Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaDu nouveau sur le Paenitentiale s...

Varia

Du nouveau sur le Paenitentiale silense : chronologie de l’œuvre, contexte de production et histoire du manuscrit

Florian Gallon

Résumés

Depuis les travaux de Francis Bezler, on date habituellement le pénitentiel de Silos (Paenitentiale silense) du dernier tiers du XIe siècle. Plusieurs indices nouveaux ou négligés permettent à la fois de consolider et d’affiner cette chronologie : l’œuvre a dû être élaborée entre 1075-1080 et 1091, dans un contexte de réforme de l’Église. Cette datation amène à préciser aussi l’histoire de la seule copie conservée du pénitentiel, qui devait déjà se trouver à Silos au plus tard en 1091.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte a bénéficié de la relecture attentive et des conseils précieux de Gaelle Bosseman : qu’ell (...)
  • 2 Voir la synthèse, à bien des égards datée mais non renouvelée, de Cyrille VOGEL, Les « Libri paenit (...)
  • 3 Voir Francis BEZLER, Les pénitentiels espagnols : contribution à l’étude de la civilisation de l’Es (...)
  • 4 C. VOGEL, Les « Libri paenitentiales ».
  • 5 Textes édités par F. BEZLER, Paenitentialia et étudiés par id., Les pénitentiels ; id., « Pénitence (...)
  • 6 Vaste bibliographie dont on donnera seulement quelques jalons : Manuel C. DÍAZ Y DÍAZ, Las primeras (...)
  • 7 Voir les publications de cet auteur citées supra, n. 3 et 5.

1Les livrets pénitentiels1 constituent l’un des types documentaires les plus caractéristiques du haut Moyen Âge occidental, au sens où ils en sont une émanation originale, apparue dans les milieux monastiques irlandais avant de connaître sur le continent, à partir du VIIe siècle, la diffusion et le succès que l’on sait2. Parmi les textes du genre, le Paenitentiale silense n’est certainement ni le plus influent, ni le plus original : il est de composition tardive, n’est connu que par un manuscrit, emprunte assez largement à des modèles plus anciens et n’a pas inspiré de pénitentiels ultérieurs3. C’est néanmoins une œuvre bien connue des spécialistes du Moyen Âge hispanique, d’une part parce qu’il s’agit de l’un des trois seuls libri paenitentiales – au sens où les a définis Cyrille Vogel4 – que nous aient transmis les territoires chrétiens de la péninsule Ibérique5, d’autre part parce que son unique témoin manuscrit recèle dans ses marges les fameuses Glosas silenses, qui comptent – avec les Glosas emilianenses auxquelles elles sont étroitement liées – parmi les toutes premières traces écrites de la langue ibéro-romane6. Les travaux que Francis Bezler a consacrés au pénitentiel de Silos sont sans doute à bien des égards définitifs7. Plusieurs données nouvelles ou restées jusqu’à présent négligées apportent néanmoins un éclairage complémentaire sur l’histoire du Paenitentiale silense ; elles seront l’objet de la présente étude.

Une chronologie consolidée et affinée

Un terminus post quem ca 1075-1080 : arguments complémentaires

  • 8 Francis BEZLER, « De la date des gloses de Silos », Revista de filología española, 31 (3-4), 1991, (...)
  • 9 En faveur d’une datation plus haute : Claudo GARCÍA TURZA et Francisco Javier GARCÍA TURZA, « La da (...)
  • 10 Aucun des travaux cités à la note précédente ne fait cas de la date du Paenitentiale silense.
  • 11 Voir pour la chronologie la plus haute : C. VOGEL, Les « Libri paenitentiales », p. 79.
  • 12 F. BEZLER, « De la date des gloses » ; id., « Chronologie relative » ; id., Les pénitentiels, p. 17 (...)

2La chronologie du pénitentiel de Silos n’est pas un problème de pure érudition : elle détermine en bonne part la résolution d’une autre question qui a fait couler beaucoup d’encre, celle de la date des Glosas silenses. La plupart des études parues depuis les années 1990 se sont accordées à ne pas les faire remonter plus haut que les dernières décennies du XIe siècle8 ; une telle position prévaut aujourd’hui largement, mais elle ne fait toujours pas l’unanimité complète parmi les spécialistes9. La datation du pénitentiel de Silos fournit pourtant en ce sens un argument difficilement contestable que les derniers partisans d’une datation haute ont étonnamment négligé10. Alors que l’établissement de la chronologie de ce texte avait suscité des propositions très diverses, couvrant un spectre étendu entre la fin du VIIIe et la fin du XIe siècle11, les travaux de Francis Bezler ont permis d’établir de manière probante le milieu du XIe siècle comme un solide terminus post quem – l’auteur proposant même de fixer plus précisément la composition du pénitentiel dans les années 1060-106512.

  • 13 Il n’y est par exemple fait aucune allusion dans la dernière publication en date à traiter – de man (...)
  • 14 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 259-260, p. 42.
  • 15 Hélène SIRANTOINE, Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de León (IXe-XIIe(...)
  • 16 J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 131.
  • 17 Paenitentiale silense, éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 259-260, p. 42 ; Carlos PÉREZ GONZÁLEZ, «  (...)
  • 18 J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 131.

3Reprenant et complétant l’une des raisons avancées par F. Bezler, Hélène Sirantoine fournissait plus récemment un argument sérieux – mais passé curieusement inaperçu13 – pour repousser cette date-plancher d’une quinzaine d’années supplémentaires. Deux des derniers canons du pénitentiel décrivent en effet une société chrétienne dominée par un imperator14 ; ils doivent se faire l’écho de la titulature impériale revêtue, comme on le sait, par plusieurs rois castillano-léonais. Or H. Sirantoine a démontré que le premier souverain des territoires chrétiens de la péninsule Ibérique à s’être arrogé un tel titre est Alphonse VI de Castille-León (1065-1109), et qu’il ne l’a pas fait avant 1077 ou 1078. Ergo : le Paenitentiale silense n’a vraisemblablement pu être composé avant ces années15. Tout dernièrement, José Manuel Ruiz Asencio, Irene Ruiz Albi et Mauricio Herrero Jiménez ont prétendu récuser l’identification de l’imperator du Paenitentiale silense à l’imperator castillano-léonais : une telle mention relèverait d’un héritage carolingien16. C’est toutefois négliger un peu cavalièrement qu’aucune source n’a été identifiée pour les deux canons en question17, et que l’emprunt à un modèle franc resterait en l’espèce à démontrer tout entier. Les mêmes auteurs soulignent par ailleurs que la mention des amirates au sein de la nomenclature sociale donnée par les deux mêmes canons renvoie bien à un contexte hispanique du dernier tiers du XIe siècle18. On comprend alors mal pourquoi le même argument ne devrait pas s’appliquer à la figure de l’imperator, compte tenu de ce que l’on sait du développement d’un tel titre sous le règne d’Alphonse VI.

