Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Première partie : Théories, prati...Exemples et représentations : édu...Chasse et construction identitair...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Première partie : Théories, pratiques et représentations de l’éducation dans la sphère politique
Exemples et représentations : éducation et identité politique

Chasse et construction identitaire de la noblesse : la place de la chasse dans l’éducation noble

Christine Orobitg

Résumés

Notre contribution examine les liens entre la chasse, l’éducation noble et la construction identitaire de la noblesse. La spécificité de la chasse sous l’Ancien Régime est qu’elle n’est pas universelle, mais réservée à une élite : la noblesse et sa quintessence, incarnée par la personne royale. La chasse constitue l’activité aristocratique par excellence, et les traités sur la chasse autant que les traités sur la morale et l’éducation insistent sur le fait que le noble doit chasser. La chasse apparaît ainsi comme une activité formatrice, qui fabrique une forme de supériorité et d’excellence, consubstantielle à l’identité noble. Comment la chasse fabrique-t-elle cette supériorité ? De quelle excellence s’agit-il ? En quoi la chasse contribue-t-elle à faire des nobles des êtres « au-dessus » des autres, légitimant ainsi leurs privilèges ? En clair : qu’apprend-on à la chasse ? Quelle identité sociale se forge dans sa pratique ?

Haut de page

Texte intégral

1La relation entre chasse, noblesse et royauté imprègne les imaginaires : nous avons tous en tête des images d’aristocratiques chasses à courre à Compiègne, de lords anglais chassant dans leur domaine, ou encore de la reine d’Angleterre et sa famille chassant dans leur domaine de Balmoral. Mais il nous faut dépasser ces clichés pour examiner, plus en détail, les liens entre chasse et noblesse. Cette approche présente plusieurs intérêts : en premier lieu, elle révèle le fossé existant entre les représentations actuelles et celles du passé. À l’époque actuelle, la chasse fait l’objet de perceptions contrastées et parfois très péjoratives : à une époque où le vegan a le vent en poupe et où la préoccupation pour la biodiversité s’accroît, les chasseurs sont perçus comme des tueurs sanguinaires, comme des individus complètement has been, ancrés dans des traditions aussi rances que dépassées, ou encore comme des individus bas du casque abusant de la boisson (on pense par exemple au sketch des Inconnus sur la chasse à la galinette cendrée). La chasse n’est plus à la mode et nous sommes très loin des représentations de l’Époque Moderne, où la chasse était l’activité aristocratique par excellence, l’activité des aristoi, c’est-à-dire, étymologiquement, les meilleurs.

  • 1 Jacques VOISENET, Bêtes et hommes dans le monde médiéval : le bestiaire des clercs du Ve au XIIe si (...)
  • 2 Miguel Ángel LADERO QUESADA, Las fiestas en la cultura medieval, Barcelone : Areté, 2004. Il consac (...)
  • 3 Anthony GOREAU-PONCEAUD et Nicolas LEMOIGNE (dir.), Chasse, chasseurs et normes, Pessac : Maison de (...)
  • 4 L’un des ouvrages fondateurs dans le domaine des recherches sur la chasse, dans la perspective de l (...)
  • 5 Agostino PARAVICINI BAGLIANI et Baudouin VAN DEN ABEELE (dir.), La Chasse au Moyen Âge : société, t (...)
  • 6 Catherine BATES, Masculinity and the hunt: Wyatt to Spenser, Oxford : Oxford University press, 2013 (...)
  • 7 Charles-Eloi VIAL, Les chasses des souverains en France (1804-1830), thèse de doctorat, sous la dir (...)

2La chasse et son histoire ont fait l’objet de différentes publications, en lien notamment avec l’histoire de l’alimentation, l’histoire de la relation de l’homme à l’animal1, l’histoire des fêtes2, ou encore le lien entre la chasse et les normes sociales3. Entre les années 1980 et 2005, plusieurs études d’intérêt ont été publiées sur la chasse, notamment pour la période médiévale4. Plus récemment, Isabelle Guillaume a exploré l’imaginaire de la chasse entre 1870 et 19145. Le lien entre la chasse et la construction de la masculinité ainsi que la fascination pour la figure (souvent mythique et imaginaire) de la femme-chasseresse ont également fait l’objet d’intéressantes recherches, notamment dans les mondes anglosaxons, de la part de Catherine Bates et Richard Almond6. Les chasses royales et, plus récemment, présidentielles, les rapports de pouvoir et les alliances qui s’y tissent ont également donné lieu à diverses études7.

  • 8 Philippe SALVADORI, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris : Fayard, 1996. Isabelle GUILLAUME, Imagi (...)
  • 9 Ángel Luis MOLINA MOLINA « Estampas Medievales Murcianas, desde la Romántica Caballeresca, Caza y F (...)

3Néanmoins, depuis le remarquable livre de Philippe Salvadori8, peu d’ouvrages écrits dans une perspective historique explorent de manière systématique cette pratique et son inscription dans l’histoire sociale et culturelle. Pourtant la chasse est un révélateur : un révélateur de sociétés marquées par la présence, véritablement structurante, d’inégalités et de privilèges, un révélateur de la noblesse et de ses représentations. Car comme le rappelle Ángel L. Molina Molina « Para los nobles juega un papel esencial en su vida, pues el arte de la caza, junto con el del amor y el de la guerra forman la trilogía de las actividades nobiliarias »9.

  • 10 Philippe SALVADORI, La chasse sous l’Ancien Régime, p. 10-26.

4La spécificité de la chasse sous l’Ancien Régime est qu’elle n’est pas universelle, mais réservée à une élite : la noblesse et sa quintessence, incarnée par la personne royale. Le roi est en effet le personnage le plus noble du royaume, il est lui-même source de toute noblesse puisque qu’il peut anoblir et donc concéder ce privilège. La chasse constitue ainsi ce que les sociologues nomment une pratique distinctive, une activité visant à particulariser un groupe et à le distinguer des groupes inférieurs10.

5Nous proposons ici d’explorer ce lien étroit entre chasse et noblesse sous l’angle de l’éducation. En effet de nombreux traités affirment que le noble doit savoir chasser et insistent sur le rôle de la chasse dans la formation de l’identité noble. En effet, la chasse y est considérée comme une activité formatrice, une activité qui fabrique une forme d’excellence. Comment la chasse fabrique-t-elle cette supériorité ? De quelle excellence s’agit-il ? En clair : qu’apprend-on à la chasse ?

