Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Deuxième partie : L’éducation mor...Réussites et ratés de l’éducation...Les enfants mal élevés dans les d...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Deuxième partie : L’éducation morale et religieuse : perpétuation de l’ordre social, réussites et ratés
Réussites et ratés de l’éducation : exemples théoriques, travail des enfants et école de la vie

Les enfants mal élevés dans les dialogues de Juan Luis Vives et Pedro de Luján

Cécile Codet

Résumés

À la suite d’Érasme, Juan Luis Vives et Pedro de Luján ont composé des dialogues destinés à éduquer les jeunes gens. Or, la forme même du dialogue implique la présence d’un contradicteur, d’un « envers » du discours dominant qui, loin de diminuer la portée de celui-ci, contribue au contraire à en renforcer l’efficacité. Néanmoins, pour être des artifices rhétoriques, ces contrepoints n’en sont pas moins élevés par nos auteurs au rang de véritables personnages dont les traits, quoique rapidement dessinés, sont toutefois saillants. C’est donc à ces enfants mal élevés que nous allons nous intéresser, dans la mesure où, en tant que contre-modèle, ils permettent de mieux comprendre ce que l’on attendait d’un enfant bien élevé à l’époque, mais surtout parce que, par leur cheminement au sein du dialogue, ils contribuent à guider le lecteur vers son propre perfectionnement.

Haut de page

Texte intégral

1Choisir de s’intéresser aux enfants mal élevés tels qu’ils apparaissent dans les dialogues pédagogiques créés par Juan Luis Vives et Pedro de Luján c’est, en quelque sorte, porter délibérément le regard à l’opposé de la direction souhaitée par l’auteur. En effet, ces dialogues sont construits pour inculquer les bonnes mœurs, et le personnage à imiter est donc, sans contestation possible, l’enfant bien élevé. Néanmoins, la perfection de celui-ci ne peut apparaître que vis-à-vis de son double inversé : le mauvais élève qui, par son comportement ou ses paroles laisse entrevoir les conséquences néfastes de la non-application des règles morales et de savoir-vivre énoncées. Dès lors, les enfants mal élevés sont très présents dans les textes que nous allons étudier, mais ne sont pas toujours évoqués selon la même modalité. Tout d’abord, ils peuvent apparaître sous la forme d’un personnage individualisé, nommé et qui intervient dans le discours pour dialoguer avec le bon élève. Ensuite, ils peuvent apparaître dans les exempla, souvent comme de simples noms dont la mention est, en soi, porteuse de sens. Enfin, ils peuvent être mentionnés comme un contre-modèle théorique : ils ne sont alors pas individualisés, mais sont l’incarnation de tous les défauts que l’on doit éviter ou corriger.

2Les uns et les autres se distinguent, dans la mesure où, alors que l’enfant mal élevé de l’exemplum est figé dans son historiette et n’existe donc que par l’épisode qui l’a vu commettre une faute, celui qui intervient dans le dialogue est, au contraire, susceptible d’évoluer, ou d’avoir un comportement plus nuancé. Dès lors, il se distingue également de la construction théorique d’un mauvais élève par antonomase qui ne serait que l’incarnation de tous les vices.

  • 1 Le titre originel latin est : Linguae latinae exercitatio. Afin de faciliter la compréhension des e (...)
  • 2 Nous utilisons l’édition proposée par la Biblioteca virtual de Andalucía : Pedro DE LUJÁN, Coloquio (...)

3Ainsi, seuls les dialogues pédagogiques permettent l’avènement de cette modalité intermédiaire (le personnage du mauvais élève), et c’est pourquoi nous avons décidé de centrer notre étude sur deux œuvres dialoguées, publiées à seulement douze ans d’intervalle dans la première moitié du XVIe siècle : les Diálogos ou Ejercicios de lengua latina de Juan Luis Vives (1538)1, notamment les dialogues 1 à 6 et le 10e, et les Coloquios matrimoniales de Pedro de Luján (1550)2, et plus particulièrement le 5e colloque, le seul de l’ensemble de l’œuvre qui fasse exclusivement intervenir des enfants.

  • 3 Concepción Cárceles Laborde établit néanmoins plusieurs différences entre les dialogues de nos deux (...)

4Il s’agit, dans les deux cas, de dialogues pédagogiques humanistes d’inspiration érasmienne3. Pourtant, Vives et Luján ne dessinent pas l’enfance, et particulièrement l’enfance indisciplinée ou désobéissante de la même façon. Comment, donc, ces auteurs mettent-ils en scène les enfants mal élevés dans leurs dialogues ? Dans quelle mesure ne sont-ils que des faire-valoir des enfants bien élevés, ou, au contraire, des personnages au caractère propre qui, dans leur imperfection même, rejoignent l’humanité du lecteur ? C’est ce que nous allons tenter de discerner dans les lignes qui vont suivre.

De l’importance de l’éducation

On ne naît pas « mal élevé », on le devient

5L’expression elle-même le suggère : un enfant mal élevé a subi l’influence néfaste ou la négligence d’un tiers qui l’a conduit à cet état. Or, à l’époque comme aujourd’hui, l’éducation d’un enfant dépend essentiellement de ses parents (ou, éventuellement, d’autres membres de sa famille) et du corps enseignant. Pour qu’un enfant soit mal élevé, il faut donc que l’un ou l’autre ait failli à sa mission, et, pour Luján comme pour Vives, il semble que le tort ne soit pas à chercher du côté des enseignants, mais bien du côté des parents, du moins pour Luján. Vives, en effet, ne s’attarde pas sur ce point dans ses Diálogos, même si l’Institutione foeminae christianae insiste, dans le chapitre intitulé « De liberis et quae circa illos cura » sur l’impact que peut avoir l’éducation qu’une mère dispense à son enfant, en bien ou en mal :

  • 4 Charles FANTAZZI (éd. et trad.), The education of a Christian woman : a sixteenth century manual (t (...)

Children run to their mother, ask her advice about everything, ask her all sorts of questions, and whatever she answers they believe, admire, and consider as the gospel truth. Mothers, how many opportunities you have to make your children good or bad!4

6Ainsi, le risque de mal élever son enfant est toujours présent, notamment si on le gâte trop :

  • 5 Ibid., p. 275.

