Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...Deuxième Partie : De l’invention ...L’image politique de l’espagnol e...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique
Deuxième Partie : De l’invention de l’éloquence espagnole et des images de la langue espagnole en France et en Espagne (milieu du XVIe-XVIIe siècle)

L’image politique de l’espagnol en France au XVIIe siècle

Gilles Siouffi

Résumés

Cet article se propose de dessiner en quatre étapes l'histoire de l'image politique de l'espagnol en France au XVIIe siècle. Il montre comment on est passé d'un paysage linguistique polyglotte au XVIe siècle vers un premier moment, au début du XVIIe siècle, où trois langues héritières du latin, l'italien, l'espagnol et le français, ont été mises en compétition. Il analyse ensuite comment la perception de l'espagnol a oscillé entre moments positifs et moments négatifs, à la faveur des aléas politiques. Il examine enfin comment le motif de l'imperium, du pouvoir, s'est glissé dans les discussions linguistiques, faisant du rapport à l'espagnol en France à cette époque un cas d'école de l'étude des rapports langue-pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles de BOVELLES, La Différence des langues vulgaires et la variété de la langue française [1531 (...)
  • 2 On désigne ainsi, depuis Vaugelas (1585-1650), les auteurs de volumes de « remarques » ou « observa (...)
  • 3 Dominique BOUHOURS, Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène [1671], Bernard BEUGNOT, Gilles DECLERCQ (é (...)
  • 4 Cette filiation est loin d’être toujours perçue en termes positifs. Nebrija estimait que le castill (...)

1« Il y a trois langues vulgaires : l’italienne, la française, l’espagnole, tout à fait proches de la langue de Rome », écrivait l’érudit humaniste Charles De Bovelles (1479-1566) en 15311. Ces trois langues, le remarqueur2 sur la langue française Dominique Bouhours (1628-1702) les qualifiera un peu plus d’un siècle plus tard de « langues modernes qui ont le plus de vogue dans le monde »3. C’est dire s’il y a un enjeu autour d’elles. A l’époque, ce sont les trois langues modernes considérées comme les plus importantes de l’Europe ; et ce sont trois langues qui peuvent revendiquer une filiation avec « la langue de Rome », comme l’indique Bovelles4. Cette dernière expression montre bien que ce n’est pas seulement dans la comparaison ou le rapprochement de simples idiomes, mais dans une relation au pouvoir qui ne se dit pas toujours explicitement, que se situe cet enjeu. La translation des langues, c’est aussi une translatio imperii, et c’est sans doute au XVIIsiècle que se formulera le plus clairement ce type de conscience.

  • 5 Voir Nella BIANCHI BENSIMON, Bernard DARBORD, Marie-Christine GÓMEZ-GÉRAUD (éd.), Le choix du vulga (...)

2Cette translatio imperii s’appuie aussi sur une translatio studii. Depuis la fin du Moyen Age, le savoir sur les langues vient nourrir l’ambition des trois langues (dans toutes leurs variantes dialectales) – italienne, espagnole, française – à assumer une domination culturelle. Mais la mise en confrontation de ces trois langues entre elles et de ces trois langues avec le latin a pour conséquence de poser plus directement la question de ce que c’est qu’une langue, notamment à l’échelle internationale. De ce point de vue, chacun de ces trois ensembles linguistiques a été confronté depuis un certain temps « en interne », si l’on peut dire, à la question délicate des frontières par lesquelles on entoure ce qui peut être perçu comme un continuum dialectal de manière à l’enserrer au sein d’une unité qui serait vue comme la « langue »5. Mais, désormais, l’existence d’une scène culturelle et politique internationale exige aussi que l’on positionne ce qu’on va choisir d’appeler langues sur un échiquier qui, à défaut de correspondre toujours à la réalité, doit au moins être postulé. Et c’est ici sans doute que l’intervention de l’imaginaire va jouer un rôle décisif. En effet, au début du XVIIsiècle, nous ne sommes pas encore à un moment où le lien entre langue et pouvoir peut être affirmé sur la base de considérations empiriques solides : ce lien, on fait d’abord l’hypothèse, de manière quasi performative, avant de le constater.

  • 6 Par « génie de la langue », on entend généralement, chez les commentateurs français du XVIIe siècle (...)
  • 7 Voir le numéro de Henri BOYER, Jean PEYTARD (dir.), « Les représentations de la langue : approche s (...)
  • 8 Voir Évelyne ARGAUD, « Les enjeux des représentations des langues savantes et vulgaires en France e (...)

3C’est ce que nous appellerons ici l’« image politique » d’une langue. Par cette expression, on peut désigner une représentation confuse et parfois difficile à cerner, de nature politique, qui se construit à partir d’une évaluation du rapport entre puissances, d’un jugement porté sur les usages réels d’une langue et d’une appréciation de ses productions culturelles, mais aussi de jugements portés sur ce qui est vu comme des qualités intrinsèques des langues, qualités parfois emblématisées, au XVIIe siècle, sous le concept de « génie de la langue »6. Ce qu’on pourrait appeler l’« image politique » est un aspect de la question plus générale des « images » et des « représentations » des langues, sujet sur lequel toute une branche de la sociolinguistique travaille depuis une vingtaine d’années déjà7. Ces images et représentations peuvent être spontanées, plus ou moins inconscientes, mais elles peuvent aussi donner lieu à des discours, voire à des revendications. C’est le cas particulièrement des images politiques. A ces images politiques l’accès le plus aisé est naturellement celui que nous donnent les textes métalinguistiques, particulièrement ceux qui sont liés aux lieux de pouvoir et de savoir. De ce point de vue, à partir des regards portés au XVIe siècle sur les langues savantes et les langues vulgaires, le XVIIe siècle a vu se construire une hiérarchisation des langues dans laquelle les enjeux de pouvoir ont été nettement plus explicites8. Mais il convient de resituer ces textes dans leur contexte car, si l’on veut évaluer à quel point l’image d’une langue est « politique », il faut comprendre ce qui peut motiver ce type de discours.

4Le propos de cet article sera donc de dessiner en quelques étapes l’histoire de l’image politique de l’espagnol en France au XVIIe siècle. Cette image a beaucoup évolué. Nous verrons comment on est passé d’un XVIe siècle assez polyglotte, aux usages mêlés, où la notion de langue n’est pas fermement attachée à une nation, au déploiement d’un imaginaire assez négatif envers l’espagnol à la fin du XVIIe siècle, en passant par les répercussions politiques qu’a eues la Guerre de Trente ans. Une question guidera cette petite enquête : comment le motif du pouvoir s’est-il graduellement glissé dans la discussion sur l’espagnol en France au XVIIe siècle – en grande partie, d’ailleurs, au détriment de la sollicitation du savoir ?

