Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)Période médiévaleUn complot contre le roi ? Les mi...

Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)
Période médiévale

Un complot contre le roi ? Les milices basques et la défense de l’institution monarchique pendant la guerre de succession (juillet 1475)

Daniel Baloup

Résumés

À partir de l’étude d’un incident survenu en juillet 1475 sous les murs de Toro, au cours duquel les milices basques cherchent à libérer le roi Ferdinand qu’elles croient prisonnier des Grands, cet article propose une réflexion sur le rôle politique du peuple dans la Castille du XVe siècle et sur la façon dont les chroniques de l’époque, en particulier la Crónica incompleta de los Reyes Católicos, en rendent compte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Au point de départ de ce riche courant historiographique : Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Nobleza y Monarqu (...)
  • 2 L’ouvrage le plus significatif des recherches menées à cette époque est sans aucun doute : Julio VA (...)
  • 3 Il convient de mentionner Hipólito Rafael Oliva Herrer, à qui l’on doit une part très significative (...)
  • 4 On pense par exemple aux travaux de Claire Judde sur Venise à la fin du Moyen Âge. En dernier lieu  (...)

1En Castille, la fin du Moyen Âge est marquée par l’activité intense de ligues nobiliaires dont l’affrontement vise principalement à contrôler la personne du roi : si Jean II et Henri IV apparaissent comme des personnalités relativement faibles, promptes à s’effacer derrière un favori qui gouverne en leur nom, l’institution monarchique reste néanmoins la source de revenus, de privilèges et d’honneurs qui attirent toutes les convoitises. Derrière cette lutte d’intérêts privés, une série de questions touchant à l’intérêt collectif se voit aussi débattue : sur le plan théorique, au moins depuis l’époque d’Alphonse X, une partie de la noblesse revendique sa participation au gouvernement ; sur le plan pratique, les factions orientent la politique du royaume, en particulier dans ses relations avec les puissances voisines, en péninsule Ibérique et au-delà. Pour autant, l’implication d’autres groupes sociaux que la noblesse dans la vie publique, à l’échelle du royaume, ne semble jamais avoir été suffisamment notable pour que les historiens en rendent compte. Cela tient sans doute à la structuration de la recherche sur ces questions qui encore aujourd’hui doit beaucoup au schéma proposé dès les années 1960 par Luis Suárez Fernández – un schéma tout entier centré sur la rivalité entre la royauté et la noblesse1. Cela tient aussi à la qualité des sources, en particulier des sources narratives : le monopole de fait exercé par la cour et par l’aristocratie sur la production historiographique contribue puissamment à tenir dans l’ombre d’autres acteurs de la vie politique, en particulier le peuple des villes et des campagnes. Un dernier élément d’explication repose dans l’influence exercée au sein de l’université espagnole des années 1970 et 1980 par le modèle marxiste : les mobilisations populaires ont été le plus souvent réduites à la catégorie de luttes sociales, sans qu’une dimension proprement politique leur soit reconnue2. Cette tendance historiographique pérenne, quoique contredite par quelques initiatives isolées3, retient d’autant plus l’attention que l’on observe à l’échelle internationale un puissant intérêt pour les phénomènes de « politisation ordinaire » à l’époque médiévale, dans une dynamique dont l’objectif semble bien de revaloriser la participation du commun à la vie publique4.

2Si les chroniques castillanes n’offrent guère de matière pour avancer sur ce terrain, comme il a été dit, on peut néanmoins en tirer quelques épisodes, à l’exemple de celui dont il va être question ici. L’anecdote est connue : le 21 juillet 1475, alors que l’armée des partisans d’Isabelle campe sous les murs de Toro, acquise au parti portugais, les milices communales des provinces basques se massent soudainement devant le quartier général et, convaincues de l’existence d’un complot contre le roi, exigent que Ferdinand leur soit remis. À la suite des chroniqueurs eux-mêmes, les historiens du règne des Rois Catholiques n’ont pas prêté grande attention à cet incident vite apaisé. Pourtant, les textes donnent bien à voir le peuple dans un rôle habituellement tenu par la noblesse : celui d’un acteur collectif qui cherche à s’emparer de la personne du souverain. L’examen des différentes versions de l’événement, en particulier celle donnée par Juan de Flores, dont le récit est plus détaillé que les autres, ouvre certaines perspectives sur cette activité politique du commun encore trop méconnue et sur la façon dont la chronistique officielle a décidé d’en rendre compte.

L’incident de Toro

  • 5 Pour une vue d’ensemble sur la période : Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Los Reyes Católicos. La conquista d (...)

3L’incident se produit dans le cadre de la guerre qui éclate à la mort d’Henri IV, en 1474. Depuis le début de son règne, ou peu s’en faut, le roi avait suscité les réticences puis l’opposition de plus en plus ouverte d’une partie importante de la noblesse. La rumeur disait Henri impuissant ; ses adversaires, pour le déstabiliser, affirmèrent qu’il ne pouvait pas être le père de la fille de la reine Jeanne, née en 1462. Devant la résistance du roi, qui revendiquait la paternité de la petite Juana, ils prirent contre lui le parti de son demi-frère, Alphonse, proclamé roi de Castille en 1465, puis celui de sa demi-sœur Isabelle après la mort d’Alphonse en 1468. En dépit d’une intense activité diplomatique, aucun compromis durable n’a été trouvé lorsque Henri IV meurt en 1474. La guerre de succession déchire la noblesse, entre partisans de Juana et d’Isabelle, et elle acquiert immédiatement une dimension internationale : face à Isabelle qui a épousé le prince héritier de la Couronne d’Aragon, Ferdinand, en 1469, les soutiens de Juana obtiennent l’appui du Portugal dont le roi, Alphonse V, devient l’époux de celle qu’ils considèrent comme la légitime héritière du trône de Castille5.

