Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Deuxième partie : L’éducation mor...Réussites et ratés de l’éducation...Travail et oisiveté des enfants d...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Deuxième partie : L’éducation morale et religieuse : perpétuation de l’ordre social, réussites et ratés
Réussites et ratés de l’éducation : exemples théoriques, travail des enfants et école de la vie

Travail et oisiveté des enfants dans les récits picaresques espagnols (XVIe-XVIIe siècles)

Cécile Bertin-Elisabeth

Résumés

Les récits picaresques des XVIe-XVIIe siècles se développent en Espagne dans un contexte socio-politique et économique difficile. Les picaros sont communément présentés comme des enfants marqués par le poids de leurs origines et qui doivent se débrouiller seuls face à l’adversité en subvenant à leurs besoins par le travail, le vol et d’autres expédients. Il s’agira de mieux comprendre comment les errances vitales de ces héros de la marge véhiculent divers enjeux sociétaux liés à la fois à l’évolution de la conception de l’oisiveté, entre otium et negotium, et à celle de la sociabilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bartolomé MURILLO, Le pauvre noir (Londres, Dulwich College, 169x111cm, 1668-70).
  • 2 Buenaventura DELGADO CRIADO, Historia de la infancia, Barcelona, 1998, p. 140. Voir aussi : Fe BAJO (...)

1Nous avons célébré en 2017 le quatrième centenaire de la naissance du fameux peintre Bartolomé Murillo (1617-1682), connu pour ses délicates représentations de jeunes enfants à Séville dont certains ont des aspects picaresques1. Les œuvres de Murillo démontrent que, malgré ce qui est communément répété, l’on n’a point attendu le XVIIIe siècle pour découvrir l’enfance comme le rappelle Buenaventurada Delgado Criado qui affirme : « No puede decirse que la Ilustración haya supuesto un giro copernicano ante la infancia. El niño no fue centro de interés entonces, ni gozo de mayor estima que en épocas anteriores »2. Dans le domaine littéraire, le genre picaresque a pour sa part, dès le XVIe siècle, constamment dessiné, ne serait-ce qu’en creux, le monde de l’enfance et sa perception socio-politique. Ces récits pseudo-autobiographiques narrent justement, de façon diachronique, les mésaventures et divers (dé)tours de jeunes enfants des rues qui se débrouillent seuls jusqu’à l’âge adulte. Entre travail pour les uns et oisiveté pour d’autres – deux notions qu’il conviendra de discuter – leur quotidien de constante adaptation à un milieu hostile vise une issue socio-économique plus favorable.

2Nous interrogerons dans cette étude la représentation qui est offerte de l’enfance par les récits picaresques espagnols. Nous questionnerons plus particulièrement les types de liens établis avec le monde du travail de cette époque pour ces jeunes héros de la marge qui renvoient assurément à une réalité quotidienne de difficile survie en contexte de crise. Toutefois, ces errances vitales véhiculent aussi divers enjeux sociétaux quant aux évolutions des conceptions entre otium et negotium, à l’heure où de profonds changements fragilisent les hiérarchies et modes de pensée traditionnels.

3En somme, en quoi le regard particulier accordé à l’enfance dans la littérature picaresque transcrirait-il une approche qui tendrait à renouveler la conception de la sociabilité ?

Quelle enfance dans les récits picaresques ?

  • 3 Raymond LULLE, Doctrine d’enfant (Doctrina pueril), trad. et éd. de Armand LLINARÈS, Paris : Klinck (...)
  • 4 Pedro MEXIA, Libro llamado silva de varia leción, Séville : Dominico de Robertis, 1540. Voir l’édit (...)

4Il importe tout d’abord de mieux comprendre comment étaient appréhendées les différentes étapes de l’enfance au Siècle d’or, sachant que dans l’Antiquité l’enfant était usuellement perçu comme un adulte non encore accompli et que peu d’œuvres au Moyen Âge s’étaient intéressées à l’enfance en dehors par exemple de certains ouvrages comme la Doctrina pueril de Raymond Lulle3. L’approche que propose à cet égard le Libro llamado silva de varia leción4 de 1540 de Pedro Mexía nous semble d’autant plus intéressante à retenir que sa date de publication est proche de celle du Lazare de Tormes (1554), aube du genre picaresque.

5Il est spécifié dès le titre du chapitre XLIV de ce Libro que la vie humaine est découpée en sept âges. Le premier de ces âges est appelé « infancia » et va de la naissance à quatre ans et le second est qualifié de « puericia » et s’étend jusqu’à l’âge de quatorze ans, soit une proposition de délimitation d’une période s’étirant entre petite enfance et pré-âge adulte qu’on retiendra en guise de canevas général pour le regard porté sur les enfants dans les récits picaresques.

  • 5 La vida de Lazarillo de Tormes y de sus fortunas y adversidades, éd. de Francisco RICO, Madrid : Cá (...)

6Rappelons à cet égard que, de par son étymologie latine, infans – issu de non farer – désigne stricto sensu celui qui ne parle pas. On note justement combien est mise en avant dans la présentation de la période de l’« infancia » de Pedro Mexía la difficulté à s’exprimer. D’ailleurs, il est souvent rappelé que rares sont les ouvrages de cette époque faisant montre de la façon de parler des jeunes enfants. Le Lazare de Tormes s’avère original en ce sens, car il propose, dans la fameuse scène où le jeune frère de Lazare montre sa peur de la couleur de son géniteur, une façon très enfantine de s’exprimer lorsqu’il s’écrie : « ¡ madre, coco ! »5.

  • 6 Cécile BERTIN-ELISABETH, « Le picaro : héros de la marge ou héros d’un nouveau centre ? », in : Céc (...)
  • 7 Cécile BERTIN-ELISABETH, « Le pícaro, héros en tension et figure de la rupture », Babel – Renverser (...)

7Dans la littérature picaresque et ses récits de vie pseudo-autobiographiques, les premiers chapitres sont consacrés à l’enfance des picaros ainsi qu’à leur lien avec leur famille et la société. Ces premiers chapitres ou protohistoires semblent alors construire d’emblée le rejet de ces jeunes héros de la marge6, représentés, dès leur naissance, comme issus de l’écart tant socio-politique qu’économique ou religieux en tant que bâtards et orphelins d’origine converse sans revenus conséquents ou réguliers. Mal nés, car souvent issus d’un couple voleur-prostituée, sans honneur, nouveaux chrétiens, ces héros d’un autre genre ne peuvent qu’espérer acquérir un statut meilleur à une époque où d’aucuns considèrent encore, comme notamment s’évertue à le démontrer Francisco de Quevedo dans le Buscón (1626), que l’on est ce que l’on naît7

  • 8 Voir Cécile BERTIN-ELISABETH, « La petite enfance dans la littérature picaresque espagnole : présen (...)
  • 9 « […] estando mi madre una noche en la aceña, preñada de mí, tomóle el parto y parióme allí. De man (...)
  • 10 « […] nacido en la villa de Salvatierra y bautizado en la ciudad de Roma », La vida de Estebanillo (...)

8Il n’empêche que l’on voit bien ces deux étapes de l’enfance dans les récits picaresques. La petite enfance8 est d’ailleurs décrite depuis le moment de la naissance et même parfois depuis l’accouchement de la mère, comme dans l’incipit du récit picaresque matriciel le Lazare de Tormes9. Ceci nous rappelle que le terme puer est issu de parere qui signifie enfanter, accoucher. Cette première étape vitale peut aussi être résumée de la naissance au baptême – (re)naissance symbolique – comme dans la borne communément considérée comme finale du genre picaresque, à savoir : La vida de Estebanillo González10.

  • 11 La vida de Lazarillo, op. cit., I, p. 22.

9Il s’ensuit dans ces récits une mise en exergue d’une période de rupture au sein de l’enfance autour de l’âge de 7-8 ans et qui marque l’abrupt passage au monde du travail. Il s’agit en quelque sorte de la fin non de l’enfance à proprement parler, mais pour le moins de celle sous la protection des parents et, plus particulièrement, de la mère. On se rappelle les déchirants adieux entre Lazare et sa mère : « –Hijo, ya sé que no te veré más. Procura de ser bueno, y Dios te guíe. Criado te he y con buen amo te he puesto ; válete por ti »11. Cette étape trouve une résonnance dans les propos de Philippe Ariès :

  • 12 Philippe ARIÈS, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris : Plon, 1960, p. 311-312.

