Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)Période modernePedro de Valencia et la construct...

Hommage à Joseph Pérez (1931-2020)
Période moderne

Pedro de Valencia et la construction de l’ennemi intérieur

Vincent Parello

Résumés

Dans l’Espagne de Philippe III, en proie à l’une des pires crises de son histoire, le bouc-émissaire tout désigné est le Morisque, cet ennemi intérieur que l’on affuble de toutes les tares et que l’on rend responsable de tous les maux qui frappent la République. Fils illégitime d’Abraham par la voie d’Ismaël, hérétique et délinquant de droit commun, individu à la sexualité débridée, il est ce barbare qui risque de détruire de l’intérieur les fondements mêmes de la monarchie avec l’aide des Turcs, des corsaires barbaresques et des ennemis extérieurs de l’Espagne.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Joseph Pérez, que j’ai eu le plaisir de retrouver à Bordeaux depuis ma nomination à l’université Bordeaux Montaigne.

Texte intégral

  • 1 Tzvetan TODOROV, La Peur des Barbares, Paris : Robert Laffont, Paris, 2008.
  • 2 Samuel HUNTINGTON, Le Choc des civilisations, Paris : Odile Jacob, 1997.

1Dans son essai intitulé La Peur des barbares1, Tzvetan Todorov propose de redéfinir des termes clé comme ceux de culture et de civilisation, et prend ses distances par rapport à la thèse de Samuel Huntington sur le « choc/conflit des civilisations »2. Celle-ci tend à prouver qu’avec l’effondrement du bloc soviétique et la disparition de la guerre froide, on passe d’un monde bipolaire, marqué par l’opposition entre le monde capitaliste et le monde communiste, à un monde multipolaire et « multi-civilisationnel », marqué par des oppositions de nature culturelle et religieuse. À cette théorie du conflit civilisationnel, Todorov oppose un nouveau modèle basé sur ce que l’on pourrait appeler une géopolitique des passions humaines héritée de l’époque des Lumières :

  • 3 Tzvetan TODOROV, La Peur des Barbares, p. 16.

Au XVIIIe siècle, pour parler des passions humaines qui agitent une société, Montesquieu avait introduit une notion qu’il avait appelée « principe de gouvernement » : ainsi la vertu en république, l’honneur dans les monarchies. Aujourd’hui aussi, une passion ou attitude sociale dominante imprègne tant les décisions gouvernementales que les réactions des individus. Je suis conscient des risques que l’on prend en schématisant ainsi et en figeant des situations forcément mouvantes. Plusieurs passions sociales agissent toujours en même temps et aucune ne touche tous les membres d’une population ; leur identité même est mobile et ne prend pas le même visage d’un pays à l’autre ; de surcroît, leur hiérarchie évolue, et un pays peut facilement passer, en l’espace de quelques années d’un groupe à l’autre. Leur présence est pourtant incontestable3.

  • 4 Dominique MOÏSI, « The Clash of Emotions », Foreign Affairs, 1-2, 2007.
  • 5 Tzvetan TODOROV, La Peur des Barbares, p. 16-19.

2Reprenant la typologie élaborée par Dominique Moïsi4, Todorov distingue quatre groupes de pays5 :

  • les pays soumis à la passion de l’appétit, dont les habitants veulent profiter à tout prix de la mondialisation, de la consommation et des loisirs, comme le Japon, la Chine ou le Brésil ;

  • les pays en proie au ressentiment qui ont subi une humiliation, réelle ou imaginaire, de la part des nations les plus riches et les plus puissantes, comme les ex-colonies européennes ;

  • les pays qui vivent sous l’emprise de la peur, à savoir, les pays occidentaux qui ont dominé le monde depuis plusieurs siècles, et qui sont confrontés à des actions de type terroriste sur leurs territoires, comme la France ou les États-Unis ;

    • 6 Ibid., p. 18.

    les pays marqués par l’indécision « groupe résiduel dont les membres risquent de passer un jour sous l’emprise de l’appétit comme du ressentiment, mais qui pour l’instant restent extérieurs à ces passions »6.

  • 7 À la suite d’Aristote, Pedro de Valencia considère la crainte comme une passion négative qui s’oppo (...)
  • 8 Pedro de VALENCIA, Obras completas, volumen IV/1, Escritos sociales 2. Escritos políticos, Rafael G (...)

3Avec, bien entendu, toutes les différences de temps, de lieu et de circonstances qui s’imposent, on peut risquer la comparaison suivante : l’Espagne de Philippe III vit dans la peur d’un ennemi intérieur, le Morisque, considéré par le pouvoir chrétien, comme un barbare, et ce dernier vit dans la haine et le ressentiment vis-à-vis d’une société qui le discrimine par le biais des statuts de pureté de sang, de l’Inquisition et d’une politique globale d’acculturation forcée. Ce n’est pas l’un des moindres mérites de Pedro de Valencia que d’avoir resitué le conflit entre vieux et nouveaux-chrétiens dans cette « culture de la peur »7, qui aujourd’hui comme naguère, semble être l’apanage des puissances impériales et coloniales en période de crise8.

La monarchie espagnole « assiégée par tous les princes et potentats de la terre »

  • 9 Sur l’Empire espagnol, on lira, entre autres : Pablo FERNÁNDEZ ALBADALEJO, Fragmentos de monarquía. (...)

4Dans le concert des pays européens, l’Espagne du Siècle d’Or occupe une position à part, en ce sens qu’elle n’est ni un royaume, ni une couronne, ni à proprement parler un Empire. On est en présence d’un État multinational – comme l’a été l’Autriche-Hongrie entre 1867 et 1918 – qui a des ramifications en Amérique, en Asie, en Europe du Nord, en Italie et en Afrique. Il suffit de lire la titulature des Habsbourg pour s’en rendre compte : roi de Castille, de León, d’Aragon, des Deux-Siciles, de Jérusalem, de Portugal, de Navarre, de Grenade, de Tolède, de Valence, de Galice, de Majorque, de Sardaigne, de Séville, de Cordoue, de Corse, de Murcie, de Jaén, des Algarves, de Gibraltar, des îles Canaries, des Indes orientales et occidentales, îles et Terre Ferme de la mer Océane, archiduc d’Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Milan, comte de Habsbourg, de Flandre, du Tyrol et de Barcelone, seigneur de Biscaye et de Molina, etc., autant de titres qui figurent en tête des testaments de Philippe II et de Philippe III. La titulature des Rois de Castille et Léon s’est toujours construite par agrégation des terres adjointes à la couronne au fur et à mesure de la Reconquête au Moyen Âge9.

5Au sein de cette monarchie plurielle, chaque entité conserve son autonomie administrative, linguistique, économique et financière, la diplomatie et la défense étant du ressort de la puissance centrale et de la dynastie au pouvoir. Le seul lien qui assure la cohérence de cet ensemble hétérogène réside dans la figure du roi. À la différence du royaume de France ou de celui d’Angleterre, la monarchie hispanique se présente sous la forme d’une confédération de territoires dont chacun jouit d’une relative autonomie. L’unité la plus petite est le royaume ; la couronne réunit plusieurs royaumes, et la monarchie englobe, à son tour, plusieurs couronnes. Entre 1580 et 1640, la monarchie hispanique comprend les couronnes de Castille, d’Aragon et du Portugal. Cela dit, à partir du mariage entre Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille, on a tendance à réduire l’Espagne à la double monarchie Castille-Aragon, par opposition au Portugal qui finit par constituer un ensemble à part.

  • 10 Tratado, p. 74 : « Esta desconfianza para vivir con prevención y estar sobre aviso en las cosas de (...)
  • 11 Pour ne pas lasser le lecteur, ni allonger inutilement son discours, Pedro de Valencia prend le par (...)

6De par son hégémonie politique, militaire et économique passée, l’Empire espagnol s’est attiré la jalousie de plusieurs nations catholiques et infidèles10. Au moment où il traverse l’une des pires crises de son histoire, il n’est pas surprenant qu’il éprouve un sentiment de crainte envers ses ennemis extérieurs – Turcs de l’Empire ottoman et pirates barbaresques, Français, Anglais, Flamands, etc. – et de ses ennemis intérieurs – les Morisques –, qui risquent de saper les fondements mêmes de son existence11.

