Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Langue, savoir et pouvoir dans l’...VariaLe choix des mots : des néologism...

Langue, savoir et pouvoir dans l’Espagne classique
Varia

Le choix des mots : des néologismes lexicaux en espagnol et des rapports entre savoir et pouvoir

Pascal Treinsoutrot

Résumés

Ce texte propose une réflexion sur la question de la néologie et, plus particulièrement, des néologismes lexicaux en espagnol. Cette réflexion s'organise à partir de l'analyse des contraintes systémiques liées à la langue. Ce travail se poursuit par une évaluation des différentes formes de créations en contexte (discours écrit ou oral). Il s'agit de les considérer sous l'angle de l'acceptabilité que les sujets parlants peuvent leur octroyer. Cette acceptabilité repose sur des critères qui ne sont pas strictement linguistiques. L'étude se fonde sur des termes collectés dans différents énoncés effectivement réalisés par des sujets parlants. Elle tente de mettre en avant le poids d'une subjectivité épilinguistique dans le processus de validation d'un terme, validation qui ne se limite pas au néologisme produit mais semble également reposer sur la prise en compte du sujet parlant ayant produit le terme nouveau.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain REY, « Un texte compromettant : le dictionnaire », Critique, Paris : Éditions de Minuit, 1970 (...)

1C’est par une citation du linguiste Alain Rey que je commencerai mon propos : « Tout dictionnaire de langue est dictionnaire des mots reçus, il est aussi dictionnaire des idées reçues »1. Certes, la potentialité d’un mot à s’intégrer dans le lexique réside dans le respect de règles liées aux dimensions morpho-phonologique et syntaxiques de la langue. Toutefois, ces dimensions ne doivent pas conduire à une décontextualisation historique et sociologique. En effet, la décontextualisation, permet de rendre artificiellement légitime l'usage d'une langue en en masquant l'essentiel : un cadre normatif régi par des rapports de domination et marquant (marqué par) l'exercice d'un pouvoir. Le savoir ou, du moins, ce qui est déclaré comme tel, nécessite ainsi une validation.

  • 2 José Antonio PASCUAL, El placer y el riesgo de elegir, Salamanca : Universidad de Salamanca, 1996, (...)

2Au travers de quelques exemples tirés du lexique, je propose de mettre en évidence les contraintes liées à la création et à l'usage d'un mot afin de tenter de comprendre ce qui en motive le choix. Ces contraintes sont en premier lieu d'ordre structurel. Cette dimension endogène de l'exercice d'un pouvoir systémique s'accompagne de forces exogènes, le très englobant « critère d'autorité »2, concept que j'emprunte à José Antonio Pascual et sur lequel je reviendrai. Un critère décrit également par le sociologue Pierre Bourdieu :

  • 3 Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir symbolique, Paris : Fayard, 2001, p. 76.

Cette production d’instruments de production tels que les figures de mots et de pensée, les genres, les manières ou les styles légitimes, et, plus généralement, tous les discours voués à « faire autorité » et à être cités en exemple du « bon usage » confère à celui qui l’exerce un pouvoir sur la langue et par là sur les simples utilisateurs de la langue et aussi sur leur capital3.

3Pour ce faire, j'ai choisi d'examiner les rapports entre langue, pouvoir et savoir sous trois aspects. Tout d'abord, la langue et le pouvoir endogène, les règles structurelles. Puis, dans un deuxième temps, langue et pouvoir exogène, re-contextualisation et taxinomie sociolinguistique. Enfin, j'aborderai l'hypothèse de l'irruption du sujet parlant dans le jugement sur sa production réalisée.

Langue et pouvoir endogène, les règles structurelles

  • 4 Ferdinand de SAUSSURE, Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 1995, p. 25-27.
  • 5 Bernard GARDIN, « La néologie, aspects sociolinguistiques », Langages, 36, Paris : Larousse, 1974, (...)
  • 6 Ludwig WITTGENSTEIN, Le Cahier bleu et le cahier brun, Paris : Gallimard,1996, p. 70.
  • 7 Louis GUILBERT, La créativité lexicale, Paris : Larousse, 1967, p. 180.
  • 8 Loc. cit.

4Les règles structurelles permettent de répondre aux tensions entre pérennité du système et évolution de ses éléments constitutifs. Si, comme l'écrit Ferdinand de Saussure, « la langue est sociale », qu'elle est « un ensemble de conventions nécessaires » permettant « l'exercice de cette faculté (qu'est le langage) chez les individus » alors « c'est la langue qui fait l'unité du langage »4. Ce système doit être en mesure de conserver une certaine permanence homogénéisante offrant intelligibilité et cohérence des échanges entre les individus. L'explicitation du concept de langue développée dans le Cours relève selon Bernard Gardin, professeur des sciences du langage, d'un projet global, c'est-à-dire que le Cours lui-même « [valorise] des forces d'homogénéisation linguistique », c'est « un projet de reproduction linguistique »5. La langue fonctionnerait comme une entité homogénéisante s'inscrivant dans le temps. Les contraintes structurelles sont constitutives d'un projet, d'un processus d'unification et de généralisation des pratiques. Et, peut-être, s'accompagne-t-elle également, comme le déclarait le philosophe et mathématicien Ludwig Wittgenstein, d'un « mépris pour les cas particuliers »6. Tout d'abord, j'ai observé quelques termes en réutilisant la classification opérée par le linguiste Louis Guilbert qui parle de « tripartition formelle » et qu'il décompose en « entrée lexicale attestée […], possible mais non attestée […] et impossible »7. Cette tripartition est opérante pour mettre en relief les contraintes structurelles. Cependant, Guilbert ajoute que « les manques ou les impossibilités de création sont aussi des éléments de la structuration »8. En quelque sorte « manques et impossibilités » consolident et réaffirment en creux la cohérence et la validité du cadre imposé.

