Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Richesse et promotion sociale dan...L’argent ne fait pas le chanoine....

Richesse et promotion sociale dans l’Espagne moderne

L’argent ne fait pas le chanoine. Richesse et pouvoir au sein du haut clergé de Barcelone dans les dernières années du Moyen Âge

Julia Conesa Soriano

Résumés

Le haut clergé des villes de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne fait pleinement partie de l’élite urbaine. Cependant, le rôle de la fortune personnelle des clercs dans cette trajectoire n’est pas toujours mis en lumière dans l’historiographie. À partir des archives capitulaires et des archives notariées de la ville de Barcelone, cet article a pour but d’évaluer la richesse des chanoines de la cathédrale barcelonaise dans les années 1470 à 1510. Il s’agit de voir dans quelle mesure le canonicat permet de s’enrichir ou d’accompagner un phénomène d’ascension sociale. Il apparaît que la fortune des chanoines est souvent moins un vecteur qu’un révélateur de leur position sociale dans la ville, qui se joue largement sur le prestige apporté par leur canonicat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arxiu Històric de Protocols Notarials de Barcelona (AHPNB), Joan Vilana, 257.63, fol. 102-105.

1Une maison. Plusieurs terrains. Six rentes rachetables. Des vêtements – en or et en soie. Une baronnie entière avec toutes ses terres et son château. De quoi recouvrir d’argent la croix de Saint Jean de la cathédrale de Barcelone. Voilà une partie, et une partie seulement, des legs que Martí Joan de Foixà, chanoine de Barcelone à partir de 1455, laisse dans son testament1. Leur montant s’élève à pas moins de 881 livres, sans compter les biens qui ne sont pas chiffrés. La fortune du chanoine est plus que confortable.

  • 2 Emmanuel BAIN, Église, richesse et pauvreté dans l’Occident médiéval. L’exégèse des Évangiles aux X (...)
  • 3 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Lletres closes, 1 B. VI-30, fol. 18 r°.
  • 4 Julia CONESA SORIANO, Entre l’Église et la ville. Pouvoirs et réseaux des chanoines de Barcelone (1 (...)
  • 5 Régine LE JAN, « Introduction », L’historiographie des élites dans le haut Moyen Âge, colloque de M (...)

2L’Église, pourtant, entretient un rapport ambigu avec l’argent. « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille, qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Mathieu, 19,24), trouve-t-on dans la Bible. Ce passage est abondamment repris au long du Moyen Âge par les exégètes, qui tentent d’en dégager une interprétation ne privant pas les plus fortunés de l’accès au salut : c’est l’avarice et non la détention d’une fortune, qu’ils condamnent2. À la fin du XVe siècle, les critiques émises par des réformateurs fusent néanmoins un peu partout en Occident contre le luxe ostentatoire des clercs, dont les détracteurs pointent dans le même temps l’inconduite, l’ignorance et la mauvaise discipline. Ces reproches ne se reflètent pas dans la sphère des élites urbaines barcelonaises : les chanoines sont y perçus comme des notables de la cité. Les échevins (appelés à Barcelone consellers) les qualifient dans leurs correspondances d’« hommes d’honneur » (« hòmens de honor »)3. Les chanoines participent aux cérémonies officielles, aux entrées royales, aux processions funéraires des personnages illustres et ils traitent d’égal à égal avec le gouvernement municipal en cas de conflit4. À bien des égards, on peut considérer qu’ils font partie de l’élite urbaine, définie comme « ceux qui jouissent d’une position sociale élevée, qui passe non seulement par la détention d’une fortune, d’un pouvoir ou d’un savoir, mais aussi par la reconnaissance d’autrui » (Régine Le Jan)5.

  • 6 Julia CONESA SORIANO, Entre l’Église et la ville…, chapitre 5.

3Tous les chanoines, néanmoins, n’ont pas le même niveau de richesse. Martí Joan de Foixà est sans doute le plus fortuné de ceux dont les testaments nous sont parvenus pour la fin du xve siècle. Tous, non plus, n’ont pas la même origine sociale : si lui-même et plusieurs de ses confrères sont issus de la noblesse, quelques uns sont parents de ciutadans honrats (le patriciat urbain barcelonais), d’autres semblent provenir de familles d’artisans. Tous, enfin, ne sont pas originaires de Barcelone6. Leur notabilité leur vient-elle du seul prestige religieux que leur octroient leurs fonctions de chanoines ? En réalité, naviguer dans les hautes sphères de la société barcelonaise implique des connexions personnelles avec les diverses élites, un certain train de vie, une forme d’intégration aux réseaux interpersonnels qui la structurent. Pour ceux qui ne sont pas issus des familles de ciutadans honrats implantées dans les hautes sphères du pouvoir politique et économique de la ville, le passage par le canonicat a pu jouer un rôle dans l’ascension sociale du chanoine, voire de sa famille. Quel est le rôle de la fortune personnelle dans ce phénomène ?

  • 7 José MARTI I BONET, Historia de las diócesis españolas, 2, Barcelona, Terrassa, Sant Feliu de Llobr (...)
  • 8 Maria Adela FARGAS PEÑARROCHA, Família i poder a Catalunya, 1516-1626. Les estratègies de consolida (...)
  • 9 J. AMELANG, op. cit. et M. A. FARGAS PEÑARROCHA, op. cit.

4Barcelone, entre la fin du Moyen Âge et les débuts de l’époque moderne, constitue un terrain d’étude privilégié pour interroger les caractéristiques des élites urbaines. Secouée par une guerre civile entre 1462 et 1472, la Catalogne passe, au sortir de ce conflit, par de profondes transformations, notamment au sein des élites urbaines. Barcelone, avec ses 30 à 35 000 habitants7, est non seulement la cité la plus peuplée du Principat mais aussi son centre économique et politique, hébergeant notamment le siège de la Diputació del General. Dans les dernières années du xve siècle et les premières décennies du xvie, qui nous intéresseront dans ces pages, le roi Ferdinand ii (1479-1516) intervient dans l’organisation institutionnelle du gouvernement municipal. Il formalise l’existence des ciutadans honrats en inscrivant ses membres sur une liste définie et fait entrer au conseil de la ville (le Consell de Cent) une noblesse qui en était jusque là absente8. Noblesse et ciutadans honrats tendent à fusionner9. La question de la place du haut clergé dans ces restructurations, d’une part, et celle du rôle de la fortune dans le rang social, de l’autre, se posent de façon particulièrement accrue dans ce contexte.

  • 10 Jaume VICENS VIVES, Ferran II i la ciutat de Barcelona, 1479-1516 (1re éd. 1936-1937), Barcelone : (...)
  • 11 Voir en particulier les travaux sur l’espace portugais : Mário FARELO, « Les pouvoirs du parvis : p (...)
  • 12 Sur un chapitre cathédral de la Couronne d’Aragon, voir les récents travaux de Albert CASSANYES ROI (...)