6Nous analyserons également le lien entre la chasse et l’« éducation » au sens étymologique du terme. En effet, educare est forgé à partir de ex- ducere (« conduire hors de », « conduire au-delà de »), suggérant une élévation, un dépassement de soi et des autres pour s’inclure et s’inscrire dans la classe des « meilleurs ». En quoi la chasse contribue-t-elle à faire des nobles des êtres « au-dessus » des autres, des êtres « meilleurs » ou supérieurs, légitimant ainsi leurs privilèges ?

Présentation des sources

  • 11 Consultable dans Carmen CRESPO TOBARRA, Catálogo de Manuscritos de la Real Academia Española, Madri (...)
  • 12 Luis BARAHONA DE SOTO, Diálogos de la montería, manuscrito inédito de la Real Academia de la Histor (...)
  • 13 Pedro de PEDRAZA GAITÁN, Libro de montería: que trata cómo se a de seguir el monte con el arcabuz y (...)
  • 14 Pour une bibliographie sur la chasse dans l’Espagne d’Ancien Régime : Miguel LAFUENTE ALCÁNTARA, In (...)

7Nous présenterons d’abord très rapidement les sources utilisées, constituées pour l’essentiel de traités sur la chasse. Du Moyen Âge à l’Époque Moderne, on assiste à une véritable floraison de textes sur cette pratique. Certains traités sont consacrés exclusivement à un certain type de chasse, comme la fauconnerie : on citera par exemple le Libro de cetrería de Juan de Sahagún, fauconnier de Jean II de Castille, le Libro de la caza de las aves du chancelier Pero López de Ayala, le Libro de cetrería de caça de açor (Salamanque : Juan de Canova, 1565) de Fadrique Zúñiga y Sotomayor ou encore l’Arte da Caça da Altaneria (Lisboa : Jorge Rodríguez, 1616) de Diego Fernández Ferreira. À cela s’ajoutent divers traités sur la chasse en général et surtout sur la vénerie ou chasse au gros gibier (la montería), où l’on insiste tout particulièrement sur les idées d’effort, de danger, sur le dépassement de soi et sur l’apprentissage du maniement des armes qui fait de la chasse une vivante « école de la guerre ». Parmi ces traités, on citera notamment le Libro de la caza de l’Infant don Juan Manuel, le Libro de la montería (rédigé au XIVe siècle sur ordre d’Alphonse XI de Castille et publié par Gonzalo Argote de Molina, en 1582, à Séville, chez l’imprimeur Andrea Pescioni), l’anonyme Tratado de montería (rédigé sous Jean II ou Henri IV de Castille), le Libro de acetrería y de montería de Mosén Juan Vallés11, l’Aviso de caçadores y caça (Alcalá de Henares : Juan de Brocar, 1543) de Pedro Núñez de Avendaño, les Diálogos de la montería (manuscrit anonyme du XVIe siècle, parfois attribué à Luis Barahona de Soto, conservé à la Real Academia de la Historia, et constitué par un dialogue entre trois amis, Solino, Silvano et Montano)12, l’Origen y dignidad de la caza (Madrid : Francisco Martínez, 1634) de Juan Mateos, les Exercicios de la gineta (Madrid : Diego Díaz, 1643) de Gregorio Tapia y Salcedo, l’Arte de ballestería y montería (Madrid : Imprenta Real, 1644) d’Alonso Martínez de Espinar (qui comporte un intéressant prologue de Francisco de Quevedo) ou encore le Libro de montería, que trata cómo se a de seguir el monte con el arcabuz y sabuesso, manuscrit (s.d.) de Pedro de Pedraza Gaitán dédié au roi Philippe IV13. Au XVIIIe siècle, la publication de traités sur la chasse se poursuit, avec des textes comme El Cazador Instruido y Arte de Cazar con escopeta y perros, a pie, y a cavallo: que contiene todas las reglas conducentes al perfecto conocimiento de este exercicio (Madrid : Joseph González, 1745) de Juan Manuel de Arellano ou encore la Silva venatoria. Modo de cazar todo género de aves, y Animales, su naturaleza, virtudes, y noticias de los temporales (Madrid:  Herederos de Agustín de Gordejuela, 1754) d’Agustín Calvo Pinto y Velarde. Il y a, de manière quelque peu paradoxale, une véritable floraison d’ouvrages sur la chasse, qui vantent les mérites de cette pratique, alors qu’elle ne concerne qu’un petit nombre d’individus privilégiés14. Mais comme on le verra, le paradoxe n’est qu’apparent : à une époque où la noblesse a perdu sa fonction guerrière, où ses privilèges se trouvent régulièrement mis en cause, il importe, plus que jamais, de défendre la légitimité et les fonctions de cette pratique distinctive.

8À ces traités sur la chasse (qui constituent la plus grande partie de nos sources) s’ajoutent divers textes politiques, moraux et même légaux, qui se donnent pour but de proposer des normes et des modèles : les Siete Partidas d’Alphonse le Sage (dont l’influence, considérable, s’étend jusqu’au XIXe siècle), la traduction castillane de El Cortesano élaborée par Juan Boscán, les écrits du jésuite et moraliste Juan de Mariana ou encore les Discursos varios politicos (Evora : Manoel Carvalho, 1624) de Manoel Severim de Faria, qui consacre précisément l’un de ses discours à la chasse.

Quelle est la nature des liens qui relie la chasse à la noblesse ?

9La chasse est perçue comme un otium qui permet de délasser l’esprit des seigneurs et gouvernants, en premier lieu duquel figure le roi. Ainsi, les Siete Partidas conseillent au roi de chasser pour « redrar de sí los cuydados & los pesares que son cosas que enbargan mucho el seso » (Partida II, título V, loi 20). Dans la même perspective, le Libro de la montería, attribué à Alphonse XI de Castille, conçoit la chasse comme un délassement nécessaire aux aristoi qui gouvernent le royaume :

  • 15 ALFONSO XI, Libro de la Montería, éd. de José Gutiérrez de la Vega, Madrid : Imp. Tello, 1877, I, p (...)

