Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Droit, politique et littérature d...Le roi, le droit et le bon gouver...Le roi juste ou injuste dans la f...Saint Herménégilde et Récarède : ...

Droit, politique et littérature dans l’Espagne du Siècle d’or : le roi, la loi, le procès
Le roi, le droit et le bon gouvernement
Le roi juste ou injuste dans la fiction littéraire

Saint Herménégilde et Récarède : succession au trône et conflit adelphique dans La mayor corona de Mira de Amescua

Marion Duchesne

Résumés

La mayor corona, pièce de Mira de Amescua écrite au début du xviie siècle, met en scène le martyre de saint Herménégilde. Néanmoins, des éléments de la comédie d’intrigue concurrencent les caractéristiques du drame hagiographique dans le premier acte. En effet, le personnage de Récarède, cadet d’Herménégilde, revêt l’image du frère dévoré de jalousie envers son aîné, bien loin de l’exemplarité qui correspondrait à son statut historique de premier roi wisigoth catholique. Cette étude se propose de lire les représentations de l’intrigant personnage de Récarède construit par Mira de Amescua au miroir des enjeux politiques du contexte dynastique espagnol du début du xviie siècle ; époque qui voit, pour la première fois depuis un siècle, un prince d’Espagne accéder au trône en présence de frères cadets presque adultes. Il s’agit alors d’élaborer une doctrine du statut et des droits du puîné royal espagnol.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir Francisco Cornejo, Pintura y teatro en la Sevilla del Siglo de Oro : la “sacra m (...)

1À partir de la fin du XVIe siècle, la légende hagiographique de saint Herménégilde nourrit de nombreuses productions artistiques1. Ces diverses créations présentent saint Herménégilde comme le premier roi martyr de l’histoire de la Monarchie Hispanique, permettant ainsi d’établir des ponts idéologiques entre la dynastie régnante des Habsbourg et le premier roi wisigoth catholique.

  • 2 Francisco Cornejo répertorie cinq œuvres dramatiques, liste complétée avec un auto sacramental disp (...)
  • 3 Cette pièce est communément attribuée à Lope de Vega, comme l’atteste le manuscrit 16969 de la Bibl (...)
  • 4 Sur la question de la sacralité de la Monarchie Hispanique nous renvoyons à Francisco Cornejo, op.  (...)
  • 5 Voir la définition proposée par Elma Dassbach, La Comedia hagiográfica del Siglo de Oro español. Lo (...)

2Aux XVIe et XVIIe siècles, le martyre de saint Herménégilde est mis en scène dans six œuvres dramatiques2 dont La mayor corona de Antonio Mira de Amescua3. Construite selon un schéma qui vise à sanctifier la famille royale espagnole4, elle présente d’autres réflexions relatives à l’institution monarchique, et sa dualité taxinomique ajoute à son originalité. S’il s’agit bien d’une comédie hagiographique5 dans la mesure où elle met en scène à grand renfort d’effets surnaturels le martyre d’un saint reconnu par l’Église, La mayor corona n’en débute par moins comme une comédie d’intrigue en donnant au personnage de Récarède – frère d’Herménégilde – un caractère dramatique inhabituel. La trame profane qui se dessine dans le premier acte introduit des questions juridico-politiques sur la succession au trône – wisigoth dans la pièce – qu’il nous semble pertinent de lire à l’aune du contexte dynastique exceptionnel du début du XVIIe siècle espagnol. Nous proposerons une lecture politique et idéologique du traitement particulier que Mira de Amescua réserve à son personnage de Récarède. Pour cela il nous faudra présenter les figures historiques et littéraires de saint Herménégilde et de Récarède dans le théâtre du Siècle d’or, ainsi qu’analyser l’originalité de la figure de Récarède dans La mayor corona vis-à-vis des autres représentations existantes.

Herménégilde et Récarède dans le théâtre du Siècle d’or

Histoire et légende

  • 6 L’arianisme était un courant religieux des débuts du christianisme qui remettait en cause la Trinit (...)

3Les événements historiques qui fondent la légende de saint Herménégilde nous renvoient à l’Hispanie du VIe siècle gouvernée par le roi wisigoth Léovigilde. Présenté par l’historiographie comme le souverain dont les avancées territoriales et fiscales ont configuré le royaume wisigoth, il est également connu pour avoir tenté d’unifier religieusement son royaume par l’imposition de la foi arienne6 et la persécution des catholiques. Ses deux fils – Herménégilde et Récarède – sont associés au gouvernement des différents territoires qui composent le royaume dans une répartition du pouvoir qui n’établit pas de prééminence entre l’aîné et le cadet, selon la juridiction wisigothe en vigueur.

  • 7 Grégoire de Tours, dans une volonté de glorifier la royauté catholique franque, donne à Ingonthe un (...)
  • 8 Selon les Dialogues de Grégoire Ier, Herménégilde est assassiné par son geôlier Sisbert pour avoir (...)
  • 9 Santiago Castellanos, op. cit., p. 90-93.

4Marié à la princesse franque Ingonthe – à laquelle certaines sources imputent sa conversion au catholicisme7 – Herménégilde ne tarde pas à se rebeller contre son père, Léovigilde, aux côtés duquel se tient Récarède. Ce conflit familial déclenche une guerre, conclue par la capture d’Herménégilde et sa mort en 5858. Récarède succède à Léovigilde et son règne marque le tournant définitif de la conversion au catholicisme du royaume wisigoth. Notons que l’aspect religieux de cette guerre, ainsi que le rôle joué par Récarède dans la mort de son frère, ne sont pas confirmés par les historiens9.

  • 10 Francisco Cornejo, op. cit., p. 64-65 ; Santiago Castellanos, op. cit., p. 89. Jean de Biclar et Is (...)
  • 11 Ambrosio de MORALES, Coronica general de España que continuaba Ambrosio de Morales coronista del re (...)
  • 12 Le culte de saint Herménégilde intègre un programme de redéfinition idéologique et théologique de l (...)

5Si Herménégilde reste une figure controversée de l’histoire des rois wisigoths – présenté comme un tyran ou comme un saint selon les sources10 – l’Espagne de Philippe II l’élève au panthéon des saints patrons de la Monarchie Catholique à l’heure où de nouvelles réalités politiques exigent une redéfinition et un renforcement des symboles de la royauté. L’écriture d’une hagiographie officielle11 contribue à accélérer la canonisation du saint en 1585 par le pape Sixte V12 et permet l’établissement d’une généalogie mythique entre la dynastie de Habsbourg espagnole et cet ancêtre fondateur de « l’unité nationale » et défenseur de la foi catholique.

La figure littéraire de Récarède

  • 13 Adrian J. Sáez, art. cit.

