Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)Période médiévaleLa réception de l’autre dans la C...

Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)
Période médiévale

La réception de l’autre dans la Castille médiévale

Jean-Pierre Jardin

Résumés

Cet article est l’occasion de revenir sur les relations entretenues dans l’Espagne médiévale entre juifs, chrétiens et musulmans et, plus particulièrement, sur la représentation qu’en donnent les textes castillans de l’époque, notamment les textes historiographiques. Les différentes approches de l’autre (surtout religieux) sont rapidement passées en revue et analysées, avec la volonté de rendre ainsi hommage à Joseph Pérez, qui a consacré de nombreux travaux, ô combien plus complets, à ce thème.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Joseph Pérez était le président du jury de l’agrégation externe d’espagnol lorsque je me suis prése (...)
  • 2 Cet article est rédigé à partir d’une conférence sur « l’altérité dans les chroniques médiévales es (...)

1Parmi les nombreux thèmes d’étude abordés par Joseph Pérez se trouvent en bonne place les relations complexes entretenues au Moyen Âge par les trois grandes communautés (chrétiens, musulmans et juifs) présentes sur le sol de la péninsule Ibérique. Je me propose ici, afin de rendre hommage à un chercheur qui a beaucoup compté pour moi1 et dont les ouvrages ont souvent nourri mes cours, de revenir, dans une brève synthèse, sur ces relations. Ma réflexion s’appuie en priorité sur les chroniques castillanes, mon principal sujet d’étude depuis de nombreuses années, même si d’autres documents pourront venir les compléter2.

L’autre et le même

2La notion d’altérité, comme celle d’identité qui en est le pendant – et le référent obligé, car comment reconnaître l’autre si l’on ne se reconnaît pas soi-même ? –, sont des catégories sur lesquelles tout groupe humain est amené tôt ou tard à s’interroger, souvent d’ailleurs à travers des mythes qui permettent de faire le départ entre ceux qui relèvent de la catégorie du même (nous) et ceux qui relèvent de celle de l’autre. Dans toutes les cultures, les mythes des origines font souvent la part belle à l’extranéité du groupe qui les développe : les Romains se voyaient comme les descendants des Troyens, ce qui leur permettait de se distinguer clairement de leurs voisins étrusques et de se rattacher à l’histoire grecque sans pour autant se confondre avec les Achéens, et nombre de peuples (Francs, Anglais et Bretons) les ont suivis sur ce chemin ; les Hébreux ont établi une série de récits d’exil et de conquête, que les archéologues tendent aujourd’hui à tenir pour légendaires, pour mieux se distinguer eux aussi des autres peuples de la terre qu’ils occupaient, et qui étaient en réalité leurs frères ou leurs cousins germains. Par le biais de ces mythes, le nous se donne d’abord comme autre, au moins du point de vue géographique, ce qui ne manque pas d’une certaine saveur paradoxale. Ceci tend à prouver que l’altérité, qui fonctionne souvent en miroir, peut aussi être un facteur d’identité : lorsque les Inuits se donnèrent ce nom qui signifie « hommes », ils établirent une rupture très claire entre eux-mêmes et les autres êtres qui les entouraient, et qui relevaient nécessairement d’autres catégories taxinomiques.

  • 3 Jean-Pierre JARDIN, « Les représentations du Maure dans la littérature castillane du XIIIe siècle » (...)
  • 4 L’Estoire d’Espagne est rédigée dans les années 1270 ; quant au Mío Cid, on admet aujourd’hui que l (...)

3Pour en revenir au sujet de cet article, il est indéniable que la question de la vision de l’autre est l’une de celles sur lesquelles les chercheurs ne cessent de s’interroger : il y a plus de trente ans, ma première communication s’est inscrite dans le cadre d’un colloque dont le thème n’était autre que « la représentation de l’Autre dans l’espace ibérique et latino-américain » dans une perspective synchronique – un an plus tard, un autre colloque fut consacré au même thème, mais cette fois dans une perspective diachronique, et je n’y participai pas –. Ma communication, que l’on peut toujours lire dans les actes de ce colloque3, porta sur la vision des musulmans dans deux textes du XIIIe siècle, l’Estoire d’Espagne d’Alphonse X et la Chanson de mon Cid, une chronique et un texte épique séparés en fait par une cinquantaine d’années4. J’arrivai à la conviction que le musulman, pour les auteurs chrétiens du XIIIe siècle castillan, n’était pas vraiment autre, ou que cette altérité n’était pas essentielle. Depuis, mes analyses se sont, je l’espère, quelque peu affinées ; il n’en reste pas moins que je reviendrai ici sur certaines conclusions de cette communication.

Facteurs d’unité et de diversité dans le monde médiéval

4L’une des particularités de l’époque médiévale, surtout en Occident, est la coexistence de facteurs d’unité, souvent hérités de l’Antiquité tardive, et de facteurs de diversité et de désagrégation. Cette situation a bien évidemment des conséquences sur la notion d’altérité et les critères sur lesquels elle repose.

5Le Moyen Âge naît sur les ruines de l’Empire romain d’Occident, dont la disparition officielle date de 476. Malgré cette disparition, le souvenir de cette unité du monde civilisé, d’un monde qui ne coïncidait pas, les Romains le savaient bien, avec le monde connu, mais avec le monde digne d’être connu, tout le reste (à l’exclusion de l’Empire perse) n’étant que Barbaricum, un espace où ne vivait pas un peuple, mais des ethnies (gentes) sans histoire, ne fut jamais oublié. Périodiquement, de nouvelles constructions politiques (l’Empire carolingien, le Saint empire romain germanique) vinrent s’efforcer de recueillir l’héritage du vieil empire disparu, renouvelant ainsi le sentiment d’appartenance à une même communauté de peuples qui pourtant étaient fort différents et souvent adversaires. Au-delà de ces constructions temporaires, la notion de Chrétienté développée par l’Église catholique renforçait de façon beaucoup plus efficace encore le sentiment d’unité de l’Occident – l’Orient apparaissant dans cette optique comme une terre de mission, de l’Empire byzantin aux régions dominées par l’Islam.

6Mais à côté de ces facteurs d’unité, sans doute plus forts au début de la période qu’à son terme, l’arrivée de nouveaux groupes humains, parlant des langues différentes et possédant des cultures diverses, la mise en place de ce que l’on appelle la « société féodale », la détérioration des infrastructures qui permettaient les échanges entre des régions souvent éloignées, ont favorisé la diversification de l’Occident jusqu’à l’excès : un paysan normand qui, aujourd’hui encore, proclame qu’il passe en France parce qu’il franchit une frontière qui fut bien réelle mais n’a plus d’existence que dans le souvenir collectif et dans la toponymie, ne fait que rappeler de façon involontaire la fragmentation de l’espace de l’ancienne Gaule à l’époque médiévale : aujourd’hui, ces divisions territoriales ont perdu leur sens, sauf peut-être dans les régions où se sont maintenues des cultures et des langues dont l’origine n’est pas latine. Ce qui est dit ici de la France vaut aussi pour de nombreuses autres régions européennes, dont l’Espagne.

