Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Deuxième partie : L’éducation mor...Éducation morale et religieuse : ...De l’éducation religieuse à l’en...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Deuxième partie : L’éducation morale et religieuse : perpétuation de l’ordre social, réussites et ratés
Éducation morale et religieuse : enjeux et implications sociétales

De l’éducation religieuse à l’endoctrinement : enseignement et manipulation des enfants en Espagne à l’époque moderne

Emmanuelle Buvat-Bruyère

Résumés

Cette étude tend à démontrer la place prépondérante de l’enfant dans la politique éducative espagnole à l’époque moderne. Si l’enseignement rudimentaire mêle intrinsèquement instruction et religion, il convient de se demander comment la doctrine chrétienne réussit à s’imposer dès l’époque tridentine en plaçant l’enfant au sein d’un processus d’endoctrinement plus global visant l’ensemble de la société.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Víctor INFANTES, « La cartilla en el siglo XVII. Primeros textos », in : Augustin REDONDO (dir (...)

1Lorsque l’on consulte les titres des diverses méthodes éducatives d’apprentissage des rudiments de la lecture et de l’écriture des enfants en Espagne à l’époque moderne, on s’aperçoit qu’ils s’articulent presque systématiquement tous autour de deux termes indissociables : celui de cartilla et celui de doctrina cristiana1. Cela place immédiatement ces traités dans une relation d’interdépendance où l’enseignement des primeras letras et celle de la religion iraient de pair. De même, le terme doctrina est défini dans le Diccionario de Autoridades comme « enseñanza y documento que se da a uno que se pretende instruir y enseñar » et Sebastián de Covarrubias dans son Tesoro de la Lengua castellana o española évoque la « doctrina christiana » comme « lo que está obligado a saber el Christiano, y se le enseña en la niñez ». On perçoit immédiatement la prépondérance de l’enseignement de la religion dès le plus jeune âge. Quant au vocable doctrinar, il signifie pour le Diccionario de Autoridades : « enseñar o disciplinar a alguno que se pretende instruir ». Par leur étymologie commune, issue du latin docere, les deux termes doctrinar (enseigner) et doctrina semblent d’emblée intimement liés et expliqueraient la volonté des Espagnols d’associer les deux formes d’enseignement dès la plus tendre enfance.

  • 2 Philippe ARIÈS, « Les âges de la vie », L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris : (...)
  • 3 François LEBRUN, Marc VENARD et Jean QUÉNIART, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducatio (...)

2Il convient, en outre, de préciser d’emblée la tranche d’âge qui correspondait à l’enfance à l’époque moderne. Si Furetière, dans son Dictionnaire universel, définissait l’enfance comme « le bel âge de l’homme jusqu’à ce qu’il ait l’usage de la raison », François Lebrun, Marc Venard et Jean Quéniart, à la suite des travaux précurseurs de Philippe Ariès2, déterminent, quant à eux, « trois enfances »3. La première, jusqu’au sevrage, la deuxième, entre deux et sept ans et la troisième, de sept à quatorze ans. Puis, vient l’adolescence et la jeunesse. Sept ans, c’est surtout le moment où l’enfant est censé atteindre l’âge de raison ou de discrétion, c’est-à-dire, aux yeux de l’Église, la faculté de discerner le bien et le mal, les actions qui offensent Dieu et celles qui lui sont agréables. Ce travail s’intéressera donc tout particulièrement aux « deuxième et troisième enfances », périodes de la vie où l’enfant passe de l’apprentissage des prémices élémentaires du savoir à sa conscientisation.

  • 4 Si le terme d’« endoctrinement » peut apparaître d’emblée comme anachronique, car utilisé plus fréq (...)

3Se renforce en effet au XVIe siècle, en Espagne, une profonde volonté d’instruction religieuse des enfants, êtres parfaitement malléables servant à transmettre et perpétrer valeurs et vertus chrétiennes. Si d’aucuns, à l’instar de Juan de Ávila, avaient déjà ouvert la voie à une nouvelle forme d’instruction morale et religieuse à la suite des nombreux moralistes humanistes et érasmistes ayant réfléchi à une pédagogie éducative, c’est véritablement le Concile de Trente qui oriente l’éducation religieuse des enfants. Afin de lutter contre toute forme d’hérésies en réaffirmant l’union du peuple espagnol dans la foi catholique, l’Église souhaite désormais uniformiser les dogmes, les pratiques, les cultes par un enseignement généralisé et systématique de la doctrine chrétienne dans une optique de contrôle et de modélisation des consciences. De ce fait, cette nécessité de doctrinar ou de adoctrinar ne se limite plus à instruire les enfants dans la foi catholique en enseignant la doctrina, elle se transforme en un véritable endoctrinement de la jeunesse où le terme de adoctrinar prend ici son sens contemporain de « instruir a alguien en el conocimiento o enseñanzas de una doctrina, inculcarle determinadas ideas o creencias », comme l’indique le Diccionario de la Real Academia Española. On semble rentrer dans un processus de manipulation de l’enfant par l’enseignement qui lui est dispensé. Dès lors, en quoi réside la spécificité de l’éducation des enfants dans l’Espagne de l’époque moderne ? Comment se manifeste cette volonté de manipulation de l’enfant destiné à devenir un bon chrétien ? L’enfant ne se verrait-il pas instrumentalisé, considéré comme le vecteur d’un endoctrinement4 collectif du peuple à plus grande échelle et qui dépasserait la simple jeunesse ? Les enjeux éducatifs sont-ils seulement religieux et moraux ou rentrent-ils dans le cadre plus global d’une volonté politique d’assujettissement de l’individu et des masses ?

4Puisque le programme éducatif des enfants issus des groupes sociaux privilégiés est assez bien connu, notamment grâce aux nombreuses instructions délivrées par l’enseignement jésuitique, je m’intéresserai ici surtout à l’éducation religieuse des enfants dans sa globalité, enseignement qui s’adressait tout particulièrement à une majorité d’enfants pauvres aux parents fort peu instruits. Tout en insistant sur les différentes formes d’enseignement dispensés en fonction du rang social des enfants, il conviendra tout d’abord de souligner la volonté des autorités dirigeantes, en réponse aux directives tridentines, d’imposer à l’ensemble des enfants un apprentissage strict de la doctrine religieuse afin de modeler et de contrôler leur conscience. Cet enseignement exigeant passe par une transmission théorique et pratique des vertus chrétiennes à acquérir non seulement au sein de la cellule familiale mais aussi via tout un enseignement extérieur dispensé par les religieux et les maîtres d’école. Toutefois, les enfants ne sont pas simplement passifs dans leur apprentissage. Ils doivent avant tout devenir des vecteurs susceptibles de transmettre à leur tour l’orthodoxie chrétienne. Ils sont dès lors instrumentalisés à des fins non seulement religieuses mais aussi politiques par ceux dont ils sont à la charge afin de faire régner ordre, paix et concorde dans une société en proie à de multiples dangers.

Façonner et contrôler la conscience de l’enfant : la doctrina au service de l’éducation ou l’éducation au service de la religion

Éducation des enfants et logique tridentine : vers une systématisation et une généralisation de l’enseignement religieux

  • 5 On ne citera que quelques exemples parmi les nombreux traités d’Érasme, De pueris statim ac liberal (...)

5Selon la tradition chrétienne, la famille possède un rôle fondamental d’éducation des enfants à l’époque moderne. Sous l’impulsion des humanistes fleurissent nombre de traités évoquant les devoirs d’éducation morale et religieuse des parents5. Il revient tout d’abord à la famille d’inculquer aux enfants les rudiments de lecture et d’écriture nécessaires aux prémices d’une instruction religieuse fondée sur l’apprentissage des prières essentielles et des Commandements. Comme l’explique Gaspar Astete dans son Institución y guía de la juventud cristiana :

  • 6 Gaspar de ASTETE, Institución y guía de la juventud Cristiana, Primera Parte Donde se trata de como (...)

Primeramente se llaman padres los que nos engendraron ; y por esso a ellos primeramente pertenece este cuydado y obligacion de enseñar a los hijos […]. Mas el padre ha de entender que esta obligado a les dar el ser espiritual de la doctrina, y el mantenimiento del alma, que son las virtudes: enseñandoles por obra y palabra a que vivan en temor de Dios6. (fol. 20vo-21ro)

  • 7 Bernabé BARTOLOMÉ MARTÍNEZ, Historia de la acción educadora de la Iglesia en España, 1, Madrid : Bi (...)

6Puis, il incombe au maître d’école de prendre la suite des parents des familles les plus humbles – qui, à la différence des membres de l’aristocratie confiant leurs enfants à des précepteurs privés, se doivent d’envoyer leurs enfants à l’école7 – et de poursuivre ce double enseignement élémentaire et religieux, fondé toujours sur une pédagogie de la peur :

  • 8 Ibid.

Mas porque los padres no pueden del todo, y solos, enseñar a sus hijos como conviene: es menester que se ayuden para la buena educacion dellos de maestros […]. Y por tanto piense que no ha de enseñar a los niños solamente a leer o escrevir o contar, sino a amar y temer al Señor, obedecer a sus padres, dar buen exemplo a los hombres y florecer en virtudes8. (fol. 29vo)

7Au sein de ces écoles paroissiales administrées par l’Église, l’enseignement de la doctrine chrétienne doit avoir lieu dès le plus jeune âge et accompagner systématiquement l’apprentissage scolaire élémentaire afin d’éviter à l’enfant d’entrer en tentation et de tomber dans les pires vices. Tous les traités sont unanimes sur ce point : plus l’enfant sera instruit tôt, plus il sera malléable et ouvert à tout enseignement doctrinal :

  • 9 Ibid.

