Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Droit, politique et littérature d...Le roi, le droit et le bon gouver...Expressions littéraires de la réf...A quien toca por derecho : justif...

Droit, politique et littérature dans l’Espagne du Siècle d’or : le roi, la loi, le procès
Le roi, le droit et le bon gouvernement
Expressions littéraires de la réflexion sur le droit et le bon gouvernement

A quien toca por derecho : justifier depuis la chaire la succession royale espagnole au tournant du XVIIIe siècle

Sarah Voinier

Résumés

Puisqu’elle n’était pas naturelle, la succession de Charles II fut au centre d’enjeux politiques européens dans des tensions diplomatiques plus ou moins ouvertes au cours des dernières années de son règne. Loin d’apaiser les cœurs, le testament nécessita qu’on déployât une véritable opération de persuasion publique pour créer le consensus autour de la désignation du duc d’Anjou comme héritier de la Monarchie hispanique. Les funérailles offrirent alors une tribune idoine aux médiateurs du pouvoir qui, de concert, s’évertuèrent à rassurer les fidèles sur la continuité monarchique promise malgré le changement dynastique. Depuis les différents territoires de la Couronne, de nombreux prédicateurs prirent la parole non pas tant pour rendre hommage au roi défunt que pour légitimer, au moyen d’arguments non seulement religieux mais juridiques, la succession française sur le trône espagnol. Pour que le droit fondé sur la tradition monarchique et la volonté royale fût accepté de tous, il fallut faire preuve de pédagogie collective.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ramón Sánchez González, « Religiosidad barroca y sentimientos ante la muerte en el Cabildo catedral (...)

1Dans les derniers mois du XVIIIe siècle, le testament de Charles II fit l’objet de toutes les attentions dans l’entourage du monarque et dans les cours européennes. À la différence de ceux de ses prédécesseurs, il mobilisait une attente très forte de la part de tous les agents politiques et d’une partie des sujets eux-mêmes puisque de la dernière volonté du monarque dépendait véritablement l’avenir de la monarchie. Chez les aïeux de Charles II, la descendance naturelle imposait un héritier et perpétuait la dynastie. Si, à la fin de son règne, Philippe II formula des craintes quant à la capacité réelle de gouverner du futur Philippe III, rien ne s’opposait à l’inexorable dynamique familiale du pouvoir qui faisait du fils le successeur naturel du père. Dans le cas de Charles II, la rupture marqua le cours des choses car il mourut sans héritier direct, ce qui ne manqua pas de provoquer durant son règne et au moment de sa mort une agitation inquiète. Qu’allait-il advenir après deux cents ans de gouvernement des Habsbourg ? Qui serait choisi pour prendre le relais du pouvoir ? À quelles fins politiques ? Comment concevoir qu’une nouvelle dynastie s’installât dans le paysage temporel des sujets, dont – faut-il le rappeler – l’imaginaire politique, depuis cinq générations, était lié à la Maison d’Autriche ? Autant de questions qui traduisent l’incertitude dans une période charnière de l’histoire de la monarchie. Dans le passé, la tristesse – réelle ou supposée – causée par la mort du roi pouvait être atténuée immédiatement par le sentiment de continuité qu’incarnait le nouveau roi. L’absence de descendance de Charles II faisait vivre une expérience collective inédite. Le lien naturel qui assurait la reconduction d’un modèle régnant n’existant plus, ou en tout cas plus au même degré familial, les sujets orphelins de la couronne ressentaient la nécessité d’une justification du programme à venir : c’est ce à quoi s’appliqua le roi défunt dans son testament. À travers l’expression de sa volonté posthume, il chercha à assumer pleinement ses responsabilités au-delà de son impuissance physique à se perpétuer1.

  • 2 Ce besoin impérieux de faire accepter la décision du roi laisse à penser également que la question (...)

2Les prédicateurs qui célébrèrent la mémoire de Charles II, au lendemain de sa mort le 1er novembre 1700, mirent en lumière les grandes lignes du débat politique autour du droit de succession. Si le roi est à l’origine des lois, s’il édicte le droit, sa volonté politique, pour être légitime, doit néanmoins se faire comprendre et obtenir l’adhésion des sujets. À l’occasion des funérailles dans les différents espaces de la Monarchie hispanique, de nombreux orateurs sacrés, tels des médiateurs de la politique royale, s’adonnèrent à une véritable campagne de légitimation de la décision politique de désignation du successeur français2. En s’appuyant sur le droit naturel, à l’origine des lois humaines, ils cherchèrent à prouver le fondement juridique et politique du nouveau roi. Si le bouleversement du gouvernement était effectivement engagé, il fallait rassurer et convaincre de la continuité du pouvoir, au service du bien commun.

  • 3 Sur l’efficacité des sermons dans la campagne politique de Juan José d’Autriche, on pourra consulte (...)

3De ce point de vue, les sermons funèbres constituent des sources paralittéraires extrêmement précieuses sur l’imaginaire politique et culturel non seulement des agents du discours officiels mais également des auditeurs3. Pour être audibles et pouvoir aborder des questions complexes liées au droit, les prédicateurs élaborent leurs discours à partir de représentations culturelles partagées, nourries aux mêmes sources historiques, mythiques voire mythologiques que certains textes littéraires pour donner à voir la réalité sous une lumière favorable à l’acceptation de la nouvelle situation politique. C’est pourquoi après avoir dégagé dans un premier temps le contexte historique de la question de la succession, l’étude portera sur la dimension performative des oraisons en examinant, d’une part, leur capacité à dire le droit et, d’autre part, à assurer son intégration dans les esprits des auditeurs.

Conserver le corps monarchique

4Le testament est le document clé de la fin de règne de Charles II. Sa rédaction fut au centre des attentes et des aspirations, non seulement des proches du roi, à commencer par son épouse Marie-Anne de Neubourg et ses conseillers, mais également de l’ensemble des courtisans et d’une grande partie des sujets, sans oublier les voisins européens qui essayèrent jusqu’au dernier moment de peser sur son contenu. Dans la dernière décennie du règne, plusieurs candidatures se dégagèrent dans l’horizon diplomatique. Après la signature du premier traité de partage secret, de 1668, entre la France et l’Autriche, le Grand Dauphin, fils de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche qui avait renoncé à ses droits sur la Couronne espagnole en se mariant, pouvait dorénavant prétendre hériter les territoires espagnols, en tant que petit-fils de Philippe III d’Autriche.

  • 4 Testamento del Rey Don Carlos II. Cláusula de declaración de sucesor y heredero de la Corona de Esp (...)
  • 5 Sur la question, voir Luis Ribot García, El Arte de gobernar. Estudios sobre la España de los Austr (...)

