Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43La place de l’Asie dans l’histori...La place de l’Asie dans l’histori...

La place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique – II (XVIe-XVIIe siècles)

La place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique – II (XVIe-XVIIe siècles)

Clotilde Jacquelard, Fiona Karcz et Charlotte Ortiz

Texte intégral

  • 1 Pour une mise au point contextuelle relative à la partie extrême-orientale de la région, voir Manel (...)

1Le dossier que nous présentons dans ce numéro est le fruit d’une journée d’étude consacrée à la place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique (XVIe-XVIIe siècles), organisée en ligne le 4 juin 2021. Il poursuit la réflexion amorcée dans le numéro 28 de la revue e-Spania, soit l’étude des bouleversements apportés à l’écriture de l’histoire et à ses catégories traditionnelles par la redécouverte, puis le rapprochement des Ibériques avec les mondes de la lointaine Asie dans la deuxième moitié du XVIe siècle, plus particulièrement durant la période de l’Union ibérique. Entre 1580 et 1640, phénomène unique dans l’histoire, l’Espagne fut amenée à exercer son pouvoir à une échelle planétaire, face à une infinie diversité de peuples et de puissances. Le chantier d’étude est devenu fort complexe du fait des contextes ibériques et asiatiques spécifiques, et à la suite de l’irruption de la guerre des Flandres en Asie1. L’Estado da Índia, cette constellation de places et de forteresses portugaises, dont Rui Manuel Loureiro reprend les étapes de développement et les caractéristiques dans la première partie de sa contribution, était une réalité bien différente de « l’Asie espagnole », essentiellement et territorialement implantée aux Philippines. Les historiographies reflètent cette situation, ainsi que les inflexions de conjoncture. Les distances/temps pèsent sur les projets comme sur les loyautés individuelles et collectives. Des territoires asiatiques entrent ou sortent de la ligne de mire ibérique en fonction des informations reçues qui peuvent redimensionner des projets de conquête. Pour l’heure donc, nous ne prétendons pas apporter de conclusions définitives mais présenter un état des lieux de la réflexion, telle qu’elle a émergé de la journée d’étude et des textes qui sont présentés ci-dessous.

2Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, cependant, une vaste expérience s’est accumulée aussi bien du côté portugais qu’espagnol au fil des voyages, des découvertes et des conquêtes, des prises de position datant de la première moitié du XVIe siècle. À partir des années 1560, l’intérêt des Ibériques se fait plus intense vers la partie extrême-orientale de l’Asie, puisqu’ils se sont rapprochés du puissant royaume de Chine, dont les richesses viennent s’ajouter au premier attrait commercial que représentaient les épices moluquoises. Le Japon aussi se fait plus proche. Les Portugais se sont établis durablement à Macao à compter de 1557 et les Espagnols ont pris position aux Philippines depuis 1565. Les Ibériques sont désormais les vecteurs principaux de l’information vers l’Europe chrétienne sur ce triangle d’or régional autour des Moluques, de la Chine, du Japon, la région alors la plus riche du monde et abritant des civilisations très anciennes. Le support matériel d’un commerce de plus en plus prospère permettait de penser d’autres projets de contact comme des ambassades, des projets d’évangélisation ou de conquête militaire, envisagée par exemple dans les années 1580 pour la Chine, puis dans les années 1590 vers la Cochinchine ou le Cambodge de la part des Espagnols, sans lendemain néanmoins. Pendant l’Union ibérique, même si les deux empires restaient formellement séparés, les connexions et les circulations étaient multiples, légales comme illégales, dans cet « espace ibérique partagé » en Asie (Joan-Pau Rubiés), aussi bien sur le plan humain, que matériel ou encore sur le plan des savoirs. Réfléchir sur la place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique est une autre façon de penser une histoire connectée et globale, dès cette époque, avec l’entrée des “Indes orientales” (Inde, Chine, Japon, Asie du Sud-Est) dans l’orbite des préoccupations de Madrid. De nouveaux questionnements surgissaient.