4Les premiers mois du conflit tournent à l’avantage du parti de Juana. Alphonse V franchit la frontière entre le Portugal et la Castille et s’installe à Toro, en dépit de la résistance de la citadelle, avant de prendre le contrôle de Zamora. Isabelle convoque à Tordesillas tous les moyens militaires que ses partisans peuvent lui apporter. Les chroniqueurs insistent sur l’impression de puissance que dégage l’armée dont Ferdinand prend la tête. Mais ils soulignent aussi les difficultés de la campagne : l’époux d’Isabelle s’engage en terrain hostile ; ses troupes sont harcelées et le ravitaillement vient à manquer. Arrivé sous les murs de Toro, Ferdinand constate rapidement qu’il ne parviendra à rien. Ses hommes échouent à encercler la ville, qui continue à recevoir de l’aide et des provisions, et il ne dispose pas des machines de siège indispensables pour briser les défenses. Ordonner la retraite n’est cependant pas une décision facile. Ferdinand temporise, et c’est dans ce moment de flottement que se produit l’incident. Les milices communales venues des provinces basques s’agitent ; elles ne comprennent pas pourquoi le roi n’ordonne pas l’assaut contre Toro et elles pensent qu’il en est empêché par les Grands qui le retiendraient prisonnier. Les Basques s’arment pour sauver Ferdinand. Ils s’assemblent devant le lieu où se tient le conseil de guerre et exigent qu’on leur remette le roi. La menace est sérieuse et suscite une grande émotion parmi les présents. Pourtant, le danger est vite écarté : Ferdinand se montre à ses hommes et parvient à ramener le calme. Son autorité ne souffre pas de l’incident mais la situation de l’armée paraît désormais encore plus précaire : il ne reste au roi qu’à prendre le chemin du retour vers Tordesillas.

  • 6 Andrés BERNÁLDEZ, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, éd. Manuel GÓMEZ-MORENO et Juan de (...)
  • 7 Fernando DEL PULGAR, Crónica de los Reyes Católicos, éd. Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : Espasa-C (...)
  • 8 Alonso DE PALENCIA, Crónica de Enrique IV, trad. Antonio PAZ y MELIÁ, Madrid : Tipografía de la Rev (...)

5De ces événements, les trois principaux chroniqueurs du règne des Rois Catholiques donnent des versions convergentes. Andrés Bernáldez ne s’attarde guère ; il plaide le malentendu : les gens des milices s’alarment en raison de la durée inhabituelle du conseil. Très attachés à Ferdinand, ils craignent la trahison des Grands et tardent à s’apaiser en dépit des paroles rassurantes du roi6. Le récit d’Hernando del Pulgar retient l’attention par ce qu’il rapporte des divisions d’opinion au sein des milices. Sans tenir compte des circonstances qui justifient d’ordonner la retraite, les gens du commun s’interrogent sur l’attitude des nobles qui entourent le roi et la raison pour laquelle ils l’encouragent à ordonner la retraite : certains pensent qu’ils retiennent Ferdinand prisonnier, d’autres que le roi est mal conseillé, d’autres encore que les Grands cherchent à empêcher une issue rapide au conflit pour continuer à tirer profit de la division du royaume. Sur cette toile de fond, Pulgar dresse un portrait avantageux de Ferdinand. Confronté au risque de voir des combats éclater au sein même de son armée, le roi affirme croire dans la bonne volonté des milices tout autant que dans celle des nobles qui l’accompagnent et il parvient à ramener le calme en justifiant la décision de retourner à Tordesillas7. Enfin, Alonso de Palencia se distingue des deux précédents en reprenant à son compte les accusations contre la noblesse : il affirme qu’une partie des Grands joue un double-jeu et que, à l’occasion d’entrevues nocturnes, elle a averti Alphonse V des intentions de Ferdinand qui souhaitait engager le combat8.

6L’incident de Toro agit donc comme un révélateur. Il permet aux chroniqueurs de mettre en évidence la fragilité des positions occupées par Isabelle et Ferdinand à l’été 1475. Plus que l’impuissance de ce dernier devant les défenses de la ville occupée par les Portugais, la dépendance du couple royal à l’égard de la haute aristocratie peut faire douter de l’issue de la guerre. À l’une ou à l’autre des prétendantes au trône de Castille, les chefs des grandes familles apportent des moyens militaires et économiques, une emprise territoriale et des réseaux accumulés depuis l’accession au pouvoir des Trastamare, dans la deuxième moitié du XIVe siècle, et plus récemment sous le gouvernement erratique d’Henri IV. Si certains ralliements paraissent solidement acquis, le soutien donné à Juana ou à Isabelle relève le plus souvent d’un choix opportuniste : une fois les hostilités engagées, la plupart des Grands ont été contraints de prendre parti. Mais l’équilibre des factions demeure fragile, ce que Ferdinand ne peut ignorer au moment où il tente de mettre le siège devant Toro. Dans ce contexte, la menace que les milices des provinces basques font peser pendant quelques heures sur les Grands contribue à renforcer la position d’Isabelle et de son époux. Non pas que le couple royal puisse envisager d’ouvrir un nouveau front et d’ajouter à la division du royaume en opposant le commun à l’aristocratie. Mais l’occasion est donnée à Ferdinand de se poser en pacificateur, en garant d’un équilibre fondé sur la confiance qu’il accorde avec une parfaite équanimité aux deux groupes affrontés.

Ferdinand, bouclier de la noblesse

  • 9 Crónica incompleta de los Reyes Católicos (1469-1476), según un manuscrito anónimo de la época. Pró (...)
  • 10 Joseph GWARA, « The Identity of Juan de Flores: The Evidence of the Crónica incompleta de los Reyes (...)
  • 11 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos: el umbral del Renacimiento, Ma (...)

