Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Deuxième partie : L’éducation mor...Réussites et ratés de l’éducation...Le travail des enfants esclaves a...

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)
Deuxième partie : L’éducation morale et religieuse : perpétuation de l’ordre social, réussites et ratés
Réussites et ratés de l’éducation : exemples théoriques, travail des enfants et école de la vie

Le travail des enfants esclaves au Siècle d’or dans l’Espagne du Sud

Marie-Christine Delaigue

Résumés

Dans cet article j’aborderai le travail des enfants esclaves dans le Sud de l’Espagne au Siècle d’or. Cette enquête a pour objectif de montrer comment les travaux que l’on exige de ces enfants varient en fonction de leur âge et donc de leurs capacités psychomotrices. D’autres interrogations précisent les enjeux de cette recherche, à savoir si le genre et la « race », entendue dans le sens de l’origine du jeune, ont une influence soit dans les travaux requis soit dans l’acquisition de ces enfants.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article aborde la question du travail des enfants esclaves dans le Sud de l’Espagne, c’est-à-dire principalement en Andalousie mais aussi dans une région frontalière, l’Extrémadure au Siècle d’or. Cette enquête a pour objectif de montrer comment les travaux que l’on exige de ces enfants varient en fonction de leur âge et donc de leurs capacités psychomotrices. La valeur de ces enfants dépend aussi du système de rentabilité qui sous-tend l’esclavage. En effet, l’enfant est un bien comme un autre et comme tel il peut être échangé, donné, vendu, hypothéqué et mis en gage. Cet article interrogera aussi l’influence du genre et de la « race », entendue dans le sens de l’origine du jeune, et leur influence soit dans les travaux requis soit dans l’acquisition de ces enfants.

Présentation des sources et méthodologie

  • 1 Julio IZQUIERDO LABRADO, La esclavitud en la Baja Andalucía, (I). Su proyección atlántico-africana (...)
  • 2 Calcul que j’ai effectué à partir des ventes individuelles et des ventes par groupes familiaux cité (...)

2Cette étude se fonde sur la prise en compte des données disponibles dans le large périmètre qui englobe les régions de l’Extrémadure et de l’Andalousie, d’autant plus que le marché de l’esclavage n’est à la base que peu enclin à s’intéresser aux enfants, peu rentables, préférant celui des adultes aux prix plus élevés et aux capacités de travail plus importantes. De fait il n’existe que peu d’actes de vente et d’achat d’enfants, même dans les plus grandes villes de l’Espagne du Sud, réputées pour leur forte présence d’esclaves durant l’époque moderne. À Cordoue par exemple, Victor José Rodero Martín ne dénombre que cinq actes de vente dans lesquels des enfants de moins de quatre ans sont vendus sans leur parentèle. Dans la région du Tinto-Odiel, au XVIsiècle, les ventes d’enfants, depuis leur naissance jusqu’à l’âge de cinq ans, ne représentent que 4,88% de l’ensemble des esclaves vendus sur ce marché, celles des enfants de six à dix ans, 2,65% et pour celles des enfants de onze ans à quinze ans, ces taux augmentent et atteignent 6,60% des transactions1. À Cordoue encore, les moins de dix ans représentent environ 4% des ventes et les dix-quatorze ans se situent autour de 10%2. Face au petit nombre de documents (actes de vente ou d’achat, testaments, actes de naissance…) dans lesquels sont mentionnés des enfants esclaves, il s’avère nécessaire d’analyser la documentation provenant de différentes régions du sud de l’Espagne afin de réunir un corpus suffisamment important pour effectuer des comparaisons, tenter de trouver les règles des comportements qui régissent la manière de considérer ces enfants et leur aptitude au travail en fonction de leur âge et de leur sexe et déterminer s’il existe une prédilection pour un type particulier d’enfant selon son origine.

Comment devient-on esclave ?

  • 3 Aurelia MARTÍN CASARES, « De la esclavitud al abolicionismo en la Historia de España : legislación, (...)
  • 4 Alfonso FRANCO SILVA, La esclavitud en Andalucía : 1450-1550, Grenade : Universidad de Granada, 199 (...)
  • 5 Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle, lorsque la main-d’œuvre privée de (...)
  • 6 A C de CM SAUNDERS, A social story of black slaves and freedman in Portugal, 1441-1551, Londres : C (...)

3Il existe deux manières de devenir esclave. La première tient à la filiation matrilinéaire, promulguée par les textes des Partidas : lorsqu’une esclave donne naissance à un enfant sur le sol espagnol, celui-ci est condamné à l’esclavage3. D’ailleurs Alfonso Franco Silva considère que presque tous les enfants esclaves entre un et dix ans ont acquis ce statut à leur naissance puisque leur mère était elle-même esclave4. La deuxième possibilité d’obtenir des enfants esclaves réside dans leur capture en Afrique et sur le sol espagnol lors de la révolte morisque des Alpujarras (1568-1571). L’attitude des esclavagistes variait selon la provenance de ces enfants. La proximité des côtes d’Afrique du Nord avec celles de la péninsule ibérique permettait aux trafiquants d’esclaves de charger de très jeunes enfants sur leurs bateaux sans que leur santé ne se trouve menacée par les conditions de la traversée. En revanche, les négriers opérant en Guinée évitaient d’embarquer nourrissons et bébés qui risquaient de perdre la vie dans les conditions insalubres d’un long voyage sur l’Atlantique. La traite ne s’y intéresse donc pas5, et si quelques nouveaux-nés naissaient sur le navire, ils étaient jetés par-dessus bord6.

4Enfin, lors de la révolte des Morisques des Alpujarras et malgré les injonctions de la Couronne, de nombreux enfants de tout âge furent faits prisonniers par les combattants chrétiens qui souhaitaient arrondir leur solde. Ils les vendaient seuls ou par groupes familiaux, composés d’une mère et ses enfants ou de fratries.

Les âges pris en considération

  • 7 En effet, au cours des discussions sur l’âge de l’expulsion des Morisques de Valence, on considère (...)
  • 8 Julio IZQUIERDO LABRADO, op. cit., p. 30-31 ; Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 531-539 ; Roc (...)
  • 9 Voir note 36.

5À travers les sources examinées, cet article proposera un inventaire analytique des travaux que l’on exige de ces jeunes esclaves au cours de trois étapes de leur enfance : lorsqu’ils sont des nourrissons jusqu’à trois ou quatre ans ; les cinq-dix ans, bien qu’il existe une étape intermédiaire autour de sept ans, considéré alors comme l’âge de raison7; enfin, les plus de dix ans lorsque l’on présume que ces enfants deviennent productifs et que leur prix augmente de fait. Les registres de vente montrent en effet qu’avant dix ans, le prix d’un enfant varie entre 300 et 600 reales au XVIsiècle (en Extrémadure, à Huelva, et à Cordoue) et après dix ans il se situe autour de 900-1000 reales8. C’est aussi l’âge à partir duquel les enfants morisques, après le soulèvement des Alpujarras, peuvent être officiellement privés de liberté9.

  • 10 Real Provisión por la cual, sin embargo, de un capítulo -que se incorpora- de las Nuevas Leyes que (...)
  • 11 C’est aussi l’âge à partir duquel les descendants de l’aristocratie sont considérés comme adultes. (...)
  • 12 Alessandro STELLA, « Nègres de Sa Majesté. À propos du rôle de l'esclavage en Andalousie au Siècle (...)

