Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Richesse et promotion sociale dan...Richesse et promotion sociale - I...

Richesse et promotion sociale dans l’Espagne moderne

Richesse et promotion sociale - Introduction

Béatrice Perez

Texte intégral

  • 1 Araceli GUILLAUME-ALONSO et Béatrice PEREZ (dir.), Figures de la monarchie espagnole des Habsbourg. (...)

1Ce volume monographique est l’émanation des travaux du séminaire de recherches de la composante Civilisation et Histoire de l’Espagne Classique (CHECLA) de l’équipe CLEA. Il est le second que nous publions, après un premier volume intitulé Figures de la monarchie espagnole des Habsbourg. Charges, fonctions, parcours1. Il porte sur un thème que nous avions choisi collectivement dans le cadre du séminaire dans le but de réfléchir aux notions complexes, pour la période moderne, de « richesse » et de « promotion sociale ». En vérité, il n’y avait là nulle nouveauté, car nous poursuivions l’exploration des dynamiques sociales à l’époque moderne que la composante développe depuis plusieurs années. Mais ce qui a paru peut-être nouveau fut la brutalité de l’affichage : « richesse » comme objet, et non comme paramètre adjuvant pour expliquer les mouvements promotionnels des élites dans l’Espagne des XVIe et XVIIsiècles.

2L’histoire sociale, les classifications socio-économiques ou raciales, les enjeux idéologiques de ces hiérarchies induisent un univers de richesse qui permet l’ostentation fastueuse, l’avènement des prétentions à faire valoir, puis la revendication politico-nobiliaire. Pourtant, la richesse (ou le patrimoine) est souvent abordée de biais : alors qu’elle est sans nul doute ce qui fonde la promotion des hommes et la clé du contrôle du medrar par les instances étatiques, alors que derrière les conflits se niche souvent la question essentielle du rang que l’on occupe dans la société et de la légitimité à l’occuper en termes de crédit (matériel ou symbolique), la richesse demeure une idée confuse. Qu’est-ce que la richesse ? Un simple patrimoine chiffré en une somme qu’il faut mesurer pour mieux la qualifier ? Et dans ce cas, quel est le seuil alors pour l’apprécier au regard de la vie des contemporains ? N’est-ce pas plutôt un système de valeurs sociales qui hiérarchise les hommes ? Quelles hiérarchies et quelles valeurs ?

  • 2 Philippe HAMON, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Re (...)
  • 3 Michel PINÇON et Monique PINÇON-CHARLOT, « I. Qu’est-ce que la richesse ? », in : Michel Pinçon (di (...)

3Mes recherches antérieures sur les conversos d’abord, puis sur les marchands ensuite, ne sont pas étrangères à cette inquiétude intellectuelle autour de la richesse. Comment la percevoir ? Comment la quantifier ? Quel rôle joue-t-elle dans la promotion de certains secteurs – comme celui des élites marchandes –, dans le déclassement de certaines familles judéoconverses, ou dans nombre de conflits pour l’hégémonie municipale ? En dépit de son caractère essentiel pour appréhender de façon éclairée certains événements historiques, elle demeure une notion méconnue et sur laquelle circule toute une série de vues préconçues. La chose est vraie pour l’historien de la modernité2 ; elle l’est aussi pour les sociologues des temps présents3. Pourquoi un patrimoine se désagrège-t-il entraînant la ruine d’une dynastie et sa disparition de l’échiquier politique ? Comment la fortune se constitue-t-elle et quelle est la forme qu’elle prend pour consolider la promotion des hommes ?

  • 4 Luis SARAVIA DE LA CALLE, Instrucción de mercaderes (1544), Madrid : Joyas bibliográficas, 1949, p. (...)

4La richesse – c’est-à-dire le pouvoir en acte – devenait au fil de nos recherches, individuelles ou collectives, la réalité palpable de cette promotion, et il fallait l’observer en tant que telle pour en comprendre ses mécanismes sociaux. Dans la Séville des premiers temps américains, j’avais constaté combien le négoce incarnait l’idéal de richesse vers lequel tend celui qui aspire à une légitime ascension sociale. Luis Saravia de la Calle l’affirmait sans ambages en 1544 : les richesses s’acquérant par la voie seule du négoce (« la volonté d’être riche et les moyens de l’être qui sont le négoce »4), le commerce devient le substrat même de la promotion, non pour ce qu’il signifie en lui-même, mais pour ce qu’il engendre les capitaux permettant une élévation sociale consolidée. Ainsi, le négoce, en promettant des revenus substantiels, engage la promotion des hommes en nourrissant une prétention à la noblesse.

