Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Première partie : Théories, prati...Formation théorique et réalité po...Éducation, transmission de la nob...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Première partie : Théories, pratiques et représentations de l’éducation dans la sphère politique
Formation théorique et réalité politique : place et poids des traités d’éducation

Éducation, transmission de la noblesse et succession dynastique : les actions d’écriture de Pedro López de Montoya (années 1580-1595)

Camille Pollet

Résumés

À la différence d’une contribution à l’histoire des idées pédagogiques, cet article envisage l’écriture et la publication en 1595 par Pedro López de Montoya du Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles comme des actions. Dans un premier temps sont observés les dispositifs de mise en scène de l’orthodoxie catholique, des qualités morales et de l’érudition de l’auteur dans le traité et son péritexte. Ensuite est expliquée la participation de ce livre aux débats politiques relatifs à la définition de l’ordre social. Par le livre, López de Montoya relativise le critère nobiliaire de la naissance, du sang, au profit d’une conception à la fois plus ouverte et plus fluide de la société. L’article analyse enfin l’inscription de la publication du traité dans le contexte du conflit opposant la monarchie catholique à la France d’Henri IV, celui-ci ayant reçu une éducation protestante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Emilio HERNÁNDEZ, « El doctor Pedro López de Montoya : sus ideas pedagógicas », Revista española de (...)

1L’éducation peut constituer un parfait prétexte pour traiter d’autre chose et pour agir par l’écrit. En témoigne le cas du Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles, un traité d’éducation que le titre destine aux élites nobiliaires. Issu de la plume de Pedro López de Montoya, il a paru à Madrid en 1595. Cet auteur fait partie de ces littérateurs incontournables ou presque dès lors que l’on s’intéresse aux idées pédagogiques dans l’Espagne du Siècle d’or. Lui et son traité nous sont ainsi en partie connus grâce à quelques travaux qui leur ont été spécifiquement consacrés tels que ceux d’Emilio Hernández, ainsi que deux articles de Jean-Michel Laspéras, dans lesquels celui-ci propose une comparaison diachronique de ce traité avec les écrits d’Antonio López de Vega, publiés quelques années plus tard1. López de Montoya et son livre sont également fréquemment cités, parmi d’autres traités, dans les travaux plus généraux consacrés à l’histoire de l’éducation ou à l’histoire des idées pédagogiques en Espagne à l’époque moderne.

  • 2 Concernant ce positionnement méthodologique, voir GRIHL, Écriture et Action. XVIIe-XIXe siècle. Une (...)
  • 3 GRIHL, Écriture et Action…, p. 10-12 ; au sujet de la lecture, de ses effets et de la difficulté po (...)

2Cet article propose d’étudier le théoricien de l’éducation et son traité sous un autre angle. Il s’agit d’enquêter sur ce que faisait López de Montoya en écrivant ce livre puis en le faisant publier par l’imprimé. À la différence d’une histoire des mentalités ou même d’une histoire des idées qui supposerait qu’un ouvrage tel que celui-ci serait représentatif (représentatif des idées des hommes d’Église, des idées des élites, ou des idées des Espagnols sur l’éducation, ou bien encore représentatif de mentalités collectives à un moment du passé), ou qui affirmerait du moins que ce texte refléterait les idées pédagogiques de l’auteur, il s’agit d’évaluer ce que ce docteur en théologie faisait avec ce traité, en l’écrivant et en le publiant2. Il ne s’agit pas de questionner les intentions de l’auteur ni les effets de son livre sur le public3, aspects généralement très difficiles à documenter, mais bien d’observer l’écriture et la publication comme des actions, en les situant dans le parcours de vie de López de Montoya et dans le contexte politique et social des décennies 1580 et 1590, ce qui constitue une approche bien différente de celle qui ne s’intéresserait qu’au contenu textuel et pédagogique de l’ouvrage. Cette contribution propose de répondre à ce problème en suivant trois directions : dans une perspective d’histoire sociale, elle analyse d’abord l’action d’écriture sur la réputation de l’auteur lui-même, par la publication de ses qualités morales et religieuses, de son savoir et de son expertise pédagogique ; elle étudie ensuite l’action politique menée par écrit par Pedro López de Montoya dans le cadre des controverses relatives à la définition de la noblesse en Espagne ; elle contextualise enfin cette publication parmi d’autres traités espagnols qui, dans une période de tensions religieuses puis de guerre avec la France dans les années 1580 et 1590, délégitimaient implicitement le droit du protestant Henri de Navarre à succéder au trône de France.

La publication des qualités morales et de l’expertise pédagogique de López de Montoya

  • 4 Le couple de libraires était peut-être entré en contact avec López de Montoya à Salamanque puisque (...)
  • 5 Juan DELGADO CASADO, Diccionario de impresores españoles, Madrid : Arco-Libros, 1996, tome 1, p. 41 (...)
  • 6 C’est le cas, par exemple, des exemplaires conservés à la Bibliothèque Inguimbertine, à Carpentras (...)

3Le traité a paru en 1595 à Madrid, chez la veuve de Pedro de Madrigal, aussi connue sous le nom de María Rodríguez Rivalde4, qui n’était pas n’importe qui dans le monde de la librairie madrilène puisqu’elle publia aussi, parmi d’autres, des auteurs tels que Luis de Granada (Compendio de doctrina christiana, 1595), Antonio de Guevara (Epistolas familiares, 1595), ainsi que, par la suite, Lope de Vega (Isidro, 1602)5. Dans certains exemplaires a été ajouté, sans doute a posteriori, le nom d’un libraire, Juan Verrillo6. Le livre comporte, en plus du péritexte, cent vingt-huit folios au format in-octavo et le volume mesure quinze centimètres en hauteur, un format tout à fait classique parmi les traités moralistes, les livres de conduite et les traités d’éducation destinés à un public laïc. Le traité est structuré par vingt-deux chapitres auxquels est ajouté un prologue adressé au lecteur.

  • 7 Fermín de los REYES GÓMEZ, El libro en España y América. Legislación y Censura (siglos XV-XVIII), M (...)
  • 8 F. de los REYES GÓMEZ, op. cit., p. 41-42.
  • 9 Pedro LÓPEZ DE MONTOYA, De recto usu diuitarium, Madriti : excudebat Guillemus Drouy, 1580 ; id., L (...)

