Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Première partie : Théories, prati...Exemples et représentations : édu...Enfance et éducation des infants ...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Première partie : Théories, pratiques et représentations de l’éducation dans la sphère politique
Exemples et représentations : éducation et identité politique

Enfance et éducation des infants Charles et Ferdinand de Habsbourg, fils puînés de Philippe III (1607-1621)

Marion Duchesne

Résumés

Doit-on éduquer les fils cadets de roi de la même manière que le prince, leur aîné ? C’est la question que nous posons dans cet article qui porte sur l’éducation des fils puînés de Philippe III, les infants Charles et Ferdinand de Habsbourg, que deux et quatre années respectivement séparent de leur frère aîné, le futur Philippe IV. La mise en évidence de la quotidienneté des rapports qu’entretiennent les membres de la famille royale nous permet de souligner l’importance de l’affect, dont l’impact – si difficile à analyser – est indéniable sur le fait politique. À égalité dans le cœur du roi, Philippe, Charles et Ferdinand reçoivent une éducation théorique relativement similaire. Ce n’est qu’avec la consommation du mariage du prince en novembre 1620 que s’amorce une véritable verticalisation des rapports entre les frères.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Armand BASCHET, Le Roi chez la Reine ou Histoire secrète du mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autri (...)
  • 2 Jean HEROARD, Journal de Jean Héroard, préface de Pierre Chaunu, publié sous la direction de Madele (...)
  • 3 Dans Biblioteca Nacional de España, dorénavant BNE, Ms. 687 et Ms. 915 se trouvent quelques lettres (...)

1Nous possédons peu de sources premières relatives à l’enfance et à l’éducation des enfants de Philippe III en comparaison de la masse documentaire qui caractérise celles d’autres générations princières espagnoles1 ou encore celles de Louis XIII et de ses frères et sœurs2, homologues français strictement contemporains des individus royaux qui nous occupent ici. Les arts de gouverner adressés au prince des Asturies sont peu nombreux durant cette période ; il semble, en effet, que ce soit le phénomène du valimiento qui concentre l’attention des théoriciens du pouvoir sous le règne de Philippe III. Les témoignages directs que constituent les correspondances nous sont également difficiles d’accès et/ou peu connus3.

2Il est néanmoins possible d’étudier certains aspects de la quotidienneté des membres de la famille royale et d’examiner la nature de leurs relations intra-familiales au moyen de l’analyse de leurs déplacements. En l’associant à celle de discours de genres divers et en nous intéressant aux éducateurs royaux, nous nous servirons de cette étude pour dessiner un aperçu de ce que fut l’enfance des infants Charles (1607-1632) et Ferdinand (1609-1641) et de l’éducation qu’ils reçurent en tant que fils puînés de Philippe III. Il s’agira de déterminer dans quelle mesure celle-ci fut orientée par une volonté de hiérarchiser aîné et cadets dès la petite enfance.

Circulations et aspects de la quotidienneté de la famille royale (1601-1621)

Naissances princières et dynamiques de circulation de la famille royale (1601-1611)

  • 4 Patrick WILLIAMS, « Lerma, Old Castile and the Travels of Philip III of Spain », History, 73 (239), (...)
  • 5 Magdalena S. SÁNCHEZ, The empress, the queen, and the nun: women and power at the court of Philip I (...)

3S’il ne s’est jamais rendu dans ses royaumes non péninsulaires, Philippe III est connu pour ses habitudes nomades, notamment en Castille et particulièrement durant les premières années de son règne. Analysés par Patrick Williams, ces déplacements constituent pour le roi un moyen tant physique que psychologique d’échapper aux responsabilités du trône, tandis qu’ils répondent, pour son favori, à une volonté d’isoler le monarque de toute autre influence politique que la sienne4. Magdalena S. Sánchez a également démontré que la reine Marguerite d’Autriche-Styrie, loin d’être empêchée par ses fréquentes grossesses de suivre son mari, l’accompagne presque systématiquement dans tous ses voyages à partir de 1606, se posant ainsi en principale concurrente du duc de Lerma5.

4D’autres acteurs sont également à prendre en considération. Il s’agit des enfants royaux, huit au total, nés en dix années : Anne (1601), Marie († 1603), Philippe (1605), Marie (1606), Charles (1607), Ferdinand (1609), Marguerite (1610) et Alphonse († 1611). Ils entraînent, notamment à partir de 1605, une modification des logiques de circulation de leurs parents jusqu’ici motivées par les pratiques dévotionnelles ainsi que par les divertissements cynégétiques et courtisans dont Philippe III est amateur.

  • 6 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España desde 1599 hasta 1 (...)
  • 7 En avril 1608, le roi et la reine décident de se rendre à Aranjuez avec l’infante Anne et le prince (...)
  • 8 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 339 : « Vinieron los Reyes de Aranj (...)
  • 9 Ibid., p. 354.

5En effet, de manière très moderne, les souverains goûtent fort le temps passé avec leurs enfants. Durant l’hiver, la famille royale se trouve réunie au complet à Madrid. Mais aux beaux jours, le roi et la reine reprennent leurs itinérances. S’ils laissent derrière eux leurs enfants les plus jeunes (théoriquement les plus fragiles), ils cherchent à emmener avec eux leurs aînés. L’infante Anne – qui a, par exemple, sept ans en 1608 quand ses frères et sœur n’en ont que trois, deux et un – jouit ainsi de moments privilégiés auprès de ses parents6. Les souverains tentent bien d’emmener régulièrement le prince, mais il est d’une santé plus délicate que ses sœurs7. De fait, l’état de santé des enfants compromet régulièrement les projets de déplacements royaux, qui se trouvent retardés ou annulés8. Parfois, ce sont tous leurs enfants que le roi et la reine envoient chercher « para que sean entretenimiento de entrambos »9.

  • 10 Le couple royal espagnol voit tout de même plus ses enfants que le couple royal français : Jean HER (...)

6Malgré tout, il leur arrive d’effectuer de longs trajets qui les séparent de leurs plus jeunes enfants durant plusieurs mois10 : en 1608, le couple royal quitte Madrid à la mi-mai pour n’y revenir que début octobre. Certainement accompagné de l’infante Anne, il laisse derrière lui Philippe, Marie et Charles durant quatre mois et demi. Cette dynamique de séparations ponctuelles prend fin avec le décès de la reine Marguerite.

Une enfance commune au sein d’un cercle familial exclusif (1612-1621)

  • 11 Bibliothèque nationale de France, dorénavant BnF, Français 16114, fol. 342, Vaucelas à Villeroy, Ma (...)
  • 12 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 460: « sónlo tanto sus hijos [del g (...)
  • 13 À l’exception de la période de la chasse au cerf à Ventosilla qui le tient éloigné de ses enfants d (...)
  • 14 En Espagne, il n’est pas d’usage de recourir aux châtiments corporels pour éduquer les enfants roya (...)
  • 15 Ricardo MARTORELL TÉLLEZ-GIRÓN, Cartas de Felipe III a su hija Ana, reina de Francia, Madrid : Impr (...)
  • 16 S’il nous faut éviter les écueils de l’anachronisme, il faut bien admettre que les rapports entre p (...)

