Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éducation, formation, enseignemen...Introduction

Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle)

Introduction

Fabien Lacouture et Sarah Pech-Pelletier

Texte intégral

1Outre quelques actes notariés, les sources concrètes concernant l’éducation des enfants en Europe sont rares avant le XIIIe siècle. L’automne du Moyen Âge et le début de la première Renaissance marquent le déclin des écoles ecclésiastiques au profit de nouveaux établissements communaux ou de précepteurs indépendants.

2La première éducation est celle de la lecture, de l’écriture et du calcul, disciplines nécessaires aux contrats et aux comptes, au travail des élites marchandes européennes. De l’abbaco, spécifiquement destiné aux enfants de marchands, dans l’Italie communale à l’utilisation plus large des cartillas dans la péninsule Ibérique depuis le XVe siècle, l’apprentissage de la lecture allié à celui de valeurs et normes socialement désirables représente la base d’une nouvelle éducation qui va de pair avec une nouvelle conception de l’enfant, individu qu’il faut former à la vie dans la cité et à la bonne conduite de l’État. Il s’agit d’une véritable révolution idéologique, entre continuité et rupture face à la scolastique médiévale. Celle-ci reposait en premier lieu sur les arts libéraux, les disciplines fondamentales dont la connaissance était celle de l’homme libre depuis l’Antiquité. Ces arts libéraux étaient réunis en deux cycles, le trivium, comprenant les arts de la parole (grammaire, rhétorique et logique) et le quadrivium, regroupant les quatre branches des mathématiques (arithmétique, géométrie, astronomie et musique). Mais là où la scolastique concevait ces deux groupes comme une propédeutique à la discussion théologique, les pédagogues humanistes, inspirés par leurs prédécesseurs antiques, en font une formation des futurs citoyens. À ces matières s’ajoutent le plus souvent la poésie, l’histoire et la philosophie morale, enseignées à travers la lecture des auteurs antiques comme Homère, Virgile, Quintilien et Cicéron, cités comme modèles par l’humaniste florentin Leon Battista Alberti (1404-1472) dans son traité De Familia, rédigé en 1434 et que l’on retrouve également - surtout les deux derniers - dans les traités espagnols de la période considérée dans ce dossier.

3Parmi les vecteurs privilégiés de transmission à la fois de savoirs, de savoirs-être et de savoirs-faire, l’histoire semble tenir une place privilégiée. En effet, de nombreux ouvrages accordent une utilité pédagogique à la lecture d’histoires édifiantes du passé, à la reconstitution de la trajectoire d’hommes au destin exceptionnel qui constituent alors des modèles à suivre non seulement pour le Prince, mais aussi pour les élites nobiliaires qui sont par-là formées à la fois à la rhétorique et à la prise de décisions politiques. On peut songer au De disciplinis de Juan Luis Vives (1531) qui met en évidence combien l’histoire (expurgée des fables) est « la lumière de la vérité, la vie de la mémoire, la maîtresse de la vie » et donc entretient, comme la poésie - les deux étant traditionnellement enseignées dans les cours de grammaire - un lien étroit avec le projet éducatif des humanistes et de leurs continuateurs.

4Ainsi la pédagogie humaniste ne doit pas être vue comme un renouveau dans les disciplines étudiées mais dans la méthode utilisée. En revanche, elle marque une transformation dans le rapport au corps de l’enfant, accordant une place nouvelle à l’exercice physique, à la gymnastique et aux jeux sportifs, selon la maxime « un esprit sain dans un corps sain » (Juvénal, IIsiècle). La pratique du sport, y compris à travers l’activité cynégétique, n’est plus simplement un prétexte pour préparer les corps juvéniles à la guerre, mais devient un temps de détente et de régénération de l’esprit entre les temps d’étude. Le corps harmonieux devient un objectif physique mais aussi moral, les exercices permettant d’écarter l’oisiveté, vice ultime pour tous les pédagogues humanistes.

