Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Droit, politique et littérature d...Le roi, le droit et le bon gouver...Le roi juste ou injuste dans la f...Le procès de majesté ou la dramat...

Droit, politique et littérature dans l’Espagne du Siècle d’or : le roi, la loi, le procès
Le roi, le droit et le bon gouvernement
Le roi juste ou injuste dans la fiction littéraire

Le procès de majesté ou la dramaturgie du régicide refoulé : El rey don Pedro en Madrid y Infanzón de Illescas

Philippe Meunier

Résumés

La mise au pas de l’infançon don Tello par le roi don Pedro el Justiciero se transforme au palais royal de Madrid en une remarquable dramaturgie de ce que le droit pénal appelle depuis l’Antiquité un procès de majesté. Paradoxalement, cette cérémonie au sens judiciaire permet la revendication de la dimension charnelle du roi, de sa prestance virile, dans un affrontement qui se décline comme corps à corps. Car une fois qu’il est revêtu du manteau rouge cramoisi, don Pedro el Justiciero est le corps glorieux de la Monarchie loin de toute projection allégorique; du moins, le temps d’un ultime sursis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carol BINGHAM KIRBY dans son édition de Félix LOPE DE VEGA CARPIO (attribué à), El rey don Pedro en (...)

1Pierre le Cruel ou Pierre le Justicier ? Les deux épithètes à valeur de sobriquet engendrent une constellation nébuleuse de substantifs et d’adjectifs, bien souvent antonymes : d’une part, « cruel, fiero, sangriento, rigor, león, bárbaro, castigo, despiadado, tirano, loco, miedo, temor » ; et d’autre part, « justiciero, piadoso, piedad, misericordia, soberano, respeto, veneración, amor, perdón, premio, merced »1.

2Pour tâcher d’y voir plus clair dans cet écheveau lexico-sémantique qui tisse les relations et le ressenti entre le roi et son vassal, entre le vassal et son roi, je ferai appel à une première citation : l’emblème bien connu, le n° 39, des Empresas políticas de Saavedra Fajardo, lequel, surmonté de l’inscriptio « Omnibus » / « Pour tous », représente un autel sur lequel brûle un feu sacrificiel, et dont le parement est orné à la manière d’une synecdoque, du collier de l’ordre de la Toison d’or. Le prince de la Maison d’Autriche – nous dit la note explicative – s’apparente donc à une victime offerte en sacrifice pour le bénéfice de ses vassaux. Vicaire de Dieu, il est un autel auquel se rend le peuple pour exprimer ses doléances et ses besoins. Le collier de l’ordre bourguignon dit déjà quelles sont les vertus qui feront l’objet de l’éloge, expliqué par le texte de la subscriptio ou declaratio :

En el reverso de una medalla antigua se halla esculpido un rayo sobre un ara, significando que la severidad en los príncipes se ha de dejar vencer del ruego. Molesto símbolo a los ojos, porque se representa tan vivo el rayo del castigo, y tan inmediato al perdón, que puede el miedo poner en desesperación la esperanza de la benignidad del ara, y aunque tal vez conviene que el semblante del príncipe, a quien inclina la rodilla el delincuente, señale a un mismo tiempo lo terrible de la justicia y lo suave de la clemencia, pero no siempre, porque sería contra lo que amonesta el Espíritu Santo, que en su rostro se vean la vida y la clemencia. […]

  • 2 Diego de SAAVEDRA FAJARDO, Empresas políticas, éd. Sagrario López, Madrid : Cátedra, 1999, p. 493-4 (...)

Estén así mezcladas la ira y la benignidad, el premio y el castigo, como en el Tusón están los eslabones enlazados con los pedernales, y entre ellos llamas de fuego, significando que el corazón del príncipe ha de ser un pedernal que tenga ocultas y sin ofensa las centellas de su ira. Pero de tal suerte dispuesto, que, si alguna vez le hiriere la ofensa o el desacato, se encienda en llamas de venganza o justicia, aunque no tan ejecutivas que no tengan a la mano el rocío del vellocino para extinguillas o moderallas2.

3Ma seconde citation sera tirée de l’ouvrage classique de José Antonio Maravall, Estado moderno y mentalidad social :

  • 3 Remarquons que cette notion de pouvoir absolu est déclinée sous la forme de « potestad de insultos  (...)
  • 4 José Antonio MARAVALL, Estado moderno y mentalidad social, Madrid : Revista de Occidente, 1972, tom (...)