4En page de titre figure, conformément à la réglementation qui s’applique à Madrid comme dans tous les territoires de la couronne de Castille7, le nom de l’auteur, auquel est adjoint le titre de « Docteur ». L’auteur, Pedro López de Montoya, était déjà connu dans le monde de l’Université comme dans celui de la librairie. Né à Laguardia en Navarre en 1542, il avait étudié à Salamanque, avant d’y enseigner à son tour, notamment au collège Trilingue dont il fut le vice-recteur à partir de 1572. Devenu clerc et docteur en théologie, il s’est ensuite attelé à la censure des livres au service de l’Inquisition, une fonction qui l’a certainement beaucoup occupé mais qui lui conférait aussi de l’honneur puisqu’elle faisait de lui un combattant des ennemis de la foi. Il a par exemple contrôlé la version des Six livres de la République de Jean Bodin traduite en castillan par Gaspar de Añastro Isunza, ainsi que les œuvres du père Ribadeneyra8. Le traité d’éducation n’est pas le premier livre publié par López de Montoya. En 1580 et en 1591, il avait déjà fait paraître deux ouvrages de théologie9. Ceux-ci sont écrits en latin, tandis que le traité pédagogique de 1595 est en castillan, ce qui confirme qu’un public élargi aux laïcs était visé.

  • 10 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles : en que se dan muy impo (...)

5Le titre de docteur, annoncé en page de titre du Libro de la buena educación, et les savoirs qu’il implique sont confirmés par le contenu du traité. Dans ce livre, López de Montoya témoigne publiquement de sa riche culture humaniste, de l’ampleur de son savoir littéraire et historique. Il fait montre de sa connaissance aussi bien des saintes écritures que des pères de l’Église (saint Augustin, saint Paul, saint Jérôme, saint Jean Chrysostome, saint Grégoire…) et des auteurs grecs et latins (Hésiode, Platon, Aristote, Cicéron, Quintilien, Tite-Live, Sénèque, Plutarque entre autres). Le traité révèle en outre les savoirs moraux et l’expertise de l’auteur en matière d’éducation10.

  • 11 Ibid., « Censura » : « Este libro es de sana doctrina, y de mucha erudición ». Sur ce dispositif va (...)
  • 12 E. HERNÁNDEZ, Las ideas pedagogicas…, p. 28.

6Toutes ces qualités de l’auteur mises en avant au travers du traité sont renforcées par la visibilité, dans le péritexte, des opérations de contrôle du livre, dont la présence est imposée depuis la Pragmatique de Valladolid de 1558. Or ces indices du contrôle de l’imprimé soulignent les qualités de l’ouvrage : la censura du frère Luis de León indique que la doctrine contenue dans le livre est saine et qu’il est très érudit (et la mention de cette érudition n’avait rien d’obligatoire). Comme dans tout le livre, le privilège apporte également une validation royale du contenu et du travail de l’auteur. Ces pages donnent donc à voir au public l’approbation par l’autorité ecclésiastique et par l’autorité royale de l’orthodoxie et de la « grande érudition » du livre de López de Montoya, ce qui est particulièrement valorisant pour l’auteur11. Un autre passage du péritexte loue publiquement López de Montoya. Il est écrit par l’auteur lui-même puisqu’il s’agit de la fin de l’épître dédicatoire à Philippe II. Il y indique au roi Catholique le rôle qu’il a joué dans la censure des livres au service de l’Inquisition, ce qui constitue une garantie supplémentaire et particulièrement solide de son orthodoxie religieuse et morale. Soutenu par la famille Requesens12, c’est à la comtesse de Benavente, Doña Mencia de Zuñiga Requesens y Mendoza, qu’il adresse la seconde dédicace.

  • 13 Juan Luis VIVES, Libro llamado instruccion de la mujer christiana, Valencia : Jorge Costilla, 1528  (...)

7Sur le fond, l’ouvrage est tellement orthodoxe qu’il présente finalement bien peu d’originalité, ce qu’avait déjà relevé Jean-Michel Laspéras, mais sans l’expliquer (l’article répond à d’autres problèmes) : López de Montoya rappelle le rôle dévolu au père dans l’éducation de ses enfants, ainsi que l’importance de celle-ci, il présente le mariage légitime et le choix d’une bonne épouse comme des préalables nécessaires, il rappelle le soin que requiert la petite enfance (baptême, allaitement maternel…), il édicte des critères pour choisir une gouvernante, il précise à quel âge et comment débuter l’apprentissage des lettres, il détermine les jeux adaptés aux enfants des nobles, il définit la manière de bien choisir le maître du jeune élève ainsi que le contenu et les méthodes des enseignements, il digresse sur le lieu le plus propice aux apprentissages du jeune noble et l’ensemble est chargé d’exempla et d’injonctions moralisantes. Cette absence d’originalité est en fait assez classique pour ce type de publication à l’époque, d’autant qu’elle s’inscrit dans un contexte intellectuel et religieux généralement méfiant à l’égard de la novitas, mais elle est rarement questionnée par la recherche. Que fait un littérateur lorsqu’il rédige et publie par l’imprimé un traité qui, sur le plan du thème pédagogique, ne comporte pour l’essentiel que des lieux communs inspirés d’une culture chrétienne, classique et humaniste et déjà exprimés en Espagne par des théoriciens de l’éducation tels que Vivés ou Nebrija13 ? Bien que son ouvrage présente aussi quelques originalités qui seront étudiées plus loin, quel était l’objectif de López de Montoya en répétant toute une série de topoï ?

  • 14 Alain VIALA, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris : Éditi (...)
  • 15 Sur les péritextes, voir Anne CAYUELA, Le Paratexte au siècle d’or. Prose romanesque, livres et lec (...)
  • 16 ÉRASME, Institutio principis christiani, Basileæ : Joanne[s] Frobenius, 1516.
  • 17 Ángel Fernández COLLADO, « García de Loaysa y Girón », in : Real Academia de la Historia, Diccionar (...)