7Dans ce dernier cas, la situation est modifiée par un double mouvement d’unification et de fragmentation que n’ont pas connu les autres régions occidentales, et qui est la conséquence d’événements historiques propres à la Péninsule. Après l’époque romaine, celle-ci a en effet connu entre 507 et 711 une première [ré]-unification (politique, institutionnelle, linguistique et religieuse), plus rapide et plus complète que d’autres royaumes, sous l’égide des rois wisigoths : au début du VIIIe siècle, toute la Péninsule et quelques régions limitrophes (Narbonnaise et Mauritanie Tingitane) sont soumises au même pouvoir politique, parlent la même langue (le roman ou proto-roman d’Espagne), se reconnaissent dans les mêmes lois, ont la même foi, à l’exclusion de deux groupes marginaux, les Vascons païens (groupe ethnique), réfugiés dans leurs montagnes, et les juifs (groupe religieux), une communauté en voie d’extinction du fait de la politique de persécution systématique des rois de Tolède. Mais cette unité – apparente mais fragile – vole en éclats lors de l’invasion musulmane de 711. Les royaumes chrétiens qui vont naître et se développer à partir de quelques noyaux de résistance ne seront unifiés qu’à l’époque moderne : pendant l’époque médiévale coexisteront au moins quatre royaumes distincts, le royaume de Castille (le plus unifié, qui a absorbé notamment le royaume de León), celui de Navarre, le Portugal et la « couronne d’Aragon » regroupant dans une structure fédérative que l’on peut qualifier de souple la principauté de Catalogne et les royaumes d’Aragon, de Majorque (Baléares et Roussillon) et de Valence.

8L’unité (politique et religieuse) est dans un premier temps du côté des envahisseurs : après une courte période d’anarchie, la volonté d’un homme puis d’une famille (Abd al-Rahman Ier et les Omeyyades) permet la mise en place d’un pouvoir unique sur l’ensemble de la partie musulmane de la Péninsule, celui de l’émirat puis du califat de Cordoue, qui perdure jusqu’en 1031. Mais le califat, à son tour, ne résiste pas aux forces centrifuges qui sont à l’œuvre dans la Péninsule et cède la place à ces multiples micro-états que l’on appelle les « royaumes de Taifas », d’un mot arabe signifiant « faction ». Le monde hispano-musulman, en effet, est lui aussi profondément divisé entre Arabes (Syriens et Yéménites), Berbères et descendants d’esclaves d’Europe de l’Est appelés esclavons – sans parler, bien entendu, des muladíes, néo-musulmans d’origine autochtone –. Chacune des trois premières « factions » parvient à dominer un certain nombre de villes et l’on voit s’installer des dynasties locales, violemment opposées les unes aux autres, et si affaiblies qu’elles se voient contraintes de se mettre sous la protection des rois chrétiens contre le paiement d’un tribut (les parias).

9Cette situation provoque l’invasion des Almoravides, secte d’origine berbère qui domine déjà l’Afrique du Nord et vise à rétablir l’Islam dans sa pureté originelle. Les nouveaux venus rétablissent l’unité d’Al-Andalus à leur profit, mais sont chassés par un autre pouvoir sectaire, lui aussi berbère, les Almohades, particulièrement intolérants (c’est sous les Almohades que disparaissent les dernières communautés chrétiennes « mozarabes », c’est-à-dire culturellement arabisées, contraintes à l’exil et à la dispersion). Au XIIIe siècle, l’éclatement de l’empire almohade après la défaite de Las Navas de Tolosa (1212) ouvre aux chrétiens les portes de l’Andalousie, surtout dans sa partie occidentale. Le monde hispano-musulman se réduit rapidement au seul royaume de Grenade, dont le territoire ne cesse de se réduire jusqu’à sa conquête par les Rois Catholiques en 1492.

  • 5 C’est ce que fait Luc de Tuy en 1236 dans son Chronicon Mundi [voir les citations analysées par Jos (...)
  • 6 Georges MARTIN, « La “pérdida y restauración de España” en la historiografía latina de los siglos V (...)

10Les relations entre ces différents groupes humains sont complexes. Du côté chrétien, malgré les multiples conflits qui opposent les différents royaumes, on n’oublie pas l’ancienne unité du royaume wisigoth et l’on rêve de la reconstituer. Certes, ce rêve est surtout celui des rois de León puis des rois de Castille, qui se définissent comme les descendants directs, par le sang, des anciens rois wisigoths et développent de ce fait ce que l’on appelle la thèse néo-gothique, qui justifie leurs conquêtes (baptisées du nom de Reconquête, puisqu’ils affirment reprendre possession de ce qui leur a jadis été enlevé par la force) et leur volonté d’hégémonie visant à la constitution d’un « empire hispanique » (le roi Alphonse VI de León et Castille, qui [re]conquiert Tolède, et son petit-fils et successeur Alphonse VII prendront tous les deux le titre d’Empereur). Au XIIIe siècle, les chroniqueurs léonais et castillans sont aussi bien capables de dire « nous » en parlant des Wisigoths que « l’armée des Goths » en évoquant l’armée léonaise de leur époque5. En un mot, malgré les apparences, les chrétiens de la Péninsule n’ont pas oublié qu’ils étaient tous des Hispani. Pourtant, et c’est un nouveau paradoxe, ils ne se définissent pas eux-mêmes comme « Espagnols » : ce terme lui-même, cela a été démontré par les historiens de la langue, n’est pas une création péninsulaire mais a été emprunté à la langue d’oc. C’est donc un regard étranger qui a unifié les ressortissants des différents royaumes chrétiens sous cette appellation commode. Plus encore, dans les premiers siècles de la présence musulmane, le terme d’Hispania ou Spania, qui renvoie au passé latin et devrait être revendiqué par les chrétiens, est en fait utilisé par eux pour désigner exclusivement la partie musulmane de la Péninsule, ce que les Arabes appellent Al-Andalus6. Cela dit, l’identité de la terre n’implique pas celle des hommes et les musulmans sont considérés comme des occupants indésirables sur cette Hispania qui leur préexistait.

11Du côté musulman, la tendance à une certaine forme d’unité est certainement plus forte que du côté chrétien (le concept de ‘umma, communauté des croyants, joue un rôle analogue, mais plus efficace, à celui de chrétienté), mais nous avons vu que cette unité religieuse n’interdit pas les conflits entre des factions fondées sur des origines ethniques supposées. On notera au passage qu’il n’existe pas, au XIe siècle, de faction muladí : cela s’explique par le mépris relatif dans lequel ceux-ci sont tenus par les descendants des familles arabes venues s’installer dans la Péninsule après l’installation de la dynastie Omeyyade (756). Conformément à ce que nous avons dit plus haut des mythes d’origines, de nombreuses familles dont on sait aujourd’hui qu’elles sont autochtones s’inventent volontiers, de ce fait, des ancêtres arabes (le prestige est de ce côté, et non de celui des Berbères). Ainsi que le souligne un auteur récent :

  • 7 Rafael SÁNCHEZ SAUS, Les chrétiens dans al-Andalus. De la soumission à l’anéantissement, trad. Nico (...)

Les sources arabes ne sont guère bavardes sur l’organisation sociale des Berbères, leurs meneurs, leurs armées ou leurs rapports avec la population autochtone. […] Ces sources arabes ne disent presque rien au sujet des chrétiens ou des Juifs qui vivaient en al-Andalus, pas plus qu’elles n’évoquent leurs voisins non musulmans […]. Elles ne s’intéressent qu’aux vicissitudes des Arabes eux-mêmes, ce qui est une manière indirecte mais efficace de montrer quelle était leur opinion au sujet du reste de l’humanité, condamné au silence7.

12Cela explique sans doute l’hésitation des musulmans espagnols à l’idée d’appeler à leur aide les Almoravides alors même que leurs royaumes sont menacés par l’avancée des chrétiens.

  • 8 J.A. MARAVALL, El concepto de España…, p. 217 : « Tengamos en cuenta que según su concepción geográ (...)
  • 9 « [Ahmad Ibn Yûsuf Ibn Hûd] excita contre eux un chien parmi les pires chiens de Galice, appelé Rod (...)

13En ce qui concerne le regard que les musulmans d’Espagne jettent sur leurs voisins du Nord de la Péninsule, il nous faut souligner qu’il est en fait faussé par une représentation géographique erronée (les Pyrénées sont pour ces auteurs orientés selon un axe nord-sud)8. De ce fait, ils ne distinguent que deux peuples chez les chrétiens : les Francs à l’est (ce sont les Catalans et les Aragonais), les Galiciens à l’ouest. Cette dernière dénomination inclut les Castillans, ce qui explique que le Cid soit traité de « chien parmi les pires chiens de Galice » par son contemporain Ibn Bassam, un chroniqueur musulman écrivant pour les Almoravides9.

