Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...Première partie : Savoirs, mythes...D’Antonio de Guevara à Antonio Pé...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique
Première partie : Savoirs, mythes et idéologies linguistiques de la fin du XVe siècle au début du XVIIe siècle dans l’Espagne classique

D’Antonio de Guevara à Antonio Pérez : Le livre espagnol à Genève, de l’harmonie plurilingue à la concurrence des langues vernaculaires

Roland Béhar

Résumés

L’article se propose de jeter quelques lumières sur le phénomène encore trop peu étudié des éditions tri- ou quadrilingues de textes littéraires espagnols, entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, à partir du cas particulier du Menosprecio de corte d’Antonio de Guevara. On y envisage successivement la fortune des traductions françaises du Menosprecio (en particulier celles, plurilingues, publiées chez les De Tournes, entre Lyon et Genève), puis leur singulière présentation typographique, représentative du genre des éditions plurilingues européennes, et on y ébauche enfin une réflexion sur le rôle de la concurrence entre langues dans ces livres et dans ce genre de maison d’édition, en opposant deux modèles : le premier, irénique, d’une entente et d’une communication entre les langues, qui en permet aussi la pédagogie ; le second, conflictuel, où l’édition de textes en langue étrangère sert la lutte contre la nation de cette langue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos, en particulier, Benoît GREVIN, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du (...)
  • 2 Sur ces deux cas, voir Roland BEHAR, Mercedes BLANCO et Jochen HAFNER (éd.), Villes à la croisée de (...)

1La juxtaposition et, souvent, la superposition des langues est un phénomène extrêmement fréquent au Moyen Âge1, et c’est la consolidation progressive des États-nation, quand ceux-ci en sont venus à se créer, qui en a réduit le phénomène. Ce multilinguisme traverse toute l’Europe et nombreuses sont les zones où plusieurs langues se côtoient, soit que la zone se place à cheval sur une frontière, plus ou moins précise, soit qu’elle soit soumise à des pouvoirs et de juridictions en diverses langues, soit que les langues s’y regroupent du fait de la concentration d’intérêts en un point donné. Les raisons en sont alors le plus souvent marchandes, mais peuvent également être politiques et diplomatiques – alors souvent avec une moindre intensité que dans le cas des concentrations marchandes – : si toutes les grandes villes marchandes, Venise, Lyon, Francfort, Anvers, plus tard Amsterdam et Hambourg, mais aussi Séville, Londres, Rouen ou Genève, sont par définition des lieux plurilingues, des raisons politiques encouragent quant à elles un autre type de multilinguisme dans les grandes cours, à Paris, à Prague, à Rome, à Bruxelles2.

2Par son encouragement de l’étude des langues anciennes, l’humanisme a par ailleurs créé des superpositions de langues érudites, principalement dans les centres académiques, où le latin et le grec, parfois même l’hébreu viennent se superposer dans les publications de textes anciens commentés, depuis les Bibles polyglottes jusqu’aux éditions de classiques grecs et latins – songeons aux éditions aldines, par exemple, tant copiées de par l’Europe. Les manuels de langues anciennes, dictionnaires et grammaires, juxtaposèrent également les langues.

3Dans ce cadre, les éditions plurilingues de textes, et pas seulement de dictionnaires, comme le Calepin, ou de manuels d’apprentissage de langues, à la manière de ceux de Noël de Barlaimont ou de Gabriel Meurier, représentent un cas d’étude assez instructif des dynamiques linguistiques à l’œuvre dans les ateliers d’imprimerie du XVIe et du XVIIe siècle. Après avoir été assez longtemps relégués au titre des curiosa du maniérisme ou des inventions typographiques seulement destinées à satisfaire la pédagogie des langues, classiques ou vernaculaires, les livres plurilingues de la Renaissance fait l’objet, depuis quelques décennies, d’une analyse critique à nouveaux frais. Porté par plusieurs disciplines, ce champ d’études peut cependant encore servir de terreau fécond pour le développement de nouvelles recherches. C’est à partir d’un cas à plusieurs égards typique, et qui implique la circulation d’une œuvre à grand succès des lettres espagnoles du XVIe siècle, que l’on souhaite ici développer quelques considérations sur les dynamiques européennes des textes espagnols dans des contextes éditoriaux plurilingues.

  • 3 Michel SIMONIN, « Des livres pour l’Europe ? Réflexions sur quelques ouvrages polyglottes (XVIe siè (...)

4L’ouvrage, que Michel Simonin qualifia de « bijou typographique »3, porte le titre éloquent de :

Mespris de la cour et louange de la vie rustique, composé premierement en Espagnol par dom Antoine de Guevarre, evesque de Mondognedo. predicateur, Historiographe et Conseiller de l’Empereur : et depuis traduit en italien, François, et Allemand. Toutes lesquelles langues nous avons joinctes ensemble en ceste seconde edition, pour l’utilité et soulagement de ceux qui prennent plaisir aux vulgaires qui sont aujourd’huy plus prisés et recerchés. A la fin du livre se voyent les vers françoys des Evesques de Meaux et de Cambray, et les Latins de N. de Clemenges Docteur en Theologie sur la grande disparité de la vie rustique avec celle de cour. Par Jean de Tournes. [Genève], 1605.

Fig. 1. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605.

Fig. 1. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605.

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].

5À plusieurs égards, ce livre aux dimensions des plus modestes (in-16°) est à situer à la fin d’une évolution complexe et, de ce fait, il en devient un observatoire idéal de la question des livres plurilingues. D’une part, il participe de l’histoire des éditions européennes du Menosprecio de corte y alabanza de aldea d’Antonio de Guevara ; d’autre part, il s’inscrit dans une liste plus longue d’ouvrages plurilingues du catalogue des éditions genevoises publiées par Jean II de Tournes, héritier de son père, le grand imprimeur lyonnais Jean de Tournes. Enfin, il s’inscrit dans un genre éditorial dont la seconde moitié du XVIe siècle a vu prospérer la vogue, celui des éditions synoptiques de textes littéraires vernaculaires. C’est donc sur ces préalables qu’on reviendra ici, avant de formuler quelques interrogations sur la signification du phénomène des éditions plurilingues de textes espagnols, en général et plus particulièrement dans le contexte genevois doublement déterminé : d’une part, par sa position géographique sur la frontière des espaces linguistiques romans et germaniques, d’autre part, par sa situation au-delà de la frontière confessionnelle qui divise alors une Europe sur le point de sombrer dans les horreurs de la Guerre de Trente Ans.

1. Guevara : la fortune européenne du best-seller du confesseur de Charles-Quint

  • 4 Mentionnons les éditions du Philocope (1542), de l’Epistre consolatoire (1556) et de la
Fiammette a (...)

6Il est utile de rappeler que des textes espagnols circulaient en éditions bilingues, depuis un peu avant le milieu du XVIe siècle. Si le phénomène des éditions bilingues vernaculaires avait commencé avec des éditions franco-italiennes4, le best-seller franco-espagnol le plus remarquable fut sans doute le roman sentimental de Juan de Flores, l’Histoire de Aurelio, et Isabelle, dont la fortune culmina en une version quadrilingue, sortie à Bruxelles en 1608 (Histoire de Aurelio, et Isabelle […], nouvellement traduict en quatre langues, Italien, Espaignol, François, & Anglois (Bruxelles : Jean Mommaert, 1608).