7L’incident de Toro aurait pu rester dans l’histoire du règne des Rois Catholiques comme un simple aléa de la campagne de 1475. Mais les chroniqueurs ont perçu son potentiel narratif. Plus encore que les trois auteurs déjà cités, Juan de Flores manifeste dans son récit de la guerre de succession un intérêt particulier pour cet épisode qu’il développe tout au long du chapitre xxxv de sa chronique. Cette dernière est connue depuis que Julio Puyol en a donné une édition en 19349. L’attribution à Juan de Flores a été établie par Joseph Gwara et Carmen Parrilla à la fin des années 198010. L’analyse du texte pose un certain nombre de difficultés, en raison d’au moins deux ambiguïtés fondamentales. La première tient à son registre : Juan de Flores est nommé chroniqueur royal au mois de mai 1476 mais on le connaît avant tout pour sa production de romans sentimentaux : la rédaction du texte édité par Puyol est concomitante de celle du Triunfo de Amor, qui date des années 1476-1477. Le traitement des personnages et des situations dans la chronique s’en ressent ; ce n’est pas pour rien que Fernando Gómez Redondo louait encore récemment ses qualités littéraires11. Une deuxième ambiguïté tient au positionnement politique de l’œuvre de Juan de Flores. Le récit est pleinement favorable au couple royal, bien sûr, mais dans la deuxième moitié des années 1470, la place respective des deux conjoints reste l’objet de vifs débats : Isabelle est l’héritière du trône mais ne devrait-elle pas s’effacer devant Ferdinand, un homme qui démontre toutes les qualités attendues d’un roi ?

  • 12 María del Pilar Rábade a voulu voir dans l’œuvre de Florès un texte entièrement favorable à Isabell (...)
  • 13 D. BALOUP, op. cit.

8Entre les deux positions, Juan de Flores balance12. On imagine sans peine les pressions qu’il pouvait subir d’une faction et de l’autre, et on mesure la difficulté de parvenir à une synthèse susceptible de satisfaire les deux parties. Probablement a-t-il échoué : très vite remplacé aux fonctions de chroniqueur royal, Juan de Flores ne semble avoir laissé qu’un brouillon de sa chronique. Le texte édité par Puyol est, en tout cas, inachevé. Nettement favorable à Ferdinand dans un premier temps, il se conclut par une série de chapitres où la figure d’Isabelle éclipse totalement celle de son époux. L’incident de Toro compte au nombre des tableaux où ce dernier se trouve à son avantage. Au regard des usages et des représentations en cours à cette époque, le contexte militaire entrave toute tentative d’exaltation du rôle de la reine. De plus, à l’été 1475, contrairement à sa pratique dans d’autres circonstances, Isabelle n’accompagne pas l’armée. Comme Bernáldez et plus encore Pulgar et Palencia, Flores peut donc s’employer à louer l’attitude et les qualités de Ferdinand. Situé environ aux deux tiers de l’ouvrage, ce chapitre XXXV s’inscrit dans une continuité narrative initiée dès les premières pages. Depuis le début de la chronique, en effet, Flores souligne avec insistance l’adhésion sans réserve de la noblesse et du peuple de Castille pour ce prince pourtant issu d’une puissance encore récemment ennemie. L’épisode se situe en outre juste avant un chapitre xxxvi où la description d’un échange tendu au sein du couple royal à propos de la décision de ne pas attaquer Toro peut être lue comme une mise en cause implicite de la capacité d’Isabelle à régner13. Il importe de bien avoir ce continuum à l’esprit pour saisir l’intention du chroniqueur au moment de mettre en scène Ferdinand aux prises avec la colère des Basques.

  • 14 Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 232-234.
  • 15 « Y alli aquellos grandes señores todos ouieron grand turbaçion y temor que, por ser aquella gente (...)
  • 16 « Todos los viscaynos y muchos montañeses se van a la casa donde el rey estaua y dando vozes por el (...)

9À la fin du chapitre XXXIV, la décision de faire se replier l’armée sur Tordesillas a été prise : alors que le conseil ne parvient pas à trancher sur la conduite à tenir, ses membres décident de confier une mission d’arbitrage au comte de Treviño, Pedro Manrique de Lara, et à un chevalier aragonais de l’entourage de Ferdinand dont Flores n’a pas retenu le nom. Les deux hommes examinent ensemble les défenses de Toro et concluent qu’un assaut ferait de nombreuses victimes dans les rangs castillans sans donner un résultat assuré. Flores insiste sur le dépit ressenti par Ferdinand qui ne se voit pas battre en retraite sans avoir d’une façon ou d’une autre exposé sa vie14. Conformément à son habitude, le chroniqueur prête à son personnage des sentiments inspirés de modèles romanesques : Ferdinand réagit sur un mode héroïque et pense d’abord à son honneur. Un officier d’armes et une délégation dirigée par Gómez Manrique s’en vont défier le roi de Portugal à un combat singulier de la part de Ferdinand. Les chroniques de Pulgar et de Palencia attestent qu’il ne s’agit pas d’une invention de Juan de Flores. Le conseil se tient dans un bourg à proximité du campement. Au moment où le lieu de la réunion se trouve menacé par les milices basques, les Grands éprouvent une grande frayeur car ils sont séparés de leurs escortes et parce que les hommes amassés à l’extérieur ne reconnaissent plus aucune autorité15. Flores souligne à plaisir leur désarroi tout en le justifiant : à l’en croire, les Basques ont quitté le camp, convaincus du danger qui pèserait sur Ferdinand, en criant que les Grands sont des traitres et en promettant de les mettre à mort16.

  • 17 « Era mucho amado de los viscaynos y los más dellos venian con él » (ibid., p. 236). L’attachement (...)
  • 18 « Y luego el rey dexó los casos arduos en que estaua en consejo y fue a contentar y paçiguar la sob (...)
  • 19 « Y con grand discreción les habla aquellas palabras que para con semejantes gentes eran menester, (...)
  • 20 Ibid., p. 237.