14Les chrétiens, quant à eux, ne distinguent pas les diverses origines ethniques de leurs adversaires, qu’ils qualifient uniment de Maures, moros, limitant de ce fait leurs origines géographiques à la seule Afrique du Nord – alors même que les Maures et les Berbères, véritables conquérants de la Péninsule, avaient été déclassés par les Arabes syriens et yéménites arrivés après coup –.

Quand l’autre, c’est le même : les Castillans face aux autres royaumes chrétiens

  • 10 On trouve cette vision caricaturale, par exemple, dans le Vau de Vire, le célèbre virelai d’Olivier (...)

15Les relations conflictuelles au sein d’un même monde culturel et religieux peuvent-elles déboucher sur l’utilisation de la notion d’altérité pour mieux rejeter les adversaires hors du monde qu’ils partageaient jusqu’à présent avec le groupe qui se dresse contre eux ? Oui, sans aucun doute, et nous en avons un exemple probant avec la vision des Anglais que les Français développent à l’époque de la Guerre de Cent Ans : cette vision, présente dans de nombreux textes, évoque des « Anglais coués », c’est-à-dire pourvus d’un appendice caudal qui les exclut de la commune humanité pour les placer résolument du côté de la bestialité et/ou les diaboliser – ce qui revient un peu au même10 –. Il faut, pour que deux peuples qui partagent les mêmes valeurs, la même langue (au moins en partie) et les mêmes origines en arrivent là, que la haine qui les sépare soit bien grande.

16Dans les chroniques castillanes, on ne trouve pas trace d’une dégradation de l’adversaire quand cet adversaire est chrétien. Les Aragonais ne sont jamais ressentis comme véritablement autres ; seuls les Basques (en tant qu’ethnie) et les Portugais sont victimes de jugements réellement dépréciatifs : les premiers sont accusés d’être voleurs et pillards dans l’âme, par exemple dans cette phrase que les auteurs de l’Estoire d’Espagne dirigée par Alphonse X ajoutent au texte latin de Julien de Tolède consacré à la rébellion du duc Paul contre le roi wisigoth Wamba, qu’ils traduisent :

  • 11 Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general, Madrid : Gredos, 1977, vol. 2, p. 285. C’est m (...)

Et pendant ce temps les Vascons, qui sont des gens qui ne savent pas vivre en paix, passèrent les montagnes et pénétrèrent sur la terre de Cantabrie, et commencèrent à la piller. Et ils faisaient à cette époque ce qu’ils font aujourd’hui, car leur seule occupation et leur seul souci consistent à voler et à piller le bien d’autrui11.

17Dans ce même passage, les chroniqueurs du XIIIe siècle ont également actualisé le jugement que l’évêque du VIIe siècle portait sur les Francs, en substituant à ce dernier substantif le nom de leurs descendants auto-proclamés :

  • 12 Ibid., p. 286 (paroles de Wamba).

Et Paul persiste et pense avoir l’aide des Français ; mais il est bien connu que chaque fois que les Français ont été dans la peine et assaillis par leurs ennemis et qu’ils ont demandé l’aide des Goths, ils ont toujours été secourus par le talent de ces derniers ; et s’il y a eu en quelque occasion une guerre ou une bataille entre les Goths et les Français, les Goths ont toujours eu le dessus et les Français le dessous. […] Nous devons de plus rappeler que la noblesse des Goths a toujours assuré la liberté des gentilshommes, et que les Français chaque fois qu’ils l’ont pu, les ont toujours mis en servitude et les ont très cruellement opprimés12.

18En fait, nous sommes là face à une utilisation des topiques nationaux qui n’a rien de très original : c’est au nom de ces mêmes topiques que les Grecs, dont sont supposés descendre le roi usurpateur Ervige – toujours à l’époque wisigothique – et le comte don Julián, le traître par excellence aux yeux des chroniqueurs castillans, sont présentés comme faux et trompeurs.

19Les Portugais, dès le XIIIe siècle, sont l’objet de plaisanteries douteuses qui frôlent l’insulte, comme celle que le roi Ferdinand Ier est supposé avoir faite sur son lit de mort (évidemment, cette insulte apocryphe ne peut s’expliquer que par le contexte de rédaction du texte qui la rapporte) :

  • 13 Mariano DE LA CAMPA, La Estoria de España de Alfonso X. Estudio y edición de la Versión crítica des (...)

Il donna à don García, le cadet, toute la Galice avec ce qu’il avait gagné au Portugal, louant grandement les Galiciens et les Portugais, en leur disant qu’ils étaient robustes, puissants et nobles, généreux, loyaux, des chevaliers très valeureux dans le maniement des armes, et qu’ils n’avaient jamais eu un seigneur dont ils se fussent lassés ni qu’aucun seigneur qu’ils avaient eu à garder ne leur avait été arraché, mais on dit qu’il lança alors une moquerie envers les Portugais, selon laquelle ils n’avaient jamais fait un bon seigneur de qui leur était tombé entre les mains13.

  • 14 « […] los portugueses, que ésta es la gente más diforme e aborresçible a todo el mundo que ay en ch(...)
  • 15 Philippe de COMMYNES, Mémoires, introduction, édition, notes et index de Joël Blanchard, Paris : Le (...)

20La situation s’aggrave évidemment à la fin du XIVe siècle, après la défaite humiliante des troupes franco-castillanes face aux Portugais à la bataille d’Aljubarrota, en 1385. À partir de cette date, et pendant un bon siècle, au moins jusqu’au traité d’Alcáçovas en 1479, les chroniqueurs laissent transparaître un très fort sentiment anti-portugais. On en a un bon exemple avec un texte probablement rédigé dans les années 1465-1468 – à une époque où la Castille et le Portugal sont en paix, ce qui n’empêche pas l’auteur de proclamer que « les portugais sont les gens les plus difformes et les plus haïssables qui soient dans le monde des chrétiens »14 –. On peut être surpris de cette expression de haine qui tend à faire des Portugais des créatures imparfaites et donc diaboliques. Cependant, la haine du Portugal et des Portugais a semble-t-il perduré bien après la réconciliation officielle entre les deux royaumes, comme le prouve le témoignage de Philippe de Commynes soulignant en 1498 que « fault entendre qu’il n’est nulle nation que les Espaignolz hayent tant que les Portingalloys, et si les mesprisent et s’en mocquent »15. On notera pourtant que cette haine ne suffit pas à rejeter les Portugais hors du monde chrétien, ce qui relativise de fait leur altérité monstrueuse.

Chrétiens, musulmans et juifs d’Espagne. Le mythe de l’Espagne des trois cultures

a) La tolérance, une réalité idéalisée

21Dans la Castille du Moyen Âge, une réflexion sur la notion d’altérité, sur les critères permettant de définir l’autre, ne peut évidemment pas faire l’économie d’une étude de la représentation du musulman dans les textes chrétiens – sans pour autant ignorer que ce musulman est souvent « l’ennemi dans le miroir » qu’évoque le titre d’un ouvrage déjà ancien de Philippe Sénac, et que les critères le définissant sont aussi ceux que les chroniqueurs musulmans utilisent de leur côté lorsqu’ils évoquent l’autre chrétien dans leurs œuvres. Aux yeux des Castillans, s’il existe une Espagne chrétienne qui ne coïncide pas totalement avec la Castille, il existe aussi une Espagne qui ne l’est pas, et où s’exprime une vraie altérité. Évoquer l’Autre, dans le cas castillan, c’est souvent évoquer celui qui vit de l’autre côté de ce que l’on appelle dans les chroniques la Frontière par antonomase, sans qu’il soit besoin d’un qualificatif quelconque pour que les lecteurs sachent de quoi parle l’auteur. Les choses sont cependant plus complexes qu’il n’y paraît. Cette altérité, en effet, on peut soit la tolérer, soit la rejeter, soit la rechercher. Nous étudierons successivement ces trois positions. Pour l’heure, nous allons nous attacher à la première modalité, représentée par le mythe de l’Espagne dite « des trois religions » ou « des trois cultures », amplement étudiée par Joseph Pérez, dans sa réalité comme dans sa représentation fantasmée.

