Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaLe Chronicon Ovetense : transmiss...

Varia

Le Chronicon Ovetense : transmission des textes dans le royaume de León, XIe-XIIIe siècles

David Gazel

Résumés

L’étude de la transmission de la Divisio Wambæ a conduit à analyser cinq manuscrits qui conservent, dans quatre versions distinctes, des fragments de ce que l’on désigne, en s’inspirant de Ferreras, comme le Chronicon Ovetense, auquel sont joints divers appendices. Les pièces qui composaient cette œuvre, fortement interpolées, forment un assemblage hétérogène dont la visée est l’exaltation du siège épiscopal d’Oviedo à travers la figure d’Alphonse le Chaste. Son contenu a été associé aux falsifications attribuées à l’évêque Pélage ; une analyse plus fine montre cependant qu’il s’agit non pas d’un dérivé de ses œuvres, mais d’une de ses sources, ainsi que du Chronicon Mundi de Luc de Tuy et de la Crónica Najerense auxquels il procure des informations et des variantes textuelles qui ne sont pas passées chez Pélage. Un des manuscrits assure que la collection a connu au moins un état antérieur au prototype disséminé dans le royaume de León. La qualité très médiocre du document explique son effacement progressif au profit de chroniques plus élaborées.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Luis VÁZQUEZ DE PARGA, La división de Wamba (contribución al estudio de la historia y geografía ecl (...)

1Partant de la constatation que l’étude de la Divisio Wambæ (ci-après DW) par Luis Vázquez de Parga souffrait de l’absence de stemma, absence qui l’avait amené à reconstituer un texte qui n’a jamais existé1, nous avons voulu y pallier en nous livrant à une nouvelle analyse des témoins utilisés par cet auteur, et de quelques autres qui lui avaient échappé.

2Vázquez de Parga avait distingué deux familles principales dans la DW : la pélagienne, formée d’ouvrages confectionnés à l’initiative de cet évêque (Codex uetustissimus, Compilation B connue par le codex de Batres), auxquels il joint la Crónica Najerense et le Chronicon Mundi de Luc de Tuy ; l’aragonaise, incluant entre autres un manuscrit aujourd’hui disparu, autrefois conservé à San Juan de la Peña, et ceux de Montearagón et Huesca. Dans cet article, nos efforts se sont concentrés sur le premier groupe.

3Au cours de ce travail, notre attention s’est portée sur cinq manuscrits, dont la fameuse copie d’extraits du Codex uetustissimus d’Oviedo (R), faite à la demande d’Ambrosio de Morales, mais aussi quatre autres, ignorés par Vázquez de Parga et, plus largement, par la critique. Rapprochés, ils éclairent en partie la généalogie de la DW ; surtout, ils ressuscitent un assemblage hétéroclite, document clef de l’historiographie asturo-léonaise dont la pièce emblématique est le Liber Itacii, presque unanimement attribué à l’évêque Pélage d’Oviedo depuis Flórez. Nous réunirons désormais sous le nom de Chronicon Ovetense cum Appendicibus (COA) le Liber Itacii et les textes qui lui étaient associés.

Classification, témoins et description

Les versions asturo-léonaises de la DW

  • 2 Henrique FLÓREZ, España Sagrada. Theatro geographico-historico de la Iglesia de España, 2e éd. corr (...)
  • 3 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 92-93.
  • 4 Enrique JEREZ CABRERO, El Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (c. 1238): técnicas compositivas y motiva (...)

4Le double mérite de Vázquez de Parga fut de démontrer, contrairement à l’opinion de Flórez2, que la DW n’avait pas été fabriquée par l’évêque Pélage d’Oviedo, et d’en recenser et classer les versions. Son analyse continuait cependant à subir l’influence de l’illustre père augustin : comme l’indique le nom donné au premier groupe évoqué en introduction, il jugea que ces textes étaient tous dérivés de celui ou ceux retouchés par Pélage3. Enrique Jerez Cabrero a néanmoins établi que la source de la DW employée par la Crónica Najerense et le Chronicon Mundi était proche de celle connue à Oviedo, mais distincte4. C’est pourquoi, plutôt que de parler de famille pélagienne, on adoptera le qualificatif plus neutre d’asturo-léonais, à la fois par opposition à aragonais, mais aussi parce que le prototype de cette famille, dont il n’est pas prouvé qu’il soit apparu à Oviedo, est toutefois intimement lié au royaume asturo-léonais. En effet, d’importantes créations de ce dernier, les sièges de León, Oviedo et Zamora, ont été insérées dans ce groupe de versions de la DW, avec des descriptions qui divergent nettement du modèle standard, très répétitif.

Témoins

  • 5 Theodor MOMMSEN, Chronica Minora (Saec. IV. V. VI. VII), Berlin : Monumenta Germaniae Historica, Au (...)
  • 6 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 52 ; Juan ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, Turnhout : Brepols ( (...)
  • 7 Zacarías GARCÍA VILLADA, Crónica de Alfonso III, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1918, p. 1 (...)
  • 8 Il s’agit d’un dossier constitué à l’occasion du procès entre les métropolitains de Tolède et Tarra (...)
  • 9 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 51 ; source décrite au fol. 146v° du Liber privilegiorum (avec un (...)
  • 10 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 52.
  • 11 Ibid., p. 51-52 ; source décrite au fol. 162r° du Liber privilegiorum, où il est dit qu’elle était (...)
  • 12 Ibid., p. 51. Vázquez de Parga ne lui attribue pas de sigle, seulement le n° 3.
  • 13 Francisco SANTOS COCO, Historia Silense, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1921, p. xii-xiii  (...)
  • 14 Notice de la BNE.
  • 15 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 53 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 25 et 78. Il rassemble des co (...)
  • 16 Paul EWALD, « Reise nach Spanien im Winter von 1878 auf 1879 », Neues Archiv, 6, 1881, p. 217-398, (...)
  • 17 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 53 (n° 9) ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 62. On lui attribue le (...)
  • 18 Paul HÖGBERG, « La rédaction des chroniques de Sébastien, de Sampiro et de Pélage dans Sandoval », (...)
  • 19 F. SANTOS COCO, op. cit., p. xiv ; J. ESTÉVEZ SOLA, Historia Silensis, p. 38.
  • 20 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 57 et p. 73, allouait ce sigle à l’édition Mariana/Schott de 1608 (...)

5La liste des manuscrits utilisés est présentée ici. Le principe adopté a été de conserver les sigles attribués par Vázquez de Parga (même pour ceux de l’Ordinatio Ecclesiæ Valentinæ, un peu abusifs, car ils ne désignent pas des manuscrits isolés), et d’en assigner à trois lettres à ceux qui n’en avaient pas.

SCr = Biblioteca Pública Municipal do Porto, 1134 (olim Monasterium Sanctae Crucis Conimbricensis 83) (XIIe s.)5.
N = Biblioteca de la Real Academia de la Historia (Madrid), 9/4922 (olim A.189) (XIIIe s.)6.
O = Biblioteca Nacional de España (Madrid), 1513 (codex Batriense) (XIIIe s.)7.
Ordinatio Ecclesiæ Valentinæ8, Archivo Histórico Nacional (Madrid), L.987 (Liber privilegiorum ecclesiæ Toletanæ) (XIIIe s.) :
- C = Copie d’un codex du monastère San Pedro de Cardeña, fol. 143v° et 158v°9.
- I = Copie d’un codex de la collégiale San Isidoro de León, fol. 133v°-134r°10.
- Z = Copie d’un codex du monastère San Zoilo de Carrión, fol. 141v°-142r°11.
- ZB = Copie d’un autre codex du monastère San Zoilo de Carrión, fol. 13312.

Brb
= Biblioteca Nacional de España (Madrid), 8592 (XVe s.)13.
Car = Biblioteca Nacional de España (Madrid), Res.35 (XVe s.)14.
R = Biblioteca Nacional de España (Madrid), 1346 (XVIe s.)15.
Per1 = Biblioteca capitular de Toledo, Cajón 27 n° 26 (XVIe s.)16.
Per2 = Biblioteca Nacional de España (Madrid), 1376 (XVIe s.)17.
Sto = Kungliga Biblioteket (Stockholm), D100e (XVIe s.)18.
Fer = Biblioteca Nacional de España (Madrid), 9317 (XVIIIe s.)19.
T = Édition du Chronicon Mundi de Luc de Tuy par Emma Falque (Falque 2003)20.

  • 21 Nous avons utilisé l’édition d’Yves BONNAZ, Chroniques asturiennes (fin IXe siècle), Paris : Éd. du (...)

6Enfin, CAIII désigne la Chronique d’Alphonse III, CAIII(S) sa version Ad Sebastianum et CAIII(r) la rotense21.

7Par la suite, les variantes i/y, les confusions entre c et t, les h retranchés ou ajoutés ne seront pas indiqués dans l’apparat.

Présentation de SCr, Brb, Fer et Car

  • 22 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 25-69.

8Commençons par une courte description de SCr, Brb, Fer et Car. Pour celles, détaillées, de R et du Codex uetustissimus, nous renvoyons à la thèse de Jerez Cabrero22 ; notre analyse porte sur les folios 7r°-11r° de R.

  • 23 T. MOMMSEN, op. cit., p. 462 ; Karl ZEUMER, Leges Visigothorum, Hanovre/Leipzig : Monumenta Germani (...)
  • 24 Ce malgré les préventions de W. TROUVÉ, op. cit., 1, p. 230-235.
  • 25 P. DAVID, op. cit., p. 540-542.

9SCr n’était pas inconnu des érudits en 1943, au moment où Vázquez de Parga imprimait son ouvrage sur la DW. Le texte qui nous intéresse (fol. 142r°-145r°) avait été utilisé par Mommsen en 1898 puis en 1902 par Zeumer pour leurs éditions de la Chronica regum visigothorum23, ou suivant le nom adopté par Mommsen que l’on retiendra, du Laterculus regum visigothorum24. Pierre David y reviendra en 1947, en décrivant le pontifical de Braga, auquel le cahier de 4 folios (XIIe s. ?) le contenant est réuni25. Lacunaire, plutôt que d’y voir comme lui l’ablation volontaire d’un ou plusieurs folios pour expurger la DW (cela n’explique pas celle qui ampute le Privilège de l’église d’Oviedo), nous nous demandons s’il ne s’agit pas là d’une récupération tardive de documents que l’on a voulu protéger et conserver en les assemblant postérieurement au pontifical. Tous les folios ont été rognés dans leur partie haute, et la première ligne perdue ou largement entamée.

10D’un manuscrit disparu, désigné ici sous le sigle , nous sont parvenues trois copies (Fer, Brb et le BNE 8395), plus ou moins complètes. Il est aisé de le mésestimer ; pourtant, comme on le verra, il est un jalon important de l’historiographie asturienne.

  • 26 Juan de FERRERAS, Historia de España, 16 t., Madrid : Francisco del Hierro puis Domingo Fernández, (...)
  • 27 Antonio RODRÍGUEZ MONIÑO, « La colección de manuscritos del marqués de Montealegre (1677) » Boletín (...)
  • 28 Addition indue qui a plongé Georges CIROT, « La Chronique léonaise et la Chronique dite de Silos », (...)
  • 29 Georges CIROT, « Un prospectus de Ferreras », Bulletin Hispanique, 20 (4), oct.-déc. 1918, p. 257-2 (...)

11Présentons d’abord le BNE 9317 (Fer), issu de la bibliothèque de Juan de Ferreras (1652-1735) comme l’indique la présence de son nom au début du manuscrit. Parfois difficile à déchiffrer, l’encre ayant traversé le papier, surchargé de quelques corrections dans les premières pages, il contient entre autres le « Chronicon de la Iglesia de Oviedo » dont Ferreras affirme « [que] estaba en una copia de la libreria de el Conde de Villaumbrosa [Pedro Núñez de Guzmán, marquis de Montealegre (1615-1678)], de donde la sacó don Joseph de Pellicer »26. La description du n° 220 du catalogue de la bibliothèque du comte de Villaumbrosa (1677), « Cronicón de Iulián Pérez, que acaba en don Alonso el Sexto. Tres fragmentos pertenecientes a la historia de aquellos tiempos. El autor no es conocido, del Orden de San Benito, hijo de la casa de Santo Domingo de Silos, que trata de la vida de don Alonso el Sexto. Historia del Despensero mayor de la reina doña Leonor, desde el rey don Pelayo hasta don Iuan el Primero, en 4° m.s. »27, correspond bien à ce qui se lit sur la seconde page de Fer (non foliotée), à l’addition près de « Pérez » après « Iuliano » ou « Iulián »28, ce qui nous amène à supposer l’identité du BNE 9317 et de la copie autrefois conservée chez Montealegre. Le Chronicon de la Iglesia de Oviedo est aussi désigné par Ferreras comme Chronicon ovetense ex vetustissimo codice Ovetensis Ecclesiae ; une note en marge du fol. 1 précise « trasladose de un manuscripto en pergamino antiguo ». Il l’a inclus dans une liste d’ouvrages qu’il se proposait de réunir au sein d’une même collection comme « Chronicon ovetense à Pelagio ad Ordonium I quod ex vetusto codice Ovetensis Ecclesiae excripsit Pellicerius, cuius apud me extat copia »29.

  • 30 G. CIROT, « La Chronique léonaise et la Chronique dite de Silos », p. 34 se trompait lorsqu’il disa (...)

12Il nous est difficile d’aller plus loin sur la source de Fer. Celui-ci contient une copie de l’Historia legionensis (ex Silensis) ; de celle du BNE 8395, il est dit au fol. 95r° (on suppose par Ferreras, voir plus loin) : « Ex veteri codice eiusdem monasterii, et tribus copiis recentibus ; extat tamen apud me una fere ducentorum annorum, quam habui ex bibliotecha comitis de Villa Umbrosa, cuius meminit D. Nicolaus Antonius in Bibliotheca Hispana. ». Mais il doit plutôt se référer au n° 219 du catalogue précité, dont le contenu concorde avec celui du BNE 1181, qu’on date du XVe s30.

  • 31 J. de FERRERAS, op. cit., Appendice, p. 59-66.
  • 32 Francisco de BERGANZA, Ferreras convencido, Madrid : Francisco del Hierro, 1729, p. 441-442. D’aprè (...)

13En partie publié par Ferreras31, peut-être victime des attaques de Berganza qui y voyait un faux32, le texte des fol. 1 à 34 de Fer n’a pas attiré l’attention qu’il aurait mérité.

  • 33 Manuel GÓMEZ MORENO, Introducción a la Historia Silense, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 19 (...)

14À la même famille appartient le texte des folios 158-163 du BNE 8592 (Brb), qualifié dans le catalogue de la Bibliothèque nationale d’Espagne de « Crónica pelagiana ». On ignore la provenance de ce manuscrit et s’il avait un rapport avec le frère dominicain Philippe de Barbieri (v. 1426 – av. 1487)33 dont il contient la Virorum illustrium chronica. Ce Syracusain, nommé inquisiteur général de Sicile, Sardaigne et Malte en 1474, fut, après cette date, plusieurs fois envoyé en mission auprès des Rois catholiques ; il composa pour eux cette œuvre courtisane imprimée en 1480. Quoi qu’il en soit, aucun des documents de Brb n’est postérieur à cette date et la constitution du recueil doit en être proche. L’humaniste qui avait déjà copié l’Historia legionensis et donc la chronique de Sampiro aux folios 116v°-126r°, a estimé suffisant d’interrompre notre texte au tout début du règne d’Alphonse III : ainsi Brb, très incomplet par rapport à Fer, assure cependant que leur prototype n’est pas une forgerie d’érudit du type des Falsos Cronicones.

  • 34 F. SANTOS COCO, op. cit., p. xv ; J. ESTÉVEZ SOLA, Historia Silensis, p. 43-49.

15Mentionnons encore le BNE 8395 (XVIIIe s.)34, qui contient aux folios 39-45 le « Chronicon ovetense ex vetustissimo codice Ovetensis ecclesiæ transcriptum, cuius copia extabat in bibliotheca comitis de Villa Umbrosa » puis aux folios 46-48 la Translation de l’arche. La copie a été révisée semble-t-il par Ferreras : elle constitue la base de son édition où diverses suppressions ont été effectuées suivant les indications portées dans ce manuscrit (Parrochiale suève et DW signalés en marge, l’évocation du concile d’Oviedo sous le règne d’Alphonse II barré), et les deux fragments ont la même extension. Le BNE 8395 reproduisait Fer après un premier « nettoyage », en retranchant par exemple l’épître interpolée d’Alphonse à Sébastien ou en s’arrêtant au règne de Ramire Ier : on remarque que dans Fer une main a encadré au fol. 4r° l’épître et indiqué esto no, puis marqué au fol. 11r° un Hasta aquí qui correspond à la fin du règne de Ramire Ier.

  • 35 Diego CATALÁN, « Desenredando la maraña textual pelagiana (I) », Revista de filoloxía asturiana, 3- (...)

16Enfin, le BNE Res.35 (Car), signalé par Diego Catalán, à la fin d’un article dont il n’a hélas pu livrer la suite avant sa disparition35, est principalement composé d’œuvres de, ou en rapport avec Alfonso de Cartagena ; postérieur à 1452, le manuscrit pourrait dater des dernières années de sa vie ou peu après. Le texte qui nous occupe va du fol. 136v° au fol.137v° ; il est disposé sur deux colonnes, d’une écriture serrée. On a laissé la place pour des lettrines au début de chaque paragraphe, qui auraient dû être dessinées à l’encre rouge si l’on se fie aux pages précédentes. On a tenté ensuite de remédier à la plupart des absences. Une longue annotation se déroule dans les marges supérieure, gauche et inférieure du fol. 136v° ; d’une encre différente, elle pourrait cependant être de la même main. Enfin une dernière main a ajouté quelques notes. Les mauvaises lectures ne sont pas rares.

Contenu et structure du COA

17Si nous avons réuni ces cinq manuscrits, c’est que chacun d’eux articule autour du couple Laterculus regum visigothorum – DW des textes qui lorsqu’ils sont présents, reviennent dans le même ordre et sous la même forme, à quelques variantes près. De plus, tous, à l’exception de R, positionnent de façon aberrante l’épître d’Alphonse à Sébastien de la CAIII(S) au début du Laterculus. Ces caractéristiques sont les indices les plus évidents que les témoins dérivent d’un ouvrage disparu que l’on désignera, en s’inspirant de Ferreras, sous le nom de Chronicon Ouetense cum Appendicibus. La comparaison des fragments conservés nous renseigne sur le contenu et la structure perdue du COA, les variantes sur l’existence de traditions distinctes.

18Fer sert ici de base pour reconstituer le contenu de , autant que l’on puisse l’approcher. Brb ne contient que les numéros 2 à 7 (sachant que seuls les débuts du Parrochiale et de la chronique de Sampiro sont copiés, et la DW absente), et le BNE 8395 les numéros 1 à 6 (uniquement jusqu’au règne de Ramire Ier) et 12. L’édition de Ferreras a la même extension que le BNE 8395 mais ne comporte ni Parrochiale, ni DW, ni Translation de l’arche (n° 12). De nombreuses erreurs parsèment ces copies ; elles sont parfois issues du prototype.

Tableau 1 : Fragments du COA dans les quatre témoins sélectionnés

  • 36 Entre 1. et 2. Morales a noté « Liber Itacii incipit ».
  • 37 Le tout précédé par un titre qui se décrypte mal. On lit « […] Rodericus […] cumque […] rege Alfon. (...)
  • 38 Brb a sauté le nom de Théodémir (comme un peu avant Trasemundus), ce qui fait attribuer le concile (...)
  • 39 Sur ce Laterculus, voir T. MOMMSEN, op. cit., p. 461-469 ; K. ZEUMER, op. cit., p. 457-461 ; W. TRO (...)
  • 40 À la fin du texte, Morales a inscrit « Itacii liber finitur ». Dans R, le folio suivant contient la (...)
  • 41 Entre crochets (n° 9 à 12) : contenu du Codex uetustissimus Ouetensis suivant E. JEREZ CABRERO, op. (...)
  • 42 En comparant avec d’autres versions complètes du Privilège, on estime que seul un folio a disparu e (...)

SCr

R

Car

1a

Ordo annorum mundi ?

Ordo annorum mundi breui collectus à Domino Iuliano Toletane sedis episcopo.

1b

Numerus Sedium Hispaniensium ?

Numerus Sedium Hispaniensium
S’ouvre sur :
« In nomine Domini nostri Ihesu Christi. Incipit numerus sedium Hispaniensium […] »

Numerus Sedium Hispaniensium
[renvoyé après la chronique de Sampiro (n° 7)]

2

Incipit
(
Liber Itacii)

« In nomine Domini nostri Ihesu Christi incipit liber de nominibus sueuorum et euuandalorum, alanorum et gotorum ab era cccv.
Vocatus est liber iste Itacium ab illo qui cum scripsit nomen accepit
. Seui et Euuandali et Alani præoccupauerunt totas Hispanias. »36

« Sueui et Euandali et Alani pręocupauerunt totas Hyspanias. »

« In nomine Domini nostri Ihesu Christi. Incipit liber de nominibus regum Ispaniensium […] Sueuorum et Vandalorum, Alanorum et Gotorum ab cassa ccccv.
Vocatus est liber iste Itacium ab illo qui cum scripsit nomen accepit. Sueui et Euandali et Alani preocupauerunt totas Ispanias
. »37

3

Laterculus regum vandalorum

Laterculus regum vandalorum

Laterculus regum vandalorum

Laterculus regum vandalorum

4

Laterculus regum sueuorum

Laterculus regum sueuorum

Laterculus regum sueuorum

Laterculus regum sueuorum

4a

Parrochiale suève interpolé

Parrochiale suève, censé être tiré d’un concile de Braga. Interpolé sous le règne de « Theodericus ».

Parrochiale suève censé être tiré d’un concile célébré « in Gallecia apud Lucensem urbem ».
Interpolé sous le règne de Théodémir38.

Parrochiale suève très abrégé, censé être tiré d’un concile célébré « in Galecia apud Lucenssem urbem ».
Interpolé sous le règne de « Teodoricus ».

4b

Liste des pères du second concile de Braga

« Post mortem Theoderici Mirus suscepit regnum era dxvii […] »
Liste des pères du second concile de Braga.
Répète « Post mortem Theoderici regis Mirus successit in regno. »

« Post mortem Theodemirus suscepit regnum era dcxvii […] »
Liste des pères du second concile de Braga.
Répète « Post mortem Theoderici regis Mirus successit in regno. »

« [P]ost mortem Teodorici Mirus sucepit regnum […] »
Liste des pères du second concile de Braga (manque Andreas évêque d’Iria).
Répète « Post mortem Teodorici regis Mirus sucessit in regno. »

4c

Fin du laterculus

« Quo mortuo, Euorigus regnauit pro eo »

« Quo mortuo, Euorigius regnauit pro eo »

« Quo mortuo, Deuorigus regnauit pro eo »

3/4

Fin des listes vandales et suèves

« Isti Euuandali et Sueui regnauerunt tercentis annis in Ulteriori et in Citheriori Hyspania. »

« Isti Euuandali et Sueui regnauerunt cc annis in Ulteriori et in Citeriori Yspania ».

« Isti Euandali et Sueui regnauerunt ducentis annis in Ulteriori et in Ateriori (sic) Ispania ».