5Or, si Barcelone fait l’objet d’une abondante production historiographique, la période courant entre la fin de la guerre civile catalane et celle du règne de Ferdinand d’Aragon tombe souvent dans les angles morts à la fois des travaux d’histoire médiévale – qui s’arrêtent avant – et des travaux d’histoire moderne – qui commencent après et ne consacrent généralement que quelques pages d’introduction aux dernières décennies du xve siècle. Force est de constater que, pour le règne de Ferdinand, l’ouvrage de référence reste encore l’ouvrage de Jaume Vicens Vives qui, si riche soit-il, date de 193610. Ce vide historiographique touche en particulier les institutions ecclésiastiques. Ailleurs, les travaux sur la prosopographie capitulaire ou sur l’insertion des chanoines dans les sociétés urbaines du bas Moyen Âge et de l’époque moderne sont aujourd’hui bien développés11. Les monographies sur les chapitres cathédraux abondent en particulier dans les espaces voisins que sont la France et la Castille. Pourtant, les chapitres de Catalogne, et à dire vrai, l’Église de la Couronne d’Aragon tardo-médiévale dans son ensemble, sont encore peu étudiés12.

6Le présent article se concentrera sur un groupe déterminé : celui des chanoines de la cathédrale qui entourent et secondent l’évêque dans l’administration du diocèse de Barcelone dans les années 1470 à 1510. Membres du haut clergé, souvent issus de catégories sociales élevées, les chanoines vivent dans le siècle et n’ont pas fait vœu de pauvreté. Ils sont 135 recensés pour la période, mais tous n’ont pas laissé de traces suffisantes pour retracer leur parcours de vie ni leur niveau de richesse. À travers l’étude de certaines trajectoires individuelles parmi les mieux documentées, il s’agira de questionner le niveau de fortune de ces individus mais aussi le rôle joué par leur richesse dans leur statut de notables dans la cité. Dans quelle mesure le canonicat permet-il de s’enrichir ? Quelle est la part de revenus provenant de leur canonicat, rapportée à celle de leur patrimoine familial hérité, dans la constitution de leur fortune ? La richesse des membres du haut clergé explique-t-elle leur position sociale dans la cité ?

  • 13 Les références d’archives employées dans ces lignes sont les suivantes : ACB : Arxiu Capitular de B (...)

7Les testaments des chanoines, complétés par la documentation interne du chapitre cathédral (conservée aux Archives Capitulaires de Barcelone) et par certaines incursions dans les correspondances du gouvernement de la ville (série Lletres Closes de l’Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona) permettent d’apporter des éléments de réponse à ces questionnements13.

8Si le canonicat peut être un facteur d’enrichissement, il ne gomme pas les différences sociales entre les chanoines dues à leurs parcours individuels (I). Néanmoins, l’aisance matérielle qu’il procure permet parfois un ancrage dans la cité et peut constituer un jalon dans le parcours d’une famille vers l’accès à l’élite socio-politique de Barcelone (II).

Richesse et canonicat à Barcelone

Les confortables revenus du canonicat

  • 14 Christian HERMANN, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclésiologie po (...)
  • 15 Julia CONESA SORIANO, « La gestion d'un patrimoine ecclésiastique urbain à la fin du Moyen Âge : l’ (...)

9La cathédrale de Barcelone est loin d’être la mieux dotée de péninsule Ibérique. Dans un classement effectué par Christian Hermann pour la période 1565-1575, la Mense épiscopale barcelonaise vient en toute fin de liste, à égalité avec celle de Vic (diocèse situé en Catalogne également) et seulement suivie de celles de Mondoñedo, Almeria et Elne14. L’établissement n’en reste pas moins riche et puissant. Il est l’un des principaux propriétaires du sol urbain, possède des terrains et des immeubles dans toute la ville, perçoit des donations et des rentes de natures diverse15. Ces importants revenus lui permettent de rétribuer de façon confortable les chanoines sous des modalités diverses.

  • 16 Sur ce point, voir notamment les considérations méthodologiques de Maximiliano BARRIO GOZALO, El si (...)

10Il est délicat d’établir avec précision l’ensemble des revenus ecclésiastiques que percevait un membre du haut clergé16. Les carrières sont assises sur le cumul des charges et l’accumulation de bénéfices, parfois attachés à des diocèses différents, et dont les revenus ne sont pas toujours fixes. Les chanoines perçoivent des prébendes – souvent dans plusieurs chapitres à la fois –, des bénéfices ecclésiastiques épars, des émoluments pour des fonctions spécifiques remplies au chapitre (dignités, offices, tâches diverses), des rétributions pour la célébration de messes et anniversaires... Un bilan chiffré précis est dans ces conditions difficilement envisageable. Néanmoins, il reste possible d’effectuer un tour d’horizon pour en appréhender les grandes lignes.

11D’après la comptabilité de la cathédrale, les chanoines barcelonais perçoivent au titre de leurs prébendes les « portions canoniales », versées chaque mois sur les rentes des Pabordies (prévôtés) : douze sous-administrations distinctes, gérées par les chanoines, qui exploitent des terres et reçoivent des droits divers. Les douze Pabordies portent chacune le nom d’un mois de l’année : celui auquel elles versent les portions canoniales aux chanoines. Pour la fin du xve siècle, un registre permet de connaître le montant de ces portions canoniales en 1477-1481 pour les pabordies de Septembre, Octobre, Novembre, Janvier, Mars, Juin et Juillet – les autres n’ont pas laissé de trace pour ces dates-là. Pour sept mois, chaque chanoine semble recevoir aux alentours de 21 livres (figure 1), donc potentiellement une quarantaine de livres à l’année.

  • 17 Document élaboré d’après les données du registre suivant : ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordi (...)

Figure 1 : portions canoniales par chanoine en 1477-1478 pour les sept Pabordies gérées directement par le chapitre17

  • 18 Le registre ne mentionne ici que la somme globale pour l’année (90 livres 3 sous et 8 deniers) et a (...)

Sept. 1477

Oct. 1477

Nov. 1477

Janvier 1478

Mars 1478

Juin

1478

Juillet 1478

Estimation du total

Montant

perçu par chanoine

3 livres 8 sous 2 deniers

2 livres 19 sous 9 deniers

3 livres 0 sou 2 deniers

2 livres 12 sous 1 denier

3 livres, 4 sous 4 deniers18

3 livres 3 sous 8 deniers

3 livres 1 sou 7 deniers

21 livres 9 sous 10 deniers

  • 19 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1477-1479, fol. 20. Les comp (...)

12Mais les prébendes ne sont pas les seuls revenus réguliers du canonicat. Il faut y ajouter les distributions au chœur, c’est-à-dire les sommes versées aux chanoines effectivement présents aux offices et dont le montant, variable, dépend de l’assiduité. Ces distributions sont comptabilisées une fois tous les deux ans dans les registres de la Casa de la Caritat (qui, malgré ce que laisse penser son nom, gère en réalité au xve siècle la mense capitulaire). En 1477-1478 toujours, elles représentent au total 315 livres, 8 sous et 5 deniers par année, soit une rétribution que l’on peut estimer au minimum autour de 8 livres par chanoine et par an19.

  • 20 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1481-1483, fol. 26 et ACB, C (...)
  • 21 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 20.