Los tres términos que […] se presentan juntos, se articulan desde el primer momento y aunque cada uno exprese su matiz propio, juntos integran la concepción del poder que va evolucionando a través de tres siglos, constituida en eje central del Estado moderno: «poder absoluto»3, «majestad» y «soberanía» […]4.

4C’est sur cette seule notion de majesté que j’insisterai dans sa relation avec celle de justice puisqu’une expression comme « loi de majesté » nous rappelle qu’elle s’inscrit dans le droit pénal romain en tant qu’elle punit originellement tout attentat contre le peuple romain, et qu’elle s’applique ensuite dans la Rome impériale à tout délit, à tout « crime de lèse-majesté » contre le prince. Or, cette dernière notion juridique est suffisamment mal définie pour qu’après l’outrage reçu à Illescas, le monarque assimile le séjour de l’infançon dans l’alcazar de Madrid à un retentissant « procès de majesté » en plusieurs étapes :

  • 5 Loc. cit.

no dejan, en cambio, de ser abundantísimas (algunas en la doctrina y en las leyes; muchísimas otras en el teatro y en testimonios vividos), las declaraciones que colocan la voluntad real sobre la justicia, la cual en la sociedad política de los hombres, se dice que solo puede ser reconocida a través de la voluntad del príncipe: “Premio y castigo en la ley / de un rey a un reino se da, / y en su ejecución será / solo el instrumento el rey”, dice Lope, recogiendo un parecer común5.

5Maravall, péremptoire et sûr de son fait, ne prend pas la peine de contextualiser sa citation ni de référencer précisément sa source qui n’est autre, justement, que la pièce de théâtre El rey don Pedro en Madrid y Infanzón de Illescas. Qui est le personnage qui s’en prend aux craintes de son valet et défend la justice équitable et la dimension divine du souverain ? :

Necio filósofo estás.
El rey es de Dios objeto
en premiar y en castigar,
y el que lo llega a culpar,
casi pone en Dios defeto.
Dios obra en la majestad
que siempre tiene consigo,
y es tal vez justo castigo
lo que parece crueldad.
Premio y castigo en la ley
del Rey a un reino se da,
y en su ejecución será
solo el instrumento el Rey.
[…]
Deja al Rey en el altar,
que por serlo le señalo;
que es deidad el Rey más malo
en que a Dios se ha adorar.
Y ansí en quebrar esta ley
vete, Mendoza, a la mano;
que es ofenderme en mi hermano;
y es irritarme en mi rey
(III, v. 2360-2388).

  • 6 Maria ARANDA, Le Galant et son double, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1995, p. 168.

6On l’aura compris, celui qui s’adresse à son valet Mendoza n’est autre qu’Henri de Trastamare, celui qui dans l’Histoire, grâce à l’aide de Duguesclin, attire son demi-frère à l’extérieur de la forteresse de Montiel et le poignarde dans la nuit du 27 au 28 mars 1369 : le régicide devient alors le « seul événement [qui] conditionne le statut dramaturgique du monarque »6. Comme le rappelle pertinemment Maria Aranda qui m’a inspiré le titre du présent article, ce n’est pas le règne de Pierre Ier et ses aventures amoureuses qui intéressent Lope de Vega, mais bien le spectre du fratricide qui lui donne la légitimité de naître à la scène théâtrale.

  • 7 Il existe en effet une seconde tradition textuelle qui attribue erronément la pièce au titre identi (...)
  • 8 Christian BIET, Droit et littérature sous l’Ancien Régime. Le jeu de la valeur et de la loi, Paris  (...)
  • 9 Ibid., p. 80.
  • 10 Rappelons ce qu’écrit Corominas : « noble superior a un hidalgo e inferior a un ricohombre » (Joan (...)

