Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...Langue, savoir et pouvoir dans l’...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique

Corinne Mencé-Caster et Mercedes Blanco

Texte intégral

1Le dossier que nous présentons ici est issu de la table ronde que nous avons organisée le 16 février 2019 et qui réunissait des linguistes et des spécialistes de la littérature de l’Espagne classique. Nous avions pour objectif de renouveler la réflexion sur les rapports complexes et ambigus qui unissent langue, savoir et pouvoir en Espagne et, plus largement, en Europe, de la fin du XVe siècle (avec la parution en 1492 de la grammaire de Nebrija) jusqu’à la fin du XVIIe siècle environ.

2Le XVIe siècle est généralement considéré comme le siècle d’éclosion et d’épanouissement des langues vernaculaires, avec notamment la publication de nombreuses grammaires de ces langues et une activité dense en matière de productions littéraires et scientifiques, souvent liées à la traduction. Il est aussi pour l’Espagne, en termes politiques, le siècle de l’empire et de son expansion, et pour l’Europe, celui de l’émergence et de la consolidation progressive de ce qui peut apparaître comme une conscience historique « pré-nationale ». Celle-ci semble d’ailleurs aller de pair avec une conscience linguistique « vernacularisée », de plus en plus détachée des imaginaires linguistiques hérités de l’hébreu, du grec et du latin, même si ceux-ci sont encore prégnants.

3Nous sommes partis du postulat qu’une langue, contrairement à ce que l’on pourrait de prime abord croire, n’est pas une entité figée, lisible de la même manière par tout le monde. Elle est avant tout une représentation, et comme telle, est de nature à se prêter à diverses descriptions grammaticales, à une même époque et/ou à travers le temps. C’est en ce sens qu’il s’avérait intéressant d’examiner comment s’est progressivement construite dans l’Espagne classique, mais aussi, plus largement, en Europe, en ces mêmes siècles, une expertise grammaticale qui, peu à peu, a tendu à se détacher du savoir hérité des grammairiens grecs et latins.

4Dans cette perspective, les grammaires peuvent être lues comme autant de métarécits portant sur les diverses représentations d’une même langue, métarécits qui donnent à voir également les fonctions sociales et politiques attribuées aux langues à une époque donnée. C’est pourquoi il existe, en général, un décalage entre les récits sur l’histoire de la langue, tels qu’ils ont pu être formulés par exemple, en Espagne au XXsiècle, comme « langue triomphale de l’empire » et ceux qui ont pu être élaborés, en tenant compte, non plus de cette logique impériale mais, d’une logique sociolinguistique, d’ordre pragmatique, dictée par les échanges commerciaux, l’industrie et l’imprimerie, les procédures administratives, les réseaux intellectuels et institutionnels. On peut ainsi rappeler qu’au sein des villes européennes plurilingues, principalement italiennes et flamandes, reliées au pouvoir des Habsbourg, a été publié un important corpus de grammaires de langues vernaculaires, dont le public cible était constitué par les locuteurs non-natifs de ces langues. Nombre de ces grammaires étaient donc, en priorité, des manuels d’apprentissage d’une langue étrangère. En tant que tels, ils sont les témoins des circuits linguistiques privilégiés et donc, des langues qui étaient au cœur des échanges de toutes sortes dans l’Europe de cette époque.

5Fleurissaient aussi en parallèle des traités promouvant des théories et idéologies linguistiques en relation avec le mythe de Babel, et dont le propos, de nature éminemment politique, consistait avant tout à revisiter l’histoire des peuplements et des langues, afin d’établir des hiérarchies politiques et linguistiques favorables aux dialectes romans promus au rang de langues véhiculaires. Ce faisant, il s’agissait, surtout à l’orée du XVIIe siècle, de légitimer les places de premier rang dans la société offertes aux nobles locuteurs de ces dialectes triomphants.

6La première partie de ce dossier vise donc à explorer les modalités de la construction d’une expertise grammaticale dans le domaine des langues romanes, expertise qui sera appréhendée dans les liens qu’elle entretient tout à la fois avec le savoir hérité de la tradition grammaticale du latin et du grec, la nécessité du biais des langues romanes pour l’apprentissage des langues anciennes et les idéologies et imaginaires linguistiques prégnants.

7Faut-il ou non « réduire en art » les langues romanes dont l’apprentissage est spontané et non livresque ? Que choisir entre une grammaire des usages et une grammaire de type normatif ? Comment décrire avec efficacité les vernaculaires, lorsque le cadre de description imposé est celui du latin et/ou du grec ? Comment maintenir un apprentissage efficace du latin et du grec, dans un contexte où les étudiants ne sont plus capables de s’approprier les traités et ouvrages directement écrits dans ces langues ?