Mothers, I do not wish you to be unaware that it is your responsibility, for the most part, that evil men exist, which will make you conscious of what kind of gratitude your sons owe you. Through your stupidity you fill them with wrong notions and continue to foster them; you even smile at their sins, crimes, and wrongdoings5.

  • 6 Les Diálogos sont dédiés au prince Philippe, futur Philippe II. Néanmoins, leur large diffusion sug (...)

7Le propos des Diálogos est, néanmoins, nettement différent de celui de l’Institutione foeminae christianae, dans la mesure où le public visé n’est absolument pas le même6. En outre, ils ne sont pas composés dans le même but : les Diálogos doivent avant tout enseigner le latin à des jeunes gens et, dans un second temps, les bonnes mœurs, au contraire de l’Institutione foeminae christianae, dont le but premier est de guider les comportements des femmes qui le lisent.

  • 7 Le premier colloque montre en effet comment un personnage a priori hostile à l’idée du mariage (Eul (...)

8C’est également dans ce but (guider le comportement des lecteurs) qu’ont été composés les Coloquios matrimoniales, qui, comme leur titre l’indique, s’adressent à des couples mariés ou sur le point de l’être7. Il est, dès lors, parfaitement compréhensible que le 5colloque, bien qu’il mette en scène des enfants et portent sur la façon dont un enfant bien élevé doit se comporter, contienne de nombreux avertissements à l’intention des parents quant à la manière dont ils doivent éduquer leur progéniture :

  • 8 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 170. On retrouve un avertissement semblable peu après, p. 172 : « Los pad (...)

La segunda cosa es huir el regalo del padre y de la madre, porque ellos como padres que piensan ser piadosos hacen a sus hijos con sus regalos ser viciosos, y ellos toman nombres de crueles, porque más cruel sería el padre que a su hijo hiciese vicioso, que no el que de la vida le privase, porque con lo uno ganan una sola muerte y ven un solo dolor, mas si el padre es bueno y el hijo vicioso cinco mil dolores causa el hijo vicioso al padre bueno8.

  • 9 J. L. VIVES, Institutione…, in : Ch. FANTAZZI, op. cit., p. 274.
  • 10 P. DE LUJÁN, op. cit, p. 177.

9C’est donc l’excès de bienveillance des parents qui peut être nuisible à l’enfant, et ceux-ci sont bien entendu invités à faire preuve de sévérité, une sévérité que, d’ailleurs, Vives encourageait également, plus d’un quart de siècle auparavant, dans l’Institutione foeminae christianae9. De fait, ce sont bien souvent les femmes qui, en gâtant trop leur enfant, sont responsables de la déviance de ses comportements une fois celui-ci devenu adolescent ou jeune homme : « el regalo de la madre (que por la mayor parte es causa de echar a perder a sus hijos) » 10. Ainsi, les adultes corrompent en quelque sorte la nature de l’enfant, être en pleine formation susceptible de tomber du bon ou du mauvais côté en fonction de l’éducation qu’on lui aura dispensée.

Les chiens ne font pas des chats

  • 11 Ibid., p. 168.
  • 12 Ibid., p. 167.

10Dès lors, les enfants qui naissent de parents vertueux ont nettement plus de chances de le devenir que ceux qui naissent de parents dont les comportements étaient déjà répréhensibles. C’est exactement ce qu’exprime Hipólito dans son colloque avec Julio chez Luján : « Muchas veces oí a mi madre y padre loar la extraña sabiduría de tu madre Doroctea, y para mí tengo que no puede dejar de salir de tal rosa sino tal pimpollo como tú »11. Julio, fils de la sage et docte Doroctea, incarne donc, sous la plume de Luján, le parangon de l’enfant bien élevé et vertueux, qui fréquente l’église plusieurs fois par jour, mange peu, travaille bien à l’école, etc. Au contraire, Hipólito incarne le mauvais élève. Pourtant, on ne sait rien (ou relativement peu de choses) de ses éventuels forfaits ou de son mauvais caractère. Ainsi, le seul nom de ses ascendants suffit à le définir comme l’enfant mal élevé, puisque Luján indique, au début de son colloque : « Coloquio quinto, en el cual Julio, hijo de Doroctea, hallándose acaso con Hipólito, hijo de Eulalia, hablan entre s[í] qué virtudes ha de tener el buen niño » 12.

  • 13 Voir plus particulièrement le second colloque de Luján.
  • 14 Ainsi, Érasme indique explicitement avoir dédié ses dialogues « a la puericia, para hacerla más lat (...)

11Or, le lecteur qui arrive au cinquième colloque connaît bien Eulalia, qui apparaît dès le premier opus : elle qui d’abord voulait rester indépendante et célibataire est convaincue de se marier par Doroctea mais, malheureusement, son mariage n’est pas, au départ du moins, une réussite, dans la mesure où elle se dispute continuellement avec Marcelo, dont elle ne supporte pas les défauts13. Même si l’intervention de Doroctea permet finalement de ramener la paix dans le ménage, les époux ne semblent pas avoir emmagasiné assez de vertu pour pouvoir la transmettre à leur fils, qui, à son tour, a besoin d’un tuteur en la personne de Julio. Néanmoins, la répétition même de la mise en scène (un personnage vertueux corrige par ses admonestations les vices d’un autre personnage moins vertueux) suggère que Luján était profondément convaincu de l’efficacité potentielle de l’éducation, conviction qui guide d’ailleurs l’écriture même de son ouvrage : à quoi bon écrire un manuel didactique si l’on n’a pas quelque espoir que les lecteurs, en le lisant, vont changer leurs pratiques14 ?

Le miracle de l’éducation

12En effet, si l’éducation par un parent lui-même rempli de défauts ou trop indulgent peut conduire un enfant à la ruine morale, une éducation dispensée par un parent ou un maître vertueux peut produire un enfant bien élevé ou corriger un enfant initialement mal élevé pour qu’il puisse finalement prendre le chemin de la vertu. C’est ce que suggère le parcours de Julio, beau produit d’une éducation vertueuse. C’est, de même, ce sur quoi insistent les deuxième et troisième dialogues de Vives.