Que es la edad mas aparejada y mas dispuesta para recebir la doctrina que se le enseñare de quantas ay; porque verdaderamente esta edad es pura, senzilla, blanda, apacible y suave. De manera que el niño que doctrinamos, es como una vara blanca y delgada, que facilmente se dexa doblar como queremos9. (fol. 4ro)

  • 10 « Entre las otras cosas que los padres son tenidos a facer por sus fijos son principalmente tenidos (...)
  • 11 « Y porque a esta doctrina que tanto cumple a todos los christianos saber muchos, assi varones como (...)
  • 12 Constituciones sinodales del arzobispado de Valencia, 1657, Valence : Bernardo Noguesn Constitución (...)
  • 13 « Las iglesias cuyas rentas anuales fueren cortas o donde el clero y pueblo sea tan pequeño que no (...)
  • 14 « Cabe señalar que la alfabetización fue propuesta como un mecanismo de difusión de comportamientos (...)

8Or, on s’aperçoit que si ces traités d’éducation s’adressent à l’ensemble des familles chrétiennes, il existe un profond décalage entre leurs recommandations et la réalité de l’éducation des enfants dont les familles, notamment les plus modestes, n’avaient pas toutes la même conception de l’instruction. En effet, à la lecture des nombreuses constitutions synodales, on se rend compte de la profonde ignorance des Espagnols de l’époque – laïcs ou religieux – en matière de religion et de dogmes. C’est pourquoi celles de Tolède insistent dès les années 1480 sur la nécessité absolue d’instaurer un enseignement systématique de la doctrine chrétienne. Pour ce faire, et en raison du manque de maîtres d’école et de leur incompétence ainsi que de celle des parents en la matière, les constitutions synodales confient aux prêtres et aux sacristains la tâche d’apprendre aux enfants à lire, à écrire et à chanter et de leur enseigner les règles de base du catéchisme (les prières essentielles, le Notre Père, l’Ave Maria, le Credo et le Salve Regina tout comme les Commandements) afin de les rendre vertueux. Elles obligent les parents à les envoyer à l’église tous les dimanches à l’issue des Vêpres pour y apprendre la doctrine chrétienne à partir des Cartillas et tout particulièrement les moins de douze ans10. À partir du Concile de Trente et dans l’esprit de la Réforme catholique, ces directives se systématisent et se radicalisent. En effet, si les synodes s’appuient sur des recommandations analogues jusque dans les termes utilisés, ils condamnent désormais les prêtres qui refusent d’enseigner régulièrement la doctrine chrétienne aux enfants dès sept ans à une amende de deux réaux et les obligent à soumettre les parents à instruire leurs enfants et à les envoyer tous les jours à l’église. Ils prévoient également une indulgence de quarante jours de pardon à ceux qui acceptent de se plier à ces consignes11. De même, ils contraignent les maîtres d’école à enseigner quotidiennement la doctrine chrétienne sous peine d’une amende similaire12 et le Concile de Trente prévoit la création de chaires de théologie afin d’améliorer la formation religieuse des prêtres jugée trop souvent lacunaire, ou impose, à défaut, la présence d’un maître susceptible de dispenser des cours de grammaire et d’exégèse biblique13. Enfin, le père de famille se doit désormais de lire chaque jour un extrait de la Doctrine et de dire le rosaire. Afin de faciliter ces dévotions pour les moins expérimentés et eu égard au taux d’analphabétisme particulièrement élevé, des missionnaires distribuent même parfois des images pieuses destinées à faciliter la prière au sein des familles14.

9Cette volonté d’imposer une dévotion orientée s’inscrit dans une stratégie pédagogique d’encadrement et de manipulation des masses. Ces recommandations imposées de plus en plus radicalement par l’Église entrent dans une logique tridentine de lutte contre les hérésies et traduit bien cette volonté de contrôler et de modeler systématiquement les consciences enfantines par le vecteur tout d’abord des parents, puis des religieux et maîtres d’école.

Enseignement et doctrine chrétienne. Vers une uniformisation des méthodes d’apprentissage : des Catones aux Cartillas

  • 15 Pierre CIVIL, « La formation morale de l’enfant au XVIe siècle à travers les catones », in : August (...)
  • 16 Voir les trois éditions mentionnées par Pierre Civil : celle en vers de Martín García : La traslaci (...)
  • 17 Exemplos y castigos de Catón, Lisboa, 1521, v. 25-26.

10Toutefois, c’est assurément à travers l’évolution des méthodes d’apprentissage adoptées que l’on peut le mieux percevoir combien l’alphabétisation et la doctrine chrétienne sont intrinsèquement liées au sein de l’enseignement prodigué, car si dans un premier temps la doctrine chrétienne semble entrer au service de l’instruction élémentaire, les rôles s’inversent peu à peu. Sans entrer dans l’analyse détaillée des différents Catones et Cartillas utilisés, travail déjà magistralement effectué par Pierre Civil, Augustin Redondo et Araceli Guillaume-Alonso pour ne citer que quelques exemples15, il convient néanmoins de signaler l’uniformisation progressive de ces méthodes, fruit de la volonté des autorités religieuses et politiques d’un enseignement unifié et adapté au contexte de la Réforme catholique. Les Catones, textes consacrés à l’instruction élémentaire de la lecture et de l’écriture, furent amplement usités et connurent une large diffusion pédagogique car traduits en langue vernaculaire pendant toute la première moitié du XVIe siècle16 ; ils furent néanmoins peu à peu remplacés par les Cartillas, plus conformes à l’esprit de la Réforme catholique. En effet, les Catones se fondaient sur le principe de la répétition afin de faciliter la mémorisation des enfants tant des aspects grammaticaux que des valeurs morales nécessaires à l’acquisition d’une certaine vertu : « A tu padre y a tu madre mucho los honraras / y a tus parientes tambien los amaras / que por esto largamente en la tierra vivras. / Y si fueren menesterosos por ellos afanaras. »17 Cependant, il s’agit d’un catéchisme reposant davantage sur une morale, somme toute naturelle (défendant par exemple l’amour, la générosité, la loyauté) que relevant d’une réelle doctrine chrétienne. La dimension religieuse se révèle élémentaire, les références à la Vierge et aux saints étant sporadiques ; elles se limitent ainsi à un simple humanisme chrétien.

  • 18 Juan de ÁVILA, Doctrina christiana que se canta, dans Obras completas del Santo Maestro Juan de Ávi (...)
  • 19 Voir la liste des Cartillas utilisées aux XVIe et XVIIsiècles, établie par Victor INFANTES, opc (...)
  • 20 « La doctrina que va resumida en coplas y los quince misterios para rezar el rosario, es para hombr (...)
  • 21 Juan de ROBLES, Cartilla menor para enseñar a leer en romance, especialmente a personas de entendim (...)

11La mise en œuvre de la Réforme catholique à l’issue du Concile de Trente signe donc le déclin des Catones, considérés comme trop laïcs, au profit des Cartillas qui avaient jusqu’alors existé parallèlement aux Catones. La doctrine religieuse se substitue désormais à l’enseignement des primeras letras et vient nourrir son contenu. L’instruction élémentaire entre au service de la doctrine chrétienne, élément primordial de l’éducation de l’enfant. La Cartilla devient par conséquent l’instrument privilégié d’une pédagogie de l’enfant tournée vers une modélisation des consciences. Chacune des Cartillas ou des Doctrines chrétiennes que nous avons pu consulter se construit de manière similaire18. Elle débute par un abécédaire et un syllabaire pour se centrer ensuite immédiatement sur les bases fondamentales des principes chrétiens : le signe de la croix, les prières élémentaires, les Commandements de Dieu et de l’Église, les Sacrements, les Péchés capitaux, la confession et l’acte de contrition19. Toutefois, au fil du temps, la place accordée à l’apprentissage de la lecture se réduit drastiquement au profit de l’enseignement de la doctrine chrétienne. Les Cartillas se transforment à partir du Concile de Trente dans un souci d’imprégner systématiquement les consciences du message doctrinal érigé par les pères conciliaires. Et c’est véritablement la Doctrina cristiana de Juan de Ávila publiée en 1554 qui constitue un tournant dans l’évolution de cette méthode d’enseignement, non seulement parce qu’elle réduit l’apprentissage des primeras letras à sa première expression – comme le confère le titre de l’ouvrage –, mais surtout parce qu’elle introduit un principe novateur, celui du chant. Si les principes de répétition et de mémorisation constituent toujours le cœur de cet enseignement, l’ajout du chant comme support mnémotechnique permet de faciliter l’apprentissage de la doctrine et représente l’un des fondements de la récitation du rosaire, véritable fleuron de la Réforme catholique20. L’instruction des règles rudimentaires de lecture et d’écriture découle donc dorénavant totalement de la doctrine, ce qui ne manque pas de susciter quelques critiques chez certains moralistes21.

