Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...Première partie : Savoirs, mythes...En quelle langue apprendre le lat...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique
Première partie : Savoirs, mythes et idéologies linguistiques de la fin du XVe siècle au début du XVIIe siècle dans l’Espagne classique

En quelle langue apprendre le latin ? Le cas de l’Arte para en breve saber latín de Francisco Sánchez de las Brozas

Sophie-Bérangère Singlard

Résumés

Cet article entend mettre en lumière les différentes problématiques que soulève un court opuscule pour le moins déroutant, l’Arte para en breve saber latín, publié par le célèbre humaniste de Salamanque Francisco Sánchez de las Brozas dans les dernières années de sa vie. Cet opuscule de neuf folios est un plaidoyer véhément en faveur de l’utilisation de la langue vernaculaire pour l’apprentissage du latin et se veut également un « art » pour apprendre le latin. Nous verrons comment il s’inscrit dans le contexte des nombreuses interrogations soulevées au XVIsiècle en Espagne sur ce qu’est et doit être la langue du savoir la plus appropriée.

Haut de page

Texte intégral

1L’Arte para en breve saber latín de Francisco Sánchez de las Brozas (1523-1600), dit « le Brocense » ou « Sanctius » est publié à Salamanque pour la première fois en 1595 à un moment où l’on voit se multiplier les publications de manuels pour l’apprentissage de différentes langues et dans un contexte d’intenses réflexions sur la pédagogie des langues, sur ce que doit être la langue du savoir et la langue qui mène aux savoirs. Nous entendons ici montrer quelles sont les caractéristiques les plus remarquables de cet opuscule pour le moins surprenant de par son format, son contenu et la manière dont il s’inscrit dans la carrière de son auteur, illustre enseignant de l’Université de Salamanque, et retraité depuis 1593. C’est en comprenant le contexte dans lequel est à la fois mûri et publié cet ouvrage qu’il sera possible de voir en quoi il constitue un objet de choix pour aborder conjointement différentes problématiques de l’humanisme, de l’humanisme linguistique et de l’éducation à la fin du XVIe siècle.

  • 1 L’on trouvera sur cette question de précieux éléments de compréhension dans Bernard COLOMBAT, « Les (...)
  • 2 Sur cette question, on pourra consulter Bernard POTTIER « Les premiers grammairiens des langues amé (...)

2Publier des grammaires et autres arts pour apprendre le latin met en jeu, aux XVIe et XVIIe siècles, des problématiques relatives au marché du livre en plein essor, à la teneur de l’enseignement universitaire, et, plus largement, aux modalités de diffusion des savoirs. Après des siècles de domination de l’Ars minor et de l’Ars major de Donat et des Institutiones grammaticae de Priscien, sont publiés à travers l’Europe de la Renaissance de nouveaux ouvrages pour l’apprentissage du latin, fruit du travail de Lorenzo Valla, Niccolò Perotti, Despautère, Pierre de la Ramée, Sánchez de las Brozas ou encore Linacre pour ne citer qu’eux1. Mais la mise en grammaire d’une langue, diffusée sur un support imprimé, n’est plus l’apanage exclusif du latin. À la fin du XVe siècle Antonio de Nebrija publie la première grammaire de la langue castillane ; au début du XVIIe siècle, César Oudin produit des grammaires castillanes et italiennes en français ; pendant cette même période féconde pour l’histoire de la réflexion linguistique, on imprime également des grammaires grecques et l’on commence à composer des grammaires des langues amérindiennes2.

  • 3 Nous ne pouvons entrer ici dans les détails car ils sont hors de notre présent objet d’étude, mais (...)

3La production de grammaires et arts énonçant les principes de fonctionnement des langues en vue de leur apprentissage représente non seulement un enjeu commercial nouveau sur le florissant marché du livre mais bien plus encore, pose la question de la langue servant de support à cette mise en grammaire3. À la Renaissance, la langue de l’écrit et de la transmission du savoir par excellence est encore le latin. Cependant, on observe une délégation croissante aux langues vernaculaires des prérogatives du latin dans le domaine de l’écrit, et parallèlement, une certaine ferveur pour les langues vulgaires. Ceci conduit alors à poser la question de la langue dans laquelle enseigner le latin dans les grammaires et autres manuels imprimés.

  • 4 On pourra consulter Avelina CARRERA DE LA RED, El « problema de la lengua » en el humanismo renacen (...)
  • 5 Toutes ces œuvres didactiques arborent dans leur titre le terme « grammaire » que le Diccionario de (...)
  • 6 C’est ce qu’affirme Manuel BREVA-CLARAMONTE, « Teaching materials in Pedro Simón Abril (1530-1600)  (...)
  • 7 Sur les travaux linguistiques de Pedro Simón Abril on pourra consulter Manuel BREVA-CLARAMONTE, La (...)

4Le fait que le latin constitue le moyen et le véhicule de l’enseignement du latin ne pose pas question pendant des siècles au cours desquels il est le plus souvent la langue de l’écrit envisagée comme légitime. En Espagne, le manuel par excellence a longtemps été Introductiones latinae (1481) d’Antonio de Nebrija, si largement utilisé qu’il en vient par effet d’antonomase à être connu comme « El Antonio ». Mais dans la première moitié du XVIe siècle, des grammaires latines en vernaculaire sont également publiées dans la péninsule comme celle de Bernabé Busto Introductiones grammaticas breves y compendiosas (1533) ou de Francisco Thámara : Suma y erudición de gramática en metro castellano (1550)4. Dans les années 1580, l’on assiste à une certaine accélération puisqu’en quatre ans sont publiés : Arte de gramática latina en lengua latina y española (1582) de Diego de Carvajal, Los dos libros de la gramática latina escritos en lengua castellana (1583) de Pedro Simón Abril et Principios de la gramática latina (1586) de Juan Sánchez5. La première grammaire latine de Pedro Simón Abril Latini idiomatis docendi ac discendi methodus (1561) était entièrement rédigée en latin6. Sa seconde édition de 1569 ainsi que l’édition de 1573 sont des textes bilingues latin-castillan sur double page7. De plus, il publie, trois ans après, sa première grammaire intégralement en vernaculaire, Gramática griega, qui porte dans son sous-titre une précision aux allures de justification :

  • 8 Pedro SIMÓN ABRIL, La gramática griega escrita en lengua castellana, Zaragoza : Lorenzo y Diego de (...)

escrita en lengua castellana para que desde luego puedan los niños aprender la lengua griega juntamente con la latina, conforme al consejo de Quintiliano con el ayuda y favor de la vulgar8

  • 9 Il est intéressant de rappeler le cas de la grammaire latine de Linacre, Rudimenta grammatices, réd (...)
  • 10 « Dirigida al muy ilustre señor el Rector, Claustro e insigne Universidad de Salamanca », P. SIMÓN (...)
  • 11 Antonio de NEBRIJA, Gramática sobre la lengua castellana (1492), Madrid : Real Academia Española, 2 (...)

5Pour Pedro Simón Abril, le castillan devient donc au fil du temps l’outil privilégié servant l’apprentissage des langues anciennes, latin et grec9. La page de garde de cette grammaire grecque met en évidence un autre enjeu de taille lié à la publication de textes pour l’enseignement du latin : une dédicace au recteur, au claustro, et à l’Université de Salamanque10. Pedro Simón Abril n’y enseignait pas mais exerçait comme professeur de latin et grec, entre autres, au sein de diverses institutions, principalement en Aragon. Cette mention sur la page de garde indique bien que la publication de ces ouvrages pour l’apprentissage du latin est étroitement liée à la question des supports choisis pour l’enseignement du latin dans les universités. Vouloir qu’un manuel ne soit pas utilisé uniquement de manière locale dans l’institution au sein de laquelle son auteur enseigne mais au sein de plusieurs institutions et donc s’orienter vers une unification des méthodes d’enseignement pour les universités du royaume, et donc par-delà, vers une unification des territoires, revêt nécessairement un sens politique. On se souviendra à ce titre de ces mots de Nebrija, s’adressant à la « Princesa doña Isabel » dans le prologue de sa Gramática castellana, très souvent cités, mettant en avant le lien entre politique linguistique et politique tout court : « siempre la lengua fue compañera del imperio »11.

  • 12 Elio Antonio de NEBRIJA, Vocabulario español-latino, Salamanca, 1495 (?), fol 2vo. Sur l’importance (...)