8L’historiographie relative aux pratiques d’écriture et aux opérations de publication en Europe à l’époque moderne a montré que la parution d’un écrit imprimé, si elle payait peu (du moins peu directement) pour le littérateur, représentait néanmoins une occasion de publier son nom, ses qualités de plume, son érudition, de se bâtir une réputation, autant d’actions qui s’inscrivaient parfois dans la perspective d’obtenir par la suite un emploi auprès d’un puissant14. López de Montoya a-t-il donc publié ce traité dans l’intention d’obtenir une fonction, pourquoi pas à la cour et auprès du roi auquel il adresse dans le livre une épître dédicatoire ?15 Rien sans doute ne permettrait de documenter une réponse ferme à cette question. Il est en revanche attesté que publier un traité d’éducation destiné aux élites avait déjà favorisé l’obtention d’un emploi. Les exemples sont nombreux, mais il en est un qui est si célèbre que López de Montoya ne pouvait l’ignorer. Il s’agit de celui d’Érasme et de son traité Institutio principis christiani dédié au « très illustre prince Charles, petit-fils de l’invincible empereur Maximilien », c’est-à-dire Charles de Habsbourg qui, une fois devenu roi de Castille et d’Aragon (c’est-à-dire Charles Quint), avait hissé l’humaniste au rang de conseiller à la cour de Bourgogne peu après la parution du livre16. Comme Érasme, López de Montoya a donc écrit un traité d’éducation adressé aux élites. Comme Érasme, il l’a dédié au prince et compte tenu de ce que nous savons des pratiques sociales et institutionnelles impliquant les littérateurs à l’époque, une telle publication était susceptible de favoriser la carrière du docteur de Salamanque. Un autre exemple, contemporain cette fois, mérite d’être mentionné : celui de García de Loaysa y Girón, qui était le précepteur du prince Philippe (futur Philippe III) quand López de Montoya fit contrôler son livre par les autorités en 1587 et 1588. Or Loaysa y Gíron présentait un profil assez proche de celui de López de Montoya, bien qu’étant de huit ans son aîné. Passé par l’Université de Salamanque puis par celle d’Alcalá, il était en effet devenu docteur en théologie et il avait contribué à plusieurs publications parmi lesquelles celle des Œuvres d’Isidore de Séville, ainsi que celle d’un manuel pour l’administration des sacrements paru à Tolède en 158417.

  • 18 P. LÓPEZ DE MONTOYA, De concordia sacrarum…, Dedicatoria al Papa Clemente VII.

9Ces perspectives sont peut-être éclairantes face au problème de la date de parution du Libro de la buena educación. L’année 1595 est nettement postérieure aux dates qui sont mentionnées dans la partie du péritexte indiquant les procédures de contrôle du livre : la censura est datée du 18 décembre 1587 et le privilège royal fut signé le 18 février 1588. Sept années séparent donc l’autorisation de l’ouvrage de sa publication effective, ce qui est inhabituel. López de Montoya a-t-il attendu que le prince héritier Philippe ait atteint l’âge de seize ou dix-sept ans, c’est-à-dire l’âge auquel le roi Philippe II lui-même s’était marié la première fois (avec Marie-Manuelle de Portugal) ? A-t-il attendu que le prince Philippe ait atteint l’âge requis pour avoir des enfants et se poser la question du choix de celui qui aurait la charge de les éduquer, auquel cas le nom de l’auteur de l’un des traités pédagogiques les plus récemment publiés aurait pu être avancé (Philippe III n’épousera en fait Marguerite d’Autriche-Styrie qu’en 1599, et leur première fille naîtra en 1601) ? Ces questions devraient rester sans réponse ferme, d’autant que d’autres hypothèses pourraient être avancées pour expliquer la parution tardive du traité en 1595 seulement, comme nous le verrons. Il semble que López de Montoya ne fut jamais chargé de la moindre mission d’enseignement à la cour par la suite. Néanmoins, en 1596, l’année qui suivit la parution du Libro de la buena educación, sa trajectoire professionnelle bénéficia d’une ascension puisque fut créée pour lui, par l’intermédiaire de Mateo Vázquez, secrétaire de Philippe II, la charge de censeur général des livres, qu’il exerça durant quelques années avant sa mort vers 1602 ou 160318. Une telle chronologie, qui indique une belle évolution de la carrière de l’auteur peu après la parution de son livre, suggère que cette publication n’a pu que confirmer à la fois les bonnes mœurs, l’orthodoxie catholique et l’érudition de ce professionnel de l’écrit et ainsi nourrir sa bonne réputation auprès des puissants du royaume.

López de Montoya et les débats relatifs à la définition de la noblesse et de sa transmission

  • 19 Sur les théorisations de la noblesse et leurs variations, voir notamment : Raphaël CARRASCO et Béat (...)

10Si le Libro de la buena educación représentait une contribution à la réflexion publique concernant l’éducation des élites, ainsi qu’une action de façonnement de la réputation de l’auteur, cet écrit et sa publication formaient également une action politique qui s’inscrivait parmi les débats sur l’ordre social et la définition de la noblesse. Ces controverses animaient de nombreux savants et littérateurs espagnols depuis plusieurs siècles au moins19.

  • 20 Ferrán MEXÍA, Nobiliario vero, Sevilla : Pedro Brun y Juan Gentil, 1492 ; Juan ARCE DE OTÁLORA, Sum (...)
  • 21 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 62-63.

11López de Montoya y prend part en défendant une conception plutôt ouverte de la noblesse, c’est-à-dire qu’il relativise le critère de la parenté, de la naissance, du nom, le critère de l’ancienneté des lignages pourtant mis en avant par d’autres théoriciens de la noblesse tels que Ferrán Mexía ou Juan Arce de Otálora20. Cette relativisation du critère de l’ancienneté, que bon nombre de ses contemporains désignent par le lexique du sang, profite sous la plume du théologien à une conception ouverte ou semi-ouverte selon laquelle l’éducation jouerait un rôle décisif dans l’accès à la vertu et à la noblesse. López de Montoya défend une définition essentiellement morale de la noblesse, assimilable à la vertu, une vertu elle-même envisagée selon des principes chrétiens. On le comprend rapidement au fil de la lecture. Dans un court passage du traité, apparemment anodin, il affirme que mentir ferait perdre la noblesse, ce qui est en fait très révélateur d’une telle conception21. En vérité, sur le plan juridique au moins, les statuts nobles et les privilèges qui leur étaient associés ne pouvaient évidemment pas être perdus au motif d’un mensonge. Cette définition en partie morale de la noblesse n’est cependant pas sans implications sociales. Dès le début du traité, le théologien présente l’éducation comme un moyen de conserver sa noblesse pour ceux qui étaient nés de parents nobles, ou de l’obtenir pour ceux qui étaient nés sans noblesse :

  • 22 Ibid., fol. 3 : « el mas cierto camino que los padres pueden tomar para hazer nobles à sus hijos es (...)

Le chemin le plus sûr que les parents puissent emprunter pour rendre nobles leurs enfants, est de bien les éduquer. Il semble que cette théorie soit utile à tous, car elle peut permettre à ceux qui tiennent la noblesse de leurs aïeux de la conserver, et à ceux qui sont [nés] sans noblesse de l’acquérir, en embrassant et en suivant la vertu dès l’enfance22.

  • 23 Ibid., fol. 10 : « remediar la falta de su nacimiento ».

12Quelques pages plus loin, il confirme cette idée selon laquelle un enfant roturier peut, avec l’aide de Dieu et grâce à une bonne éducation, briller par sa vertu et ainsi « remédier au défaut de sa naissance »23. Elle est encore exprimée au travers du récit du célèbre mythe des deux chiens de Lycurgue :

  • 24 Ibid., fol. 44 : « Esto mostrò Licurgo en dos lebreles, el uno muy castizo, pero mal enseñado, à ca (...)