[…] au début des Temps Modernes, longtemps encore dans les classes populaires, les enfants étaient confondus avec les adultes, dès qu’on les estimait capables de se passer de l’aide des mères ou des nourrices, peu d’années après un tardif sevrage, à partir de sept ans environ. Dès ce moment ils entraient d’emblée dans la grande communauté des hommes, partageaient avec leurs amis, jeunes ou vieux, les travaux et les jeux de chaque jour. Le mouvement de la vie collective entraînait dans un même flot les âges et les conditions, sans laisser à personne le temps de la solitude et de l’intimité12.

  • 13 Jerónimo de ALCALÁ, Alonso, mozo de muchos amos, I, 1, éd. de Miguel DONOSO RODRÍGUEZ, Universidad (...)
  • 14 La vida de Estebanillo González, op. cit., I, 1, p. 44.
  • 15 « Pues siendo yo niño de ocho años, achacaron a mi padre ciertas sangrías mal hechas en los costale (...)
  • 16 Ibid., I, p. 24.

10Cette période de perte de protection est marquée dans les récits picaresques par le décès de l’un des parents, que ce soit le père, comme pour Lazare et Guzmán – et même alors qu’il n’a que vingt jours pour Alonso : « A veinte días me faltó el padre, cierto pronóstico de mis desdichas, pues en la cuna me pusieron luto »13 –, ou la mère comme pour Estebanillo. Cette étape peut correspondre aussi à l’éloignement du grand-père pour Trapaza, déjà orphelin de père à la naissance. En tous les cas, il y a une perte qui s’exprime par un éloignement du cadre familial initial. Cette rupture se voit synthétisée dans Estebanillo González : « […] yo quedé sin padre y con amo »14. Elle est réalisée à huit ans pour Lazare15 et confirmée par une sorte de seconde naissance à un âge qui n’est plus celui de l’enfance et de l’oisiveté, mais celui de la réalité de la « carrière de la vie » et donc d’une vie active et non plus passive, comme cela est explicitement exprimé pour ce jeune enfant à qui le mendiant aveugle vient de donner sa violente « leçon » taurine inaugurale : « Y fue ansí, que, después de Dios, éste me dio la vida y, siendo ciego, me alumbró y adestró en la carrera de vivir »16.

  • 17 « […] mi padre de una enfermedad aguda en cinco días falleció. Como quedé niño de poco entendimient (...)
  • 18 Ibid., I, 2, p. 157.
  • 19 Ibid., I, 3, p. 163.
  • 20 Ibid., I, 2, p. 162.

11Toutefois, cette rupture-entrée dans le monde du travail afin de survivre peut être repoussée à douze-treize ans dans certains récits picaresques. C’est par exemple l’âge du décès du père de Guzmán qui marque la fin de la protection paternelle liée à l’aura d’une solide appartenance sociale et pécuniaire17. Dans le Guzmán de Alfarache, les conditions de l’enfance ne sont assurément pas les mêmes que pour les autres gueux littéraires, le protagoniste ayant été élevé dans une opulence bien différente de celle des autres héros picaresques, et ce du fait notamment de la présence de deux pères : un vieil hidalgo et un jeune marchand : « Entre estas y esotras, ya yo tenía cumplidos tres años, cerca de cuatro y por la cuenta y reglas de la ciencia femenina, tuve dos padres […] »18. D’ailleurs, son statut d’enfant choyé est mis en exergue par son riche régime alimentaire d’alors : « Era yo muchacho vicioso y regalado, criado en Sevilla sin castigo de padre, la madre viuda como lo has oído, cebado de torreznos, molletes y mantequillas y sopas de miel rosada, mirado y adorado, más que hijo de mercader de Toledo o tanto »19. Mais une fois que Guzmán se retrouve avec la seule présence maternelle, il partage dès lors la situation économique difficile des autres picaros, placée sous le signe de la perte : « Yo fui desgraciado, como habéis oído: quedé solo, sin árbol que me hiciese sombra los trabajos a cuestas, la carga pesada, las fuerzas flacas, la obligación mucha, la facultad poca »20.

  • 21 Ibid., I, 2, p. 161.
  • 22 « Alentábame mucho el deseo de ver mundo, ir a reconocer en Italia mi noble parentela », Ibid., I, (...)

12Il se voit par conséquent obligé de penser à travailler alors qu’il était si habitué à l’oisiveté – regrettant d’ailleurs de ne point être né femme pour reproduire le mode galant de sustentation de sa mère et de sa grand-mère21 – et choisit pour ce faire de se déplacer en quête de recouvrement de la protection de sa famille paternelle22, exprimant ainsi le désir de retrouver un statut lui assurant l’oisiveté des nantis.

  • 23 Miguel de CERVANTES, Rinconete y Cortadillo, in : Ángel VALBUENA PRAT (Estudio preliminar, selecció (...)
  • 24 J. de ALCALÁ, Alonso, mozo de muchos amos, p. 231.

13La fin de l’étape de l’enfance est aussi d’emblée présentée au début du récit cervantin de Rinconete y Cortadillo (1613) par un marqueur lié à l’âge, lequel souligne le passage vers une nouvelle étape vitale qui se trouve en phase avec le découpage précédemment rappelé de Pedro Mexía : « En la venta del Molinillo […] se hallaron en ella acaso dos muchachos de hasta edad de catorce a quince años; el uno ni el otro no pasaban de diez y siete; ambos de buena gracia, pero muy descosidos, rotos y maltrechos »23. C’est à peu près au même âge qu’Alonso prend la poudre d’escampette pour échapper à son oncle avaricieux, curé de son état, qui l’exploite depuis sa plus tendre enfance : « Ya yo era mozuelo de quince a diez y seis […] Viéndome, pues, con la suficiencia a mi parecer bastante, salí una noche de la casa de mi cura solo y sin blanca, fiado en la caridad de Castilla la Vieja »24. C’est aussi à quinze ans que Trapaza quitte son grand-père qui le pousse à aller étudier à Salamanque :

  • 25 Alonso de CASTILLO SOLORZANO, Aventuras del Bachiller Trapaza, 1, éd. de Jacques JOSET, Madrid : Cá (...)

–Hernando, ya tenéis quince años y más, en los cuales hubiérades dado buena cuenta deste tiempo saliendo buen gramático si el vicio del juego no os distrayese. Atribúyolo a la poca experiencia que tenéis con tan poca edad. Yo deseo que continuéis los estudios […]25.

  • 26 Voir Agustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : (...)

14Il y a donc un souhait d’apprentissage par les études26 pour la seconde étape de l’enfance clairement présent dans les récits picaresques, sauf dans les cas des picaras pour qui s’ouvre alors la fructueuse période de la rémunération de leurs charmes. Et lorsque ce souhait de permettre à ces jeunes garçons d’étudier n’est pas rendu possible ou durable, plus souvent par manque de sérieux du picaro que par absence des finances nécessaires, celui-ci se retrouve dès lors confronté au monde du travail sans être pour autant véritablement adulte.

Typologie générale du monde du travail picaresque

  • 27 Francisco de QUEVEDO, El Buscón, I, 1, éd. de Pablo JAURALDE POU, Madrid, Clásicos Castalia, 1990, (...)
  • 28 Ibid., I, 1, p. 78.
  • 29 M. de CERVANTES, Rinconete y Cortadillo, p. 216.
  • 30 Ibid., p. 217.

15La rupture familiale débouche assurément sur une entrée dans le monde du travail, selon diverses modalités où la nécessité de se sustenter tient une place conséquente comme dans le Lazare de Tormes. Il peut y avoir aussi une mise en apprentissage chez un patron, à défaut de trouver une autre solution pour un enfant problématique comme le fait le père d’Estebanillo. D’ailleurs, l’apprentissage a parfois commencé avec le propre père du jeune picaro si celui-ci est vivant. Dans le Buscón, l’on apprend que le petit frère de sept ans de Pablos travaillait déjà avec leur père, barbier de son état et voleur par la même occasion : « Probósele que a todos los que hacía la barba a navaja, mientras les daba con el agua, levantándoles la cara para el lavatorio, un mí hermanico de siete años les sacaba muy a su salvo los tuétanos de las faltriqueras »27. Ce travail précoce entraîne d’ailleurs un rapide décès en prison. Pablos est de même invité par ses deux parents à suivre leur trace : « Hubo grandes diferencias entre mis padres sobre a quién había de imitar en el oficio. Mas yo, que siempre tuve pensamientos de caballero desde chiquito, nunca me apliqué a uno ni a otro »28. On peut également rappeler que Rincón précise avoir d’abord été formé par son père, vendeur de bulles papales : « Algunos días le acompañé en el oficio, y le aprendí de manera, que no daría ventaja en echar las bulas al que más presumiese en ello […] »29 de même que Cortado qui apprit de son père tailleur comment couper les bourses : « […] mi padre es sastre ; enseñóme su oficio, y de corte de tisera con mi buen ingenio, salté a cortar bolsas »30.

