Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Puertas y umbrales en las letras ...Umbrales del texto: metáforas, tó...La métaphore comme porte ouvrant ...

Puertas y umbrales en las letras áureas españolas: metáforas y símbolos
Umbrales del texto: metáforas, tópicos y saberes

La métaphore comme porte ouvrant sur un « contenu occulte ». Au sujet de l’épisode de la cetrería dans la Soledad segunda de Góngora

Dominique Neyrod

Résumés

La métaphore, écrit Ivan Fónagy, est « une communication paradoxale [qui est] la communication effective de contenus occultes ». Les écrits littéraires du Siècle dor sont riches en contenus occultes, et parmi eux se distinguent les Soledades et leur notoire oscuridad. Nous analysons, dans cet article, certaines métaphores relatives aux mots sacre, baharí, neblí, noms d’oiseaux de vol figurant dans l’épisode de la cetrería qui clôt la Soledad segunda, et il nous est apparu, comme avant nous à Carroll B. Johnson, à Crystal Chemris, à Humberto Huergo Cardoso, qu’elles ouvrent sur les réalités sociales, politiques et culturelles dans lesquelles se mouvait Góngora, au nombre desquelles figuraient en bonne place le débat au sujet de l’expulsion des Morisques et l’émergence d’une nouvelle science, l’orientalisme. Ces métaphores nous entraîneront vers le cercle intellectuel dont était proche le poète, avec ses orientations politiques et scientifiques, puis vers la figure du comte de Niebla. Comme instrument d’un penser plus, comme porte d’accès à des réalités contextuelles occultes, comme potentialité de traer a la palabra el callar, nous considérons que la métaphore est à compter au nombre des outils d’investigation historique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ivan FÓNAGY, La métaphore en phonétique, Studia phonetica 16, Montréal-Paris : Librairie Didier, 19 (...)
  • 2 Humberto HUERGO CARDOSO, « Algunos lugares oscuros de las Soledades de Góngora. Notas sobre el pasa (...)
  • 3 Luis de GÓNGORA, Soledades, John BEVERLEY (ed.), Madrid: Cátedra, 1993, p. 19.

1La métaphore, écrit Ivan Fónagy, est un encodage paradoxal ayant pour contrepartie le décodage paradoxal, autrement dit une « communication paradoxale [qui est] la communication effective de contenus occultes […] »1. Les écrits littéraires du Siècle d’Or sont riches en contenus occultes. Et parmi eux, les Soledades et leur notoire oscuridad. Cette obscurité est significative : « todas las cosas significan otra cosa », « las primeras intenciones no cuentan, solo las segundas y las terceras », ou encore, « las Soledades traen a la palabra el callar »2. Ce qui est dit et tu à la fois dans les Soledades compose non seulement une langue mais aussi une parole, comme le souligne John Beverley, autrement dit « una manera de ser y actuar por medio del lenguaje en el mundo social e ideólogico en el que Góngora se encuentra comprometido »3.

  • 4 Voir Dominique NEYROD, « Faucon vilain ou faucon gentil ? Une enquête sur les signifiés et le/les r (...)
  • 5 Il s’agit de H. HUERGO CARDOSO, art. cit. ; Chrystal CHEMRIS, « Góngora, the Moriscos and the falco (...)

2C’est en effet sur les réalités sociales, politiques, culturelles, dans lesquelles le poète se mouvait, qu’ouvrent les métaphores que nous allons analyser. Parmi ces réalités figuraient en bonne place le débat au sujet de l’expulsion des Morisques et l’émergence d’une nouvelle science, l’orientalisme, qui seront les sujets principalement visés par nos analyses, car la lecture d’une œuvre littéraire est subordonnée aussi au contexte du lecteur, à son univers de croyance et d’expérience. Ayant déjà consacré, au cours des dernières années, plusieurs études linguistiques aux mots neblí, borní, sacre4, nous avons été incitée à nous pencher de nouveau sur ces mots et sur l’épisode de la cetrería de la Soledad segunda par plusieurs articles récents5, dont certains mettent au cœur de leur problématique ces aspects du contexte du poète.

3On se souvient que cet épisode se déroule tout au long de 244 vers à la fin de la Soledad segunda, et que le poète y met en scène avec une éblouissante maestria différents moments d’une partie de chasse au vol, dans des tableaux où sont dépeints les exploits des rapaces dénommés neblí, borní, baharí, açor, gerifalte, sacre, aleto. Dans la deuxième partie de cet article nous examinerons les différentes configurations métaphoriques du trio parémique neblí, borní, baharí, puis les différents contenus occultes véhiculés par neblí et Niebla. Dans la première partie, les expressions métaphoriques « (griego al fin) » (vers 915), « Sangriento chiprïota » (vers 751) et « Español alado » (vers 863) nous emmèneront à la rencontre du cercle intellectuel fréquenté par Góngora et des orientations politiques et scientifiques de certaines personnalités.

La métaphore au seuil des problématiques historiques et culturelles

« (griego al fin) »

4Cette expression forme un énoncé qui s’applique au faucon sacre dans le passage suivant (v. 910-915) :

  • 6 Luis DE GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES (éd.), Madrid: Castalia, 1994, p. 569.

910. Auxilïar taladra el aire luego
911. un duro sacre, en globos no de fuego,

912. en oblicuos sí engaños
913. mintiendo remisión a las que huyen,
914. si la distancia es mucha
915.
(griego al fin). […]6

  • 7 H. HUERGO CARDOSO, art. cit., p. 137.
  • 8 Joseph-Victor LECLERC : Nouvelle rhétorique extraite des meilleurs auteurs anciens et modernes, 7e  (...)
  • 9 Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española [1611], Martín de Riquer (éd.), (...)

5Indépendamment du choix typographique – mise entre parenthèses ou non – « griego al fin » constitue bien une parenthèse dans le discours et c’est sur ce fait que s’appuie, en premier lieu, notre analyse de son contenu occulte. « El lugar propio del sentido es el lapsus o la interrupción del sentido »7, et cette interruption de la continuité du sens, d’une phrase à l’autre, est justement ce qui définit la parenthèse : « La parenthèse ou dialyse interrompt le sens d’une phrase par une autre phrase qu’elle jette au milieu »8 ; « es cuando entre una oración y otra se injieren algunas palabras que parecen interrumpirla »9.