10Dans le récit de Juan de Flores, cette situation d’extrême tension se résout en trois temps. Tout d’abord, les Grands cherchent à calmer la foule en envoyant deux d’entre eux parlementer. Il n’est pas fait mention d’une intervention de Ferdinand à ce stade. Les deux négociateurs sont Pedro Manrique de Lara, choisi parce qu’il « était très aimé des Biscayens et que la plupart d’entre eux étaient venus avec lui17 », et Alonso Enríquez de Quiñones, l’amiral de Castille, que les Grands sollicitent parce qu’il est l’oncle du roi. La médiation échoue ; les Basques continuent à réclamer Ferdinand. Dans un deuxième temps, celui-ci consent à paraître devant la maison. Flores justifie le caractère tardif de son apparition par la charge de travail qu’il assume avec conscience : il ne s’était pas montré plus tôt parce que les affaires du royaume le retenaient18. Ferdinand fait face à la foule qui l’acclame tout en continuant à crier mort aux traitres. Monté sur un cheval, il prend seul sa tête et la ramène vers le camp. Flores insiste sur la capacité de Ferdinand à adapter son discours à l’auditoire. Il rassure, corrige et pardonne : tout en se disant confiant dans la fidélité des Grands, il reproche aux Basques le désordre mais reconnaît leur bonne volonté19. Finalement, Ferdinand doit apaiser les nobles. De retour auprès d’eux, il regrette l’audace des hommes des milices mais refuse de les châtier comme les Grands l’exigent. Ses arguments tiennent à la difficulté de punir une foule aussi nombreuse et au rôle crucial que jouent les Basques dans la défense du royaume. Il serait « honteux et dangereux » de leur tenir rigueur de cet incident. Par amour pour lui et parce que l’indiscipline des troupes fait partie des aléas qu’un chef de guerre doit savoir supporter, Ferdinand demande finalement aux Grands de passer outre20.

  • 21 « La llaue de sus Reynos » (ibid.).

11Juan de Flores ne se satisfait donc pas de représenter Ferdinand dans le rôle un peu convenu du souverain pacificateur. Certes, celui-ci rétablit le calme et restaure sinon la concorde, du moins la possibilité d’une coexistence apaisée entre des secteurs de la société éloignés par une défiance qui semble mutuelle. Certes, Ferdinand apparaît dans le récit comme le point d’articulation entre les deux groupes affrontés, en même temps que l’objet de leur conflit : il joue les intermédiaires et dans la lecture de l’incident que lui prête Flores, c’est la volonté de le servir et de servir la couronne qui rapproche les milices et les Grands. Mais, au-delà, Ferdinand est présenté par le chroniqueur comme le bouclier d’une noblesse à la merci de la colère populaire. Les Grands sont menacés et impuissants. Ils n’en imposent pas aux gens des milices, se trouvent incapables de se défendre et échouent à les convaincre par la voix de leurs délégués. Il faut l’intervention du roi pour écarter la menace. On peut lire dans ce récit une intéressante inversion du rapport de force : alors que les circonstances de la campagne pourraient laisser penser que le couple royal est en situation de dépendance vis-à-vis des principaux chefs de lignage, la chronique montre au contraire ceux-ci redevables de sa protection. La conclusion évite, par ailleurs, que l’incident puisse être tenu pour anecdotique : Ferdinand rappelle aux Grands, pour justifier son refus de punir les agitateurs, que les milices basques tiennent la « clé de ses royaumes21 ». En effet, elles font face à la menace française depuis qu’Alphonse V de Portugal a conclu une alliance avec Louis XI. L’avenir de la couronne n’est donc pas tout entier contenu dans la relation entre la noblesse et le roi : ce dernier doit pouvoir compter sur le peuple.

Ferdinand, dompteur des Basques

  • 22 « Y porque su visabuelo de él fue rey de Castilla, donde por ser del tronco y sangre de los reyes d (...)

12Du peuple, il n’est pas souvent question dans la chronique de Juan de Flores ; pourtant son adhésion à la figure du roi apparaît à la fois nécessaire pour asseoir l’autorité de celui-ci et spontanée lorsque le souverain remplit certaines conditions. Sous la plume du chroniqueur, il s’agit avant tout d’une adhésion personnelle : les habitants des villes où il entre triomphalement s’enthousiasment pour l’homme Ferdinand bien plus que pour l’institution monarchique. Mais sa prestance et ses qualités individuelles ne font pas tout : la question de la légitimité du souverain se pose aussi de façon plus théorique. L’idée s’impose dès le chapitre iii, lorsque Flores énumère les arguments en faveur du mariage d’Isabelle et de Ferdinand. Son appartenance familiale contribue à faire la différence avec ses rivaux. En effet, l’héritier de la Couronne d’Aragon est issu de la lignée des rois de Castille : son grand-père Ferdinand, monté sur trône d’Aragon en 1412 en vertu du compromis de Caspe, était le fils cadet de Jean Ier de Castille. Ses origines dynastiques invitent à préférer le jeune prince aragonais plutôt que les candidats étrangers à la main d’Isabelle, en particulier les prétendants français : pour les partisans de Ferdinand, les Castillans ne sauraient aimer d’un « pur amour » un roi issu d’une autre nation, qui parlerait une autre langue, et ils ne lui obéiraient pas de leur propre volonté « comme à leur roi et seigneur naturel22 ». Si le choix d’un époux pour l’héritière du trône de Castille doit tenir compte des rapports de force entre les ligues nobiliaires et de l’état des relations avec les puissances voisines, il n’en reste pas moins nécessaire de jouer habilement avec les ressorts de l’adhésion populaire.

  • 23 « Y todos en aquello auiendo al rey por inocente, contra los grandes eran sus querellas, claramente (...)
  • 24 François FORONDA, « S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare (...)
  • 25 « los hidalgos y otras gentes comunes » (Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 232).
  • 26 La question a été profondément revue par José Ramón Díaz de Durana, ces dernières années. En dernie (...)

