Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...Première partie : Savoirs, mythes...Vers la construction d’un savoir ...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique
Première partie : Savoirs, mythes et idéologies linguistiques de la fin du XVe siècle au début du XVIIe siècle dans l’Espagne classique

Vers la construction d’un savoir grammatical en castillan. Du sentiment de la langue à la description de la langue : rôle des grammaires et des écrits sur la langue

Corinne Mencé-Caster, María Jiménez, Marie-Pierre Lavaud-Verrier et Chloé Oliveira

Résumés

Le XVIe siècle se caractérise par la mise en œuvre d’une expertise dans de nombreux domaines. La langue n’échappe à cette « réduction en art » qui fait débat et suscite des controverses. Pourtant, peu à peu, éclosent des grammaires des langues romanes, souvent calquées sur le modèle des grammaires latines, tant au niveau de la structure que du métalangage utilisé. Le présent article entend interroger les modalités selon lesquelles les premiers grammairiens des langues romans prétendaient « normer » les langues romanes et/ou les décrire, tout autant que les représentations qu’ils avaient de ces langues. Entre règles et usages, entre perceptions moulées sur le latin et intuitions des spécificités des langues romanes, les premiers grammairiens ont progressivement construit un savoir grammatical, élaboré une terminologie, en se fondant sur leur connaissances de la grammaire des langues savantes et sur le sentiment de leur langue maternelle. La description qui en a résulté a pu être celle d’une langue hybride, à mi-chemin entre le latin et ce que nous nous représentons aujourd’hui comme « espagnol », « français » ou « portugais ». Il s’agit ici de retracer leur parcours, d’examiner et de confronter leurs discours, en s’intéressant tout à la fois aux grammaires de type normatif et aux « grammaires » des usages.

Haut de page

Texte intégral

Du grammairien latin au grammairien de la langue vernaculaire : de l’émergence d’une conscience grammaticale vernaculaire et d’une tradition grammaticale

1Notre habitude des catégories et du métalangage grammatical crée une certaine vision des langues que nous parlons ou apprenons, vision que nous pouvons tenir pour naturelle, dès lors que nous ne cherchons pas à la mettre à distance. Il nous semble ainsi que les prépositions, l’article ou le participe sont des catégories consubstantielles aux langues romanes, voire aux langues « tout court », et qu’il ne saurait donc être possible de décrire ces langues sans y recourir.

2C’est pourquoi parcourir l’histoire des catégories grammaticales et du métalangage qui lui est associé permet de rappeler qu’une langue est aussi un objet construit au double plan historique et culturel par le grammairien ou le linguiste, lequel peut ne pas « voir » cet objet de la même façon selon les époques, le savoir disponible, les langues qu’il connaît, les idées dominantes, ou encore, selon l’idéologie du pouvoir qui est la sienne. Ne pas voir cet objet de la même façon peut vouloir dire, ne pas y déceler les mêmes catégories ou identifier des catégories que d’autres ne verront plus. Ceci a souvent des conséquences sur les modalités de dénomination et explique les variations qui se jouent autour du métalangage.

  • 1 Sylvain AUROUX, histoire des idées linguistiques. Le développement de la grammaire occidentale, t.  (...)

3Dans sa monumentale Histoire des idées linguistiques, Sylvain Auroux1 ne manque pas de rappeler que les grammaires dites « gréco-latines » ont servi de base à la description de toutes les langues du monde et ont contribué à asseoir la domination de l’Occident sur le monde. Quelle meilleure preuve des liens étroits qui unissent langue, savoir et pouvoir ?

4Dans un article intitulé « L’influence de la tradition grammaticale gréco-latine sur la grammaire du thaï », Jean-Philippe Babu va dans le même sens, tout en interrogeant la pertinence réelle d’une telle description, notamment à travers les mises en cause effectuées par des linguistes d’origine thaï qui sont donc aussi, locuteurs du thaï :

  • 2 Jean-Philippe BABU, « L’influence de la tradition grammaticale gréco-latine sur la grammaire du tha (...)

En 1988, lors de l’International Symposium on Language and Linguistics, qui s’est déroulé à l’université Thammasart de Bangkok, Udom Warotamasikkhadit a soutenu l’idée qu’il n’y a pas de prépositions en thaï ». Dans son intervention, le linguiste, passant en revue verbes, statifs, noms et conjonctions de la langue thaï s’efforce de démontrer que dans tous les cas, ces parties de langue restent ce qu’elles sont, c’est-à-dire des verbes, des statifs, des noms et des conjonctions : « It is evident that the words which are called prepositions in the traditional thai grammar do not constitute a single form class like english as defined by Curme or by Fries »2.

5Pourtant, la tradition grammaticale du thaï – récente, vu qu’elle remonte seulement au XIXsiècle – a connu une phase de latinisation marquée, avant de subir, dans son processus de description grammaticale, une forme d’orientalisation :

  • 3 Ibid.

Il est vrai que ces hésitations, ces prudences, n’empêchèrent pas la grammatisation à partir de la tradition grammaticale latine d’aller bon train puisqu’à la fin du siècle, le Département de l’Éducation publia cet ouvrage intitulé Les parties du discours, qui, comme nous l’avons vu, était très clairement inspiré de la tradition grammaticale occidentale des huit parties du discours. Cette orientation un peu trop latine de la grammaire thaï fut ensuite corrigée au début du siècle suivant par Phraya Upakit Silapasan, qui, avec « Les Fondements de la langue thaï », en donna une version plus orientale3.

6Cet exemple de la grammatisation du thaï qui n’est pas unique puisque l’on retrouve des problématiques identiques pour les langues d’origine africaine ou amérindienne, par exemple, vise à montrer, si besoin en était, que les langues semblent susceptibles de recevoir des descriptions qui ne leur correspondent pas nécessairement. On peut ainsi, en toute logique, considérer que la description grammaticale peut inventer un objet-langue ou le réinventer, en fonction des outils dont elle dispose, des objectifs qu’elle vise et de l’idéologie du pouvoir qui la traverse. La dénomination même de cet objet pourra donc être trompeuse. Ainsi, par exemple, on pourra en toute bonne foi indiquer qu’il s’agit de la description grammaticale du thaï, sans que le « thaï » décrit au moyen de cette description corresponde au « thaï » tel qu’un locuteur du thaï a le sentiment de le vivre ou de le parler ou au « thaï » tel qu’il pourrait être décrit par un linguiste, locuteur natif du thaï, formé à d’autres traditions grammaticales plus « orientales » par exemple.

7En poursuivant le raisonnement, on pourrait dire qu’un hiatus peut se créer, soit entre le sentiment de la langue du locuteur (langue vécue et pratiquée) et la description grammaticale qui est proposée de cette langue, soit entre la perception plus raisonnée de cette langue (linguiste-locuteur natif) et la description qui en est donnée à partir d’une tradition exogène.

8Ainsi, selon la description fournie, on peut rapprocher deux langues distinctes en créant un système d’équivalences entre elles (cas du latin et des langues romanes lors des premières descriptions grammaticales au XVIe siècle) ou les éloigner en accusant leurs différences (cas du serbo-croate qui était à l’origine une seule langue et qui, du fait de la scission politique a été perçu ensuite comme deux langues distinctes -le serbe et le croate-). De même la graphie de la langue créole mise en place par le Groupe d’Étude et de Recherche en Espace Créolophone (GEREC), sur le principe de la déviance maximale avec le français, devenu ensuite déviance optimale, a volontairement contribué à masquer un certain nombre de convergences entre les langues créole et française.

9Notre conclusion partielle est donc que les langues sont des objets manipulables, auxquelles ne correspond pas une description grammaticale ou linguistique unique et figée dans le temps. Le processus de grammatisation est complexe et met en jeu toute une série de facteurs qu’il convient de prendre en compte : la situation sociolinguistique (langue seconde/diglossie/tétraglossie, plurilinguisme, etc.), les langues en présence dans l’imaginaire savant (grec, latin, hébreu), la langue de première alphabétisation, les langues de contact (par exemple, le catalan, le portugais, le basque, etc.), le savoir grammatical et de manière plus globale, le savoir général sur les langues (logique, rhétorique, dialectique), la formation initiale du grammairien, l’idéologie linguistique (latiniser une langue ou la dé-latiniser), l’idéologie du pouvoir (pureté du sang corrélée au purisme linguistique), etc.

10Nous conférons dans cette série de facteurs une place à part au « sentiment de la langue » des locuteurs, en postulant que la description grammaticale d’une langue sera jugée acceptable par un descripteur « natif », tant qu’elle n’entre pas en contradiction avec son « sentiment de la langue ». Le « grammairien » des langues vernaculaires au XVIsiècle ne peut se référer à un savoir constitué en la matière : il a pour tout guide son savoir grammatical – au sens large – dans les langues de prestige (hébreu, grec, latin) et son sentiment de la langue vernaculaire qui lui fournit une sorte d’intuition lui permettant d’adapter, d’aménager ce savoir pour le rendre adéquat à la description de sa langue vernaculaire.

11L’auteur de l’article relatif à la grammatisation du thaï conforte cette idée :

  • 4 Ibid.

Mais ce qui nous frappe surtout, c’est l’évidence et la force de ce sentiment épilinguistique poussant l’auteur de cette intervention à marteler d’un exemple à l’autre la particularité de la grammaire du thaï. Il nous semble que, dans son intervention, Udom Warotamasikkhadit s’attache moins à démontrer de façon rigoureuse qu’à faire sentir la différence entre l’anglais et le thaï4.

12Nous allons donc nous intéresser à ce « sentiment de la langue » qui, dans l’ouvrage intitulé Sentiment de la langue et diachronie de Gilles Siouffi, se trouve défini comme suit :

  • 5 Gilles SIOUFFI, Sentiment de la langue et diachronie, in : Diachroniques, 2, Paris : PUPS, 2012, p. (...)

Sans doute y a-t-il bien des façons de comprendre ce qu’on peut appeler « sentiment de la langue » ou « sentiment linguistique ». La lecture la plus « linguistique », la plus « objective », pour ainsi dire, est d’en faire chez le locuteur, une instance de compréhension et d’appropriation des faits mi-consciente, mi-inconsciente, susceptible de donner naissance à des explicitations plus ou moins rationalisées, plus ou moins subjectivement assumées – allant le cas échéant jusqu’à d’authentiques raisonnements linguistiques » […]5.

  • 6 DANTE, De vulgari eloquentia, trad. A. Pézard, Oeuvres complètes, Paris : La Pléiade, 1965, I, 1, 2 (...)
  • 7 Serge LUSIGNAN, « Le français et le latin aux XIIIe–XIVsiècles : pratique des langues et pensée l (...)

13Nous allons corréler cette notion si importante de « sentiment de la langue » à celles d’« usage » et de « règle » pour tenter d’approcher au plus près la démarche du lettré du XVIe siècle, connaisseur du latin, voire professionnel de cette langue (nous pensons à Nebrija qui fut tout à la fois grammairien et philologue du latin) et qui s’essaye à décrire sa langue vernaculaire. Comme chacun sait, le statut de « grammairien » était réservé aux professionnels de la langue latine. Dans le De vulgari eloquentia6, Dante met en évidence que le mot grammatica en latin médiéval signifie la langue latine, par opposition à la langue vulgaire qui s’apprend au creux des seins de la nourrice. On ne peut donc parler de « grammairien » pour les langues vernaculaires, puisque l’apprentissage de ces langues ne se fait pas au moyen de règles, l’entier du savoir grammatical étant organisé autour des langues anciennes (hébreu, grec, latin). Comme l’explicite Serge Lusignan : « Si la rhétorique enseigne le contrôle de la mémoire et la grammaire le bon usage du latin, on ne connaît aucun savoir correspondant pour la langue vernaculaire »7.

  • 8 Ibid.
  • 9 Emiliano RIDRUEJO, « Notas romances en gramáticas latino-españolasé, RFE, 59, 1977, p. 52.
  • 10 NEBRIJA, Antonio (de), Introductiones latinae, Salamanca, 1481, fol. 1rº.
  • 11 Vicente CALVO FERNÁNDEZ, Miguel Ángel ESPARZA TORRES, « Una interpretación de la gramática de Nebri (...)

14Toutefois, il ne faudrait pas sous-estimer ce que l’on pourrait dénommer, toujours selon Serge Lusignan, « l’existence d’une pensée grammaticale de la langue [vernaculaire]8 », perceptible de manière précoce chez les intellectuels médiévaux. Dans le domaine hispanique, on pense naturellement aux travaux d’Alphonse X sur la langue castillane, dès le milieu du XIIIsiècle, dans l’atelier de traduction de Tolède En France, on ne peut manquer d’évoquer la tradition des Donats français. D’une manière générale, vers le milieu du XVe siècle, se fait sentir le besoin d’une rénovation de l’apprentissage du latin qui souffre de l’insuffisance de connaissances des maîtres, rénovation qui empruntera le canal des langues vernaculaires comme langues d’accès au latin. En Espagne, c’est sous l’égide d’Antonio de Nebrija que cette réforme est conduite. Quand Emilio Ridruejo écrit : No cabe ninguna duda de que los principiantes en el estudio del latín no podrían entender a Donato sin introducciones en su lengua materna9, il ne fait que paraphraser en réalité ce que Nebrija exprimait déjà dans le prologue de ses Introductiones latinae (1481), traduites par lui-même, en 1488, en castillan sous le titre Introduciones latinas, contrapuesto el romance al latín : « Pero nosotros que estamos ya tan alejados de la lengua latina, hemos de ser introducidos en ella por un método nuevo […] »10. Cette méthode nouvelle, comme l’ont bien montré Vicente Calvo Fernández et Miguel Ángel Esparza Torres11, ne s’articule pas, de manière isolée dans quelques-uns de ses textes, mais dans son œuvre prise dans son ensemble, à savoir, aussi bien dans les Introductiones, que dans les lexiques bilingues (Vocabulario latín-romance) ou encore dans la Gramática castellana de 1492, d’autant que Nebrija a lui-même revendiqué l’unité de toute sa production. En témoignent les nombreux renvois à ses propres textes dans ses prologues. De même, la conscience de l’unité de son œuvre transcende la langue – latine ou castillane – dans laquelle sont écrits ses textes, comme le soulignent Caldo Fernández et Esparza Torres :

  • 12 Ibid., p. 154-155.

[…] así, por ejemplo pensemos en la página castellana que se introduce en la Recognitio para abundar en la explicación de la conjugación latina mediante el contraste con la conjugación castellana y donde el autor remite a la Gramática Castellana12.