  • 16 Appellation erronée, quoi qu’en pensent ceux qui l’utilisent : seul l’islam, issu de la révélation (...)
  • 17 Serafín FANJUL, Al-Andalus, l’invention d’un mythe. La réalité historique de l’Espagne des trois cu (...)

22Ces dernières années, de nombreux ouvrages polémiques ont été consacrés aux relations existant entre le monde chrétien et le monde musulman au Moyen Âge, des ouvrages qui abordent souvent aussi les représentations mentales, littéraires ou artistiques de ce dernier chez les auteurs chrétiens. Si cette approche polémique touche aussi la France, en Espagne, elle est d’une autre nature – et d’une autre ampleur – puisqu’elle touche à la politique contemporaine : le mythe d’une Espagne musulmane tolérante, permettant aux trois « religions du livre »16 de vivre harmonieusement ensemble, qui aurait été victime du fanatisme des conquérants chrétiens venus du nord de la Castille, a été de fait récupéré et utilisé par les pouvoirs autonomes d’Andalousie contre Madrid. Face à ce qu’ils considèrent avec quelque raison comme un mythe sans fondement, des universitaires ont réagi en rédigeant des ouvrages bien documentés mais souvent écrits sur un ton très polémique, dont certains ont été traduits en français ces dernières années17.

  • 18 D’où l’emprunt à la langue arabe de termes comme acequia (canal d’irrigation), albañil (maçon) ou m (...)

23Face à cette polémique, nous soulignerons d’abord, comme l’a fait à maintes reprises Joseph Pérez, que le mythe de l’Espagne des trois cultures naît d’un contresens sur le terme « tolérance », que l’on entend le plus souvent comme synonyme d’ouverture d’esprit alors qu’il faut lui donner, au Moyen Âge, son sens premier : on tolère un adversaire quand on ne peut pas l’éliminer, soit parce qu’il est trop puissant, soit parce que l’on a besoin de lui. C’est ainsi que les conquérants musulmans ont toléré l’existence des chrétiens et des juifs tant que les premiers d’entre eux ont eu une supériorité numérique considérable (que les nouveaux venus ont su habilement réduire au cours des premiers siècles de leur présence dans la Péninsule) et que ces minorités religieuses ont été source de revenus à travers l’impôt lié à leur statut de protégés (dhimmis), et qu’à l’inverse, les chrétiens, après la conquête de nombreuses villes d’Andalousie, ont toléré la présence de communautés musulmanes (les mudéjars) et juives parce que celles-ci possédaient des connaissances qui manquaient cruellement à leurs vainqueurs (horticulture, architecture, urbanisme… pour les mudéjars18, commerce de l’argent pour les juifs). La tolérance est donc une attitude destinée à prendre fin un jour ou l’autre : les musulmans ont persécuté juifs et chrétiens lorsque l’islam péninsulaire a été étouffé par une approche plus rigoriste de cette religion, qui dominait l’ensemble du Maghreb ; les chrétiens ont chassé les juifs et mis fin à la présence institutionnelle des musulmans dès qu’ils se sont sentis assez forts pour cela. À la tolérance forcée a donc succédé le rejet.

b) Le rejet : les « chiens de Galice » et « les ordures de Mahomet »

  • 19 « D’après le légiste Mawerdi, le tribut “est demandé avec mépris, parce qu’il s’agit d’une rémunéra (...)
  • 20 Émile PICHEROT, « Les romances fronterizos et le diwân d’al-Qaysî,“dernier poète nasride” : étude d (...)

24Avant d’aborder les textes chrétiens (castillans), nous nous devons de souligner, afin de maintenir un certain équilibre, que les auteurs récents que nous avons cités plus haut n’ont aucun mal à mettre en évidence, chez les auteurs musulmans de toute époque, l’existence d’une « culture du rejet » face aux chrétiens, et surtout aux chrétiens des royaumes du Nord. La haine qui anime les Français face à leurs adversaires anglais, nous la retrouvons en effet – c’est à noter – sous la plume de nombreux musulmans, historiens, poètes ou juristes, lorsqu’ils évoquent leurs ennemis chrétiens, surtout en période de crise. On notera que, sous la plume d’Ibn Bassam, ce n’est pas seulement le Cid (plutôt considéré, individuellement, comme un « tyran ») mais tous les chrétiens du Nord de la péninsule Ibérique qui sont traités de « chiens » (cf. supra) ; ce traitement ne semble pas témoigner d’une grande « tolérance » en la matière à l’époque almoravide – mais cela vaut aussi, contrairement à ce qui est parfois affirmé, pour les époques antérieures et même pour des époques très postérieures : au sein de l’émirat puis du califat de Cordoue, les juristes insistent sur le mépris avec lequel on doit traiter les dhimmis, politiquement et financièrement soumis au pouvoir musulman, pour leur faire sentir leur infériorité vis-à-vis des Croyants (musulmans), même si ce mépris n’est pas toujours teinté de malveillance, comme le souligne Léon Poliakov19 ; quatre siècles plus tard, l’un des derniers poètes du royaume de Grenade, al-Qaysî (probablement mort lors de la prise de Baza en 1489), décrit les chrétiens comme des êtres inférieurs, incultes et malodorants car manquant d’hygiène, des soudards pilleurs et violeurs, qu’il qualifie lui aussi de « chiens », ce qui sous sa plume n’est pas une insulte gratuite mais l’expression d’un parallélisme bien réel entre les chrétiens et cet animal connoté négativement dans le Coran comme dans la Bible20.

25Du côté chrétien, il nous faut souligner d’entrée que, dans les chroniques castillanes objet de notre étude, les musulmans ne sont jamais des créatures exotiques sur lesquelles il est permis de fantasmer, mais des voisins encombrants que l’on voit vivre au quotidien ; il est vrai que les chroniques, genre historiographique bref dont le but premier est de fixer dans la suite des temps les événements qu’elles évoquent, peuvent bien avoir dérivé vers une forme de plus en plus narrative, elles n’ont pour autant jamais considéré comme nécessaire d’introduire dans leur narration une quelconque réflexion critique – ce que leur reprocheront les historiens de la Renaissance. Elles ne sont donc pas le lieu d’une présentation polémique de l’islam, sauf rares exceptions.

26L’historiographie espagnole s’oppose clairement, par le réalisme de la représentation du musulman, à la littérature française, dont les écrivains (poètes épiques, mais aussi auteurs de chroniques des croisades) n’hésitent pas à inventer ce qu’ils ignorent. De ce fait, les Maures des chroniques castillanes n’ont pas grand-chose en commun avec les Sarrasins d’Outre-Pyrénées. Ces derniers sont des païens, supposés adorer trois dieux ou idoles (en général, ce sont Apolyon, terme grec qui signifie « destruction », Mahomet et Tervagant ; mais on peut aussi rencontrer Sathanas), et leur peau de couleur noire les rattache au monde satanique. Les spécialistes de cette littérature ont démontré que ces affirmations sont là pour justifier la guerre qui est menée contre eux au nom de leur possible future conversion. Les Maures, au contraire, ne font l’objet d’aucune « diabolisation » physique et sont présentés comme des hérétiques et non des païens. Cela revient à nier la qualité de religion de l’islam qui n’est plus qu’une lecture erronée de la religion chrétienne. Les conséquences de cette interprétation de l’islam est d’une part que l’on peut, là aussi, espérer que les musulmans finiront pas revenir dans le droit chemin et par renoncer à leur hérésie lorsqu’ils auront été convaincus – par la prédication autant que par la force – de leur erreur et d’autre part que toute la responsabilité de la faute est reportée sur Mahomet, présenté comme un menteur qui a utilisé des attaques – vraies ou simulées – d’épilepsie pour persuader ses premiers compagnons de sa relation de dialogue avec l’archange Gabriel. Cette « personnalisation » de l’erreur est telle que les chroniqueurs désignent d’ordinaire l’islam par l’expression dépréciative et méprisante de « les ordures de Mahomet [las suciedades de Mahoma] ».

