Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...Deuxième Partie : De l’invention ...Considérations sur le castillan à...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique
Deuxième Partie : De l’invention de l’éloquence espagnole et des images de la langue espagnole en France et en Espagne (milieu du XVIe-XVIIe siècle)

Considérations sur le castillan à l’âge d’or de la traduction (1540-1570)

Mercedes Blanco

Résumés

Le nombre et l’importance des traductions publiées dans les décennies centrales du XVIe siècle, dont on présente un répertoire en annexe, rendent plausible l’hypothèse d’un âge d’or de la traduction à cette période. La comparaison avec le cas du Moyen Âge, mieux étudié, fait ressortir les traits particuliers de la pratique traductrice à la Renaissance ; le rôle actif de l’imprimerie, lié à une nouvelle demande provenant de lecteurs de plus en plus nombreux, et la position de patron que certains intellectuels tentent de donner non seulement à la personne du prince, mais à la monarchie comme construction politique en pleine consolidation. Les paratextes affirment un engagement des traducteurs, au service d’une république ou nation dont l’accomplissement et le prestige leur paraît dépendre du sort de la langue. Le devoir de travailler pour l’enrichir fait l’unité de propos des traducteurs de cette période qui vont jusqu’à annexer imaginairement le grand auteur à une langue sentie comme possession du roi et de la nation. Il y a en revanche diverses manières de s’y prendre, en ce qui concerne la prose ; si la plus répandue défend une naturalisation de l’original par sa transposition dans un texte qui mime la spontanéité de la langue parlée, il existe aussi le parti d’adopter autant que possible les caractères stylistiques de certains textes latins et italiens, ou encore de colorer le texte d’arrivée par des emplois et des contructions d’emprunt pour étendre les possibilités expressives du castillan.

Haut de page

Texte intégral

L’hypothèse d’un âge d’or de la traduction au début du règne de Philippe II1

  • 1 Je remercie vivement Corinne Mencé-Caster, Roland Béhar et Aude Plagnard pour leur aimable et génér (...)
  • 2 Voir Eduardo TORRES COROMINAS, « Hacia un tiempo nuevo. Fortunas y adversidades de una monarquía en (...)

1Les décennies centrales du XVIe siècle posent les fondations d’une nouvelle littérature en langue espagnole, dans une conjoncture historique critique et féconde. La période conjoint les deux longs règnes de Charles Quint et Philippe II, unis et séparés par une transition d’une dizaine d’années qui va de 1548, alors que commence le périple du prince dans les territoires italiens et flamands où régnait son père, Charles-Quint, à 1559, date de la mort de l’Empereur. Des pas importants sont franchis alors dans la construction de la monarchie d’Espagne ou monarchie catholique, union dynastique d’une pluralité d’états, au sens de possessions patrimoniales du prince, par ailleurs distantes dans l’espace et culturellement et politiquement hétérogènes. Cette construction, malgré sa fragilité intrinsèque, se dote alors de mécanismes qui lui donnent des chances de se perpétuer. Elle acquiert un caractère de permanence au moment où elle se détache du titre électif d’Empereur auquel elle avait été amarrée au moment de sa naissance, du temps de Charles-Quint. Son sort n’est plus lié aux connotations utopiques de l’idée d’empire, ni soudé à celui d’un Empire germanique divisé par des dissensions religieuses, même si la séparation ne deviendra totale que beaucoup plus tard2.

2Ces mêmes années sont aussi de crise et de fondation pour l’Église romaine et ses jeunes rivales réformées. Le Concile de Trente (1545-1563), tardivement convoqué, renonce à chercher une conciliation ou à imposer l’autorité de Rome à ceux qui l’avaient rejetée, mais fixe au contraire irrévocablement les lignes d’un divorce doctrinal et ecclésial né des Réformes luthérienne, zwinglienne et calviniste. Apparaît alors ce que l’on nomme catholicisme, comme une confession chrétienne flanquée de son antagoniste, le protestantisme, avec la rénovation institutionnelle, spirituelle et culturelle que comportent ces grandes nouveautés, et avec l’incompréhension et l’hostilité durable qu’elles entraînent. L’Espagne reste ancrée à jamais, au prix d’une répression féroce et grâce à des institutions efficaces de contrôle, du côté catholique de cette nouvelle frontière confessionnelle.

3Pendant cette période charnière pour l’histoire de l’Espagne et de l’Europe, il n’est pas étonnant qu’apparaissent des signaux clairs d’un nouveau paradigme dans le champ littéraire, d’après une expression forgée par Juan Ramón Muñoz Sánchez, qui a développé cette hypothèse dans un dossier de la revue Diablotexto paru en juin 2021 : « El cambio de paradigma (1550-1560) : hacia la novela moderna ». Ce dossier, formé de douze articles substantiels, examine la littérature de cette décennie sous l’angle de la forge du « roman moderne ». Sont envisagées les expérimentations dans le champ du récit, en tant qu’elles apportent des premières pierres à l’édifice grandiose et presque infini du roman tel que nous le connaissons. Ces expérimentations, très diverses, depuis l’adaptation des fictions comiques et satiriques de l’Antiquité jusqu’à la modernisation du roman de chevalerie, en passant par une nouvelle séminale comme l’Abencerraje, préparent le type de fiction vraisemblable, dotée d’une panoplie de nouvelles techniques narratives et stylistiques, qui devait fleurir trente ou quarante ans plus tard chez Cervantès, tenu lui-même pour père fondateur du roman, et, accessoirement, chez Lope de Vega et Mateo Alemán. Toutefois, un point de vue plus général est possible, qui amènerait à situer dans la décennie en question, ou plutôt dans une période plus large d’au moins trente ans qui l’englobe, les fondations de ce que l’on appelle littérature du Siècle d’Or ; autrement dit, un faisceau d’inventions destinées à prospérer à moyen ou à long terme et qui ne concernent pas seulement la fiction en prose, courte ou longue, mais également la poésie épique et lyrique.

  • 3 Juan MONTERO, « Prólogo », in : Jorge de MONTEMAYOR, La Diana, Barcelone : Crítica, 1996, p LXXX-XC

4L’entreprise de fondation d’un État moderne, dénommé monarchie catholique et ciment d’une nation espagnole qui y adhère au prix d’une certaine violence symbolique et réelle, a un corrélat dans les poésies et les proses qui s’écrivent dans ce que l’on appelle désormais « nuestra lengua »  ou « lengua castellana ». Qu’il suffise de citer quatre ouvrages imprimés dans ces années dont l’impact fut considérable : les Obras de Boscán y algunas de Garcilaso de la Vega (Barcelona, Carles Amorós, 1543) ; Cancionero de romances, publié par Martin Nutius, imprimeur d’Anvers, en une première édition « sin año »  (probablement en 1547 ou 1548) et en une seconde édition augmentée et corrigée, en 1550; en troisième lieu, Vida de Lazarillo de Tormes y de sus fortunas y adversidades, avec ses quatre publications de la même année 1554 en quatre villes différentes, l’une d’elles Anvers, par les soins du même imprimeur ; enfin, en quatrième position, La Diana de Jorge de Montemayor, à l’histoire éditoriale également embrouillée, qui sortit des presses valenciennes de Joan Mey en 15593.

5Le regroupement de ces quatre ouvrages parus en l’espace d’une quinzaine d’années, que je proposais dans ma contribution au dossier cité de Diablotexto, peut paraître surprenant ; néanmoins, il me semble justifié, comme je m’attardais à le montrer dans l’article, en tout premier lieu, par le caractère inaugural qu’ils partagent.

6Car de ces livres dérivent indéniablement, par des voies plus ou moins directes, de grands ensembles textuels, composantes majeures de la littérature classique espagnole : le roman dit picaresque, fiction satirique qui adopte le point de vue impur d’un anti-héros qui est partie prenante dans les désordres qu’il dénonce ; le roman pastoral, consacré à la mise en récit d’un amour regardé comme occupation légitime de la jeunesse noble et à la mise en scène de la conversation idéale dans cette société juvénile ; le romance, poésie narrative et lyrique de tradition castillane caractérisée par une assonance maintenue tout au long du texte, qui dans le Cancionero de romances advient pour la première fois au statut de texte littéraire à part entière. Quant au recueil des œuvres de Boscán et de Garcilaso, on sait qu’il fixe les formes et les modes d’une nouvelle poésie en castillan, née dans des conditions qui en font l’opposé du romance mais que celui-ci finira par rejoindre. Ayant incorporé intimement les leçons de l’Italie de la Renaissance, cette poésie devait dominer la production lyrique et épique pendant plus d’un siècle, à la fois par sa masse et par son prestige.

  • 4 Roland BÉHAR, « Entre deux langues vernaculaires ; l’officine d’Amorós à Barcelone (1507-1548) », i (...)
  • 5 Jean PEETERS FONTAINAS, Bibliographie des Impressions Espagnoles des Pays-Bas Méridionaux, Nieuwkoo (...)
  • 6 Mercedes BLANCO, « Anvers, capitale du commerce. L’officine espagnole de Martin Nutius », in : E. K (...)

7Il est aussi utile à notre propos de remarquer que ces quatre ouvrages, dans leur matérialité même (en leur qualité de livres imprimés et non pas seulement comme textes) sont tous issus d’une culture plurilingue encouragée par le caractère international de la cour et par l’instabilité religieuse. Ainsi le recueil bifrons de Boscán et de Garcilaso résulte de l’alliance entre Tolède, noyau de la Castille, « patrie »  de Garcilaso, et Naples, centre italien de la Renaissance méridionale des lettres et des arts, ville où le Tolédan est devenu le poète qu’il était appelé à être : l’auteur d’un embryon de chansonnier pétrarquiste, mais aussi celui qui fonde les genres classiques de l’ode, de l’églogue, de l’élégie et de l’épître, autrement dit, les genres pratiqués par Virgile, Horace et Ovide transposés dans les mètres caractéristiques de l’Italie, mais dans la langue de l’Espagne. Or, un rôle médiateur entre Tolède et Naples, entre le centre de la Castille et les airs d’Italie, revient à Juan Boscán, un patricien de Barcelone, catalan par sa langue maternelle et sa tradition familiale, à sa veuve, une dame valencienne, Ana Girón de Rebolledo, et à un imprimeur d’origine provençale installé à Barcelone, Carles Amorós, qui publiait en cette même année 1543 l’œuvre d’Ausias March, monument lyrique catalan par excellence4. Le volume des œuvres de Boscán et Garcilaso sera, lui, réimprimé, avec des corrections significatives, un an plus tard, à Anvers, encore une fois par Martin Nutius. Quant à la Vida de Lazarillo de Tormes, l’oeuvre doit beaucoup à Apulée mais aussi à Lucien, un auteur grec favori des humanistes. Avec son air tout simple et son humour incisif sous un masque de naïveté, l’oeuvre fait affleurer en castillan une nouvelle familiarité avec l’ironie et la libre critique qui sont un des aspects de l’hellénisme antique. L’anonymat de l’auteur du Lazarillo s’est avéré impénétrable, et cela seul, joint aux discrètes audaces du texte, dénote un esprit contemporain de Luther, d’Érasme, des frères Valdés, qui arrive néanmoins à rester hors de la mêlée, à ne pas révéler d’affiliation partisane, à tenir un discours qui, au prix de quelques censures de détail, peut être entendu de tous. Le fait que l’un des premiers témoignages connus de cette œuvre soit imprimé à Anvers, dans des années d’essor de la production d’ouvrages en espagnol par la puissante industrie flamande du livre5, est indicatif de ce que ce genre de créations doit, dans sa diffusion et peut-être dans son existence, à l’union dynastique des territoires européens sous les Habsbourg. Quant au Cancionero de Romances (1547-1550), il réunit pour la première fois un nombre conséquent de « vieux » romances anonymes, dans un ouvrage de facture humaniste, avec sa simplicité élégante et sa typographie romaine, faisant de la modeste efficacité de ces textes un gage de distinction. L’idée, destinée à un succès retentissant, naquit dans la tête de Martin Nuyts, négociant du livre avisé, comme beaucoup de ses confrères des Pays-Bas, mais aussi hispanophile de nation flamande et langue germanique6. Enfin, dans Los siete libros de la Diana, Jorge de Montemayor, poète portugais au service des princesses qui circulent entre le Portugal et la Castille, d’une spiritualité fervente aux accents hétérodoxes, mêle l’influence du napolitain Sannazaro et du portugais Bernardim Ribeiro. Tous ces livres nés d’un terreau en partie étranger deviennent en somme les pierres angulaires de la littérature en castillan.

  • 7 Mercedes BLANCO, « Una edad de oro de la traducción (1540-1570) », in : Juan Ramón MUÑOZ SANCHEZ, o (...)

8C’est pourquoi il n’est pas si surprenant que la période du milieu du XVIe siècle qui voit naître ces œuvres soit aussi celle d’un essor des traductions qui m’a amenée, dans l’article du dossier préparé par Juan Ramón Muñoz Sánchez, à proposer l’hypothèse d’un âge d’or de cette pratique, que je propose de situer entre 1540 et 1570 environ. Je renvoie à cette publication pour les arguments que j’avance pour défendre cette hypothèse7.

9Comme on le constatera dans l’annexe du présent article où sont répertoriées ces traductions du grec, du latin, de l’italien et du français, l’importance du phénomène peut se mesurer au nombre de traductions, mais aussi à leur qualité. Celle-ci se vérifie au caractère monumental des textes traduits, souvent pour la première fois en castillan ou pour la première fois intégralement (ainsi pour l’Énéide de Virgile, l’Odyssée d’Homère, la Pharsale de Lucain, le Roland furieux de l’Arioste, l’Arcadie de Sannazar. Elle s’apprécie aussi dans le succès de certaines traductions, imprimées plusieurs fois, moyennant une révision opérée par le traducteur, qui montre ainsi l’investissement dans un travail qui est parfois la tâche d’une vie. Parler d’âge d’or de la traduction se justifie aussi parce que certaines d’entre elles (celles de Lucien, de Virgile, de Sannazar, de l’Arioste, d’Héliodore) prirent une part indéniable, même si leur portée n’a pas vraiment été mesurée comme telle, dans l’avènement d’un âge d’or des lettres espagnoles.

  • 8 Enrique de VILLENA, Traducción y glosas de la « Eneida », Libros I-III, éd. Pedro Cátedra, Madrid : (...)
  • 9 Peter E. RUSSELL, Traducciones y traductores en la Península Ibérica (1400-1550), Bellaterra : Univ (...)

10Certes, d’assez nombreuses œuvres latines et quelques œuvres grecques (par l’intermédiaire des versions latines des humanistes italiens) avaient déjà été traduites dans la Péninsule Ibérique tout au long du XVe siècle et même auparavant. Ce travail des traducteurs dans l’Aragon, le Portugal et la Castille de la fin du Moyen Âge, qui culmine à l’époque de Jean II de Castille (1406-1454), est généralement regardé comme l’une des principales manifestations de la pénétration de l’humanisme dans la Péninsule. Du reste, la traduction médiévale est l’un des thèmes les mieux étudiés parmi ceux qui touchent à la littérature espagnole. Le sujet a été abordé dans nombre d’études analytiques de cas particuliers ; pour s’en tenir à quelques exemples assez récents, l’édition de Pedro Cátedra de l’Énéide traduite et partiellement glosée par Enrique de Villena vers 14288, les travaux de Roxana Recio et de Curt Witlin sur Alfonso de Madrigal, de Tomás González Rolán et Pilar Saquero, de María Morrás sur Alfonso de Cartagena, de Susanna Allés Torrent sur Alfonso de Palencia. On dispose également d’ambitieux panoramas synthétiques ; qu’il suffise de nommer, aux deux extrémités d’un arc chronologique d’un quart de siècle, la monographie bien connue de Peter Russell, Traducciones y traductores en la península ibérica (1400-1450), de 1985, et le vaste panorama de Julio-César Santoyo, La traducción medieval en la Península ibérica (siglos III-XV), de 2009, ou encore le volume de Carlos Alvar, Traducciones y traductores. Materiales para una historia de la traducción en Castilla durante la Edad Media (2010)9.

  • 10 HOMERO, La Ulixea de Homero, traducida de griego en lengua castellana por el secretario Gonzalo Pér (...)
  • 11 APULEYO, El Asno de oro. Medina del Campo, 1543, ed. de Francisco J. ESCOBAR BORREGO, Mexico : Fren (...)
  • 12 VIRGILIO, Eneida [texte critique de la traduction espagnole du XVIe siècle], in: Massimo CARUSO, La (...)
  • 13 Un ouvrage collectif récent s’attache à la traduction de la littérature espagnole pendant la périod (...)

11Par rapport à cette floraison d’études dans le champ de la philologie médiévale, l’étude de la traduction de la Renaissance, et plus largement, de l’époque moderne, accuse un certain retard. Ainsi ce n’est que récemment que l’on a vu paraître des éditions critiques de quelques traductions importantes du XVIe siècle, comme celles de l’Odyssée d’Homère par Gonzalo Pérez10, de l’Âne d’or d’Apulée par Diego de Cortegana11 ou encore de l’Énéide de Virgile par Gregorio Hernández de Velasco12. En revanche, d’autres sont encore en friche et on manque de travaux à la fois larges et profonds sur la traduction de cette période13. Cette disparité est explicable par certaines caractéristiques de l’objet d’étude : le rôle éminent que joue à l’évidence la traduction dans les grandes créations culturelles du Moyen Âge espagnol, et en particulier dans celles promues par Alphonse le Savant, attise la curiosité. La différence de traitement s’explique aussi par des caractéristiques du champ universitaire: les spécialistes de la littérature du Siècle d’Or sont moins à l’aise que les médiévistes (dans leur ensemble, car il y a bien sûr des exceptions) dans d’autres langues que l’espagnol, et ils laissent aux spécialistes de philologie classique tout ce qui touche à la traduction du latin et du grec, et à des italianistes comme Nieves Muñiz Muñiz, ou des Italiennes comme Margherita Morreale, ce qui regarde celles de l’italien. Le lien se fait donc moins bien entre les différents aspects d’un phénomène qui regarde à la fois la langue et la littérature, l’humanisme au sens le plus technique et la création poétique. Il n’en reste pas moins que les traductions de la Renaissance, dont la langue a vieilli moins vite, ont eu une diffusion et une influence au moins égales à celles de leurs sœurs aînés médiévales ; et à ce titre, comme à d’autres, mériteraient une attention plus soutenue.

Que traduit-on et pour qui ? Service au souverain et à la patrie

  • 14 C. ALVAR, op cit., p 279-280.
  • 15 Tomás GONZÁLEZ ROLÁN et Ma Felisa del BARRIO, « Juan de Mena y su versión de la Ilias latina », Cua (...)
  • 16 Voir Miguel RODRÍGUEZ PANTOJA, « Traductores y traducciones », in: Los humanistas españoles y el hu (...)