  • 5 Voir sur ce point les analyses de Nicolas Corréard, « ¿Lazarillo “libertin”? Sobre la primera recep (...)

7Un cas particulièrement intéressant est celui du Lazarillo de Tormes, dont la fortune française, à partir de l’édition lyonnaise des Faits merveilleux, ensemble la vie du gentil Lazare de Tormes (1560), est sans doute, du moins initialement, l’œuvre d’exilés espagnols protestants réunis dans la capitale des Gaules, et dans un milieu déjà habitué aux traductions et, on l’a vu, aux éditions bi- ou plurilingues5.

Fig. 2. Frontispice de La Vida de Lazarillo de Tormes…, Paris, Nicolas & Pierre Bonfons, 1601.

Fig. 2. Frontispice de La Vida de Lazarillo de Tormes…, Paris, Nicolas & Pierre Bonfons, 1601.

[Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, Y2-52851, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k76237r.r=%22La%20vida%20de%20Lazarillo%20de%20Tormes%221601?rk=21459;2].

  • 6 Voir Roland BEHAR (avec Véronique DUCHE), « Poésie espagnole », in : V. DUCHE (éd.), Histoire des t (...)

8Mais c’est une édition bilingue qui prend le relais,l’anonyme édition bilingue de La Vie de Lazarille de Tormes. Et de ses fortunes et adversitez, publiée à Paris par Nicolas et Pierre Bonfons, en 1601, qui sera ensuite rééditée en 1609, en 1615, 1616, 1620 et, seulement pour le texte français, en 1623 et en 1628, signe du succès incontestable de la formule éditoriale du livre en plusieurs langues dans les premières décennies du XVIIsiècle. D’autres textes espagnols connurent une publication sous cette même forme, dans ces mêmes années – la Diane de Jorge de Montemayor, en particulier6.

  • 7 Sur Guevara, voir Augustin REDONDO, Antonio de Guevara (1480?-1545) et l’Espagne de son temps, Genè (...)

9La vogue des traductions et des éditions bi- ou plurilingues d’Antonio de Guevara (1480-1545) s’inscrivit dans ce mouvement. Le Menosprecio de corte y alabanza de aldea avait été publié par Guevara, évêque de Mondonedo depuis 1537, en 1539 (Valladolid : Juan de Villaquirán). L’auteur jouissait alors déjà d’une grande renommée, qu’il devait à sa réputation à la cour de l’empereur Charles-Quint et, surtout, à la publication, dix ans auparavant, du Reloj de príncipes o Libro áureo del Emperador Marco Aurelio (1529)7. 1539 est en réalité l’année de la sortie, chez le même éditeur, de la plupart de ses œuvres : outre le Menosprecio, les Epístolas familiares, la Década de Césares, l’Arte de marear et enfin l’Aviso de privados y doctrina de cortesanos. Plusieurs de ces livres connaissent un succès rapide, d’abord en espagnol, puis dans d’autres langues. Tel est aussi le cas du Menosprecio : après la première édition de 1539, il vit le jour à nouveau en 1545, chez le même éditeur, puis en 1546, par Nutius à Anvers, à Pampelune, en 1579, et en 1592, à Alcalá de Henares.

Fig. 3. Frontispice de [A. de Guevara], Du Mespris de la court, et de la louange de la vie Rusticque…, Lyon, Étienne Dolet, 1542

Fig. 3. Frontispice de [A. de Guevara], Du Mespris de la court, et de la louange de la vie Rusticque…, Lyon, Étienne Dolet, 1542

[Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES-R-2732, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k8706878w.r=%22Du%20mespris%20de%20la%20court%22Dolet%201542?rk=42918;4]

10Cependant, dès 1542, le texte est traduit en français par Antoine Alaigre, chanoine de la cathédrale de Clermont, et publié par Etienne Dolet, à Lyon. Il n’est d’ailleurs pas inintéressant de rappeler les raisons par lesquelles le traducteur explique son entreprise dans son épître préliminaire à l’évêque de Clermont, Guillaume du Prat :

  • 8 [Antonio de GUEVARA], Du Mespris de la court, & de la louange de la vie rusticque. Nouvellement tra (...)

Monseigneur, ces jours passés étant retiré pour quelque temps au Village, et prenant le plaisir, et commodité des champs, un mien ami m’envoya les œuvres en vulgaire castillan de Dom Ant. De Guevara Évêque de Mondovent [sic], et Croniqueur de l’Empereur, entre lesquelles trouvai grand plaisir et profit à la lecture du livre intitulé Le mépris de la Court et louange du Village, dirigé au Roi de Portugal. De sorte, que pour mieux retenir les bonnes sentences et érudition d’icelui, j’employai volontiers quelques heures de l’après-soupée à le mettre et traduire en français. Ne pensant (quand tout est dit) que la traduction dut jamais bouger d’entre mes autres brouillards [sc. papiers]. Mais était mon intention finale (après l’avoir communiquée à aucuns [sc. certains] de mes plus grands amis, qui n’ont l’intelligence de la langue espagnole) la laisser en un coin de chambre, servir de viande aux rats. Et pour ce, que le premier exemplaire était divisé en plusieurs feuillets séparés et sans ordre, donnai charge à un écrivain mon voisin de le doubler et mettre au net, lequel y besogna si mal à son devoir, qu’avec ce que, par ignorance ne sut suivre l’original, pour gagner une pièce d’argent, vendit, ou bon lui sembla, des copies si mal agencées, que j’eus regret d’y avoir consommé le temps. Tellement qu’à la fin mu de la persuasion et importune instance de M. Anne Regin votre vicaire général et Pierre Cistel votre avocat (mes grands amis) ai mieux aimé offrir aux yeux de tous cet œuvre mal traduit, qu’endurer ces exemplaires corrompus, à ma confusion être entre mains de tel, qui par aventure, n’a jugement de connaître, dont procède la faute. Par quoi Monseigneur, sous la guide de votre aveu, j’ai aventuré le sort de ma renommée8.

  • 9 Telle est du moins l’opinion d’Horacio CHIONG RIVERO, The Rise of Pseudo-historical Fiction : Fray (...)
  • 10 Plus généralement, sur les traductions françaises de textes espagnols et leur fortune en France, vo (...)

11Cette présentation a pu être jugée un peu romancée, et préfigurant même les préfaces de Cervantès9, mais il convient aussi de voir la part de conventions du genre qu’elle comporte. L’idée, en particulier, selon laquelle l’intégrité du texte serait mise en péril par l’incompétence ou l’indélicatesse de copistes peu scrupuleux est alors des plus fréquentes : la fuite en avant que suppose la publication s’impose alors comme seule solution. Plus intéressante, peut-être, apparaît la mention des causes qui amenèrent le traducteur à transposer le texte, « pour mieux retenir les bonnes sentences et érudition d’icelui » : on le traduit pour sa valeur morale10.

  • 11 Libro Llamado Menosprecio de corte y alabança de aldea, compuesto per el illustre senor don antoni (...)

12Le livre est ensuite plusieurs fois réédité en français, soit séparément (en 1543, à Lyon et à Paris, en 1551, également à Lyon et à Paris, en 1552, à Lyon, et en 1583, encore à Lyon) ou regroupé avec les pièces de la « querelle des Amies » (à Paris : en 1544, 1545, 1546, 1549, 1550, 1551, 1556 et 1568). Et c’est dans la même ville de Lyon que commence la fortune des éditions plurilingues de ce texte : c’est en 1551, c’est-à-dire à peine douze ans après la première édition, que Jean de Tournes lance une édition bilingue, espagnole et française, du Menosprecio de corte, et c’est son fils Jean II de Tournes qui publiera en 1591, à Genève, une édition trilingue du même titre, espagnole, italienne et française (dans la nouvelle traduction de Louis Turquet de Mayenne)11.

