Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Richesse et promotion sociale dan...« Quien bien sirve, poco medra » ...

Richesse et promotion sociale dans l’Espagne moderne

« Quien bien sirve, poco medra » : la Cour, lieu de promotion ou de déception ?

Michèle Escamilla

Résumés

En s’appuyant sur un corpus documentaire varié, allant d’œuvres littéraires à plusieurs sources d’archives, l’article de Michèle Escamilla analyse la perception que la société de l’Espagne moderne avait de la cour. Cours seigneuriales ou cour royale, l’espace du pouvoir par antonomase y apparaît tantôt comme attractif, tantôt décevant. Mises à l’épreuve de la volonté souveraine, les stratégies du medro et de la promotion de soi étaient aussi épuisantes qu’incertaines, et le déséquilibre entre service et récompense qui en découlait emplissait le monde courtisan d’amertume. De l’expérience politique de Juan de Silva aux descriptions acerbes de fray Antonio de Guevara, c’est en somme aux mécanismes qui vont du désir de promotion à la déception, voire au déclassement, que cette étude est consacrée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Luis MARTÍNEZ KLEISER, Refranero general ideológico español, Madrid : éd. Real Academia Española, 1 (...)

« Do está el rey, está la corte ».
« La corte acorta la vida »
1.

  • 2 Alfonso X, Siete Partidas, part. II, tit. IX, ley 27.
  • 3 La Cour comprenait ainsi trois corps différents mais non étanches : Le gouvernement de la monarchie (...)

1La Cour, lieu politique par excellence depuis le Moyen-âge, devint l’entité dominante de toutes les instances de pouvoir constitutives des monarchies modernes. Alfonso X el Sabio en avait donné dans ses Partidas une juste définition : « Corte es llamado el lugar do es el rey y sus vasallos y sus oficiales con él, que le han cotidianamente de consejar y de servir, y los otros del reino que se llegan ahí, ó por honra dél, ó por alcanzar derecho, ó por hacer recaudar las otras cosas que han de ver con él »2. Autrement dit un espace, indéfini, et un ensemble de personnes accompagnant celle du roi ou sa fonction3. Pour faire carrière au service du roi il faudra bientôt maîtriser un certain nombre d’outils : adopter un comportement assis sur des valeurs se démarquant de plus en plus de l’idéal chevaleresque en vigueur dans la Cour médiévale.

  • 4 Cristóbal DE CASTILLEJO (Ciudad Rodrigo, 1490-Vienne, 1550), Aula de cortesanos, chap. VIII, v. 281 (...)

2Arrêtons-nous un instant sur le terme medrar. Selon Sebastián de Covarrubias il signifiait « mejorar y adelantar en cualquier cosa que va procediendo de mal a bien, o de bien a mejor. Medrar vale también ser aprovechado en alguna cosa, como el que sirve al señor que le hace merced, decimos que esta medrado. Desmedrar es lo contrario ». Le terme et le concept, évidemment préexistants, ont pris une importance particulière pendant la première moitié du xvie siècle. Le service du Prince au sein de la Cour, et de sa Maison en particulier, devint une option privilégiée pour qui, ayant quelques moyens, souhaitait améliorer sa situation – « medrar y merecer » –4, afin d’obtenir honneur et profit :

  • 5 Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, Introducción, in : José MARTÍNEZ MILLÁN (dir.), La Corte de Carlo (...)

El concepto de medrar, frecuente en los escritos bajomedievales sobre la fortuna y la vida de palacio, alcanzó una relevancia primordial durante la primera parte del siglo XVI. En este período la corte regia se impuso frente a otras instancias como eje preeminente de la sociedad política. Entre las opciones que tenia una persona con ciertos recursos para intentar conseguir honra y provecho se planteó la opción del servicio al príncipe en el entorno de la corte5.

  • 6 Qui, jeune marié, séjournait à Grenade avec sa Cour. C’est là que l’auteur rencontra Juan Boscán qu (...)

3Dès le XVe siècle la noblesse sentit en effet que son avenir passait par la Cour, et qu’il lui faudrait ajouter à ses « vertus » traditionnelles une formation plus livresque, des mœurs plus policées, plus de sens politique. D’où le développement d’une littérature aulique qui offrait le modèle à suivre pour « réussir » dans le monde de plus en plus touffu de la Cour. Le miroir du Courtisan par excellence parut à Venise en 1528, après avoir été revu en Espagne par Baldassar Castiglione, son auteur, alors nonce auprès de Charles Quint6.

4Le gouvernement des monarchies dites « modernes » devint de plus en plus complexe, en Espagne comme ailleurs, ou plus qu’ailleurs. La monarchie déjà composite des derniers Trastamare le serait plus encore – et à quelle échelle ! – avec l’avènement des Habsbourg. Or, le changement dynastique affecta aussi la vie palatine. L’arrivée d’une Cour étrangère et de culture différente – celle de la Maison de Bourgogne ou Cour flamande – provoqua quelques remous, surtout si l’on tient compte des années chaotiques qui avaient précédé. Il y eut beaucoup d’espoirs déçus, de déceptions, de dépit sinon plus, aucune Cour ne pouvant satisfaire tous ceux qui comptaient sur elle pour « réussir ». Le hiatus entre le rêve et la réalité a suscité des frustrations, des rancœurs, des critiques, qui ont nourri une littérature anti-curiale, dont certaines œuvres allaient rencontrer un succès paradoxal parmi les courtisans, y compris les mieux en Cour.

Contre la cour

  • 7 Jean-François SOLNON, La Cour de France, Paris : Fayard, 1987, p. 156-157.

5Le courant d’hostilité à la vie de Cour n’était pas vraiment nouveau, la seconde moitié du XVIe siècle voit « s’enfler la critique de la Cour », observe Jean-François Solnon à propos de la France7, en soulignant que, parmi les hommes de lettres « bien peu ont refusé de dépendre de la Cour. Tous ont critiqué le milieu qui les a comblés, comme si la sévérité était l’indispensable contrepartie de leurs obligations ». Cette remarque vaut, largement, pour l’Espagne du XVIe.

  • 8 Fray Antonio DE GUEVARA (~1480-1545), Menosprecio de Corte y alabanza de aldea, 1539, publié en fra (...)

6À commencer par le plus connu des Espagnols contempteurs de la vie de Cour, au point qu’il inspira même ses homologues français grâce aux traductions précoces de ses deux principaux ouvrages portant sur ce thème. Les écrits de fray Antonio de Guevara8 présentent, au-delà de l’aspect littéraire, une valeur documentaire et testimoniale, même compte-tenu du facteur déformant du genre. Dans sa longue dédicace au roi du Portugal Jean III du Menosprecio de Corte y alabanza de aldea il le dit explicitement :

Me trujo mi padre de 12 años a la Corte de los Reyes Católicos, vuestros abuelos y mis señores, a do me crié, crecí y viví algunos tiempos, más acompañado de vicios que no de cuidados ; porque en edad tan tierna los mozos cortesanos aún ni sienten lo que hacen, ni saben lo que quieren, sino que como hombres amodorrados se andan en los vicios embobecidos. Ya que el príncipe Don Juan murió y la reina Doña Isabel falleció, plugo a N. S. sacarme de los vicios del mundo y ponerme religioso franciscano.

  • 9 Augustin REDONDO, Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps. De la carrière offici (...)
  • 10 Dans Aviso de Privados..., ce « manuel de l’arriviste » selon la formule de A. Álvarez de la Villa.
  • 11 Fray Antonio DE GUEVARA, Menosprecio de Corte y alabanza de aldea, Madrid : Espasa-Calpe, 1952, p.  (...)

7Il avait donc vécu de douze à vingt-quatre ans à la Cour, pourtant considérée comme moralement exemplaire, de la reine de Castille. La cause première de son entrée en religion tenait, plus qu’à une vocation, au peu de chances qu’il avait de faire carrière après la disparition de Philippe le Beau9. Il écrira d’ailleurs trente ans plus tard : « Cuando a un cortesano el rey no le oye, el privado no le habla, el contador no le libra, el presidente no le despacha y el pagador no le paga, lástima es verle y, por otra parte, es pasatiempo oirle, porque luego dice que es burla todo lo d’este mundo y que quiere meterse fraile en un monasterio »10. Ce fut Charles Quint qui le sortit (contre son gré, dit-il) de sa retraite – sans doute avant 1520 –, en l’appelant comme prédicateur et chroniqueur à la Cour impériale, où il vécut dix-huit ans. Pour convaincre son dédicataire il insistait sur le poids de son expérience afin d’asseoir sa crédibilité ; dans aucun autre ouvrage il n’avait autant sollicité sa mémoire11 :

  • 12 Sans doute au double sens du mot : observer, remarquer, et critiquer, censurer.

En estos tiempos vi la corte del Emperador Maximiliano, la del Papa, la del Rey de Francia, la del Rey de Romanos, la del rey de Inglaterra, y ví las señorías de Venecia, de Génova y de Florencia, y vi los Estados y casas de los príncipes y potentados de Italia ; en todas cuales cortes vi grandes cosas que notar12 y otras dignas de contar.

[...]. Para que sepáis que todo lo que dijere en este libro vuestro siervo no lo ha soñado ni aun preguntado, sino que lo vió con sus ojos, paseó con sus pies, tocó con sus manos y aun lloró con su corazón ; por manera que le han de creer como à Hombre que vió lo que escribe y experimentó lo que dice.

[...]. Siendo, pues, yo criado en casas de príncipes, y comiendo pan de príncipes, y andando en cortes de príncipes, y llevando gages de príncipes, y siendo cronista de príncipes, no sería justo que mis sudores y mis vigilias se dedicasen sino a príncipes.

  • 13 Fr. Antonio DE GUEVARA, Menosprecio de Corte..., éd. cit., p. 180, 184.

8Grand pourfendeur de la vie de Cour, mais à la fois heureux et fier d’en être, il disait avoir maintes fois décidé d’en sortir, sans jamais en avoir eu le courage. Mais, précisait-il aussi : « ...no lo hacía yo de virtuoso, sino de muy desesperado, porque el Rey no me daba lo que yo quería y el privado me negaba su puerta [...]. [Yo] proponía de no hablar en vacante y luego la pedía... »13.

  • 14 Publiée en 1542.
  • 15 Fr. Antonio DE GUEVARA, Epístolas familiares, éd. de José María Cossío, Madrid : Real Academia Espa (...)
  • 16 Et l’élève préféré de Pierre Martyr d’Anghiera, l’humaniste italien chargé d’éduquer les jeunes de (...)
  • 17 Fr. Antonio DE GUEVARA, Epístolas..., éd. cit., vol. I, Ep. 17, p. 114.

9Avant de concentrer ses critiques dans les deux ouvrages parus, à peine achevés, en 1539 – Menosprecio de Corte y alabanza de aldea et Aviso de Privados o Despertador de Cortesanos –, il en avait parsemé sa correspondance14. Ainsi, dès octobre 1520, répondait-il à un homme qui se plaignait de l’envie : « Los que estamos en la Corte avezamos nos a querer lo que podemos de que no podemos lo que queremos »15. Dans deux de ces lettres il faisait explicitement le procès de la Cour. Pendant l’hiver 1532, de Medina del Campo où séjournait la Cour de l’Impératrice il écrivait à Pedro Fajardo (premier marquis de Los Vélez), son strict contemporain, qui avait été paje auprès des Rois Catholiques16 : « Pestilencia es muy antigua en las Cortes de los príncipes : que llaman los hombres y no les responden, amando los aborrecen, siguen a quien no los conoce, buscan a quien dellos huye, sirven a quien no los paga, esperan lo que no se da, y procuran lo que no se alcanza »17. Trois ans plus tard, en janvier 1535, il écrivait à l’abbé de Monserrat la nostalgie passionnée qu’il avait de son abbaye :

  • 18 Ce dont il était l’exemple même !
  • 19 Fr. Antonio DE GUEVARA, Epístolas..., éd. cit., vol. I, Ep. 32, datée de Valladolid le 7 janvier 15 (...)

Creedme, padre Abad, es mucho mejor vida la que tenéis allá en Monserrat, que la que tenemos acá en la Corte, porque la Corte muy mejor es para oír lo que en ella pasa, que no para experimentarlo. En la Corte todos procuran por privar, y al fin uno lo viene todo a mandar. En la Corte todos de la Corte blasfeman y después todos la siguen18. Finalmente la Corte no es sino para privados que la disfrutan19.

10Il demandait à l’abbé de prier le Ciel de le sortir « de esta infame vida...». Un sentiment aussi paradoxal chez le courtisan chevronné et assidu qu’il était imprègne évidemment son bien nommé Menosprecio de Corte..., truffé de formules telles que : « ...la vida de esta Corte no es vivir, sino un continuo morir ». Pour le courtisan vraiment chrétien c’est une lutte entre « el favor de medrar y el fervor de se salvar ». Il consacre un chapitre entier à ce thème : « En la Corte son infinitos los que se pierden y muy poquitos los que medran » ; et il en consacre un autre à pleurer les années perdues à la Cour. Par deux fois au moins il fit l’amer bilan de son expérience curiale :

  • 20 Id., Menosprecio de Corte..., éd. cit., p. 176.