6Cette étude prend en considération les enfants privés de liberté jusqu’à l’âge de quatorze ans car les textes officiels comme la Real Provisión10, reconnaissent qu’ils sont enfants de « catorze años abajo »11. Cette fourchette d’âge ne prend donc pas en compte les jeunes esclaves qui travaillent dans les mines ou les galères puisqu’ils ont en général plus de quatorze ans (on les envoie dans les mines à partir de quinze ans)12.

  • 13 Alfonso FRANCO SILVA, op. cit., p. 91
  • 14 Aurelia MARTÍN CASARES, « Norteafricanas en la España del siglo XVII : experiencias vitales, etnici (...)
  • 15 Ibid., p. 111-112, note 18.

7Bien qu’Alfonso Franco Silva affirme le contraire13, à cette époque, la documentation concernant l’âge des enfants est peu précise et il n’est jamais fait allusion à l’acte de baptême pour justifier une estimation de l’âge. Par exemple, « Ana de San Juan, de Berbérie, fille de parents infidèles », est âgée de vingt-trois ans lorsqu’elle témoigne et note que « quand elle était très petite, on l’emmena dans cette ville [Grenade, nda] »14. L’expression « plus ou moins » (« mas o menos ») accompagne fréquemment l’estimation de l’âge. Ainsi en 1660, Juan Moreno affirme qu’il fut déporté sur le sol espagnol à l’âge de plus ou moins un an15. Cette précision est d’ailleurs surprenante car rares étaient alors les personnes qui connaissaient exactement leur âge et il est douteux qu’un enfant d’un an puisse avoir des souvenirs.

Le travail des enfants esclaves

  • 16 L’un des travaux les plus précis à ce sujet mais qui ne concerne que les adultes est celui de Raúl (...)

8Si plusieurs auteurs ont déjà remarqué que les documents (ventes, donations, etc.) font peu état du travail des esclaves qui sont généralement polyvalents16, cette absence d’information est encore plus fréquente dans le cas des enfants privés de liberté.

Cas des enfants de moins de quatre ans

  • 17 Il existe néanmoins quelques cas inexpliqués de vente individuelle de ces petits. Cinq enfants de m (...)
  • 18 Pour Guadix, voir Carlos Javier GARRIDO GARCÍA, « Las esclavas moriscas en el reino de Granada tras (...)

9À cet âge, le développement psychomoteur d’un enfant ne lui permet pas d’accomplir avec efficacité une tâche. Sa valeur ne dépend donc pas du travail qu’il peut fournir mais des gains qu’il peut susciter grâce, en premier lieu, aux avantages qui concernent sa progénitrice qui pourra également allaiter l’enfant de ses propriétaires. Aussi, avant quatre ans, l’enfant est-il rarement vendu seul17 mais plutôt avec sa mère qui pourra assurer sa survie. Dans ce cas, la présence du bébé augmente la valeur de la mère qui reste le véritable objet de la transaction. Le prix de ce groupe familial est supérieur à celui d’une femme seule du même âge comme le montrent de nombreux exemples18. Françoise Orsoni-Avila note par exemple à Lucena (province de Cordoue) : 

  • 19 Françoise ORSINI-AVILA, Les esclaves de Lucena (1539-1700), Paris : Publications de la Sorbonne, 19 (...)

En 1639, une femme blanche de 20 ans et son fils d’un mois et demi sont vendus 228 ducats et une mulâtresse de 21 ans et son fils de 3 ans, 225 ducats alors que, la même année, une berbérisque de 20 ans est vendue seule 135 ducats19.

  • 20 Par exemple, lors des synodes de Séville de 1572, 1586 et de celui de Badajoz de 1671, cité par Car (...)
  • 21 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 344.
  • 22 Roció PERIAÑEZ GÓMEZ, art. cit, p. 195
  • 23 Manuel FERNÁNDEZ CHAVES et Rafael PÉREZ GARCÍA, « La esclavitud en la Sevilla del Quinientos : prop (...)
  • 24 Manuel LOBO CABRERA, « La mujer esclava en España a los comienzos de la edad moderna », Baetica. Es (...)
  • 25 Eduardo CORONA PÉREZ, La población esclava en la ciudad de Sevilla (1500-1650), thèse de l’Universi (...)
  • 26 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, « La infancia robada. Niños esclavos, criados y aprendices en la Almería del (...)

10Une politique de reproduction, fondée sur la future vente de l’enfant lorsqu’il aura atteint sa maturité biologique, a pu tenter quelques propriétaires, malgré les injonctions de l’Église de Séville très claires en la matière20. Néanmoins, cette stratégie n’a pas donné de résultat concluant, pour le moins dans le Sud de l’Espagne, car ces femmes privées de liberté ne souhaitaient pas engendrer une descendance vouée à l’esclavage et recouraient à de nombreux stratagèmes pour éviter de donner la vie dans de telles conditions21. En outre, les rudes conditions d’existence des esclaves enceintes ne devaient pas faciliter le bon déroulement d’une grossesse et le taux de reproduction que citent divers auteurs se situe aux alentours de 1,5 enfants par femme : en Estrémadure 70 à 80% des femmes esclaves n’ont qu’un enfant22 ; à Séville dans la paroisse de San Idelfonso, en moyenne 1,323. Pour Manuel Lobo Cabrera, la moyenne est de 1,5 à 2 enfants24. De plus, durant cette période, la mortalité infantile, déjà élevée en Espagne, sévit fortement dans le contexte de la servitude et affecte particulièrement ces enfants esclaves. Eduardo Corona Pérez compare les baptêmes et décès dans deux paroisses de Séville au début du XVIIe siècle et conclut que la mortalité des enfants esclaves (42,8% des naissances) représente presque le double de celle des petits libres (12,8% des naissances)25. Toutefois quelques propriétaires réussissent à maintenir en vie la progéniture de leurs esclaves qu’ils revendent lorsqu’elle atteint un âge plus rentable, c’est-à-dire entre dix-huit et vingt-cinq ans. C’est le cas de Gaspar de Lara et de sa femme doña Juana de Torres, qui habitent à Alméria et vendent en 1637 un esclave « noir comme du charbon » (atezado) de vingt-trois ans appelé Lucas qui est né chez eux, pour l’importante somme de deux-cent vingt ducats26.

  • 27 Rocío PERIAÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 198
  • 28 Ibíd., p. 204
  • 29 Marie-Christine DELAIGUE et Aurelia MARTÍN CASARES, « La petite enfance en esclavage dans le royaum (...)
  • 30 Alessandro STELLA, « Des esclaves pour la liberté sexuelle de leurs maîtres », Clio. Histoire‚ femm (...)
  • 31 Calculs que j’ai effectués d’après les registres conservés dans les archives de la Curie de Grenade (...)
  • 32 Alessandro STELLA, art. cit.
  • 33 Arturo MORGADO, « El mercado de esclavos en el Cádiz de la Edad Moderna », Tiempos modernos, 18, 20 (...)
  • 34 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 76 note 43.
  • 35 Il s’agit peut-être de son père. Aurelia MARTÍN CASARES, La esclavitud en la Granada del Siglo XVI. (...)

