacimiento: balance (parcial) y perspectivas de investigación », Studia Aurea, 9, 2015, p. 641-652, Fabrice Quéro, « Savoirs miscellanés et régime dialogique dans les Coloquios de Palatino y Pinciano de Juan de Arce de Otálora », e-Spania [en ligne], 29 | février 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 30 juillet 2019, URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27360 ; DOI : 10.4000/e-spania.27360 ainsi que l’ensemble du dossier intitulé « Stratégies argumentatives dans le dialogue espagnol ».

5 En décembre 2020.

6 Dialogycabddh.es est une réalisation de l’Université Complutense et de l’Instituto universitario Menéndez Pidal.

7 Rosa Navarro Durán, « Introduction » à son édition de Alfonso de Valdés, Diálogo de Mercurio y Carón, Madrid : Cátedra (Letras hispánicas), 2005 (1999), p. 19.

8 Sur les dialogues de Valdés, qui ont donné lieu à une très abondante bibliographie, on pourra consulter par exemple Asunción Rallo Gruss, El Mercurio y Carón de Alfonso de Valdés: construcción y sentido de un diálogo renacentista, Rome : Bulzoni, 1989 ; Ana Vian Herrero, El Diálogo de Lactancio y un arcidiano de Alfonso de Valdés: obra de circunstancia y diálogo literario, Toulouse : PUM, 1994 ; Philippe Rabaté, « Pluralidad de tiempos y estrategia argumentativa en el Diálogo de las cosas acaecidas en Roma y en el Diálogo de Mercurio y Carón de Alfonso de Valdés », e-Spania [en ligne], 29 | février 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 30 juillet 2019. URL : http://journals.opendition.org/e-spania/27372; DOI : 10.4000/e-spania.273722018

9 Valdés écrit dans l’adresse au lecteur : « La causa principal que me movió a escribir este diálogo fue el deseo de manifestar la justicia del Emperador y la iniquidad de aquellos que lo desafiaron, y en estilo que de todo género de hombres fuese con sabor leído, para lo cual me ocurrió esta invención de introducir a Carón, barquero del infierno […] », Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 73.

10 Ce dialogue, issu d’un long voyage accompli par Juan de Palafox y Mendoza en tant que chapelain de l’infante Marie, sœur de Philippe IV, qui allait rejoindre son époux Ferdinand de Habsbourg à Vienne, a été édité par María Soledad Arredondo (Juan de Palafox y Mendoza, Diálogo político del estado de Alemania y comparación de España con las demás naciones, edición, introducción y notas de María Soledad Arredondo, colección digital Clásicos Hispánicos, 2015). Au cours de sa carrière, Palafox y Mendoza (1600-1659) a été évêque dans le Nouveau Monde (à Puebla de los Ángeles) et brièvement vice-roi de Nouvelle Espagne puis, à son retour en Espagne, membre du Conseil d’Aragon et évêque de Burgo de Osma.

11 Quelques exemples liés aux tractations entre gouvernement et Cortes autour de questions fiscales dans Charles J. Jago, « Taxation and political culture in Castile 1590-1640 », in : Richard L. Kagan et Geoffrey Parker (éd.), Spain, Europe and the Atlantic world. Essays in honour of John H. Elliott, Cambridge : Cambridge University press, 2002 (1995), p. 48-72.

12 Il s’agit d’un manuscrit conservé à la Biblioteca nacional de España, adressé au monarque.

13 Le titre complet de ce dialogue publié à Madrid en 1578 est Diálogos de la fertilidad y abundancia de España, y la razón porque se ha ido encareciendo, con el remedio para que vuelva todo a los precios pasados y la manera de cavar y arar las tierras. Il connut une nouvelle édition en 1581 sous un titre différent. Sur ce curieux texte, voir Consolación Baranda, « Diálogo y arbitrismo. De los diálogos de la fertilidad de España al Despertador que trata de la gran fertilidad que Espana solía tener, o cómo se desmonta un diálogo », e-Spania [en ligne], 29 I février 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 30 juillet 2019, URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27360 ; DOI : 10.4000/e-spania.27360

14 Voir Sara Bellido, « El Diálogo sobre el comercio de Indias y extracción de la plata de Diego Cruzat: un texto arbitrista de mediados del siglo XVI », in : Emilio Blanco (éd.), Grandes y pequeños de la literatura medieval y renacentista, Salamanque : Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas – Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas, 2016, p. 659-671.

15 Ainsi, le contenu du Diálogo sobre el comercio de Indias, qui traite en fait de la valeur des monnaies castillanes et des moyens d’empêcher leur sortie du territoire, reprend celui d’un Discurso sobre el valor de la moneda conservé par la Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial.