  • 22 Voir le texte du privilège reproduit par Mariano ALCOCER Y MARTÍNEZ, Catálogo razonado de obras imp (...)

12C’est finalement l’année 1583 qui consacre l’uniformisation de l’enseignement des pratiques doctrinales dans un souci de réponse aux directives tridentines désireuses d’unifier la foi des Espagnols ainsi que les dévotions cultuelles. En effet, Philippe II accorde au chapitre de la collégiale de Valladolid le monopole de la publication d’une Cartilla, pour trois ans, privilège qui sera en réalité reconduit jusqu’au XIXe siècle. Seule la Cartilla vallisolétane peut désormais être utilisée par l’ensemble des enfants des royaumes espagnols. Ceux qui en viendraient à déroger à cette règle se verraient encourir une amende de 50 000 maravédis et une confiscation de leur imprimerie22. Le nombre considérable de Cartillas publiées en seulement quelques mois – Augustin Redondo évoque le chiffre de 536 000 – témoigne de cette volonté d’inculquer à des masses d’enfants une idéologie unique dans l’esprit de la Réforme catholique.

  • 23 Voir par exemple Jerónimo MARTÍNEZ DE RIPALDA, Catecismo y exposición breve de la Doctrina Cristian (...)
  • 24 Julia Varela déclare à ce titre : « Serán los protestantes quienes usen compendios de doctrina prof (...)
  • 25 C’est pourquoi le Diálogo de doctrina cristiana de l’érasmiste Juan de Valdés, considéré comme anal (...)

13Face à ce traité devenu désormais autorité, n’oublions pas non plus les divers catéchismes qui viennent compléter les Cartillas et approfondir l’instruction religieuse par l’ajout de leçons consistant en un jeu de questions/réponses sur les règles doctrinales à réciter par cœur23. Le procédé du dialogue fermé, simple prétexte à mémorisation, participe de la didactique de transmission des préceptes chrétiens. La publication de plusieurs catéchismes catholiques dans la seconde moitié du XVIe siècle s’ancre dans une volonté tridentine de lutte contre la prolifération des catéchismes protestants ou érasmistes qui s’étaient imposés en Espagne et dans le reste de l’Europe24 comme le moyen d’éduquer les masses contre l’ignorance et de dispenser une éducation chrétienne à la jeunesse25.

14Les Cartillas et les catéchismes, par ce travail de répétition et de mémorisation dénué de toute réflexion dans l’apprentissage, reflètent la volonté des autorités dirigeantes d’éduquer les enfants et le peuple pour leur faire intégrer l’orthodoxie chrétienne et les placer dans une relation de soumission. L’enseignement du catéchisme était destiné à devenir le paradigme de l’éducation populaire.

Le passage d’une éducation théorique à une éducation pratique

  • 26 Nathalie PEYREBONNE, « La table, lieu de formation de l’enfant au xvie siècle », in : Augustin REDO (...)

15Si l’imitatio et la repetitio constituent les principes de base des diverses méthodes d’apprentissage de la doctrine chrétienne, ils ne sont pas seulement utilisés au sein d’un enseignement théorique mais s’expriment dans une réelle mise en pratique qui concerne l’ensemble des enfants espagnols. À table, il incombe par exemple aux enfants issus des familles les plus aisées, après avoir reçu des parents la formation nécessaire à ce moment particulier de la journée, de participer à l’organisation religieuse du repas en prononçant les phrases religieuses propres à ce rituel. L’apprentissage de ces règles se fait donc par imitation et il s’avère important que les enfants mangent avec leurs parents pour pouvoir, à leur tour, répéter ce qu’ils ont appris et se charger du bénédicité puis de l’action de grâce26. L’enfant devient ainsi un réel acteur de son apprentissage.

  • 27 Françoise CRÉMOUX, « La formation religieuse de l’enfant par transmission familiale au XVIe siècle  (...)

16De même, dans tous types de familles, et quel que soit le rang social, les enfants sont systématiquement associés à l’expression de la dévotion de leurs parents, soit à travers leurs prières, soit lors des rituels, des pèlerinages liés aux vœux faits par leurs parents à tel ou tel intercesseur. Ils participent alors directement par un apprentissage empirique aux pèlerinages et les parents leur apprennent à s’adresser à un saint en particulier27. Dans son étude effectuée à partir des « relations de miracles » des pèlerinages à Nuestra Señora de Guadalupe et à Nuestra Señora de la Peña de Francia, Françoise Crémoux relève la présence d’environ 150 enfants et adolescents pour 200 femmes et 1 000 hommes parmi les pèlerins. Le tiers des voyages en direction de la Peña de Francia comporte des enfants. Ceux-ci sont d’ailleurs amplement associés au rituel puisque, outre les fois où ils sont les bénéficiaires du miracle (cas de guérison, de sauvetage lors d’un accident par exemple), ils participent directement aux prières et aux actes de pénitence en parcourant le trajet pieds nus ou en portant un poids en guise d’ascèse à l’instar de leurs parents.

17La participation de l’enfant aux dévotions populaires des adultes repose sur le principe de la mimesis : en imitant ses parents, l’enfant reproduit et continue à reproduire les gestes hérités du milieu familial en matière de culte. Ainsi ancre-t-il son appartenance identitaire au sein d’une communauté sacrale. Cet enseignement pratique et pragmatique, qui nourrit et marque sans doute davantage les esprits enfantins, contribue à la modélisation des consciences recherchées par les pouvoirs civils et religieux.

Les enfants vecteurs de l’orthodoxie chrétienne : vers une instrumentalisation politique et religieuse de l’enfant

L’éducation des enfants défavorisés. Les enfants de la Doctrine : objectif religieux et politique

18Si l’enseignement des valeurs chrétiennes par l’intermédiaire de la Doctrine alliée aux premiers apprentissages (lecture et écriture) a pour but de modeler les jeunes esprits afin de les rendre vertueux, il possède également un but éminemment politique. Tel est le cas de l’éducation religieuse dispensée aux enfants nécessiteux de la Doctrine chrétienne, comme le prouvent les nombreuses institutions conçues pour secourir les enfants de la rue, les orphelins, les vagabonds. En effet, au milieu du XVIe siècle, se multiplient les fondations, non pas pour aider les enfants exposés, c’est-à-dire les enfants abandonnés, ou de parents inconnus (soit les très jeunes enfants comme cela se pratiquait jusqu’alors), mais pour porter assistance aux enfants même plus âgés, d’une dizaine d’années, aptes au travail et livrés à eux-mêmes, vivant en dehors du système, transgressant les règles sociales et destinés à devenir mendiants ou vagabonds. À ce titre, ce furent les procuradores des Cortès de Valladolid de 1548 qui proposèrent les premiers au roi de fonder des collèges de la Doctrine chrétienne arguant :

  • 28 Petición CCVI, Cortes de Valladolid, 1548, Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla, tomo V (...)

En estos reinos de seis años a esta parte personas piadosas han dado orden que haya colegios de niños y niñas deseando poner remedio a la gran perdicion que de vagamundos, huerfanos y niños desamparados habia, y para que tan santa y necesaria obra se lleve adelante y se acreciente suplicamos a V.M. mande dar algun remedio, porque es cierto que en remediar estos niños y niñas perdidos se pone estorbo a latrocinios, delitos graves y enormes que por criarse libres y sin dueño se recrecen, porque habiendose criado en libertad de necesidad han de ser cuando grande gente indomable, destruidora del bien publico, corrompedora de las buenas costumbres e inquietadoras de las gentes y pueblo28.

  • 29 Selon les documents et les exemples étudiés, on trouve les termes de « escuelas », « colegios », « (...)
  • 30 Voir Marie Carmen PEREZ, « La formation de l’enfant à Valladolid aux XVIe et XVIIe siècles : "Los n (...)
  • 31 Archivo Municipal de Valladolid, Documentos, Papeles, Caja 22, Exp. 1, fol. 6.
  • 32 Ibid., fol. 5vo.
  • 33 Parfois, ces institutions proviennent également de la volonté de confréries comme en témoigne le ca (...)

19Dans toutes les villes concernées (Valladolid, Séville, Valence par exemple), les autorités civiles tentent de mettre un terme à ce phénomène de grande envergure en ayant recours à des institutions chargées d’éduquer religieusement ces enfants afin de leur transmettre les valeurs morales chrétiennes (d’où le nom d’enfants de la Doctrine) susceptibles de leur permettre de s’intégrer dans la société tout en leur apprenant un métier, et, par la même occasion, de récupérer des forces productives en assainissant les rues des villes29. Les motifs avancés s’avèrent toujours similaires : remédier au problème du paupérisme et empêcher le vagabondage30. Les institutions de la Doctrine chrétienne ne se limitent donc pas à un rôle de bienfaisance charitable mais participent surtout à une stratégie du maintien de l’ordre où le politique s’allie au religieux pour sauver moralement ces enfants que l’absence de lien social met en danger et qui mettent à leur tour en péril la société, comme le précisent les constitutions de l’institution de la Doctrine chrétienne établie en 1553 à Valladolid : « para instruir al niño y enseñarle la ley de Dios de manera que salga enseñado y desarraigado de los vicios y malas costumbres que lleva »31, ces enfants étant considérés comme des « ladrones y bordoneros que los traen en este oficio, enseñandoles a hacerse llagas, hechizos y otras maldades para su perdicion »32. Il revient alors aux autorités civiles des municipalités concernées d’encourager ces institutions, à l’aide des forces de l’ordre et des alguazils chargés de traquer les enfants de la rue33.