  • 19 Paenitentiale silense, éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 67, p. 23.
  • 20 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 145.
  • 21 Il s’agit d’une réalité historique parfaitement attestée : voir Fernando VIDAL CASTRO, « El cautivo (...)
  • 22 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 144, ne relève que deux commutations par rachat d’un captif dans le (...)

4Ajoutons un nouvel argument. Le canon 260 du pénitentiel accorde à cet imperator le droit de commuer son amende en libération d’un captif. Le canon 67 constituait déjà le rachat d’un prisonnier en une possible pénitence de substitution19. Or F. Bezler a montré qu’il s’agit là d’une « innovation de l’auteur du Silense » par rapport à sa source, sans doute « directement dictée par le contexte espagnol20 » en un temps où la guerre contre les musulmans entraînait un flux régulier de captures et de libérations de chrétiens21. Alors que le même canon se retrouve dans beaucoup de pénitentiels ultra-pyrénéens, aucun ne prévoit en effet de substituer la libération d’un prisonnier aux quarante jours de jeûne que tous prescrivent. La même conclusion doit valoir pour le canon 260, même si le rachat d’un captif a ici échappé à la sagacité de F. Bezler22 : on peut admettre qu’une telle préconisation y a été incluse par un auteur qui avait à l’esprit la situation géopolitique propre à la péninsule Ibérique ; il y aurait alors tout lieu de penser que l’évocation concomitante de l’imperator s’y référait pareillement. On retiendra donc comme valables et convaincants l’argument d’H. Sirantoine et la datation du pénitentiel qui s’ensuit : la composition de ce texte ne doit pas être antérieure aux années 1075-1080.

Un nouveau terminus ante quem : 18 avril 1091

  • 23 M. C. DÍAZ Y DÍAZ, Las primeras glosas, p. 32-33 ; id., Códices visigóticos en la monarquía leonesa(...)
  • 24 J. M. RUIZ ASENCIO, « Hacia una nueva visión », p. 113-115 ; id., « Códices pirenaicos », p 191-193 (...)
  • 25 Ann BOYLAN, Manuscript Illumination at Santo Domingo de Silos (Xth to XIIth Centuries), Ann Arbor : (...)
  • 26 A. BOYLAN, Manuscript Illumination, p. 136 ; M. C. VIVANCOS, Glosas y notas, p. 165.
  • 27 Sur cet homéliaire : Réginald GRÉGOIRE, Les homéliaires du Moyen Âge : inventaire et analyse des ma (...)
  • 28 Vaste bibliographie. On peut partir de Bernard F. REILLY (éd.), Santiago, Saint-Denis and Saint Pet (...)
  • 29 T. DESWARTE, Une Chrétienté romaine, p. 439-440.
  • 30 Ibid., p. 440-442.
  • 31 M. C. VIVANCOS, Glosas y notas, p. 164 ; id., « Las llamadas Glosas silenses », p. 61 ; J. M. RUIZ (...)

5La fixation d’un terminus ante quem à la fin du XIe siècle, communément admise, s’appuie quant à elle sur plusieurs raisons. La première est d’ordre paléographique. Selon Manuel Díaz y Díaz, la copie du pénitentiel (Londres, British Library, Add. Ms. 30853, fol. 309-324) a été exécutée dans une écriture wisigothique de la seconde moitié du XIe siècle23. José Manuel Ruiz Asencio et Miguel Vivancos ont par la suite précisé cette proposition pour situer la copie du pénitentiel à la fin du XIe siècle24. Une deuxième raison fondant à considérer que la copie du Silense ne pourrait être postérieure au XIe siècle serait de nature stylistique : d’après Ann Boylan, les enluminures du manuscrit qui nous a transmis le pénitentiel de Silos correspondraient à une manière de la fin du XIe siècle25. Un troisième argument, avancé par Ann Boylan et Miguel Vivancos26, tient au contenu du manuscrit, dont la première partie est occupée par un exemplaire des Homélies tolédanes prévu pour un usage liturgique dans le cadre du rite hispanique27. Or on sait que ce dernier fut remplacé par le rite romain dans le royaume de Castille-León en vertu d’un décret du concile réuni à Burgos en 1080 ou 108128. La mise en œuvre effective d’une telle réforme prit sans doute un peu de temps, mais il est établi qu’elle avait été introduite à Silos en 1088 au plus tard29. Dans ce contexte, la copie de livres relevant d’un rite devenu obsolète dut s’interrompre rapidement, même si Thomas Deswarte a montré que les moines de Silos avaient continué de consulter et d’annoter des manuscrits liturgiques de rite hispanique jusque dans le courant du XIIe siècle30. Comme les études les plus récentes tendent à prouver – contre l’opinion anciennement exprimée par Manuel C. Díaz y Díaz – que l’homéliaire et le pénitentiel de Silos font partie d’un manuscrit unitaire31, l’argument de la péremption liturgique, valable pour la première de ces deux œuvres, doit pouvoir s’appliquer aussi à la seconde qui lui est corrélée : l’une et l’autre pourraient difficilement avoir été copiées après la fin du XIe siècle.

  • 32 L’édition critique de ces textes, avec attribution du titre Miscellanea silensia, est actuellement (...)