Afrenta he de lo decir, mas no lo dejaré de decir, y es que desde muy niño la corte conocí, a muchos Príncipes en ella alcancé, varias fortunas en sus casas ví, de varios oficios en sus cortes serví, en guerras trabajosas y por mares peligrosos los seguí, mercedes muy señaladas dellos recibí, y aun con prosperidades y adversidades en sus cortes me hallé20.

  • 21 Id., Aviso de Privados..., éd. cit., p. 53.

Yo estuve en colegios estudiando y estuve en la religión orando, y estuve en la corte predicando y ahora estoy en mi obispado doctrinando, y de todos estos cuatro estados digo y afirmo que no hay estado más estrecho que es ser en la corte cortesano21.

11Il condamnait sans appel l’éducation reçue à la Cour : « Fui a la Corte inocente y tornéme malicioso, fui sincerísimo y tornéme doblado, fui verdadero y aprendí a mentir, fui humilde y tornéme presuntuoso, fui modesto y tornéme voraz, fui penitente y tornéme regalado, fui humano y tornéme inconversable ». C’est sans doute pourquoi, dans l’Argument de son Aviso de Privados y Despertador de Cortesanos, il prenait soin de préciser que « los señores que enviaren sus hijos a la Corte hallarán en este libro todo aquello en que los han de imponer... ».

12Il s’interrogeait : « ¿Qué sacastes vos, o alma mía, de toda esta jornada? ». Rien d’autre qu’une santé altérée, une vieillesse avancée, une fortune grevée par les dettes, et une conscience pas très nette ; mais, surtout, « todo mi tiempo perdido. Finalmente digo y afirmo que muchas veces me ví en la Corte tan aborrido y yo mismo de mí mismo tan desabrido que ni osaba pedir la muerte, ni tomaba gusto en la vida ». Finalement que chacun fasse comme il l’entend, mais en connaissance de cause, ainsi se termine le premier chapitre de son Despertador de Cortesanos, éloquemment intitulé « Que más corazón es menester para sufrir la corte que para andar en guerra » : « Vaya quien quisiere a la Corte y procure de tener oficios en ella, que hasta hoy no hallé con hombre cortesano que en la corte tuviese contento, porque si es privado témese caer y si está abatido desespera de subir ». Car il y avait plus d’écueils à la cour qu’en haute mer : « El que ha de navegar es obligado a se confesar, y el que va a la Corte debríase también confesar, porque en la mar, de cien naos, no peligran las diez, mas en la Corte, de mil cortesanos, no medran tres ».

  • 22 Id., Menosprecio de Corte..., éd. cit., p. 178.

13En effet, frustration, déception, mépris, ambitions déçues, promesses non tenues... sont un thème récurrent. Fray Antonio de Guevara lui-même glisse : « Nunca hablé con los Príncipes y con sus privados que si una vez saliese contento, no saliese ciento muy despechado »22.

L’aigre constat d’un diplomate polonais23

  • 23 Johannes DANTISCUS (Gdansk, 1485 - Warmia, 1548). Voir Antonio FONTAN, Jerzy AXER (eds), Españoles (...)
  • 24 Juriste, éminent humaniste, il avait mené lui-même plusieurs missions diplomatiques, et s’était eng (...)

14Un avis extérieur, et peu soucieux de littérature, vient corroborer – sinon même aggraver – le constat précédent. Une des premières évocations de la Cour d’Espagne au xvie siècle se trouve en effet dans la correspondance de Johannes Dantiscus, l’ambassadeur de Sigismond 1er auprès du jeune Charles Quint. Il se trouvait à Barcelone en août 1519, au moment où se tenait le premier chapitre de la Toison d’Or célébré dans la Péninsule. Pessimiste et méfiant, il se consolait en écrivant à son roi et au vice-chancelier, le père Piotr Tomicki24. Il se dit « perdu dans ce rude labyrinthe » où, tel un enfant à la « maternelle », son maître l’a livré :

...aux écoles qu’il y a en cette Cour et où il existe quatre grandes facultés : la première enseigne la patience, la seconde la méfiance, la troisième la dissimulation, et la quatrième – et principale – apprend à mentir avec éducation. Je suis en ce qui me concerne conscient d’avoir beaucoup progressé dans la première, et je suis des cours quotidiens dans la seconde ; les deux dernières exigent un caractère plus subtil que le mien. Vous pouvez me croire, Révérendissime Seigneurie, il y a ici une magnifique école pour pratiquer ces arts-là.

15Cinq mois auparavant, il avait alerté son roi, car sur les fonds qu’on lui avait alloués en Pologne, il lui restait de quoi vivre un mois. Les ambassadeurs étaient, selon lui, très mal traités à la Cour d’Espagne. En février 1523 il écrivait :

Il règne ici, à la Cour, la plus extrême pauvreté partout. On n’a payé quasiment personne depuis quinze mois, mais on survit grâce à divers recours : certains en faisant le parasite, d’autres grâce au jeu, la plupart des gains de la prostitution, et par d’autres moyens inavouables. Tout est engagé, et l’on dit que l’Empereur ne pourra disposer de ses fonds pendant les trois prochaines années.

16En 1525, après la victoire de Pavie et le mariage impérial, la Cour qu’il avait dû suivre à Séville puis à Grenade, ne trouvait toujours pas grâce à ses yeux :

  • 25 Il quitta l’Espagne en 1532, et commença une carrière ecclésiastique ; il fut nommé évêque de Warmi (...)

Près de trois ans sont passés, et mes cheveux et ma barbe ont complètement blanchi. Ce sont les signes extérieurs, mais quant aux souffrances intérieures, avec lesquelles je vis ici mortellement, je ne saurais les décrire. Je vous prie de ne pas m’oublier dans cet exil, et de ne point cesser d’honorer de votre faveur le captif que je suis... Moi, ici, je me consume d’ennui, parfois même je suis fatigué de la vie, dans la longue attente de vos lettres25.

L’ingratitude des maîtres

  • 26 Lettre du prince Philippe à Charles Quint, du 25 janvier 1547, citée par Santiago FERNÁNDEZ CONTI, (...)
  • 27 José MARTÍNEZ MILLÁN, Santiago FERNÁNDEZ CONTI (dir.), La Monarquía de Felipe II : la Casa del Rey, (...)

17Si la mauvaise rémunération des services, la négligence – pour le moins – voire l’ingratitude des maîtres est un grief très présent dans la littérature anti-aulique, ce n’était que le reflet de la réalité de l’époque. Charles Quint, puis son successeur se sont constamment débattus dans d’insurmontables problèmes d’argent, la dépense dépassant de loin, la plupart du temps, les revenus. Ni l’un ni l’autre n’ont su – ou pu – rémunérer à leur juste prix les services rendus. Charles Quint se débattait encore, à Yuste, avec ce genre de problème : il manquait d’argent pour licencier définitivement la petite suite qui l’avait accompagné et servi jusqu’au seuil de sa retraite. Les serviteurs ne seront pas mieux lotis sous Philippe II. Les services de la Cour s’alourdisant dans la secondemoitié du siècle, le nombre de commensaux de toutes sortes ne fit que croître. Or, on ne licenciait pas, comme Philippe – alors régent – le rappelait à son père, en janvier 1547 : « ...por no acostumbrarse en la Casa Real, como Vuestra Majestad sabe, despedir ningún criado sin su voluntad »26. En 1591, la Cámara appuyait la requête d’un huissier dont le père avait été « repostero de camas » de l’Impératrice, et lui-même en service depuis trente ans « sin haber recibido merced », en arguant du fait que : « en la Casa de Castilla es costumbre hacer merced de los oficios de los padres a los hijos cuando vacan... »27. Si bien que les postes étant ainsi bloqués on devait en créer de nouveaux.

  • 28 Ibid., et Geoffrey PARKER, Felipe II. La biografía definitiva, Barcelona : Planeta, 2010.

18Les serviteurs n’étaient pas payés régulièrement, et devaient attendre des mois, parfois des années au point que certains décédaient sans l’avoir été, ce qui plongeait leur famille dans la pauvreté, en particulier au niveau des emplois moyens ou inférieurs. De leur côté, les « cadres supérieurs » devaient débourser eux-mêmes pour assurer leur service ou leur mission, et donc s’endetter. En voici quelques exemples28 :

En 1568 Gerónimo de Vallejo « alguacil de corte » : « representa los muchos años que su abuelo y padre sirvieron a la Casa Real y como él lo ha continuado de cuarenta años a esta parte con todo cuidado y diligencia y limpieza. Suplica que en remuneración de todo ello y acatando su mucha pobreza y vejez se le haga merced a dos hijos que tiene, el uno un asiento de contino, y el otro de aposentador ».

– En février 1588 Diego López de Angulo, « aposentador de la Casa de Borgoña », rappelait qu’en 1583 il avait demandé pour son fils un office comme le sien, eu égard aux trente-quatre années de service qu’il avait effectuées lors de tous les déplacements du roi depuis son voyage en Angleterre. Il se disait prêt sinon à lui laisser sa propre place. Philippe II répondit qu’il... verrait plus tard.

On lit sur une requête collective de serviteurs royaux, datée du 24 janvier 1578 : que « padecemos necesidad por valer las cosas en tan subidos precios y ser pocos los salarios ».

–En octobre 1572 Garcí Álvarez Osorio, ex-valet de chambre du défunt Don Carlos et greffier de l’archiduc Albert, exposait ainsi son cas :

Digo que serví al príncipe diez y nueve años y asimismo han servido mis pasados a la Casa Real de doscientos años a esta parte sin haber faltado ninguno en este servicio ; y aunque me dejaron mis padres hacienda en cantidad de más de diez mil ducados, se han consumido en este tiempo sirviendo a su alteza sin que en todo el dicho tiempo se me hiciese merced ninguna.

19En grande difficulté économique, il demandait :

  • 29 Geoffrey PARKER, Felipe II, op. cit., p. 486, et José MARTÍNEZ MILLÁN, Santiago FERNANDEZ CONTI (di (...)

Para continuar el servicio que V. Mag. ha sido servido de mandar que yo haga, y atento a los hijos que tengo y la necesidad que paso con los pocos gajes que me dan en el dicho oficio de grefier, me haga merced de darme licencia para que pueda sacar destos Reinos seis mil cueros vacunos de los que vienen de Indias, que en ello me hará V. Mag. merced29.

20Comme bien d’autres cet homme, résigné à ne rien percevoir, comptait sur une compensation de ce genre : une licence, une exemption, une charge pour un parent. Mais, comme le souligne Geoffrey Parker, dans sa Biografía definitiva de Philippe II, ces rémunérations indirectes se raréfièrent elles aussi dans les deux dernières décennies du règne.

21À la même époque, le père Juan de Pineda évoquait aussi cette douloureuse réalité dans son encyclopédique ouvrage intitulé Diálogos familiares de la agricultura cristiana desde la formación del lenguaje hasta nuestros días. Définissant le thème de leur dialogue, l’un des personnages, Filaletes, établit que « aquí no tratamos sino de la ocasión que para bien, o para mal, hay en los estados » ; une discussion qui devait l’amener à conclure que « la vida del palacio tiene trabado el mentir, lisonjear, murmurar, malmeter, revolver y otras gracias, con que procuran ganar las gracias del señor. Toda la vida de los tales es un continuo recato de caer en desgracia y ser luego despedidos ». Et son interlocuteur Filótimo de renchérir : « De manera que no canonizáis la vida palanciana en criados ni en señores. Después de la soldadesca, aconsejaría huir la palanciana ». Parmi les arguments développés, figurent les « abusos de los señores », et leur ingratitude envers les « servidores viejos desatendidos » :

Filótimo.– ...quieren los señores que sus criadas les prometan obediencia y pobreza y castidad. En lo de la castidad hay peligro de perder lo servido, salvo si la quebrantan en su servicio, y luego las echan de casa y no les pagan quince o veinte años de servicio y encarecen mucho la honra de su casa, que fue ofendida con la soltura de la criada ; y no estiman sus lujurias, con que traen por alcahuetes la mitad de sus pajes ; lo cual digo en parte de oídas, en parte de vista.

  • 30 Padre Juan DE PINEDA, O.F.M., Diálogos familiares de la agricultura cristiana desde la formación de (...)

Filaletes.– No me negaréis la hambre de los criados viejos, que se trasañejan en los palacios, que llaman pelados, y su desnudez y su sarna y usagre, con otros mil encanijos, y, en cayendo enfermos, y no en cama por no la tener, les pueden abrir la sepultura, porque siquiera el hambre los llevará en volandas30.

22On réclamait aussi au niveau supérieur de la hiérarchie. Ainsi, Don Pedro Girón, duc d’Osuna et comte d’Urueña, déclarait que la dot de son épouse s’élevait à cent treize mille ducats, mais que : « ...por muchos gastos que he hecho, en servicio de V. Mag. [he] contraído muchas deudas a cuyo saneamiento la dicha duquesa tiene obligado su dote y arras » ; par conséquent s’il venait à mourir il ne resterait pas à sa veuve « con que sustentarse conforme a la calidad de su persona ». Il demandait donc, pour celle-ci, l’autorisation de « cobrar de las rentas de su mayorazgo que tiene en su villa de Osuna seis mil ducados cada un año ».

  • 31 Geoffrey PARKER, Felipe II. La biografía..., op. cit., p. 487.