8Ces questions sont celles auxquelles tentent de répondre, d’une part, Corinne Mencé-Caster, Maria Jiménez, Chloé Oliveira et Marie-Pierre Lavaud, et d’autre part, Sophie-Bérengère Singlard, traversent toute la démarche de description que mettent en place les premiers grammairiens des langues romanes. Entreprise monolingue, parfois bilingue (par exemple, espagnol-latin), mais qui ne doit pas pour autant masquer le multilinguisme qui est à l’œuvre dans nombre d’États. En Italie et en France, bien plus qu’en Espagne, le débat sur la sélection et la « standardisation » d’un dialecte unique, parmi ceux existants, reste vif au XVIe siècle, alimentant des controverses qui ne sont pas sans lien avec les imaginaires et idéologies linguistiques qui s’affirment alors. Le purisme apparaît ainsi, dès le milieu du XVIsiècle, comme le pendant linguistique de l’idéologie sociopolitique de la pureté du sang.

9Les quatre linguistes s’intéressent donc à la construction d’un savoir grammatical en castillan, en explorant les modes de « captation » de ce qu’elles dénomment « l’objet-langue castillane » au prisme du latin, voire du grec. Cette langue que ces grammairiens d’un genre nouveau s’efforcent de décrire et de « normer » ne leur apparaît-elle pas, en regard de l’influence du latin, nécessairement sous des traits autres que ceux que perçoivent désormais les grammairiens contemporains ?

10Dans tous les cas, la question du rapport de dépendance ou d’indépendance des langues romanes, en regard des langues latine et grecque, reste pertinente, et continue de féconder les imaginaires et les idéologies linguistiques. Ainsi Sophie-Bérangère Singlard s’interroge-t-elle, sur la langue à partir de laquelle il convient d’apprendre le latin, reprenant par-là une réflexion jadis menée par Francisco Sánchez de las Brozas (1523-1600) dans L’Arte para en breve saber latín, publié pour la première fois à Salamanque en 1595. Les langues romanes, et dans notre perspective, le castillan, deviennent des voies d’accès à l’apprentissage du latin et du grec. Dans le même temps, certains lettrés proposent des théories visant à conférer au castillan une ancienneté fondatrice, afin de briser tout simplement son lien de dépendance envers le latin. Marie-Églantine Lescasse évoque justement, vers la fin du XVIe siècle, la posture si originale de Gregorio López Madera, avec sa théorie du castillan dit « primitif ». En présentant dans cette théorie, le castillan comme la langue originelle de la péninsule, López Madera se fait l’écho d’une certaine volonté politique de légitimation de la langue et du peuple castillans par rapport à tout autre possible concurrent (latin, basque, arabe, etc.). Par ailleurs, l’émergence de ces mythes linguistiques fondateurs renvoie à la consolidation conjointe d’une conscience historique que l’on pourrait dire « pré-nationale » et d’une conscience linguistique qui est de plus en plus « vernacularisée ». L’argument de l’ancienneté foncière du castillan contribue ainsi à asseoir sa légitimité comme langue d’autorité dans tous les domaines et à minorer l’influence du latin : ainsi, par les représentations linguistiques qu’il promeut, le savoir devient l’outil politique par excellence, celui qui permet aux inventeurs de ce genre de discours, d’établir des hiérarchies et de distribuer des places.

11La contribution de Roland Béhar s’attache à une étude de cas hautement significatif, liée à la réception de l’un des livres du XVIe siècle rédigés en espagnol et à la grande fortune européenne : le Menosprecio de corte de Guevara, édité à Genève au début du XVIIe siècle en version plurilingue, en espagnol, italien, français et une langue germanique, allemand ou néerlandais. L’auteur étudie successivement la fortune des traductions de l’œuvre et en particulier celles de Genève ; la présentation typographique, représentative du genre des éditions plurilingues européennes. Cela conduit à une réflexion sur le rôle pratique et idéologique de la concurrence des langues dans ce genre de livres et de maisons d’édition, en opposant deux modèles, celui d’une entente ou d’un chœur amical des langues vernaculaires, en position d’égalité, qui en permet aussi la pédagogie et celui, conflictuel où l’édition de textes en langue étrangère sert la lutte contre une nation, en l’occurrence, l’Espagne catholique.

12Les enjeux de représentations des langues charrient donc avant tout des enjeux de pouvoir. Qu’il s’agisse de la proximité avec le latin, du primat d’un dialecte sur un autre du fait du prestige qui lui est attaché et que la standardisation vient renforcer, de l’internationalisation de certains vernaculaires, des productions culturelles ou encore de la géographie éditoriale, tous ces facteurs participent de la construction d’une image valorisée de telle ou telle langue romane, dans cette course effrénée à la succession du latin et du grec. Pour rappel, les grandes favorites sont l’italien, le français et l’espagnol.