15Ces divers éléments nous permettent de mettre en évidence l’émergence progressive d’une pensée grammaticale en castillan, et si Nebrija en est l’exemple rêvé, il ne faudrait pas non plus sous-estimer la conscience grammaticale du castillan qui était indissociable en quelque sorte du statut de tout lettré en latin et/ou en grec. En effet, acquérir un savoir grammatical en latin infléchissait de toute évidence la relation à la langue maternelle vernaculaire, en suscitant un rapport plus réfléchi à celle-ci. En témoigne pleinement El diálogo de la lengua de Juan de Valdés, écrit en 1535, qui met en scène un tel rapport, comme nous le verrons plus avant.

16Ainsi, bien qu’il n’y ait pas réellement de statut de « grammairien » pour les « lettrés » qui veulent « réduire en art », les langues vernaculaires, la pensée grammaticale qui est la leur et qui transforme peu à peu leur « sentiment de la langue » en « conscience grammaticale » nous autorise malgré tout à envisager comme acceptable la dénomination de « grammairien (des langues vernaculaires) » que nous adopterons ici pour les raisons évoquées mais aussi par commodité de langage.

  • 13 G. SIOUFFI, op. cit., p. 15.

17Il convient donc d’envisager la démarche de ces « grammairiens » de la langue vernaculaire presque à l’inverse de celle qu’a décrite Gilles Siouffi, à propos du linguiste diachronicien. Il s’agit, nous dit Siouffi, pour le diachronicien, de « mener l’investigation sur ce que le diachronicien peut faire de la relation même que les locuteurs ont eue avec ce qui, dans les discours, dans les usages, est extrait à des fins opératives par le linguiste13 ». Pour le « grammairien des langues vernaculaires » du XVIe siècle qui veut « réduire en art » sa langue maternelle, il était question au contraire de déplacer le regard des usages vers l’objet-langue qu’il entendait décrire, tout en le construisant.

18Toutes les définitions de la langue vernaculaire convergent dans le même sens : langue que l’on tient de sa nourrice (Dante), langue des petites vieilles au coin du feu (Valdés), en un mot, langue qui ne se conçoit spontanément que dans l’usage, langue fluctuante et évolutive car en usage, contrairement à la langue latine dont on se plaît à rappeler la clôture et la fixité.

Grammatiser la langue vernaculaire : idéologies et enjeux dans l’espace roman

  • 14 Voir Einar HAUGEN, « Dialect, language, nation », American Anthropologist, 68 (4), 1966, p. 922-935 (...)

19Quelles étaient donc les possibilités qui s’offraient à ces « grammairiens des langues vernaculaires » pour construire leur objet ? Nous nous proposons d’en retenir trois, en prenant en compte l’environnement plurilingue interne à chaque « État » qui impose, d’une part, de prendre position par rapport à l’ensemble des dialectes en présence, et d’autre part, en cas de décision en faveur de la prééminence d’un dialecte sur d’autres, de déterminer les modalités de la grammatisation de ce dernier (sélection de la variété, etc.)14.

20S’agissant de l’environnement plurilingue interne à un seul et même État, on peut identifier les modèles suivants :

La non-prééminence d’un dialecte sur les autres

  • Le modèle de la « langue artificielle » de Dante ou « vulgaire illustre », tel que Dante l’explicite dans le De Vulgari eloquentia, repose sur la fabrication d’une sorte de langue-étalon qui ne correspond véritablement à aucun dialecte mais se fonde, pour chacun des dialectes en présence, sur la sélection de ses traits les plus nobles, les plus suaves, les moins typiques.

    • 15 En quelques mots, il faut rappeler que, derrière ces visions, se profile le mythe de Babel et de la (...)

    Le modèle de « cohabitation égalitaire » des dialectes (Bovelles) où chaque dialecte, aussi légitime que son voisin, est appelé à coexister avec lui15.

La prééminence d’un dialecte sur les autres

21Ce modèle se fonde sur la précédence d’un dialecte unique sur tous les autres, à partir de la reconnaissance de ce qui pourrait apparaître comme une forme de norme spontanée ou encore de légitimation de la réalité linguistique (Palsgrave, Nebrija, Villalón, Valdés, Meigret).

  • 16 Gramática de la Lengua Vulgar de España (Lovaina, Bartholomé Gravio, 1559), Rafael BALBÍN, Antonio (...)
  • 17 Sur ces débats, voir pour la France, Danielle TRUDEAU, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Par (...)

22Nous nous intéresserons en priorité à ce dernier modèle, parce que c’est lui qui caractérise le mieux la situation de l’Espagne au début du XVIsiècle. Même si la présence d’autres variétés linguistiques est reconnue, voire commentée dans certains ouvrages sur la langue ou traités de grammaire (L’Anonyme de Louvain16), il n’y a pas de vif débat sur la prééminence du castillan, comme cela a pu être le cas en France et en Italie par exemple17.

23C’est donc la question de la grammatisation du castillan qui est en jeu et c’est à la construction du castillan comme « objet-langue » que nous consacrerons le reste de notre propos. Pour ouvrir le débat, nous ferons état ici des modèles disponibles sur les modalités de grammatisation, afin de mieux cerner la portée de ceux qui ont été retenus et les enjeux de pouvoir qui s’y rapportent.

« Réduire en art » ou décrire les usages ? Entre grammaire normative et grammaire des usages

  • 18 Jean-Claude CHEVALIER, La notion de complément chez les grammairiens. Étude de grammaire française (...)

24On connaît le culte de l’usage qui caractérise la Renaissance, ainsi que l’a bien montré Jean-Claude Chevalier18. Encore faut-il savoir de quel usage il s’agit. Dans son ouvrage intitulé Les inventeurs du bon usage, Danielle Trudeau a mis en évidence la difficulté qu’il y a à cerner ce que les intellectuels de l’époque, et a fortiori les « grammairiens » des langues vernaculaires, entendent véritablement par « usage », et encore plus par « bon usage ». Une ligne de fracture partage précisément ceux qui considèrent que le « grammairien » participe à l’invention du « bon usage » (ou « beau langage ») et ceux qui tiennent qu’il ne peut qu’enregistrer les pratiques et usages sans chercher à les « réguler ». La démarche de Louis Meigret est, de ce point de vue, exemplaire, dans la mesure où, tout en admettant la primauté de l’usage sur la règle, il ne reconnaît pas moins pour autant que le lettré a pour mission « le perfectionnement raisonné de la langue », tandis que le peuple est le garant de la préservation de l’usage. Il faut entendre par là que sans rejeter certains usages de la langue parlée, le « grammairien » devra, pour l’écrit, sélectionner des formes plus grammaticales, c’est-à-dire qui ne relèvent pas de l’abus. On comprend bien alors qu’à terme, la conséquence en est la légitimation de certains usages par rapport à d’autres, et donc l’établissement d’une norme. C’est là que se joue le destin même de la grammatisation de la langue vernaculaire, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, à savoir la légitimation d’un usage, en général, celui de l’élite politique et sociale, et l’imposition silencieuse d’une norme que l’on cherche le plus souvent à présenter comme allant de soi.

25On distinguera donc les lettrés-grammairiens qui sont favorables à cette « réduction en art » et qui imposent (avec ou sans discussion dans leurs textes grammaticaux) ce qu’ils considèrent être « le bon usage », « le langage honnête », sans toujours pouvoir le définir autrement que de manière théorique ou idéale, des autres lettrés qui, eux, seraient plutôt en faveur de ce qu’il conviendrait d’appeler « une grammaire des usages ».

Réduire en art la langue : une nécessité ? Vers une grammaire normative

  • 19 Ibid, p. 150 : El que no fuera objeto ni de una sola reedición hasta más o menos doscientos cincuen (...)

26Dans sa Gramática castellana, Nebrija, qui fait figure de « grammairien en langue vernaculaire » pionnier, voire précoce (sa grammaire est publiée en 1492), recourt dans son prologue à l’expression « reduzir a arte ». Toutefois, cet ouvrage semble ne pas avoir connu de succès immédiat puisque sa première réédition n’interviendra que deux cent cinquante ans plus tard, alors que tous les autres ouvrages de l’auteur ont connu de très nombreuses réimpressions19. On peut aisément imaginer que, vers la fin du XVe siècle, les esprits n’étaient pas encore préparés à la grammatisation des langues vernaculaires, alors que soixante plus tard, vers 1550, la situation avait déjà beaucoup évolué.

27L’expression reduzir a arte que l’on retrouvera sous la plume de nombreux « grammairiens » des langues vernaculaires (citons en particulier Meigret et Villalón) vient des grammairiens italiens. Elle permet de poser la question de la définition de la « grammaticalité » d’une langue : la grammaticalité, est-ce une propriété intrinsèque de la langue ou est-ce une formalisation qui relève de la décision des savants ? Y a-t-il un ordre interne de la langue ou celle-ci n’est-elle qu’un amas diffus et touffu ? La langue est-elle par elle-même légitime ou sa légitimité repose-t-elle sur la manière dont l’élite sociale et politique se l’approprie ?

28En effet, dire que la langue doit être « réduite en art » peut laisser entendre que la règle n’appartient pas à la langue, ou dit autrement, que c’est la langue qui doit se couler dans la règle.

29Derrière cette vision se dissimule l’idée de la corruption naturelle des langues qui se dénaturent avec le temps si elles ne sont pas « réglées ». La grammaire apparaît comme une sorte de filtre qui empêcherait les impuretés ou les abus nés de l’usage (Nebrija, Villalón, Meigret). De même que le latin et le grec ont pu se maintenir parce qu’ils ont été « réduits en art », il convient d’enchaîner les langues vulgaires à des règles pour qu’elles ne se corrompent pas davantage.

  • 20 BOVELLES, Charles (de), [1533], 1973, Liber de differentia vulgarium linguarum et gallici sermonis (...)

30Cette volonté de réduire la langue en art permet ainsi de problématiser le conflit possible qui se joue alors avec une acuité singulière à cette époque entre « règles » et « usages ». Pour Bovelles par exemple, la langue vulgaire étant par nature déréglée, comment de simples individus peuvent-ils envisager de la figer par des règles, alors que ses usages sont si multiformes20 ?

31Meigret, quant à lui, propose cette définition de l’usage :

  • 21 Louis MEIGRET, , Le Traité de la Grammaire française, 1980 [1550], Franz Josef HAUSMANN (éd.), Tu (...)

[l’usage] n’est autre chose qu’une commune façon de vivre d’homes, guidée par raison. Par quoy abus au contraire est une commune façon de vivre confuse, sans ordre & sans raison. Par ce moyen l’usage n’est en rien différent de l’abus, sinon qu’il est fondé en raison, et l’autre en désordre et confusion21 (fol. 7v°-8r°).

32Comme nous l’avons dit, certains grammairiens sont favorables à la « réduction en art » des langues vernaculaires. C’est le cas de Nebrija et de Villalón, ainsi que nous allons le démontrer à partir d’exemples tirés de leurs grammaires. Nous emprunterons également quelques exemples à la première grammaire française écrite par Louis Meigret en 1550 (Traité de la langue française), ainsi qu’à la première grammaire portugaise écrite par Fernão de Oliveira en 1536 (Grammatica da lingoagem portuguesa), afin de dresser un panorama des différentes postures dans l’espace roman.

  • 22 [1558], 2021, Gramática castellana, Corinne MENCÉ-CASTER (dir.), Cristóbal de Villalón, Gramática c (...)

33Pour des grammairiens comme Nebrija et Villalón, la soumission de la langue castillane à des règles est une nécessité dictée par la peur de la corruption de la langue. En plus de bénéficier à la nation et au pouvoir politique (la langue au service de l’unité de la nation), la grammaire doit permettre de figer un certain usage de la langue, afin d’éviter tout changement ou variation. En effet, si une langue n’a pas de grammaire, elle reste comme le dit Villalón, « en su prístina barbaridad »22 ; aussi la valeur et la perfection d’une langue ne sont-elles reconnues que dans la capacité que démontre celle-ci à être « réduite en art ».

34Le choix même d’intituler leur ouvrage « grammaire » présuppose une posture où la langue est « encadrée » et soumise à des règles fixes, dont l’objet est d’aider les locuteurs à « bien parler » et surtout, à « bien écrire ». En lisant les œuvres de ces deux grammairiens, nous nous attendons donc à trouver des énoncés valorisant ce qui est correct et réprouvant ce qui ne l’est pas. Chaque grammairien va donc imposer son usage, de manière catégorique ou de manière plus nuancée et argumentée.

Nebrija

35Nebrija a été le premier à entreprendre la rédaction d’une grammaire d’une langue vernaculaire complète. Il y utilise la première personne du pluriel ainsi que des expressions comme « nuestra lengua ». Il s’inscrit donc dans une communauté linguistique, de laquelle il se montre solidaire.

36Nebrija énonce ainsi des règles :

  • 23 [1492], 1992, Miguel Ángel ESPARZA, (ed.), Gramática de la lengua castellana, Madrid : Fundación An (...)
  • 24 Ibid., p. 48.

Para introducion de lo cual tales reglas daremos: Primera mente, que si en alguna dicion caiere una consonante entre dos vocales, siempre la arrimaremos a la vocal siguiente, salvo si aquella dicion es compuesta, por que entonces daremos la consonante a la vocal cuia era antes de la composición23.

De lo que hasta aqui avemos disputado, de la fuerça et orden de las letras,
podemos inferir la primera regla del orthographia castellana: que assi tenemos de escrivir como pronunciamos, et pronunciar como escribimos24.

37Il décrit le fonctionnement de la langue, en utilisant des expressions comme « hay en el castellano », ou encore « nuestra lengua tiene…/ no tiene… » :

  • 25 Ibid., p. 43.
  • 26 Ibid., p. 52.
  • 27 Ibid., p. 57.

En el castellano, nunca pueden estar antes de la vocal mas de dos consonantes, et una despues della, et, por consiguiente, nunca mas de tres entre dos vocales25.

ai en el castellano dos acentos simples […]26

Como diximos arriba,
proprio es de la lengua castellana tener el acento agudo en la penultima silaba, o en la ultima, cuando las diciones son barbaras o cortadas del latin, et en la ante penultima mui pocas veces, et aun comun mente en las diciones que traen consigo en aquel lugar el acento del latin27.

38La parfaite connaissance de la mécanique du latin dont dispose Nebrija, lui donne l’autorité et la légitimité de « normer » la langue castillane : il décrit donc la langue, depuis une posture impersonnelle où il n’exprime pas de manière explicite sa subjectivité. Il ne fait état d’aucun usage divergent, celui qu’il énonce étant considéré comme le seul correct.