13Au moment de l’incident de Toro, Juan de Flores donne cette adhésion pour acquise. Autant l’attitude des Grands alimente les conversations, autant le soutien de la troupe à Ferdinand ne fait aucun doute. Troublée par l’attente qui leur est imposée alors qu’elles ne demandent qu’à en découdre avec les défenseurs de la ville, les milices s’agitent ; les esprits s’échauffent. On redoute une trahison et, selon Flores, les soupçons se concentrent sur les Grands, que l’accusation d’intelligence avec l’ennemi concerne l’entourage de Ferdinand dans sa totalité ou une faction en particulier. Mais le roi est innocent, tous en sont convaincus23. Les revendications qui s’expriment lorsqu’éclate la colère des Basques reflètent bien cet état d’esprit : ils crient mort aux nobles mais insistent surtout pour voir Ferdinand et pour qu’il leur soit remis. En Castille, à cette époque, se saisir de la personne du souverain permet de prendre le contrôle pratique et symbolique de l’institution monarchique. Les ligues nobiliaires rivalisent depuis des décennies à ce jeu24. L’objectif des milices est pourtant clairement différent : il s’agit de rendre au roi sa liberté, c’est-à-dire la capacité d’agir en dehors des contraintes partisanes. Implicitement, Ferdinand apparaît comme le garant du bien commun face à des chefs de lignage sans autre ligne politique que la défense de leurs propres intérêts. Flores ne tombe cependant pas dans un schéma simpliste qui le conduirait à opposer le peuple et la noblesse. Tout à fait conscient de l’hétérogénéité sociale des milices, il décrit une foule composée d’« hidalgos et d’autres personnes communes » 25. Quoique nantie de privilèges non négligeables, la petite noblesse basque partage le mode et les conditions de vie de l’élite du commun26. Plus qu’un groupe social à un autre, la scène décrite par Flores oppose donc ceux qui ne tirent aucun profit de l’instabilité politique aux Grands dont la fortune et l’influence grandissent dans le chaos.

  • 27 « La gente de las Montañas » (Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 235).
  • 28 Xosé ESTÉVEZ, « Vascos y Portugueses a finales del siglo XV: la actuación vasca en la Guerra de Suc (...)
  • 29 À l’échelle du royaume, le rejet de la politique d’aliénation du domaine royal menée par Henri IV f (...)

14L’idéalisme d’un tableau conçu à l’avantage de Ferdinand par un chroniqueur à son service ne doit cependant pas tromper, ni sur les motivations des milices basques ni sur la représentation du peuple et du rôle politique qu’il serait susceptible de jouer. On se souvient, tout d’abord, que ce n’est pas l’armée dans son ensemble qui se mobilise lorsque la rumeur d’un complot gagne les rangs : Flores mentionne d’abord les « gens des montagnes27 », une catégorie assez floue qui renvoie aux populations du nord du royaume, susceptible d’inclure les contingents asturiens et éventuellement galiciens ; mais le chroniqueur désigne plus loin les hommes qui assiègent le conseil sous le nom de Biscayens, une dénomination communément employée à l’époque pour désigner les natifs de Biscaye, mais aussi ceux d’Álava et de Guipuzcoa. Il ne fait donc guère de doute que ce sont les milices venues des provinces basques qui sont à l’origine de l’incident. Or la relation entre ces territoires et la couronne de Castille apparaît très particulière : les provinces basques jouissent de libertés considérables que ses habitants se sont employés à défendre pendant les dernières années du règne d’Henri IV, alors que le souverain soupesait la possibilité de les retrancher du domaine royal pour les céder à quelques Grands dont il voulait s’assurer le soutien. Dans ce contexte, leur engagement aux côtés d’Isabelle, sans jamais atteindre l’unanimité, est précoce et constant : la Biscaye reconnaît sa qualité d’héritière du trône dès 1473 et les contingents basques ne manquent jamais de s’aligner sous les ordres de Ferdinand lorsqu’ils sont convoqués28. À la lumière de ce passé commun, l’incident de Toro peut être interprété comme la conséquence d’un calcul politique : de la même façon que les Grands se positionnent en fonction des intérêts de leur lignage, les Basques défendent Ferdinand parce qu’il leur semble le plus apte à préserver leurs libertés collectives29.

  • 30 « Pero como la gente común de los secretos en los tales casos están inocentes, echauan el seso a di (...)
  • 31 « Como desesperados, buscauan a quién matar o quién los matase » (ibid., p. 235).
  • 32 « Y después de comer, que el vino y la saña [les] encendían el coraçon, armanse de sus ligeras arma (...)
  • 33 « Y él caualga a cauallo solo, y dexó todos los grandes en la casa y vase por el real con sus visca (...)
  • 34 « Y toda aquella tarde anduuo con ellos por los contentar, y después que ya quedaron sosegados » (i (...)

15Autant que de calcul, on pourrait parler ici d’une authentique pensée politique, ou pour le moins d’une claire conscience des rapports de force et des enjeux de la période, conscience qui se manifeste à l’échelle collective, au sein d’un groupe socialement hétérogène où les secteurs populaires sont largement représentés. Mais Juan de Flores ne donne pas les clés du mécanisme qui conduit à la concrétion de l’idée d’un complot contre le roi puis à la mise en branle d’une action concertée visant à le libérer. Comment se forme l’opinion ? Comment est prise la décision d’agir ? Le lecteur ne saurait l’expliquer parce que Flores choisit une option narrative qui occulte ces processus : l’attitude des milices basques ne serait rien d’autre qu’un mouvement d’humeur. Dans la description des premiers murmures, on observe un effort systématique pour discréditer la parole des mécontents : ils parlent sans disposer d’informations suffisantes pour juger, sans disposer non plus des capacités et des qualités nécessaires pour apprécier la situation30. L’incertitude et l’attente libèrent les passions et préparent le déchaînement de la violence. Les hommes ont perdu la tête et « comme des désespérés, ils cherchaient quelqu’un à tuer ou quelqu’un qui les tuerait31 ». Enfin, le vin fait sauter les derniers freins : ils s’arment après déjeuner32. Dans le récit, les milices deviennent comme un gros animal menaçant que Ferdinand parviendrait à dompter. À cheval, il les éloigne des Grands dont elles voulaient faire leur proie. Il leur fait traverser la rivière, pour rafraîchir les esprits enflammés33, puis leur parle longuement en alternant réprimandes et flatteries. Les milices sont satisfaites ; le gros animal ronronne aux pieds de son maître34.