5

Laterculus regum visigothorum

Laterculus regum visigothorum

Laterculus regum visigothorum39

Laterculus regum visigothorum

Laterculus regum visigothorum

5a

Arrivée des Wisigoths en Hispania

« Post hos reges Goti ceperunt regnare. […] »

« Post hos reges Goti ceperunt regnare […] »

« Post hos reges Goti ceperunt Ispanias possessuri […] »

5b

Épître d’Alphonse à Sébastien

Épître d’Alphonse à Sébastien (dont la première ligne a été rognée)

Épître d’Alphonse à Sébastien, attribuée à Adefonsus rex castus.

Épître d’Alphonse à Sébastien, attribuée à Adefonsus rex castus.

5c

Laterculus stricto sensu

« Primus rex gotorum Athanaricus regnauit […] ».

« Primus rex gotorum Athanaricus regnauit […] ».

« Primus rex gotorum Athanaricus regnauit […] ».

« Primus rex gotorum Atanaricus regnauit […] ».

5d

DW interpolée

DW interpolée au règne de Wamba.
S’ouvre par : « Uuamba regnauit annos viiii mense I dies xiiii. Iste celebrauit concilium apud Toletum […]. »
Prologue (dissensions, concile).
Une lacune interrompt le texte de la DW stricto sensu après le siège de Malaga : « Malaga teneat de Data usque Maleocam, de Tenna usque Sedes Campo. » Le folio suivant manque.

DW interpolée au règne de Wamba.
S’ouvre par : « Ubamba regnauit annos viiii mense I dies xiiii. Iste celebrauit concilium apud Toletum […] »
Prologue (dissensions, concile).
Texte de la DW stricto sensu.
Épilogue (validation de la DW)
Se conclut par : « Post hæc Bamba regnauit annos quinque et mortuus est in pace et sepultus in Ualle de Monnio in ecclesiam Sancti Petri. »40

DW interpolée au règne de Wamba.
S’ouvre par : « Uuamba regnauit annis viiii mense I dies xiiii. Iste celebrauit concilium apud Toletum […] »
Prologue (dissensions, concile).
Texte de la DW stricto sensu.
Épilogue (validation de la DW)
Se conclut par : « Post hec regnauit V annis, et mortuus est in pace, et sepultus est in Castella in Ualle de Monnio in eclesia Sancti Petri. »

DW interpolée au règne de Wamba.
S’ouvre par : « Bamba rex ex genere gotorum regnauit ix anis. Iste celebrauit concilium apud Toletum […] ». Prologue (dissensions, concile).
Texte de la DW stricto sensu, sans la description détaillée des sièges sous la métropole de Braga (renvoi au Parrochiale).
Épilogue (validation de la DW)
Se conclut par : « [P]ost hec Bamba regnauit anos V, et mortuus est, et sepultus in Castela in Uale de Monio in eclesia Sancti Petri. »

5e

Fin du Laterculus

Mention des règnes d’Ervige et d’Egica.

Mention du règne d’Ervige.

6

Pseudo-Chronique d’Alphonse III

Pseudo-Chronique d’Alphonse III à partir de Witiza.
Elle se finit par « uiuit et gloriatur per nunquam finienda semper saecula saeculorum. Amen. »

Court résumé signalant que la chronique se poursuit en incluant les rois de León, puis de Castille, jusqu’à Sanche III de Castille et Ferdinand II de León.

7

Chronique de Sampiro

Chronique de Sampiro, sans les additions « pélagiennes ». Règne de Bermude II exclu.

8

Chronique de Pélage

Chronique de Pélage, sans le récit de la translation des restes royaux à Oviedo ni le dernier paragraphe de la vie d’Alphonse VI. Elle se clôt par les mots « Finitur hæc historia ».

9

Lettre du pape Jean remise par les prêtres Severus et Siderius

Lettre du pape Jean remise par les prêtres Severus et Siderius (mense Iulio, era dccclviiii).

[Lettre du pape Jean remise par les prêtres Severus et Siderius (mense Iulio, era dccclix)]41

Lettre du pape Jean (sans titre, i.e. sans le nom des messagers ni la date).

10

Lettre du pape Jean remise par Reinaldus

La lettre du pape Jean remise par Rainaldus (mense Nouembrio era dccclx).

[Lettre du pape Jean remise par Reinaldus (mense Nouembrio era dccclx)]

11

Privilège de l’église d’Oviedo

Privilège de l’église d’Oviedo (incomplet42).

[Privilège de l’église d’Oviedo]

12

Translation de l’Arche sainte de Jérusalem à Oviedo

[Translation de l’Arche sainte de Jérusalem à Oviedo]

Translation de l’Arche sainte de Jérusalem à Oviedo

  • 43 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 25-61 (plus particulièrement p. 53-54).
  • 44 Ibid., p. 54-59.

19Sous l’entrée R, les numéros 9 à 12 ont été restitués en suivant l’analyse faite par Jerez Cabrero de la structure que présentait le Codex uetustissimus, assez différente de celle de sa copie43. Sa conclusion, qui s’appuie entre autres sur le sommaire du fol. 116 de R, est que le Liber Itacii était, dans le manuscrit d’Oviedo, suivi par la lettre du pape Jean remise par les prêtres Severius et Siderius, puis celle transmise par Reinaldus, le Privilège de l’église d’Oviedo et la Translation de l’arche (ces textes n’ont pas été copiés par Morales). On trouve, après l’Histoire des Goths d’Isidore de Séville, le « Chronicon Vulsæ », l’Histoire de Wamba par Julien de Tolède et la CAIII(S). Jerez Cabrero insiste sur l’unité que forment les pièces allant du Liber Itacii à la translation de l’Arca sancta, « serie de textos que más acusan su factura o refundición ovetense »44.

20À présent, nous allons tenter de replacer les divers témoins du COA les uns par rapport aux autres, et d’éclaircir leur relation aux textes réputés à tort ou à raison d’inspiration pélagienne.

Santa Cruz n° 83 (BM Porto 1134) (SCr)

La Divisio Wambæ

21La DW de SCr est malheureusement lacunaire. Bien qu’interrompue après Malaga, il est possible d’affirmer que cette version appartient à la famille asturo-léonaise dont elle partage les leçons suivantes :

- Le texte contient le siège de Beacia (mais sans les limites).
- Le deuxième point du siège d’Oreto se lit « Ecigam », contre « Beacia » ou « Etiam » dans la famille aragonaise.
- Le quatrième point du siège de Valencia et le premier de Valeria se lisent « Alpont », contre « Lapont » dans la famille aragonaise.
- SCr donne la forme « Hermitas » pour le quatrième point du siège d’Oxoma, comme R, proche d’« Ermitas » de O et T, et « Emitas » de N, contre « Ermidas » dans la famille aragonaise.
- SCr donne la forme « Uaso doto » pour le quatrième point de Secobia. R et N ont « Uasodoto », T « Uasadota », le d et le s étant intervertis par rapport à O et à la famille aragonaise (« Uadosoto »).

22On remarque l’absence d’Ilici, siège présent dans la famille asturo-léonaise, néanmoins sans les points limites que transmettait la famille aragonaise.

23Surtout, le prologue adopte la même forme que ceux de la famille asturo-léonaise, avec une rédaction très proche de R, où il n’est pas fait référence au nombre d’évêques présents, contrairement à la famille aragonaise, et où le métropolitain de Tolède est Quirice (et non Julien ou un hypothétique Isidore). Voilà ce prologue selon R, et en note les variantes de SCr (nous avons mis en gras le lieu variant majeur) :

  • 45 Ubamba] Uuamba SCr ǁ [et archiepiscopos … dioceseos eorum] Partie rognée dans SCr ǁ Hyspani episcop (...)
  • 46 metropolim] metropolis SCr ǁ possuit] posuit SCr ǁ potestati] potestate SCr ǁ sedes] sedis SCr.

Era dclxv. Recesuintus regnauit annos xxiii menses vi dies xi. Ubamba regnauit annos viiii mense i dies xiiii. Iste celebrauit concilium apud Toletum. Et erat tunc temporis contentio inter episcopos et archiepiscopos super omnes terminos dioceseos eorum. Et nulla conuenientia erat inter illos. Et congregati sunt omnes Hyspani episcopi et archiepiscopi. Et celebrauerunt concilium in Toleto. Et inuitauerunt regem Bambanem ad concilium, ut diuideret inter eos terminos episcopales. Rex Bamba ut uidit contentionem eorum, misericordia motus uenit ad concilium. Et diuisit sic terminos inter eos.45
Primum diuisit Toletum sub potestate archiepiscopi Quirici qui tunc temporis ibi erat archiepiscopus. Toletum metropolim
et alias xviiii sedes possuit sub potestati supra fati archiepiscopi Toletanæ sedes. Et diuisit terminos inter ipsas sedes.46 (R fol. 8v-9r°)

  • 47 Notons que misericordia, d’un emploi peu fréquent chez Sampiro, apparaît à deux occasions dans la n (...)

24Per2 (fol. 222v°) et N (fol. 25r°) contiennent comme R et au même endroit, les mots « misericordia motus ». On constate, à travers O (fol. 39r°) et Sto (fol. 70r°), que le prologue de la Compilation B, très différent, a pourtant lui aussi conservé la même expression, probable réminiscence de l’Évangile selon Luc, où elle revient trois fois (Luc. 7, 13 ; 10, 33 = parabole du Bon Samaritain ; 15, 20)47. À la place, on lisait dans SCr « pressit eum pietas ».

  • 48 Sans y chercher plus qu’il ne faut, le basculement pietas / misericordia n’est toutefois pas sans i (...)
  • 49 Bible de Huesca : H = Museo Arqueológico Nacional (Madrid), 1962/73/1 (XIIe s.) ; même texte in Bib (...)

25Très proche du reste de la famille asturo-léonaise, cette variante assure cependant que SCr ne dérive pas, directement ou indirectement, du prototype des autres versions de ce groupe, puisque le prologue de la DW utilise précisément « pressit eum pietas »48 dans la bible de Huesca (famille aragonaise)49 :

  • 50 Bambe] Bambane P ǁ [Et congregati … archiepiscopos] Et congregati … archiepiscopos et abbates P M ǁ (...)
  • 51 Primum] Primo P M ǁ archiepiscopi Ysidori] Iuliani archiepiscopi P M ǁ metropolis] metropolim M met (...)

In era dclv in tempore regis Bambe erat contencio inter episcopos et archiepiscopos super terminos eorum. Et nulla conueniencia erat inter illos. Et congregati sunt ccclxvi inter episcopos et archiepiscopos. Et fecerunt concilium in Toleto. Et inuitauerunt regem Bambam ad concilium in Toleto, ut diuideret inter eos terminos. Rex Bamba ut uidit contencionem eorum, pressit eum pietas et uenit ad concilium. Et diuisit terminos inter illos.50
Primum diuisit Toletum. Et posuit capitalem sedem sub potestate archiepiscopi Ysidori. Toletum metropolis et alias
xx sedes posuit sub potestate archiepiscopi Toletane sedis. Et diuisit terminos inter ipsas sedes.51 (H fol. 3v°)

Les lettres du pape Jean et le Privilège de l’église d’Oviedo

  • 52 Thomas DESWARTE, « ¿ Una nueva metrópoli en Oviedo ? Dos falsas bulas del obispo Pelayo (1098/1101- (...)
  • 53 À ce sujet, nous renvoyons aux remarques plus larges sur le LT de Miguel CALLEJA PUERTA et María Jo (...)
  • 54 S’agit-il d’une hypercorrection ? L’ère DCCCLVIIII de la première lettre devient DCCCCVIIII : Pélag (...)

26La version des lettres du pape Jean procurée par SCr rejoint l’analyse de Thomas Deswarte, quand il remarque que la rota, la devise « Verbo Domini celi firmati sunt », la phrase « Datum per manu Petri sanctæ Romanæ æcclesiæ diaconus cardinalis apud Romanam urbem » suivie de la date, la signature du pape « Ego Johannes catholicæ æcclesiæ æpiscopus », qu’il relève dans la version du Liber Testamentorum d’Oviedo (LT) ne peuvent être que des interpolations52. Si la rédaction des lettres dans SCr et celle transmise par le LT et le Liber Chronicorum d’Oviedo sont quasi-identiques, cet habillage n’apparaît ni dans SCr, ni dans O. On peut donc supposer qu’il a été ajouté ultérieurement53. Cependant, l’affirmation « esos […] documentos son falsos, y son obra del obispo Pelayo de Oviedo » est par trop rapide. Certes, la première lettre sert à justifier le titre métropolitain d’Oviedo, mais les arguments de Deswarte sur le type d’interpolations ne font que la placer dans un xie s. large ; le reste est un bon exemple de raisonnement circulaire (la preuve qu’il s’agit d’une falsification de Pélage est que Pélage est un falsificateur, etc.). Ce qui est certain, c’est que les dates des lettres ont été modifiées ou corrigées dans O (fol. 54), de telle sorte qu’elles correspondent au règne d’Alphonse III et se rapprochent du pontificat de Jean VIII54.

27Nous n’étudierons pas dans le détail le Privilège de l’église d’Oviedo ; on se contentera de signaler que lorsque l’on procède à une comparaison avec la version du LT plusieurs longs passages sont absents de SCr, outre la date de l’acte et les souscriptions des évêques. Plus intéressant pour nous est que la référence au Liber Itacii y est présente dans des termes équivalents : « Si scire uolueritis Idacium librum legite et per ipsas ciuitates annotatas inuenietis sedes » (SCr fol. 144).

Place de SCr dans la tradition manuscrite

  • 55 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 56.
  • 56 Cela invalide l’opinion de P. DAVID, op. cit., p. 542, qui voyait dans le dernier cahier de SCr un (...)

28Revenons à la pertinente remarque de Jerez Cabrero sur « la serie de textos que más acusan su factura o refundición ovetense » dans le Codex uetustissimus55 : à l’exception de la Translation de l’arche, on constate que nous avons là les textes de SCr56. Or, comme il a été dit plus haut, SCr ne les tire pas du Codex uetustissimus, puisque la DW reprend une leçon présente dans la famille aragonaise (bible de Huesca) dont il n’y a pas lieu de croire qu’il s’agisse d’une contamination. La famille aragonaise n’est pas non plus issue de la famille asturo-léonaise, entre autres parce que les sièges de León, Oviedo et Zamora n’y sont pas interpolés.

  • 57 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 65.

29On en conclut donc que SCr contient une version précoce de la DW du groupe asturo-léonais, déjà associée à des textes « de inconfundible sabor ovetense »57. L’absence d’Ilici dans SCr, contrairement aux autres versions des familles asturo-léonaise et aragonaise, indique cependant que la copie n’est pas strictement fidèle au prototype de son groupe.

, prototype des BNE 8592 (Brb) et 9317 (Fer)

L’Ordo annorum mundi (OAM)

  • 58 Sur ce texte et sa tradition : José Carlos MARTÍN-IGLESIAS, Iuliani Toletani episcopi opera, Pars I (...)
  • 59 Ibid., CXV-A, p. 246-247.
  • 60 Ibid., CXV-A, p. 269-272.

30De nos textes, seul Fer fol. 1 transmet un Ordo annorum mundi breui collectus à Domino Iuliano Toletane sedis episcopo58. Martín-Iglesias écarte le BNE 8395 (copie de Fer, dont il ignore l’existence) au prétexte qu’il s’agit de « un manuscrito del Liber chronicorum de Pelayo de Oviedo »59. Il analyse cependant dans la tradition indirecte les versions contenues dans les Compilations A et B, qu’il reproduit60. Sa conclusion est que :

O bien el obispo ovetense conoció una versión de OAM fechada en tiempos de Wamba y que contenía en su conclusión el cálculo milenarista propio de OAM-3, con lo que tendríamos por vía de transmisión indirecta una recensión de OAM no conservada en la tradición directa; o bien se ha servido de dos códices para la redacción de su cómputo, contaminando por el final un ejemplar de OAM-4 con un representante de OAM-3.

  • 61 Ibid., CXV-A, p. 276.

31La version de Fer est assez déficiente, avec des lacunes qui peuvent provenir de difficultés de lecture sur son prototype. On constate cependant que Fer n’inclut aucune des références à Wamba, mais reprend bien, avec quelques divergences, « el cálculo milenarista propio de OAM-3 » suivant la classification de Martín-Iglesias. Fer transmettrait donc, quoique médiocrement, ce représentant de OAM-3 utilisé et interpolé par Pélage. Signalons néanmoins l’absence de « uero » dans « Post restaurationem uero templi », caractéristique, selon Martín-Iglesias61, du modèle ϕ des versions OAM-4.

La pseudo-Chronique d’Alphonse III

32La valeur de résidait dans la pseudo-Chronique d’Alphonse III qu’il transmettait. Sans entrer dans une analyse détaillée, nous pouvons esquisser à grands traits les rapports entre celle-ci et les deux versions de la CAIII.

  • 62 Y. BONNAZ, op. cit., p. 214-215.
  • 63 Pour une liste des faits rapportés uniquement dans l’une ou l’autre version, J. GIL, op. cit., p. 1 (...)
  • 64 Teodofredi] Rofreredi Brb ; Tofre (en marge : Teodofredi) Fer ǁ genere] gente Fer.

33Il n’est pas nécessaire d’insister sur la césure rédactionnelle entre la première partie de la pseudo-CAIII de , et la seconde qui se cale à partir du règne d’Ordoño Ier sur la fin de la version CAIII(S) (qui, on le sait, converge elle-même un peu après avec CAIII(r)62). Si la partie « originale » de la pseudo-CAIII n’est pas un résumé de la CAIII, il existe cependant un lien entre elles, en tout cas après le règne d’Egica, lien qui n’est pas direct et dont il est difficile de déterminer la nature. Non seulement un certain nombre d’informations transmises par la pseudo-CAIII sont absentes des deux rédactions de la CAIII (sépultures des rois asturiens, les livres de Saint-Pierre de Camarmeña), mais si les faits rapportés et les idées développées sont souvent proches (à ceci près que la pseudo-CAIII est bien plus chiche), le vocabulaire et les tournures employés sont rarement les mêmes. Et que dire d’informations alternativement présentes dans l’une ou l’autre version de la CAIII63 ? On trouvait dans  : « Rodericus filius Teodofredi ex genere regali » (Fer, fol. 9r° ; Brb, fol. 160r°) 64, origine royale seulement rapportée par la rotensis ; mais quelques lignes plus loin, on lit « Pelagius Fafile qui erat ex gente gotorum », la filiation de Pélage n’étant évoquée que par la CAIII(S). Dans comme dans la CAIII(S), Oppa occupe le siège de Séville (et non de Tolède), tandis que seuls et la rotensis mentionnent la filiation d’Ermesinda, épouse d’Alphonse Ier puis signalent que la construction de Sainte-Croix de Cangas est due à Fafila. Sans parler du rapprochement progressif des textes de et la CAIII(S) au cours du règne de Ramire Ier.

34 représenterait-il alors un état plus ancien des rédactions de la CAIII (sachant que a indubitablement été interpolé) ? C’est assez difficile à imaginer (il faudrait supposer une rédaction intermédiaire), mais il ne nous semble pas que l’on puisse d’emblée écarter cette hypothèse de manière définitive.

Parenté de SCr et

35Tout d’abord, le prologue de la DW de contenait les mots « misericordia motus » ; il se rattachait donc en premier lieu au reste de la famille asturo-léonaise à l’exclusion de SCr.

  • 65 Cindasuintus] Cisdanuitus Brb ǁ VIIII, et cum] VIII cum Brb ; VIIII cum Fer ǁ Recesuinto] Recesunto (...)

36Cependant, SCr et présentaient des leçons communes absentes du sous-groupe d’Oviedo (= R et Compilation B de Pélage). Cette parenté, même assez limitée, est un premier indice pour établir que n’était pas issu du prototype du sous-groupe d’Oviedo. Nous avons relevé quatre divergences dans le Laterculus et la DW :

- « Eduricus » (SCr fol. 142 r° ; Brb fol. 159r° ; Fer fol. 4v°) contre « Euricus » (R fol. 8v°).
- « Theudis regnauit annos vi mense i. » (SCr, Brb, Fer, id.) contre « […] xvi mense i. » (R, id.).
- « Cindasuintus regnauit solus annos vi menses viiii, et cum filio suo domno Recesuinto rege regnauit annos iii menses viii dies xi » (SCr fol. 142r° ; Brb fol. 159r° ; Fer fol. 4v°-5r°)65 contre « Cindasuintus regnauit solus annos vi menses viiii dies xi » (R fol. 8v°. La lacune de R ne résulte pas d’une erreur due à la copie de Morales : O fol. 38r° donne « Cindasuintus […] regnauit annos vi menses viiii dies xi ». Au fol. 38v° « Recesuintus […] regnauit autem annos xxiii menses vi dies xi et cum patre suo regnauit annos iiii menses vii dies xi », est, par contre, avec ce qui précède dans O depuis kalendas septembris, très ponctuellement tiré du Chronicon « Vulsæ » (R fol. 18r°).
- (2e point de Setabi dans la DW) « Almoletam » (SCr fol. 142v° ; Fer fol. 5v°) contre « ad Moletam » (R fol. 9r°) ou « Molletam » (O fol. 39v°).

Place de par rapport aux textes sources de Pélage, Luc de Tuy et la Najerense

  • 66 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 68.
  • 67 Fer omet seulement le mot omnem.

37présentait d’autres lectures révélant son indépendance par rapport aux ouvrages pélagiens. D’abord Jerez Cabrero a noté que les mots ad et applicauit dans la phrase « Rex uero Ordonius omnem exercitum ad ciuitatem applicauit. In eam quoque […] » avaient été raturés dans le codex probablement utilisé par Pélage (et consulté en 1606 par Castellá-Ferrer), qui avait alors comblé les manques de la façon suivante : « Rex uero Ordonius omnem exercitum praedictam ciuitatem obsedit in eam quoque […] »66. Au contraire, la phrase contenue dans Brb, fol. 162v° et Fer, fol. 12r°, est exactement celle du codex Soriense (dans sa copie BNE 1376, fol. 162r°)67.

38D’autre part, on constate (Annexe 1) que la plupart des interpolations dites « pélagiennes » à la CAIII dans les manuscrits sortis d’Oviedo ou leurs dérivés, se retrouvaient dans le texte de , alors qu’il ignorait la plus grande partie du texte alphonsin. Ces interpolations, présentes en nombre chez Luc de Tuy, ont fait conclure qu’il les avait tirées de Pélage. Il existe cependant plusieurs détails, ignorés à la fois par la CAIII et Pélage (et peut-être apocryphes) mais contenus dans et le Chronicon Mundi, qui montrent que le Tudense avait sous les yeux une version du COA quand il écrivait. Nous les donnons du plus au moins probant :

- Seuls et Luc de Tuy indiquent que c’est Alphonse le Chaste qui a désigné Ramire Ier comme son successeur, les autres textes disant qu’il a été élu après la mort d’Alphonse.
- et Luc de Tuy sont seuls à fournir une liste des enfants d’Alphonse Ier pour laquelle ils suivent le même ordre, et en procurent une identique pour celle des territoires repeuplés par ce roi. Eux seuls présentent Vimaranus comme le père de Bermude Ier, alors que le reste des chroniques, Pélage inclus, reprennent celle d’Alphonse III et le font fils de Fruela, frère d’Alphonse Ier.
- Seuls et Luc de Tuy donnent le lieu de sépulture de Bermude Ier (Oviedo), et le nom de sa femme (Minuila / Nunilo).
- Le lieu de sépulture d’Alphonse Ier (Sainte-Marie de Cangas) est qualifié par et Luc de Tuy d’église, tandis qu’il s’agit d’un monastère chez Pélage.
- Luc de Tuy évoque au même endroit que le transfert de l’évêché de Lugo à Oviedo (mais dans les mêmes termes que Pélage, légèrement différents de ceux de ).