6Sur la question du terminus ante quem, il est permis de livrer un nouvel éclairage : celui qu’apportent les Miscellanea silensia, un florilège constitué de vingt-trois courtes pièces à teneur pénitentielle et sotériologique, vraisemblablement composé au monastère de Silos entre le milieu du XIe siècle et 109132. L’un de ses derniers paragraphes présente un très net parallèle avec le texte du pénitentiel de Silos, signalé ci-dessous en caractères gras (fig. 1).

Figure 1. Un emprunt des Miscellanea silensia au Paenitentiale silense

  • 33 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 185-186, p. 35.
  • 34 Londres, British Library, Add Ms 11695, fol. 275. En attente de l’édition critique, on peut se repo (...)

Paenitentiale silense

Miscellanea silensia

Si quis in atrio ecclesie litem comiserit, CL flagella suscipiat. Et si gladium eduxerit, CC flagella suscipiat.

Si quis in terra sua basilicam fundaberit, nec audeat uindicare oblationem nec dextros eius, que sunt LXXII passos33.

ut quicumque christianus baselicam in terram suam fundauerit pro deuotione et oratio fidei christiane quicquid in ea monaci desumpta et oblatio populi colliguntur nichil sibi exinde laycus uindicet quod nec et de LXXa et IIos dextros quos in deuotione eclesie tradidit nec tollat nec deneget ; uolumtatem enim suam domum Dei edificabit et porta celi et paradisi construxit. Quod si fortasse uoluerit et fortia fecerit ante comite ciuitatis et episcopus prouintie ducenta flagella suscipiat34.

7À moins d’imaginer que les deux textes auraient puisé l’un et l’autre, dans un étroit laps de temps, à une tierce source commune mais perdue, on peut admettre que l’auteur du florilège connaissait le pénitentiel de Silos. L’hypothèse est d’autant plus vraisemblable que plusieurs autres passages des Miscellanea pourraient s’être aussi inspirés, quoique plus librement, du Paenitentiale silense (fig. 2).

Figure 2. Autres emprunts possibles des Miscellanea silensia au Paenitentiale silense

  • 35 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 209, p. 37.
  • 36 Ibid., c. 24, p. 19.
  • 37 Ibid., c. 221, p. 39.
  • 38 Londres, British Library, Add Ms 11695, fol. 272 ; M. C. VIVANCOS, « Consideraciones históricas », (...)
  • 39 Ibid., p. 48.
  • 40 Ibid., p. 48.

Paenitentiale silense

Miscellanea silensia

Si quis christanus de fructu suo primitias uel decimas non obtulerit domui dei fideliter, excomunicetur35

Qui pollutus sacrificium offert nesciens, XL dies peniteat36



Similiter ad Noe uel ad Moysen dominus sanguinem comedi prohibuit37

honoremus autem Deum de paupertate nostra dantes decimas nostras adque primitias38


Presbiter si se in adulterium animam polluerit et post errorem factum missas celebraberit super altare autem manus pollutas posuerit exilietur ab eclesia popularis
39

preceperat Dominus prius de Adam usque ad Noe carnem non comedere nec binum bibere40

  • 41 Description par John WILLIAMS, The Illustrated Beatus: A Corpus of the Illustrations of the Comment (...)
  • 42 Transcription par Agustín MILLARES CARLO, Corpus de códices visigóticos, Las Palmas de Gran Canaria (...)
  • 43 Ibid., p. 341.
  • 44 M. C. VIVANCOS, « De nuevo sobre la cronología », p. 315, donnait une fourchette un peu plus large  (...)

8Ces emprunts au pénitentiel de Silos, et surtout le premier signalé, sont l’une des raisons principales qui amènent à considérer que le florilège n’a pu être composé avant le dernier quart du XIe siècle. Mais sa dépendance à l’égard du Paenitentiale permet aussi, par ricochet, d’affiner la datation de ce dernier texte. Les Miscellanea figurent en effet au sein du Beatus de Silos, un manuscrit bien connu non seulement pour le soin extrême apporté à sa confection ou pour la qualité et la force expressive de ses nombreuses enluminures, mais aussi pour la richesse et la précision de ses six colophons, lesquels donnent accès comme rarement aux circonstances et aux conditions d’élaboration matérielle d’un manuscrit du Moyen Âge41. Le dernier d’entre eux fournit une indication chronologique très précise : le 18 avril 1091, le travail de copie s’achevait42. Or les analyses paléographiques ont permis d’établir que les Miscellanea ne forment pas une pièce rapportée, venue remplir ultérieurement quelques folios laissés en blanc : ces textes ont au contraire été copiés dans le même mouvement que ceux qui les précèdent, par le quatrième et dernier copiste du codex. Le colophon final, qui les suit de peu, est aussi de la même main43. On peut donc affirmer que ce florilège avait été couché sur le parchemin – et partant, composé – au plus tard le 18 avril 1091. On est dès lors fondé à énoncer un syllogisme élémentaire. Prémisse majeure : l’auteur des Miscellanea connaît et utilise le Paenitentiale silense. Prémisse mineure : les Miscellanea ont été élaborées au plus tard en 1091. Conclusion : le Paenitentiale silense n’a pu être lui-même écrit après 1091. L’apport des Miscellanea silensia concernant la datation du pénitentiel de Silos est donc modeste, mais il n’est pas tout à fait négligeable : il permet de donner à son terminus ante quem un ferme point d’ancrage et de fixer sa rédaction dans une fourchette chronologique resserrée à une dizaine ou une quinzaine d’années, entre 1075-1080 et 109144.

Un contexte de réforme

  • 45 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 24 ; id., « Pénitence chrétienne et or musulman », p. 102-103.
  • 46 M. C. VIVANCOS, « De nuevo sobre la cronología », p. 315 ; id., « Las llamadas Glosas silenses », p (...)