Entrée lexicale attestée

5Comme cela a été précisé, les premières contraintes systémiques se manifestent sur le plan morphologique et phonologique. Il y a notamment, des règles de combinaison à respecter, comme par exemple entre le radical et le suffixe. Certains verbes base n’admettent pas d’autres suffixations que celles déjà utilisées en latin :

  • 9 Jesús PENA, La derivación en español : verbos derivados y sustantivos verbales, Santiago de Compost (...)

[…] -ción- se expande sobre las dos clases de verbos cultos : -ific-a- (lat. (i)-fic-ā- ) e -iz-a- (lat. -iz-ā-). Ya en latín, -tiōn- se desarrolla ampliamente sobre la clase de verbos en -fic-ā-, clase en la que no admite la competencia de otro sufijo, lo mismo que en español. […] [-ción] no se extiende sobre los verbos en -e-a- y -ec-e-9.

  • 10 L. GUILBERT, op. cit. p. 190.
  • 11 Jean-Claude CHEVALIER, Michel LAUNAY, Maurice MOLHO, « La raison du signifiant », Modèles linguisti (...)
  • 12 Real Academia Española, Diccionario de la lengua española, 2 vol., 22e éd., Madrid:  Espasa-Calpe, (...)

6C'est d'ailleurs ce que constate Louis Guilbert en évoquant des liaisons qui ne se font pas entre « l’opérateur » et la « base »10. Maintenant, je vais évoquer ici la paire paronymique entretenimiento/entretención. J'utilise la notion de paronymie telle qu’elle a été redéfinie par le groupe MOLACHE11, comme étant des ressemblances non accidentelles et non dépourvues de signification. Ces substantifs sont attestés dès 1530 pour entretenimiento et en 1840 pour entretención. Les deux termes sont répertoriés dans le dictionnaire mais le second est accompagné de la mention « Hispano América »12. Ils continuent de prospérer indépendamment l'un de l'autre mais la fréquence du premier est largement supérieur à celle du second. Depuis le XIXsiècle, il s’agit d’une concurrence toute théorique puisque selon le dictionnaire, entretención limiterait son influence à la zone américaine. Ce classement en tant qu’américanisme situe géographiquement son origine et possiblement ses utilisateurs. Néanmoins, la variation diatopique enregistrée par le dictionnaire marque la distinction entre divers usages classés sur une aire géographique. Pour cela, doit-on en conclure que ce terme se cantonnera toujours à cet espace et à ces locuteurs ? Rien n'est moins sûr.

Entrée lexicale possible mais non attestée

  • 13 L. Guilbert, op. cit. p. 177.
  • 14 Joan COROMINAS, José Antonio PASCUAL, Diccionario etimológico castellano e hispánico, 6 vol., Madri (...)
  • 15 Salvador FERNÁNDEZ RAMÍREZ, La derivación nominal, Madrid : Boletín de la Real Academia Española, 1 (...)

7Toutes les possibilités ne sont pas réalisées mais certaines sont réalisables. C'est d'ailleurs ce qui se produit avec le concept de « paradigme en éventail »13 développé par Guilbert. Ce paradigme nécessite le passage répété par le verbe base. Je réutilise ici le cas du verbe nevar dont les dérivés attestés sont nevado et nevada et peut-être nevadilla14. En complétant ce paradigme, on ajoutera la capacité de produire à partir du verbe base, un autre dérivé suffixé en -ción. C'est une approche diachronique mais prospective en quelque sorte. Ce suffixe est morphologiquement possible pour créer des substantifs avec des verbes dont la voyelle thématique est -a-, comme le souligne le grammairien Salvador Fernández Ramírez dans son étude intitulée La derivación nominal : « Sufijo -ción. Aparece en muchos derivados de la conjugación en -ar, con el significado de nombres de acción »15. Dans l'ouvrage de Bernard Pottier et Manuel Alvar, Morfología histórica del español, les auteurs détaillent les résultats obtenus :

  • 16 Bernard POTTIER, Manuel ALVAR, Morfología histórica del español, Madrid : Gredos, 1983, p. 392.

[…] -ción es un sufijo que procede directamente del latín (< -tiōne) en palabras que son cultismos directos (decisión, edición, recepción) mientras que, en otros, se trata de incrementaciones hechas sobre bases ya románicas (beatificación, condensación, duración) o sobre calcos extranjeros (nominación)16.