39Le non-respect de ces règles entraîne, selon lui, la faute ; ainsi, les termes « error » et « vicio » reviennent régulièrement sous sa plume :

  • 28 Ibid., p. 24-25.
  • 29 Ibid., p. 131.

De donde se convence el manifiesto error de los que assi pronuncian la ch como la c, cuando se siguen a, o, u, et como la pronuncian falsa mente en el castellano, cuando se siguen e, i; la th como la t-, la ph como la f; la t, cuando se sigue i et despues de la i otra vocal, assí como la c; et por el contrario, los que en otra manera pronuncian la c, g, cuando se siguen a, o, u, que cuando se siguen e, i; et los que asi pronuncian la i griega como la latina, como mas copiosa mente lo provamos en otro lugar28.

… que hablando con uno usamos del numero de muchos, diziendo, vos venistes, por dezir tu veniste; por que, como dize Donato en su Barbarismo, este
es vicio no tolerable, el cual los griegos llaman solecismo, del cual trataremos abaxo en su lugar [...]. I aun mas intolerable vicio seria diziendo: vos sois bueno, por que peca contra los preceptos naturales de la Gramatica; por que el adjectivo bueno no concuerda con el substantivo vos, a lo menos en numero. I mucho menos tolerable seria si dixiesses vuestra merced es bueno, por que no concuerdan en género el adjectivo con el substantivo29.

40Ceux qui commettent ces erreurs intolérables sont considérés comme des barbares :

  • 30 Ibid., p. 138.

Nos otros podemos llamar barbaros a todos los peregrinos de nuestra lengua, sacando a los griegos et latinos, et a los mesmos de nuestra lengua llamaremos barbaros, si cometen algun vicio en la lengua castellana30.

41Mais toute règle grammaticale a pour limite ses propres exceptions :

  • 31 Ibid., p. 100.

Sacanse los que acaban en e aguda, por que sobre el singular reciben esta terminación es, como el alquilé, los alquilees; la fe, las fees; i assi dezimos una b, dos bees; una d, dos dees. Tan bien se saca maravedi, que por aquesta regla avia de hazer maravedies, et haze maravedis31.

42Lorsqu’il parle de « la oracion » (notion qui recoupe plus ou moins celle de « phrase »), Nebrija considère qu’il y a un ordre naturel des choses ; on peut donc trouver les règles en se fondant sur la raison et la logique :

  • 32 Ibid., p. 130.

Entre algunas partes de la oración ai cierta orden casi natural et mui conforme a la razon, en la cual las cosas que por naturaleza son primeras o de maior dignidad, se an de anteponer a las siguientes et menos dignas; i por esto dize Quintiliano que diremos de oriente a occidente, et no, por el contrario, de occidente a oriente, por que, segun orden natural, primero es oriente que el occidente; et assi diremos por conseguiente: el cielo et la tierra, el dia et la noche, la luz et las tiniebras, et no por el contrario, la tierra et el cielo, la noche et el dia, las tiniebras et la luz. […] I aun mas intolerable vicio seria diziendo: vos sois bueno, por que peca contra los preceptos naturales de la Gramatica […]32.

43Nebrija utilise également l’argument de l’euphonie. Il est important qu’un mot ou une phrase sonne bien à l’oreille, que ce soit beau à entendre :

  • 33 Ibid., p. 99.

Mas avemos aqui de mirar que cuando algun nombre feminino comiença en a, por que no se encuentre una a con otra, et se haga fealdad en la pronunciacion, en lugar de la ponemos el, como el agua, el aguila, el alma, el açada si comiença en alguna de las otras vocales, por que no se haze tanta fealdad, indiferente mente ponemos el o la, como el enemiga, la enemiga; pero en el plural siempre les damos el articulo de las hembras, como las aguas, las enemigas33.

44Le travail du grammairien est de mettre le lecteur sur le bon chemin, et celui-ci utilisera son bon sens pour trouver la bonne terminaison d’un mot par exemple :

  • 34 Ibid., p. 94.

Por la maior parte salen estos nombres en esta terminacion ano […]. Salen esso mesmo los nombres gentiles muchas vezes en es […]. Salen algunas vezes los nombres gentiles en isco […]. Otros salen en otras muchas determinaciones; mas el que escrive preceptos del arte abasta que ponga en el camino al lector, la prudencia del cual, por semejança de una cosa a de buscar otra34.

45Nebrija ne parle donc jamais de l’existence d’autres usages, mais énonce des règles, en rappelant les erreurs qui sont souvent commises, erreurs qu’il traite comme des « fautes » (« vicio »).

Villalón

46Villalón introduit une part de subjectivité dans sa grammaire, en utilisant la première personne du singulier et en imposant sa terminologie propre :

  • 35 [1558], 2021, Gramática castellana, Corinne MENCÉ-CASTER (dir.), op. cit., [13].

Acerca del castellano tres partes prinçipales hallo que son las que constituyen y componen la oraçion: nombre y verbo y «articulos» que yo llamo a todas aquellas diçiones y vocablos que el latino llama «indeclinables». Y venidos a la primera que es el nombre, digo que el nombre se ha de diffinir ansi35.

  • 36 Ibid., [8].

47Comme Nebrija, il s’inclut dans une communauté linguistique castillane, en utilisant des expressions comme « esta nuestra lengua castellana »36. Pour décrire la langue, il utilise des expressions telles que : « en la lengua castillana hay / no hay », « es de notar que », etc.

48Il énonce, lui aussi, des règles :

  • 37 Ibid., [18].
  • 38 Ibid., [22].

Agora se pone una regla infalible y general: que en el castellano en ningun nombre ay variaçion de la letra final en los casos, sino solo entre el singular y plurar, los quales no pueden ambos feneçer en una mesma letra, sino en diversas37.

Regla primera.
Todo nombre que por su sinificaçion conveniere a macho sera del genero masculino y se sennalara con su proprio articulo, este. Como Pedro, Martin, Francisco38.

49Et des exceptions :

  • 39 Ibid, [21].

Regla primera.

Todo nombre acabado en -A es del genero femenino. Como Maria, arca, tabla, [23] madera. Sacansse estos nombres: alvala, maestresala, dia, y cura que son del genero masculino. Y sacasse este nombre profeta que es del genero comun de dos porque ansi dezimos este profeta por el hombre y esta profeta por la muger
39.

50Il faut donc respecter et connaître ces règles pour parler sans faire d’erreurs, car certaines fautes sont commises par ignorance :

  • 40 Ibid, [18].

Y pues en la generaçion ay dos maneras de linaje, como macho y hembra, es nuestra intinçion preguntar si el tal nombre conviene en su sinificaçion al macho, o a la hembra. Y es muy notable este punto, porque el prinçipal barbarismo que en la lengua castellana se puede cometer es por la inorançia que se tiene del genero a que conviene el nombre. Y ansi digo, que tres generos solos ay del nombre en la lengua castellana, y no mas40.

51Contrairement à Nebrija, Villalón admet la possibilité d’usages différents :

  • 41 Ibid, [23-24].

Regla 2.

Algunos que presumen de grandes latinos dizen que hablando en castellano emos de dezir 
este puente porque dizen que en el latin, puente es del genero masculino. Pero yo digo que en castellano es barbarismo porque si su razon fuesse buena tambien aviamos de dezir este fuente y este sangre, pero no se dize en el comun sino esta fuente y esta sangre. Y junto a la puente que dizen del Cardenal que passamos a Taxo ençima de Plasençia, me acuerdo aver visto alli un antiguo padron de unas letras esculpidas en una piedra levantada junto a una fuente, que las letras dezian Pero Fernandez cantero fizo aquesta fuente, y labro este puente, Anno de 1512. Y yo pregunte a un sacerdote que avia veynte annos que dezia missa, natural de Castilla la vieja, que le pareçia de esta manera de dezir: este puente. Y el me respondio que le pareçia corrupçion de vezcayno quando habla en castellano porque el nunca oyo dezir sino esta puente. Y pues aquella lengua es la mejor que mas se usa entre cuerdos sin corrupçion de la lengua antigua digo que se deve dezir esta puente como dezimos esta fuente y esta sangre41.

52Ici, un usage différent est admis (« algunos dicen »), mais Villalón trouve « l’usage commun » plus logique, en suivant l’exemple de « fuente » et « sangre ». Villalón expose donc deux opinions opposées et tente de justifier son raisonnement en s’appuyant sur l’avis d’un homme d’Église, originaire de Castille (lequel est de la région de Tolède, détenteur d’un certain niveau de culture et fait figure d’autorité). Selon ce dernier, l’usage de « este puente » est un usage corrompu, ce qui donne ainsi raison au grammairien.

53Enfin, il établit également, selon les provinces de Castille, plusieurs réalisations phonétiques en lien avec un seul graphème, comme c’est le cas ici du :

  • 42 Ibid, [73].

La f en el castellano el mesmo sonido y pronunçiaçion tiene que la aspiraçion h […]. Y ansi comunmente si se usasse, se podria poner en todo lugar la una letra en lugar de la otra. Pero porque en muchas provinçias y tierras de Castilla no lo usan en muchos vocablos, pareçen algunos feos que en otros suenan bien, como estos vocablos que emos dicho. Y no suena tambien dezir hortuna como fortuna, ni hatiga, como fatiga. Y en unas partes dizen ahorro, y a lo mesmo dizen en otras aforro, y en otras dizen hormas de çapatos, y en otras formas. Y ansi concluymos en este proposito: que pues el sonido y pronunçiaçion es la mesma en ambas letras, cualquiera manera se sufrira que queramos dezir. Pero devesse mirar con gran aviso que sigamos siempre el mejor sonido que hiziere a las orejas con la costumbre de los mas cuerdos y mas avisados en el hablar en aquella provinçia, porque entonçes pareçera mejor42.

54Différents usages sont admis, mais Villalón s’en remet à la bonne sonorité des mots et surtout à un certain code social pour déterminer ce qui n’apparaît rien moins que comme le meilleur usage, lequel est lié aussi à la dimension géographique. Le parler des montagnards se voit ainsi fustigé.

55On remarque que les mots « error » ou « vicio » sont moins présents que chez Nebrija. Villalón se place donc dans une position intermédiaire : tout en légitimant certains usages au détriment d’autres, il reconnaît l’existence d’autres usages en vigueur.

56C’est également le cas de Fernão de Oliveira.

Oliveira

  • 43 OLIVEIRA, Fernão (de), Grammatica da lingoagem portuguesa, Lisboa : Germão Galharde,1536. Disponibl (...)

57La grammaire de Fernão de Oliveira43 a très probablement été inspirée par celle de Nebrija. Toutefois, dans cette entreprise de rédaction de la première grammaire du portugais, Oliveira a tenu à présenter son ouvrage comme une « primeira anotação da língua portuguesa », dans le sens de série de commentaires à propos de la langue portugaise.

58Comme Nebrija et Villalón, il donne son avis sur la langue et énonce des règles, en utilisant la première personne du pluriel. Pour Oliveira, qui consacre une grande partie de sa grammaire à l’étude des sons portugais (et qui est encore aujourd’hui considéré comme un grand phonologue de la langue portugaise), la sonorité et la mélodie sont importantes :

  • 44 Ibid., p. 44.
  • 45 Ibid., p. 57-58.

E nos aqui vemos e sentimos cõ as orelhas q̃ soa ali hũ til sobre ambas as letras vogaes do ditongo: escriuaõ, escriuaẽs44.
Tambem
somos amigos de cortar as vozes […]. Todos estes saõ costumes próprios assi como outros q̃ ja dissemos e particulares da nossa língua: e alghũ tanto pareçem compostos ainda eu naõ de todos afirmarey ser composiçaõ se naõ que estas syllabas se mudaõ ou cortaõ para milhor melodia. Como neste vocabolo .conuem a saber. ao qual podemos diuidir e dizer. como vem a saber. Porque assi o ouui pronũciar poucos dias há no púlpito ao mũto reuerendo padre mestre Baltazar da ordem do Carmo: cuja lingua eu não tenho em poucos antros portuguezes45.

59À l’instar de Villalón, dans l’exemple ci-dessus, Oliveira se sert d’un énoncé formulé par un prêtre (figure d’autorité) pour argumenter son propos.

60Concernant les vocables, Oliveira admet plusieurs usages : des mots communs à tous et des mots utilisés dans des situations particulières (selon les métiers et les régions).

  • 46 Ibid., p. 85.

e porẽ todas ellas [as dições] ou saõ geraes a todos como d’s, pão, vinho, çeo, e terra, ou saõ particulares: e esta particularidade ou se faz ãtre offiçios e tratos como os caualeiros q̃ tẽ hũs vocabolos: e os lauradores outros: e os cortesaõs outros: e os religiosos outros: e os mecanicos outros: e os mercadores outros: ou tãbẽ se faz ẽ terras esta particularidade porq̃ os da Beira tem hũas falas e os Dalentejo outras: e os homẽs da Estremadura saõ diferentes dos dantre Douro e Minho: porq̃ assi como os tẽpos: assi tãbẽ as terras criaõ diuersas cõdiçoẽs e cõceitos46.

61Ainsi, pour Oliveira qui adopte souvent une posture de « sociolinguiste », la situation sociale et/ou géographique peut créer des usages différents. C’est pourquoi Oliveira poursuit son propos en disant qu’une personne âgée ne parlera pas de la même façon qu’une personne plus jeune.

62L’exemple suivant est également intéressant, car, bien que le propos d’Oliveira en tant que grammairien du portugais consiste à transmettre un certain usage de cette langue, il considère que les règles énoncées dans sa grammaire n’enlèvent pas la liberté aux locuteurs de parler portugais comme ils le veulent. Selon lui, en effet, existe une liberté des usages, dès lors que celle-ci demeure encadrée par la raison et un certain savoir. La grammaire est donc là pour favoriser l’apprentissage de la langue pour ceux qui ne la parlent pas, mais aussi pour aider ceux qui la parlent déjà :

  • 47 Ibid., p. 96.

amoestãdonos q̃ em cada lingua notemos o proprio do costume della: ca esta arte de grammatica em todas as suas partes e muito mais nesta da analogia he resguardo e anotação d’sse costume e vso tomada despois q̃ os homẽs souberaõ falar: e não lei posta q̃ os tire da boa liberdade quãdo he bẽ regida e ordenada por seu saber: nẽ he diuindade mãdada do çeo que nos posso d’nouo ensinar o q̃ ja temos e he nosso: naõ ambargãdo q̃ he mais deuino quẽ milhor entẽde: e assi he verdade q̃ a arte nos pode ensinar a falar milhor ainda q̃ naõ d’nouo: ensina aos q̃ naõ sabiaõ e aos q̃ sabiaõ ajuda47.