12Pour des raisons développées dans mon article « Una edad de oro de la traducción », je n’ai pas voulu séparer, dans le répertoire que je propose des traductions publiées lors de cet Âge d’or, que je situe autour de la ligne médiane du XVIe siècle, celles qui proviennent des langues anciennes (grec et latin), celles qui rendent des textes modernes en latin humaniste (les poèmes épiques chrétiens de Girolamo Vida et Jacopo Sannazaro), et celles dont le texte de départ est moderne et vernaculaire (italien ou français), bien que les problèmes posés aux traducteurs et les solutions possibles soient très différents. Je rappelle brièvement ces raisons ; les versions des langues anciennes et des langues modernes sont solidaires de par les individus qui les produisent et les patrons qui les promeuvent. Elles apportent des motifs, des idées et des techniques à la création des mêmes œuvres littéraires : convergence des échos des Bucoliques de Virgile et de l’Arcadie de Sannazar dans les églogues en vers et dans le roman pastoral ; de l’Iliade, l’Énéide, et du Roland furieux dans le poème épique; de l’italien Boccace et des grecs Héliodore et Lucien dans la fiction en prose. D’autre part, elles s’adressent à peu près aux mêmes lecteurs, une petite foule de femmes et d’hommes qui, sous l’influence du milieu courtisan ou urbain où ils évoluent, partagent le goût d’une littérature exigeante par son raffinement et plaisante par ses qualités esthétiques. Ce goût des lettres, répandu plus largement qu’auparavant, à la faveur du développement urbain et de celui des écoles, contribue à expliquer, avec la circulation accélérée des textes que permet l’imprimerie, ce qui me semble la différence capitale entre la traduction à l’époque de Jean II de Castille (1405-1454), lui-même un grand mécène des lettres, et la nouvelle vague de traductions de la Renaissance, qui connaît son apogée dans les décennies qui nous intéressent. Le tableau très instructif que présente Carlos Alvar d’une cinquantaine de traductions du XVe siècle14, se compose de quatre colonnes donnant la date, le traducteur, le texte traduit et le patron ou destinataire. Les deux tiers d’entre elles se regroupent sur un tiers du siècle, de 1427 à 1457, ce qui correspond à la maturité de Jean II et du marquis de Santillana. Elles concernent une poignée d’historiens antiques, parfois des compilateurs d’anecdotes historiques, comme Valère Maxime, des ouvrages de philosophie morale (Boèce, Sénèque, l’Éthique d’Aristote, le traité de la noblesse de Plutarque) et des textes religieux (Bible, patristique, et vers la fin du XVe siècle quelques livres qui fleurent la devotio moderna comme la Peregrinatio Vitae ou la Vita Christi). Les traductions de poètes se limitent à Virgile et à Dante. Tout cela suggère que les traducteurs et leurs commanditaires cherchent dans les textes des leçons de sagesse, de prudence, de savoir-faire politique, ou peut-être simplement des gages d’une honorable et grave distinction, et que les valeurs esthétiques leur paraissent secondaires. Les traductions sont faites le plus souvent sur commande de grands seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, comme Ruy López Dávalos, Alfonso de Pimentel, Alfonso de Guzmán, Fernando Álvarez de Toledo, Alonso Carrillo, sans oublier quelques grandes dames comme María de Aragón et Leonor Pimentel y Zúñiga. Les monarques, Henri III de Castille, Jean II de Castille, Jean II d’Aragon et les Rois Catholiques, jouent un rôle important mais de second plan si on les compare au groupe des grands seigneurs, parmi lesquels se détache de manière presque écrasante le fameux Marquis de Santillane, Íñigo López de Mendoza. Tous ces textes traduits ont relativement peu circulé, ils étaient plutôt des trésors destinés à briller dans la bibliothèque d’un potentat et propres à rehausser ses supériorités de richesse et de puissance par l’éclat sévère d’une profonde sagesse. Cela n’a pas empêché que nombre d’entre elles soient diffusées par des copies, de sorte que, venu l’âge de l’imprimerie, on songea à les reprendre dans des ouvrages destinés à la vente. C’est ce qui est arrivé, par exemple, pour la traduction de l’Iliade latine que Juan de Mena dédia à Jean II en 1442, et qui fut imprimée à Valladolid en 151915. Mais on peut citer bien d’autres exemples : impression en 1491 de Los cinco libros de Séneca, traduits par Alonso de Cartagena un demi-siècle plus tôt, et réimprimés trois fois dans la première moitié du XVIe ; impression à Salamanque en 1497 de la traduction de Tite Live par Pero López de Ayala, vieille d’un siècle, qui connut elle aussi des rééditions. Il en va de même dans une dizaine de cas supplémentaires, ce qui prouve la demande constante d’ouvrages en castillan propres à faciliter la connaissance des auteurs anciens16.

13Cependant, le décalage temporel et culturel entre l’époque de sa production et l’entrée en jeu de l’imprimerie rendait ces traductions peu propres au rôle qu’on voulait leur faire jouer, ce qui explique que le problème de disposer du texte classique ou étranger dans une langue accessible se soit posé à nouveau au moment de maturité de la Renaissance, comme s’il s’agissait d’une première fois, même quand ce n’était pas le cas. Les traducteurs des décennies qui nous intéressent (1540-1570), n’ont jamais recours aux anciennes traductions espagnoles. Cela se vérifie chez les tout premiers qui sont, certainement, les plus archaïques dans leur langue et leur méthode ; ainsi, Martín Laso de Oropesa traduit la Pharsale de Lucain peu avant 1541 et perfectionne sa traduction jusqu’à sa mort en 1564. Or, malgré le caractère traditionnel de ses choix, puisqu’il traduit en prose cette œuvre en hexamètres et qu’il est principalement intéressé par le contenu historique, il ignore pleinement la traduction-paraphrase-résumé du poème de Lucain que contient la General Historia d’Alphonse le Savant. Pour sa part, Jorge de Bustamante publie une version des Métamorphoses d’Ovide (c. 1540) dont le succès ne se démentira pas pendant un bon siècle (en partie, il est vrai, grâce à la qualité des illustrations de Virgilio Solís qui lui sont incorporées dans une édition anversoise de 1595, par Pierre Bellère, alias Pedro Bellero). Malgré la prose qu’il adopte et sa tendance à la libre amplification, et bien qu’il qualifie Ovide d’« excelente poeta y philosopho », et même de « caballero romano », ce qui rend un son très médiéval, il s’intéresse surtout à la beauté du récit et ne semble se soucier qu’accessoirement de la substantifique moelle de la doctrine. Il se dispense en tout cas de prendre en compte les versions d’Ovide dans la Castille médiévale, qu’elles proviennent de la General Historia ou de la littérature didactique et élégiaque. Quant à Gregorio Hernández de Velasco, qui imprime en 1555 anonymement sa traduction en vers de l’Énéide (qu’il reprendra plus tard à plusieurs reprises et qu’en 1574 il finira par dédier, levant l’anonymat, au roi Philippe II), il se présente comme le premier traducteur castillan de cette œuvre, et le fait en toute bonne foi, car il ignore certainement la traduction en prose d’Enrique de Villena composée vers 1428. Celle de Villena était une version incomplète de l’Énéide, dans une langue artificielle qui vieillissait mal, à peine une traduction, du reste, puisque dans la partie conservée, qui contient les quatre premiers livres sur douze, les autres livres n’étant qu’une sorte de résumé, le fil du poème de Virgile se dégage très mal de la gangue d’une glose le plus souvent insipide, selon le jugement éclairé de Pedro Cátedra.

14Toutes les traductions du XVIe siècle, à différence de celles du siècle précédent, du moins lorsqu’elles furent menées à terme, se destinaient à l’impression, même si certains traducteurs déclarent ne se résoudre à imprimer que sur l’instance de leurs amis ou encouragés par l’approbation de leurs protecteurs. Leurs auteurs espéraient manifestement toucher des lecteurs en nombre indéfini, qui partageraient le plus souvent une connaissance imparfaite de la langue de l’original, grec, latin ou toscan. Certes, dans la plupart des cas les traducteurs prennent pour dédicataire quelque prince ou autre puissant personnage, mais ils disent rarement avoir agi pour répondre à la commande de ces patrons et c’est eux qui les choisissent, plutôt qu’ils ne sont désignés ou appointés par eux. Ils entendent moins les servir par le don d’un texte que ces hommes de haut rang souhaiteraient lire, que par l’association prestigieuse du nom du patron à celui d’un auteur paré d’une gloire immortelle. Ainsi Gonzalo Pérez, le célèbre secrétaire du prince Philippe, homme influent et supérieurement habile, offre à son maître, en 1550, les treize premiers livres de l’Odyssée d’Homère. Puis en 1556, au même Philippe désormais sur le trône, la traduction complète du même poème, faite, comme on l’a prouvé récemment, à partir du grec, bien qu’avec l’aide d’une traduction latine. C’est d’ailleurs une performance assez remarquable chez un personnage si occupé et si ambitieux. Or, si on en juge par le prologue-dédicace, le but n’est pas d’inculquer au prince les leçons de sagesse qui se dégagent du texte ; c’est bien plutôt de flatter Philippe en publiant son rôle de patron de la première traduction vernaculaire d’un poème qui appartient au glorieux Homère, au père de la poésie. Par son travail, Gonzalo Pérez atteste que l’Espagne peut devancer l’Italie et la France et montre à son seigneur qu’il n’a pas à rougir de sa nation et de sa langue. D’une façon quelque peu sophistique et pleine d’esprit, il suggère qu’Homère est dans cette traduction annexé à Son Altesse comme un de ses sujets ou qu’il le sera bientôt, lorsque la traduction sera complétée par les livres qui manquent :

  • 17 Pour faciliter la lecture, toutes les citations des textes de traductions et de leurs paratextes on (...)

Reciba, pues, V. Alteza a Homero hecho ya español, como a su vasallo, y mándele tratar como tal, que, aunque agora no sale del todo en traje castellano, con el amparo de V. Alteza poco a poco se avecindará en su reino y querrá más vivir debajo de su felicísimo imperio que en el de otro ninguno (Homero, 1550, « Al serenísimo, muy alto y muy poderoso príncipe y señor nuestro don Felipe, príncipe de las Españas, hijo sucesor del invictísimo emperador don Carlos Quinto Máximo, nuestro rey y señor »)17.

15Poussant un cran plus loin le geste de l’annexion de l’auteur ancien, Pérez prétend d’ailleurs dans la seconde préface, celle de la traduction complète, qu’en faisant agir et parler Ulysse comme un prince admirable, le grand Homère était en prophétie le panégyriste de Philippe II. Car ce jeune souverain possède au plus haut point les qualités proprement ulysséennes de religion, prudence, courage, patience, libéralité, affabilité et humanité, comme il vient de le montrer par sa conduite comme roi consort d’Angleterre :

Mucho más pudiera decir de lo que toca a este autor y a las razones por las que debe ser leído y estimado, pero sería querer alumbrar al sol con un hacha muy pequeña, y por esto lo quiero dejar al juicio de los que leyeren. Y al favor de V. M., que aunque no tuviese Homero tanta luz como de suyo tiene, V. M. con el preciarse de tener las virtudes que él alaba y engrandece, bastaría a dársela y que tuviese mayor esplendor y fama en los tiempos venideros que ha tenido en los siglos pasados (Homero, 1556, « Al serenísimo, muy poderoso y clementísimo príncipe y señor nuestro don Felipe, por la gracia de Dios rey de España, de Inglaterra y Francia, de las dos Sicilias, de Ierusalem e Irlanda, católico defensor de la fe »).

16Observons que la dédicace au prince de la traduction n’a de sens que par la publicité du don. C’est parce que tous les acheteurs du livre et les personnes auxquelles ils le communiqueront verront la dédicace, que celle-ci prend de la valeur. La foule des lecteurs connaîtra le grand auteur devenu une marque de la grandeur du souverain et une expression de l’amour des bonnes lettres parmi ses sujets, et surtout y verra une preuve de l’excellence (mot clé à cette époque, surtout pour qualifier les auteurs, les textes et les langues) de la langue dans laquelle s’exprime désormais le grand auteur. La langue, castillane en l’occurrence, est vue comme la nouvelle langue de l’auteur, celle qui a annexé son œuvre et l’a incorporée à son patrimoine, démontrant par là sa capacité à tout dire avec vigueur et sans effort.

  • 18 Voir Roland BÉHAR, « Virgilio, san Agustín y el problema del poema heroico cristiano (1520-1530) », (...)

17L’entreprise de ces traductions présuppose donc l’existence en nombre suffisant de lecteurs susceptibles de s’y intéresser. Or, les auteurs choisis sont des classiques païens ou des auteurs modernes au propos profane. Les seules exceptions dans notre liste sont la Christias de Vida et le De partu Virginis de Sannazar, épopées qui héroïsent la figure du Christ, mais sur une matrice virgilienne, sans craindre de faire intervenir au cœur des mystères chrétiens des vaticinations du dieu Protée18. Dans ces récits dont la matière narrative est tirée des Évangiles, l’élégant habit païen neutralise dans une certaine mesure le propos religieux et les protège de la censure. Car on est précisément à l’orée de ces « tiempos recios » dont devait parler Thérèse d’Avila, le moment où se met en place une censure sévère de la littérature religieuse en langue vernaculaire, ou plutôt une véritable persécution des traductions de l’Écriture et de la Patristique, et aussi d’œuvres originales telles que des catéchismes, des guides d’oraison et de méditation, des homélies et autres déclarations de l’Évangile. Passé le premier tiers du XVIsiècle, il est admis par les plus hautes autorités du camp catholique, prélats et princes, que la littérature évangélique et dévote en langue vulgaire se rend complice de la diffusion de l’hérésie, que ce soit par perfidie ou par imprudence. Or dans les écoles, les universités et les couvents, dans les palais des Grands, mais aussi dans les maisons de nobles, de juristes, de marchands, d’artisans aisés, on trouvait vers 1520 ou 1530 des hommes et des femmes qui recherchaient avidement cette littérature en passe de devenir suspecte. Des cercles de laïcs ou mêlant laïcs et gens d’Église, se réunissaient autour de livres qui rendaient plus proche, plus intime et plus libre la relation avec la divinité ; les exemples espagnols sont très célèbres et vont des alumbrados aux spirituels que plus tard on appellera mystiques en passant par les admirateurs d’Érasme. La répression de cette poussée de fièvre religieuse qui concerne les laïcs et de manière plus générale, les non théologiens, porta certains esprits inquiets et curieux à chercher ailleurs dans le monde des lettres du réconfort, du divertissement intelligent et des horizons plus respirables. Les traductions nouvelles produites dans le second tiers du XVIe siècle s’adressent vraisemblablement à ces lecteurs que l’on a dissuadés par la méthode forte de lire Érasme, ou Juan de Valdés, ou Bartolomé Carranza, ou même fray Luis de Granada ou fray Francisco de Osuna, ou même et surtout le Nouveau Testament.

  • 19 GARCILASO DE LA VEGA, « A la muy magnífica señora doña Jerónima Palova de Almogávar », in : Baldass (...)

18Ces hommes et ces femmes veulent apparemment de la bonne littérature en castillan ; ils veulent, de par leur ignorance du latin et plus rarement de par une connaissance solide des langues classiques unie à la curiosité pour leur propre langue, y voir acclimatés des textes auréolés de gloire. Ils désirent que leur parlent en castillan les auteurs dont les noms résonnent dans les salles de classe, Homère, Lucien, Plutarque, Virgile, Ovide, Térence, Lucain, Plaute, Sénèque, Cicéron – mais aussi ces écrivains qui dans les cercles de sociabilité courtisane et urbaine passent pour d’exquises nouveautés modernes : Boccaccio, Sannazaro, Castiglione, Arioste, Héliodore (auteur grec ancien mais tardif, redécouvert tardivement et retraduit du français). Les nouveaux lecteurs aspirent à lire ces textes en un bon castillan, tissé de « términos muy cortesanos y muy admitidos de los buenos oídos y no nuevos ni al parecer desusados de la gente », « huyendo de la afectación pero sin dar consigo en ninguna sequedad », comme l’exprime l’arbitre des élégances, Garcilaso de la Vega, dans la préface à la traduction du Courtisan de Castiglione par son ami Boscán (1534)19. Pour ces lecteurs, on réalise dans le second tiers du XVIsiècle des traductions soigneusement travaillées, conçues comme des œuvres à part entière, pouvant se soutenir sans gloses et sans justifications laborieuses. Parfois de beaux succès de librairie, elles sont symptôme et aliment de nouvelles habitudes d’écriture et de lecture, partie essentielle de ce que l’on appellera Siècle d’Or.

19Les Espagnols traduisent alors de préférence des œuvres archicanoniques, sans lesquelles les Européens de la Renaissance se sentaient privés de la meilleure partie de leur culture, et qui passaient pour les chefs d’oeuvre de leurs auteurs respectifs. D’Ovide et de Virgile, on traduit alors pour la première fois l’oeuvre épique en hexamètres, les Métamorphoses (Bustamante, c. 1540) et l’Énéide (Hernández de Velasco, 1555) dont le poids qualitatif et quantitatif est supérieur à la somme de ce que ces poètes majeurs de la latinité ont écrit par ailleurs dans le registre pastoral, didactique ou élégiaque. De même, le Roland furieux, publié indépendamment en espagnol la même année 1549 par deux traducteurs différents, Jerónimo de Urrea et Hernando de Alcocer, relègue à une place seconde, par sa masse et par l’engouement sans précédent des lecteurs de toute l’Europe, les excellentes satires, comédies et rimes de l’Arioste. Pour la première fois Urrea et Alcocer font parler le poète ferrarais en vers d’une autre langue que l’italien, car le poème avait déjà été traduit en français en 1544, mais en prose ; dans ce cas, comme dans celui de l’Odyssée, on observe la volonté de contribuer à placer l’Espagne à la tête des nations européennes moyennant une appropriation plus précoce et plus aboutie de ce qui s’est fait de mieux dans l’Europe antique et moderne.

20L’objectif déclaré de ces traductions est d’opérer une greffe dans le tronc de la langue espagnole capable de donner des fruits qui ne soient plus sentis comme étrangers. C’est ce que dit tout uniment Garcilaso dans la préface que nous venons de citer :

  • 20 CASTIGLIONE, op cit., p 75.

…siendo a mi parecer tan dificultosa cosa traducir bien un libro como hacelle de nuevo, diose Boscán en esto tan buena maña que cada vez que me pongo a leer este su libro […] no me parece que le hay escrito en otra lengua. Y si alguna vez se me acuerda del que he visto y leído, luego el pensamiento se me vuelve al que tengo entre las manos20.

  • 21 Francisco Javier ESCOBAR BORREGO, « Diego López de Cortegana, traductor del Asinus Aureus: el cuent (...)
  • 22 Michael ZAPPALA, « Luciano español », Nueva Revista de Filología Hispánica, 31 (1), 1982, p 24-43.
  • 23 ARIOSTO, Orlando furioso, ed. bilingue de Cesare SEGRE y María de las Nieves MUÑIZ [traduction de J (...)