7Le 3 octobre 1611, jour de la mort de la reine d’Espagne, l’ambassadeur de France commente la sincère affliction de Philippe III : « [il] a un ressentiment indicible, de quoy mesmes sa santé est altérée, aussy aimoit il ceste princesse unicquement »11. Pour se consoler de la perte de sa femme, le monarque ne se sépare plus de ses enfants12. Il ne peut leur imposer les mêmes déplacements qu’à Marguerite et s’adapte donc à leur rythme : en 1612, par exemple, il ne se déplace qu’entre Madrid, Aranjuez, l’Escurial et le Pardo – soit un rayon de 50 km13 – ; en 1616, la famille royale ne va pas plus loin que Tolède et se divertit à Madrid et dans ses environs. La fratrie royale se remodèle durant la décennie 1610 : la mort fauche les derniers- nés Alphonse (1612) et Marguerite (1617) ; mariée à Louis XIII, l’infante Anne traverse la frontière franco-espagnole en 1615, échangeant sa place contre celle d’Élisabeth, Fille de France destinée au prince. Hormis ces événements, les enfants coulent des jours paisibles au sein de leur cercle familial qui est gouverné par une figure paternelle aimante, bienveillante et constamment présente14. Loisirs et piété rythment leur calendrier. Les lettres de Philippe III à son aînée Anne en rendent compte15 : la chasse, la campagne, les comédies, les fêtes religieuses, les événements courtisans… « Holgar », de toutes les façons, constitue la principale des occupations royales et répond à l’une des stratégies établies par le duc de Lerma pour maintenir son influence sur Philippe III. En effet, ce dernier répond plus volontiers à l’appel de la campagne qu’à celui des affaires : si cela lui a valu le désamour de l’historiographie, cela lui a permis, en revanche, de jouer auprès de ses enfants le rôle de père de famille16.

  • 17 BnF, Français 16115, fol. 63, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 20 avril 1612.
  • 18 BnF, Français 16116, fol. 399, Vaucelas à Puisieux, Madrid, 9 juillet 1615.

8Des rapports familiaux que nous laisse entrevoir ce quotidien oisif, il ressort l’image d’une affection rare régnant entre les membres de la famille royale. De fait, Philippe III la cultive. Ainsi, afin de resserrer les liens affectifs entre ses deux aînés mariés à des Enfants de France, le roi mande que les portraits de leurs futurs époux soient installés de manière inversée dans leurs chambres – Louis XIII chez le prince Philippe et Élisabeth chez l’infante Anne – car « les portraits rendent les visites plus longues entre le frère et la sœur »17. Les instants en famille sont privilégiés par le roi ; ils s’apparentent à des moments de repli sur soi, loin de l’agitation de la cour. En juillet 1615, l’ambassadeur de France précise que lorsque les personnes royales voyagent, « ce n’est pas leur coustume de permettre que les ault[res] les suivent »18. Nous constatons qu’aucune logique discriminatoire – de sexe ou de rang – ne vient hiérarchiser l’affection que Philippe III nourrit pour ses enfants : seuls les épisodes de maladie qui immobilisent régulièrement un ou plusieurs d’entre eux – dont le prince – peuvent être à l’origine d’une différenciation dans le temps passé avec leur père ou les loisirs partagés avec lui.

  • 19 Ibid., fol. 523, Senecey à Louis XIII, Madrid, 27 janvier 1616.
  • 20 Ibid., Senecey à Marie de Médicis, Madrid, 4 janvier 1616, fol. 506.
  • 21 Ibid., Senecey à Puisieux, Madrid, 22 mars 1616, fol. 535rº.

9Leur cercle familial peut paraître exclusif. Selon l’ambassadeur de France, Philippe III fait bon accueil à Élisabeth de Bourbon qui rejoint la cour infantile d’Espagne. Ainsi, « il ne se passe jour quelle ne recoive des tesmoignages de faveur du roy d’Espagne et beaucoup d’amitié du prince et des infantes qui se tiennent bonne comp[agnie] »19. Élisabeth et le prince « sont ensemble tous les jours, comme aussy les aultres infants et infantes »20 et « tous les soirs elle descent au quartier des Infantes sur les sis heures et y demeure jusques a huict »21. Cependant, l’intégration ne se fait pas si heureusement selon l’intéressée qui écrit à sa mère que :

  • 22 Archives du musée Condé, Chantilly, dorénavant ACC, Papiers de Condé, Série I, tome VI, papiers de (...)

[l’infante Marie] fait la metresse partout et mesme tous les jours je vas a sa chambre la voir et elle jamais ne vient a la mienne si je ne suis malade ancore esse par forse et moy qui suis forsée a laler voir car autremant je ne veres ni le Roy ni le Prince car il vont cheus elle tous les soirs et moy je les voy la et ne les voy qua ceste heure la22.

10Les infants Charles et Ferdinand n’apparaissent jamais nominativement dans les rapports transmis par le marquis de Senecey sur le quotidien de la princesse Élisabeth, mais on devine leur présence derrière le mot « infantes » employé au féminin en français. Ces quelques témoignages nous permettent de confirmer la constance du traitement quotidien dans lequel vivent Philippe III et ses enfants.

  • 23 BnF, Français 16117, fol. 181, Senecey à Puisieux, Madrid, 27 janvier 1618.
  • 24 BnF, Français 16116, fol. 571, Senecey à Puisieux, Madrid, 28 mai 1616. En réponse à ces critiques, (...)

11Ces rapports quotidiens entre les enfants sont d’ailleurs renforcés par le partage d’une même maison, à la différence de ce qui se pratique en France : les serviteurs de la reine sont affectés, à sa mort, au service du prince et par extension à celui de tous ses frères et sœurs, dans un mélange confus appelé « casa de Sus Altezas ». Aucune distinction de genre ou de rang entre les enfants n’est faite non plus sur ce point. L’ambassadeur de France se heurte du reste à la fermeté de Madrid lorsqu’il tente « de leur persuader de faire maison a Son Altesse [Élisabeth] ainsi qu’il est promis par le traitté »23. Son combat est perdu d’avance, ainsi juge-t-il « par leur discours qu’ils nont point de volonté de luy faire de maison mais seulement que celle du prince serve pour elle comme pour les infantes »24.

Intérêts de l’étude de la quotidienneté

  • 25 Cité par Didier LETT, « Les frères et les sœurs, "parents pauvres de la parenté" », Médiévales [En (...)
  • 26 Florence WEBER, Le Sang, le Nom, le Quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve  (...)

12L’intérêt de la mise en évidence de la quotidienneté des rapports entretenus par les membres de la famille royale espagnole nous semble reposer sur cette affirmation de Jean- Paul Kauffmann : « […] ce n’est pas la famille qui produit la familiarité, mais à l’inverse la familiarisation de l’univers proche qui produit la famille »25. C’est le partage d’expériences au quotidien dans une économie affective et domestique qui fait naître le sentiment de parenté : les termes « parent », « enfant », « frère » et « sœur » perdent alors de leur virtualité ; ils n'ont plus seulement une valeur biologique et juridique, mais revêtent un signifié affectif26. Le sentiment d’appartenance dynastique se trouve renforcé par l’amour familial.

  • 27 Henri IV n’en aime pas moins ses enfants : « c’est qu’il [Henri IV] aima ses enfants dès l’âge du m (...)
  • 28 Nous prenons l’exemple étranger contemporain, mais cela s’applique également aux précédents rois Ha (...)

13Les rapports privilégiés qu’entretiennent les membres de la famille royale espagnole, entourés d’un cercle restreint de serviteurs lorsqu’ils se déplacent dans leurs résidences agrestes, peuvent sembler évidents à l’homme du XXIe siècle ; ils ne le sont pas au XVIIe. De fait, les enfants d’Henri IV et de Marie de Médicis sont envoyés dès leur naissance au château de Saint-Germain-en-Laye (ils s’y trouvent mélangés avec les bâtards du roi de France). Ils y grandissent loin de leurs parents ; si ceux-ci leur rendent visite régulièrement27, l’attachement qui s’ensuit ne peut être comparable à celui qui lie Philippe III à ses enfants28. L’amour fraternel qui naît entre les enfants ne l’est pas non plus. En effet, la différence d’âge entre les Fils de France est grande : Louis XIII naît en 1601, le futur Gaston d’Orléans en 1608. Ils vivent à peine deux ans ensemble avant que l’aîné ne soit appelé à Paris pour régner sous la tutelle de sa mère. En outre, les hiérarchies sont inculquées au Dauphin dès son plus jeune âge : un bâtard ne vaut pas un enfant légitime, ni une fille, un garçon.