5L’empereur Léopold Ier, quant à lui, appuyait un candidat impérial. Mais, en 1692, la naissance du prince-électeur de Bavière, Joseph Ferdinand, petit-fils de la sœur de Charles II, l’épouse de l’empereur, désignait celui-ci comme le candidat le plus approprié, réduisant ainsi les ambitions françaises et autrichiennes. Charles II lui légua l’ensemble de ses territoires dans ses deux premiers testaments (1696 et 1698), en conformité avec ce que son père Philippe IV avait lui-même énoncé en 1665, dans son testament, en cas de mort précoce de son héritier. Le mariage récent du roi avec Marie-Anne de Neubourg fut à l’origine d’un parti autrichien à la cour, concurrent du parti français qui, de son côté, œuvrait pour obtenir l’annulation des testaments du roi et remporter la succession. Le second traité de partage signé secrètement entre Louis XIV et Guillaume d’Orange, menaçait le futur de l’unité monarchique espagnole et détermina Charles II à réaffirmer l’indivision de son patrimoine en signant son deuxième testament qui confirmait le choix du prince de Bavière, nommant en second l’empereur Léopold et en troisième sa tante l’Infante Catherine, duchesse de Savoie4. La volonté du roi était alors d’écarter la France du trône espagnol. La mort de l’héritier présumé, en 1699, fit monter la tension en plaçant face à face les deux seuls candidats : le Français Philippe de Bourbon, duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, et l’Autrichien, l’archiduc Charles. Le troisième traité de partage du 25 mars 1700 avantagea le parti français. Les grands conseillers d’État de Charles II, avec le cardinal Portocarrero en figure de proue, se prononcèrent, en juin 1700, pour la candidature d’un petit-fils de Louis XIV, de préférence second ou troisième fils du Dauphin afin d’éviter que le successeur héritât également la Couronne française. Charles II était inflexible sur la nécessité de préserver l’union de ses territoires, il fallait donc empêcher la France d’augmenter sa puissance en l’empêchant d’intégrer dans sa couronne les états espagnols5.

6Par leurs dernières volontés écrites, ayant force de loi, les rois dictaient le futur monarchique et imposaient les priorités gouvernementales à leurs successeurs. On comprend aisément comment, dans le cas de Charles II, l’absence de descendance directe donna au testament une valeur de la plus haute importance. En rendant effectif un changement radical de l’histoire de la Monarchie catholique, le testament constituait en effet la matérialisation du prolongement politique que la nature avait refusé à Charles II : la désignation du successeur y était – selon un principe juridique – irrévocablement inscrite. L’ouverture du testament à la mort du roi eut un impact retentissant, comme n’en eut aucun des testaments de ses prédécesseurs. L’accouchement politique de ce dernier se fit dans la douleur, comme en témoignent les sermons funèbres.

7Le franciscain Eugenio de San Joseph prit la parole depuis le couvent de saint Gilles à Madrid. Dans son sermon, il procède à une inversion de la projection tragique de la mort sans héritier de Charles II pour célébrer la grande source d’espérance qu’elle constitue pour la stabilité politique de la monarchie, préservée ainsi du danger de disparaître :

  • 6 Eugenio de San Joseph, Regio competidor del más pacífico Salomón en los virtuosos, y mejores honore (...)

15§ Pregunto: por qué Cristo introduce en los corazones mejor esperanza con su muerte y testamento que con su vida? Porque así convenía para morir reinando, como Príncipe reparador de su Monarquía. Cristo muriendo, y testando, y haciendo nueva vocación al Reino introdujo en nosotros esperanza de caminar mejor, y se llenó nuestra esperanza: porque con su muerte y nuevo testamento todo quedó mudado, y mejorado. Se mudó y se mejoró el sacrificio; se mudó, y se mejoró el Sacerdocio; se mudó y se mejoró el reino; se mudó, y se mejoró el Gobierno6.

8Le changement sera la clé de la réussite à venir : avec optimisme, Charles II est présenté comme le roi réparateur dans une Espagne en déclin, celui par qui la solution attendue pourra se concrétiser pour le bien de tous. À l’instar du Christ qui laissa aux chrétiens son testament pour édicter de nouvelles lois, le dernier Habsbourg n’abandonne pas ses sujets, mais, selon le prédicateur, il se retire en leur offrant son ultime acte politique, fondé sur des décisions justes et pacifiques, afin de les guider, d’orienter l’avenir politique d’une monarchie intacte, et de faire naître de l’espoir là où règne au mieux l’incertitude, au pire le désespoir. Le roi pouvait bien mourir la conscience tranquille car sa volonté posthume scellait la survie de son gouvernement et, surtout, sa couronne et ses royaumes n’étaient pas destinés à mourir avec lui. L’orateur sacré enjoint les auditeurs courtisans – et au-delà tous les sujets de la monarchie – à avoir confiance dans une politique qui s’attachera à suivre ses projections dans une parfaite continuité idéologique, intégrant les mutations salutaires dont l’Espagne a besoin pour se régénérer.

  • 7 Cela n’empêcha pas la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714).

9Durant les quarante-deux jours de souffrance et de prière qui précédèrent son trépas, le roi se consacra entièrement à sa monarchie. Il mourut en gouvernant et il gouverna en mourant, dans l’imitation du destin tragique du Christ. Ce parallèle avec la figure christique illustre, selon le prédicateur, le sacrifice du roi pour sauver son peuple de la discorde, de la violence liée à sa succession7. Sa prudence politique et sa conduite sage des affaires temporelles ont suppléé l’absence de descendance naturelle en l’amenant à assurer la tranquillité de ses sujets dans la paix de ses royaumes.

  • 8 Jerónimo Belvis, Sermón fúnebre, y póstumo llanto a la sentida muerte del Máximo, Cristianíssimo, O (...)

Murió un Felipe Primero, por donde se nos vino a España toda esta dicha. Quedó un Carlos Quinto, para continuar nuestra envidiada fortuna. Murió a pesar de sus altos merecimientos; pero como de Fénix renacieron estos en un Felipe II. Faltónos Felipe II. ¡Qué desgracia! ¡Pero qué dicha! Pues nos quedó en un Felipe III nuestra mejor esperanza. Murió Felipe Tercero. ¡Qué gran dolor! ¡Pero qué gran consuelo! Pues continuó su Imperio un Felipe Cuarto. Murió este ocasionando un llanto tan terrible, que solo un Carlos Segundo pudo ser bastante para atajarle. Murió en fin Carlos Segundo; ¡o dolor el más insufrible! Murió sin dejarnos sucesión para su Corona. ¡O lástima la más lamentable! En las muertes de los otros Reyes de España, se mezcló el dolor de sus vasallos con el consuelo de sus hijos; más en la muerte de nuestro amantísimo Carlos Segundo, al gran dolor de su lastimosa pérdida se añade la congoja de no quedarnos la menor esperanza. Entonces afligía la muerte de un Padre, pero consolaba la vida de un Hijo: Ahora es esta muerte tan sin consuelo, como el habernos faltado un Padre, sin habernos dejado un hijo. Mirad si es este el más lamentable fracaso, pues lo que fue entonces socorro para tanta pena, es ahora motivo para aumentar nuestra congoja8.