63Oliveira distingue la “loi” de la règle. Ainsi, à propos des déclinaisons naturelles, il indique qu’il ne s’agit pas de quelque chose qui obéit à la volonté particulière de chacun, mais qui est conforme à l’avis de tous. C’est donc une règle générale – sorte de « loi » – acceptée par tous, puisque tout le monde l’utilise ainsi (declinaçoes naturais : sapateiro > sapataria) :

  • 48 Ibid., p. 97.

E assi diz Marco Varrão que a declinação natural he auella q̃ naõ obedeçe a vontade particular de cada hu: mas q̃ he conforme ao comũ parecer de todos: e mais naõ se muda taõ asinha: posto que o vso do falar tenha seu mouimẽto como elle diz: e naõ perseuere hũ mesmo ãtre os homẽs de todas as idades: e com tudo tambẽ padece a grãmatica aqui suas eyçeiçoẽs como nas outras partes48.

64Enfin, la sonorité et la logique sont des éléments importants pour Oliveira : il propose de ne plus dire « el rey », comme le font beaucoup de Portugais sur le modèle de l’espagnol lorsqu’ils parlent du Roi, mais « o rei ». C’est, selon lui, une motivation logique, vu que c’est l’article « » qui est utilisé en portugais, mais aussi mélodique. Il ne faut en rien y voir une critique des Portugais qui utilisent l’espagnol :

  • 49 Ibid., p. 43.

Aqui quero lẽbrar como em Portugal temos hũa cousa alhea e com grande disonãça onde menos se deuia fazer: a qual he esta que a este nome rey demoslhe artigo castelhano chamando lhe elrey: não lhe hauiamos de chamar se nã: o rey: posto q̃ alghũs doçes dorelhas estranharaõ este meu parecer: se naõ quiserẽ bem olhar quanto nele vay: e cõ tudo isto abasta para ser a minha milhor musica que a destes: porque o nosso rey e senhor pois tem terra e mando: tenha também nome proprio e destinto por si: e a sua gente tenha fala ou linguagem não mal mesturada mas bem apartada: para que seja o rey mais nosso dizer que elrey: ajudame muito o natural da nossa lingua o qual imitaõ os castelhanos quando nos querem arremedar dizẽdo. Mãda o rey de Portugal. E não dizẽ mãda elrey de Portugal: q̃ a eles era mais proprio dizer: mas isto fazem cuidãdo q̃ assi falaõ mais portugues: e de feito naõ se enganaõ49.

65Oliveira adopte donc une posture intermédiaire entre celle de Nebrija et Villalón : il est nécessaire de « réduire en art » la langue pour qu’on puisse l’apprendre et pour qu’elle ne change pas, mais il y a, chez Oliveira, une certaine conscience de la diversité des usages.

Meigret

  • 50 L. MEIGRET, op. cit., p. 5.
  • 51 Michel GLATIGNY, « La notion de règle dans la « grammaire » de Meigret », Histoire Épistémologie La (...)

66Louis Meigret fait partie du groupe des grammairiens en faveur de la « réduction en art » et considère que « toute règle se doit dresser sur la généralité ». Il cherche donc à trouver ou découvrir les règles qui régissent la langue vulgaire, règles qu’il a extraites d’une « commune observance »50. Comme l’indique Glatigny : « L’auteur [Meigret] relie explicitement la rédaction du Traité à l’« expérience » qu’il peut avoir de l’usage de la langue »51.

67Meigret distingue un bon et un mauvais usage :

[…] Nous devons dire comme nous disons, puisque généralement l’usage de parler l’a reçu ainsi : car c’est celui qui donne autorité aux vocables : sauf toutefois là où les règles françaises et la congruité sont offensées : comme font ceux qui disent je venions, je donisse […] (8, 37, 29 – II, 1).

68Meigret fait appel au « commun consentement » des parleurs dont le courtisan est le représentant le plus facile à atteindre. Il refuse au savant le droit de légiférer en matière de langage ; celui-ci ne peut que proposer :

[…] C’est au savant ou autre de proposer à un peuple les vocables tels que bon lui semblera, au bon plaisir des oreilles des hommes et au danger d’être rebutés comme désagréables ou bien reçus comme dignes d’être mis en usage (46, 17, 102 – IV, 25). 

  • 52 M. Glatigny, art. cit., p. 98.

69Donc le langage n’a d’autorité que s’il est agréable à tout le peuple, ou au moins à la majorité de ses membres : « l’usage n’est donc pas défini en termes de catégories sociales […]. Sa principale caractéristique est d’être commun à la communauté linguistique, comme celui de la règle, qui en est issue, est d’être générale »52.

  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 98.

70Certaines façons de parler doivent être acceptées (par exemple, furibonde, moribonde) car elles sont conformes à une règle, même si elles ne sont pas encore consacrées par le parler habituel53. Pour Meigret, les néologismes sont acceptés « pourvu qu’ils satisfassent le bon plaisir des oreilles des hommes »54 :

Je trouve meilleur et plus entendible en notre langue de dire sur-reparti de deux […] que subipartissant […]  (14, 35, 47 –II, 7).

  • 55 Ibid.

71Meigret accorde donc une certaine légitimité à l’oreille, comme le font Villalón et Oliveira. L’oreille serait donc le siège d’« un sentiment de grammaticalité, témoignage inconscient de conformité à la règle »55. Cette importance concédée à l’oreille peut être reliée à la dimension d’appréciation et à un jugement esthétique sur la langue.

72On voit donc que chaque grammairien a sa propre conception de l’« objet-langue » et se fonde sur la raison pour rédiger des règles. Il apparaît toutefois que cette perception raisonnée est inséparable d’un certain sentiment de la langue, ancré dans l’importance qui se trouve accordée à l’euphonie.

73Chez Nebrija, on pourrait davantage parler de « réflexe métalinguistique » car il agit dans une démarche de « création d’un métalangage » propre à la description du castillan. Chez Villalón, ce sentiment de la langue peut s’exprimer à travers son aversion pour l’analyse du castillan comme « langue à cas » par exemple.

74Enfin, nous pouvons penser que le sentiment de la langue ou de la grammaticalité de la langue repose sur cette confiance de l’oreille. D’où que les grammairiens accordent une certaine légitimité à celle-ci. L’usage est donc important, mais sentir la langue et l’écouter, l’est peut-être encore davantage.

Quelques mots du pouvoir

75Nous aimerions en très peu de mots montrer que la prise de position en faveur de la « réduction en art » est, de toute évidence, corrélée à une certaine conception du rapport entre langue, savoir et pouvoir. Le choix consistant à conférer à un des dialectes en présence le statut de « langue », puis de « langue de la nation », n’est guère séparable d’une vision politique de la langue comme vecteur d’unification au service du pouvoir politique. Les prologues de Nebrija et Villalón sont assez clairs à cet égard.

  • 56 Voir Christine WAGNER, « Valdesianismo y protestantismo », in : Alain MILHOU, NIKITA HARWICH (dir.) (...)

76S’agissant de l’éthique de l’usage (ou « grammaire des usages ») qui confère, en Espagne, à Juan de Valdés, une certaine singularité, elle s’avère davantage compatible avec les idées de la Réforme. Sans chercher à minorer la complexité de la spiritualité valdésienne, nous indiquerons simplement que son attachement à la foi individuelle, son aversion des rites et des conventions religieuses, son goût pour une relation directe à Dieu, constituent autant de points de convergence avec les convictions réformistes. Celles-ci s’accommodent bien de la vision des pratiques linguistiques personnelles qu’il porte, comme étant détachées de toute autorité extérieure, excepté celle qu’il se reconnaît lui-même. On peut lire sous ce même angle, son attachement à l’authenticité de la langue en usage qui ne se laisse pas emprisonner dans le carcan de règles édictées par des autorités humaines externes56.

  • 57 Ce discours fut prononcé en espagnol en 1536 et fut considéré par l’historiographie politique et li (...)

77Derrière l’idéologie de la langue et du savoir sur la langue, se profile donc, comme on pouvait le penser, une idéologie et une représentation du pouvoir politique. La langue comme vecteur de l’empire chez Nebrija, ainsi qu’il l’affirme lui-même dans la préface de sa grammaire castillane et la langue comme marqueur de prestige, ainsi que le met en évidence dans son prologue, Villalón, lorsqu’il évoque le fait que l’empereur Charles Quint se soit exprimé en castillan dans son discours à Rome en 153657 . La langue comme intrinsèquement rapportée à une communauté de culture et de sens chez Valdés.

Pour une grammaire des usages

  • 58 D. Trudeau, Op. cit., p. 69.

78Ainsi que le rappelle fort heureusement Danielle Trudeau, il convient de ne pas confondre le refus de la grammatisation des langues vernaculaires avec le rejet de la langue vulgaire. Dans les différentes postures possibles, se dégage l’attitude de méfiance de certains lettrés de la Renaissance envers la grammatisation normative, « réglée » (reduzir a arte) de la langue vulgaire. Pour décrire très rapidement ce positionnement, nous dirons que ces lettrés se montrent favorables à une sorte de « norme naturelle » de la langue où chaque locuteur serait en quelque sorte responsable devant la communauté de la légitimité de sa pratique et de ses usages. Ainsi, Danielle Trudeau explicite clairement cette idéologie chez Bovelles : « Bovelles reconnaît aux langues vulgaires une stabilité au niveau de leurs dialectes, une norme naturelle en quelque sorte qui rend la grammaire inutile58 ».

79Nous verrons plus avant comment, dans El diálogo de la lengua, Juan de Valdés -dont le rapport à la grammatisation des langues vernaculaires est infiniment complexe- refuse en quelque sorte toute posture de grammairien au sens latin du terme, s’affichant résolument comme un locuteur capable de raisonner de manière quasi intuitive sur une langue qu’il voit avant tout comme une somme d’usages fluctuants et mouvants. Soit une sorte de primat du « sentiment de la langue » sur « la raison réglée de la langue ».

Valdés

80Si, dans l’espace castillan, Nebrija et Villalón, ainsi qu’on vient de le voir, peuvent être considérés comme les parangons de ce courant qui aspirait à « réduire en art » le castillan, Valdés, lui, est sans conteste, la figure du courant contraire, à savoir, celui du primat de l’usage sur la règle. La lecture du Diálogo de la lengua (désormais DL) ne laisse sur ce point aucun doute. Valdés, en effet, par la voix de son personnage éponyme, s’oppose frontalement à Nebrija en disqualifiant d’emblée ou presque l’entreprise menée par celui-ci.

81En témoigne ce passage où, en réponse à Marcio qui lui demande une règle en matière d’accentuation graphique, Valdés répond :

  • 59 VALDÉS, Juan (de), Diálogo de la lengua, Madrid : Editorial Saturnino Calleja S.A., 1929, p. 82.

Valdés.– Ninguna [regla], porque ya sabeis que las lenguas vulgares de ninguna manera se pueden reducir a reglas de tal suerte que por ellas se puedan aprender […]59.

82Pour Valdés, donc, comme pour Bovelles, toute tentative qui viserait à « réduire en art » le castillan est vaine, et ce, dans les deux acceptions du terme, c’est-à-dire tout à la fois impossible et inutile, car le castillan étant constitué d’une multiplicité d’usages, nul ne saurait ramener cette multiplicité à l’unité :

  • 60 Ibid., p. 64-65.

Valdés.– Si me aveis de preguntar de las diversidades que ay en el hablar castellano entre unas tierras y otras, será nunca acabar, porque como la lengua castellana se habla no solamente por toda Castilla, pero en el reino de Aragón, en el de Murcia con toda el Andaluzia y en Galizia, Asturias y Navarra, y esto aun hasta entre la gente vulgar, porque entre la gente noble tanto bien se habla en todo el resto de Spaña, cada provincia tiene sus vocablos propios y sus maneras de dezir […]60.

83Valdés postule ainsi, que chaque sujet parlant, par le fait même qu’il la parle, possède de sa langue une connaissance qui rend toute grammaire superflue. Cela transparaît de manière très claire dans cette autre réponse que Valdés-personnage fait à Marcio, lorsque celui s’étonne qu’il n’ait pas lu El Arte de Gramática Castellana écrit par Nebrija : nunca pensé tener necesidad de él. « Réduire en art », en fait, est pour Valdès une entreprise qui n’a de sens que pour les langues sorties de l’usage. C’est ce qui ressort de cet extrait :

  • 61 Ibid., p. 35-36.

Marcio.– Maravillóme mucho que os parezca cosa tan estraña el hablar en la lengua que os es natural. Dezidme : si las cartas, de que os queremos demandar cuenta, fueran latinas, ¿tuvierades por cosa fuera de proposito que os demandáramos cuenta déllas?
Valdés.– No, que no la tuviera por tal.
Marcio.– ¿Por qué?
Valdés.– Porque he aprendido la lengua latina por arte y libros, y la castellana por uso, de manera que de la latina podría dar cuenta por el arte y por los libros en que la aprendí, y de la castellana no, sino por el uso común de hablar
[…]61.

84De là, les refus répétés du personnage Valdès lorsque ses interlocuteurs le pressent pour obtenir de lui des prescriptions. Il en donne pourtant, mais pour peu qu’on observe ces dernières, on s’aperçoit qu’elles ne forment pas un tout homogène.

85Ces prescription sont, en effet, de deux sortes. Les unes portent sur ce qu’aujourd’hui les linguistes appellent « le système » :

  • 62 Ibid., p. 75-76.

Valdés.- La segunda regla consiste en saber poner en cada vocablo su propio articulo, quiero dezir: juntar con el nombre masculino y neutro sus propios artículos y dezir: El abad de donde canta, de allí yanta, y Al ruin quando lo mientan, luego viene, y juntar con el nombre femenino los artículos femeninos, diziendo assi : La muger y la gallina por andar se pierde aina, y El polvo de la oveja alcohol es para el lobo, de manera que ni al nombre masculino pongáis articulo femenino ni juntéis con el femenino articulo masculino62.

  • 63 Ibid.

86Pour reprendre les termes de Glatigny, ces prescriptions portent sur des faits qui relèvent « de la « loi » conçue à la manière de l’ancienne physique comme une simple constatation »63 ; ce sont des prescriptions dont « la non observance est impossible » puisque les sujets parlants ne possèdent aucune marge de liberté et que les usages, toutes communautés confondues, sont nécessairement les mêmes.