7Au détriment d’une certaine exhaustivité scientifique de l’analyse, je ne prendrai en compte que la première tradition textuelle de cette œuvre théâtrale, celle qui attribue la pièce à Lope de Vega, et qui est datée des années 1623-16267. Même si au regard du droit « le roi n’est pas une personne physique »8 et qu’il est « une construction imaginaire, une sorte de fiction »9, étudier la majesté du monarque revient automatiquement à poser la question de sa visibilité, dont on sait combien elle est liée à sa sacralité, et au risque de faire du théâtre une aporie : celle qui constituerait à ériger une dramaturgie du non-voir. Or, au second acte, le valet Cordero qui accompagne au palais de Madrid l’Infançon10 don Tello, s’écrie, alors que maître et valet se retrouvent seuls dans une pièce glaciale et dénuée de toute décoration : « Todo me parece encanto. / ¿Si es duende el Rey? » (II, v. 1437-1438). Au-delà du bon mot du gracioso dans une comedia qui, je le rappelle, connaît un dénouement heureux de l’aveu même du personnage (« Y aquí tenga fin alegre / de Illescas el Infanzón, / con prodigios y sin muertes », III, v. 3049-3050), Cordero ne fait que désigner un univers théâtral de l’entre-deux, plongé dans l’obscurité aux frontières labiles entre le terrestre et l’au-delà, dont le paroxysme est rythmé par les trois rencontres que fait le roi don Pedro I avec l’ombre d’un prêtre qu’il a assassiné à Séville lors d’une équipée amoureuse nocturne. L’impression grandissante à partir du second acte est que l’Alcazar est peuplé de « pálida forma » (III, v. 2114), « ilusiones locas » (v. 2122), « quimeras vanas » (v. 2123), « fingidas copias » (v. 2124), « fantasmas » (v. 2125), « hechizos » (v. 2126), « encantos » (v. 2131), que le souverain attribue aux stratagèmes de ses demi-frères et de leur mère, la maîtresse d’Alphonse XI, doña Leonor de Guzmán. Mais lui-même est comme frappé de dématérialisation lorsque dans la scène précédente où il ouvre l’audience pour rendre justice, la paysanne Elvira, personnage sérieux, venue demander réparation du viol commis par l’Infançon, ne le reconnaît pas. C’est l’autre plaignante, une certaine doña Leonor, qui doit lui ouvrir les yeux : « ¿No lo ves en la persona? » (III, v. 2097).

8Il est vrai qu’au début de la pièce le souverain surgit à Illescas à l’improviste – après avoir épuisé son cheval, il lui a coupé les jarrets – et qu’il se garde bien de dévoiler son identité. Cependant, alors que la rencontre se résout dans un rapport hiérarchique caricaturalement inversé : l’infançon donne du « hidalgo » (I, v. 763) au roi, voire le désigne comme l’« hidalguejo » (I, v. 794) et lui fait ressentir la dureté d’un banc ou d’un escabeau en bois, ce à quoi le monarque répond par la formule d’adresse syncopée « vueseñoría » (I, v. 759), la prestance de l’inconnu est immédiatement et à plusieurs reprises soulignée. Les villageois parlent de « bizarro caballero » (I, v. 722), et don Tello qui s’adresse grossièrement au roi par une troisième personne allocutive, ne peut s’empêcher de louer la prestance de son visiteur : « ¡buen talle! » (I, v. 739), « buena presencia » (I, v. 773), ou sa fougue : « Bríos tiene el hidalguejo » (I, v. 794). Il semble en effet que dans la mise en fiction du politique, la conquête de la majesté passe obligatoirement par la bizarría, terme tellement banal qu’il passerait presque inaperçu. Toutefois, le discours de remotivation étymologique de Covarrubias mérite qu’on s’y arrête un instant :

  • 11 Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, éd. Ignacio Arellano y Rafael (...)

Vale gallardía, lozanía. Algunos quieren que sea arábigo, biziara; otros dicen ser nombre vascuence, bizarría y bizarro, que vale tanto como hombre de barbas, hombre de hecho; y así la bizarría no solo se muestra en el vestido, pero también en el semblante y en la postura de la barba y bigotes […]11.