  • 35 Ibid., p. 212-218.
  • 36 « Y después de vistas las batallas de las muchas gentes a cauallo, mirauase el gentil peonaje que d (...)
  • 37 Au moment de la prise de la forteresse d’Herreros, par exemple, ce sont eux qui massacrent sans pit (...)

16Deux composantes semblent converger dans la lecture que propose Flores de l’incident de Toro. Se manifeste d’abord une perception toute spécifique des populations basques qui se laisse percevoir dès la description de l’armée destinée à reprendre Toro des mains des partisans de Juana. Flores réussit particulièrement bien les scènes de genre : les troupes défilent sous les yeux du lecteur en quelques paragraphes pleins de couleurs35. Le passage consacré aux Basques creuse une veine pittoresque : le chroniqueur insiste sur la diversité des livrées et des langages d’hommes qui se présentent au couple royal en sautant et en dansant. Il rapporte l’abondance incroyable des progénitures : un chef de lignage est venu avec ses 28 fils et plusieurs autres en alignent 15 ou 20. Enfin, il souligne l’enthousiasme qui anime les Basques, chacun voulant se croire aussi fort qu’Hercules et le désir de servir leur faisant regretter de ne pouvoir aligner au combat leurs femmes et même leurs défunts36. On glisse presque du pittoresque à l’exotique : Flores décrit un peuple joyeux, excessif et un peu exubérant. Mais parce qu’il ne semble pas guidé par la raison, ce peuple peut aussi se montrer dangereux : dans les scènes de bataille, le chroniqueur signale l’audace et la violence des contingents basques37. Le récit de l’incident de Toro réutilise les mêmes éléments. Au-delà, cependant, une autre composante s’y manifeste : elle tient à ce qui apparaît comme une forte réticence de Juan de Flores à admettre la dimension politique d’une action qui n’est initiée ni par les Grands ni par le roi. On ne saurait dire si le chroniqueur s’applique volontairement à dénigrer le commun ou si son texte laisse sourdre des préjugés plus ou moins inconscients. Quoiqu’il en soit, le tableau donne à voir une foule impulsive, imprévisible, guidée par ses seules émotions. Certes le couple royal a besoin de l’adhésion populaire qui contribue à fonder sa légitimité ; mais le temps n’est pas encore venu où le peuple pourra apparaître comme un acteur autonome des luttes de pouvoir.

17L’analyse de l’incident de Toro met en évidence, d’une part, les tensions qui entourent la participation populaire à la vie politique du royaume dans la Castille du XVe siècle et, d’autre part, la difficulté pour l’historien de correctement saisir le phénomène. Dans cette affaire, les milices basques manifestent une claire conscience des jeux de pouvoir et un parti pris en faveur de Ferdinand que l’on peut interpréter comme le produit d’un calcul visant à conserver les libertés locales. Juan de Flores, chroniqueur officiel du couple royal, valorise l’adhésion populaire à la cause de ses maîtres jusqu’à faire jouer au peuple le rôle d’un contrepoids face aux chefs des grands lignages, dans un récit qui lui permet de décrire Ferdinand comme le garant d’une cohésion sociale gravement menacée. Mais dans le même temps, Flores se refuse à reconnaître dans les milices basques un acteur politique à part entière et il interprète l’incident en des termes qui empêchent d’y voir une attitude raisonnée et calculée. Ce choix est cohérent avec ce que l’on sait par ailleurs de la stratégie développée par Isabelle et Ferdinand à cette époque, entre promesses faites aux communautés de restaurer la paix et la justice face aux abus seigneuriaux et recherche d’un compromis avec une aristocratie qui demeure le socle indispensable de l’institution monarchique. En conséquence, dans ce texte, le mécanisme des événements et la responsabilité de l’action au sein des milices communales, qui agglomèrent petits nobles et gens de statuts variés issus du commun, demeurent incompréhensibles.

  • 38 Joseph PÉREZ, La Révolution des « Comunidades » de Castille : 1520-1521, Bordeaux : Institut d'étud (...)

18L’incident de Toro constitue néanmoins un jalon supplémentaire dans l’histoire encore insuffisamment connue de l’émergence du peuple sur la scène politique castillane. D’abord abordée en termes de conflits sociaux, dans les perspectives tracées à l’échelle internationale par la recherche sur les luttes anti-seigneuriales, cette histoire s’articule étroitement à celle des fraternités (hermandades) dont on sait désormais comment elles ont été instrumentalisées par les élites urbaines, depuis la fin du XIIIsiècle, pour tenter d’accroître leur influence sur la marche du royaume. Mais il est permis de se demander si cette voie de renouvellement ne reste pas encore aujourd’hui trop focalisée sur les aspects institutionnels et juridiques de la question. L’incident de Toro invite en tout cas à explorer son versant militaire. Car l’existence des fraternités se concrétise aussi par la création de forces armées dont le domaine d’action ne se limite pas au maintien de l’ordre et à la mise en défense des communautés dont elles émanent. Outre leur engagement dans le conflit contre les puissances islamiques, les milices populaires ont pesé d’un poids peut-être sous-estimé dans ce qu’il est convenu d’appeler les guerres civiles castillanes. Au début des années 1520, la Révolution des comunidades, à laquelle Joseph Pérez a consacré sa thèse38, démontre les possibilités d’action associées à l’autonomie militaire conservée encore à cette époque par les habitants de certains territoires. Les événements qui agitent l’armée commandée par Ferdinand en juillet 1475 participent d’une même dynamique : le recours aux armes, dans le cadre ordonné et formel des milices communales, permet au peuple de faire évoluer le régime dans un sens qui lui paraît favorable à ses intérêts : alors que le gouvernement des Grands s’est traduit par de multiples abus commis aux dépens des communautés et par des désordres qui les ont appauvries, il s’agit de faire émerger de la crise successorale un pouvoir royal fort, capable de tenir l’aristocratie en respect.