21Les philologues qui ont comparé en détail l’original d’Apulée avec le texte de López de Cortegana21, le grec de Lucien avec les versions des Dialogues et de l’Histoire véritable de Francisco de Enzinas22, l’italien de l’Arioste avec le castillan de Jerónimo de Urrea23, ont observé à chaque fois le parti pris de rapprocher autant que possible l’original de la langue « naturelle »  des lecteurs. Ainsi, Enzinas intitule Dialogue de l’amitié le dialogue de Lucien transmis sous le titre Toxaris, et supprime par ce geste l’opacité du nom propre, celui d’un Scythe qui entend convaincre son interlocuteur grec de ce que son peuple, réputé barbare, est plus avancé que le peuple grec par la valeur absolue qu’il accorde à l’amitié. Le même traducteur remplace Ménippe ou la nécromancie par Ménippe dans les abîmes ; il intitule Ménippe dans les nuages le dialogue intitulé Icaroménippe qui raconte un voyage dans les cieux, faisant en sorte que l’étiquette du texte d’arrivée soit le plus transparente possible.

  • 24 Voir Aude PLAGNARD, « Homero hecho ya español ou la traduction comme événement. Poèmes antiques et (...)
  • 25 Elsa KAMMERER, Aude PLAGNARD, Elise RAJCHENBACH-TELLER, « Entre stratégies commerciales et illustra (...)

22Du reste, le texte traduit est regardé souvent comme échantillon d’une langue castillane riche et élégante, où les étrangers viendront puiser des leçons de bon usage. Ainsi l’Orlando furioso espagnol d’Urrea fut imprimé à Lyon en 1550 dans l’officine de Mathias Bonhomme, un an seulement après la princeps flamande (Anvers, Nutius, 1549), et il sortit à Venise en 1553 des presses de Gabriel Giolito. Seul l’imprimeur italien conserve dans la page-titre le nom de Lodovico Ariosto, absent dans les éditions d’Anvers et de Lyon, comme si le capitaine aragonais endossait sans complexes la qualité d’auteur. Bien sûr, tout le monde savait que le Roland furieux était né italien, que son père s’appelait Ariosto et servait les ducs de Ferrare. Toutefois, en voyant le jour dans les états du roi d’Espagne, ou même en France, avec une dédicace au prince Philippe, le poème assumait les devoirs et les privilèges d’un sujet de ce roi, comme s’il renaissait d’un père espagnol, le capitaine Urrea24. Bonhomme et Giolito, imprimeurs prospères bien implantés dans le marché international, avec un sens aigu de l’économie et de la diplomatie, adoptèrent le même format, la même mise en page, le même papier et les mêmes ornements et illustrations pour l’Orlando furioso d’Urrea que pour celui de l’Arioste qu’ils avaient imprimé auparavant. C’est ainsi que procédera également Guillaume Roville, un autre grand imprimeur de Lyon, avec le livre des emblèmes d’Alciat en espagnol. L’édition de la traduction espagnole témoigne de la politique plurilingue des grands industriels du livre et contribue à réaliser un programme d’affirmation des langues vulgaires comme égales en dignité25. Giolito l’exprime avec force dans sa dédicace au traducteur, qu’il traite ainsi à la fois comme auteur et comme patron :

  • 26 Je propose une traduction espagnole (on trouvera une traduction française dans E. KAMMERER, A. PLAG (...)

Onde havendo non senza molta spesa, fatica, e industria in diversi tempi dati al mondo nelle mie stampe molti autori, così moderni come antichi, tra quali i Furioso di M. Lodovico Ariosto (opera cosi rara, cosi perfetta, e stimata comunemente da tutti, che io soglio più volte dire, che ella merita di esser ridotta in tutte le lingue, acciò che ella sia gustata e intesa da tutte le nationi), questa opera veggendo dalla penna di V.S. rivolta nella vostra dolce e gentil lingua Spagnuola, Castigliana che la nomiate, con tanta felicità, che a gl’intendenti il nostro Poeta assembra esser vostro natio, e non condotto tra voi, a guisa di forestiere e peregrino, dal nostro paese, mosso dallo amore, che io porto e M. Lod. e alla lingua vostra, e dalla cura principalmente che io prendo di giovare non meno in cotesta lingua, di quello, che ho fatto e fo nelle nostra, a chiunque se ne diletta, ho voluto fare imprimere con quelli stessi ornamenti, che tante volte ho usato nel proprio nostro, con le istesse annotationi, e di più con nuovi argomenti e allegorie per ciascun canto, acciò che l’utile sia accompagnato dalla bellezza. (Gabriele Giolito en Orlando furioso, 1553, « Al molto virtuoso e valoroso signore don Hieronimo di Urrea, capitano della Maestà Cesarea »)26.

23Pour ces raisons, Giolito emploie un Espagnol, gentilhomme soldat et aventurier tout autant qu’homme de plume, Alonso de Ulloa, qui avait servi comme secrétaire dans l’ambassade de Charles Quint à Venise, pour animer sa production de livres en espagnol, ou traduits de l’espagnol. Pour l’édition Giolito de l’Orlando furioso d’Urrea, Ulloa traduit les commentaires que Lodovico Dolce avait composés pour l’original italien, et il rédige comme appendice une sorte de glossaire, « Esposizione in lingua thoscana di molti vocaboli spagnuoli difficili, che nel presente libro si trovano », s’arrogeant le rôle d’un expert des deux langues, expertise qu’il devait démontrer par ailleurs en traduisant des oeuvres espagnoles en toscan et en les présentant au public italien ou qui lisait l’italien :

Habiendo el señor Don Jerónimo de Urrea (amigo lector) traducido en romance castellano el Orlando furioso (libro no menos deleitable, que lleno de buena doctrina), me moví, por la afición que debidamente yo tengo al señor don Jerónimo, a adornarle la tal obra de las mismas cosas que están en el toscano idioma) […], con una exposición de muchos vocablos castellanos contenidos en el tal libro, en lengua toscana y con una regla de la manera que se ha de observar en la pronuncia de aquellos, a fin que la nación italiana tenga claro conocimiento de la lengua castellana, pues es digna de que la sepan y no ignoren siendo una de las mejores lenguas vulgares que hay. El cual libro (habiéndolo yo bien corregido de algunos errores de la impresión de que estaba oprimido) el señor Gabriel Giolito de Ferrariis (sin duda varón nobilísimo), hizo imprimir, por servicio de la nación española, y hará lo mismo en otros libros, teniendo especial cuidado de exalzar [sic] la lengua española, como lo ha tenido y tiene de la toscana en todas las obras que en su casa se imprimen (Ulloa en Orlando furioso, 1553, « Carta al lector »).

  • 27 Josep Luis MARTOS, « Juan Martín Cordero en Flandes: Humanismo, mecenazgo e imprenta », Revista de (...)

24D’après Ulloa, Jerónimo de Urrea, lettré et capitaine, servant son roi avec l’épée et sa nation avec la plume, a gagné les lauriers du poète par sa traduction. La figure du traducteur, éminent par son esprit créatif, son ingenio, est donc superposable à celle de l’auteur. Il est une autorité de sa langue, quelqu’un qui peut attester de la forme et du sens des mots du castillan, sur lequel peuvent s’appuyer ceux qui devront l’apprendre. Ce cas n’est pas isolé, et on voit quelque chose de semblable chez Juan Martín Cordero. Cordero est un jeune Valencien de famille aisée, avec un bagage d’idées que l’on pourrait qualifier d’avancées, bien que quelque peu confuses, qui résida de 1554 à 1556 en Flandres, travailla pour Martin Nutius, et rédigea de passionnantes mémoires où il raconte son aventureux périple européen. Cordero, s’appuyant sur son expérience multiple de traducteur (de Sénèque, d’Eutrope, de Joseph, de Girolamo Vida, d’Érasme), s’érigea en réformateur du castillan, et rédigea comme appendice d’un curieux livre qui réunit plusieurs traductions et autres pièces de sa plume un essai intitulé « La manera de escribir en castellano, o para corregir los errores generales en que todos casi yerran »27.

25Tout différents qu’ils soient, les traducteurs partagent bien souvent le souci de servir le roi, et c’est là une autre des différences qui les séparent de leurs prédécesseurs du XVe siècle. Dans la liste en annexe de ce travail, on pourra vérifier que le souverain présent ou futur, l’héritier du trône, joue souvent le rôle de dédicataire, attestant que la cour est en ces années dominée par des hommes de mentalité humaniste. Plus singulier peut-être, on perçoit un début de mainmise, certes encore hésitante et plus fantasmée que réelle, du monarque et de ses magistrats sur les destinées de la langue, vue comme un bien collectif. La langue serait une sorte de capital auquel tous les sujets du prince sont intéressés, parce qu’en dépend l’épanouissement des lettres et de l’éloquence, duquel dépend à son tour la grandeur et le bonheur du pays. Du moment que la langue est une sorte de bien patrimonial, bien qu’immatériel, comparable en importance au territoire, sa mise en valeur, sa conservation et son accroissement deviennent des prérogatives et des charges régaliennes. Du moins c’est ce que les hommes de lettres tentent de faire croire au prince au moyen de ces dédicaces, non sans un certain succès, même s’il faudra attendre un siècle ou deux avant que cela donne lieu à la création d’institutions comme les Académies Royales, qui prendront sous leur tutelle le sort de la langue et des lettres dans différentes nations européennes. Depuis le Moyen Âge, les universités et autres institutions d’enseignement, qui avaient à leur charge le savoir et sa transmission, étaient placées sous la protection et la tutelle du roi, mais le latin y restait dominant. Dans le cas de nos traductions du XVIe siècle, outre la fréquence des dédicaces au roi ou au prince héritier, il est remarquable que les autres dédicataires choisis par le traducteur doivent souvent leur puissance et leur renom à une délégation de l’autorité royale. Les traductions du XVe siècle étaient dédiées, nous l’avons vu, à des grands seigneurs dont le pouvoir et la richesse ne dépendaient pas du souverain et qui bien souvent aspiraient même à contrôler la couronne d’après leurs intérêts particuliers. Dans la période qui nous intéresse ici, plusieurs dédicataires se détachent qui sont des secrétaires du roi, hommes puissants mais d’origine modeste et qui sont tributaires de la faveur du monarque: c’est à l’un des plus influents de ces secrétaires, Juan Vázquez de Molina (1515-1570), homme de confiance de l’Empereur pendant de longues années, que Bernardino Daza Pinciano dédie sa traduction des emblèmes d’Alciat (1549); un peu plus tard, le volume contenant diverses traductions, parmi lesquelles celles de deux opuscules d’Érasme, que publie Juan Martín Cordero à Anvers en 1556, s’accompagne d’une dédicace à Gonzalo Pérez. Celui-ci venait d’être promu aux fonctions de secrétaire d’État de Philippe II, et cette même année, on s’en souvient, il donnait aux presses sa traduction complète de l’Odyssée d’Homère. Gonzalo Pérez, décidément le plus grand protecteur des lettres à la cour, avait été aussi le dédicataire de la traduction de l’Arcadie de Sannazar, éditée à Tolède en 1547. Continuant cette tradition, la révision de sa traduction de la Pharsale par Martín Lasso de Oropesa, paraît en 1578, posthume, avec une dédicace à Antonio Pérez, fils de Gonzalo et héritier aussi de sa charge de secrétaire de Philippe II. Ou encore, la brillante traduction des épîtres de Cicéron par Pedro Simón Abril est publiée en 1589, avec une dédicace à Mateo Vázquez de Leca, principal secrétaire de Philippe II à cette époque et qui avait été d’ailleurs l’artisan de la chute d’Antonio Pérez. En somme, bien que l’initiative de certaines traductions importantes puisse venir des milieux lettrés de Valence ou de Tolède, cette dernière ville étant le centre d’un humanisme clérical très typique du XVIe siècle, les regards des traducteurs se tournent de plus en plus vers la cour, et peut-être même vers l’appareil d’État devenu cette organisation techniquement avancée qui caractérise la monarchie d’Espagne sous Philippe II.

  • 28 Voir sur ce personnage et particulièrement sur son œuvre de traducteur José BERGUA CAVERO, Francisc (...)
  • 29 J. BERGUA CAVERO, op cit., p 51-75.
  • 30 Els AGTEN, « Francisco de Enzinas, a Reformation-minded Humanist with a Vernacular Dream: a Spanish (...)

26D’une manière qui confirme cette gravitation vers l’État, les traducteurs invoquent, plus souvent encore que le service du roi, le bénéfice de la nation espagnole et de sa langue. Cette corde patriotique résonne de manière répétée sous la plume du protestant Francisco de Enzinas, depuis son exil germanique28. Cet homme enthousiaste mais avisé dut s’évader de la prison bruxelloise où le faisait garder Charles Quint, auquel il avait remis sa traduction du Nouveau Testament. L’Empereur fut alerté par son confesseur Pedro de Soto29 sur les circonstances suspectes d’Enzinas – son amitié avec Melanchton, son livre non signé où il avait réuni des traductions de Calvin et de Luther –, et sur les détails du Nouveau Testament en espagnol dont se dégage un parfum de luthéranisme30(Agten, 2012), raisons plus que suffisantes pour mettre le traducteur sous les verrous. Pourtant, pendant les huit années de vie qui lui restaient après sa fuite de Bruxelles, comme s’il n’était pas un pauvre fugitif menacé de mort, Enzinas dédia à l’Empereur et à son fils, le prince Philippe, des versions d’auteurs grecs et latins dont il était l’auteur et qu’il publiait à son compte. C’est en ces termes qu’il leur adresse son travail dans les sobres préliminaires de ses traductions des Vies de Plutarque et des Décades de Tite Live :

Al presente, tornando a nuestro Plutarco, puedo afirmar, siguiendo el juicio de los hombres doctos, que entre todos los autores profanos que se hallan en todas lenguas, ninguno hay que pueda ser comparado con la historia de Plutarco, en este género de escritura. Porque en su historia se comprehenden los más notables y excelentes ejemplos de todas suertes de hombres, que en la flor del mundo florecieron. Y como ha muchos días que fui avisado de personas de autoridad, que esta obra sería grata a Vuestra Majestad y provechosa a nuestra nación, quise emplearme en servicio de mi príncipe natural (cuyo señorío, como debo, reconozco) y aprovechar en algo a las gentes de nuestra nación, que desean conocer a este autor tan excelente (Plutarque, 1551, « Al invictissimo monarcha don Carlos V, Emperador semper Augusto, Rey d’España, d’Alemaña, &c Franzisco d’Enzinas S.).

Del valerosísimo Emperador Maximiliano, de gloriosísima memoria y abuelo de vuestra Alteza, cuentan haberle tenido tanta afición, y haber gustado tanto de su lectura, que casi siempre le tenía en sus manos, dando con esto célebre testimonio de la virtud y excelencia de Tito Livio, lo cual considerando bien algunas personas doctas y generosas de España y algunos otros caballeros de esta Baja Alemania, aficionados a la lengua y cosas españolas, rogáronme muchas veces, y casi me importunaron, que con mi estudio y diligencia procurase restituir a la nación española (de quien me conocían ser muy devoto) un libro de tanta utilidad y provecho…(Tite Live, 1552, Al Serenissimo, muy alto y muy poderoso principe y señor, don Felipe, rey de Inglaterra, de Napoles y Hierusalem, &c. Principe de las Españas, Archiduque de Austria, &c. Arnaldo Byrcman Vezino de la ciudad de Colonia, Salud y perpetua Feliçidad).

27Ces raisons mobilisées par Enzinas (ou par les imprimeurs, auxquels il est intimement associé), pour recommander ses traductions de grands historiens rappellent d’assez près celles qu’il avait alléguées quelques années plus tôt en dédiant à Charles Quint le Nouveau Testament :

La segunda razón, Su Majestad, que me ha movido, ha sido la honra de nuestra nación española, la cual muchas otras tratan mal de palabras y se ríen de ella en este caso, y aunque hay varios pareceres, todos los notan en esto, o de flojos, o de escrupulosos, o de supersticioso [Enzinas recense ici les traductions des Écritures en Italie, Flandres, France, Angleterre, Écosse et Allemagne]. Solo queda España, rincón y remate de Europa. A la cual no sé yo por qué esto le es negado, que es a todas las otras naciones concedido. Y pues en todo presumen ser los primeros, y con razón, no sé por que en esto, que es lo principal, no son ni aún los postreros. Pues no les falta ingenio, ni juicio, ni doctrina, y la lengua es la mejor (a mi juicio) de las vulgares, o, a lo menos, no hay otra mejor (Nouveau Testament, 1543, « Al invictissimo Monarcha don Carlos, Emperador Semper Augusto, Rei de España &c., Francisco de Enzinas, graçia, salud y paz » ).

28Enzinas est un exemple notable de l’esprit dans lequel travaillent les traducteurs de son temps. Le souci du bien commun de la nation et de la langue, qu’il formule avec tant d’énergie, est largement partagé par ses confrères dans ce type de tâche. En glanant dans les prologues et dédicaces des traductions, on trouve un schéma rhétorique reconnaissable, à l’état complet ou non: perfection ou « excellence » de l’auteur traduit; nécessité urgente qu’ont ceux des Espagnols qui ne dominent pas les langues classiques de se familiariser avec l’oeuvre; affinité élective entre l’auteur, ses héros et les thèmes dont il traite, et le dédicataire – le souverain ou l’un de ses proches –, ce qui prédestine celui-ci à devenir le patron du traducteur et à encourager son travail; instances faites auprès du traducteur par des personnages bien intentionnés, philanthropes et hispanophiles, pour que l’on remédie à une carence d’autant plus déplorable que les nations étrangères, la France et l’Italie surtout, ont déjà traduit ce précieux auteur dans leurs langues respectives.

29La plupart de ces topoï sont convoqués par Gregorio Hernández de Velasco, prêtre catholique modèle, qui pourtant ne s’exprime pas autrement que le protestant Enzinas, lorsqu’il s’agit d’affirmer l’importance de traduire en espagnol les classiques et, en l’occurrence, l’Énéide de Virgile (sans dédicace) qu’il présente aux lecteurs comme un service vertueux à la « república » :

Bien han entendido en Italia y en Francia muchos años ha, el valor de este poeta y el provecho que de su lectura resulta, pues no contentándose con tenerle en la primera lengua en que el quedó escrito, le han traducido y impreso muchas vezes en sus lenguajes vulgares, pareciéndoles injusto que de tan dulce y provechoso autor solo gocen los que entienden la lengua Latina. Esta diligencia tenía sola España por hazer hasta ahora: no sé la causa. Bien creo que no ha sido falta de buenos ingenios, amigos de buenas letras, los quales si hubieran emprendido esto, hubieran salido bien dello y les hubiera sucedido prósperamente, sino que los que pudieran y supieran hazerlo, o les ha faltado ocio, entretenidos en cosas a ellos mas importantes, o han rehusado el trabajo, viendo que no podía dexar de ser gran trabajo traducción de tan grande y tan artificiosa obra,o por ventura no han echado de ver la falta que este autor hazia en nuestra lengua, ni el provecho que de le poner en ella resultaría (Virgilio, 1555, « El impressor a los lectores »).