  • 15 J. L. VIVES, Linguae latinae exercitatio, Paris : I. Foucher et V. Gualtherot, 1539 ; éd. espagnole (...)

13L’enfant du deuxième, en effet, n’a apparemment pas encore mis les pieds à l’école : il s’agit d’un jeune garçon entouré de sa mère, de son père, de quelques domestiques et d’un chien, qui se trouve, semble-t-il, à ce moment décisif où son éducation peut basculer soit du côté de la gâterie et du vice, soit du côté de l’éducation et de la vertu. En effet, l’enfant dès son réveil est accueilli par sa mère qui le couvre de mots doux et l’entoure de sollicitude, de façon presque caricaturale : « Cristo te guarde, mi luz. ¿Qué haces, mi consuelo ? ¿Cómo estás ? ¿Cómo has descansado esta noche? »15, puis, un peu plus loin :

  • 16 Ibid.

Niño : Sin embargo, a media noche me ha despertado un dolor de cabeza. / Madre : ¡Desdichada y la más desgraciada! ¿Qué dices? ¿En qué parte de la cabeza? / Niño : En la coronilla. / Madre : ¿Cuánto tiempo? / Niño : Apenas la octava parte de una hora : luego me volví a dormir, y no me dolió más. / Madre : He vuelto en mí, pues me habías dejado sin aliento16.

14En lisant ce dialogue, le lecteur n’a aucun mal à imaginer que cette mère aura sans doute bien du mal à contraindre son enfant à quoi que ce soit et à le soumettre à une quelconque discipline. Heureusement intervient le père, qui, comparant son fils à son chien, demande au premier ce qui les différencie. La réponse ne se trouve pas dans les occupations d’un enfant : courir, jouer, manger, boire et dormir assimilent au contraire le bambin à un animal. Dès lors, pour devenir pleinement un homme, le petit garçon doit passer par l’école, définie comme le lieu « a donde van animales y vuelven hombres ». L’école a donc le pouvoir d’opérer ce miracle de transformer des animaux en hommes, image sur laquelle Vives insiste, puisqu’elle apparaît de nouveau de façon répétée dans le troisième dialogue, intitulé « La presentación en la escuela » :

  • 17 Ibid., troisième dialogue.

Padre : Te traigo a este hijito mío, para que lo transformes de animal en hombre. / Filópono : Pondré en ello todo mi esfuerzo. Se hará : de animal se convertirá en hombre, de malo en honrado y bueno; esto, de verdad, no lo dudes17.

15Le pouvoir de l’école et, plus largement, de l’éducation, est donc immense, pourvu qu’on veuille bien s’y soumettre. L’enfant mal élevé est, au contraire, rétif : paresseux, joueur, traînant des pieds pour aller à l’école, il accumule les défauts.

Les vices incarnés

Tentative de portrait d’un mauvais élève

  • 18 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 168.

16Le premier des défauts de l’enfant mal élevé est sa paresse. C’est du moins ce que suggère le fait que ce vice apparaisse dès les premières répliques du dialogue entre Julio et Hipólito chez Luján, tout comme chez les personnages du premier dialogue de Vives. Ainsi, Luján situe la rencontre de Julio et Hipólito juste après que ce dernier a séjourné longuement à la campagne, ce qui suscite la curiosité de son camarade, qui l’interroge sur ses occupations. Une curiosité cependant vite déçue : « Julio : Pues, ¿qué hacías ?/ Hipólito : Estábame holgando »18, réplique qui conduit à une réprobation de l’oisiveté et à un éloge de l’activité permanente :

  • 19 Ibid. Cette remarque de Julio met en avant deux des grands axes de l’éducation humaniste, dont Conc (...)

Mejor dijeras dañando, mejor fuera que estuvieras en el estudio estudiando, o en la iglesia rezando, porque al buen cristiano o lo han de hallar en su oficio trabajando, o en el templo contemplando19.

  • 20 Le titre apparaît donc comme une antiphrase ironique. On peut d’ailleurs être sensible aux différen (...)
  • 21 J. L. VIVES, Linguae latinae…, premier dialogue.

17De même, les enfants du premier dialogue de Vives (qui s’intitule pourtant « Despertar matutino ») ne semblent guère matinaux20 : « Beatriz : […] Levantaos, levantaos. /Eusebio : ¿Tan de mañana ? /Beatriz : Está más cerca el mediodía que la aurora »21.

18En outre, une fois levés, ceux-ci ne pensent d’emblée qu’à jouer :

  • 22 Cette concurrence entre le jeu et les études revient sans cesse sous la plume de Vives : « Pretexta (...)

Manuel : Acércame el [jubón] sencillo, para que, si tengo que jugar hoy a la pelota, me pese menos. / Beatriz : Ésta es siempre tu costumbre : piensas en el juego antes que en la escuela22.

  • 23 On peut reconnaître là une déformation de « Titivilus », nom du démon chargé de pousser les auteurs (...)

19Le jeu semble en effet être, chez Vives, le pire ennemi de l’école, ou, en tout cas, son plus grand concurrent. C’est encore lui qui, dans le quatrième dialogue, est sur le point de faire manquer l’école à Cirrato, attiré par la proposition de Titivilicio23 :

Cirrato : ¿Por qué no permaneces, entonces, en casa? / Titivilicio : Volveré enseguida ; ahora voy a jugar a los dados con el hijo de este artesano. ¿Queréis venir vosotros también? / Cirrato : Vayamos, si quieres.

20Or, en l’occurrence, il ne s’agit pas de n’importe quel jeu, mais du jeu de dés, c’est-à-dire un jeu de hasard qui implique une mise : tout le contraire d’un jeu innocent. Dès lors, il se pratique en cachette (des parents ou des adultes en général), et est susceptible d’entraîner des punitions. Manuel, dans le premier dialogue, en est bien conscient, puisque la veille, il a perdu aux dés ses nouveaux « ajustadores » et craint la punition de son précepteur :

  • 24 On retrouve cette même idée dans le quatrième dialogue, où, là aussi, le fait de jouer aux dés est (...)

Beatriz : Acuérdate que ayer perdiste los nuevos a los dados. / Manuel : ¿Cómo lo sabes? / Beatriz : Por el resquicio de la puerta te veía yo jugar con Guzmanillo. / Manuel : Por favor, que no se entere el ayo24.