13À cet égard, les traductions en roman des textes antiques contribuent aussi à rehausser l’image des langues romanes, ou à tout le moins, à la transformer, aux yeux des « étrangers » mais aussi, de manière plus subtile et profonde, aux yeux de leurs propres locuteurs. On sait que la traduction, parce qu’elle permet d’explorer les potentialités d’une langue, est un excellent outil de consolidation linguistique, notamment pour ce qui est du versant scriptural. La traduction littéraire joue, en effet, un rôle remarquable, en ce qu’elle contraint en quelque sorte la langue cible à élargir le champ de ses possibles morphosyntaxiques et lexicaux, par l’invention de mots, d’expressions, de figures qui lui étaient auparavant inconnus, voire interdits.

14Autant de facteurs qui participent de la configuration de l’« image politique » des langues et de leur reconfiguration littéraire et stylistique. Tel est l’objet de la seconde partie de ce dossier qui, tout à la fois, s’attache à explorer les voies par lesquelles émerge une éloquence espagnole et à examiner les « images » de cette même langue aux XVIe et XVIIsiècles. Marie-Églantine Lescasse se propose ainsi de montrer comment, à partir de 1540, l’élocution acquiert au sein de la rhétorique, une centralité nouvelle, notamment avec la publication par Miguel de Salinas d’un traité de rhétorique en langue castillane. C’est désormais, en direction du castillan, perçu comme langue à part entière, que s’orientent les préoccupations liées au purisme et à l’éloquence, et donc, à « l’image » construite de la langue.

15À son tour, Mercedes Blanco s’interroge sur le changement de paradigme qui a pu être impulsé à la faveur des traductions espagnoles des grands textes poétiques antiques et modernes, entre 1540 et 1570. Autrement dit, par la traduction qu’il effectue, le traducteur perçoit différemment sa langue. Il est tout à la fois celui qui fait l’expérience de ses lacunes et celui qui contribue à les combler, par les pistes traductives qu’il ouvre et qui sont autant de ressources désormais disponibles dans cette même langue. Le nombre et l’importance des traductions publiées dans les décennies centrales du XVIe siècle, dont l’article présente un répertoire en annexe, permet à l’auteur d’avancer l’hypothèse d’un âge d’or de la traduction à cette période. La comparaison avec le cas du Moyen Âge, mieux étudié, fait ressortir les traits particuliers de la pratique traductrice à la Renaissance ; le rôle actif de l’imprimerie, lié à une nouvelle demande provenant de lecteurs de plus en plus nombreux, et la position de patron que certains intellectuels tentent de donner à la monarchie comme construction politique en pleine consolidation. Les paratextes affirment un engagement des traducteurs, au service d’une république ou nation dont l’accomplissement et le prestige leur paraît dépendre du sort de la langue. Le devoir de travailler pour l’enrichir fait l’unité de propos des traducteurs de cette période qui vont jusqu’à annexer imaginairement le grand auteur à une langue sentie comme possession du roi et de la nation.

16Mais cette langue ainsi « retravaillée » par l’écriture et la traduction projette aussi une certaine « image » d’elle-même à l’extérieur. Rien d’étonnant donc à ce que Gilles Siouffi examine avec soin, l’« image politique » de la langue espagnole en France au XVIIe siècle, et ce faisant, la question même de la définition d’une « langue » et des modalités de constitution des « images » qui lui sont attachées,

17Chassé-croisé d’images et de représentations qui créent une forme de convergence des parcours entre les grammairiens novices, les idéologues de la langue et les traducteurs : chacun porte en lui une certaine conception de la langue et se voit contraint, soit d’adapter cette vision plus ou moins intuitive à la « matérialité » des faits, soit de contredire ce que montrent les faits pour maintenir cette vision première.

18Dans tous les cas, aux XVIet XVIIe siècles, en Europe, et singulièrement en Espagne, le discours sur la langue, qu’il prenne la forme de textes grammaticaux, de traités théorico-politiques ou de traductions littéraires, témoigne des enjeux de pouvoir associés au savoir et des manipulations, parfois au sens noble du terme, qui ont été nécessaires pour assurer de manière cohérente et équilibrée la translatio imperii, doublée d’une translatio estudii qui s’est opérée à la faveur de la translation des langues (Siouffi).

19La question de l’éloquence se fait donc brûlante au XVIIe siècle, quand les écrivains s’accaparent du sujet et entreprennent de jouer, dans leurs textes, avec les mots et les structures de la langue espagnole. Loin de l’atticisme prisé par certains, Luis de Góngora, souvent décrié, n’hésite pas à faire preuve d’audace, en empruntant ce que María Gutiérrez Campelo a si justement dénommé les « itinéraires du cultismo ». En analysant les néologismes savants que Góngora introduit dans ses écrits, et donc dans la langue, elle examine dans le même temps les divers positionnements des lettrés de l’époque sur la question des modalités d’enrichissement lexical de la langue : l’insertion de latinismes ou plus largement, de mots jugés « étranges » contrevient-elle à la clarté de la langue ou contribue-t-elle, au contraire, à l’exploration sans concession de toutes ses ressources cachées ?