3Outre l’expérience accumulée qui modifie le paradigme d’écriture à vocation historique, incluant de nouvelles géographies physiques comme humaines, nous devons souligner la prépondérance des témoignages écrits des acteurs missionnaires dans ces régions situées à une distance hémisphérique de l’Europe chrétienne, comme le montrent les trois articles du dossier. Cette prégnance s’explique par de nombreux facteurs dont l’impératif de mission universelle commune à tous les ordres religieux, comme du fait des nouvelles priorités d’un gouvernement des Indes réformé depuis Madrid dans les années 1570, à la suite de la fameuse inspection (visita) du Conseil des Indes menée par Juan de Ovando et de la Junta Magna (1568). La connaissance des « Indes » au sens large était devenue indispensable pour définir et mettre en œuvre un gouvernement juste et légitime du point de vue de la monarchie. On se doit de citer de même l’orientation confessionnelle particulière du règne de Philippe II, au cours duquel s’acheva le concile de Trente (1563), et l’impératif de remplir les exigences de l’évangélisation des terres non chrétiennes comme motif essentiel de la souveraineté sur des possessions d’outre-mer. Le monarque assigna d’ailleurs à l’union des deux Couronnes l’objectif essentiel de la prédication évangélique autour du monde. Droit, religion et connaissance devenaient ainsi les grands piliers de la politique espagnole pour tourner la page des conquêtes destructrices et réaffirmer une légitimité issue des polémiques relatives à la question des justes titres.

  • 2 Voir Joan-Pau Rubiés, « The Spanish contribution to the ethnology of Asia in the sixteenth and seve (...)

4Dans cette perspective, l’œuvre missionnaire et cognitive est mise en avant, puisqu’elle suppose de privilégier la voie des échanges et des négociations pacifiques avec les gouvernants asiatiques comme avec les populations, même si les options militaires ne sont pas totalement abandonnées chez les autorités civiles ibériques locales, y compris chez les autorités portugaises, sous l’influence du système espagnol. Les missionnaires, qui constituaient pour une bonne part les élites intellectuelles du temps, furent ainsi amenés à devoir connaître les langues asiatiques, les coutumes, les cultures de ces peuples, vivre parmi eux, voire transformer leur propre apparence physique pour pouvoir se maintenir sur place. Cette situation était impensable durant la première moitié du siècle2. Grammaires, dictionnaires, catéchismes, relations descriptives des mœurs, des formes de gouvernement et des ressources, constituèrent ainsi la matrice des savoirs européens modernes sur l’Asie, des savoirs bien entendu non dépourvus d’arrière-pensées. Ils étaient ensuite sélectionnés, retravaillés et inclus dans une historiographie plus générale et synthétique.

  • 3 Antonella ROMANO, Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (XVIe-XVIIe siècle), Par (...)

5Le développement de ces connaissances et de la curiosité européenne vis-à-vis de l’Asie extrême-orientale dans le dernier tiers du XVIe siècle, ont été qualifiés avec raison par Antonella Romano de « moment asiatique de l’universalité catholique »3, avec la réception en Europe de la première ambassade japonaise (1582-1590) et la publication à Rome en 1585 de l’ouvrage de Juan González de Mendoza, Historia del gran reino de la China, qui deviendra un best-seller.

  • 4 Voir Dolors Folch, Martín de Rada, Científico, misionero y embajador de las Filipinas en China, Que (...)

6Le développement des savoirs sur l’Asie du côté portugais est bien connu avec ses grands jalons à partir des années 1550 : le premier volume de la compilation de récits de voyage de Giovanni Battista Ramusio, Delle navigationi e viaggi (1554), les chroniques de Fernão Lopes de Castanheda (1551), les fameuses Décadas da Ásia de João de Barros (1552, 1553, 1563), mais aussi les traités d’António Galvão, Tratado dos descobrimentos… (1563), Diogo do Couto, Fernão Mendes Pinto, Gaspar da Cruz, puis les travaux des jésuites du padroado, entre autres auteurs rappelés par Rui Manuel Loureiro. Il est important néanmoins de mettre en valeur le fait que du côté espagnol, depuis Manille, se développa aussi, à partir des années 1570, des savoirs sur la région qui se revendiquaient comme autonomes, tout en étant concurrentiels avec les écrits produits sur les autres rivages de la mer de Chine du Sud. Ils étaient aussi en concurrence entre les ordres religieux eux-mêmes. En effet, le microcosme de Manille mit en contact les Espagnols et des représentants des sociétés asiatiques, interprètes, imprimeurs, peintres et copistes (on peut citer les Chinois Juan Sami, Juan de Vera, puis ensuite le plus connu, le Tagalog Tomás Pinpin, actif jusqu’en 1639). Ce microcosme intellectuel, majoritairement missionnaire, se consolida à partir des années 1580 avec l’arrivée des différents ordres qui avaient tous en ligne de mire la conversion de la Chine. Après les augustins arrivés en 1565 avec Legazpi, vinrent les franciscains en 1577, puis les jésuites à partir de 1581, rejoints en 1587 par les dominicains. Leurs travaux vinrent s’ajouter à l’œuvre scientifique et missionnaire pionnière de l’augustin Martín de Rada réalisée aux Philippines, puis en Chine, où il mena la première ambassade espagnole en 1575 et devint le premier sinologue espagnol4.