5En 1530, Érasme de Rotterdam rédige un petit opuscule intitulé De civilitate morum puerilium libellus, plus connu comme De la civilité puérile. Ce traité aux multiples rééditions et traductions tient une place centrale dans le programme pédagogique humaniste. Érasme reprend les contenus et les méthodes de ses homologues italiens, mais il innove en mettant au cœur de l’éducation de tous les enfants, et non plus uniquement de celles des princes, l’apprentissage des convenances, le bien vêtir, les manières de tables, le comportement dans la rue et à l’église. Il fait ainsi entrer dans l’éducation des enfants l’attention à la civilité dont témoigne, par exemple, Baldassare Castiglione (1478-1529) à propos des adultes.

6Pour les pédagogues humanistes, l’éducation est un souci de chaque instant et doit prendre en compte toutes les composantes de l’être humain, l’esprit, le corps, la morale et le comportement. Comme un tuteur pour une plante, l’éducation accompagne l’enfant, sans l’obliger ni le brimer, et vise à le rendre autonome et apte à s’intégrer à la cité. L’éducation amène l’enfant à faire fructifier les semences de vertu et les qualités innées qu’il a en lui et donc à se réaliser. En ce sens, éduquer (educare) ne consiste pas seulement à instruire, mais permet également de former l’être humain qui ne le devient pleinement que par l’éducation selon l’adage bien connu d’Erasme dans le De pueris statim ac liberaliter instituendis (1529) « on ne naît pas homme, on le devient ». Les enfants et jeunes gens éduqués selon les préceptes humanistes sont alors à même d’exercer le rôle que l’on attend d’eux en fonction de leur naissance et de leur genre, dimensions fondamentales qui entraînent des différences dans les processus de formation. À la fin du XVIe siècle, le climat culturel change et la Contre-Réforme catholique dicte de nouvelles règles et a un impact indéniable sur le développement de nouveaux outils pédagogiques. Cette pédagogie, en accord avec les préceptes issus du Concile de Trente, partage néanmoins avec celle développée par les humanistes un caractère généralisant, pensant l’acte même d’éduquer les nouvelles générations comme une tâche à partager entre tous, famille, précepteurs, Église et société. C’est pour cette raison que le titre de ce dossier associe étroitement éducation et formation, et que son contenu cherche à cerner à la fois les théories, les pratiques et les représentations en la matière, leurs enjeux et implications, ainsi que leurs conséquences positives comme leurs échecs.

7Ce dossier, fruit des réflexions menées lors de deux événements scientifiques soutenus par le laboratoire PLEIADE (USPN, UR 7338) - une journée d’études Le travail des enfants au Siècle d’or (Université Paris 13, MSH Paris Nord, mai 2018) et un colloque international Éducation, formation, enseignement dans les territoires de la monarchie ibérique (XVe-XVIIe siècle) (Université Sorbonne Paris Nord, mai 2021) -, propose en effet d’aborder la question de l’éducation sous divers angles qui, in fine, se recoupent dans la visée morale et la finalité politique de tout système éducatif qui doit permettre à chacun.e d’occuper la place qui lui revient dans un monde idéalement bien ordonné.

8La première grande partie de ce dossier est consacrée à l’éducation dans la sphère politique, en deux temps : une sous-partie centrée sur les fondements théoriques développés dans les traités d’éducation, et une autre sous-partie où sont abordés, à l’aide d’exemples concrets, les modalités pratiques de ces projets éducatifs et leurs impacts dans la culture visuelle de l’époque.

9Ainsi, Xavier Gendre, à partir du traité El concejo y concejeros del príncipe (1559) rédigé par l’humaniste valencien Fadrique Furio Ceriol, propose de réfléchir de façon comparée à la réception, à l’assimilation et au rejet de la pensée machiavélienne dans la littérature politique en Espagne et en France aux XVIe et XVIIe siècles. Il met en évidence l’influence décisive des contextes politico-religieux au moment de l’écriture des traités d’éducation politique envisagés et combien ces derniers révèlent la complexe transformation de la représentation du pouvoir et de son exercice.

