Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)Période médiévaleVairons, vairs ou verts : una due...

Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)
Période médiévale

Vairons, vairs ou verts : una dueña de Inglaterra cobdiciava aver los ojos verdes e varios por ser mas fermosa…

Sophie Coussemacker

Résumés

Dans un miracle exemplaire, une dame demande à saint Thomas de Canterbury de lui donner de beaux yeux « variés » pour être plus séduisante. Elle perd la vue et ne la recouvre que par l’intervention miraculeuse du saint. Ce récit pose maintes questions : d’abord, quel est le sens même du terme latin varios, renvoie-t-il à des yeux vairons (dissemblables) ou à des yeux « vairs » (lumineux) ? Pourquoi le traducteur castillan de l’exemplum a-t-il choisi, au XVe siècle, d’y ajouter la mention verdes ? Cet ajout témoignerait-il d’une valorisation nouvelle, à la fin du Moyen Âge, de la couleur verte, exceptionnelle pour les yeux… et pourtant également présente dans la description que fait Pulgar des yeux de la reine Isabelle.

Haut de page

Texte intégral

1Les canons esthétiques médiévaux prônent-ils une couleur spécifique pour les yeux des dames (et éventuellement des messieurs) ? Les yeux verts font-ils partie des « belles couleurs » ? La question se pose à propos d’un passage de la vie de saint Thomas Becket, archevêque de Canterbury, tel qu’il est traduit dans le Libro de los Exemplos por A.B.C., du XVe siècle :

  • 1 John Esten Keller (éd.), Libro de los Exemplos por A.B.C., Madrid : Clásicos Hispánicos, C.S.I.C., (...)

Una dueña de Inglaterra cobdiciava aver los ojos verdes e varios por ser mas fermosa, e fizo voto sobre esto de yr descalça al sepulcro de Sancto Tome de Canturbel. E desque fue ella e echosse en oracion que Dios le diese tales ojos. E quando se levanto, ffallosse del todo ciega, e luego començo a rrogar a Sancto Tomas con grant contricion que non le diesse los ojos que demandava, mas que le restituesse los suyos, lo qual pudo acabar con grant difacultad (sic)1.

  • 2 Selon la base ThEMA, on le trouve dans les Vitae Patrum [Patrologie latine 73, 862, 114 et 74, 148, (...)
  • 3 Frederic C. Tubach, Index exemplorum. A Handbook of medieval religious tales. Helsinki : Suomalaine (...)
  • 4 André Pézard, « Courroux de belles dames ou la fable du sage qui se creva les yeux », Studi dantesc (...)

2Le récit remonte au moins à la Légende Dorée de Jacques de Voragine, où il fait partie des miracles de type punitif (c’est-à-dire punissant un requérant pour une demande absurde, incongrue, voire blasphématoire). Le miracle devenu exemplum était très connu des prédicateurs médiévaux, qui le rapportent tous à Thomas de Canterbury2. Il est évidemment répertorié par les folkloristes3, et a déjà fait l’objet de quelques analyses, en lien avec d’autres miracles et exempla concernant les yeux ou la vue4. Cependant, dans le texte latin, notamment chez Jacques de Voragine, seuls des yeux « variés » étaient évoqués, et non pas verts.

  • 5 Texte latin : Jacobi a Voragine Legenda aurea vulgo Historia Lombardica dicta. Ad optimorum libroru (...)

Quædam domina de Anglia varios oculos habere ob lasciviam et majorem pulchritudinem affectabat, super que vovens votum nudis pedibus sepulchrum beati Thomæ visitavit. Quæ cum in oratione prostrata esset, surgens invenit se penitus excaecatam statimque poenitens coepit rogare beatum Thomam, ut jam non varios, sed saltem sibi suos redderet oculos, quod tandem cum magna difficultate vix valuit obtinere5.

3Le traducteur castillan semble avoir mal perçu le sens du mot latin varios, et s’il le reprend il y ajoute aussi la couleur verte, peut-être plus « parlante » pour son lecteur ou son auditoire, tout en étant porteuse d’une même étrangeté liée à la rareté de cette couleur d’iris.

  • 6 « Certaine dame anglaise qui, par coquetterie et pour devenir plus belle, souhaitait d’avoir les ye (...)
  • 7 « Par coquetterie et afin de paraître plus belle, une dame d’Angleterre désirait avoir des yeux vai (...)
  • 8 Je ne reviendrai pas ici sur le sens de « vair » dans l’héraldique médiévale, désignant une « fourr (...)
  • 9 Le travail de repérage des yeux dans la littérature ibérique doit beaucoup à la thèse de Claudio Da (...)

4D’autre part, deux traductions françaises actuelles du passage divergent notablement, puisque la première prétend que la dame voulait avoir les yeux noirs6, et la seconde évoque au contraire des yeux vairons !7 C’est a priori cette traduction qui serait la bonne, puisque le français « vairon » ou « vair » dérive directement de « variés », c’est-à-dire de couleur distincte. Il faut cependant être très prudent, à l’heure de comprendre ce qu’il pouvait y avoir dans l’esprit des auteurs médiévaux derrière le terme de « vair ». Dans le cadre de cette courte étude, nous nous attacherons seulement à cerner l’évolution de varios (latin) à verdes e varios (castillan), en examinant successivement trois hypothèses d’analyse : des yeux vairons à proprement parler, des yeux « vairs », qu’il faudrait sans doute comprendre comme lumineux, clairs et changeants8, ou bien des yeux verts, ce qui pose la question de la valence des yeux verts dans la gamme esthétique des couleurs des yeux, au bas Moyen Âge9.

Les yeux vairons ? Alexandre et la magie

  • 10 Selon le Dictionnaire du Moyen Français, en ligne, le terme de « vairon » apparaît bien au Moyen Âg (...)
  • 11 Sur les yeux d’Alexandre et les yeux vairons « magiques » dans l’antiquité, voir un site assez bien (...)

5Faut-il comprendre varios comme « vairon », au sens actuel, c’est-à-dire des yeux de couleurs dissemblables10 ? L’hétérochromie peut en fait se présenter sous plusieurs formes ; soit deux iris de couleur distincte (heterochromia iridis), par exemple marron et bleu, soit deux couleurs présentes dans le même iris (heterochromia iridum), i.e. un iris d’une couleur, entouré d’un anneau ou d’une tache d’une autre teinte. Le premier cas est souvent présent chez les espèces animales (chats, chiens, rats, chevaux, poissons…). Avoir des yeux vairons aurait-il pu être un gage de beauté pour une dame du XIIe ou du XIIIe siècle, alors que le Moyen Âge valorise au contraire l’harmonie, la symétrie, et se méfie de tout ce qui s’en écarte ? Les yeux vairons, au sens strict, ont certes des « antécédents » de marque : Alexandre le Grand était réputé, au moins depuis le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène (I, 14), avoir eu des yeux vairons, l’œil droit noir et le gauche d’un bleu-vert (ou glauque)11. Ce n’est cependant que l’une des particularités physiques du héros si singulier, et si animalisé :

  • 12 Cité notamment par Corinne Jouanno, « De la Vie d’Alexandre (Plutarque) au Roman d’Alexandre (Anony (...)

Devenu adulte, il avait des traits qui ne ressemblaient ni à ceux de Philippe, ni à ceux de sa mère Olympias, ni à ceux de son géniteur [Nectanebo] ; doué d’une physionomie qui lui était propre, il avait la figure d’un homme, mais la crinière d’un lion, les yeux vairons – l’œil droit de couleur sombre, le gauche de couleur bleue – et des dents aiguës, pareilles aux crocs d’un serpent. Il possédait l’élan rapide du lion12.

  • 13 « [Les yeux] qui, par la vivacité de leur mouvement, semblent toujours prêts à sortir de leurs orbe (...)

6Le conquérant était qualifié, parmi bien d’autres surnoms, de dikoros, littéralement « avec deux pupilles » ; ou encore, dans la version grecque du roman, d’hétéroglaukos. Pour les auteurs grecs, cette hétérochromie lui aurait servi à renforcer son aura de divinité, voire de magie. Mais tous les auteurs antiques n’affublent pas Alexandre de ces yeux de couleur dissemblable. Ainsi le physiognomoniste Adamantius, qui écrit au Ve apr. J.-C., évoque les yeux d’Alexandre sans en mentionner la couleur, mais il parle de leur forme et de leur éclat : vifs et exorbités, signes de vanité et d’intempérance, mais aussi de colère13. Adamantius prétend tirer son information d’un traité d’Aristote, hélas perdu (le traité de physiognomonie conservé sous son nom est apocryphe). A-t-il réellement puisé ce portrait chez Aristote ? On peut en douter ; cependant, le fait qu’Adamantius dédaigne le portrait du Pseudo-Callisthène, déjà très célèbre, milite en faveur d’une source antérieure. Quoi qu’il en soit, la forme des yeux d’Alexandre, leur éclat, construisent une image du conquérant qui devient stéréotypée, celui du conquérant marqué par l’hubris, la démesure, et la magie.

7Dans l’antiquité, les yeux vairons semblent en effet presque toujours liés à l’exercice de la magie. Ainsi, Ptolémée Chennus, cité par Photius dans sa Bibliothèque, évoque les yeux vairons de l’épouse du roi semi-légendaire de Lydie, Candaule.

  • 14 PTOLEMEE CHENNOS (ou Héphaistion), Histoire nouvelle, livre VI, in : Photios, Bibliothèque, notice  (...)

[Ptolémée dit] que l’épouse de Candaule, dont le nom est omis par Hérodote, fut appelée Nysai [ou Nyssia] ; qu’elle acquit des yeux vairons (δίκορον) et une vue très perçante quand elle obtint la pierre du serpent (δρακοντίτην) ; que c’est grâce à ce don, qu’elle vit Gygès sortir par la porte14.