39Dans le Parrochiale suève, se rattachait au prototype de Luc de Tuy plutôt qu’à Pélage sur les points suivants :

- « […] concilium in Gallecia apud Lucensem urbem » (Brb fol. 158r° ; Fer fol. 2 ; T : III, 12, 6-7) contre « […] concilium in metropolis Bracharæ » (R fol. 7v°) ou « in Gallecia concilium […] apud metropolis Bracare » (O fol. 27v°).
- Sous Bracara : « Lameco » (Brb fol. 158r° ; T : III, 12, 21-22), « Lameto » (Fer fol. 2v°) contre « Lemeto » (R fol. 7v° ; O fol. 27v°) ; « Adonoste » (Brb fol. 158r° ; Fer fol. 2v° ; T : III, 12, 22) contre « Anoaste » (R fol. 7v° ; O fol. 27v°).
- Sous Portugale : « Longoaste » (Fer fol. 2v°) ou « Pangoaste » (T : III, 12, 30) est absent de R fol. 7v° et O fol. 27v°.
- Sous Conimbria : « Siminio » (Fer fol. 3r°), « Suninio » (T : III, 12, 36) se lit « Eminio » dans R fol. 7v° ; O fol. 40r°.
- Sous Viseo : « Suberbeno » (Fer fol. 3r° ; T : III, 12, 38) est absent de R fol. 8r° et de O fol. 40r°.
- Sous Tude : « Cortase » (Fer fol. 3v°) ou « Cartasse » (T : III, 12, 55) se lit « Gartese » dans (R fol. 8r°) ; les paroisses de Tude sont absentes de O.
- L’ordre des sièges du Parrochiale est entièrement le même dans Fer et T. Il est identique à R jusqu’à Viseo inclus, mais ensuite, Fer et T ont : Iria, Lugo, Orense, Astorga, Tuy, Bretonica ; et : Tuy, Orense, Iria, Lugo, Bretonica, Astorga.

  • 68 Ibid., p. 112-114 et p. 137-140.

40Si l’on se réfère à présent à l’analyse des parentés entre les DW de R, O, N et T effectuée par Jerez Cabrero, on note dans Fer un mélange de leçons propres au couple R-O avec celles de N-T68. Nous les indiquons à la suite ; celles précédées d’un astérisque n’ont pas été relevées par Jerez Cabrero.

Tableau 2 : Leçons communes à Fer et R-O (sous-groupe d’Oviedo) contre N-T

  • 69 Elles sont identiques dans *ω et R. Contrairement à ce qu’affirme E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 13 (...)

Leçons Fer et R-O

Leçons N-T

« Pintam » comme 3e point d’Oreto.

« Petra »

(*) « Astri » (Fer R) ; « Beastri » (O) comme 2e point d’Urgi.

« Gasti » (N) ; « Gastri » (T)

(*) « in Lonsolam » (Fer) ; « in Losolam » (R) ; « Losonam » (O) comme 2e point de Bagastri
« in Losolam
 » (Fer R) comme 2e point d’Ilici.

« in Soloniam » (T) comme 2e point de Bagastri.
« in Solomam » (N) comme 2e point d’Ilici.

(*) Points limites de Bagastri répétés à l’identique sous Ilici (Fer R).

Pas de répétition.

« Tozam » (Fer) ; « Toza » (R O) comme 3point de Segobrica.

« Tega » (N) ; « Toga » (T).

« Archabicam » (Fer) ; « Arc(h)abica » (R O)

« Arabica »

(*) Pas de lacune aux deux derniers points de Compluto.

Deux derniers points de Compluto omis.

(*) « Sotobra » comme 1er point d’Elbora.

« Sotebra »

Description étendue de « Lugo des Asturies » (Fer R)69.

Additions (suivant T) : « […] per flumen magnum Oue […] per Sumum Rostrum, per Sumum Cabrium, per Portas de Sancta Agatha, per Pozazalem, per Lumbam de Folios […] per riuulum de Vmania, Lunam, Vadabiam, Paredes, Flazianam usque ad Pireneos montes […] Villam Quexidam, per Coyanquellam […] Paramum […] »

« Amaia(m) » comme 2e point d’Auca.

« ad Maiam »

(*) « Lusa » comme 1er point d’Agathe.

« Rusa »

(*) « Mirlam » comme 4e point d’Agathe

« Mirdam »

(*) Absence de bourdon à Nemauso (Magalona et Nemauso avec toutes leurs limites).

Bourdon à Nemauso (lacune de « de Castello Milliam usque Angoram. Nemauso teneat de Busa usque Angoram »)

Tableau 3 : Leçons communes à Fer et N-T contre R-O (sous-groupe d’Oviedo)

Leçons Fer et N-T

Leçons R-O

(*) « Losola(m) » premier point de Tude (absent de N)

« Sola(m) »

(*) Mêmes limites à Astorica (absent de N).

Absent (R) ; autres limites (O).

Absence de bourdon à Gerunda (Exara et Gerunda avec toutes leurs limites).

Bourdon à Gerunda (lacune de « de Montesa usque in Portellam. Gerunda teneat de Palada usque Iusta- »)

(*) « Iustaman(t) » 2point de Gerunda.

« Mant »

« Lotica(m) » et « Tallam » en 3e et 4e points de Pampilona.

Lacune.

  • 70 Voir en Annexe 1 (Additions pélagiennes absentes de *ω).

41Le Tudense et l’auteur de la Najerense puisent dans le COA des informations qui ne sont pas passées dans Pélage ; inversement, ils n’ont pas transmis ce qui est dans Pélage mais ne provient pas de la CAIII(S), du COA ou du Chronicon « Vulsæ »70. Ceci nous mène à la conclusion qu’ils n’ont pas utilisé une des compilations pélagiennes, mais uniquement une version du COA.

  • 71 David GAZEL, « Origine et histoire du BnF Latin 3881 : l'évêque de Maguelone Galtier et l'érudit mo (...)
  • 72 Le terme mouhon higas nous est inconnu et il est peut-être mal reproduit ; il est possible en effet (...)

42Signalons enfin une lecture assez curieuse. Nous avions relevé deux interpolations concernant Britanica et Legio dans la version de la DW transmise par le BnF Latin 3881 (famille aragonaise), probablement dues à des notes tirées d’un texte asturo-léonais qui avaient été mal replacées à la suite d’une nouvelle copie71. Les derniers mots de la description de Legio (qui peuvent se lire « et usque ad illas mouhon higas ; per illas oxas »72) n’apparaissaient cependant dans aucune autre version étudiée par Vázquez de Parga. Si Fer n’a pas le début du paragraphe (« Post hac dixit Bamba rex coram omnibus astantibus », aussi présent dans R), le reste est quasi identique au manuscrit parisien :

Legio que nunquam fuit subdita ulli archiepiscopatui, teneat per suos terminos antiquos, de Riuulo Sicco usque ad Pinneos montes, et Perpetuam rubeam usque ad flumen Carrionem, et usque ad illas mohondigas et per illas oxas. (Fer, fol. 7r°)

  • 73 Voir ces textes in E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 135-136 ; D. GAZEL, op. cit., p. 11.

43Cette lecture permet évidemment de confirmer le mode de contamination du BnF Latin 3881 ; mieux encore, les différences fondamentales (en excluant les erreurs de copie attribuables à ) avec le même passage dans R, O, N et T73 montrent que ceux-ci ont un ancêtre commun qui n’est pas . Ce dernier constitue donc soit une version encore antérieure, soit une branche distincte de la tradition asturo-léonaise.

BNE Res.35 (Car)

  • 74 Tout comme dans les versions isolées du Parrochiale (P. DAVID, op. cit., p. 19-20).

44Le texte des folios 136v°-137v° de Car présente de nombreuses similitudes avec ceux de R, SCr et . Il ne dérive pourtant d’aucun d’eux : contrairement à SCr, il reprend l’expression « misericordia motus » ; absente de , il intègre la référence au Liber Itacii en incipit ; le concile où est adopté le Parrochiale se tient non à Braga comme dans R et la Compilation B, mais à Lugo, comme dans 74.

45Ainsi que Catalán l’avait vu, ce texte est étroitement apparenté à la Najerense, et, dans une moindre mesure, au Chronicon Mundi :

  • 75 D. CATALÁN, op. cit., p. 87.

Otra vía para intentar desentrañar el proceso de constitución de los textos representativos, o herederos indirectos, de las manipulaciones que Pelagius realizó sobre la tradición historiográfica y documental precedente nos abre el ms. Res. 35 de la Biblioteca Nacional de Madrid, no tenido en cuenta por la erudición respeto al tema que nos ocupa. A pesar de su fecha tardía, es de gran utilidad para establecer la evolución del « Liber Itacii » pelagiano, sus conexiones con la tradición lucense sobre la división de las sillas gallegas y, sobre todo, la relación del « Liber Itacii » con los textos de origen najerense (la Chronica y los manuscritos copiados para San Zoilo de Carrión), así como del Chronicon Mundi con diversas ramas textuales pelagianas.75

  • 76 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 51-52.

46Passons sur la traditionnelle mise en accusation de Pélage, puisqu’il est faux de dire que Car est dérivé des œuvres produites par celui-ci. Plus importants sont les liens avec la Chronica Naierensis et les copies de San Zoilo de Carrión repérées par Vázquez de Parga76. L’analyse que nous en faisons est par nature malheureusement réduite : l’extrait transmis par Car est limité, et la Najerense n’a pas utilisé le Parrochiale suève.

  • 77 Lecture brouillée par une correction ultérieure ayant ajouté un i ; un t minuscule avait été cepend (...)

47C’est le corps de la DW qui offre la meilleure base de comparaison ; plusieurs particularités sont propres aux trois textes Car, N et Z, et elles ne se retrouvent nulle part ailleurs (on rappelle que Z ne reproduit que les provinces de Tolède et Tarragone) :

- L’absence des limites associées aux sièges de la province de Braga est le trait le plus significatif (N fol. 26r° ; Car fol. 137r°).
- « Oreto » remplacé par « [T]oleto » / « Toletum » (N fol. 25r° ; Z fol. 141v° ; Car fol. 136v°).
- « Bagastri » remplacé par « de Gastitoñ » (Z fol. 141v°) ; « de Gasti tñ » (N fol. 25v°) ; « de Gastri » (Car fol. 136v°).
- Il n’y a pas de limites à Bagastri / de Gasti ; celles-ci sont déplacées à Ilici.
- Le 2e point de Denia est « Unie » (Z fol. 141v°) ou « Uine » (N fol. 25v° ; Car fol. 136v°), contre « Uinitam » (R fol. 9r° ; O fol. 39v°), « Umitam » (SCr fol. 142v°), « Innitam » (: III, 13, 20), « Iunitam » (C fol. 143v°).
- « Italica » remplacé par « Telica » (N fol. 25v° ; Car fol. 136v°77).
- Le 3e point d’Elbora est « Tutella » (N fol. 26r°) ou « Tutela » (Car fol. 137r°).
- Une lacune aux 2e et 3e points de Calabria (N fol. 26r° ; Car fol. 137r°).
- « Ilerita » remplacé par « Metica » (Z fol. 141v°) ou « Merita » (N fol. 27r° ; Car fol. 137r°).

  • 78 J. ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, p. 87 (I, 198, 34) a lu « Enutas ».

48Mais deux leçons témoignent de spécificités communes à Z et N :

- Le 2e point d’Oreto (ici Toleto) est « Ecijam » (Car fol. 136v°), proche du « Ecigam » de SCr Fer O R T, contre « Cegam » (N fol. 25r° ; Z fol. 141v°).
- Le 4e point d’Oxoma est « Ermitas » (Car fol. 136v°), comme dans O T ou « Hermitas » dans SCr Fer R, contre « Emitas » (N fol. 25v° ; Z fol. 141v°)78.

49Soit N et Z sont issus d’un texte intermédiaire qui n’est pas le prototype de Car, soit Z est dérivé de N.

50Étrangement, ZB, à l’opposé de Z qui ne comprend pas le prologue de la DW, le présente dans les mêmes termes que Car, avec la même particularité en introduction par rapport aux autres textes asturo-léonais :

« Bamba, rex ex genere gotorum, regnauit ix annos. Iste celebrauit […] » (Car fol. 136v°)
« 
Vamba, rex ex genere gothorum, regnauit annos ix, mense, dies xiiii. Iste celebrauit […] » (ZB fol. 133v°)

  • 79 Sur cette classification : L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 13-30.

51Cependant ZB, au lieu d’être suivi par la DW, inclut une liste de sièges de type « Compluto »79 sans limites associées.

  • 80 P. DAVID, op. cit., p. 23.

52Quand on en vient au Parrochiale, les leçons de Car (fol. 136v°) restent pour la plupart isolées puisque le texte est absent de N et bien entendu de Z. Comme le Parrochiale de Car est abrégé (pas de liste de paroisses), les remarques à faire sont limitées :

- Comme dans et T, le concile qui approuve le Parrochiale se tient à Lugo (« de Galice »).
- Le nom du roi qui convoque le concile est « Teodoricus » dans Car comme « T(h)eodericus » dans N (fol. 26r°) et R (fol. 7v°) contre « Theodomirus » (: III, 12, 5), « Theodemir. » (Fer fol. 2).
- Le « Ad sedem Dumiensem, familia regia » de Car est, d’après Pierre David, typique des textes « ithaciens » (c’est-à-dire « interpolés ou fabriqués par Pélage d’Oviedo »)80, mais en réalité du COA et de ses dérivés.
- L’ordre des diocèses du Parrochiale est un peu changé par rapport à T, avec une lacune :
* Dans : Braga / Dume / Idanha / Porto / Lamego / Coïmbre / Viseu / Tuy / Ourense / Iria / Lugo / Bretonica / Astorga
* Dans Car : Braga / Dume / [manquent Idanha et Porto] / Lamego / Coïmbre / Viseu / Lugo / Ourense / Iria / Astorga / Tuy / Bretonica
* Dans : Braga / Dume / Idanha / Porto / Lamego / Coïmbre / Viseu / Iria / Lugo / Ourense / Astorga / Tuy / Bretonica.

- Comme dans , les Vandales et les Suèves sont demeurés deux cents ans en Hispanie Ultérieure et Citérieure, contre trois cents dans R (fol. 8v°).

  • 81 J. ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, p. lxx-lxxvii.

53Une dernière remarque sur la parenté entre Car et la Najerense, et la datation de celle-ci. Estévez Sola propose de la retarder au moins jusqu’à la décennie 118081. Mais il s’étonne de ce que l’ouvrage s’arrête sur la mort d’Alphonse VI en 1109, alors qu’en toute logique l’auteur aurait dû poursuivre jusqu’à Sanche III. Ce que nous apprend Car, c’est qu’une telle continuation existait au moins dans sa source, quoiqu’elle ne soit pas nécessairement dans celle de la Najerense.

Le Chronicon Ovetense et ses appendices

Structure du COA

  • 82 Du moins sous sa forme *Oviedo2 (voir plus bas la proposition de stemma).
  • 83 P. DAVID, op. cit., p. 19-20.

54Le tableau 1 permet de reconstituer partiellement, avec quelques inconnues, ce que contenait le COA82. Il faut y ajouter quelques remarques :

- L’amorce est incertaine. Elle pourrait inclure l’Ordo annorum mundi du pseudo-Julien que seul transmettait (mais il était connu de Pélage qui l’intègrera à la Compilation B (O fol. 23-24r°)), si le COA avait l’ambition de se présenter comme une sorte d’abrégé de chronique universelle.
- La présence du Numerus Sedium Hispaniensium ne fait guère de doute ; sa position davantage. Il était le premier des textes du Codex uetustissimus tandis qu’il se trouvait placé après la chronique de Pélage dans .
- Quoique n’ait pas inclus l’incipit où est nommé le Liber Itacii, les textes de R et Car doivent refléter celui du prototype commun.
- Le lieu du concile du Parrochiale était Lugo dans le prototype commun, à l’image des versions isolées83. Seuls les textes pélagiens parlent de Braga.
- Il est important de relever que l’épître d’Alphonse à Sébastien avait disparu du Liber Itacii dans le Codex uetustissimus, mais qu’elle y réapparaissait devant la CAIII(S) avec le qualificatif castus appliqué au roi (R fol. 11v°).
- Nous reviendrons sur la présence de la chronique de Pélage dans cet ensemble.

  • 84 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 91.

55Tous les textes se rencontrent au moins une fois dans un des manuscrits étudiés (SCr, Brb, Fer, Car), et ils sont passés, soit intégralement, soit sous la forme d’interpolations, dans les ouvrages pélagiens, Codex uetustissimus et Compilation B (sans évoquer la Compilation A). Contrairement à l’opinion de Jerez Cabrero84, les Lettres du pape Jean, le Privilège de l’église d’Oviedo et la Translation faisaient déjà partie de ce pot-pourri.

56Malgré l’hétérogénéité de cet ensemble, les différents morceaux s’intriquent les uns avec les autres. Par exemple, le lien entre le Privilège et la chronique du COA est explicite. En effet, on lit dans le premier :

  • 85 Dans SCr, les mots in era DCCCXXVIII sont tracés en rouge et placés de telle sorte que la continuit (...)

Si uero antiquas sedes que in canonibus resonant, uel alias nouas quas modo nominauimus, id est Lugo in Asturiis, Saxomonem, Celenes, uel alias quas nec Sueui, nec Goti usque in era dcccxxviii85 restaurare potuerunt, si scire uolueritis, Idacium librum legite, et per ipsas ciuitates annotatas inuenietis sedes. (SCr fol. 144v°)

57Réciproquement, la notice d’Alphonse II dans faisait allusion au supposé concile du Privilège :

  • 86 sicut] sicud Brb ǁ Euandalis] Euuandalis Brb ǁ Iohanis] Joannis Fer ǁ ordinauit] ordenauit Fer.

Iste [Adefonsus Castus] […] diocesim quam Oueto possidet cum omnibus episcopis qui tunc temporis erant, sicut ab Euandalis regibus concessum fuerat, ita confirmauit, et consilio cuncti ordinis Ispanie siue Caroli regis, tempore Iohanis pape, archiepiscopalem sedem Ouetum ordinauit.86 (Brb fol. 161v° ; Fer fol. 10v°)

58On sait que l’histoire de l’arche est absente des versions non pélagiennes de la CAIII ; la chronique de établissait un lien entre l’arrivée de l’arche et le princeps Pélage, ainsi qu’entre son installation à Oviedo et Alphonse II. À son tour, le texte de la Translation intégrait en la retravaillant la première phrase du règne d’Alphonse le Chaste de la CAIII(S) (épisode de Mokehit / Mugayt). Pélage ne modifie d’ailleurs rien à cette version lorsqu’il la reprend dans la Compilation B (O fol. 48v°) ; il est peu probable qu’elle sorte de sa plume car là où R fol. 15r° portait « Huius regni anno tertio Agarenorum exercitus ingressus est Asturias […] », O revient à la forme originelle Arabum. L’utilisation de l’épître d’Alphonse à Sébastien par l’« inventeur » du Liber Itacii implique que celui-ci avait accès à la version CAIII(S) : il a pu s’en resservir en d’autres endroits du COA.

Pélage et le COA

  • 87 Georges CIROT, « La Chronique léonaise et les Chroniques de Sébastien et de Silos », Bulletin Hispa (...)

59Dès 1916, Georges Cirot, étudiant la Crónica Najerense, avait eu l’intuition que Flórez attribuait à tort à Pélage les interpolations de la CAIII. Il supposait avec perspicacité des « addition[s] marginale[s] anonyme[s] mise[s] sur un manuscrit et insérée[s] dans la copie que Pélage a eue sous les yeux »87.

  • 88 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 22-23 ; p. 58 ; p. 61.

60Plus tard, Jerez Cabrero a remis en cause le postulat qui fait du Liber Itacii de R une invention pélagienne88. Grâce à Brb et Fer, on constate que le COA, qui contenait déjà ce texte, a été exploité diversement par Pélage, Luc de Tuy et l’auteur anonyme de la Crónica Najerense. Parce qu’ils reprenaient, parfois, les mêmes passages, les regards se sont portés vers le plus ancien des trois et on a prétendu que Pélage en était l’auteur, le taxant par la même occasion de faussaire et d’affabulateur. C’est un mauvais procès.

  • 89 Ibid., p. 150.

61Conjecturer que le texte de aurait été fabriqué en extrayant presque systématiquement les interpolations contenues dans la version pélagienne de la CAIII est inenvisageable. On pourrait toutefois rétorquer que c’est qui est une création pélagienne. Rien ne permet d’étayer une telle assertion : on a relevé les passages de qui ne sont autrement connus que par la CAIII(r), texte que Pélage n’a vraisemblablement jamais eu entre les mains89. L’évêque d’Oviedo n’atteint par ailleurs jamais un tel point d’incohérence que ce qui s’observe dans le COA, et le reste de son œuvre n’est nullement centrée sur Alphonse II. Surtout, s’il était l’auteur d’une telle mystification, pourquoi reprendrait-il aussi fidèlement ses propres créations au fil des réécritures ?

  • 90 Voir en Annexe 1 (Additions pélagiennes à la CAIII absentes de *ω).

62D’ailleurs, si l’on procède à une analyse exhaustive de la Compilation B entre les règnes de Wamba et d’Ordoño Ier, c’est-à-dire la période couverte par la partie la plus originale du Chronicon Ovetense, la technique compositrice de Pélage saute aux yeux : il aurait particulièrement apprécié les fonctions copier-coller des logiciels contemporains, et il ne brille certes pas par son originalité. Il est très difficile de trouver une phrase qui ne soit pas tirée de la CAIII(S), des diverses pièces contenues dans le COA ou du Chronicon « Vulsæ »90. Le seul reproche que l’on puisse faire à l’auteur est de parfois combiner des morceaux a priori sans rapport, comme quand il réarrange des passages du Parrochiale suève à l’intérieur de la DW, les faisant confirmer par Wamba.

  • 91 « Et ab Adefonso rege casto usque ad Ueremudum regem podagrigum Sampirus Astoricensis ecclesie epis (...)
  • 92 L. BARRAU-DIHIGO, op. cit., p. 20.

63Il est plus facile de supposer que Pélage a perçu les incohérences de ses sources, et les a résolues une première fois dans le Codex uetustissimus en adoptant la solution qui lui paraissait la meilleure. Voyant par exemple que l’épître de Sébastien ne pouvait que précéder une chronique s’ouvrant sur le règne de Wamba, il l’a supprimée du Liber Itacii, qu’il a arrêté après l’épisode de la DW, très divergent par rapport au récit de la même période dans la CAIII(S), dont il a conservé le texte en y incorporant néanmoins les quelques renseignements qui seuls se trouvaient dans le COA. Comme l’épître de ce dernier renvoyait à Adefonsus rex castus, Pélage a cru dans un second temps (Compilation B) que la chronique de Sébastien n’allait que jusqu’au règne de Bermude Ier et a fait commencer celle de Sampiro immédiatement après91. Ces confusions en chaîne, provoquées par l’absence de distance critique face au contenu vicié du COA, ne permettent certes pas d’affirmer, avec Barrau-Dihigo, que « Pélage a tenté de tromper ses lecteurs sur l’étendue réelle de la Chronique [de Sampiro], puisqu’il en fixe le début au règne d’Alphonse II »92.