10Depuis son collège de Sigüenza, le prédicateur hiéronymite Geronimo Belvis prête voix à l’expression de la plus grande douleur, celle de perdre un roi sans successeur. L’exemple tiré de l’Histoire montre comment peine et joie furent simultanément ressenties pendant la transition d’un règne à un autre : à chaque mort royale, depuis Philippe Ier, renaît, à travers l’héritier, l’espoir d’un avenir heureux, d’une douce et harmonieuse continuité, à la fois vitale et politique, du père dans le fils. Le choc des émotions contraires rendait ainsi la perte plus supportable. Mais la mort de Charles II est d’autant plus violente qu’elle rompt avec cette dynamique de rebond dynastique et instaure – selon les discours officiels – la douleur totale dans un deuil absolu :

  • 9 Jerónimo Belvis, Sermón fúnebre, y póstumo llanto…, p. 2-3.

[…] son los juicios de Dios incomprensibles, son sus Divinas ideas inapeables […] Ya acabó para esta tan dilatada Monarquía, la siempre Augusta, y Cesárea Casa de Austria, que por su nobleza, por su virtud, por su prudencia, por su gobierno, y por su justicia fue siempre la envidiada de las gentes, y la respetada de las Naciones. Feneció ya su Imperio para la posteridad, porque murió Carlos Segundo sin sucesión; no feneció para el afectuoso acuerdo de la posteridad, porque vivirá para siempre en la memoria de sus vasallos, y reinará eternamente en los corazones de sus hijos9.

11Si le roi défunt est appelé à rester dans les souvenirs de chacun, le discours est sans appel, la Monarchie hispanique n’est plus, son empire s’est évanoui à jamais. La grandeur qui en faisait la renommée s’est éteinte ajoutant à la tristesse l’angoisse suscitée par un tel constat.

  • 10 Carmelo Lisón Tolosana, La Imagen del rey, Madrid : Espasa Calpe, 1991, p. 184.

12Selon le principe de l’immortalité de la majesté royale, le sermon funèbre traduit les pleurs à la mort physique du souverain et célèbre simultanément la survie de son corps immatériel à travers sa descendance. Le roi meurt mais ne disparaît pas, il se perpétue par son héritier. Charles II est la preuve vivante que son père a vécu et son règne que son père fut monarque assurant ainsi la mise en écho des images royales10. Avec la mort de Charles II, l’ordre des choses est perturbé : la résonnance dynastique laisse place au silence. Le roi sans descendance meurt-il complètement ? Où les sujets peuvent-ils trouver la consolation de le revoir ? Comment accepter cette interruption brutale et déstabilisante de la chaîne de pouvoir ? Et, surtout, comment justifier juridiquement ce que la loi de la nature a refusé ?

De Charles II à Philippe V : légitimer l’héritage politique

13La légalité du successeur monarchique était fondée sur son ascendance :

  • 11 Demostración, para que cualquier persona conozca que el Señor D. Felipe Quinto es únicamente el que (...)

El único derecho que el señor Archiduque ha tenido (y no tiene otro) para pretender las Coronas de España, es el que en este Árbol se demuestra, y por él se ve, que el Señor D. FELIPE QUINTO, Nuestro Rey, y Señor, es, y debe ser preferido, porque es biznieto de la hija mayor; y el señor Archiduque es nieto de la hija menor del señor Rey D. Felipe tercero: y a nadie puede heredar la descendencia de la hija mayor. […] Todos los discursos que contra esto se hacen, son razones, sin razón, y sofismos falaces de leyes mal entendidas, e ideas no conformes con las leyes Cristianas11.

14Si les arguments généalogistes sont convoqués sur le plan physique pour valider la succession de Philippe V, les prédicateurs s’ingénient également à la justifier sur le plan métaphysique. La succession, demandée à Dieu pendant tout le règne de Charles II, fut accordée à ce dernier, contrairement à ce que beaucoup pouvaient penser.

  • 12Deseó Carlos imitar al Rey Cristo, en muchas cosas lo logró. Una de ellas, en que imitó à Cristo, (...)

15Le prédicateur royal Bernardino de Madrid déploie, pour sa part, tout un argumentaire inspiré d’Aristote autour de la reproduction physique opposant celle des hommes, qui suppose le péché de chair, à celle des êtres purs comme les végétaux12. Selon lui, Charles II ne s’est pas perpétué selon la règle commune. Car, dans le sillage du discours global sur sa pureté, le roi a donné un fils sous la forme d’une fleur. Le lien avec la réalité historique se révèle alors dans l’évocation du lys, symbole de la Maison des Bourbons à laquelle est rattaché le duc d’Anjou. Dans cette optique, il devient possible de concevoir cette succession comme le fruit d’une descendance naturelle, conforme aux lois humaines.

16Parallèlement à ce type de démonstration, d’autres orateurs affichent clairement une conception conservatrice du patrimoine monarchique. C’est le cas du père Eliseo de Zúñiga à Saint-Jacques-de-Compostelle :

  • 13 Eliseo de Zúñiga, Declamación fúnebre, que en las Reales, Majestuosas, y Solemnes Exequias de nuest (...)

Ea pues desconsolada Monarquía de España, alienta ya en tu pena, respira en tu dolor, recóbrate en tu llanto, que si justamente lloras, no tan justamente te desconsuelas, no sucede Rey extraño en el Trono del Católico Monarca Carlos Segundo, que hoy lloras muerto, sucede si el Católico Rey Felipe Quinto, tu natural, y legítimo Dueño, hijo es de los Felipes, de los Fernandos, de los Carlos, de los Alfonsos, de aquel tronco Regio, de aquella raíz augusta del árbol de la genealogía de tus gloriosos Monarcas asciende al Trono Majestuoso de esta Monarquía, a reinar esta nueva Flor, el deseado de las gentes, el aclamado de los pueblos, la esperanza de los vasallos, y el consuelo de toda la Monarquía a reinar viene a la Casa de Jacobo13.

17Les fidèles sujets doivent comprendre la filiation dans laquelle s’intègre parfaitement le successeur, celle de la Maison de Jacob et de la Maison des rois d’Espagne dans la transcendance d’une destinée éternelle. La glorieuse généalogie qui rattache l’Espagne à l’histoire biblique ne s’éteint pas puisque, par son ascendance naturelle, celui-ci prend place dans l’arbre généalogique, sous le haut patronage de saint Jacques auquel un hommage est également rendu. Rien ne bouge, tout perdure dans une préservation heureuse de l’identité monarchique. Cet argument va dans le sens de l’intégration de Philippe V qui ne sera pas un roi français mais bien un roi espagnol. Pour le jésuite Francisco Bru, c’est la couronne, non la naissance, qui donne au roi sa « nationalité » :

  • 14 Francisco Bru, Lamentación fúnebre, que en las Reales Exequias, y Funeral Pompa, del Católico Rey d (...)