14En Espagne tous les enfants – aînés et cadets, garçons et filles – jouissent des mêmes prérogatives affectives auprès de leur père. Ils sont, de surcroît, très proches en âge : Philippe naît en 1605, Marie en 1606, Charles en 1607 et Ferdinand en 1609. L’horizontalité affective appliquée au quotidien par Philippe III oriente nécessairement la manière donc chacun de ses enfants – éduqué dès le plus âge à la conscience de soi et de son rang – se perçoit et perçoit ses germains. La nature des relations intrafamiliales a des conséquences indubitables sur le fait politique, dont relève l’éducation des enfants. Il convient à présent de déterminer si ces mêmes coordonnées égalitaires se retrouvent dans l’enseignement théorique qui leur est transmis.

L’éducation théorique des infants Charles et Ferdinand

Les éducateurs des enfants royaux

  • 29 Martha K. HOFFMAN, Raised to rule. Educating royalty at the Court of the Spanish Habsburgs, 1601-16 (...)
  • 30 Ibid., p. 61.
  • 31 British Library, dorénavant BL, Egg. 338, Antonio HURTADO DE MENDOZA, Las señas del Señor Infante D (...)

15Diego de Guzmán, aumônier de la reine Marguerite, est nommé précepteur de l’infante Anne. Elle a huit ans et quatre mois lors de sa première leçon en janvier 1610. Sa sœur Marie la rejoint un an plus tard, le 9 février 1611, alors qu’elle n’a pas encore quatre ans et demi29. Selon Martha K. Hoffman, la reine aurait exprimé le désir de voir le prince se joindre à ses sœurs pour recevoir l’instruction dispensée par son aumônier ; son décès aurait empêché la réalisation de cette volonté et Guzmán n’aurait donc enseigné qu’aux filles30. Cependant, dans sa biographie de l’infant, Hurtado de Mendoza précise que c’est Guzmán qui a enseigné ses premières lettres à Charles31. On peut donc émettre l’hypothèse qu’il s’est chargé d’enseigner quelques fondamentaux aux enfants les plus âgés avant que l’éducation de Philippe – et plus largement des garçons – ne soit séparée de celle des filles par la nomination de Galcerán Albanell en tant que précepteur du prince, alors tout juste âgé de 7 ans en avril 1612.

  • 32 Francisco de la VEGA Y TORAYA, Vida del beato Simon de Roxas del orden de la Santisima Trinidad […] (...)
  • 33 Martha K. HOFFMAN, Raised to rule…, p. 57.

16Il n’est pas aisé d’identifier clairement les précepteurs chargés de l’éducation de Charles et de Ferdinand. En 1615, Simón de Rojas est nommé « maestro de los infantes ». Son enseignement vise à leur rendre compréhensibles les mystères catholiques et à exalter leur foi à travers les exemples des saints rois espagnols qui les ont précédés32. Mais il ne porte pas sur les arts libéraux. Martha K. Hoffman postule que les fils cadets de Philippe III auraient bénéficié de leçons communes dispensées par des officiers anonymes de la chapelle royale tandis que le prince aurait reçu les siennes à part ; les trois garçons n’auraient ainsi que ponctuellement partagé leurs classes33. Néanmoins, certains éléments contredisent cette analyse.

  • 34 Archivo General de Simancas, dorénavant AGS, Patronato eclesiástico, 105, fol. 157, El licenciado G (...)
  • 35 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, fol. 176vº.
  • 36 Nous ne sommes pas sûre, cependant, que l’infant Ferdinand commence aussitôt les études propres à s (...)

17Dans un mémoire écrit en 1622, Gaspar Piquero de Menes désigne Galcerán Albanell, dont il est majordome, comme ayant été « maestro del Rey n[uestro] s[eñor] y de sus Alteças los Infantes ». Informant des services qu’il a rendus, il rappelle sa participation à la formation des fils de Philippe III « ocupandose siempre en escribir todas las cosas de gramatica que se dieron a sus Alteças »34. Selon cette source, les trois garçons auraient ainsi suivi les mêmes leçons de grammaire. En novembre 1620, Philippe III nomme Galcerán Albanell archevêque de Grenade et ne lui donne aucun successeur. À la mort du roi survenue moins de cinq mois plus tard, Hurtado de Mendoza précise que « se hallaba el príncipe sin maestro » et que « por no introducir otro para solo el infante », on fait entrer à son service un homme à la double casquette de valet de chambre et de précepteur35. Cette information confirme notre hypothèse : Charles a bien reçu la même instruction que Philippe dans le domaine des arts libéraux. Nous pensons pouvoir étendre cette affirmation à Ferdinand, au moins jusqu’à l’année 1619, date à laquelle il reçoit le chapeau cardinalice et où ce nouveau statut le sépare définitivement de ses aînés36.

  • 37 AGS, EST, 1864, El consejo de Estado, Burgos, 6 de octubre de 1615.

18La première confession des enfants royaux a lieu aux alentours de sept ans. On nomme Francisco de Arriba confesseur de l’infante Anne en 1608 et José González confesseur du prince Philippe en avril 1612. Marie et Charles – qui parviennent à l’âge de sept ans en 1613 et en 1614 – bénéficient des services de Francisco de Arriba. Lorsque celui-ci accompagne la reine-infante en France en 1615, se pose la question du confesseur des cadets, garçons et filles. On résout de donner à Marie et à Marguerite un confesseur franciscain, mais on estime « que los señores Infantes se podrían confessar con el confessor del Principe n[uestro] s[eñor] »37. De ce fait, Philippe, Charles et Ferdinand se voient à nouveau regroupés par les services d’un même officier, accentuant ainsi la confusion qui règne déjà au sein de leur maison commune. Ils partagent d’abord ceux de José González qui prennent fin en mai 1616, puis ceux de fray Antonio de Sotomayor jusqu’à la mort de Philippe III.

Une éducation lacunaire

  • 38 Martha K. HOFFMAN, Raised to rule…, p. 61. María José del RÍO BARREDO, « Enfance et éducation d’Ann (...)
  • 39 Les enfants royaux des générations précédentes ont bénéficié d’une éducation beaucoup plus soignée. (...)
  • 40 Christine AGUILAR ADAN, « L’institution d’un prince : leçons d’art de gouverner adressés à Baltasar (...)
  • 41 Gregorio MARAÑÓN, El Conde-Duque de Olivares (la pasión de mandar) [1936], Madrid : Espasa-Calpe, 2 (...)

19Les enfants royaux ont un mode de vie itinérant et tourné vers les loisirs : leurs apprentissages sont donc relativement irréguliers. Les Memorias de Guzmán en laissent d’ailleurs entrevoir le caractère négligé : les leçons durent généralement une heure et peuvent avoir lieu le matin, l’après-midi et parfois même tard le soir ; dans la chambre des enfants, aux Descalzas Reales ou bien à la Huerta du duc de Lerma ; elles cessent quand les élèves royaux sont malades ou quand ils accompagnent leurs parents à des divertissements courtisans38. On peut émettre l’hypothèse que ce qui s’applique aux filles vaut également pour les garçons et que l’enseignement de Galcerán Albanell se fait dans la même atmosphère de relâchement39. De fait, on sait que le comte-duc d’Olivares a eu à cœur de parfaire l’instruction lacunaire du jeune Philippe IV au début de son règne40. L’infant Charles est, quant à lui, passé à la postérité comme celui des fils de Philippe III « [que] no tiene noticia de las letras », à l’inverse de Ferdinand « [que] tiene muy grandes principios, así en letras humanas como en las militares »41.