11Une autre possibilité de gain réside dans le rachat de ces petits. Il s’agit souvent d’un regroupement familial. Par exemple Juana, née à Fuente de Cantos (Estrémadure), est vendue par son propriétaire, le clerc Baltasar Rodriguez de Léon, alors qu’elle n’a qu’un an, en 1636. Elle est achetée par Francisco Gonzalez Alvarez parce qu’il veut réunir la mère et la fille (il a déjà acquis la mère)27. En 1571, à Zafra, un mulâtre libre paye onze ducats et un morceau de lard pour racheter son fils à la veuve Leonor Mendez et à sa fille. Il s’agit d’un bébé esclave de huit mois de couleur « mulâtre blanc », né chez elles d’une de leurs esclaves, Catalina28. Si les anciens esclaves reconnaissent leur paternité et tentent de racheter leurs enfants, de leur côté, les propriétaires de personnes privées de liberté ne confessent que rarement le fruit de leurs relations ancillaires parce qu’elles ne sont tolérées dans la société moderne que lorsqu’elles restent dans le domaine de l’intimité des demeures. Or, reconnaître une paternité équivaut à la rendre publique. Les archives relatives aux baptêmes rendent bien compte de cette réticence : à Grenade, dans la paroisse de San Matias, un seul père avoue avoir eu une relation avec une domestique, qui n’est pas classifiée comme esclave mais comme « domestique principale », et reconnait l’enfant29. La plupart des enfants d’esclaves sont donc illégitimes, fruits d’une relation hors mariage avec des congénères (on observe une endogamie au sein du même groupe ethnique) ou de relations sexuelles le plus souvent forcées avec le propriétaire. À Séville, Cadix, Cordoue, les enfants de mère esclave constituent la plupart des enfants illégitimes (entre 80 et 90% des naissances illégitimes) aux XVIe et XVIIe siècles30. Dans la paroisse de Saint Matias à Grenade, entre 1565 et 1578, les nouveaux nés de mère esclave représentent plus de la moitié des baptêmes d’enfants illégitimes31. Mais le fait que le père soit le propriétaire de l’esclave n’implique ni un attachement à l’enfant ni une entrave à la vente. Ainsi, en 1560, à Cadix, Polo Bocardo vend son esclave Lucia, enceinte, à condition que le futur bébé soit affranchi32. Toujours à Cadix, le propriétaire de Mariana, qui est née chez lui et y a passé vingt-deux ans, la vend sans remord alors qu’elle est peut-être sa fille33. Parfois, les affranchissements inscrits dans un testament sont accompagnés de la formule, « por el mucho amor que le tengo » (« pour le grand amour que je lui professe »), qui fait peut-être référence à la paternité du propriétaire. Ainsi, dans son testament en 1672, doña Leonarda de la Torre d’Alméria offre-t-elle à ses fils héritiers un enfant esclave élevé chez elle à condition qu’ils lui donnent une lettre de libération « por el mucho amor que le tenía ». Elle fait en outre un rabais de vingt ducats sur la somme conséquente de deux cent quarante ducats que l’enfant devra payer pour obtenir sa libération34. Il restera donc esclave encore longtemps ! On ne peut toutefois pas écarter des gestes plus humains comme celui d’un notaire de Grenade qui rachète une petite fille de deux mois pour la libérer, sans pour autant que soit évoquée que la raison de cette action est la filiation avec le nouveau propriétaire35.

  • 36 Sur l’esclavage des Morisques, voir Aurelia MARTIN CASARES, op. cit., p. 174-179 et sur l’esclavage (...)
  • 37 Ibid., p. 348, cuadro 16.
  • 38 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit, p. 605-606, p. 612.
  • 39 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 356.
  • 40 Victor José RODERO MARTIN, op. cit., p. 780 et note 3063.

12L’occasion de monnayer des enfants est particulièrement patente lors de la mise en esclavage des enfants de parents morisques qui se sont révoltés dans la Guerre des Alpujarras. Si la Couronne promulgue des décrets d’expulsion concernant les garçons de plus de quatorze ans, elle autorise en revanche, après de multiples débats, l’esclavage des garçons à partir de dix ans et demi et des filles à partir de neuf ans et demi36. Toutefois cette limitation n’est pas respectée et des groupes familiaux dans lesquels figurent des enfants de moins de quatre ans sont fréquents. À Grenade, leur commerce augmente nettement passant de trois, entre 1560 et 1568, à soixante-huit enfants morisques entre 1569 et 157137.. À Cordoue, ces groupes familiaux représentent près de la moitié des esclaves morisques qui arrivent dans cette région38. En effet, les Morisques qui sont mis en esclavage sur le sol où ils ont vécu conservent une parentèle qui est susceptible de les racheter, à la différence de l’esclavage africain qui rompt les liens familiaux. Ils offrent donc un intérêt financier car le montant du rachat peut être plus élevé que la valeur de l’enfant sur le marché. On trouve donc un plus grand nombre d’enfants en bas âge et dans 23,5% des cas, ils sont vendus « en famille » : des fratries, une mère et ses jeunes enfants et, très rarement, avec le père qui a vraisemblablement péri au cours des combats. Par exemple, Maria, âgée alors de trois ans, est vendue en 1570 avec sa mère Beatriz (trente ans) et sa grand-mère Isabelle (soixante-dix ans) qui viennent de Tíjola. Un autre exemple est celui de María, quarante ans, qui est vendue avec ses quatre fils, trois d’entre eux de moins de cinq ans : Anton de quatre ans et demi¸ Miguel de trois ans et Alonso de douze mois39. À Cordoue, le Morisque Luis Fernández réussit à racheter sa femme Isabelle et son fils Andrés d’à peu près un an et demi, mais les propriétaires de sa femme et de ses enfants conservent sa fille María d’environ quatre ans et demi40.

13En résumé, les petits esclaves de cette tranche d’âge n’ont pas de capacités de travail et leur valeur dépend des circonstances familiales (possibilités de rachat pour un regroupement, surtout pendant et juste après la Guerre des Alpujarras), des enjeux sur leurs futures capacités de travail. Elle peut aussi être liée à celle de leur mère qui peut servir comme nourrice. Le genre n’est pas un facteur déterminant dans l’estimation de leur prix, ni dans le choix de leur rachat. Ces rédemptions sont en revanche fréquentes au sein de la communauté morisque pour les raisons évoquées plus haut.

Cas des enfants âgés de quatre ou cinq ans jusqu’à dix ans

  • 41 Alfonso FRANCO SILVA, Regesto documental sobre la esclavitud sevillana (1453-1513), Séville : Unive (...)
  • 42 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 76.

14À partir de quatre ou cinq ans, ces enfants commencent à être considérés comme un investissement moins incertain car ils ont survécu aux maladies, au manque de soins et peuvent alors vivre sans l’aide de leurs géniteurs. Ils peuvent donc être mis en gage ou saisis pour défaut de paiement sans risques trop importants pour les investisseurs. À Séville en 1501, Pedro de Aillon met en gage son esclave noir de sept ans chez l’orfèvre Luis Fernandez. En 1506, Juan, esclave noir de neuf ans, est saisi car une veuve ne peut rembourser à Catalina de Torres une dette de 9400 maravedis41. La spéculation est aussi moins périlleuse que pour un enfant plus jeune. En 1621, le capitaine d’Alméria Diego Marín achète une esclave blanche de sept ans au prix de 1000 reales. Lorsqu’elle atteint l’âge de quatorze ans, il la revend pour plus du double, 2206 reales. Il a donc gagné 110 ducats en plus des sept années de services rendus par la jeune fille42.

  • 43 Alessandro STELLA, art. cit., « La traite… », propose de nombreux exemples d’enfants de cette tranc (...)

15Des enfants de cette tranche d’âge sont également faits prisonniers sur le continent africain et embarqués sur les bateaux négriers43. Considérés comme des bouches inutiles, ils sont vendus parce qu’ils peuvent rapporter par leur vente : en 1570, le trésorier des mines de Guadalcanal n’hésite pas à vendre

  • 44 Alessandro STELLA, Histoires d’esclaves dans la péninsule ibérique, Paris : EHESS, 2000, p. 98.