  • 93 Il est étrange qu’une fois démontré par Vázquez de Parga en 1943 que la DW n’était pas une création (...)
  • 94 On en arrive, « en bout de chaîne », à affirmer que les « documents [composant le codex uetustissim (...)
  • 95 Manuel CARRIEDO TEJEDO, « La familia gallega del rey Alfonso Froilaz (926-931) », Rudesindus, misce (...)

64Voilà qui devrait quelque peu amener à réfléchir sur Pélage et la constitution de son œuvre. Car la violence et l’animosité avec lesquelles Flórez, à la suite du père Mariana, s’est attaqué à l’évêque d’Oviedo continuent à porter leurs effets jusqu’à nos jours, et dès l’énoncé de son nom, les accusations de faussaire fusent93. La conclusion de l’article de Cirot de 1916 était qu’« il est dès lors possible de décharger Pélage en personne de tout ou partie des interpolations qui lui ont fait une réputation si fâcheuse ». Vœux pieux. Il serait bien trop long de faire la liste de tous ses juges. La quasi-totalité de ceux qui évoquent sa vie ou ses ouvrages, et jusqu’aux historiens les plus scrupuleux, lui attribuent péremptoirement toute affabulation ou falsification qu’ils croient y détecter, quand ce ne sont pas tous documents trafiqués touchant de près ou de loin Oviedo94. Récemment encore Manuel Carriedo Tejedo pointait un doigt réprobateur sur Pélage « [(] enredado siempre en parentescos inasumibles) quien añadió el fraternal parentesco [de Alfonso III] : « hos ‘fratres’ simul : Froylanum, etiam ‘Nunnum’, Veremudum et Odoarium ». »95. Il suffit de consulter Brb (fol. 161v°) ou Fer (fol. 11r°, lacune de « siue Froylanum ») pour constater que, comme en de nombreux autres endroits, l’action de Pélage s’est limitée à reprendre le COA.

65Un auteur qui a beaucoup pratiqué Pélage, Emiliano Fernández Vallina, a nuancé l’accusation, au sujet de son œuvre à caractère historique :

  • 96 Emiliano FERNÁNDEZ VALLINA, « Pelayo de Oviedo, signo de contradicción », El Basilisco, 9, 1980, p. (...)

[…] por interpolar no debemos entender necesariamente falsificar. […] hay que reconocer que muchos de los datos ofrecidos en la compilación pelagiana no pueden ser tildados de falsos, salvo la invención de la existencia de una sede, en tiempos de los vándalos, en Lucus Asturum, lo cual es evidentemente inverosímil. Pero para el resto de sus hallazgos sí hay o puede haber confirmación, o al menos parten de documentos ya existentes en su tiempo y que él manejó, no a su antojo, sino en provecho de su sede.96

66Or, même ce Lucus Asturum ne doit rien à la plume de Pélage, qui a tout au plus tenté d’introduire davantage de cohérence dans ce qu’il avait glané ici et là.

Le COA de Pélage

  • 97 H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 199-200 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 47.

67La copie du COA directement utilisée par Pélage semble être définitivement perdue. Mais elle pourrait avoir subsisté jusqu’au début du xviie s. Jerez Cabrero a bien noté une description rapportée par Flórez97 :

[…] ahora solo intentamos dar noticia de lo que es este Itacio, en lo que rigorosamente se encuentra con tal titulo en aquel Codice, que es lo incluido y mencionado aqui entre Liber Itacii incipit, y el Finitur. Lo que se sigue à esto es la Historia de Sampiro, con el Concilio de Oviedo, y Relacion del Arca de las Reliquias : el Chronicon de S. Isidoro, con titulo de Corographia Isidori Junioris: la breve Historia que escribió el Santo de los Godos, la qual tiene este titulo : Incipit Cronica regum Gotorum à beato Isidoro Hispalensis Ecclesiæ Episcopo, ab Atanarico rege Gotorum usque ad Catholicum regem Vambanum scripta. Iten la Historia que S. Julian escribió sobre la Rebelion de Pablo contra Vamba, dando al Santo titulo de Julian Pomerio. Varias Cartas de Obispos del tiempo de los Godos. Las Chronicas de Sebastian Salmanticense, y Pelayo de Oviedo, con otras cosas que no hacen a mi assunto.

68Jerez Cabrero pense que la description de Flórez, qui ne s’est pas rendu à Oviedo et ne fait que commenter le travail de Morales, n’est pas tirée de papiers de ce dernier qui seraient aujourd’hui perdus, mais que

[…] todo indica que en su descripción jugaron un papel crucial (y se combinaron) la confusión de procedencias de unas parte y otras de la copia, un examen precipitado y, sobre todo, la consulta y seguimiento de las menciones de Morales impresas en su Crónica […]

  • 98 Suivant les dénominations d’E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 63-69, manuscrit en lettres wisigothique (...)
  • 99 Francisco Valerio CIFUENTES, Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales […], 3 t., Madrid : Benit (...)
  • 100 H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 199.
  • 101 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 63.

69Nous ne partageons pas cette opinion. Au contraire, rien ne s’oppose à ce que le contenu décrit par Flórez soit celui du manuscrit Castellá ou Oventensis visigodo98, et qu’il faille l’identifier au « libro de Itacio, que trata de muchos pedazos de historias », cité dans l’index des Libros que hay en la Iglesia Mayor de Oviedo de letra gótica établi par Morales99. Mais Flórez croit que la description du manuscrit Castellá s’applique au Codex uetustissimus, car il ne connaît que celui-ci et ne soupçonne pas l’existence du premier100. D’ailleurs, Jerez Cabrero voit une allusion au Castellá dans l’annotation de Morales relevée par Flórez où il se réfère à « un libro de muchas historias juntas, donde está todo lo que en el otro libro de Pelagio. Codice insigne y raro. »101, et on remarque que le trait caractéristique de ce volume sont les muchos pedazos de historia, ou muchas historias juntas. Jerez Cabrero s’étonne de l’affirmation de Morales, qui y retrouve tout ce qui est déjà dans « l’autre livre de Pélage », c’est-à-dire le Codex uetustissimus. Est-ce faux ? Probablement pas, la seule différence étant qu’entre-temps Pélage a réordonné les textes et interpolé une partie du « pseudo Alphonse III » dans la CAIII(S).

  • 102 On suppose qu’il s’agit de la CAIII(S) copiée par Castellá-Ferrer dans le BNE 1237.
  • 103 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 42.

70Il faut ici observer que dans la description de Flórez, la chronique de Sampiro suit le Liber Itacii, et la CAIII(S)102 conclut, avec la chronique de Pélage, l’ouvrage. Comme dans , la chronique de Sampiro devait enchaîner sur la pseudo-Chronique d’Alphonse III, c’est-à-dire, et en dépit de ce qu’avance Jerez Cabrero103, en incluant la chute de la seconde dans le Codex uetustissimus, dont le « carácter conclusivo » n’a apparemment pas beaucoup gêné le compilateur du COA (si tant est que les incohérences l’eussent pu gêner).

71Il est enfin légitime de se demander ce que faisait la chronique de Pélage à la fin de l’ouvrage, s’il constituait lui-même sa source principale. Notre avis est qu’elle y a été ajoutée a posteriori, comme certainement l’avait été la CAIII(S), soit au bout du Castellá, soit de son prototype. À ce propos, la place de la chronique de Pélage dans , à la suite de celle de Sampiro, n’est peut-être pas le reflet fidèle de ce prototype commun. Il est évident que ne suivait pas ce dernier partout : si Fer a transmis la totalité de son contenu, il manque en effet une des lettres du pape Jean, et très probablement le Privilège de l’église d’Oviedo ; en outre, le Numerus sedium Hispaniensium a pu être déplacé. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour la chronique de Pélage ? Il était facile de l’enchaîner à celle de Sampiro et de supprimer la CAIII(S).

Origine du COA

72D’abord quelques mots sur le nom de Liber Itacii qui reste assez obscur, comme l’extension exacte du texte qu’il est censé couvrir. On peut écarter l’hypothèse d’une invention pélagienne : s’il apparaissait dans l’incipit des Laterculus du Codex uetustissimus, on le trouve au même endroit dans Car (fol. 136v°), et surtout, quoiqu’absent tel quel de SCr, il est pourtant évoqué dans le Privilège (SCr fol. 144v° : « Si scire uolueritis, Idacium librum legite »). Peut-être doit-on y voir le résultat d’une confusion, volontaire ou non, avec l’œuvre d’Hydace de Chaves.

73Plus importantes à nos yeux sont les questions de l’origine et la genèse du COA. Si sa facture est assez malhabile, son intention est claire : légitimer l’indépendance du siège épiscopal d’Oviedo à travers la figure d’Alphonse II.

74Car le compilateur a fait du roi chaste la figure centrale du COA, prêtant au besoin à ce dernier ce qui appartenait à l’origine à d’autres souverains du même nom. La première partie, qui comprend les listes de rois prolongées par la chronique, est attribuée dès l’entrée en scène des rois wisigoths à Alphonse le Chaste, au prix de l’interpolation de l’épître d’Alphonse III à Sébastien, et de l’ajout au nom du roi de l’adjectif castus. L’Alphonse des lettres du pape Jean n’est pas directement associé à Alphonse II, mais c’est ce que la notice consacrée à ce roi dans la chronique laisse entendre. Le supposé concile d’Oviedo, avec le privilège de l’église d’Oviedo, est convoqué par le même personnage. Enfin, on ne peut que relever le rôle central joué par Alphonse dans la Translation de l’arche, qui offre aux exceptionnelles reliques un écrin digne d’elles en leur bâtissant un temple dans la cité royale.

75Rien de plus apparent que le fil directeur qui traverse ce COA très hétérogène. L’œuvre glorifie Alphonse II et avec lui le siège d’Oviedo, dont l’antiquité et l’indépendance ont été proclamées par le Numerus sedium Hispaniensium et la DW, transféré depuis Lugo par son père Fruela, porté à la dignité archiépiscopale et honoré de reliques parmi les plus insignes de la Chrétienté par le roi castus. Ce message, ici manifeste, est plus que dilué dans l’œuvre de Pélage, qui essaye, avec plus ou moins de succès, de surmonter les incohérences qui parsèment cet ouvrage. Cela le conduit, entre autres, à réallouer à Alphonse III les lettres du pape Jean (avait-il vu qu’aucun pape de ce nom n’était le contemporain d’Alphonse II ?) et le concile d’Oviedo, et à les insérer dans la chronique de Sampiro.

76Que l’orientation donnée à ces textes soit sans doute aucun pro-ovetense ne veut pas dire pour autant que nous sommes en présence de faux créés à Oviedo (ce qui est déjà démontré pour la DW). À tout le moins s’agit-il d’un ensemble de documents interpolés (comme par exemple le paragraphe ajouté à la notice d’Alphonse II sur l’installation d’un archevêché à Oviedo, ou même l’allusion à la translation de l’arche dans l’histoire de Pélage, peut-être maladroitement extraite du récit plus complet et contenu plus loin, sous une forme proche de celle du Liber Testamentorum). Parmi ce groupe de textes, il est possible que la structure Laterculus regum visigothorum avec interpolation du Parrochiale suève et de la DW, éventuellement avec une continuatio (jusqu’à Bermude Ier ?) ait préexisté au COA.

  • 104 H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 252 ; L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 92. Notons cependant une diverge (...)

77Quelle est l’origine de cette compilation ? Pour y répondre, on nous accordera de mettre en sommeil la question de la datation de la DW, où une grande partie de la critique a suivi encore une fois Flórez (et plus récemment Vázquez de Parga), qui affirmait en 1756 que la DW ne pouvait être antérieure à 1088, puisque le document n’avait pas été exhibé durant le concile de Husillos, confondant absence de preuve et preuve de l’absence104. On doit aussi accepter qu’au moins une fraction de la chronique de Pélage soit un ajout relativement tardif à cet ensemble, qui vient compléter l’histoire des rois asturo-léonais.

  • 105 Sur la biographie de cet évêque, Manuel RIU, « Poncio de Tabernoles, obispo de Oviedo », Revista de (...)
  • 106 Ibid., p. 434. On n’écarte pas totalement le Pons qualifié d’archevêque dans le testament de la rei (...)
  • 107 Valeriano YARZA URQUIOLA, « Algunas observaciones sobre las reliquias del Arca Santa de Oviedo y un (...)

78L’hypothèse que nous privilégions est que l’auteur de l’assemblage et de ses interpolations est Pons de Tabernoles, évêque d’Oviedo dans les années 1028-1033105. Le premier argument est le titre dont Pons est gratifié en 1033, dompnus Poncio metropolitanus ovetensis106 : le document par lequel il nous est parvenu, une vente par Sanche le Grand au monastère de Leyre conservée dans le cartulaire de ce dernier, peut être difficilement suspecté, en tout cas en cet endroit. On peut l’interpréter comme une revendication de Pons lui-même, à une époque où il semble d’ailleurs éloigné d’Oviedo. Le second argument est la mystification sur laquelle se bâtit la fable de l’Arca sancta : celle-ci, dit l’acte d’ouverture de 1075, longtemps occultée, est redécouverte par Pons qui, entouré d’abbés et de clercs, tente d’ouvrir le coffre mais en est empêché par une lueur éblouissante107. Pieux mensonge qui cache mal la volonté de ne pas dévoiler un bric-à-brac encore trop rutilant, qui toutefois sera davantage crédible quelque quarante ans plus tard. Enfin, en écho à ce concile d’Oviedo qui recommande de se reporter au Liber Itacii pour savoir quels sièges peuvent être rétablis, on connaît le rôle de Pons dans la restauration de celui de Palencia.

79Ainsi Pons aurait-il composé un ouvrage qui justifiait à la fois un titre de métropolitain assurant son indépendance de tout autre autorité que celle, bien théorique, du pape, l’existence de l’Arca sancta et sa présence à Oviedo (pour concurrencer Saint-Jacques-de-Compostelle, ou prendre sa part comme étape de pèlerinage), tout cela centré autour de la rare figure royale dont pouvait se prévaloir son siège.

Stemma de la transmission du COA et de la DW (famille asturo-léonaise)

80La transmission de la DW dans sa version asturo-léonaise est intimement liée à celle du COA et de ses extraits ou réemplois. Nous présentons donc un stemma pour la DW qui est aussi partiellement celui du COA, et de ses dérivés, en complétant par quelques observations.

À propos de la branche issue de

  • 108 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 127-140 ; ici *Castellá correspond à x, et *λ à y.

81Sous le nom de on désigne le prototype commun au Chronicon Mundi et à la Najerense, mais déjà distinct de et du Castellá. Les différences relevées par Jerez Cabrero dans la DW108 montrent que le Castellá et ont une origine commune, qui est pour nous la même que celle de , cependant que SCr dérive d’une version antérieure.

82Entre autres caractéristiques uniques de la branche issue de , toutes les versions des DW qui en sont dérivées (C N Z Car T I) :
- qualifient l’archevêque de Tolède de primat dans le prologue (sauf Z, sans prologue).
- mentionnent les Baléares avant Barcelone, dans la province de Tarragone.

  • 109 La datation de la Najerense s’avère délicate ; mais si J. ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, p. lxx (...)

83On sait que le titre de primat a été concédé à Bernard de Sédirac par Urbain II en 1088, tandis que le comte de Barcelone Raymond-Bérenger III lançait une expédition sur les Baléares en 1114109. Ces deux événements ont-ils pu trouver un écho dans un texte mis à jour au début du xiie s. ? Néanmoins, ne procède pas de cercles tolédans puisqu’il continue d’affirmer l’autonomie des sièges de León et Oviedo.

  • 110 La rédaction de C fol. 143v° « Bigates teñ. Ilici […] » semble d’ailleurs expliquer les mauvaises l (...)

84C est indépendant du Chronicon Mundi et de la Najerense, puisque C ne partage pas la leçon « Toleto » (N Z) pour « Oreto », ni « Cegam » pour « Ecigam » au deuxième point ; C n’inclut pas de limites pour Beatia, comme N Z, contre T I ; C a déplacé (comme N Z mais contre T I) les limites de Begastri sous Ilici110 ; à ce qui correspond au second point de Begastri, il donne « Lasalam », proche du « in Losolam » de R et SCr contre « in Solomam » (N) ou « in Soloniam » (T et Car) ; surtout C ne présente pas la lacune des deux derniers points de Compluto, commune à N Z Car T I.

  • 111 À ce sujet, voir aussi J. ESTÉVEZ SOLA, op. cit., p. x.

85Il y a une difficulté dans le sous-groupe de la Najerense. où les rapports entre Car, ZB, Z et N peuvent encore être discutés. En effet, les prologues de Car et ZB sont semblables, mais le second est suivi d’une simple liste de sièges d’un type différent de celui de la DW. La DW de Z et N présente des spécificités laissant penser qu’ils sont passés par un texte intermédiaire, mais nous croyons qu’il est impossible d’établir leur relation exacte111.

86Le manuscrit utilisé par Luc de Tuy devait être conservé au début du xiiie s. à Saint-Isidore de León, car la copie par l’Ordinatio Ecclesiæ Valentinæ, à peu près contemporaine de la rédaction du Chronicon Mundi, extraite d’un codex qui se trouvait dans le monastère royal et désignée par le sigle I par Vázquez de Parga, transmettait quelques fragments d’une DW contenant des leçons qui ne sont présentes que dans le texte de l’évêque de Tuy, mais I ne dérive pas de T.

87La DW est introduite ainsi :

Toletanum metropolis, regia sedes, inter ceteros metropolitanos hyspaniarum primatum teneat. (I fol. 133v°)
Toletum metropolis, regia sedes, inter ceteros Yspanie [quandiu huic sancto cetui placuerit,] metropolitanos teneat primaciam. (T : III, 13, 3-4)

  • 112 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 347-348.

88Nous mettons entre crochets « quandiu huic sancto cetui placuerit » qui constitue suivant Jerez Cabrero une addition du manuscrit S du Chronicon Mundi. La comparaison entre I et T apporte un argument supplémentaire pour y voir une « anotación marginal incorporada posteriormente (y en lugar equivocado) al cuerpo del texto »112. Notons encore que les autres introductions de la famille asturo-léonaise ne comportent pas d’allusion au statut royal du siège tolédan.

89Nous donnons à la suite les particularités les plus caractéristiques du couple I / T, dans la famille asturo-léonaise, avec les numéros d’ordre assignés aux sièges de la DW dans Vázquez de Parga 1943, 74-85.

6. « Astri » SCr R C. « Beastri » O. « Gasti » N. « Gasta » Z. « Castri » I. « Gastri » T.
10. « 
Goza » SCr R O N Z C. « Zoça » I. « Zoza » T.
14. « 
Tega » N Z. « Toza » SCr R O. « Toia » C. « Toga » I T.
50.
« Usa autem » R O N Z C. « Usa » T. « Uso » I.
56.
« Merita » N. « Metica » Z. « Lerita » R O T. « Lerica » I.
59. « 
Denia » N R O. « Tenia » C Z. « Mariia » I. « Mania » T.

90Si les fragments recueillis de I ne fournissent que des indices assez ténus, on peut cependant affirmer que I ne dérive pas d’une version de T. Les premières phrases du prologue sont très différentes :

Rex Bamba cum sederet in palatio suo et audiret de discensione que erat inter archiepiscopos super episcopatibus et inter episcopos super terminos episcopatuum dixit : […] (I fol. 133v°)
Rex Bamba, ut supra scriptum est, diuisionibus episcopatuum confirmatis ceteras imperii sui sedes diuisit, sic dicens : […] (T : III, 13, 1-2)

91C’est I qui est le plus proche d’une phrase extraite du prologue des autres textes de la famille asturo-léonaise (la rédaction de R est ici représentative de l’ensemble de ces textes) :

Et erat tunc temporis contentio inter episcopos et archiepiscopos super omnes terminos dioceseos eorum. (R fol. 8v°-9r°)

Stemma

92Une fois les constatations faites sur l’utilisation du COA, nous proposons le stemma suivant (en gras et rouge foncé, les versions supposées du COA ; Brb est mis entre parenthèse puisqu’il ne contient pas le corps de la DW ; les manuscrits perdus dont l’existence est attestée sont soulignés ; RA désigne les pièces du COA tirées du Codex vetustissimus Ovetensis) :

Conclusions

93À partir de cinq manuscrits, nous avons montré l’existence d’un ouvrage perdu, un Chronicon Ovetense accompagné de divers appendices (Lettres du pape Jean, Privilège de l’église d’Oviedo, Translation de l’Arche sainte de Jérusalem à Oviedo, Numerus Sedium Hispaniensium). Ces textes, dont une partie est depuis longtemps attribuée à l’évêque Pélage, s’articulent autour de la promotion du siège d’Oviedo en invoquant la figure d’Alphonse II, le roi chaste. Nous faisons l’hypothèse que l’auteur de cette mystification n’est pas Pélage, mais un de ses prédécesseurs, Pons de Tabernoles (épiscopat vers 1028-1033), personnage ambitieux, inventeur, aux deux sens du terme, de l’Arca sancta d’Oviedo. Certaines pièces comme la Translation peuvent constituer de pures créations, tandis que la plupart des autres textes réunis ont été maladroitement interpolés pour les transformer en un vaste argumentaire sur l’indépendance d’Oviedo, élevé au rang de métropole, et la sainteté des reliques nouvellement conservées dans sa cathédrale.

  • 113 Nous n’avons pas évalué la possibilité de son utilisation par Rodrigo Jiménez de Rada, ni les consé (...)

94Document central de l’historiographie léonaise, une des sources majeures de Pélage, de Luc de Tuy et de l’auteur de la Crónica Najerense113, le COA a connu une large diffusion dans le royaume de León et sur ses marges, mais la médiocre qualité de sa rédaction et ses nombreuses incohérences l’ont rapidement remisé au niveau d’une œuvre de second ou troisième ordre, de peu d’intérêt. Pélage, comme les chroniqueurs postérieurs, a tenté de placer les diverses pièces du COA plus rationnellement au fil des chroniques d’Alphonse III et de Sampiro, souvent avec un succès mitigé, toujours avec une grande fidélité. Traité presque systématiquement de falsificateur, mystificateur ou affabulateur, le doute sur ces qualificatifs aurait dû surgir lorsque Vázquez de Parga montra qu’il n’était pas l’inventeur de la DW, ou simplement en constatant qu’il s’éloignait très peu des sources qui nous étaient connues. À l’opposé de ces accusations mal fondées, il semble avoir eu l’honnêteté (ou l’orgueil) de signaler à l’ordinaire ses propres créations. Quant à la présence dans le COA d’un squelette de chronique universelle, elle l’a sans doute guidé dans son travail, qui trouve son accomplissement dans la Compilation B.

  • 114 Ici encore, nos regards se tournent vers Pons. Était-il plus particulièrement lié à la reine répudi (...)