  • 34 Hélène TROPÉ, « La formation des enfants orphelins à Valence aux XVIe et XVIIe siècles », in : Augu (...)

20Valladolid, comme les autres villes espagnoles34, va même plus loin dans sa politique d’éradication de la pauvreté et du vagabondage : elle instrumentalise les enfants afin d’atteindre les adultes. Elle donne l’ordre d’arrêter systématiquement tout enfant désœuvré traînant dans la rue et de le placer au sein de l’institution, même si celui-ci a des parents. Ces derniers devront, pour le récupérer, s’adresser directement au corrégidor en personne. L’objectif consiste à s’assurer que l’adulte remplisse bien son rôle éducatif, qu’il connaisse la doctrine chrétienne et soit apte à la transmettre à sa progéniture et, bien entendu, qu’il soit croyant pratiquant. Si l’enfant est confié à l’institution de la Doctrine, l’enseignement prodigué est partagé entre l’apprentissage de la doctrine qu’ils sont tenus de réciter, celui de la lecture et de l’écriture et enfin celui d’un métier manuel. Une fois ces bases assimilées, l’enfant peut être confié en tant qu’apprenti à un maître qui, à son tour, tâchera de lui enseigner un métier artisanal par exemple. Cette éducation a pour objectif principal l’insertion sociale de ces enfants en perdition par le biais du travail, leur incorporation au circuit de production en vue de les soumettre à un certain contrôle social par une volonté d’assujettissement politique. Ces mesures doivent permettre à l’enfant de devenir non seulement un bon chrétien mais aussi un bon sujet du royaume. Par un inversement des rôles, ces enfants, à travers leur attitude, leur comportement et leurs valeurs morales exemplaires instruisent alors les adultes.

  • 35 Archivo Regional de la Comunidad de Madrid, Fondo Inclusa: Cofradía de Nuestra Señora de la Soledad (...)

21La participation des enfants, dès leur plus jeune âge, aux cérémonies festives et aux enterrements les conduit aussi à servir de vitrine aux institutions dont ils sont à la charge, leur permettant non seulement de se mettre en scène en jouissant d’un certain prestige social lié à la réussite de leur entreprise éducative, mais surtout de les utiliser comme les vecteurs de la foi et de la doctrine chrétienne. Cette politique d’instrumentalisation des enfants, quel que soit leur âge, permet ainsi à ces institutions de vanter leurs mérites éducatifs et chrétiens afin d’obtenir davantage de subsides du peuple ou des municipalités. Par exemple, chaque mardi saint, l’ensemble des nourrices des provinces madrilènes qui élèvent un orphelin recueilli par l’Hôpital de los Expósitos, appelé aussi Inclusa, sont priées de participer à une procession, accompagnées des enfants dont elles s’occupent. Leur participation est obligatoire sous peine de ne pas recevoir l’argent et les vêtements nécessaires pour pouvoir soigner le ou les enfants35. Bien entendu, le choix de cette date n’est pas anodin. Le défilé des enfants pauvres, symboles de pureté, en pleine Semaine Sainte, rappelle la condition du Christ rédempteur, qui quelques jours plus tard, va sacrifier sa vie pour sauver les hommes pécheurs. Cette procession préparée par la confrérie de Nuestra Señora de la Soledad, liée au calendrier liturgique, permet de célébrer la congrégation qui, en plus d’être pénitentielle, a pour vocation d’assister les orphelins.

22Parfois, les cortèges des nourrices peuvent prendre une très grande ampleur et avoir lieu à d’autres dates comme en témoigne la procession organisée le 5 juin 1634, jour de la fête del Hospital de los niños expósitos en l’honneur de Nuestra Señora de la Caridad y San José décrite par le jésuite Francisco Vilches dans une lettre adressée au père Rafael Pereyra :

  • 36 Memorial Histórico Español : Colección de documentos, opúsculos y antigüedades, Biblioteca de la Re (...)

Ayer lunes hubo una solemnisima procesion: era de los niños expositos que se crian en casa de las amas en los lugares comarcanos: al principio iban los niños de las doctrinas que se crian en los colegios, que tambien son expositos: mas de doscientos, con sus malas ropas y peores sobrepellices cantando las letanias. Este principio es comun a toda la procesion; luego se seguia un hermoso pendon carmesi que llevaban cofrades de la cofradia de los expositos. Seguianse mil y ochocientas mujeres aldeanas, en cuerpo como suelen andar por las calles, con los niños expositos que crían en los brazos, en forma procesional; los niños nuestros bien vestidos; otros muy pobremente: dicen iban mil ochocientos niños. Al fin unas andas, en ellas san Jose con el niño Jesus de la mano: inmediatamente dos docenas de niñas bien vestidas y mejor aun los niños36.

  • 37 Ibid., p. 59.
  • 38 Jerónimo de QUINTANA, A la muy antigua, noble y coronada Villa. Historia de su antigüedad, nobleza (...)
  • 39 Archivo Histórico Nacional, Clero, Papeles, Leg. 3747/3748 : Congregación de San Nicolás Bari, s.f. (...)
  • 40 « Ana Melendez hija de Margarita Sanz huerfana de padre doncella de hedad de 12 años poco mas o men (...)
  • 41 Par exemple, en 1585, à Séville, la participation des enfants aux enterrements et les aumônes reçue (...)

23Viennent ensuite neuf cents caballeros, quatre cents personnes munies de torches, plus de deux cents religieux et bien des musiciens. Le nombre conséquent de nourrices et d’enfants (environ 1 800) souligne le caractère exceptionnel de l’événement qui se répercute d’ailleurs sur la rétribution inhabituelle qui leur est versée : en plus de leur salaire, les nourrices reçoivent du miel, de l’huile et des langes pour les enfants. Le rassemblement d’un si grand nombre d’enfants et de nourrices au sein du cortège s’explique par la présence d’un spectateur de renom : le prince Balthasar Carlos qui a lui-même cinq ans : « Dicen que el Principe gusto mucho de la fiesta, por lo que tiene de niño. »37 Cette fête, bien qu’organisée chaque année, prend en 1634 une signification toute particulière pour satisfaire et amuser le prince. Les douze petites filles qui accompagnent la procession peuvent, quant à elles, relever de la Inclusa ou du collège des orphelines de Nuestra Señora de Loreto qui avait pour habitude de les éduquer jusqu’à ce qu’elles soient en âge de rentrer dans une maison en tant que domestiques et de leur fournir 10 000 maravédis ainsi que quelques habits38. Jerónimo de Quintana nous apprend aussi qu’une confrérie était chargée de marier des orphelines dès l’âge de douze ans, qui processionnaient alors le jour où elles recevaient leur dot. On retrouve sa trace aux Archives Historiques Nationales où sont conservés les documents de la confrérie de San Nicolás Bari établie au sein du monastère de San Basilio39. On y découvre que la congrégation dépasse son rôle purement éducatif puisque, chaque année, à l’issue d’un sorteo, elle verse entre trente et cinquante ducats à trois pauvres orphelines afin de les aider à se marier40. La présence des enfants au sein de ces manifestations religieuses reflète bien la perfection du travail doctrinal et éducatif de ces institutions. Les exposer ainsi en public a en réalité un double objectif pour ces fondations : leur permettre dans certains cas de placer définitivement ces enfants au seuil de l’âge adulte (douze ans pour les filles et quatorze ans pour les garçons), dans le cadre d’un mariage pour les orphelines munies d’une dot, auprès d’un maître pour les garçons apprentis ou dans une maison en tant que domestiques pour les jeunes filles ; ou bien de récupérer oboles et aumônes lorsque les enfants plus petits prennent part aux cortèges funèbres lors des enterrements par exemple41. Les institutions des enfants de la Doctrine, toujours en déficit, sont en fait contraintes d’acquérir prestige et soutien financier pour poursuivre leur travail d’éducation et d’insertion sociale des enfants les plus démunis. La municipalité de Séville en vient même à justifier les pratiques d’utilisation des enfants de la confrérie del Niño Perdido chargés de récupérer des fonds pour la congrégation :

  • 42 Ibid., p. 87.

Sin renta ni hacienda eran sustentados, y asi algunas personas han murmurado que andan muchachos por las calles pidiendo limosna para el sustento de la casa, si considerasen el intento no lo harian, pues no es mucho que los tiñosos mientras los curan y los demas mientras hay quien los quiera pidan limosna para sustentarse a si mismos, y si en estos años caros el administrador que tiene hacienda para ello no hubiera comprado trigo de sus propios dineros y hecho amasar en casa hubieran padecido mucho trabajo, y asi es necesario que los dichos muchachos mientras tienen remedio midan42.

24Quoi qu’il en soit, ces enfants, même les plus pauvres et en perdition, sont donc élevés, instruits et éduqués à des fins religieuses et politiques. Afin de maintenir un certain ordre social et d’endiguer toute dérive ingérable, cette jeunesse doit devenir un modèle comportemental d’orthodoxie morale et religieuse pour, à son tour, s’intégrer pleinement dans la société.