20Enfin, dans la rubrique « Varia », Pascal Treinsoutrot, en marge de la réflexion propre aux XVIe et XVIIsiècles, prolonge en quelque sorte les interrogations portées par Marie-Églantine Lescasse et María Gutiérrez Campelo, en s’intéressant à la question de la « propriété », sous l’angle de la néologie et, plus particulièrement, des néologismes lexicaux en espagnol, en lien avec l'analyse des contraintes systémiques liées à cette langue.

21Du XVIe siècle à nos jours, la langue, vecteur d’identité collective, et donc politique, reste un enjeu de pouvoir, travaillé par les savoirs traditionnels ou émergents.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires et secondaires (grammaires et traités sur la langue XIVe-XVIIsiècles : versions originales et, le cas échéant, traductions)

ALIGHIERI, Dante, De vulgari eloquentia [1304], André PÉZARD (trad.), Oeuvres complètes, 1, Paris : Gallimard (Bibliothèque de La Pléiade), 1965.

BOVELLES, Charles (de), Liber de differentia vulgarium linguarum et gallici sermonis varietate [1533], Paris : Klincksieck, 1973.

CORREAS, Gonzalo, Arte de la lengua española castellana [1625], Emilio ALARCOS GARCÍA (éd.), Madrid : CSIC,1954.

MEIGRET, Louis, Le Traité de la Grammaire française [1550], Franz Josef HAUSMANN (éd.), Tubingen : GunterNarrVerlag, 1980.

NEBRIJA, Antonio (de), Introductiones Latinae, Salamanque : Alonso de Porras, 1481.

NEBRIJA, Antonio (de), Introduciones latinas contrapuesto el romance al latín [1488], Thomas BALDISCHWIELER (éd.), Düsseldorf : Université de Düsseldorf, 2004, p. 5-303. Thèse inédite disponible sur : http://corpusnebrissense.com/Files/baldischwieler2004.pdf.

NEBRIJA, Antonio (de), Gramática de la lengua castellana [1492], Miguel Ángel ESPARZA, (ed.), Madrid : Fundación Antonio de Nebrija, 1992.

NEBRIJA, Antonio (de), Gramática de la lengua castellana [1492], Antonio QUILIS (éd.), Madrid : Editora Nacional, 1980.

NEBRIJA, Antonio (de), La grammaire castillane de Nebrija (1492). Un pas décisif de la grammatisation de l’espagnol, René PELLEN, Francis TOLLIS (trad.), Limoges : Lambert-Lucas, 2018.

VALDÉS, Juan (de), El diálogo de la lengua [1535], Cristina BARBOLANI (éd.), Madrid : Cátedra, 1982.

VALDÉS, Juan (de), Dialogue de la langue. Diálogo de la lengua (1535). Présentation en version bilingue et français, Anne-Marie CHABROLLE-CERRETINI (trad.), Paris : Honoré Champion, 2008.

VALDÉS, Juan (de), Gramática castellana [1558], Corinne MENCÉ-CASTER (dir.), Cristóbal de Villalón, Gramática castellana : Editions semi-paléographique et modernisée, Nouvelle édition [en ligne]. Paris : e-Spania Books, 2021. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/esb/2809>

VALDÉS, Juan (de), Grammaire castillane [1558], Corinne MENCÉ-CASTER et al. (trad.), Cristóbal de Villalón, Gramática castellana traduction [en ligne]. Paris : e-Spania Books, 2021.

Articles et ouvrages critiques (grammaires et traités sur la langue)

CALVO FERNÁNDEZ, Vicente, ÁNGEL ESPARZA, Miguel, « Una interpretación de la Gramática Castellana de Nebrija a la luz de la tradición gramatical escolar », Cuadernos de Filología clásica. Estudios latinos, Madrid : Editorial Complutense, 5, 1993, p. 149-180.

CHEVALIER, Jean-Claude, Histoire de la syntaxe. Naissance de la notion de complément dans la grammaire française (1530-1750), Genève : Droz, 1968.

DUBOURG GLATIGNY, Pascal, VÉRIN, Hélène (éd.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 2018.

GADET, Françoise, « La Norme qui a pu être fictive », La variation sociale en français, Paris : Ophrys, 2003.

GARCÍA DE SOLALINDE, Antonio, « Nuestro latín » en la General estoria de Alfonso el Sabio’, in : Homenatge a Antoni Rubio i Lluch: miscellánia d’estudis literaris, histórics i linguistics, 3 t., (Barcelona : n.p), 1, 1936, p. 133-140.

GÓMEZ ASENCIO, José Jesús, « Los anónimos de Lovaina del siglo XVI juntos y en contraste », Nicole DELBECQUE, PAEPE, C. (de), Estudios en honor del profesor Josse De Kock, Lovaina : Leuven University Press, 1998, p. 855-869.

GÓMEZ ASENCIO, José Jesús, « Marcos teóricos de la gramática española (siglos XV a XIX) », Carabela , 1998, 43, p. 147-154.