6Ainsi que l’a montré Adrián J. Sáez13, les différentes versions de la figure de saint Herménégilde confluent vers une représentation martyrologique idéale, l’aspect politique des premières réécritures dramatiques disparaissant au profit de la dimension religieuse. Du fils rebelle au roi martyr, les avatars littéraires de saint Herménégilde soulèvent la question de la construction du personnage de Récarède au fil de ces mêmes réécritures.

  • 14 Ambrosio de MORALES, Crónica general de España, op. cit., tome 5, p. 541-542.
  • 15 Co-écrite par Hernando de Avila, Melchor de la Cerda et Juan de Arguijo dans un but pédagogique à d (...)
  • 16 Cayo González Gutiérrez, op. cit., v. 2371-2373 : « A tus males ya vas echando el sello; / sabe Dio (...)
  • 17 Fernando de Zárate, Mártir y rey de Sevilla, San Hermenegildo (1651), Valence : 1763, fol. 7 : Reca (...)
  • 18 Sor Juana Inés de la Cruz, El mártir del sacramento, san Hermenegildo, v. 524-531 : Recaredo : « Bi (...)
  • 19 Ibid., v. 858-859 : Recaredo : « ¡Ay, que yo fui de tu mal, / sin querer, el instrumento! ».

7Dans le récit hagiographique pionnier de Morales, la figure de Récarède occupe peu d’espace littéraire. Mentionné dans un unique épisode, il tient le rôle de l’émissaire de Léovigilde contribuant – bien malgré lui – à la capture d’Herménégilde14 et est présenté comme l’artisan malheureux de sa mort, tous deux victimes de la perfidie de leur père. Dans la première mise en scène dramatique du martyre de saint Herménégilde – qui revient aux jésuites avec la Tragédie de saint Herménégilde15 –, le personnage de Récarède endosse le rôle du médiateur. S’il regrette sincèrement16 les tourments auxquels s’expose Herménégilde, Récarède se tient irrévocablement aux côtés de Léovigilde dans ce qu’il estime être son devoir filial. Chez Fernando de Zárate, le personnage de Récarède occupe très peu d’espace scénique. Il n’en est pas moins l’adjuvant d’Herménégilde puisqu’il le met en garde contre Léovigilde, lui enjoignant de fuir17. Enfin le personnage de Récarède construit par Sor Juana Inés de la Cruz est l’antithèse du cadet ambitieux18 et l’intrigue suit le schéma établi par Morales, celle d’un Récarède responsable contre son gré de la capture d’Herménégilde19.

8Cet échantillon d’œuvres historiques et littéraires nous offre le profil d’un personnage secondaire exemplaire qui rend, par contraste, particulièrement intrigante la trame construite autour de celui-ci par Mira de Amescua dans La mayor corona.

La mayor corona : comédie d’intrigue ou drame hagiographique ?

Un personnage ambigu

  • 20 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 436-438 : « Pero ya que por ley tan vil me excede / y (...)
  • 21 Ibid., v. 492-494 : « ¿No bastaba la esposa? ¿La corona también? ¡Ah, rigurosa ley del tiempo enemi (...)
  • 22 Ibid., v. 385-400: « ¡Que Ingunda en suerte saliese! / Loco estoy sin mí. / ¡Cielos! ¡Que en tantas (...)

9La mayor corona de Mira de Amescua s’ouvre sur un moment crucial de la monarchie wisigothique : le roi Léovigilde s’apprête à marier son fils aîné Herménégilde avec une princesse étrangère, puis à abdiquer en sa faveur. C’est la princesse franque Ingonthe qui est choisie parmi les prétendantes d’Herménégilde. C’est également celle dont est tombé secrètement amoureux Récarède, spectateur impuissant du triomphe de son aîné, marié et couronné. Les monologues du personnage rendent compte du débat intérieur qui le déchire : son dépit amoureux20 et sa déconvenue politique21 s’entremêlent, se confondent et le conduisent à nourrir un désir fratricide22. Bien éloignée du thème hagiographique, l’action dramatique semble s’acheminer vers un conflit adelphique motivé par la jalousie amoureuse et la convoitise politique. La dualité des sentiments qui animent Récarède – oscillant constamment entre la soif de pouvoir et la loyauté qu’il doit à son aîné – est soulignée à diverses reprises, notamment lors d’un épisode du premier acte qui interpelle par son absence de lien avec le martyre de saint Herménégilde.

  • 23 Ibid., v. 506-514 : « Es justa ley, / porque merece mi hermano / en imperio soberano / ser del mund (...)
  • 24 Ibid., v. 522-523 : Rodulfo: « ¡Viva el gran rey Recaredo! » ; Recaredo : « ¡Vive Dios, que os mate (...)
  • 25 Ibid., v. 530-537: Recaredo : « Burlando, infundes en mí / otro espíritu, aunque injusto, / pues me (...)
  • 26 Ibid., v. 538-547 : Recaredo : « Otro parezco que soy. / ¡Qué mudanza tan extraña! / ¡Tiemble a Rec (...)
  • 27 Ibid., v. 546-554 : Recaredo : « Nuevos pensamientos cría / lo que me suspende ansí. / ¡Bien dicen, (...)
  • 28 Ibid., v. 554-561 : Recaredo : « Apruebo / con la corona luciente / mi lealtad, siendo la frente / (...)
  • 29 Ibid., v. 713-715 : Recaredo : « De rodillas se la ofrezco / y si merezco castigo / por traella, co (...)

10En effet, à l’annonce du mariage succède le couronnement d’Herménégilde. Alors que la couronne lui est apportée, Récarède l’intercepte et, dans une prise de parole paradoxale, célèbre les vertus de son frère avant de déclarer impulsivement qu’il se charge d’apporter lui-même la couronne23. Il la ceint alors, estimant que nul présentoir ne vaut son front. L’effet du port de la couronne est immédiat sur l’entourage courtisan qui l’acclame. Protestant d’abord contre ces hourras24 et malgré la conscience – dans une dichotomie du vrai et du faux, avec l’usage répété du mot « burla » – qu’il agit par plaisanterie25, Récarède savoure la majesté qu’elle lui confère et semble peu à peu se laisser convaincre par la coterie adulatrice qui l’entoure26. Néanmoins dans une volte-face inattendue l’esprit du jeune prince s’éclaircit. Il exige que les courtisans acclament son frère aîné27, corrige vertement ceux qui s’obstinent à nourrir son ambition28 puis s’en va présenter – à genoux – la couronne à Herménégilde29, devant un Léovigilde qui ne goûte guère la plaisanterie.

11L’alternance entre preuves de soumission et velléités de rébellion chez Récarède semble passer du second au premier plan de l’intrigue. Comment, dans ce cas, la fiction dramatique débouche-t-elle sur un drame hagiographique ?