6Nebrija, qui a beaucoup œuvré pour l’apprentissage du latin en Espagne, était parti se former en Italie pour mieux revenir en Espagne et établir un enseignement du latin de qualité selon un programme qu’il énonce clairement dans le prologue de son Vocabulario español latino12. Mais Nebrija a également voulu œuvrer pour la pédagogie de la langue castillane : il est en effet l’auteur de ce qui est tenu comme la première grammaire de la langue castillane : Gramática castellana (1492) et publie également Reglas de orthographia en la lengua castellana (1517). Si ses Introductiones latinae (1481) connurent un grand succès en Espagne et s’imposèrent longtemps pour l’enseignement du latin, aujourd’hui, en dehors des cercles de spécialistes, il est principalement connu en tant que « père » de la grammaire castillane. Au sein de sa production d’humaniste, ce double volet de mise en grammaire des deux langues, est à plus d’un titre symbolique du changement de statut des langues du savoir à la Renaissance. Aux alentours de 1488, sept années donc après la première édition, ses Introductiones latinae sont éditées en version bilingue latin-castillan sous le titre : Introducciones latinas contrapuesto el romance al latín. Alors que la place dévolue au vernaculaire dans la culture écrite devient de plus en plus importante et que les apologies des langues vulgaires se multiplient, au fur et à mesure que s’amplifie l’usage de la langue vulgaire comme outil d’enseignement de nombreux savoirs, se transforme nécessairement, en creux, l’approche du latin et la méthode pour l’apprendre. Mais est-ce au point de vouloir supplanter le latin dans les écrits permettant d’enseigner le latin ? Paraissait-il plus opportun à la Renaissance de continuer à produire des grammaires latines en latin ou alors de commencer à produire des grammaires latines en vernaculaire ? La publication dans un premier temps intégralement en latin, puis dans un second, en bilingue latin-vernaculaire du manuel de latin de Nebrija, est bien signe de cette hésitation. La question de savoir qui souhaitait apprendre le latin, et pour qui étaient alors publiées les grammaires latines doit être mise en perspective avec un contexte politique et social bien précis. Le statut du latin suppose nécessairement des enjeux de pouvoir puisqu’il n’est pas simplement la langue de l’écrit, il est aussi la langue de puissantes institutions. Comme l’explique Jacques Verger au sujet des transformations du statut des langues à la fin du Moyen-Âge :

  • 13 Jacques VERGER, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen-Âge, Paris : PUF, 1997, p. 17.

À mesure qu’il perdait de sa légitimité culturelle, le latin, toujours très puissamment soutenu par l’Église et l’école, voyait croître sa valeur comme signe de reconnaissance sociale et élément constitutif de l’ordre établi. Le latin restait la langue de la mémoire13.

  • 14 Ibid., p. 11.

7Nous allons nous pencher dans cet article sur l’Arte para en breve saber latín, ouvrage d’apprentissage du latin rédigé en vernaculaire, publié en Espagne à la fin du XVIe siècle dans le même volume qu’une grammaire latine rédigée principalement en latin et en partie explicitée en vernaculaire. Mais avant d’aborder cet ouvrage, il s’agit de se demander de quoi et de qui le latin est-il la langue ? Il est de nombreuses manières de répondre à cette question. Nous avons choisi de convoquer ici celle que donne Jacques Verger pour qui, à l’aube de l’époque moderne, le latin est la langue de deux domaines : « la langue des prêtres et des moines » d’une part, et d’autre part « la langue porteuse de tout l’héritage antique »14. Le traité que nous allons examiner ici étant celui de Francisco Sánchez de las Brozas, un universitaire et un laïc, nous allons nous concentrer sur le second domaine que Verger explicite ainsi:

  • 15 Loc. cit.

[…] quasiment tout ce que l’Occident possédait à la fin du Moyen-Âge en fait de grammaire, de philosophie, de science (sciences naturelles, mathématique, astronomie, cosmologie, etc.), de droit, de médecine, d’histoire ancienne, sans parler des Pères de l’Eglise, était encore en latin15

8Ces mots de Jacques Verger sont toujours d’une vive actualité à l’Université de Salamanque au XVIe siècle comme en attestent les Statuts de l’Université de 1561. Il y est en effet stipulé que le latin est, sauf dans certains cas exceptionnels clairement énoncés, la seule langue utilisée par les enseignants, sous peine d’amendes :

  • 16 Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, Salamanca : Juan de Terranova, 1561, (...)

estatuimos y ordenamos, que todos los lectores de la universidad, así de catedráticos de propiedad, como de catedrillas sean obligados a leer en latín, y no hablen en la cátedra en romance, excepto refiriendo alguna ley del reino, o poniendo ejemplo, so pena que los catedráticos de propiedad por cada lección en que hicieren lo contrario deste estatuto, se les multe tres reales, y a los de catedrilla se les asiente o multe nullus legit : y que el Rector haga particular pregunta e información dello en la visita16

9Pour s’assurer du respect de ce principe au sein de l’institution, des visites de contrôle du Recteur ont lieu et elles consignent tout manquement, comme en attestent les rapports conservés et consultables à l’Archivo de la Universidad de Salamanca. Le simple fait que la question de la langue fasse l’objet d’un passage des Statuts montre bien que dans la pratique l’enseignement en latin ne va plus de soi et que le vernaculaire gagne du terrain. En souhaitant voir l’utilisation de la langue normée par un texte règlementaire, l’institution montre non seulement son attachement à la langue du savoir, mais elle en fait aussi son identité, en s’en faisant la gardienne intransigeante.

  • 17 Sur l’histoire de cette institution, Ana María CARABIAS TORRES, « Evolución histórica del Colegio T (...)
  • 18 Ce qui est notifié au claustro de diputados de l’Université de Salamanque le 9 août 1581 comme le n (...)

10Mais le latin à Salamanque n’est pas uniquement la langue de l’enseignement, parlée par les maîtres depuis leurs chaires, elle est aussi la langue dans laquelle les étudiants du Collège Trilingue, l’un des nombreux collèges rattachés à l’Université, doivent parler entre eux17. Et pourtant, pour Sánchez de las Brozas, qui fut professeur à l’Université et pour un temps Régent de ce Collège, parler latin corrompt la langue latine. Cette idée forte au sein de sa réflexion sur la langue latine se reflète dans plusieurs de ses publications, et la défense de ce principe, qui va à l’encontre, comme on le voit, de la doxa universitaire, devient l’un de ses principaux combats d’humaniste. Son texte intitulé Latine loqui corrumpit ipsam latinitatem est d’abord publié en 1582 en tant que le second des cinq textes publiés sous le titre Paradoxa. Ces paradoxa seront ensuite publiés avec son œuvre majeure Minerva sive de causis linguae latinae de 1587. Il fera tout ce qu’il pourra pour faire appliquer ce principe, et cela aura l’effet escompté puisqu’alors qu’il est régent du Collège Trilingue il lui est reproché en 1581 d’être à l’origine du déclin de la coutume de parler en latin au sein du Collège, comme en atteste une visite de contrôle18.

  • 19 Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, op. cit., fol 34ro. Cette exigence re (...)
  • 20 Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, fol. 34ro.
  • 21 Archivo de la Universidad de Salamanca, 2869/46.
  • 22 Diccionario de la lengua castellana, 1734.

11D’autre part, dans le curriculum universitaire de Salamanque, l’apprentissage de la grammaire latine est étroitement lié aux autres arts du trivium et à l’étude des textes. Et ceci n’intéresse pas uniquement les spécialistes des arts du discours puisqu’à l’Université de Salamanque être bachelier en arts est la condition nécessaire pour devenir bachelier en théologie ou médecine19. Et pour être bachiller en artes il faut avoir suivi trois ans de cours de Sommes, logique et philosophie, enseignements dont la base est le latin20. Charles Quint avait déjà considéré nécessaire de créer au sein de l’Université de Salamanque un collège dont il dit dans une provision conservée aux Archives de l’Université : « un Colegio de gramática, ‘principio de todas las ciencias’ »21. La grammaire est propédeutique à la logique, à la rhétorique, ainsi qu’à toutes les autres sciences, une idée consignée par le Diccionario de Autoridades dans son édition de 1734 puisque la définition de la « grammaire » est ainsi formulée : « El arte de bien hablar y escribir. Es común a todas las lenguas, y particular a cada una, y principio y fundamento de todas las ciencias »22.

  • 23 Il est connu notamment pour son Ortographia castellana. Un autre grammairien du XVIIe siècle, Diego (...)

12C’est dans ce même Collège Trilingue de l’Université de Salamanque que mûriront dès le XVIe siècle de brillantes réflexions sur la pédagogie des langues. Après y avoir été l’élève du Brocense, c’est là qu’enseignera le linguiste Gonzalo Correas23. Il publie en 1627 Trilingüe de tres artes de las tres lenguas castellana, latina, y griega, todas en romance. Dans la dédicace à Philippe IV, il justifie la valeur de son ouvrage par ses années d’expérience au sein du Collège Trilingue :

  • 24 Gonzalo Correas, Trilingüe de tres artes de las tres lenguas castellana, latina y griega, todas en (...)

Desde mi juventud me dediqué en el Colegio Trilingüe desta Universidad de Salamanca al estudio de las lenguas latina, griega, y hebrea : y enseñándolas por largos años, alcancé método y facilidad para disponer sus gramáticas más breves, cumplidas y claras […]24

  • 25 Loc. cit.

13Ces critères de brièveté et de clarté étaient également fondamentaux dans les travaux du Brocense. Correas explique vouloir que les enfants puissent d’abord bien apprendre à lire et écrire la langue castillane tout en apprenant ce qu’est la grammaire, « para que pasen después a la del latín más advertidos »25, ce qui rappelle l’idée de Pedro Simón Abril citée plus haut. Cet ouvrage de Correas qui affiche dès son titre que le vernaculaire est l’instrument d’apprentissage des langues anciennes a probablement bénéficié des réflexions et des longs débats qui ont agité l’Université de Salamanque cinquante ans plus tôt autour de l’enseignement des langues et notamment de la langue choisie pour les enseigner.

  • 26 Sur les auteurs participant à cette « fronde » contre l’ouvrage de Nebrija, on consultera les pages (...)
  • 27 Luis Gil Fernández explique l’affaire dans le détail L. GIL FERNÁNDEZ, op. cit., p. 118-124.

