Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros39Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)Hommage à Joseph Pérez

Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)

Hommage à Joseph Pérez

(1931 Laroque d’Olme-2020 Bordeaux)
Sophie Coussemacker y Vincent Parello

Texto completo

  • 1 Voir l’article d’Alet Valero dans ce dossier. En 1931, les Espagnols représentaient 28% de la popul (...)

1Né en 1931 à Laroque d’Olmes, petite commune du département de l’Ariège, et décédé à Bordeaux en 2020, Joseph Pérez est, comme il se définissait lui-même, un fils d’émigrés espagnols arrivés en France en 1922, l’héritier d’une double tradition culturelle et intellectuelle, et le produit d’une France républicaine et jacobine à laquelle il a toujours été profondément attaché1.

2Ancien élève de l’École normale supérieur de Saint-Cloud, agrégé d’Espagnol, docteur d’État avec une thèse sur la Révolution des Comunidades de Castille (1520-1521), Joseph Pérez a été successivement assistant et maître-assistant à l’université de Pau, maître de conférences et professeur de civilisation espagnole à l’université de Bordeaux III, rebaptisée université Bordeaux Montaigne depuis quelques années. Fondateur et premier directeur de la « Maison des pays ibériques », il a présidé l’université de Bordeaux III de 1978 à 1983, avant d’être nommé à la tête de la Casa de Velázquez de 1989 à 1996. Pour l’ensemble de sa brillante œuvre d’hispaniste et pour sa production historiographique polyfacétique – histoire des Rois Catholiques, de Charles Quint et de Philippe II, histoire de l’Inquisition, histoire de la sorcellerie, histoire des Juifs, biographie du cardinal Cisneros, itinéraire spirituel de Thérèse d’Avila, etc. –, il a reçu, en 2014, le prestigieux prix Prince des Asturies en sciences sociales des mains du roi d’Espagne Philippe VI. Le jury qualifiait son travail de la façon suivante :

  • 2 Tereixa CONSTENLA, « El hispanista francés Joseph Pérez, Premio Príncipe de Asturias de Ciencias So (...)

Son œuvre a supposé une révolution dans la manière d’interpréter des épisodes décisifs pour la compréhension de l’histoire de l’Occident et de l’indépendance de l’Amérique du Sud. Héritier et excellent successeur de l’école des Annales et de l’hispanisme français, il a contribué à défaire de nombreux préjugés sur les institutions et les conflits de l’époque, enrichissant l’analyse de l’histoire européenne2.

3Par ailleurs, il a été récompensé par de nombreuses distinctions scientifiques et universitaires : croix d’Alphonse X le Sage, commandeur de l’Ordre d’Isabelle la Catholique, officier de la Légion d’Honneur, prix Nebrija de l’université de Salamanque, docteur honoris causa de l’université d’Alcala de Henares…

4Le 23 octobre Anne-Marie Cocula-Vaillières, présidente de l’université Bordeaux III de 1994 à 1999, évoquait celui qui fut son collègue dans un discours dont nous citons un long extrait représentatif de l’homme et de l’universitaire :

Le décès de Joseph Pérez, survenu le 8 octobre 2020, scelle une carrière remarquable, sans pauses, ni ruptures. Comme si l’écolier du bourg de Laroque d’Olmes, en terre ariégeoise, avait ouvert d’emblée le long chemin et l’avenue qui l’ont conduit, en 2014, à la réception du prix Prince des Asturies en sciences sociales. Le Professeur à la démarche solennelle qui s’avance pour recevoir sa décoration s’est-il souvenu de l’instituteur qui avait décelé en lui des aptitudes pour mener de longues études après l’obtention du certificat d’étude qu’il fut le seul à obtenir au sein d’une fratrie dont les parents étaient venus d’Espagne, plus précisément de la région de Valence, quelques années après la fin de la Grande Guerre ?

On imagine que le lycéen, durant la seconde guerre mondiale, avait déjà cet accent aux sonorités et aux intonations rocailleuses à l’imitation des galets roulés et entrechoqués par les eaux de l’Ariège. De loin, dans les couloirs de l’université, d’une salle de cours à l’autre, sans oublier les séances du conseil, cette voix le précédait. Elle annonçait un personnage dont l’autorité est toujours présente sur ces photos avec, parfois, un certain regard amusé, voire moqueur : il permet de comprendre pourquoi ses enfants et petits-enfants l’appelaient Pappy-Jo avec l’assentiment de son épouse, si proche de lui et désormais confrontée à une solitude comparable à une mutilation après une union de longue durée : Germaine Sabardan et Joseph Pérez se sont mariés dans le Gers en 1954.