La loi des pères

  • 30 Ibid., v. 142 : « Soy obediente. / ¿Vos la esposa me dais? » ; v. 378 : « Ser quiero al Rey obedien (...)
  • 31 Ibid., v. 349-352 : « Su orden [la de Dios] guardo, su ley sigo, / porque ha de ser premio en mí / (...)

12Le premier acte essaime les références aux lois et se construit sur l’opposition entre soumission et rébellion. Si Récarède et ses pensées sournoises incarnent cette dernière, Herménégilde personnifie le bon fils. Malgré ses réticences à se marier – un augure présageait que sa mort serait provoquée par une femme – il se soumet à la volonté de son père : « Señor, si obedecer es ley forzosa, / puesto que el casamiento así es tenido, / en vos con más razón y como es justo, / la voluntad resino con mi gusto »30. Le choix de l’épouse, par tirage au sort, est déposé entre les mains de Dieu. La volonté divine se superpose à celle de Léovigilde, fusionnant en une seule et même loi paternelle qu’Herménégilde affirme respecter31, loin des remises en question qui tourmentent Récarède.

  • 32 Ibid., v. 416 : Recaredo : « (¡Que me hiciese [el] amor tan desdichado!) » ; v. 486-489 : « ¡Qué pr (...)
  • 33 Ibid., v. 496-497 : « Sí, que el nacer segundo / delito es ya que lo castiga el mundo ».
  • 34 Ibid., v. 453-458 : « Yo pienso que su dicha / se ha de trocar en llanto y en desdicha, / porque de (...)

13Néanmoins, si les questionnements – et les élans de protestation – existent intrinsèquement chez Récarède, c’est le dépit amoureux32 qui les catalyse. Il provoque son débat intérieur et conduit Récarède à imputer son amour impossible à son statut de cadet33, donnant ainsi une dimension politique à ses réflexions rancunières. Le bonheur absolu d’Herménégilde, qui possède tout ce à quoi Récarède aspire, déclenche sa jalousie et sa convoitise. En révélant qu’Ingonthe est catholique – ruse pour dissoudre le mariage –, ce n’est pas sur le plan politique que Récarède souhaite nuire à son frère, mais bien sur le plan personnel34.

14Cet état de fait confirmé, l’équilibre entre les deux figures paternelles – biologique et divine – est rompu. Le choix opéré par Herménégilde est ce qui donne une tournure définitivement religieuse à la pièce, ouvrant le second acte sur un nouveau schéma antagonique.

Un faux élément perturbateur

  • 35 S’il se réjouit des événements qui le portent jusqu’à la couronne, il est capable d’y renoncer, off (...)
  • 36 Le roi Récarède est à l’origine de la conversion au catholicisme de la monarchie wisigothe, ce qui (...)

15La radicalité des propos de Léovigilde face à la conversion d’Herménégilde au catholicisme entraîne le déclassement de Récarède, personnage initialement perçu comme l’opposant principal de cet écheveau d’intrigues. Il devient alors difficile à catégoriser. Agent de Léovigilde dans la guerre contre Herménégilde, il balance perpétuellement entre convoitise du pouvoir et fidélité vassalique envers son frère35, sans qu’il ne puisse jamais être hissé à la hauteur du rôle d’adjuvant joué par ses avatars dans d’autres réécritures36. L’élaboration d’un personnage aussi difficile à positionner sur l’échelle des valeurs morales pose la question de la visée de l’auteur. Pourquoi dédier tant d’espace scénique à une fausse intrigue, qui plus est étrangère au récit du martyre de saint Herménégilde ?

16Tout d’abord cette trame profane aux multiples rebondissements répond à la nécessité de capter l’attention des spectateurs et de les divertir, conformément aux principes de la comedia nueva. Elle atteint également un but programmatique en distillant des indices dans la structure dramatique : par la mort d’Herménégilde – spirituelle, puis physique – Récarède deviendra roi, comme cela était prédit dans l’Acte I. Enfin l’injustice de la situation de Récarède – fils puîné privé des droits dévolus à l’aîné – est discutée par les différents personnages, construisant ainsi une véritable doctrine juridico-politique du statut et des droits du cadet royal.

Pour une doctrine du statut et des droits du frère de roi

17La détresse amoureuse conduit Récarède à examiner l’injustice de son statut de cadet par la mise en évidence du principe biologique suivant : Herménégilde et lui sont issus d’un même père et d’une même mère, ils partagent donc le même sang. Lorsque Léovigilde le blâme de porter la couronne destinée à son frère, Récarède a recours à cet argument du lignage pour minimiser son audace : tant qu’Herménégilde n’est pas couronné, leur sang leur attribue une égalité de droits et une même dignité :

  • 37 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 704-711.

Y hasta dársela [la corona], bien puede [la frente de Recaredo] / traerla sin perjuicio, / pues los dos somos hermanos / y los dos somos tus hijos. / Y ansí, bien podía ser / hoy mía, como lo ha sido / suya, si eres tú mi padre / y de una madre nacimos37.

18De cette vérité naturelle découle l’interrogation suivante : quelle loi établit entre eux un rapport hiérarchique ?

  • 38 Le principe de primogéniture cognatique de préférence masculine est établi dans les Partidas d’Alph (...)
  • 39 « posieron [los homes sabios] que el señorío del regno heredasen siempre aquellos que veniesen por (...)

19Le principe de primogéniture est l’unique explication invoquée par les personnages38. En effet, depuis la fin du XIIIe siècle le droit d’aînesse établit juridiquement que la succession au trône échoit à l’aîné des fils du roi39 et donne à celui-ci une précellence sur ses cadets :

  • 40 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 716-723.

Hermenegildo: Del plato de tu cabeza,
hermano, el presente estimo
y della mitad te diera
si fuera justo el partillo.
Recaredo: Esto fue nacer primero
Leovigildo: Porque primero ha nacido,
loco, para coronallo
de la frente te la quito
40.

20La loi du rang de naissance fait autorité. Inique, elle ne semble obéir qu’à la partialité du hasard, ce dont a bien conscience Récarède :

  • 41 Ibid., v. 427-438.
  • 42 Ibid., v. 493-497.

(Si por nacer primero
Me prefiere mi hermano… ¡rabio! ¡muero!
¿Quién puso ley tan fiera

que la sangre a la sangre prefiera,
siendo una misma cosa?
Y que esta la hace el mundo ley forzosa.
¡Miente el mundo, que es vano
pensar que me prefiera a mí mi hermano!
Excederme no puede;
pero ya que por ley tan vil me excede
y el Imperio me lleva,
¿por qué en Ingunda mi paciencia prueba?)
41.
[…] ¡Ah rigurosa
ley del tiempo enemigo!
¿Tengo la culpa yo en igual castigo?
Sí, que el nacer segundo
Delito es ya que lo castiga el mundo
42.