Et la razón porque feciemos este libro es, porque es verdat que los sabios antiguos, que fablaron en todas las cosas naturalmiente, fallaron que una de las cosas porque los Reyes et los Príncipes, et los grandes Señores podrían más vevir, et haber los entendimientos más claros, era por catar algunas maneras de placer en que diesen espacio et folgura al entendimiento, et que con esto podrían mejor sofrir el cuidado et el afán del librar15.

10Mais la chasse est beaucoup plus qu’un loisir, elle joue un rôle dans la construction identitaire de la noblesse et de la monarchie et se voit dotée d’une fonction éducative : le noble et le roi doivent chasser. Pour le roi et la noblesse, la chasse n’est pas un simple loisir, elle est un devoir. Les Siete Partidas rappellent ainsi que « el Rey debe ser mañoso en cazar » (Partida II, título V, ley 20). De même, dans son Libro de cetrería, Juan de Sahagún, fauconnier de Jean II, rappelle que les princes et les nobles doivent chasser. Chasser est présenté comme une activité nécessaire, consubstantielle, au roi et à la noblesse, et voulue par la Divine Providence :

  • 16 Juan de SAHAGÚN, Libro de cetrería, éd. d’Antonio Manzanares Palarea, Madrid : Alcotán, 1984, p. 15

[…] pues Dios así orden y con razón, por ende ordenaron los Reyes que primeramente fueron en el mundo, que los sus fijos e los fijos de los grandes hombres de sus reinos y señoríos usasen caza16.

  • 17 Juan BOSCÁN, El cortesano, Madrid : Espasa Calpe, 1980 (col. Austral), p. 37.
  • 18 Juan de MARIANA, Del rey y de la institución real, in : id., Obras del Padre Juan de Mariana. Colec (...)

11Dans la même logique, la traduction castillane du Cortegiano de Castiglione fait de la chasse l’activité naturelle des « señores y hombres de corte ». Le noble courtisan doit en effet pratiquer « muchos ejercicios, los cuales, aunque no proceden derechamente de las armas, tienen con ellas muy gran deudo y traen consigo una animosa lozanía de hombre. Entre éstos son los principales la caza y la montería, que en ciertas cosas se parecen a la guerra, y sin duda son los pasatiempos que más convienen a señores y a hombres de corte »17. Même Juan de Mariana (dont le De rege et de regis institutione dénonce pourtant à de nombreuses reprises les plaisirs dont on entoure les rois) recommande la pratique de la chasse pour le futur monarque, affirmant sa valeur pédagogique dans la formation du jeune prince18. Enfin, lorsque Don Quichotte prodigue ses conseils à Sancho, futur gouverneur, il lui rappelle que la chasse et, plus spécialement, la vénerie et la fauconnerie, constituent un passe-temps approprié pour les nobles et les princes :

[…] el ejercicio de caza de monte es el más conveniente y necesario para los reyes y príncipes que otro alguno […] y lo mejor que él tiene es que no es para todos, como lo es de otros géneros de caza, excepto el de la volatería, que también es sólo para reyes y grandes señores (Don Quichotte, II, 34).

12L’imaginaire ancien fait ainsi de la chasse l’exercice noble et royal par nature : le prince et l’aristocrate doivent chasser. Ils doivent chasser pour construire leur essence noble et royale, autant que pour maintenir et entretenir cette essence supérieure. Ces aspects nous conduisent à évoquer la valeur éducative attribuée à la chasse.

La chasse comme éducation physique : une éducation du corps

  • 19 Pero LÓPEZ DE AYALA, Libro de la caza de las aves, éd. de José Fradejas Lebrero, Madrid : Castalia, (...)

13La chasse relève d’abord de ce que nous appellerions aujourd’hui l’éducation physique : il s’agit d’exercer le corps, afin de lui conserver sa santé mais aussi de le fortifier, de l’endurcir, de le rendre plus résistant que celui des autres. Dans les Siete Partidas, la Partida II (título V, loi 20) rappelle que le roi doit chasser et cite comme première raison « por alongar su vida & su salud ». Cette valeur de la chasse comme « exercice » donné au corps est soulignée par Pero López de Ayala, dans son Libro de la caza de las aves : « estaba bien que los señores y príncipes anduviesen, algunas horas del día, en la mañana y en las tardes, por los campos y mudasen de aire e hiziessen con sus cuerpos exercicio »19. Enfin, Manoel Severim de Faria, dans ses Discursos varios políticos (Evora : Manoel Carvalho, 1624) expose en détail les bienfaits de la chasse pour la santé :

  • 20 Manoel Severim DE FARIA, Discursos varios políticos, Evora : Manoel Carvalho, 1624, fol. 138vº-139r (...)

He també a caça louvavel excercicio para a saude, & por isso foy usada daquelles grandes Filosofos & paes da medicina Chyron, Machaonte, Podalirio Esculapis. De Galeno he grandemente louvada por tal, porque se faz correndo, andando, saltando, atirando, bradando, & com outras semelhantes acçoes, que aquentao o corpo, secao os sobejos humores, gerao profundos sonos cozem as cruezas do estomago20.

  • 21 Juan de MARIANA, Del rey y de la institución real, vol. 31, p. 506.

14Dans son De rege et de regis institutione Juan de Mariana va au-delà de l’idée d’exercice physique destiné à conserver la santé, affirmant l’importance de la chasse pour endurcir le corps : « Añádase a estos juegos la caza; enséñeles a perseguir las fieras a campo abierto y a trepar por los montes; hágase que fatiguen el cuerpo con sed, con hambre, con trabajo »21. Ce dernier mot, « trabajo » (qui signifie dans la langue classique « tourment, peine, souffrance, effort ») ouvre en quelque sorte une nouvelle porte, il introduit une nouvelle dimension de la chasse et de son rôle éducatif : il ne s’agit pas seulement d’exercer et d’éduquer le corps mais aussi d’élever l’âme en l’habituant à l’effort, aux peines, aux privations, au dépassement de soi. L’éducation que la chasse apporte n’est donc pas seulement physique mais aussi morale.

La chasse comme éducation morale : une éducation de l’âme

15Les apprentissages et perfections que la chasse apporte ne se limitent donc pas au corps, mais s’appliquent aussi à l’âme, considérée dans sa dimension intellectuelle et morale.