23Philippe II récompensait souvent à titre posthume, comme lui-même le reconnaissait devant le secrétaire Mateo Vázquez en juillet 1575 : « Ya sabéis que yo deseo hacer más con los muertos que con los vivos. Cuando él lo fuese, no dejaré de traer cuenta con sus cosas »31. La personne en question était Juan de la Cerda y Silva, quatrième duc de Medinaceli, qui, selon ledit secrétaire – qui plaidait sa cause –, « estaba ordenando su testamento llorando de ver su extrema pobreza y el desamparo de sus criados ». Le duc, qui mourut peu après, occupait la haute fonction de Mayordomo Mayor de la reine, avait accompagné Philippe en Angleterre, puis l’avait servi comme vice-roi en Sicile et en Navarre, et comme gouverneur aux Pays-Bas. Trois ans plus tard, le conseiller Gaspar de Quiroga demanda pour la seconde fois une dot de mille ducats pour Ana de la Cerda, fille du défunt et dame de la reine. Le roi éluda en arguant de la dureté des temps...

  • 32 Cristóbal DE CASTILLEJO, Aula..., op. cit., chap. VIII, v. 3534-3545.

24Le duc de Feria, Gómez Suárez de Figueroa, ami du souverain, qu’il avait accompagné dans sa tournée européenne de 1548, était « gentilhombre de la boca de la Casa de Borgoña » depuis 1556, capitaine des trois gardes, avait servi ces mêmes offices auprès de Don Carlos, avait été ambassadeur en Angleterre de 1558 à 1560, membre des deux Conseils « de Estado y de Guerra ». Le 25 juillet 1571, il déclarait sur son lit de mort avoir accumulé trois cent dix mille ducats de dettes au service du roi ; il demandait pour son fils son propre office de capitaine de la garde espagnole, qu’on lui refusa... Le 3 septembre, soit un mois plus tard, sa veuve réitérait cette demande qui essuya un nouveau refus... On comprend, à la lumière de ces exemples, ces vers de Cristóbal de Castillejo : « Que muchos vi de prisión / olvidados por sus reyes, / que cumplidos / los servicios, y partidos / del ojo los servidores, / y los muertos y huídos, / presto son de los señores / olvidados, / y pocas veces pagados / sin grandes dificultades, / porque tienen [los señores] mil cuidados / y cien mil necesidades »32.

25Dédicaçant une de ses œuvres à Martín de Guzmán, « camarero » de Ferdinand, alors Roi des Romains, cet auteur – Cristóbal de Castillejo – faisait explicitement appel à l’expérience de son dédicataire : « Pues sabe bien [vuestra merced] los dolores del servir y no medrar, en la dicha obra contenido... » , une « matière » qu’il qualifiait lui-même de « desabrida en sí » ; seul l’artifice littéraire lui permettait d’exprimer, à peine voilée, sa propre désillusion. L’artifice choisi en l’occurrence est un vif – et bref – dialogue entre l’auteur et sa propre plume [qui joue le rôle de sa conscience], à qui il reproche de ne lui avoir rien rapporté malgré leurs efforts, alors que : « empacho debéis tener / de mil vuestros conocidos / que comenzaron ayer, / y los vemos ya subidos / do no se soñaban ver. / De nuestro mal galardón / vuestra fué la culpa, amiga... » ; laquelle rétorque : certes vous avez bien raison d’être peiné « de haber madrugado / tan de mañana a servir, / y haberse tanto tardado / el galardón en venir ». Mais au lieu de servir un prince « fuera, por cierto, mejor / para ganar de comer / que estuviera yo, señor, / con un gentil mercader / o con un buen receptor, / pagador o tesorero ». Consolez-vous, lui dit-elle, en pensant que votre honneur est sauf, et votre conscience tranquille.

26La plume aura le dernier mot en rappelant à l’auteur que c’est à elle qu’il doit le peu qu’il a. Et c’est par son truchement que Cristóbal de Castillejo nous éclaire sur cette obstination à entrer au service de la Cour et, une fois dans la place, à y rester. Parlons clair, dit-elle, entre nous : « Ya pues, sabéis que lo sé, / perdonadme lo que os digo, / y poned en cuenta que / siendo de Ciudad Rodrigo, / do la Corte nunca fué, / conversáis entre señores, / y a mi causa habéis venido, / no sólo a ser conocido / de reyes y emperadores, / mas, cierto, favorecido ». Bien sûr, certains ont mieux réussi, « que de bajo nacimiento / vienen otros a tener / mucho mejor cumplimiento ». Car il lui manquait une qualité indispensable pour réussir à la Cour : « aunque sepáis bien servir, / si no sabéis demandar / poco puede aprovechar / mi trabajo en escribir / ni vuestro filosofar ».

  • 33 Prague : où se trouvait alors la Cour de Ferdinand à cause de la Guerre d’Allemagne menée par l’Emp (...)

27L’auteur devait développer cette thématique dans une œuvre de plus grande ampleur, signée à Prague le 4 septembre 154733, intitulée Aula de Cortesanos, à la demande de son dédicataire, le Docteur Carnicer : « Días ha que vuestra merced me encomendó escribiese alguna cosa de las miserias de palacio ». Vieux et fatigué, Cristóbal de Castillejo s’exécute non sans quelque réticence : « ...que aun esto me alcanzó por ser hombre de palacio ». Il s’agit d’un dialogue entre deux personnages aux noms significatifs, le jeune Lucrecio désargenté, ambitieux et pressé de réussir – « pobre gentil hidalgo » –, qui cherche sa voie : « no sé qué camino hallé / para tener de comer, algún modo de vivir / para venir a ser más ». Après avoir envisagé divers états, y compris ceux d’artisan, de marchand, de laboureur, il n’en voyait qu’un seul possible :

sin andar por más rodeo, / sino acogerme a palacio / de algún rey / o príncipe de mi ley, / gran señor o gran prelado, / sometiendo como el buey / mi cabeza a su mandado / por medrar, / y en algún tiempo llegar / a ser lo que otros han sido, / pues hay muchos que notar, / que por servir han subido, / a ser grandes de pequeños, / y algunos tan adelante, / que son dueños de sus dueños / y señores, / con privanzas y favores...

  • 34 Rogelio REYES CANO y voit una « extraordinaria fuente de datos de la vida política que el autor con (...)
  • 35 M. R. MARTÍNEZ NAVARRO, La literatura anticortesana..., op. cit., p. 55-6.

28Pour se conforter dans son choix, Lucrecio veut consulter son oncle Prudencio – l’alter ego de l’auteur –, qui « como fiel hombre anciano, / me hablará sin engaños, / cuanto más qu’es cortesano / de cuarenta y tantos años ». Si Cristóbal de Castillejo puise aux mêmes sources littéraires qu’Antonio de Guevara, qu’il cite, les spécialistes de son œuvre reconnaissent, entre autres qualités, la valeur documentaire et le fond autobiographique34 de ses deux admirables dialogues, rédigés à la fin d’une vie palatine consacrée au service d’un maître peu reconnaissant. Les deux personnages représentent les étapes de la vie courtisane de l’auteur, depuis son adolescence jusqu’à la perte de ses illusions ; il donne ainsi une forme littéraire à une déception et à une amertume bien réelles35.

  • 36 Un proverbe le résume bien : « Los de la corte, cortesanos son ; pero corteses, no », in : Luis MAR (...)

29Qui était donc ce Castillejo-Prudencio ? « ...yo, estando / so ajeno poder y mando, / a la corte fuí llevado / en tiempo de Don Fernando, siendo entonces yo de edad / de quince años, y aun de menos, / no cumplidos, / los cuales doy por servidos / antes de venir alli / y los demás por perdidos / después que a la corte fuí ». Castillejo fut en effet un des pajes du jeune frère de Charles Quint, Ferdinand (né à Alcalá de Henares en 1503), élevé par son grand-père le Catholique, puis définitivement envoyé en Autriche via les pays-Bas lorsque son frère prit possession de la Couronne. Cristóbal reçut à la Cour de Castille une éducation soignée, et une solide formation intellectuelle. Ni ses origines ni sa date de naissance ne sont attestées. Nous savons seulement, grâce à Martín de Salinas, ambassadeur de Ferdinand auprès de son frère, que c’était « un buen hidalgo de Ciudad real ». Après une brève parenthèse dans un couvent cistercien, de 1520 à 1525, Cristóbal se rendit à Vienne où il fut engagé comme auxiliaire de Gabriel de Salamanca, secrétaire de Ferdinand. Il a beaucoup voyagé au cours d’une vie mouvementée. Dès 1522 il fut envoyé en Angleterre par le Nonce. Dans ses Coplas a la Cortesía il écrit l’avoir vainement cherchée en Espagne, en France, en Italie, en Slavonie, en Flandres, en Pologne, en Hongrie, en Angleterre et en Allemagne..., dans toutes les Cours et tous les palais !36 Son obsession transparaît dans les œuvres citées : « medrar », le mot revient sans cesse, et les inévitables frustrations. Ses plaintes éveillèrent peut-être un remord tardif chez Ferdinand qui lui fit don, peu avant sa mort, de deux mille florins, pour le plus grand bonheur de ses héritiers...

  • 37 Augustin Redondo rapporte ce propos attribué au hiéronymite Fray Hernando de Talavera, qui disait a (...)

30Prudencio-Castillejo insiste sur la véracité de son propos : « como aquel que bien lo sabe » // « pues creedme por testigo, que todo cuanto aquí digo / no es de treinta partes una / de los males / continuos y generales / que a cada paso se ofrecen, / y trabajos desiguales / que en la corte se padecen / con dolor »37. Il s’emploie donc à désiller son neveu et, au milieu d’une longue diatribe contre la vie de Cour, il s’exclame : « si mi voto se tomase, / que ni a pariente ni a amigo / yo nunca le aconsajase / emplear / con codicia de medrar / en palacio su servicio... ». La Cour est un océan dangereux – « mare malorum » – d’où rares sont ceux qui arrivent à bon port. Le thème des illusions perdues est récurrent. Oui, à la Cour : « de la privanza y favor, / riquezas, mandos y honores, / tres o cuatro comunmente / se gozan lo principal, / los otros andan a diente... ». De tous les arguments du vieux courtisan déçu, c’est celui qui finit par convaincre le jeune ambitieux, jusqu’alors déterminé à « servir / al señor que Dios me diere, / hasta medrar o morir » ; rien ne l’arrêterait, dit-il, « si en lo que toca al medrar / no fuese tan estirado ».

L’amertume d’un Juan de Silva [~1528-1601]

  • 38 Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « Corte es decepción. Don Juan de Silva, conde de Portalegre », in : José M (...)

31Le cas de Juan de Silva est caractéristique de ce « malcontentement ». Dans un grand article intitulé « Corte es decepción. Don Juan de Silva, conde de Portalegre »38, Fernando Bouza présente d’entrée le personnage comme :

un hidalgo disgustado y sin reposo que se las ingenió para disimular de melancolía y desdén el fracaso y la tristeza de no haber llegado nunca a merecer enteramente la gracia de su rey. A medio camino entre el « cortesano » y el « discreto », pocos como él conocieron la corte de Felipe II, pocos la negaron tanto como él, a pocos se les negó ella tanto.

  • 39 Ses parents étaient Don Manrique de Silva, maestresala du prince Philippe, et Brites de Silveira ; (...)
  • 40 Filipa da Silva, comtesse de Portalegre, fille de Joao de Siva, et parente de Miguel de Silva, l’év (...)

32En effet, ce « disgustado inveterado », cet « agraviado sempiterno », mais aussi cet « archicortesano » a consacré toute sa vie au service du roi, depuis son entrée à la Cour en 1538, à l’âge de dix ans, comme paje de l’Impératrice puis du jeune Philippe, jusqu’à sa mort en 1601. Issu par son père d’une importante lignée tolédane, qui avait commencé son ascension sous les Rois Catholiques, par sa mère39, une des dix dames portugaises de l’Impératrice, il était en étroite relation avec les Portugais de la Cour, et l’un des grands amis de Cristóbal de Moura. Un lien qu’il renforcera en épousant en 1577 une Portugaise40. Admis, comme son père, dans l’Ordre Militaire de Calatrava, à douze ans, il désirera sa vie durant obtenir une « commende » prestigieuse, qu’il n’obtiendra qu’en 1589, et plus encore la direction de l’Ordre – la clavería – qu’il n’obtiendra pas, ce qui nourrira son profond ressentiment.

  • 41 En 1548 l’Empereur imposa les normes de Bourgogne à la Maison du prince, organisée depuis 1535 sur (...)

33En effet, il ne cessa jamais de se plaindre de ne pas être payé à la hauteur de ses (indéniables) mérites. Le premier échec d’une carrière qu’il aurait voulu plus glorieuse se situe en 1548, lorsque l’Empereur ordonna simultanément la transformation de la Maison du prince héritier41 et le départ de celui-ci pour une grande tournée à travers les pays d’Europe soumis à l’autorité de son père. Ce Felicísimo viaje allait tenir la nouvelle Cour éloignée de l’Espagne pendant plus de deux ans. Ces deux événements, politiquement liés, firent le bonheur des uns et le malheur des autres dans le monde courtisan. Ledit remaniement ayant modifié les conditions d’admission Juan de Silva fut estimé trop jeune pour partir, manquant ainsi la première occasion de se faire connaître du prince. À vingt ans il entra au service de Don Carlos, comme plus tard Cristóbal de Moura ; il y nouera des liens d’amitié durable avec des personnalités de première importance. Après la mort de l’Infant il passa au service du roi, mais sans rien y gagner, toujours comme simple « gentilhomme de la bouche ».