8J'évoquerai plus loin le dérivé nevado mais pour le moment je propose d'envisager nevación. A priori, le système le permet mais cela ne suffit pas. En effectuant une recherche dans les dictionnaires unilingues, on ne note aucune entrée pour cette forme. Toutefois, on la trouve dans la bande son d'une vidéo tournée au Chili mais c'est sur un site argentin en ligne dispensant des conseils pour l'élevage de canaries de compétition et les soins à leur prodiguer, qu'il apparaît orthographié :

3º) Categoría: este es uno de los principales detalles que debemos observar « la nevación » tiene que tener aproximadamente 1mm., distribuida de forma pareja en todo el cuerpo. Intenso no debe tener ningún tipo de nevación en el cuerpo. Mosaico zonas de elección bien delimitadas y fuertemente pigmentadas17.

9Après l'usage, Il ne lui reste plus pour advenir pleinement que la reconnaissance des dictionnaires.

Entrée lexicale impossible

  • 18 L. GUILBERT, op. cit. p. 180.
  • 19 Instituto de Investigación Rafael Lapesa de la Real Academia Española, Corpus del Nuevo diccionario (...)

10Je reprends l'affirmation de Louis Guilbert : « les manques ou impossibilités participent de la structuration »18. On constate, par conséquent, que l'actualisation en discours (écrit ou oral) provoque des modifications conduisant à la création de couples de substantifs dont les morphologies sont très proches. Ce sont en quelque sorte des paronymes. On l'observe notamment avec le substantif madrastra (décomposable en madre et -astro suffixe issu de l'étymon latin -astrum) dont on retrouve la trace dans un document datant de 1194. Il est aussi répertorié dans le Nuevo Diccionario Histórico del Español19. Il faut ajouter que, dès le XIIIe siècle, on trouve la trace d'une morphologie quasi identique, madrasta, dans un texte de loi :

  • 20 ANÓNIMO, Fuero Juzgo, 1250-1260, Madison: Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1960, p. 19.

Que los fijos deuen fincar en poder del padre depués de la muerte de la madre, magar que ayan madrasta; & qué deue fazer el padre de las cosas de los fijos […]20.

  • 21 Bernard DARBORD, Bernard POTTIER, La langue espagnole. Éléments de grammaire historique, Paris : Na (...)

11Il est possible d'envisager que ce cas relève d'un processus de différenciation préventive impliquant la chute d'un phonème subséquent comme cela s'est produit pour le terme latin ARATRUM qui évoluera vers aradro puis arado21. Comme l'écrivent les deux auteurs :

  • 22 Ibid., p. 71.

[…] le sujet parlant [a pu], au moment de l'acte de parole, prononcer un son en pensant aux phonèmes à venir : ainsi l'ordre normal de l'articulation est souvent modifié par des assimilations, substitutions, interventions et dissimilations qui peuvent, peu à peu, s'imposer dans la langue22.

  • 23 Tomás CARRASQUILLA, La marquesa de Yolombó, Caracas : Biblioteca Ayacucho, 1928, p. 54.

12La concomitance des deux lexies est observable sur une période de plusieurs siècles. Ce n'est que dans un roman intitulé La marquesa de Yolombó23 publié en 1928 en Colombie que l'on trouve la dernière occurrence répertoriée de madrasta. Il y a effectivement transgression de certaines règles. Certes, celles-ci contribuent à la continuité et à la solidité structurelle de la langue, mais elles sont aussi perçues comme contraignantes :

  • 24 Emilio ALARCOC LLORACH, « Enseñar la gramática es inútil antes de los catorce años », El País, 11.0 (...)

Hay problemas del lenguaje […] que son producto del dogmatismo de los maestros tradicionales, que consideran que una construcción es incorrecta porque no se ajusta a como se decía en latín24.

13Par le biais de sa mise en discours, l’usager de la langue est susceptible d'ébranler le système en dépassant les limites fixées au développement. Seule l’acceptation ou non de sa création tient lieu de validation :

  • 25 L. GUILBERT, op. cit., p. 169.

[…] la diffusion, la mode peuvent créer des conditions spécifiques pour étendre l’emploi d’un suffixe et même enfreindre les règles fondamentales de la dérivation25.

14Dans la perspective d'une linguistique du signifiant, la persistance de madrasta interroge et devrait amener à sonder ce que ce terme est susceptible de déclarer singulièrement. Refus d'appartenir au paradigme en -astro, -astra et plutôt à celui de -ata (beata) ?

Langue et pouvoir exogène, re-contextualisation et taxinomie sociolinguistique

  • 26 Ibid., p. 15.

15Dans cette partie, il ne s'agit plus de comprendre les contraintes du système en lui-même mais de tenter de rendre compte de l'incidence des sujets parlants sur le système linguistique. La pérennité du système et, en conséquence, la stabilité indispensable à l'intelligibilité des échanges sont confrontées, selon Guilbert, aux « rythmes de l'évolution du monde, à la nécessité de la communication de toute expérience nouvelle »26. Les signes linguistiques doivent se référer à une représentation communément partagée par les sujets parlants. Les différentes réalisations ont exercé en retour une action sur ce système au point d'y apporter des modifications comme le rappelle Guilbert :

  • 27 Ibid., p. 179.

Les entrées lexicales qui appartiennent au lexique constitué ont été formées diachroniquement ou dans la synchronie contemporaine selon les aléas des motivations d'ordre historique, psychologique et sociologique, selon des impulsions extra-linguistiques ou selon les besoins d'expression des locuteurs divers27.