14En effet, dans la seconde moitié du XVIe siècle, de nombreux humanistes et enseignants de grammaire de Salamanque remettaient ouvertement en cause, aussi bien dans leurs écrits qu’en pratique dans leurs cours, l’apprentissage du latin au moyen du seul manuel de Nebrija. Parmi eux se compte le Brocense26. En février 1594, probablement du fait des désaveux répétés du texte de Nebrija à l’Université de Salamanque tout comme dans d’autres universités, Philippe II fait parvenir une provision par laquelle il demande aux Universités de Valladolid, Salamanque et Alcalà de donner leurs avis sur la possibilité d’utiliser un art de grammaire unique, qui pourrait être celui de Nebrija ou un autre, et sur la langue en laquelle serait rédigée cette grammaire latine unique. Les Universités de Salamanque et Valladolid répondent qu’elles souhaitent un nouvel art, unique, et en vernaculaire, mais c’est finalement un texte latin, dont l’auteur était vraisemblablement le jésuite Luis de la Cerda – d’après ce qu’expose Luis Gil Fernández –, et qui reprend le manuel de Nebrija, ponctué d’explications et de quelques notes en vernaculaire qui sera choisi en 160427. Ce texte sera l’art unique de grammaire pour tout le royaume jusqu’à la fin du XVIIe siècle et il met un terme à la foisonnante production de grammaires latines observée tout au long du XVIe siècle, comme conclut Luis Gil Fernández :

  • 28 Ibid., p. 125.

La producción de nuevas gramáticas cesó por completo, los métodos pedagógicos se unificaron en todos los dominios del Rey Católico, y los alumnos quedaron para siempre condenados a decorar en latín los versetes del Antonio28

  • 29 On pourra trouver une intéressante synthèse des questionnements du Brocense sur les langues dans Av (...)

15L’Arte para en breve saber latín est intéressant à plus d’un titre pour illustrer ce moment si particulier de l’entrée du vernaculaire dans la culture écrite, où de nombreuses publications voient le jour pour permettre un apprentissage simplifié de la langue latine. Son contexte de production immédiat est celui de l’Université de Salamanque où enseigna son auteur, celui donc de « l’école », chasse gardée du latin, et il est publié un an seulement après la requête de Philippe II et lorsque l’on débat activement sur les caractéristiques que doit avoir un manuel d’enseignement du latin. Ce manuel éclaire de manière éloquente les enjeux liés à l’enseignement du latin dans l’Espagne moderne et, pour apprécier son sens, il convient de le confronter avec d’autres publications contemporaines sur la langue latine, fruit du labeur de divers auteurs, mais également de le rapporter au projet d’éducation global conçu par le Brocense. Nous devrons penser cet ouvrage en regard des autres publications de Sánchez de las Brozas mais aussi en tenant compte de sa combativité d’éminent personnage de l’Université29. C’est par toutes ces coordonnées que prend sens L’Arte para en breve saber latín, lequel répond avec force à la question : en quelle langue enseigner le latin à la fin du XVIe siècle ?

16L’Arte para en breve saber latín publié en 1595 par Francisco Sánchez de las Brozas n’est pas le fruit d’une démarche inédite ou notable en soi puisque Sanctius est précédé dans cette tâche par de nombreux autres spécialistes de la langue latine affichant un objectif similaire. Il sera donc nécessaire de montrer en quoi ce manuel se singularise au sein des nombreuses publications contemporaines ayant pour but de contribuer à la réforme, sentie comme nécessaire, de l’apprentissage du latin. Francisco Sánchez de las Brozas fut professeur de rhétorique et de grec à l’Université de Salamanque entre 1554 et 1593. Cependant les champs du savoir que recouvrent ses publications vont bien au-delà des seuls intitulés des chaires qu’il occupe. Il publie en effet, outre des ouvrages sur la langue latine et une grammaire grecque, un traité d’astronomie ; il édite et commente des œuvres de Virgile et Ovide, ainsi que des poètes néo-latins comme Politien mais aussi des poètes en vernaculaire, Garcilaso de la Vega et Juan de Mena, et publie une traduction commentée, en vernaculaire, du Manuel d’Épictète. Il occupe au cours de sa carrière le poste de Régent du Collège Trilingue et est également l’un des membres du claustro de profesores de l’Université de Salamanque, s’y faisant remarquer pour l’ardeur de son activité et la véhémence de ses interventions. Il est donc impliqué à plusieurs titres dans les prises de décision académiques et pédagogiques. Si c’est en tant que professeur qu’il peut le plus directement mettre en application ses idées, il doit également être compris comme un humaniste défenseur d’un projet d’éducation et il s’attache tout au long de sa carrière à mettre par écrit et à publier ses idées pour mieux les faire entendre, comprendre et mettre en œuvre. Aussi, pour saisir la portée et le sens du projet sous-jacent à l’Arte para en breve saber latín il est nécessaire de prendre en compte la combativité et l’énergie avec lesquels le Brocense avait l’habitude d’exposer et défendre ses idées, sur la transmission des savoirs notamment.

  • 30 Sur cette « pratique » des auteurs de travaux sur la grammaire latine au XVIe siècle on consultera (...)
  • 31 Plusieurs travaux se sont penchés sur le lien entre les deux humanistes et maîtres de l’apprentissa (...)
  • 32 Claude Lancelot, Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue latine, (1re éd. 1644), 6e éd (...)
  • 33 Noam CHOMSKY, Language and mind (1968), 3e éd, Cambridge : Cambridge University Press, 2006, p. 16. (...)

17Le Brocense traite de la langue latine de diverses manières dans ses publications et il faut y distinguer les ouvrages savants et spéculatifs, d’une part et les manuels d’apprentissage à proprement parler d’autre part. Dans la première catégorie entrent la Minerva, publiée en 1562 ainsi que sa version largement enrichie de 1587. Il s’agit d’une réflexion sur la langue latine visant à montrer à quel point celle-ci est rationnelle, et cherchant à expliciter clairement et simplement son fonctionnement. Sachant bien l’importance, pour ne pas dire l’omniprésence, de Nebrija dans le champ des études de la grammaire latine en Espagne, le Brocense veille bien par ailleurs, dans la dédicace de la Minerve à l’Université de Salamanque, à situer sa contribution au prestigieux champ des études sur la langue latine, par rapport à Nebrija30. L’auteur de la Minerve insiste sur le fait que ce qu’il entend faire n’est autre que poursuivre le travail de son illustre prédécesseur, à savoir insuffler de la rigueur et de l’efficacité à l’apprentissage du latin en Espagne31. Entre les deux versions de la Minerve, Sanctius publie en 1582 les cinq textes regroupés sous le titre Paradoxa, ensuite intégrés à la Minerve de 1587, et qui portent sur des questions grammaticales, dont celui intitulé « Latine loqui corrumpit ipsam latinitatem ». C’est bien la Minerve qui a fait sa réputation de grammairien illustre en Espagne ainsi qu’à l’étranger, ce dont atteste Claude Lancelot dans la préface de la Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue latine, lequel affirme : « […] en ces derniers siècles Sanctius s’est acquis une réputation merveilleuse par l’ouvrage qu’il a publié sur cette matière, qui est aussi estimé de tous les savants […] »32. La Minerve a contribué à ce que le Brocense soit considéré comme l’un des premiers philosophes du langage puisque d’après Noam Chomsky la Minerve peut être considérée comme l’une des premières grammaires philosophiques33.

  • 34 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Grammatica Graeca, Anvers : Christophe Plantin, 1581, p. 3. Le con (...)
  • 35 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Verae brevesque grammatices latinae institutiones, Salamanca : Mat (...)

18Sanctius publie également des ouvrages didactiques destinés à l’apprentissage du grec et du latin. Sa grammaire grecque, Grammatica graeca, de 1581, rééditée en 1592, s’ouvre sur l’affirmation suivante : « Grammatica est ars loquendi, cuius finis est congruens oratio »34. Le choix du terme congruens rappelle que s’exprimer de manière juste et conforme sont les objectifs de l’apprentissage d’une langue. Mais ce qui va retenir particulièrement notre attention, ce sont les rééditions de son manuel pour apprendre la grammaire latine : Verae brevesque grammatices latinae institutiones (dorénavant Institutiones). C’est en effet à la suite de la dernière édition des Institutiones de 1595 qu’est ajouté l’opuscule Arte para en breve saber latín. Ces Institutiones ont en commun avec la Grammatica graeca de comporter dans leur titre une mention explicite au concept de « grammaire » qui donne une partie de son identité à l’ouvrage et que le Brocense définit dans les Institutiones de 1566 – de manière très similaire à la formulation placée au début de sa grammaire grecque – comme : « Grammatica est ars recte loquendi : cuius finis est congrua oratio »35. Les Institutiones sont publiées de nombreuses fois du vivant du Brocense et jalonnent toute sa carrière depuis ses premières années d’enseignement jusqu’à ses premières années de retraite. Nous conservons des exemplaires datant de 1562, 1566, 1572, 1576 et 1595. Si leur structure demeure la même au fil des republications, le contenu des sections est remanié dans chaque nouvelle édition. Ceci indique que ce manuel est un objet que le Brocense entend comme perfectible et qu’il lui tient à cœur de l’améliorer voire de l’adapter au fil des années et probablement au gré des évolutions dans les pratiques d’enseignement du latin que nous avons mentionnées mais également au gré de l’évolution de ses propres réflexions sur la langue latine. De plus, si l’on recoupe cette chronologie avec celle de la publication des autres œuvres du Brocense, l’on constate que près de vingt ans s’écoulent entre les deux dernières éditions de 1576 et 1595, et son chef d’œuvre de pensée grammaticale, la Minerve, est publié dans l’intervalle en 1587. Ceci laisse à penser que l’édition de 1595 sera différente des précédentes et pourra bénéficier des réflexions publiées en 1587. Ces Institutiones sont semblent-elles conçues, depuis le départ, comme ayant un lien direct avec ce qui est théorisé dans la Minerve qui constitue une explication des mécanismes de la langue latine. En effet, la première édition des Institutiones est publiée en 1562 dans le même volume qui contient la première version de la Minerve. L’une des idées clé de la Minerve est que pour pouvoir bien apprendre la langue il est nécessaire de bien comprendre son fonctionnement. Les deux types d’ouvrage se complètent donc au sein de la production de Sanctius et font sens dans le processus rationnel d’apprentissage qu’il veut mettre en place pour réformer l’étude du latin.