  • 42 Mémoire vive, Archives de Besançon, collection Chiflet Ms. Chiflet 78, « Recueil de pièces d'Estat. (...)
  • 43 Ibid., fol. 91vº.
  • 44 Ibid., fol. 93vº.

20Or, de par son statut de prince de l’Église, Ferdinand a bénéficié de l’attention plus sévère des ecclésiastiques chargés de le former. En avril 1623, le président du conseil de Castille adresse à Philippe IV un bilan alarmant de l’état des connaissances de son jeune frère : Ferdinand ne possède pas les bases nécessaires dans les arts libéraux pour commencer l’étude d’autres sciences42. Fernando de Contreras impute ces lacunes au manque de sérieux de l’élève qui ne réserve pas plus d’une heure et demie par jour à l’étude, quand il s’y consacre. Les divertissements, « que preceden de fiestas, salidas al campo y con V. M. y de otros embaraços », le détournent de cet objectif de formation et l’empêchent de progresser : ainsi, « esta Su Alteza tan a los principios como si no huuiera estudiado, oluidando lo que le enseñan en una hora en todas las demás del dia. Y lo que en dia, en los otros muchos que dexa de estudiar »43. Il convient donc à Ferdinand d’étudier quotidiennement trois heures par jour « y sobre todo importa mucho que Vuestra Magestad muestre muy a menudo contentamiento de la assistençia de Su Alteza a las letras y estudios, que es la cosa que mas le hara perseuerar en ellas »44. La volonté royale face aux objectifs d’apprentissage est donc centrale.

Une éducation peu ou pas différenciée selon le rang des enfants : causes et conséquences

21Jusqu’à présent, plusieurs constats ressortent de notre étude : les enfants de Philippe III ont reçu un enseignement théorique de faible qualité ; la confusion règne au sein de leur maison ; les garçons partagent dans l’ensemble le service des mêmes officiers ; seule une différenciation de genre s’établit peu à peu.

  • 45 Le prince Charles (don Carlos) meurt en 1568 à 23 ans. Quant aux autres frères aînés de Philippe II (...)

22Cette absence de démarcation entre les enfants s’accorde avec la conception que Cabrera de Córdoba possède de l’enfance princière. Dans un papier qu’il adresse au monarque en décembre 1617, le serviteur royal affirme que les fils de Philippe III doivent tous être considérés comme des héritiers potentiels de la couronne. Il tient ainsi compte de la mortalité infantile qui a fait des ravages au sein de la famille de Philippe II et qui a, en conséquence, conduit sur le trône son cinquième et dernier fils, Philippe III45 :

  • 46 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Señor, considerada la educacion de su Alteza el primero de los sucesores d (...)

esta advertencia de fiel vasallo y criado […] pende principalmente de la enseñanza de sus hijos […]. Todos consideradamente se encamin[a]n como herederos de Estado, pues reina V. Majestad por fallecimiento de tres príncipes jurados y un infante46.

  • 47 Ibid., fol. 2rº : « Señálese V. M. más, en lo que es más, enseñando sus hijos por sí mismo, sin exc (...)

23Il n’est donc pas exclu que le prince Philippe, de santé fragile, vienne à mourir et que son frère Charles, ou même Ferdinand, monte sur le trône. En accord avec ce principe, Philippe III a pour obligation de prendre part à l’éducation de ses trois fils et pas seulement à celle du prince47.

24Les conseillers du monarque possèdent une conscience aiguë de ce précédent. De fait, le principal argument défavorable aux négociations initiées en 1608 pour convenir de donner une infante en mariage à la France réside dans l’absence absolue de sécurité qu’une large descendance assure au roi d’Espagne. En effet, en Espagne, les femmes sont en capacité de transmettre des droits au trône et d’en hériter quand la loi salique le leur interdit dans le royaume voisin. Il y a donc un véritable danger à marier une infante au futur roi de France, ce que le connétable de Castille expose au roi :

  • 48 AGS, EST, K-1608, fol. 15, Consejo de Estado, 12 de agosto de 1608.

fiarse en q[ue] esso esta lejos porque V. M. tiene mucha sucession y la tendrá mayor, no es de buena prouidencia y discurso muy abenturado. Trujo por exemplo q[ue] solo V. M. vino a quedar vino [sic] de tantos her[manos] […] y assi concluyo q[ue] no debria V. M. cassar con el mas remoto de la sangre de Francia la ultima de sus hijas, aunq[ue] fuesen 20 y otros tantos los varones48.

25La conscience que Philippe III et ses conseillers possèdent de la fragilité de la condition humaine, caractéristique de l’époque baroque, explique donc en partie l’absence de différenciation établie entre l’aîné et les cadets royaux. Il s’agit bien d’envisager l’avenir avec prudence.

  • 49 Las Siete Partidas del rey Alfonso el Sabio, cotejadas con varios códices antiguos por la Real Acad (...)
  • 50 Quintín ALDEA VAQUERO (ed.), España y Europa en el siglo XVII : correspondencia de Saavedra Fajardo(...)

26La mortalité infantile a eu pour autre conséquence celle de priver la monarchie espagnole de tout infant de Castille depuis le XIVe siècle. Premiers individus royaux appartenant à cette catégorie royale depuis trois siècles, Charles et Ferdinand possèdent un statut – défini par les Partidas49 – qui demande à être actualisé. Philippe III choisit de représenter à travers le cérémonial la position extrêmement élevée que ses fils cadets occupent au sein de l’institution monarchique. Ceux-ci reçoivent ainsi des marques de respect – telles que le baisemain – traditionnellement réservées au roi, à la reine et à leur aîné50.

  • 51 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, op. cit., fol. 175vº.
  • 52 Gregorio MARAÑÓN, El Conde-Duque de Olivares…, p. 565.
  • 53 Voir les analyses psychologiques réalisées sur la question, par exemple dans La jalousie fraternell (...)
  • 54 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, op. cit., fol. 175vº.
  • 55 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 512.

27Dans bien des domaines, les cadets grandissent « con la propia igualdad »51. La conscience qu’ils possèdent de la grandeur de leur dignité en ressort consolidée. En 1632, Olivares écrit à propos de Charles « [que] no ignora la parte que le conviene »52. Ce constat, à l’origine des inquiétudes bien connues du favori vis-à-vis des frères de Philippe IV, recouvre en vérité une réalité déjà très actuelle durant la petite enfance des garçons royaux. Les rivalités entre frères ne manquent pas d’avoir lieu et sont renforcées par la faible différence d’âge qui sépare Philippe de Charles. Celui-ci semble d’ailleurs avoir le plus de mal à accepter l’écart perceptible entre son aîné et lui53. En effet, l’infant qui « en sus pocos años est[á] atento a si le diferenci[an] en algo »54, « no puede sufrir que hagan mas honra y den todos mas ventajas al Príncipe »55.

La consommation du mariage du prince (novembre 1620) : amorce d’une verticalisation des relations entre frères

Exemples d’une égalité imparfaite

  • 56 BnF, Français 16115, fol. 283, Vaucelas à Puisieux, Madrid, 25 janvier 1613 : « J’avois obmis à vou (...)
  • 57 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, op. cit., p. 506.
  • 58 Hugo CONIEZ, Le cérémonial de la Cour d'Espagne au XVIIe siècle, Paris : Presses de l’Université Pa (...)
  • 59 Il s’agit de notre hypothèse. Nous n’avons pas trouvé les documents recueillant les informations re (...)