95Individuellement, les pièces qui constituent le COA posent un certain nombre de questions. Il serait nécessaire de procéder à la fois à une édition critique de l’ensemble, et d’analyser chaque cas particulier. Ceux de la pseudo-Chronique d’Alphonse III et de la DW sont évidemment les plus complexes. Le caractère composite de la première, une fois débarrassée de ses interpolations ovetenses, ses informations au carrefour des deux versions connues de la CAIII, leur triple convergence au cours du règne d’Ordoño Ier, méritent une étude plus poussée. En ce qui concerne la DW, nous pensons que les conclusions de Vázquez de Parga nécessitent d’être revues. Enfin, il faudra s’interroger sur les phases successives de réécriture du règne de Bermude II au début de la chronique de Pélage : l’animosité manifestée à l’égard du souverain, l’extension importante de la notice par rapport aux suivantes portent à se demander si son auteur ne serait pas, en tout cas pour un premier jet, un contemporain ou presque des faits rapportés114.

Annexe 1 – Le COA (version de ), les œuvres pélagiennes, la Chronica Naierensis et le Chronicon Mundi

  • 115 J. GIL, op. cit., p. 156.
  • 116 Celles-ci avaient déjà été isolées par Louis BARRAU-DIHIGO, « Pour l’édition critique du pseudo-Séb (...)

96Dans la copie du Codex uetustissimus par Morales et le codex Batriense, la Chronique d’Alphonse III renferme un certain nombre d’interpolations, qui ont été qualifiées de pélagiennes115. L’édition d’Yves Bonnaz identifie celles de R116 ; il faut néanmoins prendre aussi en compte celles qui ne se rencontrent que dans O. Nous n’indiquons ici que des passages absents de l’archétype de la CAIII, mais présents d’une part dans , d’autre part dans les textes pélagiens, ou dans le Chronicon Mundi, ou bien encore la Chronica Naierensis.

  • 117 L. BARRAU-DIHIGO, op. cit., p. 221 ; G. CIROT, « La Chronique léonaise et les Chroniques de Sébasti (...)

97En outre, le BNE 7602 a conservé un certain nombre de leçons d’un manuscrit disparu, autrefois déposé à Salamanque (sans doute dans la bibliothèque de l’université), et qui, d’après Jerez Cabrero, était écrit en caractères wisigothiques et provenait d’Oviedo117. Les quelques variantes reportées en notes dans une copie de la CAIII sont intéressantes à comparer au reste de la documentation.

  • 118 Attribution diversement acceptée : E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 72-73.

98On emploie le BNE 2805 pour établir les leçons de la Compilation A attribuée à Pélage d’Oviedo118.

Épître d’Alphonse à Sébastien

  • 119 Aussi Y. BONNAZ, op. cit., p. 31.

99Comme (Brb fol. 158v°, Fer fol. 4r°), R (fol. 11v°) applique l’épithète castus au nom du roi, c’est-à-dire attribue l’épître non à Alphonse III mais à Alphonse II. Seul O fol. 4r° donne le qualificatif de Salmanticensi episcopus à Sébastien119.

Les sépultures des derniers rois wisigoths

100Pour Egica, indiquait :

[…] sepultus est in Toleto. (Brb fol. 160r° ; Fer fol. 9r°)

  • 120 Y. BONNAZ, op. cit., p. 35 ; J. GIL, op. cit., p. 393. Noter que discessit est la leçon des version (...)

101Dans les versions pélagiennes de la CAIII on lit (en romain l’addition pélagienne par rapport à la leçon commune120) :

Fine propio Toleto discessit et ibi sepultus fuit. (R fol. 12v° ; O fol. 43r° ; Sto fol. 72v°)

102Un schéma identique se répète pour Witiza. Ces précisions ne sont pas reprises par le Tudense ni dans la Chronica Naiarensis.

La filiation de Rodéric

103 fournissait le nom du père de Rodéric, qui devait être difficile à déchiffrer :

Rodericus filius Rofreredi ex genere regali. (Brb fol. 160r°)
Rodericus filius Tofre [en marge Teodofredi] ex gente regali. (Fer fol. 9r°)

104Ce détail est absent de toutes les versions pélagiennes de la CAIII (R O Sto), mais se lit dans les généalogies qui ouvraient le Codex uetustissimus, produites par Pélage :

Rudericus rex succesor Vitizani. Rudericus filius Theofredi ducis de semine gothorum. [au-dessus] Theofredus filius Cindasuinti et mater Egicani filia Cindasuinti. Rudericus rex filius Theofredi ducis. (R fol. 3r° et 4r°)

105On pourrait croire cette information tirée de la version rotensis de la CAIII :

  • 121 Y. BONNAZ, op. cit., p. 36 ; J. GIL, op. cit., p. 399.

Qui iam factus Rudericus ex patre Teodefredo est genitus. Teodefredus uero filius Cindasuindi regis fuit […]121

106Comme il est généralement admis que Pélage n’a eu entre les mains que la version Ad Sebastianum de la CAIII, on doit se demander si la version du COA de Pélage était plus complète que ce que transmettait.

La filiation de Pélage

107 divergeait de la CAIII(S) (la rotense ne donnant aucune indication à ce sujet) sur le rang de Fafila, père de Pélage :

  • 122 Loc. cit.

Tunc Pelagius Fafile qui erat ex gente gotorum […] (Brb fol. 160r° ; Fer fol. 9r°)
[…] sibique Pelagium, filium quondam Faffilani ducis ex semine regio, principem elegerunt. (CAIII(S)122)

  • 123 P. HÖGBERG, op. cit., p. 204.
  • 124 J. GIL, op. cit., p. 164-165.

108La phrase n’a été modifiée qu’à la marge dans les versions de la CAIII liées à Oviedo, qui ont adopté la forme Tunc Pelagium à la place de sibique, variation déjà soulignée par Högberg123. La phrase de , qui ouvre un nouveau chapitre après celui de Rodéric, apporte une réponse aux interrogations de Gil124.

109Les généalogies pélagiennes intègrent partiellement les informations provenant des deux documents :

Fafila dux de progenie got(h)orum genuit Pelagium regem. (R fol. 3r° et 4r°)

L’Arca sancta

110Le récit ovetense par excellence est celui de la supposée translation de l’Arca sancta et de ses insignes reliques. Voici ce que rapportait à ce sujet :

  • 125 Fafile] facile Fer ǁ accepta] acepta Brb ǁ gloriantur] gloriatur Brb ǁ ualate] uallate Fer.

Tunc Pelagius Fafile qui erat ex gente gotorum accepta archa cum sanctorum pignoribus quibus nunc Oueto gloriantur et cum Iuliano Toletano archiepiscopo et cum multis christianis intrauerunt Asturias que erant ualate montium et inhabitabiles.125 (Brb fol. 160 ; Fer fol. 9)

111R n’a rien inclus à ce propos :

Tunc Pelagium, filium quondam Fafilani ducis ex semine regio, principem elegerunt. Dum uero Sarraceni factum cognouerunt, statim ei per Alchamanem ducem, qui et ipse cum Tarech in Hispania inrumptionem fecerat […] (R fol. 13r°)

112Mais O et Sto introduisent dès l’apparition de Pélage le récit de l’Arca sancta (en romain l’ajout par rapport à R) :

  • 126 Fafilani] Fafilam Sto ǁ archa] archam Sto ǁ insimul transtulerant] simul transtulerunt Sto.
  • 127 Pelagio] Pellagio Sto ǁ Asturiis] Asturias Sto ǁ factum] facta Sto ǁ Tarech] Tharec Sto ǁ Spania] H (...)

Tunc Pelagium sibi filium quondam Fafilani ducis ex semine regio, principem elegerunt, et archa cum sanctorum pignoribus quam in Asturiis insimul transtulerant ei precipue ad defensionem tradiderunt.126 (O fol. 43v° ; Sto fol. 36v°) [suit le récit de la translation, avec son titre] […] a principe Pelagio siue et a Iuliano pontifice qui tunc temporis erat cum Tholetanus secum a Tholeto archam supradictam in Asturiis transferunt. Hunc locum sibi et sanctorum elegerunt maxime suffragiis quia patria ipsa uallata asperitate moncium facile nulli hostium promittebat accessum. Dum uero Sarraceni factum cognouerunt, statim ei per Alcamanem ducem, qui et ipse cum Tarech in Spania in rumpcionem fecerat […]127 (O fol. 45r° ; Sto fol. 37v°)

113Les textes de et de la CAIII(S) ont été agrégés. Le récit de la translation de l’arche, absente de la CAIII, est le même que la première partie du texte placé au début du Liber Testamentorum d’Oviedo, la seconde partie venant dans O et Sto sous le règne d’Alphonse le Chaste. L’arche est ici désignée sous les mêmes termes, alors que la Chronique léonaise (ex-silense) utilise les expressions […] archam diversas sanctorum reliquias intra continent […], […] archam Dei christiani […], […] venerabili arche […], […] archa sancta […], et jamais le mot pignus.

114Signalons que la Translation se clôt dans Fer fol. 34r° sur une date, « era dccclxxxviii », soit environ huit ans après la mort d’Alphonse II et l’année de la mort de Ramire Ier, qui a disparu des autres versions.

La sépulture de Pélage

115 nous apprenait :

  • 128 XIX] XVIIII Fer ǁ Valanno] Valamio Fer.

Pelagius autem regnauit annos xix et mortuus est et sepultus territorio Cangas cum uxore sua regina Godiosa in eclesia Sancte Eulalie de Valanno.128 (Brb fol. 160v° ; Fer fol. 9v°-10r°)

116Dans les généalogies pélagiennes, cela devient :

Pelagius […] Iste cum uxore sua sepulti sunt Asturias in Cangas S. Eulalie. (R fol. 3r° et 4r°)

  • 129 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 409.

117Puis dans la CAIII(S) (en romain l’addition pélagienne par rapport à la leçon commune129) :

  • 130 discessit] decessit Sto ǁ cum] est cum Sto ǁ Gaudiosa regina] regina Gaudiosa O ; regina Gandiosa, (...)

Pelagius rex post nonum decimum regni sui annum completum propria morte discessit et sepultus cum uxore sua Gaudiosa regina territorio Cangas in ecclesia Sanctæ Eulaliæ de Velanio fuit. Era dcclxxv.130 (R fol. 14r° ; O fol. 46r° ; Sto, fol. 38v°-39r°)

118Le Salmanticensis avait :

[…] et sepultus cum uxore sua regina Gaudiosa territorio Cangas in eclesia Sancte Eulalie de Velapine fuit. (BNE 7602, fol. 5v°)

119Luc de Tuy et la Crónica Najerense ne reprennent que la référence à Cangas :

Vixit quoque Pelagius in regno annis xviii et morte propria in Cangas uitam finiuit. Era dcca et lxxa.iiIIa. (: IV, 6-7)
Vixit quoque in regnum annis xviiii, morte propria Canicas uitam finiuit. Era dcclxxva. (: II, 6, 18-19)

120Celle-ci est tirée de la version rotense :

  • 131 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 410.

Vixit quoque in regno [Pelagius] a. xviiii, morte propria Canicas uitam finiuit era dcclxxv.131

La sépulture de Fafila

121Les notices relatives à Fafila sont courtes, tout comme son règne. Celle de se présentait ainsi :

  • 132 Tunc] omis Fer ǁ sunt] est Fer.

Tunc Fafila filius eius regnauit annis duobus et mensibus vi, et interfectus est ab uno urso, et sepultus sunt cum uxore sua regina Froieua in eclesia Sancte Crucis quam ipse construxit.132 (Brb fol. 160v° ; Fer fol. 10r°)

122La CAIII limite son règne à deux ans ; seule la version rotense rapporte la construction de la basilique Sainte-Croix. Il n’y a rien à propos de sa sépulture ou de sa femme.

  • 133 Y. BONNAZ, op. cit., p. 45 ; J. GIL, op. cit., p. 411.

123La version pélagienne se présente ainsi (en romain l’addition pélagienne par rapport à la leçon commune133) :

  • 134 occasione] occassione R Sto ǁ cum] est cum Sto ǁ Froieua] Froleua R.

Quadam occasione leuitatis ab urso interfectus est anno regni sui secundo, et sepultus cum uxore sua regina Froieua territorio Cangas in ecclesia Sancte Crucis quam ipse construxit fuit. Era dcclxxvii.134 (R fol. 14r° ; O fol. 46r° ; Sto fol. 39r°)

124Le Salmanticensis avait :

[…] et sepultus cum uxore sua regina Froieua territorio Cangas, in eclesia Sancte Crucis quam ipse constructus fuit. (BNE 7602, fol. 5v°)

125N et T reprennent la CAIII(r), puisqu’elle seule fait allusion à la construction de la basilique Sainte-Croix, mais n’incluent rien de . Pour N, le règne de Fafila a duré trois ans.

Adefonsus magnus

  • 135 Y. BONNAZ, op. cit., p. 45 ; J. GIL, op. cit., p. 411.

126Seuls et les œuvres pélagiennes qualifient Alphonse Ier de magnus (en romain l’addition pélagienne par rapport à la leçon commune135).

  • 136 Tunc] omis Fer.
  • 137 Fafilanis] Fafillanis R.

Tunc Adefonsus Rex magnus fuit filius Petri ducis ex Alaua […]136 (Brb fol. 160v° ; Fer fol. 10r°)
Post Fafilanis interitum, Adefonsus qui dicitur magnus successit in regnum […]137 (R fol. 14r° ; O fol. 46 ; Sto fol. 39r°)

  • 138 Y. BONNAZ, op. cit., p. 46 ; J. GIL, op. cit., p. 412.
  • 139 Y. BONNAZ, op. cit., p. 24 ; J. GIL, op. cit., p. 465.
  • 140 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 408.

127Le Salmanticensis utilisait aussi l’épithète magnus (BNE 7602, fol. 5v° : c. sal. qui dicit magnus).
Toutefois, la CAIII(r) précise vers la fin de la notice : « Hic uir magnus fuit […] »138. Dans la Crónica Albeldense, ce qualificatif est appliqué à Alphonse II : « Adefonsus Magnus regnauit annis li »139.
On notera aussi que faisait du père d’Alphonse un dux ex Alaua, et non un Cantabrorum dux comme dans la CAIII(r)140.
Le qualificatif se retrouve enfin dans le testament d’Alphonse II consigné dans le Liber Testamentorum, et qui est très certainement apocryphe : « Ego rex Adefonsus indigne cognominatus Castus nepos Adefonsi Magni […] ».

L’épouse et les enfants d’Alphonse Ier

128Voilà ce qui était rapporté par au sujet de l’épouse et des enfants d’Alphonse Ier :

  • 141 Vimaranus] omis Fer ǁ Veremudi] Veremundi Fer ǁ et Adosinda] ex Adorinda Brb ǁ rex] est Fer.

Adefonsus […] accepit uxorem nomine Ermesendam filiam Pelagii regis ex qua genuit filios I Froylanus, Vimaranus qui fuit pater Veremudi regis qui fuit diachonus, et Adosinda regina, et Mauregatus rex qui fuit natus de serua.141 (Brb fol. 160v° ; Fer fol. 10r°)

  • 142 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 408-410.

129Le fait qu’Ermesenda soit la fille de Pélage est absent de la CAIII(S) (mais pas de la rotense)142. Il n’est pas repris par Pélage, pas plus qu’il ne note la descendance du couple dans ses textes sous la forme de . Néanmoins la filiation d’Ermesenda est intégrée à ses généalogies :

Ermesinda filia Pelagii regis, uxor Adefonsi Magni. (R fol. 3r° et 4r°)

130Luc de Tuy, par contre, s’est emparé du texte présent dans , tout en l’adaptant, en le corrigeant et en le rejetant vers la fin de la notice consacrée à Alphonse Ier :

Habuit filios ex Hermesenda filia Pelagii regis, id est, Froylanum, Vimaranum qui fuit pater Veremudi regis diaconi, et Adosindam. Mauregatum post hec habuit filium, qui fuit natus de ancilla quadam de Caso pulcra nimis post mortem Hermesende regine. (T : IV, 8, 26-30)

  • 143 Georges CIROT, « La Chronique léonaise », Bulletin Hispanique, 13 (4), oct.-déc. 1911, p. 381-439, (...)

131Georges Cirot notait que « Luc […] et Rodrigue [Jiménez de Rada] […] font de ce Wimara le père de Bermudo le Diacre, à qui Sébastian donne comme père Froila, frère d’Alphonse I (§20), de même que Silos (§32) et notre chronique [la Najerense] (§16) »143. Effectivement, Luc de Tuy répète cette information dans la notice consacrée à Bermude Ier :

Era dcccxxvi. Veremudus Diaconus filius Vimarani in regem elegitur. (T : IV, 13, 1-2)

  • 144 Y. BONNAZ, op. cit., p. 50 ; J. GIL, op. cit., p. 419.

132Les versions pélagiennes ne dévient pas de la tradition de la CAIII sur ce point144, insistant juste dans la Compilation B sur ce que Fruela était le frère d’Alphonse Ier (en romain l’addition de la Compilation B par rapport à la leçon commune) :

  • 145 subrinus] suprinus O Sto ǁ Froilanis] Froilani R ǁ in regno elegitur] omis Sto.

Mauregato defuncto, Veremudus subrinus Adefonsi Maioris, filius uidelicet Froilani fratris sui in regno eligitur […]145 (R fol. 15r° ; O fol. 48 ; Sto fol. 41r°)

Les territoires repeuplés par Alphonse Ier

133On sait que la CAIII s’étend en détail sur les territoires conquis par Alphonse Ier. était beaucoup plus laconique à ce sujet :

  • 146 Adefonsus] Ildefons Fer ǁ Pampilonam] Pampiloniam Brb.

Adefonsus […] populauit totam Castellam, Alaua, Bizcaia et Pampilonam […]146 (Brb fol. 161r° ; Fer fol. 10r°)

134Pélage et la Crónica Najerense ignorent cette indication, qui n’apporte rien de plus au récit de la CAIII(S). Par contre, Luc de Tuy, qui suit comme la Najerense d’assez près la version rotense pour les listes de villes et de territoires, ajoute :

Eo quoque tempore populauit Asturias et Leuanam et totam Castellam, Alauam et Bizcaiam, et Pampilonam. (T : IV, 8, 18-20)

La mort et la sépulture d’Alphonse Ier

135 concluait le règne d’Alphonse Ier de la façon suivante :

  • 147 lecto] Toletto Brb ǁ in celum] omis Fer ǁ eclesia] ecclesia Brb.

Et postea decidit in lecto, et mortuus est. Et plures ibi astantes audierunt voces angelorum secum eum deferencium in celum, et sepultus est cum uxore sua territorio Cangas in eclesia Sancte Marie.147 (Brb fol. 161r° ; Fer fol. 10r°)

136Si le thème des voix angéliques est présent dans les deux versions de la CAIII, ce n’est pas le cas de son lieu de sépulture.

  • 148 Y. BONNAZ, op. cit., p. 46-47 ; J. GIL, op. cit., p. 413.

137Les versions pélagiennes reprennent de la façon suivante l’information de (en romain l’addition pélagienne par rapport à la leçon commune148) :

  • 149 Sepultus est] Sepultusque O Sto ǁ Ermesinda] Ærmesiunda Sto ǁ in monasterio] monasterio Sto.

Vitam feliciter in pace finiuit. Sepultus est cum uxore sua regina Ermesinda territorio Cangas in monasterio Sancte Marie fuit. Nec hoc stupendum miraculum […]149 (R fol. 14v° ; O fol. 46v° ; Sto fol. 39v°)

138Le Salmanticensis avait :

[…] sepultusque cum uxore sua re[gi]na Ermesyn[da] territorio Ca[n]gas monast[erio] Sancte Marie fuit. (BNE 7602, fol. 6r°)

139Luc de Tuy s’est aussi emparé de cette indication, mais contrairement à Pélage, l’a placée à la toute fin de la notice d’Alphonse Ier, après l’épisode des voix angéliques :

Regnauit annis xix, et sepultus est una cum uxore sua Hermesenda in territorio Cangas in ecclesia Sancte Marie. (T : IV, 8, 34-35)

140On remarquera d’ailleurs que seul Pélage qualifie le lieu de sépulture de monastère, tandis qu’il ne s’agit que d’une simple église pour et le Tudense.

La sépulture de Fruela Ier et la création de l’évêché d’Oviedo

141Un bon exemple de transmission du texte de aux œuvres de Pélage, Luc de Tuy et à la Crónica Najerense se retrouve dans le paragraphe consacré à Fruela Ier. Il se présente ainsi dans la CAIII(S) :

  • 150 Y. BONNAZ, op. cit., p. 47-48 ; J. GIL, op. cit., p. 415.

Post Adefonsi discessum, Froila filius eius successit in regnum. Hic uir mente et armis acerrimus fuit. Victorias multas egit. Aduersus hostem Cordubensium, in locum qui uocatur Pontuuio, prouincia Gallecie, preliabit, eosque expugnatos, quinquaginta quattuor milia Caldeorum interfecit, quorum ducem adulescentem nomine Haumar, filium de Abderrahaman iben Hiscam, captum in eodem loco, gladio interemit. Vascones reuellantes superabit atque edomuit. Munniam quandam adulescentulam ex Vasconum preda sibi seruari precipiens, postea eam in regali coniugio copulabit, ex qua filium Adefonsum suscepit. Gallecie populos contra se reuellantes simul cum patria deuastauit. Denique fratrem suum, nomine Vimaranem, propriis manibus interfecit, qui non post multum temporis, iuste talionem excipiens a suis interfectus est. Regnauit annis xi et mensibus iii. Era dcccvi.150

142Quant au texte de , il était le suivant :

  • 151 a Lucensi ciuitate] ad Lucensem ciuitatem Fer ǁ hedificata] ædificata Fer ǁ Et postea interemptus e (...)

Froyla filius eius regnauit annos xii mensibus tribus. Iste in Oueto remouit episcopatum a Lucensi ciuitate que in Asturiis ab Euandalis hedificata fuit. Et postea interemptus est, quia ipse quendam militem suum dolo interfecit, iudicio dey, dolo similiter interemtus est. Regnauit annis xii mensibus tribus et sepultus est Oueto una cum uxore sua regina domna Monia151 (Brb fol. 161r° ; Fer fol. 10).