13L’exercice des offices, à savoir des fonctions spécifiques à la cathédrale, est également vecteur de rémunérations. Le caritater, c’est-à-dire le chanoine chargé d’administrer la Casa de la Caritat (la mense capitulaire), et le chanoine chargé de l’administration des chapellenies perçoivent par exemple un salaire de 20 livres par an chacun20. Les chanoines qui exercent une dignité, comme l’Archidiacre Majeur, perçoivent en outre des rentes attachées à cette dignité, et quelquefois des avantages supplémentaires : l’Archidiacre Majeur reçoit 12 deniers pour chaque jour où il se déplace à la cathédrale pour une raison exceptionnelle21.

  • 22 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1481-1483, fol. 26
  • 23 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 20.
  • 24 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 22v°.

14Certaines tâches ponctuelles, enfin, sont sources de rétributions supplémentaires. Les auditeurs de comptes de la Casa de la Caritat – deux chanoines dépêchés par le chapitre pour vérifier tous les deux ans la rigueur comptable de la mense capitulaire – touchent 5 livres pour ce service22. Le chanoine chargé d’effectuer les distributions au chœur perçoit, lui, 3 livres 10 sous par an23. En 1485-1487 encore, chaque chanoine ayant participé à une procession à Bellvitge reçoit 5 sous de la Casa de la Caritat24. La liste d’exemples pourrait encore s’allonger et difficilement atteindre l’exhaustivité.

  • 25 CONESA SORIANO, Julia, Entre l'Église et la ville…, p. 283-284.

15La liste des revenus ecclésiastiques perçus par chaque chanoine est donc à géométrie variable selon son activité au chapitre. Il faut aussi prendre en compte sa trajectoire personnelle en dehors du chapitre. Nombreux sont en effet ceux qui cumulent les bénéfices dans et hors de leur diocèse. En plus de son canonicat, le chanoine Lluís Desplà (1444-1524), par exemple, est simultanément recteur de Sants Just i Pastor à Barcelone, de Sant Feliu à Alella, de Santa Jùlia à Argentona, de Santa Maria de Badalona et de Sant Joan de Vilassar. Il est également prévôt à Valence et, en 1470-1474, obtient à Rome la charge de succentor d’Elne et un bénéfice de Castelló d’Empúries25.

  • 26 Laura MIQUEL MILIAN, « Controlar los salarios públicos en tiempos de crisis : las retribuciones mun (...)
  • 27 Ibid., p. 204.
  • 28 Arcadi GARCIA I SANZ et Josep Maria MADURELL I MARIMON, Societats mercantils medievals a Barcelona, (...)
  • 29 Ivana STOJAK, La sederia a Barcelona al segle xv, thèse de doctorat inédite, dir. Teresa Vinyoles i (...)

16On l’aura compris : il n’est guère possible de chiffrer réellement les revenus de chacun. Néanmoins, la liste des sommes susceptibles d’être perçues révèle des rétributions annuelles de plusieurs dizaines de livres. Cette somme est loin d’être anecdotique. Une fois rapportée au niveau de vie barcelonais de la même époque, elle est même assez substantielle. À titre de comparaison, les fonctions de consellers, c’est-à-dire la charge la plus élevée du gouvernement municipal, étaient rétribuées, en 1489, 100 livres à l’année et celles du racional (l’officier municipal chargé de la comptabilité de la ville), 50 livres. Parmi les officiers municipaux occupant des charges plus modestes, les gardes de la ville étaient rémunérés entre 20 et 32 livres annuelles et le serviteur du racional, mentionné ci-dessus, 22 livres26, mais il faut prendre en compte le fait qu’une partie importante de ces salaires servait sans doute à couvrir les frais de l’emploi27. En dehors du gouvernement municipal, la rétribution annuelle d’un administrateur de société marchande oscille au xve siècle entre 25 et 100 livres (avec une moyenne de 62,5 livres) et, à bord d’une galère, le salaire mensuel d’un officier commandant est de 156 sous28. Dans un autre domaine et à une position moins élevée dans l’échelle sociale, la rémunération des apprentis dans les métiers de la soie était de 10 livres annuelles en 147829.

17En somme, la détention d’une prébende fournit au minimum aux chanoines un revenu comparable à celui d’un officier municipal comme le racional ou d’un négociant. Elle leur assure une sécurité financière, les moyens de vivre commodément, d’être propriétaires de biens immobiliers, voire de biens précieux comme des bibliothèques personnelles, et offre éventuellement des possibilités d’enrichissement. Les trajectoires du haut clergé n’en restent pas moins très variables d’un individu à l’autre, selon le nombre de bénéfices cumulés et selon son implication (plus ou moins de revenus au chœur, aux offices, etc.), mais aussi selon son patrimoine personnel, indépendant de ses fonctions à la cathédrale.

Les chanoines étaient-ils riches ?

  • 30 Pour comparer ces trajectoires avec celles de chanoines d’un autre espace, dont la nature des reven (...)
  • 31 Les données concernant les testaments de chanoines ont été collectées dans les documents suivants :

18Les confortables revenus ecclésiastiques ne sont pas la seule origine des fortunes personnelles des chanoines. Outre les revenus divers liés à leurs carrières individuelles qui peuvent les amener à cumuler les prébendes et les charges, dans l’Église voire à la cour, le patrimoine familial ou des investissements privés peuvent aussi s’y ajouter30. Les testaments des membres du chapitre barcelonais révèlent dans leurs rangs des niveaux de richesse variables. Dix-huit, conservés aux archives notariées de Barcelone (Arxiu Històric de Protocols Notarials de Barcelona), permettent de prendre la mesure de leur aisance matérielle31.

19Six chanoines sont propriétaires d’au moins une maison et six détiennent des rentes sur des terres ou des rentes rachetables. Deux possèdent une esclave. Un autre, Martí Joan de Foixà, cité dans les premières lignes de ces pages et issu de la noblesse, lègue même à son neveu une baronnie et son château. Sur les douze qui spécifient un montant pour leur sépulture, la charité et les messes au service du salut de leur âme, les sommes engagées varient entre 15 sous et 200 livres. Il est peu probable, étant donné le montant des prébendes, qu’aucun d’entre eux ait souffert de difficultés financières.

  • 32 Carme BATLLE GALLART, Els ciutadans honrats de Barcelona: l’exemple dels Gualbes, segle XIV, Barcel (...)

20Tous, néanmoins, ne font pas état pas dans leurs testaments des mêmes assises économiques. Le total des legs atteint des montants allant de 20 livres 8 sous et 4 deniers (Gaspar Peiró) à 881 livres (Martí Joan de Foixà) – si l’on laisse de côté les 2 livres cédées par Francesc del Milà et les 12 sous légués par Pau de Gualbes, marque sans doute d’un testament peu précis plus que du niveau de richesse du testateur. La même disparité s’observe si l’on prend en compte non seulement les legs numéraires mais également les autres rentes et biens matériels cités dans les testaments. Là où Martí Joan de Foixà dispose d’une baronnie et de multiples rentes rachetables, les seuls biens matériels d’Antoni Codó listés dans ses dernières volontés consistent en des vêtements et des livres. Bien sûr, les testaments ne sont pas un inventaire exhaustif – nul doute que Pau de Gualbes, qui ne lègue que 12 sous, était loin d’être dans le besoin, étant donné qu’il appartient à l’une des plus puissantes familles de banquiers de Barcelone, les Gualbes32. Son neveu et confrère, Ferrer Nicolau de Gualbes, lègue lui, d’ailleurs, plus de 150 livres. De même, si Francesc del Milà ne laisse trace que de 9 sous dans son testament, c’est parce qu’il laisse à Dieu le reste de ses biens… sans les estimer. On ne peut donc, avec ces sources, chiffrer précisément avec sûreté le patrimoine de chaque chanoine. Toutefois, les claires différences de contenu entre les testaments laissent peu de doute quant à l’existence d’une réelle diversité dans les assises économiques de chacun, entre certains chanoines propriétaires de nombreuses rentes et terres, tels Galceran Albanell, Martí Joan de Foixà ou Guillem Ferrer, et d’autres qui, à l’instar de Lluís Sirvent, ne lèguent guère que du numéraire à quelques membres de leur famille (figure 2).