  • 42 Qu’un gentihomme de la Maison de Bourgogne, Juan de Aguilón, qualifiait de « el día del Juicio »  d (...)
  • 43 Un « succulent morceau » selon Francisco de Aldana.
  • 44 Un office que son grand-père et son père avaient occupé.
  • 45 Refus ainsi justifié : « ...no soy hombre para tanto trabajo, ni viviría un año atado a las obligac (...)
  • 46 On pourrait dire ici « outré de douleur » selon l’expression employée dans ses Mémoires (1635-1636) (...)

34Lassé d’être suspendu à ces consultas où offices et récompenses étaient attribués42, il s’engagea pour deux ans et demi sur la frontière oranaise. De retour, il dut accepter l’ambassade de Lisbonne, à contre-cœur : il espérait mieux, il aspirait à la première de toutes : Rome ! À près de cinquante ans, il épousa en 1577 l’héritière43 du comte de Portalegre, Grand Majordome de la Maison royale portugaise44, dont il hérita peu après le titre (devenant ainsi le quatrième comte de Portalegre), le prestigieux office et plusieurs seigneuries. Quelques mois plus tard (sur ordre de Philippe II), il accompagnait le roi Sébastien dans la folle aventure qui prit fin à Alcazarquivir en août 1578. Il y perdit l’usage d’un bras à la suite de terribles blessures, et la liberté. Bientôt « racheté », il regagna Séville pour se soigner. Au Portugal, la mort du roi engendra la crise successorale que l’on sait. La participation active de Juan de Silva à sa résolution aurait pu – ou dû – lui valoir une récompense digne de ses ambitions : un gouvernement en Italie, la présidence d’un Conseil important, ou une simple place dans le premier d’entre eux, celui de Castille. Il refusa tout ce qu’on lui offrit, notamment la présidence du Consejo de Órdenes, qu’il repoussa avec hauteur45. De 1583 à 1589 il se retira du service royal. Du fond de sa retraite, il écrivit à Cristóbal de Moura pour l’informer qu’il adressait son dossier directement au roi, afin que celui-ci ne puisse plus invoquer l’ignorance. Il vida alors son cœur avec une âpreté terrible46 :

  • 47 CODOIN, XLIII, p. 461-462 : référence donnée en note par Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « Corte es decepci (...)

Yo solo en el mundo he de ser remunerado con servicios futuros, so pena de perder los pasados. ¿ Qué puede el rey querer ya de mí ?, ¿ qué le sirva treinta años de balde ? Ya lo he hecho. ¿ Qué venda cuanto tenía sin jugar un real ni comprar un brinco por sólo servirle ? Ya lo hice. ¿ Qué me cargue de treinta mil ducados de deuda ? Tanto debo. ¿ Qué venda mi cama y mis botones y mis espadas en la puerta de Guadalajara ? Ya las vendí. ¿ Qué vaya de hambre a Orán ? Ya fui ¿ Qué sea su embajador en Portugal, que era la más ruin embajada ? Acepéla. ¿ Qué dando a todos ayudas de costa, no me la diese a mí ? No me la dieron. ¿ Qué fuese a Berbería y perdiese un brazo en la batalla ? Ya lo perdí. ¿ Qué fuese vil y cruelmente esclavo ? Fuílo. ¿ Qué, hecho esto, se proveyesen cuantas encomiendas hay en España y no me tocase ninguna...47 ?

  • 48 La sixième en importance au Portugal : la Obreria.
  • 49 Entre le départ de l’Archiduc Albert et l’arrivée du vice-roi Cristóbal de Moura.
  • 50 Deux jours avant de mourir, en avril 1601, il écrivait encore au roi – Philippe III – pour demander (...)

35Il avait adressé au secrétaire Mateo Vázquez un état de services : Relación de lo que yo podía alegar que he servido para suplicar a su Majestad me haga merced. Sept ans plus tard... il recevait enfin une belle encomienda de Calatrava48, et prenait part à nouveau à la politique portugaise de Philippe II : nommé Capitán General de la Gente de Guerra del Reino de Portugal en 1592, et, bien que non Portugais, un des cinq membres du gouvernement intérimaire49. L’expérience portugaise avait permis à ce simple courtisan sans grand avenir de devenir un noble titré, un dignitaire, conseiller, chef militaire et même gouverneur : mais cela n’avait ni comblé ses attentes, ni calmé son insatisfaction chronique50.

  • 51  Comme le rappelle l’auteur, Baltasar Gracián devait saluer un demi-siècle plus tard l’intérêt de l (...)
  • 52 Juan de Vega avait accompagné Charles Quint à Tunis, avait été son ambassadeur à Rome, vice-roi de (...)
  • 53 Ce fils devait alors accompagner le prince Philippe dans cette tournée européenne dont Juan de Silv (...)
  • 54 Qualifié par Fernando Bouza de « suma de su vida » et de « cínica lección de realidad », mais aussi (...)

36Juan de Silva avait appris à ses dépens, concluait Fernando Bouza dans son magistral article, que « la pretensión hace la corte y que lo más de la corte es decepción ». Mais à quelque chose malheur étant bon, il tira la leçon de cette « déception ». En 1592 il reprit pour les commenter51 – et les amplifier – les Instructions pour se bien conduire à la Cour, qu’avait rédigées quarante ans plus tôt Juan de Vega52 pour son propre fils53. Juan de Silva rédigea ce nouveau texte54 à l’intention de son fils aîné Diego, âgé de treize ans qui, déjà paje auprès du futur Philippe III, allait à son tour entrer comme « mozo nuevo ». À la fin de ses ajouts au texte de Juan de Vega il notait ce conseil, les propres mérites et ceux des aïeux ne suffisant plus :

  • 55 Partie citée par Fernando BOUZA, « Corte es decepción », art. cit., p. 489.
  • 56 Partie citée par Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, Intr., op. cit., par. 1.5.1 : « El arte de disim (...)

Para subir a estos puestos [los mayores] el camino del atajo es el de la negociación, más llano que el de los merecimientos, pero rodéase mucho por él. Procurad merecer las cosas y fundáos en esto, mas no desgustéis a los Privados, suffridlos, disimulad con ellos y grangeadlos con decoro y destreza55, no tanto por alcançar los Cargos como para dejarlos propicios cuando saliéredes a servir, y sino lo quedan no salgáis a servir, porque no hay valor en el mundo ni arte que pueda contrastar a espadas bueltas las dificultades del oficio y del odio del Privado56.

  • 57 Lettre de Juan de Silva à Cristóbal de Moura, d’octobre 1584, citée par Fernando BOUZA, art. cit., (...)

37Par rapport à son modèle deux « nouveautés » découlaient du changement survenu dans la société aulique au cours du dernier demi-siècle : 1- La raréfaction de la présence du roi, la difficulté accrue de tener entrada, qui rendait plus difficile l’ascension sociale au sein de la Cour – la medranza ou el medro –, cette obsession de tout courtisan ; et qui incitait au contournement : il fallait d’abord se rapprocher des nouveaux privados qui avaient, eux, leurs entrées auprès du Prince – « aquéllos que el Rey quiere apartar por su gusto para sí »57 –, qui faisaient écran, et dont dépendait souvent l’attribution des charges et des offices. 2- La dissimulation, à mi-chemin entre mensonge et vérité, mais aussi art de se contraindre, de cacher ses émotions, ses sentiments, de se maîtriser, qui deviendrait bientôt un trait de la vie de Cour moderne.

  • 58  Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, Intr., dans op . cit., p. 39.

38Antonio Álvarez-Ossorio Alvariño, évoquant cet « art » parmi « les valeurs du courtisan », estime que c’est à la Cour de Charles Quint que s’amorça le passage (conflictuel et traumatisant, parfois) de l’ancien idéal chevaleresque au nouvel archétype de courtisan « que incorporaba numerosos rasgos del caballero pero también presentaba códigos de conducta alternativa »58. Un célèbre romance, attribué à Diego Hurtado de Mendoza, faisait ainsi le procès du nouveau style :

  • 59 Diego HURTADO DE MENDOZA, Poesía completa, Barcelone : Planeta,1989, CLXIII, p. 309.

¡ Oh Borgoña, oh Borgoña
por mi mal fuiste engendrada !
Siete años te servi
sin jamás alcanzar nada,
sino verme sin hacienda,
pues que la tengo empeñada,
y en libros de mercaderes
mi persona atrapazada.
Nunca merced me hicieron,
ni jamás tuve posada,
con haberla hecho a muchos,
por venir a esta jornada.
[…] No me pesa de dejarte,
que tu servicio me enfada.
Que tienes más ceremonias
que toda la ley pasada
¡ siete higas a el bastón,
Cuatro a la llave dorada !
Todos se llaman privados
y los más no privan nada :
los unos tienen bureo,
los otros tienen entrada.
[…] Pésame por mis amigos,
[…]
amigos, los mis amigos,
lo postrero que os rogaba ;
que cuando yo me partiere
de vida tan deshonrada,
[…] entraréis a hablar al rey,
si Sanctoyo os diere entrada,
y diréisle de mi parte,
[…] que una cosa terrible,
peligrosa y mal mirada,
hacer con los pocos mucho
y con los muchos nonada 
»59.

Paradoxal attrait de la cour

  • 60 Geoffrey PARKER, Felipe II. La biografía..., op. cit., p. 488.

39En dépit des aspects négatifs – difficultés de la vie au quotidien, aggravées lors des épuisants déplacements, interminable attente d’une (juste) rémunération des services, etc. – la concurrence autour des charges et des offices des Maisons royales fut intense et source de luttes acharnées60, pendant les deux règnes, et sans doute au-delà. Il suffit de rappeler les nombreuses doléances des Cortès réclamant l’accès des autochtones sous Charles Quint, au début du règne, ou – vingt ou vingt-cinq ans plus tard – quand il imposa à la Maison du prince le style bourguignon, au détriment du modèle castillan. Un seul exemple, les Cortès de 1523 re-présentèrent une des doléances (la troisième) de celles de 1518, répétée à La Corogne en 1520, et inscrite dans le programme des Comuneros :

Muy gran bien y merced hará V. Mag. a estos reinos, y gran contentamiento les dará en que reciba en su Casa Real, y en el servicio de su casa y mesa, y en los otros oficios de su casa, personas naturales destos reinos, porque será muy gran señal del amor que les tiene, y se causará entrañable amor a la persona real en todos los Grandes y los otros estados de sus reinos, que cuando vieren que en la Casa Real de vuestra Alteza se crían y están sus hijos, parientes y deudos y naturales, así los unos como los otros se tendrán por criados de su Casa, y como tales se acrecentará la voluntad que tienen y la que deben a su rey y señor natural.

  • 61 Qui mourra en septembre 1577.
  • 62 José MARTÍNEZ MILLÁN (dir.), La Corte de Carlos V, op. cit., vol. I, p. 228.

40Trois jours après la naissance, en décembre 1571, de l’infant Fernando61 le secrétariat de Philippe II croulait déjà sous les candidatures aux offices de la future Maison du nouveau-né, ce qui provoqua la sèche réponse du roi : « ...no hay que proveer nada deso ; ni en esta edad hay para qué proveerlos, y es bien que les desengañéis porque no tengan que ir a más partes con su demanda »62. Lucrecio, le personnage de Castillejo, étonné stricto sensu des révélations de son oncle, mais encore hésitant, explique cet irrésistible mouvement : « Pero, como veo y hallo / ir tantos aquel camino, / no fácilmente a dejarlo / me persuado ni me inclino ».

  • 63 María del Rosario MARTÍNEZ NAVARRO, La literatura anticortesana..., op. cit., p. 223.

41En fait, la Cour et les perspectives qu’elle offrait – réelles ou illusoires –, exerçaient une sorte de fascination, notamment sur la jeunesse. María del Rosario Martínez Navarro63 parle même de « letal adicción ». Ainsi Lucrecio avouait-il d’emblée ce qui l’incitait si fortement à chercher fortune à la Cour :

Y es que veo mucha gente / en palacio que de chicos / llegan sin inconveniente / a ser muy grandes y ricos / y dichosos, / y los veo andar pomposos, / ufanos y bien vestidos, / honrados y poderosos, / privados y favoridos / y contentos. / Y qu’es la corte una cosa / alegre, regocijada, / de provechos abundosa, / y a vueltas dellos honrada... / Estoy inclinado a darle un tiento, / porque para quien yo soy / otra mejor [vida] no lo siento.

42Prudencio venant d’évoquer sa première nuit – inoubliable d’inconfort ! – passée comme paje à la Cour, Lucrecio réagit avec logique : si l’on y est si mal, pourquoi y reste-t-on, s’obstine-t-on à y entrer ? « Mas ya que la pobre gente / tan mal se siente tratar, / qué simpleza / es, padeciendo pobreza / y no teniendo esperanza, / tener en Corte firmeza / sin hacer nueva mudanza, / y buscar / en otra parte o lugar / otro pan menos amargo / y otras artes de medrar ». C’est que la Cour, répondit Prudencio, qui en avait fait l’expérience, fonctionne comme un piège : « porque en fin las cortes tienen / mil retrabos do se traban / los pies de los que a ella vienen / de morada, mayormente esta cuitada / gente pobre cuya suerte / fué de ser allí arrestada / y en prisión hasta la muerte ». C’est une sorte de déraison qui pousse à y rester, dit-il en parlant à la première personne :

Mas hagóos, señor, saber / que la mayor desventura / de palacio suele ser / una constante locura / con que ando, / la boca abierta, mirando / a los otros que más son. / Infinitos / son los que suelen dar gritos / fingidos y verdaderos / contra los usos malditos / de la corte, y vanse en cueros / en pos della ; / que con toda su querella, / jamás pueden olvidarla ; / bien pueden aborrecerla, / mas no del todo dejarla.