À cette date, il se trouve à la mi-temps de sa scolarité à l’ENS de Saint-Cloud, belle assurance d’une réussite confirmée dès 1955 par le succès à l’agrégation d’espagnol au premier rang, celui de cacique […] Quand, en 1956, Joseph Pérez quitte l’ENS Saint-Cloud, c’est pour enseigner à la Faculté des Lettres de Bordeaux. Cette affectation s’interrompt l’année suivante avec la fin de son sursis et l’accomplissement du service militaire dans le cadre de la préfecture maritime d’Oran en qualité d’officier de réserve assurant des fonctions d’interprète […] Dans une lettre adressée, depuis Oran, au doyen de la Faculté des Lettres de Bordeaux, Joseph Pérez exprime le souhait d’un retour rapide en France tout en reconnaissant qu’il lui reste du temps libre pour travailler. Cette référence au travail est chez lui une constante et un plaisir. Sans doute s’est-il préparé, hors de France et loin des Pyrénées, à la mise en chantier d’une thèse d’État sur l’Espagne du XVIsiècle […]

  • 3 L’intégralité du discours peut être consulté sur le portail électronique de l’université Bordeaux M (...)

Son expérience, sa notoriété, sa connaissance des institutions universitaires en France et en Espagne inaugurent une nouvelle période de sa vie, sans rupture, ni renoncement et avec tous les honneurs attachés à une direction prestigieuse et convoitée : celle de la Casa de Velázquez, de 1989 à 1996. Soit un premier détachement de cinq ans, prolongé de deux ans, avant sa réintégration à Bordeaux III en janvier 1996. Ce furent des années fastes dont, à son retour, il parlait avec ferveur et même fascination en référence à ses origines et au certificat d’études de l’écolier ariégeois : comment pouvait-il en être autrement puisqu’il se trouvait, presque idéalement, au contact de deux nations, de deux cultures et de tant de rencontres de personnalités et de personnages dont le roi d’Espagne, Juan Carlos. Elles ont forgé sa détermination à conforter les relations de deux pays dont il a vécu l’histoire, sur la longue durée, chère à Fernand Braudel, lui aussi captivé par le siècle de Charles Quint et de Philippe II. Il suffit de citer les dernières publications de Joseph Pérez pour en être convaincu et mesurer combien sa retraite fut consacrée : en 2007, Thérèse d’Avila ; en 2009, La légende noire de l’Espagne ; en 2014, Cisneros3.

5En témoignage d’affection et de reconnaissance, neuf anciens membres scientifiques de la Casa de Velázquez ont tenu à rendre hommage dans ce numéro spécial de la revue e-Spania à celui que l’on appelait amicalement Pepito, par des contributions portant sur l’Espagne médiévale, moderne et contemporaine.

Inicio de página

Bibliografía

Ouvrages de Joseph Pérez4

1970

1) La révolution des « Comunidades » de Castille (1520-1521), Bordeaux : Féret & Fils, 1970 (Trad. espagnole, La revolución de las comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid, Siglo XXI, 1998).

1971

2) L’Espagne des rois catholiques, Paris : Bordas, 1971 (Trad. espagnole, La España de los reyes católicos, Escorial, Swan, 1986).

3) Guide de la version espagnole (en coll. avec J. M. Pelorson), Paris : Armand Colin, 1971.

1976

4) Lexique historique de l’Espagne (en coll. avec J. P. Amalric, B. Bennassar et E. Témime), Paris : Armand Colin, 1976.

1977

5) Los movimientos percursores de la emancipación en Hispanoamérica, Madrid : Alhambra, 1977.

6) La revolución de las comunidades de Castilla : 1520-1521, Madrid : Siglo Veintiuno, 1977.

1980

7) La imagen internacional de la España de Felipe II (en coll. avec Henry Kamen), Valladolid : Universidad de Valladolid, 1980.

1981

8) El caballero de Olmedo de Lope de Vega, Madrid : Castalia, 1981.

1982

9) La frustración de un imperio (1474-1714), in : Manuel TUÑÓN DE LARA (dir.), Historia de España, t. V, Barcelone : Labor, 1982.

1983

10) Aux origines du retard économique de l’Espagne au XVIe-XIXe siècles, (en coll.), Paris : CNRS, 1983.

1984

11) Textos y documentos de historia antigua, media y moderna hasta el siglo XVII, (en coll.) in : Manuel TUÑÓN DE LARA (dir.), Historia de España publiée, Barcelone : Labor, 1984, t. XI.

1988

12) Isabelle et Ferdinand : rois catholiques d’Espagne, Paris, Fayard, 1988 (Trad. espagnole, Isabel y Fernando : los reyes católicos, Madrid : Nerea, 1997 ; 2e éd., Paris : Tallandier, 2016).