30En fin de compte, qu’elles se placent du côté des lettres humaines ou du côté des lettres divines, plus épineuses et risquées, ces traductions obéissent à une mission sacrée ; la restauration et propagation de la plénitude de la vérité, de la vigueur et la vertu originaires, qu’elles soient celles du message évangélique ou celles de la grandeur d’âme et l’éloquence antiques. C’est dans le champ d’une langue que cette mission doit s’accomplir, et chaque membre d’une nation doit sentir sa responsabilité vis-à-vis d’elle dans cette course à la restauration-appropriation de l’or des poètes et des orateurs. Ces poètes et orateurs, à travers la langue où ils reprennent vie et un nouveau souffle, sont appelés à s’incorporer à la parole que tiennent quotidiennement les femmes et hommes qui parlent l’espagnol et ont vocation à relever son élégance et son éloquence. Les qualités rhétoriques de l’auteur traduit resteront acquises par les lecteurs espagnols à condition que le traducteur le fasse parler en castillan avec la « propiedad » nécessaire, dans la langue réelle autorisée par l’usage des meilleurs (ce qui revient à dire les courtisan (« cortesanos »), les gens les plus préoccupés de distinction, d’honneur et de plaisir) et non pas dans une langue artificielle, déformée par le calque du latin. C’est ce qu’escompte Pedro Simón Abril, en traduisant les lettres de Cicéron, pour les rendre accessibles non pas aux enfants des écoles, qui n’ont ni expérience ni jugement, mais aux hommes mûrs qui peuvent en tirer parti :

Las causas que a mi me han movido a pasarlas de lengua latina en castellano, son tales que cada una dellas por sí me parece era bastante a inducir a ello al que tuviesse algun celo de hacer bien a su nacion, y honrar y enriquecer su propia lengua. Porque me parecía cosa digna de lástima y muy grande compasión, que cartas que tratan de cosas tan importantes en materia de gobierno, por la ignorancia de la lengua dejasen de andar por las manos de los hombres de maduro juicio y edad perfecta, que son los que pueden juzgar dellas, y estuviesen condenadas a una triste cárcel de escuelas de niños, que por la poca experiencia que dellas tienen, por ser de pocos años, no pueden dar alcance a tan graves concetos, ni sacar de ellas ningún fruto. Demás de esto se me representaba delante de los ojos el gran bien que del divulgarlas en nuestra lengua castellana a toda nuestra nación redundaría pues, mudando solamente el estilo de las cortesias, que es algo diferente del de aquellos tiempos, tendran los nuestros un como formulario de escribir graves consuelos, prudentes exhortaciones, discretas disculpas, benignos y amorosos favores, sabrosas burlas y donaires cortesanos, manera grave de contar sucesos de negocios, con otros mil géneros de cosas, de que estan llenas las cartas que en este libro se contienen. (Cicéron, 1589, « A Mateo Vazquez de Leca Colona, del Consejo del Rey nuestro señor y su secretario »).

Le travail de la traduction : dans quelle langue et dans quel style traduit-on ?

  • 31 Luis FERNÁNDEZ MARTÍN, « Don Alonso Enríquez, un abad vallisoletano de la época imperial (1497-1577 (...)
  • 32 Il s’agit en tout cas de la première version conservée car un célèbre helléniste, Francisco de Verg (...)
  • 33 Mercedes BLANCO, « Heliodoro en Cervantes: artificios griegos y parejas divinas entre dos mundos  » (...)
  • 34 Laurence PLAZENET, « Jacques Amyot and the Greek Novel: the Invention of the French Novel », in : G (...)

31Au XVIe siècle et dans la période qui nous intéresse, l’ouvrage imprimé qui publie la traduction donne en règle générale dès sa page-titre le titre de l’oeuvre en espagnol, le nom hispanisé de son auteur, le nom du traducteur (omis dans certains cas, surtout dans la première partie de la période concernée), le nom du dédicataire quand il y en a un, et indique la langue d’arrivée et souvent la langue de départ. Cette dernière précision fait parfois défaut, mais seulement quand la langue de départ va de soi, comme c’est le cas pour les traductions du toscan, toujours directes ; en revanche, quand il s’agit de traductions du grec, on fait valoir le fait que c’est sur l’original grec que le traducteur a travaillé et non sur une version latine ou vernaculaire. Quand la traduction est indirecte, il arrive que ce soit précisé, comme le fait l’auteur anonyme de la version espagnole du roman d’Héliodore, Les Éthiopiques, publiée à Anvers en 1555, sur la page titre de laquelle on lit ; Historia ethiopica de Heliodoro. Trasladada de francés en vulgar castellano, por un secreto amigo de su patria y corregida según el Griego por el mismo, dirigida al ilustrissimo señor, el señor don Alonso Enrriquez, Abad de la villa de Valladolid. Un article de Luis Fernández-Martín a tracé avec précision les contours de la figure du dédicataire, sans pour autant le relier à cette traduction anonyme31. Il s’agit d’un « aristocrate de sang royal, fils naturel de don Fernando Enríquez, almirante de Castille », diplômé de théologie à Alcalá, grand seigneur aux brillants projets architecturaux, ardent défenseur d’Érasme, dont la belle carrière de lettré, de mécène et de prélat fut brisée par un procès inquisitorial qui le jeta en prison à Tolède pendant trois ans (1561-1564), avec une bonne partie de ses pages et d’autres membres du personnel à son service. Cette affaire reste mystérieuse en bien des aspects, mais on en sait assez sur Alonso Enriquez grâce à la documentation exhumée dans l’article en question, pour conjecturer que le traducteur qui lui avait dédié les Éthiopiques depuis Anvers, six ans avant l’emprisonnement de l’abbé, devait être lui aussi érasmien et peut-être même sympathisant des réformés, en tout cas d’une orthodoxie suspecte. C’est pourquoi son anonymat est exhibé de manière presque provocante (« por un secreto amigo de su patria »), alors que d’autres traductions qui dérobent le nom du traducteur le font par une simple omission (cas assez rare mais possible) ou en le dissimulant par un acrostiche ou quelque chose d’équivalent. Il traduisit en tout cas le texte d’Héliodore, qui circulait en Europe à partir d’un manuscrit fraîchement découvert, d’après une version française qui ne peut être que celle que Jacques Amyot avait publiée à Paris en 1547 et qui connaissait un beau succès. On manque de travaux sur cette première version32 du grand roman grec en espagnol, mais d’après quelques sondages que j’y ai effectués, c’est une fidèle et adroite traduction du texte français, prouvant que le « secret ami de sa patrie » connaissait parfaitement cette langue ; en revanche, je ne suis pas en mesure de vérifier ses allégations sur les corrections qu’il y aurait fait « d’après le grec ». Il est sûr en tout cas que de cette traduction d’Héliodore (et de celle faite un peu plus tard par Fernando de Mena, qui n’est pas meilleure) dérive le Persiles de Cervantès et une partie substantielle de la littérature romanesque espagnole du XVIIe siècle33. De même et plus largement, tout un filon du roman européen des XVIIe et XVIIIe siècles descend de la traduction d’Amyot et de ses rejetons34. Tout cela permet de rapprocher le cas de ce traducteur anonyme et celui de Francisco de Enzinas : ils sont l’un et l’autre des exilés qui, avec une ardeur que l’on qualifierait de quichottesque, par initiative personnelle, décident de faire don d’un texte précieux à la langue de leur pays. On est très loin des traducteurs du XVe siècle, qui aiment à se montrer serviteurs obéissants de marquis et d’archevêques.

32Dans notre répertoire de traducteurs, on trouve les expressions suivantes pour exprimer l’opération du traducteur sur le texte et l’auteur de départ :

…traducidos en rimas españolas, traducido en romance castellano, traducido del vulgar toscano en el nuestro castellano; que hizo en toscano, ahora nuevamente traducido en nuestra lengua; traducidas de lengua toscana en nuestro romance castellano; traducidos en castellano; traducido en nuestra lengua; traducidas de lengua latina en castellana ; hecho en latín y al presente traducido en lengua castellana; de francés en vulgar castellano; traducida de griego en lengua castellana; que escribió en latín … trasladada en castellano; traducido de verso latino en prosa castellana; traducido de latín en romance castellano; vueltas nuevamente de latín en lengua castellana; traducido en nuestro vulgar castellano; traducidos de griego en lengua castellana; traducido de lengua francesa en castellana; traducido de griego en lengua castellana: traducido de latín en romance (Ovidio por Jorge de Bustamante); nuevamente traducidos en lengua castellana, en la medida y número de versos que tienen en el toscano; escritas primero en lengua griega y al presente traducidas en estilo castellano; traducida nuevamente en nuestra castellana lengua española en prosa y en metro como ella estaba primero en lengua toscana; que compuso en verso heroico latino traducido en octava rima castellana; escritas en latín y traducidas en vulgar castellano; traducidas en romance castellano; traducidas en verso castellano; traducida en octava rima y verso castellano…

  • 35 Voir Lucia BINOTTI, « La teoría del castellano primitivo: el método comparativo a partir de un mito (...)

33Notons que le verbe qui exprime cette action est presque toujours « traducir », avec de « volver » et « trasladar » comme rares variantes. Cette fixité du verbe indique peut-être la netteté désormais acquise par la définition de la traduction. Celle-ci ne risque plus de se confondre avec l’adaptation, la glose ou le résumé, et elle s’engage à rendre non seulement le contenu inaltéré (et non pas, par exemple, complété, purifié, simplifié ou autrement amélioré), mais aussi, autant que possible, certaines particularités d’expression et d’écriture de l’original. La langue d’arrivée, qui au Moyen Âge était désignée comme « romance » ou « lengua vulgar », est maintenant dénommée « lengua castellana » ou « castellano », avec comme variantes « romance castellano », « vulgar castellano », « nuestra lengua », « estilo castellano », « nuestra castellana lengua española ». L’étiquette « castellano »  est la marque probable d’une certaine fierté liée en cette époque d’expansion et de victoires à tout ce qui se relie au nom de Castille, mais elle vaut surtout affirmation de l’identité de la langue, complète, autonome, sûre d’elle-même et ne se confondant avec aucune autre. La qualification même de l’idiome employé par le traducteur comme « langue », qui nous paraît aller de soi, ne relève peut-être pas d’une description objective et neutre. C’est une revendication de dignité puisque d’après une croyance encore très ancrée, les langues proprement dites sont nées du désastre de Babel, nées en même temps d’une sorte de meurtre de la langue originaire, adamique (dont l’hébreu est en quelque sorte le résidu ou le descendant direct). Toutes les langues dignes de ce nom, une fois perdue la langue originaire du paradis, et à l’exception possible de l’hébreu, sont des langues humaines sœurs les unes des autres, et aucune n’est le rejeton bâtard et corrompu d’une autre langue plus ancienne, plus noble ou plus exclusive. Cette logique, menée jusqu’à ses dernières conséquences, devait aboutir à la fin du XVIe siècle à la postulation aberrante d’un « castillan primitif », aussi ancien que le latin ou plus ancien35. En revanche, les termes de « romance » ou « vulgar », qui n’apparaissent quasiment jamais dans le titre de nos ouvrages, auraient connoté que l’idiome du traducteur était un latin déchu, ou du moins diminué et appauvri, et en ce sens pas essentiellement différent du français ou de l’italien.

34Notons qu’il arrive souvent, lorsque l’oeuvre traduite est en vers, que la page-titre précise si la traduction est en prose ou en vers. Si elle est en vers, et que l’original est toscan, il est dit parfois que la découpe des vers du texte de départ est respectée, que le nombre de vers est conservé et que la strophe est la même. C’est le cas pour les Trionfi de Pétrarque traduits par Hernando de Hoces, précédés par une préface concise et ne manquant pas d’intérêt où il aborde ces questions de métrique. Si l’original est grec ou latin, il n’est pas possible de conserver les caractéristiques du mètre et il faut préciser le parti adopté par le traducteur ; Gregorio Hernández de Velasco, traducteur des hexamètres de Virgile et de Sannazaro, annonce l’emploi de l’octava rima, pour traduire le De partu Virginis, et l’octava rima et le verso castellano pour rendre l’Énéide. Il emploie pour l’épopée virgilienne des hendécasyllabes blancs dans les parties narratives, et des huitains hendécasyllabiques (ottava rima, octava rima ou octava real) dans les discours en style direct, distinguant ainsi clairement les deux rôles du poète épique d’après Aristote, qui tantôt parle lui-même et tantôt fait parler les personnages. C’est l’hendécasyllabe blanc qu’Hernández de Velasco appelle donc « verso castellano », ce qui indique qu’à une date assez précoce (1555) il considère comme accomplie l’assimilation de la métrique italienne opérée par Boscán et Garcilaso. On observe que les traductions en prose d’oeuvres en vers perdent du terrain jusqu’à disparaître ; vers 1540, les grands poèmes de Lucain et Ovide sont traduits intégralement en prose (même si pour Ovide il s’agit plutôt d’une sorte d’adaptation) ; à partir de la décennie de 1550 et parfois plus tôt, les traductions en vers deviennent la règle et presque toujours et de plus en plus le vers choisi est italien ; ainsi pour Alciat, Sannazar, Virgile, Pétrarque, Ovide. On avance donc vers une littérarisation de la traduction.

  • 36 Tomás GONZÁLEZ ROLÁN, Antonio MORENO HERNÁNDEZ, Pilar SAQUERO SUÁREZ-SOMONTE, Humanismo y teoría de (...)
  • 37 Voir T. GONZÁLEZ ROLÁN, A. MORENO HERNÁNDEZ, P. SAQUERO SUÁREZ-SOMONTE, op. cit., p 226-231.

35L’entreprise assumée par les traducteurs prend toute sa dignité de cette nouvelle affirmation de la langue, qui se fait avec un extrême naturel, comme si ceux qui la portaient n’étaient pas conscients de la nouveauté, et comme si la revendication de la lengua castellana allait de soi. Ces traducteurs ne sont pas prodigues en explications quant à leur manière de procéder et théorisent leur propre activité de manière au mieux occasionnelle et fragmentaire. On n’a rien à cette époque de comparable à la polémique, d’un intérêt si considérable, qui se produisit autour des critères d’une bonne traduction dans la première moitié du XVe siècle, entre un éminent représentant de l’humanisme italien et l’un des meilleurs esprits de la Castille de cette époque. Le premier, Leonardo Bruni, fit précéder sa version latine de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote (1419) d’un prologue adressé au pape Martin V, où il s’en prenait avec violence au traducteur médiéval, qu’il ne nommait pas, mais qui est en fait Robert Grosseteste,dont la traduction de l’Éthique, de 1240 environ, s’était imposée dans les Écoles. Cette critique méprisante suscita une vigoureuse réplique d’Alfonso de Cartagena. Cet évêque de Burgos, fils du célèbre converso Pablo de Santa María, et lui-même aussi fin politique que grand savant et intellectuel, écrivit vers 1427 un texte substantiel (tractatus ou declamationes) contre les allégations de Bruni. L’ensemble de ces deux textes latins de Bruni et de Cartagena, avec des répliques ultérieures où intervint en qualité de médiateur Pier Candido Decembrio, ont été l’objet en 2000 d’une édition bilingue latin-espagnol, accompagnée d’une étude très fouillée, ce qui permet de prendre connaissance commodément de cette controverse36. Ce qui frappe d’emblée est qu’Alfonso de Cartagena croit pouvoir défendre la traduction de Grosseteste tout en reconnaissant qu’il ignore le grec. En effet, il pense pouvoir juger de ce qui pour lui est le plus important, la cohérence conceptuelle du texte d’arrivée, sa rigueur philosophique, alors qu’il tient pour négligeables les critères de la bonne traduction latine que défendait Leonardo Bruni: à savoir, que le vocabulaire employé soit celui qu’aurait choisi, pour rendre la pensée d’Aristote, un auteur maniant parfaitement le latin à son époque de splendeur, un Cicéron ou un Sénèque. Ce qui importe principalement à ses yeux c’est l’élégance de la langue du traducteur ; une compétence dans le maniement du latin égale à celle des plus grands écrivains classiques dont lui, Bruni, avec l’arrogance polémique si propre aux humanistes, se croit manifestement pourvu. D’autre part, il perçoit chez Aristote non le philosophe mais le grand orateur, l’homme s’exprimant avec grâce dans le grec de son temps. C’est pourquoi, le latin est capable de restituer la pensée de l’Éthique à Nicomaque sans la trahir le moins du monde, tout en restant lui-même, celui de la communication spontanée, naturelle, entre citoyens romains. Le latin est même tellement riche que l’on n’a souvent que l’embarras du choix pour rendre tel terme grec. Bruni juge inadmissible, pour ne donner qu’un seul exemple, d’introduire en latin le terme grec eutrapelia (comme le fait Grosseteste en le calquant de l’original) pour exprimer la vertu de gaieté tempérée qui tient le milieu entre la bouffonnerie et l’humeur chagrine. Selon lui, le traducteur médiéval trahit ainsi Aristote et étale son ignorance et sa barbarie, alors que les Latins disposent d’une gerbe de beaux synonymes pour exprimer la même idée : iocunditas, urbanitas, festivitas, comitas. À l’inverse, pour Cartagena, il vaut mieux traduire εὐτραπελἰα par eutrapelia, par une simple translittération, pour dire ce juste milieu vertueux entre la sévérité revêche et une gaieté intempestive et licencieuse, car tous les termes usuels en latin ont des significations parasites qui ne laissent pas émerger la pureté du concept ; aucun ne dit exactement ce qu’Aristote veut dire ; eutrapelia est un désignateur rigide, le nom propre d’un concept. Aristote manie le grec en philosophe et non pas en homme de bonne compagnie ; chaque mot acquiert chez lui a une signification parfaitement maîtrisée et bien circonscrite. C’est parce que les Latins se préoccupent trop d’élégance et pas assez des choses que leur discours est confus, et que même Sénèque, à la morale si pure et qui mériterait d’être chrétien, commet souvent de graves fautes contre la rigueur et la clarté de la pensée morale37. Pour l’évêque de Burgos, en cela très espagnol, aucun auteur romain, pour éloquent qu’il soit, ne vaut Aristote, et la seule manière de sauver une traduction latine d’une pensée approximative est de mettre en application la plus grande qualité du latin, sa capacité d’absorber toutes les autres langues, la facilité avec laquelle il a intégré par le passé et peut intégrer encore un grand nombre de termes grecs, que ce soit en les naturalisant ou en leur laissant leur côté rugueux, étranger et pour ainsi dire technique.