  • 36 Felix GAFFIOT, Le Grand Gaffiot, Paris : Hachette, 2000.
  • 37 Sur cette question on pourra consulter les travaux d’Alfonso Martín Jiménez, notamment Alfonso MART (...)

19Le Brocense choisit comme mot clé pour le titre « institutio », ce qui signifie à la fois principe, méthode, système ou encore doctrine d’après le Dictionnaire Gaffiot qui précise également qu’un tel titre peut désigner des « ouvrages de droit élémentaire destinés à l’enseignement »36. La portée rationnelle et didactique est ainsi affirmée par le choix de ce terme complété par « grammatices » qui identifie le genre de ces « institutions ». D’autre part, le choix d’un tel terme dans un titre ne peut manquer de rappeler à la fois l’œuvre canonique de Priscien, les Institutiones grammaticae mais également la grande œuvre de rhétorique de Quintilien De institutione oratoria. À la Renaissance, ce même concept est aussi choisi par Pierre de la Ramée qui publie en 1543 Dialecticae institutiones. La Ramée est un penseur dont les idées sur la dialectique ont séduit le Brocense. Du reste, en Espagne, plusieurs traités publiés par des auteurs considérés comme « ramistes », et portant sur les arts du discours, arborent cette même nomenclature : institutio. C’est le cas de Institutiones oratoriae de Pedro Juan Núñez publiées en 1552 mais aussi de Institutionum rhetoricarum libri III de Fadrique Furió Ceriol publié en 1554. Aussi, le choix de ce terme par le Brocense peut à la fois constituer un intertexte des plus classiques mais encore être une subtile manière d’affirmer une sympathie pour les idées ramistes qu’il exprime par ailleurs à certains endroits de la Minerve de 1562 et qui n’est pas anodine car elle éveille les inquiétudes de l’Inquisition37.

  • 38 Sur les tenants et aboutissants des exigences de méthode et de rigueur dans les manuels d’enseignem (...)

20Le Brocense double le mot-clé « institutio » des adjectifs « verae » et « brevesque », déclarant ainsi que l’exactitude et l’efficacité sont deux des axes directeurs de cet ouvrage. Le titre Verae brevesque grammatices latinae intitutiones est celui qui est donné, de manière inchangée, à toutes les éditions que nous avons identifiées. Cependant, un sous-titre particulièrement combattif est ajouté à l’édition de 1595. Ce sous-titre singularise la dernière édition d’un ouvrage maintes fois réédité du vivant de son auteur. Ces mots apparaissant dès la page de garde montrent que cette version de 1595 occupe une place à part dans le projet de Sanctius pour la langue latine. Ils situent en effet le traité par rapport aux autres ouvrages de ce type, les « institutions » ou arts de grammaire : « Caeterae fallaces et prolixae ». Il balaye ainsi d’un coup de plume tous les autres ouvrages de grammaire, si nombreux à l’époque, leur formulant deux reproches très sérieux. Le premier, « fallaces », fait porter l’accusation sur le domaine moral, par l’idée de tromperie, et s’oppose au « verae » du titre. Ceci laisse donc supposer que le Brocense, par sa publication, entend aider à la tâche fondamentale de séparation du vrai du faux, question qui occupe de plus en plus les penseurs dans la seconde moitié du XVIe siècle, dans la veine du néostoïcisme notamment. Le second reproche, contenu dans le terme « prolixae », sérieux également, mais pour d’autres raisons non moins essentielles à l’époque pour les humanistes : l’extension et la prolixité d’un ouvrage sont vues comme suspectes, car malhonnêtes et signe d’une pensée mal structurée38. Pour le penseur de la méthode et de l’efficacité du discours qu’est le Brocense, l’accusation de prolixité est lourde de sens. Elle dit le rejet qu’inspire le manque de fluidité et la pesanteur d’un discours, entraînant soit un mauvais apprentissage soit, pire, favorisant le mensonge ou la manipulation. Mais la prolixité indique également un manque de clarté de l’esprit, une inaptitude à énoncer efficacement une pensée.

21Les Institutiones sont un projet au sens fort du terme : elles ne sont pas une publication ponctuelle et définitive mais évoluent au fil des nouvelles éditions. Leur structure reste la même : une première partie expose les déclinaisons, puis les conjugaisons ; on a ensuite une partie intitulée « De partibus orationis » puis une autre « De constructione » et enfin « De figuris constructionis ». Cette partie se termine par la mention « de praeceptis hactenus », rappelant que ce qui avait été énoncé jusqu’à lors c’était des préceptes, des règles, pour mieux ouvrir ensuite sur une partie comportant des annotations aux divers préceptes qui viennent d’être énoncés. La langue d’exposé de ce manuel est le latin, mais certains préceptes sont ponctuellement rédigés ou explicités en castillan dans l’édition de 1576. En 1595, les explications en vernaculaire sont plus nombreuses et plus longues et dans les neuf premiers folios toutes les explications de plus d’une ligne sont en vernaculaire, ce qui n’est pas le cas dans la suite de l’ouvrage. De plus, dans les éditions de 1576 et de 1595, le Brocense choisit d’ouvrir les Institutiones par une citation de Thomas d’Aquin – qu’il avait également utilisée dans la Minerve de 1587 – aux allures de justification des choix divers qu’il a pu opérer au fil du temps :

  • 39 « Il ne faut pas changer la loi, à chaque fois que l’expérience apporte quelque chose de meilleur, (...)

Lex non est mutanda, quoties experientia quippiam melius adfert, ni tantum sit bonum, ut mala infinita novatio vindicat : Ars mutari debet, quoties intellectui melius quid occurrit39

22Il entend donc bien afficher que son travail sur la grammaire est le fruit de sa réflexion intense et permanente et que les évolutions de son texte sont le résultat d’un principe de progrès constant de l’art. C’est également, si on replace ces mots dans le contexte de l’humanisme, un encouragement à ce que les « arts » évoluent au diapason des idées qui surgissent, des découvertes de l’esprit. D’autre part, rappelons que c’est précisément autour des années 1580 que l’on voit se multiplier les travaux de grammaire latine publiés en vernaculaire. Sanctius a-t-il perçu ces évolutions comme indispensables ou inévitables ? Suggère-t-il ainsi qu’il est revenu sur ses choix premiers d’expliquer le latin en latin ?

  • 40 Roland SCHMIDT-RIESE, « Réduire en art les langues de l’Amérique », in : Pascal DUBOURG GLATIGNY, H (...)
  • 41 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Verae brevesque grammatices latinae institutiones, Lyon : Héritier (...)

23Changer de méthode, de manière de procéder si l’intellect en trouve de meilleures est un principe intellectuel que Sanctius met donc en application en 1595 en ajoutant à ses Institutiones, qui comportent, nous l’avons dit, de plus nombreuses explications en vernaculaire en comparaison avec les éditions précédentes, un « art » en vernaculaire : l’Arte para en breve saber latín. Cet opuscule est constitué de seulement cinq folios. Le terme « arte » indique de quel type de traité il s’agit. Roland Schmidt-Riese, dans un article sur la réduction en art des langues d’Amérique, explique que l’utilisation du terme « art » est cependant rare à l’époque pour désigner les manuels de grammaire40. La « relación » que donne le Maestro Venegas imprimée juste après la page de garde des Institutiones de 1562, semble indiquer que ces « institutions » sont à comprendre comme l’équivalent d’un « art » : il répète le terme à deux reprises en insistant « he visto esta arte de que hago presentación » et d’énoncer pour conclure « Y por consiguiente es arte, por la cual se puede bien enseñar la lengua latina […] »41. On en déduit que le terme « arte » désigne une publication à visée didactique. Le Diccionario de Autoridades de 1726 atteste ainsi :

  • 42 Diccionario de la lengua castellana, Madrid : Real Academia Española, 1726.

Arte. Se llama también el mismo libro en que están escritas las reglas y preceptos del arte. Por antonomasia se llama así el de Nebrija, en que se contienen las reglas de la Gramática. Lat. Institutiones Grammaticae42

  • 43 Sebastián DE COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid : Luis Sánchez, 1611.

24En passant, cette entrée du célèbre dictionnaire montre qu’au XVIIIe siècle, le texte de Nebrija jouit toujours d’un prestige immuable. Sanctius semble donc, par ce choix de nomenclature, indiquer une continuité de sens entre les deux traités publiés dans le volume de 1595. Il laisse donc ici de côté la référence à la grammaire que Juan Sánchez, Diego de Carvajal et Pedro Simón Abril avaient choisie pour leurs ouvrages en vernaculaire publiés dans les années 1580. Ainsi, le Brocense semble mettre l’accent sur l’apprentissage et sur les règles. Covarrubias énonçait en effet, entre autres, dans son dictionnaire à l’entrée « arte » : « consta de preceptos »43 mentionnant notamment Priscien, Donat et Nebrija.