  • 15 PLINE, Histoire naturelle, XXXVII, 57.1 repris par Solin, 31. Les pouvoirs de la pierre de serpent (...)
  • 16 Autre exemple de ce lien entre hétérochromie et magie, une série de papyrus publiée et étudiées par (...)

8L’épouse de Caudale n’aurait donc pas eu à la naissance des yeux vairons, mais « gagne » cette caractéristique physique en même temps qu'elle acquiert ses pouvoirs magiques et son regard perçant qui ne se laisse pas abuser par la magie de l’anneau de Gygès. Et cette magie lui est transmise par l’intermédiaire de la pierre du serpent, une gemme merveilleuse également décrite par Pline15, extraite du cerveau des serpents, et utilisée dans certains rituels alchimiques ou médicaux. Serpents et sorcières font bon ménage dans l’imaginaire grec, ou hellénistique, notamment dans le monde égyptien, dont provient aussi le Roman d’Alexandredu Pseudo-Callisthène16.

9Les Latins n’ont pas de terme spécifique pour désigner des yeux vairons, mais ils traduisent littéralement le terme grec en insistant sur la « duplicité » (au sens littéral) de ces yeux : duplices pupillas, pupillas binas, geminam pupillam, etc., en mentionnant toujours des sources grecques (Phylarque, Isogonos, Apollonide). Il ne faut évidemment pas comprendre deux iris pour le même œil, mais des yeux aux iris de couleur distincte.

  • 17 PLINE, Histoire naturelle, VII, 2, 8-9 : « (8) Dans la même Afrique sont, d’après Isigone et Nympho (...)
  • 18 PLINE, Histoire naturelle, VII, 2.10 (Ibid.).
  • 19 GAIUS JULIUS SOLINUS, Collectanea rerum memorabilium, 1.101, éd. Theodor Mommsen, Berlin : 1958 (2è (...)

10Pour ces Latins, les personnes aux yeux étranges et bigarrés sont toujours évoquées dans le même contexte de pratiques liées à la magie ou à la sorcellerie. Pline mentionne des peuples d'enchanteurs africains, scythes et illyriens ou pontiques, dotés de cette caractéristique17. Il y ajoute aussitôt une mention tirée de Cicéron, attribuant plus généralement la même spécificité aux « sorcières » : « toutes les femmes qui ont les pupilles doubles (duplices pupillas) nuisent par leur regard »18. Solin, reprenant sans doute l’idée à Pline, évoque aussi des sorcières aux yeux « doubles » leur permettant de lancer des sorts contre tous ceux qui ont eu la malchance de croiser leur chemin et de les irriter19.

  • 20 OVIDE, Amours, Livre I, élégie 8, vers 15. Le poème est centré autour des conseils d'une vieille fe (...)

11Dans la même veine, Ovide s’en prend vivement à l’entremetteuse-sorcière Dipsa : « Dans ses yeux brille une double prunelle (pupula duplex) d’où jaillissent à la fois des rayons de feu. ». Il dit aussi d’elle que « ses yeux […] pleuraient le vin »20. Dipsa est le modèle de toutes les entremetteuses médiévales dispensatrices de bons conseils, la Vieille du Roman de la Rose, la Trottecouvents de Juan Ruiz, et évidemment la Célestine. Elle est pourtant la seule de sa « lignée », à ma connaissance, à avoir ces yeux « doubles ».

  • 21 Éditions et traductions : Elizabeth Jeffreys et al.The Chronicle of John Malalas : A translation, (...)
  • 22 Jean ZONARAs, Histoire des Romains, Create Space, 2015.

12Alexandre et les sorcières ne sont pas les seuls personnages à être affublés d’étranges yeux vairons. L’empereur byzantin Anastase Ier (430-491-518) aurait eu la même caractéristique, selon Eustathe d’Épiphanie (v. 455-518/527), dont l’Épitomé chronologique est perdu, mais qui est cité par la Chronographia (Χρονογραφία) de Jean Malalas (v. 491-v. 578), lui-même contemporain de l’empereur (cf. livre XVI)21 ; ces yeux vairons sont aussi mentionnés plus tard par le théologien byzantin Jean Zonaras (v. 1074-apr. 1159) dans l’Épitomé historion22, et dans la Souda. Faut-il voir ici une mention « réaliste », ou un a priori négatif sur le basileus ?

13Si l’on en revient à l’image tardo-antique d’Alexandre, l’ensemble des éléments forgeant le mythe liant magie, serpents, et yeux vairons est en place : Alexandre est « construit » comme fils d’Ammon, séduisant Olympias sous la forme d’un serpent ; ou encore comme l’enfant du mage égyptien Nectanebo se faisant passer pour Ammon. Nectanebo est un magicien, et Olympias elle-même a une réputation de sorcière ; le serpent est omniprésent à la fois dans la conception et la petite enfance d’Alexandre (le songe de l’œuf dont émerge et où revient le serpent), et ce, dès Ératosthène. Alexandre tiendrait donc ses yeux vairons, ou « doubles », de cette hérédité diabolique lié à l’animal chtonien. Ils participeraient de son caractère à la fois merveilleux et inquiétant. Mais les Médiévaux ont-ils repris ces mythes ?

  • 23 Paul Faure, Alexandre, Paris : Fayard, 1985, p. 201.
  • 24 ALEXANDRE DE PARIS [DE BERNAY], Roman d’Alexandre, branche I, laisse 19, v. 429-433 : « Onques hom (...)
  • 25 Sur le personnage d’Alexandre dans la littérature médiévale, voir, entre autres, Laurence Harf-Lanc (...)

14Si les yeux vairons semblent toujours mentionnés dans les premières versions latines du roman23, en revanche on ne les retrouve pas dans les versions médiévales vernaculaires du Roman d’Alexandre (du moins, dans celle d’Alexandre de Paris ou de Bernay, ou dans le Libro de Alexandre castillan). Les étranges yeux d’Alexandre se trouvent comme transférés sur les couleurs bigarrées de son cheval, Bucéphale, né le même jour que lui24. Pourquoi cet effacement des yeux vairons du moins à partir des traductions et adaptations vernaculaires du roman ? Pour les auteurs médiévaux, les yeux « vairons », cette spécificité si rare, auraient pu être la marque de l’anormalité du conquérant, toute asymétrie étant un signe de dérèglement, voire de duplicité, héritage de sa bâtardise, ou plutôt de sa double origine, divine (ou magique) et humaine. Les yeux vairons étaient-ils trop perçus comme liés à la magie, et risquaient-ils de ternir l’image du héros chevaleresque des romans de l’épopée alexandrine ?25 il me semble donc peu probable que la dame anglaise de Canterbury ait ambitionné d’avoir des yeux vairons. Sans que l’on puisse totalement écarter cette interprétation, d’autres hypothèses sont cependant plus crédibles, à commencer par des yeux lumineux.

Des yeux « vairs » si brillants

  • 26 La discussion sur le sens de vair a été posée très tôt, notamment par Walter Clyde Curry, The Middl (...)

15Pour les spécialistes de la perception des couleurs au Moyen Âge, « vair » ne serait pas à proprement parler une teinte, mais plutôt une sensation de luminosité et de brillant, sans rapport avec une couleur26. Si la remarque est indéniablement juste pour les chevaux (ou d’autres animaux) au poil « vair », c’est-à-dire aux couleurs changeantes, très valorisés dans l’iconographie, qu’en est-il des yeux humains ? « Vair » ne serait-il en fait qu’une façon de désigner des yeux lumineux et brillants ?

  • 27 L’importance de la luminosité, de la brillance, dans tous les portraits antiques et médiévaux, a dé (...)
  • 28 Cité par Peter Dronke, Medieval Latin and the Rise of European Love-Lyric, 2 vols. Oxford : Oxford (...)
  • 29 François Spaltenstein, Commentaire des élégies de Maximien, Rome : Institut Suisse, 1983, p. 294-29 (...)

16La tradition rhétorique du portrait, tant antique que médiévale, met en avant la luminosité des yeux27, un vieux stéréotype présent par exemple chez Ovide, ou chez Claudien, poète de la fin du IVe siècle, dans l’épithalame pour le mariage d’Honorius et Marie, évoquant des flammes moins brillantes que les yeux de la dame28 ; ou encore chez Maximianus, au VIe siècle de notre ère, décrivant Vénus29.

  • 30 Mathieu de Vendôme, Ars Versificatoria, trad. anglaise Aubrey E. Galyon, Ames : Iowa U.P., 1980, p. (...)
  • 31 Cité en anglais par Peter Dronke, Medieval Latin and the Rise of European Love-Lyric, 2 vols. Oxfor (...)
  • 32 Vers 965, Léopold Constan (éd.), Le Roman de Thèbes, Paris : Librairie Firmin Didot et Cie, Société (...)
  • 33 Anne Paupert-Bouchez, « Blanc, Rouge, or et vert : les couleurs de la merveille dans les Lais », da (...)
  • 34 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte de Graal, éd. Jean Dufournet, Paris : Flammarion, 1997, ve (...)

