Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Las reinas en las crónicas. De la...Le portrait contrasté de Jeanne d...

Las reinas en las crónicas. De las representaciones generizadas a las agencias discursivas reginales

Le portrait contrasté de Jeanne de Castille : polyphonie dans les chroniques et les relations de voyage

Clara Kalogérakis

Résumés

La vie de Jeanne de Castille, mère de l’empereur Charles Quint, terminant ses jours enfermée au palais de Tordesillas, fait l’objet d’une polyphonie ou d’un importun silence au sein des sources, notamment au sein des chroniques royales. En comprenant tous les aspects mémoriels des chroniques, il est possible d’approcher le problème que peut poser un personnage controversé comme Jeanne de Castille au sein de récits destinés à faire l’éloge des princes et de leur dynastie. Dans ces circonstances, il est requis d’observer comment sont rapportées les principales étapes de sa vie, de son enfance à sa dépossession, afin de comprendre pourquoi il a été impossible pour les chroniqueurs de dresser un portrait sensible d’une princesse qui n’était qu’une cadette, convertie, après un mariage à l’autre bout de l’Europe, en héritière des royaumes de ses parents.

Haut de page

Notes de l’auteur

Esta investigación se ha desarrollado en el marco del proyecto Las mujeres de las Monarquías Ibéricas: paradigmas institucionales, agencias políticas y modelos culturales. Subproyecto 1. Reinas e infantas de las monarquías ibéricas: espacios religiosos, modelos de representación y escrituras, ca. 1252-1504, con referencia PGC2018-099205-B-C21, concedido por el MICINN y cofinanciado por la Agencia Estatal de Investigación y el Fondo Europeo de Desarrollo Regional (FEDER).

Texte intégral

Introduction

  • 1 Alonso de SANTA CRUZ, Crónica de los Reyes Católicos, 2 t., in : Juan Mata CARRIAZO (éd.), Sevilla  (...)

Aunque en los primeros días que estuvieron juntos sintió luego la mudança que en el Príncipe hallaba cerca de su amor, que hera muy diferente de lo que con ella solía tener.
Y como mujer, que amava en estremo a su marido, procuro de saber qué hera la causa de aquello
1.

  • 2 Jeanne de Castille, pourtant troisième fille des rois catholiques, devient leur unique héritière à (...)
  • 3 Pedro MÁRTIR DE ANGLERÍA, « Epistolario de Pedro Mártir de Anglería », 10 t., in : José LÓPEZ DE TO (...)
  • 4 Bethany ARAM, La reina Juana: gobierno, piedad y dinastía, Madrid : Marcial Pons, 2001, p. 123-124 (...)
  • 5 P. MÁRTIR DE ANGLERÍA, « Epistolario », 9, p. 331-332.
  • 6 Lorsque Philippe le Beau décède, le 25 septembre 1506, Maximilien de Habsbourg, son père, et Ferdin (...)
  • 7 Jeanne n’aurait pas accepté d’enterrer le corps de Philippe, à sa mort. Ce fait historique a inspir (...)

1Alonso de Santa Cruz, chroniqueur de Charles Quint, décrit en ces termes les causes qui ont poussé Jeanne de Castille, épouse de Philippe le Beau et mère de l’empereur, à dévoiler sa jalousie, en public, à la cour de Bourgogne. En 1504, elle revenait de sa Castille natale, où elle et son époux venaient d’être proclamés héritiers2. Peu de temps après son retour, la princesse espagnole aurait coupé les cheveux d’une courtisane trop proche de Philippe le Beau. Cet évènement a trouvé écho dans d’autres témoignages de l’époque, notamment dans les lettres de l’humaniste italien à la cour espagnole, Pedro Mártir de Anglería3. La reine Jeanne Ière aurait agi avec folie parce qu’elle « amava en estremo », selon Alonso de Santa Cruz, et parce qu’elle aurait été possédée par un « serpiente de fuego » et aimait avec démesure son époux, selon Pedro Mártir de Anglería. Les lettres de ce dernier ont pourtant été modifiées en 1512, comme il en était l’usage chez les humanistes. Cependant, ces rectifications correspondent à une période durant laquelle Jeanne de Castille était déjà, officiellement, écartée du gouvernement de ses royaumes, au profit de son père l’illustre Ferdinand le Catholique4. De son côté, le chroniqueur de Charles Quint, Alonso de Santa Cruz, possédait le titre d’historien officiel et servait donc le discours politique du fils de Jeanne, qui a pu accéder au trône alors que sa mère était encore vivante, cloitrée à Tordesillas. Ce mythe de l’amour « ardent »5 des deux époux, qui a donné à Jeanne de Castille ce surnom de « la Folle », semble donc être apparu alors que la reine espagnole avait déjà été définitivement éloignée du pouvoir et que les hommes s’étaient partagés la régence de ses territoires6. Philippe et Jeanne se seraient aimés passionnément, ce qui aurait causé leur perte. Cette théorie a forgé la représentation romantique de la reine folle d’amour à travers les époques, celle qui n’a pas été capable ni de gouverner ni d’enterrer le corps de son époux7.

  • 8 Rafael CARRASCO, La empresa imperial de Carlos V, Madrid : Ediciones Cátedra, 2015, p. 19 : « La po (...)

2Quel malheureux hasard que cette union précocement interrompue pour une reine amoureuse, lorsque l’on considère le fait que ces mariages entre dynasties princières étaient le résultat d’alliances diplomatiques et non d’un choix dicté par les sentiments. Les rois catholiques avaient particulièrement réussi à engager leurs filles dans une politique matrimoniale agressive afin de mener à bien leur campagne d’opposition contre les rois de France qui avaient, comme eux, des intérêts en Italie8. En revenant donc à cet extrait de la chronique d’Alonso de Santa Cruz, il est possible de remarquer qu’un chroniqueur peut changer, d’un coup de plume, une union politique en une passion amoureuse, argument qui a servi à expliquer l’incapacité d’une jeune princesse à prendre en main un gouvernement. L’objectif sera ici d’observer comment les chroniques ont participé à ce cycle politique qui a permis d’inhabiliter la reine Jeanne Ière.

3Pour cela, il est requis donc de revenir sur les acteurs de ces textes historiques afin d’identifier leur contexte d’écriture. Remettre en perspectives les étapes de la vie de la princesse espagnole permet de comprendre pourquoi il a été impossible pour les chroniqueurs de dresser un portrait sensible d’une cadette, convertie, après un mariage à l’autre bout de l’Europe, en héritière des royaumes de ses parents.

Jeanne de Castille, la reine et les chroniques

  • 9 Le concept de Queenship, ou réginalité, est un outil qui considère qu’il existe un pouvoir genré de (...)
  • 10 On remarque ce fait chez Fernando del Pulgar [Fernando del PULGAR, Crónica de los reyes católicos, (...)
  • 11 L’agency est la faculté d’action d’une personne sur le monde. Le terme se révèle un outil particuli (...)

4Les chroniques sont demandées et financées par des commanditaires se trouvant soit être proches des sphères de pouvoir soit être le pouvoir, lui-même. Par leur dimension encomiastique, voire propagandiste, elles se révèlent être des sources extrêmement partiales et parfois faussées. Il est certain que la forme de pouvoir féminin, également désignée sous le terme de Queenship9, n’a pas fait l’objet d’une mise en avant dans ces textes normés, qui avaient essentiellement pour but la transmission de la mémoire d’un pouvoir masculin et d’une patrilinéarité. Même l’exception d’une reine gouvernante, bénéficiant d’une postérité positive, constituant un modèle de souveraineté, ne déroge pas à cette règle, à l’instar de la reine catholique Isabelle Ière de Castille. En effet, cette dernière ne fait pas l’objet de chroniques où elle serait la seule protagoniste. Son éloge pour la postérité, dans les chroniques, est accolé au titre double des « Rois Catholiques »10. À l’inverse, son époux, qui connaissait pourtant des troubles dans la couronne aragonaise, a pu faire l’objet de chroniques élogieuses à titre personnel. Ce fait pourrait également s’expliquer parce que les chroniques narreraient davantage des faits guerriers, de diplomatie ou d’énonciation de la loi qui relèvent des pouvoirs régaliens masculins. L’agency11 des femmes n’y serait pas traitée. Les qualités de souveraines d’Isabelle la Catholique sont alors constamment associées à celle d’un homme, en plus du corps de son époux. Ce besoin de masculinisation du gouvernement est notamment remarquable lorsque l’humaniste italien, Pedro Mártir de Anglería, cherche des raisons au bon gouvernement des souverains qu’il sert :

  • 12 P. MÁRTIR DE ANGLERÍA, « Epistolario », 9, p. 10-11.

sin embargo del Rey y de la Reina, consortes que gobiernan las dos Españas con perfecta justicia […] puedo […] asegurar que si alguna vez se puso a discusión la posibilidad de que entre los mortales dos cuerpos estuvieran animados de un solo espíritu, son estos efectivamente, pues están regidos por un solo pensamiento y por una sola alma. […] Es esta mujer más fuerte que un varón fuerte, más constante que toda alma humana, maravilloso ejemplo de honestidad y pudor, semejante a la cual nunca12.

  • 13 Diana PELAZ FLORES, « “Reynante(s) en vno”. Fundamentación teórica del poder de la pareja regia en (...)