Luisilla, mulâtresse âgée de trois ans et sept mois, fille de Monica esclave de sa majesté et une autre négrillonne de quatre ans et trois mois et demi plus ou moins, qu’on appelle Ysabelita, manchote de la main gauche, fille de Catalina Papo, esclave de S.M. sur la place publique de la cité de Guadalcanal pour les faire crier par un crieur public et essayer de les vendre au meilleur offrant44.

  • 45 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p 768-769.

16À Grenade, durant la Guerre des Alpujarras, on trouve des enfants de cet âge vendus seuls. Dans cette conjoncture, les propriétaires comptent sur le rachat des petits par leur parentèle. Ainsi, à Cordoue, le père de Brianda, morisque de neuf ans, rachète sa fille en versant 15 000 maravedis45.

  • 46 Manuel FERNÁNDEZ CHÁVEZ et Rafael PÉREZ GARCÍA, « La esclavitud en la Sevilla del Quinientos : refl (...)
  • 47 Juan Jesús BRAVO CARO, « El bautismo de esclavos, libertos y musulmanes libres en el Orán de Felipe (...)

17La documentation signale également des enfants esclaves qui travaillent dans des monastères, en général donnés par leur propriétaire à condition qu’ils ne soient jamais libérés, donnés, échangés ni vendus. Les raisons de cet acte ne sont pas précisées mais il s’agit sans doute pour le propriétaire d’un triple enjeu : s’assurer les faveurs d’un monastère, voire d’un ou d’une religieux/se en particulier, éviter à l’enfant de passer entre de multiples mains et le mettre à l’abri du besoin et lui garantir une éducation. On trouve aussi bien des filles que des garçons. Par exemple, Antona, petite noire de cinq ans, se trouve au monastère de la Conception de Séville. Catalina, esclave noire de six ans et demi, est au service d’une religieuse du monastère Saint Clément de Séville à qui elle a été donnée pour toute sa vie46. Citons encore Juan, six ans, que son propriétaire Juan de Castañeda a offert au couvent de Santo Domingo el Real de la ville d’Oran et qui ne pourra être vendu47.

18Il n’existe que peu d’informations sur le travail de ces enfants et il faut recourir à des exemples plus lointains, sur le continent américain, pour glaner quelques explications. Un document de Buenos Aires précise les tâches attendues de ces enfants offerts à un monastère : Luis de onze ans, est donné par ses propriétaires au couvent de Nuestra Señora de las Mercedes pour qu’il

  • 48 « Asista como sacristán y en servicio de la iglesia, aseo, decencia y limpieza, y como esclavo de l (...)

assiste comme sacristain au service de l’église, pour le nettoyage, la décence et la propreté et comme esclave de ladite Notre Dame et pour tous les jours de sa vie, ainsi il ne pourra être vendu, hypothéqué, troqué ni aliéné sous peine de lui donner la liberté48.

  • 49 Guillermina RAMÍREZ MONTES, Niñas, doncellas, vírgenes eternas de Santa Clara de Querétaro (1604-18 (...)

19Au Mexique aussi la mère supérieure de Santa Clara de Queretaro achète une esclave de deux ans pour l’élever dans la religion chrétienne et à sa mort, elle la donne au couvent pour qu’elle serve dans la sacristie49.

  • 50 Manuel LOBO CABRERA, art. cit, p. 306.
  • 51 Marie-Christine DELAIGUE et Aurelia MARTÍN CASARES, art. cit.
  • 52 La documentation du XIXe siècle, à Cuba est tout à fait explicite en ce qui concerne l’attribution (...)
  • 53 Luis MÉNDEZ RODRÍGUEZ, « La esclavitud femenina : visiones iconográficas en la España moderna (1500 (...)

20Manuel Lobo Cabrera signale le cas d’une fillette, Isabel, de quatre ans, dont on loue les services. Pour cet auteur, l’enfant, en raison de son bas âge, ne pouvait remplir d’autres fonctions que celles d’accompagner dans ses jeux un petit de son âge mais libre50. Un autre enfant esclave nommé Juan51 a pu également rendre ce genre de service auprès de son jeune maître, Gonzalo Fernández de Córdoba52. C’est aussi dans ce sens que l’on doit comprendre en 1536 la présence d’une petite fille de six ans, Luisa, que reçoit Bartolomé Lopez dans la dot de sa belle-mère. Ce cadeau de mariage sera rentabilisé lorsque naitront les enfants du couple53.

  • 54 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 482-483.

21À partir de sept ou huit ans, les enfants sont censés avoir une certaine conscience et, malgré leur jeune âge, quelques esclaves peuvent être rémunérés ou mis en location : l’esclave travaille à l’extérieur et rapporte les fruits de son travail au propriétaire. C’est le cas d’un enfant privé de liberté de sept ans qui, en 1536 à Grenade, travaille chez un forgeron et gagne un ducat par an54.

  • 55 Rafael BENÍTEZ SÁNCHEZ-BLANCO, « Guerra y sociedad : Málaga y los niños moriscos cautivos. 1569 », (...)

22Ces enfants, comme les petits morisques retirés à leurs parents, suppléent en général au manque de service domestique que Rafael Benítez Sánchez-Blanco invoque pour expliquer la distribution des enfants morisques qui, après la rébellion des Alpujarras, sont attribués à différentes maisonnées où ils servent jusqu’à l’âge de vingt-cinq ans55.

  • 56 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 75.

23Au cours de cette période de la vie, la spécialisation du travail des enfants en fonction de leur sexe n’est pas encore très nette. Avant l’âge de sept ans, ils sont surtout destinés au service domestique. À partir de sept ou huit ans, les ventes enfants esclaves nés dans la maisonnée sont fréquentes56 sans doute parce qu’ils sont alors plus rentables et peuvent commencer à travailler chez un artisan.

Cas des enfants et jeunes gens entre dix et quatorze ans

  • 57 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 340.

24La demande de ces jeunes esclaves est alors plus forte, ce qui coïncide avec une augmentation de leur valeur sur le marché. En outre, la rémunération de leurs travaux à l’extérieur de l’espace domestique se généralise pour les garçons à partir de neuf-dix ans et pour les filles à partir de huit-neuf ans57. Le travail auquel on occupe l’enfant n’est pas toujours spécifié et sa teneur varie certainement en fonction des qualités humaines du propriétaire. Nous ne connaissons pas vraiment la situation de l’enfant au sein de la maisonnée et l’on ne peut pour l’instant que souligner la diversité des situations qui vont vraisemblablement de l’exploitation absolue, des changements de propriétaires, de mauvais traitements, à un relatif enseignement, un apprentissage voire une éducation.

  • 58 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 481
  • 59 « La menor vos servirá en vuestra casa y fuera della en lo que mandáredes », cité par Aurelia MARTÍ (...)
  • 60 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, op. cit., p. 78.
  • 61 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, op. cit., p. 71.

25À partir de cette tranche d’âge, les occupations et rôles attendus de ces enfants esclaves sont différenciés en fonction de leur genre. Les filles sont dédiées au travail domestique, au même titre que les criadas libres avec qui elles sont parfois confondues dans les textes58 puisqu’à la base, elles remplissent les mêmes services qui n’ont pas de visibilité (il n’existe pas de guilde, pas de confrérie…). Mais la perte de la liberté s’accompagne de la perte des éléments culturels propre à chaque sexe. Ainsi la notion d’honneur pour une esclave n’est pas la même que pour une jeune fille libre : la virginité n’est plus un critère de la valeur de l’adolescente puisque l’esclavage rompt les liens de parenté, celle-ci n’a plus de parentèle dont elle doit sauvegarder l’honneur. Les jeunes filles, en plus des tâches domestiques courantes (nettoyage de la maison, du linge, préparation des aliments, contrôle et diversion des enfants de la maison, alimentation et soin du petit bétail, etc…), peuvent donc rendre des services à l’extérieur59, participer aux tâches agricoles (dans la culture de la soie ou des oliviers60), faire des courses en ville, voire transmettre des messages, activités interdites aux filles de condition libre61. Ces jeunes filles sont, de surcroît, soumises aux désirs sexuels de leurs propriétaires et en cas d’abus, elles n’ont personne pour les défendre à la différence des jeunes domestiques libres qui peuvent être retirées du service par leurs parents.