Un modèle d’endoctrinement abouti parmi les enfants de milieu aisé : la congrégation des étudiants de la Compagnie de Jésus

  • 43 Julia VARELA, opcit., p. 132-133.
  • 44 A.H.N., Clero, Jesuitas, Libro 49 (1590-1675). Si ces documents ne réunissent les livres de la cong (...)
  • 45 Le pape Alexandre VIII promulgua le 8 décembre 1661 la constitution Sollicitudo omnium Ecclesiarium (...)
  • 46 Le troisième point du serment précise ainsi : « Accion muy proporcionada a nuestra tierna edad pues (...)
  • 47 Ibid., fol. 102ro.

25Toutefois, c’est assurément au sein des collèges dirigés par les membres de la Compagnie de Jésus que cette éducation religieuse, poussée à son paroxysme par la régularité et l’intensité de son apprentissage43, s’ancre le plus dans l’esprit des jeunes gens issus de familles fortunées, incitant même les plus fervents d’entre eux à fonder une congrégation en l’honneur de la Anunciación de Nuestra Señora au sein du Collège Impérial de Madrid dès la fin du XVIe siècle44. L’étude du serment qu’ils prêtent à la Vierge et du vœu qu’ils lui font en 1653 se révèle particulièrement intéressant, pour expliquer leur volonté indéfectible de défendre le culte de l’Immaculée Conception45. Les multiples références à l’intervention des parents dans la transmission de ce culte – comme l’attestent les occurrences « A nuestros padres debemos », « con el beneplacito de nuestros padres y mayores », « con el fundamento de tantos padres y con el aplauso de los mayores » –, et à l’influence qui a déterminé leurs jeunes années – « a nuestra tierna edad », « los pocos años años de nuestra edad », « el tiempo de la primera infancia »46 – soulignent l’aboutissement du travail d’instruction systématique effectué par leurs parents fondé sur la répétition et s’apparentent à un endoctrinement dès leur plus tendre enfance : « El que aun antes de tener uso de la razon para entender lo que pronunciamos, repetia nuestra lengua muchas vezes las dulcisimas palabras de la limpia y pura concepcion de Maria sin pecado original »47. Cet enseignement les a incités à

  • 48 Ibid., fol. 102vo.

defender ahora y siempre por todo lo restante de nuestra vida asi en publico como en particular que la gloriossisima virgen Maria Nuestra Señora fue concebida sin mancha de pecado original […]. Y en esta defensa quedamos gustosamente obligados a defender por todos los dias de nuestra vida vuestra nobleza y pureça suma; y asimismo votamos y juramos no admitir desde este dia alguno en nuestra congregacion sin que primero haga estos juramentos48.

26Remplis d’une extrême reconnaissance, les étudiants insistent longuement sur la notion d’héritage, sur cet ensemencement doctrinal et religieux lié à l’éducation jésuite qui a pris peu à peu forme et consistance dans leur esprit ; une doctrine chrétienne et spirituelle toujours au service d’un enseignement intellectuel et vice-versa :

  • 49 Ibid., fol. 102ro.

Este heredado afecto con la sangre y esta nuestra piadosa persuasion nacida con el discurso ha crecido sobre nuestra edad con las primeras letras porque la dicha que nos hizo discipulos de los sabios y religiosos hijos del gran patriarca san Ignacio de Loyola çeloso defensor deste misterio, espiritu en que dejo heredados a todos sus hijos nos dio tambien el que hallaremos repetida siempre esta gloria de nuestra amorosa madre, en la continua y solicita enseñanza de nuestros maestros49.

27L’exemple de ces étudiants appartenant à la Congrégation de la Anunciación de Nuestra Señora illustre bien l’expression d’un endoctrinement particulièrement abouti. L’enseignement rigoureux de la doctrine chrétienne dès leur plus jeune âge par l’imitation et la répétition des parents, puis des maîtres, a permis de façonner l’esprit de ces jeunes gens prêts à tout pour défendre la foi catholique et l’Immaculée Conception. Ils représentent une parfaite vitrine de l’enfance et de la jeunesse espagnole impliquées dans la foi catholique. Cette volonté d’assimilation et de transmission ne doit pas étonner de la part de la Compagnie de Jésus qui, dès la fondation des premiers collèges, était désireuse de former les jeunes gens aux lettres et à la vertu afin de les faire propager eux-mêmes, dans le monde où ils vivaient, les valeurs de la Compagnie. Rivadeneyra, pour qui chaque élève de la Compagnie doit être instruit afin d’obtenir la salvation de son âme et celle de son prochain, le résume bien dans une lettre adressée à Philippe II en 1596 en ces termes :

  • 50 Ladislau LUKÁCS S.I. (éd.), Monumenta paedagogica Societatis Jesu, I (1540-1556), Rome : Institutum (...)

Y porque tambien se ve […] que todo el bien de la cristiandad y de todo el mundo depende de la buena institucion de la juventud, la cual, siendo en la niñez blanda como la cera, se deja facilmente informar de cualquier forma que le imprimen […], la misma Compañia, con el celo que Cristo nuestro redentor le ha dado, se ha abajado a tomar esta parte menos hermosa y no menos provechosa de la institucion de los muchachos y mancebos50.

28Il s’agissait de fournir à l’autorité papale, mise à mal par la Réforme protestante, une armée de missionnaires dévoués et actifs. Dans ce contexte historique, les collèges jésuites et l’enseignement des enfants qui en découle constituent de fait des moyens efficaces d’apostolat mais aussi d’implantation et de raffermissement des vertus chrétiennes dans toute la société civile. Si l’exemple de l’enseignement jésuitique représente le modèle d’un endoctrinement parfaitement assimilé, il ne faut cependant pas le généraliser à l’ensemble des enfants du peuple espagnol, incapables de suivre ce niveau d’étude et d’accéder à ce haut degré de spiritualité.

  • 51 Au début du XVIIe siècle, il y avait en Espagne cent dix-huit collèges jésuites, certains d’entre e (...)
  • 52 « La educación de niños sólo puede ser comprendida en el interior de un vasto proyecto de moldeamie (...)

29À l’époque moderne, la politique éducative espagnole s’est donc adaptée au fil du temps en fonction de la conception de l’enfance et de ses différents âges tout comme du milieu social dans lequel l’enfant évolue. Si celui-ci doit être instruit dès son plus jeune âge en raison de sa malléabilité, la période de la troisième enfance (entre sept et quatorze ans), où l’enfant est désormais capable de distinguer le bien du mal, correspond assurément à un moment de quintessence éducative. L’instruction des enfants issus de familles aisées, destinés à occuper des charges sociales importantes, constitue un enjeu clé pour la société ; elle s’effectue toutefois sans la moindre difficulté grâce à l’implication des parents et des précepteurs, vecteurs d’une profonde orthodoxie religieuse. La multiplication des collèges administrés par la Compagnie de Jésus qui en vient rapidement à exercer un véritable monopole éducatif en témoigne également51. C’est donc l’enseignement des enfants des catégories sociales plus modestes, fréquemment illettrées et trop souvent ignorantes en termes de dogmes, qui inquiètent les instances dirigeantes, ces enfants représentant un risque de dérive politique et religieuse. C’est pourquoi, les autorités civiles et surtout religieuses, plaçant les rudiments de l’enseignement au fondement de la construction de tout bon chrétien, décident d’infléchir leur politique éducative vers une soumission croissante à la doctrine chrétienne et situent l’enfant au cœur d’un processus d’endoctrinement plus large qui englobe l’ensemble de la société. Ainsi l’Église, principale entité contrôlant l’éducation, élabore-t-elle un système d’écoles paroissiales et favorise-t-elle la publication de traités éducatifs mêlant instruction et religion, de Cartillas, ainsi que de catéchismes de plus en plus précis. Dès lors, l’éducation doctrinale en vient à primer sur les apprentissages des primeras letras, appauvrissant au fur et à mesure les contenus éducatifs. L’instruction élémentaire n’est plus perçue que comme un moyen d’apprentissage de la doctrine chrétienne. Dans une Espagne en proie à la propagation des hérésies et où la méconnaissance de la doctrine est trop souvent de mise au sein du peuple, l’évolution de la politique éducative destinée à manipuler et instrumentaliser les esprits infantiles s’ancre en réalité dans un vaste projet de modélisation et d’uniformisation des consciences des Espagnols de la part des pouvoirs religieux et civils. L’éducation religieuse, l’accès aux valeurs morales n’est plus seulement le privilège des élites, même si ces dernières sont toujours les plus avancées sur le chemin intellectuel et spirituel. La pédagogie de l’enfant devient donc un élément indissociable de la pédagogie des masses qui, à partir du Concile de Trente, devient systématique voire totalitaire52. Il existe alors des enjeux éducatifs propres à l’époque de la Réforme Catholique : face au péril des hérésies, à commencer par la réforme luthérienne, il convient de renforcer voire de systématiser les fondements et la spécificité de la doctrine catholique au sein du peuple dont les enfants représentent une part prépondérante. N’oublions pas non plus l’enjeu politique de moralisation et de contrôle de la jeunesse au fort potentiel productif, et formant une main d’œuvre qu’il convient de mettre au travail. C’est pourquoi, les instances civiles et religieuses agissent de concert afin d’élaborer une mission éducative susceptible de satisfaire chacune d’entre elles comme l’attestent les nombreuses fondations des institutions des enfants de la Doctrine à travers toute l’Espagne. Afin de mettre un terme à la misère sociale de cette jeunesse désœuvrée et défavorisée, les municipalités incitent les entités religieuses à renforcer leur mainmise sur le système éducatif. Ces dernières doivent parvenir à l’assujettissement des jeunes esprits subordonnés au bon respect des valeurs morales, religieuses et politiques pour que chaque individu puisse devenir à la fois un bon chrétien et un bon sujet du monarque. Elles poussent ainsi l’enfant à se placer dans une relation de soumission au pouvoir spirituel et temporel, à la doctrine de l’Église et du Prince. Les termes adoctrinar et adoctrinamiento que l’on retrouve dans tous les traités d’éducation et dans tous les catéchismes prennent ici pleinement leur sens. Instruction et endoctrinement vont désormais de pair. Par un enseignement systématique, même encore rudimentaire, de la doctrine religieuse, les enfants deviennent les vecteurs de l’orthodoxie chrétienne. Vitrine de la foi des Espagnols et des valeurs chrétiennes particulièrement bien ancrées dans les esprits, ils représentent le moyen d’établir l’ordre et l’unité de l’ensemble du peuple et pas seulement des élites. Même si elle se manifeste de façon encore limitée, on assiste à la fin du XVIe siècle et au XVIIe siècle, en Espagne, à une véritable politique d’éducation des masses à des fins purement religieuses et politiques.