16On pourrait parler schématiquement d'approche sociolinguistique mais cette qualification semble véritablement redondante comme l'écrit Bernard Gardin à propos du concept de la langue tel que l'a défini Saussure :

  • 28 B. GARDIN, art. cit., p. 68.

[la formulation] « la langue est sociale » constituait chez Saussure une véritable tautologie : à la limite la langue est la société, la représentation collective essentielle qui fait de celle-ci un tout28.

17S'il n'est pas nécessaire de parler de sociolinguistique, on peut reprendre certains critères qui permettent de classer puis d'analyser la multiplicité des usages d'une langue. La réflexion se fonde sur les notions de variantes diatopique et diastratique.

Variation diatopique

18En espagnol, il existe le terme nevado réalisé à partir du verbe nevar. En ce qui concerne les dérivations obtenues en utilisant le verbe nevar, on trouve déjà la trace d'un substantif nevada dans un poème épique de Juan de Castellanos publié en 1589 :

  • 29 Juan de CASTELLANOS, Elegías de varones ilustres de Indias (1re éd. 1589), Madrid : Biblioteca de A (...)

Daban crüeles golpes y pesados;
Mas era tan espesa
la nevada
De flechas y de dardos afilados,
Que de la gente noble mas granada
Le mataron allí treinta soldados,
Y el Benito Velazquez todavía
Con supremo valor se defendia
29.

19Toutefois la morphologie nevada est plus prospère en tant qu'adjectif et notamment dans des syntagmes du type sierra nevada. Pour nevado, on constate, certes, son utilisation en tant qu'adjectif mais il est également répertorié comme substantif dans le dictionnaire en ligne de la Real Academia Española :

1. adj. Blanco como la nieve.

2. adj. Taurom. Dicho de una res: Que, siendo de color uniforme, tiene multitud de manchas blancas.

3. mArg., Bol., Chile, Col., Ec., Guat., Méx., Nic., Pan., Perú, P. Rico, R. Dom. y Ven. Montaña cubierta de nieves perpetuas30.

20C'est dans un roman publié en 1879 en Équateur, Cumandá o un drama entre salvajes, que l'on identifie sa première utilisation comme substantif. En contexte, il est un équivalent du syntagme sierra nevada :

  • 31 Juan LEÓN MERA, Cumandá o un drama entre salvajes (1re éd.1879), Madrid : Cátedra, 1998, p. 126.

Las dos cadenas de los Andes se abaten algún tanto y se alejan una de otra, como para dejar que los astros bañen sin estorbo con torrentes de luz la tierra en que otro tiempo tuvieron altares y numerosos adoradores. Cíñenla extensos nevados […]31.

  • 32 Michel LAUNAY, « Effet de sens : produit de quoi ? », Langages, 82, Paris : Larousse, 1986, p. 13-3 (...)

21Nevado reste pour le moment un américanisme. Seul le syntagme sierra nevada désigne le même référent mais à sa « manière »32. Pas véritablement de *nevación ni de *nevaje à l’horizon et encore moins de *nevadura. On ne peut que constater le difficile équilibre entre pérennité et changement. Il se fonde sur la déclaration de l’acceptabilité ou de la non-acceptabilité d’un terme. Dans cet équilibre se glisse le « conservatisme linguistique » défini par Louis Guilbert. Il frappe d’interdit certains néologismes au risque non seulement de ne pas tenir compte des évolutions mais également de scléroser le lexique :

  • 33 L. GUILBERT, op. cit., p. 50.

Toute l’idéologie du conservatisme linguistique consiste à postuler dans le lexique la prééminence de ce qui a été au détriment de ce qui se crée33.

22Comme je l'indiquais plus haut, nevado reste également, pour le moment, un américanisme. Pour une fois qu’une morphologie du participe passé n’a pas de concurrent direct, elle ne réussit pas à s’extraire de ses limites géographiques.

Variation diastratique : morado et clonaje, du sociolecte (langue familière, argotique) au technolecte

  • 34 Julia SANMARTÍN SAEZ, Diccionario de argot, Madrid : Espasa, 1999, p. 577.
  • 35 María MOLINER, Diccionario del uso del español, 2 vol., Madrid : Gredos, 1998, 2, p. 388.
  • 36 Pascal TREINSOUTROT, « De l'hypothèse d'un néologisme possible en langue à son utilisation en disco (...)

23Des substantifs vivent et perdurent dans le langage sans qu’ils aient été officialisés en tant que substantifs de langue. C’est notamment le cas du vocable morado. Admis comme substantif de couleur et bien entendu comme adjectif, il a poursuivi, jusqu’à présent, une existence parallèle dans l’usage qui en est fait par les hispanophones de la péninsule ibérique. Désignant la marque laissée par un coup, il s’utilise comme un synonyme de cardenal ou de moratón, termes plus familiers. Néanmoins, on observe que son existence n’était attestée, durant une longue période, que par un dictionnaire d’argot : « morado, da. 1. m. Moratón. Zona amoratada, resultado de un golpe »34. C’est à partir de la parution de la deuxième édition du dictionnaire María Moliner que l’on trouve morado répertorié pour la première fois dans un dictionnaire général : « morado, -da […] (inf.) m. Moradura »35. Il n'y a pas de preuve tangible qui permette de dater l'usage de cette analogie métonimique du substantif morado (de la gamme chromatique à la marque violacée d'un coup porté) mais mon postulat est qu'il existe une certaine concomitance. Il y a quelques années j'avais envisagé l'existence de clonaje36 qui demeurera longtemps absent statutairement des dictionnaires en dépit de l'émergence de son utilisation quelques années après ce qui fut un pari sur un possible néologisme. Il y a peu, il a fait son entrée dans le dictionnaire.