16Les Siete Partidas (Partida II, título V, loi 20) rappellent que le roi doit s’exercer à la chasse pour « acrescentar su entendimiento ». L’explication apportée à cette idée, récurrente dans les textes doctrinaux, n’est pas toujours très claire : parfois il est expliqué que l’esprit est plus clair, plus apte à juger et à trancher (l’une des fonctions essentielles des nobles et seigneurs) s’il se délasse ; parfois, il est suggéré que la poursuite et la traque de l’animal aiguisent l’esprit, la chasse devenant l’affrontement, la compétition de deux intelligences, animale et humaine.

  • 22 ALFONSO XI, Libro de la montería, I, p. 8.

17En revanche, ce qui est certain, c’est que la chasse est dotée d’une valeur morale, elle est une école de l’effort, de l’endurance, du sacrifice, du dépassement de soi. C’est ce que souligne le Libro de la montería, pour lequel la chasse apprend à « ser acucioso et non dormir mucho et sofrir el comer, et el beber, et madrugar, et aún trasnochar et haber mala cama a las veces et sofrir a las veces frío et a veces calentura et aún encobrir el miedo, cuando acaesciere »22.

  • 23 Juan de SAHAGÚN, Libro de cetrería, p. 15-16.

18La chasse apparaît aussi comme une source de vertu parce que l’effort qu’elle suppose provoque une saine fatigue et bannit les pensées impures. Ainsi, Juan de Sahagún affirme l’utilité de la chasse « porque fuesen más sanos [los cuerpos] e por los quitar de vicio y pensamiento », évoquant l’exemple de Ninus, roi de Syrie et seigneur de Ninive, qui fut le premier à pratiquer la fauconnerie « por fazer ejercicio e guardarse de pecar »23. On le voit, ici, la chasse garantit à la fois la santé du corps et la vertu de l’âme.

  • 24 Manoel Severim DE FARIA, Discursos varios politicos, fol. 139rº : « Serve assi mesmo este exercicio (...)
  • 25 Pedro NÚÑEZ DE AVENDAÑO, Aviso de caçadores y caça, Alcalá de Henares : Juan de Brocar, 1543, p. 30

19Les vertus de la chasse sont également exaltées par Manoel Severim de Faria pour qui la chasse, placée sous le signe de la chaste Diane, permet de garder la chasteté en dépensant sainement le trop-plein d’énergie24. L’idée que la chasse conduit à la vertu est également développée par le juriste castillan Pedro Núñez de Avendaño, qui fait de la chasse une sorte d’antichambre d’autres vertus : « el caçar es acto virtuoso y puédese llamar descansadero para exercitar otros actos de virtud »25. Physiques autant que moraux, les innombrables bienfaits de la chasse sont ainsi résumés par Pedro Núñez de Avendaño :

  • 26 Ibid. p. 26.

[…] mediante la caça se menguan los cuydados y pensamientos, y la saña y la yra, exercítasse el cuerpo, de que sucede comer y dormir bien, cáusase alegría en el ánimo, sujetando los animales bravos y considerando la diversidad de ellos y haziendo que sirvan a los hombres, acreciéntase con ellos el entendimiento y mediante estas cosas ayúdasse a conservar la salud y se alarga la vida26.

Chasse, charité et « générosité »

20Parmi les différentes vertus que la chasse apprend et apporte (nous avons déjà évoqué la patience, la persévérance dans l’effort et la chasteté), il y a également la charité car, en chassant le seigneur débarrasse les paysans de nombreuses bêtes nuisibles qui attaquent leurs cultures. C’est ce que souligne Quevedo dans son prologue à l’Arte de la montería d’Alonso Martínez de Espinar :

  • 27 Alonso MARTÍNEZ DE ESPINAR, Arte de ballestería y montería, Madrid : Imprenta Real, 1644, prologue (...)

[…] a esto se añade el ser capaz de méritos de caridad este exercicio de la ballestería, disminuyendo en muchos animales la siega a las cosechas de los labradores a cuyas hozes se adelanta su hambre, y justiciando en la voracidad del lobo el menoscabo de los ganados que como ladrón de los rebaños enteros assuela con hurtos: esta piedad encendió las entrañas clementíssimas del Rey nuestro señor a perseguir con mayor continuación los lobos que las otras reses, librando de las más delinquentes y facinorosas el caudal de sus vassallos27.

21On notera, en passant, l’artifice de la manipulation idéologique et rhétorique, ici mise en place : la véritable générosité et la véritable charité eût été de laisser aux roturiers le droit de chasser et se débarrasser eux-mêmes des nuisibles. En restreignant le droit de chasse, la législation d’Ancien Régime prive les roturiers du droit de défendre leurs cultures. Et c’est à l’intérieur même de ce contexte exclusif que la chasse est présentée comme un acte de charité et de noble générosité, dans lequel les nobles et seigneurs se mettent « généreusement » au service des plus humbles, en chassant les nuisibles de leurs cultures.

22On remarquera aussi que la chasse noble est toujours représentée comme une chasse généreuse, autrement dit, une chasse non alimentaire : le noble ne chasse pas par nécessité, mais par plaisir et pour répondre à des impératifs sociaux. Il chasse pour débarrasser la collectivité des animaux dangereux ou nuisibles, mais aussi pour rappeler ses privilèges. Il chasse, enfin, et surtout, pour construire sa propre essence, pour engendrer et maintenir une excellence, qui justifie précisément ses privilèges. La chasse est donc à la fois le résultat (le privilège), la conséquence et l’agent constructeur d’une essence supérieure.

23La chasse engendre et cultive chez le noble une force, une virtù qui est polysémique, dans la mesure où elle est physique, mais aussi morale. La chasse rend « plus fort » physiquement et moralement, elle rend celui qui la pratique « meilleur » (physiquement et moralement), et il est donc normal, dans une société inégalitaire comme celle de l’Ancien Régime, qu’elle soit réservée à l’élite dont elle construit et confirme l’excellence.

Le topos de la chasse « école de la guerre »

  • 28 Cynégétique, I, 18 : « Je conseille aux jeunes gens de ne pas mépriser la chasse, ni l’instruction (...)

24L’importance accordée à la chasse dans l’éducation noble et royale s’explique aussi par l’idée selon laquelle la chasse est une « école de la guerre », ou encore une « image », une « réplique » de la guerre. Cette idée, qui remonte à Xénophon28 est, dans les textes de l’Époque Moderne, un véritable lieu commun.