Haut de page

Bibliographie

ARIÈS, Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris : Seuil, 1960.

ASTETE, Gaspar de, Institución y guía de la juventud Cristiana, Primera Parte Donde se trata de como han de enseñar los padres a sus hijos a ser obedientes y temerosos de Dios: y de las virtudes mas principales que ha de tener el mancebo christiano, Burgos : Philippe de Iunta, 1592.

ALCOCER Y MARTÍNEZ, Mariano, Catálogo razonado de obras impresas en Valladolid, 1481-1800, Valladolid : Imprenta de la Casa Social Católica, 1926.

ÁVILA, Juan de, Doctrina christiana que se canta, dans Obras completas del Santo Maestro Juan de Ávila (1e éd. 1554), vol. 6, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), 1971.

BARTOLOMÉ MARTÍNEZ, Bernabé, Historia de la acción educadora de la Iglesia en España, vol. 1, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), 1995.

CARMONA, Juan Ignacio, « Centro, amparo y adoctrinamiento. Los centros para menores en el siglo xvi », in : Francisco NUÑEZ ROLDÁN (dir.), La Infancia en España y Portugal, Siglos XVI-XIX, Madrid : Silex Universidad, 2010, p. 69-96.

CIVIL, Pierre, « La formation morale de l’enfant au xvie siècle à travers les catones », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 253-275.

Constituciones synodales del Arçobispado de Toledo hechas por el Cardenal Quiroga, Madrid : Francisco Sánchez, 1583.

Constituciones sinodales del arzobispado de Valencia, Valence : Bernardo Nogues, 1657.

CRÉMOUX, Françoise, « La formation religieuse de l’enfant par transmission familiale au xvie siècle : Le témoignage des relations de miracles », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 311-327.

ÉRASME, De pueris statim ac liberaliter instituendis, Lyon : Laurentium Hilarium, 1530.

FLÓREZ, Andrés (fray), Doctrina Christiana del Ermitaño y Niño, Madrid : Sebastián Martínez, 1552.

GUILLAUME-ALONSO, Araceli, « École et catéchèse occidentale au xvie siècle selon Jean d’Avila. Quelques exemples », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 237-253.

INFANTES, Victor, « La cartilla en el siglo XVII. Primeros textos », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 105-125.

KAGAN, Richard, Universidad y sociedad en la España moderna, Madrid : Tecnos, 1981.

LEBRUN, François, VENARD Marc, QUÉNIART Jean, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Tome II : De Gutenberg aux Lumières (1480-1789) (1re éd. 1981), Paris : Éditions Perrin, 2003.

LÓPEZ DE AYALA, Ignacio, El sacrosanto y ecuménico concilio de Trento (1re éd. 1564), 7e éd., Barcelone : Imp. de Sierra y Martí, 1828.

LUJÁN, Pedro, Coloquios matrimoniales (1re éd. 1550), Madrid : Atlas, 1943.

MARTÍNEZ DE RIPALDA, Jerónimo, Catecismo y exposición breve de la Doctrina Cristiana (1e éd. 1618), Madrid : Cano, 1817.

PEYREBONNE, Nathalie, « La table, lieu de formation de l’enfant au XVIe siècle », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 367-377.

PEREZ, Marie Carmen, « La formation de l’enfant à Valladolid aux XVIe et XVIIe siècles : “Los niños de la Doctrina cristiana” (1542-1627) », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 175-187.

QUINTANA, Jerónimo de, A la muy antigua, noble y coronada Villa. Historia de su antigüedad, nobleza y grandeza (1re éd. 1629), 2 vol., Madrid : Ábaco ediciones, 1980.

REDONDO, Augustin, « Les livrets de lecture (cartillas para enseñar a leer) au XVIe siècle : lecture et message doctrinal », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 71-105.

RIANDIERE DE LA ROCHE, Josette, « La formation de l’enfant par les Jésuites. L’exemple du collège d’Ocaña », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 189-215.

RICO CALLADO, Francisco Luis, Misiones populares en España entre el Barroco y la Ilustración, Valence : Institució Alfons el Magnànim, 2006.

ROBLES, Juan de, Cartilla menor para enseñar a leer en romance, especialmente a personas de entendimiento en letra llana, conforme a la propiedad de la dicha lengua, Alcalá : Andrés de Angulo, 1554.

Synodales hechas y publicadas por el arzobispo de Toledo don Alfonso Carrillo en el concilio de Alcalá, 1480.

TROPÉ, Hélène, « La formation des enfants orphelins à Valence aux XVIe et XVIIe siècles », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 215-226.

VARELA, Julia, Modos de educación en la España de la contrarreforma, Madrid : Ediciones de la Piqueta, 1983.

VIVES, Juan Luis, Formación de la mujer cristiana (1re éd. 1523), Valence : Ajuntament de Valencia, 1994.

VIVES, Juan Luis, Deberes del marido (1re éd. 1528), Valence : Ajuntament de Valencia, 1994.

Haut de page

Notes

1 Voir Víctor INFANTES, « La cartilla en el siglo XVII. Primeros textos », in : Augustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 105-125.

2 Philippe ARIÈS, « Les âges de la vie », L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris : Seuil, 1960 .

3 François LEBRUN, Marc VENARD et Jean QUÉNIART, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Tome II : De Gutenberg aux Lumières (1480-1789) (1re éd. 1981), Paris : Éditions Perrin, 2003.

4 Si le terme d’« endoctrinement » peut apparaître d’emblée comme anachronique, car utilisé plus fréquemment pour la période contemporaine, il permet toutefois de montrer comment l’enseignement de la doctrine chrétienne associée à l’apprentissage des primeras letras se transforme dans l’Espagne classique en un véritable dogmatisme, en une soumission doctrinale susceptible de modéliser les consciences du peuple à des fins religieuses et même politiques.

5 On ne citera que quelques exemples parmi les nombreux traités d’Érasme, De pueris statim ac liberaliter instituendis, Lyon : Laurentium Hilarium, 1530, ou des moralistes tels que Juan Luis VIVES, Formación de la mujer cristiana (1re éd. 1523), Valence : Ajuntament de Valencia, 1994, ou encore Pedro LUJÁN, Coloquios matrimoniales (1re éd. 1550), Madrid : Atlas, 1943.

6 Gaspar de ASTETE, Institución y guía de la juventud Cristiana, Primera Parte Donde se trata de como han de enseñar los padres a sus hijos a ser obedientes y temerosos de Dios: y de las virtudes mas principales que ha de tener el mancebo christiano, Burgos : Philippe de Iunta, 1592.