7Pedro de Valencia emploie une métaphore maritime pour exprimer que la monarchie hispanique se sent menacée de toutes parts. L’Espagne est comme une île qui, en cas de tempête, risque de se retrouver entièrement submergée et détruite par les flots. C’est dans un passage des Lois de Platon que l’humaniste tire cette comparaison. La scène se passe en Crète, sur le chemin de Cnosse au temple de Jupiter, où se rendent les trois interlocuteurs : un étranger athénien, qui est Platon lui-même, Clinias, Crétois, et Megille, Lacédémonien. L’Athénien aborde auprès de Clinias la question de la conservation des républiques. L’État bien gouverné, dit-il, est celui dont le gouvernement se situe à mi-chemin entre la monarchie et la démocratie, qui possède de bons magistrats et de bons sénateurs et dans lequel règne la justice politique, celle qui attribue les honneurs en fonction des mérites de chacun. Au nom du bien commun, il incombe à l’État d’assurer la conservation et la défense de ses territoires. Par le biais d’une métaphore maritime, l’Athénien explique que les sénateurs et les magistrats doivent protéger la république des attaques ennemies, comparées à des vagues menaçantes, tout comme un capitaine doit protéger son embarcation des diverses intempéries :

  • 12 PLATON, Œuvres de Platon, Traduction de Victor Cousin, Paris : Pichon et Didier, 1831, Tome 7, Les (...)

Telles sont, mes chers amis, les raisons pour lesquelles tout État qui veut se maintenir, doit suivre ce que nous venons de prescrire. Mais de même qu’un vaisseau en pleine mer exige qu’on veille nuit et jour à sa sûreté, ainsi un État environné d’autres États, comme de vagues menaçantes, exposé à mille attaques sourdes, et courant à tout instant risque de périr, a besoin de magistrats et de gardes qui se succèdent sans interruption du jour à la nuit et de la nuit au jour, se remplaçant et se confiant les uns aux autres la sûreté publique12.

  • 13 Tratado, p. 74 : « De manera que se halla como una isla en medio de la mar de las naciones, combati (...)

8La deuxième comparaison qu’utilise Pedro de Valencia est d’ordre religieux13. Il compare l’Espagne de Philippe III à la Jérusalem assiégée de l’Ancien Testament. Dans les années 587-586 av. J.-C, le jeune roi Nabuchodonosor et l’armée néo-babylonienne entreprirent le siège de la ville de Jérusalem, capitale du royaume de Juda. Cette attaque se solda par la mort de nombreux habitants, le pillage et la destruction du Temple de Salomon, ainsi que la déportation à Babylone de l’élite du pays, parmi laquelle des personnalités célèbres comme Joaquin, Ézéchiel ou Daniel. L’invasion assyrienne, signe de la colère divine, était perçue comme la conséquence des péchés d’Israël, comme le prophétisait Isaïe à la suite de bien d’autres prophètes :

  • 14 La Bible. Ancien Testament, II, Édouard DHORME (éd.), Paris : Gallimard Pléiade, 1959 (AT, II), Isa (...)

Mais la multitude des étrangers chez toi sera comme une fine poudre et la multitude des tyrans comme la bale qui s’en va : cela arrivera en un instant brusquement. Tu seras visité par Iahvé des armées avec tonnerre, tremblement de terre, grand vacarme, ouragan, tempête et la flamme d’un feu qui dévore. Comme un rêve, une vision de la nuit, ainsi sera la multitude de toutes les nations qui guerroient contre Ariel, ainsi seront les armées qui sont chez elle, le retranchement contre elle, et ceux qui la serraient de près14.

  • 15 ARISTOTE, Éthique à Nicomaque, Trad. de J. Tricot, Éd. Les Échos du Maquis, 2014 [en ligne], Livre  (...)

9Face à ce poison de la peur, Pedro de Valencia propose l’antidote de la prudence. Comme l’explique Aristote, celle-ci n’est ni une science ni un art, mais une disposition qui permet d’appréhender ce qui est bon pour soi-même et bon pour les autres, dans la perspective d’une vie heureuse15.

Les Morisques : fils d’Abraham par la voie d’Ismaël

  • 16 C’est le cas, par exemple, d’Alain MILHOU : « 1492-1598. Un climat favorable au messianisme ibériqu (...)
  • 17 Hugh THOMAS, La Guerre d’Espagne, Paris : Éd. Robert Laffont, 2009, p. 323.

10Avant d’exposer ses solutions pour parvenir à l’assimilation et à la véritable conversion des Morisques, Pedro de Valencia reprend tous les topiques développés par les apologistes de l’expulsion – dont il partage d’ailleurs certains points –, autour de l’image du Morisque comme ennemi intérieur, ennemi familier et ennemi domestique. Sous la plume d’auteurs contemporains16, le collectif nouveau-chrétien est assimilé à une « cinquième colonne », expression utilisée en 1936 pendant la guerre civile d’Espagne par le général Mola, membre de l’état-major des forces nationalistes, pour qualifier les partisans de Franco infiltrés au sein du camp républicain17.

  • 18 Henry MÉCHOULAN, Le sang de l’autre ou l’honneur de Dieu. Indiens, Juifs et Morisques au Siècle d’O (...)
  • 19 Tratado, p. 74 : « Los derechamente enemigos declarados y manifiestos de toda la cristiana Iglesia (...)
  • 20 Jean GROSJEAN (éd.), La Bible. Nouveau Testament, Paris : Gallimard Pléiade, 1971, (NT), I Corinthi (...)
  • 21 NT, Romains, IX, 31, p. 494.

11Dans la logique des statuts de pureté de sang, les Morisques étaient des nouveaux-chrétiens qui, à l’inverse des vieux-chrétiens, avaient du sang souillé et impur, car ils comptaient parmi leurs ancêtres des maures ou des individus condamnés par l’Inquisition pour « crime d’hérésie et d’apostasie »18. Pour démontrer que les Morisques appartiennent à une « race maudite », les apologistes ont recours à la Bible et, dans certains cas même, au Coran, pour justifier leurs choix idéologiques. Dans l’Ancien Testament, les Juifs sont présentés comme les fils d’Abraham par la voie d’Isaac, et les musulmans comme les fils d’Abraham par la voie d’Ismaël. Les uns sont fils de la promesse, nés surnaturellement par la foi ; les autres sont fils de la chair, et se voient exclus de l’histoire du salut19. Comme le dit saint Paul, « la chair et le sang ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu »20. Dans la perspective de la nouvelle alliance, le vieil homme, de la nature d’Adam, à l’image Ismaël, doit être remplacé par le nouvel Adam, né de l’Esprit, à l’image d’Isaac. Par rapport à Isaac, fils d’Abraham et de Sarah, Ismaël fait figure de fils bâtard, étant le fruit de l’union entre Abraham et sa servante Hagar. Sarah représente la femme libre qui a réussi à s’affranchir de la loi mosaïque et a accédé à la liberté de la loi de la grâce ; Hagar, la servante qui continue de vivre assujettie à la loi ancienne, alliance de servitude transmise par Moïse aux fils d’Israël21.

  • 22 Tratado, p. 74 : « Y como Ismael, que nació de la carne, perseguía a Isaac, que nació según el espí (...)

12La prophétie de l’Ange à Hagar prédit clairement qu’Ismaël et ses descendants mèneront une guerre cruelle et sans pitié contre les Israélites et l’ensemble des peuples22. C’est ce qui ressort du livre de la Genèse :

  • 23 AT, I, Genèse, XVI, 11-16, p. 49-50.

L’Ange de Iahvé lui dit : « Voici que tu es enceinte et tu enfanteras un fils. Tu l’appelleras du nom d’Ismaël, car Iahvé a entendu ton humiliation. Quant à lui, il sera un maître onagre. Sa main sera contre tous et la main de tous contre lui. Il demeurera face à tous ses frères » […] Hagar enfanta un fils à Abram et Abram appela son fils, celui qu’avait enfanté Hagar, Ismaël. Abram était âgé de quatre-vingt-six ans, lorsque Hagar enfanta Ismaël à Abram23.