Trois langues en compétition

  • 9 Voir par exemple, pour le français, Anthony LODGE, Le français, histoire d’un dialecte devenu langu (...)
  • 10 Voir notamment Corrado VIOLA, Tradizione letterarie a confronto, Verona : Fiorini, 2001.

5Au début du XVIe siècle, la plupart du temps, seules les langues anciennes, grec, latin, hébreu, sont à proprement parler considérées par les commentateurs, comme par exemple Bovelles, comme des langues. Les parlers vernaculaires, de leur côté, sont vus comme trop soumis aux fluctuations géographiques, sociales et temporelles, pour que leur statut de langue soit acquis. Cette réflexion suppose qu’il y ait une élaboration théorique autour de la notion de langue, que les langues soient dotées de fonctions administratives et juridiques9, et ce temps n’est pas encore venu. Il est connu que l’italien, l’espagnol et le français, dans l’ordre, sont les trois premiers ensembles linguistiques d’Europe dans lesquels un processus de standardisation s’est mis en marche avec comme objectif d’acquérir cette image de « langue ». En Italie, cette question, qui trouve son origine chez Dante, continuera de traverser les siècles, de Bembo (1470-1547) à Manzoni (1785-1873) sous le nom de « questione della lingua »10. Avant de pouvoir affirmer un lien la langue et le pouvoir, il convient d’abord de s’assurer que ce qu’on peut appeler langue a une consistance.

  • 11 Conrad GESSNER, Mithridate (Mithridates, 1555), Bernard COLOMBAT et Manfred PETERS (éd.), Genève : (...)

6De ce point de vue, le Mithridate du polygraphe suisse Conrad Gessner (1516-1565), paru en 1555, constitue un jalon important, à l’échelle européenne. L’érudit, qui s’attache à mener une enquête historique (et ethnographique) sur l’origine et le développement des langues, considère que, « parmi les dialectes qui sont employés aujourd’hui [en Espagne] c’est le castillan qui a la première place »11. Il continue : « Ce dialecte est apparenté à l’italien et il me semble plus proche du latin que le français, moins ce pendant que l’italien ». La proximité avec le latin continue d’être mise en avant comme un critère de différenciation essentiel – et probablement valorisé. L’enjeu devient grand pour les communautés politiques centrées autour de langues entrées dans ce processus de standardisation d’affirmer leur ancienneté, leur autorité et leur légitimité.

  • 12 Le motif de la diversité est ambigu au XVIe siècle, dans la mesure où, imputé à Babel, il peut être (...)
  • 13 Voir Daniel DROIXHE, La linguistique et l’appel à l’histoire (1600-1800), Genève : Droz, 1978.
  • 14 Etienne PASQUIER, Les Recherches de la France, Paris : Martin Colet, 1633, livre VIII, p. 673.

7C’est ainsi qu’on va essentiellement s’appuyer sur le savoir pour défendre cette promotion. L’« image politique » des langues – si image il y a à cette époque – se construit beaucoup autour d’une démarche de patrimonialisation. On s’efforce de justifier les ambitions politiques et culturelles en documentant des filiations attestant d’une origine noble et légitime des langues. Plus que la diversité à laquelle était sensible Bovelles12, c’est l’unité que l’on met en avant, dans une démarche de rétrospection qui conduit à constituer des assemblages linguistiques et culturels homogènes. L’appel à l’histoire13 concurrence l’intérêt pour les spécificités proprement linguistiques. En France, on peut citer dans cet esprit le Recueil de l’origine de la langue et poésie françoise, ryme et romans de Claude Fauchet (Paris, Mamert Patisson, 1581), et surtout les Recherches de la France d’Etienne Pasquier (Paris, Laurent Sonnius, 1621), particulièrement ses livres VII et VIII. Dans ce dernier ouvrage, Etienne Pasquier (1529-1615) ne dissimule pas l’importance du paramètre politique. Si les langues se sont parfois « corrompues », pour lui, cela provient du fait que, « lors qu’un pays estant par la force des armes subiugué, il est contraint pour complaire au victorieux d’apprendre sa langue »14. Ce fait permet pour l’auteur de mettre d’un côté l’italien, dont le latin était la « langue premiere », et l’espagnol et le français de l’autre (à quoi Pasquier ajoute d’ailleurs l’anglais), lesquels ont subi l’influence du latin.

  • 15 Voir Roland BÉHAR, Mercedes BLANCO, Jochen HAFNER (éd.), Villes à la croisée des langues (XVIe-XVII(...)
  • 16 Voir Jules MATHOREZ, « Les Espagnols et la crise nationale française à la fin du XVIe siècle », Bul (...)
  • 17 Voir Alain REY, Gilles SIOUFFI et Frédéric DUVAL, Mille ans de langue française : histoire d’une pa (...)
  • 18 L’œuvre, qui date de 1559, fut traduite une première fois par Nicolas Collin en 1578 (Les sept livr (...)
  • 19 Le thème est repéré depuis longtemps, et il existe une abondante bibliographie sur le sujet. Mentio (...)
  • 20 Ferdinand BRUNOT, Histoire de la Langue Française, Paris : Armand Colin, 1966, tome III, p. 84.
  • 21 LIANO O LEDEL, Vocabulario de las vocablos que mas comunente se suelen usar, puestos por orden del (...)
  • 22 Voir L’Anti-espagnol (1592), texte anonyme attribué à Michel Hurault.