7 Bernabé BARTOLOMÉ MARTÍNEZ, Historia de la acción educadora de la Iglesia en España, 1, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), 1995.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 « Entre las otras cosas que los padres son tenidos a facer por sus fijos son principalmente tenidos los facer instituir e enseñar las cosas que son necesarias para salud de sus animas e buena gobernacion dellos mismos e por que conocemos por experiencia que por defecto de maestros e de enseñadores los niños y otros mas adultos dexan de aprender e saber las cosas necesarias a los christianos e quedan con tanta inorancia que apenas se pueden llamar Christianos ni ombres e siguiendo la diposicion de los sacro canones estatuimos que en cada una de las iglesias parrochiales de nuestro arçobispado donde obiere pueblo el cura tenga consigo otro clerigo o sacristan persona de saber e honesta que sepa e pueda e quiera mostrar leer e escribir e cantar a qualesquier personas en especial a fijos de sus parrochianos e los instruyan e enseñen todas buenas costumbres e los aparten de qualesquier vicios e los castigan e que los dichos curas cada dia de domingo a fiestas principales requieran e amoestan a sus parrochianos que embien sus fijos a la iglesia cada dia a se informar de las cosas necesarias a la fe a los quales el dicho clerigo o sacristan instituya e informe con toda castidad e virtud e señaladamente les muestren los diez mandamientos el Pater Noster, el Ave Maria, el Credo y la Salve Regina y la confesion general de todo lo que esta en la cartilla de las iglesias e asimimo que sepan signar con el signo de la cruz e los exorten obediencia e acatamiento a sus padres prelados e curas e maestros e los informen con quanta reverencia e acatamiento les han de servir. » (Synodales hechas y publicadas por el arzobispo de Toledo don Alfonso Carrillo en el concilio de Alcala año 1480, fol. 99ro-vo)

11 « Y porque a esta doctrina que tanto cumple a todos los christianos saber muchos, assi varones como mujeres, no pueden venir a ser della enseñados por los dichos sacristanes. Estatuymos y ordenamos que los curas de las parrochias, todos los dias de la quaresma, hagan tañer a la Salve, y amonesten a sus parrochianos embien alli a sus hijos de siete años arriba y cantada la Salve, respondan por las mismas palabras, el Ave Maria, y Pater Noster, Credo y Salve Regina, los diez mandamientos, los siete peccados mortales y las obras de misericodia. Y por que sean movidos a ello los fieles christianos, concedemos y otorgamos quarenta dias de perdon a todos aquellos que vinieren y estuvieren en la iglesia hasta ser dicha la Salve, y acabada la dicha doctrina. Y esto hagan y cumplan los dichos curas, so pena de dos reales de plata, por cada vez que lo dexaren de hazer assi. El uno aplicado para la fabrica de la tal ygleia y el otro para el que lo apuntare y diere por memoria al visitador, para que lo mande executar. Item mandamos que los maestros que enseñan a los niños en sus escuelas hagan leer y decir la dicha doctrina, cada dia una vez so la dicha pena. » (Constituciones synodales del Arçobispado de Toledo hechas por el Cardenal Quiroga, Madrid, Francisco Sánchez, 1583, fol. 33ro)

12 Constituciones sinodales del arzobispado de Valencia, 1657, Valence : Bernardo Noguesn Constitución III, p 15.

13 « Las iglesias cuyas rentas anuales fueren cortas o donde el clero y pueblo sea tan pequeño que no pueda haber comodamente en ellas catedra de teologia, tenga a o menos un maestro que ha de elegir el obispo con acuerdo del cabildo que enseñe de balde la gramatica a los clerigos y otros estudiantes pobres, para que puedan, mediante Dios, pasar al estudio de la sagrada escritura. » Voir la Session VI du Concile de Trente, « Decreto sobre la reforma en la enseñanza y predicacion de la sagrada escritura », cité par Ignacio LÓPEZ DE AYALA, El sacrosanto y ecuménico concilio de Trento (1re éd. 1564), 7e éd., Barcelone : Imprenta de Sierra y Martí, 1828, p. 152.

14 « Cabe señalar que la alfabetización fue propuesta como un mecanismo de difusión de comportamientos pero, frente a las lecturas de evasión, el padre y el cura debían encargarse de vigilar qué leían quienes estaban sujetos a ellos. Con este mismo objetivo, los misioneros repartían una serie de « sueltos », ya fuesen pequeñas colecciones de escritos contenidos en obras espirituales, ya otros destinados a la devoción propiamente dicha: cánticos, pequeños “compendios” para la preparación de la confesión, etc. Con ellos, se intentaban reforzar también una serie de cultos », Francisco Luis RICO CALLADO, Misiones populares en España entre el Barroco y la Ilustración, Valence : Institució Alfons el Magnànim, 2006, p. 256.

15 Pierre CIVIL, « La formation morale de l’enfant au XVIe siècle à travers les catones », in : Augustin REDONDO (dir.), op. cit., p. 253-275 ; Augustin REDONDO, « Les livrets de lecture (cartillas para enseñar a leer) au XVIe siècle : lecture et message doctrinal », in : ibid., p. 71-105 ; Araceli GUILLAUME-ALONSO, « École et catéchèse occidentale au XVIe siècle selon Jean d’Avila. Quelques exemples », in : ibid., p. 237-253.

16 Voir les trois éditions mentionnées par Pierre Civil : celle en vers de Martín García : La traslación del muy excellente Doctor Chaton (1467), celle de Gonzalo García de Santa María, version poétique en latin et castilla de la fin du xve siècle et la dernière version datée du XVIe siècle Exemplos y castigos de Caton, offrant une adaptation en distiques en cuaderna vía et diffusée en pliego. Voir P. CIVIL, op. cit., p. 259.

17 Exemplos y castigos de Catón, Lisboa, 1521, v. 25-26.

18 Juan de ÁVILA, Doctrina christiana que se canta, dans Obras completas del Santo Maestro Juan de Ávila (1re éd. 1554), vol. 6, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), 1971 ; Fray Andrés FLÓREZ, Doctrina Christiana del Ermitaño y Niño, Madrid : Sebastián Martínez, 1552.

19 Voir la liste des Cartillas utilisées aux XVIe et XVIIsiècles, établie par Victor INFANTES, opcit. p. 114-121.

20 « La doctrina que va resumida en coplas y los quince misterios para rezar el rosario, es para hombres rudos o de mala memoria, que saben las cuatro oraciones que desde niño aprendieron, y no pueden aprender más y si algo aprende, con trabajo, y luego lo olvidan, por no recitarlo como las oraciones que cada dia dicen […]. A los cuales primero se les ha de dar a entender, y despues enseñarles cosa que canten y que es lo que a ellos mas aplace para pasar sus trabajos, y asi cada dia lo cantaran y quitaran cantares malos y sabran lo que son obligados; y de esto hay experiencia. Tambien se puede enseñar a los niños especialmente sacramentos, mandamientos de la Iglesia, obras de misericordia, pecado mortal y venial y pecados y virtudes contra ellos y todo lo demas. Porque saber todo esto y lo que se presupone que han de saber antes de esto, pareceles tan largo, y trabajoso y dificultoso, que muy pocos llegan a saberlo todo aunque esten años en aprenderlo; y en dejandolo, facilmente se les olvida. Lo que no hace esto breve, por decirlo todo y cantarlo, pero siempre se les a de decir primero muy extenso y declarado, para que lo entiendan y sepan dar cuenta de cada cosa que es y para que. Tambien es gran remedio darles algun cebo con algunas cosas que canten del Santisimo Sacramento, entre el año, de las festividades de nuestro Señor, para que quiten malos cantares y todos los canten; pero todo esto no por principal ni en todos los pueblos, salvo do sera provechoso y se espera quitar otros malos cantares. », Juan de ÁVILA, opcit., p. 479-480.

21 Juan de ROBLES, Cartilla menor para enseñar a leer en romance, especialmente a personas de entendimiento en letra llana, conforme a la propiedad de la dicha lengua, Alcalá : Andrés de Angulo, 1554.

22 Voir le texte du privilège reproduit par Mariano ALCOCER Y MARTÍNEZ, Catálogo razonado de obras impresas en Valladolid, 1481-1800, Valladolid : Imprenta de la Casa Social Católica, 1926, p. 882-883.

23 Voir par exemple Jerónimo MARTÍNEZ DE RIPALDA, Catecismo y exposición breve de la Doctrina Cristiana (1re éd. 1618), Madrid : Cano, 1817.

24 Julia Varela déclare à ce titre : « Serán los protestantes quienes usen compendios de doctrina profusamente y con gran éxito. Parece que fueron ellos también los que institucionalizaron el nombre de catequismo. », Julia VARELA, Modos de educación en la España de la contrarreforma, Madrid : Ediciones de la Piqueta, 1983, p. 259.

25 C’est pourquoi le Diálogo de doctrina cristiana de l’érasmiste Juan de Valdés, considéré comme analogue aux catéchismes protestants, fut immédiatement condamné par l’Inquisition dès 1529 tout comme le catéchisme de l’archevêque Bartolomé de Carranza en 1558. Rappelons également que les catéchismes catholiques devaient impérativement se différencier des livres protestants, instruments d’éducation de masse, Luther s’étant vigoureusement opposé à l’éducation chrétienne de la jeunesse dispensée par les monastères, couvents et paroisses où, selon lui, régnaient davantage les principes de corruption et d’ignorance. Cet affrontement entre deux orthodoxies se reflète donc au sein des catéchismes catholiques et protestants. L’éducation des enfants peut dès lors être perçue comme un autre visage des guerres de religion.

26 Nathalie PEYREBONNE, « La table, lieu de formation de l’enfant au xvie siècle », in : Augustin REDONDO (dir.), op. cit., p. 371-372.

27 Françoise CRÉMOUX, « La formation religieuse de l’enfant par transmission familiale au XVIe siècle : le témoignage des relations de miracles », in : ibid., p. 313-315.

28 Petición CCVI, Cortes de Valladolid, 1548, Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla, tomo V, RAE, Madrid, 1903, p. 466.

29 Selon les documents et les exemples étudiés, on trouve les termes de « escuelas », « colegios », « instituciones » afin d’évoquer ces établissements de charité et de bienséance.

30 Voir Marie Carmen PEREZ, « La formation de l’enfant à Valladolid aux XVIe et XVIIe siècles : "Los niños de la Doctrina cristiana" (1542-1627) », in : Augustin REDONDO (dir.), op. cit., p. 175-187.