  • 5 La réflexion de cette introduction doit aussi beaucoup aux échanges féconds et généreux qui se prod (...)

7Ce n’est pas le lieu, dans une introduction, d’entrer dans le détail, mais on peut néanmoins citer les figures majeures de moines linguistes qui amorcèrent la connaissance des sociétés asiatiques, quelques décennies après la première expérience franciscaine au Mexique5. Ainsi, le franciscain Juan de Plasencia fut l’auteur du catéchisme en tagalog publié en 1593, par la technique xylographique, mais aussi de la première grammaire et du premier dictionnaire du tagalog, comme de la Relación de las costumbres que los indios solían tener en estas islas… (1589). Il faudrait citer aussi son frère en religion, le père Marcelo de Ribadeneira qui publia à Rome en 1599, puis à Barcelone en 1601, la chronique missionnaire régionale des franciscains, autour du point de mire spectaculaire du martyre de 1597 au Japon : Historia de las Islas del Archipiélago filipino y reinos de la gran China, Tartaria, Cochinchina, Malaca, Siam, Cambodge y Japón. Les rivalités entre les ordres étaient sources de production de savoirs et de publications d’une matière proto-historiographique, au sens où l’orientation missionnaire primait sur la dimension purement géographique, ethnographique et historique. Le martyre des vingt-six chrétiens de Nagasaki eut d’ailleurs pour la première fois une résonnance mondiale et durable comme le montre la contribution de Thomas Brignon qui analyse son impact inattendu chez les Guarani de la mission jésuite du Paraguay nommée Santos Mártires del Japón del Ka’aro. À travers l’analyse très fine de la complexité d’un sermon-harangue commémorant le martyre au début du XVIIIe siècle (voir l’annexe inédite de ce dossier), l’auteur souligne les connexions spatiales et temporelles, comme les sources historiographiques référentielles, dont Ribadeneira, utilisées par le cacique prédicateur Nicolás Yapuguay – sous la supervision du jésuite Pablo Restivo – pour expliquer le Japon aux Guarani chrétiens. Au-delà de la simple commémoration, cette mémoire extrême-orientale transmise par les jésuites reconfigurait l’identité coloniale guarani dans le cadre de la domination espagnole, et elle fut utilisée au service de la conjoncture locale. C’est un exemple de micro-histoire reliée à l’histoire globale et connectée, y compris sur la longue durée.

  • 6 Voir Francisco de San José, Arte y reglas de la lengua Tagala, estudio y ed. Antonio Quilis, Madrid (...)
  • 7 Voir José Antonio Cervera, Tras el sueño de China, Agustinos y dominicos en Asia Oriental a finales (...)
  • 8 Un exemplaire est consultable et téléchargeable en ligne depuis la Biblioteca Digital de la Bibliot (...)
  • 9 Voir Manel Ollé, Joan-Pau Rubiés (eds.), El Códice Boxer, Etnografía colonial e hibridismo cultural (...)