  • 64 Fr. Antonio de Guevara écrit à ce propos, dans sa lettre au comte de Benavente don Alonso Pimentel (...)

43Et tous, « por servir a los señores / andan contino en vela, / o como la mariposa, / deslumbrados, / en torno a la candela / del valer / por medrar y merecer ». Prudencio-Castillejo classe les « gens de Cour » en cinq catégories : les nobles, « que allí gastan sus dineros / por su placer y deporte... ». Les pauvres qui ont tout à y perdre et n’en sortiront plus, en particulier les « escuderos » de plus en plus « déclassés », dont Covarrubias écrit d’ailleurs en 1611 que « hoy día más se sirven dellos las señoras ; y los que tienen alguna pasada huelgan más de estar en sus casas que de servir, por lo poco que medran y lo mucho que los ocupan »64. Ceux qui sont de passage, diplomates, étrangers, mais aussi « negociantes ». Ceux qui gouvernent – beaucoup d’appelés mais peu d’élus –, « estos son / los que en la gobernación, / tienen poder, y los senos / aforrados de pasión, / y de sudores ajenos / se enriquecen ». Une autre catégorie, dont lui-même faisait partie : « hay otros menos forzados, / a quien más culpa ponemos, / y éstos son / los que en esta profesión / cortesana, ni son ricos / ni de pobre condición, / ni muy grandes ni muy chicos, / que podrían / apartarse, y vivirían / sin la corte y sin querella, / y podéis contarme a mí / por uno de los culpados ».

44Oui, l’irrésistible attirance qu’exerce la Cour peut étonner puisque « los pobres servidores / sacan dellos [de los reyes] poco zumo ; / de suerte que los sudores / se les convierten en humo ; / sólo el sueldo se les da, / y aun de aquel no son pagados / sin ruido. / Y es gran mal, / siendo el servicio leal, / el galardón no ser tal ». Sur un dernier conseil – « ...huid mientras pudiéredes / de la prisión de palacio » –, Lucrecio, enfin convaincu, renonce à un projet qu’il serait fou de poursuivre « sin estar muy seguro de ganar ». Mais, ajoutait-il, tout cela doit rester entre nous, avec Dieu pour seul témoin, « porque la gente no entienda / el mal que me decís vos / de la corte y su vivienda, / que no habrá quien quiera / ir a palacio a servir / de su grado, / y vos quedaréis culpado / de los príncipes por ello ».

  • 65 José MartÍnez MillÁn / Santiago Fernández Conti (dir.), La Monarquía de Felipe II : la Casa del Rey(...)

45Pour José Martínez Millán qui, avec d’autres spécialistes, a publié de très importants travaux sur la Cour (de Charles Quint, de Philippe II et de Philippe IV notamment), ceux qui s’y rendaient ne le faisaient point dans un esprit de service public, ni dans un but purement économique qui relèverait d’une mentalité bourgeoise anachronique, « sino que se hacía con el fin de pertenecer a la « familia » del príncipe y participar de sus bienes ». La relation qui s’établissait au sein de la Cour à travers l’« office » ne relevait pas du contrat, mais d’une sorte de lien de fidélité-amitié entre les puissants et les plus humbles. On ne saurait comprendre, sinon, comment des personnes ayant usé leur fortune et leur vie au service du roi, aient pu le supplier encore de transmettre leur office ou d’en octroyer un autre à leurs proches65.

Haut de page

Annexe

La condition du paje selon Diego de Hermosilla

Parmi les arguments de la défense que Lucrecio – dans l’Aula de cortesanos – tentait d’opposer à l’implacable démonstration de son oncle, figurait celui-ci : « ...desde la edad primera / parece que en el estado / de palacio está cualquiera / hidalgo bien empleado, / Porque allí, / aprenden gentil crianza, / y echan cargo al rey de sí / para tener esperanza / de medrar ». Ce à quoi le vieil homme répondit par ces fortes paroles : « ...si Dios hijos me diera / tan mal padre no le fuera, / que en corte los empleara ». Comment donc, s’exclamait alors le jeune homme, « pues yo / no creía ni pensaba / sino qu’el que se crió / en corte se aventajaba / con servir, / conversar y ver y oír / diversas cosas y gentes, / de donde suelen salir / más discretos y prudentes, / avisados, / valerosos, bien criados »66.

Tous les historiens (anciens ou contemporains) qui ont écrit sur la Cour des Rois Catholiques ont loué l’intérêt, alors unique semblait-il, que la reine Isabel avait porté à l’éducation – et à l’instruction – des jeunes de sa Maison, et de tous les jeunes. Elle engagea des pédagoges comme Pierre Martyr d’Anghiera ou Marineo Sículo auxquels elle les confia, avec ses propres enfants. Il s’agissait de leur inculquer, outre les codes de la vie aristocratique, l’idée que le bras était mieux armé si la tête était bien faite. La présence de ces jeunes nobles n’était pas chose nouvelle, car les Partidas d’Alphonse X précisaient déjà qu’en Espagne les gens bien nés avaient l’habitude d’y envoyer leurs enfants :

Los buenos enseñamientos, a los que llaman cortesía, siempre los hallaron y los preciaron en las cortes. Y por ende fue en España siempre acostumbrado de los hombres honrados enviar a sus fijos a criar a las cortes de los reyes porque aprendiesen a ser corteses, y enseñados y quitos de toda villanía y de todo yerro, y se acostumbren bien así en dicho como en fecho, porque fuesen buenos, y los señores hubiesen razón [motivo] de les facer bien. Onde a los que atales fueren debe el rey allegar a sí y hacerles mucha honra y mucho bien67.

Il n’était pas inutile – ni aisé – de modérer cette jeunesse turbulente sinon violente. Les pages – « pajes y donceles »68 – durent ainsi se former non seulement aux disciplines du corps mais aussi à celles de la morale, de l’esprit et de la vie de Cour. Or, notait Lucio Marineo Sículo, un tel souci était jusqu’alors sans précédent : « quod non tam bene fit apud alias gentes ». Juan del Encina voyait aussi dans la Cour d’Isabelle « una escuela excelente / de crianza y cortesía, / y es un vivir diligente / y un saber que al más prudente / da mayor sabiduría ». Le « roi d’armes » Pedro Gracia Dei évoquera la salle  el « aula »  du palais pleine de pajes occupés a « leer, escrivir, tañer y cantar, / danzar y nadar [sic], luchar, esgrimir / arco y ballesta, latinar y decir, / ajedrez y pelota saber bien jugar », et « todas esas costumbres que a la política juventud conviene »69. L’éducation à la Cour était un élément de prestige pour les deux parties, et un puissant moyen de fidéliser la noblesse. La reine les employait au service de la table pour leur apprendre à bien se comporter, à se contrôler et à connaître le rituel, le tout sous l’œil vigilant du maestresala habilité à châtier les récalcitrants (sauf bien entendu les rejetons de très haute lignée, que la reine allait parfois jusqu’à asseoir à sa propre table).

Or, une voix discordante en la matière, on l’a vu, fut celle d’Antonio de Guevara qui, sans avoir été paje, avait grandi à ladite Cour. Peut-être avait-il gardé un mauvais souvenir de l’insolence de cette jeunesse, devenue proverbiale, y compris hors d’Espagne70. Celui qui, dans le Criticón de Baltasar Gracián, remet à Andrenio, « desde la calle mayor a palacio », une curieuse invitation, c’était « un pagecillo, galán de librea y libre de desenfado »71, un de ces petits pajes entremetteurs « que suelen ser las pajuelas de encender el amoroso fuego ». Mais quoi de mieux qu’un témoin direct, à la mémoire prodigieuse ? Le capitaine Diego Fernández Oviedo y de Valdés, alors gouverneur de la forteresse de Santo Domingo, rédigea entre 1546 et 1556 Las Quinquagenas de la nobleza de España. Dans sa dédicace au prince Philippe, bientôt roi, signée le 10 janvier 1555, il rappelait qu’il avait soixante-dix-sept ans « cumplidos », qu’il était au service de la Couronne depuis soixante-trois, dont quarante-deux « en estas Indias » (et alcaide de ladite forteresse depuis vingt-deux ans). Il était entré au service de la Maison royale en 1492 à l’âge de quatorze ans72 : « ...el menor de vuestros criados, e antiguo en su Real casa de Castilla ». En 1535 au moment de donner à l’Infant sa propre Maison, Charles Quint avait voulu qu’elle fût organisée sur le modèle que la reine Isabel avait établi pour son fils. En l’absence de sources officielles l’Empereur avait eu recours à la formidable mémoire de cet ancien page du défunt prince Don Juan, à plus de quarante ans de distance. Son texte constitue pour la postérité une source très précieuse sur l’organisation de la Cour des Rois Catholiques73. Or, dans ses Quinquagenas il évoque une scène, manifestement vécue, révélatrice du quotidien des pages de ladite Cour :

No ha de presumir el estudiante de hacerse palanciano, si no llevó repelones, siendo paje, y rompiendo blandones alrededor de las orejas, ejercitándose los hachazos, que entre pajes en el palacio real suele haber ; tanto que, algunas veces, ni bastan maestresalas, ni alcaldes, ni alguaciles a ponerlos en paz, hasta que no les queda hacha sana, y se van sus amos de palacio a oscuras, o alumbrándolos los pabilos, y mechas que han quedado de tal torneo, y aun bien descalabrados algunos.

Selon lui, et contrairement à Antonio de Guevara – qu’il dut alors côtoyer – l’apprentissage de la Cour en tant que paje était indispensable à tout homme bien né :

Quiero decir, que el buen cortesano y hombre de palacio desde muchacho paje ha de criarse en la escuela cortesana, donde las personas reales residen, y todos los grandes y mejores de los reinos acuden, a todas las gracias, y gentileza, y buena crianza se ejercitan y usan continuamente, y toda la gala y policía se continúa mejor que en otra parte alguna, en todo lo que los caballeros e hidalgos deben aprender, y ser ejercitados para saber servir, y vivir en la paz y en la guerra74.

Dans la première édition, de 1870, l’académicien Vicente de la Fuente expliquait que :

Para entender este pasaje hay que recordar la costumbre de que los pajes acompañasen a los señores, alumbrándoles por la noche con blandones o hachas de cera. Los pajes, traviesos y de suyo inquietos, solían retozar unos con otros, salpicándose de cera y chamuscándose las guedejas. Con los estudiantes de Alcalá lo quisieron hacer los de D. Fernando el Católico, pero lo hubieron de [g]astar con las setenas75.

Dans le Libro de la Cámara del Príncipe Don Juan e Oficios de su Casa e Servicio Ordinario, Diego Fernández Oviedo consacre une brève rubique aux pajes, précisément : « Pajes del Príncipe fueron los hijos de los grandes y principales caballeros de aquestos reinos ; a lo menos, no se acuerdan hombre (ni se halla escrito) que en casa de algún príncipe de los pasados, en España, le hayan servido tantos ni tales en número, ni de tantas rentas y casas tan principales herederos ». Suit une liste de vingt-trois noms illustres, avec en tête Don García de Toledo76, fils du duc d’Albe Don Fadrique, cousin du roi Ferdinand, et père du troisième Duc, Fernando Álvarez de Toledo... Puis, conclut-il : « Por abreviar, digo que fueron pajes del Príncipe cuantos hijos de Grandes y mayorazgos principales hubo en sus reinos, y otros muchos hijos de caballeros ilustres, sin título ». Antonio de Guevara, outre le souvenir personnel déjà évoqué, avait effleuré la question dans une lettre de décembre 1526 à don Alonso Pimentel, comte de Benavente, qui lui demandait des précisions sur l’Ordre de la Banda77, ses origines, ses règles, qui en étaient les membres, etc. Après avoir établi la liste des premiers chevaliers (dont Carlos de Guevara, son grand-oncle) il soulignait que « ...lo que se ha de notar es cuán en orden andaban los caballeros en aquel tiempo y cómo se ejercitaban en las armas y se preciaban de hacer proezas y que los hijos de los buenos eran en la casa del rey muy bien criados y que no los dejaban ser viciosos ni andar perdidos » ; sous-entendu : comme ils le sont maintenant... D’ailleurs dans ces textes de fray Antonio de Guevara l’opposition « antes » // « ahora » est récurrente.

Dans son Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles, Pedro López de Montoya rappelait encore en 1595 le bien-fondé de cet apprentissage précoce, qui commençait à être remis en question par certains grands seigneurs qui préféraient assurer l’éducation de leurs enfants dans leur propre palais :

Ningún lugar hay que se pueda comparar con la Corte para la crianza de los nobles, por ser tan grande la variedad que en todo género de negocios y estados se ven cada día en ella ; y lo que son las plazas en cada ciudad, es la Corte respecto de todas las otras ciudades y provincias. Así, por ser la Corte como plaza del mundo, es forzoso que haya mucho más que considerar en ella para toda suerte de hombres, porque en ningún lugar se ven tan a los ojos las verdades de la Filosofía, puesta en ejercicio en la subida de unos y en la caída de otros, y en las trazas que la industria o malicia humana fabrica para salir con sus intentos, aquí se ve, se toca con las manos.