28Bien que tous les enfants jouissent d’un même statut dans le cœur de leur père et qu’ils grandissent dans une égalité relative, la raison d’État se charge d’élever publiquement le prince au-dessus de ses frères et sœurs lors de divers événements. Ainsi, en janvier 1613, peu avant ses huit ans, il reçoit la toison d’or des mains de son père ce dont il se montre « fort resiouy »56, tant et si bien « que iba mostrando el tuson a los meninos »57. En 1618, ce sont l’épée et le chapeau pontificaux que lui envoie Urbain VIII58. À partir de 1617, il arrive que Philippe III se déplace seul avec son fils aîné durant de courtes périodes et pour de courts trajets. Seule exception : le monarque se rend au Portugal en 1619 afin que les Cortes prêtent serment au prince. La princesse Élisabeth et l’infante Marie les accompagnent tandis que les infants Charles et Ferdinand restent en Castille, peut-être pour ne pas donner à ce royaume l’espoir de retrouver un jour son indépendance au moyen d’un fils de roi59.

  • 60 BnF, Français 16115, fol. 47vº, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 28 mars 1612 : « Je trouvay le (...)
  • 61 BnF, Français 16115, fol. 23vº, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 28 mars 1613.
  • 62 BnF, Français 16116, fol. 219rº, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, octobre 1614 : « Icy au Palai (...)
  • 63 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 534.
  • 64 AGP, AG, leg. 10279.

29En 1612, l’annonce du double mariage franco-espagnol marque une différence entre les aînés et les cadets. L’infante Anne et le prince Philippe se tiennent régulièrement aux côtés de leur père lors de diverses cérémonies et se voient l’objet de l’attention des ambassadeurs de France60. Nourri de sentiments positifs à l’égard de la princesse, Philippe se réjouit de son arrivée : « Il [Iñigo de Cárdenas] me dist aussy l’allegresse du Prince quy conte a un chacun que bien tost il aura Madame maistresse »61. On peut aisément imaginer que ces démonstrations publiques de joie et la volubilité enfantine du prince fassent naître de la jalousie chez les puînés, d’autant plus que l’arrivée de la princesse s’accompagne d’autres nouveautés majeures pour Philippe telles qu’un changement de quartier au palais62 ou l’annonce de nouveaux serviteurs pour sa maison63. À partir de 1616, c’est-à-dire après l’arrivée d’Élisabeth de Bourbon en Espagne, le prince se voit octroyer régulièrement de petites sommes d’argent (souvent 200 à 300 écus d’or) par son père. Il s’agit de lui permettre d’exercer sa libéralité64 ; nous n’avons pas trouvé trace d’une allocation similaire destinée aux autres enfants du monarque durant cette période.

Consommer le mariage, rompre l’égalité entre les frères ?

30Néanmoins, c’est la consommation du mariage du couple princier le 25 novembre 1620 qui entraîne l’amorce d’une véritable rupture d’égalité entre les fils de Philippe III. Âgés respectivement de 15 et 17 ans, le prince et la princesse deviennent capables de créer leur propre lignée. Certains y voient le moment adéquat pour faire des infants Charles et Ferdinand, théoriquement bientôt éloignés de la succession, de bons cadets royaux.

  • 65 BNE, Ms. 18757/17, Discursos admirables en razon de la educación de los principes e infantes : de c (...)
  • 66 Ibid., fol. 5rº.
  • 67 Ibid., fol. 4vº-5rº : « Quanto a las de los ynfantes a de suponerse que siempre que las ay [tan gra (...)
  • 68 Ibid., fol. 6rº : « y si en esto a titulo de los años pueriles se ha entablado, es titulo diferente (...)

31Un document anonyme, non daté, adressé au confesseur du roi et intitulé Discursos admirables en razon de la educación de los principes e ynfantes présente des arguments en ce sens65. Que les frères possèdent une même identité biologique pose problème parce que les cadets « con dificultad se habaten a la humildad de ser vasallos »66. De fait, le danger que représentent les fils puînés de Philippe III pour l’État trouve une illustration dans de nombreux exemples passés. Même si Charles et Ferdinand sont d’un naturel modeste qui ne présage pas ce genre de troubles, le roi et ses conseillers ne doivent pas laisser de se montrer prudents et d’anticiper la mise en place de mesures67. Selon l’auteur anonyme, la solution pour éviter la ruine de l’État réside dans l’éducation des infants. Celle-ci doit commencer le plus tôt possible : quel meilleur moment que le début de la vie conjugale du prince pour cela68 ?

32Les fondements de cette éducation reposent sur la rupture totale d’égalité entre les frères de toutes les manières possibles. Elle doit à la fois se vérifier publiquement et s’exercer dans l’intimité des relations intrafamiliales. Aussi porte-t-elle tant sur les préséances que Charles et Ferdinand partagent avec Philippe dans les cérémonies que sur la similarité de leurs habits. Selon le document, les infants ne doivent plus traiter quotidiennement avec le prince, mais grandir à l’écart du futur couple royal. De cette manière, ils apprendront à traiter leur frère avec le même respect dû à leur père :

  • 69 Ibid.

Por esto es necesario criados [sic : criarlos] apartados de los príncipes, reducidos a que desde luego les respeten como al mismo padre sin que en ningun caso [los infantes] se hallen iguales con el [príncipe] en cosa alguna ni en ceremonia, [ni] embestidos [en vestidos] sino que estas exterioridades como en lo demás se habitúen a la emferioridad69.

  • 70 Ibid., fol. 6vº.
  • 71 Ibid., fol. 6rº-vº.

33En sus de se manifester par une réduction de la familiarité quotidienne, la verticalisation des rapports entre les frères doit se mettre en place grâce au travail pédagogique d’hommes choisis pour ce faire. Ils doivent être d’âge mûr, fidèles au roi et, surtout, sans descendance « para que por ningun estimulo tengan designio que hacertar los que les toca » et ainsi éviter de donner aux infants les moyens de se créer un réseau de serviteurs ambitieux70. Leur tâche est résumée de la manière suivante : « que lentam[ente] bayan labrando en ellos la determinacion de que son inferiores y no iguales al pr[incipe] […] procurando persuadírselo como dotrina cristiana y verdadera »71. Pour servir Dieu, Charles et Ferdinand doivent servir leur aîné et, ainsi, se soumettre à lui en dépit de l’égalité biologique qui les unit.

  • 72 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, op. cit., fol. 176vº.
  • 73 La plupart des papiers relatifs aux infants destinés à Philippe IV et écrits par Olivares que nous (...)

34Martha K. Hoffman attribue ces Discursos admirables à Balthasar de Zúñiga, précepteur du prince à partir de 1619. Nous partageons ce point de vue. En effet, A. Hurtado de Mendoza impute à Balthasar de Zúñiga le fait qu’aucun véritable précepteur n’ait été donné à l’infant Charles après le départ de Galcerán Albanell72, ce qui concorde avec les principes exposés dans ce document. En outre, la rhétorique alarmiste fondée sur l’exemplarité du passé utilisée ici pour aborder le sujet des infants est très semblable à celle employée plus tard par Olivares, favori de Philippe IV et neveu de Zúñiga73.

Conclusion

35Si ces principes de méfiance et de contrôle envers les infants sont appliqués sous Philippe IV par l’entremise d’Olivares, il est difficile de savoir si Philippe III avait planifié d’imposer de telles mesures à ses cadets. En destinant Ferdinand à l’Église en 1619 – et en obtenant du pape qu’il le nomme administrateur de l’archevêché de Tolède (le plus riche d’Espagne) – Philippe III met son benjamin à l’abri du besoin. Mais il n’a pas encore établi Charles lorsqu’il décède en mars 1621, cinq mois à peine après la consommation du mariage de son fils aîné.

36L’infant Charles est, de fait, le fils de Philippe III au destin le plus incertain, celui qui a fait l’objet, depuis sa naissance, des spéculations les plus nombreuses. En décembre 1620, l’ambassadeur de France écrit à son propos :

  • 74 BnF, Français 16117, fol. 614, Du Fargis à Puisieux, Madrid, 19 décembre 1620.