5Dans l’imaginaire de l’époque, notamment pour les intellectuels qui enseignaient et formaient les pensées dans les cours européennes, l’exception féminine demeurait possible pour la bonne tenue d’un royaume, mais cette bonne gouvernance provenait de l’harmonie qui unissait la reine à son époux13. Comme on le comprend alors, établir une monographie, à partir des chroniques, autour d’une figure de princesse ou de reine, n’est pas un exercice aisé, car ces écrits justifient ces présences féminines et leur pouvoir en transformant leur image, pour qu’elles correspondent à un idéal de pouvoir ou à un idéal féminin.

  • 14 María CONCEPCIÓN PORRAS GIL, De Bruselas a Toledo. El viaje de los archiduques Felipe y Juana, Vall (...)
  • 15 Jean-Marie CAUCHIES, Philippe Le Beau. Le dernier duc de Bourgogne, Turnhout : Brepols Publishers, (...)
  • 16 J.-M. CAUCHIES, Philippe le Beau, p. 251 : « a cause de l’indisposicion et empeschement de laditte (...)

6Une autre cause à cette difficulté résulte du fait que ces filles de souverains, notamment à la fin du Moyen Âge, étaient destinées à quitter leur foyer pour se marier dans des royaumes étrangers et futurs alliés de leur lignée patriarcale. Même si elles n’ont été mariées qu’à une seule reprise, les historiennes et historiens se doivent de prendre en considération deux réalités, deux territoires, pour saisir le vécu de ces femmes déplacées d’un lieu vers un autre. Au moment de vouloir dresser un tableau des sources traitant de Jeanne de Castille, cette réalité doit être conservée à l’esprit, notamment parce que les chroniques proviennent d’entités politiques différentes et soutiennent alors une vérité plutôt qu’une autre14. La trajectoire de Jeanne de Castille induit de s’intéresser autant aux anciens Pays-Bas bourguignons qu’aux royaumes des rois catholiques ; deux territoires aux logiques de pouvoir bien distinctes, à la fin du Moyen Âge. D’un côté, il s’agit d’un duché tronqué, où la cour du jeune prince Philippe est divisée entre un parti pro-français, un parti bourguignon et même un parti germanique, et qui vient de retrouver une identité autour de la figure de son prince. De l’autre côté, il est question d’un royaume en pleine expansion territoriale, où le pouvoir monarchique est renforcé et dont le rayonnement sur la scène diplomatique connaît un renouveau15. Écartelée entre deux territoires, espérant de l’indépendance par rapport à sa mère, de la reconnaissance de la part de son époux et de l’assistance de la part de son père, Jeanne finit par être reine auprès de Philippe le Beau qui est, jure uxoris, roi de Castille. Toutefois, même si le pouvoir hérité dépend d’elle, en novembre 1504, suite à la mort d’Isabelle, Philippe le Beau est, lui-même, accueilli comme un roi par certains nobles castillans dont l’objectif était de se débarrasser du bien trop encombrant roi d’Aragon, Ferdinand. Jeanne avait déjà été déclarée inapte à gouverner dans le traité de Salamanque, même si la folie n’est pas un thème clair lors de la crise successorale de 1500 à 1516. Les mots « d’indisposition et d’empêchement » sont employés pour évoquer sa santé16. La mort prématurée de Philippe, en 1506, change la donne offrant à Maximilien de Habsbourg et à Ferdinand d’Aragon la possibilité de se partager la régence des territoires du couple en attendant l’ascension du futur Charles Quint. Cependant, Jeanne de Castille a été, encore une fois, écartée.

  • 17 Cristina SEGURA GRAIÑO, « Utilización política de la imagen de la reina Juana I de Castilla », in : (...)
  • 18 Ibid., p. 173-189.
  • 19 B. ARAM, La reina Juana.

7La partialité des chroniques et leur altération de la figure de Jeanne proviennent également d’un sujet plus global : celui d’une société qui, à l’aube de la Renaissance, ne pourrait voir, par deux fois et consécutivement, le gouvernement être exercé par une femme17. Alors, peu importe le diagnostic impossible de Jeanne de Castille, la lecture des chroniques la concernant n’est utile qu’avec la mise en contexte de son parcours si particulier et une remise en perspective dans le contexte politique et culturel. Relire les épisodes marquants de la vie de Jeanne de Castille est une idée que développe notamment Cristina Segura Graiño, dans son article sur les « images » forgeant la mémoire sur la vie de la reine18. Bethany Aram, quant à elle, dans sa biographie de l’infante espagnole, propose également cette relecture des événements19. Elle retrace sa vie en la mettant en lien avec des sources économiques, culturelles et politiques, pour proposer une autre version de son histoire, par une méthode qui s’écarte du discours dominant propagé par les hommes qui l’entouraient.

8Si l’on veut bien se rappeler que les chroniques ne souhaitent transmettre qu’une version officielle passée au crible de ce qui est dicible, les personnages controversés y sont encore plus difficiles à cerner. Les sources intrinsèquement partiales produisent une incroyable polyphonie autour de la troisième fille des rois catholiques ; polyphonie qui va d’un pudique silence à l’évocation d’une cause à ce retrait politique, cherchant à lisser l’image d’une reine, qui aurait pu être dépossédée par son époux et par son père.

L’infante de Castille et d’Aragon : entre l’engouement pour la continuité dynastique et l’effacement de son règne

9Si l’on veut bien se rappeler que les chroniques ne souhaitent transmettre qu’une version officielle passée au crible de ce qui est dicible, les personnages controversés y sont encore plus difficiles à cerner. Les sources intrinsèquement partiales produisent une incroyable polyphonie autour de la troisième fille des rois catholiques ; polyphonie qui va d’un pudique silence à l’évocation d’une cause à ce retrait politique, cherchant à lisser l’image d’une reine, qui aurait pu être dépossédée par son époux et par son père. Il convient donc de se pencher sur le contexte d’écriture de chacune de ces chroniques afin d’observer leur corrélation avec le type de discours véhiculé sur la reine propriétaire des royaumes.

  • 20 F. del PULGAR, Crónica de los reyes católicos, éd. cit., p. 146 et p. 188.
  • 21 C. SEGURA GRAIÑO, art. cit., p. 174.
  • 22 Pedro MARCUELLO, Devocionario de la Reyna Da Juana a Quien llamaron la Loca, Chantilly : Bibliothèq (...)

10Tout d’abord, il y a les chroniques qui sont rédigées du côté de ses parents et qui abordent son enfance. Puisque Jeanne n’était pas une aînée, et donc pas destinée à hériter ou à prendre une place de premier plan, les sources n’évoquent que très peu ces années, où elle apparaît simplement dans le groupe « las ynfantas »20. La chronique de Fernando del Pulgar, Crónica de los Reyes de Castilla, rédigée en 1482 par cet ancien secrétaire d’Henri IV de Castille, devenu historiographe officiel d’Isabelle la Catholique, fait partie de ces textes apologiques des Trastamare qui n’accordent pas d’importance à la troisième enfant. Cette chronique s’arrête, d’ailleurs, avec la prise de Grenade, Fernando del Pulgar décédant avant d’observer le déclin de la dynastie qu’il a longtemps servi. Les informations concernant l’enfance de Jeanne de Castille sont donc rares dans les chroniques, mais des historiennes et historiens, portant des thèses et des sensibilités d’études différentes, s’accordent à dire que Jeanne n’avait pas eu d’écart de conduite dans son âge tendre. Cristina Segura Graiño affirme, dans son article sur l’utilisation des images de Jeanne de Castille, que « en los primeros años de su vida a Juana le toca representar otra imagen, es una infanta castellana, […] »21. Dans la chronique de Fernando del Pulgar, Jeanne n’est qu’une infante de plus à marier parmi les enfants des rois catholiques. Plus généralement, du côté espagnol, dans les sources qui lui sont immédiatement contemporaines, cette image de l’infante entourée par ses parents est mise en avant. Par exemple, dans le livre d’heures espagnol, qui est réalisé à son attention alors qu’elle est destinée à se marier pour accomplir une alliance dynastique, les illustrations, réalisées par Pedro Marcuello, la représentent constamment liée à ses parents (fol. 16vo, fol. 38vo, fol. 74vo)22.

  • 23 Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), Paris : Les Belles Lettres, 2006, p. 1 (...)
  • 24 Miguel ÁNGEL ZALAMA (dir.), Vida cotidiana y arte en el palacio de la Reina Juana I en Tordesillas,(...)
  • 25 Ibid., « Avéys de estar continuamente en el aposentamiento de la dicha ynfante my fija donde estovi (...)
  • 26 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1, p. 155 : à propos de l’impressionnante armada qui allait conduire Je (...)