16 Ce texte, intitulé Desengaños de Rey, y apuntamientos para su gouierno: diálogos entre Rey poderoso, Reyno afligido, Consejero desapassionado, ofrecidos a la Real persona, por don Mateo de Lisón y Viedma, veinticuatro de la ciudad de Granada, fut, comme le proclame son titre, remis en mains propres au roi en 1623. L’auteur l’a fait imprimer à une date non précisée, avec ses précédents mémoires, avec pagination manuscrite et signature à la fin. Il en existe plusieurs exemplaires, dans les fonds de la Bibliothèque de l’Université de Grenade, dans ceux de la Biblioteca Nacional de España et de la Bibliothèque nationale de France. Signalons enfin l’existence d’une édition moderne : Manuel Martín Rodríguez (éd.), Mateo Lisón y Biedma, Discursos y apuntamientos y otros escritos, Madrid : Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, 2016.

17 Jean Vilar, « Formes et tendances de l’opposition sous Olivares : Lisón y Viedma, defensor de la patria », Mélanges de la Casa de Velázquez, 7, 1971, p. 263-294, p. 275. Voir aussi Cristina Viñes Millet, « Mateo Lisón y Viedma. Una aproximación al reinado de Felipe IV », in : Juan Luis Castellano et Miguel Luis López Guadalupe (éd.), Homenaje a Antonio Domínguez Ortiz, Grenade : Universidad de Granada, 2008, vol. 2, p. 872-893.

18 Lisón dit accomplir son devoir de loyal et humble sujet en offrant ce texte au roi : « […] me ha sido fuerça cumplir, aunque con pobre caudal y corto talento, y hablando en nombre de Rey poderoso, Reyno afligido, Consejero desapassionado, verá V. M. el empeño de la Real hazienda, riesgos de la Monarquía, perdición de vassallos, y las causas de no remediarse, y se dirán desengaños y claras verdades… », Desengaños del rey, fol. 23. Nous citons d’après un exemplaire de l’édition originale disponible en ligne sur le site Biblioteca Digital Hispánica (BNE).

19 Ibid., fol. 70.

20 Jean Vilar suppose en effet que Lisón, ayant pris la peine de faire imprimer son texte, le destinait à un cercle plus large.

21 Desengaños del rey, fol. 24.

22 « y si Dios nos ha hecho tantas mercedes en habernos dado por rey y señor natural a V.M., no nos prive de ellas remitiendo el despacho del gobierno de la monarquía a privados y favorecidos […]. Los romanos […] rogaban a la majestad divina no los castigase con darles príncipes que tuviesen necesidad de privados ». Ibid., fol. 50-51.

23 « aconsejan ande ocupada la real persona en cacerías, fiestas y otras cosas de gustos, y su navío, que es el reino, y los navegantes y marineros, que son los súbditos y vasallos, perdiéndose, y sus caudales y mantenimientos que son los tributos que ofrecen con tantos trabajos y costas, gastándose en estas cosas por una parte, y por otra echándolo a los peces, que son los ministros y favorecidos, con tantos gajes y mercedes como reciben », ibid., fol. 41.

24 Ibid., fol. 42.

25 Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 224.

26 Dans le De rege et regis institutione (1599), Mariana écrit que le roi doit châtier ceux de ses sujets qui se comportent mal, mais être pour les autres un père affectueux ; il ne doit pas dominer ses sujets et les traiter en esclaves, comme le ferait un tyran, mais les traiter comme ses enfants (Livre I, chap. 5). Quant à Polidoro, il se définit comme berger (« buen pastor ») et père de ses sujets (Diálogo de Mercurio y Carón, p. 215).

27 Desengaños del rey, fol. 42.

28 Ibid., fol. 26.

29 Une conversation entre le Roi et le Conseiller désintéressé a pour titre : « Que la necesidad se ha de encargar su reparo a quien la conoce, y que no se remedia por encargarse a diferentes personas que no tienen noticia de ella, y por malos gobernadores que se nombran », ibid., fol. 46.

30 Ibid., fol. 60.

31 Sur ce point, voir Juan Manuel Carretero Zamora, « Las Cortes en el programa comunero : reforma institucional o propuesta revolucionaria? », in : Fernando Martínez Gil (dir.), En torno a las Comunidades de Castilla, Actas del Congreso internacional «Poder, Conflicto y Revuelta en la España de Carlos I», Cuenca : Universidad de Castilla La Mancha, 2002, p. 233-278.

32 Au chapitre 8 du Livre I du De rege et regis institutione dédié à Philippe III, Mariana écrivait : « El pueblo se queja aquí y allá de que los procuradores de las ciudades, que son hombres particulares sin independencia […] son corrompidos con dádivas y esperanzas, sobre todo si se tiene en cuenta que no son objeto de una elección juiciosa, sino designados por la temeridad de la suerte […] ». (Juan de Mariana, La Dignidad real y la educación del rey (De rege et regis institutione), éd. Luis Sánchez Agesta, Madrid : Centro de Estudios constitucionales, 1981, p. 101). Il reprenait cette dénonciation dans le De monetae mutatione quelques années plus tard. Sur les différents modes de désignation des procuradores (le « sorteo » évoqué ici n’étant que l’une des possibilités) voir José Ignacio Fortea Pérez, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias. Una interpretación, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2008.