  • 29 Juan ARIAS DE ÁVILA PORTOCARRERO, Discurso del falcón que vulgarmente se llama Esmerejón, éd. d’Ant (...)

25On la trouve dans les Siete Partidas qui rappellent que le roi doit savoir chasser (« el Rey debe ser mañoso en cazar ») car la chasse est une formation à l’« arte & sabiduría de guerrear » (Partida II, título V, loi 20). La même idée apparaît dans le Discurso del falcón que vulgarmente se llama Esmerejón, qui affirme que la chasse est une activité aristocratique et qu’elle est un véritable « retrato de la guerra » car « ansí como en la guerra es necesario velar, madrugar, tomar los pasos, reconocer el sitio y vadear los ríos ; así en la caza es necesario lo mismo »29. Rédigé dans la première moitié du XVIe siècle par Arias de Ávila Portocarrero Comte de Puñonrostro, ce texte est dédié au Duc de Frías : nous sommes ici face à des textes écrits par des nobles, dédiés à des nobles, et dont la fonction est de construire une certaine image de la noblesse dans laquelle l’idéal martial (incarné par le combat en temps de guerre et la chasse en temps de paix) joue un rôle fondamental.

26Le même topos apparaît dans l’Origen y dignidad de la caza (Madrid : Francisco Martínez, 1634) de Juan Mateos, dans l’Arte de ballestería y montería d'Alonso Martínez de Espinar (Madrid : Imprenta Real, 1644) et chez Manoel Severim de Faria :

  • 30 Manoel Severim DE FARIA, Discursos varios politicos, fol. 138vº.

Foy a caça tida dos Antigos por huna semelhança & eschola de la guerra, & assi criavao nella sues filhos para depois virem a ser bons cavalleiros, robustos, esforçados, sofredores de trabalhos, desprezadores dos perigos & das injurias do tempo » […] he a caça hua eschola & verdadeira semelhaçada disciplina militar. Porque te espias, atalayas, cilada, corridas, ordenar e repartir gente, duvidas & conselhos, chegadas incubertas & finalmente peleja, & batalha & sobre tudo vitoria com prizao ou morte do inimigo30.

27Ce lieu commun déborde les traités sur la chasse pour s’étendre à d’autres supports, notamment ceux sur l’art militaire. Sancho de Londoño expose aussi, dans son Discurso sobre la forma de reduzir la disciplina militar a mejor y antiguo estado (Bruxelles, 1590), les parentés entre la chasse et la guerre :

  • 31 Sancho de LONDOÑO, Discurso sobre la forma de reduzir la disciplina militar a mejor y antiguo estad (...)

La caça es un exercitio muy provechoso y conforme a la cosa militar. Por esso los antiguos no sólo no la vedaron a gente de guerra, mas tuvieron y honrraron por más que hombres a los que se dieron a ella, como Xenophonte Philósofo y Capitán singular dize en un tratado que hizo de venatione. Y Phylón Judío, excelente philósopho, escriviendo la vida de Moysén, dize ser la caça preludio o ensayo para hazerse diestros hombres de guerra y capitanes […]. Assí que no se deve vedar a los soldados el caçar fuera de parques cerrados o cotos particulares reservados para el passatiempo de Reyes y Príncipes31.

28Le Libro de los estados de don Juan Manuel souligne aussi cette idée selon laquelle la chasse forme le jeune seigneur pour la guerre. En entraînant le corps à l’effort physique, au froid et à la chaleur, en permettant à l’individu de se perfectionner dans l’équitation et le maniement des armes, l’activité cynégétique est une véritable propédeutique à la guerre :

  • 32 DON JUAN MANUEL, Libro de los estados, p. 199-200.

et si fuere de edat que pueda andar de cavallo et sofrir la fortaleza del tienpo, non deve dexar, por fuerte tienpo que faga, de ir a caça en cavallo, et vestir ganbax gordo et pesado, et mucha ropa; lo uno por se guardar del frío et lo ál, por acostunbrar el cuerpo a sofrir el peso de las armas cuando le acaesçiere. Et en quanto andudiere a caça deve traer en la mano derecha lança o ascoña o otra vara; et en el isquierda deve traer un açor o un falcón. Et esto deve fazer por acostunbrar los braços: el derecho, para saber ferir con él, et el isquierdo, para usar el escudo con que se defienda. Et todavía deve traer el espada consigo: lo uno porque es ávito de los que an de bevir por cavallería; lo otro, porque en el espada ha arma et armadura: arma para ferir et armadura para [se] defender32.

29On remarquera ici que la guerre qu’apprend le jeune seigneur est la guerre à cheval, la chevalerie ou cavalerie, qui a toujours été considérée (par opposition à l’infanterie) comme la forme de guerre noble par excellence. Le propre du « cavallero » est de servir son roi, à cheval, à la guerre. Il est significatif, de ce point de vue, que le Libro de la montería affirme l’essentielle parenté de la chevalerie et de la vénerie :

  • 33 ALFONSO XI, Libro de la montería, I, p. 7-8.

[…] de todas las órdenes que Dios fizo, es la más alta la caballería, et de todas las cazas del mundo non ha más acostada a la caballería que ésta; nin en que más ande el home en hábito de caballero, andando a ninguna de las otras cazas del mundo más que en ésta, porque anda de caballo et trae arma en la mano33.

30La vénerie est donc, en toute logique, un exercice de chevaliers. Comme l’explique le même ouvrage, les chevaliers ne doivent jamais abandonner les armes : en temps de guerre, ils participeront aux combats, et en temps de paix, ils s’adonneront à la vénerie, car c’est parmi toutes les chasses, « la plus proche de la guerre » :

  • 34 Ibid., I, p. 8.

[…] porque el caballero debe siempre usar toda cosa que tanga a armas et a caballería et quando non lo podiere usar en guerra, débelo siempre usar en cosas que son semejantes a ella. Et es cierto que de las cazas non hay ninguna que más sea semejante a la guerra que ésta34.