36Bien sûr, il s’agit là de grec, de latin et de philosophie et il aurait été bien étrange qu’un débat de cette nature ait lieu pour la traduction en castillan telle qu’elle se pratique dans le second tiers du XVIe siècle et qui est orientée surtout vers une littérature de détente ou de plaisir. On est dans une pratique de la traduction menée de façon empirique, ou avec une réflexion qui reste la plupart du temps inexprimée.

  • 38 Margherita MORREALE, Castiglione y Boscán ; el ideal cortesano en el Renacimiento español (Anejos d (...)
  • 39 María de las Nieves MUÑIZ MUÑIZ, « Por qué editar la traducción de Urrea », in : ARIOSTO, op. cit., (...)
  • 40 F.J. ESCOBAR BORREGO, art. cit.
  • 41 M. ZAPPALA, art. cit.
  • 42 J. R. MUÑOZ SANCHEZ, « Fue Gonzalo Pérez excelente traductor de Homero ; interpretación e historia (...)

37On sent que des questions se posent aux traducteurs, mais il n’y pas entre eux de véritable concertation, il n’y a pas non plus une institution critique qui les encourage à mettre à plat leurs critères et méthodes. Le plus souvent, on en est réduit à déduire ces critères et ces méthodes d’un examen serré de leur travail, examen qui a été mené parfois ; ainsi dans les cas de la traduction de Castiglione par Boscán (1534)38, de l’Arioste par Urrea (1549)39, d’Apulée par López de Cortegana40, de Lucien par Francisco de Enzinas (c. 1550)41, d’Homère par Gonzalo Pérez (1556)42, bien que pour aucun de ces textes on n’ait épuisé toutes les questions qui pourraient se poser. Il faudrait évidemment mener un travail aussi approfondi dans les autres cas, ce qui, excède de loin la tâche que je me suis fixée.

38Je me contenterai ici de caractériser rapidement leur travail, du moins en ce qui concerne la prose, par le dessein qu’ils partagent de faire s’exprimer l’auteur étranger comme l’aurait fait de leur temps un Castillan pourvu d’une langue riche et agile, sans s’écarter ou le moins possible de ce qu’ils appellent la « propiedad » du castillan, l’effet de naturel et de vie. Il apparaît donc que dans la controverse entre Bruni et Cartagena, ils auraient adopté le parti typiquement humaniste du premier et auraient voulu que le latin d’Aristote soit avant tout du latin et n’ait plus la patine ou la raideur d’un texte traduit du grec. Ce parti n’est pas souvent énoncé en propres termes, mais il est parfois formulé avec force et cela pendant toute la période que nous considérons et même dans un laps de temps qui l’englobe et qui va au moins de la décennie de 1530 à celle de 1580. On reconnaît cette position dans la savoureuse réflexion de Juan de Valdés qui suit :

  • 43 Juan de VALDES, Diálogo de la lengua, ed. Cristina Barbolani, Madrid : Cátedra 1985, p 246-247. Nou (...)

Porque, siendo así que la mayor parte de la gracia y gentileza de la lengua castellana consiste en hablar por metáforas, atándose el que traduce a no poner más de lo que halla escrito en la lengua de que traduce, tiene grandísima dificultad en dar al castellano la gracia y lustre que escribiendo de su cabeza le daría. Porque si uno traduce aquello de Terencio « Idne estis auctores mihi»?no queriendo apartarse de la letra, habrá de decir ¿De esto me sois autores? y así no se entenderá lo que el poeta quiso decir, pero, si, escribiendo de su cabeza, querrá decir aquella misma sentencia dirá: ¿Esto me aconsejáis a mí?, y es lo mismo que sintió el poeta, aunque se dice por otras palabras. Y de la misma manera, si otro querrá poner en romance aquello mismo de Terencio: «O factum bene, beasti me», dice: ¡Oh cómo está hecho bien! me has hecho bienaventurado, no hablará el propio castellano, ni exprimirá tan bien lo que el poeta quiso decir como si, no curando de mirar a la palabra, sino al sentido, dice: Está lo mejor del mundo, me has dado la vida43.

39Les exemples très parlants allégués par Valdés montrent qu’il s’agit bien de rendre Térence, auteur de comédies vantées pour leur imitation convaincante du latin parlé dans des situations réelles, par des expressions espagnoles reflétant la spontanéité de la parole vivante. Cela entraîne certains changements, qui parfois résultent du déchiffrement d’un tour de parole latin qui resterait autrement incompréhensible (ainsi pour Idne estis auctores mihi ?) ; mais qui, bien souvent, proviennent de l’observation d’habitudes stylistiques propres à la langue castillane, et qui font son charme (gracia y gentileza, gracia y lustre): c’est ce que Valdés appelle « parler par métaphores », mais très souvent il s’agit plutôt d’hyperboles et d’expressions chargés d’affect : « me has dado la vida », pour dire, « tu m’as rassuré’ ou ‘tu m’as fait plaisir ».

40La revendication d’une certaine liberté du traducteur qui n’hésite pas à s’éloigner de la lettre pour que le texte soit pleinement senti comme espagnol, en adoptant ou en exagérant des habitudes expressives de la langue parlée (qu’en réalité, plutôt que dans les conversations entendues, il a attrapées dans des oeuvres comme La Celestina de Rojas), apparaît de manière tout aussi énergique dans la préface de Bernardino Daza Pinciano à sa traduction des emblèmes d’Alciat (1549) ;

Trabajé al principio, tomándolo por diversas partes del libro, traducirle verso de verso y palabra de palabra. Pero viendo cuán mal sucedía así en las maneras de hablar castellanas como en la armonía de las coplas, y que tan poco consistía en esto el oficio del buen intérprete, quise más parecer licencioso que supersticioso traductor, metiéndome antes con tan cargada nao en mar alta adonde solo se aventuraba añadir versos para hacer más fácil la interpretación como quien echa la hacienda en el mar por aliviar más la nao, que, no por ir siempre costa a costa, encontrar con algunos peñascos o encallar en algunos bancos de arena de donde no fuese posible salir ni a pie ni a nado. Finalmente, habiendo yo declarado en mis latinas enarrationes este librillo verso por verso, quise más ahora pecar en licencia que en desgracia. Y ansí procuré de no solamente mudando aquellos versecicos que se ponen encima de las figuras o con palabras más claras o con proverbios muy recebidos, mas aún con añadirlas o quitarlas, (aunque lo menos y más fielmente que ser pudo) dar lustre a la obra, de manera que no tuviese menos gracia en nuestra lengua que en otra cualquiera que sin arte se habla, pues que ni es menos elegante ni menos copiosa (Alciat, 1549, « Prefacion de Bernardino Daza Pinciano sobre los Emblemas de Alciato traducidos por el mesmo, a sus Amigos » )

41On voit que là encore le postulat de l’égalité foncière des langues porte à se soucier avant tout de la valeur esthétique du texte d’arrivée (gracia, gentileza, lustre), ce qui ne leur semble possible que si l’on puise dans les ressources propres à la langue, dans ce qu’elle a déjà reçu comme sien ; ce qui revient à exiger pour la langue du traducteur un couple de qualités inlassablement invoquées, propiedad y elegancia. Ainsi, muy recibidos, syntagme que l’on a pu voir dans la préface de Garcilaso à la traduction de Castiglione (« términos muy cortesanos y muy recibidos de los buenos oídos ») se retrouve ici, sous la plume de Daza, dans l’expression : « proverbios muy recibidos ». Daza se sent d’autant plus à l’aise pour amplifier et varier quand il le faut que sa compétence de latiniste n’est pas à démontrer, puisqu’il en a témoigné dans le commentaire érudit des emblèmes qu’il a publié en latin peu avant : « habiendo yo declarado en mis latinas enarrationes este librillo verso por verso ».

  • 44 Voir José A. BELTRAN CEBOLLADA, « Que no huela nada a la lengua latina. La traducción por Pedro Sim (...)

42Une généralisation de cette manière d’envisager la traduction, avec un ton plus dogmatique et des réflexions plus élaborées, apparaît à un moment un peu postérieur à la période qui nous intéresse, dans les préliminaires de Pedro Simón Abril à sa traduction des épîtres de Cicéron, dédiée à Mateo Vázquez de Leca (1589)44. Le principe qu’il établit fermement comme base de son travail est celui, qualifié par Marie-Églantine Lescasse de puriste, de respecter la « propiedad » tant du latin que du castillan. C’est détruire la langue latine que de la parler ou de l’écrire avec des expressions et des mots qui ne sont pas ceux du latin classique, des calques de l’espagnol. Il en va de même pour la langue vernaculaire lorsqu’elle ne suit pas sa nature mais se déforme au contact avec le latin. En fait, la traduction est d’une grande utilité pour apprendre cette dernière langue, car en partant d’une bonne version castillane de Cicéron, comme celle qu’il propose, on peut retraduire en latin, c’est ce que l’on appellera dans la tradition scolaire le « thème d’imitation », puis comparer avec le texte original, et ainsi comprendre la différence entre le latin artificiel, approximatif et corrompu de l’apprenti et l’élégance et propriété du latin authentique. Cela revient à faire de Cicéron lui-même celui qui nous enseigne le latin. Et il conclut:

La traducción yo he procurado que sea tan castellana que no huela nada a la lengua latina, de donde se tomó, como deben hacer los que quieren traducir algún libro de una lengua en otra bien y fielmente […] porque este es el mayor daño y agravio que se puede hacer a la propiedad y elegancia de las lenguas, hablar en latin al modo castellano y en castellano a la manera del latin ; como veo que lo hazen a grave daño nuestro muchos que traducen libros mal en nuestra lengua, a los cuales como a corrompedores de la propiedad y elegancia de las lenguas se les avria de mandar que callasen y no escribiesen libros, con que en lugar de honrarnos la lengua la destruyen (Cicéron, 1589, « A Mateo Vázque de Leca Colona, del Consejo del Rey nuestro señor y su Secretario » ).

  • 45 APULEYO, op cit., p 66-82.
  • 46 M. ZAPPALA, art. cit.
  • 47 J. A. BELTRÁN CEBOLLADA, art. cit.

43On peut se convaincre de ce que ce programme de naturalisation du texte étranger ne se borne pas à un vœu pieux, mais est pratiquement appliqué, grâce à l’examen des traductions d’Apulée par López de Cortegana45, que l’on doit à Francisco Javier Escobar, de Lucien par Encinas, que Michael Zappala mena moyennant une comparaison avec le grec46 ou de Cicéron par Simón Abril, mené par José Beltrán Cebollada47. Les changements les plus évidents, écrivait Zappala, brillant comparatiste disparu prématurément, résident dans une minutieuse amplification des mots et de phrases entières. C’est d’après lui le résultat d’une accommodation aux idéaux stylistiques de plenitudo et copia, qui caractérisent l’étape cicéronienne de la prose de la Renaissance, tandis que l’élégance de la brevitas de Lucien sera découverte par une génération postérieure d’hellénistes, lorsque s’imposeront les mouvements anti-cicéronien et néo-stoïcien dans les milieux littéraires. On a abondance de doublets synonymiques : « dans le précinct du temple » devient ainsi « en los claustros y portales del templo » ; abondent également des duplications de clauses, dont la seconde réitère ou explique la seconde : « sans se défendre » donne « sin defenderse a sí mismo, ni hablar por sí ninguna cosa ». Un mot unique comme philokalon (Toxaris, 14) (ami du beau) est rendu par « un hombre como tú diligente y curioso en oír y ver cosas nuevas y señaladas ». D’autre part, le Lucien d’Enzinas se caractérise par un lexique plus emphatique, un ton plus véhément, la spécification et concrétisation de ce qui restait indéfini dans l’original, la préférence pour les degrés comparatifs et superlatifs des adjectifs. L’effet de toutes ces altérations est, d’après Zappala, « d’intensifier la force émotionnelle des personnages plutôt froids de Lucien, et d’élever l’impact affectif des Dialogues ». Cela marquerait la dépendance à l’égard d’une rhétorique fondée sur des exercices oratoires (suasoria, controversia) par lesquels l’étudiant de la Renaissance se formait au style des réquisitoires et plaidoyers judiciaires conçus pour émouvoir le public. À cela s’ajoute un déplacement d’espèce idéologique, de sorte que certains passages trahissent la « sensibilité religieuse » d’un homme du XVIe siècle. Ainsi la métaphore d’après laquelle les amis ne forment qu’un seul corps prendrait, dans le texte d’Encinas, des résonances pauliniennes. Cependant, ces altérations répondent aussi, vraisemblablement, à l’effort de s’ajuster au style supposé naturel en castillan, à ce que plus tard on appellera le génie de la langue, qui privilégierait un discours imagé, riche en dictons populaires, en idiotismes, en exagérations. L’emphase se traduit par l’animation des objets, par des diminutifs, par des adjectifs affectifs comme « pobre », « triste », « maldito ». C’est ce que ressent Valdés et ce que pratiquent aussi bien Fernando de Rojas que l’auteur anonyme du Lazarillo. Il suffit de feuilleter cette dernière œuvre pour glaner des exemples: « Por no echar la soga tras el caldero, la triste se esforzó y cumplió la sentencia » ; « diome una gran calabazada en el diablo del toro » ; « él ganaba más en un mes que cien ciegos en un año » ; « sangraba el avariento fardel » ; « chupando el vino, lo dejaba a buenas noches » ; « a calentarme con la pobrecilla lumbre que teníamos… comenzaba la fuentecilla a destilarme en la boca… que maldita la gota se perdía. Cuando el pobreto iba a beber… ». C’est ce même type de verve et d’emphase que nous retrouvons, comme le montre José Beltrán, dans la traduction de Cicéron par Simón Abril, parfois au point d’introduire une spécification expressive et affective absente de l’original ; « Vereor, quod solet fieri, ne cum te videro omnia obliviscar  » (8, 15, 2) (‘Je crains que, comme il arrive souvent, je n’oublie tout en te voyant’), donne chez Simón Abril ; « y temo que en estar delante de tí se me olvidará todo, como les suele acaescer a los finos enamorados ».

De la prose familière à la prose poétique : saveur du latin et musique du toscan

44Bien entendu, cette caractérisation concerne surtout les textes de type comique ou réaliste, ou à la rigueur ceux qui, comme les épîtres de Cicéron, affectent le naturel de la conversation, et elle perd de sa pertinence dans les textes oratoires ou poétiques de type élevé, grave comme on disait alors, qui demandent une langue plus dense, plus soutenue et plus éloignée de l’usage parlé, dont la « majesté »  et la « grandeur » tient à son étrangeté. Mais même lorsqu’ils s’attaquent à ce type de textes, il n’est pas rare de trouver chez les traducteurs cette verve emphatique, un peu redondante et bavarde, propre aux échanges quotidiens (tels qu’ils se produisaient effectivement ou tels que l’on tendait à les imaginer). Il se pourrait que le succès de la traduction des Métamorphoses par Bustamante, qui eut rien moins que treize éditions entre 1545 et 1664, tienne à cette caractéristique que l’on pourra constater, par exemple, dans la description de l’âge d’or :

  • 48 Libro del Metamorphoseos y fabulas del excelente poeta y philosofo Ovidio noble cauallero patricio (...)

En aquel tiempo reinaba en la tierra verdad y justicia. Los hombres andaban seguros por todas partes y vivían en paz, quietud y sosiego sin saber qué era necesidad de rey ni de alcalde, alguacil, escribano ni verdugo ni pregonero; porque todos vivían en mucha hermandad tratando verdad y justicia. En este tiempo los hombres no sabían qué cosa era torre ni castillo, lanza ni espada, arnés ni otras cosas de esta calidad; porque vivían sin haber menester de defensores. La tierra que no era rompida ni labrada (porque aun no sabían qué era azada, reja, arado ni otro ningún instrumento de hierro) producía de sí misma no siendo apremiada y sin fatiga alguna todas las cosas necesarias a la vida y sustentación de los hombres48.

45Il va de soi que ce texte est une libre adaptation, d’une mollesse et d’une familiarité étonnantes, et que l’on ne trouve chez Ovide aucun équivalent exact de rey, alcalde, alguacil, escribano, verdugo, pregonero, torre, castillo, lanza, espada, arnés. L’idée générale est conservée mais il n’y a même pas de tentative de garder la hauteur poétique de l’évocation latine, ni même l’enchaînement de ses propositions et l’ordre dans lequel les traits de la description sont présentés.

  • 49 Il n’existe pas à ma connaissance d’études approfondies sur cet auteur ni sur sa traduction, pourta (...)

46Cette manière amplificatrice et relâchée va céder peu à peu le pas à des exigences de plus haute tenue, et un changement notable s’opère déjà dans des traductions contemporaines de celle de Bustamante, mais d’esprit plus humaniste. En laissant de côté les traductions en vers, qui posent des problèmes tout autres et qui demandent de régler des questions épineuses du mètre et de la rime, et pour s’en tenir aux traductions en prose, deux cas précoces peuvent être envisagés pour finir ce rapide parcours. Dans celui de Martín Laso de Oropesa49, traducteur de la Pharsale, la dédicace de la première version (c. 1540) témoigne de la conscience chez le traducteur d’une puissance stylistique de l’original, qu’il désespère d’égaler :

Leído había yo, y aún había visto por experiencia, muy magnífico señor, lo que dice San Jerónimo, que toda cosa compuesta en verso pierde la gracia trasladada en prosa, y no dejaba de conocer que para pasar de una lengua en otra la gravedad y gentileza de Lucano, era menester otro Lucano (Lucain, 1541, « Al muy magnifico señor don Pedro de Guevara señor de Juan Vela, comendador de Valencia del ventoso y de Benamexi camarero de su Magestad ».)

  • 50 Voir sur ce personnage une étude de Noelia GARCÍA PÉREZ, « Mencía de Mendoza y el Bosco ; originale (...)