  • 62 Aurelia MARTÍN CASARES, art. cit., « Abolicionista… », p. 74-75.

26Les relations entre maîtresse et esclave semblent parfois empreintes d’une certaine affection peut-être en raison d’une hypothétique relation de parenté lorsqu’il s’agit d’une esclave née dans la maison. C’est le cas de Felipa une petite mulâtresse de onze ans, fille d’une esclave de la maison. Sa propriétaire, malade, signale dans son testament que sa jeune esclave doit la soigner jusqu’à son décès et qu’ensuite, elle servira sa fille jusqu’à ses vingt-quatre ans. Elle sera alors libérée et on lui donnera une robe neuve, un manteau, des chemises, des chaussures, un chapeau.... La propriétaire ne décède pas en 1583 et fait rédiger, en 1605, un nouveau testament dans lequel elle signale que Felipa a vingt-sept ou vingt-huit ans, qu’elle est libre et qu’elle n’a pas cessé de s’occuper d’elle qui est grabataire, aveugle et que c’est grâce à sa petite esclave qu’elle a survécu car elle l’a mieux soignée (elle la lave, lui donne à manger, l’habille...) que sa propre fille qui est occupée par sa nombreuse progéniture. Par ailleurs, l’esclave sait tisser car sa propriétaire lui donne un métier à tisser62.

  • 63 MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 78.
  • 64 Rocío PERIÁÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 202.
  • 65 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 485-486.
  • 66 Luis MÉNDEZ RODRÍGUEZ, art. cit, p. 40.
  • 67 Rocío PERIÁÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 200-201

27Quant aux jeunes garçons, ils sont employés dans l’agriculture. Par exemple, l’acte de vente d’Antonio, un enfant d’origine subsaharienne, spécifie qu’il « sait labourer, récolter, irriguer, creuser »63, qualités indispensables dans le monde rural. Ils sont aussi palefreniers, nettoient les étables, coupent du bois et effectuent toutes les tâches désagréables. À la différence des filles, ils peuvent aussi entrer en apprentissage. En effet, il n’était pas inhabituel que les propriétaires mettent leurs jeunes esclaves en apprentissage chez des artisans, dans des conditions similaires à celles des enfants libres. Ainsi dans leur testament, plusieurs propriétaires, à l’approche de leur mort, se préoccupent-ils du sort des petits esclaves nés dans leur maison et décident de leur préparer un meilleur avenir, peut-être en raison du lien de parenté réel ou symbolique qui existe alors entre maître et esclave. Ils recommandent qu’on les mette en apprentissage et ils les affranchissent sous certaines conditions : soit après la mort du propriétaire, soit lorsque ces enfants atteignent un âge et des compétences qui leur permettront de se débrouiller seuls dans la vie. Martin Alonso Navarro, qui a vu naître les deux enfants (Ana et Alonso) de son esclave Luzía, défunte au moment de la rédaction du testament en 1585, les recommande à sa domestique (ama) qui devra éduquer Ana dans les tâches domestiques, lui donner « dos camas de ropa cumplidas como se suelen dar a una moça » et mettre en apprentissage dans le métier qui lui conviendra le jeune Alonso en payant de ses biens64 . Le notaire Alonso Sánchez de Eslava, habitant de Cordoue, dans ses dernières volontés, n’affranchit pas ses trois esclaves María, Francisca et Ana mais libère Pedro, fils de cette dernière, lorsqu’il aura dix ans et stipule qu’on lui apprenne un métier65 . Ou encore l’orfèvre de Séville Juan Ruiz qui demande dans son testament à ce que sa famille élève le fils d’une de ses esclaves : il l’affranchit et recommande à sa famille de l’éduquer et, à partir de dix ans, de lui payer un apprentissage66. Isabel Méndez de Trujillo s’est aussi inquiétée du sort de son petit esclave Antonio et dans son testament, en 1580, elle l’émancipe et demande à sa fille Catalina Méndez de l’élever, de lui apprendre à lire et écrire, de lui enseigner aussi les bonnes manières et, lorsqu’il sera en âge d’apprendre, que sa fille le mette en apprentissage chez un menuisier en payant avec ses propres fonds tant l’apprentissage que les instruments nécessaires à son travail67.

  • 68 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 485-486.
  • 69 Roció PERIAÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 200.

28Dans le cas des veuves, l’intention est moins charitable, surtout lorsque l’enfant n’est pas libéré. Il s’agit apparemment de lui faire apprendre un métier pour qu’il soit ensuite plus rentable. Ainsi la veuve María de los Cobos, résidant à Cordoue, possède au moment de la rédaction de son testament cinq esclaves dont Melchor, âgé de quatorze ans. Elle recommande à son exécuteur testamentaire que « ponga a ofiçio » le jeune garçon68. À Badajoz, une veuve, María de León, souscrit un contrat pour son esclave de douze ans Diego chez un cordonnier. Pendant quatre années, ce dernier devra nourrir et instruire le jeune garçon « sin cupalle en otra cosa fuera del dicho su ofiçio » et lui fournir des chaussures durant ce laps de temps. En échange, María de Léon donne au cordonnier huit ducats en deux fois69.

En fonction du propriétaire

  • 70 AGS, CCA, CED,5,88,5. Envío de esclavos a la Corte.

29Enfin, il faut aussi mentionner les enfants esclaves qui peuplaient les cours d’Espagne et du Portugal. Par exemple, en l501, la reine Isabel la Catholique réclame à Alonso Vélez de Mendoza et Diego García 'El Rico', chargés de la vente des esclaves de Nijar et Huebro (province d’Alméria), une dizaine d’enfants capturés dans ces villages, en représailles de la révolte morisque de cette même année. Elle précise qu’ils doivent avoir entre sept et dix ans70. La souveraine ajoute qu’elle les achète comme esclaves alors qu’ils sont juridiquement libres en raison de leur jeune âge. On ignore à quelles tâches ils étaient destinés.

  • 71 Titien, Portrait de Laura Dianti, c. 1523, Huile sur toile, 118x93.4cm, Kreuzlingen, Collection Hei (...)
  • 72 Cristóvão de Morais, Portrait de Juana d’Autriche avec un page, c. 1551-1554, huile sur bois, 99x81 (...)
  • 73 Sofonisba Anguissola, Juana d’Autriche et une jeune fille, c. 1561-1562, huile sur toile, 194x108,3 (...)
  • 74 Alonso Sánchez Coello, Portrait de Juana d’Autriche avec un chien, c. 1557, huile sur toile, 180×11 (...)