17Le Moyen Âge s’inscrit totalement dans cette tradition rhétorique antique. Ainsi, dans son Ars versificatoria, Matthieu de Vendôme trace un portrait d’Hélène de Troie aux yeux étincelants comme des étoiles30. La chanson Estas in exilium des Carmina Burana évoque, à propos d’une jeune fille, « la lumière dorée de ses yeux »31. Lorsque l’on passe du latin à la langue vernaculaire, les yeux lumineux sont désignés par l’adjectif « vair » ; dans nombre de romans courtois, les belles dames ou demoiselles sont caractérisées par ces yeux « vairs ». Ainsi, dans le Roman de Thèbes, au XIIe siècle, les filles du roi Adraste ont des yeux « vairs » : « les ueux ont vairs et amoros »32. Il en va de même pour quatre des héroïnes des lais de Marie de France : la demoiselle féérique de Lanval, les héroïnes humaines de Guigemar et d’Equitan, la femme de Mélion33. Blanchefleur, dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, présente les mêmes yeux : « An la teste furent li oel / Riant et vair, cler et fandu »34.

  • 35 Je ne reprendrai pas ici toutes les références, facilement accessibles sur la base atilf.fr, au lem (...)
  • 36 Un seul exemple suffira, d’autant qu’ici le poète accumule l’ensemble des qualificatifs élogieux : (...)

18Il en va de même pour les auteurs du bas Moyen Âge, tels que Jean Froissart et Guillaume de Machaut. Pas moins d’une dizaine de références du Dictionnaire du Moyen Français (entre le XIVe et le XVe siècle) y sont données à des yeux « vairs », définis comme « clairs et vifs, aux reflets changeants, brillants »35. Le terme de « vair » est souvent associé, par les deux poètes, à d’autres qualificatifs valorisants : « clairs », « riants » « gais », « attrayants », « doux » etc.36 Et bien entendu, la dame qui en est dotée fait bel et bon accueil à l’amant ou au poète. L’œil vair, ou le vair œil en arrive même à désigner, chez les mêmes auteurs, par métonymie, une femme irradiant de lumière, comme si toute la luminosité des yeux était transférée de ceux-ci à l’ensemble de sa personne.

  • 37 Cité en anglais par Peter Dronke, Medieval Latin and the Rise of European Love-Lyric, 2 vols. Oxfor (...)

19En Espagne, les yeux brillants sont légion ! Un manuscrit latin venant du monastère de Ripoll et daté du XIIe siècle proclame que « l’orbe brûlant et brillant de ses yeux montre la radiance des anges et manifeste que cette jeune fille appartient au ciel »37.

  • 38 Voir, par exemple, Linda Fish Compton, Andalusian Lyrical Poetry and Old Spanish Love Song, New Yor (...)
  • 39 Manuel Alvar, Poesía tradicional de los Judíos españoles, Mexico D. F. : Porrua, 1966, p. 174-175.
  • 40 Références dans Arie Schippers, Spanish Hebrew Poetry and the arabic Litterary Tradition. Arabic Th (...)

20On retrouve la même métaphore lumineuse en Espagne dans les poèmes mozarabes appelés kharajāt (kharja au singulier, littéralement « sortie ») des XIe et XIIe siècles, en arabe populaire, voire en romance, et dans la poésie arabe des muwashshaḥāt, qui insistent eux aussi sur le brillant humide de larmes des yeux de la belle dame… ou du beau jeune homme, cette poésie présentant souvent une certain ambiguïté sexuelle38. On trouve aussi mention, dans un poème sépharade de mariage, sans doute postérieur à 1492 (il serait originaire de Salonique, Tanger ou Tétouan), la mention de ojos hermosos como antojos de cristal39. La poésie arabe ou juive andalouse insiste aussi sur la dangerosité de ces yeux languides, dont les pupilles brillantes sont comme des lances qui transpercent le cœur de l’amant avant de le capturer40.

  • 41 Cité dans José María Viña de Liste (éd.), Textos medievales de caballerías, Madrid : Catedra, Letra (...)
  • 42 Luis Ramírez de Lucena, Repetición de Amores y arte de ajedrez, intro. et éd. par José María de Cos (...)

21La « tradition » des yeux brillants se poursuit pendant tout le Moyen Âge ibérique ; ainsi, dans le Tristán de Leonis ou Tristán castellano, dont la première adaptation en castillan doit dater des années 1299-1325, la belle et blonde Iseo bénéficie d’une longue description, portrait auquel ne manquent pas los ojos a modo de dos resplandecientes estrellas41. Dans la Repetición de Amores de Luis Ramírez de Lucena (v. 1497), un texte à la tonalité parodique et misogyne, le narrateur décrit sa rencontre avec une très jeune fille de moins de seize ans, en évoquant, entre autres éléments de sa beauté : los ojos de tanto resplandor parescian que empedían la vista como el sol, des yeux lumineux qui peuvent aussi bien tuer que rendre la vie à l’amoureux42. Inutile de multiplier plus avant les exemples, tant ils sont topiques.

  • 43 Alonso Martínez de Toledo, Arcipreste de Talavera o Corbacho, éd. Joaquín GonzÁlez Muela, Madrid : (...)
  • 44 François Villon, Les Regrets de la belle Heaulmière, dans Poésies complètes, éd. Claude Thiry, Pari (...)

22À l’inverse de ces yeux brillants de vitalité, la femme laide – souvent âgée – est dévalorisée par des yeux éteints, mornes, sans éclat, comme ces ojos somidos (yeux endormis) évoqués par le traité misogyne d’Alonso Martínez de Toledo, El Corbacho (1438), lorsqu’il décrit Pauvreté comme une femme laide et décrépite43. On trouve les mêmes valences chez François Villon, dans le portrait de la Belle Heaulmière, devenue âgée, qui évoque des « yeulx estainctz », ayant perdu leur brillant44.

  • 45 La bien-aimée a des yeux comme des colombes (verset 1,15, répété en 4, 1) ; Salomon n’écrit pas qu’ (...)

23Enfin, la luminosité de l’œil, son brillant, son acuité, sont également décrits de façon métaphorique par la comparaison entre l’œil de l’individu et celui d’un oiseau, voire l’oiseau lui-même. Il pourrait s’agir d’une tradition remontant au Cantique des cantiques45. Ces yeux-oiseaux sont fréquents dans la littérature ibérique et occidentale, en général.

  • 46 Cantiga de Santa María n° 146, (vers 96-99). En ligne : http://www.cantigasdesantamaria.com/csm/146(...)
  • 47 GUILLAUME DE LORRIS et JEAN DE MEUN, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel, Paris : Librairie Gén (...)
  • 48 « Et s'a les yeux plus vairs que chil de nul faucon / Et les cheviaux plus ghaunes que penne de pao (...)
  • 49 La pierre appelée « œil de faucon », variété de quartz, présente quant à elle un mélange de gris, d (...)
  • 50 « Car elle avoit moult gracieus attrait / Et le maintien humble, dous et parfait, / Et cheveus blon (...)

24La Cantiga 146 relate la mésaventure d’un jeune pèlerin, victime de brigands qui lui coupent les mains et lui crèvent les yeux. Lorsque le pauvre estropié repart de nouveau en pèlerinage, pour demander à la Vierge son aide, sa mère, désespérée, prie celle-ci d’intervenir, et la Miséricordieuse restaure le corps du jeune homme, lui donnant des yeux de perdrix : « Madre de Déus Emanüél / fez-ll' ollos come de perdiz / pequenos a aquel donzél / mui fremosos »46. Alphonse X donne donc trois éléments identifiants : la forme (petits), la beauté (fremosos = hermosos), la similitude animalière. La comparaison entre les yeux « vairs » et l’oisellerie est toujours très présente au Moyen Âge central : ainsi, dans le Roman de la Rose, dame Oiseuse, la belle portière du Jardin de Déduit, a « les yauz vairs com .i. faucons » (vers 533)47. Dans la version remaniée en alexandrins de Florence de Rome (entre 1330 et la fin du siècle), l’héroïne est aussi décrite avec des yeux plus « vairs que ceux d’un faucon »48. Or le faucon n’a pas les yeux verts, mais d’un jaune orangé soutenu, comme souvent chez les rapaces49. La comparaison semble être devenue topique, car on la retrouve à l’identique chez Guillaume de Machaut, vers 134050. On peut donc en conclure, sans trop de risques, que le terme de « vair » renvoie ici à la luminosité des yeux et aussi à leur acuité visuelle optimale.

  • 51 La dama y el pastor (1421 pour la version primitive, remaniée ultérieurement), cité dans Colin C. S (...)

25De même, dans une ballade du début du XVe siècle, consacrée à la rencontre entre une dame et un berger réticent à ses avances, celle-ci se décrit elle-même au pastorcillo pour lui démontrer qu’il est incapable de comprendre et de saisir sa beauté ; et dans le blason de son corps, elle n’oublie pas de mentionner los [sus] ojos de un esparver51.

  • 52 Cités par Antonio SÁnchez Romeraldo, El villancico. Estudios sobre la lírica popular en los siglos  (...)

26Enfin, dans les villancicos de la fin du XVe siècle, on voit aussi mentionnés des ojos de garza (héron) répondant à cette association œil-oiseau tout à fait symbolique52.Le lexique aviaire des yeux mériterait d’être creusé dans sa variété : colombes, perdrix, éperviers, héron, mais aussi faucons, en association avec les yeux « vairs ». Il s’agit donc pour l’essentiel d’oiseaux de proie, signifiants de la capture que ces yeux féminins produisent sur celui qui les contemple, dans une forme de chasse amoureuse symbolique ; cependant, les yeux-colombes du Cantique des cantiques appartiennent a priori à un autre registre, bien éloigné de la chasse.

  • 53 Perceval, vers 4547-4569. Ou Conte du Graal (Perceval) vers 4590-4613 pour l’ensemble du portrait d (...)
  • 54 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Paris : Firmin-Didot (...)