Lycurgue montre cela au travers de deux lévriers, l’un très racé mais mal éduqué, et l’autre de mauvaise race mais éduqué pour la chasse, en les lâchant simultanément. Le chien de race courut vers la gamelle et le chien bien éduqué courut à la chasse, Lycurgue ayant mis les chiens devant l’alternative pour faire l’expérience, au travers de laquelle on voit à quel point il est plus important d’être bien éduqué que d’être bien né24.

13L’altération du récit de Plutarque mérite d’être soulignée. Dans le récit de Plutarque, les deux chiens sont frères, alors que dans le traité de López de Montoya, l’un des lévriers est d’origine très pure (muy castizo) tandis que l’autre est de mauvaise race (de ruin casta). Le poids de l’éducation apparaît donc d’autant plus fort qu’il renverse la hiérarchie des races entre les deux chiens au profit de l’animal de mauvaise race mais bien dressé.

14L’auteur évalue et confronte par ailleurs deux des principaux critères de noblesse que sont les armes et les lettres. Sans dévaloriser la noblesse des armes, il exprime son point de vue selon lequel les lettres priment :

  • 25 Ibid., fol. 119 : « me parece que el primero y mas principal exercicio de los nobles es el de las l (...)

Je pense que la première et la principale activité des nobles est la pratique des lettres, sans oublier les armes, car avec les deux ils doivent servir leur République et leur Roi. Le chevalier qui les sous-estime et qui ne s’y exerce pas n’accomplira sa profession25.

  • 26 Ibid., fol. 120.

15Il ajoute que le savoir permet aux nobles âgés de demeurer utiles à l’État. Il affirme également que les lettres et les sciences sont utiles au combat. Il se réfère à saint Basile, qui n’attribue pas les conquêtes de Rome à la force de son armée, mais au savoir et à la prudence de son gouvernement. Les Romains ont dominé à force de patience et de conseil, dit-il26.

  • 27 ALONSO EL NONO, Las siete partidas, Salamanca : Andrea de Portonaris, 1555, Vol. I, Partida II, tít (...)
  • 28 Juan Benito GUARDIOLA, Tratado de nobleza, Madrid : por la viuda de Alonso Gómez, 1591, fol. 22v°-2 (...)

16López de Montoya répond ainsi aux critiques formulées par les tenants de la noblesse d’épée, selon lesquels les letrados ou les robins ne seraient pas véritablement nobles (la querelle n’est d’ailleurs pas propre à l’Espagne). Un lien entre les lettres et l’honneur est néanmoins suggéré depuis des siècles dans les Siete partidas27. Il est également exprimé par des théoriciens tels que le moine bénédictin, Juan Benito Guardiola. Auteur du Tratado de nobleza, Guardiola y affirme que les lettres et les sciences, mieux encore que le sang, anoblissent, car elles honorent intérieurement et extérieurement28.

17Sur le plan statutaire ainsi que parmi les pratiques sociales et institutionnelles, la noblesse des letrados, des savants et des lettrés doit en fait surtout être comprise dans un sens large, qui tienne compte de la plasticité du concept de noblesse à l’époque. La noblesse ne désigne pas toujours une catégorie sociale, reconnue par un statut, par les institutions de l’État, par des privilèges spécifiques. Elle revêt aussi dans bien des cas une signification strictement honorifique et morale, à laquelle toutefois les acteurs sociaux accordaient une grande importance. Or cette noblesse-là, d’après le traité de López de Montoya, peut concerner les clercs, en particulier ceux d’entre eux qui exerçaient la fonction de maître, ceux qui enseignaient.

  • 29 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 49 : « el oficio principal del maestro, es ennoblecer (...)

18Le positionnement de López de Montoya dans la réflexion sur le poids respectif du critère de la naissance et de celui de l’éducation se répercute en effet sur la figure de celui qui dispense cet enseignement. Le bon maître, en transmettant son savoir et sa vertu, dispense en fait la noblesse. Le douzième chapitre est dédié au choix du bon maître. Or ce maître qui disposerait d’une noblesse à transmettre, selon l’auteur, est un homme d’Église. Il apparaît donc à la lecture du traité que le clerc qui enseigne serait lui-même porteur d’une noblesse. López de Montoya affirme que le maître a pour mission « d’ennoblir et de grandir l’âme de l’élève » 29.

  • 30 Ibid., fol. 44 : « lo que nace de la carne no se puede ser mas que carne, y lo que nace del espirit (...)
  • 31 Ibid., fol. 45 : « Plutarco dize, que Alexandro Magno para les hazañas que hizo, mucho mas recibio (...)
  • 32 Ibid., fol. 44 : « segunda generacion ».

19Dans le cheminement vers la vertu, l’auteur présente même le rôle du maître comme étant plus important que celui des parents. Reprenant les paroles du Christ adressées à Nicomède (évangile de Jean, 3 :6), il affirme : « Ce qui naît de la chair est chair, ce qui naît de l’esprit est esprit »30. Il développe en particulier l’exemple d’Alexandre le Grand, en citant Plutarque selon qui les hauts faits du Macédonien seraient davantage la marque de l’enseignement d’Aristote que ce qu’il avait reçu de son père31. Il mentionne également le cas de Néron qui avait reçu l’enseignement de Sénèque, si bien qu’au début de son règne, écrit-il, il était un bon empereur, jusqu’à ce qu’il abandonne son maître et tout ce qu’il lui avait enseigné. López de Montoya reprend les paroles d’Agésilas (connues par l’intermédiaire de Plutarque, et peut-être aussi de Xénophon) et présente ainsi l’éducation dispensée par le maître comme une « seconde naissance »32 :

  • 33 Loc. cit. : « es de mas importancia ser dicipulo de buen maestro, que hijo de buenos padres, tanto (...)

Il est plus important d’être l’élève d’un bon maître que l’enfant de bons parents, tant [il est vrai qu’] est plus importante l’âme, qui se transmet et naît d’une nouvelle manière avec la doctrine du maître, que le corps qui est engendré par la génération naturelle des parents33.

20Le schéma traditionnel de la tripartition, entre clergé, noblesse et tiers état, s’il fournissait incontestablement un cadre à partir duquel les acteurs pouvaient encore (se) représenter l’ordre social à la fin du seizième siècle, n’était toutefois pas aussi rigide dans les pratiques sociales ni dans les controverses menées par écrit. Comme le souligne Fanny Cosandey au sujet de la France, mais cela est tout aussi vrai de l’autre côté des Pyrénées :

  • 34 Fanny COSANDEY (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris : Édition (...)

[L]a société d’Ancien Régime n’est pas d’une parfaite lisibilité, pas même pour ses acteurs […]. Les ordres peuvent se chevaucher, s’interpénétrer, car ils sont traversés par des tensions et par d’autres logiques classificatoires qui en perturbent parfois les frontières34.