13Et c’est cette dernière édition que reprend enfin celle du Menosprecio mentionnée initialement, quadrilingue : espagnole, italienne, française et allemande.

Fig. 4. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 1

Fig. 4. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 1

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813214, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO0100137001100512503/​IMG00000005#]

  • 12 Pour une réflexion sur le rôle de Lyon comme « creuset » éditorial, voir Elsa KAMMERER, Jean de Vau (...)
  • 13 Alfred CARTIER, Bibliographie des éditions des De Tournes, imprimeurs lyonnais. Mise en ordre avec (...)

14La vogue des éditions bi- ou plurilingues du Menosprecio de corte de Guevara fut donc liée non seulement à la ville de Lyon – un des creusets où fut inventée la forme éditoriale du livre vernaculaire plurilingue12 –, mais plus précisément à la famille de Tournes, père et fils. Le second, s’étant rallié au culte réformé, avait fui Lyon et rejoint Genève, et l’on sait que dès son arrivée, « sans moyen de servir au public s’il ne [lui] était permis d’exercer son art », il soumit au Conseil de la ville une liste de livres pour lesquels il sollicita la licence d’impression : ce fut le début d’une prolifique activité d’éditeur, jusqu’à sa mort en 1615. Le Mespris de la court et louange de la vie rustique figurait au nombre des livres dont il demande la permission de les imprimer13. Et pour cause, puisque ce titre appartenait au catalogue de la maison De Tournes depuis l’édition bilingue, franco-espagnole, du Menosprecio de Corte par Jean de Tournes, à Lyon, en 1551 – aux origines mêmes, donc, du mouvement des éditions vernaculaires plurilingues européennes.

2. Le livre plurilingue : typographies et mise en page

15Les éditions plurilingues présentent la particularité d’offrir le texte de manière synoptique, par colonnes parallèles, et avec une spécialisation des types d’imprimerie employés. Dans l’édition de 1591, le texte espagnol est imprimé en caractères romains, le français en caractères de civilité, tandis que l’italien est relégué au bas de la page, en caractères italiques : tout tient encore dans une seule et même page. Sur les pages paires (de gauche, donc), le français tient la colonne de gauche, l’espagnol celle de droite, sur les pages impaires (de droite, donc), l’espagnol tient la colonne de gauche, le français celle de droite. L’effet de miroir est donc parfait, avec les italiques de l’italien courant également au bas des pages et refermant ainsi le cadre visuel. Il est sans doute arbitraire d’attribuer une signification à ces dispositions, mais il est tout de même possible d’observer que l’espagnol et le français se tiennent l’une face à l’autre, comme langue d’origine du texte et comme langue véhiculaire principale en la ville de Genève. Cependant, on peut aussi y voir la rivalité des deux langues qui aspirent alors à la prépondérance européenne, l’italien se voyant relégué à un rôle certes secondaire, mais aussi d’intermédiaire entre les deux – l’italien était alors sans doute la langue principale des échanges bancaires, commerciaux et diplomatiques.

Fig. 5. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 1

Fig. 5. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 1

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813214, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO0100137001100512503/​IMG00000005#]

Fig. 6. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 2

Fig. 6. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 2

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813214, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO0100137001100512503/​IMG00000005#]

16La page de titre elle-même présente les trois types de caractères, mais distribués sur les seules langue espagnole et française.

  • 14 Voir Rémi JIMENES, Les Caractères de civilité. Typographie et calligraphie sous l’Ancien Régime. Fr (...)

17Dans l’édition de 1605, la disposition aussi bien de la page de titre que de la première page de texte met une fois de plus en scène la différence typographique des langues, sur une même page. Sur la page de titre, ne cohabitent que les caractères romains et les caractères dits de civilité, qui avaient été inventés en 1557 par Robert Granjon et qui fleurissaient depuis lors dans les éditions françaises, notamment dans des ouvrages destinés, d’une manière ou d’une autre, à un usage pédagogique14.

Fig. 7. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605.

Fig. 7. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605.

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].

Fig. 8. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 1.

Fig. 8. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 1.

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].

18À partir de la page suivante les quatre langues sont réparties à raison de deux colonnes par page, la page de gauche et la page de droite ne se reflétant plus comme en un miroir mais se présentant comme un seul espace textuel que le regard considère simultanément, au gré des langues qu’il souhaite comparer : l’espagnol et l’italien à gauche, le français et l’allemand à droite.

Fig. 9. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 2.

Fig. 9. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 2.

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].

Fig. 10. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 3.

Fig. 10. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 3.

[Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].

19Ce système de répartition des langues était loin d’être original. Il était même monnaie courante dans un espace géographique allant de Lyon – et donc de Genève, éditorialement très liée à Lyon – jusqu’aux Flandres. Il répondait sans doute simultanément à plusieurs logiques. La première consistait dans l’attribution à chaque langue d’une apparence visuelle qui permît au lecteur de la retrouver dans son apparence authentique. Au début du XVIIe siècle, l’espagnol, le français et l’italien ne s’imprimaient plus en caractères gothiques, mais l’espagnol n’employait guère non plus les italiques. Inversement, les caractères gothiques demeuraient réservés à l’allemand – ainsi qu’au néerlandais. L’usage des caractères de civilité permettait donc de singulariser le français, même si ces caractères n’étaient pas d’un usage aussi répandu, en français, que les caractères romains, en espagnol, les italiques, en italien, ou les gothiques, en allemand.

20La distinction des différentes typographies permettait cependant aussi de rendre la lecture des quatre colonnes plus aisée, l’œil isolant plus facilement le texte qui à tel moment intéressait le lecteur. Ce besoin de distinction visuelle entre langues est évident dans une réédition de l’édition de De Tournes de 1605, faite à Genève par Claude Le Mignon, en 1614, d’où les caractères de civilité sont absents – sans doute du fait de leur plus grande rareté et des difficultés qu’un imprimeur pouvait rencontrer pour se les procurer. Or, Claude Le Mignon n’étant qu’un imprimeur très occasionnel, à l’inverse des De Tournes dont les générations successives allaient encore tenir la place éditoriale de Genève jusqu’au XVIIIe siècle. On observe que tout ce qui était en caractères de civilité, en français, y fut remplacé par des caractères italiques – manière de distinguer tout de même efficacement le français de la langue qu’elle jouxtait sur les pages de gauche, l’espagnol, toujours en caractères romains.

Fig. 11. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 1.

Fig. 11. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 1.

[Paris, collection privée].

Fig. 12. A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 1.

Fig. 12. A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 1.

[Paris, collection privée].

Fig. 13. A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 2-3.

Fig. 13. A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 2-3.

[Paris, collection privée].

21On revenait ainsi à une sorte d’effet de miroir, les italiques du français et de l’italien occupant la partie centrale du livre, alors que les caractères romains de l’espagnol correspondaient aux gothiques de l’allemand.

22Comment comprendre ce type d’édition ? Michel Simonin écrivait à leur propos :

  • 15 M. SIMONIN, « Des livres pour l’Europe ?… », art. cit., p. 810.