  • 43 Las siete partidas del rey Don Alfonso el Sabio, op. cit., p. 132 : « Como el fijo mayor del rey ha (...)
  • 44 Les chroniques qui glorifient l’accès au trône de Philippe III construisent une argumentation contr (...)
  • 45 Montesquieu, Charles-Louis de Secondat (baron de La Brède et de), De l’esprit des lois (1758), éd. (...)
  • 46 Juan de Mariana, La Dignidad real y la educación del rey (De rege et regis institutione), edición y(...)
  • 47 Ibid., p. 47 : « Para conservar la tranquilidad interior no hay indudablemente cosa mejor que desig (...)
  • 48 Ibid., p. 48-49 : « Creo que, teniendo el príncipe muchos hijos, debe designar la ley quién ha de s (...)
  • 49 Las siete partidas del rey Don Alfonso el Sabio, op. cit., p. 132 : « como quier que los padres com (...)

21Dans La mayor corona, aucun argumentaire ne vise à consolider le statut privilégié du premier né, mais plusieurs raisons – naturelle, religieuse et coutumière – sont alléguées dans les Partidas43. Ainsi, l’aîné est l’enfant élu de Dieu, le plus aimé par ses parents (Mise à l’épreuve d’Abraham, Gen. 22. 14), choisi pour naître en premier afin de gouverner ses frères (Vol de la bénédiction d’Esaü, Gen. 27. 1-40)44. Aux exemples bibliques s’ajoute un argument beaucoup plus prosaïque : la nécessité d’établir un ordre successoral strictement codifié afin de cadencer sans heurt les transferts de souveraineté dans un système politique fondé sur le lignage. En effet, les enfants issus du mariage royal partagent une ascendance commune, d’égale dignité, ouvrant aux mêmes droits. Les exemples étrangers45 ou anciens46 de successions chaotiques justifient l’institution d’une législation invariable47, prédéterminant un héritier unique48 pour l’ensemble des royaumes rendant ainsi impossible une égale répartition entre les descendants du roi49. La crainte des désordres engendrés par ces crises nourrit la littérature politique des XVIe et XVIIe siècles qui prête une attention particulière à la question successorale, notamment lors des périodes précédant une vacance du trône.

22Cette même peur des troubles de succession explique la réaction violente du personnage de Léovigilde face à l’ambition politique de Récarède, manifestée symboliquement et audacieusement par le port de la couronne d’Herménégilde :

  • 50 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 669-679.

Recaredo : Ya la corona está aquí.
Leovigildo : Pues ¿cómo traes ansí
en tu frente la corona?
Recaredo : En una fuente venía,
y pareciome más digno
plato mi frente.
Leovigildo : El pensallo
loca inadvertencia ha sido,
si no es bárbara ambición,
que esta, Recaredo, se hizo
con milagroso artificio
50.

23Le roi établit une véritable distinction de nature entre ses fils dans leurs droits à la couronne : si les prétentions de l’aîné Herménégilde sont revêtues d’une aura de divinité, celles de Récarède constituent une faute :

  • 51 Ibid., v. 692-695.

Leovigildo : Esta [la corona] pide, finalmente,
la frente de Hermenegildo,
que la que en él es deidad,
en ti viene a ser delito51.

  • 52 Le prince est dépositaire d’un corps public qui n’existe qu’en puissance chez le cadet.
  • 53 Pour une définition du concept de majesté, voir Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime (...)
  • 54 Voir la définition qu’en donne Agustín de Castro : « Primera conclusión. Que sea príncipe, y cuanta (...)

24Contrairement donc aux affirmations initiales de Récarède qui établissaient une égalité de rang entre Herménégilde et lui tant que le premier n’était pas monté sur le trône, la désignation d’un héritier universel en la personne du premier né marque une distinction entre les corps politiques52 des deux frères. L’aîné – à l’instar du roi, mais à la différence du cadet – est revêtu de l’attribut royal de la maiestas53 qui le désigne comme élu de Dieu, être supérieur à tous, et qui s’accompagne des privilèges propres à la dignité de prince54.

  • 55 La thématique du bicéphalisme politique est principalement abordée dans les traités critiques à l’é (...)

25Cette relation verticale préexistante entre les fils de Léovigilde s’accentue lorsque Herménégilde monte sur le trône. De la définition du système monarchique – soit le gouvernement d’un seul – traditionnellement présenté comme le plus bénéfique par les théoriciens découle la conception organique de l’État : le roi est la tête d’un corps constitué de multiples composants. Le bicéphalisme du corps politique étant considéré comme une monstruosité55, Récarède ne peut prétendre partager la couronne avec son frère comme le rappelle Léovigilde :

  • 56 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 680-687.

Leovigildo : Solo es para una cabeza
este peso excelso y rico
que pone partido en dos
la majestad en peligro.
Que es sol para un cielo solo
en su cerco sinifico,
y a quien forma circular
lo dicen sus rayos mismos
56.

26C’est pourquoi dans un mouvement d’élévation et d’abaissement s’établit définitivement un rapport de vassalité entre les deux frères, manifesté par un dernier contact physique et affectueux :

  • 57 Ibid., v. 1512-1518.

Recaredo : Sube al trono.
Hermenegildo : Dame, hermano,
los brazos.
Recaredo : Señor, ¿qué es esto?
Hermenegildo : Quiero apartarme de ti, y, como ves, me enternezco.
Recaredo : ¿Dónde te partes?
Hermenegildo : A ser
rey, y subiendo yo al reino
y tú bajando a vasallo
nos apartamos muy lejos
57.

  • 58 Le statut des cadets de la monarchie de Habsbourg espagnole est très imprécis. Membres de la famill (...)

27Dorénavant le vocatif utilisé par Récarède pour s’adresser à Herménégilde n’est plus « hermano », mais « señor », marque de soumission qui s’accompagne d’un serment de fidélité prêté par Récarède, à présent le premier et le plus grand des vassaux du roi58 :

  • 59 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 1530-1541.

Rodulfo : Pueblo:
vuestro señor soberano
y nuestro Rey os ofrezco.
En cuanto aquí os propusiere
servildo y obedecedlo,
si no, el castigo os propongo
que resulta de no hacello.
[…]
¿Qué decís?
Recaredo : Que es nuestro Rey
y que es justo obedecerlo
59.

28Le traitement spécifique de la figure de Récarède chez Mira de Amescua projette une image archétypale du frère du roi : celle, dangereuse, du cadet qui possède intrinsèquement un appétit du pouvoir. Celui-ci peut s’éveiller seul, pour des motifs personnels (le dépit amoureux), ou bien sous l’influence d’éléments extérieurs (l’adulation des courtisans).

  • 60 Pascal Mormiche parle d’une « culture de la soumission » chez les cadets royaux.