  • 35 Andreæ TIRAQUELLI, Comentarii de Nobilitate et jure primigeniorum, Lugduni : apud G. Rouillium, 158 (...)
  • 36 Claude FAUCHET, Origine des dignitez et magistrats de France sous l’Ancien Régime, Paris : Jeremie (...)
  • 37 Florentin de THIERRIAT, Trois traictez, scavoir, 1. de la noblesse de race, 2. de la noblesse civil (...)
  • 38 René GASTIER, L’Excellence du mot clerc : noblesse et antiquité des clercs, Paris : Nicolas Bessin, (...)

21En Europe, d’autres littérateurs et parmi eux des juristes, depuis Bartole au moins, questionnaient l’appartenance de certains clercs à la noblesse. Tiraqueau affirme qu’un homme de qualité perd sa noblesse lorsqu’il prononce des vœux35. En 1600, Claude Fauchet fait figurer les « Chapellains, Archi-chappelains, maistres de l’Oratoire » et autres « Clercs » parmi les « dignitez et magistrats de France »36, tandis qu’en 1606 le Lorrain Florentin de Thierriat affirme que les nobles qui ont prononcé des vœux perdent leurs honneurs et leurs privilèges mais demeurent nobles d’origine37. En 1631 parut même à Paris le discours de René Gastier qui vante dès son titre « la noblesse » et « l’antiquité » des clercs38.

22Fidèle à sa conception essentiellement morale de la noblesse, López de Montoya revendique à plusieurs reprises la noblesse des clercs. Au début du chapitre 12, il affirme que le principal critère pour choisir un bon maître est sa noblesse (« la nobleza del maestro »). Or nous avons vu que, selon l’auteur, le maître est à choisir parmi les hommes d’Église. Il affirme également que la théologie constitue la science la plus grande et la plus digne des nobles :

  • 39 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 84 : « los estudios de la santa Teologia, es la cienc (...)

L’étude de la sainte théologie […] est la science la plus grande, et la plus digne des nobles. Je sais bien que beaucoup me diront que cette matière ne concerne que ceux qui se destinent à être évêque ou prédicateur de l’Évangile, et il est effectivement vrai qu’ils sont ceux à qui cette science convient le mieux. Cependant, elle ne cesse pas d’être hautement digne d’être étudiée par ceux qui, par leur noblesse d’âme et d’esprit se doivent de primer sur les autres, car aucune science ni aucun savoir ne peut rendre illustre ni ennoblir l’esprit mieux que la connaissance de Dieu39.

  • 40 Ibid., fol. 44 : « San Gregorio en el Pastoral, dize que es arte de artes el govierno de la almas, (...)

23Il écrit par ailleurs, en citant saint Grégoire, que « l’art des arts est le gouvernement des âmes car aucun autre ne requiert autant d’adresse et de savoir » 40.

  • 41 Bernabé MORENO DE VARGAS, Discursos de la nobleza de España, Madrid : viuda de Alonso Martín, 1622.

24Si la définition de la noblesse, essentiellement morale et assimilable à la vertu qu’exprime López de Montoya se heurte aux tenants de la noblesse ancienne, de la noblesse du sang, elle a également fait l’objet de critiques de la part de théoriciens de la « noblesse politique » attachés au pouvoir exclusif du roi de dispenser les honneurs nobiliaires et parmi eux de juristes tels que Tiraqueau, dont les écrits étaient connus en Espagne, ou plus tard Moreno de Vargas. Ces juristes ont certes eux aussi défendu une conception ouverte de la noblesse, mais qui impliquait néanmoins nécessairement un statut reconnu politiquement par le prince41.

López de Montoya et la propagande espagnole sur la question de la succession au trône de France

25Le contexte offert par les années 1580 ainsi que par l’année 1595 conférait enfin au traité une signification qui, pour les lecteurs qui vivaient cette période critique des relations internationales en Europe de l’ouest, dépassait à la fois le cadre espagnol ainsi que les seuls enjeux pédagogiques et sociaux.

  • 42 Sur ces éléments de contexte, voir notamment Nicolas LE ROUX, Un régicide au nom de Dieu. L’assassi (...)

26De l’autre côté des Pyrénées, en effet, la mort du duc d’Anjou en 1584 avait ouvert le problème de la succession d’Henri III. Dans le contexte français des guerres de Religion, rappelons que la Ligue, alors menée par Henri de Guise, refusait l’application des lois de succession traditionnelles qui faisaient du Bourbon Henri de Navarre (futur Henri IV), chef protestant, l’héritier du dernier Valois : selon les ligueurs, la catholicité de l’héritier primait sur la loi salique, c’est pourquoi ils désignèrent un autre successeur en la personne du cardinal Charles de Bourbon, prince du sang. En décembre 1584, Philippe II avait signé avec les Guise le traité de Joinville, qui apportait le soutien de l’Espagne à la Ligue42. Or le traité de López de Montoya, rédigé à ce moment-là, bien que de manière implicite mais certainement évidente pour l’auteur et ses lecteurs dans les années 1587-1588 (années du contrôle du livre) et 1595 (année de publication), correspond en bien des aspects à la position de la Ligue et du roi d’Espagne. L’éducation nobiliaire, outil de transmission, renvoie dans ce contexte au thème de la succession monarchique.

  • 43 L’empereur s’était efforcé de rétablir le polythéisme.
  • 44 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 6.

27Si dans le péritexte du traité l’épître dédicatoire à Philippe II constitue en soi une démarche trop répandue pour être significative, elle contient toutefois une condamnation de l’hérésie, que l’auteur illustre avec les exemples de Julien l’Apostat43 et de l’Angleterre moderne, c’est-à-dire des cas certainement trop lointains pour ne pas suggérer la clef de lecture renvoyant à une actualité en tous points plus proche, à savoir celle du conflit avec la France44. En outre, dès cette dédicace, López de Montoya exprime à la fois la thèse selon laquelle les péchés des parents sont transmis à leurs enfants et la condamnation des pères qui n’assurent pas l’éducation de leur progéniture. Autant de critiques que les ligueurs et leurs soutiens espagnols pouvaient adresser à Henri de Navarre en tant que fils d’Antoine de Bourbon, qui avait un temps été protestant, et de la fervente huguenote Jeanne d’Albret, qui avait pris en charge son éducation. Dans la suite du traité, l’ensemble des développements consacrés à la transmission de la noblesse qui relativisent le poids du sang, de l’ancienneté, des aïeux, au profit de l’éducation et d’une éducation en tous points conforme à la foi catholique, nourrissent la contestation de la loi salique, contestation que Philippe II avait ralliée, au profit du critère de la catholicité du candidat au trône de France. Cette catholicité est présentée par López de Montoya comme le fruit d’une éducation conforme au dogme romain.