  • 24 AT, I, Genèse, XXV, 18, p. 79.
  • 25 Tratado, p. 74-75 : « ferus homo: manus eius contra omnes, et manus omnium contra eum: et e regione (...)
  • 26 Claude ÉLIEN, La personnalité des animaux, Arnaud Zucker (trad.), Paris : Les Belles Lettres, 2001, (...)

13En tant que nomades vivant « dans la région de Hawilah jusqu’à Shour qui est en face de l’Égypte en direction d’Ashour »24, les Ismaélites seront en conflit permanent avec les tribus semi-nomades et les sédentaires. L’onagre, auquel est assimilé Ismaël fait allusion au mode de vie indépendant du Bédouin et à la barbarie25. Claude Élien, historien, zoologiste et orateur romain de langue grecque, insiste sur la force, la rapidité et la sauvagerie de cet animal26.

  • 27 Alfred MORABIA, Le Gihad dans l’islam médiéval, Paris : Albin Michel, 1993 ; Jean FLORI, Guerre sai (...)

14La prophétie de l’Ange à Hagar trouve son illustration dans le concept de guerre sainte (djihad) qui figure dans plusieurs fragments du Coran27. En effet, la littérature coranique divise la terre et l’humanité en deux zones : la Maison de l’islam (Dar al-Islam), domaine de la soumission à Dieu où s’applique la loi de la charia et où vivent les musulmans, et le « domaine de la guerre » (Dar al-Harb) où résident les non-musulmans. Le djihad devient obligatoire, dès lors que Dar al-Harb envahit Dar al-Islam, que les deux lignes commencent à se rapprocher, qu’un alfaqui exhorte une personne ou un pays à combattre, ou que des non-musulmans capturent et emprisonnent un groupe de musulmans. Dans tous les cas, ceux-ci doivent contraindre les infidèles à se convertir à l’islam. Des peines très sévères sont prévues à l’égard des incrédules. Ainsi de la sourate 4 :

  • 28 Coran, Sourate 4, versets 101-102.

Et quand vous parcourez la terre, ce n’est pas un péché pour vous de raccourcir la Salat, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l’épreuve, car les mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré. Et lorsque tu [Muhammad] te trouves parmi eux, et que tu diriges dans la Salat, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu’ils ont terminé la prosternation, qu’ils passent derrière vous et que vienne l’autre groupe, ceux qui n’ont pas encore célébré la Salat avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. Vous ne commettez aucun péché si, incommodés par la pluie ou malades, vous déposez vos armes ; cependant prenez garde. Certes, Allah a préparé pour les mécréants un châtiment avilissant28.

ou de la sourate 47 :

  • 29 Coran, Sourate 47, versets 4-6.

Lorsque vous rencontrez au combat ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, Il ne rendra jamais vaine leurs actions. Il les guidera et améliorera leur condition, et les fera entrer au Paradis qu’Il leur aura fait connaître29.

  • 30 Sourate 20, 85-87 : « Allah dit : “Nous avons mis ton peuple à l'épreuve après ton départ. Et le Sa (...)

15Dans leur mépris des chrétiens, les Ismaélites ressemblent étrangement aux Pharisiens qui recommandent l’amour du prochain et la haine des gentils et des Samaritains, attitude que Jésus ne manque pas de fustiger très fermement en préconisant l’amour envers nos propres ennemis30.

16Appliqué aux nouveaux-chrétiens, le concept de djihad revêt une connotation bien précise. À la suite de nombre de ses contemporains, Pedro de Valencia reprend le thème apocalyptique de la destruction de l’Espagne et de l’invasion des Morisques qui rêvaient de reconquérir les territoires d’Al-Andalus soumis par leurs ancêtres maures au VIIIe siècle. Les nouveaux-chrétiens voulaient se venger des victoires chrétiennes passées lors de la Reconquête et de la récente victoire de Lépante en 1571, et accaparer une terre qu’ils considéraient comme la leur. Il s’agissait là d’une véritable psychose collective, comme ne manque pas de le rappeler Alain Milhou :

  • 31 Alain MILHOU, « 1492-1598. Un climat favorable au messianisme ibérique », p. 17-18.

Tout au long du XVIe siècle, jusqu’à Lépante, les Espagnols vécurent dans la terreur d’une cinquième colonne : les Morisques. Prêts à s’allier aux corsaires algériens quand ils faisaient des incursions sur les côtes méditerranéennes, ces maures mal convertis représentaient vers 1530 plus de la moitié de la population du royaume de Grenade et un tiers de celle du royaume de Valence. Jusqu’à l’expulsion des Morisques décidée en 1609, apparaît dans quantité de prophéties la crainte d’une nouvelle destruction de l’Espagne, c’est-à-dire une répétition de l’invasion musulmane du VIIIe siècle. Il faut dire qu’au prophétisme chrétien, expression de la peur de l’autre, répondaient les jofores morisques, c’est-à-dire les prophéties musulmanes, souvent contaminées par l’eschatologie chrétienne31.

  • 32 Tratado, p. 81 : « Junto con esto, es de considerar que todos estos moriscos, en cuanto a la comple (...)

17Descendants directs des fils d’Ismaël et enfants illégitimes d’Abraham, les Morisques ne pouvaient être qu’en lutte perpétuelle contre les descendants d’Isaac. La haine du vieux-chrétien était inscrite, en quelque sorte, dans leur lignage, comme s’ils étaient prédestinés à haïr les vieux-chrétiens par nature. Face à cette idéologie raciste qui attribue la haine des nouveaux-chrétiens à leur mauvais sang et à leur mauvaise race, Pedro de Valencia s’empresse d’affirmer que les Morisques ne constituent pas une race séparée, qu’ils sont Espagnols et citoyens à part entière et qu’ils résident en Espagne depuis plus de neuf cents ans. Ainsi, rien ne les distingue, sur les plans physique et intellectuel de leurs homologues vieux-chrétiens32.

Les Morisques : des hérétiques et des traîtres à la nation

  • 33 Alphonse X, Siete Partidas, Partida 7, tit. 12, ley 1 : « Laese maiestatis crimen, en latín tanto q (...)

18Sous la plume des apologistes de l’expulsion, les Morisques sont des nouveaux-chrétiens qui se sont rendus coupables d’un double crime de lèse-majesté divine et humaine. Aux yeux de la justice, ce crime est considéré comme le plus grave, car il porte directement atteinte à la dignité de Dieu et à celle du roi33.

19Dans les Siete Partidas d’Alphonse X, recueil jurisprudentiel de lois castillanes encore en vigueur à l’époque moderne, le crime de lèse-majesté, qui fait basculer l’homme dans l’injustice, le mensonge et la vilenie, peut prendre diverses formes. On peut faire preuve de trahison envers le roi :

  • en souhaitant sa mort, réelle ou symbolique ;

  • en s’attaquant à l’honneur de sa dignité ;

  • en essayant de mettre à sa place un autre roi ;

  • en combattant contre le royaume et en s’alliant avec des ennemis de la monarchie ;

  • en se soulevant contre lui et en s’affranchissant des lois ;

  • en cherchant à annexer à sa seigneurie un territoire appartenant au domaine royal ;

  • en désertant les troupes royales pour passer sous les ordres de l’armée ennemie ;

  • en fomentant des révoltes et des rébellions ;

  • en tuant des représentants de la justice et de la police ;

  • en rompant les liens de vassalité ;

  • en se rendant complice de trahison ;

  • en profanant un objet – image, statue, monument, etc. – qui représente la personne royale ;

    • 34 Ibid., Partida 7, tit. 12, ley 1. Saint Thomas d’Aquin disait que l’hérésie était un crime bien pir (...)

    en frappant de la fausse monnaie34.

  • 35 Ibid., Partida 7, tit. 12, ley 2 : « Cualquier hombre que hiciese alguna de las maneras de traicion (...)

20De par sa gravité, le crime de lèse-majesté est puni de la peine de mort et de la confiscation des biens35.

  • 36 Ibid., Partida 7, tit. 26, ley 1 : « Haeresis en latín quiere decir en romance como apartamiento y (...)