8Du côté des usages, l’époque est encore à une polyglossie largement acceptée15. Il y a une mode de l’espagnol en France au XVIe siècle – certes moins importante que celle de l’italien. On peut citer le témoignage du mémorialiste Brantôme (1537-1614), sans doute le plus hispanisant des écrivains français du XVIe siècle, et son jugement sur « le gentil parler espagnol »16. Durant tout le siècle, d’importantes communautés espagnoles et portugaises s’installent sur le territoire français. Les Juifs nouvellement arrivés à Bordeaux y apportent une pratique significative de la langue ; des villes comme Rouen, Lyon, Nantes, parlent assez souvent espagnol, comme d’autres langues d’ailleurs17. L’espagnol, comme l’italien, est une langue de commerce importante ; c’est aussi une langue diplomatique (les ambassadeurs du roi d’Espagne écrivent en espagnol) ; et une langue littéraire. En France, les traductions des Amadis des Gaules, d’Antonio de Guevara, ou de la Diana de Montemayor ont un grand succès18. Le mouvement s’accentue encore sous Louis XIII19. Des dictionnaires et lexiques bilingues ont commencé à apparaître dans le deuxième tiers du XVIe siècle. Le premier, selon Ferdinand Brunot20, est celui de Liano o Ledel21. Certes, un fort anti-hispanisme se développe, dont témoignent de nombreux pamphlets et satires22 critiquant les prétentions politiques de l’Espagne à s’immiscer dans les affaires françaises (souvent au nom de la défense du catholicisme), l’influence linguistique et culturelle jugée excessive, et la présence trop nombreuse d’Espagnols en France, éveillant des soupçons d’espionnage. Toutefois, la dimension d’échange est présente et la tonalité est globalement positive.

  • 23 Roger LATHUILIERE, La préciosité. Etude historique et linguistique, Genève : Droz, 1969, p. 273.
  • 24 F. BRUNOT, op. cit., 3, p. 222. Le terme n’a pas été trouvé par nous dans des textes d’époque.
  • 25 Voir la Grammaire espagnolle expliquée en françois par Cesar Oudin, secretaire interprete du roy, P (...)
  • 26 Nicolas CHARPENTIER [1597], Parfaicte Methode pour Entendre, Escrire, et parler la langue espagnoll (...)
  • 27 Novvelle methode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole, Paris : Pierre l (...)

9Au plan politique, le début du XVIIe siècle est une période de réconciliation franco-espagnole, ce qui a été facilité, en principe, par l’arrivée au trône de France d’une infante espagnole (Anne d’Autriche) et d’une princesse française (Elisabeth de Bourbon) au trône espagnol, en 1615. Le maître de langue Ambrosio de Salazar (1575-1642), natif de Murcie puis établi à Rouen, fut chargé d’apprendre l’espagnol au jeune Louis XIII23. C’est la grande période des « hispaniseurs », comme les appelle Ferdinand Brunot, qui note qu’on s’est mieux accommodé d’eux que des « italianiseurs »24. De fait, de nombreux mots d’origine espagnole sont alors intégrés au lexique français, sans grande difficulté semble-t-il, tels alcôve, baroque, disparate, sarabande ou tabac. Ce renouveau de l’intérêt pour la langue espagnole en France se traduit par la publication de plusieurs nouveaux manuels et grammaires pour l’apprentissage de l’espagnol et la réédition d’anciens ouvrages comme, par exemple, ceux de César Oudin (1560-1625)25, premier traducteur en France du Don Quichotte en 1614, très réédités, et complétés par son fils Antoine Oudin (1595-1653) après sa mort. Un nombre considérable de manuels d’espagnol destinés aux Français est publié entre 1596, où paraît la grammaire de Nicolas Charpentier26, et 1660, année de publication de la grammaire de Claude Lancelot, Arnauld Arnauld et Pierre Nicole27. On peut dire que dans la première moitié du XVIIe siècle, la connaissance de l’espagnol et de l’italien a été fortement stimulée en France. Certes, la Guerre de Trente ans (1618-1648) va ralentir le mouvement et marquer cet intérêt d’ambivalence, mais globalement, la curiosité reste vive.

Le motif de la puissance

  • 28 Antonio de NEBRIJA, [1492], op. cit., p. 99 : « Il y a une chose que je tiens pour très assurée : l (...)

10Une hypothèse souvent présente chez les historiens est que c’est d’Espagne que vient, à l’Âge moderne, l’association du motif de la puissance (imperium) à la sphère linguistique. Au plan métalinguistique, on le trouve déjà exprimé en 1492 chez Nebrija : « Una cosa hallo i saco por conclusion mui cierta : que siempre la lengua fue compañera del imperio… »28. Lequel continue :

  • 29 Ibid., p. 107 : « Après que Votre Majesté a soumis de nombreux peuples et nations de langues étrang (...)

Despues que Vuestra Alteza metiesse debaxo de su iugo muchos pueblos barbaros i naciones de peregrinas lenguas, i con el vencimiento aquellos ternian necessidad de recebir las leies quel vencedor pone al vencido i con ellas nuestra lengua, entonces por esta mi Arte podrian venir en el conocimiento della29.

  • 30 J. MATHOREZ, op. cit., p. 86.

11Ensuite, « la défaite de Pavie, la captivité de François Ier, les humiliations subies par le roi de France à Madrid, furent pour les Français des blessures d’amour-propre que le temps aurait atténuées si la politique des souverains espagnols n’avait avivé les douloureux souvenirs d’une époque pénible en même temps qu’elle constituait pour le royaume une perpétuelle menace »30.

  • 31 Rafael LAPESA, Historia de la lengua espanola, Madrid : Gredos, 1942, p. 297 : « De cette manière, (...)
  • 32 Sperone SPERONI, Dialogo delle lingue, in Dialoghi, Venegia :i n casa de figluioli di Aldo Manuzio, (...)
  • 33 Voir Benedict ANDERSON, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme(...)

12Le défi solennel jeté en espagnol par Charles Quint à l’ambassadeur de François Ier en avril 1536 a fait dire à l’historien de la langue espagnole Rafael Lapesa : « de este modo el español quedaba proclamado lengua internacional ». Ainsi, ajoute-t-il, « el imperialismo lingüístico, unido, como en Nebrija, al político, halló otros horizontes de universalidad »31. Par « autres horizons », on peut naturellement comprendre la colonisation, car les historiens rappellent que le XVIe siècle a été marqué par une féroce concurrence entre Espagne et Portugal d’un côté, qui avaient obtenu du pape Alexandre VI un partage du Nouveau-Monde, et les autres puissances comme la France, qui avaient également des ambitions coloniales. La question de l’« universalité » présente alors un visage ambigu : elle apparaît certes dans nombre de publications traitant de questions linguistiques, comme chez Nebrija ou, en Italie, Sperone Speroni32, venant alors exprimer un double objectif de remplacer le latin par un vernaculaire moderne dans la mission de traiter de tout et de servir de passerelle entre les peuples, mais elle peut évidemment revêtir aussi un sens politique. L’« universalité » ainsi entendue peut alors apparaître comme un visage possible d’un « pré-nationalisme » qui se construit à la fois en Europe et au-delà des mers en établissant des communautés imaginaires33 sur base linguistique. Un aspect essentiel du lien entre pouvoir et langue au XVIIe siècle est cet enjeu colonial, dans la mesure où un critère du pouvoir politique est précisément cette diffusion large de la langue, qui se fait la plupart du temps par adoption, de la part des dominés, de la langue des dominants, dans un objectif d’efficacité économique ou d’élévation sociale.