11Cependant, malgré ce que les chroniques et les sources nous révèlent d’une enfance effacée au sein de sa fratrie, un texte étranger permet quelque peu de saisir la personnalité de la jeune Jeanne. Jérôme Münzer, dans son récit de voyage dans la péninsule ibérique, entre 1494 et 1495, prend le temps de décrire les rois catholiques, leurs deux aînés, mais également et exclusivement, une des cadettes : la talentueuse Jeanne. Ce texte datant d’avant les controverses autour de la princesse incapable de gouverner, dévoile une jeune fille particulièrement douée en latin et en musique23. Pour qu’un voyageur s’attarde ainsi sur la princesse, il est possible d’imaginer qu’elle possédait une personnalité remarquable. Ce goût pour la musique et les Lettres était partagé de tous les enfants des rois catholiques, mais, cette mise en avant de l’infante Jeanne peut dévoiler une sensibilité assez exceptionnelle chez l’adolescente que rencontre à ce moment-là le médecin de Nuremberg. L’historien de l’art, Miguel Ángel Zalama, fait également remonter la sensibilité de Jeanne à son enfance, en évoquant un ordre rédigé par Isabelle la Catholique, sa mère, alors que l’infante n’allait pas tarder à prendre le chemin des Pays-Bas pour se marier24. Il y est dit que personne n’avait le droit de communiquer avec sa fille, cet ordre s’étendait également à ses dames et à ses serviteurs. Comme cet historien de l’art, il convient de se demander ce qu’il se passait dans l’entourage de Jeanne de Castille pour qu’un ordre aussi restrictif soit publié. Mais avant de replacer ce document dans une lecture a posteriori de la folie de Jeanne de Castille, il est judicieux de remettre en contexte ce qui se tramait pour la si jeune infante, sur le départ pour un long voyage l’amenant dans les anciens Pays-Bas bourguignons25. En effet, bien qu’elle n’était pas destinée à prendre une aussi grande place dans l’histoire, le long voyage et l’ambitieux projet matrimonial auquel elle allait participer26 sont davantage des interprétations nuancées sur cet ordre d’isolement, plutôt que d’imaginer une précoce folie, absente des sources contemporaines à son enfance et qui semble être évoquée dans des sources postérieures.

  • 27 Àngela MUÑOZ FERNÁNDEZ, « La Casa delle regine. Uno spazio politico nella Castiglia del Quattocento(...)

12Les chroniques du XVIe siècle évoquant la vie de Jeanne de Castille sont commandées par son fils, Charles Quint, ou du moins, écrites durant son règne. Dans ce sens, elles cherchent à présenter le règne abrégé et critiqué de ses parents comme n’entrant pas en contradiction avec celui de ses grands-parents, les rois catholiques. Elles se chargent donc de faire passer le saut d’une dynastie à une autre comme étant naturel et le fruit d’une continuité, alors que nombreux historiennes et historiens voient cette transition, qu’est le règne de Jeanne, comme une rupture généalogique et dans les instances du pouvoir27. La crise qui a amené Philippe le Beau et Ferdinand d’Aragon à s’affronter pour se saisir de la couronne de Castille ainsi que les tensions, pour obtenir la régence, entre ses grands-pères, Ferdinand et Maximilien de Habsbourg, sont autant de thèmes qui ont été lissés au sein de ces chroniques.

  • 28 J. M. NIETO SORIA, éd. cit : En plus de remonter particulièrement loin dans les règnes précédents c (...)
  • 29 Ana Isabel CARRASCO MANCHADO, Isabel I de Castilla y la sombra de la ilegitimidad, Madrid : Sílex, (...)
  • 30 J. M. NIETO SORIA, éd. cit : p. 57-73 & Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Catálogo Real de Cast (...)

13La Crónica anónima castellana de 1454 a 1536, conservée à la British Library et éditée récemment par José Manuel Nieto Soria, aborde l’histoire selon ce point de vue, puisqu’elle place le règne de Charles Quint comme étant une continuité de celui des Trastamare depuis Henri IV de Castille28. Le choix de placer Charles Quint dans la continuité d’un roi Trastamare du XVe siècle semble audacieux car, le règne de sa grand-mère, Isabelle la Catholique, marquait déjà un soubresaut successoral et politique29. Ce manuscrit de la British Library est anonyme, mais José Manuel Nieto Soria explore la possibilité que ce manuscrit provienne possiblement de Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, comme une suite de son Catálogo Real de Castilla y de todos los reyes de las Españas, écrit entre 1505 et 153230. Le chroniqueur nommé par Charles Quint est un homme particulièrement présent à sa cour et à celle de son épouse, Isabelle de Portugal. La construction de sa chronique royale et de sa possible suite s’entend bien comme justification du règne de ses souverains, alors même que Jeanne demeure encore vivante à Tordesillas, délaissée par son puissant fils.

  • 31 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1 et 2.
  • 32 Benito SÁNCHEZ-ALONSO, « La “Crónica de los Reyes Católicos” de Alonso de Santa Cruz », Revista de (...)
  • 33 Mariano CUESTA DOMINGO, « Alonso de Santa Cruz, cartógrafo y fabricante de instrumentos náuticos de (...)

14De la même manière, à la cour de Tolède de l’empereur et de l’impératrice, Alonso de Santa Cruz a rédigé une chronique sur les rois catholiques, en 1542, présentant d’abord le règne d’Isabelle et de Ferdinand, puis celui de Philippe le Beau, sans même mentionner Jeanne dans le titre, avant de la prolonger, en 1551, pour traiter le règne de Charles31. Cet intellectuel s’intéressant à la cartographie et à l’astrologie avait pour ambition de continuer l’œuvre de Ferdinand de Pulgar32. Dans son œuvre, commanditée par l’empereur, il place donc ce dernier comme le suivant roi catholique et comme le suivant conquérant des Indes, après ses grands-parents. On retrouve ici ce goût pour la géographie et la notion d’expansion de la dynastie qu’il sert. D’ailleurs, il précise, dans son introduction, qu’il s’agit d’une chronique pour « Vuestra Majestad » et qu’il l’espère à son goût33.

  • 34 J.-M. CAUCHIES, « Jeanne d’Aragon-Castille, ou la quête d’un pouvoir introuvable », in : Eric BOUSM (...)
  • 35 Lorsque Jeanne est considérée comme incapable de gouverner, beaucoup de témoignages contemporains à (...)

15Les chroniques servant à glorifier l’empereur Charles Quint ne peuvent ni discréditer le roi Philippe ni le roi Ferdinand, étapes importantes de la patrilinéarité qui lui permettent d’obtenir le trône de Castille et d’Aragon. En effet, en Castille, Charles n’est pas accueilli unanimement, en partie parce que le jeune prince avait été élevé dans les anciens Pays-Bas. La crise des Comuneros, en 1521, est révélatrice de ces contestations qui s’élevaient contre le roi. Sans le titre de sa mère, comme reine propriétaire des royaumes, aux côtés duquel il signait ses premiers traités et documents officiels dans la péninsule, Charles ne pouvait espérer se placer comme souverain légitime, par abandon du gouvernement de sa mère, exerçant le pouvoir sur la pléthore de territoires dont il hérite. Il ne pouvait pas non plus placer sa mère comme souveraine de premier plan, ni la faire participer au cérémoniel du pouvoir, sans prendre le risque de contredire son autorité. L’ambivalence entre ‘invisibilisation’ et lissage de l’image de la reine Jeanne de Castille est donc palpable dans les chroniques qui servent à placer Charles au sein d’une continuité dynastique. Elles cherchent une cause de cette impossibilité de Jeanne à se saisir du pouvoir34, épargnant des reproches qui pourraient être transférables à son successeur35.

  • 36 Juan Francisco Andres DE UZTARROZ, Diego Jose DORMIER, Progresos de la historia en Aragón y vidas (...)
  • 37 Jérôme ZURITA, Historia del rey Don Fernando el Católico. De las empresas, y ligas de Italia (1580) (...)
  • 38 J. ZURITA, éd. cit., p. 123 : « Del nacimiento del infante don Fernando: y de lo que se publicó de (...)

16Seul Jérôme Zurita, historien aragonais qui a également voyagé dans les possessions italiennes et qui a obtenu une autorisation de Philippe II, le fils de Charles, pour consulter les archives36, produit une chronique, en 1580, s’intéressant davantage aux affaires diplomatiques autour des évènements marquants de la vie de la reine37. En effet, il présente bien le mariage de Philippe le Beau et de Jeanne de Castille comme rouage de la diplomatie belliqueuse aragonaise. Il ne s’étale pas sur le conflit de succession qui a eu lieu entre Philippe et Ferdinand, mais narre, cependant, toutes les étapes du conflit de régence, qui suit la mort de l’époux de Jeanne, en mettant en avant la dimension diplomatique forte de cette séquence. Il règle le cas de Jeanne en l’écartant, dès le départ, par son indisposition38, pouvant ainsi porter ces affaires comme étant celles des hommes. L’Aragonais, par son intérêt pour le conflit italien, apporte d’autres données, comme la place de l’Angleterre et de la France dans le contentieux de la régence espagnole.

  • 39 Georges CIROT, « Lorenzo de Padilla et la pseudo-histoire », Bulletin hispanique, 16 (4), 1914, p.  (...)
  • 40 Pablo Enrique SARACINO, « La Primera parte de las Crónicas de España de Lorenzo de Padilla: version (...)
  • 41 Ibid, p. 218.
  • 42 Lorenzo de PADILLA, « Crónica de Felipe I llamado el hermoso », in : Miguel SALVÁ et Pedro SAIZ DE (...)