Y si le quiere el Vulgo a nuestro Rey Francés, Español, sepa, que lo es, y lo será mucho más que los que tenemos la fortuna de haber nacido en España. […] y los Reyes son lo que los Vasallos, que mandan, lo que los Reinos, que dominan: Si estos son Franceses, el Rey es Francés, aunque haya nacido en España; y si estos son Españoles, el Rey es Español, por más que haya nacido en Francia. Porque los Reyes toman la naturaleza de la Corona, no de la cuna; de los Reinos en que mandan, no de las tierras en que nacieron […]. Venga a España el Serenísimo Felipe de Francia, y será más Español, que nosotros; pues a nosotros nos hizo Españoles la tierra, y a Felipe el Cielo, a nosotros la cuna, y a Felipe la Corona14.

  • 15 Sur le roi espagnolisé qui abandonne sa terre natale, sa culture française, ses prétentions sur le (...)

18Par sa couronne, le roi incarne la synthèse de ses états et de ses sujets. Philippe V n’aura pas d’autre couronne à porter que celle de l’Espagne, assurant ainsi son attachement aux sujets, au nom desquels il devra régler sa conduite future. Le propos se veut rassurant, intégrateur et plein d’espoir pour l’avenir15.

19D’autres prédicateurs mettent en avant l’argument providentialiste dans le choix du successeur, non pas pour punir les sujets au nom de leurs péchés, comme cela apparaît dans certains sermons, mais au contraire pour sauver l’Espagne. Car le successeur venu de France saura reprendre le flambeau de la défense de la cause catholique face aux hérétiques qui continuent de représenter une menace pour l’Église de Dieu. C’est ce qu’affirme le franciscain Bartolomé de Castro, dans son sermon prononcé à Grenade :

  • 16 Bartolomé de Castro, Panegírico fúnebre en las Reales Exequias, que por nuestro Rey, y Señor Don Ca (...)

En consideración de la nueva bisagra que ha puesto Dios entre las dos Coronas de España, y Francia, no puedo omitir que en regiones tan distantes se univocaron los genios de los dos Reyes Luis Cuartodécimo el Grande en Francia, y en España Carlos el Justo, pues si el uno obró lo que ya se ha oído, el otro ejecutó lo que ahora se oirá16.

20Le prédicateur donne à concevoir par ces mots les preuves matérielles de la lutte du Roi Très Chrétien contre les formes d’hérésie spirituelles infestant le nord de l’Europe. L’imposante statue qu’il fit ériger, une sainte Claire triomphante sous un dais de pierre, dominant la ville de Montpellier et tenant à la main la custode, signe le triomphe de la religion catholique sur un Calvin humilié aux pieds de la sainte, et prouve l’indéfectible appui de la France à la cause catholique. Cette mise en scène sculptée d’un discours de défense de la puissance catholique s’inscrit de façon visible et durable dans le paysage urbain d’une grande ville où la menace des réformés doit être contrée au seuil de ses portes. Le message est clair et percutant et ne laisse aucun doute sur l’intolérance religieuse du voisin français à l’égard des ennemis de l’Église catholique. Le souvenir de l’Édit de Nantes, signé sous Henri IV, hanterait-t-il encore l’imaginaire populaire en faisant de la France un pays sujet à la duplicité confessionnelle ? Pourtant Louis XIII et surtout Louis XIV s’appliquèrent à réduire la tolérance religieuse. En 1685, ce dernier révoqua l’Édit de Nantes par l’Édit de Fontainebleau, interdisant ainsi le culte protestant avec l’ordre de détruire les temples, et pour les pasteurs, de quitter la France sous peine d’exécution. La politique religieuse du voisin français opta pour une ligne plus lisible, avec un positionnement spirituel univoque qui doit rassurer les contemporains de Bartolomé de Castro. Il faut dire que la Monarchie catholique, depuis le XVIe siècle, n’a cessé de se poser comme garante temporelle de l’ordre catholique, au détriment des autres confessions. Le point culminant étant la décision que Philippe II adopta, comme nul autre en Europe, de faire appliquer dans ses royaumes les décrets tridentins comme lois de son État, marquant ainsi le triomphe de la norme catholique vis-à-vis de toute dissidence chrétienne.

21Le prédicateur veut fonder l’espoir en une force et une alliance nouvelle dans la lutte contre l’hérésie du Nord. La guerre des images prolonge celle des armes. Les sujets du nouveau roi d’origine française doivent comprendre que le front catholique est scellé par la succession au trône espagnol, assurant ainsi la paix dans les pays catholiques. Il y a une leçon à tirer du passé, et un intérêt commun à servir l’Église catholique dans une Europe déchirée par la Guerre de Trente Ans. El Grande y el Justo se sont entendus pour servir la cause commune et assurer ainsi la prospérité des monarchies catholiques. Si Louis XIV fut un ennemi temporel, il ne l’est point sur le plan spirituel et l’union de la France et de l’Espagne, dans une seule et même défense du droit catholique, sous la bannière des Bourbons, ne pourra qu’être bénéfique pour l’avenir de la Monarchie hispanique.

22Début décembre 1700, en la cathédrale Saint-Sauveur de Saragosse, Joseph Rubio est l’un des rares prédicateurs à insérer dans son sermon dédié à Charles II, un éloge aussi appuyé du nouveau roi :

  • 17 Joseph Rubio, Oración fúnebre en las Reales exequias que celebró al Rey N.S. D. Carlos II de glorio (...)

Ahora pregunto. ¿Quién es el sucesor de nuestra Monarquía? Nuestro Rey, y Señor Felipe Quinto Príncipe, a quien dotó naturaleza de unas prendas Reales, tan admirables, sublimes, y gloriosas, que aun los dos Mundos son limitada esfera para los aplausos de su fama. Una persona de gran Autoridad ha participado estas noticias de nuestro Rey que es justo referirlas para reconciliar más nuestro filial amor. Tiene el Señor Duque de Anjou una capacidad, y comprensión tan soberana, que cuando faltaran todos los Consejos de su Corte, en sí mismo hallaría consejo suficiente para gobernar todos sus Reynos; son tan sublimes los quilates de sus prendas, que ha de ser más sabio que Felipe segundo, más glorioso que Ferdinando, no menos Santo, que Hermenegildo, y finalmente ha de ser en nada inferior a Carlos Quinto. En lo que más resplandece, es en una heroica piedad, y singularísimo celo de la Católica Religión17.