21Chez Vives, c’est donc simplement par l’échange des répliques entre les personnages que se laisse percevoir la condamnation morale, sans que celle-ci soit développée dans de grandes tirades, au contraire de ce qui se passe chez Luján, où Julio, dont les répliques sont nettement plus étendues que celles d’Hipólito, expose longuement les comportements à privilégier et ceux qui doivent être évités.

22Nous pourrions encore amplement développer ce portrait-type du mauvais élève tel que le voient nos auteurs, mais nous insisterons seulement sur un troisième point : le caractère potentiellement emporté de l’élève indiscipliné. Ainsi, Hipólito n’a aucune envie de tendre l’autre joue si on lui donne une claque sur la première :

  • 25 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 178. On peut y voir une résurgence de la loi du talion, dans la mesure où (...)

Julio : También justa y santa cosa es que tengamos caridad, conviene a saber : que hagamos bien a todos, y que tengamos paciencia porque si alguno nos injuria lo suframos con paciencia, no dando mal por mal, como dice Christo en el Evangelio, si te dieren un bofetón vuelve el otro carrillo. / Hipólito : Yo por Dios si un bofetón me diesen procuraría cortar la mano al que me le diese, o por mi persona, o por justicia25.

  • 26 J. L. VIVES, Linguae latinae…, premier dialogue.
  • 27 Voir, par exemple, Daniela COSTA, « Tempérance et savoir-vivre en Italie au XVIsiècle. Du civis h (...)

23De même, dans le premier dialogue de Vives, Manuel traite durement sa domestique Beatriz qui le réprimande : « ¿No vas a salir de aquí, chismosa? Sal, o te sacaré yo con este zapato, o bien te quitaré la cofia de la cabeza »26. Nos enfants mal élevés sont donc colériques, et semblent bien éloignés de la mesure et de la tempérance qu’on exigeait d’un honnête homme du XVIe siècle27.

Personnages ou parangons ?

24Ce rapide portrait pourrait laisser penser que les figures d’enfants mal élevés dessinées par nos auteurs ne sont que des parangons, des créations littéraires uniquement destinées à incarner tous les vices qui font d’eux le contraire même des enfants sages. Ils seraient ainsi de simple faire-valoir, des êtres sombres et dessinés à grands traits dans le seul but de mieux mettre en lumière le véritable héros de l’histoire, celui dont les comportements doivent être imités. C’est, en effet, cette impression qui se dégage du colloque de Luján, puisque le discours est essentiellement placé dans la bouche de Julio : l’étendue des répliques de celui-ci ne laisse, au final, que peu de place à Hipólito, que Luján ne fait intervenir que ponctuellement pour commenter le discours de son camarade et le relancer. Pris dans ce dialogue qui ressemble souvent davantage à un long monologue de Julio, le personnage d’Hipólito ne peut acquérir de profondeur psychologique, et ne semble exister que comme un ressort nécessaire de la mise en scène dialogale.

25Vives, au contraire, parvient à donner à ses personnages plus d’épaisseur, et ce alors même que ses dialogues sont plus courts. Ils sont cependant plus vifs, plus rythmés et, partant, plus « réalistes », selon les termes de Carmen Bravo-Villasante :

  • 28 Carmen BRAVO-VILLASANTE, art. cit., p. 9.

Precisamente la función del diálogo en el Renacimiento (aparte de revivir los diálogos platónicos) y en nuestro Vives, es llevar a cabo este deseo de escribir como se habla. Los niños, los estudiantes, los príncipes, las mujeres, los maestros, los vendedores, todos, en sus conversaciones están reflejados en los Diálogos con absoluto realismo. El diálogo es un intento de reflejar la conversación coloquial, aunque también había diálogos escolásticos y pedantes28.

  • 29 Ainsi, C. Bravo-Villasante affirme que Vives « logra un relato entretenido, de gran amenidad. Lejos (...)

26De fait, ces dialogues semblent parfois sortis d’une pièce de théâtre à laquelle ne manqueraient que les didascalies, par exemple pour cette réplique de Titivilicio, dans le quatrième dialogue, que l’on imagine sans peine prononcée sur un ton moqueur puisqu’elle s’adresse à ses camarades qui refusent de jouer avec lui : « ¡Huy! Estos niños no se atreven a jugar un poco ; si se atreven serán azotados »29.

  • 30 On peut citer, pour illustrer ces défauts, ces différentes répliques : « Manuel : Precisamente ése (...)

27Mais ce qui donne leur profondeur psychologique aux personnages de Vives, c’est leur ambiguïté. En effet, alors même que, chez Luján, les rôles sont définis avant la première réplique, dès le paratexte (puisque celui-ci relie les personnages du 5colloque à leurs ascendants) et que Julio et Hipólito s’en tiennent rigoureusement aux rôles qui leur sont attribués, les personnages de Vives ne semblent pas figés dans leur condition et rentrent plus difficilement dans des cases. Ainsi, le premier dialogue met en scène deux jeunes garçons qui, comme on l’a vu, ne sont pas des parangons de vertu, puisqu’ils sont paresseux, joueurs, ne veulent pas se laver, n’en font qu’à leur tête30, etc. Cependant, leur contradicteur n’est pas, comme chez Luján, un enfant parfaitement élevé, mais une domestique, c’est-à-dire un personnage dont le sexe et la condition sociale décrédibilisent la parole. De plus, elle n’est pas dénuée de défauts puisque, comme nous l’avons vu plus haut, elle espionne ses maîtres par le trou de la serrure et qu’elle les traite de façon assez bourrue :

  • 31 Ibid.

Ciertamente con facilidad te doblarías, pero por tu pereza te resulta difícil : ¿te has tragado una espada, como el prestidigitador aquel de hace cuatro días? ¿Estás ya tan delicado? ¿Qué harás de viejo?31

  • 32 Ibid. Il s’agit d’une réplique de Manuel qui répond ainsi à la question scandalisée de Beatriz à pr (...)
  • 33 C’est du moins ce qu’il affirme dans la dédicace qu’il écrit à l’attention du futur Philippe II, qu (...)