  • 10 Cf. C. CHEMRIS, art. cit., p. 13: « [Il existe] a growing consensus that Góngora appealed to elite (...)

6En quoi l’énoncé « griego al fin » constitue-t-il une interruption de la continuité du sens ? C’est parce qu’il a valeur d’aparté : le discours poétique est interrompu pour laisser place à une observation du poète adressée à des interlocuteurs précis, qu’on peut identifier comme cette « élite entraînée à déchiffrer ses allusions »10, qui constituait le premier lectorat des Soledades.

  • 11 S. de COVARRUBIAS, Tesoro…, p. 919 : « Sacre. Especie de halcón, latine et graece hierax ».

7Cette parenthèse déclare que le sacre est « griego » : une déclaration qui comporte un premier niveau de contenu occulte, non pas métaphorique mais métonymique car l’une des hypothèses étymologiques au sujet du mot sacre veut que ce mot vienne du latin tardif sacer, traduction du grec hierax, qui signifie « faucon ». Elle figure dans le Tesoro de Covarrubias11 et n’était certainement pas ignorée de Góngora ni de ses lecteurs. Dans cette perspective, ce qui est grec n’est pas l’oiseau, c’est son nom.

  • 12 L. de GÓNGORA, Soledades, John BEVERLEY, éd. cit., p. 163.

8La dimension métaphorique apparaît au deuxième niveau de contenu : là, c’est l’oiseau qui est griego, et « griego » est la métaphore de « mentiroso » comme le suggèrent les mots « engaños » et « mintiendo » dans le passage cité. Le commentaire de Pellicer est révélateur : « bastávale [al sacre] ser Griego para que usasse y se valiesse de engaños »12.

9Cette métaphore, qui donne à entendre sous le mot griego les mots mentiroso, engañoso, est à double entendre, pour reprendre une expression de Mercedes Blanco : le premier décodage s’inscrit dans la tradition littéraire et renvoie aux ruses d’Ulysse, à sa mètis.

Griego” connota para Góngora el ingenio y la astucia, asociación que procede también de la literatura latina en la cual los griegos, a la vez admirados y despreciados, suelen pasar por insignes ingenios y redomados mentirosos

  • 13 Mercedes BLANCO, Góngora o la invención de una lengua, Universidad de León, 2012, p. 134-135.

écrit Mercedes Blanco, qui ajoute que « Góngora utiliza de modo flagrante esas implicaciones de la palabra “griego” en un pasaje de la Soledad segunda »13, précisément celui qui nous occupe. Dans cette perspective, la parenthèse « griego al fin » pourrait s’adresser au poète lui-même, renvoyant à l’univers culturel qui était celui des lettrés de son temps et à son propre univers mental et imaginaire.

  • 14 F. RODRÍGUEZ MEDIANO, « Al-Andalus ¿es España?... », p. 233-238, qui écrit : « Una corriente anticl (...)

10Le deuxième décodage est paradoxal : il nous emmène vers un nouveau contenu occulte en dévoilant l’univers de croyance du cercle intellectuel dans lequel évolue Góngora, autour de Pedro de Valencia. Cet humaniste soucieux du statut des minorités nationales, au nombre desquelles figuraient les Morisques, était proche d’un courant culturel existant en Espagne depuis le milieu du XVIe siècle, qui était tourné vers les nouvelles études bibliques et orientales et se montrait particulièrement méfiant à l’égard de l’histoire telle qu’elle est écrite par les auteurs grecs et reprise par les auteurs latins14.

  • 15 Fernando RODRÍGUEZ MEDIANO, « Fragmentos de orientalismo español del siglo XVII », Hispania. Revist (...)
  • 16 F. RODRÍGUEZ-MEDIANO, « Al-Andalus ¿es España?… », p. 243 : « Resumiendo un proceso naturalmente co (...)

11Par ailleurs, Pedro de Valencia était ami de Bartolomé Leonardo de Argensola, qui faisait partie, avec son frère Lupercio, d’un cercle d’arabisants, et avait appris l’arabe avec Diego de Urrea, lequel avait également eu pour élève Francisco de Gurmendi, dernier collaborateur de Valencia. Or on sait que Diego de Urrea, arabophone et arabisant distingué à son époque, auteur d’une histoire de la domination musulmane en Espagne élaborée à partir de sources arabes, ne se privait pas de brocarder, par exemple, la Historia general de España de Juan de Mariana qui faisait l’impasse sur les sources arabes. On ajoutera qu’un grand ami de Góngora, Pablo de Céspedes, avait été avec Valencia élève d’Arias Montano, arabisant lui aussi, et appelé à ce titre à Grenade pour la traduction des Libros Plúmbeos, comme l’avait été aussi Urrea. C’est d’ailleurs dans le sillage de cette affaire des Plombs que s’était éveillée la vocation d’arabisants de José Pellicer et Martín Vásquez Siruela15, commentateurs de l’œuvre de Góngora. Dans le cercle de ces esprits « modernes » l’histoire de l’Espagne ne pouvait se passer de la documentation arabe et orientale16.

  • 17 Sigmund FREUD, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient [1905, Der Witz und seine Beziehung z (...)
  • 18 Mercedes BLANCO, « Le trait d'esprit de Freud à Lacan », Savoirs et clinique, vol. 1, n°1, 2002, p. (...)

12C’est dans ce contexte étymologique et intellectuel que l’énoncé « griego al fin » prend toute sa valeur de parenthèse pour délivrer sa signification et être pris pour ce qu’il est : un mot d’esprit, un witz dirait Freud, une agudeza dirait Gracián. Il s’agirait ici d’une des techniques décrites par Freud, qui recourt à l’allusion et a « pour trait caractéristique le remplacement d’un premier élément par un second qui lui est lié à l’intérieur d’un même contexte de pensée »17. Autrement dit une métaphore par substitution, qui n’éclate comme mot d’esprit qu’aux oreilles de ceux qui évoluent dans le même contexte de pensée, ou univers de croyance car « le witz exige un tiers, en ce sens qu’il n’y a pas de rire sans communication du trait d’esprit à quelqu’un qui le sanctionne comme tel »18 ; un cas de communication paradoxale dont le contenu reste occulte pour les non-initiés.