Et puis, côtoyer tant de gens « nobles y discretos », la majesté des princes, jusque dans leur démarche, « la cortesía y recato con que se entra y conversa en la casa real », etc., tout cela constituait « una escuela grande para criar nobles respeto en la gente ilustre », et c’est de là que l’on pouvait entrer dans le cercle très étroit de la faveur royale : « criándose los nobles en la Corte desde los tiernos años van tomando amistad con toda la nobleza del mundo y siendo conocidos de todos y extentiendo su nombre y fama »78 ; ceci dit non sans un brin de cynisme.

Or, un troisième auteur avait enrichi la littérature anti-aulique : « un énigmatique personnage connu comme Diego de Hermosilla »79, dont on ne sait que ce qu’il dit en se présentant comme « Capellán del Emperador D. Carlos V. 1543 »80 ; or le contenu de son texte incite à lire plutôt 1573. Cet ouvrage, resté manuscrit jusqu’en 1901 (édité par Antonio Rodríguez Villa), s’intitule Diálogo de los pajes ou Diálogo de la vida de los pajes de palacio81, et comprend quatre « coloquios » (respectivement divisés en cinq, six, quatre et dix chapitres) où interviennent quatre personnages – un page, un marchand, deux serviteurs du Duc, issus de la petite noblesse , et ce dernier qui fait une apparition aussi brève que peu flatteuse. En effet, ce débat – car c’en est un – se situe dans une Cour seigneuriale de Vieille-Castille, dans la Maison d’un Grand d’Espagne : « el Duque », comme par antonomase...

La vie et les vicissitudes de la vie de page dans un palais de la très haute noblesse, les relations de celle-ci avec les serviteurs, la mauvaise administration de ses biens et le mauvais usage qu’elle en fait par une vie souvent trop dissolue, la confiance abusive  et abusée qu’elle fait à certains serviteurs privilégiés  que l’auteur qualifie de « sobreseñores »  sur lesquels elle se décharge de ses obligations, et qui tyrannisent les autres : tels sont les thèmes développés dans une partie du texte, une critique de la haute noblesse et une défense voilée de la petite noblesse82. Les deux « serviteurs », qui sont les seuls protagonistes du dernier dialogue, finissent par tracer le portrait du Noble parfait, du maître idéal, avant de conclure sur ces mots : « ...nuestro intento y voluntad no es decir mal dellos [los Grandes], sino antes avisarlos de muchas cosas en que viven engañados, que nosotros ya estamos al cabo de la jornada... ».

Seuls les deux premiers « coloquios » ont pour thème principal la vie de page : l’un est un dialogue entre le paje Medrano et le marchand Juan de Lorca « en que se trata la vida y tratamiento de los pages de palacio y del galardón de sus serviçios » ; l’autre, entre ledit marchand et Godoy, serviteur d’un rang plus élevé et de petite noblesse, qui traitent eux aussi « de la merced y galardón que reciben los pages cuando los sacan de aquel oficio y les dan otro ; y del nombre de los sobreseñores, y de la privanza y mando absoluto que tiene el que lo es ». Il y apparaît clairement que la Cour avait cessé d’assumer la fonction formatrice précédemment évoquée.

Le Page Medrano – nom d’emblée suggestif – trouve dans la grande salle du palais un homme et un garçonnet qui attendent respectueusement. Interrogé l’homme répond : « Yo, señor, traigo aquí a este muchacho, que es hijo mío, que sirva de paxe al señor Duque, que ogaño me hiço merçed de reçebirle ». Au page étonné, qui lui demande depuis quand il connaît le Duc, l’homme explique : il y a quatre ou cinq mois ce dernier – su señoría – étant en difficulté financière – « con harto cuydado de haçer una moatra, y no hallava donde tomalla por falta de fiador » –, lui, le marchand Juan de Lorca (nom également significatif), lui était venu en aide : « y saviendo yo quien era, salí por ella, y aun le presté treçientos ducados más para cierta neçesidad ». Et, pour compenser ce « petit service », ledit seigneur lui proposa : « si tenéis algún hijo pequeño, llevádmele, que me quiero servir dél en rreconoçimiento de la buena obra que me havéis hecho ». C’est pour cette même raison que je suis moi-même ici, dit Medrano : « pagó a mi padre y a mi abuelo y a un visabuelo muchos y señalados serviçios que hiçieron a sus antepasados y a él ». Son grand-père avait sauvé la vie au père du Duc au cours d’une bataille. Mais, dit le marchand, les choses ont bien changé depuis : « Los señores deste tiempo ya no se veen en esas neçesidades, y nunca salen destas otras donde yo socorrí al señor Duque, que lo preció en más que el serviçio de vuestro avuelo ». Or, si les difficultés financières du Duc venaient à disparaître sa reconnaissance aussi : « ...como haçe de mí, que ha más de diez años que le sirvo de paxe », réplique avec amertume son interlocuteur en déclinant son identité : « Medrano me llaman más que aprovecha, pues mejor me conbendría Desmedrano ».

Du coup, en son for intérieur, le commerçant se dit qu’ayant fréquenté plus de marchés et de foires que de palais il ignorait en fait tout de ce qui attendait son enfant : « sé poco del ofiçio que ha de haçer, ni del paradero dél, ni del tratamiento que tendrá ». Or ce paje chevronné – quoique aigri – pourrait le renseigner. Ce qu’il fit, évoquant les lamentables conditions de vie quant à la nourriture : si ailleurs ce sont les chiens qui rongent les os laissés par les maîtres, « acá comemos lo que sobre al mayordomo, y a los otros ofiçiales », car ces derniers rognent à leur tour sur la portion déjà congrue réservée aux pajes. Quant à l’habillement un abîme séparait la théorie de la pratique, le majordome estimant que « ansí se han de criar los muchachos, y que mientras lo son, les pareçe muy vien andar rotos ». Un page usait alors plus de chausses en un an qu’en trois du temps de son grand-père. Pourquoi donc ? « porque cada nonada que avéis de hablar con vuestro amo o ama, avéis de estar de rodillas, aunque sea la mujer de un escudero o mercader o bachiller. Verdad es, que lo que allí gastamos y rompemos, aorramos en la yglesia ; que aunque alçen el sanctíssimo sacramento y nos estemos sentados, el señor ni los ofiçiales no haçen caso dello, ni hablan palabra, porque allí podemos estar como quisiéremos ». Je ne comprends pas, dit Juan Lorca, car je viens de voir passer deux ou trois pages bien vêtus ! C’est qu’il y a toujours dans la Maison d’un seigneur deux ou trois « privados » qui sont plus près du maître, notamment le « paje de rrecados » ou « alcauete » qui lui rend secrètement quelques menus services, et ceux, les « chismeros », qui reniflent partout comme chiens de chasse et rapportent au maître... Quant au repos, après une journée de travail, les pages dorment comme les chauves-souris : « A la una, o a las dos, o más tarde, nos vamos acostar, y si pensáis que en qué camas », drap et couverture sont raides de crasse car « finalmente no haçen más diferençia que sean pages que para galgos ». Certes, répond le marchand, mais c’était bien pire au temps où les pages devaient accompagner leur maître dans les combats et porter leurs armes. Détrompez-vous : « ¿ Creeys, señor Lorca, que es pequeño el travajo que se padeçe, esperando, tenblando de frío, que nuestros amos acaben de jugar, que alguna vez nos amaneçe allí ; o de tener palaçio a su dama, mayormente aconteze pagar el pobre page la poca ventura del naype, o dados, o desabrimiento de la dama ? ».

Tout un chapitre est consacré au « galardón ». Quelle récompense recevez-vous donc à la fin de vos années de service ? Et Medrano de répondre : ordinairement, pour un oui ou pour un non – « una nonada que no pesa una pluma » – le maître simule une grande colère pour nous renvoyer sans compensation, en clamant qu’il voulait notre bien, mais que par notre faute nous avons démérité ; sinon on nous recase ailleurs. Mais, demanda le marchand, inquiet pour l’avenir de son rejeton, j’ai vu plus de vingt pages ici, comment peut-on les « recaser » tous : « ¿ Cómo hay ofiçios y cargos para tantos ? ». Imaginez, répondit Medrano, une poule suivie par vingt ou trente poussins, la plupart disparaissent en chemins (le milan, la maladie, l’accident...) ; c’est pareil pour nous, qui sommes quinze ou vingt :

algunos se mueren sin llegar a edad de poderles dar nada ; otros llevan sus padres, conoçiendo lo poco que de aquí an de sacar ; y otros que se ven ya hombreçillos y se preçian de la honra, entendiendo el poco remedio que esperan, se van a las Yndias, otros a Italia, escogiendo por mejor género de muerte la violençia que allá pueden rreçevir, haçiendo su dever, que la çevil [cruel] hambre que en palaçio les aguarda.

D’autres préfèrent, pour fuir les mauvais traitements, renoncer à temps à leurs acquis « huelgan de perder lo servido ». C’est ainsi qu’il en reste tout au plus cinq ou six « quando llegan a ser hombres ». Medrano détaille ensuite les éventuelles « promotions », réservées aux préférés : ainsi le paje de rrecados devient automatiquement camarero ; celui qui joue les damerets – « pisaverde, polidete » – devient maestresala : « para que, pues a él no se save governar, govierne a los pages : y de aquí naçen hartas faltas de nosostros ». Celui qui est chapardeur – « picaza en el guardar » – deviendra  majordome ; et celui qui sait à peine écrire deviendra secrétaire. Puis il conclut : je vous ai répondu en vous disant « lo que yo he entendido del palaçio en los años que e estado en él ; y creedme que mal viejo es no medrar, pues a tanto tiempo que Marçial dixo que en palaçio tres o quatro eran los que medravan, que los demás, de pura hanbre, andavan amarillos ». Le marchand le remercia vivement en disant que, du coup, il allait réfléchir. Medrano sortit et Godoy apparut, chargé par le Duc d’introduire le marchand.

Or, celui-ci était pris de doutes ; depuis qu’il était entré, dit-il, il avait vu et entendu des choses qui le rendaient « perplexe » : « que no sé quál camino me tome ». Partagé entre l’immense honneur que ce serait pour son fils que d’entrer au service d’un aussi grand seigneur « donde se enseñara a ser hombre », mais, d’autre part, il avait cru comprendre que « en los palaçios de los señores, por la poca quenta que con los mochachos se tiene, olvidan a vezes lo vueno con que vienen y aprenden lo mal que no les conviene ». Il a suffisamment de biens pour nourrir son fils. S’il avait souhaité l’envoyer à la Cour c’était avant tout « para que tratando él con buenos fuera uno dellos », et non « por el ynterese que de haçienda se le avía de seguir, aunque adonde concurre todo junto, tanto mexor ». Or, s’étant informé de ce qui se passait dans les maisons de ces grands seigneurs, « hallé – dit-il – que aprenderá poco y gastará mucho, y sin provecho ». Mais avant de se décider, il priait son ami Godoy de lui dire franchement, sous le sceau du secret, ce qu’il en était. Godoy, qui estime que « de la experiençia se saca la çierta çiençia de las cosas », est le porte-parole de l’auteur. Connaissant parfaitement les rouages de ladite Maison, il en expliqua au marchand, plus précisément encore que Medrano, le fonctionnement interne, à travers la hiérarchie des divers « offices » auxquels un paje « chanceux » pourrait prétendre : « porque queríades, que ya que vuestro hijo sirviese, que a la postre medrase y no pareçiese aver gastado el tienpo en vano ». Que fait-on des pajes qui n’ont plus l’âge de l’être ? Dans ce cas : « sirven de escuderos, continos, o gentiles hombres, que por no los llamar panperdidos, baldíos o paviotas, les ponen tales nonbres, y en bacando el ofiçio, vanle los señores proveyendo ».

C’est alors que l’auteur introduit un thème qui lui tient manifestement à cœur, et qu’il désigne par un terme jusqu’alors inconnu : le « sobreseñor ». C’est que « en la era que estamos », la plupart des seigneurs sont aveugles, sourds et muets, dépourvus de toute volonté et même d’entendement : « husan como de ynstrumento, de algún criado, a quien aman fuera de toda razón y a quien son más sujetos que los niños de las escuelas a sus maestros, y los traen siempre colgados de las orejas como los alanos83. A estos tales llamo yo sobre señores porque los amos los son a ellos ynferiores ». Plus loin il développera le dommage causé par ce personnage – le « privado » – qui faisait écran entre le maître et tous les autres serviteurs, de sorte que les moins méritants « por viçiosos y malos que sean, an de medrar, no porque sirven al señor, sino porque aplacen a él ». Et que pour entrer au palais – « tener entrada » ! – il fallait d’abord séduire le « sobreseñor ».