29Malgré les projets de trahison, la comédie ne prend jamais le chemin d’un conflit adelphique pour la couronne puisque Récarède, bien que critique, reste résolument respectueux des lois de succession et accepte la supériorité de son frère aîné en faisant preuve de soumission60 à plusieurs reprises.

Conclusion

  • 61 S. Muneroni situe l’écriture de la pièce entre 1606 et 1610, F. Cornejo et M. Rivero en 1621. Le tr (...)

30Il est nécessaire de rappeler que l’action dramatique se déroule dans le cadre historique de la monarchie wisigothique du VIe siècle, c’est-à-dire une monarchie… élective. Les lois de succession exposées – qui bénéficient d’une visibilité conséquente au vu de l’impasse dramatique à laquelle elles conduisent – correspondent aux lois en vigueur à l’époque de la composition de la pièce, que nous estimons entre 1612 et 162061. Il est donc pertinent de mettre en résonance les messages implicites véhiculés par cette pièce avec le contexte politique de l’époque.

31Durant la décennie 1610-1620, Philippe III dispose de trois héritiers mâles capables de lui succéder : le prince Philippe (IV), l’infant Charles (1607-1632) et le Cardinal Infant Ferdinand (1609-1641). Cette configuration dynastique exceptionnelle tranquillise – car elle assure la continuité dynastique – autant qu’elle inquiète. En effet, aux fratricides du Bas Moyen Âge toujours présents dans la mémoire monarchique s’ajoutent les récits des chroniqueurs contemporains. Ceux-ci laissent deviner combien le schéma adelphique dessiné dans la pièce de Mira de Amescua se conjugue parfaitement avec les préoccupations politiques du moment. Il est bien difficile pour des princes-infants-enfants d’appréhender les concepts politiques et théologiques qui instaurent une différence de dignité entre frères de même sang comme le montre ce témoignage de l’historiographe Cabrera de Cordoba :

  • 62 Luis Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España desde 1599 hasta 1 (...)

Podrá S. M. [Felipe III], cuando conviniese, con poca demostración de gasto casarse, sino repararse en el inconveniente que sería para esta Monarquía cargar S. M. de más hijos, pues sobran los que hay, si Dios los guarda; y sí comienza a ver ya lo mal que lleva el infante don Carlos al Príncipe, pues con poca ocasión, y cuando le halla solo, le da bofetones, y no aprovecha amenazarle la aya ni reprenderle; y afirman que nunca le han visto reír ni llorar, y no puede sufrir que hagan más honra y den todos más ventajas al Príncipe, y otras cosas se experimentarán mejor cuando vayan entrando en edad62.

32Parfaite illustration des craintes traditionnelles envers les frères de roi, la figure de Récarède permet de formuler un message implicite (d’autant plus pertinent si le spectateur est d’extraction royale) de défiance naturelle, au-delà de toute considération affective, envers les cadets royaux. Le contrôle étroit auxquels les infants Charles et Ferdinand furent soumis à la mort de Philippe III sous l’impulsion du Comte duc d’Olivarès durant la décennie 1620-1630 met en évidence la confluence de l’art et de la politique. Que cette pièce lui eût été connue ou non, nul doute que cette représentation de la figure du cadet, qui ne fut pas la seule, participa à nourrir la pensée soupçonneuse du favori qui écrivait ainsi :

  • 63 OLIVARES, Gaspar de Guzmán (duque de), Memoriales y cartas del Conde Duque de Olivares. Vol. 1. Tom (...)

Es conveniente y siempre necesario estar con extraordinaria atención sin descuidarse en nada que sea consentirles [a los infantes] ninguna falta de respeto ni disimular la menor desobediencia, por en consintiendo una se perderá infinito63.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir Francisco Cornejo, Pintura y teatro en la Sevilla del Siglo de Oro : la “sacra monarquía”, Séville : Fundación El Monte, 2005, p. 95-126.

2 Francisco Cornejo répertorie cinq œuvres dramatiques, liste complétée avec un auto sacramental disparu de Calderón par Adrián J. Sáez dans « De traidor a santo: las transformaciones de san Hermenegildo en el teatro (siglos XVI-XVII) », in : Emilio Blanco (éd.), Grandes y pequeños de la literatura medieval y renacentista: Actas del V Congreso Internacional de la SEMYR (Universidad Rey Juan Carlos, 24 a 26 de septiembre de 2014), Salamanque : SEMYR, 2016, p. 605-623.

3 Cette pièce est communément attribuée à Lope de Vega, comme l’atteste le manuscrit 16969 de la Biblioteca Nacional de España référencé sous le nom du dramaturge. Sylvanus Griswold MORLEY et Courtney BRUERTON (The Chronology of Lope de Vega’s Comedias, with a discussion of doubtful attributions, the whole based on a study of his strophic versification, New York : The Modern Language Association of America Londres : Oxford University Press, 1940) la classifient parmi les « plays of doubtful authenticity » et en contestent l’attribution à Lope, jugement repris par Héctor Urzáiz Torajada, Catálogo de autores teatrales del siglo XVII, Madrid : Fundación Universitaria Española, 2002 vol. 2, p. 670. Néanmoins, La mayor corona a fait l’objet d’une édition récente où elle est attribuée à Antonio Mira de Amescua : La mayor corona, éd. Manuel Fernández Labrada, edición digital a partir de Agustín de la Granja (coord.), Teatro completo. Vol. XIII, Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2014, disponible sur : http://www.cervantesvirtual.com/obra/la-mayor-corona/. C’est cette édition que nous utiliserons pour notre analyse. Nous remercions Christophe Couderc de nous avoir signalé ces problèmes d’attribution.

4 Sur la question de la sacralité de la Monarchie Hispanique nous renvoyons à Francisco Cornejo, op. cit. ; Cécile Vincent-Cassy, « Les joyaux de la Couronne. Sainteté et Monarchie hispanique en Espagne après le concile de Trente », in : Marie-Élizabeth Ducreux (éd.), Dévotion et légitimation Patronages sacrés dans l’Europe des Habsbourg, Liège : Université de Liège, 2016 ; María Inmaculada Rodríguez Moya, « Los reyes santos », in : Víctor Mínguez Cornelles (coord.), Visiones de la monarquía hispánica, Castellón : Universitat Jaume I, Servei de Comunicació i Publicacions, 2007.

5 Voir la définition proposée par Elma Dassbach, La Comedia hagiográfica del Siglo de Oro español. Lope de Vega, Tirso de Molina y Calderón de la Barca, New York : Peter Lang, 1997.

6 L’arianisme était un courant religieux des débuts du christianisme qui remettait en cause la Trinité et fut considéré comme hérétique par le concile de Nicée en 325.