L'irruption du sujet parlant

  • 37 Tullio DE MAURO, L' Italia delle Italie, Rome : Editori Riuniti, 1987, p. 23.

24La typologie des discours permet de mettre en avant ce que Tullio de Mauro appelait le « plurilinguisme interne à une langue »37. Ce plurilinguisme est constitué de variations diastratiques, diatopiques et diachroniques. Toutefois la potentialité d’un mot à s’intégrer dans le lexique réside aussi dans la validation qui lui est conférée. Celle-ci est octroyée par les représentants de la norme. Ce sont notamment le dictionnaire, les auteurs, les penseurs et, dans une certaine mesure, les moyens de communication. Il s’établit entre l’usage de la langue et ces « législateurs », un rapport mêlé de réciprocité et d’interdépendance. Tout ceci conditionne également, par voie de conséquence, la délimitation et la limitation des contributeurs possibles. C'est ce que décrit abruptement Louis-Jean Calvet :

  • 38 Louis-Jean CALVET, « Les politiques sont plurilingues : ils parlent le français, la langue de bois, (...)

Quand le petit Robert introduit le mot « essencerie » – qui signifie station-service, au Sénégal –, ce sont les académiciens à Paris qui décident, on ne demande pas leur avis aux Sénégalais38.

  • 39 Bernard POTTIER, Sémantique générale, Paris : PUF, 1992, p. 24.
  • 40 Francis TOLLIS, « Michel Launay et ses exigences d’opérativité théorique : du silence à la parole » (...)

25À la suite, j'envisage deux sous-parties pour nourrir ce projet spéculatif. Pour cela j'emprunte à Bernard Pottier la notion d'échonymie39 pour intituler ma première sous-partie : le mot (→l'habit) fait-il le moine ? La seconde sous-partie, reprend la notion d'idiolangue40 de notre collègue Francis Tollis. Elle a pour titre : de l'idiolangue à l'hapax : la tour de Babel ?

Le mot fait-il le moine ?

26Pour aborder ce point du glissement de l'évaluation du discours réalisé, identification d'un idiolecte, à celle de l'utilisateur qui l'a produit, je me sers de la notion de « critère d'autorité » identifié par José Antonio Pascual.

  • 41 C'est nous qui soulignons.
  • 42 José Antonio PASCUAL, El placer y el riesgo de elegir, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1996, (...)

[…] los hablantes solemos poner nuestro punto de mira en el criterio de autoridad41 de quién ha usado esa voz : pues, con razón o sin ella, no es lo mismo habérsela oído a un insufrible presentador de un reality show que a un buen novelista42.

  • 43 L. Wittgenstein, op. cit., p. 68.

27On observe, comme l'écrit encore Wittgenstein, ce « constant désir de généralisation »43. On retrouve cette tentation dans un double mouvement de réassignation identitaire et d'essentialisation. En résumé, nous sommes ce que nous disons et ce que nous disons c'est nous, cela nous définit :

« Le boxeur, la vidéo qu'il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d'extrême gauche. Ça se voit ! », se dit-il [Emmanuel Macron] persuadé, invoquant… le vocabulaire de l'intéressé. « Le type, il n'a pas les mots d'un Gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan »44.

28À quoi peut correspondre un boxeur gitan en termes de typologie ? Comment cette synthèse réduite à deux paramètres (boxeur et gitan) pourrait-elle permettrait d'identifier sans amalgamer ? En conséquence, il paraît impossible d'ébaucher une catégorisation des mots que l'on pourrait prêter à cet hypothétique groupe : « boxeur gitan ». Le critère d'autorité témoigne implicitement du basculement de l'épilinguistique du discours vers ce qui semble être une sorte de portrait-robot du sujet parlant. Et tout le monde est susceptible de céder à la tentation de ce basculement :

  • 45 C'est nous qui soulignons.
  • 46 P. Bourdieu, op. cit., p. 15.

En effet, aussi longtemps que [les linguistes] ignorent la limite qui est constitutive de leur science, ils n’ont d’autre choix que de chercher désespérément dans la langue ce qui est inscrit dans les relations sociales où elle fonctionne, ou de faire de la sociologie sans le savoir45, c’est-à-dire avec le danger de découvrir dans la grammaire même, ce que la sociologie spontanée du linguiste y a inconsciemment importé46.

29Sans revenir sur l’ensemble de l’analyse, je souhaitais simplement indiquer que si le sociologue a pu mettre en garde contre le fait que certains linguistes puissent « faire de la sociologie sans le savoir », d’autres comme Louis-Jean Calvet prennent toute la mesure de la dimension « sociale » de la langue :

  • 47 L.-J.,Calvet, « Bourdieu et la langue », L'oeuvre de Pierre Bourdieu. Sociologie, Bilan critique, H (...)