21L’hérésie, quant à elle, est tout ce qui est contraire à l’orthodoxie. L’hérétique est celui qui s’est écarté de la foi catholique, telle que la définit l’Église romaine et, entre autres, celui qui croit que l’âme meurt en même temps que le corps, ou que l’homme ne sera pas récompensé pour ses bonnes actions ou puni pour ses mauvaises actions lors du jugement dernier36. Ce n’est qu’à la fin du XIIe siècle, plus précisément par la bulle d’Innocent III Vergentis in senium du 25 mars 1199, que le délit d’hérésie fut assimilé à un crime de lèse-majesté :

  • 37 Patrick GILLI et Julien THÉRY, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la thé (...)

En effet, puisque, selon les sanctions légitimes, une fois les coupables de lèse-majesté punis du châtiment capital, leurs biens sont confisqués et la vie de leurs enfants n’est épargnée que par miséricorde, ô combien plus ceux qui offensent Dieu Jésus Christ, fils de Dieu, en errant dans la foi, doivent-ils être séparés de notre tête, qui est le Christ, par la rigueur ecclésiastique, et dépouillés de leurs biens temporels, puisqu’il est bien plus grave de léser la majesté éternelle que la majesté temporelle37.

  • 38 Alphonse X, Siete Partidas, Partida 7, tit. 26, ley 2 : « …y si por ventura no se quisieren apartar (...)
  • 39 Miguel JIMÉNEZ MONTESERÍN, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estud (...)

22Plus grave encore que le simple crime de lèse-majesté, l’hérésie est punie de la peine de mort de l’accusé, de la confiscation de ses biens et de l’interdiction pour ses descendants d’exercer des offices publics, d’avoir des bénéfices ecclésiastiques et des charges honorifiques38. En Espagne, pendant tout le Moyen Âge, la répression de l’hérésie relevait des évêques, dans les territoires de la couronne de Castille puis des tribunaux « spéciaux » pontificaux dès 1230, mais à partir du XVe siècle, elle passa sous la juridiction de l’Inquisition moderne, tribunal ecclésiastique et temporel créé par les Rois Catholiques en vertu d’une bulle de Sixte IV de 1478. Les inquisiteurs utilisaient un système complexe de peines spirituelles, corporelles et financières, les trois étant d’ailleurs souvent liées. Les peines de « relaxation au bras séculier » (peine de mort sur le bûcher) et les « réconciliations » étaient destinées aux accusés dont la culpabilité avait été démontrée en matière d’hérésie formelle, la seule à correspondre à la définition juridique et théologique de l’hérésie. L’abjuration dite de vehementi, qui équivalait à une confession publique des erreurs, était appliquée aux accusés dont la culpabilité n’avait pu être clairement établie. L’abjuration dite de levi ainsi que les peines spirituelles annexes étaient réservées aux personnes accusées de délits qui avaient souvent un lien très ténu avec l’hérésie39.

  • 40 Tratado, p. 75-76 : « …y para que los suyos no pudiesen ser semejantemente compelidos con violencia (...)
  • 41 Mercedes GARCÍA ARENAL, « Introducción. Taqiyya : disimulo legal », Al-Qantara, XXIX, 2, 2013, p. 3 (...)
  • 42 Pedro de VALENCIA, Obras completas, volumen IV/1, Escritos sociales 2. Escritos políticos, Discurso (...)

23Bien qu’ayant reçu le baptême, une majorité de Morisques continuaient à pratiquer en secret les préceptes de la loi de Mahomet. La taqiyya était vue par les apologistes comme une « machine diabolique » inventée par le prophète lui-même40. Elle consistait à renier extérieurement l’islam tout en lui restant fidèle en son for intérieur, pour échapper à un contexte coercitif dans lequel la pratique islamique risquait de mettre en danger les personnes et les biens. Chez certains Morisques, toutefois, la dissimulation n’était pas seulement une stratégie de défense face à un environnement hostile. Elle pouvait être également revendiquée avec fierté comme une forme d’identité culturelle et religieuse. Mercedes García Arenal souligne que la taqiyya peut faire partie de ces identités choisies (identidades escogidas) qu’une communauté décide d’adopter librement41. Souvent teintée d’espérances messianiques, la résistance des Morisques s’apparentait parfois à des tentatives iréniques de concilier islam et révélation chrétienne, comme l’illustrent l’épisode du parchemin de la tour Turpiana et les Libros plúmbeos de la grotte de Valparaíso de Grenade42.

24Comme l’explique Pedro de Valencia, cette dissimulation religieuse était parfaitement prévue dans deux sourates du Coran :

  • 43 Coran, sourate III, verset 28.
  • 44 Coran, sourate XVI, verset 106.

Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles au lieu de croyants ! Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux. Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. Et c’est Allah le retour. Dis : Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omnipotent43.
Quiconque a renié Allah après avoir cru…– sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi – mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. Il en est ainsi, parce qu’ils ont aimé la vie présente plus que l’au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens mécréants44.

  • 45 Abdelkhalek CHEDADDI, « Emigrer ou rester ? Le dilemme des Morisques entre les fatwas et les contra (...)

25Une fatwa d’Al-Maghrawi rédigée en 1504 à Fès légalisait la pratique de la taqyya ; il n’est pas étonnant de voir que des copies de la version aljamiada de ce texte circulaient encore au milieu du XVIe siècle et à la veille de l’expulsion45.

26Si, dans une optique inquisitoriale, le Morisque est perçu comme un hérétique qui a trahi, en quelque sorte, les promesses du baptême, d’un point de vue social, il est considéré comme un traître à la patrie et un sujet déloyal. À tout moment, il peut se soulever contre la monarchie en faisant alliance avec les Turcs de l’empire ottoman, les corsaires barbaresques ou d’autres ennemis de l’Espagne : protestants du Béarn, anglicans, luthériens, etc. On dirait aujourd’hui que les Morisques sont des délinquants de droit commun qui menacent la sûreté de l’État. Il n’est pas inutile de rappeler que dans l’imaginaire collectif des Espagnols du règne de Philippe III, les nouveaux-chrétiens étaient assimilés à ces rebelles qui s’étaient soulevés dans les années 1568-1570 dans le royaume de Grenade, soulèvement qui avait eu lieu en réaction au durcissement de la politique religieuse et sociale mise en place par Philippe II à compter des années 1560, décennie qui correspond à la fin du Concile de Trente.

27L’Inquisition, après la perte de Tunis de 1574, contribua à alimenter une véritable psychose collective autour d’un complot morisque, comme le souligne Isabelle Poutrin :

  • 46 Isabelle POUTRIN, Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, Paris : Presses Universitaires de Fr (...)

Le sort des Morisques d’Espagne est étroitement lié à ces événements, tout d’abord en raison du danger qu’ils semblent représenter pour la sécurité de l’Espagne. Les Morisques de Grenade ayant été dispersés, l’attention se focalise sur la couronne d’Aragon. Le Saint-Office entretient la crainte d’une jonction des Morisques avec les ennemis de la monarchie espagnole, donnant à plusieurs reprises l’alerte sur des complots ourdis avec l’étranger. Ainsi, en 1574, après la perte de Tunis, l’Inquisition de Valence fait état des réjouissances des Morisques pour la victoire des Turcs, de livraisons d’armes venant d’Alger sur la côte de Gandía, et de contacts avec les protestants du Béarn. Trois ans plus tard, les inquisiteurs de Saragosse s’inquiètent d’un éventuel soulèvement des Morisques de Valence et peut-être d’Aragon, avec l’aide des Turcs. À ces craintes, Philippe II, conseillé par le vice-chancelier d’Aragon Bernardo de Bolea, répond par des mesures très localisées pour renforcer la sécurité des côtes. Le spectre d’une conspiration morisque ressurgit en 1582, quand l’Inquisition de Valence intercepte deux lettres en arabe destinées à Eudj Ali, qui gouverne Alger avec le soutien des Ottomans. Ces lettres mettent au jour un réseau de communications entre les Morisques et les ennemis de l’Espagne, joignant l’Aragon, Valence, la Castille, le Béarn et l’Afrique du Nord46.

  • 47 Tratado, p. 98 : « Mientras no constare de común culpa de toda su comunidad no se les puede hacer g (...)
  • 48 Tratado, p. 101 : « En tan grande número de gente, por perfida que sea la comunidad, puede ser que (...)