30Des jeunes d’origine subsaharienne sont aussi représentés dans différentes œuvres picturales des XVIet XVIIsiècles, par exemple, sur le portrait de Laura de Dianti peint par Titien71 ou celui de Juana d’Autriche, fille de Charles Quint, par Cristóvão de Morais, sans doute entre 1551 et 1554.72 L’aristocrate italienne comme la reine du Portugal posent négligemment une main sur l’épaule ou la tête de l’enfant noir qui regarde avec soumission celle qui est, sans doute, sa propriétaire, dont le regard en revanche se perd dans le lointain. Ce geste peut être lu comme une manifestation de possession de l’enfant. Il est en tout cas beaucoup moins empreint d’affection que celui du portrait de Juana d’Autriche peint par Sofonisba Anguissola en 1561 dans lequel la souveraine tient près d’elle une petite fille blanche richement vêtue qui appartient sans doute à l’aristocratie73. L’attitude de la fille de Charles Quint dans le portrait de Cristóvão de Morais s’apparente plus à celle qu’elle présente dans le portrait peint par Alonso Sánchez Coello en 1557, où elle caresse la tête d’un chien avec une royale indifférence74. Ces enfants de couleur sont un élément de prestige, de distinction sociale, comme une distraction, un entourage exotique qui souligne la qualité sociale de ces femmes et peu importe leur sexe. D’ailleurs, dans le portrait de la reine du Portugal par de Morais, aucun indice ne permet d’assurer s’il s’agit d’une petite fille ou d’un petit garçon : les cheveux très courts, la veste de couleur sombre boutonnée devant et le petit col blanc en fraise n’offre pas une lecture immédiate du sexe de l’enfant car ce dernier sert à magnifier le prestige de la modèle ainsi qu’à rehausser le contraste avec la blancheur de la main posée sur lui. Il symbolise également les possessions portugaises en Afrique.

  • 75 Paravent « Vista de la Plaza Mayor de la ciudad de México y del paseo de Iztacalco », collection Ri (...)

31Un dernier exemple, bien qu’éloigné géographiquement de l’aire d’étude, montre bien le rôle ostentatoire de ces enfants auprès de l’aristocratie : sur le paravent du comte de Cadereyta (1635) représentant la ville de México75, on remarque dans la partie centrale le carrosse du vice-roi accompagné par plusieurs personnages à pied dont un enfant noir richement habillé qui servait certainement de page à l’homme blanc qui marche à ses côtés et porte des bas de la même couleur que ceux de l’enfant.

32Quoi qu’il en soit nous ignorons, d’une part, si ces enfants sont libres ou esclaves et, d’autre part, si leur rôle s’arrêtait à celui de parure ou s’ils remplissaient d’autres tâches quotidiennes plus désagréables.

33Le choix de faire figurer des enfants, plutôt que des adultes témoigne aussi d’un goût pour les enfants, les animaux de compagnie, et autres personnages de petites tailles qui permettent de souligner la hiérarchie entre les personnages. En outre, le jeune âge de ces enfants facilitait leur acculturation et l’apprentissage de nouvelles pratiques.

Conclusion

34Reprenons l’objectif annoncé dans cet article, à savoir si l’on observe une progression dans la rentabilité et le travail des enfants en fonction de leur âge, leur sexe et leur « race ». Les trois étapes discernées mettent en évidence l’évolution des tâches requises en fonction de l’âge : au cours de la première étape de leur vie (de la naissance à l’âge de quatre ans), les enfants esclaves, par leur situation psychomotrice, ne peuvent réaliser aucun travail, leur rentabilité provient d’un achat ou d’une revalorisation de leur mère, elle-même esclave. Après analyse, le sexe de l’enfant n’intervient pas dans les négociations. Au cours de l’étape suivante (cinq à dix ans), surtout à partir de sept ans, commencent à se discerner des rôles et des occupations attendus en fonction du genre des enfants. Cette différenciation des travaux entre les sexes est bien marquée à partir de l’âge de dix ans et il n’y a plus guère de distinction entre les travaux effectués par les enfants libres et par ceux qui sont soumis à l’asservissement.

  • 76 Pedro de MONTANER ALONSO, « Aspectos de la esclavitud en Mallorca durante la edad moderna », Bollet (...)
  • 77 Roldán JIMENO ARANGUREN, « La esclavitud infantil y su abolición en España (siglos XVI-XX) : una ap (...)

35Une synthèse sur le travail des enfants dans les régions septentrionales de l’Espagne au Siècle d’or reste à faire. Cependant, quelques notices provenant d’autres provinces espagnoles paraissent conformes aux principes structurants mis en évidence en Andalousie et en Estrémadure et sont vraisemblablement présents plus au Nord. Ainsi à Majorque, les enfants nés de l’union illégitime d’une esclave et d’un homme libre sont suffisamment nombreux pour qu’on leur attribue un nom particulier : bord ; si cet homme est le propriétaire (ou un membre de sa famille) de l’esclave, l’enfant est un bord de casa et s’il s’agit d’un homme libre, il devient un bord de terra. Comme en Andalousie, ces enfants peuvent être monnayés à tout moment76. Un autre exemple est celui de jeunes esclaves, de trois à cinq ans, au service d’ecclésiastiques comme le prieur de la collégiale de Roncevaux77.

  • 78 Francisco BERMÚDEZ DE PEDRAZA, Antigüedad y excelencias de Granada, Grenade : Ayuntamiento de Grana (...)

Au cours des tranches d’âge prises en compte dans cet article, la demande d’esclave ne s’accompagne pas de réticences quant au phénotype de ces enfants. La couleur de la peau des nouveaux nés n’est pas souvent précisée, peut-être parce que, dans la plupart des cas, ces enfants nés au sein de la maisonnée, sont le fruit d’une relation illégitime entre le propriétaire et son esclave. Cette omission serait ainsi délibérée pour ne pas offenser le propriétaire. Ensuite, des jeunes d’origine subsaharienne sont achetés dans tous les milieux sociaux et sont employés dans tout type de métier. En outre, les rares représentations picturales de ces jeunes privés de liberté font acte d’un goût de l’aristocratie pour la représentation de ces enfants dont la couleur de peau peut être lue comme une marque d’asservissement. Peut-on en déduire que la société du Siècle d’or ne professe pas de racisme envers ces jeunes d’origine africaine ? On ne saurait l’assurer mais en tout cas elle offre, en Andalousie, des exemples de progression sociale en dépit du phénotype, comme celle de Juan Latino qui passe du rôle d’enfant esclave, d’origine africaine, du petit-fils du Grand Capitaine à celui de professeur de l’Université de Grenade ou celle des trois grenadins d’origine « éthiopienne », enfants de mère esclave, qui remplissent, à l’âge adulte, des fonctions honorables comme celle de dominicain et d’avocat ou comme celle de brodeuse réputée dans la ville78.

Haut de page

Notes

1 Julio IZQUIERDO LABRADO, La esclavitud en la Baja Andalucía, (I). Su proyección atlántico-africana (Huelva, Palos y Moguer. Siglos XV-XVIII), Huelva : Diputación Provincial de Huelva, 2004, p. 141.

2 Calcul que j’ai effectué à partir des ventes individuelles et des ventes par groupes familiaux cités dans la thèse de Victor José RODERO MARTIN, La esclavitud en Córdoba en la Edad Moderna : 1556-1598, thèse de doctorat, Cordoue : l’Université de Cordoue-UCO Press, 2021, p. 532-535.

3 Aurelia MARTÍN CASARES, « De la esclavitud al abolicionismo en la Historia de España : legislación, guerra justa y discursos », in : Aurelia MARTÍN CASARES (éd.), Esclavitud, mestizaje y abolicionismo en los mundos hispánicos, Grenade : Universidad de Granada, 2015, p. 307-329, p. 311-312.