31 Archivo Municipal de Valladolid, Documentos, Papeles, Caja 22, Exp. 1, fol. 6.

32 Ibid., fol. 5vo.

33 Parfois, ces institutions proviennent également de la volonté de confréries comme en témoigne le cas de la confrérie del Santísimo Niño Perdido y de la gloriosa Santa Ana à Séville, fondatrice de l’orphelinat del Niño Perdido. D’autres fois, ce sont des initiatives individuelles à l’image de celle de María de Aguilar qui contribua à établir à Séville en 1538 « un monasterio de la Orden del Espítiru Santo » communément appelé « de la Doctrina de las niñas » en vue d’accueillir les jeunes orphelines pauvres, ou encore de Fray Diego Carraholano qui fonda en 1584 la Casa de Niñas Huérfanas sous le patronnage de Nuestra Señora del Socorro y del Amparo. Voir Juan Ignacio CARMONA, « Centro, amparo y adoctrinamiento. Los centros para menores en el siglo XVI », in : Francisco NUÑEZ ROLDÁN (dir.), La Infancia en España y Portugal, Siglos XVI-XIX, Madrid : Silex Universidad, 2010, p. 69-96.

34 Hélène TROPÉ, « La formation des enfants orphelins à Valence aux XVIe et XVIIe siècles », in : Augustin REDONDO (dir.), op. cit., p. 215-226.

35 Archivo Regional de la Comunidad de Madrid, Fondo Inclusa: Cofradía de Nuestra Señora de la Soledad, Exp. 1, fol. 51r° : « Los diputados de la cofradia de la Soledad a cuyo cargo esta la educacion y la crianza de los niños en posesion de la villa de Madrid hacen saber a todas las amas que tubiesen niños del hospital de la Encarnacion en los lugares que abajo yban declarados y como esta ordenado con acuerdo del consejo que la procesion de las amas se haga como se ha de hacer para el martes santo diez dias de este presente mes de abril por la tarde por tanto se les apercibe que para el dicho dia bengan a hallarse en la dicha procesion con niños, y a recibir lo que se les debiere y bestuario y que no falte ninguna con apercibimiento y que faltando no se les pagara cosa alguna y que se pregone publicamente en los dichos lugares trayendo testimonio donde hubiere escritura por fe de los señores curas como ansi se a leido y los lugares son los siguientes: Villa del Olmo, Valemoto, Cassarubios, Villa del campo, Mostoles, El Alamo, Arganda, Arozo, Villamanta, Valdicaya, Valmojado, Nabalcarrero. En Madrid a 5 de abril de 1618. »

36 Memorial Histórico Español : Colección de documentos, opúsculos y antigüedades, Biblioteca de la Real Academia de Historia, Madrid, 1861, p. 58-59.

37 Ibid., p. 59.

38 Jerónimo de QUINTANA, A la muy antigua, noble y coronada Villa. Historia de su antigüedad, nobleza y grandeza (1re éd. 1629), 2 vol., Madrid : Ediciones Abaco, 1980, fol. 453r°.

39 Archivo Histórico Nacional, Clero, Papeles, Leg. 3747/3748 : Congregación de San Nicolás Bari, s.f. « La real y piadosa congregación del glorioso san Nicolas de Bari sita en el real monasterio de nuestro padre san Basilio el Magno de esta corte, ha resuelto dotar este presente año una doncella pobre hija de gente honrada con treinta ducados de vellón para ayuda de tomar estado de casada con calidad de que haya de tener doce años cumplidos para entrar en suerte (1698) ».

40 « Ana Melendez hija de Margarita Sanz huerfana de padre doncella de hedad de 12 años poco mas o menos puesta a los diez, con todo rendimiento: dire que por haver llegado a su hedad que la real y piadosa congregacion del glorioso patriarca San Nicolas de Bari sita en el convento de los Basilios desta corte acostumbrada todos los años hazer diferentes obras pias y de caridad segun su celo y gloriosa devocion y entre ellas a dar la limosna y dotar de 50 ducados a tres doncellas pobres huerfanas y la supplicante por dichos motivos y concurriendo en ella las circunstancias que para obra tan pia se le quieren en cuya consideracion supplico muy humilmente a dichos señores la miren con ojos de misericordia y sean servidos de admitir a la supplicante en una de las dichas plazas de la dicha dotacion para que con dicho alivio y pia limosna pueda tomar estado de matrimonio como dios manda que demas decir obra tan condigna a los oxos de su divina magestad la suplicante muy singular y limosna como lo espera de la suma piedad y católico zelo de los señores de dicha real y pia congregacion tiene entregada su fee de bauptismo a dos años y dado memorial para pretencion tan justa. Viven en la calle de Jesus del Valle Pared, barrio de san Ildefonso Parroquia de san Martin (1696). » (ibid.).

41 Par exemple, en 1585, à Séville, la participation des enfants aux enterrements et les aumônes reçues à cette occasion rapportent 528 402 maravédis au Collège des enfants de la Doctrine. Voir Ignacio CARMONA, opcit., p. 77.

42 Ibid., p. 87.

43 Julia VARELA, opcit., p. 132-133.

44 A.H.N., Clero, Jesuitas, Libro 49 (1590-1675). Si ces documents ne réunissent les livres de la congrégation qu’à partir de l’année 1590, il y est précisé que la date de fondation de cette dernière est antérieure, sans toutefois qu’aucune précision supplémentaire ne soit apportée sur ses origines.

45 Le pape Alexandre VIII promulgua le 8 décembre 1661 la constitution Sollicitudo omnium Ecclesiarium où il confirma l’aspect immaculé de Marie dénuée de tout péché originel. Bien entendu, le dogme de l’Immaculée Conception ne fut pas proclamé avant le 8 décembre 1854. Philippe IV, quant à lui, avait intégré au calendrier liturgique espagnol la fête de l’Immaculée Conception le 8 décembre 1644.

46 Le troisième point du serment précise ainsi : « Accion muy proporcionada a nuestra tierna edad pues no poniendo enteramente en quenta los pocos años de nuestra edad sino solos los dias en que hemos comenzado a gozar de la luz de la primera discrecion y discurso del entendimiento y albedrio de la voluntad no advertimos en la mejor razon cargarnos con el tiempo de la primera infancia de la virgen santissima y con el primer instante de su dichosa concepcion porque en el comançando su primer ser comenzo justamente sin dilacion alguna el uso de la razon, la gracia y la santidad y como los principios de nuestra discrecion fuesen mas con la primera infancia de la virgen santissima no diferimos a otro tiempo las demonstraciones de nuestro afecto amoroso quando no esta sirviendo de enseñarle, que no apresure el justo sentimiento con que vemos lastimados a nuestros padres de aver dejado pasar tantos años de su edad sin averse declarado con empeño de obligacion forçosa por la defensa de las glorias de la infamia de la reina de los angeles ». Et le quatrième d’ajouter : « A nuestros padres debemos (no sin paga de agradecimiento por la grandeça del beneficio) el que aun antes de tener uso de la razon para entender lo que pronunciamos, repetia nuestra lengua muchas vezes las dulcisimas palabras de la limpia y pura concepcion de Maria sin pecado original. A nuestros padres debemos que nuestra voluntad mas adelantada en amor con afecto sincero que le entendimiento en discurrir con discurso perfecto se aficionase con tierno amor a esta gloria de nuestra soberana madre para que llegandosele ya la discreción adquiriendo la voluntad nuevas fuerzas al paso que el entendimiento noticias, fuese mas continuo y ferveroso el exercicio del afecto ya esclarecido de luz mas perfecta. », (A.H.N, ibid., fol. 101vo).

47 Ibid., fol. 102ro.

48 Ibid., fol. 102vo.

49 Ibid., fol. 102ro.

50 Ladislau LUKÁCS S.I. (éd.), Monumenta paedagogica Societatis Jesu, I (1540-1556), Rome : Institutum Historicum Societatis Iesu, 1986, cité par Josette RIANDIERE DE LA ROCHE, « La formation de l’enfant par les Jésuites. L’exemple du collège d’Ocaña », in : Augustin REDONDO (dir.), op. cit., p. 194.

51 Au début du XVIIe siècle, il y avait en Espagne cent dix-huit collèges jésuites, certains d’entre eux comptant jusqu’à un millier d’élèves. La Ratio Studiorum qui introduisit quelques éléments novateurs dans les matières enseignées et dans les méthodes d’apprentissage, la bonne organisation des collèges, la qualité du professorat tout comme le type d’éducation adapté à l’idéologie de la Réforme catholique, aux intérêts de la noblesse ainsi qu’à ceux de la bourgeoisie furent des facteurs clés dans la réussite et le développement des écoles jésuites. Voir Richard KAGAN, Universidad y sociedad en la España moderna, Madrid : Tecnos, 1981, p. 215.

52 « La educación de niños sólo puede ser comprendida en el interior de un vasto proyecto de moldeamiento de las consciencias. La pedagogía de la infancia no es, pues, separable de la pedagogía de las masas que a partir de Trento adopta formas macizas y totalitarias. Se propone controlar los desplazamientos, las asociaciones, las opiniones, las conciencias. », Julia VARELA, opcit., p. 260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Buvat-Bruyère, « De l’éducation religieuse à l’endoctrinement : enseignement et manipulation des enfants en Espagne à l’époque moderne »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46539

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search