27On ne trouve pas d’analyse plus détaillée ou approfondie de ce qu’est effectivement la religion musulmane dans les chroniques que de plus ou moins vagues allusions aux aspects les plus visibles – et de ce fait les plus superficiels – de la pratique de cette religion, tels que la construction de mosquées à minarets et la présence des muezzins pour l’appel à la prière. Ainsi trouve-t-on sous la plume de Rodrigue Jiménez de Rada, qui n’est pas seulement chroniqueur mais aussi, il faut le souligner, archevêque de Tolède à l’époque de Ferdinand III, cette évocation sans fard de la « purification » de la mosquée de Cordoue après la reddition de la ville :

  • 21 Rodrigo JIMÉNEZ DE RADA, Historia de Rebus Hispanie, Livre IX, chapitres  XVI et XVII, cité par Joh (...)

Les Arabes de la ville sortirent sains et saufs et, le jour de la fête des apôtres Pierre et Paul, la ville patricienne a été purgée de la crasse de Mahomet. Le roi, dans la grande tour où autrefois on invoquait le nom de cet homme perfide, commença à exalter le bois de la croix vivifiante, et tous commencèrent, avec joie et larmes, à invoquer l’aide de Dieu. Puis l’insigne royal fut placé à côté de la croix du Seigneur, on commença à entendre les réjouissances des justes dans le tabernacle et d’une voix joyeuse les prêtres avec les évêques entonnèrent le Te Deum […] Ensuite Jean, vénérable évêque d’Osma […] entra dans la mosquée de Cordoue qui surpassait toutes les autres mosquées des Arabes en taille et en décoration. […] on élimina la saleté de Mahomet et on y répandit de l’eau bénite. Il [l’évêque Jean] convertit la mosquée en église et y érigea un autel en l’honneur de la bienheureuse Vierge ; il célébra une messe solennelle […] Et puisque, en opprobre au peuple chrétien, les cloches de l’église de Saint-Jacques de Compostelle, depuis qu’elles avaient été enlevées par al-Mansûr [avaient été] placées dans la mosquée de Cordoue où elles servaient de lampadaires, le roi Ferdinand les fit rapporter à l’église du bienheureux Jacques, à laquelle elles furent restituées21.

28Il faut dire que pour Rada, tous les minarets étaient forcément d’anciens clochers qu’il fallait donc rendre à leur ancienne fonction. Mais les oppositions clocher / minaret et cloches / muezzin se retrouvent sous la plume de nombreux auteurs. Nous sommes clairement dans le cadre d’une occupation symbolique de l’espace urbain ; il faut dire que l’attitude du clergé chrétien répond aux lamentations des auteurs musulmans qui dénoncent le fait que les « infidèles », lorsqu’ils prennent une ville, remplacent le cri du muezzin par les cloches ; on ajoutera que l’enlèvement des cloches de Compostelle par al-Mansûr à la fin du Xe siècle avait été pour les chrétiens un véritable traumatisme.

29On n’ira pas plus loin en la matière et on ne peut pas espérer trouver des arguments de fond contre l’islam dans les chroniques : ces arguments – de plus ou moins bonne foi – sont réservés à des traités ad hoc, rédigés dans le but de combattre la religion de l’autre, moins destinés d’ailleurs à persuader les musulmans de leurs erreurs qu’à en persuader les chrétiens eux-mêmes, ce qui n’a de sens que dans une société où ces chrétiens sont en contact direct avec la religion de l’autre, et donc susceptibles d’y succomber. C’est dans son traité Impugnación de la secta de Mahoma que l’évêque de Jaén Pedro Pascual, au début du XIVe siècle, laisse libre cours à sa haine et à son mépris des musulmans, aux mains de qui il est tombé, dans le but avoué d’empêcher l’apostasie de certains de ses compagnons de détention. Dans ce traité, l’évêque n’hésite pas à diaboliser l’adversaire en inventant une fausse étymologie du nom de Maure par lequel on le désigne : certes, ce nom est celui des habitants des provinces romaines de Mauretania [elles sont au nombre de trois : Mauretania Tingitania, Mauretania Caesariensis et Mauretania Tabia], mais, ajoute-t-il, il faut savoir que les Maures ont l’habitude, quand ils ont peur d’être volés, d’avaler leur or,

  • 22 Cité par TOLAN, ibid., p. 136.

et ensuite ils rejettent l’or parfois par la bouche, parfois par-dessous. Et ainsi nous en Espagne les appelons moros, avec mépris, car ils font passer l’or par le pire des endroits : ainsi, moro vient de meante oro22.

30L’attaque est d’autant plus violente que cette pratique est aussi celle de certains démons dans les représentations du XIIIe siècle. Pour faire bonne mesure, l’évêque ajoute que les Maures se conduisent comme des animaux à l’heure du repas, n’utilisant ni cuiller ni couteau, et que celui qui mange le plus salement est tenu pour le plus viril. Il est clair que nous sommes là face à un texte dont le but est très différent de celui des chroniques.

  • 23 Voir mon article « Huellas de pluralidad lingüística en las crónicas castellanas », in : César GARC (...)

31Est-ce à dire que rien, dans l’historiographie, ne permet de distinguer les musulmans des chrétiens ? Ce serait là une affirmation très excessive : précisément parce qu’ils connaissent bien ceux dont ils parlent, les chroniqueurs ne commettent pas l’erreur de les présenter comme l’exact pendant des chrétiens, comme tendent à le faire les poètes épiques français, qui confondent les héros de leurs récits et leurs adversaires dans une même vision d’un monde guerrier régi par les lois universelles de la chevalerie. Ce n’est qu’au XVe siècle que l’on verra des auteurs adopter la même position que les Français, pour le plus grand plaisir de lecteurs nostalgiques d’un temps qui n’est plus. L’un des traits distinctifs des musulmans, dans les chroniques, est l’usage de la langue arabe, que l’on souligne même lorsque les discours sont rapportés en castillan23. Mais il y en a d’autres.

c) L’autre comme objet de curiosité

32Il est rare que l’on insiste sur des coutumes ou des pratiques quotidiennes propres au monde musulman. Cela se produit pourtant dans les récits semi-légendaires, mais intégrés à l’historiographie dès le XIIIe siècle, concernant la figure du Cid. Dans l’un de ces récits, en effet, le héros castillan est contacté par l’ambassadeur du sultan de Perse, qui aimerait bénéficier de son aide. L’épisode est l’occasion de fantasmer sur les richesses de l’Orient lointain, mais aussi de mettre en scène des pratiques qui différencient clairement les deux mondes en présence :

  • 24 Diego de VALERA, Crónica abreviada, éd. et étude de Cristina Moya García, Madrid : Fundación Univer (...)