  • 31 « Mandamos que los que tuviereren hijos, los hagan ventores, perchando con ellos las iglesias y sie (...)
  • 32 Cristóbal PÉREZ DE HERRERA, Discurso de lamparo de los legítimos pobres, éd. de Michel CAVILLAC, Ma (...)

16Il ressort de ces récits que le temps de l’apprentissage du travail, soit vers sept-huit ans, correspond à celui que proposent les penseurs de l’époque31, à l’instar de Pérez de Herrera qui affirme que c’est le bon âge pour que les enfants pauvres, fille comme garçon, travaillent « en oficios mecánicos »32 alors qu’auparavant on leur permettait de mendier. Rappelons à cet égard que les vagabonds de toutes sortes prolifèrent en cette époque à la fois de croissance démographique et d’appauvrissement où nombreux sont les jeunes qui quittent les campagnes pour se rendre dans les villes. Cette réalité de vies erratiques fondées sur la débrouillardise et divers expédients souvent peu orthodoxes inquiètent les autorités et, de ce fait, la référence au picarisme se retrouve ainsi d’abord chez un médecin comme Miguel Giginta (en 1583) avant que ce terme n’apparaisse pour la première fois en littérature dans le Guzmán (1599).

  • 33 Didier SOUILLER, Le roman picaresque, Paris : PUF, Que sais-je ?, 1989 (1980), p. 58.

17La question de la subsistance est assurément centrale. L’apprentissage de la survie, une fois sans parents, se fait alors pour les jeunes picaros au contact d’une ou d’autres personne(s) qui accompagnent leur passage dans le monde du travail selon une forme de parrainage comme l’explicite Didier Souiller : « Le roman picaresque devient ainsi roman d’apprentissage, avec deux expériences clés : la première duperie dont est victime le personnage […] ; la première expérience du vol […]. La rencontre de l’initiateur – picaro plus âgé, mendiant, compagnon d’infortune […]  met le point final à cette étape : le gueux est une sorte de professionnel »33.

18Mais, quelles sont donc ces activités qui ne sont plus considérées comme infantiles et auxquelles s’adonnent les jeunes picaros entrés désormais dans le monde du travail ? Et de quel type de travail s’agit-il ?

  • 34 Diccionario de Autoridades, Madrid : Editorial Gredos, 3, 1990 [1737], p. 312. Trepalium a d’abord (...)

19Dans la langue classique, le terme « trabajo », surtout au pluriel, peut avoir une double signification développant un lien avec le monde laborieux ou avec les souffrances de la vie, selon un rapport à l’étymologie toujours prégnant, rappelé dans le Dictionnaire des Autorités : « Ejercicio, o ocupación en alguna obra, o ministerio. Viene del Latino bajo Trepalium, que significa lugar de tormento »34. Le travail, conçu dans sa dimension mécanique, est d’ailleurs clairement perçu comme une souffrance dont ne sauraient pâtir les couches nobles de la société. Il n’est de ce fait point anodin que le passage, solitaire, au monde de la débrouillardise soit associé à ce terme dès la première phrase de La vida de Marcos de Obregón :

  • 35 Vicente ESPINEL, La vida de Marcos de Obregón, in : Á. VALBUENA PRAT La novela picaresca española, (...)

Este largo discurso de mi vida o breve relación de mis trabajos, que para instrucción de la juventud y no para aprobación de mi vejez he procurado manifestar a los ojos del mundo[…] 35.

  • 36 J. de ALCALÁ, Alonso, mozo de muchos amos, I, 1, p. 225.
  • 37 Juan CORTÉS DE TOLOSA, Lazarillo de Manzanares, éd. de M. ZUGATI, Barcelone : PPU, 1990, p. 98.

20De même, la phrase initiale d’Alonso, mozo de muchos amos comporte ce terme « trabajos »36 et rappelle, d’entrée de jeu, les souffrances de ceux qui ne sont pas bien nés. Dans le Lazarillo de Manzanares, nous sommes également prévenus : « ¡Buen ánimo, buen ánimo, que para los hombres se hicieron los trabajos! »37.

21Il est plutôt d’usage de présenter la vie picaresque comme une absence de travail, du moins selon l’acception officielle qui en est donnée, peut-être du fait du manque de stabilité de ce jeune, qui passe notamment de maître en maître, sans achever de véritable formation, mises à part celles du vol et de la duperie.

  • 38 « Le récit se fractionne ensuite sous l’action de trois éléments : 1-l’itinéraire géographique […] (...)
  • 39 Voir José Antonio MARAVALL, « Relaciones de dependencia e integración social- CRIADOS, GRACIOSOS Y (...)

22En effet, comme le rappellent les diverses présentations des caractéristiques de la littérature picaresque38, le jeune picaro est défini en ce qu’il sert divers maîtres, et ce à une époque de rejet des arts mécaniques39. Fort connus sont les trois premiers maîtres de Lazare : le mendiant aveugle, le prêtre avare et l’écuyer désargenté ; lesquels montrent combien depuis son enfance Lazare travaille pour toutes les catégories de la société. De même, Guzmán sert aussi bien un « ventero », un cuisinier qu’un cardinal. Dans chaque cas, qu’il y ait abondance de travail ou abondance d’oisiveté, la formation est présentée comme un rapide apprentissage de la tromperie :

  • 40 Guzmán, op. cit., I, II, 1, p. 270.

-Oyes, mozuelo, ¿quieres asentar a soldada comigo?
No me pareció para de presente malo; aunque se me hacía duro aprender a servir habiendo sido enseñado a mandar. Díjele que sí.
-Pues entra y quédate, que no quiero que me sirvas de otra cosa que en dar paja y cebada, teniendo buena cuenta con cada uno a quien la dieres.
-Harélo –le respondí.
[…]
Allí supe adobar la cebada con agua caliente, que creciese un tercio, y medir falso, raer con la mano, hincar el pulpejo, requerir los pesebres y, si alguno me encargaba diese recaudo a su cabalgadura, le esquilmase un tercio
40.

  • 41 Voir Carmen María CREMADES GRINÁN, « En torno a los contratos laborales concernientes a menores de (...)

23Rappelons à cet égard qu’en marge des contrats officiels d’apprentissage très réglementés, il existait en effet des « cartas de servicio y soldada », sorte de contrats personnalisés sans obligation de la part du maître d’apprendre au jeune un métier41. Il s’agit en tous les cas d’un travail non rémunéré, si ce n’est par le gîte et le couvert, même si certains maîtres rechignent à ce type de dépenses comme le montre la constante référence à l’avarice de ces derniers que nous retrouvons dans Alonso, mozo de muchos amos :

  • 42 J. de ALCALÁ, Alonso…, p. 305.

En casa de Bercebú podréis vos comer me replicó la mujer, y no en mi casa; eso había yo menester: doce maravedís habéis ganado, y habéis comido real y medio, ¡y no podéis comer! A otra parte, hijo mío, que talle lleváis; que a la comida, merienda y cena gastaréis de pan, vino y carne ocho reales: caro aprendiz sois: salid luego, y dejad mi casa42.

  • 43 « Mandóme hacer un vestido de su librea […] y aunque lo sentí, por saber que aunque su nombre empie (...)

24Aucune stabilité donc dans ce type de travail, sans contrat réel, alors que le jeune apprenti est corvéable à merci et que les châtiments corporels sont de mise, soit un autre élément également très prégnant dans des récits picaresques qui convoquent constamment la notion de service, laquelle est associée par Estebanillo à celle d’esclavage43.

  • 44 Lázaro, I, p. 24.
  • 45 José Luis ALONSO HERNÁNDEZ, Léxico del marginalismo del siglo de oro, Salamanque : Université de Sa (...)

25Il importe de souligner que cet apprentissage de la vie adulte, au cours de l’enfance, est décrit de façon récurrente avec l’emploi du terme « niñerías » comme dans le Lazarillo : « Huelgo de contar a Vuestra Merced estas niñerías, para mostrar cuánta virtud sea saber los hombres subir siendo bajos, y dejarse bajar siendo altos cuánto vicio »44. Ce choix terminologique faussement euphémistique montre de façon claire combien ces leçons de vie sont précoces. On peut également se rappeler que dans le jargon des criminels, « niñería » est comme l’indique le Léxico del marginalismo del siglo de oro un « eufemismo que los maleantes emplean para designar sus propias fechorías quitándoles importancia »45.