9F. Bezler estimait – mais sans développer son argumentation sur ce point – que la composition du pénitentiel devait s’entendre dans le contexte d’une politique de réforme morale du clergé mise en œuvre par le roi Ferdinand Ier, notamment par la convocation du concile de Coyanza en 105545. Quelques années plus tard, Miguel Vivancos prolongeait et confortait l’intuition de F. Bezler. Le canon 209 du Silense prescrit en effet l’excommunication pour tout chrétien qui aurait négligé d’offrir à une église les dîmes et les prémices de ses récoltes. En péninsule Ibérique, les premières mentions authentiques de cette forme d’imposition ne sont pas antérieures aux années 1060. Leur apparition dans la documentation – et notamment dans le pénitentiel de Silos – pourrait donc être comprise comme la manifestation des réformes alors à l’œuvre46.

  • 47 Voir en dernier lieu sur ce problème discuté Amancio ISLA FREZ, Memoria, culto y monarquía hispánic (...)
  • 48 F. BEZLER, Paenitentialia, p. 35. La même source est donnée par C. PÉREZ GONZÁLEZ, « Penitencial si (...)

10On peut adosser une telle proposition à un argument supplémentaire. Dans les années qui suivirent l’assemblée de Coyanza, le règne de Ferdinand devait voir aussi la réunion de deux conciles réformateurs à Compostelle47. Or l’un des canons qui y furent promulgués pourrait avoir été la source de l’article 186 du Silense. D’après F. Bezler, l’auteur du pénitentiel s’inspirait ici du treizième canon du concile tenu à Orléans en 511, lequel circulait en péninsule Ibérique au sein de la Collectio Hispana48. La mise en regard des trois passages révèle pourtant une proximité bien plus étroite entre les deux plus récents (fig. 3).

Figure 3. Un canon du concile de Compostelle I, source du Paenitentiale silense ?

  • 49 La date de convocation du concile est discutée. Voir sur ce problème les références données n. 47 : (...)
  • 50 Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ et Félix RODRÍGUEZ, La Colección canónica Hispana, 4, Concilios galos. Concil (...)
  • 51 G. MARTÍNEZ DÍEZ, Legislación conciliar, conc. Compostelle I, c. 3, p. 99.
  • 52 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 186, p. 35.

Concile d’Orléans (511)

Concile de Compostelle (1056-105949)

Paenitentiale silense

Omnes autem basilicae quae per diuersa constructae sunt uel cotidie construuntur, placuit secundum priorum canonum regulam ut in eius episcopi in cuius territorio sitae sunt, potestate consistant50.

vt omni ecclesiae infra LXXII dextros nullus laicus vel mulieres nec refuganes sortem habeant, nec aliquos ex eis recipiant, sed stent coopertae aediculas et instructae51.

Si quis in terra sua basilicam fundaberit, nec audeat uindicare oblationem nec dextros eius, que sunt LXXII passos52.

  • 53 G. MARTÍNEZ DÍEZ, Legislación conciliar, p. 88.
  • 54 Texte édité par José Manuel RUIZ ASENCIO, Colección documental de la catedral de León (775-1230), 4 (...)
  • 55 Vaste bibliographie. On peut partir de Carlos de AYALA MARTÍNEZ, Sacerdocio y reino en la España al (...)

11Il est par conséquent vraisemblable que l’auteur du pénitentiel de Silos se soit inspiré de l’une des règles édictées à Compostelle pour formuler son 186e article. Si tel avait bien été le cas, il serait permis d’en tirer plusieurs conclusions. La première concerne les actes du premier concile de Compostelle, connus uniquement à travers un manuscrit perdu, consulté par Ambrosio de Morales à la fin du XVIe siècle mais détruit dans l’incendie de l’Escurial en 1671. On sait tout de même qu’il était la propriété de l’évêque Pierre de Lugo au milieu du XIe siècle quand y furent ajoutés, sur un folio resté en blanc, les canons compostellans53. On aurait donc ici un clair témoignage de la circulation de ces derniers en dehors des seules provinces galiciennes d’où ils avaient émané. À l’appui d’une telle proposition, rappelons que les actes du deuxième concile de Compostelle tenu sous le règne de Ferdinand Ier avaient connu une diffusion au-delà de leur région d’origine : en 1063, les évêques qui s’y étaient réunis avaient ainsi adressé à leur homologue léonais une lettre pour l’informer de leurs décisions et le prier d’en assurer la diffusion par la convocation d’un autre concile54. La connaissance du canon compostellan par l’auteur du Paenitentiale silense permettrait en outre de confirmer les propositions de F. Bezler : en matière de datation, elle fournirait une preuve additionnelle de ce que le pénitentiel n’avait pu être composé avant 1060 environ ; elle attesterait en outre que son auteur avait bien été marqué par l’ambiance réformatrice propre aux règnes de Ferdinand Ier et de son successeur Alphonse VI55. On pourrait alors considérer à cette aune la production même du Paenitentiale silense, instrument de la mise en œuvre d’exigences affermies en matière de comportement des laïcs et des hommes d’Église.

Un manuscrit conservé à Silos dès la fin du XIe siècle

  • 56 Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Orígenes del español. Estado lingüístico de la Península Ibérica hasta el sig (...)
  • 57 Ibid., p. 166 ; id., « El monasterio de Silos », p. 26.
  • 58 Ann BOYLAN, « The Library at Santo Domingo de Silos and its Catalogues (XIth-XVIIIth Centuries) », (...)

12On sait, depuis Ramón Menéndez Pidal, que le pénitentiel de Silos ne nous a pas été transmis dans un état original : il s’adosse à une version antérieure déjà annotée, dont il reproduit à la fois le texte et les gloses56. Les éléments dont on dispose ne permettent pas d’établir avec certitude le lieu où fut exécutée cette copie, mais il est certain que le manuscrit qui nous l’a transmise se trouvait déjà à Silos au XIIe siècle : Miguel Vivancos l’a bien montré à partir de plusieurs ajouts marginaux exécutés dans une écriture de cette époque57. Un inventaire de la bibliothèque de Silos datable du XIIIe siècle prouve en outre assez sûrement que Silos détenait alors le codex de la British Library où figure notre pénitentiel58.