Et dès que le Maure eut mangé, il fit amener les bêtes de somme chargées de ce que le sultan lui envoyait et les animaux étranges qu’il lui amenait de l’autre côté de la mer, et il ouvrit les coffres en présence du Cid. Et immédiatement, il en sortit des sacs très grands pleins de pièces d’or et d’argent, puis un très grand plat d’argent ouvragé, des assiettes et des écuelles, des récipients et des marmites pour préparer la nourriture, le tout pesant dix mille marcs, et en outre dix coupes d’or, dont chacune pesait dix marcs, et de nombreux draps d’or et de soie, et cent livres de myrrhe, et du baume dans un vase d’or, et un plateau d’ivoire garni d’or et de pierres précieuses, et le plateau et les pièces d’un jeu d’échecs, les unes d’or et les autres d’argent, garnies de pierres de nombreuses couleurs.
Et lorsqu’il lui eut tout montré, le Maure lui dit : « Le sultan t’envoie tout cela pour que tu saches l’amour qu’il a pour toi ». Alors, le Cid remercia grandement le sultan, et il l’embrassa et lui dit : « Si tu étais un chrétien, je te donnerai le baiser de paix », mais il le lui donna sur l’épaule, selon les usages des Maures. Alors, le Maure dit qu’il le remerciait grandement pour la grande mesure avec laquelle il avait reçu son présent et le grand honneur qu’il lui avait fait. Et il lui dit : « Cid, si tu étais devant le sultan, mon maître, pour t’honorer, il te donnerait à manger la tête de son cheval, ce qui est le plus grand honneur que nous puissions faire à ceux que nous invitons, mais puisque vous, les chrétiens, vous n’avez pas une telle coutume, le sultan, mon maître, t’envoie un cheval, le meilleur qu’il y ait sur ses terres, qui vaut plus que sa tête cuisinée. Et moi, seigneur, je te baiserai la main, et je m’en tiendrai pour très honoré ». Le Cid prit le cheval et consentit à ce que le Maure lui baisât la main…24

  • 25 Les textes parlent de « marfil », ce qui peut aussi bien désigner l’ivoire que l’éléphant.

33Deux mondes qui se respectent et qui s’apprécient, sans pour autant nier leurs différences, voilà le tableau que nous dresse le chroniqueur. On notera que le récit met en scène l’ambassadeur d’un pays lointain. Trois types d’usages se trouvent de ce fait en présence : d’une part, les usages des chrétiens (de Castille), qui sont au nombre de deux : le baiser de paix, qui se donne traditionnellement, dans tout l’Occident, de chevalier à chevalier (sur la bouche), et le baisemain, qui est signe de respect et sert aussi de rite à l’hommage vassalique ; d’autre part, les usages que l’on attribue aux Maures, c’est-à-dire à tous les musulmans (l’accolade ?) ; enfin, les usages vraiment exotiques des habitants de la Perse, dont rien ne dit qu’ils sont liés à leur appartenance à l’Islam (l’offrande de la tête de cheval comme morceau de choix). Il semble établi que cet épisode n’est pas né ex-nihilo, mais qu’il est directement inspiré d’une ambassade, bien réelle celle-là, du sultan d’Egypte auprès du roi Alphonse X dans les années 1260-1265 ; à cette occasion, le roi reçut en cadeau divers animaux dont une girafe, un zèbre, un crocodile et un éléphant25. Nous reviendrons sur l’exotisme comme signe d’une altérité qui n’est pas nécessairement rejetée, bien au contraire. Soulignons que cet épisode met en évidence, dans un contexte d’échanges pacifiques et de protestations d’amitié, la rupture qui s’instaure non seulement entre chrétiens et musulmans mais encore et surtout entre musulmans d’Espagne et musulmans d’outre-mer. Dans les chroniques, cette distinction entre « les Maures d’en deçà de la mer » et ceux « d’au-delà de la mer » (aquende el mar / allende el mar) est très nette : dans les contextes de conflits, ceux que l’on craint sont toujours les seconds – qui le plus souvent ne viennent pas de contrées aussi exotiques que notre ambassadeur mais simplement d’Afrique du Nord. À partir du XIIIe siècle, le royaume de Grenade ne représente plus vraiment une menace pour la Castille, si ce n’est comme porte d’entrée pour les envahisseurs venus du Maghreb, du moins jusqu’à la bataille du fleuve Salado, en 1340, qui met fin aux dernières velléités d’invasion de l’Espagne chrétienne par les Mérinides.

  • 26 « Lamentación de Spaña fecha por el marqués de Santyllana », in : Íñigo LÓPEZ DE MENDOZA, marqués d (...)

34Malgré cette rupture essentielle entre les musulmans qui, bien que la logique de la Reconquista les considérât comme des occupants illégaux, n’en étaient pas moins nés en Espagne de familles depuis longtemps implantées dans le pays et ceux qui pouvaient à tout moment envahir la Péninsule (le XVe siècle craindra longtemps une « seconde destruction de l’Espagne », comme l’illustre un texte en prose du marquis de Santillane26), il est parfois réaffirmé par les chroniqueurs que tous sont bien des figures de l’altérité aux yeux des chrétiens : ceci apparaît, par exemple, dans l’histoire du Cid, cet homme dont la seule présence suffit à provoquer la panique de ses futures victimes éventuelles, par une sorte de réaction instinctive. C’est ce que ressent un envoyé du roi Búcar de Marrakech lorsqu’il est mis en présence du héros :

  • 27 D. VALERA, Crónica abreviada…, p. 228.

Et tandis que le Cid parlait avec ses gendres, on dit au Cid qu’à la porte se trouvait un messager du roi Búcar, et le Cid demanda qu’on le fît entrer. Et le Cid avait une vertu telle que tout Maure le voyant pour la première fois avait peur de lui. Et quand le Maure entra, il se troubla quelque peu27.

35Cette répulsion mutuelle, qui ne s’explique pas autrement que par des causes naturelles (la « vertu » du Cid est du même type que la fameuse « vertu dormitive » de l’opium), nous servira de conclusion provisoire, nous rappelant que, parfois, l’altérité ne s’explique pas : elle se vit.

L’altérité recherchée

36Nous avons souligné que l’altérité n’était pas nécessairement un facteur de répulsion mais pouvait au contraire être recherchée. Nous en donnerons, brièvement, quelques exemples, sans entrer dans les détails, dans la mesure où rares sont les chroniques qui traitent de ce thème.

  • 28 Jean de MANDEVILLE, Voyage autour de la terre, traduit et commenté par Christiane Deluz, Paris : Le (...)
  • 29 Pero TAFUR, Andanzas y viajes de un hidalgo español, édition de Marcos Jiménez de la Espada, Madrid (...)

37Nous avons déjà parlé à plusieurs reprises de l’attrait de l’exotisme. Le Moyen âge, en Castille comme ailleurs, vit en l’occurrence sur l’héritage de l’Antiquité, sur les connaissances assez fantaisistes développées dans l’Histoire naturelle de Pline, renouvelées par toute une littérature élaborée autour des voyages et des conquêtes d’Alexandre le Grand. On croit savoir, ainsi, que les terres indiennes sont peuplées de cynocéphales ou d’hommes ayant le visage à la hauteur de la poitrine, et certains « voyageurs » médiévaux n’hésiteront pas à confirmer l’existence de ces êtres. Lorsque ces « voyageurs » n’existent pas ou ne sont jamais sortis de leur chambre, ces pseudo-connaissances ne peuvent nous surprendre (cas de Jean de Mandeville, qui est supposé avoir vécu au XIVe siècle ; le récit des voyages de cet Anglais qui n’a probablement jamais existé a été un véritable best-seller28) ; le fait est plus surprenant s’agissant de véritables voyageurs : quand Pero Tafur (hidalgo de Séville ayant parcouru le monde dans les années 1430 avant de rédiger ses souvenirs vingt ans plus tard) nous assure que l’on chasse le tigre en Pologne, nous sommes pour le moins surpris, ce fauve n’ayant pas coutume de hanter la région de Cracovie ; il est vrai que Tafur n’a pu assister à l’une de ces chasses, et qu’il le regrette amèrement29. Avec plus de raison sans doute, nous restons rêveurs lorsque Diego de Valera nous assure dans la descriptio mundi qui ouvre sa Chronique abrégée (Séville, 1482), à propos des oies bernaches, qu’il existe bel et bien en Angleterre des arbres dont les fruits, lorsqu’ils tombent par terre, se transforment en oiseaux, et en poissons s’ils tombent dans l’eau ; il dit s’être renseigné sur ce sujet auprès du cardinal d’Angleterre, grand-oncle de la reine Isabelle de Castille, lors de l’un de ses voyages, et affirme que celui-ci lui a confirmé le fait. Sans commentaire…

  • 30 Ce livre a été édité par Juan GIL, El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón – El libro de (...)
  • 31 Le Canarien. Livre de la conquête et conversion des Canaries (1402-1422) par Jean de Béthencourt, p (...)