Figure 2 : les legs des chanoines de Barcelone dans le dernier quart du xve siècle

Chanoine

Montant des legs chiffrés

Précisions sur la nature des legs

Galceran Albanell

125 livres 10 sous

2 rentes rachetables
Du linge

Pere Buada

146 livres 2 sous

Pere Camps

317 livres 19 sous

1 terre (hort), à Naples
Des vêtements

Antoni Codó

167 livres 10 sous

Des livres

Guillem Ferrer

210 livres 9 sous

Des maisons, des terres, des honores et des propriétés (sur le territoire d’Angularia)

Joan Fexes

127 livres 11 sous

1 maison
Des meubles

Martí Joan de Foixà

881 livres

1 baronnie avec ses terres et son château
6 rentes rachetables
1 terre et 1 maison à la Horta de Sant Pau
Des vêtements en or et en soie
Divers objets

Joan Font de Borrell

235 livres et 11 sous

1 terrain
Des maisons
1 rente rachetables
Du linge de maison
Des livres
Des vêtements
Des meubles
Des céramiques
1 épée et une lance

Nadal Garcés

41 livres 19 sous

Des vêtements
Des meubles
1 bréviaire

Antoni Giner

220 livres 19 sous 3 deniers

1 rente rachetable

Nicolau Ferrer de Gualbes

150 livres 15 sous 6 deniers

Du linge
Des livres

Pau de Gualbes

12 sous

Guillem Lull

26 livres 12 sous

Pere Ramon Loteres

239 livres

2 maisons
2 terres
1 rente rachetable
Des meubles
Du linge

Fracesc del Milà

9 sous

Gaspar Peiró

20 livres 10 sous

Lluís Sirvent

51 livres 10 sous

Des vêtements

Joan Andreu Sorts

373 livres 17 sous

4 rentes (de diverses natures)
1 maison
1 terre (hort)

21D’une manière générale, les chanoines à Barcelone semblent donc largement à l’abri du besoin. Si le canonicat n’est pas nécessairement leur principale source d’enrichissement, il leur fournit un socle confortable, variable selon la liste de leurs bénéfices ecclésiastiques et de leurs charges au chapitre. Des différences de richesses subsistent, liées à l’origine sociale des chanoines mais aussi à leurs choix d’investissement personnels, qu’il ne faut pas négliger. Dans ce cadre, les revenus canoniaux ne tiennent pas la même place dans le patrimoine de chacun.

Canonicat, ascension sociale et implantation dans la cité

Le rôle des revenus canoniaux dans le patrimoine des chanoines et de leurs parents

  • 33 Voir les données biographiques sur Pere Ramon Loteres dans : CONESA SORIANO, Julia, Entre l’Église (...)

22Si certains des chanoines disposent d’assises économiques solides héritées de leur patrimoine familial, à l’image de Martí Joan de Foixà, d’autres semblent avoir acquis par eux-même la plupart des biens recensés dans leur testament, grâce à l’aisance que leur permettent leurs rétributions canoniales diverses. Le cas le plus visible est celui du chanoine Pere Ramon Loteres. Sans doute issu d’un milieu d’artisans (son frère est fabriquant de chandelles), il est certes connecté à des sphères plus élevées de la société, puisqu’il est l’exécuteur testamentaire d’un certain Rafael Olzinelles, qui exerçait un office auprès du roi (scrivà). Néanmoins, l’essentiel de ses activités, de ses liens personnels et de sa fortune semble provenir de son canonicat. Très impliqué dans les affaires de la cathédrale, il y occupe plusieurs offices : chanoine entre 1471 et 1503, il est d’abord caritater (chargé de l’administration de la mense capitulaire) puis administrateur des comptes de la Pia Almoina (institution charitable dépendant de la cathédrale) puis vicaire de l’évêque en 1490. En 1475, il est mandaté par le chapitre pour réformer les églises du diocèse et il tient les comptes des Pabordies entre 1477 et 148133. Ce sont a priori ces activités qui lui fournissent ses revenus. Son testament mentionne qu’il a acheté lui-même sa maison, ses deux terrains – dont l’un des deux a même été acheté directement à un confrère chanoine – ainsi que sa rente sur une seigneurie intermédiaire de l’hôpital de Santa Creu (lui-même co-administré par le chapitre cathédral). Le patrimoine de Loteres lui vient principalement de ses activités de chanoine.

  • 34 ACB, Caritat, Pabordies, Lluïsmes de les pabordies, 1484 a 1498 : « Libre de rebudes dels loysmes d (...)

23S’impliquer à la cathédrale peut aussi fournir des avantages pécuniaires à la famille du chanoine. En 1478 et 1479, un certain Arnau Loteres, fort probablement parent de Pere Ramon Loteres, reçoit l’affermage des Pabordies de Juillet et d’Octobre (conjointement avec un autre individu). C’est encore un Loteres qui perçoit l’affermage des dîmes de la Pabordia de Juillet. En 1490, une transaction recensée dans le registre comptable des lods-et-ventes des prévôtés du chapitre révèle que quatre Llopart (même patronyme que l'un des chanoines) sont détenteurs d’une rente rachetable (censal) rattachée aux Pabordies de la cathédrale : selon le principe de la seigneurie intermédiaire, ils perçoivent les droits seigneuriaux des tenanciers du ces maisons, dont ils reversent une partie à l’établissement34.

24Il ne s’agit pas à proprement parler d’une ascension sociale – les Loteres comptent déjà parmi les familles qui remplissent les rangs des consellers. La cathédrale, néanmoins, fournit activement des revenus qui participent pleinement des assises économiques de cette famille. Pere Ramon Loteres représente un exemple éloquent de chanoine dont l’aisance financière ne dépend pas tant de son origine sociale que de son parcours personnel au sein de l’Église.

Être chanoine et intégrer l’élite urbaine

25Est-ce à dire que la richesse des chanoines ne joue aucun rôle dans leur statut social et dans l’éventuelle mobilité sociale de certains d’entre eux ? En réalité, même s’il ne propulse pas des hommes nouveaux dans les hautes sphères de la ville, le passage par le canonicat à Barcelone est quelquefois un jalon dans l’intégration d’une famille à l’élite urbaine de la Cité Comtale. Cela passe cependant moins par l’enrichissement personnel du chanoine que par la manière dont celui-ci utilise ses revenus : l’exemple du chanoines Jaume Fiella montre comment les usages de sa fortune permettent d’implanter l’individu et, à travers lui, sa famille, dans la ville.