On l’a osté d’avcques les femmes depuis le mariage du Prince d’Espagne seulement et void-on beaucoup de bonne inclination en ce ieune Prince, mais on y remarque beaucoup de tres avantageuses pour luy en la personne du roy d’Espagne sur quoy est fondée la pensée qu’il luy ayt destiné un beau partage74.

  • 75 Son testament ne mentionne pas un tel partage. Sur cette question, voir Alicia ESTEBAN ESTRINGANA, (...)
  • 76 Contrôler l’entourage des infants constitue l’une des préoccupations majeures de Philippe IV et d’O (...)

37En dépit de son amour paternel, il est peu probable que Philippe III ait eu l’intention de transmettre les Pays-Bas espagnols en héritage à l’infant Charles75. Nous ne savons pas dans quelle mesure les prescriptions de ces Discursos admirables ont été transmises au roi par son confesseur, mais il ne semble pas non plus que le monarque ait eu dans l’idée de séparer ses deux fils aînés ni d’instaurer une distance rigide entre eux. En effet, le passage aux hommes de Charles à la fin de l’année 1620 signifie rejoindre Philippe dans ses quartiers au palais : il continuera d’y occuper une petite pièce et d’y être assisté par les mêmes serviteurs que son aîné devenu roi jusqu’à sa propre mort en 1632. Si, sous le règne du père, l’égalité de traitement laisse présager d’un haut destin pour l’infant, cette même égalité se transforme en outil de contrôle efficace sous le règne du frère76 : Charles devient alors l’incarnation muette et sans influence d’une continuité dynastique qui renforce symboliquement la puissance de Philippe IV.

Haut de page

Notes

1 Armand BASCHET, Le Roi chez la Reine ou Histoire secrète du mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche : d’après le journal de la vie privée du roi, les dépêches du nonce et des ambassadeurs, et autres pièces d’État, Paris : H. Plon, 1866, p. 113 : « Si, dans les archives françaises, dans les mémoires, dans les lettres contemporaines, dans les notes privées de personnages qui étaient de la Cour, les renseignements les plus minutieux se trouvent abondants et curieux sur la jeunesse et l’éducation des jeunes Princes du sang de France, combien sont autrement rares, combien sont discrets les papiers espagnols sur l’éducation, sur le mode de vivre, sur la croissance des Infants et Infantes d’Espagne ».

2 Jean HEROARD, Journal de Jean Héroard, préface de Pierre Chaunu, publié sous la direction de Madeleine Foisil par le Centre de recherches sur la civilisation de l’Europe moderne, Paris : Fayard, 1989.

3 Dans Biblioteca Nacional de España, dorénavant BNE, Ms. 687 et Ms. 915 se trouvent quelques lettres de Marguerite de la Croix. Philippe III demeure presque en permanence auprès de ses enfants : ils n’ont pas l’occasion de maintenir des échanges épistolaires comme cela est le cas entre Philippe II et ses filles. La seule exception sont les lettres de Philippe III à sa fille Anne devenue reine de France dont peu nous sont connues. Quant à la correspondance de Philippe III avec sa sœur Isabelle Claire Eugénie, elle a été localisée par Bernardo García García et Alicia Esteban Estríngana qui ont pour projet de l’éditer.

4 Patrick WILLIAMS, « Lerma, Old Castile and the Travels of Philip III of Spain », History, 73 (239), 1988, p. 379–97.

5 Magdalena S. SÁNCHEZ, The empress, the queen, and the nun: women and power at the court of Philip III of Spain, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1998, p. 28.

6 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España desde 1599 hasta 1614, Madrid : Imp. de J. Martín Alegría, 1857, p. 339 : « los Reyes se partieron a los 18, domingo a la tarde al Pardo […] y llevaron consigo a la Srma. Infanta doña Ana, que es el regalo y entretenimiento de sus padres ».

7 En avril 1608, le roi et la reine décident de se rendre à Aranjuez avec l’infante Anne et le prince Philippe, laissant à Madrid les plus petits, Marie et Charles. Ils sont cependant obligés d’écourter le séjour de leur fils et de le renvoyer à Madrid où il restera avec ses cadets jusqu’au mois de novembre.

8 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 339 : « Vinieron los Reyes de Aranjuez a los 16 del pasado, y hallaron malo el Príncipe de tres días, con calenturas, vómitos y cántaras […] y con esto se hubieron de detener sus Majestades hasta ver el suceso de la enfermedad […] y plugo a Dios que de allí a dos días amaneció su Alteza libre de calentura y con el estómago más asentado, de manera que los médicos aseguraron la mejoría, y los Reyes se partieron a los 18, domingo a la tarde al Pardo ».

9 Ibid., p. 354.

10 Le couple royal espagnol voit tout de même plus ses enfants que le couple royal français : Jean HEROARD, Journal de Jean Héroard, p. 72 : « La famille proche, c’est bien sûr Henri IV et Marie de Médicis ; mais, résidant au Louvre et à Fontainebleau, et se déplaçant dans le royaume, ils ne se trouvent auprès de l’enfant [Louis XIII] que de manière irrégulière (de 1602 à 1608 : 606 jours pour le roi, 573 pour la reine) ».

11 Bibliothèque nationale de France, dorénavant BnF, Français 16114, fol. 342, Vaucelas à Villeroy, Madrid, 3 octobre 1611.

12 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 460: « sónlo tanto sus hijos [del gusto y entretenimiento de S. M.], que sino fuere cosa forzosa, se puede creer que no los dejará y las veces que ha salido de Palacio para gozar de algun buen dia, yendo a algun monasterio a cosa de devocion, siempre lleva en el coche al Príncipe y a los cuatro hermanos mayores, con que se divierte y entretiene mucho ».

13 À l’exception de la période de la chasse au cerf à Ventosilla qui le tient éloigné de ses enfants durant près d’un mois et demi.

14 En Espagne, il n’est pas d’usage de recourir aux châtiments corporels pour éduquer les enfants royaux comme en France. Marie de Médicis donne son autorisation à Madame de Monglat pour qu’elle administre le fouet au Dauphin : « j’ay appris par le sieur de Monglat que mon fils le Dauphin commence à rentrer en ses opiniastretez accoustumées et qu’il ne se soucie plus du maçon ny de toutes les menaces que l’on luy peult faire. Si cela est et que l’on le juge qu’en luy donnant un peu le fouet, cela luy fasse passer son opiniastreré, je trouveray plus à propos que l’on en vienne là que de le retrouver en cette mauvaise humeur ». BnF, Ms. Cinq cents Colbert 86, fol. 275.

15 Ricardo MARTORELL TÉLLEZ-GIRÓN, Cartas de Felipe III a su hija Ana, reina de Francia, Madrid : Imprenta Helénica, 1929, p. 29: « Aquí hemos pasado estos días bien y en los entretenimientos que solemos, y aunque el campo está seco por no haber llovido, se goza del, algunos ratos. Vuestros hermanos os besan las manos, y andan muy ocupados, concertando una Mojiganga, para una noche de estas ».

16 S’il nous faut éviter les écueils de l’anachronisme, il faut bien admettre que les rapports entre parents et enfants royaux étudiés ici sont d’une modernité confondante. L’affection que le roi et la reine portent à leurs enfants, la recherche constante qu’ils ont de leur présence parfois contre la raison d’État et le partage d’expériences quotidiennes qui en découle se rapprochent plus de la révolution sentimentale et bourgeoise des XVIIIe et XIXe siècles que des pratiques royales contemporaines qui séparent communément parents et enfants dès la naissance.