17La dernière chronique qui revisite l’histoire des déboires politiques de Jeanne de Castille, est celle de Lorenzo de Padilla, ou Arcediano de Ronda, chroniqueur officiel de Charles Quint dès 1538, qui quant à lui, a subi du dédain de la part des autres chroniqueurs de son temps, comme Jérôme Zurita39, et des paies aléatoires de la part de son empereur40. Il réalise cependant la commande de son souverain : les Crónicas de España. Elles commencent avec le roi légendaire Tubal et la première partie s’arrête avec la mort de Ferdinand III. La seconde partie raconte les règnes d’Alphonse X à Alphonse XI, quant à la troisième et la quatrième, elles sont perdues. La chronique évoquant la vie de Philippe le Beau, n’est peut-être pas comprises dans la chronologie des Crónicas de España, car elle porte le nom de Crónica particular de Felipe I41. Bien que l’œuvre de Lorenzo de Padilla crée un ensemble généalogique qui amène au règne de son empereur, la chronique de Philippe le Beau rapporte des éléments supplémentaires à l’histoire des déboires de la mère de Charles Quint. Lorenzo de Padilla fait, cependant, le choix de déresponsabiliser Jeanne de Castille, dévoilant l’amour d’une femme comme cause de tous ses maux42. Il ne fait, cependant, pas le choix d’effacer cette partie de l’histoire comme la chroniques de la British Library ou celle d’Alonso de Santa-Cruz qui l’inclut dans le règne des rois catholiques.

  • 43 J. MOLINET, Chroniques, éd. cit.
  • 44 J.-M. CAUCHIES, Philippe le Beau.

18Du côté des anciens Pays-Bas bourguignons, le bénéfice du mariage castillan se fait ressentir lorsqu’Isabelle la Catholique décède et que la couronne castillane pouvait être transférée à leurs territoires. La chronique de Jean Molinet43 représente si bien le parti bourguignon, qu’elle s’arrête à la mort du dernier duc de Bourgogne44, Philippe le Beau. Écrite par le chroniqueur de nombreux duc de Bourgogne, entre 1475 et 1507, elle lisse le conflit entre les deux souverains bourguignons et aragonais, l’évoquant à peine. La princesse espagnole y est totalement ignorée et n’attire l’attention dans la chronique que pour ses accouchements et le baptême de son premier né, tandis que l’antépénultième chapitre traite de la cession des possessions et gouvernements que réalise Ferdinand en faveur de Jeanne et de Philippe.

  • 45 Dits die Excellente Chronijcke van Vlaenderen, Anvers : Willem Vosterman (imp.), 1531. Digitale Bib (...)
  • 46 Lisa DEMETS, « The Late Medieval Manuscript Transmission of the Excellente Cronike van Vlaenderen i (...)
  • 47 Dits die Excellente Chronijcke, p. 1151-1152 : chapitre « [Hoe dye Eertshertoghe Phelips van Oosten (...)

19La chronique néerlandaise, l’Excellente Cronike van Vlaenderen45, imprimée en 1531 par Willem Vorsterman, à Anvers, d’auteur anonyme46, place le règne de l’empereur Charles Quint, dans la structure du récit, comme suivant celui des ducs de Bourgogne. Comme celle de Jean Molinet, elle n’évoque pas, non plus, l’archiduchesse devenue reine. Les chapitres traitant des voyages en Espagne ne portent pas le nom de Jeanne et ni elle, ni même sa mère, la grande reine Isabelle, n’y sont mentionnées. Inversement, son père, le roi Ferdinand, voit son nom apparaître, néerlandisais en « coninck Fernant van Spaengien ende Arragon »47.

20Le silence sur la dépossession de la reine Jeanne, sa remise en cause ou son discrédit proviennent d’une idéologie portée par ces récits historiques, produit par le pouvoir. Le choix d’un de ces trois procédés nous révèle les enjeux entourant le destin de Jeanne de Castille.

Le mariage d’une fille des rois catholiques : les sentiments amoureux au service d’un discours politique

  • 48 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., p. 154.
  • 49 Ibid., p. 164 et p. 167.

21Le mariage de cette princesse était particulier et découlait des guerres d’Italie que menaient Maximilien et Ferdinand contre le roi de France. Il s’inscrivait au sein d’un double mariage entre les enfants de Maximilien et ceux du roi aragonais. L’opération diplomatique s’avérait délicate, surtout que les Pays-Bas se sont vus imposer un mariage anti-français par l’empereur Maximilien, alors même que l’archiduc Philippe, son fils, se trouvait dans un moment de rapprochement diplomatique avec la France. Le contexte difficile de ce mariage se trouve peu évoqué dans les chroniques datant de Charles Quint. Alonso de Santa Cruz relègue le mariage à un chapitre s’intitulant « De lo que descubrió Colón en las India y como vino en España y otras cosas que pasaron »48. Dans ces « otras cosas que pasaron » se trouve le fameux mariage de Jeanne et de Philippe. Comme point de comparaison, Alonso de Santa Cruz préfère développer un chapitre sur le mariage d’Isabelle et sur celui du prince Jean, la sœur et le frère de Jeanne, plutôt que d’en rédiger un sur celui des parents de son propre souverain, Charles Quint49.

  • 50 J. ZURITA, éd. cit.

22Inversement, la chronique aragonaise de Jérôme Zurita, couronne qui avait de véritables intérêts dans les guerres italiennes, insiste sur l’aspect diplomatique de ce mariage50. En sachant que le chroniqueur avait accès à de nombreux documents diplomatiques à ce sujet, à la moitié du XVIe siècle, l’engouement de l’historiographe peut se comprendre. Il est celui qui transmet à la postérité tous les enjeux diplomatiques et politiques du mariage de Jeanne de Castille et de la crise successorale qui s’en suit.

  • 51 AGS, Patronato Real, leg. 54, 65 : Lettre du prince de Galles à la princesse de Galles, déclarant s (...)
  • 52 Diana PELAZ FLORES, « O triunfo do amor político no casamento de D. Isabel de Portugal con João II (...)
  • 53 Sur la notion d’États dynastiques, voir Michel NASSIET, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe(...)
  • 54 Stéphane NADOT, Le spectacle des joutes : sport et courtoisie à la fin du Moyen Âge, Rennes : Press (...)
  • 55 Les romans autour de l’univers arthurien, la chevalerie et l’amour courtois inspiraient des thèmes (...)
  • 56 L. de PADILLA, éd. cit., 8, p. 51-52, p. 88.
  • 57 Le mariage de Jeanne de Castille et Philippe le Beau se célèbre à l’occasion d’un double-mariage. M (...)
  • 58 Jean MOLINET, « La très illustre alliance de messeigneurs les enfans d’Autriche à ceulx d’Espaigne  (...)

23Par cette mise en perspective diplomatique, il est plus facile de relire comme complétement fantasmé le thème de l’amour qui a été introduit dans les chroniques pour définir le mariage de Jeanne et de Philippe. L'amour entre deux étrangers de la haute noblesse était un topos littéraire qui servait à dissimuler cette âpre réalité de la transaction entre deux dynasties souveraines. Le sentiment amoureux entre nobles naîtrait grâce à des échanges de portraits, de lettres d’amours51 et de poèmes. Développer ce topos de l’amour à la fin du Moyen Âge, au sein des relations princières, était quelque chose de courant car l’harmonie du couple souverain et la bonne intégration de l’épousée dans la nouvelle dynastie représentaient un idéal courtisan52. Comme la dynastie était une notion familiale liée à des terres, l’harmonie du mariage se devait de refléter la bonne union dans le gouvernement des territoires53. Cette idéologie politique, qui liait les corps des époux à leurs territoires, était rattachée à un imaginaire précis : celui de la chevalerie et de l’amour courtois, issus des goûts romanesques de l’époque54. Pas étonnant qu’un couple de jeunes gens, comme l’étaient Jeanne et Philippe au moment de leur mariage, respectivement âgés de seize ans et de dix-huit ans, éveillait un imaginaire de l’amour romancé que tous partageaient55. La jeunesse du couple est d’ailleurs exaltée dans la chronique de Lorenzo de Padilla, qui énumère les tournois et les fêtes auxquels participe le jeune Philippe56. Du côté bourguignon, malgré la déception qu’une alliance française n’ait pas pu se réaliser, il est également choisi de développer le thème de la fortune juvénile à l’occasion du double-mariage entre les héritiers castillans et les héritiers habsbourgeois57. Le chroniqueur et poète, Jean Molinet, dans son poème consacré à l’alliance dynastique entre Trastamare et Habsbourg, évoque l’alliance française ratée et les promesses de fertilité qu’apporte un mariage entre jeunes gens (fol. 21vo)58. L’amour et la fougue de la jeunesse ne semblent donc pas être des particularités de l’union entre Jeanne et Philippe, puisqu’elles sont également associées à l’union de Jean de Castille et de Marguerite d’Autriche. Pourtant, le destin tragique de Jeanne, vivant à des lieux de ses contrées d’origine, est résumé et analysé par une seule et unique caractéristique : son amour. Au demeurant, chez Lorenzo de Padilla, ce thème n’y est pas uniquement suggéré pour le mariage des archiducs. Il est également présent pour justifier les actions de la princesse, devenue héritière, en dehors de toute explication culturelle ou politique.

  • 59 L. de PADILLA, éd. cit., 8, p. 114.

Y como la Princesa quería tanto á su marido, perdida esperanza de que la Reina le daría licencia, se deterrminó de ir á Flandes. […] Y visto esto el obispo mandó a cerrar la puerta de fuera de la fortaleza, sobre lo cual la Princesa le dijo muy malas palabras59.

  • 60 Ibid, p. 114 : « suplico muchas veces a la Reina su madre que le diese licencia para se volver á su (...)
  • 61 Ibid., p. 125 : « conociendo en la Reina grande amor á su padre ».
  • 62 La thèse est reprise dans plusieurs ouvrages et textes contemporains à Charles Quint, en passant pa (...)