27Quoi qu’il en soit, l’animalisation des yeux par la similitude avec l’oiseau est valorisée, à la différence d’autres animalisations oculaires dépréciatives, comme la Demoiselle Hideuse du Conte du Graal de Chrétien de Troyes, dont les yeux trop petits sont comparés à ceux d’un rat : « Si oel estoient con dui croit, / petit ausi come de rat »53. De même, dans la Sote chançon en balade d’une vieille merveilleuse, Eustache Deschamps décrit une vieille hideuse à grands coups de comparaisons animalières, dont des « oeulx de torel »54. L’animalisation n’est évidemment pas de même nature entre l’œil de l’oiseau – pourtant petit – animal céleste, l’œil d’un terne bovidé, qui plus est réputé pour sa violence, et l’œil du rat, animal dévalorisé, rongeur dévastant les réserves des hommes, porteur et vecteur de maladies etc. Les poètes font donc des choix signifiants à l’heure d’animaliser l’œil humain afin de le parer de valences positives ou négatives, parfaitement claires aux yeux de leurs lecteurs.

Vair et vert

  • 55 Les yeux verts ne sont présents que chez 2% de la population mondiale. Ils sont plus communs en Eur (...)

28Le traducteur castillan de l’exemplum de Canterbury ne se contente pas d’évoquer des yeux « variés », il ajoute l’adjectif verde, sans ambiguïté aucune. Il nous reste donc à comprendre quelle peut-être la valeur de cette couleur dans l’esthétique médiévale des yeux, alors que, dans les faits, il s’agit des yeux les plus rares, dans la population mondiale actuelle55.

  • 56 Nous avons analysé, pour mener à bien cette comparaison, deux textes ibériques : Seudo Aristoteles, (...)

29Dans la physiognomonie grecque, arabe ou latine56, les yeux verts sont ignorés ; seule une nuance voisine, le bleu clair (lividi, zarcos) est évoqué, et il est particulièrement dévalorisé, signalant un individu envieux, impudent, paresseux, infidèle, désobéissant, sujet à la colère, sans pitié, et à qui il est impossible de faire confiance ; de même, celui qui a des yeux d’un bleu turquoise ou améthyste, mais tachetés de blanc, de noir, ou de taches rouges (ou jaunes) autour de la pupille, présente la pire des complexions, il est pernicieux, c’est l’homme le plus abject ; en revanche, des yeux d’un bleu foncé tirant vers le noir (declinantes ad caelestem colorem vel nigredinem / negros) sont au contraire la marque d’un homme intelligent, doté d’un esprit vif et pénétrant, ami fidèle, éveillé et vigilant, circonspect, prudent dans ses jugements. Rien n’est dit en revanche des yeux verts à proprement parler.

  • 57 Cf. chap. V « Des proprietez des yeulx », chap. VI « De l’üeil », chap. VII « Des proprietez de la (...)

30À la suite des naturalistes antiques, les encyclopédistes médiévaux ont prêté une grande attention à la nature de la vue, aux propriétés des yeux, mais aussi à leur couleur. Dans son De proprietatibus rerum  écrit vers 1247, le Franciscain Barthélémy l’Anglais (m. 1272) consacre plusieurs chapitres aux yeux ; dans la traduction française réalisée par Jean Corbechon pour Charles V en 1372, il s’agit du Livre V sur le corps de l’homme57. Sans aller jusqu’à attribuer aux couleurs des yeux des significations tempéramentales, Barthélémy évoque les diverses couleurs des yeux, et leur origine :

(65rb) Derechief, on congnoist l’ueil a sa couleur et selon ce que dit Aristote au XIXe livre des Bestes, les yeux sont vers ou commencement de leur generation et puis se muent en noir et apres en bleu ou en aultre couleur selon la disposicion de la matiere. Car se il a en l’ueil moult de humeur et pou d’esperit la couleur se mue en noir et se il a pou d’esp[r]it et pou de humeur la couleur de l’ueil deuient blanche car selon ce que dit Aristote la blancheur des yeux argue foiblece de vertu et se l’[h]umeur est moienne et l’esperit attrempe la couleur des yeulx ne sera ne blanche ne noire maiz sera (65va) moyenne.
Les yeux noirs sont de jour de veue moult ague pour l’umeur et la lumiere qui sont assemblez en l’ueil, maiz de nuit ilz ont mauuaise veue car la lumiere de la nuyt est foible et l’umeur naturele est forte a mouuoir, ce dit Aristote. E l’oeiel blanc ou bleu est de foible veue de jour, et de nuyt il est de forte matiere car la matiere du blanc oeil si est clere et luisant et la lumiere du jour est clere et ces deux clartez mises ensemble sont cause de espartir la veue et de la affoiblir, maiz de nuit l’esperit visible est recueilli dedens l’ueil et la clarté qui est dedens l’umeur est retenue et puet par sa lumiere causer la veue si comme il appert des yeulx des chas qui voient de nuyt.

31Barthélémy n’offre pas ici de jugement de valeur esthétique sur la couleur des yeux, mais seulement sur leur performance visuelle en fonction de leur couleur : les yeux noirs voient mieux durant la journée et mal la nuit, les yeux clairs voient mieux de nuit et moins bien de jour. Mais comment comprendre « l’œil blanc » ? Entend-t-il par-là un œil particulièrement clair ? Doit-on comprendre des yeux verts, comme ceux des chats qu’il évoque ensuite ?

  • 58 Michel Salvat, « Le traité des couleurs de Barthélemi L'Anglais (XIIIe siècle) », in : Les Couleurs (...)

32Barthélémy l’Anglais consacre également un livre entier (le XIXème) aux couleurs (naturelles ou créées par l’homme, « faintes »), aux odeurs, aux saveurs et enfin aux liquides. Les trente-sept premiers chapitres constituent un véritable « traité des couleurs », selon l’expression de Michel Salvat58. Le 10ème et dernier chapitre de la première partie est plus spécifiquement consacré aux couleurs des yeux et des ongles (sic).

(375a) On doit aussi considerer la couleur des yeulx qui est noire, ou palle, ou vere, ou perse, et ceste diversité vient de la clarté ou de l’obscurté de l’esperit visible, ou par l’umeur cristaline de l’ueil qui est trop petite ou trop parfonde, ou par superfluité de humeur blanche, ou par indigence de l’umeur des coctes qui sont sus la prunelle de l’ueil. Car se il y a pou de humeur cristaline, ou se elle est trop perfonde, et l’umeur blanche fault ou est troublee, et l’umeur de la cocte noire qui est sus la prunelle est plus forte que les autres, les yeux seront de noire couleur ; et se les causes sont au contraire, les yeux sont palles ; les autres deux couleurs viennent de la meslee des humeurs devant (375b) dictes, si comme nous avons dit cy devant ou traitié des yeulx.

  • 59 Pers (prononcé /pɛʁ/) est un vieux mot français synonyme de bleu-vert ou glauque (du grec Glaukopis(...)
  • 60 À la naissance, les yeux des enfants d’origine européenne sont bleus plutôt que verts (couleur du f (...)

33Barthélémy l’Anglais offre donc une approche théorique de la couleur de l’œil, même si au final, on a un peu de mal à distinguer ce qui relève du noir, du pâle, du vert et du pers (bleu)59. Par « pâle » faut-il comprendre un marron-châtain plus atténué que le noir classique, ou bien des yeux presque blancs ? Quoi qu’il en soit, il évoque bien la couleur verte, soit comme la couleur initiale des yeux avant leur évolution60, soit comme une résultante du mélange des humeurs, qu’il ne valorise ni ne dévalorise, ni sur le plan fonctionnel, ni sur le plan esthétique.

  • 61 Geoffrey de Vinsauf, Poetria nova, trad. anglaise par Margaret F. Nims, Toronto : Pontificial Insti (...)
  • 62 Miracle de la nonne qui laissa son abbaie, in Gaston Paris et Ulysse Robert, Miracles de Nostre (...)
  • 63 « La belle foussette au menton, / Les yeulx verds. » ; « Vela ses sourcilz aussi noirs / Et vela se (...)

34Les yeux verts sont-ils présents dans la littérature médiévale ? Le problème est qu’il est parfois difficile de distinguer, au moins en vieux français, ce qui relève du vert (couleur) et du « vair » (nuance lumineuse). La question peut se poser lorsque le terme est orthographié « ver », « vert » ou encore « viers ». Certes, l’orthographe médiévale reste floue et variable, mais il pourrait ici s’agir de toute autre chose que le « vair » lumineux antérieur. Les yeux verts à proprement parler ne sont pas totalement ignorés, y compris des rhétoriqueurs latins. Geoffroy de Vinsauf, contemporain de Mathieu de Vendôme et lui aussi auteur de plusieurs traités rhétoriques, valorise certains yeux clairs, mais plutôt verts que bleus. Ainsi, dans la Poetria nova, la belle dame est décrite avec des yeux d’émeraude brillants comme des étoiles, c’est-à-dire verts et lumineux : « […] radient utrimque gemelli / Luce smaragdina vel sideris instar ocelli »61. Les occurrences d’yeux verts sont cependant assez rares. On trouve ainsi : « La belle qui tant a ver oeil / M’a fait present de son gent corps », dans un miracle théâtral de 134562 ; ou dans une autre pièce plus tardive (1488) la mention, par deux fois, d’yeux verds ou vers63. Il pourrait bien ici s’agir de la couleur verte et non pas du « vair » lumière.

  • 64 Fernando de Rojas, La Celestina. Comedia o tragicomedia de Calisto y Melibea, éd. Peter R. Russell, (...)
  • 65 Cités par Antonio SÁnchez Romeraldo, El villancico. Estudios sobre la lírica popular en los siglos  (...)