17 BnF, Français 16115, fol. 63, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 20 avril 1612.

18 BnF, Français 16116, fol. 399, Vaucelas à Puisieux, Madrid, 9 juillet 1615.

19 Ibid., fol. 523, Senecey à Louis XIII, Madrid, 27 janvier 1616.

20 Ibid., Senecey à Marie de Médicis, Madrid, 4 janvier 1616, fol. 506.

21 Ibid., Senecey à Puisieux, Madrid, 22 mars 1616, fol. 535rº.

22 Archives du musée Condé, Chantilly, dorénavant ACC, Papiers de Condé, Série I, tome VI, papiers de Marie de Médicis (1602-1618), fol. 128, Élisabeth de France à Marie de Médicis, Madrid, 21 août 1617. L’infante Marie semble posséder un caractère assez ombrageux, de l’avis de son propre père : « A Maria tenemos un dia con mejor color que otro ». Arturo ÁLVAREZ, « Curioso epistolario en torno a la infanta sor Margarita de la Cruz », España Sacra, 24, 1971, p. 214. L’infante Marie – âgée de 11 ans, enfant capricieuse et gâtée comme le reste de sa fratrie – ne fait pas bon accueil à celle qui prend la place de sa sœur Anne.

23 BnF, Français 16117, fol. 181, Senecey à Puisieux, Madrid, 27 janvier 1618.

24 BnF, Français 16116, fol. 571, Senecey à Puisieux, Madrid, 28 mai 1616. En réponse à ces critiques, Madrid argumente de la manière suivante : « Pa[ra] la casa de la princessa n[uestra] s[eñora] estan nombrados todos los officiales y criados q[ue] an de acudir al seru[icio] de S. A. y an seruido tan puntualm[ente] q[ue] no ha hauido falta y para esto S. M. acrecentó el numero y casi doblado en todos los officios tan solam[ente] para el seru[icio] de S. A. y si la rey[na] n[uestra] señora biuiere, hauria mucho menos y se siruiria a todos sus hijos sin diuidirse la casa como se a diuidido para S. A., lo mismo se dice de las damas y demás criados ». Archivo General de Palacio, dorénavant AGP, sección histórica, caja 191, viajes : « Respuesta al embajador de Francia », 15 de febrero de 1618.

25 Cité par Didier LETT, « Les frères et les sœurs, "parents pauvres de la parenté" », Médiévales [En ligne] 54 | printemps 2008, En ligne depuis le 10 septembre 2010, consulté le 02 janvier 2023. URL: http://journals.openedition.org/medievales/4473 ; DOI: https://doi.org/10.4000/medievales.4473.

26 Florence WEBER, Le Sang, le Nom, le Quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve : Éditions Aux lieux d’être, 2005.

27 Henri IV n’en aime pas moins ses enfants : « c’est qu’il [Henri IV] aima ses enfants dès l’âge du maillot et que les aimant si jeunes il ne distingua pas entre ses bâtards et ses fils légitimes ». Jean-Paul DESPRAT, Les bâtards d’Henri IV. L’épopée des Vendômes (1594-1727), Paris : Tallandier, 2018, p. 120.

28 Nous prenons l’exemple étranger contemporain, mais cela s’applique également aux précédents rois Habsbourg. Charles Quint, qui voyage constamment entre ses différents royaumes, ne voit que très peu ses enfants ; ceux de Philippe II n’ont pas non plus de rapports avec leur père au quotidien.

29 Martha K. HOFFMAN, Raised to rule. Educating royalty at the Court of the Spanish Habsburgs, 1601-1634, Baton Rouge : Louisiana State University Press, 2011, p. 57.

30 Ibid., p. 61.

31 British Library, dorénavant BL, Egg. 338, Antonio HURTADO DE MENDOZA, Las señas del Señor Infante Don Carlos que esté en el cielo, fol. 174vº : « Enseñóle entonces las primeras letras por la introducción de su oficio don Diego de Guzmán, capellán y limosnero mayor del Rey y Patriarca de las Indias ».

32 Francisco de la VEGA Y TORAYA, Vida del beato Simon de Roxas del orden de la Santisima Trinidad […], Madrid : por Joachin Ibarra, 1772, p. 239.

33 Martha K. HOFFMAN, Raised to rule…, p. 57.

34 Archivo General de Simancas, dorénavant AGS, Patronato eclesiástico, 105, fol. 157, El licenciado Gaspar Piquero de Menes, criado del arzobispo de Granada pide naturaleza en Granada, en 23 de mayo de 1622 : « dice q[ue] el esta siruiendo al Arçobispo de Granada en el oficio de mayordomo de su casa y en el de contador mayor de su Arçobispo, y q[ue] siruio a Su Ill[istrisima] seis años siendo maestro del Rey n[uestro] s[eñor] y de sus Alteças los Infantes, ocupandose siempre en escribir todas las cosas de gramatica que se dieron a sus Alteças ». Voir également Martha K. HOFFMAN, Raised to rule…, p. 63.

35 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, fol. 176vº.

36 Nous ne sommes pas sûre, cependant, que l’infant Ferdinand commence aussitôt les études propres à son statut. Il est possible qu’il ait continué à étudier quelques mois encore avec ses frères.

37 AGS, EST, 1864, El consejo de Estado, Burgos, 6 de octubre de 1615.

38 Martha K. HOFFMAN, Raised to rule…, p. 61. María José del RÍO BARREDO, « Enfance et éducation d’Anne d’Autriche à la cour d’Espagne (1601-1615) », in : Chantal GRELL (dir.), Anne d’Autriche. Infante d’Espagne et reine de France, Paris-Madrid : Perrin-CEEH, Centro de Estudios Europa Hispánica, 2009.

39 Les enfants royaux des générations précédentes ont bénéficié d’une éducation beaucoup plus soignée. Pour Philippe II, voir José Luis Gonzalo SÁNCHEZ MOLERO, El aprendizaje cortesano de Felipe II. El aprendizaje cortesano de Felipe II (1527- 1546). La formación de un príncipe del Renacimiento, Madrid, 1999 ; pour Philippe III : Santiago MARTÍNEZ HERNÁNDEZ, « La educación de Felipe III », in : José Martínez MILLÁN (dir.), La monarquía de Felipe III, 3, 2008, p. 83-107. Pascale Mormiche nous informe que « Louis XIII étudiant environ quatre heures par jour », nous renvoyons à son livre : Pascale MORMICHE, Devenir prince : L’école du pouvoir en France. XVIIe-XVIIIe siècles, Nouvelle édition, Paris : CNRS Éditions, 2015, p. 186. Les filles de Philippe II, Isabelle Claire Eugénie et Catherine Michelle, reçoivent une très bonne éducation : elles connaissent le latin, le français et le portugais. Anne d’Autriche, quant à elle, ne maîtrise pas le français en arrivant à la cour de France en 1615 alors que les fiançailles ont eu lieu en 1612. Isabelle Claire Eugénie reproche d’ailleurs à son frère Philippe III de ne pas avoir correctement préparé sa fille aux responsabilités de son statut de reine de France. Voir Santiago MARTÍNEZ HERNÁNDEZ, « ‘Reyna esclarecida, Cynthia clara, hermosa luna’, el aprendizaje político y cortesano de la infanta Isabel Clara Eugenia », in : Isabel Clara Eugenia : soberanía femenina en las cortes de Madrid y Bruselas, Cordula Van Wyhe (dir.), Madrid : Centro de Estudios Europa Hispánica (CEEH) ; Londres : Paul Holberton publishing, 2011, p. 43.

40 Christine AGUILAR ADAN, « L’institution d’un prince : leçons d’art de gouverner adressés à Baltasar Carlos de Austria (1629-1646) », in : Pierre CIVIL (dir.), Écriture, pouvoir et société en Espagne aux XXVIe et XVIIe siècles. Hommage du CRES à Augustin Redondo, CRES, Paris : Publications de la Sorbonne, 2001, p. 85-86.