  • 34 D. BOUHOURS, op. cit., p. 105.

13De fait, la référence à Charles Quint parcourra l’entretien « Sur la langue française » qui constitue le deuxième des Entretiens d’Ariste et d’Eugène de Dominique Bouhours (1671). Bouhours semble entériner le constat de l’association langue-pouvoir exemplifié par le nouveau statut de l’espagnol : « Les langues suivent d’ordinaire la fortune & la réputation des Princes, écrit-il. Les heureux succès de Charles Quint, firent que de son temps les beaux esprits d’Italie apprirent l’espagnol »34. La langue suit l’empire. Mais il prend un malin plaisir, également, à retourner la référence au profit du français.

  • 35 Ibid., p. 123. La source de l’anecdote est non identifiée.

Vraiment, dit Ariste en riant, si Charles Quint revenait au monde, il ne trouverait pas fort bon que vous missiez le Français au-dessus du Castillan, lui qui disait que, s’il avait voulu parler aux Dames, il parlerait Italien ; que s’il voulait parler aux hommes, il parlerait Français ; que s’il voulait parler à son cheval il parlerait Allemand ; mais que s’il voulait parler à Dieu, il parlerait Espagnol35.

  • 36 Voir Gilles SIOUFFI, « De l'« universalité » européenne du français au XVIIIe siècle : retour sur l (...)
  • 37 D. BOUHOURS, op. cit., p. 105.

14Clairement, le motif du français langue « universelle », qui relève encore largement de l’imaginaire36, est là pour faire pièce à la tentative de préemption opérée par l’espagnol. Qui parle quelle langue et où ? C’est là une question politique pour Bouhours, qui, s’appuyant sur le fait que le français était présent aux Pays-Bas depuis le Moyen Âge, pour des raisons commerciales et politiques, et en raison de la domination des ducs de Bourgogne, constate avec chauvinisme : « C’est une chose fort glorieuse à notre nation, dit Eugène, que la langue Française soit en vogue, dans la capitale des Pays-Bas, avant que la domination Française y soit établie »37. Si elle la suit, la langue précède aussi parfois l’empire.

15Un autre des commentateurs de la fin du XVIIe siècle que l’on peut classer, avec Bouhours, dans la catégorie des « remarqueurs » sur la langue, et qui, polygraphe, écrivit d’ailleurs une Histoire générale d’Espagne (1723), Morvan de Bellegarde (1648-1734), juge quant à lui qu’entre Charles Quint et Philippe II il s’opéra un passage vers ce que nous appellerions aujourd’hui le soft power :

  • 38 Morvan de BELLEGARDE, Modelles de conversation pour les personnes polies [1697], Amsterdam : Schelt (...)

Charles Quint qui gouverna ce Roïaume avec tant de gloire aspiroit à la Monarchie universelle, et se flatta de réüssir dans ce dessein par la force de ses armes. Philippe Second qui lui succéda, moins propre à la guerre que son Pere, crut qu’il parviendroit à son but par les détours d’une Politique rafinée ; il choisit cette voïe plus conforme à son génie, & cacha cependant son dessein sous une profonde dissimulation38.

  • 39 Voir Jean-Pierre DEDIEU, « Comment l’état forge la nation. L’« Espagne » du XVIe siècle au début du (...)

16Le motif de la puissance évolue, et la France a conscience que les questions de langue deviennent décisives. La France observe notamment comment les Bourbons d’Espagne mettent en place une dynamique centralisatrice qui conduira à l’émergence d’un sentiment national, et au rattachement de la couronne d’Aragon à Madrid en 1707, rattachement dans lequel le fait que l’Aragon et la Castille aient disposé d’une langue unique de communication a sans doute joué un rôle39.

Après Westphalie

  • 40 Voir Jean-Frédéric SCHAUB, La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, (...)

17Nous l’avons dit, jusqu’au traité de Westphalie (1648), une certaine mode de l’espagnol s’était observée dans les milieux lettrés. On en veut pour preuve la grande consommation qui est faite en France d’œuvres littéraires en cette langue, qu’atteste par exemple la bibliothèque de Richelieu, le grand nombre des traductions, et la forte présence de l’espagnol à la Cour depuis les Valois40.

  • 41 Voir Brigitte LEPINETTE, « L’espagnol et Covarrubias dans Les Origines de la langue françoise de Gi (...)

18Du côté des personnalités influentes sur le terrain de la langue, si l’on cite souvent l’érudition italienne de Gilles Ménage (1613-1692), grand philologue et principal dépositaire du savoir linguistique en France au XVIIe siècle, on en sait moins sur sa connaissance de l’espagnol. Celle-ci, pourtant, se déduit de son Dictionnaire étymologique (1694), dans lequel Covarrubias est cité une vingtaine de fois41.

19De son côté, Louis Alemand (1653-1728), l’éditeur des remarques posthumes de Vaugelas, rappelle la connaissance particulière que l’illustre pionnier du genre avait de l’espagnol :

  • 42 Nouvelles remarques de M. de Vaugelas sur la langue françoise Ouvrage posthume. Avec des Observatio (...)

M. de Vaugelas avoit fait paroître en d’autres endroits qu’il connoissoit beaucoup la Langue Italienne : mais nous doutions qu’il sçût autant d’Espagnol qu’il en paroît sçavoir par cette Remarque. Il n’est pas croyable combien on s’applique aujourd’huy en France à l’étude de ces deux Langues étrangéres42.

20Et il ajoute :

Le P. Bouhours est sans doute celuy qui a le plus contribué à établir parmi nous la curiosité de l’Espagnol, par le soin qu’il a pris de semer une grande quantité de belles choses en cette Langue dans ses Entretiens d’Ariste & d'Eugene, qui furent reçûs du Public, comme tout le monde sçait, avec un grand applaudissement.

  • 43 Voir Gilles SIOUFFI, « Le théâtre des langues : parole et imaginaire des parlers dans le théâtre et (...)