33 Voir Jean Vilar, art. cit., p. 269-270.

34 Conservé dans les fonds de la Real Academia de la Historia, Ms 9/2218.

35 Juan Antonio Llorente s’était intéressé au début du XIXe siècle au chapitre concernant l’Inquisition. Depuis la fin du XXe siècle, quelques travaux consacrés à l’utopie en Espagne ont fait mention du texte : voir en particulier Miguel Avilés Fernández, « Utopías españolas en la Edad Moderna », Chronica Nova, 13, 1982, p. 27-51 et id., « Otros cuatro relatos utópicos en la España moderna. Las utopías de Juan Maldonado, Omníbona y el Deseado gobierno », in : Les Utopies dans le monde hispanique, Madrid : Casa de Velázquez – Universidad Complutense, 1990, p. 109-129. On trouvera un état complet des travaux antérieurs et des hypothèses formulées sur la datation et l’origine du texte dans José Luis Gonzalo Sánchez-Molero, « El reino de la Verdad ante el espejo de la bibliografía », in : María José Vega (éd.), Omníbona. Utopía, disidencia y reforma en la España del siglo XVI, Madrid : Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2018, p. 37-109.

36 Omníbona. Utopía del siglo XVI (Ms. 9/2218 de la RAH), éd. Ignacio García Pinilla, Salamanque : SEMYR, 2018.

37 En dehors de l’ouvrage collectif dirigé par Maria José Vega cité plus haut, auquel nous avons eu l’honneur de contribuer, Omníbona a fait l’objet d’un colloque intitulé « Pensamiento político y ficción utópica en la época del emperador », en mars 2019 à Tolède.

38 Voir M. J. Vega, op. cit.

39 La comparaison a été faite par M. J. Vega, op. cit., p. 312-315.

40 Voir l’argumentation de Ignacio García Pinilla dans l’introduction à son édition du texte.

41 Titre proposé par Miguel Avilés Fernández et repris par Ignacio García Pinilla.

42 M. J. Vega, op. cit., p. 298.

43 Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 83.

44 Rafael M. Pérez García, « Omníbona, utopía católica para un reino de este mundo. La tradición del reformismo cristiano medieval y la oposición política en la Castilla de Carlos V », in : María José Vega (éd.), Omníbona. Utopía, disidencia y reforma en la España del siglo XVI, Madrid : Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2018, p. 139-193, p. 139.

45 Un serviteur l’interpelle en ces termes : « Torna, Torna en ti, Polidoro […] veamos, ¿tú no sabes que eres pastor y no señor y que has de dar cuenta destas ovejas al señor del ganado, que es Dios ? », Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 213.

46 Rosa Navarro Durán, introduction à Alfonso de Valdés, Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 48.

47 Polidoro, s’adressant à son fils, déclare : « Cata que hay pacto entre el príncipe y el pueblo; que si tú no haces lo que debes con tus súbditos, tampoco son ellos obligados a hacer lo que deben contigo » (Diálogo de Mercurio y Carón, éd. cit., p. 226).

48 Nous avons consacré au sujet un chapitre de l’ouvrage collectif consacré à Omníbona : voir Alexandra Merle, « El buen gobierno de Prudenciano entre consejo y secreto », in : María José Vega (ed.), Omníbona. Utopía, disidencia y reforma en la España del siglo XVI, p. 327-346.

49 Omníbonaéd. cit., , chap. 125, p. 179.

50 Omníbona, titre du chapitre 165.

51 Dans le chapitre 198, intitulé « Que es muy gran humildad y crecido provecho oir el parecer de quienquiera, aunque sea de persona en el mundo poco estimada. Y si el consejo es bueno, creer, como es la verdad que se lo dize Dios por la boca de aquella persona. Y si fuere dudosa, consultallo con personas notables », Prudenciano déclare : « Y gano más que, oyendo el parecer de muchos, gozo de la prudencia de todos y puedo escoger, y, cuando estuviere en dubda, danme ocasión para que lo consulte con buenas personas y muy buenos letrados » (Omníbona, éd. cit., p. 269).

52 « Y lo que pone a todos temor es el mucho cuidado que tiene el rey Prudenciano de saber en particular cómo lo hazen todos los juezes y los que tienen oficios públicos... », éd. cit., p. 64.

53 Ibid., p. 47.

54 Ibid., p. 54.

55 Prudenciano mentionne des impôts sur les « principados, marquesados, ducados y condados que yo había de proveer en diversas partes cuando vacaban » (ibid., p. 273).

56 « cuando vacare algun mayorazgo que tenga más de quinientos ducados de renta, que los tres años primeros […] la mitad de la renta sea para pagar la gente de guerra » (ibid., p. 277-278).

57 R. M. Pérez García, op. cit., p. 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Merle, « Quelques exemples des usages politiques du dialogue et de la fiction utopique dans l’Espagne du Siècle d’or », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/38366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.38366

Haut de page

Auteur

Alexandra Merle

Normandie Université, UNICAEN, ERLIS EA 4254

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search