5Dans la conception humaniste du XVe siècle, le noble est riche parce que la richesse est la preuve tangible de sa vertu justement récompensée. À la fin du XVIe siècle, ce qui séduit encore dans la noblesse est assurément la richesse, bien que ce soit là une idée en porte-à-faux avec les théories exaltant un « sang pur » ; une idée, surtout, terriblement en décalage avec la fragilisation financière de certaines catégories nobiliaires. Pourtant, s’il est une vérité que nul ne conteste, c’est bien que seule la richesse atteste le lien entre la vertu humaine et la noblesse d’action. Aussi, cette richesse procédant du négoce qui repose, pour une part, sur un monde étranger (génois, florentin, et bientôt flamand ou portugais) ou judéoconvers, devient-elle le creuset d’un danger potentiel : celui de l’aristocratisation inévitable des élites bigarrées annonçant une noblesse en devenir.

6La question de la richesse occupe une place centrale dans la société européenne des XVIet XVIIe siècles précisément parce qu’elle transforme la considération nobiliaire. Puisque la vertu est mise, désormais, à la disposition de tout homme méritant, dont la richesse atteste le succès, il faut bien se résoudre à ranger le riche, le marchand, l’élite financière loin « des pervers et des méchants ». Si la richesse n’est pas antinomique de la vertu, et si la noblesse naît du travail de chacun et non de la seule hérédité, la richesse offre toutes les qualités requises pour prétendre à la parfaite noblesse. La réflexion sur la richesse a mis en lumière autant l’importance de la marchandise que la profonde crise de la noblesse.

7On le voit, le thème est vaste et dense ; le volume d’articles, très limité en nombre. À peine cinq articles. Nous aurions pu attendre encore pour l’étoffer. Mais en vérité, ce n’est pas le temps court qui en explique la brièveté, mais comme une gêne à aborder de front ces deux notions. En outre, il nous a semblé que le volume couvrait, malgré sa brièveté, les divers champs que nous voulions mettre en lumière : pouvoir, prestige, capital symbolique.

8En liant « richesse » et « promotion sociale », nous avons souhaité nous extraire de la perception économique instantanée d’une réalité matérielle chiffrée pour percevoir, sur le temps générationnel, les signes de pouvoir, de prestige et d’honneur qui font que la richesse fait système au sein des élites. En effet, elle ne joue véritablement son rôle de promotion sociale que prise dans un ensemble mêlant familles, réseaux élargis, solidarités créditrices, corporations, sociabilités et représentations de soi au regard du monde. La richesse engendre la conscience d’un entre-soi socio-économique et son efficacité.

  • 5 Michel PINÇON et Monique PINÇON-CHARLOT, art. cit.

9Accéder au sommet de la hiérarchie sociale suppose certes une solide assise économique, mais ce n’est là que le premier degré de la promotion, celle des avoirs matériels. Sans un capital social entremêlant des biens de prestige, des possessions luxueuses, de l’entregent, du pouvoir, sans toutes « ces richesses autres que monétaires »5, la promotion sociale ne peut se parer d’honorabilité ni conduire durablement, sur plusieurs générations, à la notabilité, ou à la petite noblesse urbaine, ou à la noblesse civile.

10L’article de Julia Conesa et celui de Michèle Escamilla sont essentiels à ce titre pour mettre en valeur ce capital social qui garantit les trajectoires promotionnelles – ou pas – au sein du haut clergé de Barcelone à la fin du XVe siècle ; au sein de la cour des Habsbourg du XVIe siècle. Ainsi, parmi les membres du chapitre de la cathédrale, si la richesse ne fait pas le chanoine, la fortune personnelle et l’usage que ces derniers en font révèlent leur poids social dans la ville, découlant largement du prestige (luxe, préséance, honneurs) apporté par leur canonicat.