  • 46 Guzmán, op. cit., I, III, 6, 7 et 8.
  • 47 Ibid., I, III, 8, p. 451.
  • 48 Ibid., I, III, 10, p. 464.

26Ces espiègleries et larcins enfantins durent et sont la substance des premiers chapitres des récits picaresques. Ainsi, Guzmán ne semble pas vraiment grandir au fur et à mesure de son passage auprès de divers maîtres et est appelé par son maître cardinal : « Guzmanillo »46, l’emploi du diminutif soulignant justement sa jeunesse et/ou son immaturité. Cet homme d’Église va d’ailleurs jusqu’à justifier les incartades de son serviteur par cette jeunesse : « Las cosas que en mi casa hace, son travesuras de niñez […] »47. Plus tard, lorsque Guzmán commence à servir l’ambassadeur de France, l’ambivalence déjà soulignée du terme « niñerías » semble induire le choix de son nouveau maître à son égard : « Entré a servir el embajador de Francia, con quien monseñor, que está en gloria, tuvo estrechas amistades, y en su tiempo gustaba de mis niñerías »48.

27Cette propension aux « niñerías » facilite donc l’insertion du jeune picaro dans son nouveau monde, celui d’un travail peu licite, tout en l’entraînant du côté du versant d’une oisiveté tournée vers les jeux d’argent. Une nouvelle fois, il s’ensuit que la vitesse d’adaptation du jeune picaro et ses capacités intrinsèques sont à la source de sa réussite dans ce domaine et, par là même, de sa perte comme le souligne l’extrait suivant tiré du Guzmán de Alfarache :

  • 49 Ibid., I, II, 5, p. 303.

Por cualquiera niñería que hiciera, todos me regalaban: uno me daba una tarja, otro un real, otro un juboncillo, ropilla o sayo viejo, […] la comida segura y cierta […]. Eso me hizo mucho daño y el haberme enseñado a jugar en la vida pasada, porque lo que ahora me sobraba, como no tenía casas que reparar ni censos que comprar, todo lo vendía para el juego. De tal manera que puedo decir que el bien me hizo mal49.

  • 50 Voir Jean-Pierre ÉTIENVRE, Figures du jeu. Études lexico-sémantiques sur je jeu de cartes en Espagn (...)
  • 51 M. de CERVANTES, Rinconete y Cortadillo, T. I, p. 216.
  • 52 Ibídem.

28Cet attrait pour le jeu50 est aussi fortement présent dans le récit cervantin de Rinconete y Cortadillo où il constitue l’activité quotidienne des deux jeunes protagonistes. D’ailleurs, la qualité du jeu comme sésame pour une survie assurée est louée dès la première présentation que Rincón fait de sa vie : « Con esto voy seguro de no morir de hambre; porque aunque llegue a un cortijo, hay quien quiera pasar tiempo jugando un rato […] »51, décrivant d’ailleurs les cartes comme des joyaux (« alhajas »52) sans prix.

29C’est vers ce même apprentissage du jeu comme travail sustentateur et à la fois source de délicieuse oisiveté que se dirige Trapaza alors que son grand-père, voyant sa rapidité d’apprentissage de la lecture et de l’écriture, l’a inscrit chez les Jésuites pour apprendre la grammaire :

  • 53 A. de CASTILLO SOLORZANO, Aventuras del Bachiller Trapaza, p. 67.

Inclinóse un poco al juego, cosa que aborrecen sumamente los padres de la Compañía en los discípulos que enseñan, porque es un vicio de que resultan otros muchos, como se ha visto con experiencias, pues por jugar un tahúr, ¿qué no emprenderá para buscar dinero? Hernando se dio a este vicio en el tiempo que acababa la gramática53.

  • 54 Christoph STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego. Aspectos de su valoración en algunos tratados del Si (...)
  • 55 Francisco de LUQUE Y FAJARDO, Fiel desengaño contra la ociosidad y los juegos, 1603, vol. I, Madrid (...)

30Le choix de l’oisiveté et du jeu est donc clairement dénoncé comme un vice, mais un vice ô combien partagé par tous les picaros. Christoph Strosetzki considère à cet égard que le jeu est « el prototipo del ocio »54 et rappelle combien il fut critiqué à l’époque classique, notamment par Francisco de Luque Fajardo dans Fiel desengaño contra la ociosidad y los juegos (1603)55.

Un genre qui critique l’oisiveté ou qui exprime l’espoir de rupture(s) avec le déterminisme socio-politique innéiste ?

  • 56 Diccionario de Autoridades, Madrid : Editorial Gredos, 1990 [1737], 3, p. 15.
  • 57 Ibid., 3, p. 15-16.
  • 58 Sebastián de COVARRUBIAS HOROZCO, Tesoro de la lengua castellana española, Madrid, Universidad de N (...)

31Il nous semble important de rappeler, à ce stade de notre étude, que le texte de Pedro Mexía, bien que ce dernier soit humaniste, ne fait pas du travail un élément de dignité pour l’homme. Retenons qu’il oppose à ce propos « ociosidad » et « ocio ». Si nous nous référons aux définitions de ces termes, il ressort en effet qu’« ocio »56 renvoie plutôt à une idée de quiétude tandis qu’« ociosidad »57 fait référence à un vice comme le rappelle d’ailleurs le proverbe : « La ociosidad es madre de los vicios ». Une dimension plus péjorative semble donc s’être désormais adjointe à la notion d’oisiveté alors qu’en 1611, dans son Trésor de la langue, Sebastián de Covarrubias notait seulement : « Ocio: No es tan usado vocablo como ociosidad, lat. otium; ocioso, el que no se ocupa en cosa alguna »58.

  • 59 Voir Bronislaw GEREMEK, Les fils de Caïn. L’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature (...)
  • 60 Gonzalo CORREAS, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Madrid : Visor Libros, 1992, p. 390 (...)

32Une nouvelle façon de percevoir la pauvreté a vu le jour. Le pauvre n’est plus comme au Moyen Âge valorisé en tant que représentant du Christ sur Terre59. Au moment où l’écart se creuse entre riches et pauvres, le savoir parémiologique répète à l’envi : « Pereza, llave de pobreza », « La pereza nunca hizo cosa bien hecha », « El perezoso siempre es menesteroso », « La pereza nunca hizo nobleza »60, établissant dès lors un lien direct entre refus de travailler et pauvreté.

  • 61 Voir Jean DELUMEAU, « La naissance de la paresse », L’histoire, 59, septembre 1983, p. 38-44.
  • 62 Voir Robert RICARD, « Les péchés capitaux dans le Libro de Buen Amor », Nouvelles études religieuse (...)
  • 63 Arcipreste de HITA, Libro de Buen Amor, édition de G. B. GYBBON MONYPENNY, Madrid : Castalia, 1989, (...)

33La « paresse »61 est en tous les cas questionnée, selon qu’on la conçoit comme pigritia ou acedia. Péché capital au Moyen Âge, la paresse était alors comprise en tant que refus du travail, comme nous le voyons dans le Libro de Buen Amor62 : « De la açidia eres messonero e posada/nunca quieres que omne de bondat faga nada/desque lo vees baldío, das le vida penada/en pecado comiença, e en tristeza acabada »63.

  • 64 Juan de LUNA, Segunda parte de Lazarillo de Tormes, in : Florencio SEVILLA (éd.), La novela picares (...)

34Le statut socio-politique des picaros ne leur permet pas cette oisiveté, non perçue comme de la paresse chez les nobles. Néanmoins, ils aspirent à cette paresse socialement acceptée et louée et partagent un même souhait : échapper au travail ou à l’oisiveté qui découle du manque de travail et donc à la pauvreté pour accéder à l’autre forme d’oisiveté (ocio), celle permise et valorisée des nantis. De là découle sans nul doute le fait que la vie picaresque, avec sa liberté et son oisiveté attenantes, soit louée comme une voie incomparable et qu’il soit ainsi affirmé dans La segunda parte de Lazarillo de Tormes de Juan de Luna (1620) qu’il n’y a pas de meilleure vie que la vie picaresque : « la vida picaresca es vida, que las otras no merecen este nombre »64.

  • 65 Exemple : « Main nonchalante appauvrit, la main des diligents enrichit », Proverbes, 10-4.