35De même, la littérature ibérique évoque à la fin du XVe siècle quelques belles dames aux yeux verts (verdes), sans ambiguïté. Ainsi, dans la Célestine de Fernando de Rojas (1499), la belle Melibea est caractérisée, entre autres traits physiques, par ses yeux verts : los ojos, verdes, rasgados, las pestañas, luengas64. Dans les villancicos de la fin du XVe siècle, les yeux clairs apparaissent de plus en plus souvent : ojos claros, associés aussi aux ojos verdes65. Il semble donc que les yeux verts connaissent un certain succès à la fin du Moyen Âge.

  • 66 Fernando del Pulgar, Claros varones de Castilla, éd. Jesús DomÍnguez Bordona, Madrid : Espasa Calpe (...)
  • 67 Portrait anonyme de la reine Isabelle la Catholique, vers 1490. Musée du Prado https://fr.wikipedia (...)
  • 68 JUAN DE FLANDRES, Isabelle la Catholique, vers 1500-1504, Madrid : Palacio Real. https://commons.wi (...)

36Une mention particulièrement intéressante doit être relevée dans la vingtaine de portraits que Fernando del Pulgar consacre aux Claros varones de Castilla, dans le dernier quart du XVe siècle, dédiés à la reine Isabelle. Si la forme du corps, de la tête, la couleur des cheveux, voire un défaut de langue (zézaiement) sont assez fréquemment mentionnés, seuls six mentionnent les yeux dans la partie liminaire consacrée au portrait physique, et sur ce chiffre, seuls trois évoquent réellement la couleur de ces yeux66. Le plus intéressant est, indéniablement, le portrait d’Isabelle elle-même, que le poète dote d’yeux verts : « los ojos entre verdes e azules, el mirar gracioso e honesto ». Il ne s’agit pas d’yeux vairons, mais d’une couleur miroitante et ambivalente, et Fernando del Pulgar survalorise ce regard par la suite de la phrase. Les portraits peints rendent-ils « justice » à cette description littéraire ? On note bien, en effet, des yeux relativement clairs, d’un bleu-gris, dans un portrait anonyme de la reine, vers 149067, ou surtout celui que lui consacre Juan de Flandres, peu de temps avant sa mort (1500-1504)68. Dans d’autres portraits contemporains, en revanche, la reine semble avoir des yeux sombres, entre marrons et noirs : maladresse du peintre, noircissement de la peinture dû au temps ? La reine Isabelle avait-elle vraiment les yeux verts, ou est-ce que la mention de Pulgar et les deux portraits picturaux correspondent à une forme de nouvelle « mode » esthétique ?

Conclusions

37Que désirait la dame anglaise des miracles de Thomas Becket ? À première vue – si l’on peut dire ! – ces yeux « variés » étaient l’objet de sa convoitise, parce qu’ils auraient correspondu à un canon de beauté désirable : varios oculos habere ob lasciviam et majorem pulchritudinem affectabat chez Jacques de Voragine, ou cobdiciava aver los ojos verdes e varios por ser mas fermosa dans le Libro de los Exemplos por A.B.C. Mais en quoi des yeux vairons, variés et/ou verts auraient-ils ajouté à la « beauté » de la dame ? Cela signifierait qu’ils répondaient à un critère esthétique à la mode, au moins du XIIIe au XVe siècle.

38Il me semble que l’on peut écarter les yeux vairons, au sens actuel ; tout laisse penser qu’ils ne sont guère prisés, en dépit du précédent d’Alexandre, au point que cette mention disparaît des récits vernaculaires sur le conquérant. La dissymétrie chromatique heurte les mentalités médiévales, attachées à l’harmonie. Elle paraît être liée à l’anormalité, à la magie, et au moins à l’hubris et à la démesure d’Alexandre. On pourrait cependant comprendre que le désir de la dame relève d’une forme de démesure, se manifestant dans cette inconscience blasphématoire. Mais peut-être est-ce aller trop loin dans l’analyse de ce récit, et vaut-il mieux comprendre le varios oculos latin comme tous les autres yeux « vairs » médiévaux, c’est-à-dire brillants, avant tout. Notre élégante anglaise ne souhaitait probablement pas se retrouver avec deux yeux de couleur distincte, mais obtenir des yeux correspondant aux critères esthétiques de son temps : brillants, lumineux, et pénétrants. Le must en matière de séduction médiévale ! Ou bien souhaitait-elle obtenir des yeux à la fois lumineux et verts, du moins dans un contexte ibérique qui semble de plus en plus favorable à cette gamme chromatique, comme en témoigne l’exemple d’Isabelle chez Pulgar.

  • 69 Voir par exemple Jean-Louis Flandrin, « Soins de beauté et recueils de secrets », dans Les soins de (...)

39Mais il faut aussi revenir au contexte narratif de l’épisode, et à sa morale (châtiment d’une demande inconsidérée), au-delà de la compréhension du terme varios. Ici, seul Jacques de Voragine adjoint au péché de convoitise celui de la luxure (ob lasciviam), mais tous les prédicateurs médiévaux associent clairement la beauté et les soins de beauté à la volonté de pécher lascivement – et au sein, en outre, d’une relation adultère69 –. Vouloir des yeux d’une autre couleur que celle que la nature et surtout Dieu vous ont donné est non seulement lié au désir de plaire à un amant, mais c’est un véritable blasphème, puisqu’il s’agit d’une critique de l’œuvre de Dieu. Changer la couleur de ses cheveux, la forme de ses seins, de ses hanches, la texture de sa peau, tout cela relève du même registre : dénaturer l’œuvre d’art qu’est la création divine. Mais en outre, si les autres artifices relevant de l’ornatus et du paratus peuvent être obtenus par des moyens humains, peccamineux mais humains (fards, onguents, teintures, blanchiment de la peau et des dents, maquillage), en revanche, on ne peut changer la couleur de ses iris sans intervention magique ou divine ; seule l’application de khôl permet de les noircir, mais il n’existe aucun moyen pour les rendre plus clairs. Il n’y a pas de lentilles de contact au Moyen Âge ! C’est donc demander à Dieu de refaire lui-même son œuvre, nouveau blasphème renforçant le premier. Il est donc logique que la requérante soit aussitôt punie par là où elle a péché, par les yeux. Il n’est pas impossible que dans l’esprit des auteurs et adaptateurs du miracle-exemplum, les yeux vairons restent associés – comme dans l’antiquité – à la magie et à des pratiques encore plus blasphématoires qu’à première lecture. Ce serait donc ces yeux de sorcières qui seraient visés, au-delà d’un simple critère esthétique. Mais on peut, alors, se demander pourquoi Dieu fait preuve d’une telle mansuétude vis-à-vis de cette pècheresse ? Car si chaque prédicateur développant cet exemple insiste sur la difficulté à obtenir la grâce et la rédemption (l’annulation de la cécité), au final, Dieu se montre bien clément – par l’entremise de son saint – en rendant la vue à la coquette.

Haut de page

Notes

1 John Esten Keller (éd.), Libro de los Exemplos por A.B.C., Madrid : Clásicos Hispánicos, C.S.I.C., 1961, 371 (315), p. 286, titre : Pulchritudinem affectare vanisimum est. Cobdiciar fermosura es cosa muy vana / Quien desto enferma, tarde sana.. Le récit apparaît aussi dans la version catalane : Jacinto Verdaguer (éd.), Recull de eximplis e miracles, gestes et faules e alters ligendes ordenades per A.B.C. tretes de un manuscript en pergami del comencament del segle XV, Barcelone : A. Verdaguer, 1881, p. 114.

2 Selon la base ThEMA, on le trouve dans les Vitae Patrum [Patrologie latine 73, 862, 114 et 74, 148, 254, 870] ; dans le Tractatus... d’Étienne de Bourbon, cf. Albert Lecoy de La Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Etienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle. Paris : Renouard, 1877, 248, 500 ; dans le Speculum laicorum du XIIIe siècle, n° 546 ; chez Iacobus de Cessolis, Liber de moribus hominum ac officiis nobilium sive super ludo scacorum [éd. E. Koepke, Jahresbericht der Mitteilungen aus den Handschriften der Ritter-Akademie zu Brandenburg, II, Brandenburg, 1879], III, 3 ; chez Domenico Calvalca, Racconti esemplari di predicatori del Due e Trecento, éd. Varanini Baldassari, Rome : Salerno Editrice, 1993 p. 52 [§ 4], et Domenico Cavalca, Medicina del cuore, ovvero trattato della pazienza. Milan : Giovanni Silvestri. 1838, II, 12 ; chez Guillelmus Peraldus, Summa de virtutibus et viciis (Summa virtutum ac vitiorum) [Venetiis, 1571], II, III, 3, 4, 63-64 ; chez Servasanctus de Faventia, Summa de penitentia [Firenze, Bibl. naz., G. Vi. 773], c. 26rº ; 229vº-230r ; dans le Magnum speculum exemplorum, éd. J. Major, Douai, 1611, IX, 23, etc.

3 Frederic C. Tubach, Index exemplorum. A Handbook of medieval religious tales. Helsinki : Suomalainen Tiedeakatemia (Academia Scientiarum Fennica) / Bookstore Tiedekirja, 1969 : #1951 : Eyes, prayer for alluring. At Becket’s tomb, a woman falls on her knees and prays for more alluring eyes; she rises blind. Enx (G) # 315; H404 # 546, H677 # 11; Migne, CXC, col. 232 ; Stith Thompson, Motif-Index of Folk-Literature. A classification of narrative elements in folktales, ballads, myths, fables, mediaeval romances, exempla, fabliaux, jest-books and local legends. Revised and enlarged edition, Indiana : Indiana University Press, 1966-1975, Q571: Q578.

4 André Pézard, « Courroux de belles dames ou la fable du sage qui se creva les yeux », Studi danteschi, XXXVIII, 1961, p. 1-46.