13Il faut noter le fait que les vers 913-915 tels que nous les connaissons n’apparaissaient pas dans la version primitive, où on lisait :

  • 19 L. de GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES, éd. cit., p. 568.

912. en oblicuos sí engaños
913. donde insidioso espera las que huyen
914. del campión noruego
[=el gerifalte]
915. una pues que de arriba
916. descendió fulminada en poco humo
19.

14La modification des vers 913 et 914 fait apparaître le mot « mintiendo » et renforce la préparation du décodage de la parenthèse « griego al fin ».

« Sangriento chiprïota »

15L’énoncé « griego al fin » répond à distance à une autre expression relative au sacre. Il s’agit de « sangriento chiprïota » au vers 751, dans cette séquence de 3 vers (v. 750-752) :

el Sacre, las del Noto alas vestido,
sangriento chiprïota, aunque nacido
con las palomas, Venus, de tu carro;

16On connaît là encore une version primitive de ces vers, dans laquelle le sacre n’est nullement relié à Chypre :

el sacre, las del cierzo alas vestido
pájaro entre crepúsculos nacido
en breve sol cebado

17Robert Jammes glose ainsi ces vers :

  • 20 Ibid., p. 532. L’inexactitude relevée par Salcedo concerne précisément cette origine prétendue du s (...)

Las palabras crepúsculos y breve sol evocaban las regiones de Rusia y Asia central de donde proceden los sacres. En su segunda redacción, Góngora prefirió evocar la isla de Chipre (donde se capturaban, en efecto, sacres venidos del Norte), imagen que le permitía elaborar una construcción adversativa (sacre/palomas) más conforme a su gusto, pero que le hizo cometer -quizá- una pequeña inexactitud, señalada por Salcedo20.

18À cette raison stylistique, certes convaincante, nous croyons qu’il faut en ajouter une autre, d’ordre structurel, puisqu’il s’agit d’annoncer, et donc de justifier, la parenthèse « griego al fin » et de rendre ainsi possible le mot d’esprit. À moins que celui-ci n’ait justement été déclenché dans l’esprit du poète par la modification opérée dans la seconde rédaction des vers 750-752. Ajoutons que la mention de Chypre, lieu de passage depuis la Haute Antiquité entre le Proche et le Moyen-Orient (Mésopotamie, Égypte, Phénicie) et le monde méditerranéen (Grèce, Rome) est en mesure d’évoquer chez le lecteur initié, par métonymie, ce conflit entre héritage gréco-romain et sources orientales qui fait partie de l’univers de croyance du cercle auquel appartient le poète, comme nous venons de l’exposer.

« Español alado »

19L’expression métaphorique Español alado appliquée au baharí dans l’épisode de la chasse du doral (v. 849-874), est, quant à elle, riche de contenus occultes touchant à la question morisque.

20Ce sont les vers 863 à 874 que nous examinerons.

863. Rápido al Español alado mira
864. peinar el aire por cardar el vuelo,
865. cuya vestida nieve anima un hielo
866. que torpe a unos carrizos lo retira,
867. infieles por raros
[…]
869. Penetra pues sus inconstantes senos,
870. estimándolos menos
871. entredichos que el viento;
872. mas a su daño el escuadrón atento
873. expulso lo remite a quien en suma
874. un grillo y otro enmudeció en su pluma.

21Huergo Cardoso, à qui revient d’avoir mis en lumière cette expression, a compris résolument cet épisode comme « una cruel alegoría de la expulsión de los Moriscos ». En s’appuyant sur les mots Español, infiel, entredecir et expulsar, il glose de la façon suivante :

  • 21 H. HUERGO CARDOSO, art. cit., p. 27.

El doral “infiel” ha sido “expulsado” del seno de la madre Iglesia a manos de un “escuadrón” de soldados “a su daño atento” antes de que el “Español alado” complete el trabajo y lo desguace con sus garras21.

  • 22 Ibid. p. 26-27.
  • 23 A nuestra Señora de Atocha (1619) et En el túmulo de las honras del Señor Rey Don Felipe III (1621) (...)

22Nous renvoyons à sa démonstration22, qu’il prétend renforcer en déclarant que « Góngora se ha manifestado abiertamente a favor de la expulsión » dans deux sonnets23 et que cette position était celle de

  • 24 H. HUERGO CARDOSO, art. cit., p. 28.

su círculo inmediato de allegados, desde Salcedo Coronel a Pellicer y desde el Marqués de Siete Iglesias a Paravicino, sin olvidar al Duque de Lerma, responsable de la expulsión de los moriscos, mecenas de Góngora y destinatario del Panegírico al Duque de Lerma24.

  • 25 C. CHEMRIS, art. cit., p. 12 : « […] I cannot accept his argument that Góngora referenced the expul (...)

23Crystal Chemris s’oppose radicalement à cette interprétation, en s’appuyant sur la recherche historique et littéraire récente ainsi que sur les écrits de Pedro de Valencia où s’exprime son opposition à l’expulsion des Morisques25.

24Quant à nous, nous considérons que la démonstration de Huergo Cardoso est invalide, du fait qu’elle s’appuie sur des mots isolés et arrachés aux syntagmes auxquels ils appartiennent : en particulier, on ne peut passer sur le fait que ce n’est pas le doral, qui est qualifié d’infiel par Góngora, contrairement à ce que prétend Huergo Cardoso, qui interprète infiel comme « falto de fe o que no confiesa la fe verdadera (D. A.) », mais les carrizos. « infïeles por raros » (v. 867), c’est-à-dire, comme le commente R. Jammes « no de fiar » parce que n’étant pas assez nombreux, ils ne parviennent pas à cacher le doral.

  • 26 S. de COVARRUBIAS, op. cit.: « Baharí : ave de volatería conocida ; dizen ser nombre arábigo, y el (...)

25Mais ce que nous voulons surtout souligner ici, c’est que cet Español alado dont la demeure, selon l’interprétation de Huergo Cardoso, doit être rendue plus sûre par l’expulsion et la mort du doral infiel, a un nom bien arabe : bahr, la mer, auquel est suffixé , qui sert en arabe à former un nom-adjectif supposant tout type de relation de dépendance, d’origine ou de continuité avec le nom-base. Baharí est donc le maritime, ou ultramarino comme le dit Diego de Guadix, « halcón que passa la mar » selon Francisco Tamarid26 : tel est le discours de ce mot, de cet arabisme, et son premier contenu occulte, qui relie d’une façon qui ne peut être due au hasard dans le poème, Español alado et arabité.