GÓMEZ ASENCIO, José Jesús, « Terminología gramatical luso-castellana de los comienzos. De Antonio de Nebrija a Joao de Barros », in : Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft, 25 (2), 2015, p. 177-220.

GUENÉE, Bernard, « Histoire », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT (dir.), Paris : Fayard, 1999, p. 483-495.

HAMERS, Josiane F., BLANC, Michel, Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Pierre Mardaga, 1983.

HAMERS, Josiane F., « Un modèle socio-psychologique du développement bilingue », in : Langage et société, 43, 1988, p. 91-102. HOLMES, James S., Translated : papers on literary translation and translation studies, Atlanta : Rodopi B.V., 1988.

ILDEFONSE, Frédérique, La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris : Vrin, 1997.

JOLY, André « Le problème de l'article et sa solution dans les grammaires de l'époque classique », i: Histoire de la linguistique française, Langue française, 1980, 48, p. 16-27.

KARTMANN, Reinhard, STORK, Francis Colin., “Use”, in : Dictionnary of language and linguistics, London : Applied Sciences Publishers Ltd, 1972, p. 246 : “The way in which the members of a speech community use their mother tongue”.

LALLOT, Jean, Appollonius Dyscole, De la construction (syntaxe). Histoire des doctrines de l’Antiquité classique, 2 vols., Paris : Vrin, 1977.

LALLOT, Jean, « Parties du discours et catégories grammaticales dans la Technè de Denys le Thrace », in : Histoire des idées linguistiques. La naissance des métalangages en Orient et en Occident, 1, Liège : Mardaga,1, 1989, p. 586-587.

LALLOT, Jean, « La complétude dans la grammaire alexandrine », in : Sylvain AUROUX, Simone DELESALLE, Henri MESCHONNIC (dir.), Histoire et grammaire du sens : hommage à Jean-Claude Chevalier, Paris : Armand Colin, 1996, p. 30-40.

LENZ, Rodolfo, La oración y sus partes, Estudios de gramática generaly castellana, Santiago de Chile : Nascimiento, 1944.

LESCASSE, Marie-Églantine, « ¿Qué es el purismo? », Francisco ESCUDERO PANIAGUA et al. (dir.), Ideologías en obras sobre la lengua española (s. XV-XX), Círcula, 8, 2018, p. 100-128.

LODARES, Juan Ramón, « Las razones del castellano derecho », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, Paris : Klincksieck, 18-19, 1993, p. 313-334.

LOPE BLANCH, Juan, « Dos principios gramaticales de Villalón », Studia Linguistica in Honorem Eugenio Coseriu, Logos Semantikos, Madrid : Gredos-Walter de Gruyter, 1981, t. 1, p. 323- 328.

LUDWIG, Ralph, « Desde el contacto hacia el conflicto lingüístico: el purismo en el español. Concepto, desarrollo histórico y significación actual », BFUch, 37, 2000-2001, p. 167-196.

LUSIGNAN, Serge, « Le français et le latin aux Xllle-XIe siècles : pratique des langues et pensée linguistique », in : Annales. Économies, sociétés, civilisations, 42 (4), 1987, p. 955-967.

MAGNÉ, Bernard, « Métatextuel et lisibilité », Protée, Chicoutimi : Presses Universitaires Québec, 1986, 14 (1-2), p. 77-88.

MANZANARES PASCUAL, Antonio, « El artículo y la historia de la gramática : la doctrina de la formación clásica »,  Philologica canariensia,  1,1995, p. 223-252.

MARTÍN ZORRAQUINO, María, Los marcadores del discurso. Teoría y análisis, Barcelone : Arco Libros/ Arco Muralla, 2008.

MARTÍNEZ GAVILÁN, María Dolores, « Normativismo y antinormativismo en la tradición gramatical española del siglo XVII, Contextos VIII, 15-16, 1990, p. 129-151.

MARTÍNEZ GAVILÁN, María Dolores, « La originalidad de Gonzalo Correas y su influencia en la tradición gramatical española », in : Beatriz GALLARDO et al. (coord.), Epistemologia del llenguatge. Història de la Lingüística. Joves investigadors, 4, 1997, p. 87-94. MENDÉS GARCIA DE PAREDES, Elena, « La norma idiomática del español : visión histórica », Philologia hispalensis, 13, 1999, p. 109-132. MILLET, Olivier, « Entre grammaire et rhétorique : à propos de la perception de la phrase au XVIe siècle », L'Information Grammaticale, 75, 1997, p. 3-9.

ORS, Álvaro (d’), « El servicio del derecho romano a la libertad », Revista chilena de historia del derecho, 1969, 5, p. 9-21.

POZUELO YVANCOS, José María, « Norma, uso y autoridad en la teoría lingüística del siglo XVI », in: Antonio QUILIS, Hans-Josef NIEDEREHE (éd.), The History of Linguistics in Spain, Amsterdam/Philadelphia, 1986, p. 77-94.