28Si Pedro de Valencia n’exclut pas l’hypothèse d’un complot morisque, il refuse cependant de condamner en bloc l’ensemble de la communauté. Selon lui, ce ne sont pas tous des hérétiques ni des tueurs de curés, de juges ou d’argousins47. Il existe même des saints parmi eux et des sujets loyaux, et entièrement dévoués au roi48.

Les Morisques : des individus qui « se multiplient comme les étoiles »

29Parmi les différents topiques et poncifs qui circulent au sujet des Morisques, celui de la fertilité est, de loin, le plus tenace. On attribue au nouveau-chrétien une sexualité débridée et une fécondité galopante.

  • 49 Tratado, p. 77.
  • 50 Henri LAPEYRE, Géographie de l’Espagne morisque, Paris : EHESS, 1959.

30Pedro de Valencia dramatise à dessein l’importance numérique des nouveaux-chrétiens espagnols en disant qu’ils ne sont pas dix, cent, ni mille, ni cent mille, mais bien plus, sans toutefois donner un chiffre précis49. D’après les données dont nous disposons à l’heure actuelle, à la veille de l’expulsion, les Morisques étaient 135 000 dans le royaume de Valence, 61 000 dans le royaume d’Aragon, 8000 en Catalogne et 115 000 dans le royaume de Castille, ce qui donne un total de 321 000 personnes50. Les Morisques grenadins, quant à eux, avaient été déportés en 1570 vers l’Andalousie et la Castille après le soulèvement des Alpujarras. En Castille, les Morisques vivaient dispersés et n’étaient pas assujettis au régime seigneurial, tandis qu’en Aragon, Valence et Murcie, ils étaient concentrés et dépendaient des seigneurs au niveau juridictionnel. À ce titre, ils étaient plus facilement contrôlables que leurs coreligionnaires castillans, davantage mobiles.

  • 51 Tulio HALPERIN DONGHI, Un conflicto nacional. Moriscos y cristianos viejos en Valencia, Valence: Un (...)

31Par-delà le nombre, Pedro de Valencia met en évidence les solidarités existantes entre les Morisques de la couronne de Castille et les Morisques de la couronne d’Aragon (solidarités internes), ainsi que celles entre les Morisques espagnols et les Maures d’Afrique du Nord (solidarités externes). Comme l’a mis en évidence Tulio Halperín Donghi, la société morisque s’articulait autour d’une solidarité nationale, dont les piliers étaient la religion (la foi en Mahomet) et la famille (solidarité des lignages)51.

  • 52 Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Au siècle d’or, l’Espagne et ses hommes. La Population du Royaume de Castil (...)
  • 53 Pedro de VALENCIA, Obras completas, Léonn : Universidad de León, 1994, t. IV/1, p. 159-173.
  • 54 VIRGILE, Bucoliques, M. Nisard (trad.), Paris : Didot, 1850, IX, 4.

32À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Espagne connaît une phase de récession démographique que les arbitristas qualifient de despoblación52. Cette chute de population s’explique, en partie, par l’oisiveté qui touche aussi bien les couches supérieures (aristocratie) que les couches inférieures (mendiants et pícaros). Pedro de Valencia aborde cette question dans son Discurso contra la ociosidad composé en 160853. Il pense qu’à la longue, les Morisques, travailleurs et économes, finiront par être plus nombreux que les vieux-chrétiens dans la péninsule ibérique et, donc, plus forts militairement et en mesure de les expulser. Pour exprimer cette hantise de l’expulsion, l’humaniste de Zafra cite ces quelques vers de Virgile prononcé par Méris : « O Lycidas, nous devions donc vivre assez pour voir ce triste jour que nous n’avions jamais craint, ce jour où un étranger, possesseur de nos terres, devait nous dire : “Ces champs sont à moi ; anciens habitants, partez” »54.

33Afin de donner à son discours une dimension à la fois universelle et allégorique, Pedro de Valencia puise ses exemples dans l’Ancien Testament. Pour faire face à l’accroissement numérique des Israélites en Égypte, Pharaon avait envisagé des mesures qui étaient peut-être utiles d’un point de vue politique, mais profondément injustes d’un point de vue religieux et moral. Il entendait tuer à la naissance tous les nouveaux-nés de sexe masculin :

  • 55 AT, I, Exode, I, 7-16, p. 176-177.

Les fils d’Israël fructifièrent et foisonnèrent, ils se multiplièrent et se renforcèrent beaucoup, beaucoup, si bien que le pays en fut rempli. Alors se leva sur l’Égypte un nouveau roi qui n’avait pas connu Joseph. Il dit à son peuple : “Voici que le peuple des fils d’Israël est plus nombreux et plus fort que nous. Allons ! Avisons-y, de peur qu’il n’augmente encore et que, lorsqu’une guerre surviendra, il ne se joigne à nos adversaires et guerroie contre nous pour remonter ensuite de ce pays ! ” […] Puis le roi d’Égypte dit aux accoucheuses des Hébreux, dont l’une s’appelait Shifrah et la seconde Pouah : “Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux et que vous verrez, sur le double siège, que c’est un fils, vous le ferez mourir ; mais si c’est une fille elle, elle pourra vivre”55.

  • 56 Pascual BORRONAT Y BARRACHINA, Los moriscos españoles y su expulsión, 2 vol., Valence: Universidad (...)

34L’exemple de Pharaon sert, bien entendu, de contre-modèle à Pedro de Valencia. En effet, celui-ci se montre farouchement hostile à ces politiques et ecclésiastiques, comme le notable sévillan Alonso Gutiérrez ou l’évêque de Segorbe, don Martín de Salvatierra, qui envisageaient de castrer les hommes, et parfois même les femmes morisques, pour les empêcher de se reproduire56.

  • 57 Jean-Paul LE FLEM, « Les Morisques du Nord-Ouest de l’Espagne en 1594 d’après un recensement de l’I (...)

35Ce fantasme de la prolifération morisque est dû sans doute au censo inquisitorial de 1594, élaboré par les curés des paroisses, qui recensait tous les Morisques grenadins qui avaient été déportés en Castille au cours des années 1570-1571. Ce recensement laisse apparaître un accroissement dans certaines zones castillanes, mais celui-ci est dû à un phénomène migratoire et non à une hausse naturelle. En effet, entre 1570 et 1609, les effectifs de la population morisque demeurent relativement stables, se situant aux alentours de 320 000 personnes57.

36Comment les apologistes de l’expulsion expliquent-ils cette supposée démographie galopante de la communauté morisque ?

  • 58 Juan HUARTE DE SAN JUAN, Examen de los ingenios, Guillermo Serés (éd.), Madrid : Cátedra, 1989, p.  (...)
  • 59 Coran, Sourate, V, 90-91 : « Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les f (...)
  • 60 AT, II, Jérémie, XXV, 6-7, p. 363 : « Ils dirent : “Nous ne boirons pas de vin, car Jonadab, fils d (...)

37Les Morisques sont fertiles en raison de leur hygiène de vie : ils sont travailleurs, frugaux et sobres. Comme le rappelle Juan Huarte de San Juan, à la suite d’Hippocrate, l’oisiveté, les excès dans l’alimentation et la boisson, le fait d’être toujours monté à cheval, sont des facteurs indéniables de stérilité, car ils rendent la semence masculine froide et humide58. Pedro de Valencia fait l’éloge de la sobriété des Morisques en opposant leur hygiène alimentaire à celle des soldats espagnols qui ne peuvent se passer de vin sans se sentir mal. Non sans une certaine ironie, il félicite le prophète Mahomet d’avoir inscrit l’interdiction du vin dans le Coran59. Quelques lignes plus loin, il rappelle que cette prohibition figurait déjà dans l’Ancien Testament. Dans le livre de Jérémie, Jonadab, fils de Récab, ordonne à ses enfants et à ses descendants de ne pas boire de vin ni de cultiver la vigne60.

  • 61 Tratado, p. 85 : « Júntase también lo que toda España echa de ver y dice con sentimiento y temor: q (...)