28En outre, elle semble particulièrement apprécier la toilette : « Con esa preocupación tuya tan molesta hubieses matado ya un toro, cuánto más a un hombre. Da la impresión de que no vistes a un niño, sino a una novia »32. On pourrait s’interroger sur les intentions de Vives quand il charge une domestique, qui plus est moyennement vertueuse, de ramener ses maîtres dans le droit chemin. Il faut, néanmoins, rappeler ici que le premier but des Ejercicios n’est pas d’abord d’enseigner la morale, mais d’enseigner le latin de façon divertissante33. Ainsi, peut-être le futur Philippe II a-t-il esquissé un sourire devant les frasques de Manuel et Eusebio et devant les admonestations de Beatriz. Toujours est-il que le choix que fait Vives de ne pas placer face à face des modèles antonomastiques, mais au contraire de faire dialoguer des personnages ambivalents permet de considérer leurs défauts avec plus d’indulgence. Chez Luján, en effet, c’est l’existence du personnage de Julio qui conduit à porter un jugement sévère sur les quelques défauts d’Hipólito. Mais celui-ci est-il réellement si mauvais ?

Sont-ils si mauvais ?

  • 34 Voir, par exemple, cette réplique de Pretextato à propos de Titivilicio dans le sixième dialogue de (...)

29De fait, malgré des déclarations parfois péremptoires quant au destin funeste qui attend l’enfant indiscipliné34, nos auteurs (en cohérence avec ce qu’ils pensent de l’éducation), portent en réalité sur eux un regard plein de nuance et d’espoir.

Hipólito sur le chemin de la vertu

  • 35 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 168.
  • 36 Ibid., p. 169.
  • 37 Ibid., p. 181.
  • 38 Ibid., p. 184.

30Chez Luján, le personnage d’Hipólito n’est nullement condamné irrémédiablement au vice. Au contraire, grâce aux sages conseils de Julio, il vit une véritable conversion qui, à la fin du dialogue, semble l’avoir définitivement engagé sur le chemin de la vertu. Ainsi, sa résistance ne dure pas : bien qu’au départ, quand Julio lui conseille de prier régulièrement dans la journée, il le rembarre avec ironie (« Muy santo estás » et « Para estarme continuo rezando, meterme hía fraile »35), il ne tarde pas à confesser son intérêt pour le mode de vie de Julio et son désir d’apprendre. En effet, la première longue tirade de Julio contre l’oisiveté est précédée de ces deux répliques d’Hipólito : « Mucho querría me contases cómo te has, ansí en tus costumbres como en la participación de tu tiempo, porque querría mucho imitarle » et « Yo estaré atento. Cuéntame por tu vida lo que debo hacer »36. En somme, Hipólito est peut-être mal élevé, mais c’est un bon élève, curieux et attentif. Dès lors, même s’il tente encore parfois de résister quand, par exemple, Julio lui conseille d’aller à la messe quotidiennement (« No es precepto oír misa cada día »37), la fin du dialogue le conduit logiquement à une adhésion pleine et entière au modèle de vie proposé par son camarade : « Tienes gran razón por cierto. Tú vives vida muy recogida, de hoy más te quiero imitar »38. Hipólito est donc une nouvelle incarnation du miracle que peut opérer l’éducation, mais, surtout, il est, tout autant que Julio, un modèle à suivre pour le lecteur, qui doit lui aussi, suite à sa lecture, se convertir à une vie plus sage et recueillie. Autrement dit : Hipólito est notre double idéal dans le dialogue, il trace pour nous la route que nous devons emprunter pour notre propre conversion.

Enfants mal élevés ou enfants tout court ?

  • 39 J. L. VIVES, Linguae latinae…, quatrième dialogue, comme les deux citations qui suivent.

31Chez Vives, nul exemple d’un tel retournement, d’un tel parcours vers la vertu. De fait, dans ses dialogues, aucun personnage ne semble réellement l’incarner. À cet égard, le trio Pretextato-Cirrato-Titivilicio du 4dialogue est intéressant, car au lieu de construire, comme Luján le fera dans ses Coloquios, une opposition binaire entre vice et vertu, Vives construit donc un trio qui laisse place au moyen-terme, à la fluidité entre les deux pôles, en la personne de Cirrato. Celui-ci semble en effet sans cesse tiraillé entre vice et vertu. Ainsi, au début du dialogue, il va bien à l’école, mais ne se souvient plus de la route à suivre et y va sans plaisir. De même, il cède à la moindre tentation : dès que Titivilicio (enfant désobéissant et joueur) lui offre la perspective d’une partie de dés, il se laisse tenter et veut entraîner Pretextato à sa suite (« Titivilicio : Volveré enseguida ; ahora voy a jugar a los dados con el hijo de este artesano. ¿Queréis venir vosotros también? / Cirrato : Vayamos, si quieres »39). Il ne craint pas les punitions (« Pretextato : De ninguna manera. / Cirrato : ¿Por qué no? / Pretextato : Para que no nos azoten. / Cirrato : ¡Vah! no me acordaba ») et est même prêt à élaborer toute une stratégie pour que son absence passe inaperçue, quitte à entraîner les autres dans le mensonge (« Cirrato : No me delates ante el maestro, por favor : di que mi padre me retiene en casa. / Pretextato : ¿Quieres que mienta? / Cirrato : ¿Por qué no, por causa de un amigo? »). Tout semble donc conduire Cirrato sur la mauvaise pente. Pourtant, il suffit que Pretextato lui dise qu’il ne pourra être sauvé s’il joue au lieu d’apprendre pour qu’il renonce à son projet, endurant sans fléchir les moqueries de Titivilicio :

  • 40 Ibid.

Pretextato : No puedes ser librado, si juegas cuando hay que aprender. / Cirrato : Vamos, adiós. / Titivilicio : ¡Huy! Estos niños no se atreven a jugar un poco ; si se atreven serán azotados. […] / Cirrato : Váyase al diablo; no quiero que me incite de nuevo a jugar40.

  • 41 Notons que ce qui est vrai pour les enfants l’est aussi pour les adultes. Comme nous l’avons vu, Be (...)