9Si le souverain est tout à la fois la déclinaison du courage, de la prestance, de l’élégance et de la virilité physiologique, celui-là même qui lui renvoie l’image de telles qualités a tôt fait de les remettre en question :

REY
[…] mas de don Pedro cuentan
que es bizarro.
DON TELLO
¿En haber muerto
a un músico, y en matar
a un clérigo de Evangelio? (I, v. 957-960)

10La narration théâtrale semble fixée d’avance : le déficit de visibilité du roi don Pedro, occulté par sa renommée cruelle, passera forcément par l’affrontement avec l’infançon d’Illescas ; affrontement emblématisé linguistiquement par l’expression géminée « cuerpo a cuerpo », en tant que seconde étape dramaturgique de la conquête de la majesté :

Don Tello
El Rey podrá, por lo excelso
de la majestad, mandallo;
pero yo no obedecello.
Y cuando me lo mandara
en el campo, cuerpo a cuerpo,
sin majestad, yo le hiciera
que lo heroico de mi pecho
conociera a cuchilladas; (I, v. 944-951)

  • 12 À la fin de l’acte I, aussi bien le roi, qui veut rendre justice plus tard dans son palais de Madri (...)

11Contrairement à ce que pourraient laisser penser certaines copies sueltas de la première tradition textuelle intitulées El Infanzón de Illescas, telle la réplique finale citée plus haut, la tyrannie se décline au pluriel : « tiranos » (I, v. 983)12. Non seulement don Tello est le maître incontesté, le roitelet (« reyecillo », II, v. 1584) de territoires fertiles dont les horizons lointains sont autant de Siciles et de Candies céréalières, mais il revendique aussi une très ancienne noblesse, si ancienne que le souverain Pelayo lui doit son trône, selon un discours où l’hendécasyllabe des octavas reales dit déjà l’arrogance héroïque de celui qui revendique pour lui la souveraineté monarchique :

Cuanto toca a la sangre, mi nobleza
se deriva a los Reyes de Castilla:
mía es su majestad, mía es su alteza,
que en mí Pelayo restauró su silla;
que antes que él coronara su cabeza
ni embotara en alardes su cuchilla
atropellando fieros escuadrones,
ya era mi casa alcuña de infanzones
(I, v. 681-688).

  • 13 Partida 2, tít. 21, leyes 13 citée par ARALUCE CUENCA, op. cit., p. 90.

12De fait, la revendication de don Tello ignore superbement le texte juridique des Partidas : « Et con quier que éstos [infançones] vengan antiguamente de buen linaje et hayan grandes heredamientos, pero no son en cuantos destos grandes señores que desuso deximos »13. Il semble même que les infançons, frappés d’instabilité, soient tenus de rendre des comptes et doivent en partie la reconnaissance de leur honneur nobiliaire aux liens matrimoniaux établis avec le groupe supérieur des « ricos omnes », si l’on croit le discours – ambigu – du Libro de los estados :

  • 14 DON JUAN MANUEL, El libro de los estados, in : Obras completas I, éd. José Manuel Blecua, Madrid : (...)

Et los que son dichos infanzones derecha mente son de solares çiertos. Et estos casan sus fijas con algunos de aquellos ricos omnes que desuso vos dixi. Et como quier que los infançones son de solares çiertos, pero [para] que sean leuadas adelante las sus onras, o mengüe mucho dello, ayuda o enpesçe mucho segund fazen sus faziendas et sus casamientos et sus obras14.

13Le souverain relève le défi sous la forme de mises en scène littérales ; une fois l’Infançon attiré au palais de Madrid, don Pedro lui fait traverser une enfilade de salles qu’il fait fermer à chaque passage de don Tello, vivement impressionné par la majesté de l’architecture palatine :

CORDERO
De pieza en pieza, señor,
como en marco nos encierran.
DON TELLO
Esta majestad que ves
es la que los hombres tiemblan,
que por sí solos son hombres
los reyes; mas la grandeza
los pasa a divinidades.
[…]
Ya temo al Rey,
no por lo que dél me cuentan,
sino por la majestad
que estos doseles conservan (II, v. 1481-1492).

14Paradoxalement, la majesté royale est d’abord décorative, affaire d’apparat avant de devenir majesté architecturale, en particulier lorsque le spectre du prêtre assassiné annonce à don Pedro que « has de ser piedra en Madrid » (II, v. 2014) selon la paronomase traditionnelle de l’Évangile ; autrement dit, inscrire dans la dureté de la pierre son repentir en construisant sur les fondations jetées par Santo Domingo de Guzmán un nouveau temple. Lors de la troisième rencontre spectrale déclinée comme « visión, prodigio, portento, / imaginación […] » (III, v. 2630-2631), l’ombre de l’ecclésiastique non seulement élucide le sens de l’augure mais se saisissant du poignard assassin du souverain l’avertit aussi de l’imminence d’un nouveau fratricide biblique s’il ne corrige pas les exactions de sa jeunesse sévillane :

Pues Dios te señala el freno
con el cual [el puñal] tu hermano mesmo
de tus juventudes locas
dará a Castilla escarmiento,
si tu vida no reparas,
si no reportas... (III, v. 2672-2678).