4 Alfonso FRANCO SILVA, La esclavitud en Andalucía : 1450-1550, Grenade : Universidad de Granada, 1992, p. 91.

5 Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle, lorsque la main-d’œuvre privée de liberté devient de plus en plus difficile à trouver en raison de l’avancée des idées abolitionnistes, que l’on a recours à l’importation d’enfants plus malléables que les adultes. Au Brésil, Horacio GUTIÉRREZ observe des taux avoisinants au moins 10% d’enfants sur les cargos négriers (Horacio GUTIÉRREZ, « O tráfico de crianças escravas para o Brasil durante o século XVIII », R. História, 120,1989, p. 59-72).

6 A C de CM SAUNDERS, A social story of black slaves and freedman in Portugal, 1441-1551, Londres : Cambridge Press University, 1982, p. 14. Si António de ALMEIDA MENDES (« Child slaves in the early north Atlantic trade in the fifteenth and sixteenth centuries », in : Gwyn CAMBELL et al., Children in Slavery through the ages, Athens : Ohio University Presss, 2009) estime que femmes et enfants constituaient dans la traite vers le Portugal 70% des captures en Afrique, les enfants de deux à sept ans ne représentent que 4% d’entre eux et il ne mentionne pas la présence de nourrissons de moins de deux ans.

7 En effet, au cours des discussions sur l’âge de l’expulsion des Morisques de Valence, on considère qu’à partir de sept ans les enfants ont conscience de leur situation et ont atteint l’âge de raison. François MARTÍNEZ, « Les enfants morisques de l’expulsion (1610-1621) » in : Abdeljelil TEMIMI (éd.), Mélanges Louis Cardaillac, Zaghouan : FTERSI, 1995, p. 499-539 ; « Femmes et enfants morisques : catégories sélectives de l’expulsion » in : Abdeljelil TEMIMI (éd.), La famille morisque : femmes et enfants, Zaghouan : Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information, 1997, p. 1-12.

8 Julio IZQUIERDO LABRADO, op. cit., p. 30-31 ; Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 531-539 ; Rocío PERIAÑEZ GÓMEZ, « La esclavitud infantil en la España moderna », in : Francisco NÚÑEZ ROLDÁN (éd.), La infancia en España y Portugal : siglos XVI-XIX, Madrid : éd. Silex, p. 187-204, p. 199.

9 Voir note 36.

10 Real Provisión por la cual, sin embargo, de un capítulo -que se incorpora- de las Nuevas Leyes que manda que por ninguna causa se pueda hacer esclavoAGI, SANTO_DOMINGO,899, L.1, (fol. 111rº-112rº), 1558 ; Real disposición, SANTO_DOMINGO,868, L.2, (fol. 234rº-239 rº), 1545.

11 C’est aussi l’âge à partir duquel les descendants de l’aristocratie sont considérés comme adultes. Par exemple Gonzalo Fernández de Córdoba, petit-fils du Grand Capitaine, prend en main ses biens lorsqu’il atteint quatorze ans (BN, Mss/3271 (fol. 174rº).

12 Alessandro STELLA, « Nègres de Sa Majesté. À propos du rôle de l'esclavage en Andalousie au Siècle d'or », Actas del 2° Congreso de Historia de Andalusia, Historia Moderna, 1991, Cordoue : Junta de Andalucía, 1995, I, p. 617-635. Dans les mines d’Almaden, ils avaient en moyenne vingt-sept ans (Alessandro STELLA, « La traite d’enfants », Cahiers des anneaux de la mémoire, 5, 2003, p. 197-206, p. 198 note 6). Cependant, quelques-uns des enfants morisques capturés en 1569 sont destinés au service d’officier de l’infanterie et des galères.

13 Alfonso FRANCO SILVA, op. cit., p. 91

14 Aurelia MARTÍN CASARES, « Norteafricanas en la España del siglo XVII : experiencias vitales, etnicidad y esclavitud en el Mediterráneo occidental », in : Aurelia MARTÍN CASARES, María Cristina DELAIGUE (éds.), Cautivas y esclavas. El tráfico humano en el Mediterráneo, Grenade : Universidad de Granada, 2016, p. 105-127, p. 12 note 19.

15 Ibid., p. 111-112, note 18.

16 L’un des travaux les plus précis à ce sujet mais qui ne concerne que les adultes est celui de Raúl GONZÁLEZ ARÉVALO, « Ordenanzas municipales y trabajo esclavo en la Corona de Castilla (siglos XV-XVI) », in : Simonetta CAVACIOCCHI (éd.), Schiavitù e servaggio nell'economia europea (secc. XI-XVIII), II,Florence : Firenze University Press, 2014, p. 431-464.

17 Il existe néanmoins quelques cas inexpliqués de vente individuelle de ces petits. Cinq enfants de moins de cinq ans sont vendus seuls dans la région de Cordoue : le petit Antonio de trois ans et Pedro, tous les deux noirs, coûtent respectivement 21 000 et 5 250 maravedis ou encore Ana, mulâtresse de trois ans, vendue pour 10 200 maravedis (Victor José RODERO MARTÍN, thèse de l’Université de Cordoue soutenue en 2021, p. 537-538). Aurelia MARTÍN CASARES, La esclavitud en la Granada del Siglo XVI. Género, raza y religión, Grenade : Universidad de Granada, 2000, p. 348.

18 Pour Guadix, voir Carlos Javier GARRIDO GARCÍA, « Las esclavas moriscas en el reino de Granada tras la rebelión de 1568-1571 : cotización en el mercado y explotación laboral y sexual », eHumanista/Conversos, 6, 2018, p. 325-345, p. 331.

19 Françoise ORSINI-AVILA, Les esclaves de Lucena (1539-1700), Paris : Publications de la Sorbonne, 1997, p. 69.

20 Par exemple, lors des synodes de Séville de 1572, 1586 et de celui de Badajoz de 1671, cité par Carlos Javier GARRIDO GARCÍA, art. cit., p. 334.

21 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 344.

22 Roció PERIAÑEZ GÓMEZ, art. cit, p. 195

23 Manuel FERNÁNDEZ CHAVES et Rafael PÉREZ GARCÍA, « La esclavitud en la Sevilla del Quinientos : propuesta metodológica en base a la documentación parroquial », in : Francisco MATEROS ASCACÍBAR et Felipe LORENZANA DE LA PUENTE (éd.), Marginados y minorías sociales en la España moderna y otros estudios sobre Extremadura, Llerena : Sociedad Extremeña de Historia, 2006, p. 113-122.

24 Manuel LOBO CABRERA, « La mujer esclava en España a los comienzos de la edad moderna », Baetica. Estudios de Arte, Geografía e Historia, 15, 1993, p. 295-315, p. 311.

25 Eduardo CORONA PÉREZ, La población esclava en la ciudad de Sevilla (1500-1650), thèse de l’Université de Séville soutenue en 2021, p. 415 et 448.

26 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, « La infancia robada. Niños esclavos, criados y aprendices en la Almería del Antiguo Régimen », Los marginados en el mundo medieval y moderno : Almería, 5 a 7 de noviembre de 1998, Alméria : Instituto de Estudios Almerienses, 2000, p. 65-78, p. 75

27 Rocío PERIAÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 198

28 Ibíd., p. 204

29 Marie-Christine DELAIGUE et Aurelia MARTÍN CASARES, « La petite enfance en esclavage dans le royaume de Grenade au XVIsiècle », in : Sarah PECH-PELLETIER (coord.), Regards portés sur la petite enfance en Europe (Moyen Âge-XVIIIe siècle), Histoire culturelle de l’Europe [en ligne], 2, janvier 2017, mis à jour le 15/01/2018, http://www.unicaen.fr/mrsh/hce/.