1994

13) Charles Quint : empereur des deux mondes, Paris : Gallimard, 1994 (Trad. espagnole, Carlos V, soberano de dos mundos, Madrid, Ediciones B, 1998).

14) El humanismo de Fray Luis de León, Madrid : Consejo superior de investigaciones científicas, 1994.

1996

15) Histoire de l’Espagne, Paris : Fayard, 1996 (Trad. espagnole, Historia de España, Barcelone : Crítica, 1999).

1998

16) L’Espagne du XVIsiècle, Paris : Armand Colin, 1998 (Trad. espagnole, La España del siglo XVI, Madrid : Espasa, 2001).

17) España y América en una perspectiva humanista: homenaje a Marcel Bataillon, Madrid : Casa de Velázquez, 1998.

18) La época de los descubrimientos y las conquistas (1400-1570), (en coll.), Madrid : Espasa Calpe, 1998.

1999

19) L’Espagne de Philippe II, Paris : Fayard, 1999 (Trad. espagnole, La España de Felipe II, Barcelone : Crítica, 2000 ; 2e éd. Paris : Hachette, 2013).

2000

20) De l’humanisme aux Lumières : études sur l’Espagne et l’Amérique, Madrid : Casa de Velázquez, 2000.

2001

21) Historia de una tragedia. La expulsión de los judíos de España, Barcelone : Crítica, 2001 (Trad. anglaise, History of a Tragedy: The Expulsion of the Jews from Spain, Illinois : University of Illinois Press, 2007).

22) Los comuneros, Madrid : La Esfera de los Libros, 2001.

2002

23) L’Inquisition espagnole, Paris : Fayard, 2002 (Trad. anglaise, The Spanish Inquisition, Yale : Yale University Press, 2004).

24) Crónica de la Inquisición en España, Barcelone : M. Roca, 2002.

25) Brève histoire de l’Inquisition en Espagne, Paris : Fayard, 2002 (Trad. espagnole, Breve historia de la Inquisición en España, Barcelone : Crítica, 2003 ; Trad. italienne, Breve storia dell’inquisizione spagnola, Corbaccio, 2006 ; 2e éd., Paris : Tallandier, 2013).

2004

26) Isabelle la catholique : un modèle de chrétienté ?, Paris : Payot, 2004 (Trad. espagnole, Isabel la Católica: ¿un modelo de cristiandad?, Grenade : Universidad de Granada, 2007).

2005

27) Los judíos en España, Madrid : Marcial Pons, 2005.

28) Las universidades hispánicas en tiempos del Quijote, (en coll. avec Marianne Peset et Clara Ramírez González), Madrid : Universidad de Alcalá, 2005.

29) La Inquisición española: crónica negra del Santo Oficio, Madrid : Martínez Roca, 2005.

2006

30) Mitos y tópicos de la historia de España y América, Madrid : Algaba ediciones, 2006.

2007

31) Thérèse d’Avila, Paris : Fayard, 2007.

32) Teresa de Ávila y la España de su tiempo, Madrid : Algaba, 2007.

2009

33) La légende noire de l’Espagne, Paris : Fayard, 2009 (Trad. espagnole, La leyenda negra, Madrid : Gadir, 2009).

2010

34) Historia, literatura, sociedad, Grenade : Université de Grenade, 2010.

35) Historia de la brujería en España, Madrid : Espasa, 2010.

36) Carlos V, Madrid : Temas de Hoy, 2010.

2011

37) Entender la historia de España, Madrid : La Esfera de los Libros, 2011.

2014

38) Cisneros, el cardenal de España, Madrid : Taurus, 2014.

2018

39) Andalousie : vérités et légendes, Paris : Tallandier, 2018.

Inicio de página

Notas

1 Voir l’article d’Alet Valero dans ce dossier. En 1931, les Espagnols représentaient 28% de la population étrangère à Laroque d’Olmes. La ville était, en quelque sorte, une petite Espagne !

2 Tereixa CONSTENLA, « El hispanista francés Joseph Pérez, Premio Príncipe de Asturias de Ciencias Sociales », El País, 14 mai 2014.

3 L’intégralité du discours peut être consulté sur le portail électronique de l’université Bordeaux Montaigne.

4 Pour ne pas rallonger inutilement la liste, nous n’avons mentionné que les ouvrages de Joseph Pérez. Il va sans dire que celui-ci a publié de nombreux articles au cours de sa carrière universitaire.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sophie Coussemacker y Vincent Parello, « Hommage à Joseph Pérez  », e-Spania [En línea], 39 | juin 2021, Publicado el 19 junio 2021, consultado el 29 septiembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/39790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.39790

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search