RABY, Valérie, La proposition dans la Grammaire générale française (1660-1803), 2000, p. 45. Thèse de doctorat, Paris 7, non publiée.

RAAB, Matthias, « Latinismos neológicos en el siglo XV : una propuesta metodológica a partir de la lingüística de corpus », in : Scriptum digital. Revista de corpus diacrònics i edició digital en Llengües iberoromàniques, [en ligne], 4, 2015, p. 187-207.

RALLO GRUSS, Asunción, El Crótalon de Cristóbal de Villalón, Madrid : Cátedra, 1982. RAMAJO CAÑO, Antonio, Las gramáticas de la lengua castellana desde Nebrija a Correas, Salamanca : Ediciones Universidad Salamanca, 1987.

RICŒUR, Paul, Temps et récit II : La configuration dans le récit de fiction, Paris : Seuil (Coll. « Points »), 1984.

ROJO, Guillermo, El lugar de la sintaxis en las primeras Gramáicas de la Academia, Madrid : Real Academia Española, 2001.

ROSIER-CATACH, Irène, « La notion de parties du discours dans la grammaire spéculative », 3 t., Sémantiques médiévales : Cinq études sur la logique et la grammaire au Moyen Âge, 1981, 3 (1), p. 49-62.

SAUSSURE, Ferdinand (de), Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 1931.

SELESKOVITCH, Danica, LEDERER, Marianne, Interpréter pour traduire, Paris : Klincksieck, 2001.

SIOUFFI, Gilles et STAUCKARDT, Agnès (éd.), Le linguiste et la norme. Aspects normatifs du discours linguistique, Berne : Peter Lang, 2007.

SIOUFFI, Gilles, « Sentiment de la langue et diachronie », Diachroniques, 2, Paris : PUPS, 2012.

SUSO LÓPEZ, Javier, « Norme et bon usage au XVIIsiècle en France », in : Emilia ALONSO MONTILLA, Manuel BRUÑA CUEVAS, María MUÑOZ ROMERO (dir.), La lingüística francesa : gramática, historia, epistemología, Séville : Grupo andaluz de pragmática, 1996, p. 175-188.

TOLLIS, Francis, « Projet et maturation d’un traité sur le parler vulgaire : Elio Antonio de Nebrija des “Introductiones latinae” (1481) à la “Gramática castellana” (1492) », in Comment peut-on écrire une grammaire ?, Paris : L’Harmattan, 2012, p. 33-48 ⟨hal-02325309⟩.

TRUDEAU, Danielle, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris : Éditions de Minuit, 1992.

VYGOTSKY, Lev, Studies in communication. Thought and language, E. HANFMANN, G. VAKAR (trad.), Cambridge : MIT Press, 1962.

VILLAR DÍAZ, María Belén, Una nueva perspectiva en el análisis de la meronimia. El criterio lexicográfico, Salamanca : Ediciones de la Universidad de Salamanca (Colección Vitor 149) [CD-ROM], 2004.

Autres références

AGUILAR-ADAN, Christine, « D’une polémique baroque et de ses effets : patronage de l’Espagne et représentation du corps social (1616-1631) », in : Patrick FOURNIER (dir.), Institutions & représentations du politique : Espagne, France, Italie, XVIIe-XXe siècles, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006, p. 25-43.

AGUSTÍN, Antonio, Diálogo de medallas, inscripciones y otras antigüedades, Imprimé à Madrid par Joseph Francisco Martínez Abad, 1744.

ALDRETE, Bernardo de, Del origen y principio de la lengua castellana o romance que hoy se usa en España, Imprimé à Rome par Carlo Willietto, 1606.

ANTOLÍNEZ DE BURGOS, Justino, Historia eclesiástica de Granada, Manuel Sotomayor (éd.), Grenade : Université de Grenade, 1996.

AZAUSTRE GALIANA, Antonio, « Estructura y argumentación del Lince de Italia u zahorí español de Quevedo », La Perinola, 8, 2004, p. 49-75.

BARRIOS AGUILERA, Manuel, Los falsos cronicones contra la historia (o Granada, corona martirial), Grenade : Université de Grenade, 2004.

BARRIOS AGUILERA, Manuel, « Pedro de Castro y los Plomos del Sacromonte : invención y paradoja. Una aproximación crítica », in : Manuel BARRIOS AGUILERA et Mercedes GARCÍA-ARENAL (éd.), Los plomos del Sacromonte. Invención y tesoro, Valence : Université de Valence, 2006, p. 17-50.

BINOTTI, Lucia, La teoría del « castellano primitivo ». Nacionalismo y reflexión lingüística en el Renacimiento español, Münster : Nodus Publikationen, 1995.

BINOTTI, Lucia, « Restauratio imperii. Restitutio linguae : la tradición historiográfica española del siglo XVI y la definición lingüística de la Edad Media » in : José María GARCÍA MARTÍN (dir.), Estudios de historiografía lingüística, Actas del VI Congreso Internacional de la Sociedad Española de Historiografía Lingüística, Cadix : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2009, p. 45-78.