21Cette ouverture aux langues fait certes partie, à l’époque, de la réalité européenne, ce dont témoigne la grand abondance de méthodes d’apprentissage plurilingues qui paraissent partout en Europe, et dont la Janua linguarum reserata, du tchèque Komensky (« Comenius », 1592-1670), d’abord parue en tchèque en 1629, puis en latin en 1631, et promise à de nombreuses rééditions et versions augmentées, est la plus connue. Mais la place de l’espagnol est singulière. Comme pour l’italien, son développement pose la question de la traduction en termes linguistiques de l’héritage culturel que constitue la tradition latine. D’un obscur Francisco Loubayssin de la Marca, dont ne sait s’il fut espagnol ou français, ou gascon, et qui publia à Paris en 1615 et 1617 deux romans en espagnol, on mentionne parfois un introuvable Défi de la langue française et de l’espagnole pour savoir laquelle des deux est plus éloquente (1639). Le motif du conflit entre les langues est de fait un motif théâtral qui a beaucoup été exploité lors de ce qu’on appelait au XVIe et au XVIIe siècles les « entrées royales »43, cérémonies lors desquelles des « muses » emblématisaient des langues et se livraient à des joutes d’éloquence. Ce motif est sans doute prétexte à amusement plus qu’une discussion sérieuse, même s’il ne faut en minimiser la prégnance souterraine.

22Après le traité de Westphalie, malgré tout, et d’autant plus après le traité des Pyrénées (1659), l’heure est à la réconciliation. Un témoignage intellectuel de ces bonnes dispositions est la Nouvelle methode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole de Claude Lancelot (1615-1695), parue en 1660 et dédiée à l’Infante Maria Teresa, « que toute la France considère déjà comme sa reine », selon la formule de l’épitre (le mariage eut lieu le 9 juin 1660). L’auteur continue ainsi :

  • 44 Nouvelle methode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole [1660], Paris : D (...)

Il m’a semblé, Madame, que V. M. sçachant si parfaitement nostre langue, je devois faciliter à tout le monde le moyen d’apprendre celle qui se glorifie d’estre la première qu’elle a sçeuë, & qui est trop belle pour ne mériter pas aussi bien que la Françoise que les autres nations se donnent le soin de l’apprendre. Nous pouvons mesme esperer, Madame, de la reünion de ces deux puissantes Monarchies, que portant les langues qu’elles parlent aussi loin qu’elles porteront leurs armes pour l’augmentation de la Foy, elles s’estendront jusques dans les parties du monde les plus reculées44.

23La déclaration est intéressante : elle se fait l’écho du motif de la rivalité mimétique, en procédant à un échange civil de congratulations, mais en reprenant malgré tout assez explicitement l’association langue-pouvoir qui est installée dans le paysage depuis les anecdotes autour de Charles Quint. Elle ajoute par ailleurs l’argument religieux, qui était très présent dans les discours tenus sur l’Espagne après les progrès de la Réforme en Europe, notamment à l’époque d’Henri IV, après l’épisode de la Ligue. La dernière phrase semble même évoquer à demi-mot une possible solidarité coloniale au détriment des Pays-Bas et de l’Angleterre.

24La prétention à l’« universalité » est reconnue dans la préface :

Comme il n’y a point de nation dont la puissance s’étende en plus de diverses Provinces, & en des païs plus éloignez que celle des Espagnols : aussi leur langue a cet avantage qu’elle est utile pour se faire entendre en toutes les parties du monde ; dans l’Inde Orientale & dans l’Occidentale, dans l’Europe, dans l’Afrique, dans l’Asie, & dans l’Amérique.

25L’auteur insiste également sur la place symbolique essentielle de l’espagnol dans la diplomatie.

26Cette apologie met en avant des critères externes, tels ceux de la diffusion et de l’utilité, mais aussi des critères internes. Parmi ceux-ci, l’auteur, grammairien, mobilise naturellement celui de la grammatisation et de la culture de la langue. Il met en avant que l’espagnol a été bien standardisé et codifié grâce à l’action de Nebrija, dit « Nebrisse », Miranda (dont les Observationi della lingua Castigliana, écrites en italien, ont été publiées à Venise pour la première fois en 1566 et font partie des nombreuses grammaires de l’espagnol à l’usage des Italiens), Covarrubias, etc. A ceux qui objecteraient que la culture de la langue a été plus développée en Italie, il répond :

Que si elle n’a pas eu tant d’hommes habiles que l’Italienne qui ayent travaillé depuis à la cultiver & à la fixer par leurs Observations & leurs Remarques : On peut dire aussi qu’elle n’en a pas tant eu besoin, puis qu’elle n’est pas sujette à tant de changemens, d’irregularitez, & de licences.

27Autrement dit, la standardisation et l’« illustration », pour reprendre le terme de Du Bellay, serait moins nécessaire en espagnol qu’en italien. Pour ce qui est du patrimoine littéraire, l’aspect quantitatif est pour l’auteur compensé par la qualité :

Ces deux langues [l’italien et l’espagnol] sont aujourd’huy les plus estimées de tous les honnestes gens, & l’on peut dire ce me semble, que si l’Espagnole n’est pas si abondante que l’Italienne en multitude d’auteurs, au moins ne luy cede-t-elle guere dans l’excellence des bons livres.

28Du point de vue strictement interne, même, l’auteur se lance dans une évaluation des qualités propres de l’espagnol. Selon lui, cette langue « approche plus de l’exactitude & de la gravité des Latins ». Il considère la langue comme plus « serrée », plus « analogique », ce qui signifie que ce que nous appellerions aujourd’hui son système y est plus régulièrement suivi. En conséquence, selon lui, la poésie y a moins de licences, ce qui pour lui est un point positif. Par là, on voit que la prétention de l’espagnol à reprendre le flambeau du latin classique peut être considérée sérieusement. Ce qui n’empêche pas qu’il s’agisse d’une langue métissée (et ici Lancelot évoque la présence de l’« arabesque » et des « gots »), sans que cela porte préjudice au caractère fondamentalement latin : « Voilà en peu de mots quel a esté le mélange & la succession des nations qui ont donné lieu à la langue des espagnols, laquelle, comme j’ay dit, tient touiours neanmoins beaucoup plus de la Romaine que d’aucune autre ».

Une nouvelle prise de distance

29C’est sans doute sur le mode de cette évaluation « interne » de la langue qu’une nouvelle prise de distance va malgré tout s’observer dans les années qui vont suivre.

  • 45 G. SIOUFFI, « Le “génie de la langue française” à l'Âge classique, Etudes sur les structures imagin (...)