11L’article de Michèle Escamilla entre de plain-pied dans la société de cour pour analyser les rouages de ce lieu d’expectatives promotionnelles autant que de déceptions personnelles. La faveur, le service du prince, « medrar y merecer » sont autant de voies privilégiées pour élever sa condition au-delà de sa naissance, lesquelles engendrent souvent ambitions déçues et « desengaño ». Sans richesse, la promotion sociale demeure le seul fait du prince ou du seigneur, de la main de qui on est hissé ou abaissé. Or l’homme de pouvoir, accoutumé à la sujétion de ceux qui l’entourent, paraît souvent oublieux de ses promesses, peu soucieux de la vertu de libéralité, vertu politique de justice (donner à chacun selon son mérite et son service). Il appert alors que la véritable promotion est celle qui se gagne par sa richesse propre, dès lors que l’on maîtrise les arcanes des pouvoirs symboliques.

  • 6 Philippe HAMON, op. cit., p. 418.

12Dans l’Espagne moderne, le rapport à l’argent est celui d’une tension extrême entre une valeur éthique de la richesse, quand elle est ancienne et auréolée par le lustre immémoriel des ancêtres, et une « dévalorisation » idéologique de l’enrichissement comme processus. Si on méprise le fait d’être « asservi à la nécessité de compter »6, on admire le faste et le luxe… au point d’en oublier les trafiqueries marchandes qui ont permis de s’enrichir et que le temps et le capital culturel ont si joliment patinées !

13C’est que le temps apporte, outre le prestige de l’ancien, l’assurance de la stabilité des choses durables, quand l’enrichissement ne peut se concevoir sans risque et sans incertitude, facteurs tous deux de capital superlativement mouvant.

14Investir dans l’art comme signe d’ostentation est le sujet de l’article de Fátima Halcón, qui démontre combien la collection artistique devient la synecdoque de la valeur de soi que l’on offre au regard de la société. De la sorte, l’argent investi dans l’art devient valeurs, mérite, prestige, le signe d’en être, car c’est bien connu, « il ne suffit pas de faire fortune pour en être » justement. La passion pour les collections de tableaux et d’objets artistiques ne peut se concevoir en dehors de ce système de représentation où la richesse se thésaurise sous la forme de biens à valeur nobiliaire ajoutée, dans un assaut mimétique du roi et des vielles noblesses :

  • 7 Fátima HALCÓN, « Coleccionistas y agentes: las colecciones artísticas como medio de promoción socia (...)

Para lograr y agrandar un reconocimiento social, parte de la sociedad española destinó muchos recursos y, entre ellos, el patrocinio artístico y cultural fue uno de los más relevantes. Por ello, la propiedad de una gran colección artística se vivió como un medio de equivalencia al monarca y de promoción dentro de la jerarquía social7.

15La richesse alors devient hyperbolique, ou proprement symbolique d’une représentation de soi en miroir de ce qui nous entoure. Dans l’éclat des demeures, dans le prestige des toiles de maîtres acquises, dans les mœurs calquées sur celles des vieilles noblesses dont on emprunte la gravité, on se donne à voir comme membre d’un même corps. Ce qui n’est qu’acquisitions autorisées par les espèces sonnantes et trébuchantes procédant souvent de l’art de la marchandise devient – par l’ostentation du luxe – le signe d’un mérite individuel, puis d’une virtus lignagère qu’on affiche dans des généalogies qui valent ce qu’elles valent…

16La question alors se pose de la finalité ultime de ce capital symbolique : jusqu’où est-il loisible, puis licite, de l’élever ? Le riche se pose devant Dieu dans sa singularité picturale, comme l’analyse Jean-Marc Rivière. Par l’exemple du banquier florentin Francesco Sasseti, il montre comment, au crépuscule de son existence, se pose la question de « cristalliser symboliquement et visuellement ce statut social au moyen d’un décorum funèbre calqué sur celui des plus puissantes familles citadines, dont la richesse s’est formée » plusieurs générations auparavant. En Espagne, pareillement, les marchands-banquiers s’inquiètent de cette « negra codicia » (noire cupidité) qui menace leur salut :

  • 8 Il s’agit d’un fragment d’une lettre de Francisco Dada, marchand romain, envoyée à son ami à Valenc (...)