28Cette grille de lecture est d’ailleurs suggérée dans le traité en cela que, malgré son titre, il s’adresse aussi bien aux simples nobles qu’aux princes, ce qu’indiquent la récurrence du mot « príncipe » et les nombreux exempla impliquant des figures royales. De plus, bien que cette dimension soit plus hypothétique, si le cardinal de Bourbon était mort depuis cinq ans au moment de la publication du traité en 1595, il était encore bien vivant au moment de sa rédaction ; au détriment d’Henri de Navarre, il était aussi le successeur désigné d’Henri III par la Ligue et le roi d’Espagne et devait porter le nom de Charles X. L’attribution théorique d’une noblesse aux hommes d’Église par López de Montoya pouvait donc soutenir la capacité du cardinal à hériter du trône de saint Louis.

  • 45 Pedro de RIBADENEYRA, Tratado de la religión y virtudes que debe tener el príncipe cristiano para g (...)
  • 46 José María IÑURRITEGUI RODRIGUEZ, La Gracia y la República. El lenguaje político de la teología cat (...)
  • 47 Marc FUMAROLI, « 1684. Introduction à L’Homme de cour », in : Baltasar GRACIAN [Nicolas AMELOT DE L (...)

29Cette contribution du Libro de la buena educación à la propagande espagnole contre Henri IV s’inscrit dans un moment caractérisé par bien d’autres publications relatives à la définition du prince et des règles de succession au trône, parmi lesquelles les suivantes au moins peuvent être mentionnées : des presses de la veuve Madrigal, les mêmes que celles qui ont produit le traité de López de Montoya, et durant la même année 1595, est issu le Príncipe cristiano du père Ribadeneyra ; en 1597 parurent les Excelencias de la Monarchía y Reyno de España du juriste Gregorio López Madera ; deux ans plus tard, c’est le De Rege et Regis Institutione du jésuite Juan de Mariana qui fut publié à Tolède45. Or ces deux derniers ouvrages contiennent d’importants développements concernant les lois de succession au trône, en soulignant le facteur primordial de la catholicité. Comme l’a montré José María Iñurritegui Rodríguez (dans un livre qui ne mentionne toutefois jamais López de Montoya ni son traité), au moment de l’écriture et de la parution de ces livres espagnols, la question de la succession de Philippe II était réglée et leur insistance sur le critère religieux indique qu’ils nourrissaient surtout le débat relatif à la succession au trône de France, dans un contexte de tension diplomatique puis, à partir de 1595, de guerre46. La diffusion de miroirs au prince et de traités de cour, de conduite et d’éducation à des fins de propagande contre l’ennemi en contexte de guerre était d’ailleurs une pratique fréquente à l’époque moderne, en particulier dans le cadre des conflits franco-espagnols47.

  • 48 Jaime MOLL, « Problemas bibliográficos del libro del siglo de Oro », Boletín de la Real Academia es (...)
  • 49 J. M. IÑURRITEGUI RODRIGUEZ, op. cit., p. 199.

30La fabrication d’un livre appelant des financements qu’il n’était pas toujours aisé de rassembler48, il est possible que le Libro de la buena educación soit demeuré bloqué dans son état manuscrit après l’obtention des licences et du privilège en 1587 et 1588, avant de bénéficier pour sa publication des dépenses de propagande royale inhérentes à la guerre en 1595, année caractérisée par le début du conflit franco-espagnol. Les traités de Mariana et de López de Madera sont d’ailleurs eux aussi demeurés plusieurs années à l’état de manuscrit avant d’être publiés par l’imprimé après le début de la guerre contre la France49. Quant au caractère implicite de cette participation du traité de López de Montoya à la propagande espagnole, elle permit au livre de conserver son actualité (sur les aspects éducatifs et sociaux) dans le cas où le conflit prendrait fin (la paix de Vervins fut signée en 1598).

  • 50 On le trouvait par exemple chez le célèbre protecteur des lettres Vicencio Juan de Lastanosa à Hues (...)

31Sur ce point encore, si les intentions précises de López de Montoya et des agents impliqués dans la fabrication et la diffusion de son livre demeurent difficiles à déterminer avec certitude, il est incontestable que bien des éléments contenus dans le Libro de la buena educación agissaient de fait dans le débat écrit relatif à la définition du prince et des règles de succession au trône, débat auquel l’actualité diplomatique et militaire franco-espagnole offrait un vif écho entre 1584 et 1598. La circulation de l’ouvrage, dont l’ampleur reste à mesurer, mais qui s’opéra de manière certaine de part et d’autre des Pyrénées, tend à confirmer la dimension internationale des enjeux politiques dans lesquels il s’impliquait50.

Conclusion

32S’il est vrai que le Libro de la buena educación de Pedro López de Montoya est un traité d’éducation qui, au travers de son texte, présente en apparence bien peu d’originalité, les actions induites par sa rédaction dans les années 1580 et sa publication imprimée en 1595 sont toutefois fortes et plutôt singulières : la construction de la réputation de l’auteur, la participation aux débats relatifs à la définition de la noblesse et à celle de la noblesse des hommes d’Église en particulier, ou encore, dans un contexte de guerre, le soutien implicite offert à la propagande espagnole contre le droit d’Henri IV de succéder au trône de France en raison de son éducation protestante, fournissent une indication de l’amplitude des enjeux sociaux et politiques de l’éducation et de sa théorisation.

Haut de page

Notes

1 Emilio HERNÁNDEZ, « El doctor Pedro López de Montoya : sus ideas pedagógicas », Revista española de pedagogía, 9/10 (3), 1945, p. 51-83 ; Id., Las ideas pedagógicas del doctor Pedro López de Montoya, Madrid : Consejo Superior de investigaciones cientificas, 1947 ; Jean-Michel LASPÉRAS, « Manuales de educación en el Siglo de Oro », Bulletin hispanique, dossier « La culture des élites espagnoles à l’époque moderne », 97 (1), 1995, p. 173-185 ; id., « Antonio López de Vega et l’éducation : le temps des ruptures », in : Jean-Louis GUEREÑA (dir.), Famille et éducation en Espagne et en Amérique latine, Tours : Presses universitaires François Rabelais, 2002, p. 467-480.

2 Concernant ce positionnement méthodologique, voir GRIHL, Écriture et Action. XVIIe-XIXe siècle. Une enquête collective, Paris : Éditions de l’EHESS, 2016 ; Christian JOUHAUD, Dinah RIBARD et Nicolas SCHAPIRA, Histoire, littérature, témoignage : écrire les malheurs du temps, Paris : Gallimard, 2009 ; sur l’opération de publication par l’imprimé, voir GRIHL, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris : Fayard, 2002.