CABALLERO LÓPEZ, José Antonio, « Annio de Viterbo y la historiografía española del siglo XVI », Humanismo y tradición clásica en España y América, VI Reunión Científica sobre humanistas españoles, León : Université de León, 2002, p. 101-120.

CABRERA DE CÓRDOBA, Luis, Relación de las cosas sucedidas en la corte de España desde 1599 hasta 1614, Imprimé par à Madrid par Juan Martín Alegría, 1857.

CARO BAROJA, Julio, Los moriscos del Reino de Granada. Ensayo de historia social (1re éd. 1976), 5e éd. corrigée et augmentée, Madrid : Istmo, 2000.

CORREAS, Gonzalo, Arte de la lengua española castellana, Emilio ALARCOS GARCÍA (éd.), Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1954.

COURCELLES, Dominique de, Écrire l’histoire, écrire des histoires dans le monde hispanique, Paris : Vrin, 2008.

COVARRUBIAS Y LEYVA, Diego de, Veterum collatio numismatum, cum his, quae modo expenduntur, publica & regla authoritate percussa, Imprimé à Salamanque par Andrea de Portonarijs, 1562.

DIOS, Salustiano de, El poder del monarca en la obra de los juristas castellanos (1480-1680), Toledo/Cuenca : Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2014.

EDOUARD, Sylvène, « Enquête hagiographique et mythification historique. Le “saint voyage” d’Ambrosio de Morales (1572) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 33 (2), 2003, p. 33-60.

ELVIRA Muriel, « Góngora, Aldrete, el castellano y el latín : cruces de polémicas », e-Spania, Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et modernes, 32, février 2019, en ligne.

GÓMEZ CAMACHO, Alejandro, « La participación de Juan de Robles en la controversia sobre el patronato de santa Teresa », La Perinola, 18, 2014, p. 255-287.

GUADALAJARA Y JAVIER, Marcos de, Memorable expulsión y justísimo destierro de los moriscos de España, imprimé par Nicolás de Assiayn, à Pampelone, 1613.

HARRIS, A. Katie, « Forging history : The plomos of the Sacromonte of Granada in Francisco Bermúdez de Pedraza’s Historia Eclesiástica », The Sixteenth Century Journal, 30 (4), 1999, p. 945-966.

HARRIS, A. Katie, From Muslim to Christian Granada: Inventing a City's Past in Early Modern Spain, Baltimore : John Hopkins University Press, 2007.

HARVEY, Leonard Patrick, Muslims in Spain, 1500 to 1614, Chicago/Londres : The University of Chicago Press, 2005.

HURTADO DE MENDOZA, Diego, De la guerra de Granada, Manuel GÓMEZ MORENO (éd.), Madrid : Real Academia de la Historia, 1948.

IGLESIAS, Rafael, « Francisco de Quevedo como practicante de la disimulación defensiva en Cómo ha de ser el privado y El chitón de las tarabillas », La Perinola, 17, 2013, p. 69-106.

JAURALDE POU, Pablo, « Obras de Quevedo en la prisión de San Marcos », Hispanic Review, 50 (2), 1982, p. 159-171.

JIMÉNEZ PATÓN, Bartolomé, Elocuencia española en arte, Francisco J. MARTÍN (ed.), Barcelone : Puvill Libros, 1993.

JIMÉNEZ PATÓN, Bartolomé, Epítome de la ortografía latina y castellana, Antonio QUILIS et Juan Manuel ROZAS (éd.), Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1965.

KAMEN, Henry, La Inquisición española. Una revisión histórica (1re éd. 1999), 3e éd. corrigée et augmentée, Barcelone : Crítica, 2011.

LAPESA, Rafael, Historia de la lengua española (1re éd. 1942), 9e éd. corrigée et augmentée, Madrid : Editorial Gredos, 1981.

LAPEYRE, Henri, Geografía de la España morisca (1re éd. en français 1959), 3e éd., Valence : Université de Valence, 2009.

LESCASSE, Marie-Églantine, « Una lengua independiente del latín. Gramáticos frente a la lengua gongorina e ideología lingüística en España (siglos XVI-XVII) », in : Mercedes BLANCO et Aude PLAGNARD (dir.), El universo de una polémica: Góngora y la cultura del siglo XVII, Madrid/Francfort : Iberoamericana-Vervuert, 2020.

LÓPEZ MADERA, Gregorio de, Discursos de la certidumbre de las reliquias descubiertas en Granada desde el año de 1588 hasta el de 1598, imprimé à Grenade par Sebastián de Mena, 1601.

LÓPEZ MADERA, Gregorio de, Discursos de la certidumbre de las reliquias descubiertas en Granada desde el año de 1588 hasta el de 1598, imprimé à Grenade par Sebastián de Mena, 1605.