  • 27 Don Juan Manuel, Libro de la caza, José Manuel FRADEJAS RUEDA (ed.), Archivo Iberoamericano de Cetr (...)

26L’identification scientifique du baharí est falco peregrinus brookei, une sous-espèce de faucon pèlerin (peregrinus peregrinus), et c’est ce faucon qui est le mieux représenté dans la Péninsule, même aujourd’hui. Le baharí est selon le D. A. « propio de Asia y África, y suele verse en España » ; « en esta tierra se toman los baharís en los nidos » écrit Don Juan Manuel27. Salcedo confirme :

  • 28 L. de GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES, éd. cit., p. 534.

El baharí es también generación de halcones ; críanse muchos en España y en otras provincias fuera della; hacen sus nidos en altas rocas, y vuelan por lugares llanos y palustres […]. Son algo menores que los neblíes28.

27Et Góngora s’interroge doctement dans les vers 758-761 sur la région de la Péninsule qui a vu naître le baharí :

el Baharí, a quien fue en España cuna
del Pirineo la ceniza verde,
o la alta basa que el Oceano muerde
de la egipcia coluna;

  • 29 Sur les colonnes d’Hercule, l’Hercule grec, l’Hercule égyptien, l’Hercule tyrien, voir par exemple (...)
  • 30 Arrien (Flavius Arrianus, 85-146) écrivain grec de l’époque romaine, fait montre dans son Anabase d (...)
  • 31 Luis DE GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES, éd. cit., p. 534.

28La egipcia coluna renvoie à la fois à l’Espagne et au Maroc. Robert Jammes commente : « a [un Hércules egipcio29] atribuye aquí Góngora la erección de las famosas columnas (Calpe en España y Abila en Marruecos) ». Etant donné que, dans le Polifemo, Góngora attribue l’érection de ces mêmes colonnes à l’Hercule grec, Robert Jammes s’interroge : « ¿Eco malicioso de alguna discusión entre eruditos cordobeses? Seguramente […] » et poursuit en citant Aldrete qui écrit dans son Del origen y principio de la lengua castellana : « Arriano30 duda mucho de la historia de Hércules, y así algunos modernos burlan della »31. Réflexion où l’on voit réapparaître la méfiance envers l’histoire telle que l’ont racontée les Grecs. De sorte que l’allusion à la egipcia columna peut être interprétée comme nouveau mot d’esprit du poète à l’intention de son cercle de lecteurs initiés.

  • 32 Cité par C. CHEMRIS, art. cit., p. 16.

29Mais plus décisif à nos yeux est le contenu occulte véhiculé à l’intention de ces lecteurs par la métaphore Español alado appliquée au baharí. Car ce contenu se laisse déchiffrer de la façon suivante : baharí est arabe et espagnol, il est né en Espagne, ce qui fait écho à la déclaration bien connue de Pedro de Valencia au sujet des Morisques : « son españoles como los demás que habitan en España, pues ha casi novecientos años que nacen y se crían en ella »32.

La métaphore sonore, ses jeux et ses enjeux

Neblí, borní, baharí

  • 33 M. ELVIRA, art. cit., p. 7.

30« La vraie métaphore poétique est l’expression d’une expérience individuelle, actuelle, fugitive » écrit Ivan Fónagy. Il en va bien ainsi de la série parémique neblí, borní, baharí qui s’impose à l’ouïe dans l’énumération de la « generosa cetrería » : Neblí, Sacre, Girifalte, Baharí, Borní, Aleto, Azor. Il en résulte un effet métaphorique de nature sonore, qui exerce une forte pression poétique sur l’imaginaire. Muriel Elvira remarque que « délibérément ou par erreur, Góngora peint le borní en s’inspirant des descriptions de l’alfaneque qui disparaît de la liste [des oiseaux] »33. Nous ne croyons pas que c’est par erreur : l’intention poétique est claire.

  • 34 I. FÓNAGY, op. cit., p. 66.

31Dans cette série, la place du , en position tonique finale, lui donne une importance particulière : or, le son i est associé à la clarté, la lumière, la transparence ; à un mouvement, une aspiration vers le haut34. Fónagy donne de nombreux exemples (descriptions linguistiques de langues variées et résultats de tests faits par lui ou par d’autres) où i est associé à l’idée de légèreté, de vivacité, de clarté, mais aussi de minceur, d’acuité, de dureté. Ces associations qui découlent des caractères articulatoires, perceptifs, fréquentiels de ce son, sont intersubjectives, et ne peuvent pas, de ce fait, être ignorées dans le cas qui nous occupe : elles sont à prendre en compte comme métaphore sonore diffuse du caractère aérien, ascensionnel, du spectacle offert par la chasse au vol, en même temps que de la tension, de l’agressivité que mime la projection vers l’avant de cette voyelle antérieure. C’est là un premier niveau de contenu occulte.

  • 35 Pedro LÓPEZ DE AYALA, Libro de la caza de las aves, Alicante, Biblioteca Virtual Miguel de Cervante (...)
  • 36 Ibid., cap. VII : « Los halcones alfaneques […] se crían allende la mar, en África, en el reino de (...)
  • 37 Cette histoire fait partie, si l’on en croit Pellicer, d’un corpus d’histoires africaines. En effet (...)

32Un autre contenu occulte est porté par la structure morphologique de ces mots. Ce sont les dénominations castillanes (qui ont également cours au Portugal) des faucons qui, « en todas tierras » ou « en todas las tierras de cristianos salvo en Espanya », comme l’écrit Pero López de Ayala35, sont appelés halcón gentil ou halcón peregrino ou, pour le borní, villano ou lanero. La spécificité des dénominations castillanes est leur étymon, qui peut être un mot arabe comme nous l’avons vu pour baharí, et bien sûr le í tonique final, suffixe dérivationnel arabe. Et c’est ainsi un autre contenu occulte qui est véhiculé indestructiblement par l’existence même de ces mots spécifiquement castillans : la composante arabe de la langue castillane. Il est peu probable qu’une telle morphologie soit passée inaperçue du poète et du milieu intellectuel qu’il fréquentait, marqué, comme nous l’avons mentionné précédemment, par l’intérêt pour les langues orientales, et pour certains de ses membres, par un savoir d’arabisant. Et c’est en effet sous la dénomination borní, alors qu’on s’attendrait plutôt à alfaneque36, qu’est présenté sur une scène maghrébine, l’oiseau de vol du galán de Meliona (v. 762-771)37 :

la delicia volante
de cuantos ciñen líbico turbante
el borní, cuya ala
en los campos tal vez de Melïona
galán siguió valiente, fatigando
tímida liebre, cuando
intempestiva salteó leona
la melionesa gala
que de trágica scena
mucho teatro hizo poca arena.