38Les Morisques sont fertiles, car dans leur communauté le taux de célibat est très faible. En effet, à la différence des vieux-chrétiens, ils n’émigrent pas aux Indes, ne servent pas le roi en tant que soldats, et n’embrassent pas la carrière ecclésiastique (clergé séculier et régulier)61. D’une certaine manière, le portrait du morisque besogneux, économe et sobre, est à l’image de la République que Pedro de Valencia appelle de ses vœux, à savoir une république qui ne tire pas sa richesse des échanges commerciaux et monétaires mais des produits de la terre, de l’élevage et de la manufacture. Ce physiocratisme empreint d’un certain « puritanisme » bourgeois – que l’on retrouve à la même époque dans les milieux calvinistes – se situe aux antipodes de la mentalité nobiliaire (hidalguista) qui affecte l’Espagne de l’époque et détourne les hommes des activités productives.

  • 62 Ibid., p. 85 : « […] casan sus hijos y hijas muy muchachos, para que, si viven, tengan muchos hijos (...)

39Les Morisques marient, en outre, leurs filles plus tôt que ne le font les parents vieux-chrétiens, dont les faibles ressources économiques ne permettent pas, bien souvent, de payer la dot62. Par ailleurs, le taux de veuvage des femmes morisques est bien plus bas que celui des vieilles-chrétiennes. La coutume voulait que les veuves épousent en deuxièmes noces le frère du mari défunt ou l’un des hommes de la famille, comme cela apparaît dans de nombreux procès inquisitoriaux.

  • 63 Coran, Sourate, XXIV, 32 : « Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esc (...)

40Dans le Coran, le prophète Mahomet condamne le célibat et encourage le mariage sous ses deux formes : monogame et polygame. La polygamie n’est prévue que dans les cas où l’homme a les moyens suffisants d’entretenir sous un même toit plusieurs épouses et concubines63.

  • 64 Bernard VINCENT, « Amours et mariage chez les morisques au XVIe siècle », in : Augustin REDONDO (éd (...)

41Si ces différentes explications présentent une part de vérité, elles relèvent davantage du mythe que de la réalité. Les études démographiques récentes sur la communauté morisque sont venues nuancer les affirmations des apologistes de l’expulsion sur bien des points. L’âge au mariage des Morisques (entre 18 et 18,5 ans) était sensiblement inférieur à celui des vieilles-chrétiennes (19-20 ans), mais pas suffisamment pour créer une différence notoire, étant donné l’impact de la mortalité infantile à cette époque. Le nombre d’enfants vivants par famille était sensiblement le même dans les deux communautés, autour de 2,5. La famille nucléaire (type III de Laslett) l’emportait largement sur la famille élargie (type IV), modèle considéré comme typiquement oriental. Quant à la polygamie, elle était loin de constituer une pratique majoritaire64.

42Si la peur est un vice individuel, contraire à la raison, elle peut cependant être une vertu d’un point de vue politique. En effet, certains dirigeants l’utilisent à des fins idéologiques pour alimenter l’aversion à l’encontre d’un individu ou d’un groupe.

43Dans l’Espagne de Philippe III, en proie à l’une des pires crises de son histoire, le bouc-émissaire tout désigné est le Morisque, cet ennemi intérieur que l’on affuble de toutes les tares et que l’on rend responsable de tous les maux qui frappent la République. Fils illégitime d’Abraham par la voie d’Ismaël, hérétique et délinquant de droit commun, individu à la sexualité débridée, il est ce barbare qui risque de détruire de l’intérieur les fondements mêmes de la monarchie avec l’aide des Turcs, des corsaires barbaresques et des ennemis extérieurs de l’Espagne.

  • 65 Tratado, p. 78.
  • 66 Ibid., p. 80.
  • 67 Ibid., p. 80.
  • 68 Ibid., p. 81.
  • 69 Les vieux-chrétiens, eux, cuisinaient avec du saindoux.
  • 70 Ibid., p. 81.

44À tous ces vices, vient s’ajouter celui de l’altérité perçue comme un facteur de risque et de désordre social. Le Morisque pratique la religion musulmane, une religion considérée par les apologistes de l’expulsion comme contraire à la nature de l’homme et à la raison65 ; parle l’arabe, la langue du Coran, dans laquelle on peut aisément comploter66 ; utilise un alphabet très différent de l’alphabet latin67 ; lit et écrit de droite à gauche ; porte le burnous et le voile que l’on appelle almalafa68; cuisine à l’huile d’olive69 ; égorge les animaux de façon rituelle ; consomme de la viande halal ; observe les interdictions mosaïques en matière d’alimentation ; mange de la viande pendant le Carême70… Comme le souligne l’hispaniste Joseph Pérez :

  • 71 Joseph PÉREZ, « Les Moriscos (1502-1614) », Bulletin hispanique, t. 80, n° 3-4, 1978, p. 373-382, [ (...)

Plus que les Juifs et les conversos, les moriscos ont sans doute été victimes du racisme, un racisme étonnamment moderne qui frappe une population qu’on sait indispensable à la vie économique du pays, mais qu’on déteste, moins à cause de son particularisme religieux que parce qu’elle représente une forme de civilisation différente, donc suspecte71.

Haut de page

Notes

1 Tzvetan TODOROV, La Peur des Barbares, Paris : Robert Laffont, Paris, 2008.

2 Samuel HUNTINGTON, Le Choc des civilisations, Paris : Odile Jacob, 1997.

3 Tzvetan TODOROV, La Peur des Barbares, p. 16.

4 Dominique MOÏSI, « The Clash of Emotions », Foreign Affairs, 1-2, 2007.

5 Tzvetan TODOROV, La Peur des Barbares, p. 16-19.

6 Ibid., p. 18.

7 À la suite d’Aristote, Pedro de Valencia considère la crainte comme une passion négative qui s’oppose à la raison : ARISTOTE, Rhétorique, Livre 2, chapitre 5, 1.

8 Pedro de VALENCIA, Obras completas, volumen IV/1, Escritos sociales 2. Escritos políticos, Rafael GONZÁLEZ CAÑAL (éd.), León : Universidad de León, Tratado de los moriscos de España (Tratado, dorénavant), p. 71-138. « Universal debe ser ese recato y guarda para con todos, sin cobardía, empero, ni perturbación, mas no igual sino mayor para contra los más enemigos y más poderosos, y para los que disimulan la envidia y aguardan tiempo para acometernos en nuestras flaquezas y aprietos con menos riesgos suyos » (p. 74).

9 Sur l’Empire espagnol, on lira, entre autres : Pablo FERNÁNDEZ ALBADALEJO, Fragmentos de monarquía. Trabajos de historia política, Madrid : Alianza Editorial, 1992 ; Fernand BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris : Armand Colin, 1990 (1re éd. 1966) ; José Ignacio FORTEA PÉREZ, Monarquía y Cortes en la corona de Castilla, las ciudades ante la política fiscal de Felipe II, Valladolid : Cortes de Castilla y León, 1990 ; José Antonio MARAVALL, Estado moderno y mentalidad social, Madrid : Revista de Occidente, 1972 ; Bartolomé BENNASSAR et Bernard VINCENT, Le temps de l’Espagne (XVIe-XVIIe siècles), Paris : Hachette, 1999 ; Christian HERMANN, Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Paris : CNRS, 1989.

10 Tratado, p. 74 : « Esta desconfianza para vivir con prevención y estar sobre aviso en las cosas de guerra, debe tener la monarquía de España en estos tiempos más que ningún otro reino o imperio de los que ahora son o han sido en el mundo, porque la profesión única de potentado católico y el esfuerzo y valentía con que ha hollado a otras naciones de Europa y aventajádoseles con arrogancia y jactancia, y las riquezas de oro y plata y señorío de la navegación y comercio del mundo, la hacen odiosa y envidiada y acechada de todos los príncipes y potentados de la tierra, cercanos y lejanos, fieles e infieles ».

11 Pour ne pas lasser le lecteur, ni allonger inutilement son discours, Pedro de Valencia prend le parti de ne pas mentionner les ennemis de l’Espagne, bien connus de tous : « Odioso y mayor asunto que para mí sería intentar a decir en particular los principados que nos acechan, y qué fuerzas y oportunidad tienen para poder hacer daño al Reino y qué tal prevención sería conveniente para defenderse de cada uno ». Cela fait partie également du topos de la brevitas. Par prudence politique également, il ne veut pas risquer de s’attirer les foudres du roi.