  • 35 Pour les données biographiques sur Jaume Fiella : Roser SALICRú I LLUCH, Jaume Fiella, fill il·lust (...)

26Le chanoine Jaume Fiella, natif de la petite ville de Tremp dans le diocèse pyrénéen d’Urgel, devient après ses études familier du pape Innocent viii et du futur Alexandre vi, de qui il obtient des bénéfices dans plusieurs diocèses catalans. En 1489, il acquiert finalement le canonicat à Barcelone, où il s’installe quelques années plus tard. Là, il marie sa nièce à un membre de la petite noblesse de Barcelone et dote de bénéfices ecclésiastiques les enfants du couple. Ses petits-neveux et nièces intègrent l’élite urbaine de Barcelone : les petites-nièces de Jaume épousent des ciutadans honrats et l’un de ses petits-neveux, reprenant le patronyme de Fiella, épouse une femme issue de l’une des plus importantes familles de Barcelone, les Dusai35. Le parcours familial semble correspondre à une ascension sociale : les Fiella passent de l’élite d’une petite ville, Tremp, à l’élite de la principale cité du Principat, Barcelone. Si le parcours personnel de Jaume Fiella n’en pas l’unique facteur, l’adoption du patronyme par le petit-neveu et la dotation en bénéfices ecclésiastiques de plusieurs neveux révèlent le rôle actif du canonicat de Jaume dans cette trajectoire familiale.

  • 36 Martín DE RIQUER, Quinze generacions d’una família catalana, Barcelone : Planeta, 1979, p. 128-256.
  • 37 Les Agullana déploient en effet une véritable stratégie familiale pour s’implanter à Barcelone : M. (...)

27Une trajectoire similaire est perceptible avec le chanoine Antoni Agullana, qui provient d’une famille de la petite noblesse de Gérone36, diocèse voisin de Barcelone. Chanoine depuis 1474, il semble bien installé à Barcelone, où il est à plusieurs reprises vicaire général de l’évêque. Dans les décennies suivantes, au tournant du xvie siècle, les Agullana rejoignent les rangs des principales familles de Barcelone37. Là encore, si le canonicat d’Antoni n’est pas le pivot de cette implantation des Agullana à Barcelone, il en est une étape et reflète leur ascension barcelonaise.

Fortune ou prestige ?

  • 38 Albert REIXACH SALA, « Social Mobility and Service to the Crown in Late Medieval Catalonia (c. 1350 (...)
  • 39 Carme BATLLE GALLART, « Els Granollacs, metges de Barcelona (segle xv), de la cort del rei a la ben (...)

28La richesse des chanoines n’est donc pas le facteur principal de ces trajectoires mais plutôt leur résultat. Moins que par leur patrimoine, les chanoines intègrent l’élite urbaine par leur mode de vie et leur honorabilité. Le parcours des serviteurs de la Couronne au xive siècle a montré dans d’autres travaux que le prestige, au-delà de la richesse, pouvait jouer un rôle majeur dans les trajectoires sociales ascendantes des derniers siècles du Moyen Âge38. Des cas d’ascension sociale de familles ne disposant pas d’un important patrimoine financier ont pu être recensés à Barcelone, à l’instar des Granollacs, famille de médecins qui, après avoir exercé leurs fonctions pour la famille royale, parviennent à intégrer le patriciat urbain barcelonais malgré de lourdes difficultés économiques ponctuelles39.

  • 40 Ángel MARTINEZ CATALAN, « Prosopografía de los integrantes del cabildo catedralício de Cuenca en 14 (...)
  • 41 De nombreux exemples sont rapportés dans la chronique du Manual de novells ardits : Frederich SCHWA (...)
  • 42 Julia CONESA SORIANO, « Trayectorias eclesiásticas entre ciudad y corona: el alto clero catalán dur (...)
  • 43 Agustí Duran i Sanpere, Barcelona i la seva història, 3 vol. Barcelone : Curial, 1972, vol. 1, p. 4 (...)

29La notabilité des chanoines ne tient donc sans doute pas avant tout à leur fortune mais à leurs fonctions. Ángel Martínez Catalán relève pour le chapitre de Cuenca, investi au xve siècle par les lignages nobiliaires et par l’oligarchie urbaine, que le passage par le canonicat n’apporte pas que de confortables revenus, mais également des privilèges juridiques et un rôle dans la cité – assister à des actes liturgiques importants –, lesquels permettent d’asseoir la notabilité de leur famille tout entière au sein de la société urbaine40. Et en effet, les chanoines de Barcelone participent aux processions honorifiques dans les rues de la cité – contre la peste, contre la sécheresse, pour célébrer la victoire du souverain contre le royaume de Grenade41. Ils mènent des carrières aux assemblées des Corts et de la Diputació del General voire à la cour royale, certains hébergent le lieutenant général de Catalogne lorsqu’il se déplace à Barcelone42. Leur mode de vie les intègre à l’élite. Ils peuvent s’illustrer par le mécénat, tel le chanoine Lluís Desplà, qui collectionne les antiquités, restaure l’édifice baptisé « Casa de l’Ardiaca » en face de la cathédrale ou encore fait édifier un palais de style Renaissance, la maison Gralla43. La notabilité que l’on relevait dans les premières lignes de ce travail repose surtout sur un ensemble de pratiques, dont la réalisation est permise par l’aisance financière que peut procurer le canonicat, et qui investissent les chanoines d’un statut social honorable dans la cité.

Conclusions

  • 44 B. BOVE, art. cit.
  • 45 A. J. DÍAZ RODRÍGUEZ, « Inversión económica y gestión patrimonial... ».

30Dans une société médiévale qui valorise la stabilité des ordre sociaux plutôt que la mobilité sociale44, le canonicat peut jouer un rôle intégrateur pour amener un individu, voire une famille, à rejoindre les rangs des élites socio-politiques de la cité, a fortiori dans un temps de recomposition sociale comme l’est le tournant du xvie siècle à Barcelone. Si les membres du chapitre ne semblent pas être des hommes nouveaux, les avantages pécuniaires tirés de la cathédrale sont un facteur de richesse pour les chanoines et, quelquefois, pour leur famille. Leur richesse – et l’usage qu’ils en font individuellement – est moins un vecteur qu’un révélateur de leur position sociale dans la ville. Celle-ci repose elle-même moins sur leur éventuel train de vie luxueux que sur le prestige de leurs fonctions canoniales, qui les intègrent à des cérémonies religieuses de première importance pour la cité et leur permet de mener des carrières politiques aux Corts et à la Diputació del General de Catalogne. En cela, le cas de Barcelone rejoint les observations qui ont pu être réalisées sur des chapitres castillans à l’époque moderne45. Il ouvre des questionnements sur le rôle différencié qu’a pu jouer l’exercice de fonctions religieuses diverses dans l’ascension sociale au sein des villes catalanes de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne.