Neblí, Niebla

33Quant au mot neblí, il est multi-métaphorique et passablement saturé de contenus occultes. Examinant la nomenclature des différentes sortes d’oiseaux de vol dans les traités anciens de fauconnerie, Muriel Elvira écrit :

  • 38 M. ELVIRA, art. cit., p. 5-6.

Si l’on compare ces listes [la nomenclature des traités] avec celle de Góngora [c’est-à-dire l’ordre d’apparition des oiseaux de la « generosa cetrería »] (el nebli, el sacre, el gerifalte, el bahari, el borni, el aleto, el azor), on voit que la continuité est grande, et on a l’impression que la logique de classement en fonction de la noblesse ou de l’excellence des oiseaux est poussée jusqu’à son terme par Góngora. Cette idée d’excellence s’identifie avec la capacité qu’ont les oiseaux de s’élever le plus haut possible dans le ciel pour accomplir le vol d’altanería qui est précisément l’apanage des faucons38.

  • 39 François VIRÉ : « La volerie dans l’Espagne du Xe siècle à travers le Calendrier de Cordoue », Arab (...)
  • 40 Pero LÓPEZ de AYALA, Libro de la caza de las aves, John G. CUMMINS (éd.), Londres : Tamesis Books, (...)
  • 41 Pedro de ALCALÁ, Vocabulista aravigo en letra castellana, Granada, 1505. http://uvadoc.uva.es/handl (...)

34Le neblí est noble, en effet, et de différentes façons, énoncées par les différents discours qu’abrite cette dénomination. Plus altanero que tout autre, le neblí foule les nuages – « densa es nube que pisa » écrit Góngora – et tel est bien le contenu occulte du mot neblí, selon une hypothèse étymologique qui fait de lui un dérivé par le suffixe arabe du latin tardif nebula, autrement dit un faucon « tient-la-nue », comme traduit François Viré, en s’inspirant, dit-il, de l’ancien langage de la volerie39. Il est noble aussi en tant que « falcón gentil », comme l’écrit Pero López de Ayala : « E los falcones neblís en todas tierras son llamados gentiles […] pero al comienço fueron llamados nobles e por tiempo corrompiosse este vocablo, e dizenlos neblís40 ». Noble encore si l’on considère la traduction en arabe du castillan « neblí, especie de halcón » par la racine trilittère NBL dans le Vocabulista arábigo en letra castellana de Pedro de Alcalá41, car, comme le souligne Charles Newcomer, à cette racine sont rattachés en arabe des mots entrant dans ce champ sémantique :

  • 42 Charles A. NEWCOMER, « Neblí, baharí, tagarote », Nueva Revista de Filología Hispánica, Año 6, n° 2 (...)

Pero no hay por qué eliminar por completo la idea de “nobleza” en el nombre del pájaro. El hecho de que aparezcan en diccionarios árabes muchas palabras basadas en la radical NBL, con el significado de nobleza, habilidad y destreza, y también el de que se haya esparcido considerablemente el nombre de “halcón gentil” y sus similares para referirse al halcón peregrino, prueban que la primera conjetura de Covarrubias [«Neblí: Especie de halcón de mucha estima. Algunos quieren por esto se aya dicho “quasi nobli”, por su nobleza»] quizá tenga también una base de verdad. Aunque el pájaro no hubiese sido llamado neblí por su supuesta nobleza, esta característica bien pudo haber influído en la formación y significado de la palabra neblí, en castellano o en árabe »42.

  • 43 Pour plus de détails sur cette étymologie, cf. Dominique NEYROD, « Insaisissable neblí », Cahiers d (...)

35Dans le contexte de la Soledad segunda, la noblesse du neblí acquiert une résonance particulière du fait que son nom est en continuité avec le toponyme Niebla. Ce discours du mot neblí est connu et répertorié, par exemple par Covarrubias : « Otros dizen aver tomado nombre de la villa de Niebla, adonde se hallaron los primeros paxaros desta ralea en tiempo del rey Bamba ». Pour l’étymomogie scientifique, de René Dozy à Federico Corriente, c’est par le biais du mot labli, formé de Labla, nom arabe de la localité nommée Ilipla à l’époque romaine, augmenté du suffixe –i, qu’est apparu le mot neblí, relié dès lors à la ville de Niebla, ancienne Labla/Ilipla43.

  • 44 Pour une étude détaillée de la personnalité de ce comte et de sa place dans le monde des lettres du (...)

36Dès lors, le mot neblí véhicule dans notre poème un contenu occulte tout particulier, en faisant entendre cet autre mot, Niebla, qui fait apparaître aussitôt la figure du comte de Niebla, Manuel Alonso de Guzmán y Silva, mécène et lettré distingué, digne représentant d’une noblesse andalouse humaniste et cultivée, occultement présent dans le poème d’une autre façon, puisque, pour l’ensemble de la critique actuelle, c’est bien lui que dépeint le très élogieux portrait des vers 809-82344.

37Les ressources sémantiques et poétiques du mot niebla sont grandes. Comme nous l’avons mentionné plus haut, niebla c’est aussi le latin nebula. Une telle rencontre sonore ne pouvait être délaissée par le poète. Ainsi, au début de la dédicace – adressée à ce même comte de Niebla – de la Fábula de Polifemo y Galatea, le toponyme, le titre nobiliaire et le phénomène météorologique sont convoqués à la fois par le nom Niebla, dans un vers où l’éloge s’exprime par la tension des contraires, la tension de la lumière (luz, doras) et de l’absence de lumière (Niebla) :

Oh excelso conde, en las purpúreas horas
Que es rosas la alba y rosicler el día
Ahora que de luz tu Niebla doras,
Escucha al son de la zampoña mía
[…]

  • 45 Une agudeza a posteriori puisque les études indo-européennes n’existaient pas encore à l’époque du (...)
  • 46 Julius POKORNI, cité par D. BOTTINEAU, loc. cit., n. 2.
  • 47 Humberto HUERGO CARDOSO, « Afasia y negación en las Soledades de Góngora », BHS, 81, 2004, p. 318-3 (...)