32De même, Pretextato, qui semblait, depuis le début du dialogue, incarner la vertu, se laisse pourtant comme Cirrato entraîner par Teresita dans un détour vers le marché, alors même que celle-ci devait les conduire à l’école. Ainsi, Cirrato comme Pretextato sont ambigus, et ne sont ni des parangons de vice, ni des parangons de vertu41. C’est également le cas des enfants du sixième dialogue, « Vuelta a casa y juegos infantiles », que l’on dirait extrait du tableau de Jean Brueghel, « Jeux d’enfants » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, 1560). Ainsi, les enfants mis en scène par Vives ne sont pas des types destinés à incarner telle ou telle vertu : ce sont simplement des enfants comme les autres, qui vaquent à leurs occupations enfantines et à travers lesquels le petit Philippe II pouvait apprendre le vocabulaire latin qui correspondait à son quotidien. Cette retranscription littéraire de la vie quotidienne de son temps fait d’ailleurs l’un des grands intérêts de ce texte, selon Carmen Bravo-Villasante :

  • 42 C. BRAVO-VILLASANTE, art. cit., p. 9.

hay algo nuevo e interesantísimo para nosotros en la actualidad. Del interés que pudieran tener los diálogos de Vives como libro didáctico se ha pasado a considerarlo como libro costumbrista, como vademecum de la vida diaria de la Europa de 153742.

33Finalement, la grande réussite de Vives dans ses Diálogos semble être d’avoir fait passer un message moral sans paraître moralisant, comme le suggère Concepción Cárceles Laborde :

  • 43 C. CÁRCELES LABORDE, art. cit., p. 139.

En ellos, los hábitos y las costumbres de la vida cristiana aparecen con naturalidad, al hilo de las escenas que se van desarrollando : en las oraciones del niño al levantarse, en su invocación a Jesucristo antes de entrar en la escuela, en la bendición del maestro antes de la comida o en la breve plegaria de unos estudiantes que han logrado sacudirse el sueño y salen de paseo por el campo43.

34Ce faisant, il ne perd nullement en efficacité, mais parvient à concilier les deux pôles de l’adage de Quintilien que plusieurs de ses dialogues semblaient pourtant opposer : docere ludendo, enseigner en divertissant par l’aménité des scènes qu’il crée.

Conclusion

  • 44 C. Cárceles Laborde dit néanmoins à ce propos : « En ocasiones, se sigue el modelo de Erasmo pero s (...)

35Les textes de Vives et Luján ont donc de nombreux points communs : le choix de la forme dialoguée, l’inspiration érasmiste44, la même foi en l’efficacité de l’éducation, le même souci d’inculquer aux enfants les bonnes mœurs… Pourtant, ils dressent de l’enfance deux portraits très différents. En effet, alors que les personnages de Luján ne semblent guère réalistes, chacun devenant un modèle en son genre, ceux de Vives au contraire paraissent pris sur le vif, tout droit sortis de la Bruges ou de la Valence du XVIsiècle. Ainsi, ni Cirrato, ni Pretextato, ni Titivilicio, ni Manuel, ni Eusebio ne sont parfaits, pas plus que l’Hipólito de Luján, mais, de toute façon, comment pourraient-ils l’être ? En tant qu’enfants, ils sont, fondamentalement, des êtres en devenir, en chemin vers la vertu, vers le plein accomplissement de leur humanité. Dès lors, même s’ils apparaissent dans les textes comme mal élevés, cela ne saurait être que transitoire, puisqu’ils sont susceptibles d’une évolution si on leur enseigne les bonnes mœurs.

36C’est donc à eux, aux enfants mal élevés ou, en tout cas, à ceux qui doivent encore travailler pour perfectionner leurs apprentissages et gagner en vertu que nos deux textes s’adressent. Dès lors, ces personnages sont autant d’avatars du lecteur dans les œuvres de Luján et Vives : qu’il s’identifie au désir de perfectionnement d’Hipólito ou aux velléités des enfants mis en scène par Vives, le lecteur est ainsi, à leur suite, convié à cheminer vers l’école pour y perfectionner son caractère et son latin.

Haut de page

Notes

1 Le titre originel latin est : Linguae latinae exercitatio. Afin de faciliter la compréhension des extraits cités, nous allons utiliser la traduction espagnole proposée en ligne par la Biblioteca valenciana digital, de qualité et facile d’accès : Biblioteca Valenciana Digital > Ejercicios de lengua latina (gva.es), mais qui présente néanmoins le défaut de ne pas être paginée, raison pour laquelle nous ne pourrons mentionner que le titre du dialogue concerné quand nous y ferons référence. Cette œuvre fut très populaire dès sa parution, selon Concepción Cárceles Laborde : « Los Ejercicios alcanzan pronto una enorme popularidad, como lo demuestra el número de ediciones que se suceden en el siglo XVI, en el XVII y en el XVIII. Y no sólo en Europa. En 1544, el humanista toledano Cervantes de Salazar, catedrático de retórica y rector de la joven Universidad de Méjico, publica allí estos Ejercicios que pueden considerarse como el primer trasplante de latinidad al Nuevo Mundo » (Concepción CÁRCELES LABORDE, « Los Coloquios de Erasmo y los Ejercicios de lengua latina de Vives : dos enfoques de la formación de la juventud en el siglo XVI », Revista española de pedagogía, 194, 1993, p. 126).

2 Nous utilisons l’édition proposée par la Biblioteca virtual de Andalucía : Pedro DE LUJÁN, Coloquios Matrimoniales, Sevilla : Junta de Andalucía - Consejería de Cultura, 2010.

3 Concepción Cárceles Laborde établit néanmoins plusieurs différences entre les dialogues de nos deux auteurs et ceux d’Érasme. Ainsi, elle rappelle que Vives avait critiqué certains colloques de l’humaniste de Rotterdam, qu’il estimait peu adaptés à la jeunesse (C. CÁRCELES LABORDE, art. cit., p. 123). Néanmoins, elle ajoute plus loin, à propos des Ejercicios que « En cuanto a la intención explícita, es la misma que la de Erasmo : hacer ameno y fluido el aprendizaje de una lengua indispensable en el siglo XVI para la ciencia y la cultura y ayudar a la formación de los muchachos con una breve lección de buenas costumbres » (ibid.., p. 126). Quant à Pedro de Luján, elle écrit : « Aunque para Marcel Bataillon, Luján es un erasmista, el contenido de estos diálogos presenta más discrepancias aún con la doctrina de Erasmo que los de Vives » (ibid., p. 127).