143Dans le Codex uetustissimus, la seule modification apportée à la CAIII(S) est l’addition suivante à la fin :

[…] et sepultus cum uxore sua regina Munnia Oueto fuit. (R fol. 14v°)

144Le Salmanticensis avait :

[…] et sepultus cum uxore sua Munia Oueto fuit. (BNE 7602, fol. 6v°)

145La version de la Compilation B reprend cette modification, et y ajoute la suivante à l’intérieur de la notice de Fruela Ier (en romain, identique à la version du Salmanticensis = BNE 7602, fol. 6v°) :

[…] interemit. Rex iste episcopatum in Ouetum transtulit a Lucensi ciuitate, que in Asturiis ab Euandalis edificata fuit. Uascones […] (O fol. 47r°)

146À son tour, Luc de Tuy :

Era dcca.xcva filius eius Froylanus regnauit pro eo. Iste episcopatum in Ouetum transtulit a Lucensi ciuitate, que in Asturiis ab Euandalis edificata fuerat. Perquisiuit etiam diligenter sacros ecclesie Christi canones, et prohibuit ne ministri ecclesie carnalia matrimonia ulterius sortirentur, sed in suis ordinibus secundum quod institutum est a sanctis patribus, absque feminarum manifesto coniugio ministrarent. Pro qua re, quamquam in quibusdam aliis austerus fuerit, quia magnum Deo exhibuit famulatum, ei diuina uirtus de inimicis multociens dedit triumphum. Siquidem Cordubensis barbarus rex cum fines prouincie Gallecie deuastaret, ei cum manu militum armatorum obuius processit, consertoque prelio quinquaginta milia Sarracenorum interfecit. Necnon et ducem eorum nomine Haumarinum capiens cum captiuis multis aliis trucidauit ; superauit etiam Gallecie populum aduersus suum imperium rebellantem. Domuit quoque Nauarros sibi rebellantes, ex quibus sibi ex regali stemate nomine Moniam duxit uxorem ex qua genuit fìlium nomine Adefonsum. Fratrem suum Vimaranem ob zelum regni innocuum interfecit, Veremudum filium eius sibi adobtauit, et ipse a suis ob uindictam fratris in Cangas interfectus est. Erat enim Vimaranus ualde pulcher et miles strenuus, qui propter bonitatem suam ab omnibus amabatur. Regnauit annis duodecim et sepultus est Oueto una cum uxore sua domna Munina, quam duxerat ex Vasconia. (T : IV, 9)

147Luc de Tuy s’est davantage éloigné de la rédaction de la CAIII ; comme Pélage, il a intégré à son texte deux des informations transmises par , le transfert du siège de Lugo des Asturies, cité édifiée par les Vandales (de pure fiction), et le lieu de la sépulture de Fruela et son épouse. La première est insérée dès la seconde phrase par Luc de Tuy, tandis que Pélage l’interpole entre les combats contre les musulmans et la rébellion des Vascons. Les deux auteurs copient la phrase mot à mot, à l’exception du verbe remouit remplacé chez eux par transtulit, nouvel indice de la non identité de leur prototype et de . La seconde information prend naturellement place à la fin de la séquence ; on voit cependant que Luc de Tuy suit de plus près le texte de . Enfin, peut-être a t-il aussi interprété ce que rapportait sur le meurtre qui serait cause postérieurement de celui du roi : contrairement à la CAIII, chez ce n’était pas Vimarano, le frère du roi, qui était la victime mais un simple miles, qualificatif que reprend Luc de Tuy en l’appliquant cette fois à Vimarano.

Règnes et sépultures d’Aurelio, Silo, Mauregato et Bermude Ier

148Nous traitons ces règnes ensemble, car les notices qui leur sont dédiées dans étaient très courtes :

  • 152 et mortuus est] omis Fer ǁ in Lagneo] est in Lagneo Fer.
  • 153 qui erat ex genere gotorum] omis Brb ǁ VIIII] VIII Brb ǁ domna] domina Fer ǁ Iohanis] Joannis Fer.
  • 154 Veremudus] Veremundus Fer ǁ in] omis Brb ǁ Nunila] Minuila Brb.

Aurelius ex genere gotorum regnauit annos vi et mortuus est et sepultus in Lagneo.152
Silus qui erat ex genere gotorum regnauit viiii annis cum uxore sua domna Adosinda filia predicti regis Ildefonsi et sepultus est cum ea in eclesia Sancti Iohanis Apostoli et Euangeliste in Prauia.153
Mauregatus cognatus eius regnauit annos V et mortuus est et sepultus in Prauia.
Veremudus qui et diachonus ex genere gotorum regnauit annos iii et mortuus est et sepultus in Oueto una cum uxore sua Nunnila regina.154 (Brb fol. 161r° ; Fer fol. 10v°)

  • 155 Y. BONNAZ, op. cit., p. 48-49 ; J. GIL, op. cit., p. 417-419.

149Voilà les additions dans les œuvres de Pélage (en romain les additions pélagiennes par rapport à la leçon commune155) :

  • 156 La leçon commune est consubrinus.
  • 157 Froilani] Froilanis R ; Froilanus O ǁ cogermanum] coyermanus O ; cogermanus Sto ǁ Froilani] Froilan (...)
  • 158 VIIII et decimo] nouem et in decimo O Sto ǁ in ecclesia sancti Ioanis Apostoli et Euangelistæ] in p (...)
  • 159 discessit] decessit Sto ǁ DCCCXXVI] DCCCXXVII Sto.

Post Froilani interitum, cogermanum156 eius in primo gradu Aurelius, filius Froilani fratris Adefonsi Magni successit in regnum. […] et sepultus in ecclesia Sancti Martini episcopi in Valle Lagneio fuit. Era dcccxii.157
Post Aurelii finem, Silo successit in regnum […] Regnauit autem annos viiii et decimo uitam finiuit, et sepultus cum uxore sua regina Adosinda in ecclesia Sancti Ioanis Apostoli et Euangeliste in Prauia fuit. Era dcccxxi.158
[…]
Mauregatus autem regnum quod callide inuasit, per sex annos uindicauit, morte propria discessit et sepultus in ecclesia Sancti Ioannis Apostoli in Prauia fuit. Era dcccxxvi.159 (R fol. 14v°-15r° ; O fol. 47-48r° ; Sto fol. 40-41r°)

150R et la Compilation B ne reprennent pas l’information sur la sépulture de Bermude, ni sur sa femme Nunnila.

151Le Salmanticensis avait :

[Aurelius] […] in [p]rimo gradu […] et sepultus in ecle[sia] Sancti Martini ep[iscopi] in Ualle Laneyo fuit. […] [Veremudus] […] dimissis [f]iliis paruulis Ramiro et Garsia. (BNE 7602, fol. 6v°-7v°)

152On peut effectuer la même comparaison sur les passages correspondants du Chronicon Mundi :

Aurelius patruus eius successit in regnum. […] Aurelius autem anno regni sui sexto uitam finiuit et sepultus est in Cangas. Era dccca.xiiia.
Silus regnum adeptus est […] Hic anno regni sui octauo uitam finiuit, et sepultus est una cum uxore sua Adosinda in ecclesia sancti Iohannis Apostoli et Euangeliste, quam ipse construxit. Era dccca. et xxa.ia.
[…] Et quia Mauregatus erat affabilis et benignus, regnum quod inuasit, quinque annis uendicauit. […] Post hec mortuus est et sepultus in Prauia. Era dccca.xxa.via.
Veremudus Diaconus filius Vimarani in regem elegitur. […] et cum eo aliis iiii annis et mensibus sex karissime uixit, et in pace uitam finiuit, et sepultus est una cum uxore sua Nunilo regina Oueto relictis ex ea filiis paruulis Ramiro et Garsia. (T : IV, 10-13)

153On notera que pour la sépulture de Mauregato, Luc de Tuy suit non pas Pélage mais , comme pour celle de Bermude et la mention de son épouse. Par contre, Luc est le seul à mentionner l’existence de deux enfants, Ramire et Garcia, détail aussi rapporté par le Salmanticensis.

La promise d’Alphonse le Chaste

154Alphonse le Chaste (qui n’est jamais nommé ainsi ni dans la CAIII ni dans l’Albeldense) est censé ne s’être jamais marié, mais affirmait :

Habuit sponsam nomine Bertam quam nunquam uidit, sororem Caroli regis. (Brb fol. 161v° ; Fer fol. 11r°)

155Cette assertion n’existe pas dans la CAIII, et il n’y a aucune interpolation à ce sujet dans la version pélagienne de ce texte. Cependant, elle est intégrée sous une forme un peu différente à la Compilation B, d’où il est frappant que toute allusion à Charlemagne ait été gommée :

  • 160 tamen] tum Sto ǁ Galliis] Galliam Sto ǁ Bertinaldam nomine] nomine Bertinaldam Sto ǁ horta] Hortam (...)

Habuit tamen in Galliis sponsam Bertinaldam nomine horta ex regali genere, quam nunquam uidit.160 (O fol. 49v° ; Sto fol. 42r°)

156Par contre Luc de Tuy reprend plus ponctuellement le contenu et le nom de la princesse :

Duxerat uxorem nomine Bertam sororem Caroli regis Francorum, quam quia numquam uidit. (T : IV, 16, 21-23)

157La Crónica Najerense suit davantage la Compilation B :

Habuit tamen in Galliis sponsam nomine Bertinaldam, ex genere regali orta, quam uidit nunquam. (: II, 15, 44-46)

Le choix de Ramire, successeur d’Alphonse le Chaste

158D’après , l’arrivée sur le trône de Ramire Ier a été voulue par Alphonse le Chaste :

  • 161 lecto] leto Brb ǁ filium] regem filium Fer ǁ Veremudi] Veremundi Fer ǁ Regnauit annis lii] omis Fer(...)

Post hec decidit in lecto, et elegit sibi successorem Ramirum filium Veremudi regis qui et diachonus. Regnauit annis lii, et postea mortuus et sepultus est in Oueto.161 (Brb fol. 161v° ; Fer fol. 11r°)

159, pourtant friand de détails à propos des sépultures royales, était peu disert sur celle d’Alphonse II, alors que la CAIII l’est davantage. Celle-ci, dans ses deux variantes, présente une autre version de l’accession au trône de Ramire Ier, où le rôle d’Alphonse II est nul.

  • 162 Y. BONNAZ, op. cit., p. 52-53 ; J. GIL, op. cit., p. 422-423.

160R, le BNE 2805, O et Sto montrent que Pélage a laissé de côté la lecture de et reproduit la CAIII(S)162 :

  • 163 reconditum] conditum Sto ǁ ab eo] habeo O ǁ ab eo fundata ecclesia Sancte Marie] ecclesia Sancte Ma (...)

Corpus uero eius cum omni ueneratione exequiarum reconditum in supra dicta ab eo fundata ecclesia Sancte Marie saxeo tumulo quiescit in pace.
Era dccclxxx. Post Adefonsi discessum Ranimirus filius Veremudi principis, electus est in regnum. Sed tunc temporis absens erat […]163 (R fol. 16r° ; O fol. 50v° ; Sto fol. 43r° ; BNE 2805 fol. 42r°)

  • 164 Y. BONNAZ, op. cit., p. 53 ; J. GIL, op. cit., p. 422.

161La Chronica Naierensis a pour sa part suivi la CAIII(r)164 :

Oueto ipse tumulo in pace quieuit.
Era dccclxxxia post Aldefonsi discessum Ranimirus filius Veremundi principis eligitur in regnum. Eo tempore absens erat […] (: II, 15, 48–16, 3)

162Par contre, Luc de Tuy a repris l’information de quant au choix de Ramire par Bermude, la CAIII(S) pour le lieu de sépulture et la date, et la CAIII(r) pour la suite.

Sed antequam moreretur Ranimirum filium Veremudi regis diachoni, sibi regni successorem elegit. Et in senectute bona mortuus est et Oueto in ecclesia sancte Marie feliciter tumulatus.
Era dcccalxxxa Ranimirus regnare cepit. Eo tempore absens erat […] (T : IV, 16, 26-28–17, 1-2)

La sépulture de Ramire Ier

163Comme pour la plupart des notices précédentes, donnait le lieu de sépulture de Ramire Ier et son épouse :

  • 165 mortuus et sepultus est in Oueto] mortuus est et sepultus Oueto Fer ǁ domna] domina Fer.

Post hec mortuus et sepultus est in Oueto una cum uxore sua regina domna Paterna.165 (Brb fol. 161v° ; Fer fol. 11r°)

  • 166 En marge de Fer, Ferreras a noté : « ignoro nomen, uocant omnes Urracam ».
  • 167 Y. BONNAZ, op. cit., p. 55 ; J. GIL, op. cit., p. 427.

164Le nom de la reine n’est pas connu de la CAIII166, à laquelle Pélage s’est contenté d’ajouter cette seule mention, puisque le reste y était déjà (en romain les additions pélagiennes par rapport à la leçon commune167) :

  • 168 completo] conpleto O.

Completo autem anno regni sui vii Oueto in pace quieuit, cum uxore sua regina domina Paterna. Era dccclxxxviii.168 (R fol. 16v° ; O fol. 51r° ; Sto fol. 43v°)

165Ni Luc de Tuy, ni la Crónica Najerense ne reprennent cette indication.

Les enfants d’Ordoño Ier

166Le texte de sur les enfants d’Ordoño Ier était directement interpolé dans celui de la CAIII(S), qu’il reprend entièrement pour ce règne à quelques détails insignifiants près. Il est placé immédiatement après la première phrase, que nous reproduisons (en romain, l’interpolation de ) :

  • 169 Pour patientiae (Y. BONNAZ, op. cit., p. 55), patientie (J. GIL, op. cit., p. 427).
  • 170 subscriptos] subscritos Brb ǁ genuit] habuit Brb ǁ Veremudum] Veremundum Fer ǁ siue Froylanum] alia (...)

Ramiro defuncto Ordonius filius eius successit in regnum, qui magne potencie169 atque modestie fuit. Uxorem quoque nomine Muniadonam habuit, ex qua hos subscriptos filios genuit : Adefonsum ; Veremudum ; Nunnum siue Froylanum ; eciam Odartum. Ciuitates desertas […]170 (Brb fol. 161v° ; Fer fol. 11r°)

167R n’a pas repris cette indication, mais on la retrouve au même endroit dans les Compilations A et B :

  • 171 Ranimiro] Ramiro Sto ǁ modestie] modestice O ǁ Mummadomnam] Mummadomna Sto ǁ Veremudum] Veremundum (...)

Ranimiro defuncto, Ordonius filius eius successit in regnum, qui magne paciencie atque modestie fuit. Uxorem quoque nomine Mummadomnam habuit, ex qua hos subscriptos filios genuit : Adefonsum ; Veremudum ; Nunnum ; Odarium ; Froilanum siue et Aragontum. Ciuitates desertas […]171 (O fol. 51 ; Sto fol. 43v° ; BNE 2805 fol. 43v°)

168Les Compilations A et B répètent à nouveau cette information dans la partie consacrée par Sampiro à Alphonse III :

  • 172 domnus] dompnus BNE 2805 ; dominus Sto ǁ domno] domino Sto ǁ orbauit] oruauit Sto ǁ occulis] oculis (...)

Rex quidem domnus Adefonsus adiutus a domno cepit eum et protali causa orbauit occulis hos fratres simul, Froilanum, Nunnum etiam, et Veremudum, et Odarium. Ipse uero Veremudus orbatus fraudulenter ex Oueto exiuit […]172 (O fol. 53 ; Sto fol. 45v° ; BNE 2805 fol. 47).

169T est dépendant aux deux endroits de la même interpolation, sans citer Aragontus :

Ordonius in regnum patris Ranimiri successit. Qui magne paciencie atque modestie fuit et in omnibus negotiis regni ualde discretus, uxorem duxit nomine Mumadonam ex qua hos subscriptos filios habuit : Adefonsum, Veremudum, Nunnum, Odarium et Froylanum. Ciuitates desertas […]. (T : IV, 19, 1-5)
His diebus frater regis nomine Froylanus detractans regis mortem captus ab eo occulis orbatus est cum aliis quatuor, id est, Nunnum, Froylam, Veremudum et Odarium, qui regem interficere satagebant. Ipse autem Veremudus orbatus occulis oculte exiit ex Oueto, […] (T : IV, 22, 5-9)

170N adopte la version suivante, où Aragontis est présent et les noms cités dans le même ordre que dans les Compilations A et B :

Ranimiro defuncto, Ordonius filius eius in regnum successor extitit annis xvi qui magne patientie atque modestie fuit. Uxorem cui nomen Munniadomna habuit, ex qua genuit vi filios : Aldefonsum, Veremundum, Nunnium, Odarium, Froylanum et Agarontem. Vir iste in omnibus negotiis discretus et paciens fuit. Et ciuitates antiquitus destructas […] (: II, 17, 1-7)

mais ne fait pas mention du nom des frères lors de l’épisode de l’énucléation d’Alphonse IV.

Les années de règne

  • 173 Y. BONNAZ, op. cit., p. 45 ; J. GIL, op. cit., p. 410-411.
  • 174 Y. BONNAZ, op. cit., p. 23.
  • 175 J. GIL, op. cit., p. 461.
  • 176 Emma FALQUE, « Chronicon Compostellanum », Habis, 14, 1983, p. 73-83, p. 77.
  • 177 J. GIL, op. cit., p. 461.

171On relève quelques différences entre le nombre d’années de règne entre et la CAIII qui montrent que le premier ne dérivait pas du second. Les chiffres de n’avaient rien de pures affabulations ou d’erreurs de transmission récentes, puisqu’ils se retrouvent dans d’autres documents qui n’ont pas de lien de dépendance directe.
Dans , le règne de Fafila durait deux ans et demi, tandis que la CAIII, dans ses deux versions, affirme qu’il est mort dans la seconde année de ce règne173. La Crónica Albeldense rapporte aussi un règne de deux ans174 ou deux ans, sept mois, dix jours175, mais le Chronicon Compostellanum176 et les Anales Portugalenses Veteres177 ont la même durée que .

  • 178 Y. BONNAZ, op. cit., p. 48 ; J. GIL, op. cit., p. 414-415.
  • 179 Y. BONNAZ, op. cit., p. 24.
  • 180 J. GIL, op. cit., p. 462.
  • 181 E. FALQUE, « Chronicon Compostellanum », p. 77.
  • 182 J. GIL, op. cit., p. 461.
  • 183 Y. BONNAZ, op. cit., p. 49 ; J. GIL, op. cit., p. 418-419.
  • 184 Y. BONNAZ, op. cit., p. 24.
  • 185 J. GIL, op. cit., p. 462.
  • 186 E. FALQUE, « Chronicon Compostellanum », p. 78.
  • 187 J. GIL, op. cit., p. 461.
  • 188 Y. BONNAZ, op. cit., p. 55 ; J. GIL, op. cit., p. 426-427.
  • 189 Y. BONNAZ, op. cit., p. 25.
  • 190 J. GIL, op. cit., p. 462.
  • 191 E. FALQUE, « Chronicon Compostellanum », p. 78.

172Les divergences sont plus importantes pour le règne de Fruela Ier : alors qu’il était de douze ans et trois mois dans (Brb le répète deux fois, au début et à la fin de la notice), il est de onze ans et trois mois dans la CAIII(S) et la CAIII(r)178, sauf dans le codex rotensis même, et le BNE 8831 qui ont aussi douze ans et trois mois. Il est de onze ans dans la Crónica Albeldense179 ou douze ans, six mois, vingt jours180, onze ans cinq mois et vingt jours dans le Chronicon Compostellanum181 et les Anales Portugalenses Veteres182.
La durée du règne de Mauregato dans (cinq ans), n’était pas tirée de la CAIII dont toutes les versions portent six ans183. Cinq ans184 ou cinq ans et six mois185 est la durée dans la Crónica Albeldense. Le Chronicon Compostellanum186 et les Anales Portugalenses Veteres187 ont cinq ans et six mois.
faisait régner Ramire Ier six ans contre sept ans dans la CAIII188 et la Crónica Albeldense189 (ou sept ans neuf mois dix-neuf jours190), cinq ans et huit mois dans le Chronicon Compostellanum191.

Additions pélagiennes à la CAIII absentes de

173Une fois effectuée l’analyse qui précède, et si l’on reprend point par point les interpolations présentes dans la copie, établie pour Ambrosio de Morales, de la CAIII qui était contenue dans le Codex uetustissimus (et l’on peut s’aider pour cela de l’apparat critique de l’édition d’Yves Bonnaz, entre autres), on constate que toutes se lisaient dans , très souvent dans des termes proches, voire identiques. Chaque fois, Pélage s’est contenté d’agréger un texte relativement déficient à une chronique mieux construite.

174Si l’on se penche ensuite sur la Compilation B, où l’intervention de Pélage est indubitablement plus notable, et en faisant exception de quelques transitions qui ajoutent peu au fond, les passages les plus significatifs pour lesquels nous avons été incapables d’identifier la source littérale (c’est-à-dire qui ne sont tirés ni de la CAIII(S) ni des divers textes du COA ou du Chronicon « Vulsæ ») sont les suivants (en romain) :

  • 192 En italique : déjà présent soit dans Fer fol. 6v°-7r° ou dans R fol. 10r° et Car fol. 137r°. On rem (...)

Post hec rex coram adstantibus omnibus qui erant in concilio ait : « Legio, que nunquam ulli metropoli subdita fuit sicut illam Decencius Legionensis episcopus in Liberitano concilio cum auctoritate romana in presencia Ataci regis Alanorum cum omnibus ecclesiasticis siue et secularibus Yspanis uiris stabiliuit subscriptosque terminos posuit, ita eam permanere mandamus atque confirmamus. »192 (O fol. 40v°-41r°)

  • 193 En italique : déjà présent dans R fol. 11r° et Car fol. 137v°.
  • 194 En italique : CAIII(S) (Y. BONNAZ, op. cit., p. 34 ; J. GIL, op. cit., p. 391)
  • 195 José Carlos MARTÍN-IGLESIAS, « El Catalogus reliquiarum ecclesiæ Ouetensis (Díaz 722) : nueva edici (...)

Tolosa teneat per terminos Oxenses, et Narbonenses siue et Biterrenses. Hec sunt viiii sedes Narbone a terminos Oxenses usque ad flumen Rodanum.193 (O fol. 42r°)
Cumque rex a potione conualuisset, et ordinem sibi impositum cognouisset monasterium que dicitur Sancte Marie de Bamba secus flumen [omission ?] petiit, ibique quamdiu uixit in religione permansit.194 (O fol. 42v°)
Quelques divergences dans le récit de la translation de l’Arca sancta, en particulier son passage par Cartagine Spataria avant son arrivée à Tolède. Cette étape supplémentaire a pu être tirée d’autres catalogues diffusés antérieurement à Pélage depuis Oviedo, et qui contiennent ce détail195. (O fol. 43v°-44v°)
L’histoire des reliques de sainte Eulalie de Mérida conservées dans la cathédrale d’Oviedo. (O fol. 47v°-48r°)

175Il est important de constater que ces passages sont absents de Luc de Tuy et de la Crónica Najerense.

Annexe 2 – Les livres de Saint-Pierre de Camarmeña

176On connaît le court récit de l’évêque Pélage, dans la Compilation B, à propos des livres de l’église de Saint-Pierre de Camarmeña, un hameau isolé et d’accès difficile, situé au nord du massif des pics d’Europe, dans la cordillère Cantabrique. Il dit :

Pelagius Ouetensis ecclesie episcopus ayt : « Et reperimus in antiquissimis codicibus quos inuenimus in ecclesia Sancti Petri de Camarmenia et sicut audiuimus a maioribus et a predecessoribus nostris ita scripsimus. […] » (O fol. 114v°)

177Ce passage a été plusieurs fois commenté. Comme le relève Jerez Cabrero, témoignage

  • 196 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 93-94.

[…] que la crítica ha despreciado casi en bloque por la desconfianza con la que se ha solido acoger cualquier testimonio procedente de la pluma pelagiana196.

178Encore une fois, le parti-pris sur le caractère de l’œuvre de Pélage a aveuglé bien des critiques, qui ont eu une forte tendance à se nourrir les uns des autres, tout en prétendant revenir aux textes. Un passage de , largement indépendant du précédent dans le fond, donne plus de consistance aux affirmations de Pélage, qui a ignoré ce que rapportait un texte que pourtant tout indique qu’il connaissait :

  • 197 coua] cuoua Fer ǁ predictam] predicandam Brb ǁ couam] cuouam Fer ǁ Toletani archiepiscopi ; et ibi (...)