38L’amateur d’étymologies peut aujourd’hui, grâce à la reconstitution des racines indo-européennes, jouir plus intensément encore de la agudeza45 que représente cette tension des contraires à l’intérieur du nom Niebla lui-même, si l’on admet qu’il s’agit de l’indo-européen *nebh-, nuage (lat. nebula), lequel pourrait provenir de la racine *bheH-, éclat, lumière, préfixée par la nasale à valeur négative46. Niebla serait ainsi ce qui ou celui qui ne brille pas. Lorsqu’on considère la trajectoire du comte de Niebla, sa renonciation à l’éclat de la vie de cour au profit d’une retraite studieuse, mais socialement obscure, dans ses terres d’Andalousie, cette étymologie prend toute sa valeur poétique et prophétique. Elle pourrait d’autre part entrer dans le cadre de cette rhétorique de la négation, qui, selon Huergo Cardoso, affecte continuellement la langue et le discours des Soledades : « [una] fuerza de negación [una] furia con que prácticamente cada palabra, cada sílaba niega a la anterior y se niega a sí misma »47. Une description qui s’applique presque à la lettre à la structure du mot niebla considérée selon l’étymologie que nous venons d’exposer.

39La dialectique de la lumière et de l’ombre, pour ne pas dire la pure et simple négation de la lumière, qui pourrait être inscrite dans le mot Niebla, s’est imposée à un autre immense maître des mots, Camilo José Cela, qui consacre plusieurs pages de son Primer Viaje andaluz au sombre destin de la ville de Niebla, qui s’offre pourtant à sa vue « a la tamizada luz del amanecer –que es rosa la alba y rosicler el día, […] derrotada silueta recortándose sobre las dos luces del día ». Et rappelant que le nom donné à ce lieu par Ptolémée est Ilipula ou Illipula, l’écrivain poursuit :

  • 48 Camilo José CELA, Obra completa, Tomo 6, Viajes por España, 3, Barcelona: Ediciones Destino, p. 331

Si corrigió una l en ll, pudo haber corregido las dos. Illic, en latín, significa en aquel lugar; pulla, también en latín, claro es, oscuro o pardo. En aquel lugar oscuro, pudiera ser muy bien el nombre que los romanos quisieron dar a Niebla. […]48.

  • 49 Gaston BACHELARD, La Poétique de la rêverie [1960] Paris : PUF, 4e éd., 1968, p. 26.

40« Oui, vraiment, les mots rêvent »49.

Conclusion

  • 50 Roman JAKOBSON, « Deux aspects du langage et deux types d’aphasie » (1956), Essais de linguistique (...)
  • 51 En effet, le système cognitif ou espace de travail neuronal conscient procède à une substitution de (...)
  • 52 Philippe MONNERET, Essais de linguistique analogique, Dijon : ABELL, 2004, p. 61.
  • 53 Yves HERSANT (éd.), La métaphore baroque : d’Aristote à Tesauro. Extraits du Cannochiale aristoteli (...)
  • 54 Ibid. p. 22.

41Grâce au célèbre article de Jakobson50 et aux travaux actuels en neurosciences, nous avons appris que la métaphore est la forme même de la pensée51. L’illumination métaphorique écarte la fonction communicative du langage pour lui substituer une fonction intellective : « dès que le signifiant trouve, quelle qu’en soit la raison […] une forme de visibilité, le schéma de la communication cesse immédiatement de fonctionner pour laisser place à un autre type de relation, la relation imaginale »52. La métaphore suscite des images, « mais faisant voir, elle fait savoir […]. La Métaphore, en d’autres termes, est un moyen de connaissance »53, elle ouvre, selon la belle expression de Paul Ricoeur, sur un penser plus, qui s’est matérialisé, dans notre travail, comme un au-delà du texte, investi par des problématiques d’ordre social, historique, psychologique, vers lesquelles convergent aussi des démarches scientifiques, qu’elles soient philologiques, étymologiques ou historiques. De sorte que nous considérons que la métaphore, « qui permet à l’intellect de “s’envoler vers ce qui est passé sous silence” »54, qui possède la puissance de traer a la palabra el callar, représente un véritable outil d’investigation de l’histoire collective et de l’histoire individuelle.

Haut de page

Notes

1 Ivan FÓNAGY, La métaphore en phonétique, Studia phonetica 16, Montréal-Paris : Librairie Didier, 1980, p. 162.

2 Humberto HUERGO CARDOSO, « Algunos lugares oscuros de las Soledades de Góngora. Notas sobre el pasaje de la cetrería », BHS, 87 (1), 2010, p. 17-41, p. 29 et 38.

3 Luis de GÓNGORA, Soledades, John BEVERLEY (ed.), Madrid: Cátedra, 1993, p. 19.

4 Voir Dominique NEYROD, « Faucon vilain ou faucon gentil ? Une enquête sur les signifiés et le/les référents du vocable borní », Christian LAGARDE (éd.) La linguistique dans tous ses états, Presses Universitaires de Perpignan, 2003, p. 323-330 ; « Insaisissable neblí », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, n° 27, 2004, p. 329-353 ainsi que « “Discours du mot” et “discours sur le mot” : la dialectique perplexe du signe et de l’objet. L’exemple du mot castillan sacre », Signifiances (Signifying), 1 (3), 2017, p. 171-181. https://doi.org/1018145/signifiances.v1i3.133.

5 Il s’agit de H. HUERGO CARDOSO, art. cit. ; Chrystal CHEMRIS, « Góngora, the Moriscos and the falconry episode of the Soledades », Symposium, 2016, 70 (1), p. 11-23 ; Muriel ELVIRA, « L’épisode de la chasse au faucon dans la deuxième Solitude de Góngora. Une tragédie sans pathos », e-Spania 17/février 2014 ; Fernando RODRÍGUEZ MEDIANO, « Al-Andalus ¿es España? El Oriente y la identidad española en la Edad Moderna », eHumanista 37, 2017, p. 232-248.