25Cet Arte, nous allons l’envisager moins du point de vue de ce qu’il explique sur la grammaire latine que du sens que prend cette publication aux caractéristiques si singulières dans les débats de l’époque sur l’enseignement du latin. Aussi, nous allons nous pencher avec un intérêt tout particulier sur l’ensemble des éléments qui en font un moyen de combattre et de défendre des idées sur l’enseignement du latin. La facture du volume en elle-même, ainsi que son paratexte, sont révélateurs du sens que lui donne Sanctius et de sa portée. Il se compose en effet de cinq folios et neuf pages dont la numérotation suit celle des Institutiones. Matériellement donc, il forme un tout avec ces dernières et ces neuf pages mettent en pratique avec vigueur la lutte contre la prolixité annoncée dès le sous-titre. Le titre de cet opuscule mobilise, de même que l’œuvre avec laquelle il est publié, la notion de brièveté, mais cette fois sous la forme d’un adverbe indiquant la durée de l’apprentissage du latin. Cet ouvrage n’a donc pas pour simple but d’énoncer des règles de manière prescriptive et simple mais de faire en sorte qu’elles soient apprises plus facilement. Il ne s’agit pas d’un traité de grammaire mais d’un art pour savoir la langue. Il n’est d’ailleurs pas question dans le titre d’une compétence spécifique comme « savoir écrire » en latin comme cela est le cas pour d’autres publications de l’époque ; mais simplement « savoir » le latin, le comprendre, avoir connaissance de son fonctionnement, de ses éléments constitutifs. Savoir comment quelque chose fonctionne, c’est en effet rendre plus facile sa maîtrise.

26L’Arte possède sa propre page de garde, à l’intérieur du volume. Celle-ci reprend les codes de présentation des ouvrages, habituels à l’époque, et se termine par le non moins traditionnel « FINIS ». Cette page de garde intermédiaire est une véritable déclaration d’intention. Elle marque l’identité de cet opuscule qui est un objet à part bien qu’il soit lié matériellement et du point de vue du contenu aux Institutiones. Au centre, sont placées quatre lignes, chacune comprenant soit deux soit trois mots : « En Latinai Grammateias / regulas certissimas : / Sint procul tenebriones, / qui docent falsissimas ». Les lignes deux et quatre se font écho grâce au superlatif employé pour les adjectifs « certaines » et « fausses » caractérisant les règles de la grammaire et mettant ainsi en avant l’opposition entre d’un côté le problème, l’ennemi, et de l’autre le remède, l’arme pour combattre. Ces quelques lignes sont une mise en garde qui prétend tenir à distance les « amis des ténèbres » au moyen des « règles très certaines ». Cette page de garde intermédiaire comporte un dernier élément qui scelle le caractère combatif de la publication : une revendication d’authenticité et d’innovation placée sur le bas de la page, dernier avertissement avant que le lecteur n’entre dans l’ouvrage et ne prenne connaissance de son contenu : « Por ser esta Arte sacada de los Príncipes de la lengua Latina, ningún precepto hay en ella, que se pueda decir, que es sacado de alguna de las otras artes ». Sanctius emploie à nouveau ici un mot clé indiquant le souci de rationalité et qui fait écho aux termes « arte » et « regula » de cette même page de garde : « precepto ». Ces préceptes, que le lecteur s’apprête à trouver en ouvrant cet art, il affirme d’ores et déjà que ce qui fonde leur singularité et leur valeur est qu’ils sont authentiques, remontent aux sources et sont inédits. Le fait que Sanctius se pose ici d’entrée de jeu contre ses prédécesseurs et critique âprement ses contemporains n’est qu’un avant-goût de la véhémence et du sarcasme employés dans la suite de l’opuscule, réponse à un état des lieux catastrophique qu’il dresse de l’enseignement de la grammaire latine en cette fin de XVIe siècle.

  • 44 Sur le contenu linguistique de cet opuscule on pourra consulter Santos PROTOMÁRTIR VAQUERO, « Notas (...)

27Ces règles, si authentiques, si vraies, si tôt vantées, elles ne se trouvent pourtant pas dans les folios suivant immédiatement la page de garde, mais deux folios plus tard. Le Brocense choisit en effet d’intercaler, ou plutôt d’interposer, quatre pages, soit la moitié de l’opuscule, qu’il intitule : « Del provecho que se saca de la gramática en romance ». C’est seulement ensuite, dans les quatre pages suivantes, et restantes, que se trouvent les règles pour savoir lire et prononcer le latin suivies d’un exposé sur la troisième déclinaison. Il fait donc de cet opuscule autant un manifeste qui prend position sur la méthode et les moyens de l’apprentissage qu’un ouvrage d’apprentissage du latin à proprement parler. Ce qui permet de « savoir rapidement le latin » c’est donc, si l’on en croit l’équilibre dans l’organisation interne de l’opuscule, tout autant de disposer d’une méthode pertinente, des règles épistémiques efficaces, dont celle qui consiste à apprendre la grammaire en vernaculaire, que de disposer des principes qui régissent la langue. Ne nous risquant pas à juger du contenu de l’opuscule touchant à la didactique du latin, nous nous concentrerons ici sur l’argumentaire développé par Sanctius en faveur de l’apprentissage en vernaculaire44.

28Dans le titre de la première partie de l’opuscule, « Del provecho que se saca de la gramática en romance », le terme « provecho » nous semble relever de l’euphémisme si on le rapporte au contenu véritable du plaidoyer auquel Sanctius va se livrer. En effet, ce qui suit n’est pas tant une série d’arguments en faveur de l’apprentissage de la grammaire latine au moyen du vernaculaire qu’une critique véhémente des pratiques des grammairiens, de l’Antiquité jusqu’à son époque. Le ton est acide et amer, les exagérations nombreuses et le rythme des phrases reposant sur des incises dans lesquelles le « je » de l’humaniste affleure, contribue à donner de l’intensité au propos. Mais tout ceci ne peut être réduit à ce qui s’apparenterait à une sortie violente et infondée. En effet, le texte se pare de légitimité non seulement grâce à la formulation de critiques claires et de principes épistémiques efficaces mais également grâce à tout un arsenal d’art oratoire mis en œuvre par l’illustre professeur de rhétorique.

  • 45 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, Salamanque : Juan Fernández, fol.  (...)
  • 46 Ibid., fol. 45vo.
  • 47 Ibid., fol. 46vo.
  • 48 Ibid., fol. 45vo.
  • 49 Id.
  • 50 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 45ro- 45vo.
  • 51 Ibid., fol. 46vo.
  • 52 Érasme, notamment, moque de manière virulente les grammairiens dans l’Éloge de la folie.

29Les mots employés par Sanctius à destination des grammairiens et enseignants de latin ne sont pas tendres. Il les taxe tour à tour de « groseros »45, et « irracionales »46, les accuse de commettre et perpétuer « tan graves errores »47, de faire usage de « barbarismos »48 et il pousse le sarcasme jusqu’à citer ces barbarismes pour les tourner en ridicule et terminer en affirmant qu’il en reste là, épargnant au lecteur « otras mil maldades »49. À deux reprises Sanctius étend même ses critiques au domaine moral, faisant de l’engagement en faveur de la santé des connaissances et de leur transmission, une responsabilité intellectuelle, une affaire de conscience. Il lance d’abord : « Gran cargo de conciencia tienen, y tendrán los que por tal vía han procedido »50, avant de les implorer de corriger leurs erreurs : « Ruego y encargo la conciencia a los maestros que enseñan a leer latín […] »51. Ces dénommés « grammairiens » ont-ils des noms propres, ce qui en ferait une attaque ad hominem faiblement déguisée ? Les deux Minerva du Brocense de 1562 et 1587 comportaient déjà de vives critiques à l’encontre des grammairiens et notamment de Lorenzo Valla. Les erreurs des grammairiens, que cite Sanctius, ont-elles été véritablement commises ou est-ce là une arme rhétorique pour donner à entendre des exemples concrets de mauvaises pratiques dans le domaine de la grammaire, par ailleurs constatées de manière générale par de nombreux humanistes ?52

  • 53 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 44vo.
  • 54 Id.
  • 55 Id.
  • 56 Ibid., fol. 45vo.
  • 57 Id.

30Ces attaques dirigées contre une profession dans la généralité de ses pratiques sont doublées de critiques plus précises. Sanctius reproche d’abord aux premiers grammairiens d’avoir multiplié inutilement les catégories qui décrivent la langue latine. Il en énonce certaines au moyen d’une amplification appuyée par la répétition de « tantos » et de « », mettant en avant le nombre démesuré de ces catégories décrites. Il reproche ainsi que pour les verbes aient été établis « […] tantos géneros de verbos activos, pasivos, neutros, comunes, y deponentes »53. Et termine en abrégeant : « y otras mil impertinencias muy dañosas »54. Le terme « impertinence », ainsi employé, si on le met en regard avec les critères épistémiques que Sanctius a développés dans l’ensemble de son œuvre, a le sens à la fois d’idées ou propos mal venus, mais aussi d’idées non pertinentes, donc intellectuellement nuisibles. Il reproche aux grammairiens voulant « réduire en art » le latin pour préserver la pureté de la langue d’avoir agi à l’encontre de celle-ci : « […] parece que se armaron para combatir, y abatir la lengua latina »55. S’il énonce ce qu’il juge être des inepties et les discrédite par quelque argument, il mentionne aussi des pratiques et idées qu’il rejette purement et simplement en dédaignant même leur faire une réponse : « no merece esto respuesta »56. Mais ceci relève en réalité de la prétérition puisqu’il nuance et complète immédiatement : « pero por satisfacer a algunos »57, ce qui lui permet sans s’adresser à ses ennemis pour autant, de corriger leurs erreurs ayant pour seul souci, semble-t-il, les apprenants.