23On le comprend, le discours est tourné, non pas vers le passé mais vers le futur, vers l’espérance qu’incarne le nouveau roi pour les Espagnols, et en particulier pour les sujets aragonais qui, après un siècle de relations souvent difficiles avec la Castille, attendent de meilleurs signaux venant du successeur. Joseph Rubio cherche lui aussi à rassurer ses auditeurs en leur montrant que le candidat est apte à gouverner et, s’il le faut, à se passer des avis de ses conseillers quand il les jugera inappropriés, ce que Charles II ne sut pas faire. La critique peut se lire entre les lignes contre un gouvernement qui, sous Philippe III et Philippe IV également, a trop sacrifié aux personnalités de validos et de conseillers ambitieux, ruinant la réputation de la monarchie. La référence aux rois antérieurs qui se sont opposés en leur temps au phénomène de privatisation du pouvoir par un ministre omniprésent et ont pu ainsi conserver la monarchie dans toute la puissance de ses états devient signifiante pour se projeter dans un nouveau règne avec Philippe V.

24Cette espérance est également présente dans l’oraison du père Benito Martínez Pedernoso, qui affirma depuis Sigüenza :

Y ¿qué diremos últimamente de la circunstancia de morir nuestro Rey, cuando según la providencia de las cosas habían de heredar esta Corona los Franceses Lirios? Que esta ocurrencia sola es la circunstancia de mayor consuelo, que pudo dispensarnos la piedad divina.

Es el lirio, como Pierio (sic) dice, símbolo de la pública esperanza de los Reinos. Por eso las monedas de la Antigua Roma solían labrarse con un Lirio, y el mote que decía: Spe Publica, Esperanza Pública. Ea, Señores, resucite ya nuestra esperanza, si de hoy más han de batir con Lirios nuestros Reinos sus monedas.

Del Lirio, dice Plinio, que entre las flores es la más fecunda […]. Si la falta de fecundidad fue la que puso a esta Monarquía en la mayor congoja: respire de hoy más el corazón de España, que un Lirio le ha dado la fortuna, con que así sus Reyes, como sus Reinos se fecunden.

  • 18 Benito Martínez Pedernoso, Oración fúnebre que en las exequias que la muy antigua, y docta Universi (...)

Y si hasta hoy se vio postrado, y en el último abandono vuestro nombre: alentaos de hoy más, gloriosos Españoles, que del propio Lirio, afirma Plinio, que Nulli florum excelsitas maior, que es la más levantada de las flores, y entre todas las demás, la más excelsa: y podéis esperar también, que aqueste Lirio os levante con su favor, y con su sombra a la feliz altura, a la dominación gloriosa, que perdisteis18.

  • 19 Alberto Marcos Martín, « ¿Por qué negarlo? Crisis y decadencia de Castilla en el siglo XVII », in : (...)
  • 20 Sur ces critiques, voir, entre autres, Luciana Gentilli, « Hércules, ícono y máscara de soberanos e (...)
  • 21 Juan Antonio Sánchez Belén, « La muerte os sienta tan bien, Majestad. La imagen de Carlos II en los (...)
  • 22 Jean Delumeau, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles), Paris : Fayard, 1978, p. 16.
  • 23 Sur la conscience collective de la grandeur espagnole dans l’Espagne moderne, voir David García Her (...)

25Au passage, le prédicateur fait allusion au piteux état dans lequel se trouve la Monarchie hispanique, après un règne stérile à tout point de vue qui signa son inéluctable déclin19. Les sujets ont souffert d’une situation économique difficile et d’une politique calamiteuse qui, selon eux, n’y remédiait pas. Les nombreuses critiques à l’encontre du roi et de son gouvernement20, dont l’ « Émeute des chats » fut l’une des expressions populaires, semblent poindre dans ce discours singulier qui s’éloigne ici du ton encomiastique pour adopter un propos ancré dans le réel. Ainsi toutes ces humiliations laissent-elles place aujourd’hui à une attente forte, dont le père Martínez Pedernoso s’empare dans une oraison où résonne la pensée de Tacite21. Si l’angoisse générée par le changement monarchique est tangible dans les sermons, elle présente une ambivalence, comme la peur22. L’angoisse est pressentiment de l’insolite mais l’attente de la nouveauté implique aussi l’espérance d’une plénitude. Ce prêche inscrit davantage son discours dans le désir car il se veut lui aussi rassurant. La succession offre une projection heureuse pour les sujets et fonde l’espoir d’un renouveau monarchique où la réputation de l’empire espagnol pourra enfin retrouver son éclat23.

Un nouveau règne en marche : le droit en action

26L’arrivée du nouveau roi à Madrid le 18 février 1701 fut très commentée :

  • 24 Relación y Gaceta general, en que da cuenta del recibimiento que han hecho a la elección de nuestro (...)

Ha servido de gran gozo en esta Corte el ver la conformidad de todos los Reinos, y Provincias de la Gran Monarquía de España, en ajustarse al Testamento de su Católico Rey difunto, pues más parece que el Señor Duque de Anjou entra como hijo, que como heredero declarado24.

  • 25 Javier Díaz Noci, « La circulación de noticias en la España del Barroco », in : Roger chartier et C (...)

27L’organe officiel que constituait la Gazette dans l’horizon public était prescripteur d’opinion25 : ses informations, tirées de l’observation réelle, confortaient, en outre, une vision favorable au pouvoir. Faire de la réaction des Espagnols, contraints d’accepter leur nouveau roi, un acte spontané d’amour par lequel Philippe V serait perçu comme héritier naturel participait d’une entreprise de propagande aulique visant à entériner la sérénité politique dans les royaumes. La filiation politique, si revendiquée en chaire, semble recevoir un écho favorable au sein des sujets et explique, selon le gazetier, le climat de paix entourant l’exécution juridique du testament en occultant la réalité complexe des troubles présents et à venir qui trouveront leur paroxysme dans le conflit international de la guerre de Succession. La relation propageait à travers les territoires une représentation lumineuse de l’événement visant à créer, par un autre biais que la tribune religieuse, l’adhésion de tous les sujets autour de la désignation politique d’un successeur d’origine étrangère. Selon le gazetier, le succès est complet puisque au respect du droit monarchique, énoncé par le testament, s’ajoute in fine sa reconnaissance populaire.

  • 26 Benito Martínez Pedernoso, Oración fúnebre que en las exequias que la muy antigua, y docta Universi (...)