Pour quelqu’un qui, comme moi, considère que si la langue est un « fait social » (comme tout le monde le répète, sans en tirer de conséquences théoriques et heuristiques), alors la linguistique ne peut être qu’une science sociale (ce qui rend inutile l’idée de sociolinguistique) […]. Les notions de langue légitime, de marché linguistique, de violence symbolique que Bourdieu a mises à notre disposition n’ont pas fini de nous servir. […] La linguistique peine à évaluer son histoire. Elle s’en tient trop souvent à la description des régularités internes des langues, à un travail de mécanicien, sans s’aventurer sur le terrain des effets sociaux de la langue. Pour sortir de son héritage structuraliste, de cette approche « consonne-voyelle » qui la limite à une approche formelle, il lui faudra lire et relire Pierre Bourdieu, comme il lui faudra aller voir du côté d’autres sciences humaines47.

De l'idiolangue à l'hapax : la tour de Babel ?

30Derrière les mots, trouve-t-on le sujet ? Il est concevable de considérer que chaque signe actualisé ne relève, en fin de compte, que d’un processus proche de l’hapax. Cette hypothèse fait penser à l’idiolangue décrite par Francis Tollis :

  • 48 F. TOLLIS, art. cit., p. 319.

[…] si le langage est un remarquable moyen de communication dans chaque système idiomatique il convient plutôt de voir un ensemble d’instruments permettant à l’homme non pas tant de parler à ses semblables de son environnement mondain que de ses propres réactions face à lui. En effet, leur relative économie n’empêche pas l’« égocentrisme » terriblement diversificateur de leur pratique, puisque chacun de nous ne parlerait jamais vraiment des choses, mais de lui-même, ou plutôt de ce qu’il fait48.

31Comme je l'écrivais dans un article antérieur :

  • 49 François RASTIER, « Dalla significazione al senso : per una semiotica senza ontología », in: Pierlu (...)
  • 50 P. Treinsoutrot, « L'hypothèse d'un signifié en puissance : llamada, llamado, llamamiento », Estudi (...)

En allant voir du côté d’autres sciences humaines, cette approche des rapports entre système et utilisateurs peut être pensée comme un flux continu de rapports conditionnants et conditionnés entre langue et discours. Ce dernier, par exemple, offrant une infinité de contextes réalisés et/ou réalisables sur le mode d’une perpétuelle « antanaclase »49 50.

  • 51 M. Launay, « Note sur le dogme de l’arbitraire du signe et ses possibles motivations idéologiques » (...)
  • 52 Mikkel BORCH-JACOBSEN, Lacan. Le maître absolu, Paris : Champs Flammarion, 1995, p. 222.

32Je mettais alors en avant que ces réalisations fournissaient des possibilités sans cesse renouvelées de l’usage d’un terme. Il n'y aurait pas de raison, a priori, de se limiter à une seule option. Il conviendrait de s’interroger sur ce que sont susceptibles de révéler le jeu de la lallation, le symptôme clinique de la glossolalie ainsi que le lapsus et autre mot d’esprit. Une langue dont la pratique ludique, si on écarte le pathologique ou le fautif, permet de mettre en évidence la capacité du signifiant à « parler par lui-même »51. Jacques Lacan, quant à lui, évoque à propos du sujet parlant ce « langage qui le parle plutôt qu'il ne le parle »52.

33En résumé, le choix des mots et en particulier la production de mots nouveaux ne ressortissent pas seulement aux seules règles morpho-phonologiques. La création de mots nouveaux est tributaire également d’une évaluation statutaire des producteurs de ces formes. À ce titre, sans revenir sur l'ensemble des exemples évoqués précédemment, on peut comparer le destin de lexies comme clonaje et morado. L'une et l'autre sont morphologiquement, phonologiquement viables et réalisables sans conteste au plan phonétique mais ce ne sont pas tant les normes linguistiques qui prévalent dans l'examen de leur destinée respective. Au-delà de l’intelligibilité de la langue et de sa pérennité, les exemples de clonaje et morado tendent à prouver qu'il existe d'autres forces qui régissent le système linguistique. Dans leur cas, il semble que des critères extra-linguistiques soient plus prégnants. Ces critères montrent l'exercice d'un pouvoir sur le devenir d'une langue. Autrement dit, outre l'impérieuse nécessité, que nous venons d'évoquer, de l’intelligibilité de la langue et de sa pérennité, il y a une dimension axiologique et idéologique qui doit être prise en compte :

  • 53 Georges DAVY, Eléments de sociologie, Paris : Vrin, 1950, p. 233.
  • 54 C'est nous qui soulignons.
  • 55 P. BOURDIEU, op. cit., p. 75.

Dans le processus qui conduit à l’élaboration, la légitimation et l’imposition d’une langue officielle, le système scolaire remplit une fonction déterminante : « Fabriquer les similitudes d’où résulte la communauté de conscience qui est le ciment de la nation ». Et Georges Davy53 poursuit avec une évocation de la fonction du maître d’école, maître à parler qui est, par la même, un maître à penser54 : « Il [l’instituteur] agit quotidiennement de par sa fonction sur la faculté d’expression de toute idée et de toute émotion : sur le langage. En apprenant aux enfants, qui ne le connaissent que bien confusément ou qui parlent même des dialectes ou des patois divers, la même langue, une, claire et fixée, il les incline déjà tout naturellement à voir et à sentir les choses de la même façon ; et il travaille à édifier la conscience commune de la nation »55.