12 PLATON, Œuvres de Platon, Traduction de Victor Cousin, Paris : Pichon et Didier, 1831, Tome 7, Les Lois, Livre VI, p. 320.

13 Tratado, p. 74 : « De manera que se halla como una isla en medio de la mar de las naciones, combatida por todas partes del furor e ímpetu de sus olas, come dice el profeta Isaías de la antigua Jerusalén ».

14 La Bible. Ancien Testament, II, Édouard DHORME (éd.), Paris : Gallimard Pléiade, 1959 (AT, II), Isaïe, XXIX, 5-7, p. 91.

15 ARISTOTE, Éthique à Nicomaque, Trad. de J. Tricot, Éd. Les Échos du Maquis, 2014 [en ligne], Livre VI, Chapitre 5 : « Reste donc que la prudence est une disposition, accompagnée de règle vraie, capable d’agir dans la sphère de ce qui est bon ou mauvais pour un être humain […] C’est pourquoi nous estimons que Périclès et les gens comme lui sont des hommes prudents en ce qu’ils possèdent la faculté d’apercevoir ce qui est bon pour eux-mêmes et ce qui est bon pour l’homme en général, et tels sont aussi, pensons-nous, les personnes qui s’entendent à l’administration d’une maison ou d’une cité ».

16 C’est le cas, par exemple, d’Alain MILHOU : « 1492-1598. Un climat favorable au messianisme ibérique », in : Jean Franco et Francis Utéza, Millénarismes et messianismes dans le monde ibérique et latino-américain, Montpellier, ETILAL, 2000, p. 13-33 [p. 17].

17 Hugh THOMAS, La Guerre d’Espagne, Paris : Éd. Robert Laffont, 2009, p. 323.

18 Henry MÉCHOULAN, Le sang de l’autre ou l’honneur de Dieu. Indiens, Juifs et Morisques au Siècle d’Or, Paris : Fayard, 1979, p. 130-140.

19 Tratado, p. 74 : « Los derechamente enemigos declarados y manifiestos de toda la cristiana Iglesia y como fatales contrarios en cuanto a encuentro y guerra exterior, son los moros, digo, todos los que profesan y tienen por religión la secta de Mahoma, que son de la familia y casa de Ismael, o se refieren a ella ».

20 Jean GROSJEAN (éd.), La Bible. Nouveau Testament, Paris : Gallimard Pléiade, 1971, (NT), I Corinthiens, XV, 50, p. 565.

21 NT, Romains, IX, 31, p. 494.

22 Tratado, p. 74 : « Y como Ismael, que nació de la carne, perseguía a Isaac, que nació según el espíritu, así la descendencia y casa de aquél aborrece y persigue con fiereza bárbara a la casa y familia de estotro, que es la de Dios en la tierra ». Au rang des Ismaélites, figurent les fils d’Ismaël, c’est-à-dire, Nebayoth, Quédar, Abdeël, Mibsam, Mishma, Doumah, Massa, Khadad, Teima, Yetour, Naphish et Quedmah (La Bible. Ancien Testament, I, Édouard DHORME (éd.), Paris : Galimard Pléiade, 1956 (AT, I), Genèse, XXV, 13-15, p. 78-79).

23 AT, I, Genèse, XVI, 11-16, p. 49-50.

24 AT, I, Genèse, XXV, 18, p. 79.

25 Tratado, p. 74-75 : « ferus homo: manus eius contra omnes, et manus omnium contra eum: et e regione universorum fratrum suorum figet tabernacula. A la letra dice: Hic erit onager homo » ; AT, II, Daniel, V, 21, p. 645. Dans ce passage, l’onagre, assimilé à l’âne indien, représente la faune du désert.

26 Claude ÉLIEN, La personnalité des animaux, Arnaud Zucker (trad.), Paris : Les Belles Lettres, 2001, Livre IV, chapitre 52, p. 107 : « Tout leur corps est blanc, sauf leur tête, qui se rapproche du pourpre, et leurs yeux, qui diffusent une couleur bleu foncé. Ils ont sur le front une corne qui atteint bien une coudée et demie de long : la base de la corne est blanche, la pointe rouge vif, et la partie médiane d’un noir profond […] d’après Ctésias, les ânes indiens qui possèdent une corne […] sont plus rapides que les ânes, et même plus rapides que les chevaux et les cerfs […]. Voici jusqu’où va la force de ces animaux : rien ne peut résister à leurs coups et tout cède et, le cas échéant, est complètement broyé et mutilé. Il leur arrive même fréquemment de déchirer les flancs de chevaux, en se ruant sur eux, et de leur faire sortir les entrailles […]. Il est pratiquement impossible de capturer un adulte vivant, et on les abat avec des lances et des flèches […] ». Le fait que la corne soit « bariolée » est toujours un signe négatif dans l’imaginaire des auteurs antiques de bestiaires.

27 Alfred MORABIA, Le Gihad dans l’islam médiéval, Paris : Albin Michel, 1993 ; Jean FLORI, Guerre sainte, jihad croisade : violence et religion dans le christianisme et l’islam, Paris : Point, 2002. Tratado, p. 75 : « En muchas partes del Alcorán denuncia Mahoma enemistad y guerra perpetua a todos los que no creyeren y admitieren su ley, y manda a los suyos que apremien y fuercen con las armas a los incrédulos, para que la reciban y la crean ».

28 Coran, Sourate 4, versets 101-102.

29 Coran, Sourate 47, versets 4-6.

30 Sourate 20, 85-87 : « Allah dit : “Nous avons mis ton peuple à l'épreuve après ton départ. Et le Samiri les a égarés”. Moïse retourna donc vers son peuple, courroucé et chagriné ; il dit : “Ô mon peuple, votre Seigneur ne vous a-t-Il pas déjà fait une belle promesse ? L'alliance a-t-elle donc été trop longue pour vous ? ou avez-vous désiré que la colère de votre Seigneur s'abatte sur vous, pour avoir trahi votre engagement envers moi ? ”. Ils dirent : “Ce n'est pas de notre propre gré que nous avons manqué à notre engagement envers toi. Mais nous fûmes chargés de fardeaux d'ornements du peuple (de Pharaon) ; nous les avons donc jetés (sur le feu) tout comme le Samiri les a lancés” » ; Matthieu, V, 43-44 : « Vous avez entendu qu’on a dit : “Tu aimeras ton proche et détesteras ton ennemi”. Et moi je vous dis : “Aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous poursuivent ; alors vous serez fils de votre père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les mauvais et sur les bons et pleuvoir sur les justes et les injustes” ».

31 Alain MILHOU, « 1492-1598. Un climat favorable au messianisme ibérique », p. 17-18.

32 Tratado, p. 81 : « Junto con esto, es de considerar que todos estos moriscos, en cuanto a la complexión natural, y por el consiguiente en cuanto al ingenio, condición y brío son españoles como los demás que habitan en España, pues ha casi novecientos años que nacen y se crían en ella, y se echa de ver en la semejanza o uniformidad de los talles con los demás moradores de ellos ». Cette réflexion est liée à la physio-gnomonie ; l’apparence physique est perçue comme un signe du caractère ou du tempérament.

33 Alphonse X, Siete Partidas, Partida 7, tit. 12, ley 1 : « Laese maiestatis crimen, en latín tanto quiere decir en romance como yerro de traición que hace hombre contra la persona del rey. Y traición es la mas vil cosa y la peor que puede caer en corazón de hombre, y nacen de ella tres cosas que son contrarias de la lealtad, y son estas: injusticia, mentira y vileza ».

34 Ibid., Partida 7, tit. 12, ley 1. Saint Thomas d’Aquin disait que l’hérésie était un crime bien pire que le faux monnayage : « Car c’est un crime beaucoup plus grave de corrompre la foi qui est la vie de l’âme que d’altérer l’argent qui sert au soutien de la vie temporelle. Par conséquent, si ceux qui font de la fausse monnaie ou les autres malfaiteurs sont avec justice mis à mort immédiatement par les princes séculiers, à plus forte raison les hérétiques peuvent-ils être non seulement excommuniés, mais encore mis à mort justement » (Somme Théologique, IIe partie, II, quest. 11, art. 3).