87Et la « loi » s’oppose à la « règle », laquelle, puisque le locuteur peut l’enfreindre, doit être découverte par le grammairien. La morphologie des oppositions fonctionnelles de genre et de nombre que nous rencontrons dans les articles est un exemple de « loi ». Que l’on soit Castillan, Andalou, Aragonais…, l’article toujours s’accorde avec le substantif.

88Ces prescriptions de type « loi » sont peu nombreuses dans le DL. Bien moins fréquentes en tout cas que les règles qui, elles, portent sur des faits où le sujet parlant dispose d’une marge de liberté.

89Le cas de la syntaxe des possessifs en est un exemple :

  • 64 Ibid., p. 82-83.

Valdés.– Y porque me aveis preguntado de la gramática y pertenece también a ella saber juntar el pronombre con el nombre, quiero sepáis que la lengua castellana siempre quiere el pronombre delante del nombre sino es quando el nombre sta en vocativo, que stonces el pronombre sigue al nombre, de manera que, hablando bien, aveis de dezir mi señor y mi señora, mi padre y mi madre, quando están en nominativo, pero, si estos nombres están en vocativo, aveis de dezir señor mio y señora mia, padre mio y madre mia. Mas quiero sepáis que si, estando estos nombres en vocativo, ponéis el pronombre antes que el nombre, hazeis que la cortesía sea mucho menor, y de aqui es que ay muy gran diferencia de scrivir a una dama señora mia o mi señora. Porque, luego que de industria os apartáis del propio stilo de la lengua en que habláis o escrivis, mostráis tener por inferior a la persona con quien habláis o a quien escrivis64.

  • 65 Alain REY, « Usages, Jugements et prescriptions linguistiques », in : René LAGANE, Jacqueline PINCH (...)

90Le début du passage, métalangage aidant, a toute l’apparence d’une règle grammaticale « classique », mais progressivement, on voit s’opérer un glissement vers l’usage ; glissement, qui, rétrospectivement, oblige à reconsidérer la prescription du début et à en estomper le caractère obligé : puisque que certains sujets parlants disent en adresse « mi señora », c’est donc que le système ne leur fait nulle obligation de dire « señora mía ». Par conséquent, ce qui, au début, nous est présenté comme une contrainte systémique, une exigence absolue (« la lengua castellana siempre quiere »), n’en est pas véritablement une. Derrière la prescription « vocatif - possessif postposé » / « nominatif-possessif anteposé », il nous faut donc lire non pas tant une loi comme dans le cas de l’article, mais plutôt un de ces usages réguliers ou une de ces « régularités » dont parle Alain Rey dans son article Usages, jugements et prescriptions65. Ce qui est en jeu ici, c’est l’empreinte que laisse sur la langue une convention sociale.

91Ce sont bien ces usages constitués en tant qu’ils rattachent le sujet parlant à un groupe et à une communauté qui sont au cœur du DL. Et c’est à eux et à aux seuls que Valdès s’intéresse. De là, certainement, la place qu’occupent les proverbes dans le DL. Il semble que Valdés y voie une sorte de corpus où la mémoire collective aurait sédimenté les régularités de l’usage et où, conséquemment, transparaîtrait le propre du castillan (« la propriedad de la lengua castellana »). C’est en grande partie sur ce corpus qu’il fonde son « sentiment de la langue », c’est-à-dire cette intelligence intime de ce qui convient ou pas, cette reconnaissance intuitive de ce qui est conforme à l’usage « normal » ou de ce qui peu ou prou s’en écarte. Ainsi dans cet exemple :

  • 66 Ibid., p. 84.

Valdés– […] veo un cierto uso, no sé de donde sea nacido, y es que muchos dizen ponelde y embialdo por dezir ponedle y embiadlo, porque el poned y embiad es el verbo, y el lo es el pronombre ; no sé que sea la causa por que lo mezclan désta manera, yo, aunque todo se puede dezir, sin condenar ni reprehender nada, todavía tengo por mejor que el verbo vaya por si y el pronombre por si, y por esto digo : Al moço malo ponedle la mesa y embiadlo al mandado66.

92On retrouve là, le refus de « réduire en art » que nous évoquions plus haut. Il est récurrent et réapparaît aussitôt que ses interlocuteurs, qui voient en lui une figure d’autorité (« yo lo tengo por tal, que ninguna cosa escribe sin fundamento » dira de lui Pacheco) le pressent de franchir le pas qui va de l’analyse à l’énoncé de la règle, en l’incitant à transformer les raisons qui lui permettent de légitimer son usage en une prescription générale que tous se devraient d’observer sous peine de faute. Et ce refus qui, n’est pas sans lien avec ses convictions spirituelles, s’entend, car la généralisation vers laquelle ses interlocuteurs veulent l’entraîner est contraire à cet éventail d’usages qu’il perçoit et qu’il considère être la langue. De là, sa décision, corollaire de ce refus, de ne rendre compte que de son propre usage (« no me obligué sino a daros cuenta de mis cartas», « no os digo yo lo que otros hacen, sino lo que yo procuro guardar »).

93N’oublions pas toutefois que l’usage de Valdés est celui d’un lettré. On ne s’étonnera donc pas qu’il ait parfois recours aux analyses « classiques » pour en rendre raison. Mais on aurait tort pourtant de s’y laisser prendre : en dépit de la connaissance des grammaires latine et grecque que ces analyses font apparaître, en dépit du métalangage que l’on peut y lire et qui tend à faire pencher la balance du côté de « l’objectivité », Valdès souligne toujours le caractère « subjectif » de ses observations. Entendons par là que le sujet parlant et pensant qu’il est, demeure, pour ainsi dire, toujours présent. Et il y apparaît le plus souvent sous la forme d’un « yo » associé à des verbes de croyance (« creo, pienso… ») ou à des formules d’opinion (« tengo por mejor, tengo por bueno, me parece bien, a mi ver… »). La conséquence en est que ses observations et ses remarques apparaissent bien souvent comme un simple point de vue, le point de vue d’un sujet parlant du début du XVIe siècle : « criado en el reino de Toledo y en la corte de España », même s’il est vrai que ces deux qualifications lui confèrent, dans l’opinion, une autorité qu’il se refuse à assumer.

94C’est essentiellement par ce prisme « temporel », « géographique » et « social » que Valdès observe, justifie et valorise son usage en adoptant pour critère principal celui de la conformité de sa pratique personnelle à l’usage « normal » de sa communauté.

  • 67 Ibid., p. 94-95.
  • 68 Ibid., p. 106.

Marcio.– Vanedad o vanidad, envernar o invernar, escrevir o escrivir, aleviar o aliviar, desfamar o disfamar, etc.
Valdés.– Si bien aveis mirado en ello, en todos essos pongo yo siempre i y no e porque me parece mejor, y porque siempre lo he usado assí
[…]67.

Marcio.– ¿Tenéis por bueno lo que algunos hazen, especialmente scribiendo libro, poniendo una v que parece superflua, donde, por dezir yo os diré, dicen yo vos diré, y dizen también porque vos hablen, por porque os hablen?
Valdés.– Si lo tuviese por bueno, usarialo, pero por esso no lo uso, porque no lo tengo por tal; y essa tal v nunca la veréis usar a los que ahora escriven bien en prosa, bienque, a la verdad, yo creo que sea manera de hablar antigua
68.

95On comprend dès lors que tout ce qui pour lui a existé de tout temps, lui semble acceptable (« siempre lo he usado así ») et, inversement, qu’il prenne ses distances avec des pratiques pour lui obsolètes (« yo creo que sea manera antigua de hablar »). Comme on le voit, Valdès, dans ses analyses, adopte parfois la posture d’un diachronicien ; cela apparaît nettement dans la partie consacrée aux vocables, à tel point d’ailleurs que Coriolano s’étonnera de l’entendre dire que les mots « vieillissent ». On comprend de même que les pratiques de tous les locuteurs castillans ne trouvent pas nécessairement grâce à ses yeux :

  • 69 Ibid., p. 164.
  • 70 Ibid., p. 178.

Por levantar, se solía decir erguir, pero ya es desterrado del bien hablar, y lo usa solamente la gente baxa 69.
Si pensasse mucho en ello [los vocablos que no le contentan], todavía me acordaría de otros, aunque, como no los uso, no los tengo en la memoria; y de los que os he dicho heme acordado por averlos oído dezir quando caminava por Castilla, porque en camino, andando por mesones, es forçado platicar con aldeanos y otras personas grosseras70.

96Au sein même de sa communauté, il distingue des pratiques qu’il juge « grossières » et d’autres qui, de toute évidence, lui semblent plus « prestigieuses ». Les premières, dans lesquelles bien sûr il ne se reconnaît pas, sont celles des gens de peu.

97Quant aux secondes qui, en toute logique, coïncident avec les siennes, elles correspondent à l’usage écrit des gens de bien :

  • 71 Ibid., p. 114.
  • 72 Ibid., p. 91.
  • 73 Ibid., p. 96.
  • 74 Ibid., p. 106.

Valdés.– yo siempre he visto que usan la h los que se precian de escrivir el castellano pura y castamente71.
Valdés.– he mirado que assí escriven en Castilla los que se precian de scrivir bien72.
Valdés.– creo cierto, hazen lo mesmo los que scriven con cuidado
73.
Valdés.– Si lo [emploi du pronom atone « vos »] tuviese por bueno, usarialo; pero por esso no lo uso, porque no lo tengo por tal; y essa tal v nunca la veréis usar a los que ahora escriven bien en prosa, bien que, a la verdad, yo creo que sea manera de hablar antigua74.

98Le dernier exemple est intéressant. Il se trouve au milieu de l’œuvre, mais il annonce par cette expression « en prosa » (première occurrence) la dimension stylistique du langage dont il sera question à la fin du DL. Une dimension à laquelle la linguistique s’intéressera bien des siècles plus tard (Bailly, Barthes, Jakobson).

99Reste que, le castillan, prestigieux ou non, parlé par les habitants de la Castille, sera toujours préférable à celui parlé par les non-Castillans de la péninsule. La pique, bien connue, qu’il lance à Nebrija repose sur ce critère « géographique » qui renvoie à une perception des variations phonétiques :

  • 75 Ibid., p. 151.

¿No os tengo dicho que, como aquel hombre no era castellano, sino andaluz, hablava y escrivia como en Andaluzia, y no como en Castilla?75

100Les Andalous, bien sûr, ne sont pas les seuls à subir sa réprobation :

  • 76 Ibid., p. 122.
  • 77 Ibid., p. 106-107.

Hallareis también una h entre dos ees, como en leher, veher, pero désto no curéis, porque es vicio de los aragoneses, lo qual no permite de ninguna manera la lengua castellana76.

[…] pero aveis de notar que la mayor parte déste error nace de los vizcaínos, porque jamas aciertan quando an de poner la una letra o quando la otra77.

101Deux remarques à propos de ces exemples.

102Il a été indiqué précédemment que les mots « vicio » et « error » se rencontraient très fréquemment dans la Gramática castellana de Nebrija. Comme on peut l’imaginer, ils apparaissent bien moins dans le DL. Pour dire le vrai, ils apparaissent même très peu : on ne compte pour chacun d’eux que trois occurrences dans la bouche de Valdès-personnage.

103Par ailleurs, le premier exemple est amusant. Alors qu’il condamne l’emploi du « » pour marquer le hiatus entre deux voyelles palatales – emploi qui existe bel et bien chez certains locuteurs –, un peu plus tôt dans l’œuvre, il avait reconnu que si l’usage avait été celui-là, il n’aurait eu aucun inconvénient à élider l’article féminin devant un « a » tonique.

104De ce bref aperçu de la position de Valdés, il importe de retenir que la place qu’il accorde à cette réalité observable que sont les usages, rend sa démarche éminemment moderne, car cette attention portée aux usages le conduit à placer au centre du langage un sujet parlant conscient de son activité et à nous offrir de la langue une image qui relève bien plus de la phénoménologie que de la construction théorique.

105Et ce qui frappe, ce qui est extraordinaire -pour un linguiste au moins- c’est que Saussure (non pas celui du Cours de Linguistique Générale mais celui des écrits qui l’ont précédé), bien des siècles plus tard, dans ses cahiers manuscrits, se fera en quelque sorte l’écho de cette posture valdésienne. Laissons le dernier mot au maître de Genève :

  • 78 SAUSSURE, Ferdinand (de), Écrits de linguistique générale, Simon BOUQUET, Rudolf ENGLER (éd.), Pari (...)

La conquête de ces dernières années est d’avoir enfin placé […] tout ce qui est langage et langue à son vrai foyer, exclusivement dans le sujet parlant, soit comme être humain soit comme être social78.

Réinventer le castillan à partir du latin et/ou du grec. Regards sur la construction d’un objet hybride et étude de cas : les conjonctions

Un cadre de description fondé sur le système casuel

106Dans cette dernière partie de notre exposé, nous nous intéresserons aux opérations de description menées par les lettrés-grammairiens des langues vernaculaires ayant choisi de « réduire en art » leur langue maternelle. En lien avec nos préoccupations initiales, nous nous attacherons à examiner comment s’effectue la description de la langue, c’est-à-dire selon quelles modalités le lettré latin/gréco-latin qui entreprend cette démarche va s’organiser pour décrire la langue vulgaire, à partir d’outils qui ne sont pas nécessairement adaptés à cette langue. Ceci afin de répondre à la question que nous nous posions en introduction : qu’est-ce qui est vu exactement de cette langue castillane, sachant qu’elle est abordée à travers le prisme de la langue latine, et aussi parfois, de la langue grecque ? Quels déplacements sont opérés au cours des siècles sur cet objet « langue castillane » et quelles représentations nous en sont données ?

107De façon schématique, voilà ce que nous pourrions dire d’emblée de ces opérations : de manière fondamentale, il s’agit d’établir un système d’équivalences entre le latin et/ou le grec et la langue vulgaire. Pour bien comprendre ce qu’il en est, on peut prendre l’exemple de l’élaboration de l’Ars de Priscien. En effet Priscien, lorsqu’il écrivit les Institutiones gramaticae, naviguait entre le grec et le latin, lequel latin avait alors le statut de langue seconde. Ainsi la description que Priscien a proposée du latin n’était pas exempte de « calques » de la description du grec, de même qu’il n’a pas manqué non plus de soumettre le grec aux spécificités latines. Les critiques ont bien souligné le caractère bilingue de sa grammaire, tout autant que la création, par la description effectuée, d’une entité linguistique à cheval entre le grec et le latin :

  • 79 Frédérique BIVILLE, « Les Insitutions de Priscien, une grammaire et une culture bilingues », Des fo (...)