Ainsi éclairé Juan de Lorca, le marchand d’origine juive, déclarait à son ami, l’hidalgo vieux-chrétien Godoy, qu’il avait pris sa décision :

yo estoy determinado con vuestro pareçer de tornarme a mi casa con mi hijuelo y enseñarle mi arte de vivir, que con ella, Dios quiriendo, le yrán los señores a buscar y rrogar, la gorra en la mano ; y él no terná neçesidad de ellos, antes según las cosas van, podría él presto ser señor de sus estados, como lo son ya en Spaña, Ginoveses y Florentines y otros mercaderes.

Ce que Godoy approuvait par ces mots : « Si esso vos pensáis poder hazer, después de estar vien con Dios en la tierra, no puede tener mayor bien ; que çierto andar tras estos señores, es seguir el viento... ».

Entre alors en scène Guzmán, un vieux serviteur de bonne famille, pauvre et mal récompensé. Intrigué, il interroge Godoy, qui lui explique la démarche du marchand qui, ayant compris la situation, était reparti avec son fils. Guzmán de s’exclamer, admiratif et dépité : « o, hideputa, judío, y esso supo ! Porque a mi padre no se le entendió otro tanto, quando acá me traxo... ». Cependant Juan de Lorca avait fait demi-tour : il ne pouvait quitter le palais sans saluer le Duc, et trouver un prétexte pour éluder son offre. Suit alors une brève scène où le Duc accueille le marchand avec une déférence exagérée, compte-tenu de la différence de rang : accolade, qu’on apporte une chaise, mais couvrez-vous donc, comment va votre femme, qui est impatiente de recevoir votre fils, etc... Le tout sous les yeux des deux serviteurs ébahis qui, un peu en retrait, commentent la scène. Guzmán, le plus cynique, réplique à Godoy, stupéfait d’assister à une telle réception : « ¿No caeys en que este judío y otros tales como él, cada día los a menester... ». D’autant que plus personne ne se fiait à la parole – discréditée – de ces seigneurs.

Par ailleurs Godoy, lui-même hidalgo, se lamente devant la dégradation des valeurs de la noblesse, regrettant le temps où « aún no abían llegado a España los títulos vanos, demasiados e ynpertinentes que ya se usan , los títulos ynchados que agora se usan », les malheurs et le déclin de la petite noblesse de Castille84, et l’usage abusif du « Don », ce qui avait fait dire au marchand qu’il préfèrait quant à lui le « Din » au « Don » : « que es mexor sonido para ferias... ». Cela devait venir du fait qu’il n’y a plus de guerres, ni de maures, ni de factions en Espagne, « si no, no estarían tan avatidos, ni serían tan perseguidos los pobres hijosdalgo, ni tan favoreçidos los mercaderes y tratantes ». Alors que, jadis, en Castille, « las casas y mesas de los señores estavan llenas de hijos de algo pobres y ricos, y andavan a porfía sobre qual manternía más dellos. De donde podeys sacar que la grandeza de las casas de los señores en aquel tienpo consistía en la cantidad de gente noble que sustentavan » ; alors qu’aujourd’hui – « pues ahora » – on y voit une foule de « vagamundos, jugadores, chismeros, tranposos y gente desta traça ». Vous souvenez-vous, dit Godoy, de la Maison du grand-père du Duc et même celle de son père ?

¿ Quántos hijos de nobles, deudos, y criados viejos de sus casas, se criavan en ellas ? Agora véis que no le sirven al Duque de pajes sino el hijo del judío o villano que le salió por el çenso, y del platero que le hiço la moatra, y del mercader que le fió el paño y la seda, y aun del sastre que le esperó pur las hechuras, ni mandan ni medran en ellas sino los tales.

Pourquoi ces Grands, « gustando los señores tanto del señorío y mando », s’abaissaient-ils devant ces petites gens jusqu’à les flatter ? Parce qu’ils en ont besoin ! Pourquoi en ont-ils besoin ? À cause de leurs dettes ! Comment est-ce possible alors qu’ils ont pour la plupart trois ou quatre fois plus de revenus que leurs aïeux ? À quoi Godoy-Hermosilla répondait : comment voulez-vous que celui qui a dix ou vingt mille ducats de rente et qui les perd au jeu en une seule nuit, ou celui qui dépense sans compter pour manger, boire et se vêtir, et courtiser les dames, comment pourrait-il se comporter en seigneur « pues el serlo consiste en poder dar y haçer merçedes a quién, cómo y cuándo es justo » ? Or, l’argent, devenu roi, a corrompu – par sa présence ou par son absence – les saines relations de jadis entre maître et serviteur.

Dans le dernier dialogue, où Guzmán explique ce qu’il ferait, lui, s’il était à la place du Duc, il dit entre autres, à propos de la table, qu’il mangerait pour vivre et non le contraire. Guzmán remarque alors : « Desa manera, no comeríades a la flamenca ni a la bogoñona » ; et Godoy de rétorquer : « A la fe, ya no se come sino a la porcuna. Maldita la neçesidad [que] tenéis de salir de España para comer y vever como bestias y no como honbres. Y de aquí viene que se ha hecho tan prinçipal ofiçio el de los vodegoneros, pasteleros y carniçeros, que ganan más salario en casa de los señores que los otros ofiçiales ». La critique du « style bourguignon » de la Cour impériale, introduit en 1548 dans la Maison du futur Philippe II, semble évidente.

Jadis, rappelle Guzmán, chaque matin quinze ou vingt honnêtes hommes attendaient à la porte que leur maître et son épouse se lèvent pour les accompagner à la messe ; mais, maintenant – « llegáos a los presentes » – même en vous levant tôt vous ne trouverez que des marchands et des artisans venus réclamer leur dû. Et d’en conclure « si Dios no pone la mano en ello, han de ser los señores mercaderes, y los mercaderes señores », avant de confier finalement à son collègue : « séos deçir que si tuviera çien hijos como tuve uno que se me fue a Ytalia, que hiçiera lo que Joan de Lorca, por no verlos con tanto travajo y sin esperança de medrar, si no es en malas costunbres que en palaçio aprenden ». Sur ce Juan de Lorca sort de chez le Duc qui le raccompagne avec force flatteries, alors que le marchand répond : « Dios guarde a vuestra señoría muchos años », en ajoutant entre ses dents : « y a mí y a mis hijos de haveros menester ».

La Cour – seigneuriale, ici, mais sans doute aussi, en filigrane, la royale – n’assumait plus son rôle d’éducation ni de promotion, ni de formation de futurs bons vassaux et loyaux sujets. Jacqueline Ferreras cite un passage très éclairant de Microcosmia y gobierno universal del hombre christiano para todos los estados y cualquiera dellos, dédié au duc de Sessa, ambassadeur à Rome, par fray Marco-Antonio de Camos, en 1592. Cet augustinien, prieur de son monastère à Barcelone, dénonçait à deux reprises au moins cette rupture culturelle d’une tradition multiséculaire :

...años atrás no había caballero que no tuviese por bien que su hijo sirviese, y así estaban las casas de los señores llenas de gente noble, tan buenos como sus amos en calidad y limpieza de linaje : y por consiguiente personas que estimaban el honor y de quien se podían confiar. Pero viendo la poca cuenta que con la institución de sus criados los señores tienen85 hanse retirado los caballeros : de que nacen dos inconvenientes : el uno que los hijos de los caballeros, no habiendo jamás servido, no saben hacerse servir, ni amar a sus criados ; el otro es, que se sirven los señores de gente allegadiza, gente baja y de villanos.
...anda el tiempo estragadísimo, en lo que toca a tener quenta con la criança y costumbre de sus criados, particularmente de los pajes, a los quales enbían sus padres a las casas de los señores, imaginando que allí aprenderán virtud y crianza, y a la que se reconoscen, se acaban de desengañar, de que el embiarle a criar a su hijo a palacio fue como embiarle a una Salamanca de vicios y pecados
86.

Haut de page

Notes

1 Luis MARTÍNEZ KLEISER, Refranero general ideológico español, Madrid : éd. Real Academia Española, 1953, pr. n° 13.675 et n° 13.675.

2 Alfonso X, Siete Partidas, part. II, tit. IX, ley 27.

3 La Cour comprenait ainsi trois corps différents mais non étanches : Le gouvernement de la monarchie (Conseils, tribunaux, etc.), Le gouvernement des maisons royales (service domestique), la cohorte des courtisans, à demeure ou de passage. La Maison du roi devint le pivot de la Cour, des relations entre souverain et noblesse, liés par des intérêts communs et des liens de fidélité.

4 Cristóbal DE CASTILLEJO (Ciudad Rodrigo, 1490-Vienne, 1550), Aula de cortesanos, chap. VIII, v. 2813.

5 Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, Introducción, in : José MARTÍNEZ MILLÁN (dir.), La Corte de Carlos V, Madrid : Sociedad estatal para la conmemoración de los centenarios de Carlos V y Felipe II, vol. IV, tercera parte : « Los sevidores de las Casas Reales », par. 1.5.2 « El arte de medrar », p. 40-42.

6 Qui, jeune marié, séjournait à Grenade avec sa Cour. C’est là que l’auteur rencontra Juan Boscán qui traduirait en 1534 son Libro del Cortegiano en castillan.

7 Jean-François SOLNON, La Cour de France, Paris : Fayard, 1987, p. 156-157.

8 Fray Antonio DE GUEVARA (~1480-1545), Menosprecio de Corte y alabanza de aldea, 1539, publié en français dès 1542 sous le titre Du mépris de Court et de la louange de Vie Rustique ; Aviso de Privados o Despertador de Cortesanos, 1539, publié en français en 1556 : Le Favory de Court. Manuel FERNANDEZ ÁLVAREZ a écrit à propos de cet illustre franciscain : « Acudir a aquel singular personaje de la época es verdaderamente aleccionador », in : Felipe II y su Tiempo, Madrid : Espasa, 1998, p. 180.

9 Augustin REDONDO, Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps. De la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Genève : Droz, 1976, p. 94, 90.

10 Dans Aviso de Privados..., ce « manuel de l’arriviste » selon la formule de A. Álvarez de la Villa.

11 Fray Antonio DE GUEVARA, Menosprecio de Corte y alabanza de aldea, Madrid : Espasa-Calpe, 1952, p. 12 : « yo afirmo y confieso que en ningún [libro o tratado] he fatigado tanto mi juicio, ni me he aprovechado tanto de mi memoria ».

12 Sans doute au double sens du mot : observer, remarquer, et critiquer, censurer.

13 Fr. Antonio DE GUEVARA, Menosprecio de Corte..., éd. cit., p. 180, 184.

14 Publiée en 1542.

15 Fr. Antonio DE GUEVARA, Epístolas familiares, éd. de José María Cossío, Madrid : Real Academia Española, 1950, vol. I, Epístola 20, à don Diego de Camiña, datée de Valladolid le 26 octobre 1520, p. 132.

16 Et l’élève préféré de Pierre Martyr d’Anghiera, l’humaniste italien chargé d’éduquer les jeunes de la Cour.

17 Fr. Antonio DE GUEVARA, Epístolas..., éd. cit., vol. I, Ep. 17, p. 114.

18 Ce dont il était l’exemple même !

19 Fr. Antonio DE GUEVARA, Epístolas..., éd. cit., vol. I, Ep. 32, datée de Valladolid le 7 janvier 1535, p. 212.

20 Id., Menosprecio de Corte..., éd. cit., p. 176.

21 Id., Aviso de Privados..., éd. cit., p. 53.

22 Id., Menosprecio de Corte..., éd. cit., p. 178.

23 Johannes DANTISCUS (Gdansk, 1485 - Warmia, 1548). Voir Antonio FONTAN, Jerzy AXER (eds), Españoles y polacos en la Corte de Carlos V, Madrid : Alianza, 1994.

24 Juriste, éminent humaniste, il avait mené lui-même plusieurs missions diplomatiques, et s’était engagé depuis peu dans la carrière ecclésiastique (évêque de Poznam en 1520 et de Cracovie en 1525).

25 Il quitta l’Espagne en 1532, et commença une carrière ecclésiastique ; il fut nommé évêque de Warmia (son rêve) en 1537.

26 Lettre du prince Philippe à Charles Quint, du 25 janvier 1547, citée par Santiago FERNÁNDEZ CONTI, « La organización de la Casa del príncipe Felipe (1535-1546) », in : José MARTINEZ MILLAN (dir.), La Corte de Carlos V, Madrid : Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000, Primera parte, « Corte y gobierno », vol. II, p. 111.

27 José MARTÍNEZ MILLÁN, Santiago FERNÁNDEZ CONTI (dir.), La Monarquía de Felipe II : la Casa del Rey, Madrid : Fundación MAPFRE, Tavera, 2005, vol. I, p. 40 n. 100.

28 Ibid., et Geoffrey PARKER, Felipe II. La biografía definitiva, Barcelona : Planeta, 2010.

29 Geoffrey PARKER, Felipe II, op. cit., p. 486, et José MARTÍNEZ MILLÁN, Santiago FERNANDEZ CONTI (dir.), La Monarquía de Felipe II..., op. cit., vol. I, p. 511.

30 Padre Juan DE PINEDA, O.F.M., Diálogos familiares de la agricultura cristiana desde la formación del lenguaje hasta nuestros días, (~ 1580), Diálogo veinteno, cap. III. Cette triste réalité devint même proverbiale : « Quien en palacio envejece, en ospital – o en pajas – muere », ou encore « Vida de palacio, vida de placer ; esperar sin fruto y pobre envejecer », dans Luis MARTÍNEZ KLEISER, Refranero general..., op. cit., pr. n° 48.447, et n° 48.462.