Les éditions polyglottes de textes littéraires poursuivent des ambitions plus hautes [que celles des manuels de langue tels les Colloques de Noël de Barlaimont] mais moins larges. Moins larges parce qu’elles ne dépassent jamais quatre langues, plus hautes parce que, négligeant d’enseigner les rudiments, elles s’adressent à un public soucieux de perfectionnement, voire de pureté. Longtemps elles sont demeurées bilingues. Dans la plupart des grands pays européens les éditeurs ont fait une place dans leur production à des traductions juxtalinéaires, extrapolées des colloques scolaires, qui prétendent permettre aux doctes de contrôler leurs connaissances. À l’examen, cette prétention apparaît fort exorbitante. Car très souvent ces professionnels avisés se bornent à agglomérer au texte original une traduction libre que ne protège plus aucun privilège […]15.

  • 16 Ibid., p. 811.

23Or, dans ce panorama, l’édition quadrilingue du Menosprecio de corte de 1605 apparaît comme le résultat, selon M. Simonin, de « l’entreprise la plus ourdie et la plus soignée en faveur de l’édition polyglotte »16.

24Dans une étude consacrée à la fortune française du Menosprecio, Marie-Claire Thomine rappelle non seulement l’analyse relativement générale de Michel Simonin, mais aussi les arguments de Rémi Jimenes à propos de la fortune des éditions polyglottes et de la place qui occupe aussi l’emploi des caractères de civilité.

  • 17 M.-C. THOMINE, « Annexe 1. Les éditions françaises… », art. cit., qui offre par ailleurs une descri (...)

en composant ainsi le texte en lettres « françaises », et non en romain ou en italique, l’imprimeur insiste sur le travail de traduction. […] L’idée d’associer à chaque langue une typographie particulière n’est pas nouvelle en soi (elle est même habituelle depuis le début du XVIe siècle), et les caractères de civilité trouvent rapidement leur place au sein de cette tradition17.

  • 18 M. SIMONIN, « Des livres pour l’Europe ?… », art. cit., p. 812.

25Le travail de traduction est donc mis en avant, dans une mise en parallèle visuelle entre les langues. Quelle est, néanmoins, la visée de Jean II de Tournes lorsqu’il se donne la peine d’orchestrer un semblable concert des langues ? Michel Simonin insiste surtout sur ce que l’éditeur lui-même met en avant : publier des textes dont toutes les versions « tendaient à bonne instruction »18. Le Menosprecio de corte n’est au demeurant pas le seul texte qu’il publie sous cette forme, puisqu’il livre également à l’imprimerie le Galatée de Giovanni Della Casa, en 1609, et le Théâtre du Monde de Boaistuau, en 1619. Le Théâtre du Monde de Boaistuau se construit dans la même alliance de quatre langues que le Menosprecio de corte de Guevara.

Fig. 14. Frontispice de Pierre Boaistuau, Le Théâtre du Monde…, Genève, Jean II de Tournes, 1619

Fig. 14. Frontispice de Pierre Boaistuau, Le Théâtre du Monde…, Genève, Jean II de Tournes, 1619

[Paderborn, Universitätsbibliothek, https://digital.ub.uni-paderborn.de/​eab/​content/​zoom/​3314792]

Fig. 15. Pierre Boaistuau, Le Théâtre du Monde…, Genève, Jean II de Tournes, 1619, p. 1

Fig. 15. Pierre Boaistuau, Le Théâtre du Monde…, Genève, Jean II de Tournes, 1619, p. 1

[Paderborn, Universitätsbibliothek, https://digital.ub.uni-paderborn.de/​eab/​content/​zoom/​3314804

  • 19 Voir Jean BALSAMO, « Langues et typographie / Volkssprachen und Typographie », in : E. KAMMERER  et (...)

26Le Galatée, quant à lui, surpasse encore la complexité quadrilingue du Menosprecio de corte ou du Théâtre du Monde19. Après une édition quadrilingue de 1598, l’édition de 1609 de Jean de Tournes construit un ensemble à cinq langues, le latin courant au bas des pages paires et impaires, comme l’italien dans l’édition du Menosprecio de corte de 1591.

Fig. 16. Frontispice de Giovanni della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609

Fig. 16. Frontispice de Giovanni della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609

[Bibliothèque de Genève, Su 5008 (2), http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-56577]

Fig. 17. G. della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609, p. 2

Fig. 17. G. della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609, p. 2

[Bibliothèque de Genève, Su 5008 (2), http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-56577]

Fig. 18. G. della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609, p. 3

Fig. 18. G. della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609, p. 3

[Bibliothèque de Genève, Su 5008 (2), http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-56577]

  • 20 Ibid., p. 813.
  • 21 Ibid.

27Et, si ces ouvrages servent indubitablement une fonction de pédagogie linguistique, ils « participent en un premier temps du seul mouvement qui subvertit le mythe de Babel, subversion dont elles forment l’illustration la plus concrète, et qui s’autorise du précédent canonique des grandes bibles canoniques »20. Ce n’est, cependant, qu’« un moment fugitif »21, car les livres plurilingues relèveront ensuite d’un autre imaginaire, celui, à vocation encyclopédique, de l’Arche de Noé, qui accueille et recueille toute la diversité des langues.

3. Conclusions : hypothèses sur la signification des éditions plurilingues de textes

28Voilà ce que, jusqu’à présent, a suggéré à la critique l’interprétation de ce petit « bijou typographique » qu’est le quadrilingue Menosprecio de corte de Genève, édité par Jean II de Tournes en 1605 et réédité par Claude Le Mignon en 1614.

29Comment comprendre, cependant, une entreprise de ce genre ? Peut-être qu’il n’est pas inutile de rappeler les termes dans lesquels Jean II de Tournes présentait son livre, dès la dédicace de l’édition trilingue de 1591, écrite, donc, au milieu de la grande tourmente des Guerres de religion, pour les détails en partie même techniques qu’elle livre :

  • 22 La mention de l’après-soupée, comme lieu de la lecture ou de la traduction du Menosprecio de corte, (...)

À Monseigneur, Monr de Langes, Seigneur dudit lieu, de la Val, &. Conseiller du Roy en son Conseil privé, et président en la Sénéchaussée et siège présidial à Lyon.