Dans cette grammaire latine de la fin de l’Antiquité […], les Grecs et le grec occupent curieusement une place considérable […]. Tous ces phénomènes de parallélisme, de similitude, de transfert, de communautés de bien et de réversibilité, concourent à former une entité qui n’est plus à proprement parler ni grecque ni latine mais qui se trouve à l’intersection des deux langues, tout en se superposant à elles. C’est en cela que réside le ‘noyau dur’ du bilinguisme. Le grec et le latin sont si intimement liés dans la pratique linguistique et dans la réflexion grammaticale de Priscien, qui peut sans difficulté passer spontanément d’une langue à l’autre, qu’ils finissent par ne faire plus qu’un, par constituer une entité qui dépasse la spécificité des deux langues et des deux cultures79.

108Il est question ensuite d’insister sur les ressemblances entre les deux langues, d’une part, parce qu’il faut pour le prestige de la langue (argument lié au pouvoir), exhiber sa similitude avec le latin, et d’autre part, comme le dit Bernard Colombat, parce qu’il n’est pas si aisé de se détacher du modèle d’apprentissage, qu’on dénommera à la suite de Sylvain Auroux, « grammaire latine étendue » :

  • 80 Bernard COLOMBAT, « L’héritage du modèle latin dans les grammaires françaises à la Renaissance », D (...)

On ne s’abstrait pas facilement d’un modèle qui a façonné le cadre de votre pensée. On pourrait penser que les différences entre les langues sautent aux yeux : or le pédagogue, conditionné par un cadre descriptif différent, les voit sans doute moins aisément qu’on ne pourrait le croire. En tout cas, la tendance dominante, peut-être plus dans les grammaires pratiques, dont la tâche est avant tout de faciliter l’apprentissage, est de tenter de réduire ces divergences, en mettant en avant les similitudes. C’est de dire : « C’est la même chose », sous-entendu : « C’est facile, puisque c’est la même chose ». Les Latins l’avaient fait par rapport au grec (cf. Desbordes 2007), nous ne sommes pas étonnés que les Français reproduisent le même schéma80.

109On comprend, dès lors, que de cette attitude découle une difficulté, non seulement à décrire, mais aussi à voir, ce qui n’existe que dans la langue vernaculaire, ce qui fonde sa spécificité. La langue vernaculaire est perçue à travers la grille des catégories morphosyntaxiques latines. On est en droit alors de s’interroger sur ce qui est réellement décrit, sur l’objet-langue qui en résulte.

110Pour contourner cet embarras, la tendance est à la manipulation des exemples latins (d’où le recours à l’antique théorie de l’ellipse) pour forger des similitudes et faire coïncider les objets « langue ancienne/langue castillane ». Là où la grammaire latine fait défaut, on recourt à des comparaisons avec d’autres langues, telles que le grec, ou même, d’autres langues vulgaires.

  • 81 Valérie RABY, La proposition dans la Grammaire générale française (1660-1803), 2000, p. 45. Thèse d (...)
  • 82 Ibid.

111Il en résulte une langue que l’on pourrait qualifier de latino-castillano-romane. En voici quelques exemples concrets. Par ses descriptions de la langue latine, comme langue liée au grec, Priscien a suggéré que l’article (qui existe en grec) se transforme selon les cas. Il a ainsi fait émerger l’idée qui a été maintes fois reprise au moyen âge selon laquelle le cas du substantif de la langue vulgaire est marquée par l’article. Valérie Raby a mis en évidence, dans son étude sur l’impersonnel dans les grammaires des langues romanes au XVIIsiècle, à propos du français, de l’espagnol et de l’italien, que « dans l’opération de transfert au français de la division des verbes impersonnels latins, les critères d’identification des deux types d’impersonnel se déplacent de la morphologie verbale [latin] vers la forme pronominale préposée [français] : il ou on auxquels peuvent s’adjoindre ils et se »81. Elle signale, en revanche, que « les équivalents castillans de l’impersonnel latin sont […] bien analysés comme des formes actives dans les grammaires espagnoles de Nebrija et de Sanctius »82.

112En revanche, on note chez Nebrija une contradiction curieuse, montrant le caractère instable des catégories et leur caractère fluctuant. Alors que Nebrija ne reconnaît pas, dans sa grammaire latine, de verbes impersonnels en latin, dans sa Gramática castellana, il parle de verbes impersonnels en latin :

  • 83 Nebrija, A. (de), op. cit., p. 112.

Assi como en muchas cosas la lengua castellana abunda sobre el latin: assi por el contrario, la lengua latina sobra el castellano. como en esto dela conjugacion: el latin tiene tres bozes activa. verbo impersonal. passiva. El castellano no tiene sino sola el activa83.

  • 84 B. COLOMBAT, « À propos de la « grammaire latine étendue ». Quelques remarques sur les contrecoup (...)
  • 85 Ibid.
  • 86 Ibid.

113Par ailleurs, Bernard Colombat a montré comment « les grammaires du latin ont adapté leur description avant même la grammatisation des vernaculaires »84. Il prend le cas de Sanctius, surnommé El Brocense, et de son analyse de l’ablatif latin dont il fait « exclusivement un cas qui doit s’utiliser derrière une préposition exprimée ou sous-entendue »85, trouvant ainsi « le moyen de faire correspondre aisément les syntagmes prépositionnels avec les groupes à l’ablatif en latin »86. De même, est inventé un ‘relatif de liaison’ en latin pour faire correspondre la relative latine (qui a un fonctionnement autre) à celle de la relative française.

114Faire de l’ablatif latin, le cas de la préposition, c’est donner une description que l’on pourrait dire « déviante » de la langue latine, en proposer une vision qui pourrait s’avérer fallacieuse dans la mesure où la préposition n’a de relief, de statut privilégié que dans les langues qui, comme les langues romanes, ont perdu leur système casuel. Inversement aborder l’article comme le cas du substantif (nominatif), c’est transformer le français ou l’espagnol en langue possédant un système casuel.

115Jean Stéfanini, en étudiant l’émergence de la notion de complément, a permis de comprendre comment la persistance du cadre de la déclinaison a empêché de décrire la structure des langues romanes :

  • 87 Jean STÉFANINI, « La notion de complément chez les grammairiens », in : René LAGANE, Jacqueline PIN (...)

[…] comment on est passé du concept (approfondi par les modistes) de régime, d’accrochage mécanique d’un terme à un autre dans une analyse linéaire du discours, à celui d’un apport d’information, d’un élément indispensable ou utile à un ensemble », ce qui permet de comprendre « pourquoi la déclinaison, même quand, avec Pillot, on en nie l’existence en français, demeure le cadre
normal (219) de l’étude des fonctions, dans les classes, jusqu’à la grammaire de Wailly (700), pourquoi il a fallu près de deux siècles pour distinguer l’article défini des prépositions à et de (440-441) et bien plus longtemps pour l’intégrer au groupe des déterminants du nom87.

116Ces divers exemples que l’on pourrait multiplier suffisent à réaffirmer comment le point de vue sur l’objet crée l’objet, le figure, le re-figure. La langue n’est jamais que ce que nous en faisons et rien, dans les descriptions que nous en donnons, n’y est immuable. Nous le verrons plus clairement avec l’exemple des conjonctions. Nous nous attacherons à montrer comment cette « catégorie », souvent tenue pour mineure, a été maintes fois définie et redéfinie jusqu’à devenir pour la pragmatique, au moins en partie, un pivot dénommé « connecteurs ».

Étude de cas : les conjonctions

117S’intéresser à la catégorie des conjonctions et à son histoire, c’est réfléchir à la fois à la discontinuité et à la continuité. Parler de « discontinuité » s’explique par le fait que l’examen des descriptions que l’on a données, au fil des siècles, pour cette catégorie montre que tous les grammairiens ne voient pas l’objet « conjonction » de la même façon. Et les objets décrits dans les grammaires espagnoles entre le XVe et le XVIIIe siècles semblent parfois très différents de ce qu’en disent les pragmaticiens aujourd’hui. La description de la conjonction pero, rangée par Correas parmi les « conjunciones condizionales » avec « si » ou « como » si, n’a pas grand-chose à voir avec celle qu’en proposent de nos jours les pragmaticiens fortement influencés par les travaux d’Oswald Ducrot sur « mais » dans le cadre de la théorie de l’argumentation dans la langue élaborée avec Jean-Claude Anscombre. Quant à la continuité, elle est à appréhender au travers des liens existant entre grammaire et pragmatique. Sylvain Auroux, dans son article intitulé « Où naît la pragmatique » déclare la chose suivante :

  • 88 S. Auroux, « Présentation : où naît la pragmatique ? », in : Histoire Épistémologie Langage, 20 (1) (...)

La pragmatique a fait l’objet, ces dernières années, d’interprétations oscillant entre ces deux défauts. D’un côté, on ne pouvait s’empêcher de saluer le génie d’Austin (1955) comme un point de départ absolu ; de l’autre, on n’a pas manqué de faire remarquer que le philosophe avait quantité de « précurseurs », depuis l’Antiquité jusqu’à la première moitié de notre siècle88.

118Irène Rosier-Catach pense, elle aussi, qu’il y a des ponts à établir entre grammaire et pragmatique :

  • 89 Irène ROSIER-CATACH, « Éléments de pragmatique dans la grammaire, la logique et la théologies médié (...)

Certains aspects de la pensée linguistique médiévale méritent certainement de figurer dans une histoire générale de la pragmatique89.

119En outre, devant la tendance des premières grammaires des langues vernaculaires à considérer ensemble les conjonctions, les adverbes et les prépositions, autrement dit les « petits mots » de la langue, il est difficile de ne pas songer aux « mots du discours » de Ducrot et à la vaste catégorie un peu « fourre-tout » des marqueurs du discours (« marcadores del discurso ») créée par les pragmaticiens.

120La grammaire comme discipline autonome n’existe pas avant le premier siècle avant J.C. Les premières réflexions linguistiques nous viennent des philosophes de l’Antiquité. Après quelques rappels sur le statut de la conjonction dans la pensée linguistique antique, nous nous intéresserons à quatre grammaires importantes : la Gramática de la lengua castellana, de Antonio de Nebrija (1492) ; la Gramática castellana, de Cristóbal de Villalón (1558) ; el Arte grande de la lengua castellana, de G. Correas (1626) ; la première Gramática de la lengua castellana, de la Real Academia Española (1771).

121Les termes « conjonction » en français et « conjunción » en espagnol viennent du latin conjunctio, qui est une traduction du grec συνδεσμος (sundesmos). Aristote est le premier à envisager la conjonction d’un point de vue linguistique, dans le chapitre 20 de sa Poétique. Précisons que cette appellation désigne non seulement les conjonctions de coordination et de subordination mais aussi certaines particules de liaison. La définition qu’il en donne est problématique car le texte est corrompu :

  • 90 ARISTOTE, La Poétique, Roselyne DUPONT-ROC, Jean LALLOT (trad.), Paris : Seuil, 1980, 1456b38-1457a (...)

La conjonction est une voix non signifiante qui n’empêche ni ne cause la formation d’une voix unifiée signifiante se composant par nature de plusieurs voix … aux extrémités ou au milieu ; on ne peut la placer au début d’un énoncé pris isolément : ainsi par exemple : men, ètoi, de. Ou bien une voix non signifiante qui, à partir de plusieurs voix, mais signifiantes, cause par nature la formation d’une voix signifiante unifiée90.

122Toutefois, Catherine Émond, s’appuyant sur différents commentateurs, en propose l’interprétation suivante :

  • 91 Catherine ÉMOND, La genèse d’une classe de mots : la conjonction dans la tradition (pré-)grammatica (...)

Si cette interprétation est exacte, ce qu’Aristote dit, en somme, c’est que la conjonction ne contribue en rien à la formation des mots (première partie de la définition), mais que sa fonction s’exerce sur le plan de la formation d’énoncés (deuxième partie de la définition). Les conjonctions sont ainsi considérées en premier lieu sur le plan morphologique, où elles sont distinguées des lettres et des syllabes, puis sur le plan syntaxique, où leur rôle unificateur dans l’énoncé est souligné91.

123Lorsqu’Aristote affirme que la conjonction est une unité « non signifiante », il fait référence à la signification lexicale. A cette époque, en effet, la signification est essentiellement référentielle. Cela dit, dans La Rhétorique, il reconnaît la conjonction comme un élément indispensable à la rectitude du langage et, dans De l’interprétation, comme un facteur de cohésion de l’énoncé.

124Avec les Stoïciens, la conjonction devient une partie du discours à part entière. Ils la définissent, au plan formel, par son caractère indéclinable et, au plan fonctionnel, par sa capacité à joindre entre elles des parties du discours. Les Stoïciens se placent dans une perspective logique et ce sont les propositions (définies comme ce qui est vrai ou faux) qui constituent leur objet d’étude. Ils vont ainsi élaborer une typologie des propositions complexes en fonction des conjonctions qui unissent les deux propositions, mais ils ne se posent pas la question d’une possible signification de la conjonction. Celle-ci, en soi, n’est pas un objet d’étude.

125L’influence de cette approche logique sera très importante sur les premières grammaires des langues vernaculaires en Europe, du fait de l’influence de Denys le Thrace, notamment.

126Venons-en maintenant aux grammaires du castillan. Pour chacune d’entre elles, plusieurs questions se posent : la conjonction est-elle reconnue comme une partie de discours autonome ? Comment est-elle désignée ? Quel est son rôle ? Enfin, la grammaire présente-t-elle une typologie des conjonctions ?

Les parties du discours

127Si les quatre grammaires emploient le terme « conjunción », héritage de la tradition gréco-latine, elles n’accordent pas toutes la même importance à ces unités.

128Dans sa grammaire, Nebrija pose l’existence de dix parties du discours, la dixième étant la conjunción. Sa perspective est résolument syntaxique : il s’intéresse au « mode de signifier », autrement dit aux propriétés des unités, pas à la signification. Même s’ils les désignent par le terme « partezillas », porteur d’un suffixe diminutif, il n’en reste pas moins que Nebrija ne fait pas allusion à une quelconque hiérarchisation entre des parties du discours plus nobles que d’autres. Le fait de ne pas distinguer entre parties déclinables et parties indéclinables va dans ce sens. En effet, derrière ce critère qui semble purement morphologique, on retrouve la hiérarchisation sémantique entre les mots déclinables qui ont une signification propre et les mots indéclinables qui sont vides de sens, entre les dictio definitae et les dictio indefinitae d’Abélard.