5 Texte latin : Jacobi a Voragine Legenda aurea vulgo Historia Lombardica dicta. Ad optimorum librorum fidem recensuit Dr. Th. Graesse. Vratislava : apud Guilelmum Koebner, 1890 (3e éd.), x + 958 p., chap. XI, p. 66-69, extrait p. 69 (§ 3). Voragine s’inspire directement de la Vita sancti Thomae Cantuariensis, éd. Patrologie latine 190, 232.

6 « Certaine dame anglaise qui, par coquetterie et pour devenir plus belle, souhaitait d’avoir les yeux noirs, avait fait vœu, à cette intention, de visiter pieds nus le tombeau de saint Thomas. Or quand, après s’être prosternée en prière, elle se releva, elle s’aperçut qu’elle était devenue complètement aveugle. Aussitôt, pleine de repentir, elle supplia saint Thomas non plus de lui donner des yeux noirs mais de lui rendre ses yeux. Et elle finit par l’obtenir, dit-on, mais à grand peine » Jacques de VORAGINE, La Légende dorée, traduction par T. de Wyzewa, Paris : Perrin et Cie, 1910, p. 61-64, § IV.
https://fr.wikisource.org/wiki/La_L%C3%A9gende_dor%C3%A9e/Saint_Thomas_de_Cantorb%C3%A9ry

7 « Par coquetterie et afin de paraître plus belle, une dame d’Angleterre désirait avoir des yeux vairons et pour cela elle vint, après en avoir fait le vœu, nu-pieds au tombeau de saint Thomas. En se levant après sa prière, elle se trouva tout à fait aveugle ; elle se repentit alors et commença à prier saint Thomas de lui rendre au moins les yeux tels qu’elle les avait, sans parler d’yeux vairons, et ce fut à peine si elle put l’obtenir ». Jacques de VORAGINE, La Légende Dorée, trad. J.-B.M. Roze, Paris : GF Flammarion, 1967, 2 vol. t. I, p. 94 (p. 92-95 pour l’ensemble de la vie du saint) ; voir aussi la trad. sous la direction d’Alain Bourreau : A. Bourreau, La Légende Dorée, Paris : Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2004.

8 Je ne reviendrai pas ici sur le sens de « vair » dans l’héraldique médiévale, désignant une « fourrure » alternant des cloches d’azur et des pots d’argent, inspirée de la fourrure des écureuils petit-gris, présentant une alternance de dos gris et de ventres blancs (d’où la fameuse pantoufle de vair). Cf. Robert DelortLes animaux en Occident du xe au xvie siècle, chapitre Connaissance et imaginaire, également dans Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, 1984. Volume 15, p. 11-45.

9 Le travail de repérage des yeux dans la littérature ibérique doit beaucoup à la thèse de Claudio Da Soller, The beautiful Woman in Medieval Iberia : Rhetoric, Cosmetic and Evolution, Ph. D soutenu à l’U. de Missouri-Columbia, sous la direction du Dr. John Zemke, en juillet 2005. Je ne partage cependant pas ses analyses, d’autant que l’auteur ignore le rapport entre esthétique et physiognomonie ; j’ai aussi ajouté nombre de références personnelles, et les aspects iconographiques absents de cette thèse.

10 Selon le Dictionnaire du Moyen Français, en ligne, le terme de « vairon » apparaît bien au Moyen Âge, mais seulement pour désigner le petit poisson de rivière tacheté, aux couleurs variées, et non sous une forme adjectivée pour désigner la couleur des yeux.

11 Sur les yeux d’Alexandre et les yeux vairons « magiques » dans l’antiquité, voir un site assez bien informé : http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=38&t=28932

12 Cité notamment par Corinne Jouanno, « De la Vie d’Alexandre (Plutarque) au Roman d’Alexandre (Anonyme) [Pseudo-Callisthène] ; réflexions sur la personne du héros », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2009, p. 98-119, voir p. 103. Plutarque, en revanche, évoquait seulement la « fluidité de son regard ».

13 « [Les yeux] qui, par la vivacité de leur mouvement, semblent toujours prêts à sortir de leurs orbes, sont assez désavantageux, à moins qu’ils ne soient assez grands, humides et très éclatants, car ils marquent un homme magnifique dans son extérieur, grand dans les sentiments, capable de concevoir et d’exécuter les projets les plus hardis ; également extraordinaire pour la grandeur d’âme et pour l’audace, mais intempérant, colérique, plein de faste et de vanité ; en un mot, plus avide de gloire que ne l’est le commun des hommes. Tel était Alexandre de Macédoine. »

14 PTOLEMEE CHENNOS (ou Héphaistion), Histoire nouvelle, livre VI, in : Photios, Bibliothèque, notice 190. L’auteur était un mythographe grec, originaire d’Alexandrie selon la Souda, vivant à l’époque des empereurs Trajan et Hadrien (fin Ier – début IIe siècle). La Souda attribue à Ptolémée Chennos plusieurs œuvres, dont les Histoires étonnantes ; Le Sphinx, un drame historique ; et Anthomeros, un poème en 24 chants. Ces textes sont aujourd'hui perdus. Il s’agit probablement du même auteur que le Ptolémée Héphaistion évoqué par Photios pour sa Nouvelle histoire, un ouvrage d’érudition en six livres, consacré à des légendes de la mythologie grecque qui sont mêlées à des anecdotes historiques (peut-être les Histoires étonnantes citées par la Souda). Gygès est le berger de Lydie dont l’anneau d’or, trouvé sur le squelette d’un géant, lui-même enfermé dans une statue de cheval en bronze, lui permettait de se rendre invisible à tous. Il complota avec la reine la mort du roi, puis l’épousa. Texte sur http://remacle.org/bloodwolf/erudits/photius/ptolemee.htm#_ftnref12 Cette version de l’anneau de Gygès apparaît déjà chez Platon. Hérodote donne cependant une toute autre version du meurtre de Candaule par la reine et par Gygès, officier de sa garde, qu’il dit lui-même tirer d’Archiloque de Paros.

15 PLINE, Histoire naturelle, XXXVII, 57.1 repris par Solin, 31. Les pouvoirs de la pierre de serpent sont aussi mentionnés dans le quatrième livre des Cyranides par exemple, sous le nom d’Hydre.

16 Autre exemple de ce lien entre hétérochromie et magie, une série de papyrus publiée et étudiées par A. Z. Bryen et A. Wypustek, « Gemellus Evil Eeyes (P. Much. VI 423-424) », Roman and Byzantine Studies 49 (4), 2009, p. 535-555. Ces papyrus se réfèrent à une affaire judiciaire, à la fin du IIe siècle après J.-C. Un homme, étonnamment appelé Gemellus, perd un œil à la suite d’une maladie, ou plutôt l’une de ses cornées devient opaque. Ses yeux sont donc désormais de couleur distincte (hétérochromie accidentelle, comme celle des yeux de David Bowie). Deux de ses voisins interprètent cette hétérochromie comme un signe de magie maléfique, et accusent Gemellus de chercher à leur nuire par magie. Depuis lors, ils n’ont de cesse de se venger de lui.

17 PLINE, Histoire naturelle, VII, 2, 8-9 : « (8) Dans la même Afrique sont, d’après Isigone et Nymphodore, des familles de fascinateurs qui, par la vertu de paroles enchantées, font périr les troupeaux, sécher les arbres, et mourir les enfants. Isigone ajoute que chez les Triballes et les Illyriens il y a des individus de même espèce qui fascinent par leurs regards, et donnent la mort à ceux sur lesquels ils fixent longtemps leurs yeux, surtout leurs yeux courroucés ; les adultes ressentent plus facilement leur influence funeste. Il est remarquable qu'ils ont des (deux ?) pupilles à chaque œil. Apollonides dit qu'il y a en Scythie des femmes de cette espèce, qu’on appelle Bithyes. (9) Phylarque place dans le Pont les Thibiens et beaucoup d'autres de même espèce, qu’on reconnaît, dit-il, parce qu’ils ont dans un œil une pupille double, et dans l’autre l'effigie d'un cheval, et qui de plus ne peuvent être submergés, même chargés de vêtements. Damon a parlé de gens semblables en Éthiopie, les Pharusques, dont la sueur cause la consomption à ceux qu'elle touche. » Trad. numérisée sur http://remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre7.htm

18 PLINE, Histoire naturelle, VII, 2.10 (Ibid.).

19 GAIUS JULIUS SOLINUS, Collectanea rerum memorabilium, 1.101, éd. Theodor Mommsen, Berlin : 1958 (2ème éd., 1ère éd. Berlin : Nicolai, 1864), p. 26. Pierre de Limoges, De oculo morali, Chapitre 8, 3A, De tercia differentia scilicet Ira. De turbato oculo iracundi ad tempus insani, reprend la même idée : les yeux d’une personne en colère s’infectent s’ils croisent le regard de quelqu’un. Solin rapporte qu’en Scythie, on trouve des femmes appelées bicie ou sicie ayant deux pupilles dans leurs yeux. Si elles sont en colère, elles tuent l’imprudent ayant croisé leur regard (résumé ThEMA, voir éd. 2012, p. 83).

20 OVIDE, Amours, Livre I, élégie 8, vers 15. Le poème est centré autour des conseils d'une vieille femme, Dipsa, pour détourner la jeune fille d’un poète trop pauvre et Ovide y répond en multipliant les imprécations contre Dipsa. Trad. numérisée sur : http://remacle.org/bloodwolf/poetes/Ovide/amours.htm#VIII

21 Éditions et traductions : Elizabeth Jeffreys et al.The Chronicle of John Malalas : A translation, Melbourne : Australian Association for Byzantine Studies, coll. « Byzantina Australiensia » (no 4), 1986 ; Ioannes Malales,  Chronographia, Berlin : H. Thurn, coll. « Corpus Fontium Historiae Byzantinæ, Series Berolinensis », 2000.