10Renaud Malavialle, quant à lui, présente une étude pionnière dédiée à la præfatio du De rege et regis institutione (1599) de Juan de Mariana. Ce prologue prend la forme d’un dialogue et l’article souligne avec minutie les dimensions collectives et collégiales des idées qui y sont exposées, tant dans les aspects théoriques, les caractéristiques de la monarchie, que dans son caractère pratique, l’éducation du prince à proprement parler. On y note l’importance accordée à l’histoire qui fournit des exemples édifiants au prince et renforce la légitimité de la monarchie.

11L’article de Camille Pollet vient conclure la première sous-partie théorique en sortant paradoxalement de l’histoire des idées pour envisager les effets de l’écriture et de la publication par Pedro López de Montoya du Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles (1595) dans le champ intellectuel de l’Espagne de la fin du XVIe siècle. Une telle entreprise eut une incidence sur la réputation de López de Montoya comme pédagogue, un retentissement dans le cadre des débats politiques et notamment de la définition de la noblesse en Espagne, et participa, avec d’autres publications, à une campagne d’opposition au droit d’Henri de Navarre de succéder au trône de France.

12Dans la série d’articles qui suit, il s’agit d’étudier les règles et préceptes éducatifs non plus de manière théorique mais à travers des exemples de personnes, de disciplines et de médium. Marion Duchesne focalise son étude sur l’enfance et l’éducation des infants Charles et Ferdinand de Habsbourg. La problématique principale de ce chapitre est liée à la place de ces deux enfants dans la lignée hiérarchique de la famille royale. Fils cadets, devaient-ils et ont-ils été éduqués de la même manière que l’aîné et héritier du trône, le futur Philippe IV ? À égalité dans l’affect de leur père le roi, l’article démontre que c’est à partir du mariage du prince en novembre 1620 qu’une véritable hiérarchisation, y compris pédagogique, se mit en place.

13Christine Orobitg examine de façon détaillée dans son article les liens entre la construction identitaire de la noblesse espagnole et l’activité cynégétique. Les traités sur la chasse établissent de manière théorique l’importance de la discipline comme activité noble par excellence, tout en la replaçant dans une histoire sociale et culturelle plus large.

14Enfin, Fabien Lacouture analyse l’intégration d’un jeune prince à la cour espagnole à travers la culture visuelle, notamment celle régissant la portraiture impériale, mise en place depuis Charles Quint. Le jeune Alexandre Farnèse, héritier du duché de Parme et Plaisance, fut envoyé comme otage à la cour d’Espagne suite au traité de Gand. L’analyse de plusieurs de ses portraits de jeunesse, l’un peint avant son départ d’Italie, deux à la cour d’Espagne, et un dernier réalisé à la cour mais par une peintre italienne, Sofonisba Anguissola, permet de comprendre le rôle de l’image dans l’acculturation du jeune prince.

15La seconde grande partie de ce dossier s’intéresse à l’enseignement moral et religieux, s’attachant à dégager dans un premier temps ses enjeux et implications, notamment dans le verrouillage de la société espagnole moderne, avant de mettre au centre de la réflexion les enfants mal élevés ou éduqués/formés selon d’autres préceptes que ceux des modèles humanistes.

16La première sous-partie s’ouvre avec l’article de Laura Baldacchino qui traite de l’éducation des femmes et des filles dans le Llibre de les dones (Livre des femmes), ouvrage écrit en catalan entre 1387 et 1392 par le moine franciscain Francesc Eiximenis et traduit en castillan durant la première moitié du XIVsiècle. L’analyse se concentre sur les chapitres XIV à XVIII qui ont pour objet l’éducation des petites filles, absentes de la première partie de ce dossier dédiée à l’éducation politique. Oscillant entre le traité d’éducation, d’instruction et de savoir-vivre, le Llibre de les dones ainsi que sa traduction offrent un aperçu de la manière dont étaient envisagés l’éducation et le comportement féminin en lien avec la doctrine catholique.

17La question de la traduction et de la transformation des normes éducatives selon les pays se trouve également au centre de l’étude proposée par Sara Gil Sáiz. Cet article porte en effet sur la traduction en castillan des Faits et dits mémorables de Valère Maxime, historien et moraliste romain du Ier siècle de notre ère, rédigée en 1467 à partir d’une traduction française réalisée un siècle plus tôt. Les différences, aussi bien lexicales que sémantiques, présentes dans le texte castillan sont à la fois révélatrices mais aussi porteuses de changements sociaux et culturels.