31De plus, il se montre à l’écoute des objections que l’on pourrait lui opposer en les mentionnant et en y répondant. Il argue ainsi :

  • 58 Ibid., fol. 44vo.

Dirame alguno que no ha mucho tiempo que pasó Petro Bembo, que no sólo fue perfecto latino, pero crió tan excelentes ingenios en prosa y poesía, que pudieron competir con los pasados, y los mejores58

  • 59 L’étude des auteurs avait bien une place dans le cursus salmantin ainsi qu’en atteste le texte des (...)
  • 60 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 45vo.
  • 61 Ibid., fol. 45ro. Cette question fait l’objet d’un traité à part au sein de la production du Brocen (...)

32Il semble donc anticiper ce qui pourrait être objecté à ses attaques contre les grammairiens de tous temps. Et il concède bien à Bembo des mérites, mais poursuit son argumentaire en trois temps distincts, tout en commençant à distiller les remèdes qu’il préconise pour sa part afin de lutter contre tous les maux dont souffre l’enseignement du latin. Il prend bien à propos l’exemple de l’Italie, que Nebrija érigeait déjà en modèle à suivre, et de la place qui y est faite aux auteurs comme Virgile et Cicéron dans l’enseignement de la langue : au cœur de cet enseignement59. Sanctius avance peu à peu ajoutant que là-bas les élèves ne parlent pas le latin et ne lisent pas de « libros bárbaros »60. Cet adjectif jalonne de nombreux écrits du Brocense sur la grammaire. Il termine le troisième point de son argumentation en expliquant le succès de l’enseignement du latin en Italie par le fait que les enseignants utilisent le vernaculaire pour atteindre ce qui est pour lui le but ultime de cet apprentissage : non pas parler ou écrire le latin mais « entender los autores »61. Et c’est à partir de ce point-là, réponse, au départ, au contre argument d’autorité basé sur la figure de Pietro Bembo, que le Brocense en vient au cœur de son propos dans ce texte :

  • 62 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 45ro.

Esto es tanto provechoso que casi esto sólo bastaba para que uno en poco tiempo venga en conocimiento del latín, si deprende las reglas en su propia lengua, o en otra que él sepa bien62

33Il double cette affirmation du cas théorique de deux enfants qui apprendraient le latin l’un en latin l’autre en vernaculaire affirmant que celui qui apprend en vernaculaire parviendrait plus rapidement au seul but recherché : pouvoir facilement et rapidement comprendre les auteurs. Mais il n’apporte aucune preuve ou cas concret…

  • 63 On rappellera que le Brocense publie en 1582 un art de mémoire : Artificiosae memoriae ars.
  • 64 Francisco Thámara choisissait lui aussi les vers pour exposer la grammaire, car selon lui les vers (...)

34De plus, Sanctius ponctue son argumentaire d’une mise au point sur le sens qu’il donne au fait de savoir le latin. Il place en effet cet apprentissage au centre d’une chaîne logique d’acquisition des savoirs : ne pas savoir la grammaire, c’est ne pas savoir le latin et donc ne pas savoir la logique. Il projette donc ainsi la gravité des conséquences d’un mauvais apprentissage du latin jusque dans l’apprentissage de la logique, enseignement de base de la Faculté des Arts par laquelle passaient bon nombre d’universitaires de l’époque. Dans certains cas, cet enseignement était obligatoire, puisque savoir raisonner était la base, depuis l’époque de gloire de la scolastique, de ce que l’universitaire pouvait se targuer de maîtriser parfaitement. Cette remise en perspective des graves dommages causés par un enseignement fautif du latin peut expliquer la véhémence de son propos et la nécessité selon lui d’agir rapidement pour y remédier. Il poursuit ensuite en énonçant des principes pédagogiques et épistémiques efficaces qui peuvent aider à cette réforme qui doit passer selon lui par l’apprentissage en vernaculaire. Il rappelle que l’on mémorise mieux ce que l’on comprend, donc que l’on retiendra mieux des règles de grammaire si celles-ci sont en vernaculaire63. Il suggère aussi d’avoir recours à des vers pour énoncer les règles de grammaire, arguant qu’ainsi elles sont mieux mémorisées64. Il évoque également le risque d’abandon des étudiants s’ils ont besoin de recourir à leurs professeurs pour leur expliquer les manuels de grammaire rédigés en latin alors même que, comme il le répète, ce à quoi sert la grammaire c’est justement à apprendre le latin. Ces principes épistémiques sont cohérents avec ce qu’il a pu formuler tout au long de sa carrière dans ses écrits sur le sens que doit avoir un enseignement : permettre l’indépendance de l’apprenant.

  • 65 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 46ro.
  • 66 Id.
  • 67 Lancelot dans l’avis aux lecteurs de sa Nouvelle méthode aborde la question de la langue en laquell (...)
  • 68 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 46ro.
  • 69 Id.
  • 70 Id.

35Sanctius double ces idées, mûries depuis de nombreuses années, d’un premier argument d’autorité en mentionnant un ouvrage de 1532 du Maître Busto destiné, précise-t-il, aux Pages, et qui contient « […] un largo discurso del provecho de las Artes en romance »65. Très habilement ensuite il va citer une seconde autorité, un professeur de Droit, Frias de Albornoz, qui a rendu un avis sur, dit-il, son « arte » de 1566, ce qui semble indiquer qu’il s’agit des Institutiones dont nous avons recensé une version publiée cette même année. Ce second argument d’autorité légitime son travail mais montre aussi que les conseils que lui donnaient alors l’auteur du paratexte légal chargé d’émettre un avis sur son ouvrage ont été par lui entendus. Ceci rend plus crédible et aimable celui qui semblait jusque-là se déchaîner allègrement sur absolument tous les professeurs de grammaire. Il rappelle d’abord que son ouvrage était salué par les mots d’Albornoz notamment pour sa méthode et sa concision, « método y brevedad »66, ce qui le rend d’autant plus crédible comme prescripteur de règles et de méthode. Puis il fait état de la critique alors formulée par Frias de Albornoz sous forme de conseil : quand on veut transmettre, il est préférable d’utiliser la langue connue et non pas la langue justement objet de la transmission67. Frias lui conseillait alors « haga el arte en romance, con los ejemplos en latín »68 fixant pour modus operandi « con la más claridad, y brevedad »69 – deux lignes directrices de la production écrite du Brocense par ailleurs – et pour objectif, de retenir les principes « con facilidad »70. Si ces conseils visaient l’ouvrage de Sanctius produit en 1566, on ne s’étonnera pas du fait que, comme évoqué plus haut, l’édition de 1576 des Institutiones comporte des explicitations en castillan, qui seront encore plus nombreuses dans l’édition de 1595. Sanctius montre donc qu’il sait se mettre à l’écoute et non pas simplement critiquer les travaux d’autrui.

  • 71 Ibid., fol. 46vo.
  • 72 Id.

36Ce que le lecteur retient de ces quatre premières pages, ce sont donc des critères d’apprentissage sur des bases épistémiques compréhensibles qui ont pour but la réussite des apprenants et pour moyen terme la facilité du processus. Un ton véhément voire violent émaille ces premières pages de l’Arte dans lesquelles sont énoncés des principes généraux d’apprentissage qui comptent pour la moitié du volume de cet « art pour savoir rapidement le latin ». Les règles et principes qui facilitent cet apprentissage sont à la fois des règles de méthodologie et de bon sens pédagogique et des règles qui structurent la grammaire et la langue latine. Cet art est à la fois un manifeste de méthode et une méthode. C’est donc bien à partir du folio 46vo qu’il commence à énoncer les règles portant à proprement parler sur l’apprentissage de la langue. Mais il poursuit encore pour quelques lignes les critiques véhémentes afin de mieux corriger les erreurs qu’il nomme « graves errores »71, à deux reprises, affirmant aussi « gran error, y digno de castigo, e introducción de mucha ignorancia »72. Il cite donc des exemples d’erreurs qu’il corrige, en y insérant l’énoncé de principes épistémiques généraux qui président aux dites corrections. Il en va ainsi du principe de propriété, critère central dans toute son œuvre, qu’il applique pour défendre la propriété du latin qui justifie de ne pas le prononcer à la manière d’autres langues étrangères. Ce qui est donc ici exposé semble bien être l’aboutissement de son expérience d’enseignant, de sa réflexion sur la langue latine et sur la transmission des savoirs en général.

37C’est donc seulement après ce plaidoyer de quatre pages que Sánchez de las Brozas livre, en autant de pages, ses recommandations et autres indications proprement didactiques pour la maîtrise de la lecture et l’apprentissage du latin. Ces quatre pages sont organisées en deux sections principales. La première est intitulée : « Reglas para perfectamente leer, y pronunciar latín ». La seconde prend la forme d’un avertissement « La tercera declinación se suele dejar al uso : mas si alguno la quisiere ponese aquí entera » et comporte quatre sous-catégories identifiables par la mise en page puisque leurs titres sont centrés : « De Acusativo », « De Ablativo », « De casibus pluralib. » et enfin « De Genitivo plur. ». La vue de ces catégories si peu nombreuses peut dérouter un lecteur qui vient tout juste de terminer la lecture d’un écrit aussi intense que véhément sur la pédagogie du latin.

  • 73 S. PROTOMÁRTIR VAQUERO, art. cit., p. 604.
  • 74 Ibid., p. 605.
  • 75 Ibid., p. 606.
  • 76 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 47ro.
  • 77 Ibid., fol. 47vo.
  • 78 Ibid., fol. 47ro.