15Homme en sursis, Pedro I doit d’abord s’intéresser et prétendre à une autre majesté qui n’est pas celle de la fonction royale. Il le dit à son double et rival, comme en passant entre deux audiences au palais, dans une invective où le vos dépréciatif se donne l’illusion d’un traitement égalitaire :

Vos sois allá el Infanzón,
que es como ser reyecillo:
[…]
Vos sois absolutamente
la majestad desta tierra:
[…]
cuerpo a cuerpo al mismo Rey
daréis muchas cuchilladas.
Pues sabed que no pelean
los reyes, y que en sus manos
saben deshacer tiranos,
aunque más bárbaros sean.
[…]
Temed la justicia mía;
que si sois Tello García,
soy el rey don Pedro yo.
Yo el rey soy, porque nací
de tan soberana esfera,
que cuando rey no naciera
lo pudiera ser por mí
(II, v. 1583-1616).

16Il reste cependant à transformer cet irréel linguistique en majesté effective de la personne, à donner un corps à ce « yo » répété de manière compulsive et fiévreuse par un souverain en mal de reconnaissance, surtout après qu’aucun des courtisans de don Pedro n’eut osé prendre l’épée et se battre contre lui, de peur, derrière la blessure physique infligée, d’attenter à la majesté royale :

[…]
vive Dios, que al que esta noche
con esfuerzo varonil
no me tirase a matar,
le he de matar, pues decís
que me veneráis por Rey,
y no me teméis por mí.
Poco hombre debo de ser.
¡Qué desdichado nací
en nacer Rey, pues no puedo
por mis acciones lucir!
(II, v. 1961-1970).

17C’est donc à la faveur de l’obscurité la plus totale et sans se faire voir que don Pedro fait libérer son demi-frère des prisons de l’Alcazar ; puis, toujours sans se faire connaître, dans un ultime corps-à-corps, « hombre a hombre » (III, v. 2437), le monarque se bat en duel avec son double, le désarme et le vainc grâce à sa fameuse « bizarría » (III, v. 2537) qui éclipse la majesté royale de la naissance. Une fois la lumière revenue, une fois redevenu visible, don Pedro peut se targuer d’être littéralement l’homme de la situation :

YO
soy quien aquí cuerpo a cuerpo,
como tú lo deseabas,
te he dado a entender que puedo
hacer hombre con la espada
lo que el rey con el respeto.
(III, v. 2545-2550).
[…] Pues ya
que has visto que reñir puedo
contigo en campaña, y sabes
que por mí mismo te venzo,
y no por la majestad
ni el soberano respeto;
y sabes que te vencí
en tu casa por modesto,
y en mi palacio por Rey;
y en estos tres vencimientos
me has admirado piadoso;
hoy me teme por justiciero
[…] (III, v. 2563-2574).

  • 15 Luc, 1, 52 : « Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles ».
  • 16 Anne SURGERS, « En route vers un monarque normal ou l’extinction de la croyance en un double corps (...)
  • 17 Ibid., p. 53.
  • 18 Ibid., p. 62 : « Ie suis l’Astre des Rois. /…/ Car enfin tout me void, j’éclaire toute chose, / Et (...)