  • 59 Voir les références citées supra, n. 41.
  • 60 Je me permets de renvoyer sur ce point à l’argumentaire qui sera développé dans l’édition critique (...)
  • 61 M. C. DÍAZ Y DÍAZ, Códices visigóticos, p. 405, n° 126.
  • 62 J. M. RUIZ ASENCIO, « Códices pirenaicos », p. 193.
  • 63 J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 142-145.

13Il est désormais permis de remonter plus haut. On sait en effet que les Miscellanea silensia avaient été copiées au plus tard en avril 1091, au monastère même de Silos, dans le fameux Beatus qui en est un produit avéré59. Tout porte même à croire, pour des raisons qu’il serait trop long d’exposer ici, que le florilège avait été directement composé à Silos60. Or on a vu que son auteur avait certainement eu sous les yeux le Paenitentiale silense. S’il avait pu disposer, à Silos même et avant 1091, d’une version du pénitentiel auquel il devait puiser, on peut penser à bon droit que celle-ci se confondait avec l’unique exemplaire parvenu jusqu’à nous, qui s’y trouvait assurément au XIIe siècle. Il faudrait alors en conclure que le manuscrit était déjà conservé à Silos à la fin du siècle précédent. Cette copie avait-elle été réalisée sur place ? Compte tenu du court intervalle de temps qui sépare la rédaction du pénitentiel – pas avant 1075 – de sa connaissance, à Silos, par l’auteur des Miscellanea – nécessairement avant 1091 –, c’est une hypothèse à tout le moins vraisemblable. Manuel Díaz y Díaz attribuait par ailleurs aux folios que couvre le pénitentiel une graphie « netamente silense »61 ; José Manuel Ruiz Asencio abonda ensuite dans le même sens62, avant de se rétracter pour en placer la copie, avec Irene Ruiz Albi et Mauricio Herrero Jiménez, dans un monastère castillan qui n’était pas celui de Silos63. On sait la prudence qui doit accompagner le recours aux arguments paléographiques en fait de localisation, et l’on ne peut se prononcer résolument pour l’une ou l’autre de ces propositions. Du moins la prise en compte des Miscellanea silensia permet-elle d’apporter une donnée nouvelle et assez fermement assurée : le manuscrit devait se trouver à Silos dès avant le mois d’avril 1091.

  • 64 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 25.
  • 65 Sur cette dernière œuvre : Vitalino VALCÁRCEL, La « Vita Dominici siliensis » de Grimaldo. Estudio, (...)

14Faut-il poser pour finir, à la lumière de ces nouvelles données, la question irrésolue – et sans doute insoluble – du lieu où fut initialement composé le Paenitentiale silense ? En tout état de cause, comme l’écrivait Francis Bezler, « la chaîne des copistes reliant l’original au texte conservé ne fut pas très longue64 ». On sait maintenant qu’elle ne s’étend pas au-delà d’une quinzaine d’années et qu’elle s’arrête, au plus tard, en 1091. S’il fallait proposer une origine précise, le monastère de Silos pourrait faire valoir au moins deux arguments : le pénitentiel y était connu quelques années seulement après sa rédaction, et l’établissement constitue l’un des seuls centres de culture hispaniques à avoir laissé une œuvre originale de la fin du XIe siècle, doublement illustrée par les Miscellanea silensia et par la Vita Dominici silensis65. Y ajouter une troisième production propre n’aurait en soi rien d’extravagant. D’autres options, plus conformes à la tradition historiographique, sont sans doute plus acceptables : il y a sens à imaginer que le monastère castillan ait voulu enrichir sa bibliothèque par la copie d’une œuvre qu’il ne possédait pas, parce qu’elle avait été produite ailleurs. Même dans un intervalle chronologique réduit, le texte avait pu circuler. L’attribution du pénitentiel au monastère de Silos poserait en outre un problème de taille : elle impliquerait à peu près nécessairement d’y établir aussi l’origine de ses célèbres annotations marginales. Une telle proposition bouleverserait l’histoire, encore sensible en Espagne, des Glosas silenses. Il faudrait, concédons-le, des arguments autrement décisifs pour lui donner plus ferme consistance. En se risquant malgré tout à la formuler, on n’a d’autre ambition que de la soumettre au débat.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a bénéficié de la relecture attentive et des conseils précieux de Gaelle Bosseman : qu’elle en soit ici très chaleureusement remerciée. Il va sans dire que j’assume seul l’entière responsabilité de son contenu. Je remercie tout aussi chaleureusement José Carlos Martín-Iglesias qui, avec sa générosité habituelle, m’a donné accès avant publication à sa réédition du pénitentiel de Silos, laquelle paraîtra prochainement dans un volume dirigé par Claudio García Turza et patronné par la Fundación San Millán de la Cogolla.

2 Voir la synthèse, à bien des égards datée mais non renouvelée, de Cyrille VOGEL, Les « Libri paenitentiales », Turnhout : Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental 27), 1978. On complétera par Sarah HAMILTON, The Practice of Penance, 900-1050, Woodbridge-Rochester : The Royal Historical Society-The Boydell Press, 2001 ; Abigail FIREY, A new History of Penance, Leyde-Boston : Brill, 2008 ; Rob MEENS, Penance in Medieval Europe, 600-1200, Cambridge : Cambridge University Press, 2014 ; Erin ABRAHAM, Anticipating Sin in Medieval Society. Childhood, Sexuality, and Violence in the early Penitentials, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2017, p. 19-45.

3 Voir Francis BEZLER, Les pénitentiels espagnols : contribution à l’étude de la civilisation de l’Espagne chrétienne au haut Moyen Âge, Münster : Aschendorff, 1994 ; id., Paenitentialia Hispaniae, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Series latina 156A).