38La partie correspondant à la prononciation du latin est à considérer, de l’avis de Santos Protomártir Vaquero comme « una auténtica revolución científica »73, ce qui inscrit, explique-t-il, sur cette question, le Brocense dans la veine d’Érasme, Estienne, La Ramée et Lipse74. S’agissant de l’exposé sur la troisième déclinaison, Santos Protomártir Vaquero le juge d’une « absoluta modernidad » du fait qu’il regroupe tout ce qui concerne cette déclinaison telle qu’on la conçoit aujourd’hui75. Cette ultime partie de l’opuscule est mise en page d’une manière distincte : on observe un alignement du texte sur la gauche et le texte n’occupe pas toute la largeur de la page, contrairement à ce qui était le cas avant cet exposé sur la troisième déclinaison. De plus, chaque ligne débute par une majuscule même si chaque ligne ne correspond pas systématiquement à une phrase. Vingt-neuf de ces soixante-deux lignes se terminent par un verbe conjugué. Plusieurs de ces verbes sont au futur et semblent commander le fonctionnement de la langue : « crecerá », « alargará », « regirá »76 ou au présent de l’indicatif et font état d’un usage de la langue : « van », « largo es »77. Si l’on se souvient de l’avertissement porté sur le bas de la page de garde, on peut supposer que ces usages sont tirés des textes des « Príncipes de la lengua latina ». Certains autres de ces verbes donnent des recommandations à la deuxième personne du singulier : « sacarás », « darás »78, destinées probablement à l’apprenant. Le rejet du verbe en fin de ligne et/ou de phrase s’apparente à la formulation d’une injonction, ce qui est cohérent avec le projet de donner les règles de la langue. Est-ce donc là une fois de plus une manière de rappeler que le latin doit être compris comme ayant des règles de fonctionnement précises, lesquelles si elles sont bien comprises, car en vernaculaire, et respectées à la lettre, sont une sorte de recette pour savoir rapidement le latin ?

39Cet opuscule demeure bien surprenant eut égard au peu de contenu didactique à proprement parler qu’il offre, comparé au contenu revendicatif et de prise de position pédagogique. Et ce alors qu’il se revendiquait « arte ». Serait-ce qu’avoir les bons principes épistémiques suffit à savoir le latin ? Serait-ce que ce « savoir le latin » signifierait comprendre ses grands traits d’abord en vernaculaire avant de se référer aux Institutiones, en latin, plus complètes et éditées dans le même volume ? Pourtant, l’opuscule est placé dans la seconde partie du volume, appelant à le consulter dans un second temps. Ou serait-ce que cet art est un complément et justification des modifications apportées à la dernière version des Institutiones ? Cependant, elles ne sont pas intégralement rédigées en vernaculaire, comme semble le recommander l’Arte. Mais si l’on en revient au contexte direct de production de l’opuscule, on comprend le sens et la portée que prennent les appels à la réforme et les revendications véhémentes sur l’usage du vernaculaire pour enfin réformer les études de latin. L’urgence de faire entendre sa voix au sein des débats entamés en 1594 peut expliquer le côté hybride pour le moins déroutant de cet « art » / plaidoyer. Était-ce là une pièce ajoutée au dernier moment pour prendre place par écrit dans les débats du moment ? Entendait-il publier plus tard une version de ses Institutiones intégralement en vernaculaire ? Ce qui est certain c’est que cette prise de position, cinq ans avant sa mort, est représentative de sa volonté de continuer à œuvrer pour un apprentissage rationnel de la langue latine, dont on doit changer les instruments, en accord avec la citation qu’il donnait de Thomas d’Aquin, dès que l’esprit en conçoit de meilleurs.

40Sánchez de las Brozas défend donc dans cet Arte para en breve saber latín son idée sur la manière de rendre plus efficace et moins fautif l’apprentissage du latin et cherche à la faire accepter à un moment où se pose la question du choix d’un art unique pour l’apprentissage de la langue latine dans tout le royaume. S’agit-il de pur opportunisme ? Certainement pas, puisque dès 1576 il avait commencé à traduire des parties de ses Institutiones en vernaculaire, suivant les recommandations de Frias de Albornoz de 1566. Rappelons qu’il est en 1595, retraité et âgé de 72 ans, et sous le coup de son second procès inquisitorial qui s’est ouvert en 1593. Stratégie ? Sanctius est officiellement à la retraite depuis 1593, il ne peut donc plus utiliser lui-même ses ouvrages en classe. Peut-être est-ce là une dernière contribution à l’étude de la langue latine qui se nourrit de nombre des concepts clés de sa pensée ayant trait à l’efficacité, la méthode et la brièveté et avancés dans cet « art » pour justifier l’utilisation du vernaculaire. Il semble mettre en avant la volonté de servir un apprentissage efficace et rapide, à la manière de nombreux arts publiés à l’époque. Prime l’efficacité et l’idée de permettre un accès rapide aux auteurs par une intellection du fonctionnement de la langue. Le latin était l’instrument de la diffusion des savoirs, mais les divers enjeux qui se cristallisent alors autour du vernaculaire ont pu peser à l’heure de produire des traités qui permettent de bien comprendre la grammaire latine. Le latin devient le but de l’apprentissage, et non plus à la fois son moyen et son but. C’est en l’enseignant en vernaculaire que Sanctius le préserve et en préserve l’authenticité. Le vernaculaire est alors un outil pour savoir le latin de manière efficace et pertinente, pour parvenir à lire les auteurs et non pour totalement remplacer le latin. Le vernaculaire se fait dans cet opuscule la langue de l’écrit, de la précision, de l’explication claire et exacte, de la méthode. La langue par laquelle on peut énoncer des principes pour non pas évincer mais bien pour parvenir à mieux, et plus rapidement, savoir le latin.

Haut de page

Notes

1 L’on trouvera sur cette question de précieux éléments de compréhension dans Bernard COLOMBAT, « Les manuels de grammaire latine des origines à la Révolution : constantes et mutations », Histoire de l’éducation, 74, 1997, p. 89-114.

2 Sur cette question, on pourra consulter Bernard POTTIER « Les premiers grammairiens des langues amérindiennes, au XVIe siècle », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 128e année (1), 1984, p. 222-239.

3 Nous ne pouvons entrer ici dans les détails car ils sont hors de notre présent objet d’étude, mais la mise en grammaire de langues autres que le latin pose la question du modèle de description à adopter pour ce faire. Les problèmes que pose le modèle latin sont examinés dans Bernard COLOMBAT, « L’héritage du modèle latin dans les grammaires françaises à la Renaissance », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 51, 2013, p. 11-38.

4 On pourra consulter Avelina CARRERA DE LA RED, El « problema de la lengua » en el humanismo renacentista español, Valladolid : Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones, 1988.

5 Toutes ces œuvres didactiques arborent dans leur titre le terme « grammaire » que le Diccionario de Autoridades définit un siècle et demi plus tard comme : « Por antonomasia se llama el estudio de la lengua latina ». Diccionario de la lengua castellana, Madrid : Real Academia Española, 1734.

6 C’est ce qu’affirme Manuel BREVA-CLARAMONTE, « Teaching materials in Pedro Simón Abril (1530-1600) », Histoire Épistémologie Langage, 9 (2), 1987, p. 27-39, p. 28. Nous n’avons pas eu personnellement accès à cet ouvrage de Pedro Simón Abril dont ne sont conservés et inventoriés que très peu d’exemplaires.

7 Sur les travaux linguistiques de Pedro Simón Abril on pourra consulter Manuel BREVA-CLARAMONTE, La didáctica de las lenguas en el Renacimiento : Juan Luis Vives y Pedro Simón Abril, Bilbao : Universidad de Deusto, 1994.

8 Pedro SIMÓN ABRIL, La gramática griega escrita en lengua castellana, Zaragoza : Lorenzo y Diego de Robles, 1586.

9 Il est intéressant de rappeler le cas de la grammaire latine de Linacre, Rudimenta grammatices, rédigée en anglais, publiée dans la première moitié du XVIe siècle, et qui demeure l’une des premières grammaires latines en vernaculaire. Elle est traduite en latin par George Buchanan et publiée en 1533 à Paris. Ce cas pose de nombreuses questions et notamment celle de la langue support des apprentissages et de la diffusion des savoirs au XVIe siècle. On consultera avec profit l’article de Martine FURNO, « La tentation du vernaculaire : George Buchanan traducteur des Rudimenta grammatices de Thomas Linacre », Études Épistémè [En ligne], 23, 2013, mis en ligne le 01 avril 2013.

10 « Dirigida al muy ilustre señor el Rector, Claustro e insigne Universidad de Salamanca », P. SIMÓN ABRIL, op. cit.

11 Antonio de NEBRIJA, Gramática sobre la lengua castellana (1492), Madrid : Real Academia Española, 2011, p. 3. On pourra consulter Eugenio ASENSIO, « La lengua compañera del Imperio. Historia de una idea de Nebrija en España y Portugal », Revista de Filología Española, 43 (3/4), 1960, p. 399-413.

12 Elio Antonio de NEBRIJA, Vocabulario español-latino, Salamanca, 1495 (?), fol 2vo. Sur l’importance et l’ampleur de la tâche qu’assume Nebrija, on consultera l’ouvrage de Francisco RICO, Nebrija frente a los bárbaros, el cánon de gramáticos nefastos de las polémicas del humanismo, Salamanca : Universidad de Salamanca, 1978.

13 Jacques VERGER, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen-Âge, Paris : PUF, 1997, p. 17.

14 Ibid., p. 11.

15 Loc. cit.

16 Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, Salamanca : Juan de Terranova, 1561, fol. 28ro.