18Les deux derniers articles de cette sous-partie œuvrent de concert. Le texte rédigé à plusieurs mains par Agnès Kanga, Djoko Kouadio et Germain Kouamé inventorie les sources qui permettent d’aborder la question de l’éducation et des figures éducatives dans l’Espagne du Siècle d’or. Les auteurs soulignent que la responsabilité du processus éducatif repose conjointement sur la famille, le maître et l’Église, et qu’il est possible de percevoir les résultats, bons ou mauvais, des prescriptions éducatives dans la littérature de fiction. Emmanuelle Buvat analyse, pour sa part, un point soulevé dans l’article que nous venons d’évoquer, à savoir la place de la doctrine catholique post-tridentine dans les préceptes éducatifs. Elle met en lumière le rôle de la religion dans les cartillas destinées à l’enseignement des primeras letras. L’article démontre ainsi à quel point la doctrine innerve et oriente l’éducation des enfants dès leur plus jeune âge, les insérant dans un processus d’endoctrinement qui façonne l’ensemble de la société.

19Qu’elle soit politique, et donc à destination première des garçons, ou morale et religieuse avec comme public-cible privilégié les fillettes, peu d’exemples concrets de la réussite ou de l’échec de ces principes éducatifs nous sont parvenus. Les articles de la seconde sous-partie tentent de trouver un moyen de remédier à ce manque. L’article de Cécile Codet poursuit ainsi la lecture théorique engagée depuis le début du dossier, mais elle déplace le regard et offre une analyse qui agit presque comme une preuve par opposition. Alors que son objet d’étude sont les dialogues pédagogiques de Juan Luis Vives et de Pedro de Luján, l’autrice s’attache à y déceler et à y étudier les cas d’enfants mal élevés. Cet « envers » du discours renforce la portée pédagogique en offrant aux lecteurs des contre-modèles tout aussi efficaces que les fictions d’enfants théoriques et parfaits que peuvent proposer certains traités.

20Les deux derniers textes du volume se consacrent à la question du travail des enfants et mettent en évidence les limites de l’éducation et l’existence d’anti-modèles ou de formations à la dure qui relèvent plus de l’école de la vie que de préceptes éducatifs bien définis. L’article de Cécile Bertin-Elisabeth s’appuie sur les textes picaresques des XVIe et XVIIe siècles pour démontrer que les errances vitales de ces héros de la marge que sont les picaros véhiculent divers enjeux sociétaux et reflètent l’évolution des conceptions de l’oisiveté, entre otium et negotium, et de la sociabilité.

21Enfin, l’article de Marie-Christine Delaigue identifie, à partir de riches sources d’archives, les principaux paramètres (âge, genre, « race » ou origine) qui sous-tendent la formation des enfants esclaves à l'exercice de divers travaux.

22Le parcours proposé dans ce dossier mène ainsi les lectrices et lecteurs des modèles théoriques idéaux à leurs représentations et applications pratiques, réussies ou non, en passant par des exemples précis d’enseignements disciplinaires, religieux ou moraux. Ceux-ci permettent d’entrevoir les liens pluriels et complexes qui se tissent entre éducation et formation et combien le croisement de sources de natures différentes est précieux lorsqu’il s’agit de cerner à la fois ce qui sous-tend et oriente un projet de société. Loin de prétendre faire le tour de la question éducative et des diverses manières de former les enfants et jeunes gens à leur rôle futur, ce dossier ouvre des pistes d’analyse et formule des hypothèses dont d’autres chercheuses et chercheurs pourront s’emparer pour les compléter ou les nuancer, c’est du moins ce que nous espérons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Lacouture et Sarah Pech-Pelletier, « Introduction  »e-Spania [En ligne], 44 | février 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/46781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.46781

Haut de page

Auteurs

Fabien Lacouture

Institut National d’Histoire de l’Art

Articles du même auteur

Sarah Pech-Pelletier

USPN, PLEIADE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search