4 C. VOGEL, Les « Libri paenitentiales ».

5 Textes édités par F. BEZLER, Paenitentialia et étudiés par id., Les pénitentiels ; id., « Pénitence chrétienne et or musulman dans l’Espagne du Cid », Annales HSS, 50, 1995, p. 93-108. L’auteur mentionne aussi quelques autres courtes pièces à teneur pénitentielle, mais que leur brièveté et leur destination exclusivement monastique n’autorisent pas à considérer comme des livrets pénitentiels stricto sensu. Les travaux de F. Bezler permettront de reconstituer la bibliographie antérieure. Voir depuis, en complément : José Miguel ANDRADE CERNADAS, « Textos penitenciales y penitencia en el Noroeste de la Península Ibérica », in : Michael W. HERREN, C. J. McDONOUGH et Ross G. ARTHUR (éd.), Latin Culture in the eleventh Century, Turnhout : Brepols, 2002, p. 29-38 ; Félix Javier MARTÍNEZ LLORENTE, « El penitencial albeldense : pena y penitencia en la Iglesia hispánica medieval », in : Códice albeldense (976). Original conservado en la Biblioteca del Real Monasterio de San Lorenzo, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 2002, p. 185-202 ; Miguel C. VIVANCOS, « De diversis fornicationibus : los pecados de la carne y su castigo a través de los libros penitenciales », in : Pedro Luis HUERTA HUERTA (coord.), Arte y sexualidad en los siglos del románico : imágenes y contextos, Aguilar de Campoo : Fundación Santa María la Real, 2018, p. 52-79.

6 Vaste bibliographie dont on donnera seulement quelques jalons : Manuel C. DÍAZ Y DÍAZ, Las primeras glosas hispánicas, Barcelone : Universidad Autónoma de Barcelona, 1978 ; César HERNÁNDEZ ALONSO et al. (éd.), Las Glosas emilianenses y silenses. Edición crítica y facsímil, Burgos : Ayuntamiento de Burgos, 1993 ; Heinz J. WOLF, Las Glosas emilianenses, Séville : Universidad de Sevilla, 1996 ; Clemente SERNA GONZÁLEZ, Miguel C. VIVANCOS et Calixto ESCOLAR DÍEZ, Las Glosas silenses. Edición facsímil del manuscrito de la British Library, add. 30853, Burgos : A. G. Amabar, 2001 ; José Jesús de BUSTOS TOVAR, « Las Glosas emilianenses y silenses », in : Rafael CANO (coord.), Historia de la lengua española, Barcelone : Ariel, 2004, p. 291-308 ; José Manuel RUIZ ASENCIO, Mauricio HERRERO JIMÉNEZ et Irene RUIZ ALBI (éd.), Las Glosas silenses. Estudio crítico y edición facsímil. Versión castellana del Penitencial, Burgos : Real Academia Española-Instituto Castellano y Leonés de la Lengua, 2020.

7 Voir les publications de cet auteur citées supra, n. 3 et 5.

8 Francis BEZLER, « De la date des gloses de Silos », Revista de filología española, 31 (3-4), 1991, p. 347-354 ; id., « Chronologie relative des pénitentiels d’Albelda et de Silos », Sacris erudiri, 32, 1991, p. 163-169 ; José Manuel RUIZ ASENCIO, « Hacia una nueva visión de las Glosas emilianenses y silenses », in : C. HERNÁNDEZ ALONSO et al. (éd.), Las Glosas, p. 83-118, p. 107 et 111-118 ; id., « Puntualizaciones sobre las Glosas, en el Cid », in : César HERNÁNDEZ ALONSO (dir.), El Cid, poema e historia, Burgos : Ayuntamiento de Burgos, 2000, p. 309-312, p. 310 ; id., « Códices pirenaicos y riojanos en la biblioteca de Silos en el siglo XI », dans Silos. Un milenio. Actas del Congreso Internacional sobre la Abadía de Santo Domingo de Silos, vol. 2, p. 177-210, p. 191-193 ; id., Irene RUIZ ALBI et Mauricio HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica del manuscrito de las Glosas silenses (Add. 30853 de la British Library) », in : J. M. RUIZ ASENCIO et al., Las Glosas silenses, p. 82-145 ; Miguel C. VIVANCOS, Glosas y notas marginales de los manuscritos visigóticos del monasterio de Santo Domingo de Silos, Silos : Abbaye de Silos, 1996, p. 164-165 et 169-170 ; id., « De nuevo sobre la cronología de las Glosas silenses », in : C. HERNÁNDEZ ALONSO (dir.), El Cid, poema e historia, p. 313-316 ; id., « El monasterio de Silos y las Glosas silenses », in : C. SERNA GONZÁLEZ et al., Las Glosas silenses, p. 11-42, p. 25 ; id., « Las llamadas Glosas silenses: un estado de la cuestión », in : J. M. RUIZ ASENCIO et al., Las Glosas silenses, p. 53-77, p. 58-64.

9 En faveur d’une datation plus haute : Claudo GARCÍA TURZA et Francisco Javier GARCÍA TURZA, « La datación y procedencia de las Glosas emilianenses y silenses: anotaciones críticas a los nuevos planteamientos », Brocar, 19, 1995, p. 49-64, repris sous le même titre in : Manuel CRIADO DEL VAL (dir.), Los orígenes del español y los grandes textos medievales : Mio Cid, Buen Amor y Celestina, Madrid : CSIC, 2001, p. 33-48. Les deux auteurs ont encore développé la même argumentation dans eid., « Las Glosas emilianenses y silenses en los orígenes del español », Carreteras, 168, 2009, p. 84-95.

10 Aucun des travaux cités à la note précédente ne fait cas de la date du Paenitentiale silense.

11 Voir pour la chronologie la plus haute : C. VOGEL, Les « Libri paenitentiales », p. 79.

12 F. BEZLER, « De la date des gloses » ; id., « Chronologie relative » ; id., Les pénitentiels, p. 17-25 ; id., « Pénitence chrétienne et or musulman », p. 101-103.

13 Il n’y est par exemple fait aucune allusion dans la dernière publication en date à traiter – de manière pourtant très approfondie – du pénitentiel de Silos : J. M. RUIZ ASENCIO et al., Las Glosas silenses.

14 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 259-260, p. 42.

15 Hélène SIRANTOINE, Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de León (IXe-XIIe siècles), Madrid : Casa de Velázquez (Bibliothèque de la Casa de Velázquez 58), 2012, p. 235 et chap. V sur la titulature impériale d’Alphonse VI.