17 Sur l’histoire de cette institution, Ana María CARABIAS TORRES, « Evolución histórica del Colegio Trilingüe de Salamanca : 1550-1812 », Studia historica. Historia moderna, 1, 1983, p. 143-168.

18 Ce qui est notifié au claustro de diputados de l’Université de Salamanque le 9 août 1581 comme le note Pedro Urbano GONZÁLEZ DE LA CALLE, Francisco Sánchez de las Brozas. Su vida profesional y académica, Madrid : Victoriano Suárez, 1923, p. 204.

19 Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, op. cit., fol 34ro. Cette exigence remonte aux premiers textes régissant le fonctionnement de l’Université comme expliqué par José Luis FUERTES HERREROS, « Lógica y filosofía, siglos XIII-XVII », in : Luis Enrique RODRÍGUEZ SAN PEDRO BEZARES (coord.), Historia de la Universidad de Salamanca, vol. 3, t. 1, Salamanque : Ediciones Universidad de Salamanca, 2006, p. 491-586, p. 495-496.

20 Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, fol. 34ro.

21 Archivo de la Universidad de Salamanca, 2869/46.

22 Diccionario de la lengua castellana, 1734.

23 Il est connu notamment pour son Ortographia castellana. Un autre grammairien du XVIIe siècle, Diego López, a été également l’élève du Brocense et contribuera à la postérité de certaines de ses idées. On pourra consulter Guadalupe MORCILLO EXPÓSITO, « Uso de la lengua romance en lugar del latín : un discípulo del Brocense, Diego López », in : José María MAESTRE MAESTRE, Luis CHARLO BREA, Joaquín PASCUAL BAREA (coord.), Humanismo y pervivencia del mundo clásico : homenaje al profesor Antonio Fontán, 2, 2002, p. 593-602.

24 Gonzalo Correas, Trilingüe de tres artes de las tres lenguas castellana, latina y griega, todas en romance, Salamanca : Antonia Ramírez, 1627.

25 Loc. cit.

26 Sur les auteurs participant à cette « fronde » contre l’ouvrage de Nebrija, on consultera les pages très éclairantes de Luis GIL FERNÁNDEZ, Panorama social del humanismo español (1500-1800) (1981), Madrid : Tecnos, 1997, p. 115-118.

27 Luis Gil Fernández explique l’affaire dans le détail L. GIL FERNÁNDEZ, op. cit., p. 118-124.

28 Ibid., p. 125.

29 On pourra trouver une intéressante synthèse des questionnements du Brocense sur les langues dans Avelina CARRERA DE LA RED, « Conciencia lingüística del Brocense », Thesaurus, 43 (1), 1988, p. 121-132.

30 Sur cette « pratique » des auteurs de travaux sur la grammaire latine au XVIe siècle on consultera Bernard COLOMBAT, « La référence aux anciens et aux modernes chez les grammairiens latins du 16e siècle (Linacre, Scaliger, Ramus, Sanctius) », Histoire Épistémologie Langage, 28 (1), 2006, p. 25-50.

31 Plusieurs travaux se sont penchés sur le lien entre les deux humanistes et maîtres de l’apprentissage de la langue latine en Espagne. Nous citerons l’article de Antonio RAMAJO CAÑO, « De Nebrija al Brocense », Anuario de estudios filológicos, 13, 1990, p. 331-348, ainsi que celui de José María MAESTRE, « El Brocense contra Nebrija : nuevos datos sobre el prólogo dedicatoria de la Minerva », Alor Novísimo, 16-18, 1988-1990, p. 22-32.

32 Claude Lancelot, Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue latine, (1re éd. 1644), 6e éd. revue, corrigée et augmentée, Paris : Pierre Le Petit, 1662, p. 7- 8.

33 Noam CHOMSKY, Language and mind (1968), 3e éd, Cambridge : Cambridge University Press, 2006, p. 16. On ajoutera que la Minerve a été traduite en français par Geneviève Clérico : Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Minerve ou les causes de la langue latine, trad. Geneviève Clérico, Lille : Presses Universitaires de Lille, 1982.

34 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Grammatica Graeca, Anvers : Christophe Plantin, 1581, p. 3. Le concept de « congruitas » est étudié par Bernard COLOMBAT, La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’Âge classique, Grenoble : Ellug Université Stendhal Grenoble, 1999, p. 377-378.

35 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Verae brevesque grammatices latinae institutiones, Salamanca : Mathias Gast, 1566, fol. 9ro.

36 Felix GAFFIOT, Le Grand Gaffiot, Paris : Hachette, 2000.

37 Sur cette question on pourra consulter les travaux d’Alfonso Martín Jiménez, notamment Alfonso MARTÍN JIMÉNEZ, « Ramus et l’Université espagnole », in : Ramus et l’université, Paris : Éditions ENS Ulm, 2004, p. 131-153 et Alfonso MARTÍN JIMÉNEZ, « La persecución inquisitorial del ramismo en la España de la segunda mitad del siglo XVI », in : Michel MAGNIEN, Kees MEERHOFF, Jean-Claude MOISAN, (dir.), Autour de Ramus. Le combat, Paris : Champion, 2005, p. 451-476.

38 Sur les tenants et aboutissants des exigences de méthode et de rigueur dans les manuels d’enseignement des humanistes, on pourra consulter avec profit Anthony GRAFTON, Lisa JARDINE, From Humanism to the Humanities : Education and the Liberal Arts in the Fifteenth and Sixteenth century, Cambridge : Harvard University Press, 1986.

39 « Il ne faut pas changer la loi, à chaque fois que l’expérience apporte quelque chose de meilleur, à moins que le bien soit si grand que la nouveauté puisse corriger un nombre infini de maux ; l’art en revanche doit changer, à chaque fois que quelque chose de meilleur se présente à l’intelligence ». Dans l’édition de 1576, cette citation se trouve à la fin de la dédicace à ses fils, et on la retrouve au début des Institutiones de 1595 fol. 2vo.

40 Roland SCHMIDT-RIESE, « Réduire en art les langues de l’Amérique », in : Pascal DUBOURG GLATIGNY, Hélène VÉRIN (dir.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 2008, p. 115-132, p. 118.

41 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Verae brevesque grammatices latinae institutiones, Lyon : Héritiers de Sebastien Gryphus, 1562.

42 Diccionario de la lengua castellana, Madrid : Real Academia Española, 1726.

43 Sebastián DE COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid : Luis Sánchez, 1611.

44 Sur le contenu linguistique de cet opuscule on pourra consulter Santos PROTOMÁRTIR VAQUERO, « Notas sobre el ‘Arte para en breve saber latín’ del Brocense », in : Actas del simposio internacional, IV Centenario de la publicación de la Minerva del Brocense : 1587-1987, Cáceres : Diputación Provincial de Cáceres, Institución Cultural El Brocense, 1989, p. 137-144.

45 Francisco SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, Salamanque : Juan Fernández, fol. 45vo.

46 Ibid., fol. 45vo.

47 Ibid., fol. 46vo.

48 Ibid., fol. 45vo.

49 Id.

50 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 45ro- 45vo.

51 Ibid., fol. 46vo.

52 Érasme, notamment, moque de manière virulente les grammairiens dans l’Éloge de la folie.

53 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 44vo.

54 Id.

55 Id.

56 Ibid., fol. 45vo.

57 Id.

58 Ibid., fol. 44vo.

59 L’étude des auteurs avait bien une place dans le cursus salmantin ainsi qu’en atteste le texte des Statuts consacré à ce que doivent enseigner les « Catedráticos de Prima de Gramática », en complément des travaux du grammairien Lorenzo Valla : « […] han de leer media hora de Laurentio Valla, y en la otra hora un poeta o historiador […] », Estatutos hechos por la muy insigne Universidad de Salamanca, fol. 25vo.

60 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 45vo.

61 Ibid., fol. 45ro. Cette question fait l’objet d’un traité à part au sein de la production du Brocense publié en 1581 par les presses de Christophe Plantin : De auctoribus interpretandis sive de exercitatione.

62 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 45ro.

63 On rappellera que le Brocense publie en 1582 un art de mémoire : Artificiosae memoriae ars.

64 Francisco Thámara choisissait lui aussi les vers pour exposer la grammaire, car selon lui les vers facilitent le travail de mémoire. Voir Francisco THÁMARA, Suma y erudición de gramática en metro castellano, Anvers : Martin Nucius, 1550.

65 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 46ro.

66 Id.

67 Lancelot dans l’avis aux lecteurs de sa Nouvelle méthode aborde la question de la langue en laquelle enseigner une langue et suggère que donner des règles en latin pour apprendre le latin « N’est-ce pas supposer qu’on sait déjà ce qu’on veut apprendre […] ? », Claude Lancelot, Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue latine, p. 24.

68 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 46ro.

69 Id.

70 Id.

71 Ibid., fol. 46vo.

72 Id.

73 S. PROTOMÁRTIR VAQUERO, art. cit., p. 604.

74 Ibid., p. 605.

75 Ibid., p. 606.

76 F. SÁNCHEZ DE LAS BROZAS, Arte para en breve saber latín, fol. 47ro.

77 Ibid., fol. 47vo.

78 Ibid., fol. 47ro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie-Bérangère Singlard, « En quelle langue apprendre le latin ? Le cas de l’Arte para en breve saber latín de Francisco Sánchez de las Brozas », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41098

Haut de page

Auteur

Sophie-Bérangère Singlard

Aix-Marseille Université, CAER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search