22 Jean ZONARAs, Histoire des Romains, Create Space, 2015.

23 Paul Faure, Alexandre, Paris : Fayard, 1985, p. 201.

24 ALEXANDRE DE PARIS [DE BERNAY], Roman d’Alexandre, branche I, laisse 19, v. 429-433 : « Onques hom ne vit beste de la sieue façon / Les costés a bauçans et fauve le crepon, / La qeue paonnace, faite par division / Et la teste de buef et les ieus de lion / Et le cors de cheval, pr ç’a Bucifal nom ».

25 Sur le personnage d’Alexandre dans la littérature médiévale, voir, entre autres, Laurence Harf-Lancner, « Alexandre le Grand dans les romans français de la fin du Moyen Âge. Un héros de la démesure », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 112 (1), 2000, p. 51-63 ; id., « Le personnage d’Alexandre le Grand dans la littérature narrative française du XIIe au XVe siècle : mythe et roman », in : Pilar LORENZO GRADÍN (éd.), Los caminos del personaje en la narrativa medieval : actas del Coloquio internacional (Santiago de Compostela, 1-4 diciembre 2004), Florence : SISMEL, 2006, p. 61-75 ; Laurence Harf-Lancner, « De l'histoire au mythe épico-romanesque : Alexandre le Grand dans l'Occident médiéval », in : Michèle GuÉret-LafertÉ, Daniel Mortier (éds.), D'un genre littéraire à l'autre, Mont-Saint-Aignan : Publications des universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 63-74.

26 La discussion sur le sens de vair a été posée très tôt, notamment par Walter Clyde Curry, The Middle English ideal of Personal Beauty, as Found in the Metrical Romances, Chronicles, and Legends of the XIII, XIV and XV Centuries, 1916, rééd. Baltimore: AMS, p. 52-55 ; Alice M. Colby, The Portrait in Twelfth-Century French Literature, Genève : Librairie Droz, 1965, p. 41-42. ; Michel Pastoureau, « Les couleurs médiévales : systèmes de valeurs et modes de sensibilité », dans Figures et couleurs, Paris : Le Léopard d'Or, 1986, p. 35 sq. ; et l’ouvrage collectif Les Couleurs du Moyen Âge, Senefiance 24, Aix-en-Provence : Publications du CUER MA, Presses Universitaires de Provence, 1988, notamment l’article de Gérard Gros, « De vair et de quelques couleurs. Note sur une page du manuscrit de Paris, bibl. nat., fr. 24315 », p. 109-118.

27 L’importance de la luminosité, de la brillance, dans tous les portraits antiques et médiévaux, a déjà été mise en valeur par Edgar de Bruyne, The Esthetics of the Middle Ages, New York : Frederick Ungar, 1969, p. 49-56.

28 Cité par Peter Dronke, Medieval Latin and the Rise of European Love-Lyric, 2 vols. Oxford : Oxford U.P., 1965, p. 193, n. 1.

29 François Spaltenstein, Commentaire des élégies de Maximien, Rome : Institut Suisse, 1983, p. 294-295.

30 Mathieu de Vendôme, Ars Versificatoria, trad. anglaise Aubrey E. Galyon, Ames : Iowa U.P., 1980, p. 43-44. Le chapitre de l’Ars versificatoria est consacré à l’amplificatio rhétorique, en tirant ses fondements de Cicéron et d’Horace, pour ce qui est de la description des personnes. Également cité dans Thomas Wright et James Orchard Halliwell, Reliquiae Antiquae, Londres : William Pickering, 1843, p. 263-264.

31 Cité en anglais par Peter Dronke, Medieval Latin and the Rise of European Love-Lyric, 2 vols. Oxford : Oxford U.P., 1965, p. 298.

32 Vers 965, Léopold Constan (éd.), Le Roman de Thèbes, Paris : Librairie Firmin Didot et Cie, Société des anciens textes français, 1890, 2 t. ; voir le portrait complet des deux filles, p. 50-51.

33 Anne Paupert-Bouchez, « Blanc, Rouge, or et vert : les couleurs de la merveille dans les Lais », dans Les Couleurs du Moyen Âge, Aix-en-Provence : Publications du CUER MA, Presses Universitaires de Provence, Senefiance 24, 1988, p. 301-328, § 14 dans la version numérisée : https://books.openedition.org/pup/3663?lang=fr.

34 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte de Graal, éd. Jean Dufournet, Paris : Flammarion, 1997, vers 1820-1821.

35 Je ne reprendrai pas ici toutes les références, facilement accessibles sur la base atilf.fr, au lemme « vair ».

36 Un seul exemple suffira, d’autant qu’ici le poète accumule l’ensemble des qualificatifs élogieux : « Je n’en puis mais, / Car pris sui et retenus / Et au cuer trais / Tout en un lieu de .IJ. trais / D’un yex fendus, Vairs, dous, poingnans, ses, agus, / Rians et gais. » Guillaume de Machaut, Les Lays [1377], in : Guillaume de MachautPoésies lyriques. Edition complète en deux parties, avec introduction, glossaire et fac-similés, publiée sous les auspices de la Faculté d'histoire et de philologie de Saint-Pétersbourg, éd. Vladimir Chichmaref, Paris : 1909, 2 t., cxvi [réimpr. Genève : Slatkine, 1973, 1 t.] t. 2, p. 279-480, ici p. 425.

37 Cité en anglais par Peter Dronke, Medieval Latin and the Rise of European Love-Lyric, 2 vols. Oxford : Oxford U. P., 1965, p. 286.

38 Voir, par exemple, Linda Fish Compton, Andalusian Lyrical Poetry and Old Spanish Love Song, New York : New York U. P., 1976, p. 102 sq.

39 Manuel Alvar, Poesía tradicional de los Judíos españoles, Mexico D. F. : Porrua, 1966, p. 174-175.

40 Références dans Arie Schippers, Spanish Hebrew Poetry and the arabic Litterary Tradition. Arabic Themes in Hebrew Andalusian Poetry, New York : E. J. Brill, 1994.

41 Cité dans José María Viña de Liste (éd.), Textos medievales de caballerías, Madrid : Catedra, Letras Hispánicas, 1993, p. 207.

42 Luis Ramírez de Lucena, Repetición de Amores y arte de ajedrez, intro. et éd. par José María de CossÍo, Madrid : Real Academia Española, 1953, p. 12.

43 Alonso Martínez de Toledo, Arcipreste de Talavera o Corbacho, éd. Joaquín GonzÁlez Muela, Madrid : Castalia, 1970, p. 252 (Débat entre Pauvreté et Fortune).

44 François Villon, Les Regrets de la belle Heaulmière, dans Poésies complètes, éd. Claude Thiry, Paris : LGF, 1991, v. 510. https://www.poetica.fr/poeme-5056/francois-villon-les-regrets-de-la-belle-heaulmiere/

45 La bien-aimée a des yeux comme des colombes (verset 1,15, répété en 4, 1) ; Salomon n’écrit pas qu’elle a des yeux de colombe, mais « Tes yeux sont des colombes », décrivant là encore une impression plus qu’une couleur ou une apparence. Cette même mention réapparaît d’ailleurs aussi pour le bien-aimé lui-même : « Ses yeux sont des colombes, au bord des cours d’eau, se baignant dans le lait, posées au bord d’une vasque » (5, 12). Bible de Jérusalem.

46 Cantiga de Santa María n° 146, (vers 96-99). En ligne : http://www.cantigasdesantamaria.com/csm/146

47 GUILLAUME DE LORRIS et JEAN DE MEUN, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel, Paris : Librairie Générale de France, Lettres Gothiques LP, 1992, p. 68. Nous sommes dans la 1ère partie, datée de 1235 environ.

48 « Et s'a les yeux plus vairs que chil de nul faucon / Et les cheviaux plus ghaunes que penne de paon ». A. Wallensköld (éd.), Florence de Rome, chanson d'aventure du premier quart du XIIIsiècle, Paris : F. Didot (Société des Anciens Textes Français), 1909, t. 1, p. 131-280, ici p. 139.

49 La pierre appelée « œil de faucon », variété de quartz, présente quant à elle un mélange de gris, de bleu et de vert. Bien souvent, l'œil de faucon (la gemme) a pour dominante la couleur grise avec des reflets bleutés (venant de la porte proportion de dioxyde de silicium dans son œil).

50 « Car elle avoit moult gracieus attrait / Et le maintien humble, dous et parfait, / Et cheveus blons, / Les yeus rians, plus vairs que nuls faucons ; / Et ses corps fu gens, joins, gentils, et lons, / Et plus apers que nuls esmerillons. » Guillaume de Machaut, Le Jugement dou Roy de Behaingne, in : Ernest Hoepffner, Œuvres de Guillaume de Machaut Paris : Champion (Société des anciens textes français), 1908-1921, 3 t., [iv] + xc + 293, [iv] + lxx + 41 p., voir t. 1, 1908, p. 57-135, ici p. 104.

51 La dama y el pastor (1421 pour la version primitive, remaniée ultérieurement), cité dans Colin C. Smith, Spanish Ballads, Oxford : Pergamon, 1964, p. 201-202. La dame a préalablement tenté de séduire le pâtre, qui l’a repoussée parce qu’il est marié, père de famille… et qu’il a mieux à faire, notamment garder son troupeau. L’auto-description de la dame s’inscrit dans un contexte de dépit amoureux, de fureur et de frustration.

52 Cités par Antonio SÁnchez Romeraldo, El villancico. Estudios sobre la lírica popular en los siglos XV y XVI, Madrid : Gredos, 1969, p. 207.