Haut de page

Notes

1 Au point de départ de ce riche courant historiographique : Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Nobleza y Monarquía. Puntos de vista sobre la historia castellana del siglo XV, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1959.

2 L’ouvrage le plus significatif des recherches menées à cette époque est sans aucun doute : Julio VALDEÓN BARUQUE, Conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos XIV y XV, Madrid : Siglo XXI Editores, 1986.

3 Il convient de mentionner Hipólito Rafael Oliva Herrer, à qui l’on doit une part très significative des travaux sur la question pour la Couronne de Castille. Sur les enjeux liés à cette relecture : Hipólito Rafael OLIVA HERRER, « Les luttes anti-seigneuriales dans le royaume de Castille à la fin du Moyen Âge : nouvelles perspectives », in : Ghislain BRUNEL et Serge BRUNET (dir.), Les luttes anti-seigneuriales dans l'Europe médiévale et moderne, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2009, p. 93-110. Du même auteur, plus récemment : Hipólito Rafael OLIVA HERRER, « Sobre la politización ordinaria de la gente común a fines de la Edad Media », in : Esther LÓPEZ OJEDA (dir.), Una nueva visión de la Edad Media. Legado y renovación: XXVI Semana de estudios medievales, Nájera, del 27 al 31 de julio de 2015, Logroño : Instituto de estudios riojanos, 2016, p. 259-290.

4 On pense par exemple aux travaux de Claire Judde sur Venise à la fin du Moyen Âge. En dernier lieu : Claire JUDDE DE LARIVIÈRE, « Political participation and ordinary politicization in Renaissance Venice. Was the popolo a political actor? », in : Maartje VAN GELDER et Claire JUDDE DE LARIVIÈRE (dir.), Popular Politics in an Aristocratic Republic. Political Conflict and Social Contestation in Late Medieval and Early Modern Venice (Venice, 13th-18th century), Londres : Routledge, 2020, p. 69-87.

5 Pour une vue d’ensemble sur la période : Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Los Reyes Católicos. La conquista del trono, Madrid : Rialp, 1989. Sur les origines de la guerre de succession : María Isabel DEL VAL VALDIVIESO, « La sucesión de Enrique IV », Espacio, Tiempo y Forma. Serie III: Historia medieval, 4, 1991, p. 43-78.

6 Andrés BERNÁLDEZ, Memorias del reinado de los Reyes Católicos, éd. Manuel GÓMEZ-MORENO et Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : Real Academia de la Historia, 1962, p. 51.

7 Fernando DEL PULGAR, Crónica de los Reyes Católicos, éd. Juan de Mata CARRIAZO, Madrid : Espasa-Calpe, 1943, p. 141-142.

8 Alonso DE PALENCIA, Crónica de Enrique IV, trad. Antonio PAZ y MELIÁ, Madrid : Tipografía de la Revista de Archivos, 3, 1905, p. 456-460.

9 Crónica incompleta de los Reyes Católicos (1469-1476), según un manuscrito anónimo de la época. Prólogo y notas de Julio Puyol, Madrid : Tipografía de Archivos, 1934.

10 Joseph GWARA, « The Identity of Juan de Flores: The Evidence of the Crónica incompleta de los Reyes Católicos », Journal of Hispanic Philology, 11, 1987, p. 103-130 ; Carmen PARRILLA, « Un cronista olvidado: Juan de Flores, autor de la Crónica incompleta de los Reyes Católicos », Bulletin of Hispanic Studies, 66, 1989, p. 123-133.

11 Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa de los Reyes Católicos: el umbral del Renacimiento, Madrid : Cátedra, 2012, 1, p. 106

12 María del Pilar Rábade a voulu voir dans l’œuvre de Florès un texte entièrement favorable à Isabelle : María del Pilar RÁBADE OBRADÓ, « La imagen de Isabel I de Castilla en la Crónica Incompleta de los Reyes Católicos », e-Spania. Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et modernes [En ligne], 1 | juin 2006, mis en ligne le 28 novembre 2010, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.3331. Je pense avoir montré que ce jugement mérite au moins d’être nuancé : Daniel BALOUP, « Isabelle Ire de Castille et la guerre : un enjeu de légitimité (commentaires au chapitre xxxvi de la Crónica incompleta de los Reyes Católicos) », in : María Isabel DEL VAL VALDIVIESO, Juan Carlos MARTÍN CEA et David CARVAJAL DE LA VEGA (dir.), Expresiones del poder en la Edad Media. Homenaje al profesor Juan Antonio Bonachía Hernando, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2019, p. 101-110.

13 D. BALOUP, op. cit.

14 Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 232-234.

15 « Y alli aquellos grandes señores todos ouieron grand turbaçion y temor que, por ser aquella gente sin acuerdo nin tiento, no ouiesen de reçebir peligro, porque ellos estauan solos sin acompañamiento de los suyos » (ibid., p. 235).

16 « Todos los viscaynos y muchos montañeses se van a la casa donde el rey estaua y dando vozes por el real que el rey estaua preso y que matasen [a] aquellos grandes, que eran todos traydores » (ibid.).