Monseigneur, j’ai bien éprouvé durant ce misérable naufrage de la France, que le loisir qui n’est conjoint avec le repos et la tranquillité de l’esprit, est beaucoup plus pesant et ennuyeux, que ne saurait être le plus dur et assidu travail du monde, car pour le moins le travail et occupation nous distraient, malgré que nous en ayons, du continuel souvenir de nos misères, au lieu que le loisir nous baille le moyen de tant plus alambiquer notre esprit par l’incessante représentation de nos malheurs, nous les ramentenant d’heure à autre, pour les imprimer tant plus avant dans nos âmes, et avec beaucoup plus de passion. Et de fait je me fusse volontiers servi de la recette de ceux qui sont affligés de fièvres intermittentes : quand ils voient leur accès être proche, ils tachent de tromper le temps, ou par devis familier avec leurs amis, ou par quelque jeu auquel ils se plaisent, ou bien quelque autre honnête et agréable exercice, ainsi j’eusse bien désiré d’être toujours tendu et occupé au travail de mon imprimerie. Pour n’en avoir pas le moyen, je n’ai peu en mon art faire ce que j’eusse bien désiré, et en quoi j’eusse mis peine de ne me point apporter de déshonneur, ni de dommage au public. Or puisque je n’ai peu faire ce que j’eusse bien voulu, il m’a fallu contenter de faire ce que j’ai pu. Et encore que tout ce peu que j’ai semé depuis l’année 1585 me soit demeuré mort et inutile, sans en avoir recueilli jusqu’ici aucune moisson, si ne me suis-je peu tenir d’imprimer toujours quelque petit livret. Le dernier que j’ai fait est ce Mépris de la Cour, lequel je vous dédie et présente.
Je voyais que presque tous les livres qu’on publiait pour le soulagement et profit de ceux qui prennent plaisir à apprendre les vulgaires de notre siècle, étaient traités d’amour, peste et ruine de la jeunesse d’autant plus pernicieuse, que cet âge la répute et tient pour une espèce de vertu : j’ai voulu mêler le profit avec le plaisir, imprimant en trois langues ce livre, qui depuis le commencement jusques à la fin contient une perpétuelle exhortation à la vertu, avec une détestation des vices qui règnent aujourd’hui au monde, et notamment ès cours de la plus part des grands Princes, l’imprimant, dis-je, ès trois langues les plus communes et les plus chéries entre toutes celles de la Chrétienté.
Or le vous ai-je dédié pour plusieurs raisons. Premièrement afin qu’il servît d’arrhes et de témoignage de l’obligation que je vous dois pour tant de faveurs que j’ai reçues de vous, et pour l’entière et paternelle affection que de votre grâce vous m’avez toujours portée. Puis aussi à cause que plusieurs fois et de bouche et par lettres j’ai été par vous incité de le mettre en lumière, même avez pris peine de me faire recouvrer l’Italien. Et enfin pour ce que vous connaissant d’un naturel ouvert et entier, éloigné de toute simulation et feintise, j’ai pensé que l’argument de ce traité vous serait agréable, et que ses discours vous aideraient à passer quelque après-soupée au milieu des plaisants bois de votre maison de Laval22, quand il aura plu à Dieu apaiser les flots impétueux qui tourment de si longtemps la pauvre navire française.
J’ai pris l’Espagnol sur l’exemplaire imprimé à Anvers. L’Italien, je l’ai recouvré à grande difficulté de l’impression de Venise. Le français, un mien ami et patriote, qui vous aime et honore, m’a fait ce plaisir de me le traduire de l’Espagnol, auquel je ne suis encore guère bien versé. L’auteur n’a eu autre but que de retirer les hommes du vice, et les faire entrer au chemin de vertu. Pour persuader ou fortifier ses salutaires préceptes, il a allégué plusieurs dits et faits des anciens, quelques fois selon la vérité, mais bien souvent il les a pliés et accommodés à son propos, et, si je ne me trompe, il en a forgés quelques-uns qui ne se retrouveront en aucun bon auteur.
Il y a aussi quelques exercices, et quelques apprêts de viandes, péculiers à l’Espagnol, que les traducteurs n’ont pu exprimer, mais au lieu de ce y ont mis ce qui était selon l’usage de leur pays. En cela j’ai laissé les traductions en leur entier. Quelquefois l’Italien a tourné tout à contrepoil ce qui était en Espagnol : alors je l’ai remis selon le sens de l’auteur. Sinon quand j’ai vu que si bien le sens et les paroles étaient quelque peu divers, néanmoins tous les deux tendaient à bonne instruction, j’ai laissé la traduction Italienne sans rien y toucher.
Mais je ne dois pas par ma trop longue épître vous retarder de lire les graves et divines instructions de Don Guevarre. Je ferai donc fin, après vous avoir supplié de recevoir ce mien labeur, et la dédication que je vous en fais, avec le même visage qu’il vous a plus toujours me voir. Je prie Dieu, Monseigneur, qu’il vous donne en santé et longue vie l’heur et le contentement que je vous désire, avec accroissement de vos honneurs et dignités, de mon Imprimerie ce 20 mai 1591.
Votre humble et obéissant serviteur
Jean de Tournes.

  • 23 Voir la réédition de l’édition princeps, Antonio DE GUEVARA, Verachtung dess Hoflebens vnd Lob dess (...)

30Le but premier de Jean II de Tournes est de diffuser le traité tout à la fois agréable et profitable de Guevara « ès trois langues les plus communes et les plus chéries entre toutes celles de la Chrétienté » – trois langues qui, quinze ans plus tard, en deviennent quatre, par l’adjonction de l’allemand. Pour ce faire, il réunit trois versions du texte, à partir, respectivement, de l’édition espagnole d’Anvers, de l’édition italienne de Venise, et d’une nouvelle traduction qu’il fait faire à l’un de ses amis, Louis Turquet de Mayenne. Dans la réédition quadrilingue de 1605, il y ajoute encore la traduction allemande réalisée entre-temps par Ægidius Albertinus, publiée à Munich en 159823.

  • 24 Ibid., p. 811.
  • 25 Warren BOUTCHER, « Who Taught Thee Rhetoricke to Deceive a Maid ? Christopher Marlowe’s Hero and Le (...)

31L’allemand commence-t-il ainsi à faire partie des « langues les plus communes et les plus chéries entre toutes celles de la Chrétienté ? Comme le rappelle M. Simonin lui-même, le catalogue genevois de Jean de Tournes est destiné au monde protestant, du fait de la « vocation exportatrice de Genève qui alimente – grâce à des déguisements typographiques lorsqu’il est nécessaire – Hambourg, l’Angleterre, la Hollande ou le Danemark »24. Il convient donc de le considérer non pas seulement comme prolongement d’un mouvement d’éditions parallèles des langues né entre Venise et Lyon vers le milieu du XVIe siècle, mais aussi comme le pendant de ce que Warren Boutcher a décrit comme le principe par lequel les langues vernaculaires deviennent successivement les émules les unes des autres, par un mouvement qui remonte du Sud de l’Europe : alors que l’italien ou même l’espagnol construisent leur canon littéraire dans un face à face orgueilleux avec le latin, les langues plus septentrionales – l’anglais, le néerlandais et l’allemand, en particulier – ont une parfaite conscience de l’importance de l’intermédiaire des langues romanes dans cette translatio studii25. Et, cette conscience, elles la mettent en scène éditorialement, par le jeu visible de la pluralité des langues. Dans l’espace frontalier entre langues romanes et langues germaniques qu’est Genève, se produit ainsi un écho d’un phénomène plus vaste, observable dans d’autres lieux de l’Europe d’alors.

  • 26 Voir Michèle CLEMENT, « Mettre en livre Ésope à Lyon : les deux Ésope de la Bibliothèque Diderot d (...)
  • 27 Sur ces formes, voir plusieurs contributions dans R. BEHAR, M. BLANCO et J. HAFNER (éd.), Villes à (...)
  • 28 Voir Roland BÉHAR, « “Convergentes transparencias…” Renga à la lumière de la tradition européenne d (...)