Tableau 1 : les parties du discours

Nebrija 1492

Villalón 1558

Correas 1626

GRAE 1771

10 parties du discours

3 parties du D.

3 parties du D.

9 parties du discours

1. Nombre
2. Pronombre
3. Artículo
4. Verbo
5. Participio
6. Gerundio

7. Nombre participial infinito
8. Preposición
9. Adverbio
10. Conjunción

1. Nombre
2. Verbo
3. Artículos
. Adverbios
. Preposiciones
. Interjección
. Conjunción

1. Nombre
2. Verbo
3. Partícula
. Preposición
. Adverbio
. Conjunción
. Interjección

1. Nombre.
2. Pronombre.
3. Artículo.
4. Verbo.
5. Participio.

6. Adverbio.
7. Preposición.
8. Conjunción.
9. Interjección

partezillas

. Artículos”
. partes menos principales

. Partículas

. “indeclinables

. “invariables”

  • 92 VILLALÓN, op. cit., [51]

129Soixante-six ans plus tard, Villalón se positionne bien différemment. Il ne distingue que trois parties du discours : le nom, le verbe et les articles, catégorie dans laquelle il range les adverbes, les prépositions, les interjections et les conjonctions. Dans ces conditions, la conjonction perd, de facto, son autonomie, sa visibilité et fait partie des unités qui sont explicitement considérées comme « partes menos principales »92.

130Villalón en donne une définition sémantique :

  • 93 Ibid, [48].

Es de notar, que tambien usa la lengua Castellana de muchos vocablos y diçiones para manifestar el hombre sus conçibimientos y affectos del alma, los quales ni son nombres, ni verbos, ni pronombres93.

  • 94 Ibid, [11].

131Il sépare ainsi les mots qui servent à l’expression des affections de l’âme, les indéclinables, de ceux qui ont des capacités référentielles, les déclinables. On remarquera que Villalón qui prétendait pourtant « dar arte para el puro Castellano muy desasido del latin »94 va paradoxalement emprunter le terme « indeclinable » à la terminologie forgée pour décrire le latin et l’appliquer au castillan, tout en affirmant que le castillan n’a pas de déclinaisons.

132Au XVIIe siècle, Correas propose, lui aussi, trois parties du discours. Il utilise le terme partícula pour désigner la troisième partie qui est constituée des mêmes sous-catégories que celles qu’identifie Villalón. La conjonction est également désignée par le terme « partezillas ».

133Même s’il semble très proche de Villalón, Correas, nous le verrons plus loin, fera montre d’un vrai intérêt pour ces unités et en présentera une typologie, chose que ne fait pas Villalón.

134On notera également que Correas abandonne le terme « indeclinable » et parle de « palabra invariable », prenant ainsi ses distances avec la terminologie grammaticale forgée pour le latin.

135Dans la première grammaire de la Real Academia Española (GRAE, 1771), les conjonctions retrouvent une autonomie, une visibilité, puisque qu’elles constituent une des neuf parties du discours recensées par les académiciens. Ceux-ci n’établissent pas de hiérarchie entre les parties. Pour les conjonctions, le critère d’invariabilité n’est pas mentionné, mais curieusement, le terme indeclinable refera son apparition dans la Gramática de la RAE (GRAE) de 1796.

Les remarques sur la morphologie

136Les remarques sur la morphologie sont révélatrices de l’attention qui est portée ou non par les grammairiens à ces unités. Nebrija distingue les conjonctions « senzillas » et celles qu’il reconnaît comme composées, que les constituants soient morphologiquement soudés (porque) ou non (por ende). Il donne ainsi deux exemples de chacune d’entre elles.

137Les grammaires de Villalón et de Correas ne contiennent pas de remarques morphologiques en dehors du caractère indéclinable/invariable évoqué précédemment, dont on a vu qu’il n’était pas uniquement morphologique.

138La GRAE distingue, à l’instar de Nebrija, les conjonctions qu’elle appelle « simples » et les conjonctions dites « compuestas », mais innove en ajoutant les « expresiones que constan de dos, ó mas voces separadas, y sirven como de conjunciones para trabar palabras ». C’est la première fois que sont mentionnées explicitement ce qui sera considéré plus tard comme des locutions conjonctives, preuve d’un regard plus affuté qui, au-delà des différences morphologiques, reconnaît un seul et même fonctionnement. La catégorie intéresse visiblement davantage les grammairiens à cette époque.

Tableau 2 : les remarques morphologiques

Nebrija

Villalón

Correas

GRAE 1771

. senzilla : que, ende ;
. compuesta (porque, por ende)



. Simples son las que constan de una sola palabra, como: y, é, ó, ú, ni, que, ya, mas, pero, quando, si, pues, mientras.
. Compuestas son las que constan de dos palabras separables por naturaleza, pero unidas por el uso, como son: porque, sino, puesque, aunque, asíque.
. Otras expresiones hay que constan de dos, ó mas voces separadas, y sirven como de conjunciones para trabar palabras, como son las siguiente: aun quando, á la verdad, á saber, esto es, á menos que, con tal que, fuera de esto, entre tanto que, mientras que, dado que, supuesto que, como quiera que, donde quiera que, y otras semejantes.

Le rôle des conjonctions

139L’intérêt ou le désintérêt pour les conjonctions se mesure également à la présence ou non d’une typologie. Toutes les grammaires commencent par affirmer le rôle de connexion joué par les conjonctions (« aiunta », « liga », « junta », « traba », …), souvent en se fondant sur l’étymologie du terme (Nebrija, Villalón, Correas). On leur reconnaît une fonction syntaxique.

Tableau 3 : le rôle des conjonctions

Nebrija 1492

Villalón 1558

Correas 1626

GRAE 1771

.  “aiunta et ordena alguna sentencia”;
. “llama se conjunción, por que aiunta entre sí diversas partes de la oración”. 

. “Ay otras palabras en la lengua Castellana que el latino llama Conjun-çiones: porque ayuntan y ligan una diçion con otra en la clausula en que se ponen”.

. “es una partezilla que junta en uno partes diversas, es que Palabas i Oraciones; i por este juntar se llama conjuncio-nes”. (p. 219)

. “CONJUNCION es una palabra que sirve para juntar, atar ó trabar entre sí las demás partes de la oración”. (p. 222).
. “Las conjunciones no solo sirven para unir ó trabar palabras, sino tambien para unir unas oraciones y sentencias con otras”.

Présence ou absence d’une typologie

140Les grammaires de Nebrija, Correas et la RAE proposent ensuite une typologie des conjonctions. En ce qui concerne Villalón, il ne consacre en tout et pour tout, dans sa grammaire, que huit lignes aux conjonctions. C’est dire l’intérêt qu’il leur porte. Il n’en propose aucune typologie. Sur les six exemples qu’il donne (y, ni, tambien, o, juntamente, con), seuls deux sont actuellement reconnues comme des conjonctions, mais tous ont comme point commun, l’idée d’ajout, sémantique ou syntaxique. On pourrait penser qu’il y a un vrai paradoxe quand il affirme, comme il le fait que « Toda la dificultad de la lengua castellana está en saber bien ordenar una cláusula » et qu’il ne reconnaît que si peu d’unités servant à unir des parties du discours. Mais ce serait oublier que Villalón est un héritier de la tradition grammaticale gréco-latine qui a fait du nom et du verbe les pivots de la phrase. Les autres unités méritent d’être mentionnées, mais guère plus. Il y a un vrai hiatus entre le Villalón usager de la langue qui structure son discours grammatical à grand renfort de conjonctions comme porque, pues, pero, para que, aunque, etc. et le Villalón grammairien qui décrit sa langue en occultant toutes ces unités. Nous avons là une bonne illustration de la façon dont le filtre des convictions grammaticales opère et fait que l’objet « langue » décrit ne correspond pas à la langue parlée.

141La typologie de Nebrija est très embryonnaire : il distingue cinq catégories pour lesquelles il ne crée pas de termes spécifiques. Il mêle les critères syntaxique (« para aiuntar palabras ») et sémantique (« para desaiuntar las sentencias », « para dar causa »). La quatrième catégorie (« para concluir ») est intéressante. Elle semble faire écho au verbe « ordena » employé dans la présentation générale (« aiunta et ordena alguna sentencia »), verbe que l’on ne trouve que sous la plume de Nebrija, il ne sera jamais repris par les grammaires suivantes. Nebrija semble avoir l’intuition qu’il y a des conjonctions qui indiquent que le locuteur approche de la fin de son discours ; cela préfigure peut-être la catégorie des ordenadores del discurso. La dernière catégorie, celle qui sert à continuer le discours (« para continuar »), est problématique dans la mesure où Nebrija indique qu’en réalité toutes les conjonctions pourraient faire partie de cette catégorie. On voit là toute la difficulté que rencontre Nebrija à distinguer entre une fonction primaire, syntaxique qui concerne toutes les conjonctions (ajouter une mot, une proposition, une phrase et en ce sens continuer le discours) et une fonction secondaire, sémantique, propre à chaque catégorie.

142Dans les grammaires de Correas et de la RAE, la typologie a évolué. Correas distingue cinq catégories, la RAE en reconnaît quatre. On constate un effort pour nommer les catégories (copulativas, disjuntivas, adversativas, causales, condizionales, et continuativas) et pour donner de nombreux exemples. On retrouve certains termes utilisés par les Stoïciens dans leur typologie des propositions complexes. Ces derniers distinguaient en effet sept types de propositions complexes, dont notamment les conditionnelles, les disjonctives et les causales. Correas reprend sous l’appellation « continuativas » la cinquième catégorie de Nebrija avec la même difficulté à définir ce que cette catégorie a en propre. La catégorie des « condicionales » est peu convaincante : on trouve, à côté d’unités qui expriment clairement la condition, des unités comme mas, pero, empero ou encore aunque. La RAE résout ce problème en ajoutant la catégorie des adversativas. La catégorie des « continuativas » perdure et il n’est plus dit que toutes les conjonctions sont continuativas. La GRAE de 1796 ajoutera les comparativas et les finales.

Tableau 4 : Typologie des conjonctions

Nebrija 1492

Villalón 1558

Correas 1626

GRAE 1771

“Las significaciones de la conjunción son diversas: unas para aiuntar palabras et sentencias, como diziendo: el maestro lee, et el dicípulo oie, esta conjunción ’et’ aiunta estas dos cláusulas, cuanto a las palabras, et cuanto a las sentencias. Otras son para aiuntar las palabras et desaiuntar las sentencias, como diciendo: el maestro o el dícípulo aprovechan, esta conjunción o aiunta estas dos palabras maestro, dicípulo, mas desaiunta la sentencia, por que el uno aprovecha et el otro no. Otras son para dar causa, como diziendo: io te enseño, porque sé, porque da causa de lo que dixo en la primera cláusula. Otras son para concluir, como diziendo, después de muchas razones: Por ende, vosotros, bivid casta mente. Otras son para continuar, como dizien-do: io leo mientras tú oies, io leeré cuando
tú quisieres, tú lo harás como io lo quisiere
, estas conjunciones mientras, cuando, como, continúan las cláusulas de arriba con las de abaxo. et en esta manera todas las conjunciones se pueden llamar continuativas”.

… ayuntan y ligan una diçion con otra en la clausula en que se ponen. Como esta letra y. Como dezimos Juan y Pedro comieron. Y otras semejantes a estas qua cada qual que enello mirare hallara. Y estas palabras, ni, tambien, o, juntamente, con.

“… las mas ordinarias son Copulativas, Disjun-tivas, Causales ó razionales, Condizion-ales, Continuativas, i otras menos principales que no importa distinguirlas…”
Copulativas qe juntan palabras i sentencias son ê, î, tambien, i tambien, i aun
Disjuntivas, qe juntan palabras i dividen sentencias, son o, u, ni”.
Causales i Razionales, qe dan razón i causa, son: ca, qe, por qe, por ende, por tanto, pues, pues qe, ansi qe, enzima, onde, luego, por eso i por tanto, es a saber, conviene a saber”.
Condizionales, qe dizen condizion, como Si tú hizieres eso, yo haré estotro.
Son si, como, como si, aunque, dado qe, qe, puesto qe, puesto caso qe, maguer, maguer qe, maguera, pues, pues qe, mas, si, pero, empero, ántes, siqier, siqiera, con tal qe, si qe, besiqi.
Continuativas, son mientras, cuando, como, con tal, con tal qe. Qe también continúa cuando es Partícula”.
“…i aun todas las Conjunciones se podían llamar Continuativas como dije antes”

“Las conjunciones se dividen en copulativas, disyuntivas, adversa-tivas, condicionales, causales, continuativas.”
Copulativas son las que juntan sencillamente una palabras con otras como: y, é, ni, que: v.g. Pedro y Juan: reir y llorar”.
Disyuntivas, son las que denotan alternativa entre las cosas, como ó, ú, ya : v.g. Juan, ó Francisco, tú ó yo, entrar ó salir”.
Adversativas, son las que sirven para expresar alguna oposición ó contrariedad entre las cosas ó acciones, ó para corregir ó limitar su significacion, como mas, pero, quando, aunque, bien que: v.g. quisiera correr mas no puedo: el dinero hace ricos, pero no dichosos: quando eso sea, no lo creo: no haría yo una injusticia quando me importára un tesoro : el juez, aunque severo, es justo: la virtud, bien que perseguida, es amable.
Condicionales son las que envuelven alguna condicion, ó denotan necesidad de alguna circunstancia, como si, sino: v.g. puedes venir si quieres: si aspiras á ser docto, estudia: sino estudias, serás ignorante”.
Causales son las que expresan causa ó motivo, como porque, pues, pues que : v.g. no pudo asistir porque estaba ausente: sufre la pena pues lo quieres: bien lo habrá examinado pues que lo ha resuelto”.
Continuativas son las que sirven para continuar la oracion, como mientras, pues, así que: v.g. yo velaba mientras él dormia: digo, pues, que salí de aquel peligro: asíque, como ya queda visto, no tuvo razón para ausentarse”.