35L’exhortation biblique « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » qui véhicule une perception du travail comme châtiment a participé du rejet des arts mécaniques et les formules du Livre des proverbes65 valorisant le travail par rapport à l’oisiveté ne semblent plus être entendues de la même façon à l’heure où l’on note en quelque sorte une « laïcisation » de la sociabilité dans l’Espagne classique.

  • 66 Christian Trottmann, en citant le Sententiae differentiarum de activa vita atque contemplativa, P. (...)

36Si le travail est d’abord perçu comme ce qui permet d’éviter la pauvreté, l’acédie qui a d’abord été conçue comme péché spirituel, est désormais associée à une idée de négligence pour celui qui ne se prépare pas à l’autre monde (voire de vice chez les moines…). Isidore de Séville présente alors l’acédie comme une forme de paresse (ociosidad) de l’esprit et le remède proposé à ce péché est le travail66.

37Toutefois, entre acedia et pigritia, ancêtres de notre « paresse » moderne, il y a désormais comme une fusion des sens spirituel et social, comme l’explique Anne Milhou-Roudié :

  • 67 Anne MILHOU-ROUDIE, « L’évolution du concept de paresse jusqu’aux moralistes espagnols du XVIe sièc (...)

[…] en Espagne, durant toute la durée du XVIe siècle, la définition la plus courante du péché capital insiste sur le manquement aux devoirs religieux, la tiédeur dans l’amour de Dieu, la tristesse, le découragement. Quant à l’oisiveté, la négligence dans le devoir d’état ou l’excès de sommeil, ils sont mentionnés comme des péchés dérivés de la branche centrale qu’est l’acédie, et considérée comme de moindre importance67.

  • 68 Voir Bernard MERDRIGNAC, « Robert Fossier, Le travail au Moyen Âge », Annales de Bretagne et des Pa (...)
  • 69 « L’évolution du concept de paresse jusqu’aux moralistes espagnols du XVIe siècle », Voces, p. 9.

38Il y a donc eu évolution du concept d’oisiveté comme le démontrent les textes des moralistes espagnols au XVIe siècle, même s’il est certain que malgré une valorisation de la vie contemplative au Moyen Âge, l’inactivité a toujours été condamnée68. Milhou-Roudié affirme alors : « La fortune n’a servi à la bourgeoisie qu’à se propulser vers l’aristocratie ; le travail des pères a permis aux fils d’acheter le droit à l’oisiveté »69. Et c’est ce souhait d’atteindre le centre, via une oisiveté revalorisée, libérée de sa vision peccamineuse, qui est transcrite dans les récits picaresques.

  • 70 Pedro de VALENCIA, Obras completas. Vol. IV/1 Escritos sociales. I. Escritos económicos, Estudio in (...)

39On en arrive même à critiquer l’oisiveté (ocio) des non pauvres, car désormais la valeur centrale devient, selon une approche liée au développement de la bourgeoisie, le travail. Il importe de rappeler que dans le Discurso contra la ociosidad (1608) de Pedro de Valencia il est question de ce « mal » qualifié comme étant : « el más dañino que pueda sufrir cualquier comunidad, porque los demás […] no pueden ser universales de todo el pueblo ni de la mayor parte de él, pero en la ociosidad pueden caer todos »70. Pedro de Valencia ne s’intéresse pas seulement au problème de l’oisiveté soulevé par la recherche de divertissements, mais aussi à celui causé par le système de la justice obligeant à venir à la Cour de façon prolongée.

  • 71 Michel CAVILLAC, Gueux et marchands dans le Guzmán de Alfarache (1599-1604), Bordeaux : Institut d’ (...)
  • 72 F. de QUEVEDO, El Buscón, I, 1, p. 78.
  • 73 Voir Christoph STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego. Aspectos de su valoración en algunos tratados d (...)

40Il n’empêche que ceux qui critiquent les plus pauvres ne travaillent pas comme on l’entend communément aujourd’hui. Le souhait qui ressort des récits picaresques est justement celui d’une élévation socio-économique passant par le droit à l’oisiveté, à l’instar des plus riches. Michel Cavillac71 a déjà démontré combien les marchands s’efforçaient en fait de s’ennoblir en rompant avec le travail mécanique. Pour valoriser son métier, le père de Pablos lui indique d’ailleurs : « –Hijo, esto de ser ladrón no es arte mecánica, sino liberal »72. De fait, ne pourrait-on voir les picaros comme diverses mises en forme littéraire de la figure allégorique d’Ocía, représentant l’oisiveté comme on le voit chez Francisco Cervantes de Salazar73 ?

41Aussi, les débats sur la pauvreté, fort connus, avec des auteurs comme Juan Luis Vives, Domingo de Soto, Juan de Robles ou encore Miguel de Giginta, accordent désormais une importance centrale à la distinction entre vrais pauvres et faux pauvres ; le but étant de défendre les premiers face aux seconds qui auraient choisi l’oisiveté au lieu du travail. Déjà au XIIIe siècle, le roi Pedro Ier proposait un « Ordenamiento de Menesterales » indiquant que l’on considérait que toute personne de plus de douze ans se devait de travailler :

  • 74 Cité par Jesús de la IGLESIA GARCÍA, « El debate sobre el tratamiento a los pobres durante el siglo (...)

Tengo por bien e mando que ningunos omes nin mujeres que sean e pertenescan para labrar, non anden baldíos por el mío sennorío, nin pidiendo nin mendigando; mas que todos labren e vivan por labor de sus manos, salvo aquellos o aquellas que ovieren tales enfermedades, o lesiones, o tan gran vejez que lo non puedan faser, e mozos e mozas menores de dose annos74.

  • 75 Voir Bartolomé Leonardo de ARGENSOLA, De cómo se remediarán los vicios de la Corte, y que no acuda (...)

42Cette limite des douze ans est en général bien inférieure chez les picaros, ce qui laisserait entendre dans ces récits, qui se veulent de type autobiographique et donc apparemment réalistes, que les enfants sont désormais beaucoup plus concernés par les efforts de contrôle des vagabonds et des « gens inutiles »75 – et donc ne produisant pas par leur travail –, efforts soutenus par les théologiens ou conseillers et arbitristes de toutes sortes.

  • 76 Bartolomé JIMÉNEZ PATÓN, Reforma de trajes, cité par Rafael GONZÁLEZ CAÑAL, « El lujo y la ociosida (...)
  • 77 José Antonio MARAVALL, « La crítica a la ociosidad en la época del primer capitalismo », in : Homen (...)
  • 78 STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego…», in : Siglo de oro. Actas IV…. Voir aussi : Francisco NÚÑEZ R (...)

43Au Siècle d’or, alors que la population des villes augmente considérablement (comme à Madrid, avec la politique de centralisation des pouvoirs que développe Philippe II, ou à Séville, véritable carrefour commercial), l’on s’efforce plus de jouir que de produire. D’où par exemple les propos de l’humaniste Bartolomé Jiménez Patón dans Reforma de trajes : « Dos cosas tienen perdida España: la principal es la ociosidad; la otra (y procede désta) los excesos en gastar trajes; así hombres como mujeres »76. José Antonio Maravall77 a clairement démontré ce lien entre luxe et oisiveté en tant que recherche commune de « signes extérieurs » marquant une façon de vivre à la manière des nobles. Il y a par conséquent l’émergence d’une nouvelle culture de l’oisiveté avec une valorisation du temps libre comme l’explique Strosetzki78. Ce choix d’une nouvelle sociabilité, urbaine et préférentiellement bourgeoise, tendrait à démocratiser d’une certaine façon les pratiques de Cour et l’oisiveté des nobles. Ainsi, à la fin du genre picaresque dans la péninsule, Estebanillo peut se présenter comme le fils d’un peintre dont la grande tare est d’être issu d’un lignage d’hidalgos, statut qui est présenté avec une mordante ironie :

  • 79 Estebanillo, op. cit., I, 1, p. 38.

tenía desdicha que nos alcanzó a todos sus hijos, como herencia del pecado original, que fue ser hijodalgo, que es lo mismo que ser poeta; pues que son pocos los que se escapan de una pobreza eterna o de una hambre perdurable. Tenía una ejecutoria tan antigua que ni él la acertaba a leer, ni nadie se atrevía a tocarla, por no engrasarse en la espesura de sus desfloradas cintas y arrugados pergaminos, ni los ratones a roerla, por no morir rabiando de achaque de esterilidad79.