8Les dominicains ne furent pas en reste aux Philippines, avec la première grammaire imprimée du tagalog, Arte y reglas de las lengua tagala6, par Francisco Blancas de San José, fruit de quatorze années de travail de compréhension de l’univers mental tagalog, nous dit son auteur. C’est lui qui impulsa le développement de l’imprimerie à caractères mobiles à Manille avec le Chinois chrétien Juan de Vera, au tout début du XVIIe siècle. Avec Miguel de Benavides, troisième archevêque de Manille et promoteur de l’enseignement supérieur sur place et Juan Cobo, il fut une figure intellectuelle de premier plan7. La vocation spécifique des dominicains pour l’étude, et la décision du premier évêque de Manille, Domingo de Salazar, de leur confier l’évangélisation des Chinois de Manille, les lancèrent dans l’apprentissage, d’abord du dialecte minnan parlé par les marchands chinois de Manille (les sangleyes), puis du mandarin avec le Chinois chrétien Juan Sami. Dès 1590, deux ans après son arrivée dans l’archipel, Cobo était l’auteur, en collaboration, du fameux manuscrit bilingue Espejo rico del claro corazón / Beng Sim Po Cam, premier ouvrage chinois traduit en castillan, une anthologie de maximes des philosophes chinois Confucius, Mencius, Lao Tseu, Zhuangzi, Zhu Xi enseignées dans les écoles chinoises pour apprendre à lire et à écrire8. Ces connaissances culturelles et morales devaient servir de pont avec la morale chrétienne et les fondements philosophiques de la foi chrétienne, par la raison et non plus par les armes. Dans sa dédicace au futur Philippe III, Juan Cobo adopte bien la perspective de la conquête spirituelle : une fois convaincus, par la raison, de la supériorité de la religion catholique, et donc convertis, les Chinois pourraient demander à être gouvernés par un prince catholique… Cobo fut l’auteur aussi du Shilu, deuxième livre écrit en chinois par un Européen, tentant d’introduire le message catholique par la voie de la raison et des idées scientifique du temps. Les dominicains de Manille étaient alors persuadés qu’ils parviendraient à entrer en Chine et à la convertir, une fois la langue dominée, et du fait de la bonne presse que pouvait avoir alors, le quartier chinois de Manille (le parián) qui apparaît dans ces années comme le laboratoire, l’antichambre de la conversion de l’Empire du Milieu. Juan Cobo et son équipe de collaborateurs chinois et d’auxiliaires linguistiques accédaient à des livres chinois importés de Chine par les marchands sangleyes ; livres qui étaient ensuite objet de traduction, d’étude et de travaux. Ce milieu a dû collaborer à la réalisation du somptueux Codex Boxer illustré, que l’on date des années 1590-1593. Cette œuvre à caractère encyclopédique et ethnographique sur la réalité régionale du temps est un autre témoignage des savoirs qui s’accumulaient à Manille, face à sa voisine Macao. Cet ouvrage sino-ibérique tout à fait exceptionnel est le fruit d’une initiative locale – probablement du gouverneur Gómez Pérez Dasmariñas et de son fils et successeur Luis – destinée à Philippe II. Il était porteur de visées géopolitiques au service du maintien, voire du développement de la présence hispanique dans la région, à travers la christianisation et la lutte contre l’islam, dans le cadre de la création envisagée d’une nouvelle vice-royauté des Indes Orientales centrée à Manille et à Malacca. On pensait à un nouveau cadre de cette politique d’expansion et de soutien à la position portugaise dans la région9. Ce codex est contemporain des premières publications aux Philippines en 1593, dans une Manille fortifiée et progressivement construite en pierre, alors florissante grâce au commerce du galion de Manille-Acapulco et où les populations étaient très curieuses vis-à-vis de l’écriture et des savoirs européens. Il faudrait citer aussi, pour les jésuites, le premier savoir publié en Europe sur les populations philippines, à Rome, en 1604, la Relación de las islas Filipinas par le père Pedro Chirino.

9Même si les auteurs espagnols de textes historiographiques ou proto-historiographiques sur l’Asie ne furent pas seulement des religieux, pensons à Miguel de Loarca, Hernando de los Ríos Coronel ou encore Antonio de Morga pour le cas philippin, il nous semblait important d’évoquer quelques-unes de ces figures missionnaires, cette élite intellectuelle de Manille, pionnière, à la fois solide intellectuellement mais aussi vulnérable aux aléas des navigations et à une mortalité soudaine : Martín de Rada meurt de maladie en 1578 de retour d’une expédition à Bornéo, Juan Cobo meurt en 1592 au cours de la navigation de retour vers les Philippines, après son ambassade au Japon. Il y eut donc à Manille un grand volume d’écrits, y compris scientifiques, souvent non publiés et perdus dans les incendies, les typhons et les naufrages, qui témoignent de la grande curiosité des acteurs européens sur place et des espoirs mis dans la conversion de la région, voire dans une emprise politique plus large. Des savoirs qui cherchaient à répondre, aussi, aux attentes européennes.