30 Alessandro STELLA, « Des esclaves pour la liberté sexuelle de leurs maîtres », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://clio.revues.org/419 ; DOI : 10.4000/clio.419.

31 Calculs que j’ai effectués d’après les registres conservés dans les archives de la Curie de Grenade. Il est à noter que ces documents ne mentionnent pas le phénotype de l’enfant.

32 Alessandro STELLA, art. cit.

33 Arturo MORGADO, « El mercado de esclavos en el Cádiz de la Edad Moderna », Tiempos modernos, 18, 2009, p. 20.

34 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 76 note 43.

35 Il s’agit peut-être de son père. Aurelia MARTÍN CASARES, La esclavitud en la Granada del Siglo XVI. Género, raza y religión, Grenade : Universidad de Granada, 2000, p. 343.

36 Sur l’esclavage des Morisques, voir Aurelia MARTIN CASARES, op. cit., p. 174-179 et sur l’esclavage des enfants Morisques, ibid., p. 349-355.

37 Ibid., p. 348, cuadro 16.

38 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit, p. 605-606, p. 612.

39 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 356.

40 Victor José RODERO MARTIN, op. cit., p. 780 et note 3063.

41 Alfonso FRANCO SILVA, Regesto documental sobre la esclavitud sevillana (1453-1513), Séville : Universidad de Sevilla, 1979, oficio 5, leg. 1 (fol. 15vº) et oficio 15, leg. 2 (fol. 194vº-195).

42 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 76.

43 Alessandro STELLA, art. cit., « La traite… », propose de nombreux exemples d’enfants de cette tranche d’âge capturés.

44 Alessandro STELLA, Histoires d’esclaves dans la péninsule ibérique, Paris : EHESS, 2000, p. 98.

45 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p 768-769.

46 Manuel FERNÁNDEZ CHÁVEZ et Rafael PÉREZ GARCÍA, « La esclavitud en la Sevilla del Quinientos : reflexión histórica (1540-1570) », in : Francisco MATEROS ASCACÍBAR et Felipe LORENZANA DE LA PUENTE (coord.), Marginados y minorías sociales en la España moderna y otros estudios sobre Extremadura, Sociedad Extremeña de Historia, 2006, p. 123-133, note 33, p. 131.

47 Juan Jesús BRAVO CARO, « El bautismo de esclavos, libertos y musulmanes libres en el Orán de Felipe II », Hispania, 76 (252), 2016, p. 67-102, p. 86.

48 « Asista como sacristán y en servicio de la iglesia, aseo, decencia y limpieza, y como esclavo de la dicha Nuestra Señora y por todos los días de su vida, con tal que no ha de poder ser vendido, empeñado, trocado ni enajenar so pena de declararlo y darlo por libre de toda esclavitud y servidumbre ». Jean-Arsène YAO, « Esclavas y señores en el Buenos Aires del seiscientos », in : Aurelia MARTÍN CASARES, Rafael BENÍTEZ SÁNCHEZ-BLANCO et Marie-Christine DELAIGUE (éd.), Criados y esclavos de nobles y reyes de España. Siglos XVI-XVIII, Valence : Tirant Humanidades, 2020, p. 231-254, p. 245.

49 Guillermina RAMÍREZ MONTES, Niñas, doncellas, vírgenes eternas de Santa Clara de Querétaro (1604-1864), Mexico : Universidad Autónoma de México, 2005, p. 137.

50 Manuel LOBO CABRERA, art. cit, p. 306.

51 Marie-Christine DELAIGUE et Aurelia MARTÍN CASARES, art. cit.

52 La documentation du XIXe siècle, à Cuba est tout à fait explicite en ce qui concerne l’attribution de ce rôle : on vend ou donne un petit esclave comme un jouet à un enfant blanc qui appartient à la société aisée de l’île.

53 Luis MÉNDEZ RODRÍGUEZ, « La esclavitud femenina : visiones iconográficas en la España moderna (1500-1800) », in : Aurelia MARTÍN CASARES et Rocío PERIÁÑEZ GÓMEZ (éd.), Mujeres esclavas y abolicionistas en la España de los siglos XVI al XIX, Madrid : Iberoamericana Vervuet, 2014, p. 33-53, p. 37

54 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 482-483.

55 Rafael BENÍTEZ SÁNCHEZ-BLANCO, « Guerra y sociedad : Málaga y los niños moriscos cautivos. 1569 », Estudis : Revista de historia moderna, 3, 1974, p. 31-54, p. 41.

56 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 75.

57 Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 340.

58 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 481

59 « La menor vos servirá en vuestra casa y fuera della en lo que mandáredes », cité par Aurelia MARTÍN CASARES, op. cit., p. 332.

60 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, op. cit., p. 78.

61 Antonio MUÑOZ BUENDÍA, op. cit., p. 71.

62 Aurelia MARTÍN CASARES, art. cit., « Abolicionista… », p. 74-75.

63 MUÑOZ BUENDÍA, art. cit., p. 78.

64 Rocío PERIÁÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 202.

65 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 485-486.

66 Luis MÉNDEZ RODRÍGUEZ, art. cit, p. 40.

67 Rocío PERIÁÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 200-201

68 Víctor José RODERO MARTÍN, op. cit., p. 485-486.

69 Roció PERIAÑEZ GÓMEZ, art. cit., p. 200.

70 AGS, CCA, CED,5,88,5. Envío de esclavos a la Corte.

71 Titien, Portrait de Laura Dianti, c. 1523, Huile sur toile, 118x93.4cm, Kreuzlingen, Collection Heinz Kisters.

72 Cristóvão de Morais, Portrait de Juana d’Autriche avec un page, c. 1551-1554, huile sur bois, 99x81,5 cm, Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. Voir reproduction dans l’article de Leticia RUIZ GÓMEZ, « En nombre del rey. El retrato de Juana de Austria del museo de Bellas Artes de Bilbao », Museo de Bellas Artes de Bilbao, 2, 2007, p. 85-123, p. 9.

73 Sofonisba Anguissola, Juana d’Autriche et une jeune fille, c. 1561-1562, huile sur toile, 194x108,3cm, Boston, Musée Isabella Stewart-Gardner.

74 Alonso Sánchez Coello, Portrait de Juana d’Autriche avec un chien, c. 1557, huile sur toile, 180×112 cm., Vienne, Kunsthistorisches Museum.  Voir reproduction dans l’article de Leticia RUIZ GÓMEZ, art. cit., p. 13.

75 Paravent « Vista de la Plaza Mayor de la ciudad de México y del paseo de Iztacalco », collection Rivero Lake, Mexique. Voir reproduction dans l’article d’Alberto BAENA ZAPATERO, « Apuntes sobre la elaboración de biombos en la Nueva España », Archivo español de arte, 350, 2015, p. 173-188, fig. 1, p. 175.

76 Pedro de MONTANER ALONSO, « Aspectos de la esclavitud en Mallorca durante la edad moderna », Bolletí de la Societat Arqueològica Lul.liana : revista d’estudis històrics, 37, 1979-1980, p. 289-328, p. 290 et 293.

77 Roldán JIMENO ARANGUREN, « La esclavitud infantil y su abolición en España (siglos XVI-XX) : una aproximación histórico-jurídica », Ivs Fvgit, 24, 2021, p. 79-108, p. 84.

78 Francisco BERMÚDEZ DE PEDRAZA, Antigüedad y excelencias de Granada, Grenade : Ayuntamiento de Granada, 1981, éd. Facsimil, p. 138 recto et verso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Delaigue, « Le travail des enfants esclaves au Siècle d’or dans l’Espagne du Sud »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46669

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Delaigue

Université de Cordoue, HUM 880

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search