44C’est cette place dans la société qui permit à Estebanillo de commencer sa jeunesse sans avoir besoin de travailler. Cette fois-ci, ce n’est pas la mort d’un parent qui décide d’une brutale projection dans le monde du travail. En effet, au décès de sa mère, rien ne change dans la vie oiseuse de ce héros picaresque assurément d’une autre époque :

  • 80 Ibid., I, 1, p. 39-40.

Murió mi madre […] Dejó dos hijas jarifas[…]; y yo quedé con pocos mayos y muchas flores, pues no ignorando la de Osuna no se me ha ocultado la del berro. Después de haber hecho las funerales […] volvió mi padre a su acostumbrada pintura, mis hermanas a su almohadilla y yo a mi desusada escuela, donde mis largas tardanzas pagaban mis cortas asentaderas80.

  • 81 Ibid., I, 1, p. 43-44.

45Ce sera son absence d’intérêt pour les études et non le besoin de se sustenter qui poussera le père d’Estebanillo à faire le choix de le mettre en apprentissage : « Por cuya causa mi padre, después de haberme zurrado muy bien la badana, me llevó a casa de un amigo suyo llamado Bernardo Vadía, que era barbero del Duque de Alburquerque […] con el cual me acomodó por su aprendiz […] »81. Ainsi sera-t-il en premier lieu un apprenti barbier. Les désastres du maniement du fer mal maîtrisé le poussent à s’enfuir et, alors qu’il n’a que treize ans, il se met au service d’un soldat espagnol :

  • 82 Ibid., I, 2, p. 65-66.

Yo ignorando esta jerigonza avascuenzada, por no ser prático en ella y por ser tan joven, que el mismo mes que estábamos cumplí trece años, bien empleados pero mal servidos, pensando que la primera era ser de los guzmanes de la primer hilera, y el esguazar darme algún poco de dinero, y el tutiplén allegar con el tiempo a ser plenipotenciario, concedí en quedarme en su servicio82.

  • 83 Guzmán, op. cit., I, I, 3, p. 163.
  • 84 Voir par exemple Michel CAVILLAC, « Les trois conversions de Guzmán de Alfarache. (Regard sur la cr (...)
  • 85 Christoph Strosetzki souligne combien la figure d’Hercule a en effet été utilisée pour la valorisat (...)

46Sa rupture avec le monde familial poursuit donc l’espérance de « ser de los guzmanes », tout comme Guzmán voulait déjà, cinquante ans plus tôt, « ver mundo, ir a reconocer en Italia mi noble parentela »83. Il y a certes une valorisation du travail en tant que valeur « bourgeoise », laquelle a été notamment soulignée par Cavillac et se retrouve chez les penseurs humanistes en tant que marque d’une époque où l’efficacité devient essentielle. Toutefois, les récits picaresques montrent combien, plus que la noblesse, c’est le travail qui est devenu honorable, même si dans le même temps, l’aspiration au mode de vie noble et donc à l’oisiveté perdure, sans doute du fait même de la fragilité de cette bourgeoisie émergente en Espagne. Aussi, c’est l’image de picaros sisyphéens84 et non d’Hercule85 qui marque la littérature de cette époque.

  • 86 TROTTMANN, « Vita activa, vita contemplativa : enjeux pour le Moyen Âge », Mélanges de l’École fran (...)
  • 87 Ibid., p. 7.

47En somme, le couple antique otium/negotium perdure tout en ayant été christianisé, mais il a assurément évolué à l’époque classique. Déjà à la fin du Moyen Âge, avec la redécouverte d’Aristote, et à la Renaissance, avec le début du développement des villes, on pouvait s’interroger sur l’acceptation ou non de la vie civile comme « une troisième voie entre vie voluptueuse et vie contemplative »86 et se demander à l’instar de Christian Trottmann : « Dans quelle mesure le schème duel de Marthe et Marie, ‘vie active/vie contemplative’ s’accommode-t-il avec le schème ternaire hérité des sociétés indo-européennes : le chevalier, le prêtre, le paysan » ?87. Il faut désormais y ajouter le bourgeois et ses aspirations de reconnaissance socio-politique qui transparaissent assurément dans les récits picaresques.

  • 88 Michel FOUCAULT, « L’écriture de soi », Corps écrits, 5 : L’autoportrait, février 1983, p. 3-23.

48Celui qui relève de l’otium et n’est donc pas affairé dans ses activités quotidiennes (traditionnellement le religieux et le noble) constitue un modèle de réussite socio-politique vers lequel souhaitent tendre ceux à qui la pauvreté et/ou la naissance (et donc les origines) n’ont pas permis d’échapper aux souffrances du travail mécanique. La discipline qui accompagnait cet otium n’est plus toutefois présente et c’est une coquille vidée de morale et de spiritualité qui parcourt les récits picaresques qui proposent un nouveau regard sur l’otium, au propre comme au figuré, l’otium étant selon Michel Foucault une écriture de soi88. Or, les récits picaresques n’offrent-ils pas une nouvelle forme d’écriture, tournée justement vers l’entre soi, une individualité en quête de reconnaissance, qui recourt notamment à l’emploi de la première personne du singulier pour proposer des récits de vie ?

49Le choix qui émerge dans les récits picaresques de mettre en avant un personnage de jeune enfant et son apprentissage jusqu’à la vie adulte confirme l’importance particulière qui a pu être accordée à cette première période de la vie et aux questionnements quant aux évolutions sociétales et mentales attenantes. Toutefois, le souhait de montrer une évolution de la « borne » de l’enfance à celle de la maturité semble induire une intentionnalité particulière où, sans prôner ouvertement progrès et raison, l’on est invité à s’arracher des traditionalismes et innéismes séculaires, et ce à partir d’une nouvelle conception de l’oisiveté et par voie de conséquence du travail.

  • 89 Guzmán, op. cit., I, III, 5, p. 412-413.

50Ces héros de la modernité urbaine connaissent d’abord une prime enfance (avant huit ans), relativement protégée malgré leur statut illégitime, car nous les découvrons entourés par une famille. Malgré les apparences, ces picaros ne font donc pas partie des êtres les plus rejetés par la société, à la différence de ceux évoqués dans le Guzmán, volontairement estropiés pour mieux vendre leur monstrueuse pauvreté : « […]de tiernos los tuercen y quiebran, como si fueran de cera, volviéndolos a entallar de nuevo, según su antojo, formando varias monstruosidades dellos, para dar más lástima. En cuanto son pequeños, ganan de comer para su vejez y después con aquella lesión les dejan buen patrimonio »89.

  • 90 Voir Enrique TIERNO GALVÁN, Sobre la novela picaresca y otros escritos, Madrid : Tecnos, 1974.
  • 91 Voir Cécile BERTIN-ELISABETH, Le picaro entre identité et variation, Fort-de-France : CRDP-Martiniq (...)

51Les picaros littéraires font même des études et leur apprentissage socio-politique ne se fonde pas seulement sur la reproduction des activités de leurs parents. Cet apprentissage passe par le désir d’atteindre le modèle de l’oisiveté (otium), même si celui-ci a été vidé de son essence initiale, sous le poids notamment d’un negotium qui valorise plus l’argent (et l’affairisme) que les nobles idéaux. Ainsi, pensons-nous, à la suite d’Enrique Tierno Galván90, que les récits picaresques témoignent de la possibilité d’une mobilité sociale91, à partir d’une déjà très baroque image inversée de l’ordre classique, dans un contexte de crispation sociale où les « desocupados » sont désormais ambivalents, selon une dialectique renouvelée de l’otium/negotium.

Haut de page

Notes

1 Bartolomé MURILLO, Le pauvre noir (Londres, Dulwich College, 169x111cm, 1668-70).

2 Buenaventura DELGADO CRIADO, Historia de la infancia, Barcelona, 1998, p. 140. Voir aussi : Fe BAJO ÁLVAREZ et José Luis BETRAN MOYA, Breve historia de la infancia, Madrid, Taurus, Temas de Hoy, 1998.