18Au prix de cette visibilité du corps viril, « bizarro » de l’homme don Pedro, le roi peut enfin apparaître en majesté, tel un véritable descubrimiento : accompagné de la musique des clairons, assis sur un trône, couronné et vêtu d’un manteau rouge cramoisi, l’épée dégainée et le sceptre à la main ; et surtout à ses pieds un écu orné de la devise : « Deposuit potentes », que le spectateur complètera mentalement : « de sede et exaltavit humiles », soit les versets du Magnificat consigné par l’Évangile selon Saint Luc15. C’est parce qu’il est enfin reconnu comme personne charnelle que don Pedro el Justiciero peut enfin rendre justice : équilibre subtil entre châtiment et miséricorde, entre « premio y castigo » pour reprendre les mots de Lope et de Saavedra Fajardo lorsqu’il restitue à ses trois vassales plaignantes leur mari respectif, autrement dit en laissant la vie sauve à l’infançon don Tello, mais en l’obligeant à épouser la paysanne qu’il a déshonorée. Pour reprendre la distinction que fait Anne Surgens16 dans un article extrêmement stimulant sur l’habit à l’antique comme exemple de l’absorption du corps glorieux de la monarchie par le corps physique du roi, tout se passe comme si don Pedro s’était approprié ce manteau rouge cramoisi, non plus costume lié à la projection allégorique de la royauté, mais vêtement qui recouvre et met en exergue la prestance virile du roi, autrement dit sa bizarría. Il semble que la fiction espagnole consomme elle aussi la « lente agonie d’Allégorie »17, et qu’en privilégiant ce mystère devenu homme, elle le fasse bien plus tôt que la France où par exemple, dans le Ballet royal de la Nuict. Divisé en quatre parties, ou quatre Veilles. Et dansé par sa Majesté le 23. Fevrier 1653, le jeune roi Louis XIV n’est plus une allégorie solaire mais littéralement le « Soleil levant »18.

  • 19 « Ninguna cosa que tocaba a la gobernación de Castilla ni de la Corona de Aragón, se firmaba sino d (...)

19Le temps d’une comedia et de son dénouement heureux, ce mort-vivant qu’est don Pedro el Justiciero trouve un sursis, un répit dont personne n’est dupe. Je ne me réfère pas seulement à cet ultime coup de théâtre lorsque poignard et couronne du roi se retrouvent entre les mains de l’infant don Enrique dans un sinistre augure de la fameuse nuit de Montiel. Le spectateur contemporain si sensible aux subtilités des formules de courtoisie aura remarqué que le signifiant « majestad » massivement présent dans le texte, n’est jamais mobilisé comme allocutif pour être préféré à « Alteza ». Or on le sait, à partir du 5 septembre 1519 « Alteza » cesse d’être traitement royal qui lui substitue le titre de « Majestad »19, ce que confirmeront les pragmatiques de Philippe II de 1586 et de 1593, puis celles de Philippe III (1600, 1604 et 1611). Tout se passe comme si le signe linguistique qui dit l’avènement de la monarchie absolue, l’attitude souveraine et rayonnante du prince, avait implicitement migré vers la nouvelle dynastie. Mais plus que jamais, le roi Cruel qui s’est enfin fait homme, devient, dans le défi de la dramaturgie lopesque à l’Histoire, victime sacrificielle et avatar christique. Telle est la réponse de Lope de Vega à cette très lointaine modalité du droit pénal qu’est le procès de majesté intenté par le monarque contre son vassal turbulent et insolemment autonome : le mettre au pas et le gracier en échange d’un surplus d’humanité charnelle soumise dérisoirement à l’échéance inéluctable de la perte de soi.

Haut de page

Notes

1 Carol BINGHAM KIRBY dans son édition de Félix LOPE DE VEGA CARPIO (attribué à), El rey don Pedro en Madrid y Infanzón de Illescas, Critical Edition of the Text of the Primary Tradition by Carol Bingham Kirby, Kassel : Reichenberger, 1998.

2 Diego de SAAVEDRA FAJARDO, Empresas políticas, éd. Sagrario López, Madrid : Cátedra, 1999, p. 493-497.

3 Remarquons que cette notion de pouvoir absolu est déclinée sous la forme de « potestad de insultos » et « pretendiste injusto / ser de nuestras almas / poder absoluto », dans le chef d’accusation de doña Leonor contre l’Infançon d’Illescas, don Tello (II, v. 1753 et v. 1784-1786) lorsque le roi feint de déléguer sa justice aux trois plaignantes, victimes des exactions du potentat local d’Illescas et de son subalterne.

4 José Antonio MARAVALL, Estado moderno y mentalidad social, Madrid : Revista de Occidente, 1972, tome 1 (Parte 2 « Poder, individuo, comunidad », capítulo 1 « Poder del Estado y soberanía. El régimen del absolutismo »), p. 285.