31Ces représentations se transmettent aussi à la littérature. Dans le Don Quichotte, le Duc explique à Sancho que « la caza es imagen de la guerra: hay en ella estratagemas, astucias, insidias, para vencer a su salvo al enemigo; padécense en ella fríos grandísimos y calores intolerables; menoscábase el ocio y el sueño, corroboránse las fuerzas, agilítanse los miembros del que la usa » (II, 34). On le voit, la pratique de la chasse proclame et consolide l’inclusion du noble dans la classe supérieure et privilégiée des bellatores, à une époque où justement la noblesse voit son rôle guerrier décliner. Ces implications imaginaires, à forte résonance sociale, se confirment si l’on examine plus en détail les différents types de chasse.

Vers une hiérarchie des chasses : chasse noble/ chasse ignoble

32Toutes les chasses sont-elles nobles ? Toutes les chasses ont-elles la même valeur éducative ? La réponse est non : l’examen des discours fait en effet apparaître une hiérarchie des chasses, dans laquelle la chasse au gros gibier et la fauconnerie apparaissent comme des chasses supérieures et où la chasse au petit gibier ou, pire encore, la chasse avec des pièges, apparaissent comme des chasses méprisables, des chasses inférieures, dénuées de tout rôle éducatif, inaptes à construire l’excellence physique et morale qui, sur le plan des imaginaires, définit la classe noble et justifie ses privilèges.

  • 35 Pedro NÚÑEZ DE AVENDAÑO, Aviso de caçadores y caça, p. 8.
  • 36 Alonso REMÓN, Entretenimientos y juegos honestos y recreaciones christianas, Madrid : Veuve d’Alons (...)

33La vénerie est en effet une chasse fatigante où il faut faire preuve d’endurance et d’effort, c’est une chasse qui exige de monter à cheval et de manipuler des armes de combat comme à la guerre ; et c’est aussi, enfin, une chasse « dangereuse » où le noble s’expose au danger. La vénerie apparaît donc comme la chasse noble par excellence, alors que la chasse au petit gibier, à plumes ou à poil, ou, pire encore, la chasse avec des pièges, apparaît comme une chasse ig-noble. L’idée que la chasse avec des pièges est une chasse vile, indigne des nobles se révèle clairement, par exemple, dans l’Aviso de caçadores y caça de Núñez de Avendaño. L’auteur y rappelle l’interdiction de la chasse avec des pièges en 1514 et souligne la nature vulgaire de cette chasse : « quando la caça se haze o con otros armadixos, lo que el vulgo llama parança: porque la interpretación destos vocablos grosseros pende de la interpretación del vulgo que los inventó. E ansí la caça de qualquier género que sea, tomándose con redes, o armadixos, es prohibida por la premática fecha en Burgos, año de mil quinientos y catorze »35. Dans la même perspective, les Entretenimientos y juegos honestos y recreaciones christianas (Madrid, 1623) d’Alonso Remón, consacrés aux loisirs des différents « états », classent la « caça de las grajas » et la « caça de los tordos o estorninos », réalisées avec des pièges, parmi les divertissements de vilains36. On voit donc bien que toutes les chasses ne sont pas éducatives, toutes les chasses ne sont pas nobles : seules les chasses supposant effort, dépense, danger, courage et dépassement de soi ont une valeur éducative et conviennent à l’aristocratie.

  • 37 Sur ce point voir notamment María Isabel MONTOYA, « La caza en el medievo peninsular », Tonos. Revi (...)

34Un mot, enfin, sur la fauconnerie. Les qualités requises pour cette forme de chasse, également perçue comme éminemment aristocratique, sont très différentes de celles de la vénerie. Alors que cette dernière requiert force, endurance, courage, qu’elle endurcit le corps et l’habitue au maniement des armes, la fauconnerie ne requiert pas d’effort physique notable, en dehors de la capacité à monter à cheval et à tenir un oiseau de proie sur le poing. C’est une chasse qui demande d’autres qualités : patience, réflexion, stratégie (dans l’estimation des vents, le choix du moment où on lance l’oiseau sur sa cible). Enfin, et surtout, la fauconnerie est une chasse chère (il faut acquérir les oiseaux, payer du personnel spécialisé pour les dresser et les soigner) : c’est une chasse qui demande aussi un engagement (ici moins physique que financier) et qui implique une dépense d’autant plus « généreuse » que le gibier chassé se limite le plus souvent à de menus oiseaux. Aussi la fauconnerie est-elle perçue comme une manière, pour la noblesse et surtout, pour les grands seigneurs, de montrer leur « magnificence » et leur libéralité37.

35D’une certaine manière, ces deux formes de chasse (fauconnerie et vénerie), préparent ainsi le noble à construire et à acquérir sa propre essence : si la vénerie est une école du courage, de l’engagement physique, la fauconnerie est une école de la stratégie, du contrôle de soi, et de cette naturelle « générosité », cette « magnificence » qui fait aussi l’essence de la noblesse.

  • 38 Cité par Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, Las clases privilegiadas en la España del Antiguo Régimen, Madrid (...)

36Pour conclure on soulignera, en premier lieu, la force des représentations qui relient la chasse à la noblesse. Dans les systèmes de représentation d’Ancien Régime, le noble se doit de chasser et la chasse a toute sa place dans l’éducation noble. D’ailleurs, le fait de chasser et surtout d’avoir un équipage de chasse (faucons, chiens, chevaux et personnel dédié à cette activité) servait aussi de preuve dans les enquêtes de noblesse : tout individu prétendant aux privilèges de la noblesse devait démontrer qu’il vivait « hidalgamente » et, précisément, l’entretien d’une meute et de personnel destiné à la chasse apparaît comme une preuve et un signe de noblesse. Ainsi, l’inventaire des biens de Pedro de Riquelme, chevalier de Jerez étudié par Antonio Domínguez Ortiz, fait apparaître que ce dernier possédait un important équipage de chasse, composé de « muchos perros de caza, galgos, azores y tantos caballos buenos de rúa que no cabían en la caballeriza ». De manière significative, l’auteur de l’inventaire inclut tous ces éléments dans les « atavíos de caballero hijodalgo »38. Activité et attribut nobiliaire, la chasse assoit le noble dans son identité aristocratique, et on le voit aussi dans les nombreux portraits, qui représentent des nobles à la chasse ou en tenue de chasse.

37La chasse est donc perçue comme un art « noble », comme le souligne Francisco de Quevedo dans son prologue à l’Arte de la Montería d’Alonso Martínez de Espinar :

  • 39 Alonso MARTÍNEZ DE ESPINAR, Arte de ballestería y montería, prologue de Quevedo, sans pagination.