30La postulation que les langues possèderaient des qualités intrinsèques ne date pas du XVIIe siècle : les motifs de la gravité, de la gentillesse, de la grace, de la richesse, ou de la brièveté parcourent les discussions sur les langues du XVIe siècle. Mais sans doute le développement, propre au XVIIe siècle, de l’idée de « génie de la langue »45 qui va conduire à une mobilisation plus organisée de ces qualités dans le cadre d’une mise en confrontation des langues.

J’avais cru jusqu’à cette heure, interrompit Ariste, que la majesté était le caractère de la langue Castillane. Croyez-moi, reprit Eugène, il y a bien à dire entre la majesté & le faste, entre la fausse & la véritable grandeur. Je tome d’accord avec vous qu’il n’y a rien de plus pompeux que le Castillan : il n’a presque pas un mot qui n’enfle la bouche, et qui ne remplisse les oreilles.

  • 46 D. BOUHOURS, op. cit., p. 106.
  • 47 Ibid., p. 107.
  • 48 Ibid., p. 113.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., p. 109.
  • 51 Ibid., p. 112.
  • 52 Voir François CHARPENTIER, Deffense de la langue françoise, pour l’inscription de l’Arc de Triomphe (...)

31Ainsi échangent les deux protagonistes des Entretiens de Bouhours à propos de l’espagnol, faisant possiblement écho à la Grammaire de Lancelot46. « Voilà à peu près ce que c’est que la Langue Espagnole. Des termes vastes, & résonnants ; des expressions hautaines & fanfaronnes ; de la pompe, & de l’ostentation partout. »47. Tout le propos de ce passage est de revaloriser le français au détriment de l’espagnol et de l’italien. L’enjeu est de s’approprier la position de langue de culture dominante en Europe, en mobilisant à la fois ce qui est perçu comme les qualités propres de langues et ce qu’en ont fait les auteurs, autrement dit la culture de la langue. Pour Bouhours, ce qu’il appelle le « génie espagnol »48 est excessif, tandis que la langue italienne « orne », et « enrichit autant qu’elle peut »49. « Si l’Espagnol est propre à représenter le caractère des Matamores, l’Italien semble fait pour exprimer celui des Charlatans », poursuit le polémiste50 ; « Telle est entre autres la langue Espagnole. Elle fait pour l’ordinaire les objets plus grands qu’ils ne le sont, & va plus loin que la nature : car elle ne garde nulle mesure en ses métaphores ; elle aime passionnément l’hyperbole & la porte à l’excès »51. Les paramètres rhétoriques, esthétiques et poétiques se mêlent aux paramètres strictement linguistiques. On se trouve alors dans un épisode d’apologétique débridée de la langue française, où la valorisation du français se fait majoritairement au détriment de l’espagnol et de l’italien, mais aussi du latin52. L’idée de « génie de la langue » vient alors contrecarrer l’ancienne postulation d’une solidarité entre langues romanes. Ce qui est mis en avant, c’est l’idiosyncrasie, et non les filiations.

  • 53 Antoine FURETIÈRE [1690], 1978, Dictionnaire universel, Paris : Le Robert, 1978.

32L’article « Langue » du Dictionnaire universel de Furetière dans sa version de 1690 formulait déjà quelques jugements sur ce qui était perçu comme des qualités intrinsèques des langues en leur accolant des adjectifs sélectionnés : « La langue Latine est la plus générale, la langue Française la plus douce ; la langue Espagnole la plus grave ; les langues Germaniques & Septentrionales les plus rudes »53. Mais l’édition augmentée par Henri Basnage de Bauval en 1701 et reprise ensuite par les jésuites de Trévoux y a ajouté de longs développements qui se situent dans la parfaite continuité des jugements de Bouhours :

  • 54 Antoine FURETIÈRE, Dictionnaire universel, seconde édition revuë, corrigée & augmentée par Basnage (...)

Il semble que les Espagnols font dépendre la noblesse & la gravité de leur langue, du nombre des syllabes & de l’enflure des paroles, & qu’ils parlent moins pour se faire entendre, que pour se faire admirer. Ils ont des termes vastes & resonnants, des expressions hautaines & fanfaronnes ; de la pompe & de l’ostentation par tout. Leur langue n’est point propre à peindre les pensées au naturel ; elle fait pour l’ordinaire les objets plus grands qu’ils ne sont, & va plus loin que la nature54.

33Cette vulgate, corroborée par les jugements esthétiques d’autres tenant du classicisme comme Boileau, pénètrera toute la discussion sur les langues au XVIIIe siècle, même chez les esprits les plus éclairés.

  • 55 Voir C. VIOLA, op. cit., qui se concentre surtout sur le volet italien.

34Au total, dans la relation que la France entretient avec la langue espagnole au XVIIe siècle, on peut dégager en gros quatre moments. Un premier moment, qui prend sa source au XVIe siècle, est marqué par un esprit d’ouverture que vient nourrir une curiosité de nature philologique et historique sur la transmission de l’héritage latin, au plan linguistique et au plan de la culture de la langue. Un deuxième moment, sous Louis XIII essentiellement, voit se développer une véritable « hispanophilie » que vient tempérer néanmoins la conscience d’une évidente lutte politique pour l’« empire ». Cet aspect politique prenant le dessus pendant la Guerre de Trente ans, le traité de Westphalie et le mariage de Louis XIV avec l’Infante Maria Teresa signent le temps de la réconciliation et d’un nouvel épisode positif. C’est le troisième moment, avant la nouvelle prise de distance que marquent les années 1670-1680, lesquelles voient s’exprimer un chauvinisme déclaré, qui se prolongera d’ailleurs jusque dans les premières décennies du XVIIIsiècle au travers de diverses querelles linguistiques et poétiques55. Ce faisant, on ne peut que constater la perte d’importance du savoir au profit d’une mise en avant de plus en plus grande des liens entre langue et pouvoir. Le conflit qui éclata dans le dernier tiers du XVIIsiècle en France entre Gilles Ménage et Dominique Bouhours peut aussi être interprété comme le conflit entre un philologue et ce qu’on pourrait appeler un « idéologue » – non pas dans le sens que ce mot prendra au XVIIIe siècle, mais au sens d’un envahissement malencontreux du débat intellectuel par du non falsifiable. Le temps est véritablement venu d’une « image » des langues, image qui va de plus en plus être amenée à nourrir les prétentions à la suprématie des nations en construction ; et s’il est bien probable qu’il ait été emprunté à l’Espagne, c’est à la France, désormais, et pour près d’un siècle, que le motif de l’imperium attribué à la langue va être associé en Europe.