34En fin de compte c'est l’énonciateur, et pour tout dire, le sujet en tant que tel qui est mis sur la sellette. On ne se contente pas de juger une production langagière, on juge, au-delà d’elle, l’individu qui en est à l’origine :

  • 56 F. TOLLIS, art. cit., p. 319.

[…] si grande que soit la part du fonctionnement de la langue qui échappe à la variation, il existe, dans l’ordre de la prononciation, du lexique et même de la grammaire, tout un ensemble de différences significativement associées à des différences sociales qui, négligeables aux yeux du linguiste, sont pertinentes du point de vue du sociologue parce qu’elles entrent dans un système d’oppositions linguistiques qui est la retraduction d’un système de différences sociales. Une sociologie structurale de la langue, instruite de Saussure mais construite contre l’abstraction qu’il opère, doit se donner pour objet la relation qui unit des systèmes structurés de différences linguistiques sociologiquement pertinentes et des systèmes également structurés de différences sociales56.

35Il ne s’agit pas de développer ici cette « sociologie structurale de la langue », mais simplement de reconnaître que cette dimension sociologique existe et imprègne sans conteste le système linguistique et les analyses qui en sont faites.

Conclusion partielle

  • 57 Édouard GLISSANT et Patrick CHAMOISEAU, Quant les murs tombent L’Identité Nationale hors-la-loi ?, (...)
  • 58 Ibid., p. 17.
  • 59 Antoine MEILLET, Linguistique historique et linguistique générale II, Paris : Klincksieck, 1936, p. (...)
  • 60 Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Paris : Gallimard, 1975, p. 318.
  • 61 Loc. cit.
  • 62 L.-J. CALVET, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris : Petite Bibliothèq (...)

36La langue est un pouvoir mais encore faudrait-il qu'il fût partagé. Sinon, comment dire, écrire, ressentir, exister tout simplement, dans « ces langues orgueilleuses dans leur a-part »57 ? Il est peut-être temps qu'adviennent, comme l'écrivent Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau, « des langues que nous aurons désirées »58. Si la langue est « une institution sociale »59, il faut veiller à ce que, comme de nombreuses institutions décrites par le philosophe Michel Foucault, elle ne contribue pas exclusivement à « l'entreprise d'orthopédie sociale »60 en se consacrant uniquement à « redresser »61 les discours et ceux qui les tiennent mais qu'elle n'oublie pas sa fonction première : « Les langues sont faites pour servir les êtres humains, et non pas l'inverse »62.

Haut de page

Notes

1 Alain REY, « Un texte compromettant : le dictionnaire », Critique, Paris : Éditions de Minuit, 1970, p. 273.

2 José Antonio PASCUAL, El placer y el riesgo de elegir, Salamanca : Universidad de Salamanca, 1996, p. 37.

3 Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir symbolique, Paris : Fayard, 2001, p. 76.

4 Ferdinand de SAUSSURE, Cours de linguistique générale, Paris : Payot, 1995, p. 25-27.

5 Bernard GARDIN, « La néologie, aspects sociolinguistiques », Langages, 36, Paris : Larousse, 1974, p. 67.

6 Ludwig WITTGENSTEIN, Le Cahier bleu et le cahier brun, Paris : Gallimard,1996, p. 70.

7 Louis GUILBERT, La créativité lexicale, Paris : Larousse, 1967, p. 180.

8 Loc. cit.

9 Jesús PENA, La derivación en español : verbos derivados y sustantivos verbales, Santiago de Compostela : Anexos de Verba, 1980, p. 161.

10 L. GUILBERT, op. cit. p. 190.

11 Jean-Claude CHEVALIER, Michel LAUNAY, Maurice MOLHO, « La raison du signifiant », Modèles linguistiques, 2, Lille : Presses Universitaires de Lille, 1984, p. 27-41, p. 28.

12 Real Academia Española, Diccionario de la lengua española, 2 vol., 22e éd., Madrid:  Espasa-Calpe, 2001, 1, p. 935.

13 L. Guilbert, op. cit. p. 177.

14 Joan COROMINAS, José Antonio PASCUAL, Diccionario etimológico castellano e hispánico, 6 vol., Madrid : Gredos, 1984-1991, 4, p. 227.

15 Salvador FERNÁNDEZ RAMÍREZ, La derivación nominal, Madrid : Boletín de la Real Academia Española, 1986, p. 79.

16 Bernard POTTIER, Manuel ALVAR, Morfología histórica del español, Madrid : Gredos, 1983, p. 392.

17 https://amarellus.wordpress.com/2008/11/13/a-b-c-para-la-cria-de-canarios/

18 L. GUILBERT, op. cit. p. 180.

19 Instituto de Investigación Rafael Lapesa de la Real Academia Española, Corpus del Nuevo diccionario histórico (CDH) [en línea: <http://web.frl.es/CNDHE>].