6 Luis DE GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES (éd.), Madrid: Castalia, 1994, p. 569.

7 H. HUERGO CARDOSO, art. cit., p. 137.

8 Joseph-Victor LECLERC : Nouvelle rhétorique extraite des meilleurs auteurs anciens et modernes, 7e éd., 1843. https://obvil-sorbonne-universite.fr/corpus/ecole/leclerc_nouvelle rhetorique_1843

9 Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española [1611], Martín de Riquer (éd.), Barcelona: Editorial Alta Fulla, 2003, p. 854.

10 Cf. C. CHEMRIS, art. cit., p. 13: « [Il existe] a growing consensus that Góngora appealed to elite readers trained to decipher his allusions […] ».

11 S. de COVARRUBIAS, Tesoro…, p. 919 : « Sacre. Especie de halcón, latine et graece hierax ».

12 L. de GÓNGORA, Soledades, John BEVERLEY, éd. cit., p. 163.

13 Mercedes BLANCO, Góngora o la invención de una lengua, Universidad de León, 2012, p. 134-135.

14 F. RODRÍGUEZ MEDIANO, « Al-Andalus ¿es España?... », p. 233-238, qui écrit : « Una corriente anticlásica, y más concretamente antigriega o antihelenista, recorre la cultura moderna española. […]. Por un lado existe el tópico de que los griegos no eran historiadores fiables, porque pertenecían a un pueblo de mentirosos ». L’invalidité des sources gréco-latines et la nécessité des sources orientales (bibliques, hébraïques et arabes) pour écrire l’histoire de l’Espagne se trouve au cœur de cette polémique.

15 Fernando RODRÍGUEZ MEDIANO, « Fragmentos de orientalismo español del siglo XVII », Hispania. Revista Española de Historia, 2006, LXVI (222), enero-abril, p. 243-276. À propos de Siruela, voir p. 260-266 et à propos de Pellicer p. 266-268. « Aparentemente, ni José Pellicer, ni Martín Vázquez Siruela llegaron a dominar la lengua árabe, aunque quizás más este último. Sin embargo, su preocupación por la erudición orientalista y por el aprendizaje de las lenguas orientales era un rasgo que compartían con otros intelectuales de su mismo círculo », p. 268.

16 F. RODRÍGUEZ-MEDIANO, « Al-Andalus ¿es España?… », p. 243 : « Resumiendo un proceso naturalmente complejo, se podría decir que uno de los resultados del mismo es una reevaluación fundamental del aparato historiográfico de la consideración de las fuentes para escribir la historia de España y de inclusión en la misma de un corpus de fuentes árabes ».

17 Sigmund FREUD, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient [1905, Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten], Paris : Gallimard, 1988, p. 153.

18 Mercedes BLANCO, « Le trait d'esprit de Freud à Lacan », Savoirs et clinique, vol. 1, n°1, 2002, p. 75-96, p. 79.

19 L. de GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES, éd. cit., p. 568.

20 Ibid., p. 532. L’inexactitude relevée par Salcedo concerne précisément cette origine prétendue du sacre : « Aquí da a entender D. L. que el sacre se cría en Chipre; ningún autor lo afirma, pero este error, cuando lo sea, es de accidente, y así importa poco ».

21 H. HUERGO CARDOSO, art. cit., p. 27.

22 Ibid. p. 26-27.

23 A nuestra Señora de Atocha (1619) et En el túmulo de las honras del Señor Rey Don Felipe III (1621). Voir ibid., p. 27, 28, et la réfutation des interprétations de l’auteur dans C. CHEMRIS, art. cit., p. 14.

24 H. HUERGO CARDOSO, art. cit., p. 28.

25 C. CHEMRIS, art. cit., p. 12 : « […] I cannot accept his argument that Góngora referenced the expulsion of the Moriscos to support it. I will argue that instead, Góngora encodes opposition to the expulsion in the falconry scene […]. To make my case, I will rely on recent historical and literary scholarship as well as on the writings of Góngora’s mentor, Pedro de Valencia […] ».

26 S. de COVARRUBIAS, op. cit.: « Baharí : ave de volatería conocida ; dizen ser nombre arábigo, y el padre Guadix dize valer tanto como ultra marino, porque los primeros que vinieron a España se truxeron de las islas septentrionales, navegando con ellos por mares tan remotos. Francisco López Tamarid vuelve : halcón que passa la mar ».

27 Don Juan Manuel, Libro de la caza, José Manuel FRADEJAS RUEDA (ed.), Archivo Iberoamericano de Cetrería (AIC), chap. IV. www.aic.uva.es/clasicos/juanmanuel

28 L. de GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES, éd. cit., p. 534.

29 Sur les colonnes d’Hercule, l’Hercule grec, l’Hercule égyptien, l’Hercule tyrien, voir par exemple RAOUL-ROCHETTE, « Premier mémoire, sur l’Hercule assyrien et phénicien, considéré dans ses rapports avec l’Hercule grec, principalement à l’aide des monuments figurés », Mémoires de l’Institut national de France, tome 17, 2ᵉ partie, 1848, p. 9-374 : « Hérodote, qui avait été à même de se convaincre que les Égyptiens comptaient, au nombre de leurs douze grands dieux du second ordre, un dieu qui répondait à l’Hercule grec, et qui était beaucoup plus ancien que cet Hercule, né à Thèbes en Béotie, de parents mortels […] avait entrepris le voyage de Tyr, et là aussi, il avait trouvé un Hercule, dont le culte surpassait de même en antiquité celui de l’Hercule thébain, et dont le temple, contemporain même de Tyr, renfermait […] deux colonnes, dont l’une de l’or le plus pur, et l’autre d’émeraude […] » (p. 11).

30 Arrien (Flavius Arrianus, 85-146) écrivain grec de l’époque romaine, fait montre dans son Anabase d’un grand souci de véracité. Il choisit Ptolémée comme source principale de son récit des campagnes d’Alexandre en tant que témoin oculaire, mais aussi parce qu’il le juge digne de foi, car « il était roi lui-même et il était plus honteux pour lui que pour un autre de mentir ». « À l’époque où écrit Arrien, l’idéal que l’on propose aux empereurs et qu’ils s’efforcent de suivre est qu’ils ne doivent ni même ne peuvent mentir » (Claire MUCKENSTURM-POULLE, « Ptolémée narrateur de la campagne indienne d’Alexandre dans l’Anabase d’Arrien », Cahiers des études anciennes, XLVI, 2009, p. 15-30). Le crédit accordé par Aldrete à Arrien va dans le sens de la dénonciation du mensonge historique, que nous avons évoquée plus haut.