Haut de page

Notes

1 Charles de BOVELLES, La Différence des langues vulgaires et la variété de la langue française [1531], Amiens : Collection de la Société de Linguistique Picardie, 14, 1972, p. 76.

2 On désigne ainsi, depuis Vaugelas (1585-1650), les auteurs de volumes de « remarques » ou « observations » sur la langue française.

3 Dominique BOUHOURS, Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène [1671], Bernard BEUGNOT, Gilles DECLERCQ (éd.), Paris : Champion, 2003, p. 126.

4 Cette filiation est loin d’être toujours perçue en termes positifs. Nebrija estimait que le castillan n’était que du « latin corrompu » : « De donde manifiestamente demostraremos que no es otra cosa la lengue castellana : sino latin corrompido » (Antonio de NEBRIJA, [1492], Gramática castellana, Miguel Angel ESPARZA, Ramón SARMIENTO (éd.), Fundación Antonio de Nebrija, 1992, p. 143). Jules César Scaliger (1484-1558) estime par exemple que le français, l’italien et l’espagnol sont des enfants illégitimes du latin : « An ignoras linguam vestram, quae nunc utimini, Latinae abortu esse, quemadmodum & Italica & Hispanica ? » (« Tu ignores donc que votre langue, que nous utilisons aujourd’hui, est un enfant illégitime de la langue latine, au même titre que la langue italienne et que la langue espagnole ? » ; Iulii Caesarii Scaligerii Espistola et Orationes, Hanoviae, Apud Guilielmum Antonium, 1603, p. 53). Cette citation, sous une forme altérée, reviendra dans toute la littérature sur les langues au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, et on la trouve encore dans l’article « Langue » de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, sous la plume de Nicolas Beauzée.

5 Voir Nella BIANCHI BENSIMON, Bernard DARBORD, Marie-Christine GÓMEZ-GÉRAUD (éd.), Le choix du vulgaire. Espagne, France, Italie (XIIIe-XVIIe siècle), Paris : Classiques-Garnier, 2015.

6 Par « génie de la langue », on entend généralement, chez les commentateurs français du XVIIe siècle, la caractérisation d’un ensembles de traits ou de qualités qui rendent un idiome spécifique par rapport aux autres. Le concept sera ensuite exporté en Europe, comme, en Espagne, sous le nom de Genio de la lengua ou indole de la lengua, Voir Gilles SIOUFFI, Le « génie de la langue française à l’Age classique, Paris : Champion, 2010 ; id., « Le génie de la langue entre les langues », Littératures classiques, 96, 2018/2, p. 163-174 ; et id., « The political implications of the idea of ‘génie de la langue’ in the seventeenth and eighteenth centuries », in : SÁNCHEZ-SUMMERER, Karène FRIJHOFF, Willem FRIJHOFF (éd.), Linguistic and Cultural Foreign Policies of European States: 18th – 20th Centuries. Amsterdam : Amsterdam University Press, 2017, p. 179-197.

7 Voir le numéro de Henri BOYER, Jean PEYTARD (dir.), « Les représentations de la langue : approche sociolinguistique », Langue française, 85, 1990 ; Marinette MATTHEY (éd.), Les langues et leurs images, Neuchâtel & Lausanne : IRDP & Éditions L.E.P, 1997 ; et Maud DUBOIS, Alain KAMBER, Marinette MATTHEY, « L’image de langues. Vingt ans après », Cahiers de linguistique, Paris : L’Harmattan, 451, 2019, numéro qui rassemble les communications d’un colloque tenu à Neuchâtel en 2017.

8 Voir Évelyne ARGAUD, « Les enjeux des représentations des langues savantes et vulgaires en France et en Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Affirmer des prééminences et construire une hiérarchisation », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 43, 2009. [En ligne : https://journals.openedition.org/dhfles/815?lang=en].

9 Voir par exemple, pour le français, Anthony LODGE, Le français, histoire d’un dialecte devenu langue, Paris : Fayard, 1997.

10 Voir notamment Corrado VIOLA, Tradizione letterarie a confronto, Verona : Fiorini, 2001.

11 Conrad GESSNER, Mithridate (Mithridates, 1555), Bernard COLOMBAT et Manfred PETERS (éd.), Genève : Droz, 2009, p. 212.

12 Le motif de la diversité est ambigu au XVIe siècle, dans la mesure où, imputé à Babel, il peut être marqué, dans une optique religieuse, d’une couleur négative. Chez Bovelles, en revanche, la diversité des parlers (il emploie le terme latin sermones) est constitutive de la langue à laquelle il s’intéresse, le français, et reflète une diversité culturelle.

13 Voir Daniel DROIXHE, La linguistique et l’appel à l’histoire (1600-1800), Genève : Droz, 1978.

14 Etienne PASQUIER, Les Recherches de la France, Paris : Martin Colet, 1633, livre VIII, p. 673.

15 Voir Roland BÉHAR, Mercedes BLANCO, Jochen HAFNER (éd.), Villes à la croisée des langues (XVIe-XVIIe siècles), Genève : Droz, 2018.

16 Voir Jules MATHOREZ, « Les Espagnols et la crise nationale française à la fin du XVIe siècle », Bulletin Hispanique, 18 (2), 1916, p. 86-113.

17 Voir Alain REY, Gilles SIOUFFI et Frédéric DUVAL, Mille ans de langue française : histoire d’une passion, Paris : Perrin 2007 ; version abrégée parue dans la collection “Tempus” (poche) en 2011.

18 L’œuvre, qui date de 1559, fut traduite une première fois par Nicolas Collin en 1578 (Les sept livres de la Diana de G. de Montemayor, esquels par plusieurs plaisantes histoires sont descritz les variables et estranges effets de l’honneste amour, Reims, J. de Foigny, 1578), puis souvent retraduite, ainsi que ses continuations.

19 Le thème est repéré depuis longtemps, et il existe une abondante bibliographie sur le sujet. Mentionnons seulement comme jalons Philarète CHASLES, Études sur l’Espagne et sur l’influence de la littérature espagnole en France et en Italie, Paris : Amyot, 1847 ; Gustave LANSON, « Études sur les rapports de la littérature française et de la littérature espagnole au XVIIsiècle (1600-1660)”, RHLF, 3, 1896, p. 45-70 ; Charles MAZOUER (éd.), L’ âge d’or de l’influence espagnole : la France et l’Espagne a l’époque d’Anne d’Autriche 1615-1666, Mont-de-Marsan : Éditions Interuniversitaires, 1991 ; la thèse de Liliane Picciola sur Corneille : Liliane PICCIOLA, Corneille et la dramaturgie espagnole, Tübingen : Gunter Narr, 2002.