10Au cours de ces deux décennies, 1580 et 1590, on constate ainsi un double effort intellectuel parallèle et rival depuis Manille et depuis Macao, ainsi que depuis les résidences jésuites de Chine. L’apostolat intellectuel et scientifique de Juan Cobo est synchrone avec celui de Matteo Ricci, mais moins connu du fait de s’être développé hors de Chine, d’avoir été tronqué par la mort brutale du dominicain et de ne pas avoir bénéficié de la diffusion de l’information organisée par la Compagnie de Jésus.

11Outre la question des acteurs, la question des lieux de production des savoirs est aussi déterminante. Ainsi la voie de la raison et de la science n’a pas seulement été impulsée depuis Madrid dans les années 1570. Elle allait coïncider avec les aspirations d’un Alessandro Valignano, visiteur des Indes Orientales de la Compagnie de Jésus dans ces mêmes années, qui exigeait la meilleure préparation intellectuelle possible des ignatiens, en Chine, comme au Japon, pour convertir ces civilisations indépendantes politiquement et si anciennes. C’est ce que montre la contribution de Diego Sola autour de la figure de Diego de Pantoja, apprécié à la cour des Ming, aux côtés de Matteo Ricci, pour ses talents de cartographe et de musicien. Le chercheur met aussi en lumière l’importance des lieux, des trois niveaux de situations impériales et de prise de décision : la cour, les vice-royautés, les espaces de frontières. En ce qui concerne Juan González de Mendoza, Mexico, Madrid et Rome se dessinent derrière l’écriture complexe de son Historia de las cosas más notables, ritos y costumbres del gran reino de la China (1585). Diego Sola met en regard cette œuvre avec la Relación de la entrada de algunos padres de la Compañía de Jesús en la China y particulares sucesos que tuvieron, y de cosas muy notables que vieron en el mismo reino (1605), de Diego de Pantoja, écrite depuis Pékin. L’expérience directe face à la polyphonie des discours rapportés et compilés, étaient deux façons de construire des savoirs historiographiques. Malgré les différences de contextes géopolitiques entre Amérique et Asie, cette « fabrique des savoirs » exigeait le même niveau d’excellence dans la préparation intellectuelle des missionnaires sur les deux rivages du Pacifique, eux qui tentaient de connaître, de tisser des ponts culturels et spirituels avec des populations fort éloignées de leur univers mental de référence.

  • 10 George Davison Winius (ed.), Portugal, the pathfinder: journeys from the Medieval toward the Modern (...)

12Avec l’augustin portugais Sebastião Manrique, objet de l’étude de Rui Manuel Loureiro, c’est à nouveau un acteur missionnaire qui transmet son savoir en Europe, plus tardivement, et cette fois-ci à partir de son expérience dans des territoires asiatiques non contrôlés par les Ibériques. Dans un mélange de castillan, de portugais et de vocables asiatiques, le voyageur relate, dans l’Itinerario de las Misiones… publié à Rome en 1649, le périple au long cours – environ quinze ans – qu’il mena en Asie à partir de 1628. Traversant des territoires appartenant à ce que George Winius a dénommé le « shadow empire »10 pour désigner le vaste espace du Golfe de Bengale et le territoire birman (Arakan) traversé par des individus échappant au contrôle des autorités, l’itinéraire hors des sentiers battus suivi par Sebastião Manrique interroge l’élasticité du maillage que la monarchie ibérique tendait à appliquer en Asie. Cette contribution propose d’identifier quelques-unes des sources de ce voyageur augustin – notamment Juan González de Mendoza et Giovanni Botero – et de les croiser avec une analyse fine mettant au jour les apports de ce texte, non seulement pour la connaissance ethnographique des communautés asiatiques et de leur environnement naturel observés sur des chemins encore peu empruntés par les Européens, mais aussi pour celle de ces aventuriers portugais ayant abandonné l’Estado da Índia. L’Itinerario de las Misiones présente également l’intérêt de nous renseigner sur les conditions logistiques du déplacement – contraintes naturelles, chemins empruntés, moyens de transports, savoir-faire des compagnons de route – dirigeant ainsi la focale sur l’aspect technique et le caractère collectif, parfois omis ou volontairement escamoté, d’un tel périple aux marges de l’Estado da India opéré au cours du XVIIe siècle.