[…] los que enseñan el arte nobilíssimo de la caza y montería no solo disponen los espíritus a exercicio honesto y saludable, sino también al uso militar, de tal suerte que los que pasan de la fatiga de los bosques y montes a la disciplina de los exércitos no extrañan el afán de su desvelo, ni la incomodidad de la Campaña, de tal manera van doctrinados en la paciencia adquirida, desembolviendo las malezas en el ardor de los soles y el rigor de los yelos, que ninguna inclemencia de marchas y sitios los experimenta bisoños39.

38On retrouve dans cette caractérisation de la chasse toute une série d’aspects que nous avons soulignés dans notre analyse : la chasse comme « exercice noble » (Quevedo emploie même le superlatif « nobilíssimo »), la chasse comme « école de la guerre », la chasse comme espace où l’on apprend l’effort et le dépassement de soi. On notera aussi, dans le texte de Quevedo, la présence d’un abondant vocabulaire de l’apprentissage, de l’éducation (« disponen los espíritus a », « van doctrinados en la paciencia adquirida », « bisoños ») qui montre bien la valeur éducative attachée à la chasse.

39Lorsqu’il chasse, le noble se construit et s’affirme comme être supérieur, comme aristos (qui est le superlatif d’agathos, « bon »). Pour reprendre les termes de Quevedo, la chasse est « noble exercice » en ce sens qu’elle « anoblit » l’individu : elle l’élève au-dessus des autres (on retrouve ici l’étymologie du terme educare, qui renvoie à ex ducere), pour le placer dans la classe des aristoi, les meilleurs, ceux qui sont au-dessus des autres.

40Enfin, la chasse confirme le noble dans sa fonction de bellator puisque cette activité est une « école de la guerre ». On peut donc dire que, dans la chasse, le noble apprend sa propre essence.

  • 40 Le texte de Fernando Basurto a fait l’objet d’une édition moderne précédée d’une riche introduction (...)

41Néanmoins, ce serait une illusion que de croire que ces représentations font l’objet d’une adhésion unanime : elles s’inscrivent aussi dans des tensions, et des débats polémiques, et il y a également des voix discordantes qui se font entendre, qui expriment leur profond désaccord avec ces représentations et plus largement, avec les privilèges accordés à la noblesse et avec le principe même d’une société inégalitaire. Parmi ces voix discordantes, l’une des plus intéressantes est sans nul doute celle de Fernando Basurto qui, dans son Diálogo del cazador y del pescador (Saragosse, 1539) fait de la chasse un lieu de bruit, de vanité, de destruction (le pêcheur dénonce par exemple les nobles, qui piétinent les cultures en poursuivant le gibier pour leur seul plaisir)40, tout le contraire de la « charité » revendiquée par les défenseurs de la chasse et de la noblesse.

Haut de page

Notes

1 Jacques VOISENET, Bêtes et hommes dans le monde médiéval : le bestiaire des clercs du Ve au XIIe siècle, Turnhout : Brepols, 2000.

2 Miguel Ángel LADERO QUESADA, Las fiestas en la cultura medieval, Barcelone : Areté, 2004. Il consacre des passages à la chasse.

3 Anthony GOREAU-PONCEAUD et Nicolas LEMOIGNE (dir.), Chasse, chasseurs et normes, Pessac : Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2017.

4 L’un des ouvrages fondateurs dans le domaine des recherches sur la chasse, dans la perspective de l’histoire sociale et culturelle est La chasse au Moyen âge : actes du colloque de Nice, 22-24 juin 1979, Paris : Les Belles Lettres, 1980. On citera aussi, Armand STRUBEL et Chantal DE SAULNIER, La poétique de la chasse au Moyen âge : les livres de chasse du XIVe siècle, Paris : Presses Universitaires de France, 1994.

5 Agostino PARAVICINI BAGLIANI et Baudouin VAN DEN ABEELE (dir.), La Chasse au Moyen Âge : société, traités, symboles, Florence : Edizioni del Gallezzo, 2000. José Manuel FRADEJAS RUEDA (dir.), La caza en la Edad Media, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2002. Franco PIGNATTI (dir.), La caccia nella Roma dei papi nei secoli XV-XVI: atti della giornata di studi, Rome : Fondazione Marco Besso, 2016.

6 Catherine BATES, Masculinity and the hunt: Wyatt to Spenser, Oxford : Oxford University press, 2013. Richard ALMOND, Daughters of Artemis: the huntress in the Middle Ages and Renaissance¸ Cambridge : D. S. Brewer, 2009.

7 Charles-Eloi VIAL, Les chasses des souverains en France (1804-1830), thèse de doctorat, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 2013. Voir aussi : Cacce principesche: l’arte venatoria nella prima età moderna, études réunies par Francesco SOLINAS, Rome : De Luca, 2013. Joan PIERAGNOLI, La cour de France et ses animaux (XVIe-XVIIe siècles), Paris : PUF, 2016 (version publiée d’une thèse de doctorat d’histoire moderne et contemporaine, sous la direction de Lucien Bély, soutenue à Paris, Université Paris-Sorbonne en 2015). Sur les chasses présidentielles : Marcelo WESFREID, Le jardin secret de la République : 50 ans d'entre-soi, Paris : Plon, 2020. Et surtout : Louis GARRIDO, Les Nemrods de la République : Relations de pouvoirs et d'influence sur les élites lors des chasses présidentielles en France de 1870 à 1995, thèse de doctorat sous la direction de Pascal Ory, Paris : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2018 et Raphaël DEVRED, Le domaine de chasse de Rambouillet et le gouvernement de la nature : monarchie, empire, république (1783-1995), thèse de doctorat sous la direction d'Anne-Claude Ambroise-Rendu et de Grégory Quenet, Saint-Quentin-en-Yvelines : Université de Versailles, 2019.

8 Philippe SALVADORI, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris : Fayard, 1996. Isabelle GUILLAUME, Imaginaires de la chasse de 1870 à 1914, Paris : Honoré Champion, 2019.

9 Ángel Luis MOLINA MOLINA « Estampas Medievales Murcianas, desde la Romántica Caballeresca, Caza y Fiesta, a la Predicación, Procesión y Romería » in : Miguel Ángel GARCÍA GUINEA (dir.), Fiestas, juegos y espectáculos en la España Medieval, Aguilar de Campo : Ediciones Polifemo, 1995, p. 41.