38Il est inutile d’insister sur le rôle que la curiosité intellectuelle et la recherche de l’Autre ont pu jouer dans les voyages de découverte et de conquête espagnols et portugais du XVe siècle. Christophe Colomb possédait un exemplaire annoté par ses soins du Livre des Merveilles de Marco Polo30 ; mais près d’un siècle plus tôt déjà, le Canarien, chronique de la conquête des îles Canaries par deux aventuriers normands au service du roi Henri III de Castille, insistait sur le rôle moteur que la lecture des ouvrages d’aventures exotiques avait pu jouer dans ce type de conquête31.

  • 32 Ruy GONZÁLEZ DE CLAVIJO, Embajada a Tamorlán, éd. Francisco López Estrada, Madrid : Castalia, 1999.

39Sous le règne d’Henri III, précisément, et comme un reflet des ambassades envoyées en Castille par des souverains exotiques, c’est au tour de celle-ci d’envoyer une ambassade auprès de Tamerlan (Timur Beg, le Boîteux, grand khan des Mongols, 1386-1405) pour essayer de mettre sur pied une alliance qui permettrait de prendre à revers l’empire ottoman, adversaire des chrétiens d’Occident tout autant que des Mongols. Ce genre de rêve n’est pas nouveau : il a pris corps très tôt, avec la figure légendaire du Prêtre Jean, ce prince chrétien qui règnerait en Inde et pourrait appuyer les efforts des Occidentaux dans leur lutte contre l’Islam. Mais ce qui est nouveau, c’est que le prince sur qui l’on compte à présent est bien réel, qu’il n’est pas chrétien et qu’on le sait (même si l’on se fait quelques illusions sur sa possible conversion au christianisme, puisque lui aussi est musulman). L’ambassade dure plusieurs années, de 1403 à 1406, et l’on en a conservé un récit, rédigé par l’un des ambassadeurs lui-même32. Elle est une réponse à une première ambassade de Tamerlan, accompagnant en Castille quelques femmes chrétiennes que le Mongol avait libérées des Turcs. L’ouvrage rédigé au retour des ambassadeurs, à partir de leur journal, est à la fois un récit de voyages rempli de descriptions émerveillées, et une chronique consacrée à des événements qui n’étaient pas connus en Castille, une véritable histoire de Tamerlan et de sa famille.

40Avec ce nouveau rapport à l’Autre, que l’on recherche plus qu’on ne le fuit, la Castille entre dans une nouvelle époque, où elle va s’ouvrir au monde.

L’altérité marginalisée : les juifs de Castille

41Il nous reste à dire quelques mots (très brefs, car les chroniques ne s’intéressent guère à eux, si ce n’est pour signaler les massacres dont ils sont victimes) des juifs, qui eux aussi entrent dans la catégorie de l’Autre, mais un autre méprisé et marginalisé par les chrétiens, beaucoup plus que l’autre musulman, qui – à l’époque qui nous intéresse – reste un adversaire digne d’estime. L’autre marginalisé sera une grande figure de l’époque suivante, avec l’augmentation de la pauvreté et la multiplication des mendiants, l’arrivée des Gitans, le mépris qui touchera les Morisques jusqu’à leur expulsion ; mais à l’époque médiévale, les seuls à souffrir de ce traitement particulier de l’altérité sont les juifs. Joseph Pérez a rappelé dans ses articles et ses ouvrages que, si l’on peut parler au Moyen Âge de « l’Espagne des trois religions », il est plus discutable de parler de « l’Espagne des trois cultures », dans la mesure où la culture juive s’est certes développée (il y a eu des auteurs juifs en Espagne, et parmi les plus grands), mais dans une certaine dépendance vis-à-vis des deux autres grandes cultures péninsulaires. Tous les auteurs juifs ont en effet choisi de s’exprimer dans la langue de la culture dominante dans laquelle ils étaient immergés : Maïmonide, même s’il le regrettera ensuite, n’écrit pas en hébreu mais en arabe. Pour illustrer la situation des juifs de Castille, nous terminerons ce paragraphe par une citation. L’auteur du poème dont elle est tirée était juif, il s’appelait Sem Tob et il était grand rabbin de sa ville de Carrión de los Condes ; pourtant, dans les années 1350, c’est en castillan, et selon les règles de la métrique et de la versification en usage chez les chrétiens, qu’il choisit de rédiger ses Proverbes moraux, dans lesquels il exprime l’inquiétude qui l’étreint face au monde qui l’entoure. Deux strophes parmi les plus célèbres de son recueil sont celles que nous citerons ici :

  • 33 SEM TOB de Carrión, Proverbios morales, éd. Paloma Díaz-Más et Carlos Mota, Madrid : Cátedra, 1998, (...)

Parce qu’elle naît de l’aubépine, la rose n’en vaut certes pas
Moins, ni le bon vin, parce qu’il est issu du sarment ;
L’autour n’en vaut pas moins parce qu’il naît dans un mauvais nid,
Ni les bons exemples, parce que c’est un juif qui les dit33.

Conclusion

42Le thème de l’altérité est un thème complexe, un immense champ de recherches sur lequel il reste encore beaucoup à faire. Ce travail n’a fait qu’effleurer quelques-uns des aspects de la question, mettant en évidence plus de difficultés dans l’analyse de ces aspects qu’il ne pouvait en résoudre. Il ne nous reste plus qu’à suivre les conseils du poète – non ceux de Sem Tob, que je viens de citer, mais ceux de Baudelaire – et à plonger « au fond de l’Inconnu pour trouver du Nouveau ».

Haut de page

Notes

1 Joseph Pérez était le président du jury de l’agrégation externe d’espagnol lorsque je me suis présenté à ce concours en 1988 ; quelques années plus tard, en 1993, il m’a accueilli à la Casa de Velázquez, dont il était alors le directeur.

2 Cet article est rédigé à partir d’une conférence sur « l’altérité dans les chroniques médiévales espagnoles » donnée le 10 avril 2010 dans le cadre des activités de l’ED « Europe latine, Amérique latine » de l’université Sorbonne Nouvelle (ED122) et restée inédite. Dans le but de préparer cet article, j’ai présenté une deuxième version de cette conférence le 7 décembre 2020 devant les membres du séminaire « Moyen Âge espagnol » du Colegio de España, que je remercie pour leurs remarques avisées et leurs suggestions constructives.

3 Jean-Pierre JARDIN, « Les représentations du Maure dans la littérature castillane du XIIIe siècle », in : Augustin REDONDO (dir.), Les représentations de l'Autre dans l'espace ibérique et ibéro-américain, Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 1991, p. 23-31.

4 L’Estoire d’Espagne est rédigée dans les années 1270 ; quant au Mío Cid, on admet aujourd’hui que la date qui figure dans l’explicit du seul manuscrit conservé (1207) est celle de la rédaction de la version copiée dans ce manuscrit, quel que soit ce qui a pu exister auparavant.

5 C’est ce que fait Luc de Tuy en 1236 dans son Chronicon Mundi [voir les citations analysées par José Antonio MARAVALL, El concepto de España en la Edad Media (1e éd. : 1954), Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1981, p. 320-321].

6 Georges MARTIN, « La “pérdida y restauración de España” en la historiografía latina de los siglos VIII y IX », e-Spania [En ligne] 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 21 avril 2021 (URL: https://journals.openedition.org/e-spania/34836), notamment note 67.