20 ANÓNIMO, Fuero Juzgo, 1250-1260, Madison: Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1960, p. 19.

21 Bernard DARBORD, Bernard POTTIER, La langue espagnole. Éléments de grammaire historique, Paris : Nathan, 1994, p. 73.

22 Ibid., p. 71.

23 Tomás CARRASQUILLA, La marquesa de Yolombó, Caracas : Biblioteca Ayacucho, 1928, p. 54.

24 Emilio ALARCOC LLORACH, « Enseñar la gramática es inútil antes de los catorce años », El País, 11.08.1996, p. 22-23, p. 23.

25 L. GUILBERT, op. cit., p. 169.

26 Ibid., p. 15.

27 Ibid., p. 179.

28 B. GARDIN, art. cit., p. 68.

29 Juan de CASTELLANOS, Elegías de varones ilustres de Indias (1re éd. 1589), Madrid : Biblioteca de Autores Españoles, 1847, p. 5.

30 https://dle.rae.es/?w=nevado

31 Juan LEÓN MERA, Cumandá o un drama entre salvajes (1re éd.1879), Madrid : Cátedra, 1998, p. 126.

32 Michel LAUNAY, « Effet de sens : produit de quoi ? », Langages, 82, Paris : Larousse, 1986, p. 13-38, p. 32.

33 L. GUILBERT, op. cit., p. 50.

34 Julia SANMARTÍN SAEZ, Diccionario de argot, Madrid : Espasa, 1999, p. 577.

35 María MOLINER, Diccionario del uso del español, 2 vol., Madrid : Gredos, 1998, 2, p. 388.

36 Pascal TREINSOUTROT, « De l'hypothèse d'un néologisme possible en langue à son utilisation en discours : réflexion diachronique autour du substantif clonaje » in: César GARCÍA DE LUCAS et Alexandra ODDO (coord.) Magister Dixit : mélanges offerts à Bernard Darbord par ses collègues et ses disciples, Nanterre : Publications du CRIIA, 2016, p. 175-192, p. 175.

37 Tullio DE MAURO, L' Italia delle Italie, Rome : Editori Riuniti, 1987, p. 23.

38 Louis-Jean CALVET, « Les politiques sont plurilingues : ils parlent le français, la langue de bois, la langue de pute, la langue de vipère… », / : http://www.telerama.fr/critiques/

39 Bernard POTTIER, Sémantique générale, Paris : PUF, 1992, p. 24.

40 Francis TOLLIS, « Michel Launay et ses exigences d’opérativité théorique : du silence à la parole » in : Gabrielle LE TALLEC-LLORET (éd.). Vues et contrevues, Limoges : Lambert-Lucas, 313-320. p. 313.

41 C'est nous qui soulignons.

42 José Antonio PASCUAL, El placer y el riesgo de elegir, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1996, p. 37.

43 L. Wittgenstein, op. cit., p. 68.

44 https://www.nouvelobs.com/politique/20190201.OBS9504/macron-a-propos-de-christophe-dettinger-il-a-ete-briefe-par-un-avocat-d-extreme-gauche-ca-se-voit.html

45 C'est nous qui soulignons.

46 P. Bourdieu, op. cit., p. 15.

47 L.-J.,Calvet, « Bourdieu et la langue », L'oeuvre de Pierre Bourdieu. Sociologie, Bilan critique, Héritage, Paris : Éditions Sciences Humaines, n° spécial, 2002, p. 58-61, p. 61.

48 F. TOLLIS, art. cit., p. 319.

49 François RASTIER, « Dalla significazione al senso : per una semiotica senza ontología », in: Pierluigi BASSO et Lucia CORRAIN (éds.), Eloquio del senso, Milan : Costa & Nolan, p. 213-240, p. 217

50 P. Treinsoutrot, « L'hypothèse d'un signifié en puissance : llamada, llamado, llamamiento », Estudios Románicos, 24, Murcia : Universidad de Murcia, 2015, p. 211-224, p. 224.

51 M. Launay, « Note sur le dogme de l’arbitraire du signe et ses possibles motivations idéologiques », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid : Casa de Velázquez, 33-2, p. 275-284, p. 283.

52 Mikkel BORCH-JACOBSEN, Lacan. Le maître absolu, Paris : Champs Flammarion, 1995, p. 222.

53 Georges DAVY, Eléments de sociologie, Paris : Vrin, 1950, p. 233.

54 C'est nous qui soulignons.

55 P. BOURDIEU, op. cit., p. 75.

56 F. TOLLIS, art. cit., p. 319.

57 Édouard GLISSANT et Patrick CHAMOISEAU, Quant les murs tombent L’Identité Nationale hors-la-loi ?, Paris : Éditions Galaade, 2007, p. 16.

58 Ibid., p. 17.

59 Antoine MEILLET, Linguistique historique et linguistique générale II, Paris : Klincksieck, 1936, p. 30.

60 Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Paris : Gallimard, 1975, p. 318.

61 Loc. cit.

62 L.-J. CALVET, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris : Petite Bibliothèque Payot, 1979, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Treinsoutrot, « Le choix des mots : des néologismes lexicaux en espagnol et des rapports entre savoir et pouvoir », e-Spania [En ligne], 40 | octobre 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/41465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.41465

Haut de page

Auteur

Pascal Treinsoutrot

Sorbonne Université- RELIR (CLEA EA 4083)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search