13Pour conclure, les contributions qui composent ce dossier thématique prennent en compte la capacité d’agir (définie par « agency » dans les travaux anglo-saxons) et les liens unissant ces acteurs de la monarchie catholique. Ils se meuvent dans des espaces multiples et parfois en marge des territoires qu’elle cherche à quadriller en Asie. Les sources sur lesquelles se fondent les travaux proposés ici sont aussi riches que composites. Elles s’insèrent dans différents canaux de diffusion, dans une chaîne informative parfois précaire, mettant en lumière les enjeux et les attentes que représentait la circulation des savoirs relatifs au continent asiatique et à ses franges insulaires, pour les sujets de la monarchie catholique. Chaque contribution, prend en compte des profils et des origines divers – missionnaires, caciques, commerçants, administrateurs – et fait jouer les échelles pour éclairer au plus près la nature des interactions qui s’exercent à travers des territoires distants mais connectés. Agissant aussi bien depuis l’Europe que depuis des espaces reculés en Amérique ou en Asie, ces acteurs aux multiples facettes sont à l’origine de productions écrites qui éclairent les réseaux de communication et les ambitions qui se déploient à l’échelle planétaire sous l’Union ibérique. Ces écrits témoignent de nouvelles modalités d’écriture de l’histoire, différenciées par rapport à l’Amérique, mais qui contribuent à éclairer les préoccupations d’une monarchie qui prétend exercer son pouvoir à l’échelle du monde.

Haut de page

Notes

1 Pour une mise au point contextuelle relative à la partie extrême-orientale de la région, voir Manel OLLÉ, « Entre China y la Especiería. Castellanos y portugueses en Asia Oriental », in : Carlos MARTÍNEZ SHAW, José Antonio MARTÍNEZ TORRES (dir.), España y Portugal en el mundo (1581-1668), Madrid: Polifemo, 2014, p. 369-390. Voir plus largement sur la période Rafael Valladares, Castilla y Portugal en Asia, 1580-1680: Declive imperial y adaptación, Leuven: Leuven University Press, 2001.

2 Voir Joan-Pau Rubiés, « The Spanish contribution to the ethnology of Asia in the sixteenth and seventeenth centuries », Renaissance Studies, September 2003, 17 (03), Special Issue: Asian Travel in the Renaissance, p. 418-448.

3 Antonella ROMANO, Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (XVIe-XVIIe siècle), Paris : Fayard, 2016, p. 98.

4 Voir Dolors Folch, Martín de Rada, Científico, misionero y embajador de las Filipinas en China, Quezon City, Fundación Vibal, 2022.

5 La réflexion de cette introduction doit aussi beaucoup aux échanges féconds et généreux qui se produisent au sein du séminaire de Serge Gruzinski au Musée du Quai Branly, portant actuellement sur l’impact de la révolution alphabétique autour du monde à partir du XVIe siècle et en particulier dans l’Amérique ibérique.

6 Voir Francisco de San José, Arte y reglas de la lengua Tagala, estudio y ed. Antonio Quilis, Madrid: ed. de cultura hispánica: Agencia española de cooperación internacional, 1997, 2 vol.

7 Voir José Antonio Cervera, Tras el sueño de China, Agustinos y dominicos en Asia Oriental a finales del siglo XVI, Madrid: Plaza y Valdés, 2013.

8 Un exemplaire est consultable et téléchargeable en ligne depuis la Biblioteca Digital de la Bibliothèque Nationale d’Espagne : http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000058860&page=1

9 Voir Manel Ollé, Joan-Pau Rubiés (eds.), El Códice Boxer, Etnografía colonial e hibridismo cultural en las islas Filipinas, Barcelona, Edicions de la Universitat de Barcelona, 2019.

10 George Davison Winius (ed.), Portugal, the pathfinder: journeys from the Medieval toward the Modern World: 1300-ca.1600, Madison, the Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Jacquelard, Fiona Karcz et Charlotte Ortiz, « La place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique – II (XVIe-XVIIe siècles) »e-Spania [En ligne], 43 | octobre 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/45673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.45673

Haut de page

Auteurs

Clotilde Jacquelard

Sorbonne Université, CLEA (UR 4083)

Articles du même auteur

Fiona Karcz

Sorbonne Université, CLEA (UR 4083)

Charlotte Ortiz

Sorbonne Université, CLEA (UR 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search