16 J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 131.

17 Paenitentiale silense, éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 259-260, p. 42 ; Carlos PÉREZ GONZÁLEZ, « Penitencial silense, primera versión en castellano », in : J. M. RUIZ ASENCIO et al., Las Glosas silenses, p. 183-205, p. 205. J. C. Martín-Iglesias n’en identifie pas davantage dans sa réédition du même texte, à paraître.

18 J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 131.

19 Paenitentiale silense, éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 67, p. 23.

20 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 145.

21 Il s’agit d’une réalité historique parfaitement attestée : voir Fernando VIDAL CASTRO, « El cautivo en el mundo islámico: visión y vivencia desde el otro lado de la frontera andalusí », in : Francisco TORO CEBALLOS et José RODRÍGUEZ MOLINA (coord.), II Estudios de frontera. Actividad y vida en la frontera, Jaén : Diputación provincial de Jaén, p. 771-823 ; id., « Los prisioneros de guerra en manos de musulmanes: la doctrina legal islámica y la práctica en al-Andalus (ss. VII-XIII) », in : Maribel FIERRO et Francisco GARCÍA FITZ (dir.), El cuerpo derrotado: cómo trataban musulmanes y cristianos a los enemigos vencidos. Península Ibérica, ss. VIII-XIII, Madrid : CSIC, 2008, p. 485-506 ; Margarita TORRES SEVILLA, « Cautivos y cautiverio en los documentos medievales leoneses », in : Paulo F. ALBERTO et Aires A. NASCIMENTO (coord.), IV Congresso Internacional de Latim Medieval Hispânico: Lisboa, 10-15 de outubro de 2005, Lisbonne : Universidade de Lisboa, 2006, p. 865-872 ; Pascal BURESI, « Captifs et rachat de captifs. Du miracle à l’institution », Cahiers de civilisation médiévale, 50, 2007, p. 113-130.

22 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 144, ne relève que deux commutations par rachat d’un captif dans les pénitentiels hispaniques ; une seule figure dans le Silense : celle du canon 67. Celle du canon 260 n’est pas mentionnée.

23 M. C. DÍAZ Y DÍAZ, Las primeras glosas, p. 32-33 ; id., Códices visigóticos en la monarquía leonesa, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro » (Fuentes y estudios de historia leonesa 31), 1983, p. 405, n° 126.

24 J. M. RUIZ ASENCIO, « Hacia una nueva visión », p. 113-115 ; id., « Códices pirenaicos », p 191-193 ; id., I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 92-124 ; M. C. VIVANCOS, Glosas y notas, p. 164-165 et 169-170 ; id., « De nuevo sobre la cronología », p. 314-316.

25 Ann BOYLAN, Manuscript Illumination at Santo Domingo de Silos (Xth to XIIth Centuries), Ann Arbor : UMI Dissertation Services, 1990, p. 136-137 et 253-257.

26 A. BOYLAN, Manuscript Illumination, p. 136 ; M. C. VIVANCOS, Glosas y notas, p. 165.

27 Sur cet homéliaire : Réginald GRÉGOIRE, Les homéliaires du Moyen Âge : inventaire et analyse des manuscrits, Rome : Herder, 1966, p. 161-185 ; Francisco Javier TOVAR PAZ, Tractatus, sermones atque homiliae: el cultivo del género literario del discurso homilético en la Hispania tardoantigua y visigoda, Cáceres : Universidad de Extremadura, 1994, p. 236-274 ; Nathan CHASE, The Homiliae Toletanae and the Theology of Lent and Easter, Louvain : Peeters, 2020.

28 Vaste bibliographie. On peut partir de Bernard F. REILLY (éd.), Santiago, Saint-Denis and Saint Peter. The Reception of the Roman Liturgy in León-Castile in 1080, New York : Fordham University Press, 1985 ; Ludwig VONES, « La sustitución de la liturgia hispana por el rito romano en los reinos de la Península Ibérica », in : Susana ZAPKE (dir.), Hispania vetus. Manuscritos litúrgico-musicales de los orígenes visigóticos a la transición francorromana (siglos IX-XII), Bilbao : Fundación BBVA, 2007, p. 43-60 ; Thomas DESWARTE, Une Chrétienté romaine sans pape. L’Espagne et Rome (586-1085), Paris : Classiques Garnier, 2010, p. 403-431. Sur la date du concile de Burgos : Carlos M. REGLERO DE LA FUENTE, « La primera reforma cluniacense de Sahagún, el concilio de Burgos y la crisis de 1080 : revisión cronológica y desarrollo », in : Monarquía y sociedad en el reino de León de Alfonso III a Alfonso VII, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro » (Fuentes y estudios de historia leonesa 117-118), vol. 2, p. 689-732 ; Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ, « Concilio en Burgos: ¿1080 o 1081? », Boletín de la Institución Fernán González, 243, 2011, p. 295-308.

29 T. DESWARTE, Une Chrétienté romaine, p. 439-440.

30 Ibid., p. 440-442.

31 M. C. VIVANCOS, Glosas y notas, p. 164 ; id., « Las llamadas Glosas silenses », p. 61 ; J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 82-91. Contra : M. C. DÍAZ Y DÍAZ, Códices visigóticos, n° 126, p. 405.

32 L’édition critique de ces textes, avec attribution du titre Miscellanea silensia, est actuellement préparée par Gaelle Bosseman et l’auteur de ces lignes.

33 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 185-186, p. 35.

34 Londres, British Library, Add Ms 11695, fol. 275. En attente de l’édition critique, on peut se reporter au texte transcrit par Miguel C. VIVANCOS, « Consideraciones históricas y codicológicas en torno al Beato de Silos », in : Beato de Liébana. Códice del monasterio de Santo Domingo de Silos, Barcelone : Moleiro, 2003, p. 11-69, p. 51.

35 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 209, p. 37.