VILAR, Hermínia Vasconcelos, « Canons and Cities: Cathedral Chapters and Their Social, Composition in Medieval Portugal », e-JPH, vol. 5, n° 2, hiver 2007.

Haut de page

Bibliographie

AMELANG, James, Honored Citizens of Barcelona. Patrician Culture and Class Relations, 1490-1717, Princeton : Princeton University Press, 1986.

BAIN, Emmanuel, Église, richesse et pauvreté dans l’Occident médiéval. L’exégèse des Évangiles aux XII-XIIIe siècles, Brepols : Turnhout, 2014.

BARRIO GOZALO, Maximiliano, El sistema beneficial de la Iglesia española en el antiguo régimen (1485-1834), Alicante : Publicaciones Universidad de Alicante, 2010.

BATLLE GALLART, Carme, « Els Granollacs, metges de Barcelona (segle XV), de la cort del rei a la beneficiència parroquial », in : La pobreza y la asistencia a los pobres en la Cataluña medieval, Barcelone : CSIC – Institució Milà i Fontanals, vol. 2, p. 383-414.

BATLLE GALLART, Carme, Els ciutadans honrats de Barcelona: l’exemple dels Gualbes, segle XIV, Barcelone : R. Dalmau, 2007.

BOVE, Boris, « Réflexions sur les hommes nouveaux et l’ascension sociale au Moyen Âge, de Leudaste à Jacques Cœur, en passant par Pareto », in : Benoît MUSSET (dir.), Hommes nouveaux et femmes nouvelles, de l’Antiquité au XXe siècle, Rennes : PUR, 2015, p. 37-57.

CASSANYES ROIG, Albert, « El capítol catedralici de Mallorca a la segona meitat del segle XV (1450-1495) », Anuario de estudios medievales, 48/2, julio-diciembre de 2018, p 587-614.

CONESA SORIANO, Julia, « La gestion d'un patrimoine ecclésiastique urbain à la fin du Moyen Âge : l'inscription du chapitre cathédral de Barcelone dans la ville », Histoire Urbaine, n° 42, 2015, p. 37-56.

CONESA SORIANO, Julia, « Trayectorias eclesiásticas entre ciudad y corona: el alto clero catalán durante el reinado de Fernando el Católico (1479-1516) », in : Araceli GUILLAUME-ALONSO et Béatrice PEREZ (dir.), Figures de la monarchie espagnole des Habsbourg. Charges, fonctions, parcours, Lisbonne : Catedra « Alberto Benveniste », Serie monográfica, 2020.

CONESA SORIANO, Julia, Entre l’Église et la ville. Pouvoirs et réseaux des chanoines de Barcelone (1472-1516), Madrid : Casa de Velázquez, 2020.

CROUZET-PAVAN, Élisabeth, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », in : Les élites urbaines au Moyen âge. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Rome/Paris : Publications de la Sorbonne/École Française de Rome, 1996, p. 9-28.

DÍAZ RODRÍGUEZ, Antonio J., « Inversión económica y gestión patrimonial particular entre los prebendados de la España moderna: Córdoba (1500-1800) », Obradoiro de Historia Moderna, n° 21, 2009, p. 157-189.

DÍAZ RODRÍGUEZ, Antonio J., « Las casas del deán don Juan de Córdoba: lujo y clientela en torno a un capitular del Renacimiento », Hispania Sacra, LXI, 123, janvier-juin 2009, p. 77-104.

DURAN I SANPERE, Agustí, Barcelona i la seva història, 3 vol. Barcelone : Curial, 1972.

FARELO, Mário, « Les pouvoirs du parvis : pour une comparaison des élites ecclésiastique et municipale à Lisbonne (1325-1377) », in : Mafalda SOARES DA CUNHA, Fátima FARRICA, Hermínia VASCONCELOS VILAR (dir.), Centros Periféricos de Poder na Europa do Sul (séculos XII-XVIII), Lisbonne : Edições Colibri/CIDEHUS-UÉ, 2012, p. 115-141.

FARGAS PEÑARROCHA, Maria Adela, Família i poder a Catalunya, 1516-1626. Les estratègies de consolidació de la clase dirigent, Barcelone : Fundació Noguera, 1997.

FYNN-PAUL, Jeff, The rise and decline of an Iberian bourgeoisie. Manresa in the Later Middle Ages, 1250-1500, Cambridge : Cambridge University Press, 2016.

GARCIA I SANZ, Arcadi, MADURELL I MARIMON, Josep Maria, Societats mercantils medievals a Barcelona, Barcelone : Fundació Noguera, 1986, 2 vol.

HERMANN, Christian, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclésiologie politique, Madrid : Casa de Velázquez, 1988.

JARDÍ ANGUERA, Montserrat, Mestres entalladors a Barcelona durant la segona meitat del segle XV i primer quart del segle XVI: de la tradició germànica a la producció local, thèse de doctorat inédite soutenue à l’Universitat de Barcelona, 2006, disponible sur internet : https://www.tesisenred.net/handle/10803/2010#page=1 (consulté le 30 juin 2022).

LE JAN, Régine, « Introduction », L’historiographie des élites dans le haut Moyen Âge, colloque de Marne-la-Vallée-Paris I, 2003, édité en ligne : https://archive-2007-2013.lamop.fr/elites/introduction.pdf (consulté le 30 juin 2022)

MARTI I BONET, José, Historia de las diócesis españolas, 2, Barcelona, Terrassa, Sant Feliu de Llobregat, Gerona, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, 2006.

MARTINEZ CATALAN, Ángel, « Prosopografía de los integrantes del cabildo catedralício de Cuenca en 1450: organigrama institucional y aproximación sociológica », Lope de Barrientos. Seminario de Cultura, 7, 2014, p. 65-89.

MIQUEL MILIAN, Laura, « Controlar los salarios públicos en tiempos de crisis: las retribuciones municipales en la Barcelona del siglo XV », in : Jesús Ángel SOLORZANO TELECHEA, Arnaldo SOUSA MELO, (éd.). Trabajar en la ciudad medieval europea, Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 2018, p. 189-208.

PALOS, Joan Lluís, Catalunya a l’imperi dels Àustria. La pràctica de govern (segles XVI i XVII), Lleida : Pages editors, 1994.

REIXACH SALA, Albert, « Social Mobility and Service to the Crown in Late Medieval Catalonia (c. 1350 – c. 1420) : An Approach centred on the Area of Girona », Histoire Urbaine, n° 58, 2020/2, p. 133-156, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2020-2-page-133.htm (consulté le 30 juin 2022).

RIQUER, Martín de, Quinze generacions d’una família catalana, Barcelone : Planeta, 1979.

SALICRU I LLUCH, Roser, Jaume Fiella, fill il·lustre de Tremp, Tremp, Ajuntament de Tremp, 2003.

SCHWARTZ LUNA, Frederich, CARRERA I CANDI, Francesc (éd.), Manual de novells ardits vulgarment apellat Dietari del Antich Consell Barceloní, Barcelone : Imprenta de Henrich y Companyia, vol. 2, 1893.

SERRA I PUIG, Eva, « Els Gualbes, ciutadans de Barcelona: de la fallida bancària al segle XV a l’enllaç nobiliari del segle XVII », in : I Congrés d’Història Moderna de Catalunya, Barcelone : Universitat de Barcelona, 1984, vol. I, p. 479-497.