47Laso de Oropesa comptait, déclare-t-il, destiner ce travail à l’usage privé de don Pedro, mais il changea d’avis en constatant que la marquise de Cenete, qu’il servait en qualité de secrétaire, comme l’annonce la page-titre de l’ouvrage, prenait plaisir à lire sa traduction et jugeait qu’il n’y avait pas perdu son temps. La marquise en question était doña Mencía de Mendoza (1508-1554), grande mécène et femme extraordinairement lettrée, qui épousa en premières noces Henri III de Nassau (éminent militaire et politique, chambellan de Charles Quint, dont Pedro de Guevara semble avoir été l’homme de confiance) et qui en Flandres, où elle résida de 1530 à 1533 et de 1535 à 1539, engagea comme précepteur rien de moins que Luis Vivès. L’avis de cette dame valait pour mille, écrit Laso de Oropesa, moins parce qu’il s’agissait d’une grande princesse, qu’à cause de son excellence dans la langue castillane et dans la langue latine, qu’elle « sentait et écrivait », selon le témoignage de Vivès, « avec une propriété » égalée par très peu d’hommes, même parmi les savants renommés50. Fort donc de cette approbation, et de celle d’autres personnes, il se serait décidé à imprimer son travail. Pour traduire, il dit avoir autant que possible puisé dans l’usage castillan de son temps, mais en laissant volontairement quelques mots latins car il lui paraissait impossible de conserver sans cela les qualités stylistiques du poète. Il a même introduit quelques mots empruntés au français, comme « parque », qui d’après lui commençaient à se répandre dans l’usage castillan, un détail qui confirme, avec ce qu’il rapporte des propos de Luis Vivès, qu’il séjourna en Flandres avec doña Mencía :

De los vocablos latinos que dejé en su estado y significación, fueron unos porque se usan en nuestra lengua, aunque no sea entre muy vulgares, y otros porque deseo que se comiencen a usar; que el lugar donde está cada uno muestra bien lo que quiere decir y de esta manera permite Horacio que acrecentemos la lengua. Y otros son (como dije) que no supe hacer más. Y aún en algunos pasos y propósitos es menester que quede un sabor del latín en la traslación, más en unos autores que en otros (ibidem).

48Laso de Oropesa, à rebours de Simón Abril qui se félicite de ce que sa traduction ne garde aucune odeur de la langue latine (« no huela nada a latín »), pense que la saveur latine est nécessaire à l’effet du texte traduit, plus ou moins selon les auteurs, et sans doute davantage pour un auteur comme Lucain, au style si ramassé et si vigoureux. Le traducteur de La Pharsale, loin de s’éloigner du texte selon son caprice ou de s’adonner à une facile paraphrase, comme celle de Bustamante, suit pas à pas les énoncés de Lucain, sans ajouts ni omissions, et s’efforce de garder autant que possible la concision, le goût du paradoxe, l’intensité des effets et même une certaine obscurité qui caractérisent l’original. C’est pourquoi sa traduction, malgré quelques flottements et erreurs de détail, n’est pas fondamentalement différente de celles que donnent du De bello civili les latinistes d’aujourd’hui, dont les critères de fidélité sont naturellement bien plus stricts que ceux d’un Bustamante ou un López de Cortegana. Voyons donc tout simplement le début du poème, avec la traduction de Lasso de Oropesa dans sa seconde rédaction (à laquelle il travailla, semble-t-il, jusqu’à sa mort en 1564), qui améliore la première en de nombreux points de détail. Il s’agit de cette propositio où Lucain fait sonner les grandes orgues de sa rhétorique pour mettre en relief l’absurdité tragique de la guerre civile :

  • 51 LUCANO, La Farsalia, texto revisado y traducido por Víctor-José HERRERO LLORENTE, segunda edición r (...)
  • 52 Lucano traduzido de verso Latino en prosa Castellana por Martin Laso de Oropesa, Secretario del Ill (...)

Bella per Emathios plus quam ciuilia campos
iusque datum sceleri canimus, populumque potentem
in sua uictrici conuersum uiscera dextra
cognatasque acies, et rupto foedere regni
certatum totis concussi uiribus orbis
in commune nefas, infestisque obuia signis
signa, pares aquilas et pila minantia pilis.
quis furor, o ciues, quae tanta licentia ferri?
gentibus inuisis Latium praebere cruorem…
(Lucano,De bello civili, I, 5-9]51

Las más que civiles guerras cantamos que pasaron en los campos Ematios y la sentencia dada a favor de la maldad, y el poderoso pueblo convertido con su vencedora mano contra sus mismas entrañas; y escribiremos los escuadrones parientes cómo pelearon, rompida la confederación, con todas las fuerzas del mundo, revuelto para mal y daño de si mesmo; y aquellas banderas que siendo todas unas salían de diferentes reales a pelear y las semejantes armas que en contrario se arrojaban. ¿Qué furor ciudadanos, tan grande? ¿Qué licencia de menear las armas tan desordenada?, dar la sangre romana a las naciones enemigas que la derramen []52

49Que l’on pourra comparer avec l’une des dernières traductions espagnoles modernes :

  • 53 LUCANO, Farsalia, edición y traducción de Jesús Bartolomé Gómez, Madrid : Cátedra, 2003, p. 147-148

Guerras más que civiles, guerras sobre las llanuras de Ematia
cantamos, y la legitimidad al crimen otorgada, y a un pueblo poderoso
que se volvió con mano victoriosa contra sus propias entrañas,
y a ejércitos fraternales, y el combate librado, roto ya el pacto de los tiranos,
por todas las fuerzas del orbe sacudido
para infamia común, y enseñas hostiles a enseñas enfrentadas,
y águilas rivales y armas de Roma amenazando a armas de Roma.
¿Qué locura, ciudadanos, qué desmedida libertad para la espada es esta?
¿A pueblos enemigos decidisteis ofrecer sangre latina ?
53

50Chacun appréciera comme il l’entend dans cette traduction de Jesús Bartolomé Gómez cette sorte de vers libre peu différent de la prose, ces anacoluthes plus violentes que ceux du latin et ce parti pris de littéralité, appliqué de manière variable et un peu velléitaire. Mais on accordera que la traduction de Lasso de Oropesa peut au moins soutenir la comparaison par sa justesse, son économie de mots et son sens du rythme. La conservation du mot hispano-latin « furor » à la place de « locura » (« Qué furor es este, ciudadanos » vs « Qué locura, ciudadanos ») est défendable car le sens latin restait présent dans les emplois espagnols de « furor » et de son dérivé « furioso », et qu’il avait été ravivé par la célébrité de l’Orlando furioso, Roland furieux, un Roland, dans les faits, pris de folie et d’une rage meurtrière. L’expression « iusque datum sceleri » (difficile si on en juge par la discordance des traductions existantes) est interprétée de manière aussi ferme, et sans doute plus espagnole et plus claire, dans la traduction de Lasso de Oropesa, « y la sentencia dada a favor de la maldad », que dans celle de Bartolomé Gómez, « y la legitimidad al crimen otorgada ». Elle est en tout cas préférable à celle d’une autre traduction latine académique qui a cours aujourd’hui, celle de Víctor-José Herrero Llorente, « la justicia convertida en crimen », qui nous paraît de l’ordre du contresens et à laquelle il est difficile en tout cas de donner un sens satisfaisant. Les « escuadrones parientes » de Laso de Oropesa rendent acies cognatas au moins aussi bien que « ejércitos fraternales » (Bartolomé Gómez) ou que le juste, mais un peu délayé, « encontrados ejércitos de la misma sangre » que propose Herrero Llorente. L’expression « el poderoso pueblo convertido con su vencedora mano contra sus mismas entrañas » suit de très près la phrase latine « populumque potentem in sua victrici conversum viscera dextra », sans garde, bien sûr, la violente hyperbate qui separe « in sua » et « viscera », « victrici » et « dextra », expression efficace de la torsion et de la violence. Il conserve toutefois autant que possible l’ordre et les figures, et le cultisme sémantique qui donne à « convertido » le sens de « vuelto »  ou « revuelto » (mot que l’on trouve un peu plus loin) n’empêche pas la compréhension du texte. D’autant moins que ce latinisme figurait dans l’Oda a la flor de Gnido de Garcilaso de la Vega :

  • 54 Ode ad florem Gnidi, v. 11-15, in. Garcilaso de la VEGA, Obra poética y textos en prosa, ed. Bienve (...)

no pienses que cantado
sería de mí, hermosa flor de Gnido
el fiero Marte airado,
a muerte convertido,
de polvo y sangre y de sudor teñido54.

51Il y a là, chez ce poète qui passe abusivement pour un parangon de clarté et de pureté castillane, un latinisme particulièrement audacieux ; « el fiero Marte airado, a muerte convertido », signifie quelque chose comme « le farouche Mars en courroux, tout entier tourné vers la mort ». Or dans la première rédaction de la Pharsale de Laso de Oropesa, celle imprimée en 1541, l’expression « in sua victrici conversum viscera dextra », était traduite plus timidement comme « con su vencedora diestra se volvió contra sus mismas entrañas ». Il est fort possible que dans la transformation que l’on constate dans la seconde rédaction, postérieure à 1544, de « se volvió » en « convertido », calque de « conversum », il faille voir l’écho du vers du Tolédan, imprimé dans Obras de Boscán y algunas de Garcilaso de la Vega, en 1543. Bref, la version de Lucain par Lasso de Oropesa est un travail d’une grande finesse, fruit de l’humanisme de l’époque de transition que nous explorons, et dont on souhaiterait qu’elle fasse l’objet d’une étude et d’une édition moderne à la hauteur de ses mérites.

  • 55 Voir Jonathan Paul O’CONNER, Diego López de Ayala and the Intellectual Contours of Sixteenth-Centur (...)

52Une autre traduction, la dernière que nous examinerons, produite en ces années, et pour laquelle le traducteur ne s’est pas borné aux principes puristes qu’énoncerait un peu plus tard Pedro Simón Abril, est celle de l’Arcadia de Sannazaro, publiée à Tolède en 1547 chez Juan de Ayala et reprise quatre fois par le même imprimeur tolédan et par deux autres, d’Estella et Salamanque. Comme on sait, l’Arcadia de Sannazaro est un récit en prose, court mais d’une grande complexité et d’un extrême raffinement, entrecoupé de douze églogues en vers, publié à Naples en 1504 et bientôt célèbre en Italie et dans le reste de l’Europe. La traduction qui paraît à Tolède est l’oeuvre d’une « junta de ingenios » composée de trois têtes : Diego de Salazar, un poète soldat et érudit, Diego López de Ayala, et Blasco de Garay, racionero de la cathédrale, connu surtout pour ses Cartas en refranes, parues à Burgos en 1540. Le personnage de plus haut rang est Diego López de Ayala (1480-1560), d’une des meilleures familles de Tolède ; chanoine avec la dignité de vicario del coro, homme très riche et accroissant sa fortune au long de sa carrière, homme de confiance de Cisneros et son émissaire à la cour des Rois catholiques ; enfin, Obrero Mayor de la Cathédrale, ce qui veut dire surintendant de tous les chantiers architecturaux et artistiques qui dépendaient de l’Église de Tolède pendant les longues années où il eut cette charge55. Diego de Salazar traduisit les vers ; Diego López de Ayala la prose. Blasco de Salazar est l’éditeur du texte, qu’il dit avoir retouché, surtout en ce qui concerne les vers, et celui qui le dédie à Gonzalo Pérez avec une lettre à la fois familière et élégante, brève et substantielle. Bien que cet ouvrage soit bien connu et très bien étudié, il reste, comme toujours, des questions ouvertes.

53Me bornant à la prose, je me contenterai de rappeler que Blasco de Garay fait un éloge très appuyé de sa traduction par López de Ayala. Déjà, il avait loué les qualités d’écrivain du chanoine dans une préface aux Trece questions de amor, traduction partielle du Filocolo de Boccace, en vantant la ravissante douceur, élégance et délicatesse de son style ; « tan suave clarea » ; « en verdad no siento en nuestro romance cosa más elegante y esmerada de estilo ».

54Dans l’épître dédicatoire de l’Arcadia, il écrit ;

El autor que compuso el presente libro en su primer lenguaje que llaman toscano se llamaba Jacobo Sanazaro, caballero napolitano, aunque de origen español, tan claro por sus letras, que a quererle yo agora de nuevo loar, sería oscurecer sus alabanzas con las faltas de mi rudo ingenio. Porque a lo que afirman los más sabios, o igualó a Virgilio en el verso latino, o se acercó tanto a él que a ninguno quiso dejar en medio. Y en el verso vulgar (siguiendo materia pastoril) unos dicen que sobrepujó, otros que igualó al mejor de los poetas toscanos. Este pues es aquel famoso y nombrado entre doctos Iacobo Sanazaro, cuyo nombre querría mil veces repetir, más para recreación de mis orejas, que para hacerle por mis palabras manifesto. El cual Jacobo, en nuestro castellano quiere decir Diego. El segundo, que trasladó toda la prosa de la presente obra, fue el ya nombrado don Diego López de Ayala, de cuyo poder salió ella con lo demás, cual a V. M. la envío, que creo no va mal arreada, así de estilo y primor como de propiedad de hablar, no solo castellana más toledana y de cortés caballero. Aunque algunos medio letradillos podrían achacar los muchos epítetos que lleva, diciendo ser ajenos de buena prosa, no considerando que toda esta obra tiene nombre de poesía y ficción, donde aquellos largamente se consienten, y que así estaba en la primera lengua, en que no descuidadamente la compuso su sabio autor, de adonde como fiel intérprete la trasladó (Sannazaro, 1547: « Al muy magnifico y muy reverendo señor Gonçalo Pérez secretario supremo del principe don Phelippe nuestro señor, y arcediano de Sepúlveda,&c., Blasco de Garay su servidor, S.P.D. »)…

  • 56 Voir Roland BEHAR, « De la propriété des termes à la pureté du style. L’épithète poétique dans l’Es (...)
  • 57 W. SCHWARZ, « The Meaning of Fidus Interpres in Medieval Translation », The Journal of Theological (...)

55Le passage, assez frappant, intéresse par le principe qu’il admet du caractère poétique de la fiction, même en prose, doctrine de la Poétique d’Aristote qui tarderait encore des décennies à être connue et surtout comprise en Espagne. Il intrigue par l’échappée qu’il donne sur des débats qui auraient lieu dans les milieux lettrés du XVIe siècle au sujet des règles d’une bonne prose en castillan, dont on n’a pas vraiment de trace dans les écrits à cette époque, ce qui suggère qu’une activité de critique littéraire avait cours dans des réunions formelles ou informelles, festives ou quotidiennes, qui n’a pas été consignée, comme en Italie, dans des ouvrages ou opuscules critiques. Enfin, et pour ce qui nous concerne, notons le principe d’après lequel la traduction peut et doit adopter les traits stylistiques de l’original ; puisque l’auteur toscan se distingue par de fréquentes épithètes56, Diego López de Ayala, fidus interpres, fidèle interprète, devait faire de même en castillan. Cela montre que l’expression fidus interpres – expression d’Horace à la fortune extraordinaire comme de nombreux syntagmes (juncturae) de ce poète, appliquée par Saint Jerôme et pendant tout le Moyen Âge à la fidélité littérale d’une traduction mot à mot57, comme celle qui a le plus de chances de préserver la pensée de l’auteur – est ici déplacée vers une fidélité stylistique. Elle se vérifie par l’adoption des mêmes ressources expressives et des mêmes tours de langage, figures et ornements. Cela, joint aux autres remarques de Blasco de Garay, montre bien que l’on entreprend de restituer en castillan les charmes, les grâces et la musique de cette prose d’art, de cette prose poétique, dont Sannazaro est un artisan inégalé. Et tant pis s’il faut s’écarter par-là de ce que les demi-savants appellent la bonne règle de la prose, la rareté ou l’économie des épithètes. On est loin donc des principes d’après lequel le castillan aurait des règles particulières, fixées par l’usage parlé des meilleurs, que le bon traducteur devrait suivre en toutes circonstances, principe que Simón Abril devait énoncer, un demi-siècle plus tard de manière dogmatique.

56Or, la caractérisation qui se dégage de la préface du style de la traduction de López de Ayala est loin d’être fausse, comme on le constatera par un unique exemple :

  • 58 Iacopo SANNAZARO, Arcadia, ed. Francesco Erspamer, Milan : Mursia, 1990, p 56-57.
  • 59 Arcadia de Jacobo Sanazaro gentilhombre napolitano traduzida de nuevo en nuestra Castellana lengua (...)

Giace nella sommità di Partenio, non umile monte de la pastorale Arcadia, un dilettevole piano, di ampiezza non molto spazioso però che il sito del luogo nol consente, ma di minuta e verdissima erbetta sì ripieno, che se le lascive pecorelle con gli avidi morsi non vi pascesseno, vi si potrebbe di ogni tempo ritrovare verdura. Ove, se io non mi inganno, son forse dodici o quindici alberi, di tanto strana et eccessiva bellezza, che chiunque li vedesse, giudicarebbe che la maestra natura vi si fusse con sommo diletto studiata in formarli. Li quali alquanto distanti, et in ordine non artificioso disposti, con la loro rarità la naturale bellezza del luogo oltra misura annobiliscono. Quivi senza nodo veruno si vede il drittissimo abete, nato a sustinere i pericoli del mare; e con più aperti rami la robusta quercia e l'alto frassino e lo amenissimo platano vi si distendono, con le loro ombre non picciola parte del bello e copioso prato occupando. Et èvi con più breve fronda l'albero, di che Ercule coronar si solea, nel cui pedale le misere figliuole di Climene furono trasformate. Et in un de' lati si scerne il noderoso castagno, il fronzuto bosso e con puntate foglie lo eccelso pino carico di durissimi frutti; ne l'altro lo ombroso faggio, la incorruttibile tiglia e 'l fragile tamarisco, insieme con la orientale palma, dolce et onorato premio de' vincitori. Ma fra tutti nel mezzo presso un chiaro fonte sorge verso il cielo un dritto cipresso, veracissimo imitatore de le alte mete, nel quale non che Ciparisso, ma, se dir conviensi, esso Apollo non si sdegnarebbe essere transfigurato […]58.

Está en la cumbre de Partenio, no pequeño monte de la pastoral Arcadia, un deleitoso llano, de anchura no muy espacioso, porque el sitio del lugar no lo consiente, mas de menuda y verdísima hierba ansí copioso que si las viciosas ovejas con sus golosos bocados no lo paciesen, se podría hallar en él en todo tiempo verdura. Donde (si yo no me engaño) hay hasta doce o quince árboles de tan estraña y excesiva belleza, que cualquiera que los viese juzgaría que la maestra Natura con suma delectacion se hubiese estudiado en formarlos. Los cuales, algo apartados y en orden no artificiosa puestos, con su rareza la natural hermosura del lugar sin comparación ennoblecen. Alli se ve sin tener solo un ñudo el drecho abete nascido para sostener los peligros del mar; alli con mas abiertos ramos el fuerte robre y el alto fresno y el deleitoso plátano extienden sus hojas, haciendo apacible sombra, con la cual no pequeña parte del hermoso y copioso prado ocupan. Alli se ve con breves hojas el árbol de que Hércules coronar se solía: en cuyo tronco las desventuradas hijas de Climene fueron transformadas, y al un lado se ve el ñudoso castaño y el hojoso boj y con pungentes hojas el ecelso pino cargado de durísima fructa. Y en el otro lado se vee la sombrosa haya, y la incorruptible teja y el frágil tara y en compañía con la oriental palma, dulce y honrado premio de los vencedores. Pero entre todos en medio del llano cerca de una clara fuente se ve subir hacia el cielo un derecho ciprés verdadero imitador de las altas metas. En el cual no solo Cipariso mas si decir se conviene Apolo no se desdeñaría ser transformado59.