3 GRIHL, Écriture et Action…, p. 10-12 ; au sujet de la lecture, de ses effets et de la difficulté pour l’historien de les documenter, voir également Roger CHARTIER, L’Ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècle, Aix-en-Provence : Alinea, 1992, p. 13.

4 Le couple de libraires était peut-être entré en contact avec López de Montoya à Salamanque puisque c’est dans cette ville que Pedro de Madrigal exerçait dans un premier temps entre 1580 et 1584 avant de s’établir à Madrid.

5 Juan DELGADO CASADO, Diccionario de impresores españoles, Madrid : Arco-Libros, 1996, tome 1, p. 410-413.

6 C’est le cas, par exemple, des exemplaires conservés à la Bibliothèque Inguimbertine, à Carpentras (cote E 590) et à la bibliothèque universitaire de Salamanque (BG/22265). Celui de la Biblioteca Nacional de España, en revanche, ne porte pas cette mention (R/8290).

7 Fermín de los REYES GÓMEZ, El libro en España y América. Legislación y Censura (siglos XV-XVIII), Madrid : Arco-Libros, 2000 ; Fernando BOUZA, « Dásele licencia y privilegio ». Don Quijote y la aprobación de libros en el Siglo de Oro, Madrid : Akal, 2012.

8 F. de los REYES GÓMEZ, op. cit., p. 41-42.

9 Pedro LÓPEZ DE MONTOYA, De recto usu diuitarium, Madriti : excudebat Guillemus Drouy, 1580 ; id., Los quatro libros del Mysterio de la Missa con unas annotaciones sobre el Sagrado Canon, Madrid : casa de Guillermo Druy, 1591. Il publiera un quatrième traité dès 1596 : id., De concordia sacrarum, Madriti : Ludovicum Sanchez, sumptibus Francisci de Tapia, 1596.

10 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles : en que se dan muy importantes avisos à los padres para criar y enseñar bien sus hijos, Madrid : por la viuda de P. Madrigal, 1595.

11 Ibid., « Censura » : « Este libro es de sana doctrina, y de mucha erudición ». Sur ce dispositif valorisant le nom de l’auteur, voir Nicolas SCHAPIRA, « Postface. Les privilèges et l’espace de la publication imprimée sous l’Ancien Régime », in : Edwige KELLER-RAHBÉ (dir.), Privilèges de librairie en France et en Europe. XVIe-XVIIe siècles, Paris : Classiques Garnier, 2017, p. 475-485.

12 E. HERNÁNDEZ, Las ideas pedagogicas…, p. 28.

13 Juan Luis VIVES, Libro llamado instruccion de la mujer christiana, Valencia : Jorge Costilla, 1528 ; Antonio de NEBRIJA, La educación de los hijos, Valencia : Universidad, 1981 (1509).

14 Alain VIALA, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris : Éditions de Minuit, 1985 ; Ch. JOUHAUD, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris : Gallimard, 2000.

15 Sur les péritextes, voir Anne CAYUELA, Le Paratexte au siècle d’or. Prose romanesque, livres et lecteurs en Espagne au XVIIe siècle, Genève : Droz, 1996.

16 ÉRASME, Institutio principis christiani, Basileæ : Joanne[s] Frobenius, 1516.

17 Ángel Fernández COLLADO, « García de Loaysa y Girón », in : Real Academia de la Historia, Diccionario biográfico español, [http://dbe.rah.es/biografias/18465/garcia-de-loaysa-y-giron]. Il n’a toutefois pas écrit sur l’éducation.

18 P. LÓPEZ DE MONTOYA, De concordia sacrarum…, Dedicatoria al Papa Clemente VII.

19 Sur les théorisations de la noblesse et leurs variations, voir notamment : Raphaël CARRASCO et Béatrice PÉREZ, « Les pouvoirs de la noblesse : déinitions, moyens et clientèles », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 30 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.32580 ; Jésus M. USUNARÍZ, « Los fundamentos de la nobleza y las ofensas, infamias e injurias contra el linaje en los siglos XVI y XVII », in : David GARCÍA HERNÁN, Miguel F. GÓMEZ VOZMEDIANO (dir.), La Cultura de la sangre en el siglo de oro. Entre literatura e historia, Madrid : Silex, 2016, p. 65-93 ; Béatrice PÉREZ, « Une noblesse en débat au XVsiècle : sang, honneur, vertu », in : Raphaël CARRASCO, Annie MOLINIÉ et Béatrice PÉREZ (dir.), La Pureté de sang en Espagne. Du lignage à la « race », Paris : Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2011, p. 95-112 ; José Antonio GUILLÉN BERRENDERO, La idea de nobleza en Castilla durante el reinado de Felipe II, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2007 ; Adeline RUCQUOI, « Étre noble en Espagne aux XIVe-XVIe siècles », in : Otto Gerhard OEXLE, Werner PARAVICINI (dir.), Nobilitas. Funktion und Repräsentation des Adels in Alteuropa, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1997, p. 273-298 ; Voir également : Faustino MENÉNDEZ PIDAL, La nobleza en España : ideas, estructuras, historia, Madrid : Real Academia de la Historia, 2015 ; Michael J. CRAWFORD, The Fight for Status and Privilege in Late Medieval and Early Modern Castile, 1465-1598, Pennsylvania : The Pennsylvania State University Press, 2014 ; Enrique SORIA MESA, La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons, 2007 ; José Antonio MARAVALL, Poder, honor y elites en el siglo XVII, Madrid : Siglo XXI, 1979; je me permets enfin de signaler mes propres recherches, qui incluent la décennie 1590 : Camille POLLET, Définir la noblesse. Écriture et publication des traités nobiliaires en Angleterre, en France et en Espagne au XVIIe siècle, à paraître.

20 Ferrán MEXÍA, Nobiliario vero, Sevilla : Pedro Brun y Juan Gentil, 1492 ; Juan ARCE DE OTÁLORA, Summa nobilitatis hispanicae, Salamanticae : A. Portonariis, 1559.

21 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 62-63.

22 Ibid., fol. 3 : « el mas cierto camino que los padres pueden tomar para hazer nobles à sus hijos es, enseñarlos bien: y asi parece que esta doctrina es comunmente util para todos, pues ha de servir, para que los que tienen nobleza de sus mayores, la conserven, y lleven adelante ; y los que no la tienen, la adquieran, con abraçar, y seguir, desde niños la virtud ».