20 Ferdinand BRUNOT, Histoire de la Langue Française, Paris : Armand Colin, 1966, tome III, p. 84.

21 LIANO O LEDEL, Vocabulario de las vocablos que mas comunente se suelen usar, puestos por orden del Abecedario en frances y su declaracion en espanol. El estilo de escrivir hablar y pronunciar las dos lenguas, el frances en Castellano y el Castellano en frances, Alcala : Fr. de Cormellas y Pedro de Robles, 1565.

22 Voir L’Anti-espagnol (1592), texte anonyme attribué à Michel Hurault.

23 Roger LATHUILIERE, La préciosité. Etude historique et linguistique, Genève : Droz, 1969, p. 273.

24 F. BRUNOT, op. cit., 3, p. 222. Le terme n’a pas été trouvé par nous dans des textes d’époque.

25 Voir la Grammaire espagnolle expliquée en françois par Cesar Oudin, secretaire interprete du roy, Paris : Orry, 1597 ; voir aussi le Marc ZUILI (éd.), Tesoro de las dos lenguas española y francesa. Tresor des deux langues françoise et espagnolle [1607], 2016, Paris : Honoré Champion, 2 tomes, 2016.

26 Nicolas CHARPENTIER [1597], Parfaicte Methode pour Entendre, Escrire, et parler la langue espagnolle, Paris : Lucas Breyel. Mais Pierre de l’Estoile, dans son journal, nous apprend que Charpentier fut soupçonné d’avoir participé à un complot en faveur de l’Espagne, et qu’il fut roué en 1597 (voir Dominique de COURCELLES, Traduire et adapter à la Renaissance, Paris : École et rencontres de l’École des Chartes, 1998, p. 112).

27 Novvelle methode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole, Paris : Pierre le Petit, 1660.

28 Antonio de NEBRIJA, [1492], op. cit., p. 99 : « Il y a une chose que je tiens pour très assurée : la langue a toujours accompagné la puissance ».

29 Ibid., p. 107 : « Après que Votre Majesté a soumis de nombreux peuples et nations de langues étrangères contraints de recevoir les lois que le vainqueur impose au vaincu ainsi que sa langue, mon travail pourrait alors la leur faire connaître ».

30 J. MATHOREZ, op. cit., p. 86.

31 Rafael LAPESA, Historia de la lengua espanola, Madrid : Gredos, 1942, p. 297 : « De cette manière, l’espagnol en vint à être proclamé langue internationale » : « L’impérialisme linguistique, uni, comme chez Nebrija, à l’impérialisme politique, a trouvé d’autres horizons d’universalité ».

32 Sperone SPERONI, Dialogo delle lingue, in Dialoghi, Venegia :i n casa de figluioli di Aldo Manuzio, 1542.

33 Voir Benedict ANDERSON, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Pierre-Emmanuel DAUZAT (trad.), Paris : La Découverte, 1996.

34 D. BOUHOURS, op. cit., p. 105.

35 Ibid., p. 123. La source de l’anecdote est non identifiée.

36 Voir Gilles SIOUFFI, « De l'« universalité » européenne du français au XVIIIe siècle : retour sur les représentations et les réalités », Langue française, 3 (167), 2010, p. 13-29.

37 D. BOUHOURS, op. cit., p. 105.

38 Morvan de BELLEGARDE, Modelles de conversation pour les personnes polies [1697], Amsterdam : Schelte, 1709, p. 283

39 Voir Jean-Pierre DEDIEU, « Comment l’état forge la nation. L’« Espagne » du XVIe siècle au début du XIXsiècle », in : Alain TALLON (dir)., Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux XVIet XVIIe siècles, Madrid : Casa de Velázquez, 2007. Il convient de consulter particulièrement les pages 64-65.

40 Voir Jean-Frédéric SCHAUB, La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris : Le Seuil, 2014.

41 Voir Brigitte LEPINETTE, « L’espagnol et Covarrubias dans Les Origines de la langue françoise de Gilles Ménage », in : Estudios dedicados al Pr. Benlloch Zimmermann, Valencia : Publicaciones de la Universidad de Valencia, 1988, p. 225-231 ; et Juan GARCIA BASCUÑANA, « Gilles Ménage et l’Espagne », Littératures classiques, 88 (3), 2015, p. 203-213.

42 Nouvelles remarques de M. de Vaugelas sur la langue françoise Ouvrage posthume. Avec des Observations de M.***** Avocat au Parlement [Louis-Augustin Alemand], Paris, 1690, p. 402-403.

43 Voir Gilles SIOUFFI, « Le théâtre des langues : parole et imaginaire des parlers dans le théâtre et les entrées royales entre 1550 et 1650 », in : Bénédicte LOUVAT-MOLOZAY, Littératures classiques, 87, « Français et langues de France dans le théâtre du XVIIe siècle », 2015, p. 17-32.

44 Nouvelle methode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole [1660], Paris : Denys Thierry, 1681, épitre non paginée. Les citations qui suivent, extraites de la préface, ne sont pas non plus paginées.

45 G. SIOUFFI, « Le “génie de la langue française” à l'Âge classique, Etudes sur les structures imaginaires de la description linguistique », Bibliothèque de Grammaire et de Linguistique, 33, Paris : Champion, 2010.

46 D. BOUHOURS, op. cit., p. 106.

47 Ibid., p. 107.

48 Ibid., p. 113.

49 Ibid.

50 Ibid., p. 109.

51 Ibid., p. 112.

52 Voir François CHARPENTIER, Deffense de la langue françoise, pour l’inscription de l’Arc de Triomphe dédiée au Roy. Paris : Claude Barbin, 1676 ; et De l’excellence de la langue françoise, Paris : Bilaine, 1683, 2 volumes.

53 Antoine FURETIÈRE [1690], 1978, Dictionnaire universel, Paris : Le Robert, 1978.

54 Antoine FURETIÈRE, Dictionnaire universel, seconde édition revuë, corrigée & augmentée par Basnage de Bauval, La Haye et Rotterdam : Arnout et Reinier Leers, 1701.

55 Voir C. VIOLA, op. cit., qui se concentre surtout sur le volet italien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Siouffi, « L’image politique de l’espagnol en France au XVIIe siècle », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41374

Haut de page

Auteur

Gilles Siouffi

Sorbonne Université, laboratoire S.T.I.H.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search