24L’amour pour son époux serait ce qui la pousserait à s’échapper de Medina del Campo, en 1503, occupant la porte du château sans vouloir y être délogée sinon pour partir rejoindre Philippe le Beau60. De même, selon le chroniqueur, l’amour porté à son père, Ferdinand le Catholique, serait la raison pour laquelle elle aurait accepté de signer un document apporté par Lope de Conchillos, octroyant le gouvernement de Castille au roi aragonais61. Il s’agit d’une cause bien trouvée afin de pouvoir transmettre à la postérité des événements politiques qui, en réalité, pourraient être des tentatives de prise de pouvoir de la part de Jeanne de Castille. Ses actions ne sont pas décrites comme essentiellement mauvaises ou folles, mais dirigées par un sentiment d’amour, mal contrôlé, envers son mari ou envers son père. Cette stratégie, dans les chroniques du XVIsiècle, permet de ne pas évoquer une possible folie dans la famille du souverain régnant, Charles Quint. En effet la folie se pensait déjà comme transmissible au sein d’une famille et Isabelle de Portugal, la grand-mère de Jeanne, avait été accusée de ce mal et forcée au retrait au château d’Arévalo, quelques dizaines d’années avant sa petite-fille, à Tordesillas62.

  • 63 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1, p. 256 : « Todo lo qual se le hacía a la Reina muy duro de oir. Y mu (...)
  • 64 Ibid., p. 302 : « Y como mujer, que amava en estremo a su marido, procuro de saber qué hera la caus (...)
  • 65 Ibid., p. 302.

25Alonso de Santa Cruz, écrivant à la même période que Lorenzo de Padilla, s’accorde avec lui sur l’amour porté à l’époux. Il l’utilise à plusieurs reprises pour analyser plusieurs épisodes de la vie de Jeanne. L’argument de l’amour sert ainsi à expliquer le moment où la princesse se trouvait triste lors du départ de son époux, la laissant en Castille, en 1503. Les pleurs et les gémissements étaient ceux d’une femme qui « en estremo le amava »63. La même expression est employée pour décrire l’épisode durant lequel Jeanne aurait coupé les cheveux d’une possible maîtresse de son époux. Cet acte indigne d’une future souveraine amenée à contrôler ses émotions serait dû, encore une fois, parce qu’elle « amava en estremo »64. Néanmoins, chez Alonso de Santa Cruz, cet amour est invoqué pour l’époux et non pour le père. Il peut s’agir d’une manière pour le chroniqueur d’insister sur la légitimité de l’enfant du couple, Charles Quint, sans évoquer les tentatives de Ferdinand pour récupérer le pouvoir à sa fille. Dès lors, Alonso de Santa Cruz ne dit pas que Jeanne, une fois reine, se trouve être folle. Il ne peut passer sous silence son énervement qui l’a conduit à couper les cheveux d’une noble dame bourguignonne, par jalousie, mais il emploie le terme de « perdiendo casi el juicio » et développe le fait que Philippe ne se comportait plus de la même façon avec elle, manquant d’attentions65.

  • 66 Ibid., p. 305.
  • 67 Ibid., 2, p. 58 : « Y la reina doña Juana dicen averse hallado a su muerte, y averla sentido tan mo (...)
  • 68 AGS, Patronato Real, leg. 54, 83.

26Il convient de souligner que d’identiques événements peuvent être rapportés de diverses façons selon le portrait de Jeanne de Castille privilégié. Alonso de Santa Cruz préfère dresser le portrait d’une femme obscure, solitaire et choisissant, elle-même, de se retirer du gouvernement. Il écrit que la reine Isabelle avait donné les pouvoirs à son époux uniquement si leur fille ne prenait pas la couronne, « no queriendo o no pudiendo »66. Il ajoute que Jeanne n’a pas pleuré la mort de son époux et qu’elle aurait réagi avec sagesse67. Des dires assez étonnants de la part du chroniqueur, sachant que Ferdinand le Catholique écrit, en 1507, donc simultanément aux événements, que sa fille se trouvait incapable d’enterrer le corps de son époux à cause de ses dispositions amoureuses68.

  • 69 Gustav Adolf BERGENROTH (éd.), Letters, Despatches, and State Papers Relating to the Negotions Betw (...)
  • 70 J. ZURITA, éd. cit., Libro V, p. 123.
  • 71 J. ZURITA, éd. cit., Libro V, p. 123 : « mas la princesa, y los flamencos, que estaban en su servic (...)

27La postérité de Jeanne l’assimilant à une reine folle ou à une traitresse, préférant se confiner dans son amour pour un prince étranger, sans responsabilité pour ses royaumes (un discours nationaliste qui se développe au XIXe siècle69), proviendrait de cette polyphonie autour des réactions de Jeanne. Jérôme Zurita défend la thèse du manque de fidélité de Jeanne de Castille pour ses royaumes, même s’il évoque une véritable indisposition de la reine de façon plus tranchée et dès le départ de sa narration sur la crise de succession70. Il suggère que l’infante possédait une fidélité changeante et qu’elle ne soutenait plus ses propres parents dans leurs victoires en Italie71. L’amour est donc évoqué dans les chroniques comme trop présent ou trop absent, selon le portrait de Jeanne, arrangeant la situation politique ou la cohérence narrative du chroniqueur.

Le sort de la couronne castillane : relire l’argument de la jeunesse et du goût pour l’obscurité dans la mise à l’écart de la reine

  • 72 J. M. NIETO SORIA, éd. cit., p. 145 : « Y este rey don Felipe, caresçiendo de la esperiençia y cons (...)
  • 73 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 8-9.

28Au sein des épisodes qui marquent la crise de succession de la couronne de Castille, il est attribué à Jeanne plusieurs comportements, brouillant les pistes sur la réalité. Dans la chronique anonyme conservée à la British Library, il est possible d’observer une des rares chroniques à charge du roi Philippe le Beau. D’abord, la partie sur le gouvernement de Jeanne et de Philippe se trouve particulièrement écourtée. Même si le règne de Philippe ne dure que quelques mois, ne dédier qu’une page aux parents du puissant empereur est assez étonnant, en particulier pour une chronique qui cherche à placer le gouvernement de Charles comme provenant d’une continuité dynastique. Alonso de Santa Cruz, lui-même, ne réduit pas ainsi le règne qui fait jonction entre les rois catholiques et l’empereur Charles. L’échec du gouvernement du roi Philippe Ier est décrit, dans la chronique de la British Library, comme dû au manque d’expérience. D’ailleurs, les dons qu’effectuent Philippe au profit des Grands de Castille ne sont pas expliqués comme étant un moyen de se garantir leur fidélité. Étonnamment, ces dons y sont décrits comme étant le résultat de cette jeunesse, qui cette fois-ci n’est pas exaltée, comme chez Lorenzo de Padilla, mais dépréciée et cause d’erreur. L’inexpérience des souverains a alors servi à dépeindre le fait que le nouveau roi accepte toutes les requêtes de ses nobles72. En se servant du même argument, Alonso de Santa Cruz, lui aussi, a souhaité justifier la volonté de Ferdinand de prendre la régence de la Castille par l’inexpérience du roi et de la reine. Cependant, il ne va pas jusqu’à en faire la principale couleur de leur court gouvernement et évoque brièvement le fait que ces derniers ne prenaient pas assez conseil auprès du roi catholique73, n’allant pas aussi loin que la chronique de la British Library.

  • 74 J. M. NIETO SORIA, éd. cit., p. 144.
  • 75 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 57.
  • 76 J. M. NIETO SORIA, éd. cit., p. 146.
  • 77 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 65 : « a tener muy triste vida deleitándose con la soledad y con (...)

29Le point commun qu’ont ces deux chroniques est qu’elles accablent surtout Jeanne, regrettant un manque de jugement qui aurait causé des malentendus. La chronique de la British Library rapporte que l’absence de la reine, qui ne se montrait pas à ses sujets, faisait répandre la rumeur que le roi l’enfermait74. Alonso de Santa Cruz, quant à lui, fait allusion au fait que Jeanne « estava persuadida »75 que son mari voulait la faire enfermer une fois reconnu roi. Cette même inexpérience est évoquée pour expliquer le retrait du gouvernement de Jeanne de Castille, à la mort de son époux, par sa propre volonté, en faveur de son père, dans la chronique de la British Library76. Alonso de Santa Cruz, quant à lui, conclue qu’elle avait un caractère qui ne lui procurait aucun plaisir à gouverner77.

  • 78 Antoine de LALAING, « Relation du premier voyage de Philippe le Beau en Espagne, en 1501 », in : Lo (...)
  • 79 M. CONCEPCIÓN PORRAS GIL, éd. cit., p. 224-225.
  • 80 Monique CHATENET, Pierre-Gilles GIRAULT (éd.), Fastes de cour : les enjeux d’un voyage princier à B (...)
  • 81 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 39 et p. 65.