Et saluata est coua Pelagii regis cum multis muneribus, et qui querit sapienciam ad predictam couam et ad ecclesiam Sancti Petri de Charmenia perueniat. Ibi enim sunt libri Toletani archiepiscopi ; et ibi sunt libri Petri episcopi de Malaga ; et ibi est liber bibliotece Martini Yspalensis archiepiscopi ; et aliorum multorum episcoporum sunt ibi libri ; et ibi est liber continens omnia concilia que fuerunt celebrata in Yspania et in Romana eclesia.197 (Brb fol. 160v° ; Fer fol. 9v°)

179Le seul trait commun aux deux récits est la présence de livres anciens à Saint-Pierre de Camarmeña, rien de plus. Si Pélage s’était contenté de reprendre le COA, pourquoi n’aurait-il pas rapporté le reste, pour donner plus d’ampleur à son histoire ? Il est plus probable qu’il ait vu lui-même des livres précieux que l’on avait voulu protéger des violences au milieu des montagnes.

180Notons enfin que nous ne connaissons pas d’évêque du nom de Pierre sur le siège de Malaga, ou de Martin sur celui de Séville au temps de la royauté wisigothe, ou dans la période entre celle-ci et Pélage. Doit-on conclure à une mystification ? Peut-être. Mais il existe une autre possibilité : que ces évêques soient des mozarabes qui aient fui dans le nord de la péninsule avec quelques codex. Ils ne seraient pas les seuls prélats à avoir suivi ce chemin aux VIIIe-IXe siècles.

Haut de page

Bibliographie

Barrau-Dihigo, Louis, « Pour l’édition critique du pseudo-Sébastien », Revue des bibliothèques, 24, 1914, p. 203-222.

Barrau-Dihigo, Louis, « Recherches sur l’histoire politique du royaume asturien (718-910) », Revue hispanique, 52 (121), juin 1921, p. 1-357.

Berganza, Francisco de, Ferreras convencido, Madrid : Francisco del Hierro, 1729.

Bonnaz, Yves, Chroniques asturiennes (fin IXe siècle), Paris : Éd. du CNRS, 1987.

Buc, Philippe, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 44 (3), 1989, p. 691-713.

Calleja Puerta, Miguel et Sanz Fuentes, María Josefa, « Un folio recuperado del Liber Testamentorum de la catedral de Oviedo », in : Etelvina FERNÁNDEZ GONZÁLEZ (dir.), Imágenes del poder en la edad media (Estudios in memoriam del Prof. Dr. Fernando Galván Freile), León : Universidad de León, 2011, 2, p. 51-63.

Carriedo Tejedo, Manuel, « La familia gallega del rey Alfonso Froilaz (926-931) », Rudesindus, miscelánea de arte e cultura, 9, 2013, p. 107-152.

CatalÁn, Diego, « Desenredando la maraña textual pelagiana (I) », Revista de filoloxía asturiana, 3-4, 2003-2004, p. 61-87.

Cifuentes, Francisco Valerio, Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales […], 3 t., Madrid : Benito Cano, 1793, 2.

Cirot, Georges, « La Chronique léonaise », Bulletin Hispanique, 13 (4), oct.-déc. 1911, p. 381-439.

Cirot, Georges, « La Chronique léonaise et la Chronique dite de Silos », Bulletin Hispanique, 16 (1), jan.-mar. 1914, p. 15-34.

Cirot, Georges, « La Chronique léonaise et les Chroniques de Sébastien et de Silos », Bulletin Hispanique, 18 (1), jan.-mar. 1916, p. 1-25.

Cirot, Georges, « Un prospectus de Ferreras », Bulletin Hispanique, 20 (4), oct.-déc. 1918, p. 257-263.

David, Pierre, Études historiques sur la Galice et le Portugal du VIe au XIIe siècle, Lisbonne / Paris : Livraria Portugália / Les Belles Lettres, 1947.

Deswarte, Thomas, « ¿ Una nueva metrópoli en Oviedo ? Dos falsas bulas del obispo Pelayo (1098/1101-1130) », in : Martín Aurell, Ángeles García de la Borbolla (dir.), La imagen del obispo hispano en la Edad Media, Pamplona : EUNSA, 2004 ; p. 153-166.

EstÉvez Sola, Juan, Chronica Naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 1995, LXXI A.

EstÉvez Sola, Juan, Historia Silensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 2018, LXXI B.

Ewald, Paul, « Reise nach Spanien im Winter von 1878 auf 1879 », Neues Archiv, 6, 1881, p. 217-398.

Falque, Emma, « Chronicon Compostellanum », Habis, 14, 1983, p. 73-83.

Falque, Emma, Lucae Tudensis Chronicon Mundi, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 2003, LXXIV.

FernÁndez Conde, Francisco Javier et Torrente FernÁndez, Isabel, « Los orígenes del monasterio de San Pelayo (Oviedo): aristocracia, poder y monacato », Territorio; Sociedad y Poder, 2, 2007, p. 181-202.

FernÁndez Vallina, Emiliano, « Pelayo de Oviedo, signo de contradicción », El Basilisco, 9, 1980, p. 54-56.

Ferreras, Juan de, Historia de España, 16 t., Madrid : Francisco del Hierro puis Domingo Fernández, 1700-1727, 16.

FlÓrez, Henrique, España Sagrada. Theatro geographico-historico de la Iglesia de España, 2e éd. corrigée et augmentée, 29 t., Madrid : Antonio Marín, 1754-1859.

GarcÍa GonzÁlez, Sonsoles, « La tumba del obispo Pelayo de Oviedo en Santillana del Mar. Las razones de una elección funeraria », Territorio, Sociedad y Poder, 7, 2013, p. 179-190.

GarcÍa Villada, Zacarías, Crónica de Alfonso III, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1918.

Gazel, David, « Origine et histoire du BnF Latin 3881 : l'évêque de Maguelone Galtier et l'érudit montpelliérain Jean de Rignac », Études Héraultaises, 53, 2019, p. 5-21.

Gil, Juan, Chronica Hispana Saeculi viii et ix, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 2018, LXV.

GÓmez Moreno, Manuel, Introducción a la Historia Silense, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1921.

Högberg, Paul, « La rédaction des chroniques de Sébastien, de Sampiro et de Pélage dans Sandoval », Bulletin hispanique, 39 (3), 1937, p. 193-207.

Jardin, Jean-Pierre, « La tradición manuscrita de la Historia Silense : algunas cavilaciones », e-Spania, 14, décembre 2012 (http://journals.openedition.org/e-spania/21672).

Jerez Cabrero, Enrique, El Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (c. 1238) : técnicas compositivas y motivaciones ideológicas, Madrid : Universidad Autónoma de Madrid, 2006.

MartÍn-Iglesias, José Carlos, Iuliani Toletani episcopi opera, Pars II, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Series Latina), 2014, CXV-A et CXV-B.

MartÍn-Iglesias, José Carlos, « El Catalogus reliquiarum ecclesiæ Ouetensis (Díaz 722) : nueva edición y estudio de las tres versiones conservadas », e-Spania, n° 38, février 2021 (https://doi.org/10.4000/e-spania.39420).

Martorell i Trabal, Francesc, « Fragmentos inéditos de la Ordinatio Ecclesiæ Valentinæ », Escuela española de Arqueología é Historia en Roma. Cuadernos de trabajos, 1, 1912, p. 81-127.

Mestre, Antonio, Historia, fueros y actitudes políticas: Mayáns y la historiografía del xviii, Valencia : Publicaciones del Ayuntamiento de Oliva, 1970.

Mommsen, Theodor, Chronica Minora (Saec. iv. v. vi. vii), Berlin : Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi, 1877-1919, 13.

Nascimento, Aires Augusto et Meirinhos, José Francisco (coord.), Catálogo dos códices da livraria de mão do mosteiro de Santa Cruz de Coimbra na Biblioteca Pública Municipal do Porto, Porto : BPMP, 1997.

Risco, Manuel, España Sagrada, suite de l’édition d’Henrique FlÓrez, 13 t., Madrid : Blas Román, 1775-1801.

Risco, Manuel, Historia de la ciudad y corte de León y de sus reyes, Madrid : Blas Román, 1792.

Riu, Manuel, « Poncio de Tabernoles, obispo de Oviedo », Revista de la Facultad de Geografía e Historia, 4, 1989, p. 425-436.

RodrÍguez Moniño, Antonio, « La colección de manuscritos del marqués de Montealegre (1677) » Boletín de la Real Academia de Historia, 126, 1950, p. 427-492.

SÁnchez Alonso, Benito, Crónica del obispo don Pelayo, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1924.

Santos Coco, Francisco, Historia Silense, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1921.

TrouvÉ, William, Les Listes de rois du haut Moyen Âge occidental. Origines, diffusion, usages (Ve - ca. XIe s.), 3 t., Angers / Santiago de Compostela : Université d’Angers et Universidad de Santiago de Compostela, 2019.

VÁzquez de Parga, Luis, La división de Wamba (contribución al estudio de la historia y geografía eclesiásticas de la Edad Media española), Madrid : CSIC, 1943.

VILLANUEVA, Joaquín Lorenzo, Viage literario á las iglesias de España, 22 t., Madrid : Real Academia de la Historia, 1803-1852, 3.

Yarza Urquiola, Valeriano, « Algunas observaciones sobre las reliquias del Arca Santa de Oviedo y una nueva edición del Acta de Apertura de 1075 », Territorio, Sociedad y Poder, 15, 2020, p. 67-85.

Zeumer, Karl, Leges Visigothorum, Hanovre / Leipzig : Monumenta Germaniae Historica, Leges Nationum Germanicarum, 1902-1926, 1.

Haut de page

Notes

1 Luis VÁZQUEZ DE PARGA, La división de Wamba (contribución al estudio de la historia y geografía eclesiásticas de la Edad Media española), Madrid : CSIC, 1943. Il suffit pour s’en convaincre d’observer que le siège de Castalona ne voisine dans aucun manuscrit avec celui d’Auria. On excepte les annotations à la DW de la bible de Huesca, qui proviennent évidemment d’autres sources. Vázquez de Parga a établi son édition critique sans stemma ni meilleur témoin.

2 Henrique FLÓREZ, España Sagrada. Theatro geographico-historico de la Iglesia de España, 2e éd. corrigée et augmentée, 29 t., Madrid : Antonio Marín, 1754-1859, 4, p. 181-252.

3 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 92-93.

4 Enrique JEREZ CABRERO, El Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (c. 1238): técnicas compositivas y motivaciones ideológicas, Madrid : Universidad Autónoma de Madrid, 2006, p. 101-118 ; p. 127-140.

5 Theodor MOMMSEN, Chronica Minora (Saec. IV. V. VI. VII), Berlin : Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi, 1877-1919, 13, p. 462 ; Pierre DAVID, Études historiques sur la Galice et le Portugal du VIe au XIIe siècle, Lisbonne / Paris : Livraria Portugália / Les Belles Lettres, 1947, p. 540-542 ; Aires Augusto NASCIMENTO et José Francisco MEIRINHOS (coord.), Catálogo dos códices da livraria de mão do mosteiro de Santa Cruz de Coimbra na Biblioteca Pública Municipal do Porto, Porto : BPMP, 1997, p. 337-339 ; William TROUVÉ, Les Listes de rois du haut Moyen Âge occidental. Origines, diffusion, usages (Ve - ca. XIe s.), 3 t., Angers / Santiago de Compostela : Université d’Angers et Universidad de Santiago de Compostela, 2019, 3, p. 51-52.

6 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 52 ; Juan ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 1995, LXXI A, p. ix-xiii ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 97. Il contient la Crónica Najerense.

7 Zacarías GARCÍA VILLADA, Crónica de Alfonso III, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1918, p. 134 ; L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 52-53 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 77 et 79.

8 Il s’agit d’un dossier constitué à l’occasion du procès entre les métropolitains de Tolède et Tarragone au sujet du siège de Valence, dont sont parvenues deux copies, celle que nous utilisons et celle des Archives secrètes du Vatican (A.A, armoire IX, cap. XI, n° 1).

9 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 51 ; source décrite au fol. 146v° du Liber privilegiorum (avec un bourdon qui a emporté le lieu de provenance) et dans la copie du Vatican (sans bourdon) (cf. Francesc MARTORELL I TRABAL, « Fragmentos inéditos de la Ordinatio Ecclesiæ Valentinæ », Escuela española de Arqueología é Historia en Roma. Cuadernos de trabajos, 1, 1912, p. 81-127, p. 115).

10 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 52.

11 Ibid., p. 51-52 ; source décrite au fol. 162r° du Liber privilegiorum, où il est dit qu’elle était une copie d’un livre de Nájera.

12 Ibid., p. 51. Vázquez de Parga ne lui attribue pas de sigle, seulement le n° 3.

13 Francisco SANTOS COCO, Historia Silense, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1921, p. xii-xiii ; Juan ESTÉVEZ SOLA, Historia Silensis, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 2018, LXXI B, p. 11-37.

14 Notice de la BNE.

15 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 53 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 25 et 78. Il rassemble des copies effectuées pour Ambrosio de Morales.

16 Paul EWALD, « Reise nach Spanien im Winter von 1878 auf 1879 », Neues Archiv, 6, 1881, p. 217-398, p. 363-365 ; Z. GARCÍA VILLADA, op. cit., p. 17-18 ; L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 56 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 62. Il rassemble des copies de textes faites sous la supervision de l’évêque et érudit Juan Bautista Pérez (v. 1537 – 1597). García Villada et Jerez Cabrero ont vu dans Per1 une copie du manuscrit G.1, autrefois conservé dans la bibliothèque de la cathédrale de Segorbe, à laquelle il avait été légué par Pérez, et qui a disparu durant la guerre civile espagnole (Z. GARCÍA VILLADA, op. cit., p. 13-17 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 62-63). Mais divers indices, entre autres la description de Joaquín Lorenzo VILLANUEVA, Viage literario á las iglesias de España, 22 t., Madrid : Real Academia de la Historia, 1803-1852, 3, p. 196-220, laissent penser qu’il n’en est rien pour la DW.

17 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 53 (n° 9) ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 62. On lui attribue le sigle Per2 car il est dérivé de Per1.

18 Paul HÖGBERG, « La rédaction des chroniques de Sébastien, de Sampiro et de Pélage dans Sandoval », Bulletin hispanique, 39 (3), 1937, p. 193-207, p. 195-206 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 77 et p. 80-83. Il transmet la Compilation B d’Oviedo à travers une tradition légèrement divergente par rapport au codex de Batres.

19 F. SANTOS COCO, op. cit., p. xiv ; J. ESTÉVEZ SOLA, Historia Silensis, p. 38.

20 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 57 et p. 73, allouait ce sigle à l’édition Mariana/Schott de 1608. Au sujet de l’attribution de l’édition de 1608 à Mariana : Emma FALQUE, Lucae Tudensis Chronicon Mundi, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 2003, LXXIV, p. cli ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 5.

21 Nous avons utilisé l’édition d’Yves BONNAZ, Chroniques asturiennes (fin IXe siècle), Paris : Éd. du CNRS, 1987 et celle de Juan GIL, Chronica Hispana Saeculi VIII et IX, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis), 2018, LXV.

22 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 25-69.

23 T. MOMMSEN, op. cit., p. 462 ; Karl ZEUMER, Leges Visigothorum, Hanovre/Leipzig : Monumenta Germaniae Historica, Leges Nationum Germanicarum, 1902-1926, 1, p. 457

24 Ce malgré les préventions de W. TROUVÉ, op. cit., 1, p. 230-235.

25 P. DAVID, op. cit., p. 540-542.

26 Juan de FERRERAS, Historia de España, 16 t., Madrid : Francisco del Hierro puis Domingo Fernández, 1700-1727, 16, Appendice, 4.

27 Antonio RODRÍGUEZ MONIÑO, « La colección de manuscritos del marqués de Montealegre (1677) » Boletín de la Real Academia de Historia, 126, 1950, p. 427-492, p. 480.

28 Addition indue qui a plongé Georges CIROT, « La Chronique léonaise et la Chronique dite de Silos », Bulletin Hispanique, 16 (1), jan.-mar. 1914, p. 15-34, p. 34 dans des abîmes de perplexité.

29 Georges CIROT, « Un prospectus de Ferreras », Bulletin Hispanique, 20 (4), oct.-déc. 1918, p. 257-263, p. 260.

30 G. CIROT, « La Chronique léonaise et la Chronique dite de Silos », p. 34 se trompait lorsqu’il disait du BNE 1181 qu’« il ne contient pas le papel del obispo Barrientos ». J. ESTÉVEZ SOLA, Historia Silensis, p. 47 n’identifie pas le BNE 1181 au dernier manuscrit.

31 J. de FERRERAS, op. cit., Appendice, p. 59-66.

32 Francisco de BERGANZA, Ferreras convencido, Madrid : Francisco del Hierro, 1729, p. 441-442. D’après Juan Antonio Mayáns (Antonio MESTRE, Historia, fueros y actitudes políticas: Mayáns y la historiografía del XVIII, Valencia : Publicaciones del Ayuntamiento de Oliva, 1970, p. 462), le rapprochement avec le Chronicon Adefonsi abbas était erroné ; il relevait aussi que « Berganza […] dice que [el Chronicon Ovetense] es fingido, pero con argumentos mui generales » (mémoire achevé le 10 juillet 1744).

33 Manuel GÓMEZ MORENO, Introducción a la Historia Silense, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1921, p. xliv, a affirmé gratuitement qu’il était une copie du BNE 1181 obtenue « hacia 1480 [por] el siracusano fray Felipe de Barbieri, huésped a la sazón del Sr. Juan Alfonso, canónigo de Sevilla, para quien compuso una crónica de hombres ilustres, contenida en el mismo volumen ». Mieux, et sans s’arrêter sur le fait qu’il n’existait pas de marquis de Montealegre au XVe s., on ne voit pas ce qui a permis ensuite à Pérez de Urbel de soutenir que « […] en el mismo siglo XV [el BNE 1181] fue a parar a la biblioteca del marqués de Montealegre, donde le consultó y copió, hacia 1480, el siracusano fray Felipe de Barbieri, y gracias a él tenemos el actual manuscrito [BNE] 8592. » (in : Jean-Pierre JARDIN, « La tradición manuscrita de la Historia Silense : algunas cavilaciones », e-Spania, 14, décembre 2012 (URL  http://journals.openedition.org/e-spania/21672), §14).

34 F. SANTOS COCO, op. cit., p. xv ; J. ESTÉVEZ SOLA, Historia Silensis, p. 43-49.

35 Diego CATALÁN, « Desenredando la maraña textual pelagiana (I) », Revista de filoloxía asturiana, 3-4, 2003-2004, p. 61-87, p. 87.

36 Entre 1. et 2. Morales a noté « Liber Itacii incipit ».

37 Le tout précédé par un titre qui se décrypte mal. On lit « […] Rodericus […] cumque […] rege Alfon. VI° ».

38 Brb a sauté le nom de Théodémir (comme un peu avant Trasemundus), ce qui fait attribuer le concile à Rémismundus. De plus, le copiste y ayant porté peu d’intérêt, le Parrochiale est incomplet : après avoir reproduit les paroisses de Braga, puis celles d’Egitania/Idanha, il s’est interrompu à Francos qu’il fait suivre d’un et cetera de aliis diocesibus.

39 Sur ce Laterculus, voir T. MOMMSEN, op. cit., p. 461-469 ; K. ZEUMER, op. cit., p. 457-461 ; W. TROUVÉ, op. cit., 1, p. 63-135 et 3, p. 29-92. La collation de ce texte avec le mal nommé Chronicon « Vulsæ » aussi transmis par R (fol. 18) montre qu’il n’en dérive pas. Il est étonnant que Trouvé passe très rapidement sur la version de R fol. 8v° et n’ait pas mieux souligné son identité avec SCr (désigné par le sigle J) (W. TROUVÉ, op. cit., 3, p. 57). Il l’est davantage de ne pas retrouver SCr dans le stemma, alors qu’il sert à établir l’édition critique. Or il apparaît clairement que SCr (et donc R fol. 8v°) n’est jamais associé aux variantes majeures qui caractérisent le groupe des manuscrits nommés QPISO par Trouvé (ici O est notre R fol. 18).

40 À la fin du texte, Morales a inscrit « Itacii liber finitur ». Dans R, le folio suivant contient la CAIII(S) avec les interpolations dites « pélagiennes » ; elle s’ouvre sur l’épître d’Alphonse à Sébastien, attribuée à Adefonsus rex castus.

41 Entre crochets (n° 9 à 12) : contenu du Codex uetustissimus Ouetensis suivant E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 53-54.

42 En comparant avec d’autres versions complètes du Privilège, on estime que seul un folio a disparu entre les actuels fol. 144 (s’achevant par « In Asturiarum uero circuitu posuit montes firmissimos Dominus ») et 145 (commençant par « adiacentem ecclesiam beati Petri plerosque exutraque parte diuino iudicio interfecit »). Une numérotation du XVIIIe s. ou du début du XIXe s., passant directement de 141 à 142, signale que la perte est ancienne.

43 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 25-61 (plus particulièrement p. 53-54).

44 Ibid., p. 54-59.

45 Ubamba] Uuamba SCr ǁ [et archiepiscopos … dioceseos eorum] Partie rognée dans SCr ǁ Hyspani episcopi et archiepiscopi] Yspanis episcopis et archiepiscopis SCr ǁ misericordia motus] pressit eum pietas et SCr.

46 metropolim] metropolis SCr ǁ possuit] posuit SCr ǁ potestati] potestate SCr ǁ sedes] sedis SCr.

47 Notons que misericordia, d’un emploi peu fréquent chez Sampiro, apparaît à deux occasions dans la notice de Bermude II, caractéristiques à la fois du roi (dilexit misericordiam et iudicium) et de Dieu (rex celestis memorans misericordie sue […]). Un rapide sondage dans l’España Sagrada permet de repérer l’utilisation de l’expression misercordia motus dans des chartes léonaises, peut-être dès le Xe s., souvent appliquée à l’attitude d’un roi (entre parenthèses, les dates) : H. FLÓREZ, op. cit., 18, p. 315 (921) ; 16, p. 436 (937) ; Manuel RISCO, España Sagrada, suite de l’édition d’Henrique FLÓREZ, 13 t., Madrid : Blas Román, 1775-1801, 36, p. xix (1012) ; 38, p. 307 (1056) ; p. 312 (1075) ; p. 316 (1083) ; p. 324 (1075). Nous n’avons pas vérifié le degré d’authenticité accordé par la critique à ces documents.

48 Sans y chercher plus qu’il ne faut, le basculement pietas / misericordia n’est toutefois pas sans intérêt. Philippe BUC, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 44 (3), 1989, p. 691-713, p. 696, relevait que « pour Isidore de Séville, iustitia et pietas étaient les vertus royales par excellence ». Le couple évolue durant le Moyen Âge vers iustitia et misericordia, vertu plus chrétienne.

49 Bible de Huesca : H = Museo Arqueológico Nacional (Madrid), 1962/73/1 (XIIe s.) ; même texte in Bibliothèque nationale de France (Paris), 3881 (XIIe s.). Nous indiquons les variantes de deux autres témoins de la famille aragonaise : P = Archives de la cathédrale de Valence (Espagne), 6081 (XIVe s.) ; M = Bibliothèque du monastère royal de l’Escurial, R.III.10 (XIIe s.).

50 Bambe] Bambane P ǁ [Et congregati … archiepiscopos] Et congregati … archiepiscopos et abbates P M ǁ inuitauerunt] uocauerunt M ǁ Bambam] Bambe M ǁ in Toleto] om. P ǁ Bamba] uero Bamba P M ǁ Pressit eum pietas et uenit ad concilium. Et] Pietate ductus ob huiuscemodi contencionem P M.