32Ce phénomène ne se produit pas seulement dans les éditions plurilingues de textes littéraires longs. Il apparaît tout autant – et la recherche récente s’est beaucoup intéressée à ces cas – dans les livres d’emblèmes – notamment avec les emblèmes d’Otto van Veen (Vaenius) –, avec les Fables d’Ésope – et l’on peut ici mentionner le fait que De Tournes en publia également une édition bilingue (grec-latin), en 1605, avec des bois de Bernard Salomon26 –, avec les Figures de la Bible, formes qui se sont toutes popularisées et diffusées à partir d’Anvers mais dont un public de lecteurs bien plus européen était devenu coutumier27. Par ailleurs, le fait de mettre en concurrence les langues s’observe également dans la pratique littéraire de la composition de textes eux-mêmes plurilingues : l’exemple le plus remarquable en est offert par les sonnets quadrilingues composés par un Luis de Góngora ou un Lope de Vega, au tout début du XVIIe siècle28, exactement au même moment où Jean II de Tournes produit ses éditions plurilingues de Guevara, de Boaistuau ou de Della Casa.

33Comment comprendre le jeu de complémentarité entre langues que les éditions plurilingues mettent manifestement en avant ? Ne s’agit-il vraiment que d’une mise en concurrence ludique, éventuellement à visée pédagogique ? Cette vision, dont de nombreuses études confirment la justesse, demande cependant à être encore nuancée, car il faut également voir comment la maîtrise, hors d’Espagne, de l’édition de textes espagnols, put également favoriser la diffusion de textes contraires aux intérêts espagnols.

  • 29 Voir Paloma BRAVO, « Las relaciones de Antonio Pérez, un texto en movimiento », in : José MARTINEZ (...)
  • 30 « Colonia » n’est que la version latinisée ou hispanisée de Cologny, nom de la petite ville qui jou (...)

34Car la concurrence entre langues est aussi, il faut le dire, une concurrence entre nations qui se disputent, au moins jusqu’à la Paix de Westphalie, la première place en Europe. C’est ce que montre à la perfection la fortune éditoriale des Relaciones du ministre de Philippe II transfuge à la cour d’Henri IV, Antonio Pérez, qui fut une fortune avant tout parisienne et genevoise. Ses Relaciones, publiées pour la première fois dans le Béarn en 1591, sous pseudonyme, mais à Paris en 1598, sous son nom d’auteur29, s’affirmèrent rapidement comme l’un des outils les plus efficaces du lancement de la « légende noire » de l’Espagne aux yeux d’une Europe de plus en plus dominée par une imprimerie et un capitalisme protestants qui prospérèrent à Genève, où l’on ne compte pas les rééditions du livre, auprès des éditions De Tournes comme auprès d’autres, et jusque par Samuel de Tournes – fils de Jean III de Tournes, lui-même fils de Jean II de Tournes –, en 1654 et même encore en 1676 (« en Colonia30, appresso [sic] Samuel de Tournes, 1676 »).

Fig. 19. Frontispice d’Antonio Pérez, Las Obras y relaciones…, Colonia [sc. Genève], Samuel de Tournes, 1676

Fig. 19. Frontispice d’Antonio Pérez, Las Obras y relaciones…, Colonia [sc. Genève], Samuel de Tournes, 1676

(Madrid, Universidad Complutense, https://books.google.fr/​books?id=Y2a_qdbNBJAC&hl=es&source=gbs_navlinks_s)

  • 31 Nous reprenons ici le titre d’Henri HAUSER, La prépondérance espagnole (1559-1660), Paris : Alcan, (...)
  • 32 Qu’on nous permette une note un peu plus longue, sur le rôle clé que le XIXe siècle fera jouer à An (...)

35Si l’on considère donc sur le long cours le fil des publications espagnoles de la maison de Tournes – qui arbore, toujours aussi fièrement, la marque typographique à la vipère au centre de la page de titre –, on observe le passage, significatif du changement des temps, d’une édition plurilingue à une édition monolingue et très orientée vers ce qu’une certaine Europe, à l’extérieur de l’Espagne, souhaitait lire à propos de l’Espagne. Mais c’était déjà après la Paix de Westphalie, la « prépondérance espagnole »31 avait touché à sa fin et l’historiographie littéraire allait y voir, plus tard, le commencement de la fin32.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos, en particulier, Benoît GREVIN, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris : Le Seuil, 2012. On peut rappeler, de manière plus générale encore, que « Le bi- / plurilinguisme représente la norme et non l’exception » (Bernard PY et Laurent GAJO, « Bilinguisme et plurilinguisme », in : Sociolinguistique du contact: Dictionnaire des termes et concepts, Lyon : ENS Éditions, 2013, p. 71-93)

2 Sur ces deux cas, voir Roland BEHAR, Mercedes BLANCO et Jochen HAFNER (éd.), Villes à la croisée des langues, XVIe-XVIIe siècles : Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme / Städte im Schnittpunkt der Sprachen, 16.-17. Jahrhundert : Antwerpen, Hamburg, Mailand, Neapel und Palermo, Genève : Droz, 2018, ainsi que Jean BALSAMO et Anna Kathrin BLEULER (éd.), Les cours comme lieux de rencontre et d’élaboration des langues vernaculaires à la Renaissance (1480-1620) / Höfe als Laboratorien der Volkssprachigkeit zur Zeit der Renaissance (1480-1620), Genève : Droz, 2016.

3 Michel SIMONIN, « Des livres pour l’Europe ? Réflexions sur quelques ouvrages polyglottes (XVIe siècle – début XVIIe siècle) », in : id., L’encre et la lumière. Quarante-sept articles (1976-2000), Genève : Droz, 2004, p. 803-814, ici p. 812.

4 Mentionnons les éditions du Philocope (1542), de l’Epistre consolatoire (1556) et de la
Fiammette amoureuse […] faicte françoise, et italienne, pour l’utilité de ceux qui desirent apprendre les deux langues (1585) de Boccace, de la Comédie des supposez (1552) de l’Arioste, de l’Institution d’une fille de noble maison (1555) de Bruto, des Facéties et mots subtils (1559) de Domenichi, du Parfait courtisan du comte Baltazar Castillonois, Es deux langues, respondans par deux colomnes, l’une à l’autre, pour ceux qui veulent avoir l’intelligence de l’une d’icelles (1580), des Dialogues philosophiques (1583) de Giraldi, de l’Aminte fable boscageere du seigneur Torquato Tasso. […] Imprimée en deux langues pour ceux qui desirent avoir l’intelligence de l’une d’icelles (1587), du Berger fidèle (1593) de Guarini et de l’Emilie […] pour ceux qui désirent l’une et l’autre langue (1609) de Luigi Groto. Sur le cas intéressant des Facéties et mots subtils (1559) de Domenichi, nous nous permettons de renvoyer à Louise AMAZAN, « Les Facecies et Motz subtilz (Lyon, 1559) : une œuvre à plusieurs mains », in : Anne REACHNGO (dir.), Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance, Paris : Garnier, 2014, p. 185-202, ainsi que R. BEHAR, « “Quasi novelli figliuoli di Leda…” : Sebastian et Leonhardt Kurtz, agents financiers et mécènes littéraires dans l’Italie du XVIe siècle », in : Eugenia FOSALBA et Gáldrick DE LA TORRE ÁVALOS (éd.), « Di qui Spagna et Italia han mostro / chiaro l’onor ». Estudios dedicados a Tobia R. Toscano sobre Nápoles en tiempos de Garcilaso, Barcelone : Studia Aurea Monográfica, 2020, p. 341-386.