28De leur côté, les universitaires de Sigüenza s’adaptèrent immédiatement à la nouvelle donne politique. Dans son sermon, le prédicateur royal Benito Martínez Pedernoso évoque avec eux, en premier lieu, la dette de l’institution à l’égard des monarques qui, depuis sa fondation – au XVe siècle – la dotèrent généreusement. Très vite, l’orateur semble justifier les funérailles tardives de l’Université par le fait qu’aucun ordre royal ne leur est parvenu. En raison de leur fidélité et de leur attachement au roi, les universitaires décidèrent donc d’anticiper l’ordre royal et d’organiser spontanément la célébration des funérailles, montrant comme ils méritaient davantage d’être félicités plutôt que d’être blâmés. Si le père Martínez Pedernoso reconnaît qu’à la date où il parle, le 23 décembre 1700, certaines célébrations ont déjà eu lieu dans les différents territoires, il précise aussitôt que la communauté universitaire est loin d’être la dernière car d’autres funérailles furent organisées dans les mois qui suivirent26.

29En s’appuyant sur un discours binaire, le prédicateur oppose systématiquement les sujets du Roi qui pleurèrent sa mort sur commande, c’est-à-dire sur demande expresse de l’autorité royale, et les universitaires, tous éplorés de façon spontanée parce que véritablement sincères : ce qui constitue une preuve de leur amour et de leur loyauté, plus profonde en ce qui les concerne, envers Charles II. Le propos sacrifie au jeu de la concurrence mémorielle : c’est à la communauté qui fera meilleure ou plus éclatante démonstration de douleur et de tristesse, en gage de son attachement au Roi. En creux, on comprend bien que le panégyrique opère un processus de renversement : au fond, c’est l’Université de Sigüenza qui est digne d’éloges ici. La force et l’émotion du discours d’hommage funèbre ne sont que la preuve manifeste des sentiments des universitaires qui le portent de leur propre initiative. Les louanges de Charles II traduisent littéralement celles que mériteraient de recevoir les sujets concernés. Le phénomène est opérant pour chaque sermon funèbre, pour chaque célébration des funérailles dans l’espace de la monarchie, puisque c’est la collectivité endeuillée qui met en scène le meilleur de soi-même pour faire valoir, dans ces circonstances exceptionnelles, son mérite et son indéfectible allégeance.

30Mais ce qui est original, c’est cette volonté de s’opposer au reste des sujets monarchiques, c’est d’afficher clairement – et non sans une certaine audace – la prééminence de l’Université dans le deuil véritablement senti, affirmant ainsi la supériorité de sa fidélité sur celle des autres sujets du roi défunt. Le sermon perd ainsi son caractère unitaire, « national », il n’est plus tant la marque du collectif à un degré supra local, comme le suggère le calendrier concomitant des funérailles dans tous les royaumes de la monarchie, que l’occasion idoine de manifester sa singularité, sa qualité intrinsèque aux dépens de celle des autres membres de la communauté orpheline. Cette dynamique de « privatisation » du deuil collectif dans une course à la reconnaissance répondait-elle à une autre nécessité que celle de l’hommage conventionnel ? N’y-avait-il pas, au fond, une tentative de se distinguer face au nouveau pouvoir ? L’arrivée de Philippe V marqua une césure profonde dans l’histoire collective malgré la volonté des prédicateurs et des discours officiels de la faire voir selon une logique de continuum monarchique. Cette nouvelle situation, inédite et pleine d’inconnu, ouvrait un champ de possibilités que la succession naturelle des règnes ne proposait jamais – du moins à un tel degré –, comme un changement de cap libérant les aspirations individuelles et collectives. Sans oblitérer la possibilité qu’aurait Philippe V de se référer au passé, surtout par le biais des conseillers de Charles II qui allaient l’entourer et l’accompagner dans ses premiers pas en tant que roi espagnol, le nouveau souverain promettait une certaine « neutralité ». Sa culture étrangère supposait une méconnaissance – pour ne pas dire une ignorance – des réalités identitaires des uns et des autres, d’où la possibilité peut-être d’anticiper les représentations à venir. Les universitaires de Sigüenza auraient-ils besoin de demander l’appui de leur nouveau roi ou chercheraient-ils simplement à s’arroger une bonne place dans la faveur de celui-ci au risque d’instrumentaliser le discours funèbre ? Ce ne sont là que des hypothèses à partir de propos ouvertement centrés sur l’intérêt de la communauté.

31Cette démarche, quelle qu’en fût la raison idéologique et/ou pratique, témoigne d’un règne en marche où les logiques de vassalité qui se mettent immédiatement en place tendent à montrer que Philippe V est perçu en roi espagnol. Les pleurs à la mort de Charles II laisseront vite la place à une autre actualité, vivante, avec le gouvernement prochain du jeune roi.

Conclusion

32Aux funérailles de Charles II, les prédicateurs agissent tel des interprètes du droit, en particulier pour ce qui traite de la succession royale : leur connaissance des lois irrigue leurs discours et ordonne leur mécanique démonstrative. Pour arriver à leurs fins de légitimation du nouveau monarque, les orateurs sacrés en viennent à formuler le droit sous une lumière favorable à leur propos. En se basant sur des principes simples, facilement reconnaissables par le plus grand nombre, ils prêchent en faveur de la nouvelle donne politique : il ne s’agirait pas en effet de brouiller la réception avec des arguments juridiques trop avancés, dont le prédicateur, d’ailleurs, ne serait sans doute pas à même de maîtriser toutes les nuances. Par la clarté du raisonnement, les discours cherchent à convaincre l’auditoire de la logique présidant à leur élaboration. La matière juridique s’insinue par petites touches. Car il ne s’agit en aucune manière de délivrer une leçon de droit mais, au contraire, de s’appuyer sur le partage de príncipes et de rappeler certaines règles communes pour avancer dans un argumentaire consensuel. Ainsi le public peut-il s’approprier le discours et l’accepter comme vrai. Ce processus d’assimilation juridique et idéologique est fondamental dans l’établissement pacifique du nouveau règne.

Haut de page

Notes

1 Ramón Sánchez González, « Religiosidad barroca y sentimientos ante la muerte en el Cabildo catedralicio de Toledo », Studia histórica. Historia moderna, 18, 1998, p. 299-320, p. 315.

2 Ce besoin impérieux de faire accepter la décision du roi laisse à penser également que la question du droit de modification de la loi concernant la succession au trône n’allait sans doute pas de soi et était source de débats juridiques et partisans compte tenu des circonstances.

3 Sur l’efficacité des sermons dans la campagne politique de Juan José d’Autriche, on pourra consulter Héloïse Hermant, Guerres de plumes. Publicité et cultures politiques dans l’Espagne du XVIIe siècle, Madrid : Casa de Velázquez, 2012.

4 Testamento del Rey Don Carlos II. Cláusula de declaración de sucesor y heredero de la Corona de España. Madrid, 11 de noviembre de 1698, AHN Estado, Leg. 2451, in : Príncipe Adalberto de baviera et Gabriel Maura Gamazo, Documentos inéditos referentes a las postrimerías de la Casa de Austria en España (1678-1703), vol. 2, Madrid : Real Academia de la Historia, 2004, p. 871-873.