MADARIAGA ORBEA, Juan, Apologistas y detractores de la lengua vasca, Donostia-San Sebastián : FEDHAV/IVAP, 2008.

MÁRMOL CARVAJAL, Luis de, Historia del rebelión y castigo de los moriscos del reino de Granada, Imprimé à Málaga par Juan René Rabut, 1600.

MORALES, Ambrosio de, Divi Eulogii Cordubensis Martyris, Doctoris et electi Archiepiscopi Toletani opera, imprimé à Alcalá de Henares par Juan Íñiguez de Lequerica, 1574.

MORALES, Ambrosio de, La crónica general de España que continuaba Ambrosio de Morales natural de Córdoba, imprimé à Alcalá de Henares par Juan Íñiguez de Lequerica, 1574.

MORÁN TURINA, José Miguel, La memoria de las piedras. Anticuarios, arqueólogos y coleccionistas de antigüedades en la España de los Austrias, Madrid : Centro de Estudios de Europa Hispánica, 2010.

PADILLA, Lorenzo de, El libro primero de las Antigüedades de España que escribió don Lorenzo de Padilla, arcediano de Ronda, cronista de su majestad cesárea, Imprimé à Valence, 1669.

PELORSON, Jean-Marc, « Recherches sur la “comediaLos Moriscos de Hornachos », Bulletin hispanique, 74 (1-2), 1972, p. 5-42.

POZA, Andrés de, De Prisca hispanorum lingua in gratiam eorum qui nesciunt Hispanice, in : id., De la antigua lengua, poblaciones y comarcas de las Españas, en que de paso se tocan algunas cosas de la Cantabria, imprimé à Bilbao par Mathias Mares, 1587.

QUEVEDO, Francisco de, España defendida de los tiempos de ahora, de las calumnias de los noveleros y sediciosos, R. Selden ROSE (éd.), Madrid : Fortanet, 1916.

QUEVEDO, Francisco de, Obras festivas, Pablo Jauralde Pou (éd.), Madrid : Castalia, 1987.

QUEVEDO, Francisco de, Su espada por Santiago, in : Aureliano Fernández GUERRA Y ORBE (éd.), Obras de don Francisco de Quevedo Villegas, t. 2, Madrid : M. Rivadeneyra, 1859.

QUEVEDO, Francisco de, Vida de San Pablo Apóstol, in : Felicidad BUENDÍA (éd.), Obras completas, tomo I, Madrid : Aguilar, 1958.

RICO GARCÍA, José Manuel et AZAUSTRE GALIANA, Antonio, « Un texto inédito de Quevedo : Memorial de don Francisco de Quevedo Villegas dado a la Inquisición General sobre los libros del Monte Santo de Granada », La Perinola, 24, 2020, p. 71-179.

ROBLES, Juan de, El culto sevillano, Séville : El Mercantil Sevillano, 1883.

RUCQUOI, Adeline, « Le héros avant le saint : Hercule en Espagne », in : Véronique Lamazou-Duplan (éd.), Ab urbe condita… Fonder et refonder la ville : récits et représentations (Second Moyen Âge – premier XVIe siècle), Pau : Presses universitaires de Pau, 2011, p. 55-75.

STRABON, Géographie, X, 3, Philippe REMACLE (trad.), en ligne : remacle.org.

THUCYDIDE, Histoire de la Guerre du Péloponnèse, VII, 2, Philippe REMACLE (trad.), en ligne : remacle.org.

VICIANA, Rafael Martín de, Libro de las alabanzas de las lenguas Hebrea, Griega, Latina, Castellana y Valenciana, Imprimé à Valence par Juan Navarro, 1574.

VALENCIA, Pedro de, Tratado acerca de los moriscos de España, Fragments, sélection de Pedro Mercado Pacheco, Anales de la Cátedra Francisco Suárez, 43, 2009, p. 303-321.

WOOLARD, Kathryn, « Bernardo de Aldrete and the Morisco Problem : a Study in Early Modern Spanish Language Ideology », Comparative Studies in Society and History, 44 (3), 2002, p. 446-480.

WOOLARD, Kathryn, « Is the Past a Foreign Country? Time, Language Origins, and the Nation in Early Modern Spain », Journal of Linguistic Anthropology, 14 (1), 2004, p. 57-80.

WOOLARD, Kathryn, « Bernardo de Aldrete, humanista y laminario », in : Manuel BARRIOS AGUILERA et Mercedes GARCÍA ARENAL (éd.), Los plomos del Sacromonte: invención y tesoro, Valence : Université de Valence, 2006, p. 271-295.

WOOLARD, Kathryn, « The seventeenth-century debate over the origins of Spanish: links of language ideology to the Morisco question » in : José DEL VALLE (éd.), A Political history of Spanish. The Making of a Language, Cambridge : Cambridge University Press, 2013, p. 61-76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster et Mercedes Blanco, « Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41028 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41028

Haut de page

Auteurs

Corinne Mencé-Caster

Articles du même auteur

Mercedes Blanco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search