4 Charles FANTAZZI (éd. et trad.), The education of a Christian woman : a sixteenth century manual (traduction anglaise de l’Institutione foeminae christianae de Juan Luis VIVES), Chicago et Londres : The University of Chicago Press, 2000, p. 272.

5 Ibid., p. 275.

6 Les Diálogos sont dédiés au prince Philippe, futur Philippe II. Néanmoins, leur large diffusion suggère qu’ils ont été utilisés comme un manuel d’apprentissage du latin par de nombreux autres élèves des classes nobles et bourgeoises (C. CÁRCELES LABORDE, art. cit., p. 124 : « estas obras destinadas en principio a jóvenes gramáticos, pero que, desbordando estos límites, fueron ávidamente leídas por toda la Europa culta del siglo XVI »). L’Institutione foeminae christianae est dédiée à Catherine d’Aragon pour l’éducation de sa fille Marie. Là aussi, il s’agit d’un ouvrage amplement diffusé, qui a donc concerné un public bien plus large que celui auquel il était initialement destiné. En effet, celui-ci a non seulement été plusieurs fois édité en latin, mais a également fait l’objet de plusieurs traductions en langues vernaculaires, notamment en castillan (1528), en anglais (1529) et en français (1542). Pour plus de précisions, voir C. FANTAZZI, éd. cit., p. 32.

7 Le premier colloque montre en effet comment un personnage a priori hostile à l’idée du mariage (Eulalia) en vient finalement à prendre époux.

8 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 170. On retrouve un avertissement semblable peu après, p. 172 : « Los padres con pereza no quieren dar buena crianza a sus hijos diciendo que son niños, y que les queda harto tiempo para ser doctrinados, y para mejor excusa de su error afirman que les es dañoso a la salud de los niños el castigo. Con este descuido que tienen los padres de sus hijos permite Dios que salgan tan escandalosos en las repúblicas, tan infames a sus parientes, tan inobedientes a sus padres, tan malignos en sus condiciones, tan aviesos en sus costumbres, tan inhábiles para la ciencia, tan incorregibles con disciplina, tan amigos de la mentira, y tan enemigos de la verdad, que quisieran más sus padres haberlos castigado con ásperas disciplinas, o haberlos llorado con lágrimas, que verlos vivir con infamia y venir a parar las más veces a la forca ».

9 J. L. VIVES, Institutione…, in : Ch. FANTAZZI, op. cit., p. 274.

10 P. DE LUJÁN, op. cit, p. 177.

11 Ibid., p. 168.

12 Ibid., p. 167.

13 Voir plus particulièrement le second colloque de Luján.

14 Ainsi, Érasme indique explicitement avoir dédié ses dialogues « a la puericia, para hacerla más latina y mejor ». Les dialogues de Vives et de Luján n’ont pas d’autre but (Carmen BRAVO-VILLASANTE, « Los “Diálogos escolares” de Juan Luis Vives » dans 1616 : Anuario de la Sociedad Española de Literatura General y Comparada, vol. 5 (año 1983-84), p. 7-11, plus précisément p. 8.

15 J. L. VIVES, Linguae latinae exercitatio, Paris : I. Foucher et V. Gualtherot, 1539 ; éd. espagnole (non paginée) proposée par la Biblioteca valenciana digital, URL : https://bivaldi.gva.es/va/corpus/unidad.do?idCorpus=1&idUnidad=10041&posicion=1. Consulté le 06/04/21. Deuxième dialogue.

16 Ibid.

17 Ibid., troisième dialogue.

18 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 168.

19 Ibid. Cette remarque de Julio met en avant deux des grands axes de l’éducation humaniste, dont Concepción Cárceles Laborde définit les grandes lignes comme suit : « En síntesis, éstas son la educación de las buenas maneras, que cobra una singular importancia en el plan educativo del Humanismo y sobre el que Erasmo y Vives hacen un especial énfasis en estos diálogos; el amor a la cultura, como medio para el desarrollo intelectual y, consiguientemente, moral; y la piedad y la virtud como meta y objetivo prioritario de la formación juvenil » (Concepción CÁRCELES LABORDE, art. cit., p. 132).

20 Le titre apparaît donc comme une antiphrase ironique. On peut d’ailleurs être sensible aux différentes formes d’humour que Vives réussit à instiller dans ses dialogues. Ainsi, dans ceux que nous avons étudiés, il a recours à la caricature dans sa mise en scène de la mère trop inquiète pour son enfant (comme nous l’avons vu plus haut dans le deuxième dialogue), mais est aussi capable de construire des situations comiques dignes des comédies latines ou humanistes, comme quand il évoque la scène où Beatriz, la domestique, espionne ses maîtres par l’entrebâillement de la porte (premier dialogue). Cette Beatriz, d’ailleurs, ne manque pas de verve quand elle apostrophe ses maîtres : « ¿te has tragado una espada, como el prestidigitador aquel de hace cuatro días? », et sans doute le caractère burlesque de l’image et le décalage entre cette réplique et celle que l’on pourrait normalement attendre d’une domestique dans la réalité sont-ils également destinés à produire un effet comique. De même, la remarque surprenante de Filópono au père qui l’interroge sur le prix des études (« Si el niño aprovecha bien, barato; si aprovecha poco, caro » dans le troisième dialogue) peut, elle aussi, créer un effet comique par son décalage avec les attentes du lecteur en pareille circonstance. L’étude précise des différents procédés utilisés par Vives pour faire rire dans les dialogues que nous avons étudiés et dans l’ensemble des Exercitatio mériterait néanmoins une analyse plus détaillée, que nous n’avons pas le temps de mener ici. Il apparaît cependant que l’utilisation de procédés comiques est un des nombreux outils que l’auteur utilise pour atteindre le but qu’il s’est fixé : enseigner le latin et les bonnes mœurs de façon plaisante.