7 Grégoire de Tours, dans une volonté de glorifier la royauté catholique franque, donne à Ingonthe un rôle clé dans les événements qui opposent Herménégilde à son père Léovigilde. Voir Santiago Castellanos, Los Visigodos, Madrid : Editorial Síntesis, 2018, p. 90.

8 Selon les Dialogues de Grégoire Ier, Herménégilde est assassiné par son geôlier Sisbert pour avoir refusé la communion des mains d’un évêque arien, voir José Orlandis, Historia del reino visigodo español, Madrid : Rialp, 2011, p. 83.

9 Santiago Castellanos, op. cit., p. 90-93.

10 Francisco Cornejo, op. cit., p. 64-65 ; Santiago Castellanos, op. cit., p. 89. Jean de Biclar et Isidore de Séville le présentent comme un tyran, en rébellion contre Léovigilde alors que celui-ci mène à bien une tâche d’unification politique, administrative et religieuse du royaume. Les discours de Grégoire de Tours et de Grégoire le Grand établissent une image contraire, celle d’un fils martyrisé par son père pour des raisons religieuses.

11 Ambrosio de MORALES, Coronica general de España que continuaba Ambrosio de Morales coronista del rey nuestro señor don Felipe II (1574), Madrid : en la oficina de don Benito Cano, 1791, tomes V-VI. Morales termine et publie la chronique commencée par Florián de Ocampo, chroniqueur royal de Charles Quint, décédé avant d’en avoir terminé l’écriture.

12 Le culte de saint Herménégilde intègre un programme de redéfinition idéologique et théologique de la Monarchie hispanique mis en œuvre sous Philippe II. Cécile Vincent-Cassy, art. cit., p. 47 souligne que l’infant Philippe – futur Philippe III –, né le 13 avril, est baptisé du nom de Philippe Herménégilde.

13 Adrian J. Sáez, art. cit.

14 Ambrosio de MORALES, Crónica general de España, op. cit., tome 5, p. 541-542.

15 Co-écrite par Hernando de Avila, Melchor de la Cerda et Juan de Arguijo dans un but pédagogique à destination des élèves du Collège jésuite de saint Herménégilde de Séville, cette pièce connut un succès extraordinaire tant en Espagne qu’à l’étranger. Sur ce point, voir Cayo González Gutiérrez, El Teatro escolar de los Jesuitas (1555-1640): Su influencia en el Teatro del Siglo de Oro, tomo V, Edición de la Tragedia de San Hermenegildo, Oviedo : Universidad de Oviedo, Servicio de Publicaciones, 1997, p. 400-401.

16 Cayo González Gutiérrez, op. cit., v. 2371-2373 : « A tus males ya vas echando el sello; / sabe Dios, dulce hermano, que me duele / ver que la espada te amenaza el cuello » ; v. 2395-2397: « ¡O, triste joven, por tu mal altivo / repara que descarga el golpe airado / de el hado de tu mal executivo. (Vase Recaredo) »

17 Fernando de Zárate, Mártir y rey de Sevilla, San Hermenegildo (1651), Valence : 1763, fol. 7 : Recar: « Pues me da el tiempo lugar / para poderte advertir, / si es que pretendes vivir, / al punto te has de ausentar. / Procura, pues soy tu hermano, / ponerlo luego en efecto; / porque ha baxado un decreto / para prenderte; y es llano, / que si saben de los dos, / pues mi padre es tu enemigo » ; Herm. : « ¿Qué dices, Recaredo? » ; Recar. : « Digo, / que te ausentes luego: a Dios. » (Vase) ; Ever. : « Tu misma sangre te avisa: / ea, señor, ¿qué aguardamos? / escapemos del peligro, / salgámonos de Palacio ».

18 Sor Juana Inés de la Cruz, El mártir del sacramento, san Hermenegildo, v. 524-531 : Recaredo : « Bien ves que yo pudiera / ser quien la guerra más te persuadiera, / pues muriendo mi hermano, / viera el cetro en mi mano; / pero no quieras tú que yo, ambicioso, / rompa el lazo amoroso / de mi sangre. ¡Depón tú la venganza, / pues de reinar depongo la esperanza! ». Alfonso Méndez Plancarte (éd.), El mártir del sacramento, san Hermenegildo (1680-1688), México : Fondo de Cultura Económica, 1955, p. 115-183.

19 Ibid., v. 858-859 : Recaredo : « ¡Ay, que yo fui de tu mal, / sin querer, el instrumento! ».

20 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 436-438 : « Pero ya que por ley tan vil me excede / y el Imperio me lleva, ¿por qué en Ingunda mi paciencia prueba? ».

21 Ibid., v. 492-494 : « ¿No bastaba la esposa? ¿La corona también? ¡Ah, rigurosa ley del tiempo enemigo! ».

22 Ibid., v. 385-400: « ¡Que Ingunda en suerte saliese! / Loco estoy sin mí. / ¡Cielos! ¡Que en tantas ansí / Ingunda su esposa fuese! ¡Qué tan divina mujer / la corona ansí me quite! ¡Quién tal sufre y tal permite? ¡Cielos! ¿Qué tengo de hacer? / ¿Impedillo? ¿Con qué fin? / Si no está la culpa en él, / y es mi hermano. Mas de Abel / también fue hermano Caín, / y el primero fratricidio / por invidia comenzó, / y desesperado yo, / con ella y con celos lidio ».

23 Ibid., v. 506-514 : « Es justa ley, / porque merece mi hermano / en imperio soberano / ser del mundo el mayor rey. / Y ésta que, piadosa, abona / su piedad, virtud y celo, / le dé España hasta que el Cielo / le dé la mayor corona. / Llevarla al Rey, mi señor, (tómala), / quiero yo ».

24 Ibid., v. 522-523 : Rodulfo: « ¡Viva el gran rey Recaredo! » ; Recaredo : « ¡Vive Dios, que os mate!  ».

25 Ibid., v. 530-537: Recaredo : « Burlando, infundes en mí / otro espíritu, aunque injusto, / pues me alegro y tengo gusto / de que éstos me honren ansí; / A sus voces lisonjeras / por ti crédito estoy dando, / y si esto causas burlando, / ¿qué harás, corona, de veras? ».

26 Ibid., v. 538-547 : Recaredo : « Otro parezco que soy. / ¡Qué mudanza tan extraña! / ¡Tiemble a Recaredo España! » ; Todos : « ¡Viva Recaredo! » ; Recaredo : « ¡Estoy / tan trocado con tenella / en mi frente, que acredito / vuestras voces, que permito / que rey me llaméis por ella! / Nuevos pensamientos cría / lo que me suspende ansí. […] ».