Yo [...] querría que en todo caso vos disponeys de yr en Ytalia y no dejaros cegar desta negra codicia [...] que ya esta tierra no es para mí y menos para vos, vámonos pues tenemos a Dios gracias para bevyr, vámonos a gozar nuestra tyerra8.

17L’article de Juan José Iglesias Rodríguez vient illustrer et clore ce volume par la présentation du cas de la famille Fantoni, paradigmatique de ces trajectoires comme un éclair qui rendent tangibles, en les matérialisant financièrement, les codes, les apparences, les façons d’être au monde, les façons d’administrer, d’investir, de dépenser.

18La richesse, fût-elle bourgeoise ou noble, façonne le modèle social des « estamentos ».

19Nous avons souhaité publier ce volume en l’état pour amorcer à nouveau une réflexion plus nourrie et centrée sur la richesse, le pouvoir et les dynamiques sociales à l’époque moderne. Puisse le lecteur y trouver quelque matière à réflexion.

Haut de page

Notes

1 Araceli GUILLAUME-ALONSO et Béatrice PEREZ (dir.), Figures de la monarchie espagnole des Habsbourg. Charges, fonctions, parcours, Lisboa : Cátedra Alberto Benveniste, 2020.

2 Philippe HAMON, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999.
Dans le chapitre consacré à l’étude des fortunes, il écrit : « Il faut entrer avec une grande humilité, et une grande prudence, dans un chapitre où les évaluations devraient régner en maître. Les lacunes archivistiques sont certes incontournables, et faciles à mettre en avant. Mais la difficulté essentielle provient des sérieux problèmes méthodologiques que pose le traitement des informations. [...] Quand ils existent, leur exploitation est difficile. Il faut pourtant bien tenter l’aventure tant il est vrai que, pour reprendre les mots de Pierre Goubert : ‘l’étude d’une famille bourgeoise, c’est d’abord l’étude d’une fortune : quand, comment, pourquoi elle s’est formée, accrue, transformée, stabilisée, dissipée’ » (p. 219).

3 Michel PINÇON et Monique PINÇON-CHARLOT, « I. Qu’est-ce que la richesse ? », in : Michel Pinçon (dir.), Sociologie de la bourgeoisie, Paris : La Découverte, 2016, p. 7-26, https://www.cairn.info/sociologie-de-la-bourgeoisie--9782707175403-page-7.htm.
À la suite d’une enquête sur les représentations de la richesse du sens commun, ils concluent à la perception de celle-ci comme essentiellement économique et réduite à sa seule dimension matérielle. L’article entreprend de revenir sur les notions bourdieusiennes de « capital autre que monétaire », social, culturel, symbolique.

4 Luis SARAVIA DE LA CALLE, Instrucción de mercaderes (1544), Madrid : Joyas bibliográficas, 1949, p. 8 : « Para persuadir una cosa tan grande, tan importante, tan provechosa, tan dificultosa como dexar la voluntad de ser ricos y los medios que son los tratos por donde los hombres se quieren hacer ricos ».

5 Michel PINÇON et Monique PINÇON-CHARLOT, art. cit.

6 Philippe HAMON, op. cit., p. 418.

7 Fátima HALCÓN, « Coleccionistas y agentes: las colecciones artísticas como medio de promoción social en el siglo XVII », dans ce même numéro monographique.

8 Il s’agit d’un fragment d’une lettre de Francisco Dada, marchand romain, envoyée à son ami à Valence, Guilardo Burgarelo (Archives Générales de Simancas, Consejo Real, leg. 88, n° 9, fol. 80v.). Voir Béatrice PEREZ, « Matemáticas de la “negra codicia”, “matemáticas de la salvación”. Circuitos económicos genoveses del Mediterráneo al Atlántico a principios de la época moderna », in : Juan José Iglesias RODRÍGUEZ IGLESIAS, José Jaime GARCÍA BERNAL et Isabel María MUÑOZ MELERO (dir.), La construcción de un mundo nuevo: circuitos económicos, dinámicas sociales y mediadores culturales en las ciudades atlánticas del sur de España, siglos XVI-XVIII, Séville : Universidad de Sevilla, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Perez, « Richesse et promotion sociale - Introduction »e-Spania [En ligne], 43 | octobre 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/45452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.45452

Haut de page

Auteur

Béatrice Perez

Sorbonne Université, CLEA (UR4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search