30Un autre type de source, s’apparentant à la chronique royale, permet de déplacer le curseur sur les dispositions de Jeanne de Castille lors de son changement de statut de princesse à princesse héritière, puis reine : les relations de voyage. En effet, afin d’aller se faire reconnaître héritière et héritier, puis souveraine et souverain, Phillipe le Beau et Jeanne de Castille ont effectué deux voyages vers la péninsule ibérique. Le premier a eu lieu en 1501 et le second en 1506. L’événement était si important qu’il existe trois témoignages du déplacement de la cour en 1501, notamment parce que la cour est passée par la France et que les archiducs ont effectué leur premier voyage diplomatique en tant qu’acteurs importants sur la scène européenne. Les trois récits dont nous disposons proviennent du côté bourguignon. L’un est celui d’Antoine de Lalaing, chevalier de la toison d’or, proche de Philippe le Beau78. Un autre est anonyme et nous est parvenu par un codex conservé aux Archives d’État autrichiennes, édité récemment par María Concepción Porras Gil, et sûrement rédigé par un proche de l’archiduc79. Le troisième, anonyme également, est supposément rapporté par une femme qui suivait l’archiduchesse80. Retraçant avec précision l’itinéraire du couple princier, les témoignages se centrent davantage sur le voyage et ses étapes plutôt que sur la politique. Pourtant, ils nous fournissent tous trois des informations qui viennent éclairer la postérité de Jeanne de Castille au sein des chroniques. Alors qu’Antoine de Lalaing glorifie son souverain et ignore totalement l’archiduchesse, dans les deux autres relations, on comprend cette absence de considération par le fait que Jeanne restait souvent en arrière lors du voyage, logeant dans des villes mineures, cherchant moins à paraître à la cour ou se présentant souvent comme indisposée pour se réfugier dans la solitude. Il est alors possible de saisir cette absence de Jeanne dans les chroniques à l’aune de ces informations concernant ces voyages. Elle aurait cherché à s’absenter dans cette phase importante de prise de pouvoir comme héritière. La supposition d’Alonso de Santa Cruz sur son goût pour les « lugares obscuros » et la solitude81 peut se comprendre au sein de ces circonstances.

  • 82 L. de PADILLA, éd. cit., 8, p. 83.
  • 83 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1, p. 253.
  • 84 M. CHATENET et P.-G. GIRAULT, éd. cit., p. 40-46.
  • 85 Ibid., p. 41.
  • 86 M. CONCEPCIÓN PORRAS GIL, éd. cit., p. 235.
  • 87 M. CHATENET et P.-G. GIRAULT, éd. cit., p. 45 et M. CONCEPCIÓN PORRAS GIL, éd. cit., p. 235 : « Inc (...)

31Néanmoins, l’épisode de Blois, rapporté par ces trois relations, fournit une autre explication que celle d’un goût pour le retrait de la vie publique. Lorenzo de Padilla rapporte que, lors de la messe à laquelle assistait l’archiduchesse auprès de la reine de France, Anne de Bretagne, cette dernière lui aurait fourni des pièces pour l’aumône82. Il s’agit de la coutume selon laquelle la reine de France donne à la dame au rang le plus élevé, présente dans la chapelle, l’aumône qu’elle souhaite faire ce jour-là. Jeanne de Castille n’aurait pas accepté et serait sortie. L’événement est assez grave pour que même Alonso de Santa Cruz83 le rapporte. Ce dernier ajoute que Philippe le Beau, quant à lui, a accepté l’hommage du roi de France car il se trouvait dans son royaume, insistant ainsi sur l’irrespect qu’a démontré Jeanne de Castille. La relation de voyage, qui provient probablement d’une femme proche de Jeanne, rapporte toutes les querelles de dignité qui se sont tenues à Blois car l’héritière espagnole n’avait pas à céder le pas à Anne de Bretagne, fille de ducs et reine de France84. De même, il y est décrit que le roi Louis XII s’était montré prudent au moment de saluer les héritiers espagnols. Comme le souligne Monique Chatenet et Pierre-Gilles Girault, dans leur introduction critique à leur édition de ce récit, Antoine de Lalaing exagère en disant que l’archiduc est reçu par le roi de France dès la première révérence85. L’anonyme de Vienne, quant à lui, est en accord avec la mystérieuse dame de Jeanne, et décrit bien trois honneurs, exécutés par Philippe, avant que le roi et la reine de France ne s’approchent de l’archiduc86. Ces deux dernières relations s’accordent également pour dire que davantage d’honneurs avaient été faits à Jeanne de Castille qu’à Philippe le Beau, qui acceptait une sorte de vassalité française, durant cette rencontre87. Par conséquent, une autre hypothèse peut servir de justification à ce constant retrait de Jeanne de Castille et à son mépris des coutumes françaises : la conscience de son rang. L’histoire culturelle nous dévoile que des éléments réinterprétés pour dresser un portrait de Jeanne de Castille, pour la postérité, peuvent se comprendre au sein d’un jeu politique qui incluait un complexe cérémoniel princier. L’infante espagnole se trouvait dans une situation compliquée alors qu’elle recevait son héritage en se trouvant à l’autre bout de l’Europe. Son choix a pu être celui d’éviter des conflits au cœur des dispositifs cérémoniels en préférant se retirer.

32Possédant cette information factuelle et quasiment géographique, les chroniqueurs, comme Alonso de Santa Cruz, surinterprètent cette prudence cérémonielle de Jeanne et y accole une cause permettant de justifier son incapacité à gouverner. Cette cause serait une réversion pour le pouvoir public et un goût pour l’obscurité. L’argument est parfait pour écarter la jeune femme du pouvoir et justifier d’une indisposition. Mais, il convient de se souvenir que ces chroniques sont écrites sous le règne de son fils, Charles Quint, et qu’elles sont postérieures aux évènements.

Conclusion

  • 88 C. SEGURA GRAIÑO, art. cit., p. 175.

33Toutes ces chroniques dévoilent l’usage mémoriel et l’axiologie des discours selon les princes qu’elles servent, notamment au moment de rapporter des événements d’intenses activités politiques. Jeanne de Castille se trouve au cœur d’un conflit successorale pour la couronne castillane et en est écartée de différentes manières. Parfois effacée, d’autres fois excusée ou même accusée, saisie dans un complexe jeu de pouvoir en faveur ou en défaveur d’un parti, qu’il soit tour à tour bourguignon, castillan ou aragonais, quand elle est présente dans les chroniques, la princesse a laissé une impression de versatilité au moment où elle devait se saisir de la figure d’héritière des rois catholiques. Qu’elle ait été fidèle à son époux ou à ses parents est difficile à trancher si l’on ne s’en tient qu’à la seule lecture de ces textes de propagande dynastique habsbourgeoise. Le sentiment amoureux ou d’amour parental est utilisé pour attribuer des causes à certains évènements de la vie de Jeanne. Ce sentiment amoureux qui est d’usage pour construire le discours politique d’une alliance matrimoniale, à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, a servi aux chroniques commandées par Charles Quint d’argument d’inhabilité au gouvernement de Jeanne de Castille. Si celui-ci n’est pas évoqué, les actions ou l’inaction de Jeanne pour tenir son rang d’héritière castillane exilée en territoire français ou bourguignon sont d’autant d’éléments qui servent ce discours discréditant la reine qui devait se saisir du pouvoir. Cristina Segura Graiño définit ces moments comme des ‘désajustements’ dans le comportement de l’infante88 et les accole au fait qu’elle devait porter une image forte, alors que le monde dans lequel elle devait prendre sa place était régi par des hommes qui désiraient son héritage. Cependant, le fait que les chroniques soient partiales ne signifie pas qu’elles doivent être totalement rejetées. Elles donnent des indications sur les enjeux qui entouraient Jeanne de Castille. Une femme mariée de cette époque devait se montrer aimante vis-à-vis de son époux, mais aussi obéissante envers ses parents. Lorsque les chroniques sont mises en perspective avec d’autres sources ou les unes avec les autres, elles permettent au moins de saisir quel type de postérité elles ont voulu donner à la reine écartée et à sa délicate situation. Observer des chroniques postérieures aux événements dévoile les idées principales qui ont été choisies pour être conservées pour la postérité. Tout d’abord, elles cherchent à décrire une continuité dynastique entre les Trastamare et les Habsbourg, alors que la rupture existe bel et bien avec l’arrivée de Charles Quint et les Bourguignons à la cour espagnole. À l’égard de Jeanne de Castille, il s’agit bien de lisser le portrait d’une reine encombrante, mais indispensable au règne de la dynastie des Habsbourg sur le territoire ibérique. Il convient ainsi de remarquer qu’elle est évoquée afin de permettre de justifier une continuité entre ses parents et son fils, mais qu’elle est absente de tout autre évènement sous le règne de Charles, alors qu’elle est en vie jusqu’en 1555 et porte le titre de reine propriétaire.

Haut de page

Notes

1 Alonso de SANTA CRUZ, Crónica de los Reyes Católicos, 2 t., in : Juan Mata CARRIAZO (éd.), Sevilla : [s. n.], 1951, 1, p. 301.

2 Jeanne de Castille, pourtant troisième fille des rois catholiques, devient leur unique héritière à la mort de son frère ainé, le prince Jean, puis de sa sœur, Isabelle et de son fils, Michel de la Paix, que cette dernière a eu avec le roi du Portugal. Cette hécatombe a surpris toute l’Europe et l’infortune de ces rois, qui avaient connu la gloire après leur prise de Grenade, a marqué les esprits. Jeanne de Castille est la dernière Trastamare, son fils aîné, Charles, amène la dynastie des Habsbourg en Espagne. Il hérite des territoires de ses grands-parents, ceux de son père dans les anciens Pays-Bas bourguignons et des territoires germaniques de son grand-père paternel, Maximilien de Habsbourg.

3 Pedro MÁRTIR DE ANGLERÍA, « Epistolario de Pedro Mártir de Anglería », 10 t., in : José LÓPEZ DE TORO (éd.), Colección de documentos inéditos para la Historia de España, Madrid : Impr. Góngora, 1953-1955, 10, p. 84.