21 J. L. VIVES, Linguae latinae…, premier dialogue.

22 Cette concurrence entre le jeu et les études revient sans cesse sous la plume de Vives : « Pretextato : No puedes ser librado, si juegas cuando hay que aprender » (quatrième dialogue), ou encore « Lusio : ¿No jugamos hoy? / Esquines : No, pues es día de trabajo. ¡Eh! ¿Piensas que has venido aquí a jugar? No es éste lugar de juego, sino de estudio » (cinquième dialogue).

23 On peut reconnaître là une déformation de « Titivilus », nom du démon chargé de pousser les auteurs, les copistes et les imprimeurs à la faute d’orthographe ou de frappe afin que ces étourderies soient retenues contre eux au jour du Jugement Dernier. On peut lire à ce sujet le livre de Daniel COUTURIER, Titivilus. Le démon des artisans et des amoureux du livre, Le Coudray-Macouard : Saint-Léger éditions, 2016.

24 On retrouve cette même idée dans le quatrième dialogue, où, là aussi, le fait de jouer aux dés est présenté comme une activité susceptible d’entraîner une punition : « Cirrato : No me delates ante el maestro, por favor : di que mi padre me retiene en casa. /Pretextato : ¿Quieres que mienta? /Cirrato : ¿Por qué no, por causa de un amigo? ». On remarquera donc ici qu’aux défauts déjà évoqués chez l’enfant mal élevé s’ajoute la propension au mensonge.

25 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 178. On peut y voir une résurgence de la loi du talion, dans la mesure où la main qui a servi à donner la gifle est aussi la partie du corps sur laquelle s’exerce la punition qui prend la forme d’une amputation comme dans l’adage « œil pour œil, dent pour dent », mais il s’agit surtout, évidemment d’une marque d’irrespect envers les prescriptions de l’Église, que l’on retrouve d’ailleurs chez l’un des personnages de Vives : « Pretextato : Porque oí en la iglesia al predicador afirmar que los mentirosos son hijos del diablo, y los que dicen la verdad son hijos de Dios. / Cirrato: ¿Del diablo, en verdad? ¡Anda ya! Por la señal de la santa cruz de nuestros enemigos líbranos, Dios nuestro » (quatrième dialogue).

26 J. L. VIVES, Linguae latinae…, premier dialogue.

27 Voir, par exemple, Daniela COSTA, « Tempérance et savoir-vivre en Italie au XVIsiècle. Du civis humaniste au parfait courtisan » et Bruno MÉNIEL, « La tempérance de la parole chez les humanistes », in : Giuliano FERRETI, François ROUDAUT et Jean-Pierre DUPOUY (dir.), La vertu de tempérance entre Moyen Âge et âge classique, Paris : Garnier, 2020, respectivement p. 241-251 et p. 253-274.

28 Carmen BRAVO-VILLASANTE, art. cit., p. 9.

29 Ainsi, C. Bravo-Villasante affirme que Vives « logra un relato entretenido, de gran amenidad. Lejos de las lucubraciones de otros maestros, Vives da un escrito al manual práctico, divertido, casi parece una dramatización » (ibid. p. 9).

30 On peut citer, pour illustrer ces défauts, ces différentes répliques : « Manuel : Precisamente ése de ninguna manera, sino el de cuero para la caza. /Beatriz : Tu madre lo prohíbe. ¿Quieres hacer todo según tu parecer? » ou « Manuel : Salgamos ya de una vez. Beatriz : ¿Qué? ¿Sin lavaros las manos y la cara? » (J. L. VIVES, Linguae latinae…, premier dialogue).

31 Ibid.

32 Ibid. Il s’agit d’une réplique de Manuel qui répond ainsi à la question scandalisée de Beatriz à propos de la propreté de leurs mains et de leurs visages. On voit que les relations entre les jeunes et leur domestique sont donc à la fois familières et conflictuelles, et sont sans doute plus proches de celles qui pouvaient exister entre les maîtres et les valets des comédies classiques ou humanistes que de celles qui existaient dans la réalité espagnole ou anglaise du XVIsiècle.

33 C’est du moins ce qu’il affirme dans la dédicace qu’il écrit à l’attention du futur Philippe II, qui expose les deux buts de son ouvrage de façon équilibrée, sans faire primer l’inculcation des bonnes mœurs sur l’enseignement du latin : « He escrito para practicar la lengua latina unos ejercicios elementales de conversación que, por ser provechosos para los muchachos, según espero, me ha parecido bien dedicártelos a ti, que eres Príncipe y muchacho, tanto por la extraordinaria benevolencia de tu padre para conmigo como porque, al modelar tu espíritu hacia las buenas costumbres, presto el mejor servicio a España » (ibid., dédicace).

34 Voir, par exemple, cette réplique de Pretextato à propos de Titivilicio dans le sixième dialogue de Vives : « Es un niño perdido y llegará a ser un hombre criminal ».

35 P. DE LUJÁN, op. cit., p. 168.

36 Ibid., p. 169.

37 Ibid., p. 181.

38 Ibid., p. 184.

39 J. L. VIVES, Linguae latinae…, quatrième dialogue, comme les deux citations qui suivent.

40 Ibid.

41 Notons que ce qui est vrai pour les enfants l’est aussi pour les adultes. Comme nous l’avons vu, Beatriz, la domestique du premier dialogue, n’est pas exempte de défauts, pas plus que la mère de l’enfant du deuxième dialogue. De même, dans le troisième dialogue, le maître d’école, dont on pourrait attendre un portrait élogieux de la part de Vives, semble très dur en affaires : « Padre : ¿Por cuánto enseñas? / Filópono : Si el niño aprovecha bien, barato ; si aprovecha poco, caro ». Enfin, dans le quatrième dialogue, les adultes (des femmes, en l’occurrence), ne sont guère parfaites non plus.

42 C. BRAVO-VILLASANTE, art. cit., p. 9.

43 C. CÁRCELES LABORDE, art. cit., p. 139.

44 C. Cárceles Laborde dit néanmoins à ce propos : « En ocasiones, se sigue el modelo de Erasmo pero seleccionando los coloquios más interesantes desde el punto de vista educativo y corrigiendo algunas de sus opiniones » (ibid., p. 126-127).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Codet, « Les enfants mal élevés dans les dialogues de Juan Luis Vives et Pedro de Luján »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46555 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46555

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search