57On voit d’emblée que la traduction suit avec précision et sans effort apparent les modulations de la phrase italienne et que le résultat, certes éloigné de l’usage ordinaire et familier du castillan, ne présente aucun trait que l’on pourrait qualifier d’inouï et de bizarre. La position latinisante du verbe à la fin des phrases et des clauses ne devait pas dépayser pas les lecteurs espagnols, puisque la prose éloquente des historiens, des moralistes et même celle des auteurs de livres de chevalerie avait adopté cette pratique depuis les débuts du XVe siècle, d’une façon généralement plus lourde et monotone. D’ailleurs Blasco de Garay ne craignait pas que la prose de López de Ayala parût insolite pour une autre raison que la fréquence des épithètes, qui effectivement sont omniprésentes. Sans elles, le texte aurait été détruit parce que c’est sur elles que repose ce qui en fait tout l’enjeu : le dessin d’un paysage d’une beauté naturelle si notable qu’il vient à se confondre avec un chef d’œuvre de la nature artiste. Le traducteur fut sensible à ces valeurs et c’est pourquoi il ne sacrifia aucune des épithètes et il chercha non seulement à en trouver des équivalents, mais même à leur donner une expressivité proprement castillane. Ainsi « las viciosas ovejas con sus golosos bocados » traduit « le lascive pecorelle con suoi avidi morsi ». Les brebis qui dévorent l’herbe ne sont pas « lascivas », mais « viciosas », un adjectif senti comme plus propre ; les « avidi morsi » ne sont pas ‘mordiscos ávidos’ mais « golosos bocados », qui par les sonorités et l’usage s’adapte mieux à l’effet recherché de suggérer un plaisir animal, mais innocent. On peut en dire autant de « il noderoso castagno, il fronzuto bosso e con puntate foglie lo eccelso pino », rendu par « el ñudoso castaño y el hojoso boj y con pungentes hojas el ecelso pino » : les allitérations recherchées de consonnes gutturales (car il aurait pu écrire ‘el frondoso boj y con puntiagudas hojas’), produisent un effet d’harmonie imitative absent de l’original.

58On voit en somme dans cette traduction comme dans celle de Laso de Oropesa une expérimentation stylistique qui s’efforce, en suivant le programme exposé succinctement dans les prologues, d’enrichir le castillan en étendant ses possibilités, et de ne pas s’en tenir à la règle trop simple, et pas toujours applicable, d’un calque de la spontanéité de la parole. La nouveauté des effets qui en résulte explique le succès de ces traductions et l’ombre allongée qu’elles laissèrent probablement dans la littérature. Même en absence d’études systématiques des échos qu’elles eurent chez les écrivains de la seconde moitié du XVIe et du siècle suivant, quelques coïncidences non fortuites témoignent de cette influence, ainsi les reprises de Lucain chez Ercilla et d’autres poètes épiques passèrent certainement par la médiation de Laso de Oropesa; quelques inflexions du célèbre discours de l’âge d’or dans le chapitre XI du Don Quichotte, suivent d’assez près la traduction ou plutôt l’adaptation d’Ovide par Bustamante. Quant à la prose mélodieuse et riche en adjectifs, avec ses périodes longues et flexibles, que l’on observe dans La Diana de Montemayor et dans ses continuations, dans La Galatea de Cervantes et dans La Arcadia de Lope, il serait hasardeux d’affirmer qu’elle descend de l’Arcadia de Diego López de Ayala, mais elle suit en tout cas une voie que le traducteur avait frayé pour la première fois en espagnol.

Annexe –
Répertoire de traductions du XVIe siècle dans leurs éditions originales et leurs rééditions anciennes
60

  • 60 Ce répertoire, qui se concentre sur les années du milieu du siècle, n’a pas la prétention d’être ex (...)

59**ALCIAT, André (1549). Los emblemas de Alciato traducidos en rhimas españolas […] Dirigidos al Ilustre S. Iuan Vázquez de Molina. Trad. de Bernardino Daza Pinciano. Lyon : Guglielmo Rovillo.

60APULÉE (1513). Libro de Lucio Apuleyo del asno de oro, trad. Diego López de Cortegana. Sin pie de imprenta. [Sevilla ; Jacobo Cromberger, c. 1513, selon Griffin 1988: un seul exemplaire à Paris, Biblioteca Sainte Geneviève]. Réed. Sevilla, c. 1520-1534 ; Zamora, 1536 y 1539; Medina del Campo, 1543 ; Sevilla, 1546 ; Amberes, 1551 ; Alcalá, 1584 (edition expurgée); Valladolid, 1601 : Madrid, 1601.

61**ARIOSTO, Ludovico (1549). Orlando Furioso, dirigido al Príncipe don Philippe Nuestro Señor traduçido en romance castellano por don Ieronimo de Urrea. Anvers, Martin Nutius. Reeds. Lyon: Guillaume Rouillé 1550 y 1556; Venecia: Giolito de Ferrari, 1553; Anvers, veuve de Martin Nutius, 1558….

62**ARIOSTO, Ludovico(1550). Orlando furioso de Ludovico Ariosto nuevamente traduzido de bervo ad bervum, del vulgar toscano en el nuestro castellano. Por Hernando Alcoçer. Dirigido al muy alto y muy excelente príncipe Maximiliano rey de Bohemia. Tolède, Juan Ferrer.

63*BOCCACCIO, Giovanni (1541). Laberinto d’amor que hizo en toscano el famoso Juan Bocacio agora nuevamente traducido en nuestra lengua. Trad. Diego López de Ayala. Séville: Andrés de Burgos, Réed. Séville : Andrés de Burgos, 1546.

64*BOCCACCIO, Giovanni (1546). Treze questiones muy graciosas sacadas del Philoculo del famoso Juan Bocacio, traduzidas de lengua Toscana en nuestro Romance Castellano con mucha elegancia y primor. Tolède : Juan de Ayala. Trad. Diego López de Ayala. « Prólogo » de Blasco de Garay.

65**BOIARDO, Matteo Maria (1555). Los tres libros de Mattheo Maria Boyardo conde de Scandiano, llamados Orlando Enamorado, traduzidos en castellano… por Francisco Garrido de Villena. Valence : Joan Mey (trad. Francisco Garrido de Villena reeds., Alcalá de Henares : Hernán Ramírez, 1577 et Tolède: Juan Rodríguez, 1581). A don Pedro Luis Galcerán de Borja, maestre de Montesa.

66CICÉRON (1589), Los deziseis libros de las epistolas, o cartas de M. Tulio Cicerón, traducidas de lengua latina en castellana por el doctor Simón Abril, natural de Alcaraz […] Dirigidas a Mateo Vázquez de Leca, del Consejo del Rey Nuestro Señor y su secretario. Madrid: Pedro Madrigal.

67**ÉRASME (1556). Las quexas y llanto de Pompeyo adonde brevemente se muestra la destrución de la República romana. Y el hecho horrible y nunca oído de la muerte d‘el hijo d’el gran Turco Solimano dada por su mismo padre, con una declamación de la muerte por consolacion de un amigo. Al muy magnífico señor Gonzalo Pérez. Amberes, Martín Nucio. Aunque la portada no lo manifiesta, hay en el volumen dos textos de Erasmo traducidos por Cordero.

68**FLORUS (1550). Compendio de las catorce décadas de Tito Livio paduano, príncipe de la historia romana, escrito en latín por Lucio Floro y al presente traducido en lengua castellana [Trad. Francisco de Enzinas]. Argentina [Strasbourg] : Agustín Frisio. Publicado de nuevo con el Tito Livio de 1552.

69*HÉLIODORE (1547). Histoire aethiopique de Heliodorus, contenant dix livres, traitant des loyales et pudiques amours de Theagenes Thessalien, & Chariclea Aethiopienne. Nouvellement traduite de Grec en François. París : Estienne Groulleau.

70**HÉLIODORE (1553 ). Historia ethiopica de Heliodoro. Trasladada de frances en vulgar Castellano, por un secreto amigo de su patria, y corrigida según el Griego por el mismo, dirigida al ilustrissimo señor, el señor Don Alonso Enrriquez, Abad de la villa de Valladolid. Anvers : Martin Nutius, Réed. Tolède, 1563, sous le titre La muy deleitosa y agradable historia de los afortunados amantes Theagenes y Chariclea, según la escribió Heliodoro.

71**HOMÈRE (1550). La Ulixea de Homero. XIII libros, trad. Gonzalo Pérez. Salamanca: Andrea de Portonariis. Ed. revue: Anvers: Jean Steelsius, 1550; réed. Venise: Gabriel Giolito de Ferrariis, 1553).

72**HOMÈRE (1556). La Ulixea de Homero [24 libros], trad. Gonzalo Pérez. Anvers : Steelsius (réed. Venise: Francesco Rampazeto, 1562).

73**JOSÈPHE (1557). Los siete libros de Flavio Josefo. Los quales contienen las guerras de los Iudios y la detrucion de Hierusalem y del templo, traduzidos ahora nuevamente según la verdad de la historia por Iuan Martin Cordero.A la S. C. y R. M. d’el Rey don Felipe, por la gracia de Dios Rey de España, &c, nuestro Señor. Anvers : Martin Nutius.

74*JUSTIN (1540). Iustino clarísimo abreviador de la historia general del famoso y excellente historiador Trogo Pompeyo…[trad. Jorge de Bustamante]. Alcalá : Juan de Brócar.

75*LUCAIN (c. 1540). La Historia que escribió en Latin el Poeta Lucano trasladada en castellano por Martin Lasso de Oropesa, Secretario de la Excellente señora marquesa de Zenete, Señora de Nassou. Al muy magnífico Sr. D. Pedro de Guevara, Señor de Juan Vela, Camarero de S. M. Lisbonne, 1541 ; Réed, Valladolid, 1544.

76LUCAIN (1578). Lucano traduzido de verso Latino en prosa Castellana por Martin Laso de Oropesa, Secretario del Illustrissimo Cardenal don Francisco de Mendoza, Obispo de Burgos. Nuevamente corregido y acabado con la Historia del Triumvirato. Dirigido a Ilustre señor Antonio Pérez, Secretario de Estado de la Magestad Catholica del Rey don Phelippe Segundo. Burgos ; Felipe de Junta. La page-titre indique par erreur la date de 1588.

77LUCAIN (1585). Lucano poeta e historiador antiguo en que se tratan las guerras Pharsalicas, que tuvieron Iulio Cesar y Pompeyo. Traduzido de Latin en Romançe castellano por Martín Lasso de Oropesa. Anvers, Pedro Bellero. La rédaction du texte réimprimée ici est la première et non la seconde qui apparaît dans l’édition de Burgos qui portait la dédicace à Antonio Pérez. Il y aurait (à confirmer) une autre édition à Anvers : Cordier, 1585 et una autre à Madrid : Felipe de Junta, 1588.

78*LUCIEN (1544). Problemas, o preguntas problematicas, ansi de Amor como naturales y a cerca del vino: bueltas nuevamente de Latin en lengua Castellana y copiadas por Juan de Jarava. Y un dialogo de Luciano, que se dice Icarlo Menippo. Mas un dialogo del viejo y del mancebo y un colloquio de la Mosca y de la Hormiga. Louvain : Rutgerus Rescius.

79*LUCIEN [& CICÉRON] (1548). Libro llamado Arte de Amistad, con maravillosos ejemplos, agora nuevamente recopilado, y con mucha diligencia traducido en nuestro vulgar castellano por Fray Ángel Cornejo, Monge de la Orden del Cister. Dirigido al Magnífico y generoso Caballero don Diego de Acevedo. Medina del Campo : Pedro de Castro.

80**LUCIEN (1550). Dialogos de Luciano, no menos ingeniosos que provechosos, traduzidos de Griego en lengua castellana [trad. Francisco de Enzinas]. León : en casa de Sebastián Grypho [ en fait Strasbourg: Agustín Frisio (o Fries)]. Contiene Diálogo de Amicicia (Tóxaris); Diálogo de Charon (Caronte o los contempladores) ; El gallo : Menippo en los abismos (Menippo o necromancia) ; Menippo sobre las nubes (Icaromenipo); y el poema El amor fugitivo, traducido en verso.

81**LUCIEN (1551). Historia verdadera [trad. Francisco de Enzinas], Argentina [Strasbourg] : Agustín Frisio.

82**MARCHE, Olivier de la (1553). El Cavallero determinado traduzido de lengua francesa en castellana por don Hernando de Acuña y dirigido al Emperador Don Carlos Quinto máximo Rey de España nuestro señor. Anvers : Jean Steelsius. Sept éditions de plus au XVIe siècle. Il existe une daptation en prose par Jerónimo de Urrea.

83*NUEVO TESTAMENTO (1543). El Nuevo Testamento de nuestro Redemptor y Salvador Iesuchristo traduzido de Griego en lengua castellana, por Francisco de Enzinas, dedicado a la Cesárea Majestad. Anvers : Mierdmann.

84*OVIDE (1542). Libro del Metamorphoseos y fabulas del excelente poeta y philosofo Ovidio noble caballero patricio romano traduzido de latin en romance. Epístola para el ilustríssimo y muy mangifico señor don Alonso de Azevedo conde de Monterey. Sans nom du traducteur, lieu d’impression ou imprimeur. Trad. Jorge de Bustamante. Il y eut au moins neuf rééditions au XVIe siècle et trois encore au XVIIe. Le titre souffrit plusieurs changements, par exemple : Transformaciones de Ovidio en lengua española (Anvers, Pierre Bellère, 1595)

85**PÉTRARQUE (1555). Los Triunfos de Francisco Petrarca, ahora nuevamente traducidos en lengua castellana, en la medida y numero de versos que tienen en el toscano, y con nueva glosa. Por Hernando de Hoces. Dirigidos al Illmo Señor d. Joan de la Cerda, Duque de Medinaceli. Medina del Campo : Guillermo de Millis. Réed. Salamanca, 1581.

86**PLAUTE (1559). Las tres comedias del facundissimo Poeta Juan de Timoneda, dedicadas al Ilustre Señor don Ximeno Pérez de Calatayud y Villaragut, Valence. Dos de las comedias son traducciones del Anfitrión y Los Menechnos de Plauto.

87*PLUTARQUE (1547). Las vidas de dos illustres varones, Cimón griego y Lucio Lucullo Romano, puestas al parangón la una de la otra, escritas primero en lengua Griega por el grave Philosopho y verdadero historiador Plutarcho de Cheronea, y al presente traducidas en estilo castellano [Bâle : Oporin]. Trad. de Francisco de Enzinas.

88**PLUTARQUE (1551). El primero volumen de las vidas de illustres y excellentes varones Griegos y Romanos pareadas, escritas primero en lengua Griega por el grave Philosopho y verdadero historiador Plutarcho de Cheronea y al presente traduzidas en estilo castellano por Francisco de Enzinas.Argentina (Strasbourg): Augustin Frisio. Il y a des éditions posthumes par Guillermo de Millis (Medina del Campo ?) en 1552 y à Cologne, 1562.

89*SANNAZARO, Jacopo (1547). Arcadia de Jacobo Sanazaro gentil hombre napolitano traduzida nuevamente en nuestra castellana lengua española en prosa y metro como ella estaba primero en lengua toscana. Toledo : Juan de Ayala. Trad. Diego López de Ayala y Diego de Salazar, revisión y edición de Blasco de Garay. Réed. Estella : 1547, Toledo : 1549, Salamanca : 1573 y 1578.

90**SANNAZARO, Jacopo (1554). El parto de la Virgen que compuso el célebre Iacobo Sãnazaro Poeta Napolitano en verso heroico latino. Traducido en octava rima Castellana, por el Licenciado Gregorio Hernández de Velasco. Tolède : Juan de Ayala. Réed. Salamanque, 1569, Séville : 1573 (perdues Madrid : 1569 y Salamanca : 1580).

91TÉRENCE (1577). Las seis comedias de Terencio escritas en latín y traduzidas en vulgar castellano por Pedro Simon Abril […]. Dedicadas al muy alto y muy poderoso señor don Hernando de Austria príncipe de las Españas. Saragosse : Juan Soler.

92**TITE LIVE (1552). Todas las décadas de Tito Livio paduano, que hasta el presente se hallaron y fueron impresas en latín, traducidas en romance castellano. Argentina [Strasbourg] : Augustin Frisio, 1552. Trad. Francisco de Enzinas. Réed. Anvers, Arnaldo Byrcman, 1552, avec dédicace au prince Philippe.

93**VIDA, Geronimo (1551). Los Christiados de Jerónimo Vida. Traduzidas en verso castellano por Juan Martín Cordero. Dirigidos a la serenissima Reyna de Inglaterra, francia y Ybernia y muy alta y muy poderosa princesa de las Españas. Anvers, Martin Nutius.

94**VIRGILE (1555). Los doce libros de la Eneida de Virgilio traducida en octava rima y verso Castellano, [trad. Gregorio Hernández de Velasco]. Tolède : Juan de Ayala (réed. Anvers, 1557, Alcalá : 1563, Anvers : 1566 et 1572).

95VIRGILE (1574). Los doce libros de la Eneida de Virgilio, príncipe de los poemas Latinos, traducida en octava rima y verso Castellano ; ahora en esta última impresión reformada y limada con mucho estudio y cuidado, de tal manera que se puede decir nueva traducción A la SCRL del Rey don Phelippe nuestro señor. Trad. Gregorio Hernández de Velasco. Tolède ; Juan de Ayala (rééd Anvers 1575 ;  Tolède : Diego de Ayala, 1577, avec plusieurs réimpressions jusqu’en 1616).

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Corinne Mencé-Caster, Roland Béhar et Aude Plagnard pour leur aimable et généreuse relecture de ce travail, qui m’a permis de l’améliorer de façon sensible.

2 Voir Eduardo TORRES COROMINAS, « Hacia un tiempo nuevo. Fortunas y adversidades de una monarquía en transición (1550-1560) », in ; Juan Ramón MUÑOZ SANCHEZ (coord.), El cambio de paradigma (1550-1560) ; hacia la novela moderna, coord. Diablotexto digital, vol. 9 (2021), p 40-110 ; José MARTINEZ MILLAN, « La sucesión en el imperio y el reajuste de los intereses religiosos y dinásticos », in : id. (éd.) La corte de Carlos V, Madrid : Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, vol. 1, tomo 2, 2000, p 267-277 ; María José RODRIGUEZ SALGADO, Un imperio en transición. Carlos V, Felipe II y su mundo, Barcelone : Crítica, 1992.

3 Juan MONTERO, « Prólogo », in : Jorge de MONTEMAYOR, La Diana, Barcelone : Crítica, 1996, p LXXX-XC.

4 Roland BÉHAR, « Entre deux langues vernaculaires ; l’officine d’Amorós à Barcelone (1507-1548) », in ; Elsa KAMMERER et Jan-Dirk MÜLLER (dir.), Imprimeurs et libraires de la Renaissance. Le travail de la langue / Sprachpolitik der Drucker, Verleger und Buchhändler der Renaissance, Genève : Droz, p 429-442.