5 Voir sur ce point les analyses de Nicolas Corréard, « ¿Lazarillo “libertin”? Sobre la primera recepción en Europa del norte: traducciones e inspiraciones anticlericales », in : Pilar Couto-Cantero, Rocío Chao-Fernández, Alfredo Rodríguez López-Vázquez et Arturo Rodríguez López-Abadía (éd.), Actas del Simposio del Lazarillo (A Coruña, 10-11 de octubre de 2019), La Corogne : Universidade da Coruña, 2019, p. 29-42, DOI: https://doi.org/10.17979/spudc.9788497497657.29.

6 Voir Roland BEHAR (avec Véronique DUCHE), « Poésie espagnole », in : V. DUCHE (éd.), Histoire des traductions en langue française. XVe et XVIe siècles, Paris : Verdier, 2015, p. 1136-1164.

7 Sur Guevara, voir Augustin REDONDO, Antonio de Guevara (1480?-1545) et l’Espagne de son temps, Genève : Droz, 1976.

8 [Antonio de GUEVARA], Du Mespris de la court, & de la louange de la vie rusticque. Nouvellement traduict d’Hespaignol en Françoys, Lyon : Che’s Estienne Dolet, 1542, « À très-révérend et très-digne Prélat, M. Guillaume du Prat, Évêque de Clermont, Antoine Alaigre humble Salut », p. 3-4 (orthographe modernisée).

9 Telle est du moins l’opinion d’Horacio CHIONG RIVERO, The Rise of Pseudo-historical Fiction : Fray Antonio de Guevara’s Novelizations, New York : Berne et al. : Peter Lang, 2004, p. 206.

10 Plus généralement, sur les traductions françaises de textes espagnols et leur fortune en France, voir la thèse d’Aurore SCHOENECKER, Les traductions françaises de l'espagnol et le marché du livre (1600-1660) : enquête sur une pratique d'écriture, thèse sous la direction d’Isabelle Pantin, Paris : PSL, 2017. Sur les traductions françaises du Menosprecio, voir Marie-Claire THOMINE, « Annexe 1. Les éditions françaises au XVIe siècle du traité d’Antonio de Guevara, Du mépris de la cour et de la louange de la vie rustique », in : Antonio de Guevara, Du mespris de la court & de la louange de la vie rustique, Nathalie PEYREBONNE (éd.), Paris : Classiques Garnier, 2012, p. 229-248 (rééd. d’un article de la revue Camaren, Cahiers Moyen Âge et Renaissance, 2, 2007, p. 195-215). Plus généralement, sur Guevara dans la France de la Renaissance, voir l’article fondateur de Louis CLEMENT, « Antoine de Guevara, ses lecteurs et ses imitateurs français au XVIe siècle », Revue d'Histoire littéraire de la France, 7-4 (1900), p. 590-602, et le récent recueil d’études d’Alexandre TARRETE, Marie-Claire THOMINE et Nathalie PEYREBONNE, Le mépris de la cour. La littérature anti-aulique en Europe (XVIe-XVIIe siècles), Paris : Sorbonne Université Presses, 2018. Enfin, sur Guevara dans l’Europe classique, voir Simon A. VOSTERS, Antonio de Guevara y Europa, Salamanque : Universidad de Salamanca, 2009.

11 Libro Llamado Menosprecio de corte y alabança de aldea, compuesto per el illustre senor don antonio de guevara, obispo de Mondonedo, predicador, y chronista, y del consejo de su Magestad. De nouveau mis en françois par L. T. L. [Louis Turquet Lyonnais] auquel avons adiouste l’italien, pour l’utilité́ et soulagement de ceux qui prennent plaisir aux vulgaires qui sont aujourd’huy les plus en estime. pour plus grand enrichissement de cest œuvre, y ont esté adjoustés les vers François des Evesques de Meaux et de Cambray, et les Latins de N. de Clemenges Docteur en Theologie, sur la grande disparité de la vie rustique avec celle de cour, [Genève] : Jean de Tournes, 1591.

12 Pour une réflexion sur le rôle de Lyon comme « creuset » éditorial, voir Elsa KAMMERER, Jean de Vauzelles et le creuset lyonnais (1520-1550), Genève : Droz, 2013, mais aussi E. KAMMERER et Jan-Dirk MÜLLER (dir.), Imprimeurs et libraires de la Renaissance. Le travail de la langue. / Sprachpolitik der Drucker, Verleger und Buchhändler der Renaissance, Genève : Droz, 2015.

13 Alfred CARTIER, Bibliographie des éditions des De Tournes, imprimeurs lyonnais. Mise en ordre avec une introduction et des appendices par Marius Audin et une notice biographique par E. Vial, Paris : Éditions des Bibliothèques nationales de France, Paris : [s.n.] 1937, p. 22. Sur Jean de Tournes, voir aussi Michel JOURDE, « Comment Jean de Tournes (n’) est (pas) devenu un imprimeur humaniste », in : Christine BENEVENT (éd.), Passeurs de textes : Imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2012, p. 117-131.

14 Voir Rémi JIMENES, Les Caractères de civilité. Typographie et calligraphie sous l’Ancien Régime. France, XVIe-XIXe siècles, préface de Hendrik D. L. Vervliet, Méolans-Rével : Atelier Perrousseaux, 2011.

15 M. SIMONIN, « Des livres pour l’Europe ?… », art. cit., p. 810.

16 Ibid., p. 811.

17 M.-C. THOMINE, « Annexe 1. Les éditions françaises… », art. cit., qui offre par ailleurs une description très détaillée et utile de l’ensemble des éditions françaises du Menosprecio de corte de Guevara.

18 M. SIMONIN, « Des livres pour l’Europe ?… », art. cit., p. 812.

19 Voir Jean BALSAMO, « Langues et typographie / Volkssprachen und Typographie », in : E. KAMMERER  et J.-D. MÜLLER (dir.), Imprimeurs et libraires…, op. cit.

20 Ibid., p. 813.

21 Ibid.

22 La mention de l’après-soupée, comme lieu de la lecture ou de la traduction du Menosprecio de corte, pourrait être une réminiscence directe de la préface d’Alaigre à l’édition de 1542.

23 Voir la réédition de l’édition princeps, Antonio DE GUEVARA, Verachtung dess Hoflebens vnd Lob dess Landtlebens: Faksimiledruck der Erstauflage von 1598, Christoph E. Schweitzer (éd.), Francfort / Main : Peter Lang, 1986.

24 Ibid., p. 811.

25 Warren BOUTCHER, « Who Taught Thee Rhetoricke to Deceive a Maid ? Christopher Marlowe’s Hero and Leander, Juan Boscán's Leandro, and Renaissance Vernacular », Comparative Literature, 52 (1), 2000, p. 11-52.

26 Voir Michèle CLEMENT, « Mettre en livre Ésope à Lyon : les deux Ésope de la Bibliothèque Diderot de Lyon », Revue de l’Enssib, 2, 2014, https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/66278-mettre-en-livre-esope-a-lyon.pdf.

27 Sur ces formes, voir plusieurs contributions dans R. BEHAR, M. BLANCO et J. HAFNER (éd.), Villes à la croisée des langues…, op. cit., en particulier M. BLANCO, « L’emblématique plurilingue à Anvers : Otto van Veen (1557-1626) et l’“humanisme vernaculaire” », p. 713-738, Paul J. SMITH, « Plurilinguisme et stratégie éditoriale à Anvers : le cas de la fable emblématique », p. 777-790, ou Max ENGAMMARE, « Manninne, hommine, virago. Les premières Images et figures de la Bible trilingues, [Anvers et] Leyde [1581-]1592 », 791-800.