36 Ibid., c. 24, p. 19.

37 Ibid., c. 221, p. 39.

38 Londres, British Library, Add Ms 11695, fol. 272 ; M. C. VIVANCOS, « Consideraciones históricas », p. 47.

39 Ibid., p. 48.

40 Ibid., p. 48.

41 Description par John WILLIAMS, The Illustrated Beatus: A Corpus of the Illustrations of the Commentary on the Apocalypse, 4, The eleventh and twelfth Centuries, Londres : Harvey Miller, 2001, p. 31-40. Édition fac-similée avec volume d’études : Beato de Liébana. Códice del monasterio. Le manuscrit est numérisé et consultable en ligne : http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=add_ms_11695.

42 Transcription par Agustín MILLARES CARLO, Corpus de códices visigóticos, Las Palmas de Gran Canaria : Gobierno de Canarias-UNED, 1999, n° 106, p. 83 ; Ainoa CASTRO CORREA, « The Scribes of the Silos Apocalypse (London, British Library, Add. MS 11695) and the Scriptorium of Silos in the Late Eleventh Century », Speculum, 95 (2), 2020, p. 321-370, p. 360-361.

43 Ibid., p. 341.

44 M. C. VIVANCOS, « De nuevo sobre la cronología », p. 315, donnait une fourchette un peu plus large : 1060-1090. Proposition reprise dans les mêmes termes par id., « Le monastère de Silos », p. 25.

45 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 24 ; id., « Pénitence chrétienne et or musulman », p. 102-103.

46 M. C. VIVANCOS, « De nuevo sobre la cronología », p. 315 ; id., « Las llamadas Glosas silenses », p. 60 et 66-71. L’argument a été contesté, sans emporter la conviction, par J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 136-137 : le paiement de la dîme ne serait devenu obligatoire en péninsule Ibérique qu’au milieu du XIIIe siècle et la mention des dîmes et prémices dans le pénitentiel de Silos dériverait d’un modèle ultra-pyrénéen. Tout indique pourtant que la dîme se met en place comme impôt – et non simple contribution volontaire – en Castille-León à partir du milieu du XIe siècle : José Ramón DÍAZ DE DURANA et Enric GUINOT, « La dîme dans l’Espagne médiévale », in : Roland VIADER (éd.), La dîme dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XXXe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 3 et 4 octobre 2008, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2010, p. 63-88, p. 67-68. Quant à l’hypothèse d’un modèle ultra-pyrénéen, elle est fragilisée par le fait qu’aucune source n’ait pu être identifiée pour le canon en question : Paenitentiale silense, éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 209, p. 37 ; M. C. VIVANCOS, « Las llamadas Glosas silenses », p. 67, n. 104 ; C. PÉREZ GONZÁLEZ, « Penitencial silense », p. 201.

47 Voir en dernier lieu sur ce problème discuté Amancio ISLA FREZ, Memoria, culto y monarquía hispánica entre los siglos X y XII, Jaén : Universidad de Jaén, 2006, p. 117-121 ; Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ, Legislación conciliar del reino astur (718-910) y del reino de León, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro » (Fuentes y estudios de historia leonesa 126), 2009, p. 87-103. On remontera à partir de ces deux études le fil de la bibliographie.

48 F. BEZLER, Paenitentialia, p. 35. La même source est donnée par C. PÉREZ GONZÁLEZ, « Penitencial silense », p. 200, n. 181.

49 La date de convocation du concile est discutée. Voir sur ce problème les références données n. 47 : G. Martínez Díez la fixe en 1056, A. Isla Frez en 1059.

50 Gonzalo MARTÍNEZ DÍEZ et Félix RODRÍGUEZ, La Colección canónica Hispana, 4, Concilios galos. Concilios hispanos: primera parte, Madrid : CSIC, 1984, conc  Orléans (511), c. 13, p. 161.

51 G. MARTÍNEZ DÍEZ, Legislación conciliar, conc. Compostelle I, c. 3, p. 99.

52 Éd. F. BEZLER, Paenitentialia, c. 186, p. 35.

53 G. MARTÍNEZ DÍEZ, Legislación conciliar, p. 88.

54 Texte édité par José Manuel RUIZ ASENCIO, Colección documental de la catedral de León (775-1230), 4, 1032-1109, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro » (Fuentes y estudios de historia leonesa 44), 1990, n° 1127.

55 Vaste bibliographie. On peut partir de Carlos de AYALA MARTÍNEZ, Sacerdocio y reino en la España altomedieval. Iglesia y poder político en el Occidente peninsular, siglos VII-XII, Madrid : Sílex, 2008, p. 269-367.

56 Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Orígenes del español. Estado lingüístico de la Península Ibérica hasta el siglo XI, Madrid : Espasa-Calpe, 1956 (4e éd.), p. 10. Voir pour une argumentation plus détaillée F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 25 ; M. C. VIVANCOS, Glosas y notas, p. 169-170.

57 Ibid., p. 166 ; id., « El monasterio de Silos », p. 26.

58 Ann BOYLAN, « The Library at Santo Domingo de Silos and its Catalogues (XIth-XVIIIth Centuries) », Revue Mabillon, n. s. 3 (= 64), p. 59-102, p. 80, n° 16.

59 Voir les références citées supra, n. 41.

60 Je me permets de renvoyer sur ce point à l’argumentaire qui sera développé dans l’édition critique préparée en collaboration avec G. Bosseman.

61 M. C. DÍAZ Y DÍAZ, Códices visigóticos, p. 405, n° 126.

62 J. M. RUIZ ASENCIO, « Códices pirenaicos », p. 193.

63 J. M. RUIZ ASENCIO, I. RUIZ ALBI et M. HERRERO JIMÉNEZ, « Estudio y edición crítica », p. 142-145.

64 F. BEZLER, Les pénitentiels, p. 25.

65 Sur cette dernière œuvre : Vitalino VALCÁRCEL, La « Vita Dominici siliensis » de Grimaldo. Estudio, edición crítica y traducción, Logroño : Instituto de estudios riojanos, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Gallon, « Du nouveau sur le Paenitentiale silense : chronologie de l’œuvre, contexte de production et histoire du manuscrit », e-Spania [En ligne], 41 | février 2022, mis en ligne le 23 février 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/43270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.43270

Haut de page

Auteur

Florian Gallon

Université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5136 Framespa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search