5 Loc. cit.

6 Maria ARANDA, Le Galant et son double, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1995, p. 168.

7 Il existe en effet une seconde tradition textuelle qui attribue erronément la pièce au titre identique à Calderón de la Barca depuis la parution de El Rey don Pedro y Infanzón de Illescas dans la Quinta parte apocryphe des comedias de Calderón à Barcelone en 1677, par Antonio la Cavallería. Cette seconde version est l’objet d’une édition critique et d’une étude par Carol Bingham Kirby chez Reichenberger en 2003. Précisons enfin que la pièce de Moreto intitulée El valiente justiciero y ricohombre de Alcalá parue dans une Parte nona de comedias escogidas de los mejores ingenios de España, à Madrid en 1657, est une autre refonte indépendante de la première tradition textuelle.

8 Christian BIET, Droit et littérature sous l’Ancien Régime. Le jeu de la valeur et de la loi, Paris : Honoré Champion, 2002, p. 72.

9 Ibid., p. 80.

10 Rappelons ce qu’écrit Corominas : « noble superior a un hidalgo e inferior a un ricohombre » (Joan COROMINAS, Breve diccionario etimológico de la lengua española, Madrid : Gredos, 1983, p. 335). L’infançon appartient donc à une sorte d’entre-deux de la hiérarchie nobiliaire, à une « categoría inferior de la clase privilegiada foralmente », mais qui « tiene gran importancia en Castilla y León, ya que ellos forman la rótula sobre la que se articula la sociedad en general. A esta nobleza secundaria pertenecía Rodrigo Díaz, y todo el Poema del Cid es un canto a la lucha entre la clase de los ricoshombres y esta nobleza menos poderosa » (José R. ARALUCE CUENCA, El libro de los estados. Don Juan Manuel y la sociedad de su tiempo, Madrid : José Porrúa Turanzas, 1976, p. 90).

11 Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, éd. Ignacio Arellano y Rafael Zafra, Madrid/Frankfurt am Main : Iberoamericana/Vervuert (Biblioteca Áurea Hispánica, 21), 2006, p. 330-331.

12 À la fin de l’acte I, aussi bien le roi, qui veut rendre justice plus tard dans son palais de Madrid et non dans la bourgade d’Illescas, que l’infançon refusent d’écouter les doléances des victimes et exigent qu’elles soient jetées dehors ; tant et si bien qu’Elvira s’exclame : « ¡Cielos ! / Vengadnos destos tiranos » (I, v. 982-983).

13 Partida 2, tít. 21, leyes 13 citée par ARALUCE CUENCA, op. cit., p. 90.

14 DON JUAN MANUEL, El libro de los estados, in : Obras completas I, éd. José Manuel Blecua, Madrid : Gredos, 1981, partie I, chapitre XC, p. 388.

15 Luc, 1, 52 : « Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles ».

16 Anne SURGERS, « En route vers un monarque normal ou l’extinction de la croyance en un double corps du roi. L’exemple de l’habit à l’antique (XVe-XVIIe siècles) », in : Concetta CAVALLINI et Philippe DESAN (dir.), Le Texte en scène. Littérature, théâtre et théâtralité à la Renaissance, Paris : Classiques Garnier, 2016, p. 43-68.

17 Ibid., p. 53.

18 Ibid., p. 62 : « Ie suis l’Astre des Rois. /…/ Car enfin tout me void, j’éclaire toute chose, / Et rien ne m’ébloüyt ».

19 « Ninguna cosa que tocaba a la gobernación de Castilla ni de la Corona de Aragón, se firmaba sino de la manera que se firmaba antes de la elección del Imperio, conviene a saber: “yo el Rey”, excepto que, siendo Rey, le llamaba Vuestra Alteza, y después Vuestra Majestad, del cual título se escandalizó algo el Reino, por decir que este título más convenía a Dios que a hombre terrenal […] », Crónica del Emperador Carlos V, compuesta por Alonso de Santa Cruz, su Cosmógrafo mayor, y publicada por acuerdo de la Real Academia de la Historia, dans Nadine LY, La Poétique de l’interlocution dans le théâtre de Lope de Vega, Bordeaux : Institut d’Études Ibériques et Ibéro-américaines de l’université de Bordeaux, 1981, p. 80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Meunier, « Le procès de majesté ou la dramaturgie du régicide refoulé : El rey don Pedro en Madrid y Infanzón de Illescas », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/38582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.38582

Haut de page

Auteur

Philippe Meunier

Université de Lyon II, IHRIM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search