STOJAK, Ivana, La sederia a Barcelona al segle XV, thèse de doctorat inédite, dir. Teresa Vinyoles i Vidal, UB, juillet 2013, p. 87-89, disponible en ligne : https://www.tesisenred.net/handle/10803/145863#page=1 (consulté le 30 juin 2022).

VICENS VIVES, Jaume, Ferran II i la ciutat de Barcelona, 1479-1516 (1re éd. 1936-1937), Barcelone : Tipografia Emporium, 2010, 3 vol.

Haut de page

Notes

1 Arxiu Històric de Protocols Notarials de Barcelona (AHPNB), Joan Vilana, 257.63, fol. 102-105.

2 Emmanuel BAIN, Église, richesse et pauvreté dans l’Occident médiéval. L’exégèse des Évangiles aux XII-XIIIe siècles, Turnhout : Brepols, 2014, p. 217 et suivantes.

3 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Lletres closes, 1 B. VI-30, fol. 18 r°.

4 Julia CONESA SORIANO, Entre l’Église et la ville. Pouvoirs et réseaux des chanoines de Barcelone (1472-1516), Madrid : Casa de Velázquez, 2020, chapitres 2 et 3. Le présent article s’appuie sur les résultats de ce travail précédent.

5 Régine LE JAN, « Introduction », L’historiographie des élites dans le haut Moyen Âge, colloque de Marne-la-Vallée-Paris I, 2003, édité en ligne : https://archive-2007-2013.lamop.fr/elites/introduction.pdf (consulté le 30 juin 2022), citée dans : Boris BOVE, « Réflexions sur les hommes nouveaux et l’ascension sociale au Moyen Âge, de Leudaste à Jacques Cœur, en passant par Pareto », in : Benoît MUSSET (dir.), Hommes nouveaux et femmes nouvelles, de l’Antiquité au XXe siècle, Rennes : PUR, 2015, p. 37-57. Sur la notion d’élite urbaine dans le bas Moyen Âge, voir aussi l’article de référence d’Élisabeth CROUZET-PAVAN, « Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie) », in : Les élites urbaines au Moyen âge. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Rome/Paris : Publications de la Sorbonne/École Française de Rome, 1996, p. 9-28.

6 Julia CONESA SORIANO, Entre l’Église et la ville…, chapitre 5.

7 José MARTI I BONET, Historia de las diócesis españolas, 2, Barcelona, Terrassa, Sant Feliu de Llobregat, Gerona, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, 2006, p. 14-17 et James AMELANG, Honored Citizens of Barcelona. Patrician Culture and Class Relations, 1490-1717, Princeton : Princeton University Press, 1986, p. 8.

8 Maria Adela FARGAS PEÑARROCHA, Família i poder a Catalunya, 1516-1626. Les estratègies de consolidació de la clase dirigent, Barcelone, Fundació Noguera, 1997, p. 286-303.

9 J. AMELANG, op. cit. et M. A. FARGAS PEÑARROCHA, op. cit.

10 Jaume VICENS VIVES, Ferran II i la ciutat de Barcelona, 1479-1516 (1re éd. 1936-1937), Barcelone : Tipografia Emporium, 2010, 3 vol.

11 Voir en particulier les travaux sur l’espace portugais : Mário FARELO, « Les pouvoirs du parvis : pour une comparaison des élites ecclésiastique et municipale à Lisbonne (1325-1377) », in : Mafalda SOARES DA CUNHA, Fátima FARRICA et Hermínia VASCONCELOS VILAR (dir.), Centros Periféricos de Poder na Europa do Sul (séculos XII-XVIII), Lisbonne : Edições Colibri/CIDEHUS-UÉ, 2012, p. 115-141 ; Hermínia VASCONCELOS VILAR, « Canons and Cities : Cathedral Chapters and Their Social, Composition in Medieval Portugal », e-JPH, Vol. 5, n° 2, hiver 2007.

12 Sur un chapitre cathédral de la Couronne d’Aragon, voir les récents travaux de Albert CASSANYES ROIG, « El capítol catedralici de Mallorca a la segona meitat del segle xv (1450-1495) », Anuario de estudios medievales, 48/2, julio-diciembre de 2018, p 587-614.

13 Les références d’archives employées dans ces lignes sont les suivantes : ACB : Arxiu Capitular de Barcelona (archives capitulaires), AHPNB : Arxiu Històric de Protocols Notarials de Barcelona (archives notariées), AHCB : Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (archives municipales).

14 Christian HERMANN, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclésiologie politique, Madrid : Casa de Velázquez, 1988, p. 155-157 et p. 161-162.

15 Julia CONESA SORIANO, « La gestion d'un patrimoine ecclésiastique urbain à la fin du Moyen Âge : l’inscription du chapitre cathédral de Barcelone dans la ville », Histoire Urbaine, n°42, 2015, p. 37-56.

16 Sur ce point, voir notamment les considérations méthodologiques de Maximiliano BARRIO GOZALO, El sistema beneficial de la Iglesia española en el antiguo régimen (1485-1834), Alicante : Publicaciones Universidad de Alicante, 2010, p. 161.

17 Document élaboré d’après les données du registre suivant : ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordies ; llibres d’administració ; 1477-1481 : « Comptes de les pabordies de setembre, octubre, noembre, janer, juny, juliol e març administrades per los honorables micer Anthoni Agullana e Pere Ramon Loteres, canonges ».

18 Le registre ne mentionne ici que la somme globale pour l’année (90 livres 3 sous et 8 deniers) et annonce sa répartition entre 28 portions canoniales. Le résultat de cette opération fournit la somme approximative de 3 livres, 4 sous et 4 deniers. (ACB, Caritat o mensa capitular ; Pabordies ; llibres d’administració ; 1477-1481 : « Comptes de les pabordies de setembre, octubre, noembre, janer, juny, juliol e març administrades per los honorables micer Anthoni Agullana e Pere Ramon Loteres, canonges », fol. 185).

19 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1477-1479, fol. 20. Les comptes sont donnés pour deux ans et ne commencent pas au premier janvier. Ici, il sont donnés pour les deux années 1477-1478 et 1478-1479 et avancent le chiffre de 626 livres, 8 sous et 3 deniers ce qui divisé par deux, donne 315 livres 8 sous et 5 deniers. À supposer que la somme est bien répartie entre les 39 chanoines du chapitre, ce qui n’est sans doute pas le cas en raison du fort absentéisme, on obtient une rémunération approximative de 8 livres, 0 sou et 7 deniers par chanoine. Ce résultat n’est cela dit qu’indicatif, étant donné que, d’une part, les rétributions n’étaient peut-être pas égales les deux années et que, d’autre part, le nombre de chanoines effectivement présents au chœur n’est pas spécifié. Pour un résumé synthétique des différentes monnaies en vigueur dans la comptabilité barcelonaise à cette époque et de leur valeur : Jeff FYNN-PAUL, The rise and decline of an Iberian bourgeoisie. Manresa in the Later Middle Ages, 1250-1500, Cambridge : Cambridge University Press, 2016, p. 226.