5 Sur la question, voir Luis Ribot García, El Arte de gobernar. Estudios sobre la España de los Austrias, Madrid : Alianza editorial, 2005, p. 227-276 et id., Orígenes políticos del testamento de Carlos II. La gestación del cambio dinástico en España, Madrid : Real Academia de la Historia, 2010 ; Henry Kamen, La España de Carlos II, Barcelone : Crítica, 1987, p. 591-612. Voir également Alain Bègue, Carlos II (1665-1700): la defensa de la Monarquía Hispánica en el ocaso de una dinastía, Paris : Belin, 2017, p. 230-247 et Marie-Françoise Maquart, L’Espagne de Charles II et la France (1665-1700), Toulouse : Presses Universitaires de Toulouse-Le Mirail, 2000, p. 96-155.

6 Eugenio de San Joseph, Regio competidor del más pacífico Salomón en los virtuosos, y mejores honores del Reinar el Rey D. CARLOS II. Oración fúnebre, que se predicó en el convento Real de S. Gil de Madrid el día 21 de Diciembre de 1700 en las honras del Rey Nro. Señor Don Carlos Segundo, que con regia pompa, y demonstración afectiva celebró su muy Leal, y Nobilísima Guarda de Corps. Díjola Fray […], Francisco Descalzo, Lector de Teología, Custodio que fue, y actual Definidor de la Santa Provincia de San Ioseph, en Castilla, y morador de dicho Convento. Dedicase a la muy leal, y noble Guarda de Corps, en cabeza de su Capitán el Excelentísimo señor Marqués de Láconi, etc. Imprimióse à costa de la Noble Guarda de Corps. Año de 1701, p. 28.

7 Cela n’empêcha pas la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714).

8 Jerónimo Belvis, Sermón fúnebre, y póstumo llanto a la sentida muerte del Máximo, Cristianíssimo, Ortodoxo, Fidelísimo, Apostólico, Religiosísimo, y Católico Monarca CARLOS SEGUNDO, Gran Rey de las Españas, Emperador Máximo de las Indias, y el Non Plus Ultra de los Austrias. Predicóle el P. Fr. […], monje Jerónimo Profeso del Real Monasterio de San Miguel de los Reyes del Reino de Valencia, y Catedrático de Filosofía en su Religión Sagrada. En las solemnes exequias, que celebró la lealtad de su Religión en el insigne Colegio de San Jerónimo de la Ciudad de Sigüenza. Sacale a luz el mismo colegio y le dedica al Ilustrísimo señor Don Francisco Álvarez, Arzobispo que fue de Mecina, y meritísimo Obispo, y señor de Sigüenza. En Madrid, Año de 1701, p. 1.

9 Jerónimo Belvis, Sermón fúnebre, y póstumo llanto…, p. 2-3.

10 Carmelo Lisón Tolosana, La Imagen del rey, Madrid : Espasa Calpe, 1991, p. 184.

11 Demostración, para que cualquier persona conozca que el Señor D. Felipe Quinto es únicamente el que debe ser Rey de España, y que peca mortalmente cualquiera de los Españoles que no lo obedece, y confiesa por su natural Señor y Rey o en cualquier modo coadyuva a sus enemigos, s. p.

12Deseó Carlos imitar al Rey Cristo, en muchas cosas lo logró. Una de ellas, en que imitó à Cristo, fue en el padecer, y fue en el Misterio de la Fe; porque lo que en Cristo fue Misterio de Fe Divina, es en Carlos misterio de fe humana. Dos modos hay de multiplicar los vivientes: uno es el modo con que se multiplican los vivientes sensitivos, y aqueste está lleno de impurezas: otro es el modo de multiplicar los vivientes vegetales, y este está lleno de trabajos pero sin impureza alguna. Carlos no propagó su posteridad como viviente sensitivo: fue muy puro (tanto que en treinta y nueve años no se le conoció desliz alguno en materia de pureza) pero la propagó, como viviente vegetable, con gran pureza, pero grandes trabajos, aquí el Misterio de la Fe humana: En la Divina fe convierte el pan realmente en el Cuerpo de Cristo: el grano alegóricamente en la azucena; pues en la Fe humana Carlos, gran imitador de Cristo en los trabajos, y mortificaciones, muerto en la tierra en que se sembró, produce en Felipe Quinto una hermosísima Azucena. Dirán que no es su hijo, bien dicen, porque Carlos no propagó con la impureza de viviente sensitivo; pero es fruto suyo, que produjo con los trabajos, y purezas de viviente vegetable, es flor, es azucena, que nos dejó en su muerte, para nuestro consuelo, y nos promete las más apreciables, y mayores en el Regio fruto”, Bernardino de Madrid, Parentación fúnebre que en las Reales exequias del Rey nuestro Señor Don Carlos II que está en Gloria, predicó en el convento de la SS.ma Trinidad de religiosos calzados de esta Corte, el R.P. Fray […], Predicador de su Majestad, Misionero Apostólico, y Provincial, que ha sido, de esta Provincia de Capuchinos, de los Reinos de Castilla, el día veinte y tres de Diciembre de 1700. Que consagra a la Real y Nobilísima Congregación de los señores Caballeros del Reino de Navarra; sácale a luz por orden de los señores congregantes Antonio Bizarrón, Mercader de Libros, Madrid : 1701, p. 13.

13 Eliseo de Zúñiga, Declamación fúnebre, que en las Reales, Majestuosas, y Solemnes Exequias de nuestro Católico, y piadoso y siempre Augusto Monarca Carlos Segundo hizo En la Santa Apostólica y Metropolitana Iglesia del Señor Santiago, Único y Singular Patrono, Defensor, y Tutelar de las Españas, el Doctor Don […], antes Colegial en el Mayor del Arzobispo de la Universidad de Salamanca, Catedrático de Filosofía en ella, Canónigo Penitenciario de la Santa Iglesia de Sigüenza, y veinte y un años ha Magistral del Púlpito en dicha Apostólica Iglesia de Santiago. Dedícala Al Excelentísimo Señor Conde de Monte Rey, etc. En Santiago: Por Jacinto del Canto. En la imprenta del Doctor D. Benito Antonio Frayz. s. p.

14 Francisco Bru, Lamentación fúnebre, que en las Reales Exequias, y Funeral Pompa, del Católico Rey de las Españas, D. CARLOS II DE AUSTRIA, Nuestro Señor, dijo el Reverendísimo P. […], de la Compañía de JESÚS, Catedrático de Prima de Teología, Calificador del Santo Oficio, Examinador Sinodal de los Obispados de Barcelona, y Urgel, y Rector ahora del Colegio de Montesión de Mallorca, en la Catedral Iglesia de la misma Ciudad, el día 30 de Noviembre del Año 1700, in : Nicolas truyols y dameto, Real pompa funeral que a las augustas cenizas, y amables memorias del Católico Rey de las Españas D. CARLOS SEGUNDO de Austria, el Deseado: consagró el muy ilustre S. D. […], Del hábito de Alcántara, Capitán de Caballos Corazas, Lugarteniente de Procurador Real, con futura Sucesión, y Juez Presidente de la Real Junta del Patrimonio, En el Reino Fidelísimo de Mallorca. A 30 de Noviembre del Año 1700. En Mallorca, en la Imprenta de Melchior Guasp Año 1701, p. 30-84.