27 Ibid., v. 546-554 : Recaredo : « Nuevos pensamientos cría / lo que me suspende ansí. / ¡Bien dicen, monstro, que en ti / comenzó la tiranía! / Pero no he de ser tirano, / si en ti la ambición estriba » ; Todos : « ¡Viva Recaredo! ¡Viva! » ; Recaredo : « Decid que viva mi hermano » ; Todos : « ¡Viva Hermenegildo! ». Bien qu’il n’existe probablement pas de rapport intertextuel entre ce dialogue et le journal de santé du duc d’Anjou écrit par Le Maistre en 1615, nous ne pouvons manquer de souligner la ressemblance entre cette scène et un épisode anecdotique rapporté par le médecin royal. Rodolphe Le Maistre, La Santé du prince qu’il doibt observer, précédé d’une dédicace à la reine, Paris, s. n., 1616, p. 148-149 : « Le jour suivant, il [le duc d’Anjou] faisait en sa chambre un petit exercice de guerre avec quelques jeunes seigneurs de son âge, les corps de garde, derrière une tapisserie qui divisait ladite chambre en deux, et une sentinelle, à la porte, criant : Qui vive, à tout venant. Un gentilhomme arrivé, répond, vive Monsieur. Il commande là-dessus qu’on le tue, qu’on le tue, ne cessant jusques à ce que l’autre fut contraint de dire, Vive le roi, et lors Monsieur commanda [148] de sauver le gentilhomme et lui donner la vie ».

28 Ibid., v. 554-561 : Recaredo : « Apruebo / con la corona luciente / mi lealtad, siendo la frente / plato en que al Rey se la llevo. »; Teosindo : « ¡Plaza al Rey! »; Recaredo : « Lealtad y ley / niega quien eso pregona. / Decid: « ¡Plaza a la corona!  » / que llevo a mi hermano, el Rey ».

29 Ibid., v. 713-715 : Recaredo : « De rodillas se la ofrezco / y si merezco castigo / por traella, como Rey, / humilde a sus pies me rindo ».

30 Ibid., v. 142 : « Soy obediente. / ¿Vos la esposa me dais? » ; v. 378 : « Ser quiero al Rey obediente ».

31 Ibid., v. 349-352 : « Su orden [la de Dios] guardo, su ley sigo, / porque ha de ser premio en mí / el casamiento, aunque aquí / Él me le dio por castigo ».

32 Ibid., v. 416 : Recaredo : « (¡Que me hiciese [el] amor tan desdichado!) » ; v. 486-489 : « ¡Qué presto en sus desvelos / se pudieron unir invidia y celos! / Perdóneme mi hermano, / porque es monarca Amor más soberano ».

33 Ibid., v. 496-497 : « Sí, que el nacer segundo / delito es ya que lo castiga el mundo ».

34 Ibid., v. 453-458 : « Yo pienso que su dicha / se ha de trocar en llanto y en desdicha, / porque del casamiento / sé que está Hermenegildo descontento; / y por la menor cosa / la dejará, eligiendo nueva esposa ».

35 S’il se réjouit des événements qui le portent jusqu’à la couronne, il est capable d’y renoncer, offre qu’il fait par deux fois à son père et à son frère afin de mettre fin au martyre de celui-ci : v. 2455-2458 : Leovigildo : « Enternecido quedo, / que, en efeto, soy padre, Recaredo » ; Recaredo : « Pues sus yerros perdona, / que yo pondré a sus plantas la corona » ; v. 2695-2722 : Recaredo : « En medio de mi grandeza, / majestad, pompa y poder, / me ha podido entristecer / tu aflición y tu tristeza. / […] Vuelve, Hermenegildo, en ti, / aplaca a Dios, que perdona / con clemencia, y la corona / de España tendrás ansí, / que desde luego te doy. / Y aquí, postrado a tus pies, / con la majestad que ves, / tu mayor vasallo soy ».

36 Le roi Récarède est à l’origine de la conversion au catholicisme de la monarchie wisigothe, ce qui explique sa représentation positive dans la plupart des réécritures dramatiques.

37 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 704-711.

38 Le principe de primogéniture cognatique de préférence masculine est établi dans les Partidas d’Alphonse X de Castille et rompt avec la succession des collatéraux qu’avantageait le droit coutumier. L’Ordonnance d’Alcala (1348) entérine les Partidas dont les règles de succession sont en vigueur jusqu’à l’instauration de la loi salique en 1713 sous le règne de Philippe V de Bourbon.

39 « posieron [los homes sabios] que el señorío del regno heredasen siempre aquellos que veniesen por liña derecha, et por ende establescieron que si fijo varon hi non hobiese, la fija mayor heredase el regno », Las siete partidas del rey Don Alfonso el Sabio: cotejadas con varios códices antiguos por la Real Academia de la Historia, Madrid : en la imprenta real, 1807, tomo 2, Partida II, título XV, ley. II.

40 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 716-723.

41 Ibid., v. 427-438.

42 Ibid., v. 493-497.

43 Las siete partidas del rey Don Alfonso el Sabio, op. cit., p. 132 : « Como el fijo mayor del rey ha adelantamiento et mayoría sobre los otros sus hermanos » (Partida II, título XV, ley II). Voir également la partie intitulée « La primauté du fils aîné », in : Patricia Rochwert-Zuili et Hélène Thieulin-Pardo, « Conceptions et représentations de la parenté dans la Deuxième partie », e-Spania [Online], 5 | juin 2008, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 30 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/10093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.10093.

44 Les chroniques qui glorifient l’accès au trône de Philippe III construisent une argumentation contraire, bâtie sur la célébration du fils puîné et accréditée par l’exemple de David, dernier né d’Isaïe (1 Samuel 16. 1-23), élu de Dieu. En tant que cadet des fils de Philippe II, l’infant Philippe n’était pas destiné à régner. La mort de ses frères aînés – les princes Carlos, Fernando et Diego Félix ainsi que l’infant Carlos –, « llamados » mais « no escogidos » selon González Dávila, est décrite comme nécessaire, répondant aux desseins secrets du divin. « Murió el príncipe D. Carlos: murió D. Fernando y D. Diego, para que fuese escogido este Santo Rey verdadero, y leal observador de la Ley inmaculada de Christo ». Gil González Dávila, Monarquía de España. Historia de la vida y hechos del ínclito monarca, amado y santo D. Felipe Tercero. Obra posthuma del maestro Gil González Dávila, cronista de los señores reyes D. Felipe III y IV, y mayor de las dos Castillas y de las Indias, Madrid : por D. Joachin de Ibarra, impresor de cámara de S. M., 1771, tomo 3, p. 4.