20 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1481-1483, fol. 26 et ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 22v°.

21 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 20.

22 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1481-1483, fol. 26

23 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 20.

24 ACB, Caritat o mensa capitular ; Administració general de la caritat ; 1485-1487, fol. 22v°.

25 CONESA SORIANO, Julia, Entre l'Église et la ville…, p. 283-284.

26 Laura MIQUEL MILIAN, « Controlar los salarios públicos en tiempos de crisis : las retribuciones municipales en la Barcelona del siglo xv », in : Jesús Ángel SOLORZANO TELECHEA et Arnaldo SOUSA MELO (éd.), Trabajar en la ciudad medieval europea, Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 2018, p. 189-208, p. 207-208.

27 Ibid., p. 204.

28 Arcadi GARCIA I SANZ et Josep Maria MADURELL I MARIMON, Societats mercantils medievals a Barcelona, Barcelone : Fundació Noguera, 1986, 2 vol., vol. I, p. 298-299.

29 Ivana STOJAK, La sederia a Barcelona al segle xv, thèse de doctorat inédite, dir. Teresa Vinyoles i Vidal, UB, juillet 2013, p. 87-89, disponible en ligne : https://www.tesisenred.net/handle/10803/145863#page=1 (consulté le 30 juin 2022).

30 Pour comparer ces trajectoires avec celles de chanoines d’un autre espace, dont la nature des revenus s’avère somme toute similaire, voir : Antonio J. DíAZ RODRIGUEZ, « Inversión económica y gestión patrimonial particular entre los prebendados de la España moderna : Córdoba (1500-1800) », Obradoiro de Historia Moderna, n°21, 2009, p. 157-189 ; Antonio J. DíAZ RODRIGUEZ, « Las casas del deán don Juan de Córdoba : lujo y clientela en torno a un capitular del Renacimiento », Hispania Sacra, LXI, 123, janvier-juin 2009, p. 77-104.

31 Les données concernant les testaments de chanoines ont été collectées dans les documents suivants :

– AHPNB, Joan Faner, 213.12, fol. 52r°.

– AHPNB, Joan Marc Miquel, 246.21, fol. 64r°-66r°.

– AHPNB, Dalmau Ginebret, 219.52, fol. 120v°-122r°, fol. 123-125, fol. 134v°-135r°, fol. 186.

– AHPNB, Benet Joan, 262.75, 3 mars 1507 [folios non numérotés].

– AHPNB, Antoni Palomeres, 207.37, fol. 60v°-61r°.

– AHPNB, Bartomeu Requesens, 203.79, fol. 166v°-168v°.

– AHPNB, Pere Saragossa, 268.39, fol. 68r°-69r°.

– AHPNB, Joan Vilana, 257.63, fol. 33v°-36v°, fol. 45v°-46r°, fol. 102r°-105r°, fol. 111r°-113r°.

32 Carme BATLLE GALLART, Els ciutadans honrats de Barcelona: l’exemple dels Gualbes, segle XIV, Barcelone : R. Dalmau, 2007 ; Eva SERRA I PUIG, « Els Gualbes, ciutadans de Barcelona: de la fallida bancària al segle xv a l’enllaç nobiliari del segle XVII », in : I Congrés d’Història Moderna de Catalunya, Barcelone : Universitat de Barcelona, 1984, vol. I, p. 479-497.

33 Voir les données biographiques sur Pere Ramon Loteres dans : CONESA SORIANO, Julia, Entre l’Église et la ville…

34 ACB, Caritat, Pabordies, Lluïsmes de les pabordies, 1484 a 1498 : « Libre de rebudes dels loysmes de les pabordies de janer, març, juny, juliol, setembre, octubre, noembre, les quals són en mans del Capítoll », fol. 8.

35 Pour les données biographiques sur Jaume Fiella : Roser SALICRú I LLUCH, Jaume Fiella, fill il·lustre de Tremp, Tremp : Ajuntament de Tremp, 2003, p. 15-17.

36 Martín DE RIQUER, Quinze generacions d’una família catalana, Barcelone : Planeta, 1979, p. 128-256.

37 Les Agullana déploient en effet une véritable stratégie familiale pour s’implanter à Barcelone : M. A. FARGAS PEÑARROCHA, op. cit., p. 286-306. Voir aussi, sur la composition de l’élite sociale barcelonaise au début de l’époque moderne, Joan Lluís PALOS, Catalunya a l’imperi dels Àustria. La pràctica de govern (segles XVI i XVII), Lleida : Pages editors, 1994.

38 Albert REIXACH SALA, « Social Mobility and Service to the Crown in Late Medieval Catalonia (c. 1350 – c. 1420) : An Approach centred on the Area of Girona », Histoire Urbaine, n° 58, 2020/2, p. 133-156, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2020-2-page-133.htm (consulté le 30 juin 2022).

39 Carme BATLLE GALLART, « Els Granollacs, metges de Barcelona (segle xv), de la cort del rei a la beneficiència parroquial », in : La pobreza y la asistencia a los pobres en la Cataluña medieval, Barcelone : CSIC – Institució Milà i Fontanals, vol. 2, p. 383-414.

40 Ángel MARTINEZ CATALAN, « Prosopografía de los integrantes del cabildo catedralício de Cuenca en 1450: organigrama institucional y aproximación sociológica », Lope de Barrientos. Seminario de Cultura, 7, 2014, 65-89, p. 76.

41 De nombreux exemples sont rapportés dans la chronique du Manual de novells ardits : Frederich SCHWARTZ LUNA et Francesc CARRERA I CANDI (éd.), Manual de novells ardits vulgarment apellat Dietari del Antich Consell Barceloní, Barcelone : Imprenta de Henrich y Companyia, vol. 2, 1893.

42 Julia CONESA SORIANO, « Trayectorias eclesiásticas entre ciudad y corona: el alto clero catalán durante el reinado de Fernando el Católico (1479-1516) », dans Araceli GUILLAUME-ALONSO et Béatrice PEREZ (dir.), Figures de la monarchie espagnole des Habsbourg. Charges, fonctions, parcours, Lisbonne : Catedra « Alberto Benveniste », Serie monográfica, 2020.

43 Agustí Duran i Sanpere, Barcelona i la seva història, 3 vol. Barcelone : Curial, 1972, vol. 1, p. 408 ; Montserrat JARDí ANGUERA, Mestres entalladors a Barcelona durant la segona meitat del segle XV i primer quart del segle xvi: de la tradició germànica a la producció local, thèse de doctorat inédite soutenue à l’Universitat de Barcelona, 2006, disponible sur internet : https://www.tesisenred.net/handle/10803/2010#page=1 (consulté le 30 juin 2022), p. 39-41.

44 B. BOVE, art. cit.

45 A. J. DÍAZ RODRÍGUEZ, « Inversión económica y gestión patrimonial... ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Conesa Soriano, « L’argent ne fait pas le chanoine. Richesse et pouvoir au sein du haut clergé de Barcelone dans les dernières années du Moyen Âge »e-Spania [En ligne], 43 | octobre 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/45453 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.45453

Haut de page

Auteur

Julia Conesa Soriano

Centre Roland Mousnier (UMR 8596)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search