143En résumé, nous pouvons faire observer que le choix d’une approche plus logique que grammaticale, dans laquelle le verbe et le nom ont une place prépondérante, a rendu invisibles les conjonctions. Cela transparaît clairement chez Villalón : s’il reconnaît qu’elles ont un rôle fonctionnel, il n’en considère pas moins qu’elles ne méritent pas une description minutieuse. Correas, bien que n’octroyant pas le statut de partie du discours à la conjonction, la rend un peu plus visible avec sa tentative de typologie, ainsi que les nombreux exemples qu’il fournit. La RAE rejoint Nebrija et fait à nouveau de la conjonction une partie du discours à part entière et au même niveau que les autres.

  • 95 John Langshaw AUSTIN, Quand dire c’est faire, Paris : Seuil, 1991.

144Ce n’est qu’au milieu du XXe siècle, lorsque l’intérêt se déplace vers le « discours » et que le langage est envisagé comme acte (voir la théorie des actes de langage, Quand dire c’est faire d’Austin95) que les conjonctions retiendront vraiment l’attention des linguistes pragmaticiens. La pragmatique, en s’interrogeant sur l’utilisation qui est faite du langage, va relancer l’intérêt pour l’argumentation, prolongeant ainsi les réflexions de la rhétorique antique (intérêt d’Aristote pour le discours persuasif). Elle va mettre en évidence le rôle fondamental que les conjonctions jouent dans les enchaînements discursifs : fonction de cohésion discursive et fonction argumentative. On pense ici à Oswald Ducrot qui considère que ces mots que l’on a trop souvent qualifiés de vides ou de mots-outils contiennent en réalité des instructions concernant l’argumentation visée par les énoncés dans lesquels ils apparaissent. Ils renseignent sur la fonction argumentative des segments connectés. Ces unités seront appelés connecteurs/conectores, ou entreront dans la vaste catégorie des marcadores del discurso.

En guise de conclusion

145Ce que nous voulions mettre en relief, c’était surtout comment le savoir sur la langue était dépendant et tributaire de divers facteurs qui infléchissent de manière décisive la description grammaticale et la construction de l’objet-langue. L’espagnol (tout comme le français ou l’italien) a pu être décrit comme une « langue à cas », alors même que ce que nous apprenons aujourd’hui à nos étudiants est que le passage du latin aux langues romanes a été marqué par le phénomène de déflexivité (disparition du système casuel). Inversement le latin a pu voir le cas de l’ablatif analysé et décrit à partir de la préposition, alors même que l’avènement des prépositions est considéré comme une des caractéristiques majeures des langues romanes, dans leur rupture avec le latin. L’article n’apparaît pas dans certaines grammaires comme partie du discours (Villalón), alors qu’il est une des grandes « créations » des langues romanes. Il est évident que ces descriptions ne heurtaient pas alors le « sentiment de la langue » de ces grammairiens, lesquels étaient nourris de leurs connaissances théoriques sur la langue latine.

146Toutefois, il ne faudrait pas donner l’impression, au moment de conclure sur ce volet, que les « grammairiens » des langues vernaculaires ont été à ce point aveugles quant aux spécificités des langues vulgaires qu’ils étaient amenés à décrire : Meigret reconnaît bien à « on » la valeur d’un sujet indéfini ; Villalón affirme avec force qu’il n’y a pas de « cas » en espagnol. Roger Bacon propose une analyse sémantique très pertinente de l’article. Nebrija et El Brocense savent lire « les impersonnels latins » comme des formes actives en castillan, etc.

147La difficulté ou la frilosité à inventer des catégories neuves et à forger un métalangage adapté explique sans doute pourquoi, en dépit de ces illuminations, la tendance jusqu’au milieu du XVIIe siècle et même après, a été de « couler » la langue vernaculaire dans le moule du latin, d’autant que cela permettait d’en rehausser le prestige par la similitude qui se créait de fait entre les deux langues. Le fantôme de Babel et de sa langue primitive perdue a hanté longtemps nos grammairiens des langues vernaculaires. Le pouvoir n’est jamais bien loin du savoir. Ni de la langue.

Haut de page

Notes

1 Sylvain AUROUX, histoire des idées linguistiques. Le développement de la grammaire occidentale, t. 2, Bruxelles : Mardage, 1992, p. 78 : « Que la grammatisation massive des langues du monde ait eu lieu, à partir de l’Europe, et qu’elle ait pris une ampleur significative à une époque si tardive, est un problème épistémologique et historique de grande envergure auquel n’a pas encore été consacré d’étude de fond ».

2 Jean-Philippe BABU, « L’influence de la tradition grammaticale gréco-latine sur la grammaire du thaï », 2007. [en ligne]. Consulté le 12 décembre 2019. Disponible sur le site : https://www.academia.edu/1280119

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Gilles SIOUFFI, Sentiment de la langue et diachronie, in : Diachroniques, 2, Paris : PUPS, 2012, p. 13.

6 DANTE, De vulgari eloquentia, trad. A. Pézard, Oeuvres complètes, Paris : La Pléiade, 1965, I, 1, 2.

7 Serge LUSIGNAN, « Le français et le latin aux XIIIe–XIVsiècles : pratique des langues et pensée linguistique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 42ᵉ année, 4, 1987. p. 955-967. [En ligne]. Consulté le 14 janvier 2019. Disponible sur le site : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1987_num_42_4_283427

8 Ibid.

9 Emiliano RIDRUEJO, « Notas romances en gramáticas latino-españolasé, RFE, 59, 1977, p. 52.

10 NEBRIJA, Antonio (de), Introductiones latinae, Salamanca, 1481, fol. 1rº.

11 Vicente CALVO FERNÁNDEZ, Miguel Ángel ESPARZA TORRES, « Una interpretación de la gramática de Nebrija a la luz de la tradición gramatical escolar », Cuadernos de filología clásica  Estudios latinos, Madrid : Ed. Complutense, 5, 1993, p. 149-180, p. 154.

12 Ibid., p. 154-155.

13 G. SIOUFFI, op. cit., p. 15.

14 Voir Einar HAUGEN, « Dialect, language, nation », American Anthropologist, 68 (4), 1966, p. 922-935. Il dspécifie les différents aspects de la standardisation à partir des critères de sélection, acceptation, codification et élaboration.

15 En quelques mots, il faut rappeler que, derrière ces visions, se profile le mythe de Babel et de la division ou confusion des langues qu’il est censé avoir engendré. Pour Dante, la perte de la langue primitive étant irrémédiable, les communautés ont créé un idiome artificiel « idéal », dont témoigne la langue latine qui n’a pas pu résister à la diversification, donnant lieu à son tour à diverses formes linguistiques. Tous les dialectes de l’italien possèdent une part de la pureté de la langue primitive, sans qu’aucun d’entre eux ne puissent revendiquer en soi cette pureté.
Pour Bovelles, l’idée de la suprématie d’un dialecte sur un autre est sans fondement, dans la mesure où l’archétype de la langue vulgaire étant le latin, aucun dialecte ne peut revendiquer le statut d’archétype social et historique. D’où ce modèle de cohabitation égalitaire des dialectes.

16 Gramática de la Lengua Vulgar de España (Lovaina, Bartholomé Gravio, 1559), Rafael BALBÍN, Antonio ROLDÁN PÉREZ (ed. facsímilar), Clásicos Hispánicos, Madrid : CSIC, 1977.

17 Sur ces débats, voir pour la France, Danielle TRUDEAU, Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris : Éditions de Minuit, 1992, p. 69 et pour l’Italie, Maurizio VITALE, La questione della lingua, Palermo :Palumbo, 1978, p. 39-153 et AMICO, Silvia (d’), « Réflexions sur l'identité italienne dans la « question de la langue » au XVIe siècle », Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, 36, 2012, p. 281-308. [En ligne :  https://doi.org/10.3917/rfhip.036.0281]

18 Jean-Claude CHEVALIER, La notion de complément chez les grammairiens. Étude de grammaire française (1530-1750), Genève : Droz, 1968.

19 Ibid, p. 150 : El que no fuera objeto ni de una sola reedición hasta más o menos doscientos cincuenta años después de su publicación es un dato que, en contraste con el número de reimpresiones de las demás obras de Nebrija, llama poderosamente la atención.

20 BOVELLES, Charles (de), [1533], 1973, Liber de differentia vulgarium linguarum et gallici sermonis varietate, Paris : Klincksieck, 1973.

21 Louis MEIGRET, , Le Traité de la Grammaire française, 1980 [1550], Franz Josef HAUSMANN (éd.), Tubingen : GunterNarrVerlag, 1980.

22 [1558], 2021, Gramática castellana, Corinne MENCÉ-CASTER (dir.), Cristóbal de Villalón, Gramática castellana : Editions semi-paléographique et modernisée, Nouvelle édition [en ligne]. Paris : e-Spania Books, 3, 2021 : http://books.openedition.org/esb/2809

23 [1492], 1992, Miguel Ángel ESPARZA, (ed.), Gramática de la lengua castellana, Madrid : Fundación Antonio de Nebrija, 1992, p. 43.

24 Ibid., p. 48.

25 Ibid., p. 43.

26 Ibid., p. 52.

27 Ibid., p. 57.

28 Ibid., p. 24-25.

29 Ibid., p. 131.

30 Ibid., p. 138.

31 Ibid., p. 100.

32 Ibid., p. 130.

33 Ibid., p. 99.

34 Ibid., p. 94.

35 [1558], 2021, Gramática castellana, Corinne MENCÉ-CASTER (dir.), op. cit., [13].

36 Ibid., [8].

37 Ibid., [18].

38 Ibid., [22].

39 Ibid, [21].

40 Ibid, [18].

41 Ibid, [23-24].

42 Ibid, [73].

43 OLIVEIRA, Fernão (de), Grammatica da lingoagem portuguesa, Lisboa : Germão Galharde,1536. Disponible sur le site de la Biblioteca Nacional de Portugal. [En ligne : https://purl.pt/369/1/ficha-obra-gramatica.html]. Consulté le 15 janvier 2019.

44 Ibid., p. 44.

45 Ibid., p. 57-58.

46 Ibid., p. 85.

47 Ibid., p. 96.

48 Ibid., p. 97.

49 Ibid., p. 43.

50 L. MEIGRET, op. cit., p. 5.

51 Michel GLATIGNY, « La notion de règle dans la « grammaire » de Meigret », Histoire Épistémologie Langage, 4 (2), 1982, p. 93-106, p. 94.

52 M. Glatigny, art. cit., p. 98.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 98.

55 Ibid.

56 Voir Christine WAGNER, « Valdesianismo y protestantismo », in : Alain MILHOU, NIKITA HARWICH (dir.), Interdits et transgressions, 2 : Civilisation, Cahiers du CRIAR, 18-19 (2), Rouen : Université de Rouen, p. 115-136.

57 Ce discours fut prononcé en espagnol en 1536 et fut considéré par l’historiographie politique et linguistique comme le « certificat de naissance » de l’espagnol comme « langue universelle » (lengua universal), ainsi que le montrent les titres d’au moins quatre essais majeurs du XXe siècle : Morel-Fatio (1913), García Blanco (1958), Lapesa (1981), Álvar (1997) et Fontán (200).

58 D. Trudeau, Op. cit., p. 69.

59 VALDÉS, Juan (de), Diálogo de la lengua, Madrid : Editorial Saturnino Calleja S.A., 1929, p. 82.

60 Ibid., p. 64-65.

61 Ibid., p. 35-36.

62 Ibid., p. 75-76.

63 Ibid.

64 Ibid., p. 82-83.

65 Alain REY, « Usages, Jugements et prescriptions linguistiques », in : René LAGANE, Jacqueline PINCHON (dir.), La norme, Langue française, Paris : Larousse, 16, 1972, p. 4-28.

66 Ibid., p. 84.

67 Ibid., p. 94-95.

68 Ibid., p. 106.

69 Ibid., p. 164.

70 Ibid., p. 178.

71 Ibid., p. 114.

72 Ibid., p. 91.

73 Ibid., p. 96.

74 Ibid., p. 106.

75 Ibid., p. 151.

76 Ibid., p. 122.

77 Ibid., p. 106-107.

78 SAUSSURE, Ferdinand (de), Écrits de linguistique générale, Simon BOUQUET, Rudolf ENGLER (éd.), Paris : Gallimard, 2002, p. 130.

79 Frédérique BIVILLE, « Les Insitutions de Priscien, une grammaire et une culture bilingues », Des formes et des mots chez les Anciens, Besançon : Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, 2008, p. 31-50, p. 48.

80 Bernard COLOMBAT, « L’héritage du modèle latin dans les grammaires françaises à la Renaissance », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne : http://journals.openedition.org/dhfles/3710], 51 | 2013, p. 14. Consulté le 5 février 2019.

81 Valérie RABY, La proposition dans la Grammaire générale française (1660-1803), 2000, p. 45. Thèse de doctorat, Paris 7, non publiée.

82 Ibid.

83 Nebrija, A. (de), op. cit., p. 112.

84 B. COLOMBAT, « À propos de la « grammaire latine étendue ». Quelques remarques sur les contrecoups subis par le modèle latin lors de son adaptation au français. », in : Françoise MAZIÈRE (coord.), La genèse de la norme. Colloque de la SHESL, Archives et documents de la Société d'histoire et d'épistémologie des sciences du langage, 11, 1995, p. 7-11, p. 9.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Jean STÉFANINI, « La notion de complément chez les grammairiens », in : René LAGANE, Jacqueline PINCHON (dir.), La syntaxe, Langue française, 1, 1969, p. 110-115. [En ligne : https://www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_1969_num_1_1_5412]. Consulté le 5 février 2019.

88 S. Auroux, « Présentation : où naît la pragmatique ? », in : Histoire Épistémologie Langage, 20 (1), 1998, p. 94.

89 Irène ROSIER-CATACH, « Éléments de pragmatique dans la grammaire, la logique et la théologies médiévales », Histoire Épistémologie Langage, p. 118.

90 ARISTOTE, La Poétique, Roselyne DUPONT-ROC, Jean LALLOT (trad.), Paris : Seuil, 1980, 1456b38-1457a6.

91 Catherine ÉMOND, La genèse d’une classe de mots : la conjonction dans la tradition (pré-)grammaticale de l’Antiquité grecque,Montréal : Université de Montréal, 2009, p. 13.

92 VILLALÓN, op. cit., [51]

93 Ibid, [48].

94 Ibid, [11].

95 John Langshaw AUSTIN, Quand dire c’est faire, Paris : Seuil, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, María Jiménez, Marie-Pierre Lavaud-Verrier et Chloé Oliveira, « Vers la construction d’un savoir grammatical en castillan. Du sentiment de la langue à la description de la langue : rôle des grammaires et des écrits sur la langue », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41030

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search