45 Montesquieu, Charles-Louis de Secondat (baron de La Brède et de), De l’esprit des lois (1758), éd. Laurent Versini, Paris : Gallimard, 1995, p. 81 : « Dans les États où il n’y a point de lois fondamentales, la succession à l’empire ne saurait être fixe. […]. Chaque prince de la famille royale ayant une égale capacité pour être élu, il arrive que celui qui monte sur le trône fait d’abord étrangler ses frères, comme en Turquie ; ou les fait aveugler, comme en Perse ; ou les rend fous, comme chez le Mogol : ou, si l’on ne prend point ces précautions, comme à Maroc, chaque vacance de trône est suivie d’une affreuse guerre civile ».

46 Juan de Mariana, La Dignidad real y la educación del rey (De rege et regis institutione), edición y estudio preliminar de Luis Sánchez Agesta, Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1981, p. 4 : « En la misma España, mientras subsistió la monarquía de los godos, todos los príncipes se elegían entre todos, y solo se estableció la sucesión hereditaria cuando acaecieron graves trastornos en sus leyes y en la organización del poder ».

47 Ibid., p. 47 : « Para conservar la tranquilidad interior no hay indudablemente cosa mejor que designar por una ley los que han de suceder a la corona. Así no hay lugar a las pasiones de los pueblos ni a las ambiciones de los príncipes y se suprime todo motivo de discordia ».

48 Ibid., p. 48-49 : « Creo que, teniendo el príncipe muchos hijos, debe designar la ley quién ha de suceder al padre, a fin de que en lo posible no se deje lugar a las pasiones del pueblo para que se altere la tranquilidad pública, cuya conservación debe ser nuestro principal cuidado ».

49 Las siete partidas del rey Don Alfonso el Sabio, op. cit., p. 132 : « como quier que los padres comunalmente habiendo piedat de los otros hijos, non quisieron que el mayor lo hobiese todo, mas que cada uno dellos hobiese su parte; pero con todo eso los homes sabios et entendidos catando el pro comunal de todos, et conosciendo que esta partición non se podría facer en los regnos que destruidos non fuesen, segunt nuestro señor Iesu Cristo dixo, que todo regno partido astragado seríe, tovieron por derecho quel señorío del regno non lo hobiese sinon el fijo mayor después de la muerte de su padre » (Partida II, título XV, ley II). On retrouve ce principe d’indivisibilité des royaumes dans les testaments des rois Habsbourg, cf. Testamentos de los reyes de la casa de Austria, Madrid : Editora Nacional Colección Documenta, 1982.

50 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 669-679.

51 Ibid., v. 692-695.

52 Le prince est dépositaire d’un corps public qui n’existe qu’en puissance chez le cadet.

53 Pour une définition du concept de majesté, voir Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime : royaume de France, Paris : Presses universitaires de France, 2003, p. 787-788.

54 Voir la définition qu’en donne Agustín de Castro : « Primera conclusión. Que sea príncipe, y cuantas las regalías, o derechos, que acompañan la Majestad. El ser príncipe si se mira a la primera razón, que significa el nombre, consiste en ser superior de todos, y no tener superior alguno ». Conclusiones polyticas: question principal quien sirue con mas gloria a vn Principe el que està en los riesgos de la guerra, o el que le asiste en el servicio de su persona, defiendese en los Estudios reales del colegio imperial de la Compañía de Jesus, jueves 22 de diciembre por la mañana a las 8 y por la tarde a las 2.

55 La thématique du bicéphalisme politique est principalement abordée dans les traités critiques à l’égard du valimiento. Dans la conception organique de l’État, le frère du roi ne peut être qu’un membre du corps, certes d’importance, mais non décisionnaire. Ainsi, dans une épître dédicatoire à l’infant Charles d’Autriche, frère de Philippe IV, Vera Zúñiga y Figueroa précise que l’infant est le bras exécutant de la tête pensante : « no admite duda que el rey N. S. (cabeza de este cuerpo) es a quien pertenece la prudencia y soberanía del disponer, y el señor infante (su brazo) a quien toca la obediencia y valor del ejecutar ». Juan Antonio de VERA ZÚÑIGA Y FIGUEROA, Epitome de la vida y hechos del invicto emperador Carlos V, Madrid : por la viuda de Alonso Martin, 1624.

56 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 680-687.

57 Ibid., v. 1512-1518.

58 Le statut des cadets de la monarchie de Habsbourg espagnole est très imprécis. Membres de la famille royale, ils sont – en théorie – inférieurs à leur aîné et à leurs neveux (s’ils existent), mais supérieurs à toutes les autres catégories de la société d’Ancien Régime. Néanmoins, la hiérarchie entre famille royale et haute noblesse espagnole est moins marquée qu’en France : les infants ne possèdent ni les titres, ni les domaines, ni les revenus dont disposent les Fils de France, et semblent parfois perdus dans la nébuleuse des vassaux. Certains – comme le Comte Duc d’Olivares – remettent en cause leur appartenance à la famille royale en les situant parmi la noblesse.

59 Antonio Mira de Amescua, La mayor corona, v. 1530-1541.

60 Pascal Mormiche parle d’une « culture de la soumission » chez les cadets royaux.

61 S. Muneroni situe l’écriture de la pièce entre 1606 et 1610, F. Cornejo et M. Rivero en 1621. Le troisième acte établit un parallèle dynastique mythique entre le couple martyr Herménégilde et Ingonthe et le couple royal Philippe III et Marguerite d’Autriche, déjà décédée, accompagnés du prince Philippe. Cette œuvre est donc obligatoirement postérieure à 1611 et antérieure à 1622. C. Vincent-Cassy propose les dates immédiatement postérieures au décès de la reine, 1612-1614. Il est possible que la pièce ait été écrite après 1617, date à laquelle Mira de Amescua s’établit de nouveau à Madrid après plusieurs années passées à Grenade. En 1619, il est nommé capellán du Cardinal Infant Ferdinand, ce qui rend vraisemblable l’inclusion d’une thématique adelphique dans son œuvre dramatique.

62 Luis Cabrera de Córdoba, Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España desde 1599 hasta 1614, Madrid : Imprenta de J. Martín Alegría, 1857, p. 512. Épisode qui eut lieu en mars-avril 1613, le prince Philippe et l’infant Charles étant alors respectivement âgés de neuf ans et six ans et demi.

63 OLIVARES, Gaspar de Guzmán (duque de), Memoriales y cartas del Conde Duque de Olivares. Vol. 1. Tomos 1 y 2, Política interior, 1621-1645, edición de John H. Elliott y José F. de la Peña, Madrid : Centro de estudios Europa hispánicas – Marcial Pons Historia, 2013, p. 89-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duchesne, « Saint Herménégilde et Récarède : succession au trône et conflit adelphique dans La mayor corona de Mira de Amescua », e-Spania [En ligne], 38 | février 2021, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/38641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.38641

Haut de page

Auteur

Marion Duchesne

Normandie Université, UNICAEN, ERLIS (EA 4254)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search