3 Raymond LULLE, Doctrine d’enfant (Doctrina pueril), trad. et éd. de Armand LLINARÈS, Paris : Klincksieck, 1969. En dehors de la péninsule ibérique, on rappellera le Quatre teenz d’aage d’ome (Marcel de FREVILLE (éd.), Les quatre âges de l’homme-Traité moral de Philippe de Novare/Navarre, Paris : Librairie de Firmin Didot et Cie, 1888. Voir Élisabeth SCHULZE-BUSACKER, « Philippe de Novare, les Quatre âges de l’homme », Romania, 127 (505-506), 2009, p. 104-146. Consultable en ligne https://www.persee.fr/doc/roma_0035-8029_2009_num_127_505_7241.
Nombreux sont les historiens à s’être intéressés au travail au Moyen Âge comme Robert FOSSIER dans Le travail au Moyen Âge, Paris : Hachette, La Vie Quotidienne, 2000 et Jacqueline HAMESSE et Colette MURAILLE-SAMARAN (dir.), Le travail au Moyen Âge : une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve : Publication de l’institut d’Études médiévales, 1990.

4 Pedro MEXIA, Libro llamado silva de varia leción, Séville : Dominico de Robertis, 1540. Voir l’édition d’Antonio Castro (Antonio CASTRO, Libro llamado silva de varia leción, Madrid : Cátedra, 1989, p. 519 et suivantes), cité par Anastasio Rojo Vega (Anastasio ROJO VEGA, « Los menores de edad en el Valladolid del siglo de Oro », Investigaciones Históricas. Época moderna y contemporánea, 15, 1995, p. 175-194, https://dialnet.unirioja.es/descarga/articulo/66391.pdf, consulté le 2 mai 2018. Voir aussi Antonio CASTRO DÍAZ, « Consolación Baranda (éd.), Apólogo de la ociosidad y el trabajo de Luis Mexía, glosado y moralizado por Francisco Cervantes de Salazar », Criticón, 116, 2012, p. 154-159.

5 La vida de Lazarillo de Tormes y de sus fortunas y adversidades, éd. de Francisco RICO, Madrid : Cátedra, 1998, 1er traité, p. 17.

6 Cécile BERTIN-ELISABETH, « Le picaro : héros de la marge ou héros d’un nouveau centre ? », in : Cécile BERTIN-ELISABETH (dir.), Les héros de la marge dans l’Espagne classique, Paris : Le Manuscrit-Université, 2017, p. 25-53.

7 Cécile BERTIN-ELISABETH, « Le pícaro, héros en tension et figure de la rupture », Babel – Renverser la norme : figures de la rupture dans le monde hispanique, 26, 2012, p. 65-85.

8 Voir Cécile BERTIN-ELISABETH, « La petite enfance dans la littérature picaresque espagnole : présence en creux et métaphorisation aux marges du réalisme d’un genre nouveau », in : Sarah PECH-PELLETIER (coord.), Regards portés sur la petite enfance en Europe du Moyen Âge au XVIIe, Histoire culturelle de l’Europe, 2, 2017, http://www.unicaen.fr/mrsh/hce/.

9 « […] estando mi madre una noche en la aceña, preñada de mí, tomóle el parto y parióme allí. De manera que con verdad me puedo decir nascido en el río », La vida de Lazarillo, op. cit., I, p. 14.

10 « […] nacido en la villa de Salvatierra y bautizado en la ciudad de Roma », La vida de Estebanillo González, éd. d’Antonio CARREIRA et Jesús Antonio CID, Madrid, Cátedra, I, 1, p. 32.

11 La vida de Lazarillo, op. cit., I, p. 22.

12 Philippe ARIÈS, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris : Plon, 1960, p. 311-312.

13 Jerónimo de ALCALÁ, Alonso, mozo de muchos amos, I, 1, éd. de Miguel DONOSO RODRÍGUEZ, Universidad de Navarra-Ibeoramericana-Vervuert, 2005, p. 227.

14 La vida de Estebanillo González, op. cit., I, 1, p. 44.

15 « Pues siendo yo niño de ocho años, achacaron a mi padre ciertas sangrías mal hechas en los costales de los que allí a moler venían, por lo cual fue preso, y confesó y no negó, y padesció persecución por justicia […] fenesció su vida », Lázaro, op. cit., I, p. 14-15.

16 Ibid., I, p. 24.

17 « […] mi padre de una enfermedad aguda en cinco días falleció. Como quedé niño de poco entendimiento, no sentí su falta ; aunque ya tenía de doce años adelante. Y no embargange que venimos en pobreza, la casa estaba con alhajas, de que tuvimos que vender para comer algunos días », Mateo ALEMÁN, Guzmán de Alfarache, éd. de José María MICÓ, Madrid : Cátedra, 1994, I, 2, p. 159.

18 Ibid., I, 2, p. 157.

19 Ibid., I, 3, p. 163.

20 Ibid., I, 2, p. 162.

21 Ibid., I, 2, p. 161.

22 « Alentábame mucho el deseo de ver mundo, ir a reconocer en Italia mi noble parentela », Ibid., I, 3, p. 163.

23 Miguel de CERVANTES, Rinconete y Cortadillo, in : Ángel VALBUENA PRAT (Estudio preliminar, selección, prólogos y notas de), La novela picaresca española, Madrid : Aguilar, I, p. 215.

24 J. de ALCALÁ, Alonso, mozo de muchos amos, p. 231.

25 Alonso de CASTILLO SOLORZANO, Aventuras del Bachiller Trapaza, 1, éd. de Jacques JOSET, Madrid : Cátedra, 1986, p. 68.

26 Voir Agustin REDONDO (dir.), La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris : Publications de la Sorbonne, 1996.

27 Francisco de QUEVEDO, El Buscón, I, 1, éd. de Pablo JAURALDE POU, Madrid, Clásicos Castalia, 1990, p. 75.

28 Ibid., I, 1, p. 78.

29 M. de CERVANTES, Rinconete y Cortadillo, p. 216.

30 Ibid., p. 217.

31 « Mandamos que los que tuviereren hijos, los hagan ventores, perchando con ellos las iglesias y siempre al ojo, los cuales pidan para sus padres, que están enfermos en una cama: esto se entienda hasta tener seis años », Ordenanzas mendicativas du Guzmán, I, III, 2, p. 392.

32 Cristóbal PÉREZ DE HERRERA, Discurso de lamparo de los legítimos pobres, éd. de Michel CAVILLAC, Madrid : Espasa-Calpe/Clásicos Castellanos, 1975, p. 238.

33 Didier SOUILLER, Le roman picaresque, Paris : PUF, Que sais-je ?, 1989 (1980), p. 58.

34 Diccionario de Autoridades, Madrid : Editorial Gredos, 3, 1990 [1737], p. 312. Trepalium a d’abord désigné en effet un instrument de torture avant de commencer à prendre au XIIe siècle sa signification actuelle.

35 Vicente ESPINEL, La vida de Marcos de Obregón, in : Á. VALBUENA PRAT La novela picaresca española, p. 1154.

36 J. de ALCALÁ, Alonso, mozo de muchos amos, I, 1, p. 225.

37 Juan CORTÉS DE TOLOSA, Lazarillo de Manzanares, éd. de M. ZUGATI, Barcelone : PPU, 1990, p. 98.

38 « Le récit se fractionne ensuite sous l’action de trois éléments : 1-l’itinéraire géographique […] 2- Le passage par différents maîtres […] 3-Les récits librement insérés […] », D. SOULLIER Le roman picaresque, p. 58.

39 Voir José Antonio MARAVALL, « Relaciones de dependencia e integración social- CRIADOS, GRACIOSOS Y PICAROS », Idéologies et littérature, I, 4, 1977, p. 3-32.

40 Guzmán, op. cit., I, II, 1, p. 270.

41 Voir Carmen María CREMADES GRINÁN, « En torno a los contratos laborales concernientes a menores de edad. Cartas de soldada y de aprendizaje », Anales de la Universidad de Murcia. Letras, vol. XLIII, 3-4, 1984, p. 313-320.

42 J. de ALCALÁ, Alonso…, p. 305.

43 « Mandóme hacer un vestido de su librea […] y aunque lo sentí, por saber que aunque su nombre empieza en libertad es vestido de esclavitud […] », Estebanillo, II, 7, p. 59.

44 Lázaro, I, p. 24.

45 José Luis ALONSO HERNÁNDEZ, Léxico del marginalismo del siglo de oro, Salamanque : Université de Salamanque, 1976, p. 556. Cette expression est utilisée pour décrire les larcins du père de Pablos dans le Buscón : « Por estas y otras niñerías estuvo preso […] », I, 1, p. 76.

46 Guzmán, op. cit., I, III, 6, 7 et 8.

47 Ibid., I, III, 8, p. 451.

48 Ibid., I, III, 10, p. 464.

49 Ibid., I, II, 5, p. 303.

50 Voir Jean-Pierre ÉTIENVRE, Figures du jeu. Études lexico-sémantiques sur je jeu de cartes en Espagne XVIe-XVIIIe siècles, Madrid : Casa de Velázquez, 1987.