15 Sur le roi espagnolisé qui abandonne sa terre natale, sa culture française, ses prétentions sur le patrimoine dynastique français, voir Ana Álvarez López, Fabricación de un imaginario, Madrid : Cátedra, 2008.

16 Bartolomé de Castro, Panegírico fúnebre en las Reales Exequias, que por nuestro Rey, y Señor Don Carlos II (que esté en Gloria) rindió Devota, ofreció Reverente y consagró Piadosa La muy Noble y siempre Leal Ciudad de Granada. En la Real Capilla el día 4 de Diciembre de 1700. Díjolo el Rmo. P.M.Fr. […], Lector Jubilado, Calificador del Santo Oficio, Definidor General de toda su Orden de Señor San Francisco de la Observancia, Ministro Provincial de su Provincia de Granada, y Predicador de su Majestad, in : Joseph mena y medrano, Reales exequias por la Católica Majestad de nuestro Monarca Don Carlos II El Justo, que dedica al Rey nuestro Señor Don Felipe V, el Glorioso… la muy noble, muy nombrada, muy leal, y Gran Ciudad de Granada, que las celebró en la Real Capilla en los días tres y cuatro de Diciembre de 1700… descríbelas el Licenciado Don […], Capellán de su Majestad en dicha Real Capilla, s.l., s.d., fol. 12vº-13.

17 Joseph Rubio, Oración fúnebre en las Reales exequias que celebró al Rey N.S. D. Carlos II de gloriosa memoria la augusta imperial ciudad de Zaragoza a 5 y 6 de Diciembre, de 1700 en la Iglesia Metropolitana, en Santo Templo de S. Salvador. Díjola el Dr. D. […], colegial del insigne Teólogo de Aragón, de la Universidad de Alcalá, Catedrático de Filosofía en dicha Universidad, Canónigo Magistral de Calatayud, y al presente Canónigo de la S. Metropolitana Iglesia de Zaragoza. En Zaragoza: por Francisco Revilla, Impresor de la Ciudad, y del S. Tribunal de la Inquisición: Año 1701, p. 43-44.

18 Benito Martínez Pedernoso, Oración fúnebre que en las exequias que la muy antigua, y docta Universidad de Sigüenza celebró en la muerte del Señor D. CARLOS SEGUNDO, Rey de las Españas, de este nombre, y último de la Imperial, y Augusta Casa de Austria, que está en el Cielo. Que predicó el día 23 de Diciembre de 1700. El Doctor Don […], Capellán de Honor, y Predicador de su Majestad, Canónigo Magistral, y Catedrático de Prima de Teología de la Santa Iglesia, y dicha Universidad de la Ciudad de Sigüenza. Y le dedica al eminentísimo señor Cardenal Don Luis Manuel Portocarrero, Arzobispo de Toledo, Protector, Primado, y Gobernador de las Españas, Canciller Mayor de Castilla, del Consejo de Estado de su Majestad, que Dios guarde, etc. En Madrid: por Diego Martínez Abad, 1701, p. 21-22.

19 Alberto Marcos Martín, « ¿Por qué negarlo? Crisis y decadencia de Castilla en el siglo XVII », in : José MARTÍNEZ MILLÁN, Félix LABRADOR ARROYO, Filipa M. VALIDO-VIEGAS de PAULA–SOARES (dir.), ¿Decadencia o Reconfiguración? Las Monarquías de España y Portugal en el cambio de siglo (1640-1724), Madrid : Polífemo, 2017, p. 481-524.

20 Sur ces critiques, voir, entre autres, Luciana Gentilli, « Hércules, ícono y máscara de soberanos en la corte », in : Luciana gentilli et Renata londero (éd.), Sátira y encomiástica en las artes y letras del siglo XVII español, Madrid : Visor Libros, 2017, p. 223-248 et, dans le même volume, Andrea Bresadola, « Versos “populares” en la corte de Carlos II: las Coplas de Perico y Marica », p. 273-291.

21 Juan Antonio Sánchez Belén, « La muerte os sienta tan bien, Majestad. La imagen de Carlos II en los sermones fúnebres », in : Luis RIBOT GARCÍA (dir.), Carlos II. El rey y su entorno cortesano, Madrid : Centro de Estudios Europa Hispánica, 2009, p. 326-352, p. 339 et suiv.

22 Jean Delumeau, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles), Paris : Fayard, 1978, p. 16.

23 Sur la conscience collective de la grandeur espagnole dans l’Espagne moderne, voir David García Hernán, La Cultura de la guerra y el teatro del Siglo de Oro, Madrid : Sílex, 2006, p. 218-230.

24 Relación y Gaceta general, en que da cuenta del recibimiento que han hecho a la elección de nuestro Rey, y señor Felipe Quinto en muchas partes del Norte, y de cómo el Emperador venía sobre Milán con cuarenta mil hombres, y cómo su Majestad Cristianísima despachó al Conde de Tese para poner remedio, y otras diferentes novedades, como verá el curioso lector. S.l., s.d.

25 Javier Díaz Noci, « La circulación de noticias en la España del Barroco », in : Roger chartier et Carmen espejo (éd.), La Aparición del periodismo en Europa, Madrid : Marcial Pons Historia, 2012, p. 207-242.

26 Benito Martínez Pedernoso, Oración fúnebre que en las exequias que la muy antigua, y docta Universidad de Sigüenza celebró en la muerte del Señor D. CARLOS SEGUNDO, Rey de las Españas, de este nombre, y último de la Imperial, y Augusta Casa de Austria, que está en el Cielo. Que predicó el día 23 de Diciembre de 1700. El Doctor Don […], Capellán de Honor, y Predicador de su Majestad, Canónigo Magistral, y Catedrático de Prima de Teología de la Santa Iglesia, y dicha Universidad de la Ciudad de Sigüenza. Y le dedica al eminentísimo señor Cardenal Don Luis Manuel Portocarrero, Arzobispo de Toledo, Protector, Primado, y Gobernador de las Españas, Canciller Mayor de Castilla, del Consejo de Estado de su Majestad, que Dios guarde, etc. En Madrid : por Diego Martínez Abad, 1701, p. 2-4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Voinier, « A quien toca por derecho : justifier depuis la chaire la succession royale espagnole au tournant du XVIIIe siècle », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/38492 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.38492

Haut de page

Auteur

Sarah Voinier

Université d’Artois, Textes et cultures UR 4028

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search