35 Ibid., Partida 7, tit. 12, ley 2 : « Cualquier hombre que hiciese alguna de las maneras de traicion que dijimos o diere ayuda o consejo que la hagan, debe morir por ello, y todos sus bienes deben ser para la camara del rey, sacada la dote de su mujer y los deudos que hubiese de dar, y lo que hubiese manlevado hasta el dia que comenzó a andar en traición. Y además todos sus hijos que son varones deben quedar infamados para siempre ».

36 Ibid., Partida 7, tit. 26, ley 1 : « Haeresis en latín quiere decir en romance como apartamiento y tomó este nombre hereje porque es apartado de la fe católica de los cristianos. Y como quiera que sean muchas las sectas y maneras de herejes, hay dos que son las principales: La primera es toda creencia que hombre tiene que se desacuerda de aquella fe verdadera que la Iglesia de Roma manda tener y guardar. La segunda es descreencia que tiene algunos hombres malos y descreídos, que creen que el alma se muere con el cuerpo, y que del bien y del mal que hombre hace en este mundo no habrá galardón ni pena en el otro mundo, y los que esto creen son peores que bestias ».

37 Patrick GILLI et Julien THÉRY, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIIe-mi XIVe siècle), Montpellier : PUM, 2010, p. 559.

38 Alphonse X, Siete Partidas, Partida 7, tit. 26, ley 2 : « …y si por ventura no se quisieren apartar de su porfía, débenlos juzgar por herejes, y darlos después a los jueces seglares, y ellos débenles dar pena en esta manera: que si fuere el hereje predicador, al que dicen consolado, débenlo quemar en el fuego de manera que muera en él. Esa misma pena decimos que deben tener los descreídos que dijimos en la ley antes de esta, que no creen recibir galardón ni pena en el otro siglo ».

39 Miguel JIMÉNEZ MONTESERÍN, Introducción a la Inquisición española. Documentos básicos para el estudio del Santo Oficio, Madrid : Editora Nacional, 1980, p. 63 et suivantes.

40 Tratado, p. 75-76 : « …y para que los suyos no pudiesen ser semejantemente compelidos con violencia y temor a dejar su ley, inventó una máquina diabólica, y es que les concede a los moros que, si les hicieren fuerza y corrieren riesgo por la profesión de su ley, la nieguen libremente, y coman puerco y las demás cosas vedadas y hagan cualesquiera muestras exteriores de negación, sin que por esto incurran en infidelidad ni culpa alguna ».

41 Mercedes GARCÍA ARENAL, « Introducción. Taqiyya : disimulo legal », Al-Qantara, XXIX, 2, 2013, p. 345-355.

42 Pedro de VALENCIA, Obras completas, volumen IV/1, Escritos sociales 2. Escritos políticos, Discurso sobre el pergamino y láminas de Granada, p. 141-429.

43 Coran, sourate III, verset 28.

44 Coran, sourate XVI, verset 106.

45 Abdelkhalek CHEDADDI, « Emigrer ou rester ? Le dilemme des Morisques entre les fatwas et les contraintes du véc  », Cahiers de la Méditerranée, 79, 2009, p. 31-50, [p. 44] : « Le fait que des copies de la version aljamiada du texte d’Al-Maghrawi aient été effectuées en 1563, et encore en 1609 à la veille de l’expulsion, tendrait à montrer que ce texte est resté important pour les Morisques tout au long du XVIsiècle, et qu’il circulait au sein de la communauté. L’importance de ce texte réside dans le fait qu’il légalise en quelque sorte pour les Morisques l’attitude consistant à dissimuler leur vraie foi, en l’occurrence l’islam, et à montrer les signes extérieurs d’une adhésion au christianisme ».

46 Isabelle POUTRIN, Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, Paris : Presses Universitaires de France, 2012, p. 269-270.

47 Tratado, p. 98 : « Mientras no constare de común culpa de toda su comunidad no se les puede hacer guerra ni darles muerte ni castigo general especialmente, que siempre ellos negarán complicidad en el delito y dirán que están prestos para ser juzgados y para dar satisfacción, y lo están aunque no quieran ».

48 Tratado, p. 101 : « En tan grande número de gente, por perfida que sea la comunidad, puede ser que haya muchos, no solamente no culpados en crimen de herejía y de infidelidad al Rey, pero buenos cristianos y aun santos ».

49 Tratado, p. 77.

50 Henri LAPEYRE, Géographie de l’Espagne morisque, Paris : EHESS, 1959.

51 Tulio HALPERIN DONGHI, Un conflicto nacional. Moriscos y cristianos viejos en Valencia, Valence: Universidad de Valencia, 1980.

52 Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Au siècle d’or, l’Espagne et ses hommes. La Population du Royaume de Castille au XVIe siècle, Paris : Economica, 1985.

53 Pedro de VALENCIA, Obras completas, Léonn : Universidad de León, 1994, t. IV/1, p. 159-173.

54 VIRGILE, Bucoliques, M. Nisard (trad.), Paris : Didot, 1850, IX, 4.

55 AT, I, Exode, I, 7-16, p. 176-177.

56 Pascual BORRONAT Y BARRACHINA, Los moriscos españoles y su expulsión, 2 vol., Valence: Universidad de Valencia, 1901 (facsimilé publié à Grenade en 1992), t. I, p. 634 et 637.

57 Jean-Paul LE FLEM, « Les Morisques du Nord-Ouest de l’Espagne en 1594 d’après un recensement de l’Inquisition de Valladolid », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 1, 1965, p. 223-243.

58 Juan HUARTE DE SAN JUAN, Examen de los ingenios, Guillermo Serés (éd.), Madrid : Cátedra, 1989, p. 635. Tratado, p. 85, note 46.

59 Coran, Sourate, V, 90-91 : « Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’abomination, œuvre du Diable. Écartez-vous en, afin que vous réussissiez. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimitié et la haine, et vous détourner d’invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin ? ».

60 AT, II, Jérémie, XXV, 6-7, p. 363 : « Ils dirent : “Nous ne boirons pas de vin, car Jonadab, fils de Récab, notre père, nous a donné un ordre, en disant : Vous ne boirez pas de vin, ni vous, ni vos fils à jamais ; vous ne bâtirez pas de maison, vous ne sèmerez pas de semence et vous ne planterez pas de vigne”… ».

61 Tratado, p. 85 : « Júntase también lo que toda España echa de ver y dice con sentimiento y temor: que de todos cuantos nacen de esta gente ninguno se gasta en guerras ni pasa a las Indias, ni es clérigo ni fraile ni monja ni en otra manera ni elección… ».

62 Ibid., p. 85 : « […] casan sus hijos y hijas muy muchachos, para que, si viven, tengan muchos hijos, y si mueren mozos por temprano que sea, dejen alguno. También porque la pobreza no impida el casarse las mujeres, usan no darles dotes a las hijas, sino solamente un moderado ajuar y alhajas para ponerles casa ».

63 Coran, Sourate, XXIV, 32 : « Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. Car la grâce d’Allah est immense et Il est Omniscient » ; Coran, Sourate, IV, 3 : « Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d’injustice ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille ».

64 Bernard VINCENT, « Amours et mariage chez les morisques au XVIe siècle », in : Augustin REDONDO (éd.), Amours légitimes, amours illégitimes en Espagne (XVIe-XVIIe siècles), Paris : Publications de la Sorbonne, 1985, p. 133-150 ; Ricardo GARCÍA CÁRCEL, « L’Inquisition de Valence », in : Louis Cardaillac (dir.), Les Morisques et l’Inquisition, Paris : Publisud, 1990, p. 153-169 [p. 154-155].

65 Tratado, p. 78.

66 Ibid., p. 80.

67 Ibid., p. 80.

68 Ibid., p. 81.

69 Les vieux-chrétiens, eux, cuisinaient avec du saindoux.

70 Ibid., p. 81.

71 Joseph PÉREZ, « Les Moriscos (1502-1614) », Bulletin hispanique, t. 80, n° 3-4, 1978, p. 373-382, [p. 382].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Parello, « Pedro de Valencia et la construction de l’ennemi intérieur », e-Spania [En ligne], 39 | juin 2021, mis en ligne le 19 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/40018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.40018

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search