31 Luis DE GÓNGORA, Soledades, Robert JAMMES, éd. cit., p. 534.

32 Cité par C. CHEMRIS, art. cit., p. 16.

33 M. ELVIRA, art. cit., p. 7.

34 I. FÓNAGY, op. cit., p. 66.

35 Pedro LÓPEZ DE AYALA, Libro de la caza de las aves, Alicante, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes,  http://www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmch41n3, 1999 [Madrid, M. Tello, 1879], Cap. VI « Del halcón borní » : « en todas las tierras, salvo en España, son llamados laneros » ; cap. III « Del halcón baharí y tagarote » : « el halcón baharí es llamado gentil en todas las tierras salvo en España » ; cap. II « de los plumajes de los halcones y primeramente del halcón neblí » : « y los halcones neblís en todas las tierras son llamados gentiles, que quiere decir hijosdalgo, y en Castilla y en Portugal son llamados neblís […] ».

36 Ibid., cap. VII : « Los halcones alfaneques […] se crían allende la mar, en África, en el reino de Tremecén y en la isla de Alhabiba y nadie sabe que por acá se críen alfaneques ni tagarotes ».

37 Cette histoire fait partie, si l’on en croit Pellicer, d’un corpus d’histoires africaines. En effet, Pellicer commente ainsi ces vers : « refieren las historias Africanas que un cavallero moro dicho Abeniucef que fue uno de los que primero se llamaron galanes de Meliona, andando la caza le saltó de improviso una leona que le mató ». Cf. L. de GÓNGORA, Soledades, John BEVERLEY, éd. cit., p. 156.

38 M. ELVIRA, art. cit., p. 5-6.

39 François VIRÉ : « La volerie dans l’Espagne du Xe siècle à travers le Calendrier de Cordoue », Arabica, 12 (3), (Octobre 1965), p. 306-314, p. 313.

40 Pero LÓPEZ de AYALA, Libro de la caza de las aves, John G. CUMMINS (éd.), Londres : Tamesis Books, 1986, p. 62.

41 Pedro de ALCALÁ, Vocabulista aravigo en letra castellana, Granada, 1505. http://uvadoc.uva.es/handle/10324/25190

42 Charles A. NEWCOMER, « Neblí, baharí, tagarote », Nueva Revista de Filología Hispánica, Año 6, n° 2 (Abr.-Jun. 1952), p. 144-148, p. 146.

43 Pour plus de détails sur cette étymologie, cf. Dominique NEYROD, « Insaisissable neblí », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 27, 2004, p. 329-353, p. 342-343.

44 Pour une étude détaillée de la personnalité de ce comte et de sa place dans le monde des lettres durant les premières décennies du XVIIe siècle, cf. Jesús PONCE CÁRDENAS, « Góngora y el conde de Niebla. Las sutiles gestiones del mecenazgo », Criticón, 106, 2009, p. 99-146.

45 Une agudeza a posteriori puisque les études indo-européennes n’existaient pas encore à l’époque du poète. Néanmoins, sa sensibilité à toutes les ressources de la langue devait bien éprouver la sensation de la négation apportée par la nasale initiale du nom Niebla, ce n- qui, pour certains linguistes actuels partisans de la motivation interne des signes linguistiques, est « a negative submorphemic element which is to be found throughout Indo-European languages » (cf. Didier BOTTINEAU, « Thinking the present together in natural languages », E. I. Pivovar, V. I. Zabotkina. Präsens, Moscow : OLMA Media-Group Publishers, p. 189-223, 2012, ⟨halshs-00922751⟩ (p. 6).

46 Julius POKORNI, cité par D. BOTTINEAU, loc. cit., n. 2.

47 Humberto HUERGO CARDOSO, « Afasia y negación en las Soledades de Góngora », BHS, 81, 2004, p. 318-334, p. 332.

48 Camilo José CELA, Obra completa, Tomo 6, Viajes por España, 3, Barcelona: Ediciones Destino, p. 331.

49 Gaston BACHELARD, La Poétique de la rêverie [1960] Paris : PUF, 4e éd., 1968, p. 26.

50 Roman JAKOBSON, « Deux aspects du langage et deux types d’aphasie » (1956), Essais de linguistique générale, Paris : Editions de Minuit, 1963, p. 43-67. L’auteur y souligne que les deux pôles de la production de discours sont la métaphore (axe de similarité) qui permet les opérations de substitution verbale, et la métonymie (axe de contigüité) qui permet les opérations de construction de l’énoncé. Deux types opposés d’aphasie correspondent à l’affaiblissement ou à la perte de la maîtrise de l’un ou l’autre de ces axes, par le biais desquels se réalise toute activité pensante verbalisée.

51 En effet, le système cognitif ou espace de travail neuronal conscient procède à une substitution de signes (ce qui est le mécanisme de la métaphore), le lexique phonologique de sortie se substituant, dans la verbalisation, au lexique auditif d’entrée provenant de l’analyse auditive des stimulations sonores. Cf. Jean-Pierre CHANGEUX, Du vrai, du beau, du bien. Une nouvelle approche neuronale, Paris : Odile Jacob, 2010, p. 261-269.

52 Philippe MONNERET, Essais de linguistique analogique, Dijon : ABELL, 2004, p. 61.

53 Yves HERSANT (éd.), La métaphore baroque : d’Aristote à Tesauro. Extraits du Cannochiale aristotelico et autres textes, Paris : Seuil (Points Essais), 2001, p. 24.

54 Ibid. p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Neyrod, « La métaphore comme porte ouvrant sur un « contenu occulte ». Au sujet de l’épisode de la cetrería dans la Soledad segunda de Góngora », e-Spania [En ligne], 39 | juin 2021, mis en ligne le 19 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/40753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.40753

Haut de page

Auteur

Dominique Neyrod

Le Mans Université. Labo 3LAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search