31 Geoffrey PARKER, Felipe II. La biografía..., op. cit., p. 487.

32 Cristóbal DE CASTILLEJO, Aula..., op. cit., chap. VIII, v. 3534-3545.

33 Prague : où se trouvait alors la Cour de Ferdinand à cause de la Guerre d’Allemagne menée par l’Empereur ; la première édition est de 1573.

34 Rogelio REYES CANO y voit una « extraordinaria fuente de datos de la vida política que el autor conocia de primera mano y de sus propias experiencias biográficas y cortesanas », in : Antología poética, Madrid : Cátedra, 2004, p. 278, cité par M. R. MARTÍNEZ NAVARRO, La literatura anticortesana de Cristóbal de Castilleja. Estudio especial de Aula de Cortesanos, Pontevedra : Editorial Academia del Hispanismo, 2016, p. 45.

35 M. R. MARTÍNEZ NAVARRO, La literatura anticortesana..., op. cit., p. 55-6.

36 Un proverbe le résume bien : « Los de la corte, cortesanos son ; pero corteses, no », in : Luis MARTÍNEZ KLEISER, Refranero general..., op. cit., pr. n° 13.687.

37 Augustin Redondo rapporte ce propos attribué au hiéronymite Fray Hernando de Talavera, qui disait accepter volontiers dans son ordre deux sortes de personnes, les étudiants et les « cortesanos palaciegos », ces derniers s’adaptant sans mal aux rigueurs de la vie conventuelle, habitués qu’ils étaient à « padecer trabajo de religiones más estrechas, llevando malos días y peores noches en la Corte », dans Antonio de Guevara..., op. cit., p. 94.

38 Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « Corte es decepción. Don Juan de Silva, conde de Portalegre », in : José MARTÍNEZ MILLÁN (dir.), La Corte de Felipe II, Madrid : Alianza, 1994, cap. 11, 451-502 ; ces deux pages s’inspirent largement de cette savante étude.

39 Ses parents étaient Don Manrique de Silva, maestresala du prince Philippe, et Brites de Silveira ; son grand-père était le premier marquis de Montemayor.

40 Filipa da Silva, comtesse de Portalegre, fille de Joao de Siva, et parente de Miguel de Silva, l’évêque de Viseo auquel Baldassar Castiglione avait dédié son fameux ouvrage.

41 En 1548 l’Empereur imposa les normes de Bourgogne à la Maison du prince, organisée depuis 1535 sur le modèle castillan.

42 Qu’un gentihomme de la Maison de Bourgogne, Juan de Aguilón, qualifiait de « el día del Juicio »  dans une lettre au cardinal Granvelle datée de Madrid, le 26 juin 1558, précise Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « Corte es decepción... », art. cit., p. 463.

43 Un « succulent morceau » selon Francisco de Aldana.

44 Un office que son grand-père et son père avaient occupé.

45 Refus ainsi justifié : « ...no soy hombre para tanto trabajo, ni viviría un año atado a las obligaciones ordinarias de los consejos con la corte por cárcel ».

46 On pourrait dire ici « outré de douleur » selon l’expression employée dans ses Mémoires (1635-1636) par Nicolas de Beauvais-Nangis en apprenant que son maître Condé avait mal parlé de lui, cité par Arlette JOUANNA, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris : Fayard, 1989, p. 104. Cet ouvrage abonde en faits et en réflexions très intéressantes sur ce même thème, mais circonscrit à la noblesse et d’une plus grande portée politique.

47 CODOIN, XLIII, p. 461-462 : référence donnée en note par Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « Corte es decepción... », art. cit., p. 480, note 109.

48 La sixième en importance au Portugal : la Obreria.

49 Entre le départ de l’Archiduc Albert et l’arrivée du vice-roi Cristóbal de Moura.

50 Deux jours avant de mourir, en avril 1601, il écrivait encore au roi – Philippe III – pour demander des mercedes pour ses enfants (il en eut cinq).

51  Comme le rappelle l’auteur, Baltasar Gracián devait saluer un demi-siècle plus tard l’intérêt de l’ensemble Vega-Silva, dans la onzième « Crisi » du Criticón : « ...aquí está la juiciosa y grave instrucción del prudente Juan de Vega a su hijo cuando le enviaba a la corte. Realçó essa misma instruccion, que no la comentó, muy a lo señor y portugués, que es cuanto dezirse puede, el Conde de Portalegre en semejante ocasión de enviar otro hijo a la corte. – Es grande obra – dijo el Cortesano –, y sobrado grande, pues es sólo para grandes personages... » .

52 Juan de Vega avait accompagné Charles Quint à Tunis, avait été son ambassadeur à Rome, vice-roi de Sicile puis de Catalogne en 1564 : donc un homme d’une grande expérience palatine.

53 Ce fils devait alors accompagner le prince Philippe dans cette tournée européenne dont Juan de Silva avait été jadis écarté.

54 Qualifié par Fernando Bouza de « suma de su vida » et de « cínica lección de realidad », mais aussi de « magnífico texto de corte ». Ce texte est conservé à Simancas, AGS, CMC [Contaduría de Mercedes (Castilla)], 2e época, leg. 487 : référence donnée par Fernando Bouza dans l’art. cit., p. 482, n. 113

55 Partie citée par Fernando BOUZA, « Corte es decepción », art. cit., p. 489.

56 Partie citée par Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, Intr., op. cit., par. 1.5.1 : « El arte de disimular », p. 40 ; l’auteur donne, p. 40, note 123, cette autre réf. du texte de Juan de Silva : « Instrucciones de Juan de Vega y el conde de Portalegre a sus hijos para gobernarse en la Corte », BNM, mss. 954.

57 Lettre de Juan de Silva à Cristóbal de Moura, d’octobre 1584, citée par Fernando BOUZA, art. cit., p. 497.

58  Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, Intr., dans op . cit., p. 39.

59 Diego HURTADO DE MENDOZA, Poesía completa, Barcelone : Planeta,1989, CLXIII, p. 309.

60 Geoffrey PARKER, Felipe II. La biografía..., op. cit., p. 488.

61 Qui mourra en septembre 1577.

62 José MARTÍNEZ MILLÁN (dir.), La Corte de Carlos V, op. cit., vol. I, p. 228.

63 María del Rosario MARTÍNEZ NAVARRO, La literatura anticortesana..., op. cit., p. 223.

64 Fr. Antonio de Guevara écrit à ce propos, dans sa lettre au comte de Benavente don Alonso Pimentel datée de Tolède du 12 décembre 1526 : « Los hijodalgos y los caballeros, por más de ilustre sangre que sean, si tienen poco y pueden poco, ténganse por dicho que los han de tener en poco, y por eso les sería muy saludable consejo que antes se quedasen en sus tierras a ser escuderos ricos, que no venir a las Cortes de los reyes a ser caballeros pobres, porque desta manera serán en sus tierras honrados, y así andan por las Cortes corridos », éd. cit., vol. I, Ep. 40, p. 262.

65 José MartÍnez MillÁn / Santiago Fernández Conti (dir.), La Monarquía de Felipe II : la Casa del Rey, vol. I, p. 39, 40.

66 Cristóbal DE CASTILLEJO, Aula..., op. cit., cap. IV, v. 1132-1141, 1197-1200, 1202-1212.

67 Alfonso X, Siete Partidas, op. cit., part. II, tit. IX, ley 27.

68 Álvaro FERNÁNDEZ DE CÓRDOBA MIRALLES, La Corte de Isabel I. Ritos y ceremonias de una reina (1474-1504), Madrid : Editorial Dykinson, 2002, p. 172, rappelle cette particularité de la Castille, soulignée par Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La Casa Real en la baja Edad Media », Historia. Instituciones. Documentos, Sevilla, 1998, p. 16 : les donceles étaient obligatoirement des fils de la noblesse, les pajes pouvaient ne pas l’être.

69 Pedro GRACIA DEI, Crianza e virtuosa doctrina dedicada a la muy esclarecida señora Doña Isabel primera, Infante [sic] de Castilla, 1488. Un Pedro Gracia figure parmi les officiers du prince en 1493. Cité par Álvaro FERNÁNDEZ DE CÓRDOBA MIRALLES, dans La Corte de Isabel I..., op. cit., p. 102.

70 Émile Littré rappelait l’expression « être effronté comme un page de Cour, être hardi jusqu’à l’impudence », et qu’un « tour de page » signifiait malice où il y a de l’espièglerie.

71 Baltasar GRACIÁN, El Criticón, crisi 11.

72 Auparavant il avait servi dans la Maison du duc de Villahermosa, Don Alfonso de Aragón, neveu de Ferdinand le Catholique, et dans celle de Don Juan de Aragón, le frère du duc de Luna : il qualifia ces deux Cours de « escuela de Minerva y Marte ».

73 Repris et terminé en 1548 le Libro de la Cámara del Príncipe Don Juan e Oficios de su Casa e Servicio Ordinario, fut édité pour la première fois en 1870 par J. M. Escudero de la Peña pour la Sociedad de Bibliófilos Españoles, alors présidée par Don Juan Eugenio Hartzenbusch, et fidèle à sa devise « Ne majorum scripta pereant ».

74 Diego FERNáNDEZ DE OVIEDO Y VALDÉS, Las Quinquagenas de la nobleza de España, Parte 1a Estanza XLVII.

75 Sa source : l’humaniste Alvar GÓMEZ DE CASTRO dans sa biographie du cardinal, De rebus gestis a Francisco Ximenio, Cisnerio, 1569.

76 « Al qual don Garçia le mataron los moros en los Gerves, año de mill e quinientos e diez, con otros muchos christianos ».

77 Fondé en 1339 par le roi de Castille Alfonso XI.

78 Pedro LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena educación y enseñança de los nobles, en que se dan muy importantes avisos a los padres para criar y enseñar bien a sus hijos, Madrid, 1595, cité par Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « Del caballero al cortesano : la nobleza en la monarquía de los Austrias », in : El mundo de Carlos Quinto de la España medieval al Siglo de Oro, México : éd. Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000-2001, p. 144.

79 Rafael CANO AGUILAR, « El diálogo renacentista entre la conversación y la escritura : sobre el Diálogo de los pajes de palacio de Diego de Hermosilla », in : Oralidad y análisis del discuro, Homenaje a Luis Cortés Rodríguez, Almería : Universidad de Almaría, 2016 ; il emprunte le qualificatif « énigmatique » à José Manuel Franco Rodríguez, qui a soutenu une thèse à Almería en 2003 sur Estudio y edición crítica del Diálogo de los pajes de Diego de Hermosilla.

80 Or, il ne figure sur aucun registre ou autre document, et notamment pas dans ceux que José Martínez Millán et son équipe ont magistralement édités à l’occasion du double centenaire de 1998-2000, notamment les cinq volumes de La Corte de Carlos V, dont trois sont des répertoires – complets – des « Consejos y Consejeros » et « Servidores de las Casas Reales ».

81 Nos éditions de référence : Antonio RodrÍguez Villa, éd., Diálogo de los pajes compuesto por Diego de Hermosilla, Madrid, imprenta de la Revista Española, 1901 ; et Diálogo de la vida de los pajes de palacio compuesto por Diego de Hermosilla, Valladolid, 1916, édition critique présentée comme thèse de Doctorat devant l’Université de Pennsylvanie par Donald Mackenzie, reproduite par BiblioLife, LLC.

82 D’autres thèmes s’entremêlent, parmi les plus délicats de l’époque, comme la « limpeza de sangre » mais aussi « de oficio », la prolifération des titres et leu usage abusif, l’hidalguía, le monde marchand trop envahissant, la « perte » des valeurs traditionnelles, « ...los viçios, vanidades y locuras de que por nuestros pecados España esta llena », etc. ; on y trouve déjà bien des sujets ou griefs ultérieurement développés par les arbitristas. Tous ces thèmes sont abordés avec une certaine hardiesse, et une évidente érudition, par le mystérieux auteur. Au-delà du thème ici retenu – la condition des pajes –, ce petit ouvrage, explicitement inspiré des ouvrages de fr. Antonio de Guevara, est d’une grande richesse.

83 Allusion aux molosses utilisés lors des « fiestas de toros » : pour maîtriser ces derniers les robustes « alanos » s’agrippaient à leurs oreilles.

84 Jacqueline Ferreras voit dans ces critiques du joug seigneurial la marque de l’échec des Comunidades. Elle relève aussi la concordance des points de vue entre Godoy, l’hidalgo pauvre au service d’un Grand qu’il méprise, et le marchand, les deux personnages partageant une même conception de l’homme, qui doit agir par lui-même et être responsable, dans Los diálogos humanísticos del siglo XVI en lengua castellana, Murcia : Univ. Murcia, 2003, p. 558, 498 ; ses analyses du texte de Diego de Hermosilla, confronté à une centaine d’autres « diálogos humanísticos », sont particulièrement intéressantes.

85 L’usage du temps présent est ici significatif.

86 L’ouvrage fut publié à Madrid en 1595. Jacqueline FERRERAS, Los diálogos humanísticos.., op. cit., p. 551.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Escamilla, « « Quien bien sirve, poco medra » : la Cour, lieu de promotion ou de déception ?  »e-Spania [En ligne], 43 | octobre 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/45683 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.45683

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search