28 Voir Roland BÉHAR, « “Convergentes transparencias…” Renga à la lumière de la tradition européenne du poème plurilingue », in : Eduardo RAMOS-IZQUIERDO et Paul-Henri GIRAUD (éd.), Lecturas /Lectures de Renga, Paris : Université Paris-Sorbonne / Institut d’Études Ibériques et Latino-américaine, coll. Colloquia, 2017, p. 41-58, ainsi qu’Elvezio CANONICA, « Apollo polyglottus. Visión del plurilingüismo poético en la Metametrica (1663) de Juan Caramuel », Bulletin hispanique, 115 (1), 2013, p. 75-96.

29 Voir Paloma BRAVO, « Las relaciones de Antonio Pérez, un texto en movimiento », in : José MARTINEZ MILLAN (dir.), Felipe II (1527-1598) : Europa y la monarquía católica : Congreso Internacional Felipe II (1598-1998), Europa dividida, la monarquía católica de Felipe II (Universidad Autónoma de Madrid, 20-23 abril 1998), Madrid : Parteluz, 1998, vol. IV, p. 11-24

30 « Colonia » n’est que la version latinisée ou hispanisée de Cologny, nom de la petite ville qui jouxte Genève. La forme latine, Colonia, est en effet identique à celle de Cologne, et les imprimeurs-libraires genevois employèrent souvent de ce toponyme pour contourner les limites des censures des pays voisins.

31 Nous reprenons ici le titre d’Henri HAUSER, La prépondérance espagnole (1559-1660), Paris : Alcan, 1933.

32 Qu’on nous permette une note un peu plus longue, sur le rôle clé que le XIXe siècle fera jouer à Antonio Pérez dans l’évolution de l’histoire littéraire française du XVIIe siècle, avec l’engouement pour l’Espagne de la cour de France. C’est à Philareste Chales que l’on doit d’avoir exhumé de l’oubli de l’histoire le souvenir des Relaciones de Pérez, qu’il donna à connaître en 1840 dans la Revue des Deux Mondes, et c’est Adolphe de Puibusque qui, dès 1843, en tira parti pour la composition et même l’articulation de son Histoire comparée des littératures espagnole et française, lorsqu’il souligna combien les lettres d’Antonio de Pérez, qui accompagnèrent souvent les Relaciones, étaient pleines de ces agudezas dont l’Europe du XVIIe siècle allait se montrer si friande : « Cette manière de jouer sur toutes les acceptions d’un mot parut une chose si ingénieuse, que toute la cour se mit à étudier l’espagnol. Henri IV donna-t-il l’exemple ou ne fit-il que le suivre ? On l’ignore. Ce qui est constant, c’est qu’il voulut prendre des leçons de Pérez même. Celui-ci, en le remerciant d’un si grand honneur, lui fit un aveu qui était aussi vrai que peu sincère. “Certes, dit-il, Votre Majesté a choisi un gentil barbare pour maître, barbare dans ses pensées, barbare dans son langage, barbare en tout”. Walter Raleig, dans son Histoire de la monarchie espagnole, a traité Pérez de perfide ; c’est aux historiens français que cette apostrophe devrait, ce nous semble, être permise. L’ancien secrétaire de Philippe II est venu nous inoculer la corruption de l’Espagne au moment même où la France, respirant un peu sous le gouvernement conciliateur du Béarnais, commençait à réunir quelques éléments de société, et à rendre aux lettres une attention que la guerre civile leur avait enlevée ; il ne pouvait être banni plus mal à propos, et il a payé notre hospitalité avec une reconnaissance dont nous l’aurions bien dispensé. Encore si, dans ce débordement de l’Espagne sur la France, le premier flot seul eût été chargé d’écume, on n’aurait dû en être ni surpris ni inquiet ; mais avant qu’il soit longtemps, un Napolitain espagnol viendra distiller sur l’hôtel de Rambouillet les poisons concentrés des deux pays. Antonio Pérez a importé le gongorisme par les Pyrénées, Marini le fera entrer par les Alpes. » (Adolphe de PUIBUSQUE, Histoire comparée des littératures espagnol et française, Paris : G.-A. Dentu, 1843, t. II, p. 26-27) C’est ainsi que l’on voit se dessiner, au creux de la concurrence entre langues de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, une certaine historiographie littéraire de l’Espagne, qui associe légende noire et gongorisme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605.
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 2. Frontispice de La Vida de Lazarillo de Tormes…, Paris, Nicolas & Pierre Bonfons, 1601.
Crédits [Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, Y2-52851, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k76237r.r=%22La%20vida%20de%20Lazarillo%20de%20Tormes%221601?rk=21459;2].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3. Frontispice de [A. de Guevara], Du Mespris de la court, et de la louange de la vie Rusticque…, Lyon, Étienne Dolet, 1542
Crédits [Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES-R-2732, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k8706878w.r=%22Du%20mespris%20de%20la%20court%22Dolet%201542?rk=42918;4]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 4. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 1
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813214, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO0100137001100512503/​IMG00000005#]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 5. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 1
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813214, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO0100137001100512503/​IMG00000005#]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 6. A. de Guevara, Libro llamado menosprecio de Corte y Alabanza de aldea, Genève, Jean II de Tournes, 1591, p. 2
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813214, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO0100137001100512503/​IMG00000005#]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605.
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 8. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 1.
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 9. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 2.
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 10. A. de Guevara, Mespris de la cour…, Genève, Jean II de Tournes, 1605, p. 3.
Crédits [Bibliothèque de la Ville de Lyon, Réserve 813699, https://books.google.fr/​books?id=0lqCTgGENToC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 11. Frontispice d’A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 1.
Crédits [Paris, collection privée].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 12. A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 1.
Crédits [Paris, collection privée].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 13. A. de Guevara, Mespris de la cour…, [Genève], Claude Le Mignon, 1614, p. 2-3.
Crédits [Paris, collection privée].
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 14. Frontispice de Pierre Boaistuau, Le Théâtre du Monde…, Genève, Jean II de Tournes, 1619
Crédits [Paderborn, Universitätsbibliothek, https://digital.ub.uni-paderborn.de/​eab/​content/​zoom/​3314792]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 15. Pierre Boaistuau, Le Théâtre du Monde…, Genève, Jean II de Tournes, 1619, p. 1
Crédits [Paderborn, Universitätsbibliothek, https://digital.ub.uni-paderborn.de/​eab/​content/​zoom/​3314804
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 16. Frontispice de Giovanni della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609
Crédits [Bibliothèque de Genève, Su 5008 (2), http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-56577]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 17. G. della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609, p. 2
Crédits [Bibliothèque de Genève, Su 5008 (2), http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-56577]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 18. G. della Casa, Le Galatée…, Genève, Jean II de Tournes, 1609, p. 3
Crédits [Bibliothèque de Genève, Su 5008 (2), http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-56577]
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 19. Frontispice d’Antonio Pérez, Las Obras y relaciones…, Colonia [sc. Genève], Samuel de Tournes, 1676
Crédits (Madrid, Universidad Complutense, https://books.google.fr/​books?id=Y2a_qdbNBJAC&hl=es&source=gbs_navlinks_s)
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/41189/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Béhar, « D’Antonio de Guevara à Antonio Pérez : Le livre espagnol à Genève, de l’harmonie plurilingue à la concurrence des langues vernaculaires », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41189

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search