17 « Era mucho amado de los viscaynos y los más dellos venian con él » (ibid., p. 236). L’attachement des Basques date du début des années 1470, lorsque les lignages de Biscaye sollicitèrent le soutien de Pedro Manrique contre Pedro Fernández de Velasco, comte de Haro, envoyé par Henri IV pour pacifier la province et qui bafouait les libertés locales. La contribution du comte de Treviño permit en particulier la victoire de Munguía sur les troupes de Velasco, en mai 1471.

18 « Y luego el rey dexó los casos arduos en que estaua en consejo y fue a contentar y paçiguar la soberuia de aquellos sus tanto afiçionados » (ibid.).

19 « Y con grand discreción les habla aquellas palabras que para con semejantes gentes eran menester, de vna parte, gradeçiendoles mucho el deseo de su seruiçio, y, de la otra, culpándoles por aquel desacordado desuario que hezieron, el qual, sin su mandamiento, non deuieran hazer, pero que bien sabía que con sobra de amor se atreuieron » (ibid.).

20 Ibid., p. 237.

21 « La llaue de sus Reynos » (ibid.).

22 « Y porque su visabuelo de él fue rey de Castilla, donde por ser del tronco y sangre de los reyes della, las gentes castellanas con puro amor le obedeçerían por su rey y señor natural más que a ninguno otro, y que muy forçosamente y difícil de hazer sería que ningund otro rey nin principe de otra nación o lenguaje las gentes destos Reynos de su voluntad obedeciesen » (ibid., p. 75).

23 « Y todos en aquello auiendo al rey por inocente, contra los grandes eran sus querellas, claramente deziendo que ellos sostenían los contrarios » (ibid., p. 323).

24 François FORONDA, « S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare », in : François FORONDA, Jean-Philippe GENET et José Manuel NIETO SORIA, Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid : Casa de Velázquez, 2005, p. 213-329.

25 « los hidalgos y otras gentes comunes » (Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 232).

26 La question a été profondément revue par José Ramón Díaz de Durana, ces dernières années. En dernier lieu : José Ramón DIAZ DE DURANA, « Los difusos contornos de la hidalguía en Castilla al final de la Edad Media », in : Arsenio DACOSTA, Cristina JULAR et José Ramón DIAZ DE DURANA (dir.), Hidalgos e hidalguía en la Península Ibérica (siglos XII-XV), Madrid : Marcial Pons, 2018, p. 243-266.

27 « La gente de las Montañas » (Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 235).

28 Xosé ESTÉVEZ, « Vascos y Portugueses a finales del siglo XV: la actuación vasca en la Guerra de Succesión (1474-1479) », in : José Luis ORELLA (dir.), El pueblo vasco en el Renacimiento (1491-1521), Bilbao : Universidad de Deusto / Ediciones Mensajero, 1994, p. 331-379. Cet article avait bénéficié d’une première publication : « El apoyo vasco a los Reyes Católicos durante la Guerra de Succesión », Mundaiz. Revista crítica del libro universitario, 43, 1992, p. 89-129. Je ne me suis pas livré à une comparaison terme à terme, mais les deux versions semblent identiques.

29 À l’échelle du royaume, le rejet de la politique d’aliénation du domaine royal menée par Henri IV fut un facteur décisif de l’adhésion populaire au parti d’Isabelle. Voir : María Isabel DEL VAL VALDIVIESO, « Resistencia al dominio señorial durante los últimos años del reinado de Enrique IV », Hispania. Revista española de historia, 34, 1974, p. 53-104, et plus récemment : Hipólito Rafael OLIVA HERRER, « “La prisión del rey”: voces subalternas e indicios de la existencia de una identidad política en la Castilla del siglo XV », Hispania. Revista española de historia, 71, 2011, pp. 363-388.

30 « Pero como la gente común de los secretos en los tales casos están inocentes, echauan el seso a diuersos juizios […]. Mas, ¿qué aprouechauan tales esclamaçiones, pues que quien más lo dezia, menores fuerças tenia para hazerlo? » (Crónica incompleta de los Reyes Católicos, p. 232).

31 « Como desesperados, buscauan a quién matar o quién los matase » (ibid., p. 235).

32 « Y después de comer, que el vino y la saña [les] encendían el coraçon, armanse de sus ligeras armas, segundo la vsança de su tierra » (ibid.).

33 « Y él caualga a cauallo solo, y dexó todos los grandes en la casa y vase por el real con sus viscaynos y pasa con ellos el rio para resfriar la saña » (ibid., p. 236).

34 « Y toda aquella tarde anduuo con ellos por los contentar, y después que ya quedaron sosegados » (ibid.).

35 Ibid., p. 212-218.

36 « Y después de vistas las batallas de las muchas gentes a cauallo, mirauase el gentil peonaje que de Viscaya, Lepuscua, [y] Asturias con todas las Montañas fue allí juntado, de diuersos lenguajes y trajes de sus libreas, en çiertas capitanías repartidos, saltando [y] baylando, que la voluntad del menor dellos era pensar rendir las fuerças de Hercoles; y allí se halló padre venir a seruir al rey y reyna con veynte y ocho hijos, y otros muchos con xv y xx, que la afeçion era tal para seruir y la enemistad con los portugueses tal para ofender, que los hijos muertos quesieran traher y las mugeres para darles la batalla » (ibid., p. 216).

37 Au moment de la prise de la forteresse d’Herreros, par exemple, ce sont eux qui massacrent sans pitié la garnison qui vient de se rendre (Ibid., p. 222).

38 Joseph PÉREZ, La Révolution des « Comunidades » de Castille : 1520-1521, Bordeaux : Institut d'études ibériques et ibéro-américaines de l'université de Bordeaux, 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Baloup, « Un complot contre le roi ? Les milices basques et la défense de l’institution monarchique pendant la guerre de succession (juillet 1475) », e-Spania [En ligne], 39 | juin 2021, mis en ligne le 19 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/39923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.39923

Haut de page

Auteur

Daniel Baloup

Université Toulouse – Jean Jaurès
UMR 5136 FRAMESPA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search