5 Jean PEETERS FONTAINAS, Bibliographie des Impressions Espagnoles des Pays-Bas Méridionaux, Nieuwkoop : B. de Graf, 1965.

6 Mercedes BLANCO, « Anvers, capitale du commerce. L’officine espagnole de Martin Nutius », in : E. KAMMERER et J.-D. MÜLLER (dir.), op cit., p 145-175.

7 Mercedes BLANCO, « Una edad de oro de la traducción (1540-1570) », in : Juan Ramón MUÑOZ SANCHEZ, op cit., p. 111-153.

8 Enrique de VILLENA, Traducción y glosas de la « Eneida », Libros I-III, éd. Pedro Cátedra, Madrid : Biblioteca Castro / Turner, 1994 ; id., Traducción y glosas de la « Eneida »,Libros IV-XII, éd. Pedro Cátedra, Madrid : Biblioteca Castro, 2000.

9 Peter E. RUSSELL, Traducciones y traductores en la Península Ibérica (1400-1550), Bellaterra : Universitat Autonoma de Barcelona, 1985 ; Julio-César SANTOYO, La traducción medieval en la península ibérica, León : Universidad de León, 2009 ; Carlos ALVAR, Traducciones y traductores. Materiales para una historia de la traducción en Castilla durante la Edad Media, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, 2010.

10 HOMERO, La Ulixea de Homero, traducida de griego en lengua castellana por el secretario Gonzalo Pérez, 2 vol., éd. Juan Ramón MUÑOZ-SANCHEZ, Málaga : Analecta Malacitana, 2015.

11 APULEYO, El Asno de oro. Medina del Campo, 1543, ed. de Francisco J. ESCOBAR BORREGO, Mexico : Frente de Afirmación Hispanista, 2019. Cette traduction bien connue de l’Asinus aureus, faite par un chanoine lettré de Séville, Diego López de Cortegana, qui fut aussi un des traducteurs d’Érasme, date de la seconde décennie du XVIsiècle, mais fut imprimée bien des fois encore jusqu’en 1600 et au-delà. Elle avait été souvent reprise dans des éditions modernes, car il est admis généralement que c’est la version de ce roman antique qui reste d’une lecture plus agréable en espagnol, mais n’avait pas bénéficié d’une édition critique annotée et précédée d’une étude approfondie comme celle que propose Escobar Borrego.

12 VIRGILIO, Eneida [texte critique de la traduction espagnole du XVIe siècle], in: Massimo CARUSO, La primera traducción impresa de Virgilio realizada por Gregorio Hernández de Velasco [thèse en ligne], Padoue : Università degli Studi di Padova, 2016, p 19-292.

13 Un ouvrage collectif récent s’attache à la traduction de la littérature espagnole pendant la période qui nous intéresse, mais il s’agit de la traduction de l’espagnol, et non pas celle vers l’espagnol, qui nous intéresse ici. Voir Marie-Hélène MEAUX, Marc ZUILI, Les traductions de la littérature espagnole (XVIe-XVIIe siècles), Paris : L’Harmattan, 2021.

14 C. ALVAR, op cit., p 279-280.

15 Tomás GONZÁLEZ ROLÁN et Ma Felisa del BARRIO, « Juan de Mena y su versión de la Ilias latina », Cuadernos de Filología clásica, 19, 1985, p 47-84.

16 Voir Miguel RODRÍGUEZ PANTOJA, « Traductores y traducciones », in: Los humanistas españoles y el humanismo europeo (IV Simposio de Filología Clásica), Murcia: Universidad de Murcia, 1990, p. 91-124.

17 Pour faciliter la lecture, toutes les citations des textes de traductions et de leurs paratextes ont été modernisées par moi et suivent les mêmes critères pour l’orthographe et la ponctuation. J’ai respecté les formes anciennes quand elles impliquent une prononciation différente: « agora » et non « ahora », « conceto » et non « concepto » et d’autres cas semblables.

18 Voir Roland BÉHAR, « Virgilio, san Agustín y el problema del poema heroico cristiano (1520-1530) », Criticón, 107, 2009, p 57-92.

19 GARCILASO DE LA VEGA, « A la muy magnífica señora doña Jerónima Palova de Almogávar », in : Baldassare CASTIGLIONE, El Cortesano, ed. Mario Pozzi, Madrid : Cátedra, 1994, p 75.

20 CASTIGLIONE, op cit., p 75.

21 Francisco Javier ESCOBAR BORREGO, « Diego López de Cortegana, traductor del Asinus Aureus: el cuento de Psique y Cupido », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, 22, 2002, p. 193-209.

22 Michael ZAPPALA, « Luciano español », Nueva Revista de Filología Hispánica, 31 (1), 1982, p 24-43.

23 ARIOSTO, Orlando furioso, ed. bilingue de Cesare SEGRE y María de las Nieves MUÑIZ [traduction de Jerónimo de URREA], Madrid : Cátedra, 2002.

24 Voir Aude PLAGNARD, « Homero hecho ya español ou la traduction comme événement. Poèmes antiques et italiens en vers espagnols (1549-1556) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 42 (1), 2012, p 17-42.

25 Elsa KAMMERER, Aude PLAGNARD, Elise RAJCHENBACH-TELLER, « Entre stratégies commerciales et illustration des vulgaires romans ; la boutique de Guillaume Roville à Lyon », in : E. KAMMERER et J.-D. MÜLLER, op cit., p 443-489.

26 Je propose une traduction espagnole (on trouvera une traduction française dans E. KAMMERER, A. PLAGNARD, E. Rajchenbach-Teller, art. cit.) ‘Por lo cual habiendo yo, no sin mucho gasto, esfuerzo e industria, en diversos tiempos dado al mundo en mis prensas a muchos autores, tanto modernos como antiguos, entre los cuales el Furioso del señor Lodovico Ariosto (obra tan rara, tan perfecta y estimada generalmente por todos, que yo suelo decir a menudo que merece ser trasladada a todas las lenguas, para que sea gustada y entendida por todas las naciones), viendo esta obra por la pluma de vuestra señoría vuelta en vuestra dulce y gentil lengua española, o castellana como la llamáis, con tanta felicidad que a los entendidos nuestro poeta parece ser nativo vuestro y no llevado a vuestra patria desde nuestro país como forastero y peregrino, movido por el amor que yo tengo al señor Lodovico y a vuestra lengua, y principalmente por el afán que tengo de aprovechar no menos en esta lengua, que lo que he hecho y hago en la nuestra, a cualquiera que se deleita con ella, he querido imprimirla con los mismos aderezos, que he usado tantas veces en el propio nuestro, non las mismas anotaciones y añadiendo nuevos argumentos y alegorías en cada canto, para que la utilidad sea acompañada por la belleza’ (Orlando furioso di M. Lodovico Ariosto, dirigido al principe don Philippe N. S., traduzido en romance castellano por el S. Don Hieronimo de Urrea y nuevamente impreso y con diligencia corregido, e adornado de varias figuras e con nuevos argumentos y alegorías en cada uno de los cantos muy utiles, e con las mismas cosas, que estã en el Thoscano ydioma. Assimismo se ha añadido una breve introducion para saber e pronunciar la lengua Castellana, con una exposicion en la Thoscana de todos los vocablos dificultosos contenidos en el presente libro ; con la tabla general de las cosas mas notables de que trata la obra. Hecho todo por el s. Alonso de Ulloa. Venecia : Gabriel Giolito, 1553).

27 Josep Luis MARTOS, « Juan Martín Cordero en Flandes: Humanismo, mecenazgo e imprenta », Revista de Filología Española, 95 (1), p 75-96.

28 Voir sur ce personnage et particulièrement sur son œuvre de traducteur José BERGUA CAVERO, Francisco de Enzinas. Un humanista reformado en la Europa de Carlos V, Madrid : Editorial Trotta, 2006.

29 J. BERGUA CAVERO, op cit., p 51-75.

30 Els AGTEN, « Francisco de Enzinas, a Reformation-minded Humanist with a Vernacular Dream: a Spanish New Testament », Reformation & Renaissance Review, 14, 2012, p 219-242.

31 Luis FERNÁNDEZ MARTÍN, « Don Alonso Enríquez, un abad vallisoletano de la época imperial (1497-1577  », Hispania Sacra, 50 (102), 1998, p 407-446.

32 Il s’agit en tout cas de la première version conservée car un célèbre helléniste, Francisco de Vergara, avait auparavant traduit le texte directement du grec, et y travaillait peu avant sa mort, d’après le témoignage d’une de ses lettres et d’une œuvre d’Alvar Gómez de Castro, qui fait l’éloge de cette traduction. Voir Francisco LÓPEZ ESTRADA (ed.), Historia etiópica de los amores de Teágenes y Cariclea traducida en romance por Fernando de Mena, Madrid : Aldus, 1954, p XI.

33 Mercedes BLANCO, « Heliodoro en Cervantes: artificios griegos y parejas divinas entre dos mundos  », in: Jörg DÜNNE y Hanno EHRLICHER (éd.), Ficciones entre mundos. Nuevas lecturas de « Los trabajos de Persiles y Sigismunda de Miguel de Cervantes, Kassel : Reichenberger, 2017, p 19-44.

34 Laurence PLAZENET, « Jacques Amyot and the Greek Novel: the Invention of the French Novel », in : Gerald SANDY (éd.), The Classical Heritage in France, Leiden-Boston-Cologne: Brill, p 237-280.

35 Voir Lucia BINOTTI, « La teoría del castellano primitivo: el método comparativo a partir de un mito », Romance Notes, 32 (3), p 221-230, et, dans ce même dossier, l’article de Marie-Églantine LESCASSE, « López Madera, personnage clef de l’idéologie linguistique à l’aube du XVIIe siècle ».

36 Tomás GONZÁLEZ ROLÁN, Antonio MORENO HERNÁNDEZ, Pilar SAQUERO SUÁREZ-SOMONTE, Humanismo y teoría de la traducción en España e Italia en la primera mitad del siglo XV. Edición y estudio de la Controversia Alphonsiana (Alfonso de Cartagena vs. L. Bruni y P. Candido Decembrio). Madrid : Ediciones clásicas, 2000.

37 Voir T. GONZÁLEZ ROLÁN, A. MORENO HERNÁNDEZ, P. SAQUERO SUÁREZ-SOMONTE, op. cit., p 226-231.

38 Margherita MORREALE, Castiglione y Boscán ; el ideal cortesano en el Renacimiento español (Anejos del Boletín de la Real Academia Española I-II), 2 vol., Madrid : S. Aguirre, 1959.

39 María de las Nieves MUÑIZ MUÑIZ, « Por qué editar la traducción de Urrea », in : ARIOSTO, op. cit., p 35-55.

40 F.J. ESCOBAR BORREGO, art. cit.

41 M. ZAPPALA, art. cit.

42 J. R. MUÑOZ SANCHEZ, « Fue Gonzalo Pérez excelente traductor de Homero ; interpretación e historia textual de la Ulixea », in : HOMERO, op. cit., p 79-118.

43 Juan de VALDES, Diálogo de la lengua, ed. Cristina Barbolani, Madrid : Cátedra 1985, p 246-247. Nous modernisons le texte.

44 Voir José A. BELTRAN CEBOLLADA, « Que no huela nada a la lengua latina. La traducción por Pedro Simón Abril de las Epistulae ad familiares de Cicerón », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, 31 (2), p 333-354.

45 APULEYO, op cit., p 66-82.

46 M. ZAPPALA, art. cit.

47 J. A. BELTRÁN CEBOLLADA, art. cit.

48 Libro del Metamorphoseos y fabulas del excelente poeta y philosofo Ovidio noble cauallero patricio romano. Traduzido de latin en romance, f. xrº.

49 Il n’existe pas à ma connaissance d’études approfondies sur cet auteur ni sur sa traduction, pourtant très connue. On pourra consulter Víctor–José HERRERO LLORENTE, « Laso de Oropesa y su traducción de La Farsalia », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 69, 1961, p. 751-773, bien que les informations que l’article contient ne soient pas toujours fiables. Il existe au moins quatre éditions de cette traduction. La première fut imprimée à Lisbonne en 1541 (on trouvera une bonne digitalisation dans la Biblioteca Nacional de Portugal) avec un très beau frontispice où on lit : « La Hystoria que escrivio en Latin el poeta Lucano trasladada en castellano por Martin Lasso de Oropesa secretario de la excellente señora marquesa del zenete condesa de Nassau ». Le colophon porte la mention : « Imprimiose en la insigne ciudad de lisbona, a 20 de mayor de 1541, por Luis Rodríguez, librero del rey nuestro señor ». L’ouvrage débute par la dédicace à don Pedro de Guevara. Une seconde édition, sous le même titre, se présente, dans les exemplaires conservés, privée de lieu d’impression, de nom d’imprimeur ni de date. Les préliminaires sont les mêmes que ceux de la première édition. Les renseignements les plus précis sur cette édition sont ceux que consigne Juan Antonio PELLICER Y FORCADA, Ensayo de una biblioteca de traductores españoles, Madrid, Antonio de Sancha, 1778, p 137. D’après la notice qu’il rédige sur Laso de Oropesa, un exemplaire perdu de l’édition contenait une feuille (absente des exemplaires conservés aujourd’hui) avec les armes de Charles Quint entre les deux colonnes. On lisait en bas de la feuille, Apud Guilielmum de Millis, et sous la base de la colonne de droite I.V. (peut-être Impressum Vallesoleti) et sur celle de gauche MDXIII.Cette édition aurait donc été imprimée à Valladolid chez Guillermo de Millis en 1544. Une troisième édition porte le titre Lucano traduzido de verso latino en prosa castellana nuevamente corregido y acabado con la historia del triunuirato, Burgos, Felipe de Junta, 1578 (par erreur, la page titre donne la date de 1588). Elle est posthume et dédiée à Antonio Pérez par le neveu et héritier de Laso de Oropesa qui déclare que les papiers contenant cette traduction corrigée lui étaient échus à la mort de son oncle (1564). La comparaison de cette édition avec la précédente montre qu’il y eut en effet un sérieux travail de révision entre les deux versions. La seconde rédaction, malheureusement, nous est parvenue sans avoir reçu la dernière main de son auteur. Il y a une quatrième édition sous le titre Lucano poeta y historiador antiguo en que se tratan las guerras Pharsalicas, que tuvieron Iulio Cesar y Pompeyo. Traducido de Latin en Romance Castellano por Martin Lasso de Oropesa. Anvers, Pierre Bellère, 1585. Elle reprend le texte des premières éditions et la dédicace à Pedro de Guevara et ne reflète donc pas les corrections de l’auteur dont témoigne l’édition de Burgos, 1578.

50 Voir sur ce personnage une étude de Noelia GARCÍA PÉREZ, « Mencía de Mendoza y el Bosco ; originales, copias y obras de taller », Goya, 368, 2018, p 1-15.

51 LUCANO, La Farsalia, texto revisado y traducido por Víctor-José HERRERO LLORENTE, segunda edición revisada, Madrid : Consejo Superior de Investigaciones científicas, 1996, p [4].

52 Lucano traduzido de verso Latino en prosa Castellana por Martin Laso de Oropesa, Secretario del Illustrissimo Cardenal don Francisco de Mendoza, Obispo de Burgos. Nuevamente corregido y acabado con la Historia del Triumvirato. Dirigido al Ilustre señor Antonio Pérez, Secretario de Estado de la Magestad Catholica del Rey don Phelippe Segundo. Burgos : Felipe de Junta, 1578, p 1.

53 LUCANO, Farsalia, edición y traducción de Jesús Bartolomé Gómez, Madrid : Cátedra, 2003, p. 147-148.

54 Ode ad florem Gnidi, v. 11-15, in. Garcilaso de la VEGA, Obra poética y textos en prosa, ed. Bienvenido Morros, Barcelona, Crítica, 1995, p 85. Le même latinisme, souligne l’éditeur, apparaît dans le sonnet XV, 5 (« si convertieron a escuchar su canto »). Le cas de la chanson I est moins clair, car c’est l’un de ceux où le verbe « convertirse  a» apparaît sur la frontière entre sa signification latine (convertere ad ; se tourner ou se retourner vers) et son sens moderne de changement de religion ou changement radical de position subjective.

55 Voir Jonathan Paul O’CONNER, Diego López de Ayala and the Intellectual Contours of Sixteenth-Century Toledo, Chapel Hill : University of North Carolina at Chapel Hill, 2011. Thèse en ligne.

56 Voir Roland BEHAR, « De la propriété des termes à la pureté du style. L’épithète poétique dans l’Espagne du XVIe siècle », in Sophie HACHE, Anne-Pascale POUEY-MONOU (dir.) L’Épithète, la rime et la raison. La lexicographie poétique en Europe, XVIe-XVIIe siècles, Paris : Classiques Garnier, 2015, p 199-216. Id., « Qu’est-ce qu’un terme “significatif” ? Du bon usage de l’épithète poétique au XVIe siècle, entre Espagne, Italie et Allemagne », Seizième siècle, 12, 2016, p 339-353.

57 W. SCHWARZ, « The Meaning of Fidus Interpres in Medieval Translation », The Journal of Theological Studies, 45, 1944, p 73-78.

58 Iacopo SANNAZARO, Arcadia, ed. Francesco Erspamer, Milan : Mursia, 1990, p 56-57.

59 Arcadia de Jacobo Sanazaro gentilhombre napolitano traduzida de nuevo en nuestra Castellana lengua Hespañola en prosa y metro como ella estaua en su primera lengua Toscana. Colofón: Fue impresa la presente obra en la imperial ciudad de Toledo: en casa de Juan de Ayala. Acabose a quatro dias del mes de Noviembre. Año de mil quinientos y quarenta y nueve años [p. 6]. Il s’agit d’une seconde impression, la première étant de 1547.

60 Ce répertoire, qui se concentre sur les années du milieu du siècle, n’a pas la prétention d’être exhaustif ni même approximativement complet, en particulier en ce qui concerne les rééditions, même pour les trente années auxquelles s’attache notre enquête. Sont signalées d’un astérisque les traductions parues pour la première fois entre 1540 et 1548, 1560 et 1570 ; de deux astérisques, celles parues los de la décennie centrale, de transition entre les deux règnes, de 1549 à 1559. Pour les traductions du latin ancien et du grec, nous nous appuyons sur l’ouvrage de Theodore BEARDSLEY, Hispano-Classical Translations printed between 1482 and 1699. Pittsburgh, Duquesne University Press, 1969. Nous transcrivons les principaux éléments de la page-titre sans moderniser ou régulariser l’orthographe ni l’usage des majuscules. Y figure en italiques ma transcription non modernisée des principaux éléments de la page-titre. Les autres données sont consignées en caractères standard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Blanco, « Considérations sur le castillan à l’âge d’or de la traduction (1540-1570) », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41343

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search