51 M. de CERVANTES, Rinconete y Cortadillo, T. I, p. 216.

52 Ibídem.

53 A. de CASTILLO SOLORZANO, Aventuras del Bachiller Trapaza, p. 67.

54 Christoph STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego. Aspectos de su valoración en algunos tratados del Siglo de Oro », in : María Cruz GARCÍA DE ENTERRÍA et Alicia CORDÓN MESA (éd.), Siglo de oro. Actas del IV congreso internacional de la AISO, Alcalá de Henares : Universidad de Alcala de Henares, 1998, p. 1547-1553, p. 1547.

55 Francisco de LUQUE Y FAJARDO, Fiel desengaño contra la ociosidad y los juegos, 1603, vol. I, Madrid : RAE, Biblioteca selecta de clásicos españoles, 1955, p. 77.

56 Diccionario de Autoridades, Madrid : Editorial Gredos, 1990 [1737], 3, p. 15.

57 Ibid., 3, p. 15-16.

58 Sebastián de COVARRUBIAS HOROZCO, Tesoro de la lengua castellana española, Madrid, Universidad de Navarra-Iberoamericana-Vervuert, 2006 [1611], p. 1321.

59 Voir Bronislaw GEREMEK, Les fils de Caïn. L’image des pauvres et des vagabonds dans la littérature européenne du XVe au XVIIe siècle, Paris : Flammarion, 1991.

60 Gonzalo CORREAS, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Madrid : Visor Libros, 1992, p. 390-391.

61 Voir Jean DELUMEAU, « La naissance de la paresse », L’histoire, 59, septembre 1983, p. 38-44.

62 Voir Robert RICARD, « Les péchés capitaux dans le Libro de Buen Amor », Nouvelles études religieuses (Espagne et Amérique espagnole), Paris : Centre de Recherches Hispaniques, 1973, p. 17-49.

63 Arcipreste de HITA, Libro de Buen Amor, édition de G. B. GYBBON MONYPENNY, Madrid : Castalia, 1989, p. 170, strophe 337.

64 Juan de LUNA, Segunda parte de Lazarillo de Tormes, in : Florencio SEVILLA (éd.), La novela picaresca española, Madrid : Editorial Castalia, 2001, 8, p. 814.

65 Exemple : « Main nonchalante appauvrit, la main des diligents enrichit », Proverbes, 10-4.

66 Christian Trottmann, en citant le Sententiae differentiarum de activa vita atque contemplativa, P. L., LXXXIII, col. 1243 et 1245, note qu’Isidore de Séville considère que « l’oisiveté reste mère de tous les vices. Tout en affirmant la supériorité de la vie contemplative, il se plait encore à rappeler qu’elle ne peut sauver sans les œuvres de la vie active alors que l’inverse demeure possible », Christian TROTTMANN, « Vita activa, vita contemplativa : enjeux pour le Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, 117 Christian TROTTMANN (1), 2005, p. 7-25, p. 14-15, https://www.persee.fr/doc/mefr_1123-9883_2005_num_117_1_10915, consulté le 10 mai 2018.

67 Anne MILHOU-ROUDIE, « L’évolution du concept de paresse jusqu’aux moralistes espagnols du XVIe siècle », Voces, 2, 1991, p. 9-26, p. 20.

68 Voir Bernard MERDRIGNAC, « Robert Fossier, Le travail au Moyen Âge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 108-2 | 2001, consulté le 09 mai 2018, http://abpo.revues.org/1746, p. 3 : « La christianisation médiévale de l’alternative otium/negotium de la tradition antique ne va pas sans ambiguïté. Certes, la vie contemplative est valorisée par rapport à la vie active, conformément au modèle évangélique de Marie qui a pris sur Marthe […], Mais l’otium n’a rien à voir avec un aimable farniente. Tout autant que le négoce, l’inactivité est condamnée : otiositas inimica est anima, écrit saint Benoît ».

69 « L’évolution du concept de paresse jusqu’aux moralistes espagnols du XVIe siècle », Voces, p. 9.

70 Pedro de VALENCIA, Obras completas. Vol. IV/1 Escritos sociales. I. Escritos económicos, Estudio introductorio de Jesús Luis PARADINAS FUENTES, Edición crítica, texto e introducción filológica de Rafael GONZÁLEZ CAÑAL, León : Secretariado de Publicaciones de la Universidad de León, 1994, p. 159-173.

71 Michel CAVILLAC, Gueux et marchands dans le Guzmán de Alfarache (1599-1604), Bordeaux : Institut d’études ibériques et ibéro-américaines, 1983.

72 F. de QUEVEDO, El Buscón, I, 1, p. 78.

73 Voir Christoph STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego. Aspectos de su valoración en algunos tratados del Siglo de Oro », in : Siglo de Oro. Actas IV…, p. 1550.

74 Cité par Jesús de la IGLESIA GARCÍA, « El debate sobre el tratamiento a los pobres durante el siglo XVI », in : Francisco Javier CAMPOS FERNÁNDEZ DE SEVILLA (coord.), La iglesia española y las instituciones de caridad, 2006, p. 5-30, p. 7, https://dialnet.unirioja.es/descarga/articulo/2816936.pdf, consulté le 10 mai 2018.

75 Voir Bartolomé Leonardo de ARGENSOLA, De cómo se remediarán los vicios de la Corte, y que no acuda a ella tanta gente inútil (1600), in : Obras sueltas, II, coleccionadas e ilustradas por el Conde de la Viñaza, Madrid : Imprenta y fundición de M. Tello, 1889, p. 241-253, p. 244-245.

76 Bartolomé JIMÉNEZ PATÓN, Reforma de trajes, cité par Rafael GONZÁLEZ CAÑAL, « El lujo y la ociosidad durante la privanza de olivares y la polémica sobre el guardainfante y las guedejas », Criticón, 53, 1991, p. 71-96, p. 77, https://cvc.cervantes.es/literatura/criticon/PDF/053/053_071.pdf, consulté le 10 mai 2018.

77 José Antonio MARAVALL, « La crítica a la ociosidad en la época del primer capitalismo », in : Homenaje a Pedro Sáinz Rodriguez, IV, Madrid : Fundación Universitaria Española, IV, 1986, p. 521-538.

78 STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego…», in : Siglo de oro. Actas IV…. Voir aussi : Francisco NÚÑEZ ROLDÁN (coord.), Ocio y vida cotidiana en el mundo hispánico moderno, Séville : Université de Séville, 2007.

79 Estebanillo, op. cit., I, 1, p. 38.

80 Ibid., I, 1, p. 39-40.

81 Ibid., I, 1, p. 43-44.

82 Ibid., I, 2, p. 65-66.

83 Guzmán, op. cit., I, I, 3, p. 163.

84 Voir par exemple Michel CAVILLAC, « Les trois conversions de Guzmán de Alfarache. (Regard sur la critique récente), Bulletin Hispanique, 95 (1), 1993, p. 149-201, https://doi.org/10.3406/hispa.1993.4788, consulté le 13 mai 2018.

85 Christoph Strosetzki souligne combien la figure d’Hercule a en effet été utilisée pour la valorisation positive du travail (STROSETZKI, « Ocio, trabajo y juego … », in : AISO, actas IV, 1996, p. 1547-1553, p. 1549.

86 TROTTMANN, « Vita activa, vita contemplativa : enjeux pour le Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, p. 19.

87 Ibid., p. 7.

88 Michel FOUCAULT, « L’écriture de soi », Corps écrits, 5 : L’autoportrait, février 1983, p. 3-23.

89 Guzmán, op. cit., I, III, 5, p. 412-413.

90 Voir Enrique TIERNO GALVÁN, Sobre la novela picaresca y otros escritos, Madrid : Tecnos, 1974.

91 Voir Cécile BERTIN-ELISABETH, Le picaro entre identité et variation, Fort-de-France : CRDP-Martinique, 2007 et Cécile BERTIN-ELISABETH, « Le picaro : un fauteur de troubles », in : Dominique BERTHET (dir.), Une esthétique du trouble, Paris : L’Harmattan, 2015, p. 77-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Bertin-Elisabeth, « Travail et oisiveté des enfants dans les récits picaresques espagnols (XVIe-XVIIe siècles) »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46619

Haut de page

Auteur

Cécile Bertin-Elisabeth

Université de Limoges, EHIC

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search