4 Bethany ARAM, La reina Juana: gobierno, piedad y dinastía, Madrid : Marcial Pons, 2001, p. 123-124 et Antonio MARÍN OCETE, Pedro Mártir de Anglería y su Opus Epistolarum, Granada : Impr. De Francisco Román, 1943, p. 78-88.

5 P. MÁRTIR DE ANGLERÍA, « Epistolario », 9, p. 331-332.

6 Lorsque Philippe le Beau décède, le 25 septembre 1506, Maximilien de Habsbourg, son père, et Ferdinand d’Aragon, son beau-père, se sont partagés la régence des territoires de Charles, son fils, mettant complètement à l’écart Jeanne de Castille en prétextant son incapacité à gouverner.

7 Jeanne n’aurait pas accepté d’enterrer le corps de Philippe, à sa mort. Ce fait historique a inspiré les peintres romantiques qui représentent la reine au côté du cercueil ouvert de son époux, folle de chagrin. Charles de STEUBEN, Jeanne la folle attendant la résurrection de Philippe le Beau son mari, Lille : Palais des Beaux-arts, 1836, inv.P.503.

8 Rafael CARRASCO, La empresa imperial de Carlos V, Madrid : Ediciones Cátedra, 2015, p. 19 : « La política matrimoniales de los Reyes Católicos, que podríamos calificar de “agresiva” o, por los menos, de fuertemente motivada por una estrategia inequívoca de proyección internacional. »

9 Le concept de Queenship, ou réginalité, est un outil qui considère qu’il existe un pouvoir genré de la reine, non pas dans le but d’exécuter une hiérarchie entre les pouvoirs, mais bien de repérer le pouvoir à travers un prisme nouveau et démasculinisé. Ce concept a été porté par des historiennes comme Theresa Earenfight ou Elena Woodacre. « To understand the many facets of medieval queenship, it is important to have an inclusive definition of monarchical power that offers a definition of queenly monarchical power and considers familial, social cultural, religious and political elements. » [Theresa EARENFIGHT, « Introduction : Not Partial, Prejudiced or Ignorant : The Study of Queens and Queenship in Medieval Europe », Queenship in Medieval Europe, New York : Palgrave Macmillan, 2013, p. 9]

10 On remarque ce fait chez Fernando del Pulgar [Fernando del PULGAR, Crónica de los reyes católicos, in : J. de MATA CARRIAZO (éd.), Madrid : Espasa-Calpe, 1943.] et dans la chronique incomplète [Julio PUYOL (éd.), Crónica incompleta de los Reyes Católicos, Madrid : [s. n.], 1934.], qui lui sont contemporaines, ainsi que dans les chroniques du temps de son petit-fils, Charles Quint [José Manuel NIETO SORIA (éd.), De Enrique IV al emperador Carlos. Crónica anónima castellana de 1454 a 1536, Madrid : Sílex, 2015.].

11 L’agency est la faculté d’action d’une personne sur le monde. Le terme se révèle un outil particulièrement utile dans les études de genre car il s’émancipe des termes comme ‘pouvoir’, qui possèdent des définitions masculines et empêchent de mesurer l’impact des femmes sur leur monde. Jacques GUILHAUMOU, « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, 41, 2012, p. 25-34.

12 P. MÁRTIR DE ANGLERÍA, « Epistolario », 9, p. 10-11.

13 Diana PELAZ FLORES, « “Reynante(s) en vno”. Fundamentación teórica del poder de la pareja regia en la Corona de Castilla durante la Baja Edad Media », Anuario de Estudios Medievales, 48 (2), 2018, p. 845869.

14 María CONCEPCIÓN PORRAS GIL, De Bruselas a Toledo. El viaje de los archiduques Felipe y Juana, Valladolid : Ediciones Universidad de Valladolid, 2015, p. 27.

15 Jean-Marie CAUCHIES, Philippe Le Beau. Le dernier duc de Bourgogne, Turnhout : Brepols Publishers, 2003 et voir la glorification des rois catholiques suite à la prise de Grenade, qui fait l’objet d’un chapitre dans les chroniques bourguignonnes de Jean Molinet (Jean MOLINET, Chroniques de Jean Molinet, in : Georges DOUTREPONT, Omer JODOGNE (éd.), Bruxelles : Palais des académies, 1935, p. 242-246).

16 J.-M. CAUCHIES, Philippe le Beau, p. 251 : « a cause de l’indisposicion et empeschement de laditte seignora royna », Annexe 1, édition du traité de Salamanque du 24 novembre 1505 & Archives Générales de Simancas (AGS), Patronato Real, leg. 54, 83 : Lettre du roi catholique à la princesse de Galles et au docteur Puebla, 1507. Ferdinand évoque le fait que sa fille ne veuille pas enterrer le corps de son époux défunt et qu’il ne cherche pas à la brusquer pour le bien de sa santé. Le roi d’Angleterre a un doute sur cet « empêchement » et en fait part à l’ambassadeur aragonais. Guiterre Gómez de FUENSALIDA, Correspondencias de Gutierre Gómez de Fuensalida, embajador en Alemania, Flandes é Inglaterra (1496-1509), in : DUQUE DE BERWICK Y DE ALBA (éd.), Madrid, 1907, p. 457-461.

17 Cristina SEGURA GRAIÑO, « Utilización política de la imagen de la reina Juana I de Castilla », in : Pilar AMADOR CARRETERO, Rosario RUIZ FRANCO (dir.), Representación, Construcción e Interpretación de La Imagen Visual de las Mujeres, Madrid : AEIHM-Instituto de Cultura y Tecnología Miguel de Unamuno, 2003, p.173-189, p. 173 : « Por otra parte, también se ha querido contraponer su vida a la de su madre Isabel I, para resaltar la excepción de la Católica y los riesgos del acceso de las mujeres al poder político»

18 Ibid., p. 173-189.

19 B. ARAM, La reina Juana.

20 F. del PULGAR, Crónica de los reyes católicos, éd. cit., p. 146 et p. 188.

21 C. SEGURA GRAIÑO, art. cit., p. 174.

22 Pedro MARCUELLO, Devocionario de la Reyna Da Juana a Quien llamaron la Loca, Chantilly : Bibliothèque du Musée Condé, 1482-1502, MS604.

23 Jérôme MÜNZER, Voyage en Espagne et au Portugal (1494-1495), Paris : Les Belles Lettres, 2006, p. 180 : « La seconde fille, dont le nom est Jeanne, est remarquable pour son âge par son aisance à composer prières et chants ; elle a 14 ans et se consacre totalement aux lettres. »

24 Miguel ÁNGEL ZALAMA (dir.), Vida cotidiana y arte en el palacio de la Reina Juana I en Tordesillas, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2000, p. 410-411.

25 Ibid., « Avéys de estar continuamente en el aposentamiento de la dicha ynfante my fija donde estovieren las dichas mis damas e mirar por ellas e tener cargo de la guarda dellas, para que ningunas ni algunas personas de mi casa e corte ni de fuera della no entren ni estén donde estovieron las dichas mis damas sin mi licencia e mandado, e quando sus pardres o hermanos o otras algunas personas quisieren fablar con ellas o con alguna dellas aveyslo de fazer saber a my para que con mi mandado e licencia les fables […] »

26 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1, p. 155 : à propos de l’impressionnante armada qui allait conduire Jeanne de Castille dans les Pays-Bas bourguignons.

27 Àngela MUÑOZ FERNÁNDEZ, « La Casa delle regine. Uno spazio politico nella Castiglia del Quattocento », Genesis.Rivista della Società Italiana delle Storiche, I (2), 2002, p. 71-95, p. 92 et d’un point de vue culturel, Raymond FAGEL, « La cultura de corte en España y los Países Bajos alrededor de 1500 », Torre de los Lujanes: Boletín de la Real Sociedad Económica Matritense de Amigos del País, 44, 2001, p. 27-42.

28 J. M. NIETO SORIA, éd. cit : En plus de remonter particulièrement loin dans les règnes précédents celui du premier roi Habsbourg d’Espagne, n’évoquant pas les temps de régences et de troubles, il est intéressant d’observer que cette présentation des règnes consécutifs minimise également la guerre civile qui a eu lieu entre le camp de la reine Isabelle de Castille et celui de la fille de son beau-frère, Henri IV de Castille, Jeanne dite la Beltraneja.

29 Ana Isabel CARRASCO MANCHADO, Isabel I de Castilla y la sombra de la ilegitimidad, Madrid : Sílex, 2014.

30 J. M. NIETO SORIA, éd. cit : p. 57-73 & Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Catálogo Real de Castilla y de todos los reyes de las Españas, Madrid : Biblioteca del Real Monasterio de San Lorenzo de El Escorial, 1505-1532, H.I.7 MS.

31 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1 et 2.

32 Benito SÁNCHEZ-ALONSO, « La “Crónica de los Reyes Católicos” de Alonso de Santa Cruz », Revista de Filología Española,16, 1929, p. 3550.

33 Mariano CUESTA DOMINGO, « Alonso de Santa Cruz, cartógrafo y fabricante de instrumentos náuticos de la Casa de Contratación », Revista complutense de historia de América, 30, 2004, p. 740.