51 Primum] Primo P M ǁ archiepiscopi Ysidori] Iuliani archiepiscopi P M ǁ metropolis] metropolim M metropolem P.

52 Thomas DESWARTE, « ¿ Una nueva metrópoli en Oviedo ? Dos falsas bulas del obispo Pelayo (1098/1101-1130) », in : Martín AURELL, Ángeles GARCÍA DE LA BORBOLLA (dir.), La imagen del obispo hispano en la Edad Media, Pamplona : EUNSA, 2004 ; p. 153-166, p. 156. SCr n’inclut, pas plus que le LT, l’interpolation relevée à juste titre par Louis BARRAU-DIHIGO, « Recherches sur l’histoire politique du royaume asturien (718-910) », Revue hispanique, 52 (121), juin 1921, p. 1-357, p. 98 dans la Compilation B.

53 À ce sujet, nous renvoyons aux remarques plus larges sur le LT de Miguel CALLEJA PUERTA et María Josefa SANZ FUENTES, « Un folio recuperado del Liber Testamentorum de la catedral de Oviedo », in : Etelvina FERNÁNDEZ GONZÁLEZ (dir.), Imágenes del poder en la edad media (Estudios in memoriam del Prof. Dr. Fernando Galván Freile), León : Universidad de León, 2011, 2, p. 51-63, p. 53.

54 S’agit-il d’une hypercorrection ? L’ère DCCCLVIIII de la première lettre devient DCCCCVIIII : Pélage avait-il eu une autre copie sous les yeux, moins manipulée ?

55 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 56.

56 Cela invalide l’opinion de P. DAVID, op. cit., p. 542, qui voyait dans le dernier cahier de SCr un « petit dossier » constitué pour Braga par des « prélats engagés dans ces longs procès d’attribution qui remplissent la seconde moitié du XIIe s. ».

57 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 65.

58 Sur ce texte et sa tradition : José Carlos MARTÍN-IGLESIAS, Iuliani Toletani episcopi opera, Pars II, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Series Latina), 2014, CXV-A, p. 237-281 (Introduction) et ibid., CXV-B, p. 687-704.

59 Ibid., CXV-A, p. 246-247.

60 Ibid., CXV-A, p. 269-272.

61 Ibid., CXV-A, p. 276.

62 Y. BONNAZ, op. cit., p. 214-215.

63 Pour une liste des faits rapportés uniquement dans l’une ou l’autre version, J. GIL, op. cit., p. 119-121.

64 Teodofredi] Rofreredi Brb ; Tofre (en marge : Teodofredi) Fer ǁ genere] gente Fer.

65 Cindasuintus] Cisdanuitus Brb ǁ VIIII, et cum] VIII cum Brb ; VIIII cum Fer ǁ Recesuinto] Recesunto Brb ǁ rege] rajouté en marge Fer ǁ annos III] III Brb ǁ dies] menses Brb.

66 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 68.

67 Fer omet seulement le mot omnem.

68 Ibid., p. 112-114 et p. 137-140.

69 Elles sont identiques dans *ω et R. Contrairement à ce qu’affirme E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 138, la description de « Lugo des Asturies » est bien présente dans O, fol. 25v°-26r°. Cette version est néanmoins troublante : elle est partielle, se compose essentiellement des interpolations de N et T, à l’exception des trois dernières et une qui lui est propre (« Et reuertit ad sursum per Pireneos montes usque figit in flumine qui uocatur Uernisgam ») ; elle se rattache bien à R et *ω par la lecture Arbolio (contre Erbolio en N et T). Mais il est inenvisageable que N et T dépendent de O à cet endroit. Faut-il postuler l’existence d’un autre texte qui aurait été fusionné avec la description du COA ?

70 Voir en Annexe 1 (Additions pélagiennes absentes de *ω).

71 David GAZEL, « Origine et histoire du BnF Latin 3881 : l'évêque de Maguelone Galtier et l'érudit montpelliérain Jean de Rignac », Études Héraultaises, 53, 2019, p. 5-21, p. 11.

72 Le terme mouhon higas nous est inconnu et il est peut-être mal reproduit ; il est possible en effet que les deux signes qu’on a lu h représentent autre chose. Oxas apparaît dans une confirmation de Ferdinand III à la ville de León en 1230 : « et cum oxas vestras sicut tenent usque ad ripam de Orbego » (Manuel RISCO, Historia de la ciudad y corte de León y de sus reyes, Madrid : Blas Román, 1792, p. 405).

73 Voir ces textes in E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 135-136 ; D. GAZEL, op. cit., p. 11.

74 Tout comme dans les versions isolées du Parrochiale (P. DAVID, op. cit., p. 19-20).

75 D. CATALÁN, op. cit., p. 87.

76 L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 51-52.

77 Lecture brouillée par une correction ultérieure ayant ajouté un i ; un t minuscule avait été cependant tracé en avant de l’emplacement de la lettrine.

78 J. ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, p. 87 (I, 198, 34) a lu « Enutas ».

79 Sur cette classification : L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 13-30.

80 P. DAVID, op. cit., p. 23.

81 J. ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, p. lxx-lxxvii.

82 Du moins sous sa forme *Oviedo2 (voir plus bas la proposition de stemma).

83 P. DAVID, op. cit., p. 19-20.

84 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 91.

85 Dans SCr, les mots in era DCCCXXVIII sont tracés en rouge et placés de telle sorte que la continuité de la phrase est perturbée. Il faut noter que le Privilège se conclut dans SCr sur les mots Actum Priuilegium. Or, la version du Liber Testamentorum donne Actum Priuilegium XVII kal. Iulii era DCCCLVIIII, suivi des prétendues souscriptions du roi et des évêques (toutes d’ailleurs rédigées de façon homogène, ce qui suffit à les rendre très douteuses), tandis que la date a disparu du corps du texte. Est-ce un replâtrage dû à Pélage ?

86 sicut] sicud Brb ǁ Euandalis] Euuandalis Brb ǁ Iohanis] Joannis Fer ǁ ordinauit] ordenauit Fer.

87 Georges CIROT, « La Chronique léonaise et les Chroniques de Sébastien et de Silos », Bulletin Hispanique, 18 (1), jan.-mar. 1916, p. 1-25, p. 20-25.

88 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 22-23 ; p. 58 ; p. 61.

89 Ibid., p. 150.

90 Voir en Annexe 1 (Additions pélagiennes à la CAIII absentes de *ω).

91 « Et ab Adefonso rege casto usque ad Ueremudum regem podagrigum Sampirus Astoricensis ecclesie episcopus sicut a maioribus et predecessoribus suis inquisiuit et audiuit de Gotis regibus, prout potuit plenissime scripsit. » (O fol. 4r°)

92 L. BARRAU-DIHIGO, op. cit., p. 20.

93 Il est étrange qu’une fois démontré par Vázquez de Parga en 1943 que la DW n’était pas une création de Pélage, contrairement aux affirmations de Flórez (H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 195-211, en particulier p. 206-207), il n’y ait eu aucune révision de l’analyse des sources de l’œuvre de Pélage.

94 On en arrive, « en bout de chaîne », à affirmer que les « documents [composant le codex uetustissimus], assemblés au XIIe s. par l’évêque d’Oviedo [Pélage], étaient destinés à son activité de faussaire » (W. TROUVÉ, op. cit., 1, p. 102). Cet a priori a empêché Trouvé de constater que les deux versions du Laterculus regum visigothorum du Codex uetustissimus (R fol. 8v° et 18) sont issues de deux branches distinctes de son stemma.

Quelques éléments de bibliographie récente dans Sonsoles GARCÍA GONZÁLEZ, « La tumba del obispo Pelayo de Oviedo en Santillana del Mar. Las razones de una elección funeraria. », Territorio, Sociedad y Poder, 7, 2013, p. 179-190, p. 181. On attend avec impatience une instructive Histoire du Pélage-bashing … suivie bien entendu d’une utile Historiographie des études pélagiennes du Siècle d’Or à nos jours.

95 Manuel CARRIEDO TEJEDO, « La familia gallega del rey Alfonso Froilaz (926-931) », Rudesindus, miscelánea de arte e cultura, 9, 2013, p. 107-152, p. 109.

96 Emiliano FERNÁNDEZ VALLINA, « Pelayo de Oviedo, signo de contradicción », El Basilisco, 9, 1980, p. 54-56, p. 56.

97 H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 199-200 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 47.

98 Suivant les dénominations d’E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 63-69, manuscrit en lettres wisigothiques consulté par Castellá-Ferrer à Oviedo avant, ou en 1606, dont il a extrait sa copie de la CAIII(S) contenue dans le BNE 1237.

99 Francisco Valerio CIFUENTES, Opúsculos castellanos de Ambrosio de Morales […], 3 t., Madrid : Benito Cano, 1793, 2, p. 103.

100 H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 199.

101 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 63.

102 On suppose qu’il s’agit de la CAIII(S) copiée par Castellá-Ferrer dans le BNE 1237.

103 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 42.

104 H. FLÓREZ, op. cit., 4, p. 252 ; L. VÁZQUEZ DE PARGA, op. cit., p. 92. Notons cependant une divergence entre les deux auteurs : Flórez continuait en posant 1118 comme terminus post quem, date qu’il présumait être celle de la restauration de l’évêché de Zamora dont les limites apparaissent dans la version asturo-léonaise de la DW ; Vázquez de Parga au contraire se référait à la bulle de Pascal II de 1107-08 où ce pape ferait allusion à la DW.

105 Sur la biographie de cet évêque, Manuel RIU, « Poncio de Tabernoles, obispo de Oviedo », Revista de la Facultad de Geografía e Historia, 4, 1989, p. 425-436.

106 Ibid., p. 434. On n’écarte pas totalement le Pons qualifié d’archevêque dans le testament de la reine Velasquita mais cette référence soulève de nombreuses questions. Interpolation ou autre, c’est la seule fois où se lit le nom de Pons dans le Liber Testamentorum, et c’est déjà significatif qu’il y apparaisse sous ce titre. D’autres références à un métropolitain ou archevêque d’Oviedo ont été relevées par Francisco Javier FERNÁNDEZ CONDE et Isabel TORRENTE FERNÁNDEZ, « Los orígenes del monasterio de San Pelayo (Oviedo): aristocracia, poder y monacato », Territorio, Sociedad y Poder, 2, 2007, p. 181-202, p. 191-192 et p. 196 ; bien entendu, ils les attribuent sans vaciller à l’intervention de Pélage. Mais les actes sont datés de 978, 1012, 1015, et celui de 996, si on se fie aux informations fournies par la note 42, aurait été repris vers 1035-37. Si Pélage était réellement lié à tout cela, pourquoi se concentrerait-il sur cette seule période ?

107 Valeriano YARZA URQUIOLA, « Algunas observaciones sobre las reliquias del Arca Santa de Oviedo y una nueva edición del Acta de Apertura de 1075 », Territorio, Sociedad y Poder, 15, 2020, p. 67-85, p. 69 et p. 81.

108 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 127-140 ; ici *Castellá correspond à x, et *λ à y.

109 La datation de la Najerense s’avère délicate ; mais si J. ESTÉVEZ SOLA, Chronica Naierensis, p. lxxvii a raison, sa composition a eu lieu dans les années 1180. On peut donc écarter l’expédition de Jacques Ier d’Aragon en 1229 comme base de l’interpolation.

110 La rédaction de C fol. 143v° « Bigates teñ. Ilici […] » semble d’ailleurs expliquer les mauvaises lectures de Z N ; « de Gastitoñ. Ilici […] » (Z fol. 141v°) ; « de Gasti tñ. Ilici […] » (N fol. 25v°).

111 À ce sujet, voir aussi J. ESTÉVEZ SOLA, op. cit., p. x.

112 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 347-348.

113 Nous n’avons pas évalué la possibilité de son utilisation par Rodrigo Jiménez de Rada, ni les conséquences de nos conclusions quant à la place à assigner à la Compilation A.

114 Ici encore, nos regards se tournent vers Pons. Était-il plus particulièrement lié à la reine répudiée Velazquita ? A ce sujet, Fer présente une variante troublante par rapport au texte retenu par Benito SÁNCHEZ ALONSO, Crónica del obispo don Pelayo, Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1924, p. 62 (= i.a. O fol. 65r°) : là où le second transcrit « ex una rustica femina nomine Uelasquita, filia Mantelli et Bellalle de Meres », le premier (fol. 24v°) dit « ex una nobili foemina nomine Velasquita ». Ni Luc de Tuy, qui suit pourtant de près le texte, ni la Najerense ne soufflent mot des parents de Velasquita ou de son origine « rustique », ce qui manifeste une fois encore que leur source est le COA, et que *λ transmettait ici la même information que *ω. En outre, on serait bien inspiré de moins porter attention à ce que Pélage dit, qui n’est la plupart du temps que simple copie, qu’à ce qu’il ne dit pas : alors qu’il n’omet aucun détail sur les péripéties de l’arche, il ne touche mot de Pons ni de l’invention des reliques.

115 J. GIL, op. cit., p. 156.

116 Celles-ci avaient déjà été isolées par Louis BARRAU-DIHIGO, « Pour l’édition critique du pseudo-Sébastien », Revue des bibliothèques, 24, 1914, p. 203-222, p. 216-218.

117 L. BARRAU-DIHIGO, op. cit., p. 221 ; G. CIROT, « La Chronique léonaise et les Chroniques de Sébastien et de Silos », p. 7-8 ; E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 79 et p. 83-85.

118 Attribution diversement acceptée : E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 72-73.

119 Aussi Y. BONNAZ, op. cit., p. 31.

120 Y. BONNAZ, op. cit., p. 35 ; J. GIL, op. cit., p. 393. Noter que discessit est la leçon des versions pélagiennes, les autres ont decessit.

121 Y. BONNAZ, op. cit., p. 36 ; J. GIL, op. cit., p. 399.

122 Loc. cit.

123 P. HÖGBERG, op. cit., p. 204.

124 J. GIL, op. cit., p. 164-165.

125 Fafile] facile Fer ǁ accepta] acepta Brb ǁ gloriantur] gloriatur Brb ǁ ualate] uallate Fer.

126 Fafilani] Fafilam Sto ǁ archa] archam Sto ǁ insimul transtulerant] simul transtulerunt Sto.

127 Pelagio] Pellagio Sto ǁ Asturiis] Asturias Sto ǁ factum] facta Sto ǁ Tarech] Tharec Sto ǁ Spania] Hispania Sto ǁ in rumpcionem] irrumptionem Sto.

128 XIX] XVIIII Fer ǁ Valanno] Valamio Fer.

129 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 409.

130 discessit] decessit Sto ǁ cum] est cum Sto ǁ Gaudiosa regina] regina Gaudiosa O ; regina Gandiosa, corrigé en Gaudiosa Sto ǁ Eulaliæ] Eolalie O ǁ Velanio] Uelampnio O ; Uelapnio Sto.

131 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 410.

132 Tunc] omis Fer ǁ sunt] est Fer.

133 Y. BONNAZ, op. cit., p. 45 ; J. GIL, op. cit., p. 411.

134 occasione] occassione R Sto ǁ cum] est cum Sto ǁ Froieua] Froleua R.

135 Y. BONNAZ, op. cit., p. 45 ; J. GIL, op. cit., p. 411.

136 Tunc] omis Fer.

137 Fafilanis] Fafillanis R.

138 Y. BONNAZ, op. cit., p. 46 ; J. GIL, op. cit., p. 412.

139 Y. BONNAZ, op. cit., p. 24 ; J. GIL, op. cit., p. 465.

140 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 408.

141 Vimaranus] omis Fer ǁ Veremudi] Veremundi Fer ǁ et Adosinda] ex Adorinda Brb ǁ rex] est Fer.

142 Y. BONNAZ, op. cit., p. 44 ; J. GIL, op. cit., p. 408-410.

143 Georges CIROT, « La Chronique léonaise », Bulletin Hispanique, 13 (4), oct.-déc. 1911, p. 381-439, p. 390.

144 Y. BONNAZ, op. cit., p. 50 ; J. GIL, op. cit., p. 419.

145 subrinus] suprinus O Sto ǁ Froilanis] Froilani R ǁ in regno elegitur] omis Sto.

146 Adefonsus] Ildefons Fer ǁ Pampilonam] Pampiloniam Brb.

147 lecto] Toletto Brb ǁ in celum] omis Fer ǁ eclesia] ecclesia Brb.

148 Y. BONNAZ, op. cit., p. 46-47 ; J. GIL, op. cit., p. 413.

149 Sepultus est] Sepultusque O Sto ǁ Ermesinda] Ærmesiunda Sto ǁ in monasterio] monasterio Sto.

150 Y. BONNAZ, op. cit., p. 47-48 ; J. GIL, op. cit., p. 415.

151 a Lucensi ciuitate] ad Lucensem ciuitatem Fer ǁ hedificata] ædificata Fer ǁ Et postea interemptus est, quia ipse] Et quia ipsem Brb ǁ dolo] et dolo Fer ǁ interemtus] occissus Fer ǁ Regnauit annis XII. mensibus tribus] omis Fer ǁ domna] domina Fer.

152 et mortuus est] omis Fer ǁ in Lagneo] est in Lagneo Fer.

153 qui erat ex genere gotorum] omis Brb ǁ VIIII] VIII Brb ǁ domna] domina Fer ǁ Iohanis] Joannis Fer.

154 Veremudus] Veremundus Fer ǁ in] omis Brb ǁ Nunila] Minuila Brb.

155 Y. BONNAZ, op. cit., p. 48-49 ; J. GIL, op. cit., p. 417-419.

156 La leçon commune est consubrinus.

157 Froilani] Froilanis R ; Froilanus O ǁ cogermanum] coyermanus O ; cogermanus Sto ǁ Froilani] Froilanis R ǁ in ecclesia] est in ecclesia Sto ǁ Lagneio] Laneyo Sto.

158 VIIII et decimo] nouem et in decimo O Sto ǁ in ecclesia sancti Ioanis Apostoli et Euangelistæ] in predicto monasterio sancti Iohanis O ; in predicto monasterio sancti Joannis Sto.

159 discessit] decessit Sto ǁ DCCCXXVI] DCCCXXVII Sto.

160 tamen] tum Sto ǁ Galliis] Galliam Sto ǁ Bertinaldam nomine] nomine Bertinaldam Sto ǁ horta] Hortam (corrigé en ortam) Sto ǁ genere] germine Sto.

161 lecto] leto Brb ǁ filium] regem filium Fer ǁ Veremudi] Veremundi Fer ǁ Regnauit annis lii] omis Fer ǁ in] omis Brb.

162 Y. BONNAZ, op. cit., p. 52-53 ; J. GIL, op. cit., p. 422-423.

163 reconditum] conditum Sto ǁ ab eo] habeo O ǁ ab eo fundata ecclesia Sancte Marie] ecclesia Sancte Marie ab eo fundata BNE 2805 ǁ Sancte Marie] Sanctæ Marie in ecclesia Ouetensi Sto ǁ Ranimirus] Ramirus Sto BNE 2805 ǁ Veremudi] Veremundi Sto BNE 2805.

164 Y. BONNAZ, op. cit., p. 53 ; J. GIL, op. cit., p. 422.

165 mortuus et sepultus est in Oueto] mortuus est et sepultus Oueto Fer ǁ domna] domina Fer.

166 En marge de Fer, Ferreras a noté : « ignoro nomen, uocant omnes Urracam ».

167 Y. BONNAZ, op. cit., p. 55 ; J. GIL, op. cit., p. 427.

168 completo] conpleto O.

169 Pour patientiae (Y. BONNAZ, op. cit., p. 55), patientie (J. GIL, op. cit., p. 427).

170 subscriptos] subscritos Brb ǁ genuit] habuit Brb ǁ Veremudum] Veremundum Fer ǁ siue Froylanum] alias Froilanum en marge Fer ǁ Odartum] Odoardum Fer ǁ desertas] disertas Brb.

171 Ranimiro] Ramiro Sto ǁ modestie] modestice O ǁ Mummadomnam] Mummadomna Sto ǁ Veremudum] Veremundum Sto BNE 2805 ǁ Nunnum] Nummum Sto ǁ Aragontum] Aragontium Sto.

172 domnus] dompnus BNE 2805 ; dominus Sto ǁ domno] domino Sto ǁ orbauit] oruauit Sto ǁ occulis] oculis Sto ǁ Nunnum] Nunium BNE 2805 ; Nummum Sto ǁ Veremudum] Veremundum Sto BNE 2805 ǁ Veremudus] Veremundus Sto BNE 2805.

173 Y. BONNAZ, op. cit., p. 45 ; J. GIL, op. cit., p. 410-411.

174 Y. BONNAZ, op. cit., p. 23.

175 J. GIL, op. cit., p. 461.

176 Emma FALQUE, « Chronicon Compostellanum », Habis, 14, 1983, p. 73-83, p. 77.

177 J. GIL, op. cit., p. 461.

178 Y. BONNAZ, op. cit., p. 48 ; J. GIL, op. cit., p. 414-415.

179 Y. BONNAZ, op. cit., p. 24.

180 J. GIL, op. cit., p. 462.

181 E. FALQUE, « Chronicon Compostellanum », p. 77.

182 J. GIL, op. cit., p. 461.

183 Y. BONNAZ, op. cit., p. 49 ; J. GIL, op. cit., p. 418-419.

184 Y. BONNAZ, op. cit., p. 24.

185 J. GIL, op. cit., p. 462.

186 E. FALQUE, « Chronicon Compostellanum », p. 78.

187 J. GIL, op. cit., p. 461.

188 Y. BONNAZ, op. cit., p. 55 ; J. GIL, op. cit., p. 426-427.

189 Y. BONNAZ, op. cit., p. 25.

190 J. GIL, op. cit., p. 462.

191 E. FALQUE, « Chronicon Compostellanum », p. 78.

192 En italique : déjà présent soit dans Fer fol. 6v°-7r° ou dans R fol. 10r° et Car fol. 137r°. On remarquera que « metropoli » remplace le « archiepiscopatui » de Fer et Car (mais qui parlent de metropoli pour « Lugo des Asturies »).

193 En italique : déjà présent dans R fol. 11r° et Car fol. 137v°.

194 En italique : CAIII(S) (Y. BONNAZ, op. cit., p. 34 ; J. GIL, op. cit., p. 391)

195 José Carlos MARTÍN-IGLESIAS, « El Catalogus reliquiarum ecclesiæ Ouetensis (Díaz 722) : nueva edición y estudio de las tres versiones conservadas », e-Spania, n° 38, février 2021 ( URL : https://journals.openedition.org/e-spania/39420), § 49, 61 et 70.

196 E. JEREZ CABRERO, op. cit., p. 93-94.

197 coua] cuoua Fer ǁ predictam] predicandam Brb ǁ couam] cuouam Fer ǁ Toletani archiepiscopi ; et ibi sunt libri Petri episcopi de Malaga] Petri episcopi de Malaga et Toletani archiepiscopi Brb ǁ Yspalensis] Hispalensis Fer ǁ Yspania] Hispania Fer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Gazel, « Le Chronicon Ovetense : transmission des textes dans le royaume de León, XIe-XIIIe siècles », e-Spania [En ligne], 41 | février 2022, mis en ligne le 23 février 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/43345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.43345

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search