23 Ibid., fol. 10 : « remediar la falta de su nacimiento ».

24 Ibid., fol. 44 : « Esto mostrò Licurgo en dos lebreles, el uno muy castizo, pero mal enseñado, à cazar, que soltandolos juntamente; el castizo corrio luego à la olla: y el bien enseñado, corrio à la caza, que entrambas cosas les puso delante para hazer la esperiancia, en que se viesse quanto mas importancia el ser bien enseñado que bien nacido ».

25 Ibid., fol. 119 : « me parece que el primero y mas principal exercicio de los nobles es el de las letras, no olvidando las armas, pues con ambas cosas han de servir a su Republica, y a su Rey: y el cavallero que las menospreciasse y no se exercitasse en ellas, no cumplira con su profession ».

26 Ibid., fol. 120.

27 ALONSO EL NONO, Las siete partidas, Salamanca : Andrea de Portonaris, 1555, Vol. I, Partida II, título XXI, ley II fol. 75r°; Partida II, título XXI, ley II, título XXXI, ley VIII, fol. 115v°.

28 Juan Benito GUARDIOLA, Tratado de nobleza, Madrid : por la viuda de Alonso Gómez, 1591, fol. 22v°-25r°.

29 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 49 : « el oficio principal del maestro, es ennoblecer y hazer grande el animo del dicipulo ».

30 Ibid., fol. 44 : « lo que nace de la carne no se puede ser mas que carne, y lo que nace del espiritu, es espiritu ».

31 Ibid., fol. 45 : « Plutarco dize, que Alexandro Magno para les hazañas que hizo, mucho mas recibio de Aristoteles, que de Philippo Macedonio su padre ».

32 Ibid., fol. 44 : « segunda generacion ».

33 Loc. cit. : « es de mas importancia ser dicipulo de buen maestro, que hijo de buenos padres, tanto mas quanto es mas excelente el alma que se informa y nace en nuevo modo con la dotrina del maestro, que el cuerpo que se engendra por la natural generacion de los padres ».

34 Fanny COSANDEY (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris : Éditions de l’EHESS, 2005, p. 284.

35 Andreæ TIRAQUELLI, Comentarii de Nobilitate et jure primigeniorum, Lugduni : apud G. Rouillium, 1584, p. 149-150.

36 Claude FAUCHET, Origine des dignitez et magistrats de France sous l’Ancien Régime, Paris : Jeremie Perier, 1600, fol. 17v°-23r°.

37 Florentin de THIERRIAT, Trois traictez, scavoir, 1. de la noblesse de race, 2. de la noblesse civille, 3. des immunitez des ignobles, Paris : Lucas Bruneau, 1606, p. 78-79.

38 René GASTIER, L’Excellence du mot clerc : noblesse et antiquité des clercs, Paris : Nicolas Bessin, 1631.

39 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 84 : « los estudios de la santa Teologia, es la ciencia mas alta, y la mas digna de gente noble. Bien sè que me diran muchos, que esse estudio es solo para los que huvieren de ser Obispos y Predicadores del Evangelio, y es assi verdad, que essos tales son a quien mas conuiene essa ciencia: per no por esso dexa de ser dignissima de ser estudiada de los que en nobleza de animo, y de entendimiento han de hazer ventaja à los otros, pues ninguna ciencia ni conocimiento puede ilustrar y ennoblecer el entendimiento tanto como la que la noticia de Dios ».

40 Ibid., fol. 44 : « San Gregorio en el Pastoral, dize que es arte de artes el govierno de la almas, porque para ninguna cosa se requiere tanta destreza y saber ».

41 Bernabé MORENO DE VARGAS, Discursos de la nobleza de España, Madrid : viuda de Alonso Martín, 1622.

42 Sur ces éléments de contexte, voir notamment Nicolas LE ROUX, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589), Paris : Gallimard, 2017 (2006), p. 124-152 ; Id., Portraits d’un royaume. Henri III, la noblesse et la Ligue, Paris : Passés composés, 2020 ; Alain TALLON, L’Europe au XVIe siècle, Paris : PUF, 2010, p. 53-85.

43 L’empereur s’était efforcé de rétablir le polythéisme.

44 P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, fol. 6.

45 Pedro de RIBADENEYRA, Tratado de la religión y virtudes que debe tener el príncipe cristiano para gobernar y conservar sus estados, Madrid : P. Madrigal, a costa de Juan de Montoya, 1595 ; Gregorio LÓPEZ MADERA, Excelencias de la monarchía y reyno de España, Madrid : Diego Fernández de Córdova, 1597 ; Juan de MARIANA, De Rege et Regis Institutione, Toledo : Pedro Rodríguez, 1599.

46 José María IÑURRITEGUI RODRIGUEZ, La Gracia y la República. El lenguaje político de la teología católica y el Príncipe cristiano de Pedro de Ribadeneyra, Madrid : UNED, 1998, p. 199-269. Ces publications participaient aussi de l’antimachiavélisme jésuite. Voir sur ce point Alexandra MERLE, « Un aspect de l’antimachiavélisme des jésuites : le Prince chrétien de Pedro de Ribadeneyra entre simulation et dissimulation », in : Annie MOLINIÉ, Alexandra MERLE, Araceli GUILLAUME-ALONSO (dir.), Les Jésuites en Espagne et en Amérique : jeux et enjeux du pouvoir. XVIe-XVIIIe siècles, Paris : PUPS, 2007, p. 111-140.

47 Marc FUMAROLI, « 1684. Introduction à L’Homme de cour », in : Baltasar GRACIAN [Nicolas AMELOT DE LA HOUSSAYE], L’Homme de Cour, éd. Sylvia Roubaud, Paris : Gallimard, 2010, p. 7-246, p. 104-150.

48 Jaime MOLL, « Problemas bibliográficos del libro del siglo de Oro », Boletín de la Real Academia española, 59, 1979, p. 49-107 ; A. CAYUELA, op. cit., p. 59-67.

49 J. M. IÑURRITEGUI RODRIGUEZ, op. cit., p. 199.

50 On le trouvait par exemple chez le célèbre protecteur des lettres Vicencio Juan de Lastanosa à Huesca, ainsi que chez l’imprimeur avignonnais Antoine du Périer. Karl-Ludwig SELIG, The library of Vincencio Juan de Lastanosa Patron of Gracian, Genève : Droz, 1960, cité par ISBO : Inventarios y Bibliotecas del Siglo de Oro, [https://www.bidiso.es/IBSO/ListarEntradas.do?id=bidela0000] ; P. LÓPEZ DE MONTOYA, Libro de la buena…, exemplaire de la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (cote E 590), page de titre, ex-libris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Pollet, « Éducation, transmission de la noblesse et succession dynastique : les actions d’écriture de Pedro López de Montoya (années 1580-1595) »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46169

Haut de page

Auteur

Camille Pollet

Université de Nantes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search