41 Gregorio MARAÑÓN, El Conde-Duque de Olivares (la pasión de mandar) [1936], Madrid : Espasa-Calpe, 2006, p. 565.

42 Mémoire vive, Archives de Besançon, collection Chiflet Ms. Chiflet 78, « Recueil de pièces d'Estat. Tome III », fol. 90 : « Apuntamientos del licenciado don Fernando de Contreras presidente del Consejo Real de Castilla al Rey don Philippe IV sobre la educación del Infante Don Fernando Cardenal y Arçobispo ».

43 Ibid., fol. 91vº.

44 Ibid., fol. 93vº.

45 Le prince Charles (don Carlos) meurt en 1568 à 23 ans. Quant aux autres frères aînés de Philippe III, ils décèdent tous en bas âge : les princes Ferdinand (7 ans) et Diego (7 ans) respectivement en 1578 et 1582 et l’infant Charles (2 ans) en 1575.

46 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Señor, considerada la educacion de su Alteza el primero de los sucesores de V. Magestad, despues de tan larga vida como la Cristiandad Catolica a menester, hecho juizio della, me parecio suplicar umildemente a V. Magestad lea esta advertencia de fiel vasallo i criado, 18 de diciembre de 1617, fol. 1rº.

47 Ibid., fol. 2rº : « Señálese V. M. más, en lo que es más, enseñando sus hijos por sí mismo, sin excusarle ocupación de gobierno, para que parezcan copia de su corazón ».Le pluriel employé par l’auteur est significatif.

48 AGS, EST, K-1608, fol. 15, Consejo de Estado, 12 de agosto de 1608.

49 Las Siete Partidas del rey Alfonso el Sabio, cotejadas con varios códices antiguos por la Real Academia de la Historia, 2, Madrid : Imprenta real, 1807, p. 43, Partida II, título VII, ley 1.

50 Quintín ALDEA VAQUERO (ed.), España y Europa en el siglo XVII : correspondencia de Saavedra Fajardo, 3. 2 ; El Cardenal Infante en el imposible camino de Flandes, 1633-1634, Madrid : Consejo superior de investigaciones científicas : Real Academia de la historia, 2008, p. 158 ; El Cardenal Infante a Felipe IV, Cadaqués, 15 de abril de 1633 : « … el respeto, cortesía y tratamientos a los Infantes en España es casi igual al de los Reyes, porque a todos los trata de vos y los grandes no se cubren si no es mandándoselo y les besan la mano ».

51 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, op. cit., fol. 175vº.

52 Gregorio MARAÑÓN, El Conde-Duque de Olivares…, p. 565.

53 Voir les analyses psychologiques réalisées sur la question, par exemple dans La jalousie fraternelle, numéro préparé par Pierre Tridon (Pierre TRIDON, La jalousie fraternelle, Revue Lieux de l’enfance, Privat, 1988) et notamment l’article de Jean-François Rabain (Jean-François RABAIN, « L’enfant et la jalousie, perspectives psychanalytiques » in : Pierre TRIDON, op. cit., p. 39-64).

54 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, op. cit., fol. 175vº.

55 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 512.

56 BnF, Français 16115, fol. 283, Vaucelas à Puisieux, Madrid, 25 janvier 1613 : « J’avois obmis à vous mander comme le jour des roys, le prince receut l’ordre du Toison de quoy il est fort resiouy ».

57 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, op. cit., p. 506.

58 Hugo CONIEZ, Le cérémonial de la Cour d'Espagne au XVIIe siècle, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), 2009, p. 175-178.

59 Il s’agit de notre hypothèse. Nous n’avons pas trouvé les documents recueillant les informations relatives à l’organisation du départ de Philippe III et ne connaissons donc pas les arguments formulés pour justifier de laisser les infants à Madrid.

60 BnF, Français 16115, fol. 47vº, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 28 mars 1612 : « Je trouvay le Roy d’Espagne soubz un daiz ayant l’Infante a sa main droite et le prince a sa gauche ».

61 BnF, Français 16115, fol. 23vº, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 28 mars 1613.

62 BnF, Français 16116, fol. 219rº, Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, octobre 1614 : « Icy au Palais ils preparent un aultre quartier po[ur] le prince com[m]e n’estant plus gouverné des femmes et pres du terme que l’on luy en doit bailler une ».

63 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, Relaciones de las cosas sucedidas…, p. 534.

64 AGP, AG, leg. 10279.

65 BNE, Ms. 18757/17, Discursos admirables en razon de la educación de los principes e infantes : de cuya practica resultaran felicidades y glorias a la Nacion. Nous pensons que la consommation du mariage du prince motive l’écriture de ce papier et qu’il date donc de novembre 1620.

66 Ibid., fol. 5rº.

67 Ibid., fol. 4vº-5rº : « Quanto a las de los ynfantes a de suponerse que siempre que las ay [tan grandes personas] se be en [se ven] los reynos expuestos a alborotos y a dividirse y aunque de la natural modestia y exemplar composición de sus altezas parece ay poco q[ue] temer, considerando lo que en España y en otras provincias se a experimentado, ningun cuydado y [p]rebencion del rey y sus ministros será exceso común y [ni] inpropio qualquier discurso de vasallo que com buen zelo hiciere de ella recuerdo y representación ».

68 Ibid., fol. 6rº : « y si en esto a titulo de los años pueriles se ha entablado, es titulo diferente, saconada [sazonada] ocasión [¿?] para la enmienda la vida conjugal a que desde oy se introduce el príncipe ».

69 Ibid.

70 Ibid., fol. 6vº.

71 Ibid., fol. 6rº-vº.

72 BL, Egg. 338, A. HURTADO DE MENDOZA, op. cit., fol. 176vº.

73 La plupart des papiers relatifs aux infants destinés à Philippe IV et écrits par Olivares que nous connaissons sont édités par Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares: Política interior: 1621 a 1645, 1. Tomos 1 y 2, Política interior, 1621-1645, John H. ELLIOTT, José F. DE LA PEÑA et Fernando NEGREDO (éd.), Madrid : Centro de estudios Europa hispánicas, M. Pons Historia, 2013.

74 BnF, Français 16117, fol. 614, Du Fargis à Puisieux, Madrid, 19 décembre 1620.

75 Son testament ne mentionne pas un tel partage. Sur cette question, voir Alicia ESTEBAN ESTRINGANA, « Los estados de Flandes en el futuro político de los infantes: la designación del cardenal Infante don Fernando para la lugartenencia real de Bruselas », in : José Martínez MILLÁN y José Eloy HORTAL MUÑOEZ (dir.), La Corte de Felipe IV (1621-1665). Reconfiguración de la Monarquía Católica, 1, 3, Madrid : Ediciones Polifemo, 2015, p. 1615-1678.

76 Contrôler l’entourage des infants constitue l’une des préoccupations majeures de Philippe IV et d’Olivares. Continuer de donner à Charles les mêmes serviteurs que Philippe, alors que celui-ci est devenu roi, permet d’éviter que ne surgissent des dissensions entre frères nourries par de mauvais conseillers ambitieux. Ce procédé est inspiré d’une proposition faite par Baltazar de Zúñiga en 1620 initialement envisagée pour contourner ce même problème entre le prince Philippe et Philippe III : « biendose [los criados] honrrados en ambas cámaras menos causa, menos tiempo y menos seguridad tendrán para emprender separación y oposiciones y mas dificultada queda la raíz y comercio de chismes de donde procede todo mal ». Discursos admirables…, fol. 34rº.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duchesne, « Enfance et éducation des infants Charles et Ferdinand de Habsbourg, fils puînés de Philippe III (1607-1621) »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46235

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search