10 Philippe SALVADORI, La chasse sous l’Ancien Régime, p. 10-26.

11 Consultable dans Carmen CRESPO TOBARRA, Catálogo de Manuscritos de la Real Academia Española, Madrid : Real Academia Española, 1991 (Anejos del Boletín de la Real Academia Española; anejo 50), Ms. 8.

12 Luis BARAHONA DE SOTO, Diálogos de la montería, manuscrito inédito de la Real Academia de la Historia, Madrid : Sociedad de Bibliófilos Españoles, 1890, XII.

13 Pedro de PEDRAZA GAITÁN, Libro de montería: que trata cómo se a de seguir el monte con el arcabuz y sabuesso: dirigido a la Magestad del Rey Don Felipe Nuestro Señor IIII, Madrid : BNE, cote Mss 8285

14 Pour une bibliographie sur la chasse dans l’Espagne d’Ancien Régime : Miguel LAFUENTE ALCÁNTARA, Investigaciones sobre la montería y demás ejercicios del cazador, Madrid : L. García, 1849 (le dernier chapitre contient une bibliographie) ; Francisco de UHAGÓN et Enrique de LEGUINA, Estudios bibliográficos : la caza, Madrid : Ricardo Fe, 1888 et José Manuel FRADEJAS RUEDA, Ensayo de una bibliografía de los libros españoles de cetrería y montería (s. XIII-XVII), Madrid : Cairel, 1985.

15 ALFONSO XI, Libro de la Montería, éd. de José Gutiérrez de la Vega, Madrid : Imp. Tello, 1877, I, p. 4-5.

16 Juan de SAHAGÚN, Libro de cetrería, éd. d’Antonio Manzanares Palarea, Madrid : Alcotán, 1984, p. 15.

17 Juan BOSCÁN, El cortesano, Madrid : Espasa Calpe, 1980 (col. Austral), p. 37.

18 Juan de MARIANA, Del rey y de la institución real, in : id., Obras del Padre Juan de Mariana. Colección dispuesta y revisada con un discurso preliminar de D. Francisco Pi y Margall. Biblioteca de Autores Españoles, vol. 31, Madrid : Atlas, 1950, p. 506.

19 Pero LÓPEZ DE AYALA, Libro de la caza de las aves, éd. de José Fradejas Lebrero, Madrid : Castalia, 1980, p. 54.

20 Manoel Severim DE FARIA, Discursos varios políticos, Evora : Manoel Carvalho, 1624, fol. 138vº-139rº.

21 Juan de MARIANA, Del rey y de la institución real, vol. 31, p. 506.

22 ALFONSO XI, Libro de la montería, I, p. 8.

23 Juan de SAHAGÚN, Libro de cetrería, p. 15-16.

24 Manoel Severim DE FARIA, Discursos varios politicos, fol. 139rº : « Serve assi mesmo este exercicio para conservar a castidade, & por isso os Antigos adoravao a Diana, inventora da caça, por deosa desta virtude ».

25 Pedro NÚÑEZ DE AVENDAÑO, Aviso de caçadores y caça, Alcalá de Henares : Juan de Brocar, 1543, p. 30.

26 Ibid. p. 26.

27 Alonso MARTÍNEZ DE ESPINAR, Arte de ballestería y montería, Madrid : Imprenta Real, 1644, prologue de Quevedo, sans pagination.

28 Cynégétique, I, 18 : « Je conseille aux jeunes gens de ne pas mépriser la chasse, ni l’instruction en général, c’est par là qu’on devient bon à la guerre ».

29 Juan ARIAS DE ÁVILA PORTOCARRERO, Discurso del falcón que vulgarmente se llama Esmerejón, éd. d’Antonio Manzanares Palarea, Madrid : Alcotán, 1984, p. 182.

30 Manoel Severim DE FARIA, Discursos varios politicos, fol. 138vº.

31 Sancho de LONDOÑO, Discurso sobre la forma de reduzir la disciplina militar a mejor y antiguo estado, Bruxelles : Roger Velpius, 1589, p. 21-22.

32 DON JUAN MANUEL, Libro de los estados, p. 199-200.

33 ALFONSO XI, Libro de la montería, I, p. 7-8.

34 Ibid., I, p. 8.

35 Pedro NÚÑEZ DE AVENDAÑO, Aviso de caçadores y caça, p. 8.

36 Alonso REMÓN, Entretenimientos y juegos honestos y recreaciones christianas, Madrid : Veuve d’Alonso Martín 1623, fol. 77rº.

37 Sur ce point voir notamment María Isabel MONTOYA, « La caza en el medievo peninsular », Tonos. Revista Electróncia de Estudios Filológicos (décembre 2009), consulté le 21 mai 2021 sur https://www.um.es/tonosdigital/znum6/portada/Cazamur.htm#_ftn8. Et Denis MENJOT, « Les Murciens du Bas Moyen Âge à la chasse », in : La chasse au Moyen Age, Actes du Colloque de Nice (22-24 juin 1979), p. 258.

38 Cité par Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, Las clases privilegiadas en la España del Antiguo Régimen, Madrid : Istmo, 1973, p. 32.

39 Alonso MARTÍNEZ DE ESPINAR, Arte de ballestería y montería, prologue de Quevedo, sans pagination.

40 Le texte de Fernando Basurto a fait l’objet d’une édition moderne précédée d’une riche introduction, par Alberto del Río (Alberto del RÍO NOGUER, Diálogo del cazador y del pescador, Huesca : Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1990). Sur la dimension contestataire de ce texte, voir Christine OROBITG, « Ruptures et dissidences dans le Diálogo del cazador y del pescador (Saragosse, 1539) de Fernando Basurto », Babel, 26 Figures de la rupture dans le monde hispanique, 2e semestre 2012, p. 45-62. Consultable sur : https://journals.openedition.org/babel/2476 et sur https://doi.org/10.4000/babel.2476.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Orobitg, « Chasse et construction identitaire de la noblesse : la place de la chasse dans l’éducation noble »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46294

Haut de page

Auteur

Christine Orobitg

Aix Marseille Université, UMR 7303 TELEMME

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search