7 Rafael SÁNCHEZ SAUS, Les chrétiens dans al-Andalus. De la soumission à l’anéantissement, trad. Nicolas Klein, Monaco : Le Rocher, 2020, p. 138.

8 J.A. MARAVALL, El concepto de España…, p. 217 : « Tengamos en cuenta que según su concepción geográfica, los árabes imaginaron la Península inclinada hacia Oriente en un ángulo de casi 90° ycreyeron que la cadena montañosa de los Pirineos llegaba hasta Lisboa. »

9 « [Ahmad Ibn Yûsuf Ibn Hûd] excita contre eux un chien parmi les pires chiens de Galice, appelé Rodrigue et surnommé El Campeador. Cet homme était le fléau du pays » (Ibn BASSAM, traduction de Reinhart Dozy citée par Mikel DE EPALZA et Suzanne GUELLOUZ, Le Cid, personnage historique et littéraire, Paris : Maisonneuve et Larose, 1983, p. 108-111. Une brève présentation du chroniqueur se trouve aux pages 37-38 du même ouvrage).

10 On trouve cette vision caricaturale, par exemple, dans le Vau de Vire, le célèbre virelai d’Olivier Basselin (1430) : « Et cuitez-vous que je me joue / et que je vous fisse aller / en Angleterre demourer. / Ils ont une longue quoue… », ou dans la Chanson de la libération (ca. 1450), chanson française célébrant la mort du roi Henri V d’Angleterre : « Le roi anglais se faisait appeler / le roi de France par s’appellation. / […] Du pays de France, ils sont tous déboutés, / il n’est plus monde de ces Anglais coués ; / maudite en soit trétoute la lignée. » (à chaque fois, c’est moi qui souligne).

11 Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general, Madrid : Gredos, 1977, vol. 2, p. 285. C’est moi qui traduis.

12 Ibid., p. 286 (paroles de Wamba).

13 Mariano DE LA CAMPA, La Estoria de España de Alfonso X. Estudio y edición de la Versión crítica desde Fruela II hasta la muerte de Fernando II, Málaga : Analecta Malacitana, 2009, p. 417 (traduction personnelle) ; ce passage se retrouve dans la Crónica de Veinte Reyes, Burgos : Excelentísimo Ayuntamiento, 1991, p. 173b.

14 « […] los portugueses, que ésta es la gente más diforme e aborresçible a todo el mundo que ay en christianos » (Refundición de la Suma de Reyes del Despensero, transcription personnelle).

15 Philippe de COMMYNES, Mémoires, introduction, édition, notes et index de Joël Blanchard, Paris : Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 2001, p. 667.

16 Appellation erronée, quoi qu’en pensent ceux qui l’utilisent : seul l’islam, issu de la révélation coranique, est une « religion du livre ». « Pour les musulmans, le Coran est la parole même de Dieu. Pour les juifs, la Loi (la Torah) est presque encore plus sacrée […]. Pour les chrétiens, Dieu se manifeste non pas à travers un texte, mais à travers une personne : Jésus. […] Religion de la personne et de la présence, le christianisme est par excellence la religion de l’amour » (Frédéric LENOIR, Comment Jésus est devenu Dieu, Paris : Fayard, 2010, p. 310-311 ; sur la charité (l’amour du prochain) comme fondement du christianisme, cf. saint Paul, 1 Corinthiens, 13, 1-13).

17 Serafín FANJUL, Al-Andalus, l’invention d’un mythe. La réalité historique de l’Espagne des trois cultures, Paris : L’Artilleur, 2017 ; Dario FERNÁNDEZ-MORERA, Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus : mythes et réalités, Paris : Jean-Cyrille Godefroy, 2018 ; Rafael SÁNCHEZ SAUS, Les chrétiens dans al-Andalus. De la soumission à l’anéantissement, Monaco : Le Rocher, 2019 – édition de poche en 2020, à partir de laquelle nous citons le texte.

18 D’où l’emprunt à la langue arabe de termes comme acequia (canal d’irrigation), albañil (maçon) ou même albeitar (vétérinaire), remplacé par le terme d’origine latine veterinario lorsque la dépendance des chrétiens vis-à-vis de la science arabo-musulmane est devenue moindre.

19 « D’après le légiste Mawerdi, le tribut “est demandé avec mépris, parce qu’il s’agit d’une rémunération due par les dhimmis en raison de leur infidélité, mais il est aussi demandé avec douceur, parce qu’il s’agit d’une rémunération provenant du quartier que nous leur avons fait” » (Léon POLIAKOV, Les juifs et notre Histoire, Paris : Flammarion, 1973, p. 52). Pour une image beaucoup moins positive de la situation des dhimmis chrétiens en al-Andalus, voir R. SÁNCHEZ SAUS, Les chrétiens dans al-Andalus…, p. 177 sq.

20 Émile PICHEROT, « Les romances fronterizos et le diwân d’al-Qaysî,“dernier poète nasride” : étude de deux légitimités territoriales différentes », Horizons Maghrébins. Le droit à la mémoire, 61/2009 (L’héritage de l’Espagne des trois cultures – Musulmans, juifs et chrétiens), p. 70-77.

21 Rodrigo JIMÉNEZ DE RADA, Historia de Rebus Hispanie, Livre IX, chapitres  XVI et XVII, cité par John TOLAN, L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge. Cultures en conflit et en convergence, Rennes : PUR, 2009, p. 153 [la traduction française est de cet auteur].

22 Cité par TOLAN, ibid., p. 136.

23 Voir mon article « Huellas de pluralidad lingüística en las crónicas castellanas », in : César GARCÍA DE LUCAS et Alexandra ODDO (éd.), “Quando me pago só monje e quando me pago soy calonje” – Studia in honorem Bernard Darbord, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2019, p. 177-188.

24 Diego de VALERA, Crónica abreviada, éd. et étude de Cristina Moya García, Madrid : Fundación Universitaria española, 2009, p. 246-247 (traduction personnelle).

25 Les textes parlent de « marfil », ce qui peut aussi bien désigner l’ivoire que l’éléphant.

26 « Lamentación de Spaña fecha por el marqués de Santyllana », in : Íñigo LÓPEZ DE MENDOZA, marqués de Santillana, Obras completas, édition d’Ángel Gómez Moreno et Maximilian P.A.M. Kerkhof, Barcelone : Planeta, 1988, p. 410-413.

27 D. VALERA, Crónica abreviada…, p. 228.

28 Jean de MANDEVILLE, Voyage autour de la terre, traduit et commenté par Christiane Deluz, Paris : Les Belles Lettres, 1993.

29 Pero TAFUR, Andanzas y viajes de un hidalgo español, édition de Marcos Jiménez de la Espada, Madrid : Miraguanos Ediciones / Ediciones Polifemo, 1995, p. 145-146. L’éditeur suggère une mauvaise compréhension de l’allemand “thiere” (ibid., p. 405).

30 Ce livre a été édité par Juan GIL, El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón – El libro de Marco Polo de Rodrigo de Santaella, Madrid : Alianza Universidad, 1987.

31 Le Canarien. Livre de la conquête et conversion des Canaries (1402-1422) par Jean de Béthencourt, publié […] par Gabriel Gravier, Rouen : Charles Métérie, 1874. Il existe du Canarien une traduction espagnole, réalisée et publiée par Alejandro Cioranescu en 1980.

32 Ruy GONZÁLEZ DE CLAVIJO, Embajada a Tamorlán, éd. Francisco López Estrada, Madrid : Castalia, 1999.

33 SEM TOB de Carrión, Proverbios morales, éd. Paloma Díaz-Más et Carlos Mota, Madrid : Cátedra, 1998, str. 63-64 (c’est moi qui traduis).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jardin, « La réception de l’autre dans la Castille médiévale », e-Spania [En ligne], 39 | juin 2021, mis en ligne le 19 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/39884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.39884

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search