34 J.-M. CAUCHIES, « Jeanne d’Aragon-Castille, ou la quête d’un pouvoir introuvable », in : Eric BOUSMAR, Jonathan DUMONT, Alain MARCHANDISE, Bertrand SCHNERB (dir.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles : de Boeck Université, 2012, p. 67-82.

35 Lorsque Jeanne est considérée comme incapable de gouverner, beaucoup de témoignages contemporains à sa vie et posthumes réalisent le lien entre elle et sa grand-mère maternelle, Isabelle de Portugal, retirée à Arévalo suite à la mort de son époux, Jean II de Castille. L’idée que la folie puisse se transmettre dans une famille existait déjà à la fin du Moyen Âge.

36 Juan Francisco Andres DE UZTARROZ, Diego Jose DORMIER, Progresos de la historia en Aragón y vidas de sus cronistas desde que se instituyó este cargo hasta su extinción: primera parte que comprende la biografía de Gerónimo Zurita, Zaragoza : Diputación Provincial, 1878, p. 93-95.

37 Jérôme ZURITA, Historia del rey Don Fernando el Católico. De las empresas, y ligas de Italia (1580), José Javier ISO, Pilar RIVERO, Julián PELEGRÍN (éd.), Institución « Fernando el Católico », 2005.

38 J. ZURITA, éd. cit., p. 123 : « Del nacimiento del infante don Fernando: y de lo que se publicó de la indispusición de la princesa doña Juana su madre ».

39 Georges CIROT, « Lorenzo de Padilla et la pseudo-histoire », Bulletin hispanique, 16 (4), 1914, p. 405‑447, p. 405.

40 Pablo Enrique SARACINO, « La Primera parte de las Crónicas de España de Lorenzo de Padilla: versiones y manuscritos », Revista de Filología Española, 98, 2018, p. 217239, p. 217.

41 Ibid, p. 218.

42 Lorenzo de PADILLA, « Crónica de Felipe I llamado el hermoso », in : Miguel SALVÁ et Pedro SAIZ DE BARANDA (éd.), Colección de documentos inéditos para la historia de España, 8 t., Madrid : [s. n.], 1846, 8, p. 40-41.

43 J. MOLINET, Chroniques, éd. cit.

44 J.-M. CAUCHIES, Philippe le Beau.

45 Dits die Excellente Chronijcke van Vlaenderen, Anvers : Willem Vosterman (imp.), 1531. Digitale Bibliotheek voor de Nederlandse Letteren (éd.), 2015 (http://www.dbnl.org/tekst/_dit004dits01_01/colofon.php).

46 Lisa DEMETS, « The Late Medieval Manuscript Transmission of the Excellente Cronike van Vlaenderen in Urban Flanders », in : The Medieval Low Countries, 3, 2016, p. 123-173.

47 Dits die Excellente Chronijcke, p. 1151-1152 : chapitre « [Hoe dye Eertshertoghe Phelips van Oostenrijck orlof ghenomen heeft aen den coninc van Spaengien] ».

48 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., p. 154.

49 Ibid., p. 164 et p. 167.

50 J. ZURITA, éd. cit.

51 AGS, Patronato Real, leg. 54, 65 : Lettre du prince de Galles à la princesse de Galles, déclarant son ardente passion amoureuse.

52 Diana PELAZ FLORES, « O triunfo do amor político no casamento de D. Isabel de Portugal con João II de Castela », in : Ana María S. A. RODRIGUEZ, Manuela SANTOS SILVA, Ana LEAL DE FARIA (dir.), Casamentos da Família Real Portuguesa: Éxitos e Fracassos, Lisbonne : Circulo de Leitores, 2018, p. 91‑114, p. 101-108 : Déjà à l’époque de la grand-mère de Jeanne de Castille, Isabelle de Portugal, et de son mariage avec Jean II de Castille, ce procédé littéraire de l’amour, porté par les fêtes et la littérature était appliqué pour glorifier les alliances politiques.

53 Sur la notion d’États dynastiques, voir Michel NASSIET, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris : Éditions de l’EHESS, 2000 et sur la notion d’amour à la fin du Moyen Âge, Carlos HEUSCH, La philosophie d’amour dans l’Espagne du XVème siècle (thèse pour le doctorat européen en littérature hispanique sous la direction de Michel GARCIA), Paris III Sorbonne Nouvelle, 1993.

54 Stéphane NADOT, Le spectacle des joutes : sport et courtoisie à la fin du Moyen Âge, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 168.

55 Les romans autour de l’univers arthurien, la chevalerie et l’amour courtois inspiraient des thèmes pour des jeux, tournois et autres représentations, très populaires durant la fin du Moyen Âge.

56 L. de PADILLA, éd. cit., 8, p. 51-52, p. 88.

57 Le mariage de Jeanne de Castille et Philippe le Beau se célèbre à l’occasion d’un double-mariage. Marguerite d’Autriche, aînée de Maximilien de Habsbourg, élevée à la cour française, est rejetée par Charles VIII de France qui lui préfère Anne de Bretagne. Elle épouse Jean de Castille, l’aîné des rois catholiques, par le même contrat de mariage que celui de son petit-frère.

58 Jean MOLINET, « La très illustre alliance de messeigneurs les enfans d’Autriche à ceulx d’Espaigne », in : Les Faictz et dictz de feu de bonne mémoire maistre Jehan Molinet, Paris : à la bouticque de Jehan Longis et de la veufve Jehan Sainct Denys 1531. Le choix a été fait, pour cette étude, de se baser sur l’imprimé conservé à la Bibliothèque Nationale de France (BnF, RESERVE 4-BL-2867) afin d’observer quelques vanités qui illustrent ces poèmes.

59 L. de PADILLA, éd. cit., 8, p. 114.

60 Ibid, p. 114 : « suplico muchas veces a la Reina su madre que le diese licencia para se volver á su marido. »

61 Ibid., p. 125 : « conociendo en la Reina grande amor á su padre ».

62 La thèse est reprise dans plusieurs ouvrages et textes contemporains à Charles Quint, en passant par les théories psychologistes du XIXe siècle, jusqu’à aujourd’hui. B. ARAM, La reina Juana, p. 28.

63 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1, p. 256 : « Todo lo qual se le hacía a la Reina muy duro de oir. Y mucho más a la Princesa, su mujer, que en estremo le amava, la qual no hacía sino jemir y llorar. »

64 Ibid., p. 302 : « Y como mujer, que amava en estremo a su marido, procuro de saber qué hera la causa de aquello. »

65 Ibid., p. 302.

66 Ibid., p. 305.

67 Ibid., 2, p. 58 : « Y la reina doña Juana dicen averse hallado a su muerte, y averla sentido tan moderada y cuerdamente que nunca le vieron echar una sola lágrima. »

68 AGS, Patronato Real, leg. 54, 83.

69 Gustav Adolf BERGENROTH (éd.), Letters, Despatches, and State Papers Relating to the Negotions Between England and Spain, Londres : Longmans, 1868, p. xxv.

70 J. ZURITA, éd. cit., Libro V, p. 123.

71 J. ZURITA, éd. cit., Libro V, p. 123 : « mas la princesa, y los flamencos, que estaban en su servicio, no

mostraron haber ningún placer de la vitoria »

72 J. M. NIETO SORIA, éd. cit., p. 145 : « Y este rey don Felipe, caresçiendo de la esperiençia y consejo que para regir e gobernar convenia de buena gana, daba a todos los grandes todo lo que de la real corona pedido le hera […] »

73 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 8-9.

74 J. M. NIETO SORIA, éd. cit., p. 144.

75 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 57.

76 J. M. NIETO SORIA, éd. cit., p. 146.

77 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 65 : « a tener muy triste vida deleitándose con la soledad y con lugares obscuros, siempre pensativa, sin hablar palabra ni la agradando compañía alguna. Sólo se deleitava algunas veces en cosas de música, en que desde niña avía sido muy inclinada ».

78 Antoine de LALAING, « Relation du premier voyage de Philippe le Beau en Espagne, en 1501 », in : Louis-Prosper GACHARD (éd.), Collection des voyages des souverains des Pays-Bas, Bruxelles : F. Hayez Impr., 1876.

79 M. CONCEPCIÓN PORRAS GIL, éd. cit., p. 224-225.

80 Monique CHATENET, Pierre-Gilles GIRAULT (éd.), Fastes de cour : les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010.

81 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 2, p. 39 et p. 65.

82 L. de PADILLA, éd. cit., 8, p. 83.

83 A. de SANTA CRUZ, éd. cit., 1, p. 253.

84 M. CHATENET et P.-G. GIRAULT, éd. cit., p. 40-46.

85 Ibid., p. 41.

86 M. CONCEPCIÓN PORRAS GIL, éd. cit., p. 235.

87 M. CHATENET et P.-G. GIRAULT, éd. cit., p. 45 et M. CONCEPCIÓN PORRAS GIL, éd. cit., p. 235 : « Incontinent le Roy aprochut madame ou elle fist comme monseigneur auoit fait mais a la troisiesme honneur madame se mist a genoulx et le Roy se mist aussi la baissa et ainsi la recueilla […] »

88 C. SEGURA GRAIÑO, art. cit., p. 175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Kalogérakis, « Le portrait contrasté de Jeanne de Castille : polyphonie dans les chroniques et les relations de voyage », e-Spania [En ligne], 42 | juin 2022, mis en ligne le 24 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/44559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.44559

Haut de page

Auteur

Clara Kalogérakis

Université de Lille (IRHiS-UMR 8529) et Université de Castilla-La Mancha.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search