53 Perceval, vers 4547-4569. Ou Conte du Graal (Perceval) vers 4590-4613 pour l’ensemble du portrait de la Demoiselle Hideuse : Félix Lecoy (éd.), Conte du Graal (Perceval), Paris : Champion, CFMA 100 et 103, 1972 et 1975. Sur le personnage et l’ensemble de ses traits animalisés : Antoinette Saly, « La Demoiselle Hideuse dans le roman arthurien », Travaux de Littérature publiés par l’ADIREL, VII, Paris : Klincksieck, 1994, p. 27-50.

54 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, Marquis de Queux de Saint-Hilaire (éd.), Paris : Firmin-Didot, 1878-1903, t. VI (1878), p. 210, vers 1-10 pour l’ensemble du portrait.

55 Les yeux verts ne sont présents que chez 2% de la population mondiale. Ils sont plus communs en Europe, et au Caucase, mais ils se retrouvent aussi parmi des groupes variés à travers l’Asie et l’Afrique. Ils sont dus à la présence dans l’iris d’un pigment particulier de couleur verte (appelé Lipofuscine), fabriqué par des cellules appelées guanocytes que l’on trouve plus fréquemment chez les autres mammifères (ex. : le chat). Les yeux verts sont particulièrement sensibles aux mutations lumineuses. Cf. article Wikipédia sur la couleur des yeux et https://www.hisour.com/fr/eye-color-24533/

56 Nous avons analysé, pour mener à bien cette comparaison, deux textes ibériques : Seudo AristotelesPoridat de las poridades, éd. Lloyd A. Kasten, Madrid : Seminario de estudios medievales españoles de la Universidad de Wisconsin, 1957, 93 p.-[1] p. de pl., texte castillan du ms M = Escorial L-III-2, fin XIIIe siècle, p. 29-7-, avec var. du ms O = BN Madrid, XIVe siècle, p. 79-80 ; et Llivre de Saviesa de Jacques Ier, en catalan, même édition, appendices ; nous les avons comparés à la trad. anglaise du Sirr al-‘asrār dans l’éd. R. Steele (trad. Ismail Ali), Secretum secretorum cum glossis et noticulis : tractatus brevis et utilis ad declarandum quedam obscure dicta fratris Roger nunc primum edidit Robert Steele ; accedunt versio anglicana ex arabico per Alexander Strathern Fulton, versio vetusta anglo-normanica tunc prima edita, Opera hoactenus inedita Rogeri Baconi, fasc. V (Oxonii e typographeo Clarendoniano), Oxford, 1920 = en annexe de la version de Roger Bacon du SS (Physiognomonie, p. 219-224) ; version de Philippe de Tripoli, éd. R. Förster, ibid., à partir du ms Preussische Staatsbibliothek Berlin (Stiftung Preussischer Kulturbesitz, Depot der Staatbibliothek, Tübingen) cod. Lat. 70, ms du XIVe siècle, de provenance anglaise.

57 Cf. chap. V « Des proprietez des yeulx », chap. VI « De l’üeil », chap. VII « Des proprietez de la prunelle de l’ueil », chap. VIII « Des proprietez des paupieres », chap. IX « Des sourcilz ». Bernard Ribémont, Le livre des propriétés des choses: une encyclopédie au XIVe siècle. Introduction (mise en français moderne et notes) Paris : Stock (Moyen Âge), 1999, 308 p. + [4] p. de pl. (adaptation seulement partielle du traité). Nous avons préféré nous référer au ms BnF Français 22531, fol. 63vº sq., la traduction française qu’en a réalisé Jean Corbechon en 1372, pour le roi Charles V.

58 Michel Salvat, « Le traité des couleurs de Barthélemi L'Anglais (XIIIe siècle) », in : Les Couleurs du Moyen Âge, Senefiance, 24, Aix-en-Provence : Publications du CUER MA, Presses Universitaires de Provence, 1988, p. 359-385. En ligne : https://books.openedition.org/pup/3667

59 Pers (prononcé /pɛʁ/) est un vieux mot français synonyme de bleu-vert ou glauque (du grec Glaukopis - γλαυκῶπις) mais il peut désigner d'autres nuances où le bleu domine (bleu-noir, bleu-violet…). On l'emploie presque uniquement pour caractériser des yeux, en particulier dans l'expression « la déesse aux yeux pers » qui désigne Athéna-Minerve. Le Grand Robert, édition électronique, 1994.

60 À la naissance, les yeux des enfants d’origine européenne sont bleus plutôt que verts (couleur du fond de l’iris). Ils prennent leur teinte définitive généralement entre 3 et 6 mois, après exposition à la lumière naturelle. Les yeux deviennent alors plutôt marron, car il s'agit d'un allèle dominant. En conséquence, si un des deux parents a un allèle « marron », l'enfant a plus de chance d'avoir les yeux marron (50 à 70%). Le marron peut être plus ou moins soutenu (du châtain, plutôt européen, au brun presque noir, couleur la plus répandue au niveau mondial). Plus la quantité de mélanine croit dans le stroma de l’iris, plus les yeux sont sombres. Les yeux « noisette » sont une simple variante du marron classique : le marron prédomine mais est mélangé à du bleu et à du vert. Cf. https://www.hisour.com/fr/eye-color-24533/ ; https://www.thoughtco.com/why-babies-are-born-with-blue-eyes-602192 et http://udel.edu/~mcdonald/mytheyecolor.html avec une abondante bibliographie scientifique en anglais.

61 Geoffrey de Vinsauf, Poetria nova, trad. anglaise par Margaret F. Nims, Toronto : Pontificial Institute of Medieval Studies, 1967, p. 36-37. Dans un autre traité du même auteur, le Documentum de modo et arte dictandi et versificandi, trad. anglaise Roger P. Parr, Milwaukee : Marquette U. P., 1968, p. 46, il en revient aux classiques de la rhétorique : des yeux brillants comme des gemmes irradiants, ou des yeux comme des étoiles brillantes.

62 Miracle de la nonne qui laissa son abbaie, in Gaston Paris et Ulysse Robert, Miracles de Nostre Dame par personnages, publiés d'après le manuscrit de la Bibliothèque Nationale, Paris : F. Didot (S.A.T.F.), 1876-1893, 8 vol., t. 1, 1876, p. 311-351, ici p. 322. Autre exemple ambigu, d’autant qu’il se réfère cette fois à un homme : « J'ay en mon temps veu moult de chevaliers... mais je n’en vey onques nul qui fust de si biaus membres, de si belle forme ne de si belle taille, viaire bel et rouvelent et riant, les yeux viers et amoureux, là où il ly plaisoit son regard asseir », chez Jean Froissart, Chroniques. Troisième livre, t. 12 : 1356-1388, éd. Léon Mirot, Paris : H. Champion (Société de l'Histoire de France), 1931, p. 76.

63 « La belle foussette au menton, / Les yeulx verds. » ; « Vela ses sourcilz aussi noirs / Et vela ses yeulx aussi vers. », dans Sottie à cinq personnages des coppieurs et lardeurs qui sont copiez et farcez [1488] in : Eugénie Droz (éd.), Le recueil Trepperel. I. Les sotties, Paris : Droz (Bibliothèque de la Société des historiens du théâtre, 8), 1935, lxxiv + 393 p., p. 153-179, voir p. 165 et 177.

64 Fernando de Rojas, La Celestina. Comedia o tragicomedia de Calisto y Melibea, éd. Peter R. Russell, Madrid : Castalia, 1991, p. 230-232 pour l’ensemble du portrait, fait par Calisto. Par rasgados, il faut sans doute comprendre des yeux « fendus » en oblique. Sur l’ensemble du portrait : Otis H. Green, « On Rojas’ Description of Melibea », Hispanic Review, 14 (3), 1946, p. 254-256.

65 Cités par Antonio SÁnchez Romeraldo, El villancico. Estudios sobre la lírica popular en los siglos XV y XVI, Madrid : Gredos, 1969, p. 5 et 305.

66 Fernando del Pulgar, Claros varones de Castilla, éd. Jesús DomÍnguez Bordona, Madrid : Espasa Calpe, 1969. L’éditeur a associé aux portraits des Claros varones ceux de Ferdinand et Isabelle, les Rois Catholiques, tirés cette fois de la chronique du même auteur.

67 Portrait anonyme de la reine Isabelle la Catholique, vers 1490. Musée du Prado https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_la_Catholique#/media/Fichier:IsabellaofCastile03.jpg

68 JUAN DE FLANDRES, Isabelle la Catholique, vers 1500-1504, Madrid : Palacio Real. https://commons.wikimedia.org/wiki/Isabel_I_de_Castilla?uselang=fr#/media/File:Juan_de_Flandes_-_Isabel_la_Cat%C3%B3lica_(Palacio_Real,_Madrid,_1500-04._%C3%93leo_sobre_tabla,_63_x_55_cm).jpg.

69 Voir par exemple Jean-Louis Flandrin, « Soins de beauté et recueils de secrets », dans Les soins de beauté. Moyen Âge – début de l’époque moderne, acte du 3e colloque international, Grace (26-28 avril 1985), éd. Denis Mejot, Nice : 1987, p. 13-32 ; Laurence Moulinier, « Esthétique et soins du corps dans les traités médicaux de la fin du Moyen Âge », Médiévales, Paris, 2004, p. 55-72, et l’ensemble des travaux de cette dernière (article sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00009214/document).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Vairons, vairs ou verts : una dueña de Inglaterra cobdiciava aver los ojos verdes e varios por ser mas fermosa…  », e-Spania [En ligne], 39 | juin 2021, mis en ligne le 19 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/39834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.39834

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search